l environnement miser sur pourquoi le thème de l environnement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l environnement miser sur pourquoi le thème de l environnement?"

Transcription

1 dossier «On n hérite pas de la terre de nos parents, on l emprunte à nos enfants» - Antoine de Saint-Exépury pourquoi le thème de? Le choix de comme thème pour l édition d IBL News du mois de juin ne s est pas fait par hasard. Il s inscrit dans le cadre de la Journée de l Environnement décrétée par l ONU. Elle a été célébrée le 5 juin dernier en Nouvelle- Zélande autour du slogan «CO 2, Non à la dépendance» dont l accent porte, entre autres, sur le rôle des forêts dans le contrôle de l augmentation des gaz à effet de serre (GES). Sur fond de catastrophes naturelles, de crise énergétique et alimentaire mondiale, les enjeux environnementaux et de développement durable sont aussi devenus une réalité pour l île Maurice. Cependant, nous commençons à peine à être sensibilisés à ces questions qui nourrissent régulièrement l actualité internationale et qui préoccupent de plus en plus les citoyens des pays développés. Pourtant, en tant que pays insulaire, nous sommes aujourd hui particulièrement fragilisés et menacés par les conséquences du réchauffement climatique ou par d autres problématiques écologiques. Dans un tel contexte et pour souligner, à notre manière, cette célébration, il nous a semblé utile de faire le survol de nos activités concernant. Nous donnons aussi la parole à Joël de Rosnay pour introduire le projet d Ile Maurice Durable qui nous concerne tous. En tant qu employé, citoyen et entreprise, que pouvons-nous faire pour réduire notre impact sur? Commençons à réfléchir et à adopter dès maintenant, et tous ensemble, les bons gestes qui peuvent faire la différence pour nos enfants. Car nous souhaitons tous leur offrir ce qu il y a de mieux N oubliez pas de participer à notre questionnaireconcours se trouvant à la fin de ce dossier. Le prix à gagner est une journée en famille à la réserve naturelle de l île aux Aigrettes avec la Mauritian Wildlife Foundation. NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

2 De l île Maurice durable à l éco-citoyen : plaidoyer pour l action dossier peut participer et relever ce défi en réduisant l impact environnemental de ses activités et en proposant aux Mauriciens des solutions alternatives plus écologiques pour leurs besoins quotidiens. Par exemple, elle peut mettre en place des programmes de recyclage, de réutilisation et de réduction des déchets ou encore des campagnes de sensibilisation auprès de ses 5000 employés en leur proposant d adopter des gestes qui peuvent faire la différence pour la planète et pour notre pays. C est déjà un pas en avant que d instaurer le programme de recyclage de papier dont vous prendrez connaissance dans ces pages ou encore, d avoir émis une charte de dont il est nécessaire d appliquer les principes. En tant qu employé et citoyen, soyons prêts à faire notre part pour notre environnement. Participez aux programmes de sensibilisation qui seront mis en place par IBL ou par d autres acteurs dans le pays. Au bureau, comme chez vous, adoptez les bons gestes dont certains vous sont proposés dans ce dossier, car ce n est que tous ensemble, que nous réussirons à bâtir l Ile Maurice Durable. Je vous invite donc à devenir des éco-citoyens pour laisser à nos enfants, un environnement sain où ils pourront s épanouir et à adopter rapidement les bons gestes qui font la différence! Joël de Rosnay Assurer l autonomie énergétique, voilà ce que propose le projet Ile Maurice Durable lancé au pays en mars dernier. Notre île est riche de sources d énergie renouvelables non exploitées. Voyons dans le soleil, le vent, la biomasse, des solutions pouvant faire partie d un mix-énergétique nous permettant d être moins tributaires des aléas alternant les prix des matières premières comme le pétrole. L île Maurice peut devenir un exemple pour le monde en produisant 65 % de ses besoins énergétiques à partir de sources écologiquement acceptables. N est-ce pas là une perspective à privilégier pour notre île, si fragile et dépendante de l énergie fossile qui finira par s épuiser? C est un projet de grande envergure où chacun d entre nous a un rôle à jouer. Entreprises, gouvernement, ONG, universitaires, médias et citoyens doivent s y investir pour notre avenir. Certes, ce n est pas sans effort que nous réussirons à relever le défi. Une volonté exprimée et concertée entre tous les acteurs de notre pays est la clé du succès pour faire de l Ile Maurice Durable une réalité. Mais devenir une Ile Maurice Durable ne se borne pas à devenir autonome au niveau énergétique. Des changements dans nos manières de procéder doivent intervenir dans les sphères économiques et dans la vie quotidienne. En tant que grande entreprise, IBL Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, est Président exécutif de Biotics International et Conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l Industrie de la Villette dont il a été le Directeur de la Prospective et de l Évaluation jusqu en juillet Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l Institut Pasteur. Ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l informatique, il a été successivement Attaché Scientifique auprès de l Ambassade de France aux États-Unis et Directeur Scientifique à la Société Européenne pour le Développement des Entreprises (société de «Venture capital»). Il a été chroniqueur scientifique à Europe1 de 1987 à 1995 et auteur de plusieurs ouvrages scientifiques destinés à un large public, «L homme symbiotique, regards sur le troisième millénaire», Seuil, «La plus belle histoire du monde», avec Yves Coppens, Hubert Reeves, et Dominique Simonnet, Seuil, «Une vie en plus, la longévité pourquoi faire?» avec Jean-Louis, Servan-Schreiber, François de Closets et Dominique Simonnet, Seuil, Et plus récemment : «2020, les scénarios du futur», Fayard, Joël de Rosnay est lauréat du Prix de l Information Scientifique 1990 de l Académie des Sciences. Depuis peu, Joël de Rosnay est aussi le conseiller du Premier Ministre Navin Ramgoolam en matière de développement durable. Il participe activement à mettre sur pied le projet d Ile Maurice Durable visant, entre autres, à rendre l île Maurice autonome au niveau énergétique. 8 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

3 Relevons le Défi climat : dossier nous faisons tous partie de la solution! Dans mes habitudes de vie Quantité de CO 2 que ce geste peut sauver 1. Je remplace un lavage à l eau chaude par un lavage 3 kg/an à l eau froide par semaine 2. Je renonce à mon climatiseur à la maison 5 kg/an Doit-on le répéter? Les indicateurs sont tous alarmants. Même chez nous, la météo s affole de plus en plus souvent. Face au réchauffement climatique et à la destruction accélérée de la biodiversité, une profonde et urgente modification des modes de vie est justifiée. La preuve n est plus à faire. Depuis la révolution industrielle, les émissions de gaz à effet de serre (GES) causées par l activité humaine ne cessent d augmenter et entraînent des modifications majeures des systèmes naturels. En voici des exemples : 11 des 12 dernières années sont parmi les douze plus chaudes depuis 1850 ; les glaciers fondent à un rythme inégalé ; la hausse du niveau des océans cause érosion et innondations ; les conditions météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquentes. Dernier maillon de la chaîne économique, les consommateurs constituent, avec les producteurs, l un des deux piliers du système économique. À ce titre, nos choix ont une influence déterminante. Toute activité humaine entraîne des conséquences sur ; les choix quotidiens des citoyens déterminent l impact global de la société sur le devenir de la planète et par conséquent, de l île Maurice. Il suffit de modifier une ou deux habitudes de consommation pour réduire de façon considérable notre impact sur. Par exemple, en réduisant notre consommation de papier, l état des forêts serait radicalement différent. Nos habitudes de consommation, de transport et d achat ont aussi un impact sur. Malheureusement, à l île Maurice, les alternatives plus écologiques ne sont pas forcément encore répandues. Le recyclage, non plus. Pire, nous sommes peu conscients de la portée de nos choix de consommation. Il est encore temps d agir, mais il faut faire vite. Le Groupe intergouvernemental d experts sur l évolution du climat (GIEC) de l ONU appelle à une réduction de 25 % à 40 % des émissions de GES d ici 2020 pour éviter des changements climatiques graves et irréversibles. Outre le fait de consommer moins et d éviter le gaspillage, quels sont les premiers gestes que nous pouvons facilement adopter dans le contexte mauricien et qui sont bénéfiques pour la planète car ils permettent, entre autres, d économiser de l énergie et donc, de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) comme le CO 2, responsables du réchauffement climatique? Voici, par exemple, 10 gestes à adopter pour relever le Défi Climat dans le but de diminuer nos rejets de CO 2 dans l atmosphère et ce qu ils représentent comme diminution de nos émissions de gaz à effet de serre. 3. Je plante un arbre 10 kg/an 4. Je me sers de sacs réutilisables et j abandonne 12 kg/an les sacs en plastique 5. Je choisis des appareils homologués Energy Star 16 kg/an ou l équivalent quand je dois changer mes appareils électroménagers 6. Je réduis ma consommation de viande de 25 % 200 kg/an 7. En automobile, je bannis la marche au ralenti inutile 250 kg/an (faire tourner le moteur lors d un arrêt prolongé) 8. Je choisis une voiture à faible consommation 1008 kg/an d essence (6,5 L/100 km ou moins) 9. J adopte de bonnes habitudes de conduite automobile : 1000 kg/an je respecte les limites de vitesse, je maintiens une pression adéquate des pneus, je n utilise plus mon climatiseur en ville 10. J effectue une mise au point régulière de mon véhicule 2000 kg/an Avec ces exemples faciles à appliquer, il apparaît clairement que chaque geste compte! Tout le long de ce dossier spécial, nous vous en proposerons d autres pouvant contribuer à protéger notre planète. Adoptons dès maintenant les bons réflexes car nous faisons partie de la solution pour conserver un environnement sain pour nous et nos enfants! L homme prend à la Terre chaque fois qu il se déplace, qu il se nourrit, qu il dispose de ses déchets. Mais prend-il trop? Les ressources ont-elles le temps de se renouveler? Pour connaître votre impact sur la planète, vous pouvez calculer votre «empreinte écologique» en quelques minutes : 10 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

4 Qu est-ce que les gaz à effet de serre? Le groupe IBL et La terre produit naturellement des gaz à effet de serre depuis des millions d années. Sans eux, la température moyenne serait non pas de 15 o C mais bien de 17 o C. Le problème, c est que les concentrations de ces gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, le méthane et le protoxyde d azote dans l atmosphère ont augmenté de façon considérable, à la suite des activités humaines depuis 1750 et de la révolution industrielle. Les augmentations de concentration du dioxyde de carbone sont principalement dues à l utilisation des combustibles fossiles (pétrole ou charbon par exemple) et au changement d utilisation des terres, tandis que celles du méthane et du protoxyde d azote sont principalement dues à l agriculture. Aujourd hui, le lien entre l activité humaine, l augmentation de ces gaz à effet de serre et le réchauffement climatique a été prouvé. Saviez-vous que? 1. La production d un kilo de bœuf demanderait plus de litres d eau, sans compter les hectares de terre qu il a fallu consacrer à l élevage et à la culture du grain avec lequel a été nourri l animal. 2. En utilisant de l eau froide pour la lessive, vous économisez annuellement l équivalent de 77 réservoirs d eau chaude de 180 litres. la charte de d IBL : un appel à la participation de tous sur les lieux de travail S engager pour la protection de En 2001, IBL publiait sa charte de visant à encourager une culture environnementale au sein du Groupe. Dans cette charte, il est dit que le respect de est l une de nos principales valeurs. Pour reprendre les mots de la charte, elle «est un témoignage de la volonté du Groupe et de ses employés de s engager pour la protection de, pour un développement durable. À long terme, chacun d entre nous deviendra moteur de la culture environnementale que nous voulons faire émerger au sein du Groupe. La participation et l implication de tous les employés, à tous les niveaux hiérarchiques sont donc essentielles.» Gérer de manière optimale les ressources non-renouvelables Une des règles proposées par la charte est la gestion de manière optimale de toutes les ressources nonrenouvelables. Elle précise que les principales sources de consommation d énergie sont les suivantes : air conditionné, éclairage, équipements de bureau et informatiques, équipements industriels, réfrigération et carburant pour les véhicules. Un groupe comme IBL, avec 5000 employés, est un gros consommateur d énergie. À titre d exemple, en 2002, la flotte de véhicules d IBL utilisait par an plus d un million de litres de diesel et litres d essence. Ce qui représentait déjà à l époque, un budget de Rs ! Le guide de la charte de d IBL demande à chacun d entre nous de participer à la gestion optimale des ressources non-renouvelables en nous demandant de nous engager : En matière d électricité : à adopter de bonnes habitudes pour économiser l électricité : éteignons la lumière dès que nous sortons d une pièce à utiliser la climatisation correctement en n ouvrant pas les fenêtres et en réglant la température entre 22 et 24 degrés à installer l économiseur d écran sur notre PC à allumer la lumière seulement lorsque l éclairage naturel est insuffisant à éteindre les machines (ordinateur, photocopieur, imprimante ) quand nous quittons le bureau pour un long moment. 12 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

5 dossier En matière d eau : à ne pas laisser l eau couler inutilement à vérifier régulièrement les robinets pour détecter les fuites et les faire réparer rapidement en avertissant immédiatement la personne responsable de l entretien si possible, à collecter l eau pluviale pour arroser les plantes. Protégez les forêts : Saviez-vous que? Si votre robinet perd une goutte d eau chaque seconde, vous gaspillez 27 litres d eau quotidiennement. En matière de carburant : On retrouve les même conseils préconisés pour les 10 gestes du Défi Climat que dans la charte de d IBL concernant la consommation de carburant. Si vous ne vous en souvenez plus, veuillez vous reporter à cette partie du dossier. Si tous les 5000 employés d IBL appliquent ces règles de base pour économiser nos ressources nonrenouvelables, il est facile d imaginer l effet positif que cela représente sur la réduction de l impact de nos activités sur notre environnement. Saviez-vous que? 1. Un mauvais entretien du véhicule peut augmenter la consommation de carburant de 15 %. 2. Un moteur qui tourne au ralenti pendant 10 minutes chaque jour consomme 100 litres d essence et produit un quart de tonne d émissions de gaz à effet de serre par année. 3. La climatisation peut accroître la consommation de carburant d une voiture de 20 %. 4. La conduite agressive, les départs précipités aux feux de circulation et les arrêts brusques, réduisent la durée des déplacements de seulement 4 % en moyenne. Or, ils augmentent la consommation de carburant de 37 %. 14 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

6 Recycler le papier pour préserver nos forêts : le poumon de la L impact de la destruction de la nature et des forêts La destruction de la nature a aussi un impact qui se chiffre milliards d euros par an selon une étude publiée par l ONU au début du mois de juin et présentée à la dernière Conférence sur la Biodiversité qui évalue à 6 % du Produit National Brut le coût annuel de la disparition d espèces animales et végétales. Comme pour la Journée de l Environnement, le thème de cette conférence a été la déforestation dans le monde qui, non seulement favorise l extinction des espèces, mais qui est aussi responsable de 20 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO 2 ), soit davantage que toutes les industries du transport, selon les experts! Les forêts sont essentielles à l équilibre de la planète. En plus d être l habitat naturel de nombreuses espèces, l arbre capture le CO 2 et produit de l oxygène. Il est donc primordial de le protéger. De nombreux pays l ont compris, fort heureusement, et de plus en plus de forêts sont maintenant gérées de manière durable. Chaque année, des millions d hectares de forêts sont détruits, en grande partie pour répondre à nos besoins en papier. Environ un cinquième du total des fibres utilisées en Occident renferment 80 % de la biodiversité terrestre et représentent des écosystèmes d une valeur inestimable, en plus de contribuer à la captation des gaz à effet de serre. Malgré l ère de l informatique, la consommation mondiale du papier, avec une demande croissante des pays émergents planète comme la Chine et l Inde, n a cessé d augmenter mettant une forte pression sur les forêts du monde entier. Le gaspillage demeure énorme. Il est donc primordial de revoir nos habitudes de consommation, surtout au travail ou pendant nos études. Réduire notre consommation de papier pour préserver les forêts Les bureaux comme ceux d IBL sont des grands consommateurs de papier. Dans la charte de d IBL, cette dimension est prise en considération et elle incite à réutiliser et réduire notre consommation de papier. Voici ci-dessous ce que la charte préconise. Servons-nous de petits morceaux de papier que nous découperons plutôt que d une feuille entière si nous n avons pas besoin d écrire beaucoup. Pour le papier brouillon, utilisons le côté vierge des feuilles imprimées devenus inutiles. Au lieu de nous servir d enveloppes neuves, réutilisons les enveloppes pour le courrier interne. Privilégions l pour les notes de service. Photocopions et imprimons en recto/verso dès que cela est possible. Utilisons du papier brouillon pour des notes internes. Corrigeons à l écran de notre ordinateur au lieu d imprimer des ébauches multiples. N imprimons que le nombre d exemplaires nécessaires. Réduisons le format de nos documents de façon à utiliser moins de papier. IBL démarre un programme de recyclage Chez IBL, nous avons décidé d aider à la préservation des forêts en démarrant un programme de recyclage de papier à IBL House. Si cela fonctionne bien et que nous constatons un bon niveau de participation de nos employés, nous l instaurerons dans tous les établissements d IBL le plus rapidement possible. 16 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

7 dossier IBL et la Mauritian Wildlife Foundation : une collaboration pour sauver les Cateaux Vertes dont le succès est unique au monde! Pour souligner la Journée de l Environnement et afin de sensibiliser les employés d IBL House à ce nouveau programme, nous leur avons fourni à chacun une poubelle en osier fabriquée par les non-voyants du Centre Loïs Lagesse que nous avons souhaité soutenir par la même occasion. Avec cette poubelle déposée sur chaque bureau, le 5 juin au matin, chaque employé recevait également une lettre signée du CEO, Patrice d Hotman de Villiers, les encourageant à participer à ce programme de recyclage de papier. Cette lettre invite les employés à jeter uniquement les déchets de papier, feuilles imprimées ou pas, journaux magazines et cartons dans la poubelle en osier. Agir ainsi, rend plus facile la tâche de récupérer le papier qui sera pesé et ramassé pour être recyclé. Avec ce programme et chiffres à l appui, nous serons en mesure de faire connaître à l ensemble du Groupe, le nombre d arbres sauvés grâce à la collaboration de tous les employés. Les effets concrets du recyclage Les effets concrets du recyclage de papier sont nombreux. Par exemple, le recyclage de papier d une tonne de journaux : sauve de la coupe l équivalent de 17 arbres; élimine 3 mètres cubes de matériaux destinés à l enfouissement; économise litres d eau; économise la quantité d énergie nécessaire aux besoins d une résidence durant 6 mois; utilise 43 % d énergie de moins, génère 75 % de pollution atmosphérique de moins et 35 % de pollution aquatique de moins que la production d une tonne de papier fabriqué à partir de fibres vierges. Saviez-vous que? 1. Quand on réduit de 50 % la quantité de papier utilisé, on diminue nos rejets de CO 2 de 28 kg/an. 2. Si, pendant un an, on empilait le papier utilisé en moyenne par personne pour son usage personnel, la hauteur de la pile atteindrait celle d une maison de 2 étages. 3. Une famille utilise en moyenne 300 kg (0,3 tonne) de papier et de carton par année, l équivalent de 10 arbres pour la fabrication de papier fin et de 2 arbres pour la fabrication de carton. 4. Un employé de bureau jette, en moyenne, environ 40 kg de papier par an. Le papier constitue 80 % des déchets produits par une administration. IBL and the Echo Parakeet project: We will fully play our social role as a contributor towards the further development of Mauritius and the region. We will continue to respect the environment and will act responsibly towards its improvement for future generations. In line with its Mission statement, IBL has embarked on various campaigns internally to encourage its employees to be more environment conscious. The company is also engaged in various environmental issues; one of the most prominent being its involvement with the Mauritian Wildlife Foundation. IBL has agreed to sponsor the Echo parakeet project for an amount of Rs 1,5 million per year for three years in order to help get this Mauritian species out of the most endangered list. The Mauritian Wildlife Foundation The Mauritian Wildlife Foundation, formerly known as The Mauritian Wildlife Appeal Fund, is the only non-governmental organisation in Mauritius to be exclusively concerned with the conservation of endemic species. The MWF works in close co-operation with the Government with whom a Memorandum of Agreement was signed in As a result of the work undertaken by the MWF and its partners, Mauritius is at the forefront of the conservation of endangered species and is looked upon as a live laboratory which has set new standards for conservation round the world. The work is painstaking and demanding. The MWF relies upon a dedicated team of staff and volunteers, many from abroad, whose hard work and commitment enable this vital project to continue. The MWF is a registered charity organization and depends as such upon the kind donations of those who care about the wildlife in Mauritius. The Echo Parakeet project In 1987, the Echo Parakeet (Psittacula echo) was the rarest parrot in the world. Less than 20 individuals remained and only 3 were known to be females. At that time, it was a moment of great excitement to see a single Echo fly. Never has a parrot gone from the world s rarest to being down-listed and in less than 20 years. With a current population estimate of 330 birds, the program has surpassed many people s expectations. Success aside, it s important to remember that the Echo Parakeet is still very much endangered. Three hundred and thirty birds are really not that many. The recent emergence of Psittacine Beak and Feather Disease (PBFD) in the Echo population has been a major complicating factor in their recovery. After centuries of habitat destruction, only about 1.27% of Mauritius native forest remains. The remaining native forest is degraded as a result of past forestry practices 18 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

8 dossier Seafood & marine : la pêche au thon n est pas surexploitée, mais la vigilance est de rigueur Les eaux de l océan Indien sont-elles surexploitées? Les espèces de thon sont-elles en train de s amenuiser voire de disparaître? Autant de questions qui concernent l ensemble de notre secteur d activité Seafood & Marine, mais au-delà de cela, l enjeu est de taille pour les générations futures à travers le monde. and by the invasion of exotic plants. The degraded forest has had two major impacts on Echos. A reduction in abundance and variety of fruiting endemic trees has meant a shortage of food during the chick rearing period in some years. In addition, slow regeneration of trees has led to a decrease in the number of old trees on which the birds rely for nesting cavities. Predation of Echos nests by highly arboreal Ship Rats (Rattus rattus) and Crab-eating Macaques (Macaca fascicularis) has had a significant impact. Indian Mynahs (Acridotheres tristis) predate eggs and chicks and aggressively take over nest sites. The introduced Indian Ring-necked Parakeet (Psittacula krameri) is exceedingly common in Mauritius (possibly numbering more than 30,000!) and competes with Echos for nesting sites and probably food. Ring-necked Parakeets are a potential source of PBFD. The number of breeding birds has risen significantly in the last few seasons as new recruits reached breeding age. In the 2001/02 season, 16 females laid 40 eggs, and 21 birds fledged in the wild.18 birds were released into the wild that season. During the 2006/07 season, there were 60 nesting attempts by 57 females, with 160 eggs laid and 72 chicks fledged! There has been a corresponding increase in the use of nest boxes. A small captive breeding population is maintained at the Gerald Durrell Endemic Wildlife Sanctuary in Black River. At the peak of intensive management, up to 14 chicks were produced there in a season. Some of them were used in brood manipulations in the wild (e.g. fostering in nests where infertile eggs had been laid) but most of them were released to boost the wild population. Extract from MWT website and Jason Malham s report on Echo Parakeet Ignacis de Leiva, Conseiller sur le dossier pêche à la Commission Européenne Après la baisse des ressources halieutiques dans les océans Pacifique et Atlantique, les armateurs se sont tournés vers l océan Indien pour exploiter les zones de pêche qui avaient été relativement préservées jusqu alors. Maurice, de par la dispersion de ses territoires (Agaléga, Rodrigues ), possède une zone économique très importante qui s étend sur des milliers de miles nautiques Cela représente une réelle source de richesse pour notre pays, sous réserve de pouvoir contrôler ce qui s y passe vraiment, et de s assurer que des navires n ayant pas les licences les autorisant à pêcher dans nos eaux territoriales, ne sont pas en train de les piller! «C est dans un souci de protéger les ressources existantes, et en particulier les espèces de thon, que la CTOI a été créée», explique Ignacio de Leiva, conseiller sur le dossier pêche à la Commission Européenne. «La Commission thonière de l océan Indien est basée aux Seychelles et regroupe des comités scientifiques où tous les scientifiques de la région, et même au-delà Japon, Espagne apportent des données de captures, à partir desquelles le statut des différentes espèces de thon est analysé». 20 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

9 Catch (t) 600, , , , , ,000 Baitboat Gillnet Line Longline Other Purse Seine Indian Ocean Tuna & Tuna-like Species Landings by Gears ( ) «La CTOI estime que l espèce qui est la plus menacée dans l océan Indien est en fait l espadon», explique M. de Leiva. «Les stocks dans certains endroits précis ont beaucoup diminué. La PME se situe entre t et t, alors que les estimations de pêche pour 2006, sont autour de t La situation de cette espèce est assez exceptionnelle car, par ailleurs, les chiffres montrent qu il n y a pas de surexploitation». Les facteurs climatiques, tels que les phénomènes El Nino et El Nina affectent également l océan Indien. Les variations de température de la mer influencent le niveau de la thermocline rendant ainsi la pêche plus difficile. permet de contrôler qu ils ne pêchent pas près des DCP (Dispositif de Concentration de Poisson) Mais les bateaux illégaux, eux, ne peuvent être repérés par ce système!» La situation n est donc pas aussi inquiétante que l on entend par moment. Il n en demeure pas moins qu une certaine vigilance est de rigueur quant à la surveillance des pêches et qu un renforcement des contrôles s avère nécessaire si nous voulons que les ressources halieutiques de l océan Indien puissent être exploitées durablement pour les prochaines générations. Catch (t) 1,800,000 1,600,000 1,400,000 1,200,000 1,000, , ,000 Indian Ocean Tuna & Tuna-like Species Total Landings ( ) Tous les ans, la CTOI prend des mesures pour l aménagement de la pêche et pour le renforcement des contrôles. Mais ces mesures doivent être obligatoirement prises au niveau régional car les espèces sont migratoires. D autre part, il y a aussi le problème des bateaux de pêche de pays qui ne sont pas membres de la CTOI, et qui ne sont donc pas soumis aux mêmes normes que les autres. 400, , En effet, les espèces de thon sont différenciées et donnent lieu à des évaluations et études séparées. «Il n y a pas de situation de surexploitation, mais juste quelques soucis pour maintenir l effort de pêche actuel. Car même si la situation est mieux qu ailleurs, il y a toujours des incertitudes. En regardant seulement les chiffres de capture, on ne peut pas dire que les stocks baissent a été une année exceptionnelle en terme de pêche alors qu en 2007, cela a beaucoup baissé. Depuis 1990, les captures ont augmenté de façon exponentielle». Le Comité scientifique de la CTOI détermine quelles sont les quantités idéales à ne pas dépasser par espèce, les PME - Production Maximale Equilibrée afin de s assurer qu il n y a pas de surexploitation. Mais le Comité ne peut faire que des recommandations! Les PME ne sont que des indications permettant d évaluer si certaines espèces sont surexploitées ou non. Ainsi les chiffres de pêche du listao, montrent clairement qu il n y a pas lieu de s inquiéter. Comme le dit le dernier rapport du CTOI, en date de novembre 2007, «les caractéristiques biologiques du listao, notamment sa forte productivité, suggèrent que cette espèce est résiliente et peu encline à la surpêche, et les indicateurs d état du stock montrent qu il n est pas nécessaire de s inquiéter à court terme de l état du stock de listao». La Commission Européenne a deux projets qu elle finance avec la Commission de l Océan Indien. «Le 1 er est un plan régional de surveillance des pêches dans le sud-ouest de l océan Indien. L objectif est aussi de renforcer les capacités des pays de la région à exercer des politiques de suivi, de contrôle et de surveillance. Le budget est de 7 millions d Euros. Le 2 ème projet concerne «le suivi, le contrôle et la surveillance de grands pélagiques migrateurs de l océan Indien» dans l optique de tester les conditions de mise en place d une collaboration régionale afin de gérer durablement la ressource. Environ 3,5 millions d Euros ont été consacrés à ce projet». Le 1 er plan a été lancé en septembre L Union Européenne finance des patrouilles en mer, qu elles soient par bateau ou par avion. «C est la première fois que tous les pays de la région travaillent ensemble : un inspecteur mauricien embarque avec un navire de surveillance malgache. L océan Indien est vaste et il faut une coopération régionale pour que la protection soit plus efficace». Un autre moyen de contrôle serait de renforcer les vérifications aux ports. «La FAO a un programme intitulé «Port State measures to combat illegal unreported and unregulated fishing», qui va déjà en ce sens. Toute la région est déjà sous surveillance satellite. Les Comores sont le dernier pays à avoir intégré ce programme Le seul inconvénient de ce programme, c est qu il permet de suivre seulement les bateaux sous licence grâce au VMS (Vessel Monitoring System), ce qui 22 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

10 financial services : pleins feux sur la nature pour le Rapport Annuel de la MEI healthcare : Des appareils eco-friendly Mauritian Eagle fait ressortir l importance de notre environnement dans son Rapport Annuel rendu public pour l année Ce choix, comme le souligne Eric Venpin, le Managing Director de la Mauritian Eagle, est justifié par le fait que nous sommes exposés quotidiennement aux effets des changements qui s opèrent dans notre environnement. Il y a donc nécessité pour nous tous de reconnaître l importance de cette nature qui nous entoure et de tout faire pour la protéger. Le fait marquant de la compagnie pour l année financière écoulée reste, bien évidemment, sa progression de 24% avec un chiffre d affaires qui passe de Rs 912 millions pour 2006 à Rs 1,127 millions en L activité assurance a vu son chiffre s améliorer de 25% pour atteindre Rs 749 millions, alors que les fonds d assurances ont augmenté de Rs 173 millions pour atteindre Rs 480 millions au 31 décembre Ils ont, tous deux, remercié les membres du personnel ainsi que le management pour leurs efforts. La technologie médicale rime aussi avec écologie. La preuve les développeuses AGFA, utilisées dans le milieu hospitalier pour les radiographies et qui ont été installées en début d année dans deux hôpitaux de l île par l équipe de MEDICAL EQUIPMENT, sont eco-friendly. Grâce à l approche exclusive d Agfa - le système Ecologically Optimised System (système optimisé sur le plan de l écologie) - les développeuses Classic E.O.S. permettent à nos clients de respecter les normes écologiques tout en réduisant la consommation de fixateur, la teneur en argent de l eau de rinçage, et la consommation d eau. Par son utilisation de deux bains de fixation positionnés entre le bain de révélateur et le bain de rinçage (voir le schéma ci-dessous), la Classic E.O.S., de par son approche en cascade, garantit un fonctionnement écologique. La régénération du fixateur est ainsi abaissée d environ 35%, de même que les pertes de fixateur et la consommation d eau. Quant à la Mauritian Eagle Leasing, son chiffre d affaires est passé à Rs 378 millions, soit une progression de 20%, comparée à l année précédente alors que le portefeuille client a atteint le niveau appréciable de Rs 1,4 milliards. Dans leur rapport, Patrice d Hotman de Villiers, le président du conseil d administration ainsi que Eric Venpin, ont souligné l importance d une gestion rigoureuse des risques ainsi que la nécessité d une politique d innovation pour faire face aux défis que présente un marché des assurances de plus en plus concurrentiel. La Compagnie est ainsi engagée dans l installation d un Enterprise Relationship Management Solution pour optimiser l usage des ressources, ainsi que dans l implémentation d un Business Continuity Plan. Réf. Fix 1 Fix 2 Régénération Eau de rinçage 24 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

11 Questionnaire concours sur Nom du répondant : activity news WINNER S retail SECTOR Secteur d activité : Entreprise : 1 er prix : Une journée en famille sur la réserve naturelle de l Ile aux Aigrettes avec la Mauritian Wildlife Foundation Quelle est la première priorité du projet Ile Maurice Durable? Instaurer une culture du recyclage à Maurice Assurer l autonomie énergétique du pays Diminuer nos émissions de gaz à effet de serre Sauver la biodiversité de la faune et la flore mauricienne Cette année, quel est le slogan choisi par l ONU pour célébrer la Journée de l Environnement? «Sauvons les arbres et les forêts!» «CO 2, Non à la dépendance!» «Controns la montée des eaux!» «Pensons davantage au recyclage!» Quels sont des exemples prouvant que des modifications majeures ont lieu dans notre environnement? 11 des 12 dernières années sont parmi les douze plus chaudes depuis 1850 Les glaciers fondent à un rythme inégalé La hausse du niveau des océans cause érosion et innondations Les conditions météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquentes Toutes ces réponses Selon le Groupe intergouvernemental d experts sur l évolution du climat (GIEC) de l ONU, de combien de pourcentage devons-nous diminuer nos émissions de gaz à effet de serre d ici 2020? 0 % à 10 % 10 % à 25 % 25 % à 40 % Plus de 40 % Comment peut-on préserver nos forêts? En plantant des arbres En diminuant notre consommation de papier En recyclant En imprimant recto-verso quand imprimer est vraiment nécessaire En choisissant des produits de papier recyclés quand l usage du papier est inévitable Toutes ces réponses En moyenne, la déforestation est responsable de quel pourcentage des émissions mondiales de dioxyde de carbone? 5 % 10 % 20 % Un excédent de dioxyde de carbone, dans l atmosphère, a une incidence sur : Les arbres La couleur du ciel Les nuages Les changements climatiques Combien en moyenne un employé de bureau jette de papier par an? 0 à 5 kg 5 à 15 kg 15 à 35 kg 40 kg Quel est un des effets concrets du recyclage d une tonne de papier journal? Sauve de la coupe 17 arbres Économise plus de litres d eau Économise la quantité d énergie nécessaire aux besoins d une résidence durant 6 mois Toutes ces réponses Grâce à la collaboration entre la Mauritian Wildlife Foundation et IBL, quel est l oiseau endémique de Maurice qui a été sauvé de l extinction? Le pigeon La Cateau Verte L aigle Le paille en queue Veuillez retourner ce questionnaire rempli au département de communication à Sheila Seebaluck au 5 ème étage à IBL House. Date limite : 21 juillet Le tirage se fera le 30 juillet à l Ibéloise. Vous trouverez toutes les réponses à ce questionnaire dans le dossier environnement de ce numéro d IBL News. Et de 15 pour Winner s Dans le cadre de son expansion accélérée, Winner s ouvre un 15ème supermarché à la rue Boundary à Rose-Hill. La chaîne de supermarchés préférée des Mauriciens, fidèle à son slogan mon superbonmarché près de chez moi se rapproche ainsi un peu plus des habitants de Quatre-Bornes et de Rose-Hill. Située dans une zone à grande densité d habitants, ce nouveau supermarché vient combler un réel manque dans cette région. De plus, un parking pouvant accueillir 90 véhicules facilite l accessibilité et garantit un confort d achat optimum aux clients. D une superficie de 1000 mètres carrés, cette nouvelle unité compte en son sein une boulangerie du même type qu à Forest Side, Vacoas et Goodlands. Elle affiche aussi une nouvelle génération de «Case Dousalé» pour le plus grand bonheur des gourmands. Au Winner s de Rose-Hill, l emphase est surtout mise sur une zone «frais» plus développée avec, entre autres, la découpe du poulet. 26 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN 2008 NEWSLETTER DU GROUPE IBL - JUIN

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

D E V O T E A M S E N G A G E E N F A V E U R D U D E V E L O P P E M E N T D U R A B L E

D E V O T E A M S E N G A G E E N F A V E U R D U D E V E L O P P E M E N T D U R A B L E GreenGuide DEVOTEAM S ENGAGE EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE Le groupe Devoteam est un acteur économique et social qui se doit d être responsable. C est la raison pour laquelle nous avons décidé d engager

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU 1. CONSOMMATION DE PAPIER La consommation mondiale de papier augmente de 20% chaque année! En Région de Bruxelles- Capitale (RBC), quelques 60 000

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

agissez, un Clima cteur engagé! devenez vous aussi Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre?

agissez, un Clima cteur engagé! devenez vous aussi Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre? agissez, devenez vous aussi un Clima cteur engagé! Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre? Mulhouse Alsace Agglomération s est associée au site «Le climat entre

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

LE CARNET DE L ELEVE. La Maison du Développement Durable présente

LE CARNET DE L ELEVE. La Maison du Développement Durable présente La Maison du Développement Durable présente LE CARNET DE L ELEVE La Maison du Développement Durable est une réalisation d Objectif D. 15, rue André Del Sarte - 75018 Paris Ils t accompagnent pendant toute

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Le guide. de l'écocitoyen. au bureau

Le guide. de l'écocitoyen. au bureau Le guide de l'écocitoyen au bureau Le guide de l'écocitoyen au bureau SOMMAIRE : Le saviez-vous? Eco-quoi...? Achats responsables Le papier L'électricité La température Les déchets Les déplacements Mesurer

Plus en détail

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LIVRET D'ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE Passer de citoyen témoin à citoyen acteur en intégrant la préservation de l environnement au quotidien, c est utile et c est possible

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

Mode d emploi. Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes

Mode d emploi. Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes Mode d emploi Moins de déchets, 10 gestes pour transformer nos habitudes 10 «petits» gestes pour réduire nos déchets Réduire ses déchets c est avant tout mieux consommer Le meilleur déchet est celui qui

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Selon le rapport "Impacts of Information and Communication Technologies on EnergyEfficiency", réalisé par BIOIS

Plus en détail

NEWSLETTER MISSION VERTE

NEWSLETTER MISSION VERTE DITS NON AUX SACS N PLASTIQU! Le 3 Juillet a été célébrée la Journée Internationale de l Interdiction des Sacs en Plastique à Usage Unique. Outre l immense source de pollution que ces sacs représente,

Plus en détail

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et Amérique 500 250 100 50 10 Énergie éolienne Biomasse du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Amérique du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Afrique du Nord et Golfe Inde Chine

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Notre mission, notre plan d action!

Notre mission, notre plan d action! Changer le monde, un GESte à la fois Notre mission, notre plan d action! Un vent de changement avec Rafale! Notre mission, notre plan d action! Depuis la révolution industrielle, on s est mis à brûler

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques Développement Durable

Le guide des bonnes pratiques Développement Durable Le guide des bonnes pratiques Développement Durable Lors de la mise en place de notre Plan à Moyen Terme Ambitions 2012, nous avons pris ensemble sept engagements coopératifs. L un d eux est de favoriser

Plus en détail

Guide ÉCO-GESTEs. Des engagements aux actes. Comment agir ici et maintenant pour contribuer au développement durable

Guide ÉCO-GESTEs. Des engagements aux actes. Comment agir ici et maintenant pour contribuer au développement durable McCann G Agency - GDF SUEZ : SA au capital de 2 193 643 820 - RCS PARIS 542 107 651 FSC, PEFC, Imprim vert et usine Iso 14001. Papier fabriqué à partir de bois issu de forêts gérées durablement, blanchi

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

La technologie mobile mise à contribution pour améliorer la gestion des petites pêcheries

La technologie mobile mise à contribution pour améliorer la gestion des petites pêcheries REGISTERED CHARITY 1098893 La technologie mobile mise à contribution pour améliorer la gestion des petites pêcheries L expansion des réseaux mobiles nous permet d étendre notre portée tout en réduisant

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Blandine Antoine Élodie Renaud LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Sommaire Préface... 11 Introduction... 15 I. LA PRODUCTION D ÉNERGIE Introduction à la production d énergie... 31 Thème 1 Énergies Fossiles...

Plus en détail

e point en recherche Une planète moins chaude en dix étapes Introduction

e point en recherche Une planète moins chaude en dix étapes Introduction l e point en recherche Série technique 00-146 Une planète moins chaude en dix étapes Introduction Tout autour de nous, des indices témoignent des changements importants que subit notre climat : inondations,

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

*** La clé de l éco conduite ***

*** La clé de l éco conduite *** *** La clé de l éco conduite *** LE CARBURANT EST CHER ET POLLUANT!! GRATUIT > > > TOUS LES CONSEILS POUR DIMINUER VOTRE CONSOMMATION DE CARBURANT!! Par souci écologique, de sécurité routière et pour le

Plus en détail

À titre d organisation vouée au développement économique de la métropole montréalaise, Tourisme Montréal vise à :

À titre d organisation vouée au développement économique de la métropole montréalaise, Tourisme Montréal vise à : GUIDE DU BUREAU VERT TOURISME MONTRÉAL 3 e édition Janvier 2010 Introduction Les défis de la gestion environnementale représentent des enjeux de taille pour toutes les organisations dans le monde d aujourd

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

COMPOSTAGE À L ÉCOLE SECONDAIRE NÉPISIGUIT. Projet proposé par:

COMPOSTAGE À L ÉCOLE SECONDAIRE NÉPISIGUIT. Projet proposé par: COMPOSTAGE À L ÉCOLE SECONDAIRE NÉPISIGUIT Projet proposé par: Robin Leblanc, École secondaire Népisiguit Alain Savoie, CCNB - campus de Bathurst Yanick Sirois, Commission des déchets solides Nepisiguit-Chaleur

Plus en détail

Introduction à la Sécurité Informatique

Introduction à la Sécurité Informatique Introduction à la Sécurité Informatique Hiver 2012 Louis Salvail A.A. 3369 Qu est-ce que la sécurité informatique? Espionnage de réseau Interception des paquets en route sur un réseau Ceci est facile puisqu

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 Analyses de Cycles de Vies des Technologies de l Information et de la Communication Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux? L ADEME

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement. QI! C est toi l expert en énergie! a mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.ch i tu réponds correctement, tu obtiendras un code secret qui

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

Maîtriser la consommation d eau

Maîtriser la consommation d eau Maîtriser la consommation d eau S assurer après utilisation que le robinet d eau est bien fermé. Signaler aux agents les éventuelles fuite d eau dans les sanitaires. Un robinet doté d un «mousseur» permet

Plus en détail

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas.

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Édito Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Depuis janvier 2011, le Syndicat Emeraude s est engagé résolument dans un programme local de prévention. Ne nous limitons pas à l objectif

Plus en détail

Guide de l agent éco-responsable : 30 gestes simples pour réduire notre impact sur l environnement au travail

Guide de l agent éco-responsable : 30 gestes simples pour réduire notre impact sur l environnement au travail Guide de l agent éco-responsable : 30 gestes simples pour réduire notre impact sur l environnement au travail Sommaire Édito - le papier, les fournitures.. - l énergie, l eau.. - les déchets.. - les transports

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES

GUIDE DES BONNES PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES GUIDE DES BONNES PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES Ville de Saint-Laurent d Aigouze [ [ Le mot du Maire Le développement durable est un enjeu de société majeur, et bien plus qu un effet de mode. Les changements

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Notre Alimentation Notre Climat. Notre Monde. environnement. changement climatique. Prenons soin de notre environnement

Notre Alimentation Notre Climat. Notre Monde. environnement. changement climatique. Prenons soin de notre environnement Notre Climat RÉALISEZ LA PREMIÈRE OU LA SECONDE ACTIVITÉ DE CETTE SECTION EN FONCTION DE VOTRE TRANCHE D ÂGE. PUIS CHOISISSEZ TROIS ACTIVITÉS SUPPLÉMENTAIRES SUR LA LISTE CI-APRÈS. Prenons soin de notre

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1)

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) Incorporées aux produits (2) LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) TABLEAU 1 TOTAUX Émissions de gaz à effet

Plus en détail

Les impacts cachés des TIC. Quels enjeux et quelles actions concrètes?

Les impacts cachés des TIC. Quels enjeux et quelles actions concrètes? Les impacts cachés des TIC Quels enjeux et quelles actions concrètes? Eric Drezet Fête de la Science CRHEA, Valbonne 19/11/2013 1 Plan Conclusion Derrière mon PC une avalanche numérique Des conséquences

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Forum régional sur les changements climatiques

Forum régional sur les changements climatiques Forum régional sur les changements climatiques Ville de Blainville Municipalité de 53 556 citoyens Maire, François Cantin depuis novembre 2005 Sondage en mai 2009 auprès de 501 citoyens par la firme Ipsos

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

FOCUS RAPPORT ENVIRONNEMENTAL 2011 MANITOBA TELECOM SERVICES INC.

FOCUS RAPPORT ENVIRONNEMENTAL 2011 MANITOBA TELECOM SERVICES INC. RAPPORT ENVIRONNEMENTAL 2011 MANITOBA TELECOM SERVICES INC. RAPPORT ENVIRONNEMENTAL 2011 MANITOBA TELECOM SERVICES INC. : AVOIR UN IMPACT NOTRE ENGAGEMENT CONSISTE À RÉDUIRE NOTRE IMPACT SUR L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Proposition de charte pour un Conseil de la Jeunesse plus «durable»

Proposition de charte pour un Conseil de la Jeunesse plus «durable» Proposition de charte pour un Conseil de la Jeunesse plus «durable» Pourquoi cette charte? Le Conseil de la Jeunesse, dont l une des missions est d être le porte-parole de la jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles,

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Charte «Etretat plage propre»

Charte «Etretat plage propre» Charte «Etretat plage propre» «Etretat Plage Propre» est une opération de sensibilisation à la protection de l environnement et plus particulièrement du littoral, destinée à nos stagiaires, aux estivants,

Plus en détail

Forum du 07 /04 /2011

Forum du 07 /04 /2011 Forum du 07 /04 /2011 Bilan général du tout automobile et de ces conséquences. La voiture est devenue l objet primordial de nos déplacements Infrastructures au détriment de la qualité de la vie Conséquences

Plus en détail

Comment Eco Responsabiliser son événement?

Comment Eco Responsabiliser son événement? Comment Eco Responsabiliser son événement? Consommation Fiche 1 Quel que soit le type d évènement que vous organisez, un festival artistique, un concert ou une sortie plein air, celui-ci aura un impact

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Plan d action de développement durable 2009-2013 Favoriser une meilleure concertation des industries du territoire Octobre 2009 Avant propos La Société

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER SALMON MANAGEMENT PLAN Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne CONTEXTE D ÉLABORATION DU PLAN WORKING CONTEXT Document

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

GUIDE. des ÉCO-GESTES au BUREAU. Ou comment se préoccuper de l environnement au bureau?

GUIDE. des ÉCO-GESTES au BUREAU. Ou comment se préoccuper de l environnement au bureau? GUIDE des ÉCO-GESTES au BUREAU Ou comment se préoccuper de l environnement au bureau? Les éco-gestes au travail Des agents éco-responsables pas comme les autres 220 jours par an et sept heures par jour,

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail