Les programmes de CFI : Médias et ressources humaines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les programmes de CFI : Médias et ressources humaines"

Transcription

1 Les programmes de CFI : Médias et ressources humaines

2 I - Contexte général Les ressources humaines, un facteur clé pour aller vers un développement plus inclusif Si la croissance économique des pays reste l indicateur essentiel de mesure d efficacité des politiques de développement, les Nations-Unies considèrent que «le développement humain est au cœur du processus du développement et qu il constitue même le but ultime du développement économique». L observation de la mise en place de l ensemble des politiques de développement sur une période relativement longue laisse apparaître une convergence entre des silos programmatiques aux objectifs a priori concurrents : économie, protection sociale, accès aux services essentiels, démocratie ou lutte contre la pauvreté. Selon les principes de développement global, endogène et centré sur l Homme, le progrès est lié à la quantité de connaissances déjà accumulée pour constituer le capital humain. Depuis les déclarations de Khartoum de , les hommes et les femmes constituent à la fois les principaux facteurs et les finalités qui sous tendent et justifient tout programme de développement. La place des ressources humaines dans les politiques de développement L enjeu «ressources humaines» est le plus souvent rattaché aux logiques d entreprise et d économie. En matière de développement, les programmes qui leur sont consacrés se concentrent autour d objectifs mesurés soit en termes renforcement des capacités soit en termes de capital humain. Cette distinction rejoint celle qui existe, dans le traitement de l emploi, entre travail et population active. Les projets de développement des ressources humaines qui visent au renforcement des capacités se mesurent prioritairement en termes d'amélioration qualitative de la main d œuvre disponible ou de densification d une main d œuvre qualifiée. Ainsi, appliqué au domaine des médias, le développement des entreprises de presse s'appuie sur des collaborateurs qui comprennent les enjeux de leur secteur d activité, traduisent les bonnes pratiques de leur métier en fonction des contraintes locales et mettent en place des procédures qui seront appliquées dans la durée. L ensemble de ces formations, initiales ou permanentes, constitue un atout pour orienter et dynamiser les carrières des professionnels du secteur. Les organismes multilatéraux porteurs des principaux programmes de développement identifient un second objectif mesuré en termes de capital humain. L impact ne mesure pas, dans ce cas, la corrélation entre un individu et une activité mais plus largement il évalue sa contribution au développement d un secteur d activité ou d un pays. Les compétences acquises pèsent sur le potentiel d un secteur et, sur de longues périodes, contribuent au développement de la société toute entière. L approche française : les prémices d une réponse par la formation dès les années 70 : La France a historiquement toujours apporté une attention particulière à sa coopération universitaire composée à la fois d une politique stratégique de bourses d études mais aussi d un certain nombre d accords bilatéraux de coopération. Une enquête exhaustive réalisée en 2007 par le Haut Conseil de la coopération internationale et la Conférence des présidents d université 2 détaille les objectifs et projets, établissement par établissement. Pour le volet accueil, 50% des étudiants étrangers présents sur les campus français viennent des pays en développement. Ce volume illustre le poids de cette pratique profondément ancrée dans le modèle universitaire français. Cette politique d accueil et de formation a incontestablement accompagné les politiques de développement des pays dont les ressortissants, une fois de retour chez eux, contribuent à densifier des pans entiers de leur économie tout particulièrement dans les secteurs administratifs, médicaux, économiques et éducatifs Page 2 sur 9

3 Ce type de relation a également longtemps existé dans le secteur de la formation aux métiers des médias sous la forme d une politique systématique de bourses de longue durée (principalement auprès de l INA) qui a permis, à partir de la fin des années 70, de former un grand nombre des cadres et dirigeants des groupes médias des pays francophones du sud. Depuis une quinzaine d année, la France a mis fin à cette politique du fait de son coût ainsi que de la concurrence intense que se livrent les institutions universitaires du nord. La dissémination des boursiers d un même pays ne permettrait plus à aucun pays de prétendre à un tel impact (et à une telle visibilité) auprès de dirigeants d un même secteur. Bien que quelques opportunités existent encore 3 pour les études supérieures dans le domaine audiovisuel en France, les moyens confiés au réseau diplomatique dans le cadre de programmes bilatéraux sélectifs ne suffisent plus pour répondre aux demandes. De leur côté, certains établissements universitaires affichent des partenariats qui répondent à des enjeux de développement. Ces actions, dans la majorité des cas, prolongent des actions individuelles, souvent même informelles, engagées par certains de leurs enseignants ou dirigeants. Ces démarches, bénévoles au début, permettent d identifier des besoins ainsi que des équipes locales désireuses de moderniser leurs institutions. Une fois mises en relation, les institutions finissent par formaliser des projets. De leurs côtés, les services de coopération et d action culturelle identifient également des besoins avant de mettre en place des projets de coopération sur mesure. Les partenariats prennent diverses formes : Animation de filières d excellence du nord délocalisées dans des établissements du sud qui contribuent à rendre les institutions du sud plus attractives tout en conservant les étudiants dans leur environnement national Formation de formateurs, renforcement des capacités locales et constitution de viviers de jeunes chercheurs qui visent à mettre un des outils à disposition d institutions locales afin qu elles se développent à partir d une base renforcée de compétences Transfert d expertise pédagogique et administrative pour que les établissements puissent améliorer leur gouvernance et tendre vers le système License Master Doctorat afin d accroître la possibilité de mobilité de leurs étudiants Dans le secteur des formations aux métiers des médias, cette coopération est mise en œuvre par CFI pour le compte du MAEDI. Les objectifs poursuivis relèvent de l autonomisation et de la mise en réseau des institutions locales. L émergence d une offre de formation initiale ou permanente dans un nombre de plus en plus grand de pays du sud conduit la coopération française à soutenir en priorité ces acteurs locaux qui contribuent à structurer le développement de leurs pays. La logique nord/sud des politiques de bourses cède progressivement le pas à une approche de nature aide publique du développement. La modernisation des entreprises médias des pays du sud passe par le renforcement de leurs ressources humaines et concerne autant les cadres de direction, les cadres intermédiaires d encadrement que l ensemble des collaborateurs. Pour une simple question de volume et de coût, la coopération française tend à concentrer ses actions directes sur les décideurs et à répondre aux attentes du plus grand nombre par des programmes indirects tels que les formations de formateurs ou le renforcement des capacités locales de formation. Dans les faits, le réseau diplomatique traite également une multitude de demandes individuelles à la recherche de réponses adaptées à leurs attentes. La concentration des moyens autour des besoins des entreprises du secteur réduit considérablement les possibilités de répondre à ces attentes si ce n est en les rapprochant parfois d institutions locales ou régionales qu ils peuvent ne pas connaître. Ce rôle d orientation est modeste mais essentiel pour compenser l absence des relais locaux. Dans bon nombre de cas, les nouvelles offres en ligne peuvent constituer des solutions plus économiques et parfois plus adaptées à leur environnement. En Afrique notamment, plusieurs formations à distance ont été construites autour de solutions en prise avec les enjeux et les réalités locales. Même si ces diplômes 3 Page 3 sur 9

4 n ont pas nécessairement la même image que ceux des meilleures universités du classement de Shanghai 4, ils n en induisent pas moins une employabilité optimisée. 4 Le classement académique des universités mondiales classe les institutions universitaires selon six critères, comme le nombre de prix Nobel, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline, le nombre de publications dans les revues scientifiques, le nombre de chercheurs répertoriés et la performance moyenne des professeurs Page 4 sur 9

5 II - Les enjeux prioritaires en matière de ressources humaines La mise en place d un programme Médias et ressources humaines répond aux besoins de développement du secteur dans son ensemble par une meilleure formation initiale et continue des professionnels appelés à mettre en œuvre de façon quotidienne les bonnes pratiques adoptées par leurs médias, aussi bien en matière éditoriale que de gestion. Il concerne autant la promotion et le suivi des parcours de dirigeants d avenir, que le renforcement de filières locales de formation initiale ou continue. Il permet également de favoriser la création des réseaux qui regroupent des acteurs de la mutation des médias. 1/ Accompagner la modernisation des centres locaux de formation Les solutions locales (centres de formation nationaux ou à distance), certes de qualité encore inégale, permettent cependant de former des volumes importants de professionnels dans la plupart des secteurs, y compris dans celui des médias. Seules ces structures locales peuvent répondre à un nombre croissant de demandes issues de paysages pluriels de médias privés voire même individuels de néo-entrepreneurs multitâches dont les besoins sont aussi divers que leurs profils. A l autre extrémité, les institutions traditionnelles (centres de formation, écoles, universités) souhaitent offrir des formations diplomantes aux standards internationaux et ont besoin de se rapprocher de leurs homologues du sud et du nord. 2/ Identifier les décideurs de demain et les accompagner Avec l ouverture de l espace médiatique à une multitude de nouveaux acteurs aux modèles économiques très hétérogènes, la première urgence est de permettre au public de faire la différence entre plusieurs formes de contenus : le journalisme en ligne, l information militante et la propagande cohabitent librement au risque de créer de la confusion. Cette confusion est entretenue par le fait que, dans de nombreux pays, la carte de presse n existe pas et rien ne permet de différencier un journaliste formé et diplômé d un amateur plus ou moins conscient de l impact de ses publications. Afin de ne pas laisser l espace numérique aux mains de manipulateurs sans scrupule, il devient de plus en plus urgent de former et de soutenir ceux qui se sont battus pour gagner ce nouvel espace de liberté et qui se battent encore pour le crédibiliser par des pratiques éthiques et qualitatives. A l heure où la violence et les extrémismes prospèrent grâce aux réseaux numériques, l identification de relais et d acteurs influents de la société civile constitue une priorité. En accompagnant leur projet, la coopération leur donne des outils pour que l impact de leur travail puisse toucher leurs concitoyens et contribuer à densifier le ciment social autour d eux. Cet élargissement des paysages médiatiques qui va des médias nationaux aux initiatives en ligne illustre les attentes des populations et permet une accélération des pratiques de gouvernance tout en élargissant considérablement le champ d intervention des acteurs de la coopération médias. L identification des décideurs de demain constitue une seconde chance pour certains entrepreneurs autodidactes qui auront ainsi accès à des formations adaptées pour gagner en responsabilités et faire prospérer leurs propres initiatives. 3/ Développer des espaces collectifs de partage d information et d incubation de projets Alors que les paysages audiovisuels se densifient, de nouveaux acteurs se structurent mais ils manquent souvent de recul, de temps et de moyens pour partager leurs expériences et profiter de celle de leurs homologues (du sud avant tout mais aussi parfois du nord). Très peu de relais intermédiaires ont encore vu le jour sous la forme de clubs et groupes professionnels tels qu il en existe dans les pays du nord. Il existe un décalage profond entre l émergence de ce secteur bouillonnant, un peu confus mais qui dessine l avenir du secteur et les instances historiques fondées Page 5 sur 9

6 autour des médias publics qui ont, dans la plupart des cas, été créées et financées par les pays du nord. Des institutions telles que le CIRTEF 5, la COPEAM 6 ou l ASBU 7 n ont pas su se moderniser, s ouvrir aux médias privés et en ligne ou même s affirmer en tant que lobbyistes comme l UER l a fait auprès de l Union européenne. L enjeu est soutenir les initiatives issues et portées par des acteurs du Sud et d accompagner la phase transitoire de leur développement et de leur structuration. 5 Association des télévisions publiques francophones créée en 1978 et domiciliée en Belgique - 6 Réseau des acteurs médias méditerranéens créé en 1990 et domicilié en Italie - 7 Institution créée en 1969 et qui réunit les médias publics des pays arabes sans associer ni les médias privés ni les médias en ligne qui ont pourtant redessiné les rapports de force ces 5 dernières années - Page 6 sur 9

7 III - Les réponses de CFI en matière de ressources humaines Le développement des ressources humaines figure parmi les priorités du ministère français des Affaires étrangères, alignées sur celles des organisations multilatérales depuis que les principes du Partenariat de Busan 8 pour une coopération efficace au service du développement ont été adoptés. Cet enjeu structurant est transversal à tous les «silos» traditionnels des priorités de développement et il couvre une vaste variété de besoins. CFI a choisi d intervenir autour de quelques axes principaux qui ne constituent pas des chantiers totalement nouveaux par rapport aux trois autres programmes. Cette volonté de concentration laisse néanmoins la possibilité d accompagner certains bénéficiaires identifiés et formés dans d autres projets. Les trois axes d intervention retenus par CFI : Accompagnement du développement des centres de formation initiale et continue Formations d excellence destinées à des bénéficiaires ciblés du Sud Soutien à des réseaux et groupes de professionnels des médias du Sud 1/ Accompagnement du développement des centres de formation initiale et continue CFI n a pas vocation à répondre à toutes les demandes de centres de formation des pays d intervention désireux de moderniser et de faire évoluer leurs offres. En effet, le mandat d agence de coopération au service des opérateurs médias des pays du Sud tend à privilégier les interventions au profit de professionnels en activité dans leurs structures de travail. Cependant, dans certains cas très précis de pays en sortie de crise ou en révolution démocratique, quand le paysage médiatique est ravagé ou inexistant, de tels projets peuvent permettent de contribuer à une organisation plus durable du secteur et de préparer les générations futures pour ce secteur. Enjeux de long terme du point de vue des pays bénéficiaires : Offre de parcours de formation aux standards internationaux Grands objectifs des projets qui aident à moderniser les centres de formation Renforcer les parcours éducatifs nationaux ou régionaux Proposer des adaptations locales aux standards internationaux Besoins des centres de formation bénéficiaires Conseils en matière d organisation de la gestion des centres et de l évolution des cursus Formation des équipes : maîtrise de nouveaux outils et méthodes pédagogiques et administratives Elaboration de programmes adaptés aux attentes de la profession Développement de formations permanentes pour répondre aux besoins de professionnalisation des équipes en place Réponses de CFI au travers d ateliers pour définir des procédures de gestion visant à renforcer le modèle économique des écoles (indépendance des écoles) former les équipes encadrantes et les formateurs (amélioration des cursus) préciser des organigrammes (fiches de poste et organisation des équipes) décliner les formations diplomantes en modules de formation permanente Mesures d impact 8 Page 7 sur 9

8 Reconnaissance des centres par les acteurs du secteur (employabilité des diplômés ; participation des médias sous forme de financement ou de professionnels pour les enseignements) Développement des commandes des groupes médias pour former leurs équipes en place sous forme de cursus courts ou intensifs. Succès des campagnes de recrutement Indépendance économique des centres (frais de scolarité raisonnables, implication économique avec les entreprises du secteur, obtention de financements sur appels) Genèse de la création du Myanmar Journalism School : Dès 2012, les autorités birmanes ont montré des signes tangibles d ouverture dans le secteur des médias. Face à la volonté des autorités de lancer une grande école de journalisme aux standards internationaux, l Ambassade de France a piloté le rapprochement des coopérations européennes (Danemark, Suède, Allemagne) alors que CFI a procédé aux audits et études de faisabilité. L objet de la coopération n est pas uniquement d animer des formations mais aussi de mettre en place une équipe birmane capable de piloter la conception et la création de l école et d en assurer la gestion durable une fois les bases posées avec l aide des expertises européennes. à Lancé sur financements des coopérations de 4 pays européens, ce projet constitue un prototype dans un pays où l éducation secondaire a longtemps été réduite à sa plus simple expression. CFI a financé la part française des premières interventions avant qu un Financement de Solidarité Prioritaire ne prenne le relais pour deux ans (2015/2017) et que l école obtienne un soutien européen de l ordre de 7 millions euros. 2/ Formations d excellence destinées à des bénéficiaires ciblés du Sud CFI se rapproche de centres universitaires accrédités qui peuvent proposer des formations diplomantes (ou certifiantes) formatées pour répondre aux attentes de groupes de professionnels des médias du Sud. Enjeux de long terme pour les pays bénéficiaires : Offre de filières d excellence adaptées aux besoins des futurs dirigeants du secteur Grands objectifs des projets qui offrent des formations de niche Permettre des promotions de carrière par le biais de formations certifiantes de qualité Conserver les talents dans l environnement économique et sectoriel local Besoins des bénéficiaires Obtention d un diplôme pour relancer leur carrière, faciliter leur promotion ou permettre de lancer leur propre entreprise Recherche de formations structurées pour valider une expérience professionnelle et la compléter avec les dernières techniques en vigueur Réponses de CFI écrire certains modules de formation adaptés aux problématiques des professionnels des pays du Sud identifier des bénéficiaires au travers de son réseau de contacts et à l aide de plateformes d appels à candidatures multilingues organiser des systèmes de bourses pour soutenir le projet de professionnalisation de certains candidats (promotion volontariste de candidat issus des provinces, de candidates et de jeunes professionnels porteurs de projets innovants). Mesures d impact Suivi des parcours professionnels des diplômés Page 8 sur 9

9 Constitution d un réseau de décideurs qui ont profité de la coopération française pour faire évoluer leur carrière Le Master de management des médias du Sud : Depuis 2011, CFI, l ESJ de Lille et de l Institut d Administration des Entreprises de Lille ont développé un master à distance de management des entreprises médias des pays du Sud. Ce diplôme en français est ouvert aux professionnels des médias qui souhaitent relancer leurs carrières vers plus de responsabilité. à CFI accorde une soixantaine de bourses sur les trois premières années afin de soutenir le lancement de cette formation à distance. Plusieurs partenaires médias de CFI ont saisi cette opportunité pour enrôler certains de leurs cadres dans la perspective d élargir leur potentiel de promotion. 3/ Création de réseaux et de groupes de professionnels des médias du sud CFI travaille annuellement avec plusieurs milliers de bénéficiaires dont les parcours sont souvent stables. Plusieurs projets permettent d identifier des participants particulièrement motivés et ambitieux. Au delà des objectifs propres à chaque projet auquel ils participent, ces hommes et femmes constituent un réseau qu il convient d animer et d entretenir pour qu il puisse être mobilisé, le moment venu. Enjeux de long terme pour la coopération française Constitution et animation d un réseau de décideurs mobilisable par la coopération française pour faire monter de nouveaux projets Grands objectifs de ce projet Identifier parmi les bénéficiaires des projets les personnalités les plus intéressées par la participation à un tel réseau Animer ce réseau afin que les bénéficiaires y trouvent un intérêt et qu ils l alimentent dans la durée Approche de CFI Mise en place d un outil de suivi Identification des contacts les plus pertinents au sein de chaque projet lors de sa mise en œuvre ou au moment de son évaluation Elaboration d une politique de suivi pour faire vivre le réseau, l animer, mettre à jour les contacts et créer un lien durable avec ces professionnels Mesures d impact Capacité de mobilisation en cas d urgence (opportunité, crise) Mise à jour régulière du réseau Connaissance accrue des marchés des pays du Sud et des évolutions en préparation SafirLab 2013 : Lancé en 2012, le projet SafirLab est imaginé par l Institut français et CFI afin de répondre aux demandes du ministère des Affaires étrangères qui constate que les relais traditionnels des ambassades ont sous estimé l ampleur des printemps arabes. Un groupe de jeunes acteurs de la société civile de 6 pays du Partenariat de Deauville (Maroc, Tunisie, Libye, Egypte, Jordanie et Yémen) est invité à Paris où des tuteurs les encadrent et les conseillent dans la conduite de leurs projets personnels. CFI suit plus particulièrement les jeunes professionnels du secteur des médias. à Le système de sélection permet d identifier de jeunes professionnels qui n ont pas de lien naturel avec la France. En les accompagnant dans leur langue de travail, la coopération française partage certaines expériences et établit des liens avec ces futurs décideurs, porteurs pour certains d une ambition de modernisation de leurs sociétés. Page 9 sur 9

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

d excellence Eiffel Le programme Recruter et former l élite mondiale de demain Campus France Campus France votre interlocuteur unique vous accompagne

d excellence Eiffel Le programme Recruter et former l élite mondiale de demain Campus France Campus France votre interlocuteur unique vous accompagne CAMPUS FANCE h votre interlocuteur unique Le programme d excellence Eiffel http://www.campusfrance.org/fr/formulaire/listes-de-diffusion Une inscription à la liste de diffusion est proposée sur le site

Plus en détail

Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers

Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers Le programme de bourses d excellence Eiffel est l un des volets de la nouvelle politique d'accueil des étudiants étrangers adoptée

Plus en détail

Sommaire. Avant-propos 3 Chiffres clefs 4-5. Réseau et partenaires 6-7. Promouvoir 8-9. Accompagner 10-11. Faciliter 12-13

Sommaire. Avant-propos 3 Chiffres clefs 4-5. Réseau et partenaires 6-7. Promouvoir 8-9. Accompagner 10-11. Faciliter 12-13 Sommaire Avant-propos 3 Chiffres clefs 4-5 De la mobilité internationale Réseau et partenaires 6-7 Espaces et établissements d enseignement supérieur Promouvoir 8-9 Mettre en valeur l enseignement supérieur

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO I APPROCHE A - Contexte B - État des lieux de la recherche dans les pays de la zone II OBJECTIFS A Objectif général B Objectifs spécifiques

Plus en détail

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes Inventons l avenir ensemble Fonds de dotation de l École des Mines de Nantes Imaginons et construisons l avenir ensemble Dans un monde hautement concurrentiel et globalisé, sujet à de profondes mutations

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Languedoc-Roussillon Pour des jeunes compétents et des entreprises compétitives Octobre 2012 Préambule : La Contribution des

Plus en détail

Programme Jeunes Leaders Termes de référence

Programme Jeunes Leaders Termes de référence Programme Jeunes Leaders Termes de référence 1. Présentation générale du programme bsfcampus 1.1 Présentation résumée du programme Bibliothèques Sans Frontières reçoit le soutien de la Fondation Bill &

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES. PROGRAMME EIFFEL Session 2013-2014 VADE-MECUM

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES. PROGRAMME EIFFEL Session 2013-2014 VADE-MECUM MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DIRECTION GENERALE DE LA MONDIALISATION, DU DEVELOPPEMENT ET DES PARTENARIATS Direction des politiques de mobilité et d attractivité Sous-direction de l enseignement supérieur

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

MASTER PARCOURS DIRECTION D ENTREPRISE ET METIERS DU CONSEIL SCIENCES DU MANAGEMENT SPÉCIALITÉ INGENIERIE DU MANAGEMENT. www.univ-littoral.

MASTER PARCOURS DIRECTION D ENTREPRISE ET METIERS DU CONSEIL SCIENCES DU MANAGEMENT SPÉCIALITÉ INGENIERIE DU MANAGEMENT. www.univ-littoral. MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT SPÉCIALITÉ INGENIERIE DU MANAGEMENT PARCOURS DIRECTION D ENTREPRISE ET METIERS DU CONSEIL www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION Cette formation

Plus en détail

INNOVATION & DESIGN THINKING

INNOVATION & DESIGN THINKING 1 INNOVATION & DESIGN THINKING @kedgeds facebook.com/kedgeds DESIGN OUR FUTURES. INVENTER NOS FUTURS. INNOVATION & DESIGN THINKING 3 KEDGE DESIGN SCHOOL LES + DU PARCOURS KEDGE Design School est une École

Plus en détail

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 MISE A JOUR LE 27 JUIN 2012 CHARTE DES BOURSES DE LA FONDATION PALLADIO Le programme de bourses de la Fondation Palladio, sous l égide de la Fondation de France, vise

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION (PICRI)

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION (PICRI) Unité Développement Direction de la recherche et de l enseignement supérieur Appel à projets PICRI 2012 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 Le programme de bourses Eiffel comporte deux volets : - un volet master qui permet de financer une formation diplômante de niveau master de 12 à 36 mois ; - un volet doctorat

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Campus Université CAMPUS UNIVERSITÉ

Campus Université CAMPUS UNIVERSITÉ Campus Université CAMPUS UNIVERSITÉ Campus Université Université Stendhal-Grenoble 3 UFR des Sciences de la Communication Le premier cycle Établie depuis octobre 1996 dans les nouveaux locaux de l Institut

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

Charte de qualité. pour l accueil des boursiers du gouvernement français

Charte de qualité. pour l accueil des boursiers du gouvernement français Charte de qualité pour l accueil des boursiers du gouvernement français Bien accueillir les étudiants étrangers correspond pour la France à une quadruple nécessité : culturelle, universitaire, économique

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

école nationale d administration

école nationale d administration école nationale d administration une école de service public et d application Créée par le Général de Gaulle en octobre 1945, l École nationale d administration a pour principes fondateurs de démocratiser

Plus en détail

Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur

Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur Le développement des technologies de l information et de la communication dans l enseignement supérieur Sous-direction des TICE service des technologies et des systèmes d information Secrétariat général

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

AVEC VOUS TAXE D APPRENTISSAGE 2014

AVEC VOUS TAXE D APPRENTISSAGE 2014 AVEC VOUS TAXE D APPRENTISSAGE 2014 L année 2014 marque pour le groupe EDHEC de nouvelles ambitions internationales, empruntes d une philosophie qui est toujours la même depuis sa création : être l école

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

Licence professionnelle Entrepreneuriat

Licence professionnelle Entrepreneuriat Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Entrepreneuriat Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Concours international 2015

Concours international 2015 Diplôme Ina (grade master) Gestion de patrimoines audiovisuels Production Concours international 2015 Règlement Ina SUP 2 e cycle Institut national de l audiovisuel 4, avenue de l Europe - 94366 Bry-sur-Marne

Plus en détail

Découvrez EMLYON EDUCATING ENTREPRENEURS FOR THE WORLD. www.em-lyon.com

Découvrez EMLYON EDUCATING ENTREPRENEURS FOR THE WORLD. www.em-lyon.com Découvrez EMLYON EDUCATING ENTREPRENEURS FOR THE WORLD www.em-lyon.com Préparer des entrepreneurs pour le monde Mission EMLYON est une Business School européenne dédiée à l apprentissage du management

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire, patrimoine et technologies numériques de l Ecole Nationale des Chartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle 1 Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle Délibération CPR n 15.07.24.88 du 3 juillet 2015 Abroge et remplace

Plus en détail

Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international

Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international Opérateur du ministère des Affaires étran gères et européennes (MAEE) et du ministre de l Immi gration, de l Intégration, de l

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 mai 2012 à 9 h 30 «Coopération et coordination en matière de retraite entre la France et l'étranger» Document N 1 Document de travail, n engage

Plus en détail

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports 1 PRéambule 2 PRoblématique Les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports ont

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de l'innovation, de la communication et de la culture de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2014-2015

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2014-2015 DIRECTION GENERALE DE LA MONDIALISATION, DU DEVELOPPEMENT ET DES PARTENARIATS Direction de la coopération culturelle, universitaire et de la recherche Sous-direction de l enseignement supérieur PROGRAMME

Plus en détail

Concours international 2014

Concours international 2014 Diplôme Ina (grade master) Gestion de patrimoines audiovisuels Production Concours international 2014 Règlement Ina SUP 2 e cycle Institut national de l audiovisuel 4, avenue de l Europe - 94366 Bry-sur-Marne

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES. PROGRAMME EIFFEL Session 2010-2011 VADE-MECUM

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES. PROGRAMME EIFFEL Session 2010-2011 VADE-MECUM MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES DIRECTION GENERALE DE LA MONDIALISATION, DU DEVELOPPEMENT ET DES PARTENARIATS Direction des politiques de mobilité et d attractivité Sous-direction de l

Plus en détail

L Apprentissage à Sciences Po

L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po g Une filière en développement Depuis 2006, Sciences Po développe activement ses formations en apprentissage. Sept masters proposent aujourd

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des petites organisations durables de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Master Management des ressources humaines et organisation

Master Management des ressources humaines et organisation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des ressources humaines et organisation Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1)

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1) Formation et mise en réseau en marketing, distribution, financement et media numériques pour producteurs méditerranéens de documentaires et de longmétrages Lignes Directrices Date limite de dépôt de candidature:

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS

Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS - Quelques défis chiffrés - Une France pauvre ou confortable? - La France attire-t-elle? - Les défis sociaux sont-ils nationaux? - Quelle

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO

L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO 130 C est le nombre d apprentis à Sciences Po en 2014. Sciences Po souhaite atteindre le nombre de 150 apprentis par an, soit 10 % d une promotion. l apprentissage à Sciences

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Energies renouvelables et efficacité énergétique de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Conseil d Administration

Conseil d Administration Conseil d Administration - Séance du 11 mars 2014 - Point n 5 de l ordre du jour Relations internationales - Déclaration de politique internationale Présidence Déclaration de politique internationale Mars

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 L alternance contribue à renforcer la professionnalisation des étudiants. Elle offre une véritable voie de sociabilisation

Plus en détail

BILAN DES ADMISSIONS 2014

BILAN DES ADMISSIONS 2014 BILAN DES ADMISSIONS «LE BILAN DES ADMISSIONS MONTRE BIEN QU AUJOURD HUI SCIENCES PO RECRUTE SUR TOUS LES TERRITOIRES.» FRÉDÉRIC MION, DIRECTEUR DE SCIENCES PO EDITO Institution singulière dans le paysage

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE

CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE UNE NOUVELLE DONNE EN 1 ER CYCLE Ouvert à la rentrée 2012, le Cycle Pluridisciplinaire d Etudes Supérieures (CPES)

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle de la bancassurance de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Concepteur et intégrateur web et mobiles de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Arts culinaires des tables de l océan indien de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création publicitaire de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

VADE MECUM. Appel à propositions ERASMUS MUNDUS

VADE MECUM. Appel à propositions ERASMUS MUNDUS Bureau des Relations Internationales Aurélie SEGUIN VADE MECUM Appel à propositions ERASMUS MUNDUS Le programme Erasmus Mundus a été créé en 2004 pour une durée de 5 ans. Il est entré dans sa deuxième

Plus en détail