Rapport financier 2014 Groupe Lombard Odier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport financier 2014 Groupe Lombard Odier"

Transcription

1 Rapport financier 2014 Groupe Lombard Odier

2 Rapport financier 2014 Table des matières Introduction 01 En bref 02 Principaux développements 04 Stratégie 06 Lignes de métier Clientèle privée 08 Asset management 10 Services technologiques & bancaires 12 Responsabilité sociale 14 Governance 16 Indications relatives à la gestion des risques 20 Etats financiers 24 Contacts 58

3 Introduction Temps forts et chiffres clés : un premier exercice Malgré un environnement incertain sur les marchés financiers, 2014 aura été pour nous une année riche en événements marquée par l évolution de notre structure, la première publication de résultats de notre histoire et le lancement de solutions nouvelles et innovantes pour nos clients. Au niveau mondial, le fossé entre les différentes économies s est creusé en 2014 : les Etats-Unis ont confirmé leur leadership, portés par une remarquable résurgence de leur compétitivité industrielle ; l Europe a continué à lutter pour ne pas basculer dans la récession et le Japon a mis du temps à mettre en place des réformes structurelles crédibles ; les économies émergentes ont quant à elles affiché des résultats contrastés. S agissant des marchés financiers, c est indéniablement la solide performance des obligations qui a créé la surprise, les investisseurs ayant été contraints d accepter une croissance potentielle de long terme plus faible, une inflation modérée et la perspective du maintien de taux d intérêt bas. Certains marchés actions ont également tiré leur épingle du jeu même si les matières premières, et avec elles les principaux pays producteurs, ont pâti de l effort transitionnel de la Chine visant à passer d une croissance portée par les investissements vers une croissance tirée par la consommation. A noter également que ces tendances économiques divergentes ont amené les banques centrales à adopter des politiques monétaires différentes. Si la fin de la politique de taux zéro semble poindre aux Etats-Unis, la Banque du Japon continue ses interventions alors que la Banque centrale européenne vient juste d entamer son programme d «assouplissement quantitatif». Actuellement, les politiques de taux zéro voire de taux négatifs établies par certaines banques centrales pour lutter contre les risques déflationnistes rendent de plus en plus onéreux le placement des liquidités de la clientèle auprès de débiteurs de premier ordre. L annonce par la Banque nationale suisse, le 15 janvier 2015, de l abandon du taux plancher de 1,20 franc suisse pour un euro et de l introduction d un taux d intérêt négatif de 0,75% pour les actifs libellés dans la monnaie helvétique en est le dernier exemple. Depuis plus de 200 ans, nous nous engageons à protéger le patrimoine de nos clients malgré le contexte changeant et l incertitude inhérente à la vie des marchés. Grâce à bon nombre de nos nouvelles solutions d investissement, comme celles basées sur la gestion du risque ou nos stratégies de placement axées sur le rendement absolu, nous sommes particulièrement bien armés pour faire face aux risques de marché et tirer le meilleur parti des conditions actuelles. Bien que toujours délicat, l équilibre entre risque et rendement repose chez Lombard Odier sur une longue tradition et une indépendance sans faille, gages d une vision à long terme qui profite à tous nos clients. A la lumière de nos 218 premières années et des évolutions d un monde en mouvement perpétuel, nous restons pleinement confiants en l avenir et cherchons de manière systématique à nous y préparer. Patrick Odier, Associé-gérant senior Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 01

4 En bref Retour sur 2014 Face à un monde en constante évolution, nous nous adaptons en permanence. Ainsi, l exercice 2014 a été marqué par des conditions de marché difficiles et par la quête, de la part de nos clients, de sécurité et de stabilité dans un environnement toujours incertain. Pour répondre à cela, nous avons mis en place de nouvelles approches, une nouvelle structure juridique et de nouvelles stratégies d investissement, et ce, sans transiger sur ce qui fonde notre identité, à savoir notre héritage, notre culture et notre indépendance. Le Groupe en quelques chiffres Actifs sous gestion (CHF) Actifs totaux de la clientèle (CHF) Bénéfice consolidé (CHF) 161mia (EUR 134mia, USD 162mia) 215mia (EUR 179mia, USD 216mia) 120mio (EUR 100mio, USD 121mio) 26 bureaux employés 8 associésgérants 22,6% de ratio de fonds propres cet1 Meilleure banque privée «pure player» des Emirats arabes unis, Wealth Briefing GCC Region Awards 2014 Lombard Odier Funds (Europe) S.A., nommée meilleure société de gestion du Luxembourg, lauréate de sa catégorie, European Funds Trophy 2014 Récompenses Meilleure banque privée en Europe pour l innovation, Euromoney Innovations in Wealth Management Technology Awards 2014 Meilleure banque privée pour les services philanthropiques, PWM The Banker s Global Private Banking Awards Rapport Lombard financier Odier Group 2014 du 2014 Groupe Annual Lombard Highlights Odier

5 Nous avons aussi continué à cultiver la proximité avec nos clients et cherché à mieux comprendre leurs besoins, en nous appuyant sur le travail de nos conseillers et sur notre réseau de 26 bureaux. En renforçant notre présence dans les pays émergents, en particulier en Asie, nous avons mis notre expertise de la gestion de fortune au service de nouveaux clients. Lignes de métier Clientèle privée (CHF) 116mia (EUR 97mia, USD 117mia) Asset management (CHF) 49mia (EUR 41mia, USD 49mia) Services technologiques & bancaires (CHF) 50mia (EUR 41mia, USD 50mia) Lancement d une nouvelle approche d investissement basée sur le risque (stratégies Vantage) Intégration renforcée de nos bureaux européens Mise à disposition d une application mobile offrant à nos clients un aperçu sécurisé de leurs comptes, en tout lieu et en tout temps Lancement de nouvelles solutions à rendement absolu, conformes aux directives UCITS Accueil de nouveaux clients malgré des conditions de marché difficiles Classement par performance dans le premier quartile pour nos stratégies actions mondiales (Golden Age), actions européennes (Europe High Conviction) et obligations convertibles Adoption de notre plate-forme technologique propriétaire par d autres banques Services technologiques & bancaires est la troisième source de revenus du Groupe Rapport Lombard financier Odier Group 2014 du 2014 Groupe Annual Lombard Highlights Odier 03

6 Principaux développements Répondre à de nouveaux besoins «Pour Lombard Odier, 2014 a été une année riche en premières avec l évolution la plus importante de notre structure juridique depuis notre fondation il y a plus de 200 ans, la publication de nos premiers résultats chiffrés et le lancement de nouvelles stratégies d investissement innovantes.» Patrick Odier 04 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

7 En 2014, nous avons mené avec succès plusieurs projets, incluant notamment les lancements d une approche multiactifs basée sur le risque pour la clientèle privée, d une stratégie d investissement long/short conforme aux directives UCITS concentrée sur le marché américain (s inspirant de notre hedge fund multistratégie dont le succès ne se dément pas depuis son lancement il y a sept ans) et d une application offrant à nos clients un accès mobile et sécurisé à leurs comptes. Par ailleurs, nous continuons à investir dans nos trois lignes de métier : Clientèle privée, Asset management et Services technologiques & bancaires. Ces efforts se sont traduits par une croissance de notre portefeuille de clients privés, l acquisition de nouveaux clients gérés par l Asset management ainsi qu une progression de l adoption de notre plate-forme technologique par des tiers. L année 2014 a également vu l évolution la plus importante de notre structure juridique depuis la fondation de notre Maison en En passant du statut de société en commandite simple à celui de société en commandite par actions, le Groupe s est doté d une gouvernance plus transparente, plus moderne et plus efficace, tout en préservant sa nature collégiale. Ce statut de société en commandite par actions de droit suisse nous permet de nous adapter rapidement à un environnement réglementaire en constante évolution et de poursuivre le développement de nos activités à l international tout en facilitant leur compréhension par les autorités de réglementation étrangères. Dans ce sens, nous avons également simplifié nos activités en Europe en transformant nos filiales européennes en succursales de notre banque luxembourgeoise, Lombard Odier (Europe) S.A. Après avoir passé 42 ans au sein de notre Maison, Thierry Lombard a pris sa retraite. Respecté de tous, il a exercé une influence décisive sur l évolution de Lombard Odier, aussi bien dans le cadre de ses fonctions d Associé-gérant depuis 1982 qu en tant qu Associé-gérant senior, de 1995 à 2008, incarnant le modèle du banquier privé par excellence, au service de ses clients. Dans le courant de l année, Hugo Bänziger nous a rejoints en qualité d Associé-gérant. Ancien Chief Risk Officer auprès de la Deutsche Bank, il jouit d une grande expérience en matière de stratégie et de gestion des risques. Il apporte à notre Groupe une dimension internationale ainsi qu une connaissance approfondie de l évolution règlementaire et des systèmes de contrôle de notre industrie. L engagement que nous témoignons à nos clients comme le sens de la responsabilité que nous entretenons à l égard de nos collaborateurs et, plus largement, de la collectivité s envisage pour nous de manière complémentaire. Dans ce sens, par l intermédiaire de la fondation à but non lucratif, Fondation Philanthropia créée en 2008 ; divers projets éducatifs, culturels, environnementaux et humanitaires ont été activement soutenus comme, entre autres, l organisation Right to Play et le WWF. Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 05

8 Stratégie Privilégier une vision à long terme 06 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

9 Si l objectif de nos clients est de préserver leur fortune, le nôtre est de les aider à y parvenir. Une mission qui forme le cœur même de notre métier depuis sept générations. Indépendants de la pression des marchés et de la publication de résultats trimestriels, nous pouvons, grâce à notre structure de société de personnes, agir sur le long terme. Une condition essentielle pour gérer des patrimoines sur la durée. Dans ce cadre, nous adoptons également une approche réfléchie pour nos propres affaires, favorisant une gestion prudente des risques et l équilibre de notre bilan. Cette attitude témoigne de notre capacité à anticiper et à innover avec ce même esprit d entreprise qui nous a permis de traverser sans encombre plus de 40 crises financières au cours de ces deux derniers siècles. Elle repose sur une tradition que nous cultivons encore aujourd hui en misant notamment sur le développement de nouvelles solutions qui répondent à des besoins en constante évolution ou encore en investissant dans des technologies qui offrent à nos clients les informations dont ils ont besoin, en tout lieu et en tout temps. Au cœur de notre philosophie, l adaptation au changement a toujours été un élément clé. Dans le monde d aujourd hui, cela signifie être encore plus proche de nos clients, qu ils vivent en Europe, en Suisse ou dans des économies émergentes en plein essor. Présents sur les principales places financières du globe, nos spécialistes de l investissement sont parfaitement conscients et connaissent l importance pour nos clients de disposer des normes les plus élevées de transparence, d accessibilité et de sécurité dans l examen de leurs questions financières. Nos trois lignes de métier nous permettent ainsi de déployer une expertise en matière de gestion de fortune et d actifs pour nos clients privés, pour des investisseurs institutionnels, des distributeurs tiers et même des sociétés désireuses d utiliser notre plate-forme technologique afin de gérer leurs propres activités de placement. Une réussite qui repose aussi sur la qualité de nos collaborateurs dont nous encourageons le développement continu. «Nous sommes convaincus que les performances d investissement et les nouvelles technologies seront déterminantes, dans les années à venir, pour répondre aux besoins de nos clients dans un environnement en évolution rapide, de plus en plus mondialisé et compétitif.» Frédéric Rochat Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 07

10 Ligne de métier : Clientèle privée Gérer un patrimoine, aujourd hui comme demain Lombard Odier propose à ses clients privés une large gamme de services sur mesure tels que le conseil, la planification patrimoniale, la gestion de portefeuilles, le reporting fiscal et le dépôt de titres. Pour répondre au mieux aux besoins de notre clientèle, le Groupe conjugue expertise et technologie afin d offrir des solutions innovantes de gestion de fortune à travers le monde. Dans ce cadre, Lombard Odier a développé des activités importantes en Europe, en Suisse et dans les économies émergentes. Avec le lancement de nouvelles stratégies d investissement, la réorganisation de nos activités locales en Europe et notre expansion en Asie, le pôle Clientèle privée a connu cette année plusieurs évolutions significatives. Destinée à nos clients privés en Europe et en Suisse, notre gamme Vantage basée sur le risque a été lancée en 2014 de manière particulièrement opportune étant donné la persistance de la volatilité des marchés qui ont accusé des rendements moins prévisibles et des drawdowns plus importants. Dans ce climat d incertitudes, nombreux sont nos clients privés qui ont en effet cherché une solution d investissement permettant de réduire leur exposition au risque tout en leur offrant la perspective de rendements solides. Développée en 2009 pour la caisse de retraite de nos employés en Suisse, cette approche d investissement multiactifs vise à maintenir une exposition équilibrée face aux principaux facteurs de risque. Cette approche de gestion s étend désormais à certains de nos principaux clients privés. Aujourd hui, nos clients souhaitent accéder plus facilement à leurs données financières. C est désormais possible via notre propre application mobile. Elle permet aux clients d analyser leurs portefeuilles par compte, par classe d actifs et par monnaie, jusqu au détail de chacune de leurs positions, de manière sécurisée. Le lancement pour nos clients privés de produits basés sur le risque répond à un réel besoin des investisseurs, notamment pour ceux qui cherchent des rendements plus prévisibles et des drawdowns plus faibles malgré la volatilité des marchés. 08 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

11 «En servant des clients privés, nous aidons de nombreuses familles à élaborer une véritable planification patrimoniale orientée sur le long terme. C est vrai dans les marchés développés et, à mesure que nos activités progressent, également dans les économies émergentes. Nous constatons que les investissements consentis dans le déploiement de notre réseau international portent leurs fruits ainsi 2014 a vu un afflux solide de nouveaux clients.» Anne-Marie de Weck Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 09

12 Ligne de métier : Asset management Créer un équilibre entre rendement et risque «Répondre aux besoins de nos clients est une priorité absolue. Grâce à notre indépendance, nous pouvons nous permettre de questionner les approches traditionnelles et ouvrir de nouvelles voies, une attitude qui porte aujourd hui ses fruits puisqu un grand nombre d investisseurs est séduit par nos quatre stratégies d investissement basées sur le risque : smart beta, high-conviction, absolute return et multi-asset.» Hubert Keller 10 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

13 Lombard Odier Investment Managers fournit des solutions de placement à des caisses de pension, des compagnies d assurances, des banques centrales, des fonds souverains, et propose des fonds de placement à des distributeurs tiers ainsi qu à d autres banques privées. Nous répondons ainsi aux besoins de clients institutionnels et de distributeurs en leur offrant des solutions sous la forme de mandats ou de fonds adaptées à un environnement d investissement d une complexité croissante. Notre philosophie d investissement privilégie les stratégies d investissement qui, selon nous, apporteront la plus grande valeur ajoutée à nos clients. Ces stratégies s appuient sur quatre piliers : Smart beta, laquelle vise à offrir une exposition aux marchés plus efficiente que les indices de référence traditionnels ; High-conviction, dont l objectif est de générer de l alpha dans le cadre de portefeuilles long-only indépendants de tout indice de référence et maximisant les rendements en fonction de leur ajustement au risque ; Absolute return, conçue pour dégager des rendements positifs sans corrélation avec les cycles du marché ; Multi-asset, ayant pour but d améliorer la diversification, la protection du capital et la performance à long terme grâce à une approche basée sur le risque. Nous gérons nos propres investissements en fonction de cette stratégie depuis plusieurs années. Grâce à celle-ci, le fonds de pension de notre entreprise a été reconnu par Investment & Pensions Europe (IPE) comme le meilleur de sa catégorie en Suisse en 2012 et en Lombard Odier Investment Managers continue de croître et constitue pour le Groupe une source de revenus importants. En 2014, nos stratégies actions mondiales et actions européennes se sont par ailleurs classées dans le premier quartile de leur catégorie malgré des conditions de marché difficiles. Nous sommes également fiers que notre expertise en matière de convertibles ait figuré à nouveau en tête de sa catégorie alors que notre gamme de produits obligataires axés sur les fondamentaux, notamment dans l univers cross-over, continuait à offrir un solide équilibre entre rendement et risque, suscitant un vif intérêt de la part de nos clients et prospects. Aujourd hui, nous poursuivons nos investissements substantiels dans ce domaine d activité. Aujourd hui, les services de gestion d actifs que nous proposons à d autres établissements financiers et aux distributeurs constituent l une de nos principales lignes de métier. Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 11

14 Ligne de métier : Services technologiques & bancaires Faciliter l appréhension des données Comprendre des univers de données complexes a toujours constitué le fondement même de notre activité. Aussi avons-nous été parmi les premiers dans les années 1970 à adopter la technologie informatique, créant l un des premiers systèmes de gestion de portefeuilles. Depuis lors, nous n avons cessé d investir dans les nouvelles technologies. Aujourd hui, nous exploitons une plate-forme informatique, appelée G2, basée sur une architecture moderne servant chacune des entités internationales du Groupe. Cette plate-forme est aujourd hui reconnue pour sa qualité, sa fiabilité et les possibilités uniques qu elle offre de disposer des mêmes fonctionnalités à travers différents pays. Pour répondre à une demande du marché et tirer un meilleur parti de nos investissements, nous avons commencé à proposer ce système à d autres banques ainsi qu à des family offices et des tiers-gérants. Actuellement, huit établissements bancaires ont fait ce choix et travaillent avec notre plate-forme en Europe et en Suisse. Développée à l origine pour soutenir nos clients dans la gestion de leur fortune, notre plate-forme technologique constitue désormais une offre importante du Groupe, l une de ses trois principales lignes de métier et une source de revenus à part entière. Nos investissements continus en matière de technologie nous ont permis de développer une plate-forme aujourd hui reconnue par d autres établissements financiers pour sa qualité et sa fiabilité. 12 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

15 «Nous sommes fiers de constater que notre plate-forme technologique continue d être reconnue au sein de l industrie pour sa très haute qualité technique et sa fiabilité.» Christophe Hentsch Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 13

16 Responsabilité sociale Une longue tradition 14 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

17 La responsabilité sociale fait partie intégrante de l ADN de Lombard Odier. Déjà, au milieu du XIX e siècle, Alexandre Lombard avait apporté son soutien à Henry Dunant lors de la création du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), un soutien qui ne s est jamais démenti depuis puisqu aujourd hui encore, nous nous engageons activement auprès de cette institution. En parallèle, la Fondation Lombard Odier poursuit notre engagement dans le domaine de la philanthropie. En 2014, nous avons collaboré par exemple avec l Association des fondations donatrices suisses et la Faculté de droit de l Université de Genève pour développer des programmes en lien avec les meilleures pratiques en la matière. Depuis 2011, la Fondation Lombard Odier a soutenu le fonds philanthropique «venture kick» qui encourage le lancement de start-up innovantes. Depuis ses débuts, ce fonds a reçu plus de business plan et financé plus de 350 projets grâce à l investissement d un capital de départ de CHF 13 millions. Il a également permis de créer plus de emplois. Pour chaque franc suisse investi, ces jeunes entreprises ont pu en lever 43 sur les marchés financiers. En tant qu entreprise, nous sommes engagés vis-à-vis des principes d égalité, de durabilité et de bien-être, aussi bien dans nos pratiques de travail que dans nos activités d investissement. Figurant parmi les premiers signataires des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies, nous avons été récompensés en 2014 en étant classés dans le premier quartile de performance avec notre approche globale de l investissement socialement responsable. Nous mettons aussi un point d honneur à ce que nos produits et services permettent à nos clients de mobiliser leurs capitaux pour de bonnes causes. Nos clients institutionnels et privés sont en effet de plus en plus nombreux à se préoccuper de l impact que peuvent avoir leurs placements sur la société. C est pourquoi nous avons mis au point une méthode d analyse propre qui aide chacun de nos clients à évaluer l impact de ses portefeuilles et à prendre en conséquence des mesures concrètes pour aligner ses investissements sur ses valeurs. L année 2014 a également vu le lancement d une nouvelle stratégie d impact investing, jugée à l aune d un double objectif : à savoir sa performance sociale et sa performance financière. En sept mois d activité après son lancement, cette stratégie a collecté plus de USD 100 millions et aidé à financer micro-entrepreneurs et petits exploitants agricoles dans les économies émergentes. Nous espérons d ailleurs que les placements innovants de ce type trouveront bientôt leur place dans de nombreux portefeuilles traditionnels. En matière de philanthropie, nous proposons à nos clients privés des services dédiés dont l objectif vise à simplifier leurs démarches charitables et, surtout, à en renforcer l impact. Nous offrons également à nos clients de maximiser l impact de leur don à travers notre fondation abritante, la Fondation Philanthropia, sans avoir recours à l établissement d une structure propre. Depuis son lancement en 2008, la Fondation Philanthropia a reçu plus de CHF 100 millions, dont CHF 33 millions ont déjà été distribués. «Nos clients sont de plus en plus nombreux à se préoccuper de l impact social que peuvent avoir leurs placements en portefeuille, mais aussi leurs propres démarches philanthropiques. Ils s intéressent également à l impact de stratégies d investissement nouvelles et innovantes, mesurées à l aune de leurs conséquences sociales et financières.» Hugo Bänziger Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 15

18 Governance Afin de parfaitement aligner ses intérêts sur ceux de ses clients, le Groupe Lombard Odier a toujours cherché à s appuyer sur une gouvernance d entreprise en ligne avec les meilleures pratiques du métier. Gage de pérennité, ce choix est au fondement même de son succès depuis plus de deux siècles. Après de nombreuses années de réflexion, le Groupe a décidé de faire évoluer sa structure juridique faîtière : de société en commandite, celle-ci est devenue, depuis janvier 2014, une société en commandite par actions dont le siège est à Genève. La nouvelle gouvernance d entreprise qui en découle, approuvée par la FINMA en fin d année 2013, dispose de nombreux avantages pour ses clients et le Groupe : Elle permet au Groupe de poursuivre son développement à l international et de s adapter à un cadre réglementaire mondial en pleine mutation depuis Elle préserve l indépendance du Groupe et pérennise l engagement durable, la détention ainsi que la gestion du Groupe par ses Associés. Elle permet enfin de maintenir l alignement des intérêts du Groupe avec ceux de ses clients, qui bénéficieront en sus d une transparence accrue sur la solidité, l organisation et la performance de Lombard Odier, au travers notamment du présent rapport. Les principaux éléments d organisation et de gouvernance sont décrits dans les sections suivantes. 16 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

19 Structure organisationnelle du Groupe (simplifiée) Organe de contrôle Audit interne Collège des associés Comités Lignes de métier Unités de services Comité Structure et fiscalité Clientèle privée Management Committee Asset management Management Committee Services technologiques & bancaires Management Committee Fonctions centrales clés Finance ; Risque ; Compliance ; Juridique et fiscal. Comité Finances, risques et diligence Autres fonctions centrales Ressources humaines ; Marketing & Communication ; Logistique. Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 17

20 Organe de contrôle L Organe de contrôle est constitué de trois membres au moins, tous indépendants. Ses membres sont élus pour une durée de trois ans. Cet organe a pour responsabilité le contrôle de la conformité de la gestion avec la loi, la réglementation et les statuts. Il a notamment pour mission de contrôler le fonctionnement du système de contrôle interne du Groupe et les résultats financiers du Groupe. L Organe de contrôle remplit in corpore la fonction de Comité d audit et de Comité des risques du Groupe Lombard Odier. Président de l Organe de contrôle au 31 décembre 2014 Jacques Rossier Membres de l Organe de contrôle au 31 décembre 2014 Jean Bonna Klaus Jenny Audit interne du Groupe L Audit interne du Groupe rapporte directement à l Organe de contrôle. Il compte 14 auditeurs et opère en toute indépendance, dans le respect des exigences réglementaires. Il coordonne son activité sur la base d une planification annuelle d audit validée par l Organe de contrôle. L Audit interne du Groupe a pour responsabilités principales : i) l examen de la gestion des affaires en général, ii) le contrôle de l observation des dispositions légales et réglementaires et iii) le contrôle du fonctionnement adéquat du système de contrôle interne, ainsi que des processus de gouvernance d entreprise. Il possède en outre un accès complet à l information. Direction du Groupe (Konzernleitung) Le Collège des Associés Lombard Odier est un groupe financier structuré en lignes de métier, génératrices de revenus, et en unités de services, en charge des activités de contrôle et de support. La Haute direction et la Haute surveillance du Groupe (Konzernleitung) sont assurées par le Collège des Associés. Le Collège des Associés définit la vision et la stratégie du Groupe. Il en assure également la supervision consolidée. Le Collège des Associés dispose notamment des responsabilités et compétences suivantes : i. Définir la stratégie et diriger les affaires du Groupe. ii. Fixer l organisation du Groupe. iii. Fixer les principes de comptabilité et de contrôle financier du Groupe. iv. Définir la politique en matière de Ressources humaines. v. Définir les principes et l architecture du système de contrôle interne du Groupe. vi. Définir le cadre général des politiques de risques et de compliance. Membres du Collège des Associés au 31 décembre 2014 Patrick Odier, Associé senior Thierry Lombard Bernard Droux Anne-Marie de Weck Christophe Hentsch Hubert Keller Frédéric M. Rochat Hugo Bänziger 18 Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier

21 a. Comités Le Collège des Associés délègue certaines de ses activités à des comités stratégiques et opérationnels. Ces comités sont constitués de trois membres au moins, dont au moins un membre du Collège des Associés. A l heure actuelle, le Collège des Associés se repose sur deux comités : Le Comité Structure et fiscalité : ce comité a pour responsabilité principale de proposer à l Administration les solutions les plus adéquates pour optimiser et adapter la structure du Groupe afin d en assurer le développement harmonieux et la pérennité. Le Comité Finances, risques et diligence : ce comité a notamment pour responsabilité de surveiller le profil de risque du Groupe et de veiller au principe de bonne gouvernance de l organisation du Système de contrôle interne. b. Lignes de métier Le Groupe Lombard Odier génère des revenus par le biais de trois lignes de métier : L unité Clientèle privée qui regroupe les activités de clientèle privée. L unité Asset management qui regroupe les activités de gestion d actifs institutionnels et de fonds de placement. L unité Services technologiques & bancaires qui réunit les activités de technologie, d infrastructure bancaire et de banque dépositaire. Le Collège des Associés délègue la conduite opérationnelle de ses lignes de métier à des management committees en charge de la mise en œuvre des stratégies et des plans financiers qu il a validés. c. Unités de services Les unités de services du Groupe de Lombard Odier sont constituées : Des fonctions centrales en charge du contrôle et de la supervision des lignes de métier génératrices de revenus, à savoir : Finance ; Risque ; Compliance ; Juridique et fiscal. Des fonctions de support qui appuient les lignes de métier et les fonctions centrales clés, à savoir : Ressources humaines ; Marketing & Communication ; Logistique. Rapport financier 2014 du Groupe Lombard Odier 19

Temps forts et chiffres clés 2014

Temps forts et chiffres clés 2014 Temps forts et chiffres clés 2014 Temps forts et chiffres clés 2014 Table des matières Introduction 01 En bref 02 Principaux développements 04 Stratégie 06 Lignes de métier Clientèle privée 08 Asset management

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS

SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS VOUS ÊTES UN PARTICULIER FORTUNÉ ÉVOLUANT DANS UN ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL NOUS CONSTRUISONS POUR VOUS DES SOLUTIONS HAUT

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport de gestion 4 Chiffres-clés 5 Périmètre de consolidation 9 Bilan consolidé 11 Compte

Plus en détail

Rapport semestriel 2015

Rapport semestriel 2015 Rapport semestriel 2015 Janvier juin Mieux accompagné. PostFinance est parvenue à réagir en souplesse aux conditions changeantes du marché, y compris à l adoption d un taux d intérêt négatif par la Banque

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4 REGLEMENT CONCERNANT LES PLACEMENTS DE LA CAISSE FEDERALE DE PENSIONS PUBLICA (REGLEMENT DE PUBLICA CONCERNANT LES PLACEMENTS) du 5 avril 00 (état au 8 octobre 0) Règlement de PUBLICA concernant les placements

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

FINANCIERS CONSOLIDÉS

FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ET NOTES ANNEXES RESPONSABILITÉ À L ÉGARD DE LA PRÉSENTATION DE L INFORMATION FINANCIÈRE 102 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 103 Comptes consolidés de résultat 103 États consolidés

Plus en détail

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros)

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) 1. Compte de résultats consolidé par segment au 30.06.2005 2. Bilan consolidé par segment au 30.06.2005 3. Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques»

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» (Dernière modification : 22 juillet 2015) 1. Comment faut-il traiter les provisions, constituées initialement pour des limites de crédit

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Message des associés. En bref

Message des associés. En bref En bref En bref Février 2015 Agir dans l'intérêt de nos clients que nous rencontrons fréquemment afin de rester attentifs à leurs besoins fait partie intégrante des responsabilités que nous assumons en

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Belgique Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Information au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Table des matières 1. Introduction 3 1.1.

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 1 2 TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 6 Quilvest Wealth Management QUILVEST WEALTH MANAGEMENT

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs.

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs. Groupe Cornèr Banque Produits et services pour la Clientèle privée Vos valeurs, nos valeurs. Services de base 2 Private Banking 4 Markets 7 Crédits et Commercial 8 Services Cornèronline 9 CornèrTrader

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Private Banking Investment Banking Asset Management Le crédit lombard. Une solution de financement flexible et intéressante. Vous avez besoin

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Numéro de transit : 90027 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1 États

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Drug Mart/Pharmaprix. de 28. décembre 2013). Les Compagnies Loblaw. bonne position. Faits saillants du 11 413 $ Produits Produits, compte

Drug Mart/Pharmaprix. de 28. décembre 2013). Les Compagnies Loblaw. bonne position. Faits saillants du 11 413 $ Produits Produits, compte COMMUNIQUÉ DE PRESSEE Les Compagnies Loblaw limitée annonce une hausse de 68,4 % du montant ajusté du bénéfice par action 2) pour le quatrième trimestre de BRAMPTON, ONTARIO Le 26 février 2015 Les Compagnies

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements

Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements Une banque intégrée qui inspire confiance Vous rejoignez ainsi une communauté de clients internationaux, qui font confiance aux opérations

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail