PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE"

Transcription

1 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE Lise Pelletier Consultante RÉSUMÉ L article fait suite à un atelier pratique intitulé «Nos relations! Nos miroirs!» dispensé lors du Colloque sur «La diversité des pratiques professionnelles et ses nouvelles avenues». L évolution de l être humain amène à devenir de plus en plus autonome. À titre d intervenants en relations humaines, nous sommes appelés à intégrer une plus grande autonomie intérieure afin de créer une relation coopérative avec les personnes en relation avec nous. L auteure s intéresse à cette problématique depuis ses études en psychologie des relations humaines, d où la rédaction de son essai-synthèse intitulé «Établir une relation coopérative (Observations d indices et stratégies de la P.N.L.)». Le résultat de cette dernière étude lui a confirmé que la confiance en soi était la base de toute relation coopérative. Une recherche constante dans cette voie d auto-transformation afin de développer une plus grande confiance intérieure lui a permis de découvrir une nouvelle pratique d intervention sur soi et avec l autre. Cette pratique vise une plus grande autonomie intérieure de l intervenant l aidant à percevoir à l aide du miroir, toute relation comme une entraide psychologique et spirituelle et à augmenter la confiance en lui et en l autre. L article nous résume les grandes lignes de cette expérience personnelle et professionnelle que l auteure continue d intégrer et qu elle tente d expliquer à travers certains concepts.

2 92 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE Cet article se veut simplement la description d une expérience que je vis et que je continue d intégrer pour améliorer avec moi et avec les autres toute relation interpersonnelle. Lors de la rédaction de mon essai-synthèse, je réalisais que pour apprendre à vivre une relation coopérative, je devais d abord tenir compte de mon niveau de confiance et aussi considérer le niveau de confiance établi dans un milieu. De là, l importance de tenter d énoncer différents niveaux de confiance reliés à la réalisation de soi (Gibb, 1981). Ma démarche personnelle de recherche intérieure (méditation, accueil et auto-transformation de tout ce que je vis...) m amène à découvrir que la conscience spirituelle fait effectivement partie de l évolution de mon être. Autrement dit, je peux ressentir intérieurement une dimension qui enveloppe toutes les autres dimensions de ma personne. Le développement d une plus grande écoute intérieure m aide à expérimenter une relation différente avec moi et avec l autre. De cette écoute intérieure, j apprends à développer une plus grande confiance intérieure et une nouvelle façon de voir la vie et toute relation autour de moi. La lecture de quelques auteurs traitant surtout de la psychologie spirituelle m encourage à poursuivre cette nouvelle «voie de transcendance» (Durkheim, 1991). Cette aventure de recherche intérieure que je continue d explorer m aide à développer une perception nouvelle où en ressentant une plus grande unité en moi, je découvre que je fais partie d un tout. Pour arriver à ressentir ce lien avec tout ce qui m entoure, j apprends à chaque instant à développer davantage mes sens intérieurs tout en me détachant de mes sens extérieurs. De cette observation, j ai commencé progressivement à expérimenter ce que j appelle un «Retour à Soi» sur tout ce que je vis. De là, je découvre continuellement que toute perception extérieure est le reflet d une partie de moi à reconnaître. Comme «apprentisage», le «miroir» devient un instrument privilégié d accueil et d auto-transformation. Quelques auteurs traitant le sujet viennent consolider cette nouvelle façon de créer une relation avec l autre. (Gawain, 1994; Jung, 1976; Rancourt, 1996; De Souzenelle, 1993). Cette relation devient progressivement une relation d unité avec soi et de communion avec l autre. «Le chemin de la sagesse est le chemin de l amour. L amour enraciné dans la conscience de l Unité est le bien par excellence» (Desjardins, 1972). Pour tenter d expliquer comment intégrer ce processus dans une démarche de développement personnel, je vais m inspirer davantage de Durkheim (1991) qui explique ce mouvement d évolution en trois étapes importantes de l évolution de INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

3 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 93 l être humain s orientant vers la transcendance de l être. Dans la troisième étape d évolution, qui est en soi un processus infini, j utilise personnellement le «miroir» qui permet par un processus de «Retour à soi» constant de poursuivre sans relâche mon auto-transformation psychologique et spirituelle. Par expérience personnelle, j observe que cette pratique continuelle d ouverture à ma conscience spirituelle, par laquelle je découvre ma propre cohérence intérieure, m aide à intégrer progressivement une plus grande paix et une liberté intérieure. Quand la conscience se développe, votre corps ne change pas, mais vous n êtes plus le même. Peu à peu, vous-même et les autres s en rendent compte. Cette reconnaissance prend du temps : des mois, parfois des années. Mais tôt ou tard, vous sentirez que vous n êtes plus régi par la loi, mais par l Amour... L homme conscient demeure dans une solitude absolue. Le vieil homme vit sous l emprise du passé, le nouvel homme vit dans l éternel présent, il a une qualité d être différente, un magnétisme, un charisme (Rajeneesh, 1976). Dans la mesure où l intervenant en relations humaines s ouvre à l épanouissement de son être, il permet à la relation thérapeutique d évoluer audelà des cadres habituels d une relation où la conscience demeure rationnelle. L autre comme personne, ne peut être vu que par un regard personnel. Celui-ci ne s ouvre en effet que dans l union avec la profondeur de l être demandant à se manifester. Il exprime l impulsion humaine vers la réalisation de soi-même et nous unit tous fraternellement dans l être. Grâce à ce lien, il n y a plus, pour la première fois, d opposition, plus d antinomie, entre connaissance objective et aide affective. Elles sont les deux faces d une relation ouverte à la lumière de l être. La reconnaissance de l autre est en même temps fusion avec lui, elle est l instrument grâce auquel il s ouvre non seulement à celui qui le dirige mais aussi à lui-même, à une connaissance nouvelle de soi. La vie toute entière et la situation thérapeutique elle-même sont fondamentalement modifiées quand, au lieu d être vécues à la lumière de la conscience rationnelle du moi encore enlisé dans son univers, elles sont reçues par un sujet dont la vision transcende celle du moi et qui, au-delà de sa situation d «étant» a réalisé son éclosion dans l être (Durkheim, 1991). vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

4 94 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE PRINCIPALES PHASES DE L ÉVOLUTION PSYCHOLOGIQUE ET SPIRITUELLE Tel que mentionné dans l introduction, le présent exposé se veut le partage d une expérience, une tentative d explication d un processus personnel vécu que je continue d intégrer au jour le jour. Selon moi, notre recherche intérieure peut se transformer en une quête spirituelle atteignant de plus en plus les profondeurs de notre être d où peut émerger une plus grande paix avec soi et avec les autres. L humanité se divise en deux catégories d hommes : ceux qui vivent dans leur être profond, conscient, et ceux qui vivent dans leur être de surface aveugle. Il est évident que pour accéder à l être profond, il faut cesser de se cramponner à l être de surface. Cette mutation ne peut venir que de la compréhension et de la certitude. Il arrive que des années d efforts soient nécessaires pour acquérir cette compréhension et cette certitude (Desjardins, 1972). Je nomme ce processus «Retour à Soi», c est-à-dire qu à l aide de différents exercices de centration (méditation, respiration, etc.) j apprends graduellement à toucher cette dimension intérieure qui devient la nouvelle source de mes différentes actions. Je tente de découvrir l essence de tous les événements que je vis en dépassant les apparences extérieures et en me détachant des opinions traditionnelles influencées par des préjugés, croyances, états émotionnels, tendances collectives, etc. J apprends à développer mon écoute intérieure qui me guide dans mon processus continuel d auto-transformation. «Ces certitudes, seuls l enseignement direct, la pratique et l expérience peuvent les donner» (Desjardins, 1972). De cette expérience d unité avec soi, j apprends à expérimenter la relation avec l autre davantage comme une communion car ce dernier vient me refléter un lien avec le tout. J apprends à reconnaître ce tout en considérant la perception que j ai de l autre comme une partie de moi à accueillir, que celle-ci soit agréable ou désagréable... Cette attitude me permet d intégrer «l apprenti-sage» en moi. «Quand le maître et le disciple sont réunis dans la même pièce, il n y a pas deux, mais un : le disciple. Le maître est le disciple» (Desjardins, 1972). Je vais tenter de représenter ce cheminement progressif par l énumération de trois principales étapes d évolution. INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

5 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 95 Première étape d évolution La première étape consiste à développer le «Moi». (Durkheim, 1991) Celui-ci se développe à l aide d influences extérieures (la famille, l école, l entourage, la religion). À ce moment, j apprends à m imposer dans le monde. Je développe mon je en me construisant un schéma de base qui m aide à apprendre progressivement à rechercher et vivre l amour à l aide de l extérieur. C est pour pouvoir survivre que je développe mon égo que je peux définir personnellement comme un processus de réaction à l autre, m aidant à être reconnu et à être aimé par l extérieur. Je considère d ailleurs que cette étape est indispensable à mon développement personnel à tous les niveaux. Deuxième étape d évolution La deuxième étape consiste à devenir un membre capable de la communauté (Durkheim, 1991). Je développe mes relations extérieures qui m amènent à exercer certains rôles profitables à soi et aux autres (adulte, parent, conjoint, célibat, professionnel, bénévolat, etc.). Dans tous ces rôles, je continue à renforcer mon égo aidant à développer une certaine forme de confiance dans mes relations extérieures. Je continue ainsi à chercher à «faire» des choses ou à «avoir» pour être reconnu et aimé par les autres. Selon la théorie de Berne sur l analyse transactionnelle, nous pouvons considérer que les positions psychologiques prises à propos de soi ou des autres relèvent de quatre systèmes de base, le premier est le système du gagnant, mais les gagnants eux-mêmes ressentent parfois des sentiments rappelant les trois autres (James et Jongeward, 1978). En m inspirant de ces schémas, j observe que j ai appris à créer ma relation avec l autre en fonction d un niveau de confiance que j ai envers moi et du niveau de confiance que j ai envers l autre. Dans chacun des schémas suivants que je peux vivre à tour de rôle relativement aux situations que je vis, la confiance est surtout basée sur une attitude visant à «faire des choses pour être aimé ou pour être reconnu par l autre...». Une première position : j ai davantage confiance en l autre par rapport à la confiance que j ai en moi ; par exemple «Je ne suis pas ok et l autre est ok...» vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

