TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS"

Transcription

1 TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012

2 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012, un forum participatif préparé et animé par l ODIS, qui a permis à près d une centaine de personnes d échanger pendant 2 heures. Après une courte présentation des résultats des répondants de la région Centre à la consultation «Nouveau dialogue», Jean-François Chantaraud a donné la parole aux participants. Ce document présente la synthèse des échanges sur le thème «Comment construire une société plus juste et plus performante?». Sommaire Sommaire... 2 Remettre de l humain dans le monde professionnel... 3 Lutter contre les effets pervers de l automatisation... 3 Développer une culture d engagement pour lutter contre l individualisme... 3 Recréer des temps d interactions et d échanges physiques entre les personnes dans l entreprise... 7 Renforcer le rôle et l action du syndicat dans l entreprise... 8 Réaffirmer le rôle constructif du syndicat dans l entreprise... 8 Encourager l engagement syndical Construire le lien entre les salariés et les dirigeants Influencer les décisions stratégiques de l entreprise Construire la visibilité de la CFE-CGC dans la société CONCLUSION

3 Comment construire une société plus juste et plus performante? Remettre de l humain dans le monde professionnel Lutter contre les effets pervers de l automatisation DIAGNOSTIC : Aujourd hui, il n y a quasiment plus de métiers pour les personnes qui ont peu de capacités et peu de formation, elles ont du mal à trouver un emploi et avoir une place dans la société. Les caissières des supermarchés par exemple, ou les agents de péage des autoroutes sont de plus en plus remplacés par des machines. Or ces emplois ne sont pas délocalisables et créent du lien social. OBJECTIF A POURSUIVRE : Remettre en question un modèle de développement qui cherche la rentabilité en remplaçant l homme par la machine. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Toutes les automatisations qui détruisent l emploi local et social devraient être fortement taxées. Par exemple il faudrait que cela coûte plus cher pour les sociétés d autoroutes de mettre en place des machines que d employer des personnes. Développer une culture d engagement pour lutter contre l individualisme DIAGNOSTIC 1 : Déficit de citoyenneté et de solidarité tant dans l entreprise que dans la société : - Les jeunes cadres sont beaucoup plus individualistes que les générations précédentes. Les nouvelles générations d ingénieurs par exemple, font souvent passer leur ambition personnelle avant tout. - Aujourd hui la plupart des personnes veulent défendre leurs droits sans jamais s engager ni assumer leurs devoirs. - La notion de collectif est plus difficile à construire aujourd hui car le contexte a changé : dans une entreprise on retrouve des gens qui viennent de tous horizons et qui ne se projettent pas forcément à long terme dans l entreprise dans laquelle ils sont aujourd hui. 3

4 OBJECTIF A POURSUIVRE : Pour faire avancer l intérêt général, il faut une dose d engagement citoyen de la part de tous. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Sortir de l individualisme en rappelant les droits et les devoirs de chacun dans l entreprise et dans la société. Tenir compte de la complexité des personnes (contexte culturel, social, etc) pour aider les salariés à travailler ensemble et à mieux se connaître pour partager une même vision. 4

5 PROPOSITIONS : Education : rétablir une forme d instruction civique pour apprendre les comportements citoyens et l engagement dès l école. Famille : responsabiliser les familles sur l engagement citoyen et la notion de droits et devoirs. Entreprise : les salariés qui ne s engagent pas dans le débat collectif ne devraient pas pouvoir bénéficier des acquis permis par le travail des syndicats. DIAGNOSTIC 2 : Les salariés sont peu engagés dans le collectif et peu investis dans le projet de leur entreprise : - Logique d irresponsabilité : les personnes travaillent mais ne sont pas engagées, pas acteurs dans l entreprise. Elles ne considèrent par exemple plus les clients avec autant d attention qu avant. Cette logique est en grande partie liée au désabusement des salariés car ils savent que quand l entreprise fonctionne bien, c est l actionnaire qui en bénéficie, mais quand elle fonctionne mal, ce sont eux, les salariés, qui doivent en payer le prix et faire face aux difficultés. - Par ailleurs, dans les grandes écoles qui forment les futurs dirigeants, on amène les étudiants à avoir une certaine méfiance vis-à-vis des syndicats. Dans le même temps, dans les entreprises, les salariés sont, de façon assez systématique, méfiants vis-à-vis des dirigeants. Cette méfiance mutuelle et ces visions contradictoires dans le monde du travail sont très françaises et assez contre-productives. OBJECTIF A POURSUIVRE : Construire l engagement de tous pour le collectif de l entreprise à travers le développement de la participation des salariés au capital et aux processus de réflexion. PROPOSITION AUX ENTREPRISES ET AUX SYNDICATS : Il faut que les salariés prennent possession de leur entreprise, tant au niveau financier qu au niveau stratégique, pour s en sentir responsable et avoir envie de s y impliquer. Cela signifie qu il faudrait d une part développer l actionnariat salarié et d autre part faire participer les salariés à la réflexion sur la stratégie de l entreprise Quand les salariés participent au capital et aux processus de décision, ils sont plus impliqués et plus motivés. DIAGNOSTIC 3 : Les Français ont une culture «anti-entreprise» : - Les délégués et responsables syndicaux issus des autres pays européens (rencontrés dans les comités européens) sont dans une logique culturelle différente des syndicalistes français. Ils apparaissent davantage pro-entreprise : ils travaillent pour une entreprise et non pas seulement dans une entreprise. - En Allemagne, quand un salarié en fait plus pour s investir, il est reconnu par ses dirigeants et ses collègues, alors qu en France les salariés qui s engagent plus que les autres sont remis à leur place et considérés avec méfiance. OBJECTIF A POURSUIVRE : Faire évoluer en France la culture de l engagement pour son entreprise. PROPOSITION : Les personnes les plus impliquées dans leur travail ont généralement choisi leur métier et leur emploi. Il faudrait donc diversifier les possibilités de parcours de formation pour permettre à chacun de choisir son orientation et ne pas rester dans cette logique française qui conduit tous les élèves à 5

6 aller au bac. Il faudrait permettre aux enfants dès la seconde de pouvoir choisir s ils le veulent une orientation «métier», tout en laissant des passerelles par la suite, s ils veulent revenir à des études plus classiques, comme aux Pays-Bas. 6

7 Recréer des temps d interactions et d échanges physiques entre les personnes dans l entreprise DIAGNOSTIC : Les liens entre les personnes se distendent dans les entreprises, les temps d échanges qui permettent de créer du lien deviennent inexistants - Il n y a quasiment plus de communication directe entre les services : les salariés reçoivent 300 mails par jour mais ne se parlent plus directement on assiste à une deshumanisation induite par l informatisation. - Il n y a plus de temps d échange entre collègues car il faut être dans l efficacité 24h sur 24h. Tous les temps d échange informels ont été rognés car ils sont considérés comme du temps de travail non productif alors qu ils permettent de faire vivre un collectif. OBJECTIF A POURSUIVRE : Face à la déshumanisation induite par l informatisation il faudrait trouver les conditions pour que les salariés se parlent et échangent de vive voix. C est important que les personnes apprennent à mieux se connaître, afin d accepter l autre, dans sa différence et de se sentir appartenir à un collectif. PROPOSITION AUX SYNDICATS ET MANAGERS : C est le rôle des syndicats et des managers d organiser l interaction entre les salariés et de faire vivre le sentiment d appartenir à un collectif. OBSTACLE A LA MISE EN ŒUVRE : Les temps d échange informels sont importants pour la cohésion sociale et le climat dans l entreprise, ils doivent être organisés sur le temps de travail et ne doivent pas être un temps d engagement à prendre en dehors du temps de travail. PROPOSITION AUX ENTREPRISES : Faire en sorte que ces temps soit considérés comme des heures de travail (même s ils sont non productifs), car ils sont vecteurs d efficacité collective. DIAGNOSTIC : Aujourd hui il existe davantage d outils permettant aux instances représentatives du personnel de construire le dialogue social, mais cela ne le rend pas toujours plus efficace. L informel et la spontanéité ont été remplacés par des rendez-vous très normés. Cet ensemble de règles peut tuer la capacité à construire le dialogue. PROPOSITION AUX ENTREPRISES : Laisser la place et le temps pour l échange informel constitutif du dialogue social. 7

8 Renforcer le rôle et l action du syndicat dans l entreprise Réaffirmer le rôle constructif du syndicat dans l entreprise DIAGNOSTIC : Les syndicats en France sont perçus comme étant toujours dans l affrontement. OBJECTIF A POURSUIVRE : Il faut s éloigner de cette image. La CFE-CGC doit être (et être perçue comme) acteur de la réussite de l entreprise : - Aller de l avant pour l enrichissement de l entreprise, le bien-être du salarié et la satisfaction client. - Passer d une logique où certains syndicats se servent de l entreprise à une logique où les syndicats servent l entreprise. - Il faut construire la logique de responsabilité des syndicats. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Former différemment les délégués syndicaux Les syndicats sont responsables de former leurs délégués syndicaux à leur rôle. Les syndicats doivent former leurs délégués aux mécanismes de dialogue, avec les directions, avec les salariés, avec les managers, avec les adhérents mais aussi avec les autres délégués syndicaux. Informer et accompagner les salariés Le syndicat doit avoir un rôle d accompagnement des salariés dans le changement. En cas de crise le syndicat doit être force de propositions et communiquer largement EXEMPLE : Le syndicat peut dispenser des formations pour mieux gérer le temps de travail, et accompagner les personnes pour qu elles gagnent en compétences organisationnelles. Organiser la concertation avec tous les acteurs de l entreprise pour défendre l intérêt de tous Définir les grands enjeux de la réflexion au niveau national et au niveau de chaque entreprise Se concerter pour obtenir un consensus Ouvrir le dialogue au maximum de parties prenantes 8

9 Aider les différents acteurs de l entreprise, d un bout à l autre de l échelle, à comprendre : - qu ils doivent œuvrer ensemble pour la survie et le développement de l entreprise. - qu une idée n est pas forcément mauvaise parce qu elle vient d un autre «clan» (autre syndicat, patronat, ). 9

10 Encourager l engagement syndical DIAGNOSTIC : - Les salariés ont souvent peur de s engager dans une démarche syndicale, car ils sont inquiets à l idée d être mal perçus par leur hiérarchie. - Les jeunes sont concentrés sur leur carrière, or l engagement syndical leur semble souvent être briseur de carrière. - Les jeunes de ans qui travaillent sont très peu syndiqués alors que c est un public près à s engager et motivé pour faire valoir ses droits et ceux de ses collègues. - Les cadres ingénieurs et techniciens n ont généralement pas les compétences de communication d entreprise pour promouvoir efficacement la démarche de la CFE- CGC. OBJECTIF A POURSUIVRE : Développer l engagement syndical PROPOSITION AU LEGISLATEUR : Ticket syndical obligatoire : chaque salarié devrait choisir un syndicat pour lequel il souhaite cotiser. PROPOSITION AUX SYNDICATS : La CFE-CGC doit être le syndicat de l encadrement et pas seulement des cadres. Les syndicats doivent former leurs délégués aux principes de communication et de dialogue avec les salariés non adhérents. PROPOSITION AUX SYNDIQUES : Il faut valoriser l engagement syndical quel qu il soit, ce que le cadre peut faire plus aisément grâce à sa position dans l entreprise. Il faut aussi valoriser l engagement des personnes dans d autres syndicats que la CFE-CGC. Aller au contact des salariés pour comprendre leurs enjeux et les impliquer dans une démarche collective: Pour construire la fibre collective, il faut aller rencontrer les salariés en dehors du travail. Il faut notamment aller voir les salariés les plus précaires. Construire le lien entre les salariés et les dirigeants DIAGNOSTIC : - Dans les grandes entreprises, la priorité est de satisfaire les actionnaires. De ce fait, les dirigeants sont souvent devenus des experts financiers qui n ont plus la connaissance de la réalité de terrain de leur entreprise. Pourtant, les résultats de la consultation montrent que ce sont eux sur qui reposent les plus fortes attentes en termes de prise en charge de l intérêt général. - En parallèle, les dirigeants sont généralement craints par les salariés qui n osent pas faire de propositions, par peur de se faire mal voir, du licenciement, etc. OBJECTIF A POURSUIVRE : Se positionner comme le lien à double sens entre salariés et dirigeants PROPOSITION AUX SYNDICATS : Aider les dirigeants à avoir une meilleure connaissance des enjeux de terrain et des attentes des salariés : être davantage dans l échange avec eux pour faire remonter les enjeux et attentes de la base vers le sommet de l échelle hiérarchique. C est un 10

11 rôle particulièrement adapté aux syndicats de l encadrement qui ont une position intermédiaire dans la hiérarchie. Etre plus force de proposition sur des moyens que revendicatifs sur des résultats Recueillir et faire remonter à la direction les attentes mais aussi les propositions des salariés, et montrer aux salariés que leurs propositions sont utiles et mises en œuvre pour certaines 11

12 Influencer les décisions stratégiques de l entreprise DIAGNOSTIC : Le syndicat n a pas de pouvoir de décision, il est seulement consultatif ce qui donne aux syndicalistes le sentiment d être écoutés mais pas entendus. OBJECTIF A POURSUIVRE : Construire une plus forte implication des syndicats dans la gouvernance des entreprises PROPOSITIONS : Il faudrait que les syndicats soient présents aux conseils d administration des entreprises. Il faut redonner au comité d entreprise son rôle économique, sa vocation initiale. DIAGNOSTIC : Les salariés et les cadres méconnaissent généralement les enjeux économiques et stratégiques de l entreprise, soit parce que cela ne les intéresse pas soit parce qu ils n ont pas les compétences nécessaires pour les comprendre. OBJECTIF A POURSUIVRE : Mieux former/informer les étudiants (futurs salariés et responsables syndicaux) et les salariés actuel sur l économie et la gestion d entreprise pour leur donner les outils de compréhension du fonctionnement d une entreprise et de tous ses enjeux économiques. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Proposer aux salariés des formations et/ou informations sur la logique industrielle et stratégique de l entreprise, l économie, la gestion, la gestion de production, PROPOSITION AUX LEGISLATEUR : Faire évoluer les programmes du lycée pour apporter aux élèves de toutes les filières (et pas seulement de quelques filières spécialisées) des enseignements sur l économie en générale, la gestion d entreprise et de services publics, car ces éléments leur permettront plus tard de mieux comprendre leur contexte professionnel Construire la visibilité de la CFE-CGC dans la société DIAGNOSTIC : La CFE-CGC n est pas assez visible et influente hors de l entreprise, elle ne se prononce pas suffisamment sur les enjeux sociétaux. OBJECTIF A POURSUIVRE : Etre dans l échange avec les différents acteurs de la société à l extérieur de l entreprise sur des sujets de société. PROPOSITION A LA CONFEDERATION : Organiser le dialogue avec les acteurs de la société qui ont une influence importante sur le cadre professionnel : l administration, l Europe, l Education nationale, le législateur, les associations d actionnaires salariés CONCLUSION 12

13 Il est nécessaire de sortir de la culture des droits pour entrer dans une culture de devoirs. Le syndicat doit se donner pour mission de construire de la responsabilité de chacun des types d acteurs, que ce soit au sein de l entreprise ou dans la société, ce qui nécessite d organiser la participation de chacun à un projet collectif. Les syndicats, au premier rang desquels la CFE-CGC, pourraient être le lieu de la participation de tous à l entreprise et à la société et de l engagement pour le collectif. 13

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail La reconnaissance au travail vue du terrain Aider les dirigeants dans leur gestion quotidienne des hommes et des équipes confiancesens Innovation dentité collègues sens Innovation Clients Rémunérationévolution

Plus en détail

Guide de déontologie

Guide de déontologie Guide de déontologie S appuyant sur les valeurs dans lesquelles se reconnaissent l ensemble des collaborateurs et qui ont été exposées dans le cadre de la convention d objectifs et de gestion 2006 2009,

Plus en détail

S évaluer. pour progresser dans sa mise en œuvre. du SERVICE CIVIQUE

S évaluer. pour progresser dans sa mise en œuvre. du SERVICE CIVIQUE S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du SERVICE CIVIQUE 1 2 LE MOT DU PRÉSIDENT Entrer dans une démarche d évaluation c est entrer dans une dynamique positive, questionnant les différents mécanismes

Plus en détail

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3Élargir visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27 CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3 Elargir Ligne de force 29 Nous voulons être un mouvement syndical large, représentatif, qui doit

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Séminaire «Quelle formation aujourd hui pour les animateurs d éducation informelle?» Prague 27 novembre 2003 Jean- François Magnin, directeur général adjoint, Ceméa Bonjour, Je voudrais d abord remercier

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014 Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail signé le 27 novembre 2014 Jacques Mouton, GT du Secteur Electrique le 24 février 2015 à Bruxelles Présentation I II III

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social :

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social : Présentée sous forme de témoignages d entreprises et de références incontournables en santé et sécurité au travail, cette brochure est destinée aux entreprises. Elle contribuera au développement d actions

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Ensemble Agissons. pour faire de la diversité une richesse. Le monde bouge, l entreprise aussi! Des clefs pour agir. Une initiative de :

Ensemble Agissons. pour faire de la diversité une richesse. Le monde bouge, l entreprise aussi! Des clefs pour agir. Une initiative de : Ensemble Agissons pour faire de la diversité une richesse Le monde bouge, l entreprise aussi! Des clefs pour agir Une initiative de : Trois acteurs engagés Une démarche conjointe, des objectifs communs

Plus en détail

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF RESULTATS DE L ENQUETE INTERNE «VOIE LIBRE, MODERNISONS NOTRE SECURITE» 9 DECEMBRE 2014 1 POURQUOI UNE ENQUÊTE INTERNE SUR LA SÉCURITÉ? PARCE QUE LA SÉCURITÉ EST NOTRE

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Octobre 2007 Conception - Réalisation : Médiris 04 37 28 93 35 Préambule Il est préalablement exposé : Le Tourisme Social et Associatif est un tourisme à finalité non lucrative

Plus en détail

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail»

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Objectifs Le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Manpower s inscrit dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel sur le Stress au Travail du 2 juillet 2008 et de l Accord sur le Harcèlement

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

Conciliation en matière d équité salariale

Conciliation en matière d équité salariale Conciliation en matière d équité salariale Colloque international CRIMT La négociation au travail Le travail de négociation 25-26 avril 2013 NÉGOCIATION? «L équité salariale ne se négocie pas, elle est

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles IPCS Institution de Progrès et de Concertation sociale dans la Sidérurgie UEL MANAGEMENT POUR CONSTRUIRE UNE PERFORMANCE

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Les entretiens de développement professionnel

Les entretiens de développement professionnel Les entretiens de développement professionnel 2008 Sommaire I. Une philosophie du dialogue 5 II. Les principes retenus 8 III. La préparation à l entretien 9 1. Préparation du collaborateur 9 2. Préparation

Plus en détail

Le Développement Durable : un enjeu majeur et une volonté politique pour la CFE-CGC

Le Développement Durable : un enjeu majeur et une volonté politique pour la CFE-CGC Confédération Française de l Encadrement - CGC Le Développement Durable : un enjeu majeur et une volonté politique pour la CFE-CGC L ambition de la CFE-CGC et les enjeux du Développement Durable La CFE-CGC,

Plus en détail

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC?

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? Evénement organisé par Logica Business Consulting et l Association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) Introduction En septembre 2011,

Plus en détail

ACCORD DU 8 OCTOBRE 2013

ACCORD DU 8 OCTOBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION PREPARER ET CONDUIRE UN ENTRETIEN PROFESSIONNEL Formation accessible à toutes les entreprises de la région Languedoc Roussillon, adhérentes ou non

Plus en détail

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12 Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/6 CORRIGE Sujet zéro n 1 Parties Intitulés Nombre de points 1 Série de questions 12 Trois sujets au choix : 2 Sujet A : Quelles démarches mettre en œuvre

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 Entre : La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

Accord du 19 Mai 2006 Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel d'aquitaine

Accord du 19 Mai 2006 Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel d'aquitaine ACCORD SUR LE STATUT DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL A LA CAISSE REGIONALE D AQUITAINE Accord du 19 Mai 2006 Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel d'aquitaine d une part, Entre les soussignés : * Caisse

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain Dossier de presse Construire la puissance publique de demain Jeudi 11 décembre 2014 0 Sommaire Avant-propos... 2 L État analyse ses missions : une démarche inédite... 3 Une réflexion globale et ouverte...

Plus en détail

Cahier des charges & Règlement

Cahier des charges & Règlement Concours Affiche Evènement «Le mois des Monts» Cahier des charges & Règlement A lire attentivement & à retourner signé Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue.

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN.. LAMBALLE.ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS - 2013-2016 1 SOMMAIRE : - Edito du Président du Conseil Général

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE C/G 15/02/2011 Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE A la demande du gouvernement, Pierre MOREL A L'HUISSIER, Député de LOZERE, rendait en novembre 2006 un rapport sur "Du Télétravail

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 Les élections de représentativité pour les salariés des petites entreprises de moins de 11 salariés auront

Plus en détail

Entreprises : jouons collectif pour sortir de la crise!

Entreprises : jouons collectif pour sortir de la crise! les cahiers de friedland n 6:Maquette Cahiers de Friedland - juillet 2008 14/12/2010 17:50 Page 45 Entreprises : jouons collectif pour sortir de la crise! Michel Bon Président de Fondact Parce que la sortie

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

ÉTUDE QUALITATIVE «Les relations au travail»

ÉTUDE QUALITATIVE «Les relations au travail» M1 CEIC 2011/2012 ÉTUDE QUALITATIVE «Les relations au travail» Projet réalisé pour l Institut Kervégan, Entreprises dans la Cité, Face Loire Atlantique et Escalade Entreprises. L ÉCOLE DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement

Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement 5 Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement Les usages du blog en entreprise Démarrer un blog

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Eurocommerce 15-09-2009 Sommaire Le contexte en France et pour le groupe Carrefour Présentation

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION»

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» COMITE DE STRASBOURG SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» Méthodologie et base de réflexion : Avec près d une quarantaine de participants, d horizons, d âges, d engagements et de professions différents nous

Plus en détail

1 Vers un nouveau lycée en 2010 / www.education.gouv.fr. Conférence de presse

1 Vers un nouveau lycée en 2010 / www.education.gouv.fr. Conférence de presse 1 Vers un nouveau lycée en 2010 / www.education.gouv.fr Conférence de presse Sommaire MIEUX ORIENTER Une orientation plus progressive Une orientation plus ouverte Une orientation plus juste MIEUX ACCOMPAGNER

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations.

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Remarque : Les constats de cette visite sont indiqués en italique dans le rapport, les préconisations sont indiquées en gras.

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail