13.1. Concurrence sur les marchés de capitaux. T. Lauricella (2008), «The Stock Picker s Defeat», Wall Street Journal, 10 décembre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "13.1. Concurrence sur les marchés de capitaux. T. Lauricella (2008), «The Stock Picker s Defeat», Wall Street Journal, 10 décembre."

Transcription

1 Chapitre 13 Comportement des investisseurs et efficience des marchés financiers W illiam Miller, gérant du fonds actions Legg Mason Value Trust était considéré, jusqu à ce que la crise financière éclate, comme l un des meilleurs gérants de portefeuille au monde : son fonds a en effet surperformé le marché chaque année entre 1991 et Mais entre 2007 et 2008, son fonds a perdu près de 65 % de sa valeur, soit deux fois plus que le marché au cours de cette même période. Son fonds a de nouveau surperformé en 2009, avant de s effondrer de 2010 à 2012 conduisant finalement Miller à se retirer. Les investisseurs qui ont acheté des parts de ce fonds en 1991 ont perdu en deux ans l ensemble de la surperformance réalisée au cours des 15 années précédentes. Les performances obtenues par ce gérant jusqu en 2007 étaient-elles dues à la chance ou est-ce la période post-2007 qui fait figure d accident de parcours1? Une des conclusions essentielles du MEDAF est qu il est impossible de réaliser une performance supérieure à celle du marché de manière persistante. Dans ce chapitre, nous allons examiner précisément cette prédiction du MEDAF et dans quelle mesure le portefeuille de marché peut être considéré comme efficient. Le chapitre débute par l analyse du rôle joué par la concurrence en soulignant le fait que si des investisseurs sont capables de «battre le marché», c est que d autres détiennent des portefeuilles qui sousperforment. Le chapitre étudie aussi le comportement des investisseurs individuels qui ont tendance à faire de nombreuses erreurs qui nuisent à leur performance. Bien qu il soit a priori possible pour quelques gérants professionnels de tirer parti de ces erreurs, les investisseurs qui ont acheté des parts de ces fonds n en profitent guère. Le chapitre examine ensuite certains «styles» de gestion reposant sur la détention d actions de petites capitalisations, d actions à forts rendements ou d actions qui ont surperformé dans la période récente, et offrent des rentabilités supérieures à celles prédites par le MEDAF. Le chapitre se conclut par la présentation de modèles multifactoriels permettant de rendre compte de ces «anomalies» afin de calculer le coût du capital Concurrence sur les marchés de capitaux Afin de bien comprendre le rôle de la concurrence dans le cadre du MEDAF (chapitre 11), il est utile d examiner comment le comportement des investisseurs conduit à l équilibre des marchés. 1. T. Lauricella (2008), «The Stock Picker s Defeat», Wall Street Journal, 10 décembre. 0005_FinEntreprise3ed.indb /04/14 12:01

2 484 Partie IV Risque et rentabilité L alpha d une action Considérons tout d abord, comme dans le cadre de la figure 11.12, que le marché est efficient. Supposons ensuite que de nouvelles informations soient rendues publiques annonçant une hausse de la rentabilité espérée de 5 % pour Bouygues et Vallourec et une baisse de 5 % pour Air Liquide et Total (à prix constants), tout en laissant inchangée l espérance de rentabilité du portefeuille de marché 2. Il apparaît alors sur la figure 13.1 que le portefeuille de marché n est plus efficient. Pour un même niveau de risque, il est en effet possible de détenir un portefeuille dont la rentabilité espérée est plus élevée pour un risque identique. Les investisseurs modifient donc la composition de leur portefeuille pour qu il continue d être efficient. Rentabilité espérée 70 % 60 % 50 % Portefeuille efficient (après les annonces) Vallourec 40 % 30 % Portefeuille de marché (portefeuille efficient avant les annonces) 20 % Actif sans risque Vinci Pernod Ricard Peugeot LVMH Renault Bouygues 10 % Air Liquide Total Saint Gobain = Effet des annonces 0 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % Volatilité (écart-type) Figure 13.1 Un portefeuille de marché inefficient Si le portefeuille de marché est inefficient, le marché n est pas à l équilibre, tel que défini par le MEDAF. Cela se produit lorsque de nouvelles informations sont rendues publiques, induisant une modification des rentabilités espérées de certains titres (augmentation des rentabilités espérées de Bouygues et Vallourec et baisse des rentabilités espérées d Air Liquide et Total) comparée à la situation initiale présentée à la figure Afin d améliorer la performance de leur portefeuille, les investisseurs détenant initialement le portefeuille de marché comparent la rentabilité espérée de chaque titre avec sa rentabilité exigée, obtenue à partir du MEDAF [SML, équation (12.1)] : r s = r f + β s (E[R m ] r f ) (13.1) 2. Des informations influençant la rentabilité de certains titres devraient également modifier celle du portefeuille de marché, puisque ce dernier comprend tous les titres du marché. Il est toutefois possible, pour simplifier, de négliger cet effet de «second tour» en supposant que toutes les variations de prix se compensent (c est le cas par exemple si la pondération des titres dont les rentabilités augmentent est égale à celle des titres dont les rentabilités baissent).