6 96 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE (James et Jongeward, 1978), peut se caractériser par le fait que je vais dépenser mon énergie à faire des choses pour plaire dans l intention d être reconnu car je mets l autre sur un piédestal. Souvent je vais dire oui même si je ressens non car j ai peur de faire mal... Je suis attachée à l apparence pour plaire et je fais tout en tentant de ne pas déplaire. Je recherche constamment la perfection et je donne, donne et donne... aux autres et ensuite je me donne un peu à moi-même si je le mérite... Dans ce schéma de survie, je vais souvent jouer un rôle de «sauveteur» en projetant à l extérieur de moi l état de victime que je ressens intérieurement. Dans un processus de retour à soi, je pourrai réaliser que je dois d abord me donner ou m aimer moi-même pour pouvoir aimer l autre de façon inconditionnelle. Une autre position : j ai davantage confiance en moi par rapport à la confiance que j ai envers l autre ; par exemple «Je suis ok et l autre n est pas ok...» (James et Jongeward, 1978), peut se caractériser par le fait que je vais dépenser mon énergie à faire des choses pour prouver, dans l intention de me prouver à moimême que je suis capable. Je me mets alors sur un piédestal pour me reconnaître et être reconnu par les autres. Souvent je vais dire non même si je ressens oui car je veux me montrer indépendant. Je tente de démontrer que je suis sérieux et responsable et vais développer le maximum de mes talents. Je me cache derrière une armure mais je tremble à l intérieur de moi. Je vais retenir toute expression de colère par peur d être rejeté mais je peux réagir très fortement lorsque je suis contrarié... Ce comportement de fonceur constant est souvent encouragé dans les rôles professionnels où la performance et la compétition intensifient ces états de comparaison avec l autre. Dans ce schéma de survie, je vais souvent jouer le rôle de persécuteur projetant ainsi à l extérieur le sentiment de victime que je ressens. Dans un processus de retour à soi, je pourrai réaliser que je n ai rien à prouver pour m accepter inconditionnellement et que c est en acceptant ma façon unique d être que j apprends à percevoir et accepter l autre comme un collaborateur et non comme un compétiteur. J apprends à accepter que chaque être humain a une voie unique qui lui permet de s accomplir à son propre rythme et à sa façon. Finalement, une autre position : je n ai pas confiance en moi et je me méfie de l autre car je me sens incompris; par exemple, «Je ne suis pas ok et l autre n est pas ok...» (James et Jongeward, 1978), peut se caractériser par le fait que je vais dépenser mon énergie à faire des choses pour fuir ou encore pour nuire dans INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

7 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 97 l intention de ne pas démontrer mon sentiment d impuissance. Je me replis sur moi-même et vis souvent une hésitation, la confiance en soi et en l autre existant peu... Je vais survivre en fuyant dans le travail, la drogue, l alcool, le sport, etc. Je vis un grand sentiment d isolement. Dans ce dernier schéma de survie, je joue souvent un rôle de victime projetant à l extérieur de moi le persécuteur et ma propre capacité de m en sortir. Dans un processus de retour à soi, je pourrai réaliser que c est dans ma solitude intérieure que je peux enfin reconnaître ma façon unique d être et d accepter de l exprimer sans me soucier de l approbation ou de la désapprobation extérieure. Tant que je n apprends pas à m accepter dans un amour inconditionnel, je ne peux pas me sentir accepté ou compris par les autres. À l inverse, c est lorsque j accepte de m affirmer en toute authenticité que je suis capable d accepter et de comprendre l autre pour ce qu il est. Je considère que ces trois dernières positions démontrent bien comment je peux jouer différents rôles «d égo» qui m éloignent de l être que je suis fondamentalement. De nombreux rôles sont joués à partir des positions manipulatrices de grand chef et de sous-fifre. On peut cependant identifier la plupart des rôles dramatiques comme étant de type persécuteur, sauveteur ou victime» (James et Jongeward, 1978). Parallèlement à ces trois positions qui me permettent de survivre en recherchant l amour et la reconnaissance à l extérieur de moi, il existe aussi des moments où je suis dans une position de confiance profonde. J ai confiance en moi autant que j ai confiance en l autre, par exemple «Je suis ok et l autre est ok...» (James et Jongeward, 1978) peut se caractériser par le fait que je vais alors utiliser mon énergie à être et à créer. Je ressens dans ces moments un état de compassion et d amour envers tout ce que je vis. Je n attends pas l amour de l extérieur mais je me le donne. Je reconnais qu une force d amour inconditionnel est en moi et je peux la reconnaître chez l autre au-delà de tous ses comportements d égo. Je me sens davantage authentique et autonome et j apprends à vivre au présent. Je suis alors détaché des jugements venant des autres car je ne me juge pas et ne juge pas les autres. vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

8 98 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE Plus je reconnais et accepte mes comportements d égo qui m amenaient à une recherche extérieure de l amour, plus je transforme ces comportements pour agrandir cet espace d amour inconditionnel envers moi et envers les autres. La personne qui privilégie son être réel par rapport aux réactions et aux jugements des autres (Je choisis d être, quel qu en soit le prix) accomplit ce nécessaire détachement qui l amène à découvrir que la source d amour est en soi, non hors de soi. La personne est prête à faire un nouveau pas sur la voie de l amour universel et de la conscience.» (Rancourt, 1996) C est dans cette ouverture de retour à une acceptation de soi et de l autre que j ai déjà entrepris à mon insu la troisième étape de l évolution. Troisième étape d évolution À cette troisième étape d évolution où je commence à rechercher davantage un sens à la vie, je commence à établir progressivement un processus de «Retour à soi». Cette étape naît habituellement d un besoin de me sentir plus unifié. Elle se manifeste donc par un mouvement de questionnement où je recherche une autre dimension soutenant notre humanité intégrale devant former la base de ma vie (Durkheim, 1991). C est alors le commencement de la prise en considération de l expérience transcendante de l être. Cette étape peut se manifester à la suite d événements intérieurs ou extérieurs comme la maladie, la retraite, un accident ou tout autre bouleversement intérieur ou extérieur que je peux commencer à identifier comme un rappel à l Être. Elle peut tout aussi bien s inscrire dans une recherche intérieure. Personnellement, je nomme cette étape le «Retour à Soi» car je ressens ce mouvement comme une insistance à me découvrir et à me lier au Soi qui m habite intérieurement. Le Soi, la Réalité, le Silence, la Conscience, l Unité sont là «de toute éternité». La paix et le contentement sont en nous, sont notre nature réelle. Le plaisir que nous donne la satisfaction d un désir n est que la libération passagère de cette sérénité par la suppression du désir qui nous en a exilés. Et il en est de même avec la disparition d une peur. Plus le désir ou la peur sont forts, plus la réaction de plénitude qui leur succède est intense (Desjardins, 1972). Durkheim identifie cette étape comme un lien au «Tout Autre». Pour ne pas confondre avec les différentes croyances religieuses ou spirituelles, je préfère parler du «Retour à Soi» qui signifie en même temps pour moi un retour à mon INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

9 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 99 autonomie ou ma force ou encore ma puissance d auto-transformation intérieure. Dans une tentative de définition, j identifie cet état comme un état d amour inconditionnel pour soi aidant à vivre l amour inconditionnel avec les autres ou encore je peux l identifier comme l «Amour divin» dont je crois que chaque être est issu. Durkheim nous indique qu à cette étape, c est une voie de transformation pour établir le contact avec l être et devenir transparent à l être. Tant que le psychothérapeute voit d abord chez l autre le corps de destin souffrant, son être essentiel lui reste caché. Lorsqu il n est plus présent par son seul moi profane mais par son être essentiel, que son regard intérieur se tourne sans relâche vers le centre métaphysique de son patient et qu il cherche à articuler celui-ci au corps de destin, le danger d implication réciproque recommence à se faire jour. Ceci d autant plus nettement que le processus de guérison entre en action. Quand l individualité de l être surnaturel prend forme dans l espace et le temps, il brise la domination du moi que le monde fait souffrir et qui, loin de la vraie liberté, oscille entre une froide distance et les complications affectives. Cette tension infructueuse entre une connaissance objective et un lien personnel se résout quand le psychothérapeute s est suffisamment libéré des blocages, et des attaches de son moi profane de telle sorte que la relation humaine avec son «patient» puisse s enraciner, dans une réalité autre que celle du moi naturel, avec ses multiples fixations objectives, et les transcender (Durkheim 1991). Durckheim énumère trois tâches relatives à cette voie vers la transcendance de l être. La première tâche Cette première tâche consiste à «accorder l instrument que nous constituons nous-mêmes pour éprouver et percevoir le Tout Autre et apprendre à demeurer en lui et le laisser entrer en nous» (Durkheim, 1991). Nous pouvons débuter ce «Retour à Soi» par des exercices de méditation, de respiration consciente ou tout autre exercice personnel servant de moyen qui aide à développer une plus grande présence à soi. Personnellement, la méditation et quelques exercices réguliers de focussing, de P.N.L., psychosynthèse, etc. m ont aidée à développer une écoute intérieure de plus en plus claire. Finalement, la respiration consciente vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

10 100 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE est l outil que j utilise régulièrement car elle m aide à rester centrée intérieurement le plus souvent possible. La deuxième tâche Cette tâche consiste à «reconnaître ce qui s interpose entre nous et notre être» (Durkheim, 1991). C est-à-dire apprendre à reconnaître ce qui en fait n est pas conforme à l Être qui est inné en nous, cet être pouvant ressembler à un état d amour inconditionnel. D ailleurs, ce qui m empêche de vivre cet amour inconditionnel envers moi et envers les autres, Durkheim l appelle le «moi profane» avec ses exigences égoïstes, ses peurs, le pouvoir d autorité laissé à l extérieur de soi..l ensemble de ces comportements ont été développés entre autres lors des deux premières étapes d évolution. À cette période, j apprenais à survivre et j ai nécessairement développé des façons de «faire» me permettant d être aimée et reconnue à cette fin. Alors, j y retrouve tous ces comportements que je vivais dans une lutte de pouvoir pour la survie, ce que j ai défini plus haut comme étant l égo. C est dans cette tâche particulière que le «miroir» devient pour moi un outil indispensable. En effet, afin de sortir de cet état égoïste relié à mon besoin de reconnaissance et d amour par l autre, j utilise le miroir pour reconnaître ma propre projection. Je peux définir le «miroir» comme la perception de ce que je vois, entends ou ressens face à un événement ou une situation extérieure ou en relation avec une personne ou un groupe de personnes. Par exemple, si je perçois chez une personne une grande colère et que cette colère me touche intérieurement, ne serait-ce que par un petit pincement au cœur, j ai l opportunité de reconnaître la projection de ma propre colère... Tous les jugements que je peux porter envers les situations ou les personnes extérieures ou encore ceux que je ressens envers moi sont habituellement la projection de jugements que je me porte sur moi-même et qui m empêchent de vivre l amour inconditionnel... L autre n est que miroir, et même s il est miroir déformant, il n est jamais blâme pour ce que j y vois. Malgré toute la poussière qui recouvre l autremiroir, en cherchant bien, je découvre ma propre poussière intérieure à nettoyer... Quelle est la philosophie du jeu? nous sommes UN. Le monde extérieur (l autre) et mon monde intérieur ne sont que deux aspects d une même réalité. L extérieur n est que le reflet de l intérieur (Rancourt, 1996). INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

11 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 101 Plus je réalise que tout élément extérieur qui me touche vient me refléter ce que je suis prêt à accueillir et à transformer, plus je change la perception que j ai de moi et que j ai de l autre. L autre devient un collaborateur indispensable dans mon processus d auto-transformation psychologique et spirituelle. Alors tout comportement que je percevais comme un état de dépendance ou encore comme un état d indépendance devient progressivement une situation me permettant de reconnaître le mouvement d interdépendance. Avec le développement de ce nouveau regard face à ce que je vis, les schémas qui ont été décrits à la deuxième étape d évolution deviennent mes propres grilles d observation. Par l observation de ces différents comportements que j utilisais pour survivre, identifiés comme des comportements d égo, je peux reconnaître tous les «miroirs» qui me reflètent là où je m empêche d être en unité avec moi. Je continue mon «apprenti-sage»... La troisième tâche Finalement, la troisième tâche consiste en «un exercice pour favoriser la prise de conscience constante du présent» (Durkheim, 1991). Effectivement, dans ce processus de «Retour à Soi», nous apprenons à vivre de plus en plus au présent. Par une plus grande présence à soi, nous nous observons dans nos relations avec l autre pour en extraire l essence de cet échange commun que je peux alors identifier comme une relation d entraide spirituelle. Par expérience personnelle, la respiration consciente aide à me lier à moi-même, c est un exercice de base utilisé en yoga pour ressentir l énergie universelle appelée prâna (Vanlysebeth, 1968). Cela m amène à percevoir la vie comme une respiration de plus en plus profonde avec tout ce qui existe. La respiration peut devenir alors une forme de méditation éveillée et continue. Par cette présence à soi, j apprends à observer toute relation comme un échange énergétique nécessaire à mon évolution personnelle et à l évolution de tous les gens qui communiquent avec moi. J apprends par cette conscience à demeurer au niveau de l être et à communier dans toute relation. En effet, dans la présence à soi et l auto-transformation continue, je ressens cet état d amour inconditionnel que je peux vivre en moi et dans la communion avec l autre. Je suis ainsi progressivement en contact avec l amour inconditionnel se dégageant de chaque être. Cette relation se développe de façon progressive au fur et à mesure que j accueille et transforme en moi tout contact ou conflit qui me perturbait face à moi-même ou face à l autre. vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

12 102 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE Pour terminer l explication de ce processus de «Retour à Soi», je tiens à spécifier que l entreprise de cette démarche d ouverture à soi et d ouverture à l autre peut s intégrer uniquement dans une volonté intérieure de se transmuter soi-même car elle demande du courage, de la patience et de la détermination. Les résultats que je récolte par cette ouverture à l amour inconditionnel se font sentir peu à peu en réalisant qu une paix et une liberté intérieure prennent de plus en plus de place en moi. Je tiens aussi à noter qu après chaque ouverture faisant agrandir la confiance en moi, je me sens de plus en plus propulsée vers un accomplissement de mon être. Il s ensuit une ouverture à l inconnu, donc un lâcher prise sur certaines habitudes devenues désuètes pour la poursuite de ma voie intérieure. «De l égo malsain à l égo harmonieux et du Soi prisonnier de l égo au Soi libre de l égo, c est le chemin de l Adhyatma yoga, le chemin de la sagesse» (Desjardins, 1972). Le monde entier accepte et pratique l approche traditionnelle. La cause fondamentale du désordre en nous-mêmes est cette recherche d une réalité promise par autrui. Nous obéissons mécaniquement à celui qui nous promet une vie spirituelle confortable... donc, si nous rejetons complètement- non en pensée, mais en fait- toutes les prétendues autorités spirituelles, toutes les cérémonies religieuses, les rituels et les dogmes, cela veut dire que nous nous retrouvons seuls et nous sommes déjà en conflit avec la société : en somme nous cessons d être des êtres humains «respectables». Cet être humain «respectable» ne peut en aucune façon parvenir ne serait-ce qu à proximité de ce quelque chose, de cette infinie, de cette incommensurable réalité (Krishnamurti, ). CONCLUSION Le partage de cette expérience d ouverture à la transparence de l être m aide personnellement à exprimer ma propre vision de l évolution. À mon avis, cette évolution infinie me permet de réaliser qu au fur et à mesure que j apprends à mieux me connaître intérieurement, je tends à développer une plus grande autonomie et une authenticité dans ma relation avec moi et avec l autre. INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

13 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE 103 C est l étape de l authenticité, de l être-soi qui favorise ce passage de l avoir-amour vers l être-amour. L authenticité amène la personne à privilégier son besoin d être sur son besoin d être aimé (avoir-recevoir l amour) Avant de franchir cette étape de la croissance psychologique, la personne est toujours «branchée» sur l autre pour s aimer elle-même, elle se promène toujours avec son cordon ombilical affectif lui permettant de se nourrir de l amour de l autre. Mais, dans le long processus de croissance, de nombreuses périodes de ruptures sont essentielles pour conduire l individu à une autonomie plus grande» (Rancourt, 1996). Je réalise aussi qu en tentant de percevoir l autre comme le reflet d une partie de moi que j appelle «miroir», je demeure consciente que toute situation relationnelle demeure un échange visant une entraide spirituelle. Dans cet échange, j ai l occasion d apprendre à mieux me connaître et aussi à percevoir l autre comme un être recherchant aussi sa propre voie intérieure tendant vers l ouverture à l amour inconditionnel. Je tiens cependant à préciser que cette vision d ouverture à la transcendance de l être ne va pas du tout à l encontre de toutes les approches psychologiques que nous connaissons ou que nous avons appris à utiliser jusqu'à maintenant. Je perçois toutes ces façons d intervenir comme des éléments indispensables et progressifs à notre «Retour à Soi». Personnellement, j ai participé à des thérapies et des activités de croissance personnelle pendant plusieurs années en explorant plusieurs approches thérapeutiques pour m apprivoiser progressivement à cet être intérieur qui m appelle depuis toujours. C est ce qui me permet de réaliser aujourd hui que ma recherche intérieure m amenait à mon rythme personnel vers le développement d une nouvelle vision donnant un sens plus profond à ce que j ai toujours recherché : l amour inconditionnel. Par ailleurs, comme intervenante en relations humaines travaillant surtout au niveau du développement personnel et de la croissance personnelle, je ressens la nécessité d être dans un processus continuel d ouverture et de changement pour améliorer la qualité de mes interventions professionnelles. Tel que mentionné plus tôt, c est en augmentant ma propre confiance intérieure que je peux vivre la confiance envers l autre. La confiance de plus en plus profonde devient la base de toute relation coopérative car en augmentant ma confiance et mon autonomie intérieure, je suis en mesure de ressentir la confiance et l autonomie de l autre vol.. 3, n o 1 et 2, printemps-automne 1999 INTERACTIONS

14 104 PRÉSENT À SOI EN RELATION AVEC L AUTRE au-delà de la situation qu il peut vivre pour justement l aider à intégrer ces états d être en lui-même. Percevant l autre égal à moi-même par l utilisation du miroir, je suis davantage consciente que nous collaborons mutuellement à notre prise en charge individuelle dans notre processus unique d évolution psychologique et spirituelle. Cette attitude de vision plus globale aide par le fait même à sortir d une relation contrôlante où nous nous surprenons à tenter de jouer des rôles de sauveteur-victime... ce qui à mon avis, est loin d une relation coopérative. RÉFÉRENCES Desjardins, A. (1972). Les chemins de la sagesse. Éd. La table ronde., 3 tomes. Desjardins, A. (1987). La Voie du Cœur. Éd. La table ronde. De Souzenelle, A., Desjardins, A., Pelt, J.-M., Salomé J. (1993). «Être à deux ou les traversées du couple». Question. Albin Michel. Durkheim, K. G. (1991). La voie de la transcendance, L homme à la recherche de son intégralité. Éd. Du Rocher. Gawain, S. (1994), traduit par Céline Parent-Pomerleau. La transformation intérieure, Notre guérison peut changer le monde. Montréal : Éd. du Roseau. Gibb, J. (1981). Les clefs de la confiance. Montréal : Le Jour éditeur et Actualisation. James, M., Jongeward, D. (1978). Traduit de l américain par Hawkes et Laurie. Naître gagnant, L analyse transactionnelle dans la vie quotidienne. Paris : InterÉditions. Jung, C.-G. (1976). La guérison psychologique. Préface et adaptation Dr. Rolland Carrer. Genève : Librairie de l Université George & Cie S.A. Krishnamurti (1970,1977). Se libérer du connu. Textes choisis par Mary Lutyens et traduits par Carlo Suares, Paris : Éd. Stock 1969, Krishnamurti Foundations Rajneesh, O. (1976). Viens, Suis-moi. Entretiens sur Jésus. Suisse : Éd. du Gange. Rancourt, B. (1996). Franchir les étapes de la conscience. Québec : Éd. Québécor. Vanlysebeth, A. (1968). J apprends le yoga. Bruxelles : Éd. Flammarion. INTERACTIONS vol. 3, n o 1 et 2, printemps automne 1999

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe Po/Gi Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe 1. Trahison Cesser d être fidèle à quelqu un ou à une cause ; livrer quelqu un. 2. Réveil de la blessure Entre

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

LA CONFIANCE CrytalSanté 0627478215 crystalsante@live.fr http://www.happy-newjob.com

LA CONFIANCE CrytalSanté 0627478215 crystalsante@live.fr http://www.happy-newjob.com LA CONFIANCE C est un sujet sur lequel nous ne pouvons pas passer à côté. Je dirai même c est une Étape Clef à votre Réussite. Réussite dans votre vie en général perso comme pro! Il est encore beaucoup

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Programme 2014. Vivre et être dans l instant Présent

Programme 2014. Vivre et être dans l instant Présent Programme 2014 Séminaire Résidentiel d été Découverte et Apprentissage des techniques de la Sophrologie, la Méditation et la Pleine conscience Du 18 Juillet au 22 Juillet - Du 1 er août au 5 août Et du

Plus en détail

Qu est-ce que la vérité?

Qu est-ce que la vérité? Qu est-ce que la vérité? 30 décembre 06 La vérité est un thème aujourd hui fortement dévalorisé. D une certaine manière, on ne croit plus en la vérité. Les gens d aujourd hui ont adopté la même position

Plus en détail

Formation à l Accompagnement Sacré

Formation à l Accompagnement Sacré Formation à l Accompagnement Sacré But Espace intense de «travail» intérieur, individuel et collectif, cette formation a pour but de permettre à chacune et chacun d accompagner, en soi et autour de soi,

Plus en détail

Découvrir et apprécier sa valeur

Découvrir et apprécier sa valeur présentent Partenaires : Centre Berthiaume-Du Tremblay www.berthiaume-du-tremblay.com Association québécoise des centres communautaires pour aînés www.aqcca.org Découvrir et apprécier sa valeur Pour s

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Comment doit-on s y prendre pour que la CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Résumé Intervention

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Quoi faire ou ne pas faire? Voilà souvent la question que se posent les parents et ami(e)s proches d une personne souffrant d anorexie et de boulimie.

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Outil d accompagnement professionnel

Outil d accompagnement professionnel Energie de groupe Connaissance de soi Développement personnel Outil d accompagnement professionnel PNL Coaching Co-coaching Concepteur - Créateur Frédéric Gomes 06 59 38 14 35 Le Jeu de la Source L'esprit

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES «L ÉTHIQUE EST FAITE POUR LES HONNÊTES GENS QUI S ENGAGENT À LA RESPECTER POUR CEUX QUI S EN

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Présentation conceptualisée par Lise Paiement du projet Pédagogie culturelle et animée par Marc Lauzon Juin 2008

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

L estime de soi des adolescents

L estime de soi des adolescents L estime de soi des adolescents Germain Duclos - Danielle Laporte - Jacques Ross L estime de soi des adolescents L estime de soi des adolescents Germain Duclos Danielle Laporte Jacques Ross Éditions

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence?

Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence? Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence? La vie d un enfant est comme un bout de papier sur lequel chaque passant laisse sa marque. - proverbe chinois 106 rue Josée Rougemont (QC) J0L 1M0

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES Bonjour, Ce document présente les mémoires akashiques et les séances de lecture. Les mémoires sont un puissant outil de développement personnel et d évolution. Je fais

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

PETIT GUIDE D ÊTRE HEUREUX À L USAGE DES GENS QUI DÉCIDENT. Marie-Lore Staudt Coach2vie

PETIT GUIDE D ÊTRE HEUREUX À L USAGE DES GENS QUI DÉCIDENT. Marie-Lore Staudt Coach2vie PETIT GUIDE À L USAGE DES GENS QUI DÉCIDENT D ÊTRE HEUREUX Marie-Lore Staudt Coach2vie 2013 1 SOMMAIRE 1. Etapes d évolution vers une transformation de vie 3 2. Ce que je fais avec vous en coaching 5 3.

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

je respire des comportements à améliorer

je respire des comportements à améliorer je respire des comportements à améliorer Est-ce que je ME CONNAIS BIEN? Avoir des DÉFAUTS est tout à fait NORMAL. C est la preuve que nous sommes des HUMAINS. L important est de VOULOIR S AMÉLIORER lorsque

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

L interinfluence dans les relations humaines

L interinfluence dans les relations humaines L interinfluence dans les relations humaines Conception et réalisationr : J. François Tremblay, Formateur-consultant et chargé de cours à : UQAM / UQO / UQAR On peut considérer la personne humaine comme

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Mission sans conversion. Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Mission sans conversion. Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ, Mission sans conversion Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ, Que la paix de Christ soit avec vous tous et que tous, nous devenions des instruments de paix. Avec beaucoup

Plus en détail

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Danielle SOLEILLANT FORMATRICE & ANIMATRICE DE SEMINAIRES P.E.A.T. certifiée par Z. MIHAJLOVIC SLAVINSKI p r o p o s e les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Formation aux systèmes PEAT à Paris Activer

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Programme de formation

Programme de formation Programme de formation Symbos a mis au point avec ses experts un programme en deux temps. l ABC du coaching en neuf jours APPROFONDISSEMENT par l acquisition des méthodes en neuf jours complémentaires.

Plus en détail

SÉMINAIRE INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

SÉMINAIRE INTELLIGENCE EMOTIONNELLE 21 ET 22 AOÛT 2010 Nuvilly-Suisse Contact Cornelia Roulet Tél. 078/787.17.81 chevalcoaching@orangemail.ch Eliane Bernard Coach structurel et facilitatrice équin «grow» Dominique Pellet Coach PNL «dpcoaching»

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Comment retrouver ou développer une saine confiance en soi

Comment retrouver ou développer une saine confiance en soi Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment retrouver ou développer une saine confiance en soi À l attention du lecteur, Ce texte est protégé par la

Plus en détail

Qu est qu un Swami? Par Swami Sai Shivananda

Qu est qu un Swami? Par Swami Sai Shivananda Qu est qu un Swami? Par Swami Sai Shivananda Le mot Swami ( sanskrit ) désigne un maître spirituel. Le terme littéralement signifie celui qui sait celui qui est maître de lui-même. Nous avons donc un cheminement

Plus en détail

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents»

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents» Formation Coaching Préparation Mentale athlètes haut-niveau Enseignement de la PNL Annecy Genève Aix-les-Bains Chambéry Contact : +33677610793 s.thomas-conseil@orange.fr www.sebastien-thomas-conseil.com

Plus en détail

Le Profiling SwissNova

Le Profiling SwissNova Le Profiling SwissNova pour un coaching plus efficace Mme Jalila Ben Soltane, Business Coach Mme Rim Kassous, Professionnel Certified Coach PCC HR Expo Tunis, Palais des congrès, 2013 LE CONCEPT NOVA La

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

CESSONS D INSTRUMENTALISER NOS COMPETENCES!

CESSONS D INSTRUMENTALISER NOS COMPETENCES! 1 / 5 Revue économique et sociale de décembre 2002 Les compétences dans et autour de l organisation. CESSONS D INSTRUMENTALISER NOS COMPETENCES! Pascaline Caligiuri Archéologue, Ordinata Fribourg, Suisse

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

2 tournées dans cette dernière partie de l année : septembre et décembre.

2 tournées dans cette dernière partie de l année : septembre et décembre. Chers amis, Merci encore pour tous ces beaux et chaleureux échanges que nous avons eus avec vous lors des tournées d avril, de juin et de fin juillet /début août. Voici donc le programme des activités

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

ogiciel Véronique Messager

ogiciel Véronique Messager énie ogiciel Véronique Messager Préface de Bernadette Lecerf-Thomas Postface de Françoise Engrand Coacher une équipe agile Guide à l usage des ScrumMasters, chefs de projets, managers et de leurs équipes!

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail