La migraine de l enfant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La migraine de l enfant"

Transcription

1 Paris, le 4 mars 2004 DOSSIER DE PRESSE La migraine de l enfant Le livret J ai mal à la tête et le site internet Comment comprendre et traiter la migraine de l enfant Visuel du livret disponible sur fichier informatique Contact presse : Tamara BERNARD

2 Communiqué de presse Paris, le 4 mars 2004 Le Centre de la Migraine de l enfant et la Fondation CNP lancent le livret J ai mal à la tête et le site internet pour informer les familles et contribuer à une meilleure prise en charge de la migraine de l enfant par les professionnels. La migraine est une pathologie fréquente chez l adulte mais aussi chez l enfant. Alors que 5 à 10 % des enfants en souffrent, la migraine de l enfant est encore souvent méconnue du corps médical (rapport INSERM 1998). Le grand public est également assez désarmé face à la crise de migraine : 50 % des migraineux adultes ne consultent pas et 43 % pensent que l on ne peut rien faire pour eux. Pourtant, 85 % des migraineux considèrent leur maladie comme un handicap! Or, on sait aujourd hui qu un enfant migraineux diagnostiqué peut être pris en charge de manière efficace : - des traitements existent pour diminuer la fréquence et l intensité des crises, - aider l enfant à reconnaître les facteurs déclenchant peut permettre d éviter certaines crises. De plus, une prise en charge précoce permet de limiter le handicap social lié à la maladie (absences scolaires, difficulté à pratiquer certaines activités ) et d éviter des abus médicamenteux à l âge adulte. C est pourquoi le Centre de la migraine de l enfant, soutenu par la Fondation CNP, a souhaité réaliser un livret illustré pour les enfants et leur famille, ainsi qu un site internet destiné également aux professionnels. Un livret pour les enfants, un site internet pour les enfants et les professionnels : Si le livret est essentiellement destiné aux enfants et à leur famille, le site internet : propose deux accès spécifiques : un pour les enfants et un pour les professionnels. Le livret et le site internet, dans sa version destinée aux familles, ont plusieurs objectifs : aider l enfant et ses parents à reconnaître les signes de la migraine afin qu ils n hésitent pas à en parler à un médecin, donner à l enfant et à sa famille des informations très précises sur la maladie :! le déroulement des crises,! les traitements médicamenteux ou non médicamenteux,! les stratégies de prévention. combattre les idées fausses sur la migraine, sensibiliser les professionnels. La partie du site destinée aux professionnels propose, quant à elle, une aide à la consultation et un guide de prescription, ainsi que des textes de références, des actualités Le livret et le site ont été réalisés par le Centre de la Migraine de l Enfant, grâce à la Fondation CNP. Diffusion : Le livret est diffusé gratuitement par la Fondation CNP aux médecins et aux familles dont un enfant pourrait être concerné, jusqu au 30 octobre 2004 et dans la limite d un stock de exemplaires.adresser une demande à : Fondation CNP - livret migraine - Héron building - 66 av du Maine Paris cedex 14 ou Le livret est également vendu par l association SPARADRAP, 48 rue de la Plaine Paris, au prix unitaire de 3,5 (frais d envoi inclus). Contact presse : Tamara Bernard

3 SOMMAIRE Communiqué de presse Page - 2 Sommaire Page La migraine, une pathologie particulièrement méconnue chez l'enfant Page Un livret d information pour les familles «J ai mal à la tête» Page Comment identifier la migraine chez l enfant? Page Les traitements : traitement de crise et traitement de fond Page L histoire de Marie, 10 ans Page Comment se procurer le livret? Page - 12 Etudes et textes de références - Rapport INSERM : La migraine, connaissances descriptives, traitements et Page - 13 prévention - Enquête épidémiologique sur la migraine chez l enfant âgé de 5 à 12 ans, Page - 14 scolarisé à Paris - Recommandations ANAES : prise en charge diagnostique et thérapeutique Page - 15 de la migraine chez l adulte et l enfant : aspects cliniques et économiques - Etude sur l efficacité de deux moyens non pharmacologiques (la relaxation Page - 16 et l hypnose) en traitement de fond chez l enfant migraineux. Fiches partenaires - Le Centre de la migraine de l enfant Page La Fondation CNP Page - 18 Annexes - Le livret 3

4 La migraine, une pathologie particulièrement méconnue chez l'enfant Une pathologie courante, chez l enfant aussi La migraine est une pathologie fréquente chez l adulte mais aussi chez l enfant. La pathologie migraineuse représente la première cause de céphalée récurrente de l'enfant. De 5 à 10 % des enfants présentent d authentiques crises migraineuses. Elles peuvent débuter dès l âge de deux ans 1. (voir extraits page 12). Les données épidémiologiques françaises sont comparables à celles d autres pays (Finlande, Grande-Bretagne, Italie, Grèce, Turquie, Iran, Arabie Saoudite ). Une pathologie méconnue Selon un rapport INSERM 1 consacré à la migraine, la migraine reste encore souvent méconnue du corps médical. C est une pathologie sous enseignée aux médecins comme le montre une enquête réalisée en 2002 auprès de 1077 médecins généralistes : 25 % des médecins généralistes euxmêmes migraineux n identifient pas leur maladie. 2 Une pathologie handicapante Le grand public est assez désarmé face à la crise de migraine. Pourtant, 85 % des migraineux considèrent leur maladie comme un handicap 1! Une prise en charge insuffisante Selon le rapport INSERM 1, la migraine est une pathologie dont la prise en charge pourrait facilement être améliorée. Encore beaucoup de médecins ne savent pas que la migraine peut toucher l enfant et l adolescent. Seul 20 % des enfants sont identifiés comme migraineux par leur médecin traitant (Enquête épidémiologique parisienne 1998, voir page 13). Des erreurs de diagnostic fréquentes D authentiques crises de migraine sont parfois confondues avec des crises de sinusites. On pense aussi souvent à tort qu elles sont dues à des troubles visuels (troubles de la réfraction ). Même si les facteurs psychologiques sont souvent des facteurs déclenchants, ils ne sont pas la cause de la migraine : la migraine n est pas une «maladie psychologique». Une maladie génétique Dans environ 90 % des cas, on retrouve d autres personnes de la famille qui sont ou qui ont été migraineuses. Mais pour certaines d entre elles, le diagnostic de migraine n a pas encore été fait. Ces antécédents aident à diagnostiquer la maladie chez l enfant ; on connaît de mieux en mieux les gènes responsables de la migraine. 1 LA MIGRAINE connaissances descriptives, traitements et prévention. Expertise collective INSERM Editions INSERM Paris pages 2 Massiou H, Chaffaut C, Clavelou P, Lanteri_Minet M. Medemig 1 Epidemiologie de la migraine chez les médecins généralistes. Poster 1er Congres SETD Lyon Novembre

5 Questions/réponses À partir de quel âge cette maladie peut-elle toucher les enfants? Contrairement à ce que l on pensait, des enfants de moins de 3 ans ont parfois déjà de vraies crises. Mais il est difficile de faire le diagnostic à cet âge, il faut pour cela, attendre que l enfant commence à parler pour décrire sa douleur. Est-ce une maladie grave? La migraine ne met jamais la vie de l enfant en danger malgré l apparence impressionnante de certaines crises (pâleur cadavérique, vomissements importants, torpeur...). Est-ce une maladie psychologique? Non, c est une maladie génétique. Dans certaines crises, le côté psychologique est d ailleurs totalement absent : crises déclenchées par des stimulations sensorielles (excès de bruits, chaleur, lumière...). Mais souvent, les facteurs déclenchants psychologiques sont au premier plan et c est pour cela que l on considère encore trop souvent la migraine comme une maladie psychologique. Cette vision réductrice est dangereuse car elle peut : - empêcher de prendre cette maladie au sérieux et donc retarder une bonne prise en charge. - rendre, à tort, l enfant responsable de ses crises. - faire suspecter une simulation de la part de l enfant ( C est du cinéma! ). Y a-t-il des différences entre la migraine de l adulte et celle de l enfant? C est la même maladie, mais l enfant a plutôt mal au niveau du front ou des deux tempes simultanément et ses crises sont plus courtes. La migraine est plus facile à traiter chez l enfant que chez l adulte, il ne faut donc pas la considérer comme une fatalité. Un enfant peut-il se plaindre d avoir mal à la tête pour ne pas aller à l école? Le stress, l anxiété et les contrariétés sont souvent à l origine des crises de migraine, c est pour cela que l on a parfois tendance à penser que l enfant invente ou utilise ses maux de tête. Mais il faut savoir qu en aucun cas l enfant ne déclenche volontairement sa crise. Les chiffres de la migraine - 10 à 15 % de la population adulte est touchée - 15 % des adultes migraineux présentent un handicap sévère en raison de leur migraine 3-5 à 10 % des enfants sont migraineux - Les trois quarts des migraineux ont 1 à 4 crises par mois - 50 % des migraineux adultes ne consultent pas - 43 % pensent que l on ne peut rien faire pour eux - 85 % des migraineux considèrent leur maladie comme un handicap 3 Henry P, Auray JP, Gaudin AF, Dartigues JF, Duru G, Lanteri-Minet M et al. Prevalence and clinical characteristics of migraine in France. Neurology 2002; 59(2):

6 Un livret d information pour les familles «J ai mal à la tête» Les objectifs - Aider l enfant et ses parents à reconnaître les signes de la migraine afin qu ils n hésitent pas à en parler à un médecin, - donner à l enfant et à sa famille des informations très précises sur la maladie : le déroulement des crises, les traitements médicamenteux ou non médicamenteux, les stratégies de prévention, - combattre les idées fausses sur la migraine, - sensibiliser les professionnels. Le contenu - Il définit la migraine et précise son origine génétique (pages 2-3). - Il décrit en détail un crise de migraine : la localisation, le type de douleurs, la durée et tous les signes qui l accompagnent. L enfant a la possibilité de cocher certaines cases (pages 4-5). - Il présente les principaux facteurs déclenchants (pages 6-7). - Il donne des conseils pour préparer une consultation chez le médecin, en expliquant par exemple comment tenir un agenda de la migraine (pages 8-9). - Il consacre 4 pages aux différents traitements : le traitement de crise (quand et comment arrêter la crise, les médicaments à utiliser, pages 10-11) et le traitement de fond (comment diminuer les crises, limiter le stress, apprendre à se relaxer, pages 12-13). - Enfin, un jeu de questions/réponses permet de répondre aux principales interrogations des familles et de corriger certaines idées fausses. (pages 14-15) Description Livret illustré en couleurs de 16 pages Format A5 : 15 x 21 cm Auteurs : Daniel Annequin, Barbara Tourniaire et Evanie Echard, illustré par Evanie Echard Un accès Internet pour les familles et les professionnels Le livret imprimé est complété par un site internet proposant deux accès spécifiques : l un pour les enfants et l autre pour les professionnels : Pour les enfants Un accès simple et immédiat avec quelques animations. Un modèle d agenda de la migraine à imprimer. La possibilité d imprimer un récapitulatif des réponses de l enfant sur sa migraine, pour mieux préparer une consultation chez le médecin. Pour les professionnels Des textes de références Une aide à la consultation et un guide de prescription Des actualités (congrès, formation ) Une bibliographie Des liens vers d autres sites Certaines rubriques seront complétées et actualisées dans les prochains mois. 6

7 Comment identifier une migraine chez l'enfant? Qu est-ce que la migraine? La migraine est une céphalée sévère évoluant par crises stéréotypées avec souvent des signes digestifs marqués (nausées, voire vomissements). Un caractère pulsatile ainsi qu une difficulté à supporter le bruit et la lumière intenses sont très souvent retrouvés. Durant les crises migraineuses, l'intensité douloureuse est élevée, les enfants arrêtent souvent leur activité, pleurent dans la moitié des cas. Parfois, des douleurs abdominales ainsi que des vertiges y sont associées. Le sommeil est bien souvent réparateur. En début de crise, l enfant est décrit comme «livide», «cadavérique» avec les yeux «creux», «cernés». Les migraineux ont aussi très souvent de petits maux de tête (appelés céphalées de tension), néanmoins plus fréquents chez l adulte que chez l enfant. Moins longs et moins forts, ils surviennent plus volontiers en fin de journée et ne s accompagnent pas des autres signes de la migraine (nausées, sensibilité à la lumière ). Ils sont souvent liés au «stress». La céphalée de tension est très souvent associée à de véritables crises migraineuses : ces tableaux mixtes sont souvent source de confusion diagnostique. Comment diagnostiquer la migraine de l enfant? Le diagnostic de la migraine peut se faire facilement en écoutant l enfant et ses parents décrire ce qui se passe pendant les crises et grâce à un examen complet de l enfant (réflexes, tension artérielle...). Il n est pas nécessaire de voir l enfant en pleine crise, ni de lui faire passer de nombreux examens (scanner, électro-encéphalogramme, radio...). Les antécédents familiaux peuvent faciliter le diagnostic Il est très fréquent de retrouver dans la famille, des personnes connues pour avoir mal à la tête régulièrement ou connues comme migraineuses. Mais parfois, certains parents peuvent ne plus présenter de crises alors qu'ils en présentaient 20 ans auparavant. Il faut alors remonter l histoire familiale pour rappeler les souvenirs d'enfance. En effet, un tiers des migraineux adultes ne savent pas qu'ils sont migraineux : les pseudo-diagnostics de crise de foie, crise de sinusite sont les plus souvent portés. Les questions posées en consultation Le profil des crises : L'enfant arrive-t-il à distinguer un petit mal de tête qui lui permet de continuer ses activités habituelles de la grosse crise qui l'oblige à cesser toute occupation? Quelle est la durée des crises les plus fortes? Quelle est la fréquence des maux de tête? Les caractéristiques de la crise : Le mal de tête est-il d'un seul côté du crâne (unilatéral)? Le mal de tête est-il bilatéral ou central? La douleur est-t-elle pulsatile (comme le cœur qui bat)? Y a-t-il des pleurs pendant le mal de tête? La douleur est-elle augmentée par l activité physique (monter les escaliers, courir...)? Existe-t-il une envie de vomir (nausées)? Y a-t-il des vomissements? 7

8 Le bruit est-t-il pénible? La lumière est-elle pénible? Un mal de ventre est-il associé au mal de tête? Des vertiges accompagnent-ils le mal de tête? L'enfant est-il pâle, les yeux sont-ils cernés? L'enfant recherche-t-il le sommeil? Une amélioration se retrouve-t-elle au réveil? L enfant ou l'adolescent voit-il des choses "bizarres" (taches brillantes, vision floue, colorée, déformée) avant le début du mal de tête? Les facteurs déclenchants Ces facteurs déclenchants ne doivent pas être confondus avec la cause de la migraine dont l origine génétique est de mieux en mieux connue. Une bonne connaissance de ces facteurs permet d en éviter un certain nombre ou de les limiter. Les stimulations sensorielles La chaleur, le froid La lumière intense, le bruit intense Certaines odeurs fortes (parfum, peinture ) Le sport L endurance, l effort physique intense La piscine La position tête en bas : roulades Les chocs sur la tête (judo, tête au foot ) Les facteurs émotionnels Le stress, les contrariétés, les émotions : l excitation associée à une fête d'anniversaire, une colère, une dispute avec les parents ou la fratrie, la rentrée des classes Divers Les transports La concentration scolaire, contrôles L'hypoglycémie : la sensation de faim, le jeûne ou le repas décalé déclenchent une céphalée Le manque de sommeil L'excès de sommeil (la grasse matinée ) Les épisodes de fièvre 8

9 Questions/réponses Est-ce que la migraine peut provenir d un problème ophtalmologique? La migraine n est qu exceptionnellement liée à des problèmes ophtalmologiques. En revanche, les efforts de concentration, liés à la compensation d un problème de vue, peuvent être un facteur déclenchant de la crise. Le régime alimentaire peut-il avoir une influence sur le déclenchement des crises? Non, l alimentation (en particulier le chocolat) n est que très exceptionnellement liée à la migraine chez l enfant. En revanche, l alcool et certains aliments peuvent, chez l adulte, être à l origine de certaines crises. N y a-t-il pas un risque que ces maux de tête proviennent d une tumeur cérébrale? La plupart des parents ont cette crainte. Mais un examen clinique complet et l interrogatoire précis de l enfant suffisent souvent à éliminer ce diagnostic. Si un doute persiste, des examens spécifiques seront alors demandés (scanner, IRM...). 9

10 Les traitements : traitement de crise et traitement de fond Les objectifs du traitement sont doubles : il s agit de limiter la durée et l intensité des crises, mais également leur fréquence. Une prise en charge de la migraine dès l enfance permet aux enfants de mieux connaître leur maladie, de savoir gérer les médicaments et de repérer les facteurs déclenchants. Cette prise en charge permet de limiter le handicap social lié à cette maladie (absences scolaires, difficulté à pratiquer certaines activités ) et d éviter des abus médicamenteux à l âge adulte. Les recommandations de l Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation de la Santé (ANAES) émises en octobre 2002 (voir extraits page 14) sont une réelle avancée. Traitement de crise L enfant doit apprendre à faire la différence entre un petit mal de tête et une crise qui commence, et ainsi savoir prendre un médicament sans tarder, (dans les 10 minutes), pour essayer de stopper la crise. A défaut d une prise rapide du médicament, les crises peuvent durer plusieurs heures, voire plusieurs jours. - En général, les médicaments les plus efficaces en début de crise sont les «anti-douleur» tels que l ibuprofène. - Lorsque ces «anti-douleurs» ne suffisent pas, des médicaments spécifiques au traitement de la migraine (la famille de triptans) peuvent être utilisé en deuxième intention, pour les enfants pesant 30 kg ou plus. - La codéine, le dextropropoxyphène, le tramadol et la morphine ne doivent pas être utilisés. Traitement de fond Il consiste à éduquer l enfant (et ses parents) à repérer les facteurs déclenchants pour les éviter au maximum, mais sans conduire l enfant à se priver des activités qui lui plaise, (piscine, sport ). Plus l enfant est jeune, plus le rôle des parents est important selon les facteurs déclenchants repérés : ils peuvent limiter les transports, s assurer que l enfant porte des lunettes si la luminosité est forte, que l enfant mange régulièrement pour éviter l hypoglycémie Mais l objectif principal, pour de nombreux enfants, est de leur apprendre à diminuer le stress. L apprentissage de la relaxation et de l hypnose représente un traitement de fond très efficace de la migraine de l enfant. Il permet une diminution d au moins 50% du nombre de crises, une diminution de leur intensité et une action plus rapide des médicaments destinés à les soulager. (Voir étude page 15) Il est parfois nécessaire de prescrire des médicaments de façon régulière si les autres moyens ne sont pas suffisants. Peut-on guérir de la migraine? Pour la grande majorité des enfants et des adolescents, les crises diminuent ou disparaissent en grandissant (vers ans). Les médicaments soignent les crises mais ne font pas disparaître la maladie. En revanche, une bonne prise en charge peut en améliorer l évolution. 10

11 L histoire de Marie, 10 ans Marie, 10 ans, est amenée à la consultation migraine pour des épisodes de maux de tête apparus depuis l'âge de 6 ans. C est une brillante élève de 6 ème : avec une année d avance, elle est néanmoins première de sa classe. A priori, il n'existe pas de migraineux dans la famille mais la mère présente des céphalées mensuelles liées à son cycle ; parfois violentes, accompagnées de nausées, elles nécessitent un arrêt de son activité. La maman doit s'allonger dans le noir pour récupérer ; elle était d'ailleurs sujette aux «crises de foie» durant son enfance. Les céphalées de Marie évoluent par crises qui peuvent durer entre 4 et 12 heures. Marie arrive à distinguer le «petit mal de tête» dont l'intensité ne dépasse pas 4 sur 10 et qui ne l'empêche pas de mener ses activités habituelles, de la «grosse crise» qui l'oblige à s'allonger dans le noir. Marie a manqué l'école 5 jours durant les derniers mois en raison de ses maux de tête. Plusieurs facteurs déclenchants sont repérés : la chaleur, le bruit, les contrariétés et la piscine. Durant la crise, la céphalée est frontale, le caractère pulsatile est retrouvé lors des changements de position. L'activité physique augmente l'intensité de la douleur (Marie doit s'allonger), des nausées sont souvent rapportées avec parfois des vomissements. Marie craint beaucoup le bruit et la lumière. Lors des crises, des douleurs abdominales sont associées aux nausées et des épisodes vertigineux sont notés. En début de crise, Marie est décrite «livide», les «yeux cernés». Marie, plus jeune, recherchait activement le sommeil et pouvait se réveiller en «pleine forme». Il n'existe pas de signes sensoriels précédant la céphalée (aura), ni visuels (tâches scintillantes, vision floue.), ni sensitifs (fourmis dans les mains). Durant les vacances, Marie fait beaucoup moins de crises sauf quand il fait très chaud. Les crises reprennent à la rentrée scolaire, en septembre. Actuellement, 3 à 4 grosses crises sont observées chaque mois. Le paracétamol a été le seul médicament prescrit, sans réelle efficacité. L'examen neurologique est strictement normal. Plusieurs praticiens ont été consultés pour ces céphalées. Un scanner, une radiographie des sinus, dix séances de rééducation d'orthoptie ont été réalisées sans effet sur les céphalées. Aucun diagnostic précis n'a été donné, le pédiatre évoque une maladie "psychosomatique" car Marie se décrit volontiers comme "stressée" par ses performances scolaires, malgré ses très bons résultats. Le diagnostic Il est simple, Marie présente une authentique «migraine sans aura» associée à quelques épisodes de céphalée de tension. Aucun bilan complémentaire n'est nécessaire. La mère présente en fait un tableau typique de migraine dont le facteur déclenchant est lié aux variations hormonales du cycle. Les «crises de foie» de l'enfance étaient en réalité de véritables crises migraineuses. Un traitement médicamenteux précoce (comprimés d'ibuprofène), y compris en milieu scolaire, permet de stopper la majorité des crises en 30 minutes. Des suppositoires sont utilisés en cas de nausées intenses on de vomissement. Un apprentissage de la relaxation permet à l'enfant de diminuer son niveau de stress et d'anxiété ; la fréquence des crises est maintenant d un épisode tous les 2 mois. 11

12 Comment se procurer le livret? En bénéficiant de l offre gratuite Pour favoriser une diffusion la plus large possible, la Fondation CNP adressera gratuitement un livret à chaque personne concernée par la migraine de l enfant, aux médecins ou aux familles qui ont un enfant qui a mal à la tête. Adresser toute demande par courrier, mail ou fax à : Fondation CNP Livret Migraine Héron Building 66, avenue du Maine PARIS Cedex 14 Fax : Cette offre est valable jusqu au 31 octobre 2004, dans la limite d un stock de lancement de exemplaires. En commandant le livret La diffusion payante du livret par l association SPARADRAP permet : - De couvrir les frais de gestion et d envoi. - D assurer la réimpression du document et sa pérennité. Commandes à l unité : 3,5 frais d'envoi inclus Commandes en nombre, tarifs dégressifs selon les quantités : 32 les 10, 100 les 50 Association SPARADRAP 48, rue de la Plaine Paris Tél. : Fax : Pour découvrir la version internet du livret Un accès pour les familles et pour les professionnels 12

13 Rapport INSERM : La migraine, connaissances descriptives, traitements et prévention l'inserm a publié un rapport concernant l'état des connaissances sur la migraine 4 Ce groupe réunissait 18 experts français, il était présidé par le Pr. Marie Germaine Bousser. Le rapport final a souligné plusieurs points essentiels : La migraine est une pathologie fréquente chez l'adulte mais aussi chez l'enfant. Plus de 6 millions d'adulte (de 15 ans et plus) en sont atteints dans notre pays (entre 10 et 15 % de la population) Des milliers d'enfants sont également touchés puisque 5 à 10 % de cette population sont porteurs de cette pathologie. La migraine reste une pathologie encore souvent méconnue du corps médical Cette affection polymorphe n'appartient à aucune spécialité médicale: les gastro-entérologues voient des migraineux pour des nausées et des vomissements, des "crise de foie", les ophtalmologistes pour des troubles visuels, les ORL pour des "sinusites chroniques" Les pédiatres connaissent très mal cette maladie, beaucoup encore ne savent pas qu'elle existe chez l'enfant. La migraine est une pathologie sous enseignée aux médecins. Elle tenait encore récemment une place dérisoire dans l'enseignement médical et dans la formation des différents spécialistes concernés. Cette position marginale a renforcé le manque d'intérêt des médecins face à cette pathologie réputée "capricieuse" et "incurable". La migraine est une pathologie invalidante L'alitement est obligatoire dans une majorité de crises entraînant un absentéisme au travail. Un mal-être est souvent observé entre les crises, il est lié à une mauvaise image du soi, à des conduites d'évitement vis à vis des facteurs déclenchants, à une anxiété d'anticipation vis à vis des crises qui sont souvent imprévisibles. L'importance considérable des coûts sociaux et économiques induits par cette pathologie sont maintenant de mieux en mieux identifiés. La migraine est une pathologie encore non prise au sérieux Cette affection est l'objet d'intérêt continu de la part du grand public mais d'indifférence notoire de la part du corps médical La migraine est une pathologie dont la prise en charge pourrait facilement être améliorée Beaucoup plus de traitements de crise sont maintenant disponibles ; une prise en charge complémentaire non pharmacologique est très souvent utile. Une meilleure formation des professionnels associée à une information de qualité en direction du grand public peut contribuer significativement à améliorer la prise en charge des migraineux en France. 4 La migraine, connaissances descriptives, traitements et prévention. Expertise collective INSERM Editions INSERM Paris pages 13

14 Enquête épidémiologique sur la migraine chez l'enfant âgé de 5 et 12 ans, scolarisé a Paris Cette étude française est la première et la seule réalisée sur la fréquence de la migraine chez l enfant. Elle a porté sur une population de 1810 enfants scolarisés tirés au sort, comportant 2 groupes d'âge : 5-6 ans et ans. Les médecins scolaires ont identifié les enfants ayant présenté au moins deux épisodes de céphalée importante dans les douze derniers mois. Un entretien téléphonique d'une trentaine de minutes a secondairement été effectué par un médecin familier de la migraine de l'enfant. Parmi 1372 enfants, 134 (9,7%) ont présenté au moins deux épisodes de céphalée importante dans les douze derniers mois. 88 enfants ont pu être joints téléphoniquement pour réaliser cette enquête. Un groupe témoin de 71 enfants témoins a été tiré au sort dans les mêmes classes d'âge. Les praticiens ayant effectué les entretiens téléphoniques ont posé un diagnostic clinique de migraine chez 87 % des enfants : 47 % de migraine sans aura, 20 % de migraine avec aura, 18 % de céphalées mixtes (association avec une céphalée de tension). Des céphalées de tension ont été retrouvées dans 11 % des cas. La prévalence de la migraine se situe entre 4,8% et 8,2% de la population étudiée. - Chez les enfants migraineux, des antécédents familiaux (au premier degré) de céphalée ont été trouvés chez 80 % des enfants : chez la mère dans 67 % des cas, chez le père dans 27% des cas. - L'ancienneté de la céphalée est de 2 ans (médiane). - La durée des crises les plus intenses se répartissait ainsi : moins d'une heure (23%), une à deux heures (21%), deux heures à 24 heures (42%), 24 heures à 72 heures (7,6%). - La localisation était frontale ou bilatérale dans 78% des cas et strictement unilatérale dans 16% des cas. - La céphalée perturbait le jeu dans 84% des cas et le travail scolaire dans 54 % de cas. - Les crises avaient les caractéristiques suivantes : douleur pulsatile (53%), aggravation par l'activité physique (54 %), nausées (55%), vomissements (32%), phonophobie (81%), photophobie (71%), vertige (44%), pâleur inaugurale (65%), amélioration par le sommeil (77%), aura (20 %). - La fréquence des céphalées : plus d une fois par semaine (18,5%), plus d une fois par mois (46,2%), plus d une fois par trimestre (29%), moins d'une fois par trimestre (6%). - L'absentéisme scolaire était significatif, puisque 6 enfants ont manqué plus de 3 jours et 14 enfants ont manqué entre 1 et 3 jours durant les 12 derniers mois. Une amélioration était notée durant les vacances chez 73% des enfants. - Les facteurs déclenchants étaient : la chaleur (55%), la luminosité (48%), le bruit (45%), la contrariété (44%), la charge scolaire (44%), le sport (38%). Avant l entretien, le diagnostic de migraine avait été seulement posé chez 19 % des enfants migraineux et un autre diagnostic avait été donné chez 72% des enfants. La migraine chez l'enfant représente une pathologie fréquente sous estimée et très mal diagnostiquée. Une formation des médecins apparaît essentielle. Cette étude a bénéficié d'un financement dans le cadre des projets hospitaliers de recherche clinique Daniel Annequin*, Barbara Tourniaire* Cécile Dumas* Catherine Cariou** Isabelle Walus** Christophe Tzourio*** *Unité fonctionnelle analgésie pédiatrique (UFAP) Hôpital d'enfants Armand Trousseau **Direction Action Sociale de l Enfance et de la Santé (DASES) Paris *** INSERM unité 360 Hôpital de la Salpetrière Paris 14

15 Recommandations ANAES : prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte et chez l enfant : aspects cliniques et économiques. Octobre 2002 Extraits L intégralité des recommandations est disponible sur le site de l ANAES : III.5. Traitement de la crise Les molécules suivantes sont recommandées chez l enfant et l adolescent (accord professionnel) : En première intention : l ibuprofène chez l enfant de plus de 6 mois ; Puis : le diclofénac chez l enfant dont le poids est supérieur à 16 kg, le naproxène chez l enfant de plus de 6 ans ou dont le poids est supérieur à 25 kg, l aspirine en monothérapie ou en association au métoclopramide, le paracétamol en monothérapie ou en association au métoclopramide, le tartrate d ergotamine chez l enfant de plus de 10 ans. Dans le traitement de la crise de migraine modérée à sévère, chez l adolescent de 12 à 17 ans le sumatriptan spray nasal (10 à 20 mg) est efficace (grade A). Les données de la littérature ne sont pas suffisantes pour conclure à l efficacité : du sumatriptan par voie orale et injectable chez l enfant et l adolescent ; du sumatriptan spray nasal chez l enfant de 5 à 12 ans. Il est recommandé (accord professionnel) : de prendre le traitement de la crise le plus précocement possible ; d utiliser la voie rectale en cas de nausées et de vomissements ; d utiliser la voie per-nasale à partir de 12 ans ou chez les enfants dont le poids est supérieur à 35 kg ; d utiliser le sumatriptan spray nasal en cas d échec du paracétamol, de l aspirine et des AINS ; pour les triptans et les dérivés ergotés, d attendre l apparition de la céphalée pour traiter une crise avec aura. III.6. Traitement de fond III.6.1. Traitement non médicamenteux La relaxation, le rétrocontrôle (biofeedback) et les thérapies cognitives et comportementales de gestion du stress peuvent être recommandés (grade B). Ces traitements sont plus efficaces que les bêta-bloquants (grade B). Les données de la littérature permettent de conclure à l efficacité de la relaxation, du rétrocontrôle, des thérapies comportementales et cognitives dans la prévention de la migraine chez l enfant et l adolescent, où ces méthodes sont préférables de première intention aux traitements médicamenteux. Il n est pas possible de conclure à la supériorité d une de ces thérapies par rapport aux autres III.6.2. Traitement médicamenteux Il est recommandé de faire appel au traitement médicamenteux de fond après échec des traitements non pharmacologiques (accord professionnel) 15

16 Etude sur l efficacité de deux moyens non pharmacologiques : (la relaxation et l hypnose) en traitement de fond chez l enfant migraineux. Étude randomisée contrôlée Centre de la migraine de l enfant. Hôpital d'enfants Armand Trousseau Paris Annequin D. Celestin Lhopiteau I. Amouroux R. Tourniaire B. Tonnelli A. Méthode 38 enfants âgés de 6 à 15 ans (11.9 ± 2.4) Présentant au moins 3 crises mensuelles de migraine (IHS) Chaque enfant bénéficie du même traitement de crise médicamenteux (AINS) Tirage au sort en trois groupes : Groupe contrôle (pas de traitement de fond) Relaxation (12 sessions sur une période de 3 mois) Hypnose (12 sessions sur une période de 3 mois) Durant six mois, lors de chaque, l enfant notait : L intensité douloureuse (0-10) La durée de la crise Résultats Amélioration significative chez les enfants bénéficiant de relaxation ou d hypnose : Diminution d au moins 50% du nombre de crise Diminution de l intensité des crises Action plus rapide des médicaments de crise Nombre moyen de crise / mois Pourcentage de crises dont l intensité diminue d au moins 50 %, une heure après le traitement de crise evaluation initiale évaluaiton à 3 mois évaluation à 6 mois éval. à 3 mois éval. à 6 mois contrôle hypnose relaxation contrôle hypnose relaxation Conclusion L apprentissage de hypnose et de la relaxation représente un traitement de fond très efficace de la migraine de l enfant. Cette étude a reçu le soutien de la Direction Générale de la Santé et de la Fondation de France 16

17 Le centre de la migraine de l enfant Hôpital d enfants Armand trousseau - Paris Le Centre de la migraine de l enfant a été créé en 2002 à l Hôpital d enfants Armand Trousseau grâce au financement du Ministère de la santé (DHOS). Il s inscrit directement dans les trois priorités nationales du second plan national de lutte contre la douleur (2002/2005) 5 : - Prévenir et traiter la douleur provoquée par les soins, les actes quotidiens et la chirurgie - Mieux prendre en charge la douleur de l'enfant - Reconnaître et traiter la migraine Une équipe pionnière Depuis 1996, l'unité douleur (UFAP) de l'hôpital d'enfants Armand trousseau s'intéresse à la prise en charge concrète et aux problèmes posés par la migraine de l'enfant. Une cohorte de plus de plus de 2000 enfants y est actuellement suivie (ce qui représente la plus grande série d'enfants migraineux en France). L UFAP est devenu le centre de référence de la migraine de l enfant par l ampleur de son recrutement et le nombre de ses publications La première consultation, d'une durée minimum de 60 à 90 minutes, permet d analyser les caractéristiques de la crise, les facteurs favorisants, les données psychosociales de l'enfant et de son environnement. La prise en charge des enfants migraineux s appuie sur une double approche thérapeutique associant les médicaments systématiquement en traitement de crise et des moyens non pharmacologiques (groupes de relaxation thérapeutique, hypnose médicale) en traitement de fond. Une équipe pluridisciplinaire Deux médecins plein temps, 5 médecins attachés (dont une pédopsychiatre), deux psychologues, une psychomotricienne (pour les groupes de relaxation), une infirmière, une secrétaire médicale participent activement à cette prise en charge pluridisciplinaire. Les missions du centre de la migraine de l enfant - Sensibiliser, former les professionnels à la prise en charge de l enfant migraineux. - Animer un réseau régional. - Développer la recherche clinique et particulièrement : L épidémiologie de la migraine et des céphalées chroniques de l enfant. Le développement des moyens non pharmacologiques et de prévention Annequin D., Tourniaire B., Massiou H. Migraine and headache in childhood and adolescence. Pediatr. Clin. N. Amer. 2000; 47(3): Annequin D, Dumas C, Tourniaire B, Massiou H. Migraine et céphalée chronique de l'enfant Rev Neurologique. 2000; 156: 4S Annequin D, Tourniaire B, Dumas C. La migraine pathologie méconnue chez l'enfant Arch. Pediatr.2000; 7: Annequin D, Tourniaire B. La migraine de l'enfant Concours Médical. 2001; 123:

18 18

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant?

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fiche de consultation Migraine de l enfant 1 1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fratrie : Niveau scolaire (classe) : Situation vis-à-vis du travail scolaire : Bon Moyen En difficulté

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer?

Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer? Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer? DR B.TOURNIAIRE CENTRE DE LA DOULEUR ET DE LA MIGRAINE DE L ENFANT HÔPITAL TROUSSEAU - PARIS SAETD

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran La migraine Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran plan Introduction Epidémiologie Physiopathologie Clinique Migraine sans aura (MSA) Migraine avec aura (MA) Autres types de migraine Complications

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX Groupe de travail du RRDBN Y.Perier, A.S.Sergent, E.Touchard, V.Lepelletier, S.Sladek FMC 2009 1 PLAN Migraine sans aura Epidémiologie Critères

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD 21 ème Forum de Rangueil Jeudi 15 octobre 2009 Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD L étude des comportements thérapeutiques des patients migraineux montre une surconsommation d antalgiques non-spécifiques,

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Gestion inrmière du migraineux en crise

Gestion inrmière du migraineux en crise Gestion inrmière du migraineux en crise P. Gilet 18/09/2009 La migraine est mal perçue car elle ne se voit pas, de plus elle est épisodique => on y croit pas (crise courte) Automédication Épidémiologie

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

Prévalence des céphalées à travers l enquête décennale Santé 2002-2003

Prévalence des céphalées à travers l enquête décennale Santé 2002-2003 Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la Santé et des Solidarités Près d une personne sur deux âgée de 15 ans et plus déclare être sujette à des maux de tête. Ceux-ci

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

MIGRAINE CEPHALEES DE TENSION ALGIES VASCULAIRES DE LA FACE CEPHALEES INDUITES

MIGRAINE CEPHALEES DE TENSION ALGIES VASCULAIRES DE LA FACE CEPHALEES INDUITES MIGRAINE CEPHALEES DE TENSION ALGIES VASCULAIRES DE LA FACE CEPHALEES INDUITES LA MIGRAINE SANS AURA ou MIGRAINE COMMUNE Il est recommandé d utiliser les critères diagnostiques établis en 1988 par l International

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant

Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant Elisabeth Fournier-Charrière CETD, CHU Bicêtre avec la participation de l'équipe du centre de la migraine de l enfant de Trousseau 2015 Tom,

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG. JNMG 2011 - AC Benoteau

Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG. JNMG 2011 - AC Benoteau Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG JNMG 2011 - AC Benoteau 1 Conflits d intérêts Anne-Claire Benoteau Membre du CA de la SFDRMG Cédric Bonifacj Néant JNMG 2011 - AC Benoteau 2 Les

Plus en détail

Les migraines de l enfant et de l adolescent : particularités cliniques et thérapeutiques

Les migraines de l enfant et de l adolescent : particularités cliniques et thérapeutiques 1 sur 8 27/08/2009 09:23 MISES AU POINT Les migraines de l enfant et de l adolescent : particularités cliniques et thérapeutiques Publié le 17/08/2009 J.-M. RETBI, Hôpital Delafontaine, Saint-Denis Malgré

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

LA MIGRAINE PRESENTATION. Qu est-ce que c est? Différents types : La migraine se rencontre avec ou sans aura : Fiche 13

LA MIGRAINE PRESENTATION. Qu est-ce que c est? Différents types : La migraine se rencontre avec ou sans aura : Fiche 13 Fiche 13 LA MIGRAINE PRESENTATION Qu est-ce que c est? La migraine est une maladie caractérisée par de fréquents accès de maux de tête, souvent violents et parfois accompagnés d'autres symptômes : nausées,

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Prise en charge de la migraine

Prise en charge de la migraine 18 HENRY Page 107 Mardi, 13. mai 2008 3:14 15 Ensemble face à la douleur : prévention, traitement et prise en charge United against pain: prevention, treatment and management of pain 2005 Elsevier SAS.

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

MIGRAINE - TRAITEMENT

MIGRAINE - TRAITEMENT MIGRAINE - TRAITEMENT Restauration d une bonne qualité de vie Adapté à chaque patient Reposant sur trois axes : éviction des facteurs déclenchants traitement de crise traitement prophylactique ANAES 2002

Plus en détail

Agenda de la crise de migraine. Nom :... Prénom :... Adresse :... Tél :...

Agenda de la crise de migraine. Nom :... Prénom :... Adresse :... Tél :... Agenda de la crise de migraine Nom :....................... Prénom :.................... Adresse :............................................................................ Tél :........................

Plus en détail

Migraines de l'adulte : reconnaître, traiter, accompagner

Migraines de l'adulte : reconnaître, traiter, accompagner DOI : 10.1684/med.2007.0175 STRATÉGIES Pierre Gallois, Jean-Pierre Vallée, Yves Le Noc Société Française de Documentation et de Recherche en Médecine Générale Mots clés : migraine, diagnostic, médicament,

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Haiel ALCHAAR Neurologue Évaluation et Traitement de la Douleur et des Céphalées

Haiel ALCHAAR Neurologue Évaluation et Traitement de la Douleur et des Céphalées Haiel ALCHAAR Neurologue Évaluation et Traitement de la Douleur et des Céphalées PHYSIOPATHOLOGIE DE LA MIGRAINE 1. Migraine sans aura CASCADE PHYSIOPATHOLOGIQUE DE LA CRISE DE MIGRAINE Facteurs déclenchants

Plus en détail

Lifting. The Burden. Campagne mondiale pour réduire le fardeau de la morbidité liée aux céphalées

Lifting. The Burden. Campagne mondiale pour réduire le fardeau de la morbidité liée aux céphalées 8209 wiro headache booklet-fr.qxp 16/01/2007 08:33 Page 1 Lifting The Burden Campagne mondiale pour réduire le fardeau de la morbidité liée aux céphalées Campagne menée conjointement par l'oms, la World

Plus en détail

LES TROUBLES CÉPHALALGIQUES D ORIGINE ÉMOTIONNELLE

LES TROUBLES CÉPHALALGIQUES D ORIGINE ÉMOTIONNELLE LES TROUBLES CÉPHALALGIQUES D ORIGINE ÉMOTIONNELLE Distinguons deux type de pathologies céphalalgiques : d origine vasculaire ou d origine tensionelle Il s agit d une pression exercée en partie haute du

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 GYNERGENE CAFEINE, comprimés B/20 (CIP : 304 678-7) Laboratoire CENTRE SPECIALITES PHARMACEUTIQUES Ergotamine (tartrate de) Caféine anhydre Code ATC : N02CA52

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Vaincre la douleur est auj

Vaincre la douleur est auj Vaincre la douleur est auj La dose d antalgique prescrite par le médecin, ainsi que l'horaire de prise ne doivent pas être modifiés. L'action du traitement se faisant sur 24 heures, en modifier la dose

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH

Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH A COMPLETER UNIQUEMENT EN NOIR Nom de naissance..... Nom d'épouse.. Prénom. Date de naissance.../ /.. Adresse.. N d'immatriculation

Plus en détail

Cardio-vasculaire et aviron

Cardio-vasculaire et aviron 1 Cardio-vasculaire et aviron 1/ Malaise après l effort (syncope) Pour ceux qui ont déjà assistés à des compétitions d aviron, on constate fréquemment des syncopes (surtout chez les jeunes) dès la ligne

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À LA SANTÉ

MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À LA SANTÉ Le PROGRAMME de lutte contre la DOULEUR 2002 2005 MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À LA SANTÉ Le programme de lutte contre la douleur 2002-2005 Un travail dans la continuité

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Observation Clinique

Observation Clinique AUTOMEDICATION Observation Clinique Madame A., 30 ans, se plaint de céphalées migraineuses depuis de nombreuses années. Elle a déjà essayé de nombreux médicaments. Elle vient vous voir car elle se plaint

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Recueil des données. Migraine, céphalée de tension. Quand faut il s inquiéter? Migraine. Centre de la migraine de l enfant

Recueil des données. Migraine, céphalée de tension. Quand faut il s inquiéter? Migraine. Centre de la migraine de l enfant Migraine, céphalée de tension. Quand faut il s inquiéter? Pr Daniel Annequin Centre de la migraine de l enfant. Hôpital d'enfants Armand Trousseau 75012 Paris Centre de la migraine de l enfant n = 9683

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME 1/LE GLAUCOME EN CHIFFRES X Epidémiologie Première cause de cécité absolue en France + 1 Million de

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Maux de tête? Que faut-il savoir et que peut-on faire. Pour plus d infos : www.antidouleur.be

Maux de tête? Que faut-il savoir et que peut-on faire. Pour plus d infos : www.antidouleur.be Maux de tête? Que faut-il savoir et que peut-on faire. Pour plus d infos : www.antidouleur.be V ous souffrez parfois ou régulièrement de maux de tête? Vous n êtes pas une exception. Le mal de tête est

Plus en détail

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX 7. Divers moyens physiques et psychologiques peuvent induire un effet analgésique. Certains peuvent être facilement appliqués par un infirmier. Leur indication ne doit pas pour autant faire dispenser le

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 OXYGENE MEDICAL - AIR LIQUIDE Santé FRANCE Gaz pour inhalation, en Gaz pour inhalation, en évaporateur mobile Gaz pour

Plus en détail

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Malade exprimant des plaintes somatiques Beaucoup des troubles

Plus en détail

Traitement actuel de la migraine

Traitement actuel de la migraine Traitement actuel de la migraine Pr M. AIT- KACI - AHMED Chef du Service de Neurologie E.H.S Ali Aït Idir (Alger) Alger, 04 Juin 2009 Importance du sujet 1. Sur le plan médical - 12 à 15 % de la population

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos 5 Ce qu'est la migraine. La migraine : qui elle touche, comment elle évolue. - La migraine est une vraie maladie 7

SOMMAIRE Avant-propos 5 Ce qu'est la migraine. La migraine : qui elle touche, comment elle évolue. - La migraine est une vraie maladie 7 SOMMAIRE Avant-propos 5 Ce qu'est la migraine - La migraine est une vraie maladie 7 - Un mal de tête et une crise de migraine, c'est la même chose 7 - Les crises de migraine se manifestent toujours de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE DE LA MIGRAINE CHEZ L ADULTE ET CHEZ L ENFANT : ASPECTS CLINIQUES ET ÉCONOMIQUES TOME 1 : PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE DE LA MIGRAINE ET ÉVALUATION DU HANDICAP

Plus en détail

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Théorie Comportementale Cognitive Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Elsa Lambrescak DCEM3, nov 2010 Antoine, 12 ans Est amené par sa maman au cabinet médical pour : Des difficultés d endormissement

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

L hypnose clinique. Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes

L hypnose clinique. Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes L hypnose clinique Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes Historique de l hypnose Mesmer en 1778: théorie du magnétisme James Braid (1796-1860) médecin: théorie du sommeil

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Leïla Ksontini: psychologue du travail Plan de l atelier Actualité Définition - Stress + et Source de stress Réponse au

Plus en détail

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS Feuillet blanc à destination du réseau Feuillet rose à conserver par le médecin qui a fait l examen Feuillet bleu reste dans le classeur de l enfant N inclusion Nom de l enfant

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

Céphalées par abus médicamenteux. Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005

Céphalées par abus médicamenteux. Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005 Céphalées par abus médicamenteux Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005 Définition Céphalées d allure migraineuse et ou tensive survenant plus de 15 jours par mois chez un patient aux antécédents

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 L anxiété à l école Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 Par Jacinthe Beaulieu Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Commission scolaire des Samares Objectifs de la rencontre Comprendre

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins"

Une journée des familles sur le thème : Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins" Cette journée destinée aux familles a été co-organisée par R4P et l'association Une Souris Verte, le samedi 12

Plus en détail