3 Chapitre 13 Comportement des investisseurs et efficience des marchés financiers 485 Les quatre actions dont les rentabilités espérées sont modifiées n appartiennent plus à la SML (figure 13.2). La différence entre la rentabilité espérée du titre s et sa rentabilité exigée définit l alpha de cet actif : α s = E[R s ] r s (13.2) Lorsque le portefeuille de marché est efficient, tous les titres et tous les portefeuilles sont sur la droite du MEDAF et leur alpha est nul. Au contraire, lorsque le portefeuille de marché n est pas efficient, les alphas de certains titres et de certains portefeuilles sont non nuls, et les investisseurs peuvent détenir un portefeuille plus performant que le portefeuille de marché : comme on l a vu au chapitre 11, le ratio de Sharpe d un portefeuille augmente lorsqu il contient des titres dont la rentabilité espérée dépasse la rentabilité exigée, ce qui est le cas lorsque ces actifs ont un alpha positif. Ce résultat peut également être obtenu en vendant à découvert les titres dont les alphas sont négatifs. Comment profiter des actions à alphas non nuls Rentabilité espérée 70 % 60 % Droite du MEDAF (SML) 50 % 40 % Actif sans risque Portefeuille de marché Vallourec Vallourec 30 % 20 % Bouygues = Effet des annonces = Effet des transactions 10 % 0,5 0 Total Air Liquide 0,5 Bêta 1 1,5 2 Figure 13.2 Alpha et distance par rapport à SML Si le portefeuille de marché est inefficient, certains titres ne sont plus situés sur la SML. L alpha d un titre correspond à la distance par rapport à la SML. Il est possible de composer un portefeuille plus performant que le portefeuille de marché en achetant les titres dont l alpha est positif et en vendant ceux dont l alpha est négatif. Lorsque l on procède ainsi, les prix et donc les rentabilités espérées s ajustent et l alpha se réduit jusqu à devenir nul. Face à la situation décrite à la figure 13.2, les investisseurs rationnels détenant initialement le portefeuille de marché vont acheter des actions Bouygues et Vallourec et vendre des actions Air Liquide et Total. Ces opérations provoquent la hausse du prix des actions demandées et la baisse du prix des actions offertes, ce qui modifie les rentabilités espérées de ces titres : lorsque le prix d une action augmente, le rendement (dividende sur

4 486 Partie IV Risque et rentabilité prix de l action) baisse, tout comme le taux de plus-value espéré, et inversement. La rentabilité espérée varie donc en sens inverse du prix. Les recompositions de portefeuille conduisent par conséquent à une baisse de la rentabilité espérée des titres à alpha positif et à une hausse de celle des titres à alpha négatif. Ces ajustements se poursuivent jusqu à ce que le marché soit de nouveau à l équilibre, c est-à-dire lorsque tous les titres sont revenus sur la SML et que le portefeuille de marché est de nouveau efficient. La conclusion principale du MEDAF, qui veut que le portefeuille de marché soit toujours efficient, n est certes pas absolument vérifiée. Toutefois, la concurrence entre les investisseurs qui cherchent à «battre» le marché en investissant dans des titres à alpha positif et en vendant à découvert ceux à alpha négatif implique que le portefeuille de marché est proche de l efficience presque tout le temps. Ainsi, le MEDAF peut-il être considéré comme une bonne description de la situation lorsque les marchés sont concurrentiels. Il est en outre possible que des stratégies d investissement, qui cherchent à profiter de l existence (temporaire) de titres à alpha non nul sur le marché, existent et puissent donc battre le marché informations et anticipations rationnelles De quelle manière un investisseur pourrait-il tirer profit de stratégies d investissement dans des titres à alpha non nul? Pour répondre à cette question, il convient d analyser la situation décrite à la figure 13.2 après l arrivée des annonces sur le marché. Du fait de l alpha positif de Vallourec avant que le prix de son action ne s ajuste, les investisseurs vont anticiper une hausse du prix du titre et donc placer des ordres d achat avant que cela ne se produise. Si l annonce est publique, il est probable qu un grand nombre d investisseurs procédera de la même manière. Symétriquement, aucun investisseur souhaitant initialement se dessaisir du titre n acceptera de le faire à l ancien prix. Ces deux comportements pleinement rationnels aboutissent à un déséquilibre dans le carnet d ordres du titre. La seule manière de rétablir l équilibre consiste en l augmentation du prix, de sorte que l alpha devienne nul. Ainsi, il n est pas du tout impossible que le prix de marché de cette action se soit ajusté alors qu aucune transaction n a eu lieu. Cette situation existe lorsque la concurrence entre les investisseurs est très intense de sorte que les prix de marché s ajustent avant même qu aucun titre ne soit échangé à l ancien prix 3. investisseurs informés contre investisseurs non informés La discussion précédente a mis en exergue le fait qu acheter une action à alpha positif nécessite de pouvoir trouver un investisseur désireux de la vendre (à l ancien prix). Le MEDAF a été développé sous l hypothèse que les investisseurs ont tous accès au même ensemble informationnel et forment des anticipations homogènes. Sous cette hypothèse, tous les investisseurs devraient savoir quel titre a un alpha positif et aucun d eux ne devrait vouloir le vendre. Bien entendu, cette hypothèse n est pas réaliste. En pratique, les investisseurs détiennent des informations différentes et ils fournissent de gros efforts pour en acquérir, d où l existence des départements de recherche actions 3. Cette idée selon laquelle les prix de marché s ajustent sans qu il n y ait eu de transactions est parfois appelé théorème de l absence de transaction (no-trade theorem) : P. Milgrom et N. Stokey (1982), «Information, Trade and Common Knowledge», Journal of Economic Theory, 26,

5 Chapitre 13 Comportement des investisseurs et efficience des marchés financiers 487 dans la plupart des grandes banques. En conséquence, il est possible que certains investisseurs «sophistiqués» puissent tirer avantage de l existence d investisseurs naïfs n ayant pas accès aux mêmes informations. Cette possible différence informationnelle n est toutefois pas une condition suffisante pour s assurer de l existence de transactions. Un résultat important du MEDAF est que les investisseurs devraient détenir le portefeuille de marché combiné avec l actif sans risque. Ce résultat ne dépend pas de la qualité des informations dont les investisseurs disposent. Même les investisseurs «naïfs» et/ou moins informés sont en mesure de suivre ce conseil ; ce sont même probablement ceux qui y ont le plus intérêt Comment éviter d être battu par des investisseurs mieux informés? Problème Pauline ne dispose d aucune information particulière sur les marchés boursiers. Elle sait toutefois que les autres investisseurs en possèdent et qu ils les utilisent lorsqu ils composent leur portefeuille. Cette asymétrie d information préoccupe Pauline, car elle craint de réaliser une performance inférieure aux autres investisseurs. Comment peut-elle garantir à son portefeuille une performance comparable à celle de l investisseur informé «moyen»? Exemple 13.1 Solution Pauline peut bénéficier de la même rentabilité que celle de l investisseur informé moyen en détenant le portefeuille de marché. Celui-ci est en effet constitué de la moyenne des portefeuilles détenus par l ensemble des investisseurs (puisque la demande est nécessairement égale à l offre de titres). Si Pauline ne détient pas le portefeuille de marché, elle se retrouve avec un portefeuille surpondérant les «mauvaises» actions : quelles que soient les actions surpondérées dans son portefeuille, les investisseurs informés les sous-pondéreront, et vice versa (encore une fois, car la demande doit être égale à l offre). Or, ces derniers choisissent les titres en étant mieux informés. Leur portefeuille surperforme donc le marché et bénéficie d un alpha positif. Le portefeuille de Pauline, symétriquement, affiche alors un alpha négatif. Anticipations rationnelles L exemple 13.1 met en lumière un résultat central de la théorie financière ; tous les investisseurs, indépendamment de leurs compétences et des informations dont ils disposent, peuvent être certains d obtenir un alpha nul s ils détiennent le portefeuille de marché : celui-ci est par définition sur la SML. De plus, aucun investisseur ne devrait détenir une position longue dans les titres à alpha négatif. Or, le portefeuille moyen de tous les investisseurs correspond au portefeuille de marché. L alpha moyen des investisseurs est donc nul. Puisque aucun investisseur n accepte de détenir une action à alpha négatif, aucun investisseur ne peut non plus bénéficier d un alpha positif. On retrouve ainsi l idée que le portefeuille de marché est efficient. En définitive, l hypothèse d anticipations homogènes n est donc pas nécessaire au MEDAF. Il suffit de lui substituer une hypothèse plus

6 488 Partie IV Risque et rentabilité plausible, celle d anticipations rationnelles selon laquelle tous les investisseurs utilisent leur propre information et l interprètent correctement, tout comme celle contenue dans les prix des titres et dans les transactions opérées par les autres 4. En fait, pour qu il soit possible de battre le marché et de bénéficier d un alpha positif, il faut supposer qu il existe des investisseurs détenant des portefeuilles à alpha négatif, alors même qu ils auraient pu sans effort détenir un portefeuille à alpha nul (le portefeuille de marché). De cette analyse, deux conclusions importantes peuvent être tirées : Le portefeuille de marché peut être inefficient (et il est alors possible de battre le marché) si, et seulement si, un nombre significatif d investisseurs : 1. n ont pas d anticipations rationnelles de sorte qu ils interprètent de manière incorrecte les informations qu ils détiennent, pensant (à tort) détenir un portefeuille à alpha positif alors qu il est, en réalité, négatif ; ou 2. se préoccupent de caractéristiques autres que la rentabilité espérée et la volatilité des actifs, de sorte qu ils acceptent de détenir un portefeuille inefficient. Comment les investisseurs se comportent-ils en réalité? Est-ce que les investisseurs informés suivent les prescriptions du MEDAF et détiennent le portefeuille de marché? Afin de répondre à ces questions, la section suivante présente une revue de la littérature empirique sur le comportement des investisseurs individuels Le comportement des investisseurs individuels Cette section s attache à vérifier si les investisseurs individuels suivent les recommandations du MEDAF. En réalité, bien des investisseurs ne semblent pas détenir un portefeuille efficient. Ils ont plutôt tendance à sous-diversifier leur portefeuille et à effectuer un trop grand nombre de transactions. De tels comportements non rationnels sont-ils susceptibles de créer des opportunités pour les investisseurs plus sophistiqués? Sous-diversification et biais de portefeuille De nombreuses études empiriques montrent que les investisseurs individuels ne diversifient pas correctement leur portefeuille. Ainsi, en 2001 aux États-Unis, la moitié des ménages qui détiennent des actions en détiennent moins de quatre, et neuf ménages sur dix en détiennent moins de dix (Survey of Consumer Finances) 5. Les investisseurs ont en outre tendance à concentrer leurs investissements dans des titres appartenant à un même secteur d activité ou à une même zone géographique, ce qui limite encore la diversification de leur portefeuille. Pire, aux États-Unis, les salariés investissent en moyenne près d un tiers de leur plan d épargne-retraite en actions de leur propre 4. P. DeMarzo et C. Skiadas (1998), «Aggregation, Determinacy, and Informational Efficiency for a class of Economics with Asymmetric Information», Journal of Economic Theory, 80, p V. Polkovnichenko (2005), «Household Portfolio Diversification: A case for Rank Dependent Preferences», Review of Financial Studies, 18,

7 Chapitre 13 Comportement des investisseurs et efficience des marchés financiers 489 entreprise 6. Ce phénomène de sous-diversification n est évidemment pas propre aux ménages américains. D autres études en France 7 ou en Suède 8 montrent approximativement la même chose. Plusieurs explications peuvent être apportées. La première vient du biais de familiarité : les investisseurs individuels ont tendance à privilégier les entreprises qu ils connaissent le mieux 9. La seconde est qu ils sont plus soucieux de la performance relative de leur portefeuille comparé à leurs proches, que de sa performance absolue : on parle de préoccupations relatives en termes de richesse (catching up with the Joneses). Ils ont tendance à choisir des portefeuilles sous-diversifiés mais qui ressemblent à ceux de leurs collègues ou de leurs voisins 10. La sous-diversification représente un cas manifeste de comportement sous-optimal de la part des investisseurs individuels. excès de confiance et agressivité Selon le MEDAF, les investisseurs devraient détenir un portefeuille combinant l actif sans risque et le portefeuille de marché, ce dernier contenant tous les titres risqués. Le portefeuille de marché étant pondéré par la capitalisation boursière, en théorie nul besoin d échanger pour s adapter aux mouvements de prix des actifs. Par conséquent, si tous les investisseurs détenaient le portefeuille de marché, on ne devrait pas observer de volumes de transaction importants sur les marchés financiers. En réalité, les volumes de transaction sur les marchés financiers sont énormes. La figure 13.3 illustre l évolution des volumes de transaction sur le marché parisien des actions depuis À la fin des années 1970, la valeur des actions échangées chaque année à la Bourse de Paris s élevait à 4 milliards d euros. Au début des années 1990, cette valeur atteignait déjà 100 milliards d euros. 15 ans plus tard, en 2007, on est passé à plus de milliards d euros en actions échangées sur Euronext Paris Ainsi, en 30 ans, entre 1977 et 2007, les transactions boursières ont augmenté 100 fois plus vite que le PIB. Depuis 2007, la figure 13.3 suggère toutefois une baisse importante. Cela coïncide avec la crise financière, mais cela tient surtout à l entrée en vigueur en Europe de la directive MIF (Marchés d instruments financiers) qui met fin à la centralisation des ordres de Bourse. La figure 13.3 ne représente, en fait, que les transactions réalisées sur Euronext Paris, qui sur la fin de période ne constituent qu à peine la moitié des échanges. Si l on tient compte des échanges réalisés sur les autres plates-formes de négociation, ainsi que des transactions de gré à gré, les transactions ont continué d augmenter pour atteindre en 2012 un peu plus de milliards d euros. 6. La plus grosse partie de la retraite d un Américain provient d un système de capitalisation (la part de la répartition étant bien plus faible qu en France). L investissement y est défiscalisé et géré dans un compte spécial : le 401(k). S. Benartzi (2001), «Excessive Extrapolation and the Allocation of 401(k) Accounts to Company Stock», Journal of Finance, 56, L. Arrondel et A. Masson (2010), «Temperance in Stock Market Participation: Evidence from France», Economica, 77(306), ; L. Arrondel et A. Masson (2003), «Stockholding in France», in Stockholding in Europe, édité par L. Guiso, M. Haliassos et T. Jappelli, Palgrave Macmillan Publishers, J. Campbell (2006), «Household Finance», Journal of Finance, 61, Cette étude montre notamment que 50 % de la volatilité du portefeuille des investisseurs individuels en Suède est due au risque spécifique. 9. G. Huberman (2001), «Familiarity Breeds Investment», Review of Financial Studies, 14, P. DeMarzo, R. Kaniel et I. Kremer (2004), «Diversification as a Public Good: Community Effects in Portfolio Choice», Journal of Finance, 59,

8 490 Partie IV Risque et rentabilité Les investisseurs ont en général tendance à recomposer leur portefeuille trop fréquemment : en moyenne, chaque action est détenue moins d une année en portefeuille. Comment expliquer de tels comportements? Les psychologues ont montré depuis les années 1960 que les investisseurs surestiment leur capacité et la précision de leur information. C est ce que l on appelle le biais d excès de confiance. Brad Barber et Terrance Odean 11 considèrent que ce biais est à l origine des mauvaises décisions prises par les investisseurs individuels : ces derniers pensent être à même de sélectionner les titres qui vont surperformer (winners) et vendre les titres amenés à baisser (losers), alors qu en réalité ils en sont incapables ; l excès de confiance les conduit à effectuer trop de transactions. Volume annuel de transactions (en milliards d euros) Figure 13.3 Montant annuel des transactions sur le marché parisien des actions (en milliards d euros), L augmentation spectaculaire des transactions est difficile à concilier avec les prescriptions du MEDAF qui veut que les investisseurs rationnels détiennent le portefeuille de marché ; lequel ne nécessite pas d effectuer un grand nombre de transactions dans la mesure où il est pondéré par la capitalisation boursière. La baisse en fin de période est lié à la crise financière, mais également à la montée en puissance des plates-formes alternatives de négociation et des transactions de gré à gré qui représentent, en 2012, la moitié des échanges totaux (et qui ne sont pas représentés ici). Source : World Federation of Exchanges (Euronext Paris). 11. B. Barber et T. Odean (2000), «Trading Is Hazardous to Your Wealth: The Common Stock Investment Performance of Individual Investors», Journal of Finance, 55,

9 Chapitre 13 Comportement des investisseurs et efficience des marchés financiers 491 Crise financière La taxation des transactions financières Presque 80 ans après la proposition de John Maynard Keynes de taxer les transactions à Wall Street, 40 ans après celle de James Tobin de placer quelques grains de sable dans les rouages trop bien huilés de la finance mondiale, l idée de taxer les transactions financières n a jamais autant été d actualité. La France en août 2012, puis l Italie en mars 2013 ont décidé de taxer les échanges de titres et, prochainement, une taxe à l échelle européenne devrait voir le jour. 11 pays de la zone euro ont en effet décidé d appliquer, dans le cadre d une procédure de coopération renforcée, une taxe de 0,1 % sur les échanges d actions et d obligations, hors introduction en Bourse, et de 0,01 % sur les échanges de produits dérivés. Selon la proposition de la Commission européenne, la taxe s appliquera dès lors qu au moins un des participants à la transaction est établi dans l un des 11 pays qui l ont adoptée («principe de résidence») ou dès lors que la transaction implique un instrument financier émis dans l un de ces pays («principe du lieu d émission»), et ce, quel que soit l endroit où la transaction a lieu. Les débats autour de la taxe sur les transactions financières (TTF) portent régulièrement sur son incidence sur la volatilité. Les uns espèrent réduire l instabilité des marchés en décourageant la spéculation, tandis que les autres font régulièrement valoir qu une telle taxe serait contre-productive car, en diminuant la liquidité, elle contribuerait à augmenter la volatilité. Que les marchés illiquides soient des marchés très volatils est un fait avéré. Il ne faut pas pour autant en conclure que toute augmentation des volumes de transaction favorise la stabilité des marchés, ni réciproquement qu une diminution des volumes implique nécessairement une hausse de la volatilité. Dans les modèles théoriques qui traitent de ce lien, tout dépend des hypothèses sur la rationalité des intervenants. S ils sont supposés parfaitement rationnels, alors on obtient mécaniquement que toute augmentation des coûts de transaction nuit à l efficience des marchés. En revanche, dès lors que l on considère que les intervenants (ne serait-ce que certains d entre eux) font preuve de rationalité limitée, alors la réduction des volumes peut tout à fait avoir des effets bénéfiques. Et qu en est-il en pratique? Les études empiriques menées dans les pays où une TTF existe (ou a existé) ne décèlent aucun effet robuste sur la volatilité ni dans un sens, ni dans l autre malgré la baisse des volumes de transaction. Prenons le cas de la taxe introduite en France en août Cette TTF de 0,2 % sur les échanges d actions se prête particulièrement bien à une étude d impact* dans la mesure où seules sont taxées les grandes entreprises avec une capitalisation boursière supérieure à 1 milliard d euros (une centaine environ) et qui ont leur siège social en France. * Voir G. Capelle-Blancard et O. Havrylchyk (2013), «The Impact of the French Securities Transaction Tax on Market Liquidity and Volatility», Document de travail, Centre d économie de la Sorbonne.

10 492 Partie IV Risque et rentabilité L idée consiste alors à examiner l activité sur ces titres avant et après l introduction de la taxe, et à comparer ces résultats avec un échantillon d entreprises «témoins» qui ne sont pas soumis à la taxe soit parce qu il s agit d entreprises françaises de taille moyenne, soit parce qu il s agit d entreprises ayant leur siège social à l étranger. Cette approche, que l on qualifie d approche en double différence, permet d isoler les effets propres à la taxe d autres changements survenus simultanément. Le résultat est que cette taxe a conduit à une baisse des transactions de l ordre de 20 %. Ce qui est peu comparé à la croissance très forte des transactions, accrues de 2000 % depuis le début des années Mais surtout, la taxe n a pas eu d effet sur la volatilité des actions. En conclusion, la taxation des transactions financières du moins telle qu elle est pratiquée aujourd hui a peu d effet sur les marchés. Ce n est ni l apocalypse redoutée par certains, ni la panacée espérée par d autres. Les investisseurs qui réalisent trop de transactions n obtiennent pas pour autant des rentabilités supérieures à celles du marché. En fait, elles sont bien moindres en raison des coûts de transaction (fourchette de prix et commissions) dont ils doivent s acquitter. La figure 13.4 issue de l article de Barber et Odean montre que la performance obtenue par les investisseurs individuels est une fonction décroissante du nombre de transactions. Ces auteurs ont aussi comparé, dans une autre étude, la performance obtenue par les hommes et les femmes 12 : en accord avec les études menées en psychologie, qui témoignent d un excès de confiance plus prégnant chez les hommes que chez les femmes, les deux économistes montrent que ces dernières obtiennent en moyenne de meilleures performances en Bourse! Là encore, ce biais n est évidemment pas propre aux investisseurs américains. Mark Grinblatt et Matti Keloharju ont par exemple montré que le volume de transactions opérées par les investisseurs finlandais est une fonction croissante de leur excès de confiance, voire de leur agressivité. Ce trait de caractère est mesuré dans cette étude par le nombre de contraventions pour excès de vitesse reçus par les investisseurs. Pour les auteurs, ce comportement peut également s interpréter comme une recherche de sensation. Il ressort de l étude, une nouvelle fois, que l excès de confiance se traduit par des pertes pour l investisseur B. Barber et T. Odean (2001), «Boys Will Be Boys: Gender, Overconfidence, and Common Stock Investment», Quartertly Journal of Economics, 116, M. Grinblatt et M. Keloharju (2009), «Sensation Seeking, Overconfidence, and Trading Activity», Journal of Finance, 64,

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis?

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Résumé : - Le prix des actions sur le marché américain fluctue autour des $30 depuis les années 1930, ceci grâce à la pratique régulière

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive

Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive Recherche Vanguard Novembre 213 Résumé. Cette étude étend aux fonds d obligations mondiales l évaluation comparative entre

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de

Plus en détail

MIDCAP PARTNERS LOUIS CAPITAL MARKETS

MIDCAP PARTNERS LOUIS CAPITAL MARKETS Avertissement Ce document a été préparé par Midcap Partners à l usage exclusif de la société Figeac-Aero. Il est strictement confidentiel et ne peut être diffusé à un tiers sans l accord préalable de Midcap

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

COMPRENDRE LES RISQUES

COMPRENDRE LES RISQUES LA NATURE DU RISQUE COMPRENDRE LES RISQUES LA MESURE DU RISQUE LA GESTION DU RISQUE «Risque, nom masculin (du latin populaire rescum, ce qui coupe) - possibilité, probabilité d un fait, d un évènement

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Le point sur la situation des fonds négociés en Bourse (FNB) Élisabeth Préfontaine Vice-présidente

Le point sur la situation des fonds négociés en Bourse (FNB) Élisabeth Préfontaine Vice-présidente Le point sur la situation des fonds négociés en Bourse (FNB) Élisabeth Préfontaine Vice-présidente Croissance des FNB Croissance des FNB à l'échelle mondiale Croissance des FNB à l'échelle mondiale (milliards

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

Nom du fonds. Gestionnaire du fonds

Nom du fonds. Gestionnaire du fonds 1 2 Nom du fonds Gestionnaire du fonds Certains fonds offrent plusieurs séries et catégories de titres. Ce type d information est indiqué avec le nom du fonds. Les différentes caractéristiques des séries

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique.

Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Enthousiasme? «Des indices innovants, un placement intelligent.» Helvetia Fondation de placement. Actions Suisse Smart Beta Dynamique. Votre fondation de placement suisse. 1/6 Helvetia Fondation de placement

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 AG Protect+ Select Observation 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 Obtenez le meilleur du potentiel des actions européennes 2! Les actions européennes

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille 22 mai 2015 SURVOL DE LA PRÉSENTATION Qu est-ce qu une firme de gestion

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

Questions fréquentes Plan de restructuration

Questions fréquentes Plan de restructuration Questions fréquentes Plan de restructuration 1. Quel est l objectif du plan de restructuration proposé? 2. D où vient cette dette de 126 millions d euros due le 1 er janvier 2015? 3. Y avait-il d autres

Plus en détail