UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL LES PLANS DE CONTINUITÉ DES SERVICES À L UQAM COMME EXIGENCE PARTIELLE AU DIPLÔME DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL LES PLANS DE CONTINUITÉ DES SERVICES À L UQAM COMME EXIGENCE PARTIELLE AU DIPLÔME DE"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL LES PLANS DE CONTINUITÉ DES SERVICES À L UQAM RAPPORT DE STAGE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE AU DIPLÔME DE DESS EN GESTION DES RISQUES MAJEURS PAR PIERRE-ALEXANDRE VIENS DÉCEMBRE 2013

2 2 Information sur le stage Titre du stage : Les plans de continuité des services à l UQAM Organisme d accueil : UQAM, Service de la prévention et de la sécurité Date de début du stage : 16 juillet 2013 Date de fin du stage : 7 septembre 2013 Professeur tuteur : Jean Bernard Guindon, chargé de cours Superviseure de stage : Madeleine Ouellet, conseillère en mesures d urgence Nom de l étudiant : Pierre-Alexandre Viens

3 3 Table des matières Information sur le stage... 2 Remerciements... 4 Introduction Problématique L organisation : l UQAM et le Service de la prévention et de la sécurité Mandat et objectif Les plan de continuité des opérations Résultats Analyse critique des plans de l UQAM Plan Plan Appréciation globale des plans de l UQAM Présentation du modèle de plan proposé Principes directeurs Introduction du plan Formulaire d analyse d impact et d inventaire des ressources critiques Outil aide-mémoire et d aide à la décision Plan d action Composition du plan L expérience de stage Journal de bord Lien avec le cours : Apports et apprentissage Atteinte des objectifs Conclusion Annexe : Exemple du plan de continuité des services proposé Bibliographie Plans de continuité d institutions universitaires Autres documents... 37

4 4 Remerciements Je désire remercier le Service de la prévention et de la sécurité de l UQAM qui m a permis de réaliser mon stage au sein de l organisation ainsi que tous les employés du service qui m ont accueilli chaleureusement. Je voudrais remercier particulièrement ma superviseure de stage, Madeleine Ouellet, pour son attention, ses conseils et son entrain tout au long de mon séjour au SPS. Un merci spécial aussi à Aïssé, avec qui j ai pu partager mon expérience de stagiaire quotidiennement pendant deux mois, et à mon professeur tuteur, Jean Bernard Guindon, qui m a aidé à cibler les objectifs du stage et à finaliser le rapport.

5 5 Introduction Ce rapport présente un compte-rendu du stage qui a été réalisé au Service de la prévention et de la sécurité de l UQAM dans le cadre du programme de DESS en gestion des risques majeurs. Effectué durant l été 2013, le stage avait pour but d aider l étudiant à approfondir les enseignements vus en classe et de les appliquer à des situations concrètes, de vivre une expérience de travail en entreprise et de côtoyer des gens impliqués dans le domaine de la gestion des urgences et de la sécurité civile. Réalisé au sein de l équipe des mesures d urgence du Service de la prévention et de la sécurité, le stage s est déroulé dans les bureaux du SPS sur le campus de l UQAM à Montréal pendant huit semaines, de juillet à septembre, à raison de 35 heures par semaine. Les activités du stage ont surtout consisté à réaliser du travail de recherche, d analyse et de rédaction, à développement des outils pour assister le service dans ses activités et à participer à des réunions et des discussions avec la superviseure de stage. Tel que défini en collaboration avec le directeur du service et la superviseure de stage, le mandat principal du stagiaire consistait à analyser les plans de continuité des services à l UQAM et à proposer des révisions, modifications ou amendements au besoin. 1 final, il était prévu que le stagiaire rende a) un rapport écrit comprenant une analyse des plans de continuité de l UQAM, des propositions de modification, un aperçu des modèles de plans utilisés ailleurs ainsi qu un aperçu de l état des connaissances et des normes existantes sur le sujet de la continuité des opérations; b) Un modèle d outil d aide à la décision sous la forme d un calendrier de mise en alerte et; c) tout autre document en lien avec l élaboration du plan de continuité. À l issue des huit semaines de stage, une refonte totale du plan de l UQAM a été proposée. En plus du rapport final sur les plans de continuité, un nouveau modèle complet de plan de continuité a donc été présenté à la direction du service en surplus de l outil d aide à la décision prévu au départ. Dans la première section du présent rapport, la problématique dans laquelle s inscrivaient les objectifs du stage sera présenté. On y décrira plus en détail l organisation d accueil et ses activités ainsi que le mandat et les objectifs du stage. Les grandes lignes de la notion 1 Dans le courant du texte, les expressions «plan de continuité des opérations», «plan de continuité des services» et «plan de continuité des activités» sont utilisés de façon interchangeable. Au

6 6 de plan de continuité des services seront aussi présentées dans cette section. À la deuxième section, les résultats de l analyse des plans de continuité de l UQAM seront exposés et le modèle de refonte du plan proposé sera présenté. Finalement, la troisième section consiste en un retour sur l expérience de stage, notamment sur les liens qui ont pu être faits avec l enseignement des cours, sur les apprentissages qui ont pu être tirés de l expérience ainsi que de l atteinte des objectifs qui avaient été fixés au départ. En annexe du rapport se trouve un exemple du modèle de plan de continuité des services proposé pour l UQAM suite aux activités de stage. 1. Problématique 1.1 L organisation : l UQAM et le Service de la prévention et de la sécurité L UQAM est une institution universitaire qui accueille plus de étudiants et qui compte plus de 5000 employés, professeurs et chargés de cours. Installée en plein cœur de Montréal, l université est ouverte physiquement sur son environnement, à cheval sur la principale station de métro de la ville et une importante zone commerciale. Elle accueille à tous les jours des milliers d étudiants, d employés, de visiteurs ou de gens de passage sur son campus qui comprend 34 pavillons. 2 Cette situation géographique et sociale propre à l UQAM participe à augmenter le nombre et la variété des menaces qui la guette, à accroitre sa vulnérabilité et donc aussi les risques auxquels elle fait face. En tant qu université, l enseignement est au cœur des opérations de l UQAM. Mais dans le cadre de sa mission, l institution accorde aussi une place importante à la recherche. Trente quatre centres de recherche, plus d une cinquantaine de chaires de recherche et six instituts sont intégrés à son fonctionnement. L Université sert aussi la collectivité en mobilisant ses ressources et en diffusant son expertise auprès de partenaires externes. 3 Les enjeux liés à la continuité des services sont donc nombreux et variés dans une 2 UQAM «L UQAM en chiffres». Site web de l UQAM: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013] 3 UQAM «Présentation sommaire»: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013] ; UQAM «Vision et mission»: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013] et UQAM «La recherche et la création à l UQAM»: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013]

7 7 institution comme l UQAM, que ce soit par rapport à la poursuite des cours et de l apprentissage des étudiants, la continuité des recherches en cours qui sont le fruit d années de travail et de millions de dollars d investissement, la poursuite de sa mission de rayonnement et de service à la communauté, ou pour assurer le fonctionnement global de l institution, de son appareil administratif et de ses 22 services et unités. Le Service de la prévention et de la sécurité est une de ces unités qui composent l UQAM. Son rôle est de «favoriser le maintien d un environnement sain et sécuritaire pour l ensemble de la communauté universitaire.» 4 Pour ce faire, le Service utilise une approche axée sur la prévention et la sensibilisation. Il compte une trentaine d employés, à qui s ajoutent les agents contractuels qui veillent à la sécurité des différents pavillons. Le Service de la prévention regroupe des gens chargés d assurer la gestion des opérations de sécurité et une équipe multidisciplinaire de spécialistes en criminologie, en analyse et enquête, en santé et sécurité au travail, en technologie et systèmes de sécurité et en mesures d urgence. 5 Le SPS est divisé en 6 équipes, l une d elle est celle des mesures d urgence. Cette petite équipe est composée de la coordonatrice Madeleine Ouellette, conseillère en mesures d urgence, et d un technicien en prévention incendie. C est au sein de cette équipe que j ai réalisé le stage. L équipe des mesures d urgence est responsable, entre autres, de l élaboration de toute la gamme des plans de mesures d urgence (plan de sécurité incendie, procédures d intervention d urgence, plan de continuité des services, plans d exercice et de simulation), de la formation et la sensibilisation de la communauté universitaire, de conseiller le directeur de l unité relativement aux mesures d urgence, de développer des outils pour assister l équipe des opérations et d assurer une expertise lors d événements spéciaux. 6 4 UQAM. Service de la prévention et de la sécurité «Service de la prévention et de la sécurité»: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013]; et UQAM. Secrétariat des instances Politique no. Politique de prévention et sécurité: [Consulté en ligne le 30 novembre 2013] 5 UQAM «Service de la prévention et de la sécurité». Op. cit. 6 UQAM. Service de la prévention et de la sécurité «Mesures d urgence» : [Consulté en ligne le 30 novembre 2013]

8 8 En situation d urgence, le SPS joue un rôle clé de coordination des interventions de protection des personnes et des biens. Il est aussi chargé d établir le lien entre les autorités externes de sécurité publique et l université. Quand la situation atteint le niveau d une crise, le SPS joue également le rôle de conseiller en matière de sécurité civile auprès de la cellule «ad-hoc» institutionnelle de crise, nommé Comité de coordination des mesures d urgence (CCMU), qui décide des stratégies et actions à implanter. Ce comité présidé par le vice-recteur aux ressources humaines regroupe le vice recteur à la vie académique, les directeurs du Services des affaires juridiques, du Service à la vie étudiante, du SPS, du Service des relations professionnels, du Service des immeubles et de l équipement et, selon la nature de l événement, les responsables d autres unités dont l expertise est nécessaire pour gérer la situation. Après la situation d urgence, le SPS est chargé de réaliser une analyse des événements, d appliquer des mesures correctives ou de recommander des améliorations aux méthodes de sécurité utilisées à l UQAM. 1.2 Mandat et objectifs L objectif du stage consistait à alimenter le Service de la prévention et de la sécurité de l UQAM dans sa réflexion au sujet du plan de continuité des activités de l université et de ses besoins en matière de continuité des opérations. Je devais réaliser des recherches sur le sujet des plans de continuité et les présenter sous forme d un rapport. Ce rapport devait exposer : a) les éléments essentiels d un plan de continuité ainsi que les bonnes pratiques communément acceptées dans le domaine de la continuité des opérations; b) présenter un aperçu de ce qui se fait ailleurs en termes de plan de continuité tant au niveau du contenu que de la forme; c) réaliser une analyse critique des modèles de plans utilisés à l UQAM. Finalement, en se basant sur cette analyse, une proposition de refonte du plan de continuité de l UQAM devait être présentée. Au bout du compte, le rapport devait pouvoir guider le SPS dans ses décisions en matière de continuité des opérations en lui présentant diverses options possibles et en répondant à certaines de ses interrogations de départ.

9 9 1.3 Les plan de continuité des opérations Selon le Business Continuity Institute, l organisme phare en matière de continuité des opérations à l échelle mondiale, un programme de continuité des opérations comprend six phases distinctes 7 : 1. Gérer le programme de continuité des opérations (CO) et établir une politique de CO 2. Intégrer la continuité des opérations dans la culture organisationnelle 3. Comprendre l organisation 4. Déterminer les stratégies de CO 5. Développer et implémenter la réponse de CO 6. Exercer, maintenir et passer en revue la CO Le programme débute donc avec une phase de réflexion et de gestion globale, alors qu on élabore une politique et des objectifs généraux associés à la démarche de CO. Ensuite, la réalisation d une analyse d impact sur les activités doit être effectuée à la phase 3 afin de déterminer les fonctions réalisées par l organisation qui sont jugées essentielles et de les classer selon leur niveau de priorité. À cette étape, il est aussi nécessaire de réaliser une analyse des besoins en termes de ressources critiques. Ces analyses sont indispensables pour déterminer des stratégies et mesures de continuité qui sont adaptées aux besoins de continuité de l organisation. Après avoir été sélectionnées à la phase 4, ces mesures sont documentées dans le plan de continuité à la phase 5. Finalement, tout au long du processus, le programme de continuité des opérations doit être mis à l essai (phase 6) et des efforts continus doivent être réalisés pour intégrer cette dimension à la culture organisationnelle (phase 2). 8 Le plan de continuité n a pas pour but de décrire en détail toutes les interventions qui devront être réalisées pour tous les scénarios et catastrophes possibles. Il doit plutôt être souple et pouvoir s appliquer dans diverses situations. Il peut être développé du point de vue organisationnel où être conçu et appliqué à des niveaux inférieurs (service, division). Il peut couvrir l organisation au complet ou seulement certaines de ses parties les plus 7 Business Continuity Institute Good practice guidelines Global Edition; et Québec; et Ministère du Développement économique, de l innovation et de l exportation Guide en gestion de la continuité des opérations. Mission «Activités économiques». 8 Business Continuity Institute Good practice guidelines Global Edition.

10 10 critiques. 9 Le Secrétariat du Conseil du trésor du Canada identifie huit éléments à inclure dans un plan de continuité: Les services essentiels, informations et dépendances répertoriées dans l analyse d impact Des stratégies de reprise Des mesures pour réagir face aux répercussions de l interruption sur les activités Des équipes d intervention et de reprise et les coordonnés de leurs membres Les rôles, responsabilités et tâches des intervenants Des ressources requises et des procédures à suivre pour la reprise Des mécanismes et procédures de coordination; Des stratégies de communication 10 Afin d illustrer ces notions théoriques, les plan de continuité des opérations de plusieurs universités ont été consultés. 11 Du point de vue du contenu de leur plan, ces institutions d enseignement ont habituellement fait le choix de réaliser un plan pour chacune de leurs unités et départements. Par ailleurs, à l étape de l analyse d impact sur les activités, la plupart des universités ont décidé de découper leurs opérations en «fonctions» plutôt qu en «activités» ou «processus». Ce concept, à la fois plus large et plus souple, a l avantage de réduire à un nombre raisonnable la liste des fonctions essentielles dans un établissement. Dans leur plan, les universités ont pour la plupart réalisé une analyse d impact sur les activités avec le classement des fonctions essentielles, la détermination du temps d arrêt maximal acceptable pour chaque fonction et l identification des interdépendances internes et externes. L inventaire des ressources critiques contenues dans ces plans comprend généralement : Le nombre d employés minimum pour réaliser la fonction Les espaces en locaux nécessaire Le matériel informatique, les logiciels et les capacités réseau Les données et documents critiques Les appareils de télécommunication 9 Idem 10 Canada. Secrétariat du Conseil du Trésor Normes de sécurité opérationnelle Programme de planification de la continuité des activités (PCA) : [Consulté en ligne le 8 août 2013] 11 Une liste non exhaustive des plans des institutions universitaires consultées se trouvent à la bibliographie.

11 11 Les services publics Les fournitures Les exemples de plan de continuité consultés incluent souvent une liste des employés et leurs coordonnées, une liste des principaux fournisseurs et une liste des données et documents importants. Ils prévoient aussi la rédaction d un plan d action. Celui-ci consiste en l énumération des mesures de préparation à mettre en œuvre dans le but de prévenir les conséquences négatives d une interruption sur les opérations du service. Cet espace sert aussi à prévoir et à consigner les procédures et actions qui devront être entreprises pour faire face à une situation particulière ou un scénario pré identifié. Le plan d action peuvent contenir, par exemple, des mesures pour : Le transfert des opérations dans des locaux alternatifs La sauvegarde des données critiques L utilisation de ressources et de fournisseurs alternatifs La continuation des activités en mode réduit La détermination de stratégie de reprises La préparation des équipes de coordination de la continuité des opérations La planification des communications 12 Du point de vue de la forme, certains concepts et tendances de design sont partagés par plusieurs institutions même si le format des plans de continuité varie d institution en institution. Plusieurs ont en effet choisi de présenter un «master plan» qui présente globalement la politique et le programme de continuité des opérations de l université et donne des indications générales de rédaction des plans départementaux. Certains des plans sont accompagnés de guides de rédaction plus précis, avec formulaires et gabarits à compléter. La plupart des institutions ont opté pour les gabarits, un format plus graphique et plus intuitif que les plans rédigés en proses. D autres ont plutôt choisi d utiliser un logiciel informatique qui automatise le processus de compilation et de mise à jour des informations du plan. Mais quelque soit le format utilisé, un bon plan doit permettre une consultation facile. Il est donc nécessaire que l information qu il contient 12 Canada. Secrétariat du Conseil du Trésor. «Norme de sécurité opérationnelle Programme de planification de la continuité des activités (PCA)». Op. cit.; et Business Development Bank of Canada What Business need to know about pandemic flu planning.

12 12 soit bien organisée et expliquée, elle doit se limiter à l essentiel et être présentée sous un format pratique et agréable Résultats À la lumière de ce qui a été vue dans les recherches dans le cadre du stage, notamment les bonnes pratiques suggérées par le BCI et les exemples de plans conçus par diverses universités, il a été possible de porter un jugement sur les plans de continuité des opérations utilisés à l UQAM et de proposer un modèle qui pourrait être mieux adapté aux besoins de l Université. 2.1 Analyse critique des plans de l UQAM Un premier élément frappant lorsqu on regarde le contenu du plan de 2009 basé sur le modèle de l université Laval (plan1) et celui du plan qui est présentement développé par le SPS (plan2) est qu il manque au moins un élément essentiel à tout plan de continuité dans chacun d eux. 14 En simplifiant, il est possible de distinguer cinq éléments à inclure dans un plan de continuité: une introduction, l analyse d impact, l inventaire des ressources requises, le plan d action et des listes de coordonnées en annexe. Pour le plan1, c est le plan d action qui a été presque ignoré tandis que le plan2 a laissé de côté l étape de l inventaire des ressources critiques Plan1 Le principal défaut dans le contenu du plan1 est la quasi-absence du plan d action. À part une section de calendrier de mise en alerte, qui sert de plan d action en cas de pandémie et dont l explication de son fonctionnement est incomplète, cet aspect a été ignoré. C est cependant un oubli important puisque selon l avis de plusieurs, il s agit de l élément le plus important d un plan de continuité. L inventaire des ressources est assez exhaustif sauf pour l identification des ressources informationnelles (données, documents importants) qui a été omise. L introduction qui décrit l objectif et la portée du plan 13 Australie. Western Australia Government Business Continuity Management Guidelines. Second Edition. Risk Cover, Risk Management Services. 14 UQAM, Service de la prévention et de la sécurité Plan de continuité des services; et UQAM. Service de la prévention et de la sécurité Plan de continuité des activités (document de travail).

13 13 répond aussi aux standards reconnus. Par contre, tout comme dans le plan2, l analyse d impact sur les activités est incomplète. Les fonctions essentielles ont bien été identifiées et classées en ordre de priorité et les dépendances internes et externes ont été repérées, mais une donnée importante qui va permettre d identifier les fonctions plus vulnérables et de prioriser les interventions a été oubliée : le TAMA. Le temps d arrêt maximal admissible constitue en effet un indicateur pratique et simple d utilisation qui devrait se retrouver dans le plan de continuité. C est cependant du point de vue de la forme que le plan1 de l UQAM est le moins bien pourvu. L essentiel du plan consiste en une longue liste des ressources inventoriées pour chacune des activités de l unité. Les gabarits qui présentent ces données n aident pas à rendre le format plus fonctionnel : ils comportent beaucoup d écritures inutiles et sont trop chargés, surtout relativement au peu d information qu ils contiennent. Au final, ça donne des pages et des pages d un document qui est finalement trop long à lire pour une unité de taille moyenne. La présentation de l information rend donc le document pénible à consulter, ce qui réduit son utilité et sa fonctionnalité Plan2 À l opposé du plan1, le plan2 s est concentré sur les éléments du plan d action. C est à mon avis une option plus intéressante que la compilation extensive des ressources que privilégie le plan1 parce qu il pousse les gestionnaires à réfléchir à des mesures préventives et prévoir les mesures d intervention. Ils sont donc mieux préparés à réagir en situation d urgence. Leur préparation face aux situations d urgence est par contre handicapée par l absence totale d inventaire des ressources critiques dans le modèle de plan proposé. Il s agit d un indispensable dans un plan de continuité des opérations qui est absent du plan proposé. Comme le plan1, le plan2 a prévu l identification des fonctions essentielles et leur priorisation. Cependant, il n a pas inclus le TAMA ou d autres éléments d information comme le nombre minimal d employés nécessaires à la fonction. Pour ces raisons, l analyse d impact est incomplète et pas très utile. Le lien qui unit le classement des fonctions essentielles avec le reste du plan d action n est pas expliqué.

14 14 Le plan2 est court, simple, facile à consulter et permet de trouver aisément l information qu on recherche. Il est donc beaucoup plus fonctionnel en comparaison du premier plan de l UQAM. Cependant, les explications servant à faciliter la rédaction du plan d action pourraient être bonifiées. Des exemples de mesures à mettre en place ou de thèmes sur lesquels réfléchir pourraient être mentionnés dans les explications de manière à présenter aux responsables des idées pour les inspirer et leur faire prendre conscience de toute la gamme des sujets à prendre en compte pour assurer la continuité des activités Appréciation globale des plans de l UQAM En somme, le plan de l UQAM est passé d un extrême à l autre; d une compilation excessive des ressources, il est passé à un format qui repose presque uniquement sur le plan d action. Il faudrait donc trouver un juste milieu qui permettrait d inclure ces deux éléments fondamentaux dans le plan tout en s assurant qu il demeure fonctionnel. De plus, pour éviter que la compilation des ressources ne devienne trop pénible, et aussi pour faciliter la planification du programme de continuité des opérations dans son ensemble, il serait préférable d utiliser un niveau de planification un peu moins précis, en découpant les opérations des diverses unités en fonctions générales plutôt qu en activités précises. À mon avis, le découpage en éléments précis comme les activités rend l inventaire des ressources plus fastidieuse et la consultation du plan plus difficile sans vraiment que cela n apporte des avantages en termes de fonctionnalité du plan. Finalement, il est essentiel que toutes les parties du plan de continuité des opérations soient interreliées. L analyse d impact et l inventaire des ressources critiquent doivent informer le classement et la priorisation des fonctions de l unité. Et ces trois éléments doivent nécessairement être utilisés pour concevoir le plan d action afin que les éléments de celui-ci répondent aux besoins identifiés plus tôt dans le processus. 2.2 Présentation du modèle de plan proposé Après avoir procédé à l identification des points essentiels à mettre dans un plan de continuité, à l étude d exemples de plans qui sont utilisés ailleurs et à l identification des points à améliorer dans les deux modèles utilisés à l UQAM, il a été possible de présenter une proposition de plan de continuité qui pourrait être utilisé à l UQAM. L objectif était

15 15 de présenter un exemple concret à partir de ce qui est ressorti de l analyse sur la planification de la continuité des opérations. Le plan proposé se compose de 5 parties : Une courte introduction qui expose le but de la démarche, la portée du plan, son application et les responsables de sa mise en œuvre; Un formulaire d analyse d impact sur les activités et d inventaire des ressources essentielles qui sera rempli par les unités de l UQAM pour chacune de leurs fonctions essentielles et qui sera inséré en annexe du plan; Un outil d aide à la décision et d aide-mémoire qui expose en une page l essentiel des informations récoltées dans les formulaires (et qui, préférablement, sera généré automatiquement à partir du formulaire d analyse d impact à l aide de macro) ; Un plan d action qui expose les éléments de préparation à prévoir, les procédures à suivre pour assurer la continuité des activités lors de différents scénarios, etc. qui sera rempli par les responsables du plan de chaque service; En annexe du plan se trouvent une liste des employés et une liste des fournisseurs avec leurs coordonnées Principes directeurs Le plan, tel que proposé, se veut court, fonctionnel, facile à remplir lors de sa rédaction, facile à comprendre et à utiliser lors de sa consultation. Il devrait aussi être assez souple et polyvalent pour pouvoir s appliquer à une multitude de scénarios différents. comporte assez d information pour les besoins de la cause sans être surchargé afin de présenter un format qui soit fonctionnel et facile d accès. Le plan de continuité des opérations proposé se base sur l identification des fonctions essentielles réalisées par chaque service, unité ou département de l UQAM. Le choix d identifier les fonctions essentielles plutôt que les activités permet de faciliter l identification des principales opérations de l unité et de réduire de beaucoup le travail de compilation des données. Un découpage plus large que celui utilisé précédemment permet aussi d avoir une liste plus fonctionnelle d environ 60 à 100 fonctions essentielles pour l ensemble de l université. Cette liste de fonctions essentielles pourrait être utilisée pour gérer de manière plus centralisée les activités de continuité des opérations. Les fonctions réalisées par les différents services et unités de l UQAM sont classées selon trois niveaux de priorité : critique, essentielle, non essentielle. Il La première catégorie représente les fonctions qui sont nécessaires pour assurer la protection de la vie et le maintien de la sécurité et celles qui assurent le bon fonctionnement des infrastructures critiques (ex. service des résidences, sécurité des lieux, entretien des

16 16 immeubles). Les fonctions essentielles sont celles qui doivent être réalisées pour continuer à assurer la mission de l UQAM (enseignement, recherche, participation à la communauté) ainsi que les fonctions administratives qui soutiennent le fonctionnement de l université dans son ensemble (ex. enseignement, service de la paye, soutien académique, admission). Les fonctions non essentielles comprennent toutes les autres fonctions dont l interruption pendant une longue période a des impacts limités sur le fonctionnement de l université ou sur la poursuite de la mission. (ex. centre sportif, orientation professionnelle et consultation psychologique). Cette façon de hiérarchiser les fonctions est sensiblement la même que pour les deux plans de l UQAM mais la redéfinition des termes permet à mon avis de cerner plus facilement la distinction entre les différents niveaux de priorité. Finalement, le plan de continuité de l UQAM devrait s inscrire dans un processus plus large, un programme explicite de continuité des opérations qui comprend une politique institutionnelle en la matière, une orientation, des réflexions sur la portée et le but du programme, des objectifs, des responsabilités établies, etc. Le plan est le résultat final de ce processus, non sont point de départ. L introduction du plan constitue une brève présentation de ce programme institutionnel de continuité des opérations, mais idéalement, la documentation du programme devrait être beaucoup plus exhaustive Introduction du plan Au début de chaque plan départemental, une courte introduction devra présenter le plan ainsi que ses objectifs. Cette section devrait contenir une table des matières, une présentation brève du plan et du concept de continuité des activités, les objectifs du plan, sa portée, la définition des principaux termes utilisés. Une section devrait aussi être réservée pour identifier le responsable du plan et les membres de l équipe de continuité des opérations de l unité ainsi que l état des mises à jour du plan. Le tout devrait être simple et tenir en 1-2 pages Formulaire d analyse d impact et d inventaire des ressources critiques Comme il a été mentionné précédemment, un plan de continuité des opérations doit se baser sur une analyse des besoins et des répercussions possibles d une situation d urgence sur les activités. L étape de l analyse d impact sur les activités et de l identification des

17 17 ressources critiques nécessaires à la continuité des opérations est donc un pré requis pour pouvoir réaliser ensuite un plan d action qui soit en lien avec les besoins et les capacités de l organisation. Le formulaire qui est proposé se divise en deux sections. En haut se trouve l identification de la fonction essentielle et du service qui la pourvoit, le nom du responsable ou du personnel clé et des substituts, ainsi que les principales informations relatives à l analyse d impact (niveau de priorité, temps d arrêt maximum acceptable). La section du bas sert à faire l inventaire des ressources critiques pour la réalisation de la fonction. Elle consiste en une liste de ressources classées en diverses catégories. Cette présentation sous forme de liste à cocher permet de faciliter l identification et le décompte des ressources importantes. Les formulaires remplis seront mis en annexe du plan aux fins de référence. L information qu ils contiennent pourra servir lors de la rédaction du plan d action et comme référence lors d une situation qui nécessite l enclenchement du plan de continuité Outil aide-mémoire et d aide à la décision Les formulaires complétés d analyse d impact et d inventaire des ressources nécessaires ne sont toutefois pas le meilleur médium pour consulter l information qu ils contiennent en situation d urgence ou même pour avoir un aperçu rapide de la situation lors de l étape de la rédaction du plan d action. C est pourquoi il est nécessaire à mon avis d avoir un moyen pour présenter l essentiel de l information dans un document facile à lire, facile à comprendre et bien organisé. C est dans cette optique qu a été développé l outil aide-mémoire d aide à la décision qui, comme sont nom l indique, est utile tant en situation d urgence que lors de la phase de préparation. En effet, en mettant en évidence l information importante de la fonction, les ressources critiques qui y sont associées, les seuils critiques et les points de vulnérabilité, l outil peut aider le responsable de la continuité des opérations de l unité à prendre les bonnes décisions en situation d urgence. Il peut aussi l assister dans la rédaction des procédures et des éléments du plan d action alors qu il doit réfléchir et planifier des mesures pour mieux se faire face à une situation imprévue. Une autre caractéristique de l outil est sa souplesse. Étant donné qu il n est pas rattaché à un type précis de menace ou de désastre, il peut s adapter à plusieurs types d événements

18 18 et être utilisé pour une multitude de scénarios différents. L outil est aussi court pour faciliter sa consultation et pour pouvoir trouver rapidement l information recherchée. Il tient en une page. L outil se génère automatiquement à partir du formulaire d analyse d impact (en format Excel) à l aide de macros. De cette manière, les unités pourront concevoir elles-mêmes l ensemble de leur plan de continuité. Chaque rangée de l outil présente un sommaire de l information pertinente relative à chaque fonction répertoriée par l unité. Ces fonctions sont classées en ordre de priorité. L outil contient de l information sur la priorité des fonctions (ex. le temps d arrêt maximum acceptable), le personnel (ex. le personnel minimum nécessaire) et les ressources critiques (ex. les données importantes, fournisseurs, interdépendances). Les informations les plus importantes sont surlignées en rouge pour attirer l attention du lecteur lors de la consultation Plan d action Le plan d action est l élément le plus important du plan de continuité des opérations. C est lui qui va aider chaque unité à planifier sa préparation dans le but de faire face aux imprévus, d assurer la continuité des opérations en cas d urgence et, en bout de ligne, d être plus résiliente face à toute sorte de menaces. Il se compose des éléments d action à entreprendre pour se préparer, d aide-mémoires, de procédures à suivre lorsque survient un désastre ou une crise, d éléments spécifiques à préparer pour divers scénarios envisagés, etc. Le modèle de plan d action proposé est divisé en rubriques (une quinzaine en tout) plutôt qu en scénarios. Ce format a l avantage de pouvoir aborder plus de thèmes et d être plus souple puisque, d une part, davantage de scénarios peuvent être prévus et, d autre part, il peut aussi inclure des éléments qui peuvent être utiles dans une optique globale ou multi scénario. Il facilite aussi l organisation car toute l information est divisée en catégories et les actions de préparation générale et celles qui peuvent être utiles pour plusieurs scénarios à la fois sont regroupées et inscrites à un seul endroit plutôt que sur chaque feuille de scénario Composition du plan Le plan de continuité en tant que tel, c est-à-dire l outil d aide à la décision et le plan d action, devrait comprendre cinq pages ou moins. Le reste du plan est constitué

19 19 d annexes de référence et de l introduction. Réduire la taille du plan au minimum est essentiel pour s assurer qu il soit fonctionnel en cas d urgence et qu il soit bel et bien utilisé par ceux qui pourraient en avoir besoin. J avais cet objectif en tête lors de la conception de ma proposition de plan de continuité. Le document complet, incluant les annexes, devrait pouvoir tenir en pages. 3. L expérience de stage 3.1 Journal de bord : Semaine 1 : La première semaine de stage a servi à me familiariser avec l environnement de travail et mes fonctions. J ai visité les installations du Service de la prévention et de la sécurité, j ai été présenté à mes nouveaux collègues et j ai pu découvrir mon poste de travail. Ensuite, j ai eu à me familiariser avec les deux projets proposés aux stagiaires pour l été. Le premier était la conception d un exercice de simulation, le second la révision du plan de continuité des opérations de l UQAM. Je me suis documenté sur les deux sujets en réalisant des revues de littératures et j ai préparé une proposition de plan de travail pour réaliser chacun des deux projets. Semaine 2 : Au début de la deuxième semaine, j ai présenté au directeur du service et à ma superviseure de stage mes deux propositions de projet. Après délibération, le projet de révision du plan de continuité de l université m a été accordé. Durant cette deuxième semaine, j ai poussé plus loin ma recherche de documentation et ma réflexion sur le sujet des plans de continuité. J ai consulté les guides en matière de continuité des opérations proposés par les autorités expertes en les matières, par les gouvernements fédéral et provincial et par les autorités financières. J ai aussi consulté les exemples de plans de plusieurs universités américaines, canadiennes et européennes. J ai pris des notes détaillées au fur et à mesure de mes lectures.

20 20 Pour aider à ma réflexion, j ai eu accès au plan de continuité réalisé en 2009 par toutes les unités ainsi que le projet de révision qui avait été amorcé en J ai pu constater les écarts qui existent entre ce qui est prôné dans la littérature et ce qui se faisait à l UQAM. Semaine 3 : Durant la troisième semaine, j ai poursuivi la recherche de documentation, la lecture et ma réflexion. Semaine 4 : Presque à la mi-chemin de mon mandat, j ai terminé la recherche documentaire et la lecture des documents. J ai relu les notes qui ont été prises et j ai compilé les points saillants dans un document de travail. À partir de ce document de travail, j ai pu commencer à réfléchir à l organisation finale de ma pensée et à composer un plan de rédaction pour le rapport final. Tout au long de cette semaine, j ai amorcé la réflexion sur la façon d appliquer de manière concrète les conclusions auxquelles je suis arrivé suite à l analyse des plans de l UQAM et la revue des bonnes pratiques en continuité des opérations. Semaine 5 : Cette semaine a été consacré à la confection à l aide des logiciels Word et Excel des outils pratiques qui font partie du plan de continuité proposé. Le gabarit du plan d action, le formulaire d analyse d impact sur les activités et d inventaire des ressources ainsi que l outil d aide à la décision ont été réalisés. Des guides de rédaction et des modes d emploi pour ces outils ont aussi été développés pendant durant cette semaine. Un document expliquant les détails du plan proposé et justifiant les choix pris a aussi été réalisé et a été soumis à ma superviseure de stage. Semaine 6 : La sixième semaine a été consacrée dans son entièreté à la rédaction du rapport final sur les plans de continuité à partir du document de travail et du plan de rédaction réalisés à la

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC I. Introduction Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Déroulement de l épreuve de CPPC», vous devez produire

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario STRATÉGIE Révisée le 2 juin 2009 PAGE 1 DE 5 Remerciements L équipe du Programme de protection des infrastructures essentielles de

Plus en détail

CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC

CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC Le texte qui suit présente un compte rendu factuel des événements liés aux changements de la gouvernance de l AIIC imposés par la nouvelle Loi canadienne

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks Vérification Interne Vérification du cadre de contrôle des stocks Juin 2010 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF...5 1. INTRODUCTION...9 1.1 CONTEXTE...9 1.2 OBJECTIFS...9 1.3 ÉTENDUE DE LA VÉRIFICATION...9

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit Extrait de : Évaluer les activités de construction de la paix dans les situations de conflit et de fragilité Mieux comprendre pour de meilleurs résultats Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264106833-fr

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible!

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible! Être conforme à la norme PCI OUI, c est possible! Présentation Réseau Action TI 8 mai 2013 Johanne Darveau Directrice systèmes, portefeuille de projets et support applicatif Technologies de l information

Plus en détail

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE.

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. DANS UN PREMIER TEMPS, J AIMERAIS REMERCIER LE BUSINESS CONTINUITY INSTITUTE ET PLUS PARTICULIÈREMENT MONSIEUR

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Rapport de stage d initiation

Rapport de stage d initiation Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de SILIANA Département Technologies de l

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Colloque sur la sécurité civile, 15 février 2012 Mariette Trottier Ministère du Développement économique, de l Innovation

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail