L économie mondiale post-crise. Nouveaux acteurs. Nouvelles dynamiques d échanges

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie mondiale post-crise. Nouveaux acteurs. Nouvelles dynamiques d échanges"

Transcription

1 L économie mondiale post-crise. Nouveaux acteurs. Nouvelles dynamiques d échanges Une crise unique en son genre Dans la chronique des crises financières, qui ont parsemé le chemin du capitalisme mondial moderne, depuis une centaine d années ou presque, le tsunami bancaire et boursier, qui a emporté la planète entière, en cet automne maudit de l année de disgrâce 2008, et qui dure depuis, demeure sans précédent. L étendue de ses nuisances- autrement dit, sa systémicité- dans un langage moins ésotérique- comme l extraordinaire complexité des produits financiers manipulés, comme la sévérité de ses coûts, comme, enfin, sa forte résilience à toutes les thérapies, orthodoxes et hétérodoxes, monétaires et fiscales, de choc ou de plus long terme, qui lui sont administrées, sans discontinuité, en font foi. Un faux alter ego : le Krak boursier de 1929 Certes, ces particularités-là, qui donnent au chambardement présent, baptisé crise financière globale, font écho à une autre défaillance majeure, historique, du capitalisme moderne, survenue, voilà quelques huit décennies passées : le Krak de Wall Street du 27 Octobre 1929, suivi, en 1933, par la première Grande Dépression de l histoire, avec, à la clé, l éclatement, six années après, de la Deuxième Guerre mondiale - un conflit provoqué par les visées expansionnistes d une idéologie national- socialiste, avec ses deux visages d horreur : le nazisme germanique et le fascisme italo-nippon. Pour autant, cette immense secousse des années 1930 ne saurait être prise totalement pour l alter ego du drame que nous vivons, depuis l été 2007, plus cruellement encore, depuis la mise en faillite brutale d un des plus prestigieux fleurons de la finance américaine et de la finance globale, la compagnie Lehman Brothers, le 15 Septembre de l année En effet, si les deux dérèglements financiers et économiques majeurs de ces cent dernières années ont été fortement, l un comme l autre, embrassant et embrasant, tout à la fois, la finance, l économie réelle et le monde du travail, à travers la planète toute entière, en revanche, tout le reste les sépare. La Krak de 1929 est loin de tenir la comparaison avec son homologue de , ni en ce qui concerne le rythme de la propagation des

2 nuisances, ni en ce qui concerne la complexité des produits d épargne et d investissement manipulés, ni en ce qui concerne l ampleur des pertes infligées, ni enfin en ce qui concerne la résilience de la crise aux remèdes administrés. Les trois spécificités de la crise financière globale présente La raison en est toute évidente. La crise financière globale présente est le premier dérèglement systémique qui affecte le capitalisme post-industriel : un capitalisme devenu global, virtuel, informationnel, et dont l aptitude à créer de la valeur est illimitée, donc factice, donc irresponsable et dangereuse..elle est aussi le produit d une manipulation débridée, sauvage, voire délictuelle, d une gamme d instruments d investissement et d épargne, à haut risque, eux- aussi virtuels et d une sophistication technologique extrême, sans précédent: les tristement célèbres produits dits structurés. Elle est, enfin, le reflet d un comportement, confinant à l absurde, d investisseurs et d épargnants, qui ont élu d entretenir entre eux une relation dominée par une aversion maladive du risque, et par une méfiance réciproque, au point de stériliser tous les programmes de sauvetage (bail-outs) et de relance successifs ( stimulus packages), mis en place par les autorités politiques et monétaires, en Amérique et en Europe notamment. Un autre point de divergence de taille. La crise financière globale présente finira, comme on le sait, par produire une récession économique quasi-universelle, mais ne dégénérera pas, jamais, Dieu soit loué! en une dépression mondiale... L objet de notre propos Toutefois, l objet de notre propos, ici, n est pas de revisiter la crise financière globale présente du point de vue des particularités identifiées précédemment et qui la différencient de tous les séismes qui ont jalonné la marche du capitalisme international, un siècle durant. Ce à quoi nous consacrerons les développements qui vont suivre représente une autre dimension de la crise en cours, celle de savoir : 1) quels seront les nouveaux acteurs de l économie mondiale -post crise, autrement dit, par qui celle-ci sera-t-elle gouvernée. Est-ce par le même leadership que celui qui est aux commandes, sans discontinuité, depuis plus d un demi-siècle, un leadership assuré par la Triade occidentale : Etats-Unis d Amérique, Union européenne, Japon ; ou au contraire, par un leadership rénové, multipolaire, occidentalo- émergent? 2) quelles seront les nouvelles dynamiques d échanges dans l économie mondiale post-

3 crise, autrement dit, quelles seront les forces économiques structurantes du paysage de cette économie, autour desquelles s organiseront les nouvelles dynamiques d alliance et de partenariat, qui seront impulsées par le nouveau leadership.. Mais avant de procéder plus loin, il nous a semblé approprié de rappeler, avant toutes choses, les difficultés, et partant, les limites, inhérentes à tout exercice prospectif, du type de celui que nous envisageons de mener dans le cadre de cette réflexion.. Les difficultés et les limites de tout exercice prospectif à propos de l économie mondiale post-crise Les difficultés et les limites, auxquelles nous faisons référence, sont de sept ordres, au moins : le brouillage progressif des instruments de navigation financiers classiques, en vigueur depuis une soixantaine d années environ, l extraordinaire volatilité des données statistiques, de sources nationales ou internationales, notamment celles qui se rapportent à des indicateurs réels (PIB, consommation, etc.), le caractère encore inachevé de l inventaire des coûts et pertes, directs et collatéraux, engendrés par la crise, le caractère nébuleux du projet de re- régulation du capitalisme financier global, notamment celui entretenu par le G20, les incertitudes quant aux modalités de sortie de crise et de reprise économique, dans le monde développé comme dans le monde émergent, le degré de verdisation (greening) de l économie mondiale post-crise, les incertitudes quant aux nouvelles dynamiques géopolitiques, régionales et globales, actuellement en action, ou susceptibles d entrer en mouvement, dans un avenir proche ou lointain.

4 Le brouillage progressif des instruments de navigation financiers classiques Quitter les cadres référentiels classiques et se mettre en quête d autres Le brouillage progressif des instruments de navigation financiers classiques, ceux en vigueur depuis une soixantaine d années environ, et jusqu à l éclatement de la présente crise, en tout cas, est à l origine, en fait, d un problème particulièrement grave : celui de contraindre les acteurs politiques (gouvernements, banques centrales), comme les acteurs économiques privés (investisseurs et épargnants), comme enfin la communauté des observateurs et des analystes, à chercher, hors des cadres normatifs et réglementaires traditionnels, de nouveaux référents pour comprendre et gouverner le présent, et anticiper le futur immédiat et médiat. Comme la confection de ces nouveaux référents tarde à venir, tout le monde est dans le brouillard. Quelques exemples : Quelques exemples illustreront ce propos. Avec la dévalorisation quasi- complète du concept de prix du marché (mark -to-market), comment évaluer désormais le bilan d une banque en détresse, notamment les actifs toxiques, qui plombent celui-ci? A partir de quels niveaux, des déséquilibre financiers ou monétaires ou réels non managés, comme la conjoncture économique mondiale en regorge aujourd hui (un déficit budgétaire tutoyant les deux chiffres, un déficit du compte- courant débridé, un taux d endettement public ou privé hors de toutes normes prudentielles, des taux d intérêt nominaux réduits à zéro, des liquidités à profusion, un niveau général des prix anémique, déflationniste même, etc) doivent ils être jugés, prohibitifs, nonsoutenables? L extraordinaire volatilité des données statistiques L extrême instabilité ou volatilité des données statistiques, de sources nationales et internationales, notamment celles qui se rapportent à des indicateurs réels-clés ( PIB, consommation, etc. ) constitu e une autre difficulté, qui confronte tout essai à caractère prospectif. Une valse de chiffres ininterrompue

5 La profusion, nous devrions dire, la valse des chiffres, officiels et officieux, déversés d une manière ininterrompue, par les gouvernements, les banques centrales, les institutions internationales (FMI, Banque Mondiale, OCDE, etc), les institutions financières et les analystes privés, est devenue une grande source de confusion, tant pour la saisie du passé et du présent, que pour l anticipation du futur. Un cas emblématique : l estimation du taux de croissance économique S il est vrai que les statistiques monétaires et financières paraissent plus fiables, en revanche celles concernant la plupart des indicateurs réels nous semblent plus fragiles, comme le prouve leur extrême volatilité. Les chiffres portant sur l évolution du taux de croissance économique réel, un indicateur-clé, s il en est, en sont la meilleure illustration. Pour ce qui est de l année 2009, par exemple, les prévisions de croissance, varient d une source à l autre, et d un mode de calcul l autre. A mi-juin, nous disposons de projections de croissance pour 2009, calculées sur la base d une annualisation de données trimestrielles du 1 er trimestre de la même année. Ces projections sont relativement plus fiables que celles obtenues par la voie de l estimation. Elles demeurent, toutefois, marquées par tous les défauts inhérents à la technique de l annualisation, surtout quand les données de base portent sur des trimestres, plus proches du début que de la fin de l année. Quant aux chiffres fournis relativement aux taux de croissance pour toute l année 2009, ils proviennent d estimations pures et simples, donc largement soumis à des révisions répétées. Ceci explique largement la volatilité dont nous parlions plus haut, et qui se traduit par de grandes variations dans les prévisions des taux de croissance en fin d année, surtout que nous ne sommes encore qu à mi-chemin de l année Quant aux prévisions de croissance pour l année 2010, les divergences sont plus accusées encore, du fait qu il ne s agit encore, à ce stade, que de pures estimations, de supputations rationalisées (educated guesses), dans un univers de plus en plus stochastique, voire chaotique.. Ajouté à ce qui s apparente, aujourd hui, à une véritable course, voire à une véritable surenchère, pour ne pas dire, une véritable foire, aux prévisions, entre organismes gouvernementaux et organismes statistiques internationaux (FMI, Banque mondiale, etc), la volatilité, que nous évoquions ci-

6 dessus, devient tout simplement ingérable pour tout chercheur, engagé dans un travail de prospective.. Un inventaire des coûts et pertes engendrés par la crise, non encore achevé Deux années après l apparition des premiers symptômes de la crise en cours, le montant des coûts engendrées par celle-ci est encore en voie d inventaire. Un inventaire, qui n et pas près d être achevé. Les raisons en sont multiples. D abord, la crise financière globale, à laquelle nous sommes confrontés présentement, est encore bien enracinée. Ignorants, comme tout le monde, grands experts et grands gourous de la finance compris, si elle sera encore, là, pour longtemps, ou pour peu de temps, nous ne sommes en mesure de dresser aucun inventaire, plus encore, aucun bilan, intérimaire ou définitif, des coûts financiers, économiques et sociaux directs et indirects, occasionnés par la déflagration que nous vivons aujourd hui.. Les pertes bancaires au titre des créances toxiques A ce propos, rappelons que la valse des chiffres et des estimations portant sur les pertes des banques, au titre de leurs créances dites toxiques, ne s est jamais arrêtée. On n en est aujourd hui à quelques $ 4.5 trillion, après avoir longtemps cru que lesdites pertes tourneraient autour de $1 trillion - $2 trillion. Pas plus Avec un volume de plusieurs dizaines de trillions de dollars de contrats de produits dérivés non encore liquidés, et devenus tous des créances toxiques, sans valeur, l addition pour les banques et pour les programmes de sauvetage (bail outs), conjointement mis en place par les Ministères du Trésor et les Banques centrales des différents pays sinistrés par la crise, a toutes les chances d être plus salée encore.. Des dommages collatéraux, non encore identifiés Mais hors les coûts financiers, directs et indirects, il y a les coûts économiques, liés à la récession, et qui gangrènent aujourd hui tous les pays de la planète, et les coûts sociaux, liés à la mise au chômage de plus de 200 millions de personnes. «Ce que nous observons, notait récemment le directeur général du FMI, D.Strauss-Kahn, c est qu il y a encore des crédits et des pertes, qui ne sont pas rendus publics. Pour que la confiance revienne, ajoutait-il, les banques devront rendre publiques, non seulement les pertes liées aux hypothèques subprime, mais aussi celles engendrées par la récession économique Le fait est que le ralentissement

7 économique a résulté en une détérioration de la qualité d un certain nombre d actifs. La perte de confiance vient du fait que nous ne savons rien, ni sur l origine des pertes, ni sur leur nature». Un inventaire nécessaire pour préparer l avenir Or, cet inventaire et ce bilan nous sont nécessaires pour identifier les besoins de sauvetage d un système bancaire mondial déliquescent d une part, et pour réformer le modus operandi des systèmes financiers, économiques et sociaux, infectés par la crise, d autre part. Le plan du G20 concernant la re- régulation des marchés financiers : un projet nébuleux Notre tache est malaisée pour une quatrième raison. A ce stade de la crise, on peut, certes, se prévaloir d un stock d idées et de propositions, relatives aux ajustements devant être introduits dans le système financier international, principalement en ce qui concerne les modes de régulation du marché financier global. A ce propos, lors de la tenue de son deuxième sommet, à Londres, le 2 Avril dernier, le Groupe des 20 (G20) a dressé un plan de réformes du système financier international, avec, à la clé, l engagement collectif de le mettre en vigueur dans les meilleurs délais possibles. Les réformes du système financier international un impact déterminant sur le modèle économique post-crise. On sait toute l importance que revêt la refonte, ou la refondation, du système de régulation, sur la base duquel la finance globale est censée opérer, à l avenir. Mais au-delà des marchés financiers stricto sensu, c est toute l économie mondiale, qui est, en fait concernée. En effet, et quels que soient les ajustements et restructurations que le système économique mondial post-crise est appelé à assumer, ceux-ci seront toujours déterminés par les évolutions propres de la finance globale. Une économie moderne ne peut jamais fonctionner sans une synergie forte, tantôt vertueuse tantôt vicieuse, entre les deux sphères, réelle et financière, qui la composent.

8 Le projet du G20 de re-régulation du système financier international : un blueprint sans feuille de route contraignante Mais annoncer un plan de réformes, sans l assortir d une feuille de route contraignante, comme c est le cas du projet du G20, relève plus de l incantation que de l action. Pire encore, renier dans les faits, les engagements communs, solennellement pris la veille, c est contribuer à éradiquer, sans retour, le peu de crédibilité qui reste aux institutions de concertation multilatérale Nord-Sud, dont le G 20 est censée être un des rares symboles restants.... L attitude dilatoire, dont le G20 fait preuve, à cet égard, confirme, si besoin était, la résilience du choc des cultures capitalistes diverses, dont les querelles autour des modèles de régulation, révèle bien le caractère irréductible : la culture anglo-saxonne (anglo- américaine), adepte d une régulation douce, et la culture rhénane (européenne), adepte d une régulation plus volontariste et plus coercitive. Trois bonnes nouvelles, néanmoins Trois développements positifs, récents, sont néanmoins à signaler, à cet égard.. Le premier est l engagement pris par les ministres des finances du G8, réunis les 13 et 14 mai derniers, à Lecce (Italie), de mettre en vigueur, sans délais, les propositions de réforme relatives à la régulation du système financier international, et décidées par le sommet du G20 d Avril dernier. Le second est l annonce par le président Obama, le 17 Juin dernier, d un plan de réforme du système de régulation du secteur financier américain. Le troisième, enfin, est l annonce par les 27 pays de l Union européenne, le 19 Juin dernier, d un accord sur la réforme du fonctionnement de leurs marchés financiers nationaux respectifs.. Toutefois, à défaut d une feuille de route contraignante, à défaut d une volonté collective pour traduire dans les faits ce qui a été convenu en commun, il n y aura ni visibilité financière, ni visibilité économique, non plus, rendant ainsi quasi-impossible tout exercice d anticipation, quant aux nouvelles formes que prendront les alliances, l intégration et la coopération dans l économie mondiale post-crise.

9 Les incertitudes liées aux modalités de sortie de crise et de reprise économique Sous quel signe seront placés l avenir économique, court et moyen -terme de la planète? Les géométries possibles de la reprise Ce n est pas fini. Un cinquième obstacle, de taille aussi, se dresse sur le chemin de cet exercice prospectif à haut risque, que les organisateurs de cette rencontre nous ont obligeamment demandé de mener. Il s agit de savoir d abord sous quel signe seront placés l avenir court- les années 2009 et et l avenir moyen -les cinq années qui suivront. Est-ce sous le signe d une chute libre (free fall) de l activité économique globale, autrement dit d une aggravation irréversible de la récession actuelle en une déflation, éventuellement en une dépression généralisée- le scénario catastrophiste, par excellence? ou bien est-ce sous le signe d abord d une pause dans ce processus de chute libre (bottoming out), suivie, à plus ou moins brève échéance, soit d une rechute de la croissance ( double dip),, soit d une reprise, lente et faible, ou croissance récessive, soit d une reprise rapide et forte de la croissance? Il y a donc diverses géométries possibles, décrivant ce que nous pouvons appeler l inversion du processus récessioniste : le modèle en L, ou chute libre rapide suivie d une pause relativement longue, parsemée de quelques sous- épisodes de croissance récessive ; le modèle en U, ou chute libre rapide, suivie d une pause courte, puis d une reprise lente mais forte ; le modèle en V, ou chute libre à un rythme plus modéré, suivie d une pause- éclair, puis d une rapide et forte : le scénario idéal, en somme. Un pronostic impossible A ce stade de la crise, et à l exclusion du scénario catastrophiste, indiqué plus haut, et dont la probabilité nous paraît plus proche de zéro que de 1, aucun pronostic peut être avancé à propos des autres variantes possibles, comme nous le verrons plus loin. Une incertitude, qui handicape, bien évidemment, tout exercice prospectif, du genre de celui que nous entreprenons ici.

10 Le degré de verdisation (greening) de l économie mondiale post- crise L inflexion vers l éco- économie : un choix hautement significatif Au- delà de la sortie de crise et de la reprise, se pose un autre problème : celui de savoir jusqu où le modèle de croissance de l économie mondiale post-crise internalisera la contrainte écologique, autrement dit, jusqu où il sera verdisé (greened). L inflexion vers une croissance économique mondiale verte (green shoots) signifie beaucoup de choses : un plafonnement de la production de biens et de services, fortement consommateurs de ressources naturelles ; émergence de nouvelles technologies, de nouvelles énergies et de nouvelles activités vertes, et partant, de nouvelles opportunités d investissement, d échanges, d alliances et de coopération, à l échelle régionale, comme à l échelle globale. Le Sommet de la Terre de Copenhague : un rendez-vous crucial Dans quelques mois à peine, se tiendra à Copenhague (Danemark), le premier grand sommet de la Terre post-kyoto. On saura alors jusqu où les grands, les moyens, et même les petits pollueurs de la planète sont prêts à s engager dans le processus d internalisation de la contrainte écologique dans leurs stratégies de développement futures.. Incertitudes géopolitiques Toutes les composantes de la planète sont prégnantes de mutations géopolitiques, déjà en action ou en devenir Dans une vision courte ou longue de l avenir du monde post-crise, nul ne saurait omettre un autre type d inconnues : celles relatives aux nouvelles dynamiques géopolitiques, régionales et globales, actuellement en action, ou susceptibles d entrer en mouvement, dans un avenir proche ou lointain. Il n est pas un continent, une région, ou une sous- région de la planète, qui ne soit, aujourd hui, prégnante de mutations, sinon de ruptures, géopolitiques, déjà consommées, ou en voie de formation. Et quand bien même ces mutations et ruptures ne sont pas toutes des sécrétions de la crise présente, celle-ci aura

11 contribué à précipiter ou à approfondir certaines, et à en engendrer d autres. Contentons-nous ici d évoquer quelques-unes seulement de ces mutations et de ces ruptures, qui comptent parmi les plus significatives, et qui sont, tout à la fois, en cours et en devenir : celles qui ont pour théâtre d opération, l Asie émergente. Les nouvelles prégnances de la géopolitique asiatique Le contrôle de l Océan Indien Le slogan, qui répète à ceux qui veulent bien l entendre, que le XXIème siècle sera Asiatique symbolise, à lui seul, la plus grande de toutes les mutations et de toutes les ruptures géopolitiques, en cours, ou en devenir. Quand certains autres, élaborant sur ce même slogan, ajoutent que «quiconque contrôle l Océan Indien, clé des Sept Mers, par où transiteront tous les échanges énergétiques mondiaux futurs, dominera l Asie», ce sont d autres enjeux géopolitiques, régionaux asiatiques (Indo- Chinois, plus précisément) et globaux aussi, qui entrent en scène. Ombres Iraniennes, Ombres Nord-coréennes et Ombres Israëlo- Palestiniennes Mais les ombres Indo-Chinoises, ne sont pas les seules à peser sur l avenir de la paix, de la sécurité, et donc, du développement de l Asie. Les ombres Iraniennes, Nord-coréennes, et plus proches de nous encore, Israëlo- Palestiniennes, sont autant, sinon plus, menaçantes pour l Asie et pour le monde. Morphologie du leadership de l économie globale post-crise.l émergence de nouveaux acteurs II L évolution du débat sur la question du leadership de l économie mondiale Les confrontations politiques et idéologiques Nord-Sud des années 1960s Le débat autour de la question du gouvernement de l économie mondiale n est pas contemporain de la crise que nous vivons présentement. Il remonte, en fait, aux premières années du capitalisme international, qui a vu le jour au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, et aux confrontations politiques et idéologiques Est-

12 Ouest, Pays développés - Pays sous-développés, puis Nord - Sud, qui s en sont suivi ; jusqu au milieu des années 1990, plus précisément jusqu à l institutionnalisation du nouvel ordre libre-échangiste, du nouvel ordre dit global, via la création de l Organisation Mondiale du Commerce en Novembre Les controverses autour du concept de gouvernance économique globale Depuis, le débat en question changea d identité, non de contenu..c est de gouvernance économique globale qu il s agit désormais, avec un changement de la thématique des confrontations politiques et idéologiques Nord-Sud, ciblées, cette fois, sur la crédibilité de la mondialisation, en tant que mode de développement mondial, garantissant le progrès économique, le progrès social, la démocratie et la paix, à l échelle de l universel, ceci dans un premier temps ; puis ciblées, dans un second temps, sur la question d un gouvernement multilatéral Nord-Sud de l économie mondiale, avec la participation active des pays émergents les plus avancés, nommément la quartette formant ce qu on appelle les BRICs : Inde, Chine, Brésil et Russie. Le rôle catalyseur de la crise présente La crise actuelle aura été, il faudrait reconnaître, un formidable catalyseur pour la relance de ce débat sur la gouvernance économique globale. La tenue, en l espace de six mois (Novembre Avril 2009) de pas moins de deux sommets du G 20, où siègent onze pays du Sud émergent plus la Russie, soit 60% du total des membres, en est la preuve. Les nouveaux enjeux du débat : une question de passation de pouvoirs du Nord au Sud En réalité, cette question de la gouvernance économique globale, telle qu elle se pose aujourd hui, à la lumière des enseignements de la crise financière actuelle, ne se limite plus à une simple affaire d élargissement du G 20 ou de tout autre regroupement multilatéral à un plus grand nombre de pays du Sud, et du Sud émergent notamment. Les enjeux, tels qu ils sont perçus désormais de la part de ce Sud émergent, en particulier, sont des enjeux de pouvoir, de passation de pouvoirs, entre le leadership, aux commandes de l économie globale, depuis toujours, et les

13 puissances émergentes montantes. Le débat sur la question dite du dé- couplage (de- coupling) le montre bien, comme nous le verrons plus loin. L avènement de nouveaux acteurs globaux émergents : les BRICs Naissance d un G4 émergent Les 15 et 16 Juins derniers, les quatre chefs d Etat de la Chine, de l Inde, du Brésil et de la Russie, tenaient, à Ekaterinburg ( Russie), leur premier sommet, en vue de débattre des questions liées à la sécurité globale et aux complexités dans le domaine de l économie, selon les termes mêmes de l agenda convenu entre eux. Le BRIC, une espèce de G4 émergent, était né. Le président russe, Dmitry Mevedev, hôte du sommet, qualifiera l événement «d épicentre de la politique dans le monde». Pas moins.,. Un potentiel économique et financier impressionnant Le nouveau groupement, qui venait ainsi de voir le jour officiellement, est tout, sauf anecdotique, ou exotique. A elles seules, ces quatre puissance émergentes représentent : * près de 50% de la population mondiale totale, *quelque 15% de la production mondiale totale, deux fois plus qu en 2001 : * près de $ 3 trillions de réserves de change, soit 42% du total mondial, répartis comme suit : entre $1.5 trillions et $2.0 trillions pour la seule Chine (50% à 66% du total BRIC) ; entre $400 milliards et $500 milliards pour la Russie ; $300 milliards pour l Inde ; et $100 milliards pour le Brésil., *le plus gros potentiel céréalier, du monde : 70% de la production mondiale ; et 52% du total des exportations mondiales, * près de 25% des terres habitables, *le plus gros consortium de créanciers des Etats-Unis d Amérique : à elle seule, la Chine détient pour $744 milliards en Bons du Trésor américains ; la Russie, pour $140 milliards ; le Brésil, pour de $ 126 milliards, *quelque 15% du volume total du commerce mondial ($57 milliards en 2008), soit deux fois plus qu en 2001, * les plus gros consommateurs et les plus gros exportateurs d énergie au monde,

14 *le plus gros marché de l offshoring et de l outsourcing au monde : 80% du marché mondial pour la seule Inde, *les plus importants contributeurs à la croissance économique mondiale : jusqu à 20% pour la seule Chine en 2007, *le surplus courant le plus important au monde : quelques $700 milliards en 2008, *les plus gros souscripteurs des obligations que le FMI est sur le point d émettre, pour renflouer ses finances (décision du sommet du G20 d Avril dernier) :$50 milliards pour la seule Chine ; $20 milliards pour la Russie ; et $10 milliards chacun, pour l Inde et le Brésil.. L accès du BRIC au statut d acteurs globaux : une ambition tout à fait légitime Et la liste n est pas close. Comment alors ces quatre puissances émergentes accepteraient-elles que leurs droits de vote au FMI stagnent encore, à moins de 10% du total, comparé à près de 17% pour les seuls Etats-Unis? Comment aussi se contenteraient-elles de jouer les comparses au sein du G20, où elles ne détiennent que quatre sièges sur un total de 20, ou encore sur un sous-total de 12, alloués à l ensemble des pays émergents, tous continents confondus? Et comment enfin ne seraient-elles pas en droit de disputer le pouvoir à ceux qui le monopolisent, sans rival, depuis plus d un demi-siècle, et de prétendre que désormais elles pourraient prospérer et animer à elles seules la croissance mondiale, libres de toute dépendance extérieure, américaine au premier chef, comme l assurent les prosélytes de cette nouvelle théorie, dite théorie du dé- couplement? La théorie dite du dé- couplage Qu est-ce que le dé- couplage? Remise en cause de l interconnectivité de l économie globale L extraordinaire expansion qu ont connue certaines économies émergentes, Chine et Inde notamment, au cours des cinq années précédant la crise, les années , contrastant avec la morosité relative de leurs homologues développées, avait eu, pour entre autres effets, d accréditer, auprès de certains, l idée que l inter-

15 connectivité de l économie globale d aujourd hui, autrement dit, le couplage entre les diverses économies ouvertes de la planète, plus spécialement entre les économies développées leaders (US, Japon et Europe) et les économies émergentes les plus avancées (Chine et Inde, notamment) n était plus de mise. Ces dernières peuvent désormais progresser d une manière autonome, dé-couplée, de leurs homologues occidentales les plus avancées, y compris quand celles-ci passent par une phase de régression : ce qui est le cas aujourd hui. Réactivation du débat sur le dé- couplage, après l épisode Lehman Brothers Un moment mise sous le boisseau au cours des premiers mois de la crise actuelle, qui avaient suivi l épisode Lehman Brothers- dont les retombées n ont épargné personne- cette théorie du dé- couplage renaît subitement de ses cendres, fin 2007-début 2008, lorsque des pays émergents- leaders, Chine et Inde en particulier, ont réussi à maintenir des taux de croissance élevés, en dépit de la crise qui continuait d impacter le reste des économies ouvertes, petites et grandes, riches et pauvres, et en dépit aussi de la chute de leurs exportations vers l Amérique, considérées jusque-là comme le moteur principal de leur expansion. Vers une nouvelle théorie de la croissance : une croissance impulsée de l intérieur, non de l extérieur Au point que certains n hésitèrent pas à saluer, à travers l exemple de ce succès émergent, l avènement d une nouvelle théorie de la croissance: une croissance tirée, non par la demande extérieure (les exp ortations), mais impulsée par la demande intérieure (consommation domestique, principalement); une croissance à même d assurer, non pas seulement l expansion des pays émergents, mais aussi celle du monde en entier... Désormais, le moteur de l économie globale ne sera plus l essor de la demande extérieure (le consommateur étranger, américain en l occurrence), mais celui de la demande intérieure (le consommateur émergent, chinois et indien, en l occurrence). L argumentaire des prosélytes de la théorie du dé- couplage Les prosélytes de la théorie du dé couplage ne manquent pas d arguments, il est vrai. Ils invoquent, à l appui de leur thèse, un certain nombre d évidences. Les plus significatives sont celles-ci :

16 * Des conjonctures économiques Triade occidentale- BRIC, fortement contrastées *La dépendance du miracle économique asiatique des exportations vers l Amérique est loin d être un fait établi. * L impact de la baisse de la demande domestique sur le recul de la croissance en 2008, est, en revanche, un fait tout à fait avéré.. *Les effets d entraînement du plan de relance chinois sur le rebond des bourses, des monnaies et des exportations des produits de base des pays émergents sont dûment constatés. intra-bric, s est renforcée * La coopération régionale asiatique, et plus généralement, Autant de raisons qui expliquent pourquoi les marchés croient, aujourd hui, et plus que par le passé, en la réalité du découplage... Des conjonctures économiques Trilatérale occidentale- BRIC, fortement contrastées A une conjoncture économique occidentale, lourdement sinistrée par neuf mois de crise consécutifs, correspond, en effet, une conjoncture économique émergente rassurante, rose même. *Au niveau de la Triade occidentale : Etats-Unis, Japon, et Europe (Zone- euro) **Une année 2009 sinistrée et une reprise anémique en 2010 Dans les pays de la Triade occidentale : Etats-Unis, Japon, et Europe (Zone - euro), la régression de la croissance économique, au cours de l année 2009, a atteint, en 2009, des niveaux inédits depuis un demi-siècle :- 6.7% au Japon, - 4.1% dans la Zone- euro (-5.5% en Allemagne), et -2.5% aux Etats-Unis, selon les estimations les plus récentes.. Pour l année 2010, la reprise anticipée, est

17 plus que modeste : +0.75% (dernière projection du FMI) ; +0.8% au Japon et +0.5% dans la Zone- euro. Autant parler d une inflexion vers une croissance récessive, d une reprise en L, la forme la plus anémique du retour à la croissance. ** Aggravation du chômage et montée du syndrome protectionniste La persistance d un chômage lourd, tutoyant les deux chiffres, et dont le pic est prévu pour début 2011, est un autre problème, auquel l Amérique, l Europe et le Japon sont confrontés. Outre les menaces qu elle fait peser sur la consolidation de la sortie de crise, l aggravation du chômage dans les pays concernés est propice à la montée du protectionnisme, dont l impact sur le développement des échanges globaux, et donc sur les projets d alliance et de partenariat Nord- Nord et Nord- Sud sera, de toute évidence, un impact négatif. **Des déséquilibres financiers publics insoutenables La lutte contre la crise a mobilisé des ressources publiques énormes, via le financement des programmes de sauvetage bancaire et des plans de relance économique. L aggravation des déficits budgétaires et de l endettement public, qui en a résulté, aux Etats-Unis notamment, est, à terme, à court terme même, tout simplement insoutenable. En effet, si cet effort public a contribué, avec succès, à conjurer la menace de déflation, qui guette l Amérique, comme l Europe, comme le Japon, il reste néanmoins prégnant d un autre risque grave : celui d un retour de l inflation, comme les investisseurs semblent l anticiper déjà, au vu du relèvement des rendements des bons du Trésor américains à 10 ans, qui ont atteint déjà les 4 %, soit le double de leur niveau fin 2008, conséquence des émissions obligataires gouvernementales massives, auxquelles l Administration de M Obama recourt de plus en plus, pour financer ses programmes de relance et son déficit budgétaire, devenu quasiment à deux chiffres. **Une «situation incertaine» Dans sa Déclaration Finale, la dernière réunion des ministres des Finances du G8, tenue à Lecce (Italie), les 13 et 14 mai derniers, tout en se félicitant des progrès enregistrés sur le front de la conjoncture économique mondiale : rebond des marchés boursiers ; amélioration des indicateurs de confiance (milieux d affaires et

18 consommateurs) ; chiffres encourageants dans le secteur manufacturier etc.., n a pas manqué de reconnaître aussi que «la situation demeurait incertaine». **Préparer d urgence les stratégies de sortie Aussi devient-il impérieux, une fois la sortie de crise confirmée, que les pouvoirs publics- gouvernements et banques centrales réunis des pays concernés- mettent en place une autre stratégie de sortie : celle qui consiste pour eux à mettre fin, ni trop tôt ni trop tard, aux soutiens fiscaux et monétaires massivement consentis, en vue de juguler la crise. *Au niveau du BRIC Au niveau du Sud émergent avancé, symbolisé par la triade : Chine, Inde, Brésil plus Russie, ou (BRIC), les performances en matière de croissance sont inégales, mais positives **Deux pays au dessus du lot : Chine et Inde Les performances de la Chine et de l Inde, en matière de croissance économique, révèlent à quel point ces deux Economies Emergentes 2.0, pour employer une symbolique empruntée au vocabulaire informatique, ont su traverser la crise, avec une maîtrise et un succès, qui n ont pas d équivalents ailleurs. ***La Chine, sur le toit du monde En Chine d abord, le taux de croissance est estimé atteindre + 6.5% en 2009 et +7.3% en Toutefois, de nombreux indicateurs réels (accroissement accéléré des investissements) et financiers (envolée des indices boursiers), publiés au cours du mois de Juin 2009 permettent de penser que le rythme d expansion du PIB chinois pourrait bien atteindre les 8%, à la fin de l année en cours, voire de retrouver les niveaux pré- crise, les niveaux à deux chiffres. Bien évidemment, cette immunisation de l économie chinoise contre les effets systémiques de la crise actuelle a ses explications. L ampleur du plan de relance économique (près de $600 milliards), mis en place par Pékin, dès le 10 Novembre 2008, illustre le volontarisme et le souci d efficacité, dont ce pays émergent- leader fait constamment preuve dans sa politique économique, en temps de paix comme en

19 temps de crise. Par ailleurs, la Chine est aujourd hui le premier créancier du monde et le premier détenteur de réserves de change de la planète ( près de $ milliards), comme nous l évoquions plus haut. Son système bancaire et ses marchés financiers, quoique de plus en plus ouverts sur l étranger, sont contrôlés de près. Son économie est moins dépendante de la demande extérieure qu on croit habituellement. Enfin, sa monnaie, le yuan, est forte et stable, et promue aussi à devenir, de fait, sinon de droit, et dans un avenir pas trop lointain, une des grandes devises de transactions internationales et de réserve de change. Tout cela lui donne une protection efficace contre les nuisances engendrées par ses partenaires étrangers. *** L Inde dans le rôle du dauphin En Inde, le taux de croissance économique est estimé atteindre entre + 5.0% et +6.0% en 2009 et +6.4% en Depuis les dernières élections (Mai 2009), consacrant le retour au pouvoir du Parti du Congrès, d obédience libérale, certains analystes n hésitent pas à mettre la barre à 7.0% pour l année en cours. Là aussi, les plans de relance successifs mis en place par le gouvernement Singh ont joué un rôle décisif dans la consolidation de la croissance indienne. *** Le Brésil, parmi les premiers à retrouver le chemin de la croissance Quant au Brésil, après une année 2009 peu brillante, avec un taux de croissance en régression de 1.5%, il se prépare à renouer avec l expansion, au rythme de +3.5% à % en 2010 *** Une économie russe plus fragile, mais avec de bonnes perspectives de reprise Enfin, en ce qui concerne la Russie, si l année 2009 a été catastrophique (la croissance ayant baissé de 5.0%), en revanche les perspectives pour 2010 sont bonnes, grâce notamment au raffermissement attendu des prix du gaz eu du pétrole ( le taux de croissance est estimé progresser de 2% en 2010) L importance des exportations dans le miracle asiatique : une question controversée

20 * Une dépendance des exportations, vérifiée dans les épisodes de sortie de crise ante et dans le cas des petites économies émergentes La prétendue dépendance des économies émergentes de la demande extérieure occidentale, et de la demande américaine, au premier chef, reste à démontrer, observent les tenants de la théorie du découplage. Certes, et jusqu à la dérive financière asiatique des années , toutes les sorties de crise ont été impulsées par la relance des exportations vers les pays riches du Nord, principalement l Amérique. Par ailleurs, cette dépendance des exportations est une réalité bien établie, s agissant des économies de taille petite ou moyenne, comme Singapour, Hong-Kong, Taiwan, voire la Corée du Sud. A Singapour, par exemple, les exportations représentent jusqu à 234% du PIB ; à Hong-Kong, jusqu à 169%.. A Taiwan et à Singapour, la seule croissance des exportations peut représenter jusqu à 50% de la croissance du PIB réel. Toutefois, et contrairement à celles qui l ont précédée, la sortie de la crise financière asiatique des années , font remarquer les pro- découplage, ne s est pas faite, via la relance des exportations, mais via l accroissement des dépenses de consommation domestiques- la reprise des ventes à l occident ne s étant concrétisée, en réalité, qu à partir de l an 2000, comme le confirme la baisse des surplus courants entre 1998 et *Une baisse tendancielle du poids des exportations dans l économie nationale Quoiqu il en soit, la part des exportations des pays émergents, en pourcentage de leur PIB, n a fait que baisser, au cours des trois dernières années, passant de 47% à 37%. En Chine, ce pourcentage ne dépasse pas aujourd hui 36% ; en Inde, il atteint à peine 14%. En Chine toujours, la croissance réelle des exportations compte pour à peine 18% de la croissance du PIB réel., entre 2002 et Mesurée en termes de valeur ajoutée nette( compte non tenu des coûts des importations entrant dans la fabrication des biens exportés), la valeur des exportations chinoises en direction de l Amérique n excèdent pas 5%. Une infirmation éclatante de ce que certains auteurs appellent le fétichisme exportateur, au nom duquel il n y aurait pas de salut, il n y

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Sommaire La nouvelle locomotive de la croissance mondiale Pourquoi investir dans les marchés émergents? La montée

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot

Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot N Jeudi 19 et Vendredi 20 Mars RENNES Halle Martenot Crise financière : comment aborder l année 2009 Telle sera l un des thèmes «phare» qui ouvrira cette 28 ème édition du Forum de l Investissement. Les

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail