Impact de la technologie RFID sur la synchronisation du Supply Chain : Une étude exploratoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact de la technologie RFID sur la synchronisation du Supply Chain : Une étude exploratoire"

Transcription

1 Résumé L adoption et l usage de la technologie du RFID est en constante progression. Même si la technologie RFID n est pas mature, les industries ne cessent d y investir et de le mettre en application La raison principale de cette adoption résidait dans les potentialités de cette technologie à procurer un avantage concurrentiel soutenu. Son rôle principal étant de synchroniser la chaîne c'est-à-dire mettre à la disposition des gestionnaires le long de la chaîne une information qui assure visibilité, agilité et cohérence. À travers deux études de cas bien connues nous essayerons dans la présente étude exploratoire d identifier les facteurs organisationnels, managériaux, environnementaux et technologiques facilitant l adoption de la technologie RFID. Par la suite nous tenterons d appréhender l impact de la technologie RFID sur la performance de la chaîne d approvisionnement Mots clefs : RFID, adoption, performance de la chaîne d'approvisionnement, collaboration, partage d'information Abstract The adoption and usage of RFID technology is increasingly spreading. Although the technology is not mature, industries are investing in it and deploying it. The main reason for this adoption was the likelihood potentialities of this emerging technology to provide a sustainable competitive advantage. Its principal role is to synchronize the supply chain and provide accurate and relevant information that ensures visibility, agility and alignment. Through two well known case studies, we attempt in this exploratory study to identify organizational, managerial, environmental and technological factors that facilitates RFID adoption. Thereafter, we will try to apprehend the impact of this technology on the performance of the chain. Impact de la technologie RFID sur la synchronisation du Supply Chain : Une étude exploratoire Impact of RFID Technology on Supply Chain Synchronization: An exploratory study Mokhtar AMAMI Professeur Department of Business Administration Royal Military College of Canada Kingston, ON, Canada Sanaa AIT DAOUD Doctorante - CREGOR Université Montpellier II, France Key-words: RFID adoption, supply chain performance, collaboration, information sharing.

2 1. Introduction Les relations interentreprises le long d une chaîne d approvisionnement (Supply Chain ou SC) ont évolué ces trois dernières décennies créant une nouvelle manière de soutenir la concurrence. La dynamique concurrentielle a amené les entreprises de créer un nouveau climat le long de leur SC. Ce nouveau climat interentreprises est caractérisé par des relations de collaboration le long de la chaîne visant à assurer la visibilité, réduire les incertitudes et les coûts à travers le partage de l information assurant par là la synchronisation de la chaîne. De la technologie EDI propriétaire à la technologie Extranet, les entreprises ont été tout à travers ces trente dernières années en quête de mécanismes de coordination assurant la visibilité et l optimisation de la gestion de la demande. Parallèlement à cet effort, sans relâche, fournit par les entreprises de coordonner et synchroniser leurs chaînes, on a assisté durant la dernière décennie à la parution de quelques études explorant l impact de la synchronisation sur la performance de la chaîne (Narahari & al., 2000; Kim, 2007; Giard & Mendy, 2006 ; Choudhary & al., 2006). De ces études, un résultat paraît se dégager à savoir la synchronisation de la chaîne assure une performance supérieure. De nos jours, parmi les technologies émergentes du SC celle du RFID (Radio Frequency Identification) semble incorporer des potentialités réelles à synchroniser et donc à assurer une performance meilleure au niveau de la gestion des stocks et inventaire, partage d information et réduction de l effet coup de fouet (Fleisch & Tellkamp, 2005 ; Fosso, 2008 ; Lee et al. 2008). Selon une étude récente effectuée par Ngai & al. (2008), plus de 36% des recherches portant sur le RFID se focalisent sur les aspects plutôt techniques à savoir étiquette, lecteur, antenne En revanche, selon la même étude, 3% des recherches portent sur les applications de cette technologie en SC. Une revue de la littérature étendue mais non exhaustive nous a amené à faire la constatation suivante : la majorité des études semblent admettre l existence d une influence positive de l utilisation du RFID sur la performance de la SC. Cependant, très peu de travaux de recherches ont étudié les facteurs qui influencent l adoption du RFID et l impact de celui-ci sur la synchronisation de la chaîne d approvisionnement et par la suite sur sa performance. L objectif principal de ce papier de recherche exploratoire est double : dans un premier temps nous essayerons d identifier les facteurs organisationnels, managériaux, environnementaux et technologiques influençant l adoption du RFID. Ensuite, nous étudierons l impact de l utilisation de cette technologie sur l intégration et la synchronisation de la chaîne d approvisionnement et par la suite sur sa performance. De ce qui précède on peut formuler notre question de recherche de la manière suivante : Quels sont les facteurs qui influencent l adoption du RFID et quel est l impact de cette adoption sur la synchronisation du SC et par la suite sur sa performance. La suite de ce papier est structurée comme suit : A travers une revue de la littérature relativement brève nous étudierons les facteurs influençant l adoption du RFID, nous caractériserons et définissons la notion de synchronisation du SC et identifions quelques mesures de performance de la SC synchronisée. Nous poursuivrons notre étude en élaborant un modèle conceptuel et établissons quelques propositions qui feront l objet d une discussion à la lumière de deux études de cas de deux compagnies pionnières dans le domaine de l adoption de la technologie de l information et en particulier du RFID dans le SC. Nous clôturons notre article par une conclusion et quelques leçons implicites ainsi que les limites et les futures voies de la recherche. 2. Revue de la littérature Développée dans les années 40, la technologie a gagné en popularité ces dix dernières années. Les grandes compagnies, les gouvernements et les grandes universités mondiales unissent leurs efforts pour créer des normes et standards. La mise en application de cette technologie permet aux acteurs économiques de faire des économies substantielles. Ces économies proviennent d une meilleure visibilité le long de la chaîne d'approvisionnements ou supply chain management (SCM), d une amélioration des prévisions de demande, d une vérification et contrôle de l'inventaire plus précise, une réduction du vol et des pertes et un accroissement de la satisfaction des clients etc.(thiesse & Michahelles, 2006) Qu est ce que la technologie RFID? 1. La technologie RFID : La technologie d'identification de radiofréquence offre des avantages nettement supérieurs à la technologie de code à barres. C est un concept relativement simple mais qui a des portées opérationnelles et stratégiques énormes. L engouement envers cette technologie trouve sa justification dans ses potentialités en tant qu outil qui facilite la visibilité de la chaîne d approvisionnement, l optimisation de la chaîne de demande et d assurer un mécanisme de coordination intra et inter-organisationnel. Par exemple, si on met une puce avec une antenne (tag) sur un produit quelconque (par exemple : une chemise, un pneu, une casserole, une télévision etc.) et d un coup la gestion de l inventaire, la satisfaction du client et la gestion de la chaîne de demande devient beaucoup moins complexe. En outre en utilisant des couches intermédiaires et Internet les opportunités d innovation se multiplient et deviennent du domaine du réalisable. 2. La technologie RFID ramassée à ses éléments essentiels peut-être décrite ainsi : un lecteur RFID annonce des signaux de radiofréquence de son antenne. Quand un article avec une étiquette RFID est assez près du lecteur,

3 l'antenne de l'étiquette détecte le signal du lecteur. L'étiquette activée transmet alors les données stockées dans son circuit intégré à l'antenne du lecteur. Le lecteur décode ces données et les transmet à un système informatique. L'arrangement de numérotation utilisé pour les étiquettes de RFID dans les chaînes d'approvisionnements au détail s'appelle le code électronique du produit (EPC). L'EPC contient la même information trouvée dans un code à barres plus un numéro de série unique qui identifie un article individuel. La conception de l architecture du EPC consiste à séparer l information d un objet de l objet lui-même. Cette architecture est conçue de manière à localiser les informations de l objet. En assignant un numéro unique composé par exemple de 96 bits on peut attribuer un numéro unique à chaque objet. En créant quatre zones (1 zone pour l entête ou Header de 8 bits, 2 zones pour gérer le code producteur de 28 bits et du produit de 24 bits et une zone pour le numéro de série du produit de 36 bits) on peut créer une numérotation suffisante et d identifier tout élément de façon unique La chaîne d approvisionnement à travers la revue de la littérature Les entreprises recourent de plus en plus aux partenariats et aux alliances stratégiques qui sont organisés souvent sous forme de chaîne verticale. La gestion de cette chaîne nécessite la mobilisation des ressources et des compétences. En revanche, l insertion dans une chaîne d approvisionnement permet de réduire les coûts de transaction, diminuent les coûts de l intermédiation, et facilitent le transfert des compétences et de la technologie (Amami & Brimberg, 2004). En français le terme «gestion de la chaîne d approvisionnement - SCM» est souvent confondu avec celui de «la gestion logistique Logistic management». La gestion logistique a un aspect plutôt matériel (stockage, inventaire ) alors que le SCM est un concept plus global qui couvre surtout les aspects relationnels en amont avec les fournisseurs et en aval avec les clients (Varma & al., 2006). Malgré les nombreux travaux, il n y a pas encore une définition de la chaîne d approvisionnement (SCM) qui fait l unanimité. La diversité des industries, des environnements de chaque industrie et de la mise en application différent des technologies supply chain pourraient être la source du manque de consensus et de cette diversité. Ganeshan & Harrison (1995) définissent la SCM comme étant: «a network of facilities and distribution options that performs the functions of procurement of materials, transformation of these materials into intermediate and finished products, and the distribution of these finished products to customers. Supply chains exist in both service and manufacturing organizations, although the complexity of the chain may vary greatly from industry to industry and firm to firm». De ce fait, la SCM peut-être assimilée à un modèle séquentiel d activités organisé autour d un réseau d entreprises dont le but est de mettre un produit ou un service à la disposition du client dans des conditions optimales en termes de quantité, de date, de lieu Ce réseau vertical regroupe des organisations se trouvant à l amont et à l aval du processus productif. Elles partagent un objectif commun, celui de s engager dans un processus de création de valeur représenté par le produit ou le service livré au consommateur. Selon le modèle SCOR (Supply Chain Operation Reference), les quatre fonctions principales de la chaine d approvisionnement sont : la planification, l approvisionnement, la production et la livraison. Metz (1998) définit le Supply Chain Management (SCM) ou la gestion de la chaîne d approvisionnement comme «the systemic, strategic co-ordination of the traditional business functions within a particular company and across businesses within the supply chain, for the purposes of improving the long-term performance of the individual companies and the supply chain as a whole». Simchi Levi et al. (2000) l ont définit comme suit: «a set of approaches utilized to efficiently integrate suppliers, manufactures, warehouses, and stores, so that merchandise is produced and distributed at the right quantities to the right locations, and at the right time, in order to minimize system wide costs while satisfying service level requirements». À travers ces quelques définitions, on peut dire que la gestion de la chaîne d approvisionnement ou SCM est basée sur la coordination dans la prise de décision interorganisationnelles (Xue & al., 2005), au niveau du recrutement, de la production, de la livraison de produits et de services aux clients qui sont sur différents sites géographiques. Le SCM est concerné aussi à livrer les produits, à l endroit exact, la bonne quantité, au coût le plus bas et à un délai moins que celui des concurrents. (Choudhary & al., 2006) Pour Kim (2007), le SCM vise à renforcer la compétitivité par, d une part l'intégration des fonctions internes de l entreprise, c'est-à-dire automatiser, standardiser, centraliser les processus et d autre part mettre en relation les opérations extérieures des fournisseurs, des clients, et d'autres membres de la chaîne, tout en standardisant les processus en commun. Dans les deux sens l intégration du SC nécessite l introduction des technologies de l information (TI) dans un but de partage d information. Chan & al. (2003) indique deux obstacles majeurs dans l intégration de la chaîne d approvisionnement, il s agit en aval de la visibilité de la demande client et en amont de la collaboration pour la prise de décision. Du (2007) constate que les pratiques de gestion de la chaîne d approvisionnement sont généralement associées aux technologies d information. Il parait que l intégration des processus interne et/ou externe permet une meilleure

4 gestion de la SC, c est important mais pas suffisant pour accaparer une part de marché important et le conserver. C est pourquoi les entreprises doivent prendre le devant. Pour ce faire ils doivent disposer, en temps réel, d information nécessaire à la prise de décision et surtout à la synchronisation de la SCM La synchronisation de la chaîne d approvisionnement est un processus complexe car il exige une implication forte de la part des partenaires d une chaîne. Le système RFID fournit en temps réel une visibilité de la chaîne d'approvisionnement ceci permet de mieux contrôler la chaîne d'approvisionnement, d améliorer la gestion des processus à moindre coût, de transférer les informations concernant les transactions d une manière automatique aux systèmes d'information (Kim & al., 2008; Fosso & al., 2008; Lee & al., 2008; Ngai & al., 2008), ce qui améliore l efficacité des processus de planification et d exécution, réduit les stocks et par conséquent les coûts (Fosso & al., 2008). 3. Fondements théorique La diffusion d une technologie permet aux entreprises de réduire les coûts informationnels, réduire le lead time, construire des bonnes relations avec les fournisseurs, mémoriser les itérations de résolutions de problèmes (Amami & Brimberg, 2004). Cependant pour certains cas, l intégration des TI est coûteuse, difficile et lente. Les entreprises doivent évaluer ces nouvelles technologies afin de supporter et améliorer les ressources et les capacités, ainsi que construire des relations intra-organisationnelles fondées sur la collaboration (Naesens & al., 2007). Afin de pouvoir tracer notre cadre de la recherche, nous faisons appel au cadre théorique qui représente une base épistémologique de l étude expliquant les relations et les propositions présentées dans notre modèle. Nous avons pu identifier quelques théories qui sont : la théorie des ressources et des compétences ou Ressources Based View (RBV), la théorie de la confiance, de plus le BPR apparait comme base théorique quant à l implémentation de tout nouveau SI. La relation entre l implémentation du système RFID dans la SC et la synchronisation de la SC est une relation unidirectionnelle. C est-à-dire que l implémentation du système RFID dans la SC influence la synchronisation de cette dernière sans qu elle soit influencée L adoption du système RFID : vers la synchronisation de la chaîne d approvisionnement L implémentation du RFID nécessite un travail de réingénierie des processus d affaires (Business Process Reengineering - BPR). Le BPR consiste à la remise à plat des processus de production, à travers la suppression des opérations sans valeur ajoutée ou encore la création des processus qui peuvent ajouter de la valeur à l entreprise. Naesens & al., (2007) affirment qu il est nécessaire, pour mettre en place ce systèmes, de collaborer afin de définir une stratégie d ajustement mutuel des processus la chaîne. Il est reconnu que le BPR n est pas un processus facile à appliquer il en résulte une résistance voir le rejet de la part des collaborateurs : «Les organisations, au même titre que les individus, ne changent pas naturellement. Nous sommes ainsi faits qu à tout prendre, nous préférons souvent la stabilité. Le changement est associé à un effort.» 1. Le changement se heurte à la culture de l entreprise et à sa capacité à s adapter au changement de son environnement (Raufflet & al., 2005). En s engageant pour une gestion synchronisée de la SC, les acteurs collaborent en partageant leurs ressources et compétences. Une des raisons de cette collaboration est la confiance (Fenneteau, 2005 ; Ashleigh & Nandhakumar, 2007). La confiance est un concept ambiguë, difficile à étudier, ceci est dû à sa présence dans plusieurs disciplines (Thiesse, 2007 ; Cucchi, 2006). Dans la littérature la confiance est la croyance en la bonne foi d autrui. Fukuyama (1995) représente la confiance comme «les attentes qui se constituent, à l intérieur d une communauté régie par un comportement régulier, honnête et coopératif, fondé sur des normes habituellement partagées, de la part des autres membres de cette communauté.».p Les ressources facilitant l adoption du RFID L adoption d une technologie nécessite la prise en compte d un certains nombres de facteurs facilitateurs (Huyskens & Loebbecke, 2007). La théorie des ressources et des compétences (Ressources Based View) explique que l entreprise possède des ressources lui permettant d'accomplir l'avantage compétitif et par conséquent assurent sa performance (Barua, 2004 ; Amami & Brimberg, 2004 ; Liu & al., 2008). Ces ressources sont : Les ressources managériales Le manque de savoir-faire, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l entreprise, constitue un obstacle quant à l'adoption d une nouveau SI (Brown & Russell, 2007). Amami & Brimberg (2004) précisent que l existence des compétences managériales est un facteur facilitant la diffusion d une technologie. Il est aussi important que le top management ou le décideur ait une motivation assez forte pour adopter une TI du fait qu il est capable d influencer positivement l avis des chefs de département (Akintoye & al. 2000). 1 Éric DELAVALLÉE : Directeur à l'institue Entreprise et Personnel. Il enseigne également dans différentes institutions, entre autre à l'iae de Paris.

5 Les ressources organisationnelles Chaque organisation construit sa propre culture selon son histoire, ses valeurs, ses pratiques quotidiennes et sa manière à résoudre les problèmes. (Raufflet & al., 2005). Collaborer de façon rapprochée avec un autre acteur peut être perçu par les collaborateurs comme une menace pour la continuité et l intégrité de la culture de leur propre organisation, il est donc important de prendre en considération la dimension culturelle avant d entamer tout changement ou greffe d un nouveau système dans les organisations afin de vérifier l habilité des parties à collaborer. Dans ce contexte de collaboration la confiance joue un rôle important, elle est accordée aux partenaires selon leur bienveillance, susceptibilité indulgence et transparence. (Fenneteau, 2005). Ashleigh & Nandhakumar (2007) et Thiesse (2007) répartissent la confiance selon trois dimensions (1) la confiance dans les groupes de travail, c'est-à-dire entre les individus, (2) confiance avec les groupes de travail, ces deux dimensions sont en général groupées sous le nom de la confiance organisationnelle (Akintoye & al., 2000) et (3) la confiance en la technologie. Les ressources environnementales L environnement économique joue un rôle important quant à l adoption ou pas d une technologie. Brown & Russell (2007) affirment que le paysage économique manque de pression et de compétitivité en RFID, cela peut expliquer la réticence du top management par rapport au RFID. La formalisation facilite l application des systèmes informatiques. De ce fait les parties prenantes doivent collaborer afin d identifier les processus communs de travail, et d ajuster leurs processus afin d avoir un processus de production standard et formalisé. Wu & al. (2006) rajoutent que la standardisation assure la diffusion du RFID. La standardisation permet l interopérabilité des éléments de base de cette technologie entre les différentes parties prenantes et par conséquent le coût des systèmes RFID en matière de coordination diminue. Les ressources technologiques Une infrastructure technologique et des compétences techniques sont des facteurs qui facilitent l adoption d une TI. (Wu & al., 2006 ; Amami & Brimberg, 2004). Plus spécifiquement, au niveau des investissements en IT, l entreprise considère comme ressources (1) les capitaux humains qui sont le personnel IT capable de fournir des solutions rapides qui répondent à des besoins d'affaires (2) les capitaux (asset) technologiques, sont l infrastructure technologique utilisée pour répondre aux besoins des entreprises (Liu & al., 2008). Selon Brown & Russell (2007), la technologie RFID est immature, et beaucoup d entreprises hésitent de son intégration dans la chaîne d approvisionnement, dans le cas général, la technologie n est pas compatible avec l infrastructure technologique des entreprises. La complexité du projet ne dépend pas de l implémentation de la technologie en même mais des conséquences de cette implémentation comme changement des processus d affaires La synchronisation de la chaîne d approvisionnement Est la variable dépendante du modèle, puisque dans notre cas, le RFID permet cette synchronisation. Une SC synchronisée est une chaîne où les parties prenantes partagent des informations en mode synchrone. La synchronisation de la SC influence sa performance (Choudhary & al., 2006 ; Giard & Mendy, 2007 ; Roy & al., 2006). Dans cette étude nous conceptualisons la synchronisation par la performance organisationnelle et économique. La performance organisationnelle Nous considérons le RFID comme outils de synchronisation, ce système a comme objectif principal de transmettre des informations en temps réel. Nous allons nous limiter à cet aspect (transmission d information) et essayer de mesurer la performance organisationnelle à travers le niveau de partage d information, et la qualité d information. Fleisch & Tellkamp (2005) affirment que le partage d information au niveau de la demande mène à une réduction de l effet coup de fouet. L intégration de l information est un des moyens de synchroniser le flux des matières avec le flux d informations, et d éviter les inefficacités liées à un manque de coordination ou encore à des écarts importants entre l offre et la demande. Halley & al. (2006). La performance économique Garantir un avantage concurrentiel permet la performance économique de la chaîne, ainsi nous allons mesurer cette performance par rapport au délai de réponse aux demandes (Lead Time), et le niveau de satisfaction client (Veeramani & al., 2008). Le délais peut être identifié comme la période entre le lancement de la commande d un service ou d un produit et sa livraison. (Bhagwat & Sharma, 2007). La satisfaction se définit comme le contentement, le plaisir exprimé par rapport à un produit ou un service donné. (Babin & Griffin, 1998). La satisfaction client est mesurée par rapport à la qualité de sa réponse d un produit ou d un service aux besoins de ce dernier Élaboration du modèle conceptuel Le cadre théorique traite les deux facettes de l implémentation du RFID - Identifie les facteurs managériaux, organisationnels, technologiques et environnementaux à prendre en considération avant l implémentation de cette technologie - Définit l impact du RFID sur la synchronisation de la chaîne et par conséquent sur sa performance organisa-

6 tionnelle et économique de la SC, ainsi que la définition des variables qui peuvent influencer cette relation. Facteurs Organisationnels : - Culture - Confiance P1 Facteurs Managériaux : - Motivation du top management - Compétences managériales Facteurs Environnementaux : - Compétitivité - Standardisation P2 P3 Adoption du RFID dans la SC P5 Performance organisationnelle - Niveau de partage d information - Qualité d information Performance économique - Lead Time - Satisfaction client Facteurs Technologiques : - Infrastructure technologique - Compétence technique P4 Figure 1 : Cadre conceptuel de la recherche 4. Méthodologie de la recherche La méthodologie peut être appréhendée en considérant trois aspects cohérents à savoir : un mode de pensée, une théorie ; un mode de recueil de l information et une loi de correspondance (Wacheux, 1996). Selon Alavi & Carlson (1992), il n existe pas une méthodologie de recherche en tant que tel en management des systèmes d information. Bien qu elle commence à dater, leurs étude est encore, pensons-nous, assez pertinente. Elle a porté sur 908 articles publiés dans les huit revues académiques les plus connus. Les résultats ont montré que près de 50% des articles sont plutôt empiriques, 16 à 39% sont plutôt recherche action, 21% sont étude de cas Notre terrain d investigation s est avéré assez ardu. Dès le début de la recherche, le terrain d investigation a posé d énormes problèmes vu que l introduction de la technologie du RFID est assez récente d une part et elle est mise en application par des organisations qui ont des ressources considérables (e.g., Wal-Mart, Metro Group, Département de la Défense nationale US, etc.) et auxquelles nous n avons pas d accès d autre part. En outre le nombre de chaînes synchronisées via RFID est très limité (Lee, 2004). Pour contourner ces difficultés nous avons utilisé deux études de cas dans le domaine de la distribution : Wal-Mart (USA) et Metro Goup (Europe). Ces deux cas sont bien documentés sur le web et couvrent les deux grands marchés le plus important du monde. Nous avons opté pour une combinaison qui associe la méthode documentaire (enquête) et méthode de l étude de cas pour plusieurs raisons. En effet, celles-ci permettent de comprendre en profondeur la problématique et les perceptions des parties prenantes de la chaîne d approvisionnement (fournisseurs en amont, clients en aval et les utilisateurs surtout au niveau amont) dans un cadre de recherche exploratoire. Selon Yin (2002), notre choix de méthode semble appropriée : «une enquête qui investigue un phénomène contemporain dans son contexte réel, spécialement quand les frontières et le contexte ne sont pas clairement définis.». Encore selon Yin (1994), l analyse documentaire s intéresse aux questions de type «qui?, quoi?, où?, combien?» tandis que l étude de cas est davantage axée sur une analyse en profondeur du «comment?» et du «pourquoi?». Dans cette étude nous nous sommes intéressés essentiellement aux deux chaînes de distribution Wal-Mart et Metro Group pour deux raisons principales : 1) la disponibilité d information et une documentation fiable, et 2) ces deux entreprises sont considérées comme les leaders dans la mise en place du RFID pour la gestion de leurs chaînes d approvisionnement. Cette recherche a comme principale unité d'analyse la relation entre l adoption de la technologie RFID et la synchronisation de la SC. Une seconde unité d analyse concerne les facteurs qui facilitent l adoption de cette technologie. Les sources d information et documentaires sont tirées de 17 études de cas et 10 entretiens. Elles proviennent des sites web de Metro Group, Intel, IBM (Voir annexe). 5. Résultats 5.1. L adoption du RFID : Facteurs facilitateurs D après les deux études de cas, nous pouvons identifier des facteurs qui induisent l adoption du RFID, notre cadre conceptuel énumère quatre types de facteurs à savoir, les facteurs managériaux organisationnels, environnementaux et technologiques. Nous n avons pas pu vérifier la validité de toutes les variables, ceci est dû au manque de ressources et à la difficulté d accès aux informations. En ce qui concerne les facteurs managériaux, la motivation du top management constitue un facteur important. Pour le cas des deux chaînes de distribution, adopter le RFID est une décision qui s inspire d une conviction de l utilité de ce système et sa capacité à rendre la SC plus performante. Cet état se calque sur les cas des fournis-

7 seurs de chacun des deux distributeurs. L investissement en RFID n est possible que si les top managers saisissent l importance de cette technologie. Nous pouvons confirmer que la motivation du top management est une variable qui a un impact sur l adoption du RFID. Il est à signaler que parmi les 17 études de cas (voir annexe) aucune n a évoqué l importance ou pas des compétences managériales. Nous avons remarqué l insuffisance d information concernant la culture de l entreprise et sa relation avec l adoption du RFID. Comme nous avons signalé au niveau de la revue de la littérature les relations de confiance au sein de la SC facilitent la rapidité d exécution et la flexibilité nécessaires aux évolutions technologiques et commerciales. La confiance organisationnelle n est pas abordée dans les études de cas d une manière explicite, en fait aucun des interviewés n a évoqué ce terme. L implémentation du RFID nécessite une collaboration de toutes les parties prenantes. La collaboration se manifeste dans différentes étapes, avant la mise en place du système, Wal-Mart et Metro Groupe (chacun à sa façon) ont procédé à communiquer avec leurs fournisseurs, afin de les aider à découvrir la technologie et remédier à la résistance qu exprime les fournisseurs envers le RFID. Les distributeurs ont suivi une démarche d intégration sur plusieurs étapes. La première étape se manifeste à travers les séminaires, les réunions avec les fournisseurs pour connaître la technologie, la deuxième étape consiste à présenter les gains que procure ce système en se référant aux entreprises qui l ont déjà implémenté. Les fournisseurs sont conscients de l importance de cette technologie, et ont plus confiance en RFID, après cette étape les deux parties sont appelées à travailler ensemble afin d identifier les processus d affaires, un ajustement s impose pour pouvoir normaliser l échange d information et augmenter sa qualité. Concernant les facteurs environnementaux, la standardisation encourage les entreprises à implémenter la technologie. Une technologie standard représente moins de risque d incompatibilité, les utilisateurs sont plus sûrs que leur système communiquera avec son homologue à moindre coût. A travers les entretiens effectués dans les deux cas, les interviewés annoncent l importance de la compétitivité pour la motivation à l adoption du RFID. Les études de cas ont consacré une attention particulière aux facteurs technologiques, la disposition de compétences technologiques appui l adoption et la mise en place du RFID. De même la disposition d une infrastructure technologique facilite cette adoption, et accélère la mise en place d un tel système, car cela évite des coûts et dépenses supplémentaires L impact du RFID sur la performance de la chaîne d approvisionnement L objectif principal de ce travail étant de définir et d étudier l impact de l utilisation de la technologie RFID sur l intégration et la synchronisation de la chaîne d approvisionnement et par la suite sur sa performance. Le RFID assure la synchronisation de la chaîne d approvisionnement, vu que la chaîne est visible en temps réel, les produits sont repérables, le calcul de l inventaire est disponible à tout moment. Le fournisseur est au courant de l état du stock du distributeur, et le distributeur est au courant de l état d avancement de l acheminement de la commande. Les parties prenantes disposent des informations pertinentes sous contrainte de la bonne utilisation de la technologie. Les études montres qu une étiquette mal posé sur la palette engendre une dispersion du signal et donc une perte d information, si les collaborateurs maitrisent bien l outil, l entreprise assure une performance économique, qui se traduit par la réduction du lead time, en effet les managers se basent sur ces données capturées à partir du réseau RFID pour établir des prévisions plus sûres, les fournisseurs répondent plus vite à la demande du marché. Ainsi les chaînes de distribution assurent la disponibilité des produits ce qui augmente la satisfaction des clients Vérification des propositions D après les résultats de cette recherche nous avons pu vérifier la véracité de quelques propositions. Le tableau suivant récapitule les résultats de la recherche

8 Les propositions Wal-Mart Metro P1.1 La culture de l entreprise agit sur l adoption du RFID PI PI P1 P2 P3 P4 P5 P1.2 La confiance organisationnelle agit sur l adoption du RFID NV NV P1.3 La confiance en IT agit sur l adoption du RFID V PI P2.1 La motivation du top management facilite l adoption du RFID V V P2.2 Les compétences managériales facilitent l adoption du RFID PI PI P3.1 La standardisation facilite l adoption du RFID V V P3.2 La compétitivité facilite l adoption du RFID V PI P4.1 Les compétences techniques facilitent l adoption du RFID V V P4.2 L infrastructure technologique facilite l adoption du RFID V V P5.1 Le RFID permet d augmenter le niveau de partage d information V V P5.2 Le RFID permet d obtenir une information de qualité PV PV P5.3 Le RFID permet d augmenter la satisfaction client V V P5.4 Le RFID permet de réduire le lead time V PV Tableau 1 : Vérification des propositions de la recherche V : proposition validée. NV : non validée. PV : Partiellement validée PI (pas d information) : les études de cas n ont pas traité ce point 6. Conclusion et leçons La technologie RFID a suscité beaucoup d'intérêts surtout des compagnies telles que le Wal-Mart et le Metro Group, des grands groupes de conseils ainsi que des gouvernements. Ses avantages réels ne vont probablement pas être réalisés jusqu'à ce qu'il soit mis en application au niveau de l unité ( unit level ). L étude que nous avons menée, basée sur deux études de cas bien documentées, montre que la mise en place de la technologie RFID pour fin de synchronisation de la SC constitue un véritable challenge. La mise en place de cette technologie requiert une réingénierie des processus surtout, dans une première phase, ceux du réapprovisionnement du stock, et du contrôle des sorties et des entrées de produits Malgré la non maturité de la technologie RFID, les deux compagnies de distribution ont, tiré profit- certes de manière non similaire- de la mobilisation et de l application de la technologie du RFID pour améliorer le «backoffice» et la satisfaction de leur clients. En aval de la chaîne, il semble que les avantages sont réels. En amont par contre, la mise en place du RFID est un processus un peu plus complexe car les fournisseurs ne sont pas confiants. La méfiance a comme source deux raisons : 1) la technologie RFID est nouvelle pour la majorité d entre eux ; et 2) les avantages perçus de cette technologie (du moins à court et moyen terme) sont nettement inférieurs aux efforts et ressources matérielles et surtout humaines qu ils doivent mobiliser. Les partenaires en amont semblent réticents à l idée d adopter le RFID. D où l importance de la confiance interorganisationnelle. Cette confiance semble être basée sur un calcul et des intérêts plutôt à court-terme. Les deux études de cas montrent que l obstacle technologique est réel. En effet, les insuffisances des compétences techniques en amont (fournisseurs : usage adéquat des étiquettes) doivent être anticipées pour faciliter l introduction du RFID. L étude de Metro group montre qu au niveau de palette ( pallet level ), les économies ne sont pas grandes. Au niveau de la boite ( case level ), les gains peuvent être réalisés avec la technologie existante de code à barres. Tandis que les fournisseurs encourront la plupart des coûts de l étiquetage de la boite, les avantages tirés par les fournisseurs vont être beaucoup plus petits que ceux des détaillants. Pour cela, le défi d amener les fournisseurs à adopter la technologie RFID sera assez grand à moins que les grandes compagnies telles que Metro Group ou Wal-Mart soient disposées à supporter une partie raisonnable de l adoption et de l implémentation. Les grandes compagnies de distribution semblent engagées à adopter la technologie RFID même si les avantages tirés vont probablement demeurer minimes. La question cruciale est de savoir quelle sera la stratégie des compagnies dotées de moins de ressources et surtout des PME vis-à-vis de la mobilisation de cette technologie. Est-ce la stratégie du second mover advantage est praticable? Il est peut-être plus prudent et sage pour toutes les firmes grandes et petites de se doter de compétences dans ce domaine technologique crucial, repérer les occasions d investissements dans cette technologie et attendre que la technologie devienne moins couteuse et surtout plus rentable. La technologie RFID va-t-elle réellement révolutionner la gestion de SC et permettre aux entreprises d améliorer la performance et éventuellement procurer un avantage concurrentiel? L étude exploratoire que nous avons menée nous ne permet pas d apporter une réponse tranchée à cette question. Cependant, l identification unique des

9 objets par la technologie RFID offre des opportunités nouvelles au niveau opérationnel et au niveau stratégique. En assurant une visibilité le long de la chaîne, une gestion optimale de la demande et une intégration des processus intra et inter-organisationnelles, l impact de la technologie RFID sera ressentie dans tous les domaines dans les années à venir. Limites de la recherche - Le présent travail présente quelques limites dues principalement à la nouveauté du RFID dans la gestion des chaînes d approvisionnement et aux difficultés de trouver des études de cas. Nous avons été forcés de collecter les informations sur des sites web, sur les sites des distributeurs, des partenaires technologiques et de quelques revues spécialisées. Nous pensons que ces informations sont fiables. À cause de l environnement de notre étude nous n avons pas pu étudier ou étudier en profondeur quelques variables présentées dans le modèle, en l occurrence «la compétence managériale», «la confiance inter organisationnelle» et «la culture de l entreprise». Nous avons limité l étude de l impact sur la performance du pivot (ici le distributeur) Voies futures de la recherche Nous proposons ici les voies de recherche en relations avec les limites présentées dans la partie précédente : - Poursuivre cette recherche en se focalisant d avantage sur les variables qui n ont pas fait l objet d une étude approfondie ou n ont pas été étudiées (la confiance, la compétence managériale, la culture organisationnelle). - Elargir l étude de l impact du RFID sur la performance pour d autres partenaires le long de la chaîne. - Prendre en considération d autres mesures de performance. Références Akoka J. et Wattiau I. (1999), «Data Warehouses et Systèmes Multidimensionnels Comparaison des méthodes de modélisation», Actes du 4 e colloque de l AIM, Cergy, mai, pp Akintoye A. et al. (2000), «A survey of supply chain collaboration and management in the UK construction industry», European Journal of Purchasing & Supply Management, vol. 6, n 3, pp Alavi, M. and Carlson, P. (1992), «A review of MIS research and disciplinary development», Journal of Management Information Systems, vol. 8, n 4, pp Amami M. et Brimberg J. (2004). «Technology Diffusion: The role of Web Systems, Environment and Organizational Factors», 9 ème Colloque de l Association of Information and Management, Paris-Evry, 26 mai. Ashleigh M.J. et Nandhakumar J. (2007), «Trust and technologies: Implications for organizational work practices». Decision Support Systems, vol. 43, n 2, pp Babin B.J., Griffin M. (1998), «The nature of satisfaction : an updated examination and analysis», Journal of Business Research, vol. 41, pp Barua A. et al. (2004), «An empirical investigation of Net-enabled business value», MIS Quarterly. vol. 28, n 4, pp Bhagwata R. et Sharmab M.K. (2007), «Performance measurement of supply chain management: A balanced scorecard approach», Computers & Industrial Engineering, vol. 53, n 1, pp Brown I. et Russell J. (2007), «Radio frequency identification technology: An exploratory study on adoption in the South African retail sector», International Journal of Information Management, vol. 27, n 4, pp Chan Felix T.S. et al. (2003), «A conceptual model of performance measurement for supply chains», Management Decision, vol.41, n 7, pp Choudhary A.K. et al. (2006), «A statistical tolerancing approach for design of synchronized supply chains», Robotics and Computer-Integrated Manufacturing, vol. 22, pp Cucchi A. (2006), «Capacités relationnelles et communautés de pratiques : le cas des communautés cognitives». Xvème Conférence Internationale de Management Stratégique, Annecy. Genève Juin. Du L. (2007), «Acquiring competitive advantage in industry through supply chain integration: a case study of Yue Yuen Industrial Holdings Ltd», Journal of Enterprise Information Management, vol. 20, n 5, pp Fenneteau, H (1998), «Confiance, réputation et coopération», pp Chapitre du livre Gestion et théorie des jeux. Vuibert.267 p. Fleisch E. et Tellkamp C. (2005), «Inventory inaccuracy and supply chain performance: A simulation study of a retail supply chain», International Journal of Production Economics, vol. 95, n 3, pp Fosso Wamba S. et al. (2008), «Exploring the impact of RFID technology and the EPC network on mobile B2B ecommerce: A case study in the retail industry». International Journal of Production Economics, vol. 112, n 2, pp Fukuyama F. (1995). Trust : the social virtues and the creation of prosperity, Free Press Pbk. Ed edition, 480 p. Ganeshan, R., and Harrison, T. (1995). «An Introduction to Supply Chain Management», Pennsylvania State University Publication, mai.

10 Giard V. et Mendy G. (2006), «Amélioration de la synchronisation de la production sur une chaîne logistique», Revue Française de Génie Industriel, vol. 25, n 1, pp Giard V. et Mendy G. (2007), «De l'approvisionnement synchrone à la production synchrone dans la chaîne logistique», Revue Française de Gestion, vol. 33, n 171, pp Halley A. et Beaulieu M. et Roy J. (2006), «Quel niveau de connectivité pour votre chaîne logistique? Du temps réel aux besoins factuels», Gestion, vol. 31, n 3, pp Huyskens C. et Loebbecke C. (2007), RFID Adoption: Theoretical Concepts and their Practical Application in Fashion, pp Chapitre du livre Organizational Dynamics of Technology-Based Innovation: Diversifying the Research Agenda, McMaster, T., Wastell, D., Ferneley, E., DeGross, J. (eds.), Springer, Boston, 534 p. Kim S.W. (2007), «Organizational structures and the performance of supply chain management», Int. J. Production Economics, vol. 106, n 2, pp Kim S.W. (2008), «Effects of supply chain management practices, integration and competition capability on performance», Supply Chain Management: An International Journal, vol. 11, n 3, pp Kim, J. et al. (2008), «Value analysis of location-enabled radio-frequency identification information on delivery chain performance», International Journal of Production Economics, vol. 112, n 1, pp Lee H.L. (2004), «The triple-a supply chain», Harvard business review, vol. 82, p Lee L.S. & al. (2008), «Radio frequency identification (RFID) implementation in the service sector: A customer-facing diffusion model», International Journal of Production Economics, vol. 112, n, 2, pp Liu Y. et Lu H. et Hu J. (2008), «IT Capability as Moderator Between IT Investment and Firm Performance», Tsinghua Science and Technology, vol. 13, n 3, pp Metz, P.J. (1998), «Demystifying supply chain management", Supply Chain Management Review, Vol. 1 No.4, pp Naesens K. et al. (2007), «A swift response framework for measuring the strategic fit forresource pooling: a case study», Management Decision, vol. 45, n 3, pp Narahari Y. et Viswanadham N. et Bhattacharya R. (2000), «Design of Synchronized Supply Chains: A Six Sigma Tolerancing Approach». International Conference on Robotics and Automation. San Francisco,California. vol. 2, pp Ngai E.W.T. et al. (2008), «RFID research: An academic literature review ( ) and future research directions» International Journal of Production Economics, vol. 112, n 2, pp Raufflet E. et Levine B. et Perras C. (2005), «La collaboration comme changement organisationnel: le cas d'uniterra». Gestion - Revue Internationale de Gestion, vol. 30, n 1o, Printemps, pp Roy J. et Landry S. et Beaulieu M. (2006), «Collaborer dans la chaîne logistique : où en sommes-nous?», Gestion, vol. 31, n 3, pp Simchi Levi D. et Kaminsky P et Simchi Levi E. (2000). Designing and Managing the Supply Chain: Concepts, Strategies, and Case Studies, McGraw Hill Higher Education, p 321 Thiesse F. (2007), «RFID, privacy and the perception of risk: A strategic framework», Journal of Strategic Information Systems, vol. 16, n 2, pp Thiesse, F., et Michahelles, F. (2006), «An overview of EPC technology», Sensor Review, vol. 26, n 2, pp Varma S. et Wadhwa S. et Deshmukh S.G. (2006), «Implementing supply chain management in a firm: issues and remedies», Asia Pacific Journal of Marketing and Logistics, vol. 18, n 3, pp Veeramani D. et Tang J. et Gutierrez A. (2008), «A Framework for Assessing the Value of RFID Implementation by Tier-One Suppliers to Major Retailers», Journal of Theoretical and Applied Electronic Commerce Research, vol 3, n 1, pp Wacheux, F. (1996). Méthodes qualitatives et recherche en gestion. Paris : Économica. 290 p. Wu J.J. et Chang Y.S. (2006), «Effect of transaction trust on e-commerce relationships between travel agencies», Tourism Management, vol. 27, pp Xue X. & al. (2005), «An agent-based framework for supply chain coordination in construction», Automation in Construction, vol. 14, n 3, pp Yin, R. (1994), Case study research: Design and methods, 2nd ed. Beverly Hills, CA: Sage Publishing, 192 p. Yin, R. (2002), Case Study Research, Design and Methods, 3rd ed. Newbury Park, Sage Publications, 200 p.

11 Annexe : Intitulé de l étude L objectif de l étude/résultat de l étude Source METRO Group's Future Store takes German public by storm - thanks to Wireless technology IBM Teams With METRO Group to Improve Customer Service and Efficiency With RFID. Janvier Par : Nancy Kaplan, IBM Media Relations Le magasin de demain : un succès auprès des clients. Octobre Par IBM Global Services - Constance Bordes Metro Group : Une stratégie concurrentielle fondée sur des objectifs précis. Sidebar: Metro CIO Says Retailer Faces 'Very Normal' Challenges on RFID. 24 Janvier 2005 METRO Group invites partners to 8th RFID Experience Exchange - L étude de l impact de l utilisation la technologie RFID dans le magasin «futur store» sur la satisfaction des clients (par rapport l expérience du shopping, le temps passé au magasin et à la caisse) - L identification des étapes de l implémentation du RFID - L apport du RFID pour la gestion du stock - L importance de travailler avec un collaborateur spécialisé en IT - Enquête sur la satisfaction client par rapport à l utilisation du RFID «Magasin du futur» - Les bénéfices de l utilisation du RFID dans le «futur store» par rapport à la visibilité des produits - Les soucis techniques du RFID - La collaboration avec Intel pour installer cette technologie - Niveau de participations des parties prenantes - Les avantages tirés du RFID - La réticence des fournisseurs quant au RFID Metro Group invite ses collaborateurs à employer cette technologie en donnant l exemple des autres entreprises qui ont déjà bénéficié des avantages du RFID Tableau 2 : Source d information cas du Metro Group www- 07.ibm.com/innovation/in/su ccess/metro.html www- 03.ibm.com/press/us/en/press release/23274.wss www- 935.ibm.com/services/fr/inde x.wss/summary/igs/a ?cntxt=a nterprise/emea/fra/ htm ion/article.do?command=vie warticlebasic&articleid=99169&intsrc= article_pots_side html Intitulé de l étude L objectif de l étude/résultat de l étude Source Wal-Mart : où les puces RFID facilitent la gestion des stocks. 28 Octobre 2005 Par : Atelier groupe BNP Paribas - L impact de l utilisation du RFID sur la rupture de stock id=30725&catid=31 Wal-Mart : les tests RFID grandeur nature ont commencé 06 Mai 2004 RFID progress at Wal-Mart 01 octobre 2005 Study Sees RFID Savings For Wal-Mart 19 Octobre Par Susan Kuchinskas RFID Case Study: HP and Wal-Mart, 01 Septembre 2004 Par : Bill McBeath Wal-Mart Pet Food Supplier Case Study Completed by RFID Veeramani & al. (2008) An Insider's Experience With Wal-Mart's RFID Mandate. 7 Septembre Par: Mary Hayes Weier - L étude montre que le coût du RFID reste élevé /solutions/0405/040506_rfid_ wal-mart.shtml - Les étapes d intégration du RFID - Une étude faite sur 29 semaines montre que le RFID a un impact positif sur la réduction des coûts de stock L emploi du RFID - augmente les ventes - réduit le stock ducts/en/articles/ as p /infra/article.php/ Le RFID réduit le lead time d=d407d6c d99-1ca0-17a92f6b888b Le RFID améliore : - Le lead time - La visibilité de la chaîne Le RFID permet la réduction de l effet coup de fouet Le RFID améliore la visibilité de la chaîne Les parties prenantes sont réticentes La nécessité d avoir des partenaires technologique qui maitrisent le système RFID Le RFID génère un changement des process de production es/mi_m0ein/is_2006_june_ 26/ai_n com/news/management/comp liance/showarticle.jhtml?arti cleid=

12 Talking RFID with Wal- Mart's CIO - Linda Dillman 04 Février Par Olga Kharif. SATO participe à l'obligation de conformité RFID des fournisseurs de Sam's Club (Wal-Mart). 26 Février 2008 Source du communiqué : SATO Wal-Mart to Add Sensors. Mars Par Laurie Sullivan Entretien avec Mme Dillman - L apport du RFID - Comprendre et résoudre la réticence des parties prenantes - La collaboration et la confiance en la technologie sont des facteurs importants pour accepter le RFID. - La standardisation est obligatoire pour assurer la diffusion du RFID - Le RFID permet l identification des produits le long de la chaîne - Le RFID aide à maintenir la qualité de la nourriture nology/content/feb2004/tc _3168_tc165.htm ains.com/sato-participe-a-l- obligation-de-conformite- RFID-des-fournisseurs-de- Sam-s-Club-Wal-Mart- _a1334.html com/news/mobility/rfid/sho waricle.jhtml?articleid= Wal-Mart's RFID Manager Bullish About Progress of Initiative. Janvier Par Christopher R. Yeich Entretien avec Simon Langford L implémentation du RFID permet : - Augmenter la satisfaction client - Une meilleure gestion du stock La confiance en la technologie a un impact sur l adoption du RFID Tableau 3 : Source d information cas du Wal-Mart com/issues/ /feature/b ullish.php Interviewé Fonction Entreprise Phil Williams IT director, IM Group Ltd. Zygmunt Mierdorf Metro CIO Gerd Wolfram Managing Director, MGI METRO Group Information Metro Group Technology Alain Benichou IBM Distribution Sector Vice President for Europe, Middle East, Africa IBM Linda Dillman Executive vice president and CIO Simon Langford Manager of Wal-Mart Stores Inc.'s Wal-Mart Carolyn Walton vice president of IT Kaz Matsuyama Directeur Général de SATO International SATO Jeff Woods Analyste specializes in supply chain issues. and RFID Gartner Wtulich CTO & VP en IS Pacific Coast Producers Tableau 4 : Le statut des interviewés

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

Qu est-ce qu une solution d affaires intégrée (ERP)? Automne 2004 Séance 1 Pierre-Majorique Léger (pierre-majorique.leger@hec.ca) 3-715-00 Automne 2004 Séance 1, page 1 1- Qu est-ce qu une solution d affaires

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Votre partenaire idéal

Votre partenaire idéal Technologie Partenaire Votre partenaire idéal Avnet Supply Chain Solutions Nos partenaires 2 Avnet Supply Chain Solutions Votre partenaire idéal Confiez votre logistique à un spécialiste Dans l environnement

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Notice biographique Repères biographiques communs. Nom : BOTTA Prénom : VALERIE Section : 61

Notice biographique Repères biographiques communs. Nom : BOTTA Prénom : VALERIE Section : 61 Notice biographique Repères biographiques communs Nom : BOTTA Prénom : VALERIE Section : 61 Corps : Professeur Grade : 1ere classe Equipe de recherche DISP, EA 4570 Ecole doctorale InfoMaths, EA 512 Directeur

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises PME, réseautage et optimisation de la chaîne logistique Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages?

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain Millet To cite this version: Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

22 ème congrès Fapics

22 ème congrès Fapics 22 ème congrès Fapics Invités par et avec la contribution de : Grâce à nos partenaires : Instituts de formation 22 ème congrès Fapics Cabinets de conseil : Grâce à nos sponsors : 22 ème congrès Fapics

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Journées Innovation Recherche BSPPP Matthieu LAURAS (EMAC), Cdt Florent COURREGES (SDIS81) matthieu.lauras@mines-albi.fr, florent.courreges@sdis81.fr

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation.

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Présentation Isabelle Pascot, MBA Vice-présidente Capital intellectuel Sinapse

Plus en détail

Le MDM (Master Data Management) Pierre angulaire d'une bonne stratégie de management de l'information

Le MDM (Master Data Management) Pierre angulaire d'une bonne stratégie de management de l'information Darren Cooper Information Management Consultant, IBM Software Group 1st December, 2011 Le MDM (Master Data Management) Pierre angulaire d'une bonne stratégie de management de l'information Information

Plus en détail

!"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION

!#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION !"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION OBJECTIF : VOUS CONNAISSEZ ET COMPRENEZ LES DIVERS SYSTÈMES DE GESTION. A QUOI SERT-IL? Effectuer les commandes Enregistrer les arrivages Etiqueter les nouveaux articles

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens THEME 9 LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Chapitre 1 Définitions et moyens L'ASLOG (Association française pour la logistique) définit la logistique comme étant "l'art et la manière de mettre à disposition

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Plan de cours. Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015

Plan de cours. Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015 Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Plan de cours Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015 Professeurs : Richard Fontaine

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Les standards GS1 Conférence CRITTBOIS Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Le saviez-vous? 6 milliards de searchs par jour 6 milliards de bips par jour 2 GS1, organisation internationale

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

Vision TMS. Cette solution a été pensée pour tous ceux qui achètent ou pilotent une activité transport, y compris en flotte dédiée.

Vision TMS. Cette solution a été pensée pour tous ceux qui achètent ou pilotent une activité transport, y compris en flotte dédiée. Vision TMS La performance de votre Supply Chain est déterminante dans la mise en place de votre stratégie de croissance et de prise de parts de marché. Le taux de satisfaction de vos clients et votre compétitivité

Plus en détail

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances Gérer ses processus métier et bénéficier d une visibilité totale avec une plateforme de BPM unique IBM Software 2 IBM Business Process

Plus en détail

ARCHITECTE DE SOLUTIONS SUPPLY CHAIN

ARCHITECTE DE SOLUTIONS SUPPLY CHAIN ARCHITECTE DE SOLUTIONS SUPPLY CHAIN RFID : Une technologie en marche Software Engineering Group / Fribourg le 2 décembre 2005 Roland Fischbach, ADELANTE Consulting La RFID Une technologie au service de

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Conception des chaînes logistiques

Conception des chaînes logistiques Conception des chaînes logistiques ENICarthage / GSIL 3 2015 / 2016 Positionnement du cours S1 S2 S3 S4 S5 Intro. à la gestion industrielle Probabilités et Statistiques Programmation linéaire Gestion de

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1 Page 1 Robert Nondonfaz Professeur adjoint HEC-ULg Professeur invité HEMES-GRAMME Chargé de cours H.E. CHARLEMAGNE Chargé de cours H.E. TROCLET Co-responsable scientifique du programme SCM [ IAG-SBS-HEC.ULg

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Gestion de la relation Client (CRM)

Gestion de la relation Client (CRM) Gestion de la relation Client (CRM) Les meilleures pratiques pour gérer vos équipes de vente et marketing Claude Rose, président de Gestisoft Ordre du jour de la présentation Objectif d une solution CRM?

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

Pascal Forget 2310, Avenue Notre-Dame Québec, (Québec) Canada, G2E 3G5 Tél. (418) 380-8767 Fax (418) 656-7415 pascal.forget@cirrelt.

Pascal Forget 2310, Avenue Notre-Dame Québec, (Québec) Canada, G2E 3G5 Tél. (418) 380-8767 Fax (418) 656-7415 pascal.forget@cirrelt. Pascal Forget 2310, Avenue Notre-Dame Québec, (Québec) Canada, G2E 3G5 Tél. (418) 380-8767 Fax (418) 656-7415 pascal.forget@cirrelt.ca FORMATION Doctorat, génie mécanique Université Laval, Québec, Canada

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 30 mars 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 30 mars 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 30 mars 2011 Agenda Généralités sur les systèmes d information logistique Les opérations logistiques Les SI logistiques, du pilotage (long terme) à l informatique industrielle

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

Huguette RANC Directeur, SOA et WebSphere IBM France. Cyril DHENIN Journaliste, Animateur TV4IT

Huguette RANC Directeur, SOA et WebSphere IBM France. Cyril DHENIN Journaliste, Animateur TV4IT Huguette RANC Directeur, SOA et WebSphere IBM France Cyril DHENIN Journaliste, Animateur TV4IT Un évènement décentralisé : NICE (La Gaude) BORDEAUX PARIS Session Multiplex NANTES LYON LILLE Agenda 15:30

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

La logistique, source de pérennisation et de développement du commerce de gros

La logistique, source de pérennisation et de développement du commerce de gros La logistique, source de pérennisation et de développement du commerce de gros L entreprise du «commerce inter-entreprises» est riche de sa position d intermédiaire car économiquement elle y trouve sa

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement 2 «Les responsables de chaine d approvisionnement ont besoin de voir et d agir sur la base d informations fiables» «70% des responsables

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite www.dcs-eg.com DCS TELECOM SAE is an Egyptian based Information Technology System Integrator company specializes in tailored solutions and integrated advanced systems, while also excelling at consulting

Plus en détail

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux Stéphane SIRJEAN Licence Gestion des flux 1 Pilotage des flux Plan du Cours Chapitre 1: Introduction Définition des flux Les différents types de flux Notion de processus Notion d opération et d opérations

Plus en détail

Planification Industrielle & Commerciale. démystifiée. Livre Blanc

Planification Industrielle & Commerciale. démystifiée. Livre Blanc Livre Blanc La Planification industrielle et commerciale (S&OP) démystifiée Intégrer stratégies de vente et efficacité opérationnelle pour une rentabilité maximale Planification Industrielle & Commerciale

Plus en détail

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse Résumé thèse Le développement de nouvelles formes «hybrides» de l échange vertical, combinant des aspects transactionnels et relationnels, analysées du point de vue du Grand Compte global En marketing,

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

Gérer en mode transversal

Gérer en mode transversal Gérer en mode transversal Complément d information Table ronde colloque CII-CIR OIIQ Réal Jacob, HEC Montréal 7 mai 2014 http://expertise.hec.ca/pole_sante FORMA TION ( Diplômante et non diplômante ) Microprogramme,

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

Daniel Henry et Marc Taillefer Québec, 2005-10-26

Daniel Henry et Marc Taillefer Québec, 2005-10-26 Daniel Henry et Marc Taillefer Québec, 2005-10-26 CMMI, Capability Maturity Model, Carnegie Mellon sont enregistrés auprès du U.S. Patent and Trademark Office par Carnegie Mellon University sm CMM Integration,

Plus en détail

Etre piloté par l urgence NON.! Mais des «Best in Class Processiiiiis» OUI!...???

Etre piloté par l urgence NON.! Mais des «Best in Class Processiiiiis» OUI!...??? 18 DECEMBRE 2014 Etre piloté par l urgence NON.! Mais des «Best in Class Processiiiiis» OUI!...??? Sylvain BRU Consultant, Responsable Développement AXSENS sylvain.bru@axsens.com Bureau : +33 5 34 61 20

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise BPM ET APPROCHE MÉTIER

Transformation IT de l entreprise BPM ET APPROCHE MÉTIER Transformation IT de l entreprise BPM ET APPROCHE MÉTIER L amélioration des processus métiers se traduit par des gains tangibles. Le BPM est devenu une pièce angulaire du système d information des organisations.

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Business Process Management

Business Process Management Alain Darmon Responsable Avant-Vente BPM, IBM 1 er mars 2011 Business Process Management Améliorez l agilité de l entreprise avec la gestion des processus métier Les processus sont partout! Ouverture de

Plus en détail

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES Les stratégies des entreprises face au changement climatique : le cas du CO2 A Managerial Perspective on the Porter Hypothesis: The Case of CO 2

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

Sous-traitance de la chaîne d approvisionnement de vaccins et de la logistique au secteur privé

Sous-traitance de la chaîne d approvisionnement de vaccins et de la logistique au secteur privé Immunization systems and technologies for tomorrow D INFORMATION SÉRIE Cette fiche d information cible les responsables de chaîne national d approvisionnement de vaccins pour leur présenter les avantages

Plus en détail

Mots clés : Handicap, analyse et aménagement du travail, évolution dans l emploi.

Mots clés : Handicap, analyse et aménagement du travail, évolution dans l emploi. HANDICAP ET TRAVAIL, HANDICAP AU TRAVAIL, QUELLE ÉVOLUTION? MÉTHODE D INVESTIGATION ET D INTERVENTION EN ENTREPRISE POUR LE MAINTIEN ET L ÉVOLUTION DANS L EMPLOI DE PERSONNES EN SITUATION HANDICAPANTE

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Agadir (Maroc) 9 mai 2013 Quelques convictions L innovation s inscrit dans un processus d entreprise commun Elle ne peut réussir sans intégration

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE Leading Digital Together 2 3 Capgemini Consulting, le leader français de la transformation digitale Une force de frappe de 900 consultants en France et de

Plus en détail

Addressing the implementation challenges of regional integration. Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre

Addressing the implementation challenges of regional integration. Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre Addressing the implementation challenges of regional integration Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre Intégration régionale: défis migratoires L intégration régionale est

Plus en détail

Présentation de la société SCOOP Conseil. Supply Chain Orientation Optimisation & Performance

Présentation de la société SCOOP Conseil. Supply Chain Orientation Optimisation & Performance Présentation de la société SCOOP Conseil Supply Chain Orientation Optimisation & Performance Auteur: Armand BOUTET Scoop Conseil Juillet 2010 www.scoop-conseil.com Sommaire 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS 2.

Plus en détail

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Groupement Achats et Logistique / Association des Centraliens Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Thierry JOUENNE, CPIM Lundi 14 octobre 2002 Plan La supply chain, axe de valeur

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Perception et utilisation des solutions de radio-identification (RFID) dans les entreprises françaises

Perception et utilisation des solutions de radio-identification (RFID) dans les entreprises françaises Perception et utilisation des solutions de radio-identification (RFID) dans les entreprises françaises Synthèse de l enquête PricewaterhouseCoopers Mars 2010 Sommaire Page 1 Introduction 1 2 Description

Plus en détail

Impact de l intégration des systèmes de production sur les performances de la fonction logistique

Impact de l intégration des systèmes de production sur les performances de la fonction logistique Impact de l intégration des systèmes de production sur les performances de la fonction logistique Impact of the integration production systems on the performances of the logistical function Badr DAKKAK

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail