CHAPITRE 6 APPAREIL URINAIRE ET APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 6 APPAREIL URINAIRE ET APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME"

Transcription

1 CHAPITRE 6 APPAREIL URINAIRE ET APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME Table des matières ÉVALUATION DE LA FONCTION URINAIRE ET DE L APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME Anamnèse et examen physique Examen physique de l appareil AFFECTIONS GÉNITO-URINAIRES COURANTES CHEZ L HOMME Hyperplasie bénigne de la prostate Épididymite Prostatite (aiguë) Balanite AFFECTIONS URINAIRES COURANTES Bactériurie asymptomatique Cystite Pyélonéphrite Colique néphrétique (calculs) Incontinence urinaire URGENCES UROLOGIQUES ET GÉNITALES CHEZ L HOMME Torsion testiculaire Rétention urinaire aiguë

2 6 1 ÉVALUATION DE LA FONCTION URINAIRE ET DE L APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME ANAMNÈSE ET EXAMEN PHYSIQUE GÉNÉRALITÉS Chaque symptôme doit être noté et examiné en fonction des caractéristiques suivantes : Apparition (sdaine graduelle) Évolution dans le temps Situation actuelle (amélioration aggravation) Localisation Irradiation Qualité Fréquence et durée Sévérité Facteurs déclenchants et aggravants Facteurs de slagement Symptômes associés Répercussions sur les activités quotidiennes Épisodes similaires diagnostiqués auparavant Traitements antérieurs Efficacité des traitements antérieurs SYMPTÔMES DOMINANTS En plus des caractéristiques générales décrites cidessus, il faut aussi explorer les symptômes spécifiques suivants. Fonction urinaire Fréquence des mictions Volume d urine (élevé faible) Urgence (sensation d un besoin urgent de vider la vessie) Dysurie et moment de son apparition durant la miction (au début, à la fin pendant) Nycturie (première survenue exacerbation du profil habituel) Rétention Incontinence Cleur et odeur de l urine Hématurie Coliques Dleur à l angle costo-vertébral, au flanc à l abdomen Dleur sus-pubienne Dleur périnéale, génitale, inguinale lombaire Appareil reproducteur masculin Difficulté à amorcer à interrompre la miction Pssée abdominale volontaire (effort) à la miction Nature du jet (vitesse, force, volume) Fuite sensation de plénitude post-mictionnelle Éclement pénien, démangeaison Lésions des organes génitaux externes Dleur génitale, inguinale, sus-pubienne lombaire Dleur œdème des testicules Relations sexuelles dlreuses Orientation sexuelle Nombre de partenaires sexuel(le)s Libido Pratiques sexuelles, dont comportements à risque (p. ex. relations orales, anales vaginales non protégées) Fécondité (nombre d enfants) Antécédents vénériens (MTS, dont VIH et hépatite B) Auto-examen des testicules (fréquence, régularité) Antécédents d hydrocèle, d épididymite, de prostatisme, de varicocèle, de hernie, de cryptorchidie, de spermatocèle, vasectomie récente Autres symptômes associés Fièvre, frissons, malaise Nausées, vomissements Diarrhée, constipation Perte d appétit Changement dans les habitudes de sommeil

3 6 2 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX (APPAREIL GÉNITO -URINAIRE) Cystite, pyélonéphrite Néphropathies Anomalies anatomiques congénitales des voies génito-urinaires Calculs rénaux Début récent augmentation de l activité sexuelle Manœuvres instrumentales récentes dans les voies génito-urinaires (p. ex. cathéter, dilatation urétrale, cystoscopie) Ménopause (sans hormonothérapie substitutive) Utilisation de tampons, dches vaginales Diabète sucré Immunosuppression MTS Abus sexuel Allergies Exposition à des irritants chimiques Médication (p. ex. immunosuppresseurs, contraceptifs oraux, antihypertenseurs, antipsychotiques) Comportements à risque (p. ex. relations sexuelles non protégées, consommation abusive d alcool et de drogues, utilisation de drogues injectables illicites) ANTÉCÉDENTS PERSONNELS ET SOCIAUX (APPAREIL GÉNITO-URINAIRE) Hygiène personnelle, habitudes en matière d élimination et de propreté Pratiques sexuelles (comportements à risque, orientation sexuelle) Partenaire sexuel(le) symptomatique Utilisation de crèmes de msses contraceptives, de condoms, etc. Utilisation de msse de bain, de dches vaginales Port de ss-vêtements d autres vêtements trop ajustés serrés Multiples partenaires sexuel(le)s Perturbation de la vie sexuelle (à cause de symptômes génito-urinaires) Peur, gêne, anxiété Absentéisme au travail à l école, renoncement à des activités sociales à cause de symptômes génito-urinaires (p. ex. incontinence) ANTÉCÉDENTS FAMILIAUX (APPAREIL GÉNITO -URINAIRE) Infections urinaires Néphropathies (p. ex. cancer du rein, maladies polykystiques) Diabète sucré Calculs rénaux Sévices sexuels physiques Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

4 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme 6 3 EXAMEN PHYSIQUE DE L APPAREIL GÉNÉRALITÉS État de santé apparent Présence absence de dleur Teint (rge, pâle) Corpulence (maigreur obésité) Concordance entre l apparence et l âge déclaré SIGNES VITAUX Température Fréquence cardiaque Fréquence respiratoire Tension artérielle APPAREIL URINAIRE (EXAMEN DE L ABDOMEN) Inspection Cicatrices abdominales lombaires d une intervention chirurgicale antérieure Œdème (facial, périphérique) Palpation Sensibilité sus-pubienne Distension de la vessie Sensibilité masses abdominales Sensibilité de l angle costo-vertébral Hypertrophie des reins (les reins ne sont généralement pas palpables sauf chez les clients minces) Œdème ganglions inguinaux Percussion Sensibilité sus-pubienne de l angle costovertébral Distension de la vessie N bliez pas d examiner les régions suivantes dans le cadre de l évaluation : Tête, yeux, oreilles, nez, gorge : rechercher la pharyngite et la conjonctivite (infection à Chlamydia, gonorrhée) Peau : rechercher les lésions, les éruptions, les polyarthralgies de la gonorrhée disséminée, et évaluer l équilibre hydrique. APPAREIL REPRODUCTEUR DE L HOMME Inspection Pénis, scrotum et pubis : inflammation, éclements, lésions, enflure, asymétrie, irrégularité de la répartition du système pileux, lentes, verrues Rectum : lésions, éclements, œdème, hémorroïdes Régions inguinales et fémorales (hernies) Palpation Pénis : sensibilité, induration, nodules, lésions Testicules et contenu du scrotum : dimension, position, atrophie des testicules, sensibilité, enflure, chaleur, masses, hydrocèle Rectum : tonus du sphincter anal, tumeurs de la paroi rectale, prostate Prostate : taille, forme, contr, consistance, sensibilité nodules Anneau inguinal superficiel : hernies Zones inguinales et fémorales (hernies) APPAREIL GÉNITAL FÉMININ Cet examen fait l objet du chapitre 13, «Santé de la femme et gynécologie». ANALYSES DE LABORATOIRE Urine : cleur, trble claire Bandelettes réactives : sang, protéines, globules blancs, nitrites, ph Microscopie sédimentaire : globules blancs et rges, bactéries cylindres urinaires, cellules épithéliales Culture et antibiogramme de l éclement urétral des sécrétions prostatiques

5 6 4 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme AFFECTIONS GÉNITO-URINAIRES COURANTES CHEZ L HOMME HYPERPLASIE BÉNIGNE DE LA PROSTATE Hypertrophie bénigne de la prostate pvant se traduire par l obstruction du col de la vessie. Inconnues Facteur prédisposant : l âge (au-delà de 55 ans) Apparition des symptômes urinaires lorsque la prostate est suffisamment hypertrophiée pr entraîner une compression partielle du col de la vessie. Retard de la miction Miction par regorgement Effort à la miction Force du jet atténuée Mictions fréquentes et peu abondantes Sensation d urgence mictionnelle Fuites post-mictionnelles Nycturie Sensation constante de plénitude de la vessie, même après la miction L infection des voies urinaires la rétention d urine constituent parfois le problème énoncé. L hématurie peut être un symptôme précoce. Abdomen : dans les cas de rétention urinaire aiguë, il arrive que la vessie soit distendue; une vessie distendue est parfois perceptible à la palpation. Tcher rectal : hypertrophie de la prostate Prostate : consistance normale, haut et bords pas forcément perceptibles à la palpation, sillon médian possiblement indistinct La taille clinique de la prostate n est pas révélatrice de la gravité des symptômes. Une légère hypertrophie clinique peut provoquer des effets très incommodants. DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Cystite Cancer de la prostate Tumeur de la vessie Calculs Prostatite (chronique) Rétrécissement de l urètre COMPLICATIONS Infections à répétition des voies urinaires Rétention urinaire aiguë Hémorroïdes hernies provoquées par l effort à la miction Atteinte rénale due à une obstruction chronique TESTS DIAGNOSTIQUES Prélevez un échantillon d urine pr analyse (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme). Éliminez la possibilité d une infection, d une hématurie et d une glycosurie. Déterminez le taux de créatinine. Antigène prostatique spécifique (PSA) : test facultatif et controversé, mais généralement recommandé lorsqu un diagnostic de cancer de la prostate amènerait à modifier le traitement chez un homme sain âgé de 50 à 70 ans. Atténuer éliminer les symptômes Prévenir les complications dues à l obstruction prolongée du col de la vessie (p. ex. infections des voies urinaires, calculs de la vessie, hydronéphrose) Consultation Il faut consulter le médecin si les symptômes du client sont sévères et assez incommodant pr l inciter à se faire traiter immédiatement, s il y a hématurie, présence de nodules dans la prostate dleur lombaire inattendue. Il faut éliminer la possibilité d un carcinome prostatique avec métastases aux os chez les hommes de plus de 35 ans présentant des symptômes d obstruction du col de la vessie et sffrant d une dleur lombaire d apparition récente. Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

6 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme 6 5 Interventions non pharmacologiques Conseillez au client de ne pas boire avant l heure du ccher, notamment d éviter le thé, le café et l alcool, qui ont tendance à provoquer la diurèse nocturne. Vérifiez la médication du client, le cas échéant; interrompez la médication si possible. Les médicaments contre le rhume, tels que les décongestionnants, les antihistaminiques et anticholinergiques, de même que les antipsychotiques, les antidépresseurs et les anxiolytiques sont susceptibles d entraver la capacité d uriner et d accroître la compression du col de la vessie. Demandez au client de signaler tte évolution subite de ses symptômes à des fins de réévaluation. Interventions chirurgicales visant à réduire la taille de la prostate : prostatectomie transurétrale, prostatectomie transurétrale par incision prostatectomie au laser. Interventions pharmacologiques Pr atténuer les symptômes, on peut utiliser à profit le finastéride, inhibiteur de la 5-α réductase (Proscar) (médicament de classe B), et les bloqueurs des récepteurs α1- adrénergiques, comme la térazosine (Hytrin) (médicament de classe B). Surveillance et suivi Si les symptômes sont légers, prévoyez un suivi facultatif par un médecin. Il faut surveiller les symptômes du patient aux six mois et procéder à un tcher rectal chaque année. Si les symptômes sont modérés à sévères, adresser le client au médecin (voir la section «Orientation vers d autres ressrces médicales» ci-desss). Orientation vers d autres ressrces médicales Adressez le client à un urologue si ses symptômes, de modérés à sévères, sont incommodants s il y a des complications. ÉPIDIDYMITE Infection d origine bactérienne de l épididyme. Chez les clients de 35 ans moins : habituellement provoquée par une MTS (Neisseria gonorrhea, Chlamydia). Chez les clients de plus de 35 ans : habituellement provoquée par des agents pathogènes des voies urinaires (Escherichia coli, Klebsiella, Proteus) la tuberculose. Facteurs prédisposants chez les clients du deuxième grpe : infection des voies urinaires, obstruction de l éclement, infection de la prostate, manœuvre instrumentale dans la partie inférieure de l appareil génito-urinaire (p. ex. pose d une sonde). Dleur et hypertrophie unilatérales du scrotum La surélévation du scrotum procure un slagement. Fièvre, frissons, sensation de malaise possibles Possibles symptômes de cystite d urétrite (fréquence et urgence des mictions, dysurie) Température parfois élevée Inconfort moyen Le client marche lentement et avec précaution, svent en se tenant le scrotum. Rgeur et hypertrophie unilatérales du scrotum Éclement urétral possible Vive sensibilité du scrotum, qui est chaud au tcher. Épididyme enflé, dur et extrêmement sensible DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Torsion testiculaire Kyste sébacé infecté, folliculite Traumatisme Orchite rlienne Tumeur des testicules Spermatocèle Hydrocèle Varicocèle COMPLICATIONS Propagation de l infection aux testicules Abcès Stérilité

7 6 6 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme TESTS DIAGNOSTIQUES Prélevez un échantillon d urine pr analyse (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme). Prélevez un échantillon par écvillonnage de l urètre pr détecter la présence de N. gonorrhea et de Chlamydia. Offrez au client de subir un test de détection du VIH. Administrez le test VDRL. En général, on traite les infections bénignes en consultation externe; les infections plus graves, accompagnées de fièvre et de frissons, nécessitent une hospitalisation. Atténuer les symptômes Prévenir les complications de l infection Prévenir les rechutes Consultation Infection bénigne Il faut consulter le médecin si l on spçonne une maladie non infectieuse ss-jacente, en particulier chez les clients de plus de 35 ans, lorsque les symptômes sont modérés sévères. Infection bénigne Il faut consulter le médecin au sujet du choix des antibiotiques IV. Interventions non pharmacologiques Infection bénigne Indiquez au client qu il devra garder le lit pendant la phase aiguë (1 à 2 jrs). Surélevez le scrotum pr atténuer la dleur. Le client devra utiliser un support scrotal pr se déplacer. On doit appliquer de la glace pendant 20 minutes ttes les 2 à 3 h pr atténuer la dleur. Durant la phase aiguë, le client doit éviter de slever de lrdes charges, de faire des efforts à la défécation et d avoir des relations sexuelles. Indiquez au client qu il devra revenir à la clinique pr une réévaluation si ses symptômes s aggravent. Éducation du client Expliquez au patient le processus et l évolution prévue de la maladie. Donnez au client des conseils sur l utilisation appropriée des médicaments (dose, fréquence, effets secondaires, nécessité de suivre le traitement au complet). Donnez au client des conseils sur la façon de prévenir la propagation de MTS à ses partenaires sexuels. Infection bénigne Repos au lit. Application de glace sur le scrotum. Interventions pharmacologiques Infection bénigne Analgésiques et antipyrétiques : acétaminophène (Tylenol) (médicament de classe A), 500 mg, 1-2 comprimés PO ttes les 4 à 6 h au besoin Antibiotiques pr les jeunes clients atteints d une infections transmise sexuellement : cefixime (Suprax) (médicament de classe C), 400 mg, 2 comprimés PO immédiatement tétracycline (Tetracyne) (médicament de classe A), 500 mg PO qid pendant 10 jrs doxycycline (Vibramycin) (médicament de classe A), 100 mg PO bid pendant 10 jrs et azithromycine (Zithromax) (médicament de classe C), 1 g PO (dose unique) Pr les clients allergiques à la tétracycline : érythromycine (E-Mycin) (médicament de classe A), 500 mg PO qid pendant 10 jrs Antibiotiques pr les clients âgés atteints d une infection non transmise sexuellement : sulfaméthoxazole/triméthoprime (Septra DS) (médicament de classe A), 1 comprimé PO bid pendant 14 jrs céphalexine (Keflex) (médicament de classe C), 250 mg PO qid pendant 14 jrs Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

8 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme 6 7 Infection sévère Amorcez un t raitement IV avec du soluté physiologique pr maintenir la veine verte. Analgésiques et antipyrétiques : acétaminophène (Tylenol) (médicament de classe A), 500 mg, 1-2 comprimés PO ttes les 4 à 6 h au besoin Pr atténuer une dleur modérée sévère : acétaminophène avec codéine (Tylenol N o 2 N o 3) (médicament de classe C), 1-2 comprimés PO ttes les 4 h au besoin Antibiotiques pr les jeunes clients : ampicilline (Ampicin) (médicament de classe D), 1,0 g IV ttes les 6 h doxycycline (Vibramycine) (médicament de classe A), 100 mg PO ttes les 12 h et Antibiotique pr les clients âgés : ampicilline (Ampicin) (médicament de classe D), 1,0 g IV ttes les 6 h Pr les clients allergiques à la pénicilline, consultez le médecin au sujet des médicaments de substitution. Surveillance, suivi et orientation vers d autres ressrces médicales Infection bénigne Revoyez le client dans les 48 heures pr évaluer sa réaction au traitement. Revoyez le client après 10 à 14 jrs, une fois l antibiothérapie terminée. Infection sévère Procédez à une évacuation médicale dans les plus brefs délais. PROSTATITE (AIGUË) Infection aiguë de la prostate. Mêmes organismes que pr la cystite (E. coli, Proteus, Klebsiella). Facteurs de risque Infection des voies urinaires Calculs prostatiques Âge supérieur à 50 ans Apparition sdaine de fièvre et de frissons Dleur génitale Dleur possible au sacrum et au bas du dos Dleur périnéale Dysurie, mictions fréquentes et urgentes (symp tômes de la cystite), nycturie Symptômes possibles de compression du col de la vessie Éclement et jet urinaires parfois anormaux Dleur à la défécation Température parfois élevée Fréquence cardiaque parfois élevée Inconfort moyen à prononcé; le client semble parfois très mal en point. Démarche lente, jambes écartées Distension de la vessie parfois visible à l examen de l abdomen Prostate enflée, extrêmement sensible, chaude, molle De faibles éclements de pus peuvent parfois être exprimés de l urètre. Évitez de masser vigreusement la prostate, cela prrait provoquer une bactériémie. Urine trble claire Bandelettes réactives : présence possible de sang et de protéines Microscopie des urines : des bactéries, des globules blancs et quelques globules rges sont parfois présents.

9 6 8 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Hyperplasie bénigne de la prostate accompagnée d une infection des voies urinaires Épididymite Urétrite Cystite Pyélonéphrite Tumeur maligne COMPLICATIONS Épididymite Pyélonéphrite Rétention urinaire aiguë Septicémie Abcès Prostatique chronique TESTS DIAGNOSTIQUES Prélevez un échantillon d urine pr analyse (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme) Procédez à un écvillonnage urétral pr culture de N. gonorrhea et de Chlamydia si vs spçonnez une MTS (à cause des antécédents) si vs détectez un éclement urétral. Offrez au client de subir un test de détection du VIH. Faites un test VDRL. Si les symptômes sont légers modérés, traitez le client en consultation externe; s ils sont sévères et que le client semble très malade, demandez l hospitalisation. Atténuer les symptômes. Prévenir les complications. Consultation Il faut consulter le médecin, surtt si les symptômes sont sévères si le client semble sffrir d un malaise général. Interventions non pharmacologiques Symptômes sévères Le client doit garder le lit. Interventions pharmacologiques Symptômes légers modérés Antibiotiques : sulfaméthoxazole/triméthoprime (Septra DS) (médicament de classe A), 1 comprimé PO bid pendant 21 jrs amoxicilline (Amoxil) (médicament de classe A), 500 mg PO tid pendant 21 jrs Symptômes sévères Amorcez un traitement IV avec un soluté physiologique pr les liquides et les antibiotiques IV. Traitement de la fièvre et de la dleur : acétaminophène (Tylenol) (médicament de classe A), 500 mg, 1-2 comprimés PO ttes les 4 h au besoin Discutez du choix des antibiotiques IV avec le médecin. Médicaments de première intention : ampicilline (Penbritin) (médicament de classe D), 500 mg IV ttes les 6 h et gentamycine (médicament de classe B), 3 mg/kg IV ts les jrs, en doses fractionnées, ttes les 8 h Pr les clients allergiques à la pénicilline, on peut utiliser du sulfaméthoxazole/triméthoprime (Septra DS). Surveillance et suivi Symptômes sévères Recherchez une distension de la vessie. En cas d incapacité d uriner et de distension de la vessie, faites asseoir le client dans une baignoire remplie d eau tiède et demandez-lui d essayer d uriner dans l eau. Ne posez pas de sonde urinaire. Voir la section «Rétention urinaire aiguë» dans le présent chapitre, si le traitement décrit ici ne fonctionne pas. Orientation vers d autres ressrces médicales Symptômes sévères Procédez à une évacuation médicale dans les plus brefs délais pr que le traitement IV du patient se prsuive à l hôpital. Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

10 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme 6 9 BALANITE Inflammation du gland du pénis. Réaction allergique (p. ex. au latex des condoms, au gel spermicide) Infection fongique (p. ex. Candida albicans) bactérienne (p. ex. Streptococcus) Facteur de risque : présence du prépuce Dleur au pénis Dysurie Éclement au foyer de l infection Érythème Enflure du prépuce Ulcération Plaques Rgeur, enflure du gland Éclement autr du gland DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Leucoplasie Lichen plan Psoriasis Syndrome de Reiter COMPLICATIONS Sténose du méat urinaire Modifications précancéreuses résultant d une irritation chronique Infection des voies urinaires TESTS DIAGNOSTIQUES Prélevez un échantillon de tt éclement en vue d une culture et d un antibiogramme. Atténuer les symptômes. Prévenir les rechutes. Intervention non pharmacologiques Compresses tièdes bains de siège Hygiène locale : s assurer que le prépuce se rétracte facilement. Interventions pharmacologiques Amorcez un traitement topique. Le choix variera selon qu il s agit d une infection bactérienne fongique d une dermatite. Infection fongique clotrimazole 1% (Canesten) (médicament de classe A), bid sur la région atteinte nystatine (Mycostatin) (médicament de classe A), bid à qid sur la région atteinte Infection bactérienne pommade de bacitracine (Baciguent) (médicament de classe A), qid sur la région atteinte sulfate de néomycine (Neosporin) (médicament de classe A), qid sur la région atteinte Dermatite pommade d hydrocortisone 0,5% (Unicort) (médicament de classe A), qid sur la région atteinte

11 6 10 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme AFFECTIONS URINAIRES COURANTES BACTÉRIURIE ASYMPTOMATIQUE Présence de bactéries dans l urine ne provoquant aucun symptôme. Structure anatomique (affection plus fréquente chez les femmes, dont l urètre est plus crt et situé à proximité du vagin) Changements hormonaux (p. ex. grossesse, contraceptifs oraux) Relâchement des muscles pelviens (chez les clients âgés) Prostatite chronique Contamination des prélèvements Sondes à demeure Absence de problèmes urinaires Généralement décelée lors d une analyse d urine crante Fréquente chez les femmes de 20 à 50 ans Prostatite chronique bénigne svent présente chez les hommes de plus de 50 ans Fréquente chez les clients âgés et chez ceux qui ont des sondes à demeure Normales. RÉSULTATS DES ANALYSES DE LABORATOIRE Urine : claire Bandelettes réactives : normales Microscopie : bactéries évidentes Culture : positive après heures S assurer que l échantillon est convenablement prélevé à mi-miction. Reconnaître l importance de la bactériurie asymptomatique dans les différents ss-grpes (femmes enceintes, immunodéprimés, personnes âgées). Éliminer les bactéries des voies génito-urinaires chez les femmes enceintes. Interventions non pharmacologiques Éducation du client Recommandez un apport suffisant en liquides pr éliminer les bactéries de la vessie et prévenir la stase d urine dans celle-ci (6 à 8 verres de liquide par jr). Enseignez au client les bonnes règles d hygiène (s essuyer de l avant vers l arrière). Décrivez au client les signes et symptômes de l infection a iguë et conseillez-lui de revenir à la clinique dès leur apparition. Interventions pharmacologiques Femmes enceintes Traitez ttes les femmes enceintes atteintes de cette affection : amoxicilline (Amoxil) (médicament de classe A), mg PO tid pendant 7 jrs Pr les clientes allergiques à la pénicilline : nitrofurantoïne (Macrodantin) (médicament de classe A), 100 mg PO bid pendant 7 jrs Autres grpes Hommes âgés atteints d hyperplasie bénigne de la prostate Demandez au client s il a noté un changement quelconque dans ses symptômes, si petit soit-il. Si les symptômes se sont aggravés, traitez comme une cystite (voir ci-desss); sinon, répétez l analyse d urine (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme). Clients cathétérisés Il faut consulter le médecin, qui prra juger que l affection n a pas besoin d être traitée. Une antibiothérapie ne ferait que favoriser la croissance de sches bactériennes résistantes. Clients âgés Aucune antibiothérapie ne s impose. Il suffira à ces clients de prendre quelques mesures d hygiène élémentaires, comme d augmenter leur apport en liquides, de bien s essuyer, de se laver régulièrement et d utiliser une chaise d aisance pr réduire le nombre de bactéries. Femmes non enceintes en bonne santé En l absence d antécédents de problèmes génito-urinaires et de symptômes, il s agit sans dte seulement d une contamination. Répétez les analyses d urine (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme). Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

12 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme 6 11 CYSTITE Infection d origine bactérienne de la vessie. E. coli (micro-organisme le plus fréquent, dans 80 à 90 % des cas) Il peut aussi s agir des bactéries suivantes : Klebsiella, Pseudomonas, Streptococcus du grpe B et Proteus mirabilis Facteurs de risque Sexe féminin Mauvaise hygiène périnéale Diabète sucré Manœuvre instrumentale tchant les voies urinaires (p. ex. sonde) Vessie neurogène (à cause d un AVC de la sclérose en plaques) Anomalie congénitale des voies génito-urinaires Calculs rénaux Tumeur Rétrécissement de l urètre Grossesse Augmentation de l activité sexuelle (chez la femme) Utilisation de spermicides, diaphragme Hypertrophie prostatique Immunosuppression (p. ex. infection à VIH) Dysurie Mictions fréquentes et peu abondantes Urgence mictionnelle Gêne dans la région sus-pubienne Chez la femme, notez la présence d éclements vaginaux, de règles et l utilisation d un diaphragme. Chez l homme, notez la présence d un éclement urétral de symptômes évocateurs d une hyperplasie bénigne de la prostate. RÉSULTATS DES ANALYSES DE LABORATOIRE Urine : trble, concentrée Bandelettes réactives : sang et protéines dans l urine, résultats positifs pr les nitrites Microscopie sédimentaire : globules blancs, globules rges et présence possible de bactéries DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Urétrite Vulvovaginite Calculs urinaires Tuberculose rénale MTS Hyperplasie bénigne de la prostate Diabète sucré Prostatite chronique COMPLICATIONS Infection ascendante (pyélonéphrite) Cystite chronique TESTS DIAGNOSTIQUES Prélevez un échantillon d urine pr analyse (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme) seulement si le client a une anomalie connue des voies génito-urinaires, si le diagnostic est incertain si la cliente est enceinte. Sinon, une antibiothérapie empirique suffit. Prélevez un échantillon d urine pr culture et antibiogramme en cas d absence de réponse au traitement empirique de récidive moins d un mois après le traitement. Procédez à un écvillonnage vaginal pr analyse (analyse crante et microscopie, culture et antibiogramme) au besoin. Procédez aux écvillonnages appropriés pr N. gonorrhoea et Chlamydia lorsque vs spçonnez une MTS. Vérifiez la glycémie si les symptômes évoquent un diabète sucré. Température parfois élevée Sensibilité sus-pubienne légère modérée Hypertrophie possible de la prostate

13 6 12 Appareil urinaire et appareil reproducteur de l homme Atténuer les symptômes Éliminer les bactéries de la vessie Interventions non pharmaceutiques Éducation du client Donnez au client des conseils sur l utilisation appropriée des médicaments (dose, fréquence, effets secondaires, nécessité de suivre le traitement au complet). Recommandez-lui de boire davantage (8 à 10 verres par jr). Enseignez au client les bonnes méthodes d hygiène périnéale (s essuyer de l avant vers l arrière) pr prévenir les récidives. Recommandez la triple miction (soit une miction avant la relation sexuelle, une autre immédiatement après, puis, après ingestion d un grand verre d eau, une nvelle miction dans l heure qui suit), si le client est une femme sexuellement active sffrant de cystites à répétition. Cette méthode permet d expulser ts les micro-organismes qui peuvent entrer dans l urètre pendant la relation sexuelle. Interventions pharmacologiques Chez les femmes, la cystite sans complications peut se traiter par une antibiothérapie de 3 7 jrs; chez les hommes, une antibiothérapie de 7 jrs s impose : sulfaméthoxazole/triméthoprime (Septra Bactrim DS) (médicament de classe A), 1 comprimé PO bid pendant 3 7 jrs Chez les hommes âgés atteints de cystite et chez les femmes sffrant d une cystite compliquée, (obstruction du col de la vessie, lésion de la moelle épinière, sonde urinaire à demeure), l antibiothérapie indiquée ci-dessus devra durer de 7 à 10 jrs. Choix de médicaments de deuxième intention : ciprofloxacine (Cipro) (médicament de classe B), 500 mg PO bid pendant 7 à 10 jrs norfloxacine (Noroxin) (médicament de classe B), 400 mg PO bid pendant 7 à 10 jrs Surveillance et suivi Si les symptômes ne se sont pas atténués dans les 72 heures s ils s aggravent en dépit du traitement, le client doit revenir à la clinique pr une réévaluation. Prévoyez un suivi à la fin du traitement et répétez les analyses d urine et les cultures pr confirmer la guérison de la cystite. Orientation vers d autres ressrces médicales Les clients sffrant de cystite chronique récurrente doivent être examinés par un médecin. Les hommes de 50 ans plus qui consultent pr la première fois pr une infection confirmée des voies urinaires (culture positive) doivent également être adressés à un médecin pr une évaluation plus pssée. nitrofurantoïne (Macrodantin) (médicament de classe A), 100 mg PO bid pendant 3 7 jrs amoxicilline (Amoxil) (médicament de classe A), mg PO tid pendant 7 jrs Chez la femme enceinte, la cystite commande une antibiothérapie de 7 jrs : amoxicilline (Amoxil) (médicament de classe A), 250 à 500 mg PO tid pendant 7 jrs nitrofurantoïne (Macrodantin) (médicament de classe A), 100 mg PO bid pendant 7 jrs La nitrofurantoïne est contre-indiquée près du terme de la grossesse durant le travail. Lorsque la cliente est allergique à la pénicilline près du terme de sa grossesse, contactez un médecin pr obtenir de l aide dans le choix d un antibiotique. Avril 2001 Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP Magali Plante Directrice des services et de l action sociale Société canadienne

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

L incontinence urinaire chez la personne âgée

L incontinence urinaire chez la personne âgée L incontinence urinaire chez la personne âgée Dre Michèle Morin Interniste gériatre Centre d excellence sur le vieillissement de Québec Définition Toute perte d urine involontaire, en quantité suffisante

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME

L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME EPU PEGASE L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME Mardi 14 septembre 2004 Expert : Dr François OLIVIER Formateur : Dr Marie-Claude LELEUX 2 PLAN ET INTRODUCTION 1) Plan et introduction 2) Pré-test page

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Maladies transmises sexuellement (MTS)

Maladies transmises sexuellement (MTS) Maladies transmises sexuellement (MTS) La sexualité est une dimension normale et saine de la vie De nos jours, de nombreuses infections se transmettent par les relations sexuelles. On les appelle infections

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme Incontinence urinaire de la femme Perte involontaire d urine quelles que soient les circonstances de survenue. (ICS 2002) Dr Antoine Wallois Clinique Pauchet Amiens Interrogatoire : essentiel +++ Facteurs

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Fibrose kystique Canada Sexualité, fertilité et fibrose kystique chez les adultes

Fibrose kystique Canada Sexualité, fertilité et fibrose kystique chez les adultes Fibrose kystique Canada Sexualité, fertilité et fibrose kystique chez les adultes La sexualité est un sujet délicat et souvent difficile à aborder avec des professionnels de la santé. L information qui

Plus en détail

La vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne La vaginose bactérienne L infection vaginale la plus courante Les infections vaginales Dans la population féminine adulte, c est le motif de consultation le plus fréquent. La plupart des femmes auront

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Incontinence urinaire

Incontinence urinaire Incontinence urinaire Osons en parler La solidarité, c est bon pour la santé Sommaire p.3 Introduction p.4 p.4 p.5 p.13 p.16 p.18 p.20 L incontinence, qu est-ce que c est? Comment fonctionne la vessie?

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste Incontinence urinaire en gériatrie DR Depireux urologue DR Noël l interniste Vieillissement Variabilité interindividuelle des effets du vieillissement. Aboutissement à un groupe hétérogh rogène du point

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

A.S.B.H. N d agrément : 94 MT 187

A.S.B.H. N d agrément : 94 MT 187 N d agrément : 94 MT 187 A.S.B.H. B.P. 92-3 bis avenue Ardouin - 94420 Le Plessis Trévise Tél. : 0800.21.21.05 (appel gratuit depuis un poste fixe) Fax : 01.45.93.07.32 - Email : spina-bifida@wanadoo.fr

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

Sexualité, fertilité et fibrose kystique : information pour adultes

Sexualité, fertilité et fibrose kystique : information pour adultes Sexualité, fertilité et fibrose kystique : information pour adultes Introduction La sexualité est un sujet délicat et souvent difficile à aborder avec des professionnels de la santé. Cette brochure a été

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

CHAPITRE 2 OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE (ORL)

CHAPITRE 2 OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE (ORL) CHAPITRE 2 OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE (ORL) Table des matières ÉVALUATION DES OREILLES, DU NEZ ET DE LA GORGE... 2 1 Anamnèse et examen de la tête... 2 1 Examen des oreilles, du nez et de la gorge... 2 2 AFFECTIONS

Plus en détail

Prostate Une petite glande de grande importance

Prostate Une petite glande de grande importance Prostate Une petite glande de grande importance Informations sur les maladies les plus fréquentes, à l intention des patients et des personnes intéressées Société Suisse d Urologie (SSU) Votre partenaire

Plus en détail

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi S O I N S D E L I N C O N T I N E N C E P O U R F E M M E S TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi 0120 REF UR208 V.10 JUN20/07 POUR OBTENIR DE L AIDE: 1-866-560-5690 WWW.URESTA.COM

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

CHAPITRE 9 DERMATOLOGIE

CHAPITRE 9 DERMATOLOGIE CHAPITRE 9 DERMATOLOGIE Table des matières EXAMEN DE LA PEAU... 9 1 Anamnèse et examen de la peau... 9 1 Examen physique... 9 2 AFFECTIONS COURANTES DE L ÉPIDERME... 9 3 Abcès (ss-cutané)... 9 3 Cellulite...

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence, problème de femme O n parle d incontinence dès que l on laisse involontairement passer quelques gouttes d urine. Cela peut arriver

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME Informations et traitement Pour vous, pour la vie Conscience du problème Beaucoup de femmes souffrent d incontinence urinaire sans en parler, même lors de leur visite en

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk)

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Spagulax M granulés Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Embolisation des artères utérines

Embolisation des artères utérines Embolisation des artères utérines Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF.

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF. PHOTODERMATOL OGIE Cher(e) ami(e), La Société Française de Dermatologie travaille conjointement avec divers groupes et sociétés thématiques pour mettre au point des fiches d information aux patients. Vous

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

et diaphragmes Points-clés pour les prestataires et les clientes sexuel, pour qu ils soient les plus efficaces possibles.

et diaphragmes Points-clés pour les prestataires et les clientes sexuel, pour qu ils soient les plus efficaces possibles. Spermicides chapitre 15 Spermicides et diaphragmes Points-clés pour les prestataires et les clientes y Les spermicides sont placés tout au fond du vagin peu avant les relations sexuelles. y Demandent une

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Institut WanXiang Historique de santé du patient

Institut WanXiang Historique de santé du patient Institut WanXiang Historique de santé du patient Merci de remplir ce questionnaire aussi complètement que possible et d indiquer les zones d incompréhension avec un point d'interrogation. En plus de toutes

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

UNE QUESTION DE SANTÉ POUR LES FEMMES : VIVRE AVEC L INCONTINENCE

UNE QUESTION DE SANTÉ POUR LES FEMMES : VIVRE AVEC L INCONTINENCE UNE QUESTION DE SANTÉ POUR LES FEMMES : VIVRE AVEC L INCONTINENCE Briser le silence et viser la continence Une question de santé pour les femmes Document présenté par Fraser Health Authority Marcia Carr,

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Pendant la grossesse, les muscles du ventre, appelés abdominaux, s étirent beaucoup et perdent souvent de la force. Il est important

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail