présenter ans d évolution urbaine : le quartier Saint-Jacques à Béziers (hérault, france)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "présenter 2 600 ans d évolution urbaine : le quartier Saint-Jacques à Béziers (hérault, france)"

Transcription

1 résumé, ingénieur de recherche, service régional de l Archéologie (SRA), Languedoc-Roussillon Le quartier Saint-Jacques, à Béziers, a une longue histoire qui a été mise en évidence récemment par des fouilles archéologiques : il recèle notamment les seuls vestiges d époque romaine encore visibles à Béziers, ceux de l amphithéâtre. Ainsi, il est vite apparu que la restructuration urbaine de ce quartier, situé dans le périmètre du secteur sauvegardé, présentait un intérêt particulier et que les projets immobiliers devaient s inscrire dans le cadre de l archéologie préventive. Des investigations quasi systématiques ont permis d approcher l histoire générale du quartier, dans son évolution et sa continuité : des études de bâti ont été prescrites par le service régional de l Archéologie sur toutes les restructurations d immeubles, analyse puis intégration des résultats de ces études dans les projets immobiliers une démarche complète et originale, menée en parfaite collaboration entre de multiples acteurs administratifs et professionnels. En outre, ce quartier en ruines formait en centre-ville un cadre romantique enveloppé de mystère auquel les Biterrois étaient très attachés. Il méritait donc une attention particulière afin de préserver son originalité. Les premiers résultats sont positifs et encouragent à poursuivre cette démarche dans l ensemble du secteur sauvegardé.

2 presenting a neighbourhood s evolution over 2600 years: the Saint-Jacques sector, Béziers abstract, Regional Direction of Cultural Affairs- Regional Service of Archaeology, Languedoc-Roussillon The Saint-Jacques sector, in Béziers, has an ancient history as recent archaeological excavations have revealed: amongst which, the only remaining roman vestiges still visible in Béziers, those of the amphitheatre. It soon became apparent that the urban restructuration of this neighbourhood, as situated in the immediate perimeter of the protected area, was of particular interest, and that any real-estate projects had to involve preventive archaeology. Quasi systematic investigations have given scope to its general history, its evolution and its continuity: studies of the built work were commissionned by the Regional Service of Archaeology on all the building restructurations, with analysis and integration of results in the real- estate projects an original and consistent approach, as well as an instance of perfect collaboration between the numerous bodies of administration and professionals. Last but not least, this neighbourhood with its ruins right at the heart of the city, gave the city a mysterious and romantic connotation that the Biterrois (inhabitants of Béziers) were very attached to. It deserved special attention so as to preserve its originality. The initial results prove encouraging and support the extension of this approach to the whole of the protected sector.

3 ingénieur de recherche, service régional de l Archéologie (SRA) 1, Languedoc-Roussillon Le quartier Saint-Jacques, à Béziers, a une longue histoire, mise en évidence récemment par les fouilles archéologiques qui y ont été développées ; il recèle les seuls vestiges d époque romaine encore visibles à Béziers, ceux de l amphithéâtre. Ainsi est-il vite apparu que la restructuration urbaine de ce quartier, situé dans le périmètre du secteur sauvegardé, présentait un intérêt tout particulier, et que les projets immobiliers méritaient d être pris en compte dans le cadre de l archéologie préventive. Les nombreuses découvertes réalisées dans ce cadre ont conduit l ensemble des intervenants à s intéresser non seulement aux imposants vestiges romains, mais aussi aux données concernant toute l histoire de ce secteur, de la protohistoire au bas Moyen Âge, soit sur ans. L histoire du quartier Trois principales phases sont représentées ici. Les premières traces d occupation remontent au v i e siècle av. J.-C., mais c est au v e siècle qu un important fossé d au moins 3 m de profondeur et de plus de 10 m de large enserre un espace au sommet de la colline (fig. 1). Ce «bastion» domine le fleuve et la plaine de l Orb vers l ouest, et fait partie de la très importante occupation de la ville dont le développement principal s étend sur la colline Saint-Nazaire. Le fossé est comblé à la fin du v e siècle et l habitat déborde de cette limite. L urbanisation de la ville, qui avait commencé dès le début du v i e siècle av. J.-C., se poursuit au v e jusqu à couvrir une quarantaine d hectares. Béziers est alors l une des trois plus grandes agglomérations du midi de la France, avec Marseille et Arles ; elle a un impact primordial sur la dynamique commerciale du Languedoc. Les caractéristiques originales de cette occupation (dont on trouvera le détail dans la bibliographie récente ci-dessous) font envisager une présence grecque déterminante. La ville est abandonnée autour de 300 et est réoccupée par une population celtique seulement vers 200. Peu de vestiges de cette époque ont été mis en évidence sur la colline Saint-Jacques (céramiques découvertes lors de la construction de l école Gaveau). La colonie de droit romain Colonia Urbs Julia Septimanorum Baeterra est ensuite fondée dans la continuité de la ville gauloise, vers 36 av. J.-C., et s équipe alors de monuments publics et religieux forum, arc, temples, amphithéâtre (fig. 2). La ville évoluera au même emplacement jusqu à la période médiévale. Interventions archéologique et gestion des restructurations En 1991, la ville de Béziers, qui avait patiemment constitué une importante réserve foncière dans le quartier Saint-Jacques, souhaitait connaître l état des vestiges antiques pour les mettre éventuellement en valeur. Dans ce but, une collaboration avec la Drac-service régional de l Archéologie a été mise en place afin d évaluer conjointement le potentiel de l amphithéâtre (fig. 3). 1. Je tiens à remercier pour leur collaboration Sophie Loubens (service départemental d Archéologie préventive, SDAP), Jean-Paul Wiegant (service archéologique municipal), Jean Vernette (Sebli, Société d équipement du Biterrois et de son littoral) et Jean- Charles Euzet (architecte).

4 Fig. 1. Plan de la ville protohistorique. Deux pôles sont couverts par l urbanisation : la colline Saint-Nazaire et la colline Saint- Jacques, séparées par le thalweg emprunté actuellement par la rue Canterelles. L assiette de l agglomération couvre au v e siècle av. J.-C. une quarantaine d hectares. Figure 1 Fig. 2. Plan de la colonie romaine qui se superpose globalement à l agglomération antérieure. En gras, sont représentées la voie Domitienne et les rues datées du Haut-Empire. Figure 2

5 Figure 3 Fig. 3. Dessin de l amphithéâtre romain établi en pour l illustration du «manuscrit de Rulman». Il représente la galerie conservée, les gradins et, au premier plan, un pan du mur de façade qui est très probablement une vue d artiste. Des investigations sur ce monument de spectacle du Haut-Empire ont été mises en place sur le long terme, afin de rechercher les vestiges encore préservés dans les immeubles et les caves, de les décrire et de les relever, avec complément de sondages, fouilles archéologiques et suivi de travaux lorsque cela s avérait nécessaire. Ces travaux se sont poursuivis pendant plusieurs années et ont permis de retrouver l assiette, le plan global, la chronologie et l histoire de l amphithéâtre romain. Ils ont aussi montré la présence d autres vestiges, moins spectaculaires, mais qui appartiennent à l histoire du quartier, dont l amphithéâtre ne constitue qu une étape : il s agit des fragiles vestiges de l âge du fer (du v i e au iv e siècle av. J.-C.) conservés dans le sous-sol (fig. 4) et du bâti médiéval (xii e, xiv e et x v i i e siècles), souvent encore en élévation et relativement bien conservé derrière les enduits récents (fig. 5 et 6). Ce constat a entraîné une prise en compte quasi systématique de tous ces éléments afin de les étudier et de pouvoir approcher ainsi l histoire générale du quartier, dans son évolution et sa continuité. Des études de bâti ont donc été régulièrement prescrites par le SRA sur tous les projets concernant la restructuration d immeubles dans le quartier Saint-Jacques, qui avait été rendue possible par le zonage de la ville, après un décret datant de 1986, puis par la nouvelle législation sur l archéologie préventive de 2001 et Les résultats de ces études ont été analysés et intégrés dans les projets immobiliers. La procédure administrative La gestion de ce secteur du centre-ville exigeait une mobilisation radicale. Sous l égide de la Sebli, les projets immobiliers, formalisés par des architectes privés, étaient jusqu à présent réalisés de façon à s inscrire dans des procédures de défiscalisation dites «loi Malraux».

6 Figure 4 Fig. 4. Fouilles archéologiques dans la cour intérieure de l immeuble situé à l angle des rues Saint-Jacques et des Arènes. Une couche d occupation du v e siècle av. J.-C. délimitée par le fossé observé dans les sondages profonds est recoupée par des silos médiévaux des xiii e -xiv e siècles. Figure 5 Fig. 5. Mur porteur en terre mis en œuvre au Moyen Âge dans l immeuble situé au n o 2 de la rue Gaveau.

7 Figure 6 Fig. 6. Fenêtre renaissance ISMH, placée dans un mur en terre, ouvrant sur la cour intérieure de l immeuble situé au n o 2 de la rue Gaveau. Les demandes de permis de construire (ou d AST) étaient transmises au service instructeur (auparavant la Direction départementale de l équipement (DDE), puis désormais directement la Ville), qui consultait la Drac pour avis permis préalablement instruits par l architecte des Bâtiments de France (ABF) pour le suivi du secteur sauvegardé. C est à ce stade que les prescriptions archéologiques étaient appliquées par le service régional de l Archéologie, en accord avec le service départemental de l Architecture et du Patrimoine (SDAP), les archéologues devant intervenir en concertation avec les pétitionnaires (Sebli et architectes). Les opérations d études étaient jusqu à présent confiées à l opérateur qui détenait le monopole de ce type d intervention : l Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN). Actuellement, elles sont partagées entre le service archéologique municipal, agréé, et l Institut national de recherches d archéologie préventive (INRAP). Le résultat des recherches était enfin discuté entre les intervenants, afin de trouver une solution consensuelle sur les vestiges à conserver, les choix à réaliser, etc. Il est certain que la dimension patrimoniale des projets était mise en relief dans la mesure où ces opérations regroupaient des investisseurs recherchant un «plus» qualitatif dans la présence de vestiges anciens.

8 Figure 7 Fig. 7. Maison médiévale restaurée dans son état du xiv e siècle à l angle des rues Saint-Jacques et des Arènes. La prise en compte, par les architectes chargés des différents programmes, des nombreuses données archéologiques recueillies lors de ces opérations préventives, afin de les intégrer au mieux dans leurs projets immobiliers, sous le contrôle de l architecte des Bâtiments de France, constitue l un des principaux buts d une approche tout à fait originale. Cette démarche a été menée en parfaite collaboration entre de multiples acteurs administratifs et professionnels 2. Lancée en 1991, elle est toujours d actualité pour le quartier Saint-Jacques comme pour le reste du secteur sauvegardé de Béziers, et a permis de prendre les dossiers de restructuration très en amont. De cette manière, pour chacun des immeubles réhabilités qui le méritait, on a réalisé un état des lieux et une étude sur la structure du bâti (plan, chronologie, recherche des unités d habitation de départ), en préalable aux travaux d aménagement. Chaque fois, les éléments patrimoniaux les plus marquants ont été pris autant que possible en compte dans les projets de réhabilitation, par souci de vérité historique, de qualité architecturale et d harmonie dans la perception visuelle : les unités cohérentes ont été conservées, les éléments architecturaux préservés et restitués, la chronologie respectée Cette approche a donné des résultats particulièrement intéressants aussi bien pour la restauration et la présentation des vestiges de l amphithéâtre romain que pour la restructuration de deux maisons médiévales : l immeuble situé à l angle des rues Saint-Jacques et des Anciennes-Arènes, une maison du xiii e siècle modifiée au xiv e et ultérieurement, mais dont l état au xiv e siècle est préservé dans son aspect global, sans oublier l hôtel de la Mercy, rue Gaveau, qui a été fortement remanié au cours du temps mais dont l aspect ouvert sur la cour intérieure a été conservé (fig. 7, 8, 9 et 10). 2. La Drac, l ABF, la Ville (maire et élus chargés du centre-ville), les services techniques municipaux, le service municipal d archéologie, l AFAN, l architecte chargé du secteur sauvegardé, les architectes chargés des projets de restructuration et de présentation des vestiges et la Sebli, maître d ouvrage de la majorité des travaux, et, à travers eux, les associations d investisseurs concernées (AFUL) intervenant dans le cadre de la «loi Malraux».

9 Figure 8 Figure 10 Fig. 8. Cour intérieure de la maison médiévale. Figure 9 Fig. 9. Hôtel de la Mercy (2, rue Gaveau) avant restauration. Fig. 10. Hôtel de la Mercy (2, rue Gaveau) : restructuration en cours d achèvement ; cour réaménagée, arches restituées et rouvertes, galerie d étage restituée, étage créé.

10 Des découvertes scientifiques déterminantes Ces interventions ont permis de recueillir de nombreuses données nouvelles sur l évolution du quartier, mais ce sont surtout celles concernant l amphithéâtre qui émergent : celui-ci date du troisième quart du i er siècle sur la pente de la colline et son édification a nécessité des travaux imposants, qui ont profondément modifié l aspect et la topographie de ce secteur. La construction, imposante dans son ampleur et caractéristique dans sa forme elliptique, a, depuis cette époque, marqué le paysage d une empreinte impérissable ; son plan et les principaux éléments constitutifs de sa structure ont été mis en évidence par les recherches archéologiques engagées en 1991 ; son grand axe mesure hors-tout 108,3 m et le petit 88,6 m. L arène, longue de 61,9 m et large de 42,2 m, était séparée de la partie inférieure de la cavea par un mur de podium. Par ces dimensions, l arène se situe dans la moyenne générale des amphithéâtres à structures creuses ou à remblais compartimentés ; elle pouvait accueillir quelque spectateurs (fig. 11). Figure 11 Fig. 11. Plan de l amphithéâtre romain. En noir gras, les structures antiques visibles ou retrouvées en fouille. En trait léger, restitution du plan. La longue portion de galerie annulaire, visible depuis toujours dans les cours intérieures et dans les sous-sols du quartier, représentait, avant les interventions archéologiques, la seule architecture antique du site, conservée partiellement en élévation. Elle était de plainpied avec les vomitoires rayonnants et, par conséquent, en communication avec la cavea ; il s agissait donc d un véritable couloir public distribuant l accès aux parties basses de la cavea. Ce couloir elliptique est aujourd hui visible sur 165 m (sur les 309 m estimés de périmètre), c est-à-dire essentiellement là où il s appuie contre la paroi géologique (fig. 12). Cette galerie, dont seuls demeurent actuellement debout le parement externe et une moitié de voussure, mesurait dans son état initial 3,78 m de large pour une hauteur de 5,60 m. Les deux murs parementés en petit appareil régulier (opus vittatum) étaient couronnés d une corniche moulurée, elle-même surmontée de deux rangs de petits moellons. Le corps de moulure de la corniche portait, à une hauteur de 3,75 m par rapport au sol, la naissance d une voûte en plein cintre. Deux vomitoires, desservant la cavea à partir de la galerie annulaire, ont été localisés. Les deux extrémités du grand axe étaient quant à elles probablement réservées aux couloirs donnant directement sur l arène. En revanche, aucun accès à l amphithéâtre n a été retrouvé : seules les places du Cirque et Saint-Cyr, situées aux extrémités du grand axe du monument, suggèrent la pérennité de points de convergence de rues médiévales, sans doute orientées à l origine vers les principales portes d entrée de l édifice antique. La découverte de bases de colonne sous la place du Cirque laisse supposer l existence, ici, d un accès monumental. Sur le tronçon de la cavea adossée à la colline, la façade s élevait à quelques mètres, alors qu elle approchait les 17 m de hauteur dans la partie plane, au nord et à l est. Apparemment, les arcades qui rythmaient le mur de façade, encadrées par des pilastres engagés, constituant le mur extérieur sur deux étages, n étaient pas systématiquement ouvertes.

11 Fig. 12. Vue du couloir elliptique conservé, qui desservait la cavea, le balteus et l arène. Quelques gradins sont conservés sur la partie haute et des murs rayonnants (support de la partie basse de la structure de la cavea) ont été retrouvés en fouille. À droite, le niveau de l arène est celui de l Antiquité. Figure 12

12 Ce monument a finalement été peu utilisé. Il a présenté, au cours de son utilisation, de graves problèmes d étanchéité et de drainage. Dans le courant du iii e siècle apr. J.-C., il a été démantelé et partiellement démoli, et ses pierres ont été récupérées. Il a visiblement servi de carrière jusqu au Moyen Âge, durant lequel la colline a été investie par l urbanisation de la ville. L arène, qui devait alors être un véritable cloaque, a été remblayée de plusieurs mètres vers le xiii e siècle et des activités artisanales y ont été installées (atelier de potier, métallurgie ). Le reste des ruines a été recouvert par l urbanisation, qui a conservé les principales directions rayonnantes de la structure préexistante dans les découpages cadastraux (fig. 13). Conclusion Les Biterrois s étaient approprié il y a déjà longtemps, ce lieu si particulier, formant en centre-ville un cadre romantique enveloppé de mystère. Le souvenir de l amphithéâtre romain a toujours persisté dans les noms évocateurs des places et des rues (place du Cirque, rue des Anciennes-Arènes, impasse des Arènes, etc.) et c est aussi ici que la tradition populaire situe l épisode du martyre de saint Aphrodise, premier évêque de Béziers. Ce quartier, qui devait faire l objet d une restructuration urbaine menée avec d importants moyens, méritait en conséquence une attention particulière de la part de tous les inter venants afin de préserver son originalité. Les résultats positifs encouragent à persévérer dans ce sens non seulement à cet endroit mais aussi dans l ensemble du secteur sauvegardé. Figure 13 Fig. 13. Vue aérienne de la présentation des vestiges de l amphithéâtre romain et de la restructuration des immeubles médiévaux du quartier Saint-Jacques. Concernant le monument romain, l arène est aménagée en espace public (jardin) donnant accès aux principaux vestiges (murs rayonnants, galerie périphérique, vomitoires). Les découpages cadastraux rayonnants ont été conservés, notamment la ligne des façades reprenant l ellipse de la galerie. Au sol, le plan du monument a été suggéré par une différence dans le pavement des rues.

13 Bibliographie Gi n o u v e z, Ma s s y, Ol i v e, 1993 Gi n o u v e z O., Ma s s y, J.-L., Ol i v e, C., «Béziers, l amphithéâtre et le quartier Saint-Jacques», Revue des Monuments historiques, n o 187, 1993 mai-juin, p Gi n o u v e z, Ma s s y, Ol i v e, et al., 1995 Gi n o u v e z, O., Ma s s y, J.-L., Ol i v e, C., et a l., Les arènes romaines de Béziers redécouvertes, 1995 Saint-Georges-d Orques, Éditions Drac Languedoc-Roussillon, 42 p. Ma z i è r e, Ug o l i n i, Ol i v e, 2001 Ma z i è r e, F., Ug o l i n i, D., Ol i v e, C., «Esquisse du territoire de Béziers (v i e -iv e siècle av. J.-C.)», in Ma r t i n Or t e g a, M., Pl a n a Ma l l a r t, R. (dir.), Territori politic i territori rural durant l edat del Ferro a la Mediterrania Occidental, Actes de la Taula Rodona celebrada a Ullastret, 2001 Gérone, «Monografies d Ullastret», 2, p Ol i v e, Ol i v e, C. (en coll. avec Gi n o u v e z, O. et Ma s s y, J.-L.), «L amphithéâtre de Béziers», Guide du Patrimoine Languedoc-Roussillon, Paris, 1996 Hachette-Éditions du patrimoine. Ol i v e, Ol i v e, C. (en coll. avec Ug o l i n i, D., et Lo c h a r d, T.), «Béziers», Guide du Patrimoine Languedoc-Roussillon, Paris, 1996 Hachette-Éditions du patrimoine. Ol i v e, 2003 Ol i v e, C., Ug o l i n id., «Béziers : site majeur du midi de la Gaule (v i e -iv e siècle av. J.-C.)», in cat. exp. Les Étrusques en France, Archéologie et collections, 2003 Imago-Lattes, p Ug o l i n i, Ol i v e, Ma r c h a n d, Co l u m e a u, 1991 Ug o l i n i, D., Olive, C., Ma r c h a n d, G., Co l u m e a u, P., «Béziers au v e siècle av. J.-C.», Étude d un ensemble de mobilier représentatif, et essai de caractérisation du site, DAM, 14, 1991 p

14 Sommaire Sous la direction de Christophe Vallet, président du Centre des monuments nationaux Michel-Édouard Bellet, conservateur du patrimoine, ancien administrateur du site d Ensérune, et Claire-Anne de Chazelles, chargée de recherche, CNRS Joan Santacana i Mestre, Taller de Projectes, université de Barcelone et Maria Carme Belarte Franco, chercheur, Institut Català d Arqueologia Clàssica Jean-Claude Golvin, directeur de recherche, CNRS / Institut Ausonius, université Bordeaux-III Joan Santacana i Mestre, Taller de Projectes, université de Barcelone, et Maria Carme Belarte Franco, chercheur, Institut Català d Arqueologia Classica Jean-Pierre Braun et Jean-Paul Petit, conservateurs territoriaux du patrimoine, service archéologique de Moselle Quelles questions, quel colloque? Problèmes généraux concernant la restitution en archéologie PREMIÈRE PARTIE / QUESTIONS DE MÉTHODE I 1. Signification et problèmes de définition I 2. La restitution archéologique comme modèle : le cas espagnol I 3. L aménagement d une zone de restitutions : le parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim (Moselle, France / Land Sarre, Allemagne) Pierre André, architecte, archéologue, Lyon (France), chercheur à l École suisse d archéologie en Grèce (ESAG) Maud Le Clainche, responsable d exploitation I 4. La restitution architecturale à Érétrie (Eubée, Grèce) I 5. Une reconstitution : la ferme archéologique médiévale de Melrand, (Morbihan, France) John H. Jameson Jr, chef de programme, ICOMOS I 6. Le passé reconstruit : succès, périls, et dilemmes (États-Unis) Florian Renucci, maître d œuvre I 7. La reconstruction contemporaine «à l identique» d un château médiéval : Guédélon (Yonne, France), ingénieur de recherche, service régional de l archéologie, Languedoc-Roussillon I 8. Présenter 2600 ans d évolution urbaine : (Hérault, France) Michel-Édouard Bellet I 9. Quel avenir pour le musée de site? L oppidum gaulois d Ensérune (Hérault, France)

15 Sommaire DEUXIEME PARTIE / EXEMPLES DE REALISATIONS IN SITU Michel Egloff, professeur, Université de Neuchâtel II 1. La préhistoire au bord d un lac, quinze millénaires de paysages et de présence humaine au Laténium (Neuchâtel, Suisse) Philip E. Bennett, directeur du Pembrokeshire Coast National Park II 2. Apprendre grâce au passé ; un fort de l âge du fer : Castell Henllys (Pembrokeshire, Pays de Galles) Whole English text Giovanna Greco, professeur, Université de Naples II 3. Une expérience d archéologie expérimentale à Serra di Vaglio, Potenza (Basilicate, Italie) Testo italiano completo Jean Chausserie-Laprée, conservateur du patrimoine II 4. Restitutions et mise en valeur d habitats : l exemple de Martigues (Bouches-du-Rhône, France) Donald F. Offers, restaurateur en chef II 5. La ville romaine Augusta Raurica, à Augst (Canton de Bâle, Suisse) Whole English text David Rousseau, professeur honoraire, doctorant en archéologie, UMR 7041, Paris 1- Sorbonne Nanterre II 6 La présentation au public des villas romaines : des ruines aux reconstitutions in situ Whole English text Bettina Birkenhagen, conservateur Perl- Borg II 7. L expérience allemande à la villa romaine de Borg (Sarre, Allemagne) Whole English text Giovanna Battaglini, professeur, Université de Pérouse II 8. De la recherche à la mise en valeur : le Parc archéologique de Fregellae (Latium, Italie) Testo italiano completo Vincent Guichard, directeur général du Centre archéologique de Bibracte, et Claude Chazelle, architecte-paysagiste II 9. Mettre en valeur l invisible : réflexions sur le site archéologique de Bibracte (Nièvre, France) Marie-Christine Bailly-Maître, directeur de recherche, CNRS, UMR 6572 LAMM, Université de Provence, et Alain Tillier, architecte en chef des Monuments historiques Michel Colardelle II 10. La valorisation d un village médiéval d altitude, contraintes et choix : Brandes-en-Oisan (Isère, France) CONCLUSIONS. Pour une éthique de la restitution sur les sites archéologiques? Jean-Paul Ciret Et le Centre des monuments nationaux?

quel avenir pour le musée de site? L oppidum gaulois d Ensérune (hérault, france)

quel avenir pour le musée de site? L oppidum gaulois d Ensérune (hérault, france) quel avenir pour le musée de site? L oppidum gaulois d Ensérune (hérault, france) résumé Michel-Édouard Bellet conservateur du patrimoine, ancien administrateur du site d Ensérune Redécouvert à la fin

Plus en détail

LA VALORISATION D UN VILLAGE MÉDIÉVAL D ALTiTUDE, CONTRAINTES ET CHOIX : BRANDES-EN-OISANS (ISÈRE, FRANCE)

LA VALORISATION D UN VILLAGE MÉDIÉVAL D ALTiTUDE, CONTRAINTES ET CHOIX : BRANDES-EN-OISANS (ISÈRE, FRANCE) D ALTiTUDE, CONTRAINTES ET CHOIX : résumé directeur de recherche, CNRS architecte en chef des monuments historiques Brandes se trouve sur le territoire de la commune d Huez-Alpe d Huez (Isère). Un village

Plus en détail

La restitution archéologique comme modèle : le cas espagnol

La restitution archéologique comme modèle : le cas espagnol Résumé Taller de Projectes, universitat de Barcelona Institut Català d Arqueologia Clàssica Voici une réflexion autour des restitutions archéologiques et de leurs fonctions du point de vue de la recherche

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

SIGNIFICATION ET PROBLÈMES DE DÉFINITION

SIGNIFICATION ET PROBLÈMES DE DÉFINITION Résumé directeur de recherche, CNRS ; Institut Ausonius, université Bordeaux-III Le texte aborde le problème de la définition des termes les plus utilisés en matière de restitution et évoque quelques problèmes

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département de la Savoie Commune de Saint-Alban-Leysse Plan Local d Urbanisme Rapport de présentation Modification simplifiée n 3 Mise à disposition du public Du 7 décembre 2015 au 11 janvier 2016 inclus

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUELLES SONT LES RÈGLES À SUIVRE POUR L'ÉLABORATION DE VOTRE PROJET

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse»

Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse» Séquence 3 : «Le site archéologique de la Bourse» Placé à l est de la ville antique, ce site présente les résultats de la première grande fouille archéologique urbaine. Les vestiges, classés Monument historique,

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS DROIT PUBLIC IMMOBILIER Construire le futur en préservant le passé est, depuis le 19 ème siècle, un enjeu majeur des

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

VILLE DE MOUDON. Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC. Mars 1973

VILLE DE MOUDON. Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC. Mars 1973 VILLE DE MOUDON Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC Mars 1973 1 Règlement du plan d extension du centre CHAPITRE PREMIER Dispositions générales et police des constructions Article premier Le plan

Plus en détail

Le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du secteur sauvegardé de Perpignan Révision n 1

Le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du secteur sauvegardé de Perpignan Révision n 1 Le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du secteur sauvegardé de Perpignan Révision n 1 Qu est-ce qu un secteur sauvegardé? Un secteur sauvegardé est un document d urbanisme, outil de protection portant

Plus en détail

HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT. Charte architecturale de Vayres

HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT. Charte architecturale de Vayres HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT L histoire de Vayres 2 L origine du nom de la Ville de Vayres vient du celte Varatedo, qui veut dire Varat, passage et Edun,

Plus en détail

ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal

ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal Le Maire de la commune de SAINT-BENOIT : Vu le Code des Communes, Vu le Code des Collectivités

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision?

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision? Révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais Sommaire Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure

Plus en détail

maison dite Petit Château Saint-Pierre

maison dite Petit Château Saint-Pierre Provence-Alpes-Côte d'azur, Var Hyères 1ère maison rue Saint-Pierre Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 1987 Date(s) de rédaction : 2001 Cadre de l'étude : inventaire

Plus en détail

Les devantures commerciales

Les devantures commerciales Cahier technique N 4 Autres cahiers disponibles : N 1 - Les enseignes dans la Ville N 2 - Les menuiseries N 3 - Le ravalement des façades dans la Ville N 5 - Le permis de construire et les autres formalités

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales. Parc naturel régional du Vexin français

GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales. Parc naturel régional du Vexin français GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales Parc naturel régional du Vexin français Sommaire La devanture, facteur d attractivité d un commerce... p. 03 Connaître

Plus en détail

de Sites du patrimoine à Montréal : bilan et orientations

de Sites du patrimoine à Montréal : bilan et orientations Colloque sur la citation de monuments historiques et la constitution de Sites du patrimoine à Montréal : bilan et orientations Conseil du patrimoine de Montréal et p Bureau du patrimoine, de la toponymie

Plus en détail

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON VISITE FOURVIERE VIEUX LYON Nombres d élèves : Classe entière (environ 30 élèves) Durée : 2 heures ou 3 heures Circuit : Depuis Fourvière (esplanade, point de vue sur la ville) Basilique extérieure (intérieur

Plus en détail

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran) Université Lumière Lyon 2 Ecole doctorale : Sciences Sociales (ED 483) Archéorient Environnement et sociétés de l Orient ancien (UMR 5133) Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances

Plus en détail

424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010

424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010 Immeuble 424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville d'aix-les-bains

Plus en détail

Une Rentrée en Images

Une Rentrée en Images Une Rentrée en Images Arles, inscrite au Patrimoine mondial de l UNESCO, est fortement marquée par son histoire depuis l Antiquité. Dans le cadre de la «Rentrée en images», nous vous proposons un parcours

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard Sommaire La résidence au cœur d un quartier en plein essor P03 plan d accès à la résidence P04 La résidence et les étudiants

Plus en détail

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur PRESENTATION DU SCENARIO D AMENAGEMENT RETENU pour le compte de la Ville de Namur INSTITUT DE CONSEIL ET D'ETUDES

Plus en détail

TERRITORIALISATION DU PATRIMOINE ET PROJET URBAIN Angers, Tours, Orléans. Mathieu GIGOT Docteur en géographie

TERRITORIALISATION DU PATRIMOINE ET PROJET URBAIN Angers, Tours, Orléans. Mathieu GIGOT Docteur en géographie TERRITORIALISATION DU PATRIMOINE ET PROJET URBAIN Angers, Tours, Orléans Mathieu GIGOT Docteur en géographie I N T R O D U C T I O N - Deux logiques qui se croisent : réalisation d une thèse de doctorat

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Présentation du projet Réunion publique Jeudi 1er Octobre 2015 Historique - Bâtiment acheté en 2004, par la Municipalité,

Plus en détail

La restitution archéologique n est pas une nouveauté de nos jours. La pratique

La restitution archéologique n est pas une nouveauté de nos jours. La pratique Problèmes généraux concernant la restitution en archéologie Taller de Projectes, universitat de Barcelona chercheur, Institut Català d Arqueologia Clàssica La restitution archéologique n est pas une nouveauté

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue»

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 2 AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 4 Belle vue : le site Pérenchies Rue de la Prévôté Le site représente pour la commune

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

La présentation au public des villae romaines : des ruines aux reconstitutions in situ

La présentation au public des villae romaines : des ruines aux reconstitutions in situ La présentation au public des villae romaines : résumé professeur honoraire, doctorant en archéologie, UMR 7041 Nanterre, Paris-I-Panthéon-Sorbonne Depuis le xviii e siècle en Europe, des centaines de

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des

PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des travaux courants, et ce afin de vous aider à établir votre

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Urban Prestigimmo - Malraux

Urban Prestigimmo - Malraux PIERRE PAPIER : 1 ER PRIX GESTIONNAIRE SCPI LOGEMENT 2013 Urban Prestigimmo - Malraux Portefeuille des acquisitions et opportunités d investissement Urban Premium «L investissement immobilier en centre-ville»

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS Maître d ouvrage : Vilogia - Assistance à maîtrise d ouvrage : Itaq Equipe de conception-réalisation - Architecte : Atelier Charles Renard

Plus en détail

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS Mise en œuvre d une d politique publique de jardins partagés FRARU FLOIRAC 20 MAI 2008 PERIMETRE DE LA GUP BAGATELLE

Plus en détail

Cahier technique N 2. Les menuiseries dans la Ville

Cahier technique N 2. Les menuiseries dans la Ville Cahier technique N 2 Les menuiseries dans la Ville Les menuiseries L ensemble des pièces mobiles et fixes mises en œuvre pour clore une porte ou une fenêtre. Le patrimoine historique et architectural de

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, article 120 et article 237] 4.1 Nécessité du permis de construction Tout projet de construction, de transformation,

Plus en détail

Hôtel Le Belin DIJON. Secteur sauvegardé. Immobilier Valorisation foncière et patrimoniale

Hôtel Le Belin DIJON. Secteur sauvegardé. Immobilier Valorisation foncière et patrimoniale Hôtel Le Belin DIJON Secteur sauvegardé Canopée Immobilier Valorisation foncière et patrimoniale Dijon sera véritablement édifiée au XII e siècle, sur les ruines des bourgs la constituant jusqu alors.

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

Mosaïques et pavements : de l étude à la mise en valeur

Mosaïques et pavements : de l étude à la mise en valeur Mosaïques et pavements : de l étude à la mise en valeur Les 1, 2, 3 et 4 avril 2014 Programme prévisionnel Atelier de Conservation et de Restauration-MDAA Lieu de rendez-vous : I2MP / MuCEM - entrée basse

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP)

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Une projection plus fine, plus cohérente, pour protéger notre patrimoine,

Plus en détail

Lakeside Prehistory: Fifteen millenaries of human presence at the Laténium

Lakeside Prehistory: Fifteen millenaries of human presence at the Laténium Lakeside Prehistory: Fifteen millenaries of human presence at the Laténium (Neuchâtel, Switzerland) Abstract professor at the University of Neuchâtel Latenium? A pseudo-archaistic neologism, indeed it

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN A retourner à : Monsieur le Maire de Dannemarie 1 Place de l Hôtel-de-Ville 68210 DANNEMARIE 03 89 25 00 13 mairie@dannemarie.fr

Plus en détail

Queen s House, Londres, Royaume-Uni : Organiser l accessibilité autour d une nouvelle entrée

Queen s House, Londres, Royaume-Uni : Organiser l accessibilité autour d une nouvelle entrée Queen s House, Londres, Royaume-Uni : Organiser l accessibilité autour d une nouvelle entrée FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : Musée Localisation : Royaume-Uni Principales interventions d accessibilité

Plus en détail

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien Les Quartiers Crêt de Roc et Tarentaize-Beaubrun, dans le dossier ANRU de Saint Etienne L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien La stratégie habitat de la Ville de Saint

Plus en détail

La Prospection Archéologique

La Prospection Archéologique Dossier de Presse E x p o s i t i o n La Prospection Archéologique l exemple de Curçay-sur-Dive du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 15h à 18h sauf le mardi du 1er septembre au 30 juin : mercredi,

Plus en détail

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe 8 rue Pierre-Veyrat Chambéry Dossier IA73003805 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine Résidence étudiante MAGELLAN Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine SITUATION DE LA RÉSIDENCE Au pied du tramway relié directement à la Défense, proche des grands pôles universitaires, à

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

PLAN D EXTENSION. «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT

PLAN D EXTENSION. «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT PLAN D EXTENSION «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT Règlement du plan d extension partiel s appliquant aux secteurs «En Dalaz» et «Les Assenges» et modifiant le règlement des zones de villas, de l ordre

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

Hôtel d Avelin LILLE

Hôtel d Avelin LILLE Hôtel d Avelin L Hôtel D AVELIN LES TRAVAUX 1.800 m² 21 appartements du T1 au T6 Parkings, sous-sol, caves Investissement d exception : L emplacement de l immeuble, son architecture remarquable, la rénovation

Plus en détail

LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO

LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO 14/06/2013 LANCEMENT DU SITE INTERNET WWW.PATRIMOINE-LYON.ORG LYON AU PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO Bienvenue sur le premier site Internet exclusivement développé sur le secteur de la ville de Lyon inscrit

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 04 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS DIX RECOMMANDATIONS AUX SERVICES

FICHE PRATIQUE 04 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS DIX RECOMMANDATIONS AUX SERVICES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS DIX RECOMMANDATIONS AUX SERVICES FICHE PRATIQUE 04 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS DIX RECOMMANDATIONS AUX SERVICES POUR MIEUX GUIDER L USAGER DANS LA CONSTITUTION

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

ARTICLE 4 OUVRAGES, TRAVAUX ET PRESTATIONS SUBVENTIONNES

ARTICLE 4 OUVRAGES, TRAVAUX ET PRESTATIONS SUBVENTIONNES DISPOSITIF D AIDES A LA RENOVATION EN ZPPAUP REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS ARTICLE 1 OBJET La Ville de Fougères est dotée d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural,

Plus en détail

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés»

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés» «Etude et maîtrise d œuvre de réhabilitation des bâtiments classés Monuments Historiques» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés»

Plus en détail

Règlement local De Publicité

Règlement local De Publicité Règlement local De Publicité Vu pour être annexé à l arrêté de Monsieur le Maire de Villers-Cotterêts, en date du : 14 janvier 2009 SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES APPLICABLES DANS TOUTES LES

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Dossier de presse Sommaire Communiqué de presse (p.2) Les visites de

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

STAP. Rhône-Alpes. CONSTRUIRE UNE PISCINE Savoie

STAP. Rhône-Alpes. CONSTRUIRE UNE PISCINE Savoie Construire une piscine Fiche conseil n 3 Série Urbanisme / Architecture / Paysage / Environnement Direction Régionale des Affaires Direction Régionale Culturelles des Affaires -Alpes Culturelles -Alpes

Plus en détail

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Le mont Royal Leçons de Montréal Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Présentation Qu est-ce que le mont Royal? Une histoire d amour et d engagement

Plus en détail

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN CONSTRUCTION RENOVATION EQUIPEMENTS PUBLICS ARCHITECTURE - SECURITE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 14 février 2010 LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE

Plus en détail

Art. 1 But et portée du règlement... 3. Art. 2 Définition des documents graphiques... 3. Art. 3 Affectations... 3

Art. 1 But et portée du règlement... 3. Art. 2 Définition des documents graphiques... 3. Art. 3 Affectations... 3 OBJET : PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER "RUE DE LUXEMBOURG" À ESCH-SUR-ALZETTE PARTIE ECRITE REGLEMENTAIRE Modifiée selon avis 16994/59C COMMUNE : ESCH-SUR-ALZETTE PARCELLES : N 3144 / 17846 ET N 3144

Plus en détail

Protection / Statut juridique. Notes, accessibilité, personnes ressources. Restaurations. Documentation. Renseignements fiche

Protection / Statut juridique. Notes, accessibilité, personnes ressources. Restaurations. Documentation. Renseignements fiche Nom : Maison H rue de l'égalité Typologie architecturale secondaire : Dénomination : édifice domestique / maison Dénomination secondaire : Typologie régionale : Localisation Canton : Bourg de Péage / Pays

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN. Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme

MUNICIPALITÉ D EASTMAN. Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme MUNICIPALITÉ D EASTMAN Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme Modifications à la suite de l adoption du 2 avril 2012 Modifications RÈGLEMENT DE ZONAGE Définitions Chemin

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail