TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS"

Transcription

1 TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012

2 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012, un forum participatif préparé et animé par l ODIS, qui a permis à près d une centaine de personnes d échanger pendant 2 heures. Après une courte présentation des résultats des répondants de la région Centre à la consultation «Nouveau dialogue», Jean-François Chantaraud a donné la parole aux participants. Ce document présente la synthèse des échanges sur le thème «Comment construire une société plus juste et plus performante?». Sommaire Sommaire... 2 Remettre de l humain dans le monde professionnel... 3 Lutter contre les effets pervers de l automatisation... 3 Développer une culture d engagement pour lutter contre l individualisme... 3 Recréer des temps d interactions et d échanges physiques entre les personnes dans l entreprise... 7 Renforcer le rôle et l action du syndicat dans l entreprise... 8 Réaffirmer le rôle constructif du syndicat dans l entreprise... 8 Encourager l engagement syndical Construire le lien entre les salariés et les dirigeants Influencer les décisions stratégiques de l entreprise Construire la visibilité de la CFE-CGC dans la société CONCLUSION

3 Comment construire une société plus juste et plus performante? Remettre de l humain dans le monde professionnel Lutter contre les effets pervers de l automatisation DIAGNOSTIC : Aujourd hui, il n y a quasiment plus de métiers pour les personnes qui ont peu de capacités et peu de formation, elles ont du mal à trouver un emploi et avoir une place dans la société. Les caissières des supermarchés par exemple, ou les agents de péage des autoroutes sont de plus en plus remplacés par des machines. Or ces emplois ne sont pas délocalisables et créent du lien social. OBJECTIF A POURSUIVRE : Remettre en question un modèle de développement qui cherche la rentabilité en remplaçant l homme par la machine. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Toutes les automatisations qui détruisent l emploi local et social devraient être fortement taxées. Par exemple il faudrait que cela coûte plus cher pour les sociétés d autoroutes de mettre en place des machines que d employer des personnes. Développer une culture d engagement pour lutter contre l individualisme DIAGNOSTIC 1 : Déficit de citoyenneté et de solidarité tant dans l entreprise que dans la société : - Les jeunes cadres sont beaucoup plus individualistes que les générations précédentes. Les nouvelles générations d ingénieurs par exemple, font souvent passer leur ambition personnelle avant tout. - Aujourd hui la plupart des personnes veulent défendre leurs droits sans jamais s engager ni assumer leurs devoirs. - La notion de collectif est plus difficile à construire aujourd hui car le contexte a changé : dans une entreprise on retrouve des gens qui viennent de tous horizons et qui ne se projettent pas forcément à long terme dans l entreprise dans laquelle ils sont aujourd hui. 3

4 OBJECTIF A POURSUIVRE : Pour faire avancer l intérêt général, il faut une dose d engagement citoyen de la part de tous. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Sortir de l individualisme en rappelant les droits et les devoirs de chacun dans l entreprise et dans la société. Tenir compte de la complexité des personnes (contexte culturel, social, etc) pour aider les salariés à travailler ensemble et à mieux se connaître pour partager une même vision. 4

5 PROPOSITIONS : Education : rétablir une forme d instruction civique pour apprendre les comportements citoyens et l engagement dès l école. Famille : responsabiliser les familles sur l engagement citoyen et la notion de droits et devoirs. Entreprise : les salariés qui ne s engagent pas dans le débat collectif ne devraient pas pouvoir bénéficier des acquis permis par le travail des syndicats. DIAGNOSTIC 2 : Les salariés sont peu engagés dans le collectif et peu investis dans le projet de leur entreprise : - Logique d irresponsabilité : les personnes travaillent mais ne sont pas engagées, pas acteurs dans l entreprise. Elles ne considèrent par exemple plus les clients avec autant d attention qu avant. Cette logique est en grande partie liée au désabusement des salariés car ils savent que quand l entreprise fonctionne bien, c est l actionnaire qui en bénéficie, mais quand elle fonctionne mal, ce sont eux, les salariés, qui doivent en payer le prix et faire face aux difficultés. - Par ailleurs, dans les grandes écoles qui forment les futurs dirigeants, on amène les étudiants à avoir une certaine méfiance vis-à-vis des syndicats. Dans le même temps, dans les entreprises, les salariés sont, de façon assez systématique, méfiants vis-à-vis des dirigeants. Cette méfiance mutuelle et ces visions contradictoires dans le monde du travail sont très françaises et assez contre-productives. OBJECTIF A POURSUIVRE : Construire l engagement de tous pour le collectif de l entreprise à travers le développement de la participation des salariés au capital et aux processus de réflexion. PROPOSITION AUX ENTREPRISES ET AUX SYNDICATS : Il faut que les salariés prennent possession de leur entreprise, tant au niveau financier qu au niveau stratégique, pour s en sentir responsable et avoir envie de s y impliquer. Cela signifie qu il faudrait d une part développer l actionnariat salarié et d autre part faire participer les salariés à la réflexion sur la stratégie de l entreprise Quand les salariés participent au capital et aux processus de décision, ils sont plus impliqués et plus motivés. DIAGNOSTIC 3 : Les Français ont une culture «anti-entreprise» : - Les délégués et responsables syndicaux issus des autres pays européens (rencontrés dans les comités européens) sont dans une logique culturelle différente des syndicalistes français. Ils apparaissent davantage pro-entreprise : ils travaillent pour une entreprise et non pas seulement dans une entreprise. - En Allemagne, quand un salarié en fait plus pour s investir, il est reconnu par ses dirigeants et ses collègues, alors qu en France les salariés qui s engagent plus que les autres sont remis à leur place et considérés avec méfiance. OBJECTIF A POURSUIVRE : Faire évoluer en France la culture de l engagement pour son entreprise. PROPOSITION : Les personnes les plus impliquées dans leur travail ont généralement choisi leur métier et leur emploi. Il faudrait donc diversifier les possibilités de parcours de formation pour permettre à chacun de choisir son orientation et ne pas rester dans cette logique française qui conduit tous les élèves à 5

6 aller au bac. Il faudrait permettre aux enfants dès la seconde de pouvoir choisir s ils le veulent une orientation «métier», tout en laissant des passerelles par la suite, s ils veulent revenir à des études plus classiques, comme aux Pays-Bas. 6

7 Recréer des temps d interactions et d échanges physiques entre les personnes dans l entreprise DIAGNOSTIC : Les liens entre les personnes se distendent dans les entreprises, les temps d échanges qui permettent de créer du lien deviennent inexistants - Il n y a quasiment plus de communication directe entre les services : les salariés reçoivent 300 mails par jour mais ne se parlent plus directement on assiste à une deshumanisation induite par l informatisation. - Il n y a plus de temps d échange entre collègues car il faut être dans l efficacité 24h sur 24h. Tous les temps d échange informels ont été rognés car ils sont considérés comme du temps de travail non productif alors qu ils permettent de faire vivre un collectif. OBJECTIF A POURSUIVRE : Face à la déshumanisation induite par l informatisation il faudrait trouver les conditions pour que les salariés se parlent et échangent de vive voix. C est important que les personnes apprennent à mieux se connaître, afin d accepter l autre, dans sa différence et de se sentir appartenir à un collectif. PROPOSITION AUX SYNDICATS ET MANAGERS : C est le rôle des syndicats et des managers d organiser l interaction entre les salariés et de faire vivre le sentiment d appartenir à un collectif. OBSTACLE A LA MISE EN ŒUVRE : Les temps d échange informels sont importants pour la cohésion sociale et le climat dans l entreprise, ils doivent être organisés sur le temps de travail et ne doivent pas être un temps d engagement à prendre en dehors du temps de travail. PROPOSITION AUX ENTREPRISES : Faire en sorte que ces temps soit considérés comme des heures de travail (même s ils sont non productifs), car ils sont vecteurs d efficacité collective. DIAGNOSTIC : Aujourd hui il existe davantage d outils permettant aux instances représentatives du personnel de construire le dialogue social, mais cela ne le rend pas toujours plus efficace. L informel et la spontanéité ont été remplacés par des rendez-vous très normés. Cet ensemble de règles peut tuer la capacité à construire le dialogue. PROPOSITION AUX ENTREPRISES : Laisser la place et le temps pour l échange informel constitutif du dialogue social. 7

8 Renforcer le rôle et l action du syndicat dans l entreprise Réaffirmer le rôle constructif du syndicat dans l entreprise DIAGNOSTIC : Les syndicats en France sont perçus comme étant toujours dans l affrontement. OBJECTIF A POURSUIVRE : Il faut s éloigner de cette image. La CFE-CGC doit être (et être perçue comme) acteur de la réussite de l entreprise : - Aller de l avant pour l enrichissement de l entreprise, le bien-être du salarié et la satisfaction client. - Passer d une logique où certains syndicats se servent de l entreprise à une logique où les syndicats servent l entreprise. - Il faut construire la logique de responsabilité des syndicats. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Former différemment les délégués syndicaux Les syndicats sont responsables de former leurs délégués syndicaux à leur rôle. Les syndicats doivent former leurs délégués aux mécanismes de dialogue, avec les directions, avec les salariés, avec les managers, avec les adhérents mais aussi avec les autres délégués syndicaux. Informer et accompagner les salariés Le syndicat doit avoir un rôle d accompagnement des salariés dans le changement. En cas de crise le syndicat doit être force de propositions et communiquer largement EXEMPLE : Le syndicat peut dispenser des formations pour mieux gérer le temps de travail, et accompagner les personnes pour qu elles gagnent en compétences organisationnelles. Organiser la concertation avec tous les acteurs de l entreprise pour défendre l intérêt de tous Définir les grands enjeux de la réflexion au niveau national et au niveau de chaque entreprise Se concerter pour obtenir un consensus Ouvrir le dialogue au maximum de parties prenantes 8

9 Aider les différents acteurs de l entreprise, d un bout à l autre de l échelle, à comprendre : - qu ils doivent œuvrer ensemble pour la survie et le développement de l entreprise. - qu une idée n est pas forcément mauvaise parce qu elle vient d un autre «clan» (autre syndicat, patronat, ). 9

10 Encourager l engagement syndical DIAGNOSTIC : - Les salariés ont souvent peur de s engager dans une démarche syndicale, car ils sont inquiets à l idée d être mal perçus par leur hiérarchie. - Les jeunes sont concentrés sur leur carrière, or l engagement syndical leur semble souvent être briseur de carrière. - Les jeunes de ans qui travaillent sont très peu syndiqués alors que c est un public près à s engager et motivé pour faire valoir ses droits et ceux de ses collègues. - Les cadres ingénieurs et techniciens n ont généralement pas les compétences de communication d entreprise pour promouvoir efficacement la démarche de la CFE- CGC. OBJECTIF A POURSUIVRE : Développer l engagement syndical PROPOSITION AU LEGISLATEUR : Ticket syndical obligatoire : chaque salarié devrait choisir un syndicat pour lequel il souhaite cotiser. PROPOSITION AUX SYNDICATS : La CFE-CGC doit être le syndicat de l encadrement et pas seulement des cadres. Les syndicats doivent former leurs délégués aux principes de communication et de dialogue avec les salariés non adhérents. PROPOSITION AUX SYNDIQUES : Il faut valoriser l engagement syndical quel qu il soit, ce que le cadre peut faire plus aisément grâce à sa position dans l entreprise. Il faut aussi valoriser l engagement des personnes dans d autres syndicats que la CFE-CGC. Aller au contact des salariés pour comprendre leurs enjeux et les impliquer dans une démarche collective: Pour construire la fibre collective, il faut aller rencontrer les salariés en dehors du travail. Il faut notamment aller voir les salariés les plus précaires. Construire le lien entre les salariés et les dirigeants DIAGNOSTIC : - Dans les grandes entreprises, la priorité est de satisfaire les actionnaires. De ce fait, les dirigeants sont souvent devenus des experts financiers qui n ont plus la connaissance de la réalité de terrain de leur entreprise. Pourtant, les résultats de la consultation montrent que ce sont eux sur qui reposent les plus fortes attentes en termes de prise en charge de l intérêt général. - En parallèle, les dirigeants sont généralement craints par les salariés qui n osent pas faire de propositions, par peur de se faire mal voir, du licenciement, etc. OBJECTIF A POURSUIVRE : Se positionner comme le lien à double sens entre salariés et dirigeants PROPOSITION AUX SYNDICATS : Aider les dirigeants à avoir une meilleure connaissance des enjeux de terrain et des attentes des salariés : être davantage dans l échange avec eux pour faire remonter les enjeux et attentes de la base vers le sommet de l échelle hiérarchique. C est un 10

11 rôle particulièrement adapté aux syndicats de l encadrement qui ont une position intermédiaire dans la hiérarchie. Etre plus force de proposition sur des moyens que revendicatifs sur des résultats Recueillir et faire remonter à la direction les attentes mais aussi les propositions des salariés, et montrer aux salariés que leurs propositions sont utiles et mises en œuvre pour certaines 11

12 Influencer les décisions stratégiques de l entreprise DIAGNOSTIC : Le syndicat n a pas de pouvoir de décision, il est seulement consultatif ce qui donne aux syndicalistes le sentiment d être écoutés mais pas entendus. OBJECTIF A POURSUIVRE : Construire une plus forte implication des syndicats dans la gouvernance des entreprises PROPOSITIONS : Il faudrait que les syndicats soient présents aux conseils d administration des entreprises. Il faut redonner au comité d entreprise son rôle économique, sa vocation initiale. DIAGNOSTIC : Les salariés et les cadres méconnaissent généralement les enjeux économiques et stratégiques de l entreprise, soit parce que cela ne les intéresse pas soit parce qu ils n ont pas les compétences nécessaires pour les comprendre. OBJECTIF A POURSUIVRE : Mieux former/informer les étudiants (futurs salariés et responsables syndicaux) et les salariés actuel sur l économie et la gestion d entreprise pour leur donner les outils de compréhension du fonctionnement d une entreprise et de tous ses enjeux économiques. PROPOSITION AUX SYNDICATS : Proposer aux salariés des formations et/ou informations sur la logique industrielle et stratégique de l entreprise, l économie, la gestion, la gestion de production, PROPOSITION AUX LEGISLATEUR : Faire évoluer les programmes du lycée pour apporter aux élèves de toutes les filières (et pas seulement de quelques filières spécialisées) des enseignements sur l économie en générale, la gestion d entreprise et de services publics, car ces éléments leur permettront plus tard de mieux comprendre leur contexte professionnel Construire la visibilité de la CFE-CGC dans la société DIAGNOSTIC : La CFE-CGC n est pas assez visible et influente hors de l entreprise, elle ne se prononce pas suffisamment sur les enjeux sociétaux. OBJECTIF A POURSUIVRE : Etre dans l échange avec les différents acteurs de la société à l extérieur de l entreprise sur des sujets de société. PROPOSITION A LA CONFEDERATION : Organiser le dialogue avec les acteurs de la société qui ont une influence importante sur le cadre professionnel : l administration, l Europe, l Education nationale, le législateur, les associations d actionnaires salariés CONCLUSION 12

13 Il est nécessaire de sortir de la culture des droits pour entrer dans une culture de devoirs. Le syndicat doit se donner pour mission de construire de la responsabilité de chacun des types d acteurs, que ce soit au sein de l entreprise ou dans la société, ce qui nécessite d organiser la participation de chacun à un projet collectif. Les syndicats, au premier rang desquels la CFE-CGC, pourraient être le lieu de la participation de tous à l entreprise et à la société et de l engagement pour le collectif. 13

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Des questions pour poursuivre la réfl exion

Des questions pour poursuivre la réfl exion Des questions pour poursuivre la réfl exion EXPLICATIONS PRÉALABLES En complément du diaporama sur les résultats de l étude sur les CHSCT et selon à qui s adresse cette présentation, il est proposé une

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être COACHING PROFESSIONNEL Points de repères et démarche en entreprise Performance et Bien-être Le coaching professionnel vise à stimuler la performance et à dynamiser les changements dans des contextes à

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Quels managers pour demain?

Quels managers pour demain? Quels managers pour demain? REFLEXIONS DE L OBSERVATOIRE SOCIAL INTERNATIONAL Trois évolutions concomitantes Transformant les missions des managers : 1. L irruption de la société civile dans l entreprise

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Conciliation en matière d équité salariale

Conciliation en matière d équité salariale Conciliation en matière d équité salariale Colloque international CRIMT La négociation au travail Le travail de négociation 25-26 avril 2013 NÉGOCIATION? «L équité salariale ne se négocie pas, elle est

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012)

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Sans président, l association est en danger. Homme ou femme, le président est avant tout la personne qui représente physiquement l association.

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social :

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social : Présentée sous forme de témoignages d entreprises et de références incontournables en santé et sécurité au travail, cette brochure est destinée aux entreprises. Elle contribuera au développement d actions

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique Entrer dans une démarche d évaluation c est entrer dans une dynamique positive, questionnant les différents

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles IPCS Institution de Progrès et de Concertation sociale dans la Sidérurgie UEL MANAGEMENT POUR CONSTRUIRE UNE PERFORMANCE

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI:

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: METTRE EN EVIDENCE LES CONDITIONS DE REUSSITE DE LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE A L ENSEMBLE DES SALARIES,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant PARCOURS MANAGEMENT Un parcours permettant le développement commun et cohérent des managers du groupe qui facilite des passerelles en entre BU/ métiers. DEVENIR MANAGER Manager débutant Réussir sa prise

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise GUIDE PRATIQUE ENTRETIEN PROFESSIONNEL Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI ENTRETIEN professionnel L article 1er de l accord national

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES»

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 1 PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 2 SOMMAIRE. I. Une Histoire...3 II. Les principes fondamentaux...3 III. Les objectifs...4 IV. Les actions...4 Actions envers les jeunes...4 Actions envers les

Plus en détail

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE Contribuer au bien-être des étudiants et créer les conditions de leur réussite INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE LE REGIME ETUDIANT CONSTITUE UNE TRANSITION VERS LA VIE D ADULTE CONTACT

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Travail et mobilité. Résultats d étude. Janvier 2015. Travail et mobilité. TNS Janvier 2015 48UQ92

Travail et mobilité. Résultats d étude. Janvier 2015. Travail et mobilité. TNS Janvier 2015 48UQ92 Résultats d étude Janvier 2015 Sommaire 1 Rappel Méthodologique 4 2 Résultats de l étude 6 Emmanuel Rivière Emmanuel.Riviere@tns-sofres.com 01 40 92 46 30 Clément Nicola Clement.Nicola@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

PROGRAMME POEC METIERS DE LA RELATION CLIENT 2015

PROGRAMME POEC METIERS DE LA RELATION CLIENT 2015 PROGRAMME POEC METIERS DE LA RELATION CLIENT 2015 MODULES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES CONTENU PEDAGOGIQUE METHODES PEDAGOGIQUES MODALITES D EVALUATION Journée d intégration (7 heures) Journée d intégration

Plus en détail