Semestre 02 / 2001 paraît aussi en: langue allemande langue italienne langue anglaise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Semestre 02 / 2001 paraît aussi en: langue allemande langue italienne langue anglaise"

Transcription

1 ORGANIZZAZIONE INTERNAZIONALE TRASPORTI A FUNE INTERNATIONALE ORGANISATION FÜR DAS SEILBAHNWESEN ORGANISATION INTERNATIONALE DES TRANSPORTS A CÂBLES INTERNATIONAL ORGANISATION FOR TRANSPORTATION BY ROPE ORGANISACION INTERNACIONAL DE TRANSPORTES POR CABLE Semestre 02 / 2001 paraît aussi en: langue allemande langue italienne langue anglaise

2 Table des matiéres page Avant-propos du président Remarques préliminaires du secrétaire général Activité du Comité Directeur et du Comité Exécutif Congrès Mondial de l O.I.T.A.F à Innsbruck Assemblée Générale de l O.I.T.A.F Séminaire de l O.I.T.A.F. à Bolzano Enquête de l O.I.T.A.F. sur la satisfaction de ses membres Recommandation pour les particularités techniques des téléphériques double monocâble INFORMATIONS INTERNATIONALES Sécurité des funiculaires en tunnel ITTAB (Réunion Internationale des Services Techniques de Contrôle) Normes CEN O.I.P.E.E.C. Exposition Internationale CHINA SKI TECH 2001 und Séminaire Ski resort planing & management : Pékin du 6 au 8 novembre 2001 PRESENTATION D UN GROUPE DE TRAVAIL Groupe de travail Téléphériques non publics destinés au transport de marchandises et blondins ACTIVITES DES COMMISSIONS D ETUDES Commission d études n I: Technique des transports à câbles et recommandations. Commission d études n II: Propriétés et contrôle des câbles Commission d Etudes N III: Equipement électrique et composants d installations à câbles. Commission d Etudes n IV: Questions juridiques, administratives, économiques et statistiques. Groupe de travail Forum de l Environnement au sein de la Commission d Etudes n IV : Commission d Etudes n VI: Optimisation de téléphériques et téléskis CALENDRIER DES REUNIONS O.I.T.A.F. dans l INTERNET 2

3 O.I.T.A.F.-NEWS 2/2001 Avant-propos du président. 3 Chers amis de l O.I.T.A.F.! Pendant le deuxième semestre 2001, notre organisation a achevé un vaste programme de nouveautés, coordonné une activité importante de ses Commissions d Etudes et déployé des efforts considérables pour élargir de cadre de l organisation en améliorant les contacts existants sur le plan international. La collaboration avec la Chine a pu être approfondie : Les autorités de surveillance et les exploitants de ce pays continuent à se montrer très intéressés à l échange d expérience avec l O.I.T.A.F., comme j ai personnellement pu vérifier le 6 novembre 2001 lors de ma présence à Pékin, à l inauguration de la première édition du China Ski Tech. De même, les contacts avec les collègues de l Europe orientale ont été intensifiés : Je tiens à remiercier tout particulièrement les amis polonais pour avoir organisé pour la première fois une réunion du Comité Directeur en Pologne. Nous avons également intensifés les liens avec la section nordaméricaine OITAF-NACS, et avec son président George Boyden : Je suis convaincu que cette collaboration pourra être approfondie non seulement dans la forme, mais surtout dans la substance, éventuellement même dans le cadre d une séance commune qui pourrait être envisagée en automne de l année prochaine. Le séminaire organisé début octobre à Bolzano sur les perspectives techniques de la profession a été un grand succès. Veuillez prendre note dès maintenant que le prochain séminaire aura lieu à Innsbruck, en automne Il sera organisé par la Commission d Etudes IV et concernera les thèmes de la responsabilité civile et des problèmes économiques spécifiques des sociétés de transport à câbles. Quant aux autres nouveautés et notamment les derniers développements au sein de la Commission d Etudes n I, notre secrétaire général Heinrich Brugger Vous fournira les détails dans sa note introductive. Pour ma part, je profite de l occasion pour Vous remercier tous de Votre fidélité, de la coopération active au sein de l O.I.T.A.F. et notamment des réponses au questionnaire que Vous avez transmises.dans le cadre de notre enquête Je remercie tout particulièrement les présidents des Commissions d Etudes et le secrétaire général Heinrich Brugger de son engagement infatigable (je n ai reçu que des réactions positives aux dernières O.I.T.A.F.-NEWS publiés dans le nouveau format). Mes meilleurs voeux à tous les membres de l O.I.T.A.F. pour une bonne et heureuse année Cordialement Votre Horst Kühschelm Remarques préliminaires du secrétaire général. Le changement de formule des O.I.T.A.F.- NEWS, introduite lors de la dernière édition, a été accueilli avec satisfaction par tous les adhérents. Pour cette raison, le bulletin continuera à paraître en quattre éditions monolangues et format DIN A4 au lieu du DIN A3. Si le deuxième numéro de l année est publié relativement tard, c est que les réunions des différents organes de l O.I.T.A.F., objet du bulletin, ont été organisées tard dans l année. Le premier numéro 2002 se sera publié qu après l assemblée générale de l O.I.T.A.F., prévue pour la date du 24 avril 2002, avec l élection du nouveau Comité Directeur. J espère que Votre participation à l assemblée sera nombreuse. Comme d habitude, dans le présent numéro, nous Vous ferons rapport des activités récentes de l O.I.T.A.F., notamment des travaux réalisés au sein des Comités Directeur et Exécutif, des Commissions d Etudes et de leurs groupes de travail. Nous poursuivrons aussi la tradition de présenter un groupe de l O.I.T.A.F. : C est le tour du groupe de travail au sein de la commission d études n I, animé par l Ing. Bonini. Ensuite, nous parlerons du séminaire de l O.I.T.A.F. organisé le 12 octobre à Bolzano, dans le cadre de l ALPITEC. L enquête lancée par l O.I.T.A.F. pour connaître les sentiments de ses adhérents, fera l objet d une information détaillée. En outre, Vous trouverez quelques indications relatives à la Recommandation approuvée par le Comité Directeur en ce qui concerne les particularités techniques des installations double monocâbles. L ITTAB, réunion internationale des responsables des services techniques de contrôle, a tenu sa 51ième séance au Principauté d Andorre. Nous feront le résumé des questions débattues à cette occasion.

4 L O.I.P.E.E.C. a dernièrement organisé une Round Table Conference à Bethlehem (USA) qui fera l objet d un bref rapport. Après la dernière séance plénière CEN TC 242 tenue du 24 au 26 octobre 2001 à Londres, nous pouvons faire le point des normes harmonisées européennes élaborées pour faire face aux Exigences essentielles des installations à câbles destinées au transport de personnes. Nous présenterons en outre l état d avancement des travaux réalisés au sein de la commission d experts internationale constituée sur initiative du Ministère autrichien de l infrastructure et des transports à la suite de l accident de Kaprun. Et finalement Vous trouverez un rapport sur l activité du Comité Consultatif de l UE créé à Bruxelles pour suivre l évolution de la directive relative aux transports à câbles. Activité du Comité Directeur et du Comité Exécutif. Le Comité Exécutif s est réuni le 11 octobre à Bolzano et le Comité Directeur le 23 novembre 2001 à Varsovie pour traiter l ordre du jour suivant : Constituion du Comité d Organisation en vue du Congrès international 2005 de l O.I.T.A.F. à Innsbruck Contacts avec les membres chinois avec le but de la création éventuelle d une section asiatique de l O.I.T.A.F. Comme Vous le savez, l O.I.T.A.F. a accepté le patronage du CHINA SKI TECH, premier salon et séminaire des sports d hiver en Chine. A cette occasion, l O.I.T.A.F. a été représentée par son président Dr. Kühschelm qui après avoir transmis les salutations de l organisation dans un discours officiel, a repris les pourparlers avec les membres chinois ainsi qu avec les représentants des autorités de surveillance pour évaluer la possibilité de créer une section asiatique de l O.I.T.A.F. Le débat a permis de constater l intérêt commun de l initiative. Mais avant de passer à l action, il faudra élaborer les statuts des sections, vérifier l intérêt des autres pays asiatiques équipés d installations à câbles de suivre l initiative et contacter aussi l Australie, la Nouvelle Zélande, les Indes etc. pour l adhésion éventuelle. Candidatures en vue de l élection des membres du Comité Directeur à l occasion de l assemblée générale de l O.I.T.A.F. du 24 avril Comme annoncé dans le numéro précédent des O.I.T.A.F.-NEWS, la prochaine assemblée générale, tenue tous les trois ans, sera organisée à Grenoble (F). Conformément aux statuts, le Comité Directeur sortant est obligé de dresser une liste de candidats pour l élection des nouveaux membres du Comité. La liste a été approuvée par le Comité Directeur lors de sa séance de Varsovie et sera transmise à tous les membres de l O.I.T.A.F. avec la convocation de l assemblée générale. Approbation des recommandations pour les particularités techniques des téléphériques double monocâble. Le Comité Directeur a approuvé la recommandation élaborée par la Commission d Etudes n I en ce qui concerne les particularités techniques des téléphériques double monocâble. Pour information détaillée voir texte successif. Révision des Recommandations techniques pour la construction et l exploitation d installation à câbles pour le transport nonpublic de personnes et de marchandises Suite à plusieurs demandes de révision, le Comité Directeur a décidé de reconstituer le groupe de travail Installations nonpubliques qui, en 1996, avait élaboré les recommandations susmentionnées pour les mettre à jour et y intégrer les dernières évolutions techniques en la matière. Constitution d un groupe de travail chargé d amender les statuts de l O.I.T.A.F. L introduction de l EURO et d autres développements récents comportent la nécessité de vérifier le texte des statuts de l O.I.T.A.F. pour apporter les amendements indispensables (concernant p.ex. l utilisation des nouveaux moyens de communication, l introduction de normes harmonisées, délais à respecter, cotisation des membres, participation des présidents des sections continentales aux réunions du Comité Directeur etc.) Le mandat a été confié au Comité Exécutif. Les modifications proposées seront soumises à l assemblée générale 2002 pour approbation définitive. Mandat à la Commission d Etudes n VI de traiter le thème de la Prévention du feu Comme annoncé dans la dernière édition, suite à l accident de Kaprun, l O.I.T.A.F. a décidé de faire étudier la question de la prévention et protection vis-à-vis du risque incendie par une de ses commissions d études. Le Comité Directeur a chargé la

5 Commission n VI de traiter le problème et d élaborer une recommandation y relative dans le cadre de l exploitation et de l organisation des entreprises M. Gruffaz, directeur des services techniques de contrôle français et membre du Comité Directeur, communique que la France a réalisé une étude de sécurité pour les funiculaires en tunnel. Le rapport final est prêt. Les conclusions seront applicables en France. Il est certain que le document influencera les travaux sur la prévention du feu confiés à la commission d études n VI. Vue l importance générale de l étude française pour les constructeurs et exploitants de funiculaires ainsi que pour les services de contrôle et tous les membres de l O.I.T.A.F., le Comité Directeur, constaté l accord de la France, décide de faire traduire le document en langue allemande et de le transmettre à tous les membres en même temps que la prochaine édition des O.I.T.A.F.-NEWS. Rapports avec l OITAF-NACS: Participation du président de section au Comité Directeur en tant que membre extraordinaire. Dans le but d intensifier les rapports avec la section américaine OITAF-NACS à tous les niveaux, Le Comité Directeur décide à l unanimité de faire participer à ses travaux le président Boyden ou autre personné déléguée. Réorganisation de la Commission d Etudes n II : Nouvelle composition et détermination du programme de travail. Comme demandé de plusieurs côtés, le Comité Directeur décide de réorganiser la commission n II chargée d étudier les propriétés et contrôles des câbles. Sur proposition des autorités françaises, il décide en particulier de demander à M. Laurent Reynaud, ingénieur responsable des câbles au sein du STRMTG de convoquer la prochaine réunion de la commission et d assurer l organisation de la séance. Voir aussi le rapport sur la Commission d Etudes n II.. Séminaire de l O.I.T.A.F. en automne 2002 à Innsbruck. Le Comité Directeur décide d organiser un séminaire sur les thèmes juridiques (responsabilité civile) et économiques en automne 2002, dans le cadre de l INTERALPIN. L organisation matérielle sera assurée par la Commission d Etudes n IV. Approbation du budget Le budget prévisionnel soumis par le trésorier est approuvé à l unanimité. Pendant la séance de Varsovie, tenue le 23 novembre, le Comité Directeur a pu se rapprocher du Ministère des Transports de Pologne dont les ingénieurs spécialisés en transport à câbles ont participé aux travaux. M. Maciej Dulawa a été confirmé à la place de M. Krychniak, retraité, membre du Comité sans droit de vote. La délégation polonaise lors de la réunion du Comité Directeur à Varsovie (L Ing. Maciej Dulawa troisième de droite) Dr. Kühschelm, président de l O.I.T.A.F. profite d une rencontre à la veille du Comité Directeur de Varsovie pour saluer le directeur des services techniques de contrôle des remontées mécaniques l ing. Jan Urbanowicz et ses collaborateurs, en exprimant l espoir de faire renaître la collaboration fructueuse entre l O.I.T.A.F. et la Pologne : ses autorités de surveillance, l Université de Cracovie, les exploitants et les constructeurs d installations à câbles pour reprendre la tradition des rapports étroits entre l O.I.T.A.F. et les responsables du secteur ainsi que les représentants de l université de Cracovie qui datent des années

6 Ing. Jan Urbanowicz avec le président Dr. Horst Kühschelm et Jean Charles Simiand, vice-président de l O.I.T.A.F. Ont participé à la soirée le Prof. Jósef Hansel en compagnie de quelques ingénieurs de l Académie des Mines de Cracovie, les exploitants de Zakopane, Czorsztyn, Krynica und Szczyrk ainsi que les constructeurs de téléphériques et de téléskis. Le grand nombre de représentants des autorités de surveillance a permis d engager des discussions intéressantes. Prof. Hansel avec les collaborateurs Congrès Mondial de l O.I.T.A.F à Innsbruck. Le Comité Exécutif et successivement le Comité Directeur ont approfondi le débat sur la préparation du Congrès de 2005 à la présence du Dr. Georg Lamp, directeur du Centre des Congrès d Innsbruck. Les questions suivantes ont été tranchées : Comité d Organisation: Lors de sa réunion de Varsovie, le Comité Directeur a entre autres désigné les membres du comité d organisation du Congrès Il se composera des membres suivants : MM. Jim Fletcher, Jean Charles Simiand, Francesc Culleré, Peter Feuz, Sandro Lazzari, Ingo Karl, Horst Kühschelm et Heinrich Brugger en tant que représentants du Comité Directeur et/ou Exécutif; et en outre MM. Georg Lamp (directeur du centre des congrès d Innsbruck), Michael Seeber (Soc. Leitner, Vitipeno), Michael Doppelmayr (Soc. Doppelmayr, Wolfurt). Un comité restreint présidé par le directeur du centre des congrès d Innsbruck et composé de MM. Karl, Kühschelm et Brugger du Comité Directeur suivra l organisation des travaux sur place. Détermination du titre du congrès : Après longue discussion entre les membres du Comité Directeur, le titre provisoire suivant a été choisi : L avenir les transports à câbles Visions au service des populations Il a en outre été décidé d envoyer fin 2001 / début 2002 un premier mailing à env adresses : personnes intéressées, entreprises, exploitants et autorités. Pour assurer la bonne réussite du mailing, le secrétariat de l O.I.T.A.F. a rassemblé env adresses d exploitants, d autorités de surveillance et de personnalités intéressées aux transports à câbles. Je profite de l occasion pour remercier tous ceux qui ont fourni des adresses utiles, notamment les associations d exploitants des différents pays et les autorités de surveillance. Assemblée Générale de l O.I.T.A.F Lors de sa séance du 24 avril 2001 à Bolzano, le Comité Directeur a décidé d organiser l assemblée générale de 2002 de l O.I.T.A.F. à Grenoble (F) dans le cadre du SAM. Conformément aux statuts, l assemblée générale est convoquée tous les trois ans. Lors de l assemblée, sont élus les membres du Comité Directeur sur la base d une liste de candidatures préparée par le Comité Directeur sortant, ainsi que les membres du comité de contrôle de la gestion. Le nouveau Comité Directeur élira en son sein le président, les deux vice-présidents et les membres du Comité Exécutif et désignera le secrétaire général de l organisation. L assemblée générale est une occasion de rencontre des membres de l organisation et offre l opportunité de contribuer directement aux orientations futures de l O.I.T.A.F. 6

7 Vous recevrez l invitation à l assemblée accompagnée de l ordre du jour en bonne et due forme dans les délais prévus. Toutefois, je Vous prie dès maintenant de réserver la date du 24 avril 2002 pour l assemblée générale de l O.I.T.A.F. et de participer nombreux à la manifestation. Séminaire de l O.I.T.A.F. à Bolzano. Comme annoncé dans la dernière édition des O.I.T.A.F.-NEWS, l O.I.T.A.F. a organisé le 12 octobre 2001 dans le cadre de l ALPITEC de Bolzano un séminaire avec le titre des CONSEQUENCES ET EFFETS DES LIMITES TECHNIQUES ACTUELLES SUR LA CONS- TRUCTION DES INSTALLATIONS à CABLES. Les intervenants au séminaire et au milieu M. Sedivy, président.. Je tiens à remercier sincèrement les rapporteurs et le modérateur du séminaire, M. Sedivy, qui est également président de la Commission d Etudes n I et a coordonné de façon excellente les différentes communications et l organisation de la manifestation. Dr. Horst Kühschelm, président de l O.I.T.A.F. ouvre les travaux suivis par env. 230 experts. Le séminaire marque un grand succès grâce aux communications dont la qualité (de fond et de forme) est bien appréciée par tous les participants. Les communications sont disponibles sur le site de l O.I.T.A.F. (-www.oitaf.org-) sous le titre exposés des séminaires de l O.I.T.A.F. 7 Enquête de l O.I.T.A.F. sur la satisfaction de ses membres. Au début de l année, le secrétarait avait lancée une enquête pour vérifier le degré de satisfaction des membres de l O.I.T.A.F. Un questionnaire comportant 13 qestions avait été distribué parmi les membres dont 20 % env. a effectivement répondu. Si les questions posées se référaient essentiellement à la satisfaction des membres, un certain nombre entre elles touchent aussi la volonté de participer activement aux travaux de l association dans les différents organes (Comité Directeur, Commissions d Etudes etc.), la nécessité de prestations ultérieures, suggestions quant à l organisation des séminaires et congrès, priorité des thèmes à traiter dans les manifestations etc. Quels sont les résultats? Si l on analyse les motivations indiquées pour adhérer à l O.I.T.A.F. ainsi que les attentes des membres, un grand nombre de réponses souligne la nécessité d être informés, de pouvoir procéder à des échanges d expériences, d assurer la communication verbale et électronique via internet. Il est intéressant de noter que, au niveau des différentes commissions d études, le débat technique est même (légèrement) plus important que la rédaction des recommandations. Quand on demande si les attentes ont été satisfaites, 77 % des membres répond par l affirmative, 14 % par la négative, les raisons

8 fournies pour l insatisfaction ne relevant pas toujours de la responsabilité de l O.I.T.A.F. Plus de 90 % des membres sont satisfaits des informations fournies soit par O.I.T.A.F.-NEWS soit par internet. En ce qui concerne les activités de l O.I.T.A.F., 45% à 50% des réponses préféreraient être associées plus étroitement aux travaux de l organisation. L organisation des séminaires et congrès est satisfaisante pour 87 % des adhérents. En ce qui concerne les prestations supplémentaires qui, selon les membres, pourraient être fournies par l O.I.T.A.F, les réponses signalent entre autres la meilleure utilisation des O.I.T.A.F.-NEWS et du site internet, la publication d accidents et d évènements dans le secteur des remontées mécaniques, la reprise des statistiques de l O.I.T.A.F., la création de petits groupes de travail ou de discussion (groupes adhoc), la disponibilité immédiate des résultats, même partiels ou provisoires, réalisés dans les commissions d études, intégration d experts sur le plan national etc.s En conclusion, les résultats de l enquête permettent de dire que, sous sa forme actuelle, l O.I.T.A.F. et ses activités donne satisfaction à ses membres. L O.I.T.A.F. est devenu un produit de marque. Le résultat de l enquête constitue un stimulant pour accroître et améliorer les activités dans l esprit des remarques et suggestions extrêmement utiles fournis par les membres Recommandation pour les particularités techniques des téléphériques double monocâble. Lors de sa réunion de Varsovie, le Comité Directeur a définitivement approuvé les recommandations relatives aux particularités techniques des installations double monocâble. Les recommandations élaborées par la Commission d Etudes n I sous la direction de M. Sedivy sont destinées à compléter les normes existantes. Nos remerciements vont à tous les experts de la commission et surtout à son animateur, l Ing. Sedivy. Dans le préambule, les principes suivants sont dûment soulignés : 8 Les présentes recommandations définissent les exigences techniques qu imposent les particularités techniques du système des téléphériques doubles monocâbles. Les exigences qui y sont définies tiennent compte des caractéristiques spécifiques des téléphériques doubles monocâbles existants et des expériences faites au cours de leur exploitation. Lorsqu on en modifie les caractéristiques constructives les exigences prévues doivent être satisfaites avec au moins le même niveau de sécurité L influence réciproque qu exercent l un sur l autre les deux câbles parallèles qui transportent le véhicule détermine un déplacement et nouvel arrangement des charges, qui à son tour est déterminante pour une nouvelle géométrie de l appareil, un nouveau profil de la ligne et un nouveau gabarit libre. Nous n avons rien à ajouter. Le sommaire comprend les chapitres suivants : 1) Domaine d application 2) Influence du vent en exploitation 3) Tracé et longueur des portées 4) Distances latérales 5) Ecartement de la voie 6) Trajet de sécurité à la sortie de la station 7) Coefficient de charge normale 8) Surcharges résultant de la restriction imposée aux l oscillations transversales 9) Synchronisme des câbles 10) Annexe INFORMATIONS INTERNATIONALES Sécurité des funiculaires en tunnel. La commission d experts internationale constituée par Mme le ministre de l infrastructure et des transports d Autriche immédiatement après l accident catastrophique de Kaprun et composée d experts de grand renommé international dans le domaine des transports à câbles et de la prévention et protection contre le risque incendie provenant d Autriche, Allemagne, France, Suisse et Italie a terminé ses travaux au moment de la publication des présents O.I.T.A.F.-NEWS. Les parties essentielles du rapport final seront portées à connaissance de tous les membres de l O.I.T.A.F. ITTAB (Réunion Internationale des Services Techniques de Contrôle) La 51ième ITTAB a eu lieu en Andorre entre le 24 et le 26 septembre Ont participé les autorités de surveillance de la France, Italie, Andorre, Espagne, Japon, Finlande, Norvège, Suède, Pologne, Slovénie, Autriche, Allemagne et Suisse.

9 9 33 délégués ont participé aux travaux au nom des différentes autorités de surveillance nationales ou en tant qu experts du secteur. Le but des réunions annuelles est l échange d expériences entre les experts techniques des autorités de contrôle nationales et notamment la présentation et discussion des accidents et incidents survenus l année précédente sur les installations à câbles (en 2000, dans le cas concret). Une partie de la réunion est réservée aux problèmes et questions techniques. Lors de la réunion d Andorre, le ministère des transports et le maire de la capitale ont invité les experts à participer à une excursion dans le domaine skiable Pas de la Casa - Grau Roig et à visiter le téléphérique Funicamp. La soirée organisée à la station amont a permis aux participants de procéder à un échange de vues sur les questions qui ne sont pas directement soulevées pendant la réunion officielle. Un des thèmes de l ITTAB est depuis toujours l échange de chiffres statistiques relatifs aux installations à câbles en exploitation dans les différents pays. Voilà les résultats pour l an 2000 : Au total (Etats-Unis et Hongrie compris) il existent téléphériques et funiculaires et téléskis; les personnes transportées en téléportés sont au total env (Etats-Unis, Japon et Pologne exclus) transportées en téléski env (Allemagne, Etats-Unis, Japon, Pologne et Suède exclus). La discussion sur les accidents et incidents a permis de constater une fois de plus qu il n y a pas de définition généralement valable pour les termes d accident ou d évènement étant donné que la gravité des lésions est échelonnée de façon différente dans les pays en question. Cela ne permet guère de comparaisons directe entre les statistiques d accidents (ou d évènements) relevées dans les différents pays. La discussion s est concentrée sur les accidents et incidents significatifs signalés par les délégations, l accident de Kaprun étant évidemment le cas le plus discuté. Le groupe est arrivé à la conclusion que d une façon générale la plus grande partie des accidents et incidents se produit dans les zones d embarquement et de débarquement et/ou à cause de véhicules (cabines ou sièges) et agrès en mouvement. Dans la deuxième partie de sa réunion, l ITTAB s est penchée sur le problème soulevé par un des pays scandinaves concernant l arrêt tempestif des télésièges en cas de mauvaises conditions météorologiques comportant le risque d opérations de sauvetage. Il s agit de la question bien connue de choisir le bon moment pour arrêter les télésièges si certains paramètres d exploitation tels que la température, la lumière, le risque d avalanches et surtout la force du vent limitent ou empêchent totalement la marche de l installation et risquent de déclencher une opération d évacuation des personnes transportées rendue particilièrement difficile en cas de dépassement du vent limite. L enquête réalisée parmi les délégations a permis de constater que les valeurs limite de la vitesse du vent prescrites pour l arrêt de l installation varient entre 12,5 et 20 m/s dans les différents pays. Le prof. Engel de l Ecole Polytechnique de Vienne a présenté un rapport sur l accident du funiculaire Kitzsteinhorn de Kaprun, et le débat successif a permis de rappeler des détails déjà a connaissance des experts présents. Le prof. Oplatka a transmis aux organisateurs de la réunion 2001 une analyse de tous les thèmes techniques traités au sein de l ITTAB depuis son existence : Il en résulte une longue liste de problèmes et questions techniques fort intéressants discutés par les autorités de surveillance le long de l histoire de l ITTAB. Finalement, le groupe a traité les résultats d un round robin test relatif au calcul des câbles réalisé sur la base de la norme CEN. Lors du test, 6 experts en calcul de câbles ont réalisé individuellement les calculs prescrits dans la norme. La comparaison des résultats effectuée dans une deuxième phase a permis de constater qu il existe des divergences plus ou moins accentuées entre les différents experts. Pendant une réunion conjointe de tous les experts convoquée en octobre à Bolzano pour discuter du résultat de l essai comparatif, les experts ont décidé de poursuivre la discussion pour éventuellement proposer une méthode unique de calcul. L ITTAB d Andorre est arrivée à la conclusion qu il faudra surtout vérifier les programmes de calcul utilisés. Après ce dernier débat, l ITTAB décide d accueillir l invitation de la Norvège de tenir sa prochaine réunion annuelle au mois de juin 2002 à Tromsö Normes CEN. Le Comité Technique du CEN TC 242 a organisé sa 20ième séance plénière les 24, 25 et 26 octobre 2001 à Londres (GB) auprès du BSI (British Standards Institution) A cette occasion,

10 l O.I.T.A.F. a été représenté par son secrétaire général Heinrich Brugger. Ont participé à la réunione Mme Belén-Niceas Martínez Arriola de la Commission Européenne et M. Soury Lavergne, chargé par la Commission UE d assurer la coordination entre les normes CEN et la directive communautaire transports à câbles. En résumé, le TC a discuté des points suivants: Approbation du vote formel des deux normes pren Dispositifs mécaniques pren Dispositifs électriques Les animateurs des deux groupes de travail chargés de rédiger les projets de normes en question et précisément le Prof. Giovanni Molinari (I), responsable des dispositifs mécaniques et l Ing. Ruedi Schüle (CH), chargé des dispositifs électriques, ont participé à la discussion sur les amendements proposés par les différents membres du TC 242. Les deux normes ayant fait l objet de plus de 80 commentaires présentés par les différents pays, la discussion s est prolongée sur ce point de l ordre du jour. Les délégués ont notamment repris le débat sur la norme applicable en cas de certification des éléments électriques (IEC 61508, norme relativement récente et/ou EN 954-1) sans trouver de consensus. Pour cette raison, la question de la norme applicable et les autres commentaires qui ont dû être laissés en suspens pour des raisons de temps seront repris lors de la prochaine réunion du TC 242. Tout laisse croire qu à la prochaine séance, la décision favorable au vote formel pourra être prise défintivement. Prévention et protection vis à vis du risque incendie Constitution d un groupe ad-hoc Les différentes délégations nationales présentent les résultats de leurs études réalisées après l incendie de Kaprun, destinés à être mis à la disposition du TC pour lui permettre de partir sur la base de données techniques certaines dans le groupe de travail qui sera chargé de préparer les dispositions normatives concernant la prévention des incendies dans le domaine des installations à câbles. Il s agit notamment du rapport élaboré en Autriche, de l étude de sécurité funiculaires réalisée en France, la recherche que le TÜV a demandé d effectuer en Allemagne, les conclusions des essais 10 spécifiques réalisés sur un véhicule de funiculaire en Suisse. Après discussion approfondie, le TC 242 décide de constituer un groupe de travail ayant le mandat d élaborer un rapport technique relatif aux mesures à prendre à court terme dans le domaine de la prévention et protection du feu. Le groupe sera composé d experts de prévention du feu et de spécialistes en installations à câbles provenant d Italie, France, Autriche, Suisse, Allemagne et Grande Bretagne. La première réunion du groupe ad-hoc aura lieu dès mi-janvier 2002 à Paris. Le rapport technique susmentionné devra être communiqué aux différents pays dans les délais les plus rapprochés pour leur permettre de prendre les précautions nécessaires. Transport de personnes handicapées Le TC a poursuivi et conclu le débat sur les exigences spécifiques relatives au transport des handicapés interrompu lors de la réunion précédente. Les rédactions de texte supplémentaire à insérer dans les différentes normes ont été approuvées telles que proposées par le groupe ad-hoc.. Dispositf d enregistrement d évènements L Italie, pays où depuis 20 ans le règlement national prévoit que tous les appareils (à l exception des télésièges à pinces fixes et des téléskis) doivent être équipés d un enregistreur de données avait demandé lors de la réunion précédente de procéder à la normalisation d un tel dispositif. Le TC avait décidé de créer un groupe ad-hoc sur la question. Le groupe qui s est réuni dans l entretemps a conclu que si l enregistreur n est pas un élément sécurité dans le sens strict du terme, il serait néanmoins utile de procéder à sa normalisation. Le point n a pas pu être traité par manque de temps. O.I.P.E.E.C. L OIPEEC (l organisation internationale pour l étude de la résistance à la fatigue des câbles) a tenu à Behtlehem (PA/USA) du 20 au 22 août une de ses conférences qu elle organise tous les deux ans. Cette année elle a choisi les fixations d extrémité des câbles en tant que thème général du colloque. Les 16 communications complétées de discussions intéressantes tou-

11 chaient les généralités techniques et les constructions spécifiques soit sous l aspect théorique soit en vue de l application pratique de la technologie. La publication qui regroupe les communications 2001 (et les volumes des conférences précédentes, si disponibles) peut être demandée à l adresse suivante : Dr. Isabel Ridge, University of Reading, Departement of Engineering, Reading RG6 6AY, UK ( L assemblée générale de l organisation a pris acte des démissions du président Donald Sayenga (Associated Wire Rope Fabricators USA) qu elle a vivement regrettées et a élu le Prof. Dr. Gàbor Oplatka de Zurich nouveau président de l OIPEEC. (Pour toute information sur l activitié de l OIPEEC et l adhésion éventuelle, veuillez Vous adresser au secrétaire de l organisation M. Dipl. Ing. Roland Verreet, Grünenthalerstr. 40, D Aachen, 11 Exposition Internationale CHINA SKI TECH 2001 und Séminaire Ski resort planing & management : Pékin du 6 au 8 novembre Les organisateurs du salon et du symposium sont le Pan-Tourism Industry Development Co., le Beijing Materials Handling Research Institute ainsi que le National Center of Passenger Arial Ropeway Safety Supervision Inspection qui se sont assurés le patronage de l O.I.T.A.F.pour les deux manifestions. Dr. Horst Kühschelm, président de l O.I.T.A.F. a eu le privilège d inaugurer le salon et le séminaire et a profité de l occasion pour transmettre personnellement les voeux de l O.I.T.A.F. Le salon qui a vu la participation d env. 35 exposants occidentaux et 15 exposants chinois a mis l accent sur les deux priorités suivantes : 1. Technologie des domaines skiables (remontées mécaniques, production de câbles, aménagement du domaine skiable, équipements pour la fabrication de la neige de culture et la préparation des pistes), 2. Equipement individuel (skis, snowboard, chaussures) La Chine fait actuellement de grands efforts pour promouvoir le développement des sports d hiver et le salon portait effectivement l empreinte de lancement d un nouveau secteur touristique. Si le CHINA SKI TECH a permis aux exposants de nouer d excellents contacts avec les exploitants chinois, il a fait comprendre en même temps que les partenaires chinois ne sont pas encore tout à fait au informés de toutes les exigences à respecter si l on veut que l exploitation du domaine skiable soit couronnée de succès. Pour combler la lacune, il y avait le séminaire technique sur la technologie des sports d hiver : En effet, quelques experts occidentaux de haute qualité y ont pris la parole pour tenter de transmettre le savoir-faire de leurs pays dans les différents domaines du tourisme d hiver (aménagement du domaine skiable, conception d installations à câbles, équipement de neige mécanique, préparation des pistes etc.) Nous avons pu constater avec plaisir que les représentants de l économie et de l Etat qui ont la responsabilité de développer le tourisme d hiver en Chine s estiment heureux de pouvoir recourir à l O.I.T.A.F., l interlocutaire priviligié. Ils sont intéressés à intensifier les contacts et à mieux bénéficier du know-how de l O.I.T.A.F. qui s exprime notamment dans ses recommandations pour la conception et la construction des installations à câbles. La prochaine édition di CHINA SKI TECH est prévue en PRESENTATION D UN GROUPE DE TRA- VAIL Groupe de travail Téléphériques non publics destinés au transport de marchandises et blondins. au sein de la Commission d Etudes n I Animateur : Ing. Achille Bonini (I) M. Bonini a conclu ses études des systèmes de transport à l université de Rome en 1962 avec une thèse sur Le renouvellement et l augmentation de débit des téléphériques bicâbles à va et vient équipés de cabines de grande capacité. Il a exercé la profession auprès de la société Leitner à Vitipeno et successivement à l Agudio (devenue Poma Italie) et participé à la concep-

12 tion, construction et mise en service de grands téléphériques pour le transport de personnes et de marchandises, d ascenseurs inclinés et de blondins non seulement en Europe mais aussi dans les différents pays du tiers monde. Depuis 1978 il exerce la profession libérale d expert en transports à câbles à Rome et représente aussi les intérêts de l association italienne des exploitants ANEF au sein de la Commission nationale des Téléphériques (Rome), au CEN TC 242 ainsi qu au CEN TC 169 et CEN TC 10. De 1988 à 1996 il a animé à l O.I.T.A.F. la Commission d Etudes n IIIm dispositifs mécaniques des installations à câbles et coordonné les travaux de rédaction du cahier n 13 qui porte le titre Recommandations techniques pour les freins de poulie des téléphériques (édition 1991). Rapport du groupe de travail Le groupe de travail Téléphériques à marchandises et blondins constitué par la Commission d Etudes n I (président Ing. Sedivy) se compose d experts provenant des autorités de surveillance, des bureaux d études, constructeurs, exploitants et organismes nationaux spécialisés principalement dans le domaine de la protection des travailleurs. Le Comité de Direction de l O.I.T.A.F. a chargé le groupe de travail de procéder à la révision et mise à jour du cahier n 8 publié en 1980 avec le titre : Recommandations techniques pour la construction et l exploitation de téléphériques à marchandises et grues à câbles. En effet, l évolution technique comporte la nécessité de réviser régulièrement les recommandations publiées pour les adapter aux nouvelles exigences et à l état de l art. C est ainsi que dans le cas concret l O.I.T.A.F. a reconnu l urgence de revoir certaines valeurs limite indiquées dans le cahier n 8 (concernant p.ex. le débit et la vitesse) et surtout d y insérer les téléphériques à matériaux temporaires, installations spécifiques pour lesquelles le délai d utilisation sur un site donné est limitée à 24 mois maximum, la masse totale transportée sur un tracé donné ne doit pas dépasser tonnes et qui sont équipées de composants qui peuvent être réutilisés presque entièrement sur un autre chantier. Le groupe de travail a en outre pris initiative, votée à l unanimité, de compléter les recommandations par deux concepts nouveaux de grande importance concernant d une part l objectif de sécurité et d autre part l analyse de risques pour lesquels il y aura en annexe des exemples d application spécifiques, indispensables pour la bonne conception et construction des appareils en question. Il a ensuite procédé au long travail de définition et classification des différents types de téléphériques à marchandises et blondins, à usage permanent ou temporaire, représentés dans les dessins qui suivent. Au stade actuel des travaux, la liste des installations à câbles destinées au transport de marchandises comprend les classes suivantes: 1. Téléphériques à va et vient pour le transport de marchandises entre deux stations d extrémité; 2. Téléphériques à va et vient à une seule voie équipés de chariot de levage 3. Téléphériques à mouvement continu pour le transport de marchandises entre deux stations d extrémité; 4. Funiculaires 5. Blondins 6. Grues à câbles Chaque classe est successivement subdivisée sur la base du type d exploitation, nombre et inclinaison des voies, présence ou absence de câble lest, type d entraînement, système de translation radiale ou parallèle des chariot ou tour d ancrage. A titre d exemple nous Vous montrons les dessins suivant : Téléphérique monocâble à va et vient à attaches fixes U VR SR ER F1 P R 12 R F1 entraînement véhicule pylône câble porteur-tracteur P F2 ER

13 SR VR contrepoids câble de tension Téléphérique bi-câbles à mouvement continu à attaches découplables F4 W F5 F3 T F6 F7 F2 F8 U C P F1 ST SC ST C câble tracteur F1-8 véhicules P pylône SC contrepoids du câble tracteur ST contrepoids du câble porteur T câble porteur U poulie de renvoi W rail de roulement en gare A5 tour ou chariot motrice B câble de levage C câble tracteur EB treuil de levage EC motrice de translation F véhicule G7 tour ou chariot de renvoi T câble porteur Blondin a voie fixe Voie entre pylônes fixes et ancrages fixes Blondin radial A1 pylône coté entraînement G1 pylône coté retour ou renvoi B câble de levage C câble tracteur EC motrice de translation EB treuil de levage F véhicule T câble porteur A4 motrices à poste fixe B câble de levage C Câble de translation Blondin parallèle EB treuil de levage 13

14 EC motrice de translation F véhicule G7 tour ou chariot de renvoi T câble porteur D autres dessins existent ou sont en préparation. Sous la direction de l ingénieur Bonini, le groupe de travail a tenu plusieurs réunions en 2000 et 4 réunions en Le programme 2002 prévoit 2 réunions pour le moment, la première à Côme en janvier et la deuxième à Hambourg au mois de mars. Après l accord sur le texte du préambule et des dispositions relatives à l exploitation, le groupe compte terminer, pendant les deux premières réunions prévues, les articles relatifs à l analyse de risques ainsi qu aux installations permanentes Successivement, le groupe continuera à traiter les propositions et modifications de texte élaborées par ses différents sous-groupes en ce qui concerne les téléphériques à marchandises temporaires et les blondins. Les membres du groupe de travail coopèrent en parfaite harmonie et s efforcent à élaborer un texte de recommandation qui puisse servir d assistance et de support à tous ceux qui travaillent dans le secteur les appareils à marchandises dans le monde entier. Chaque expert apporte ses propres expériences et connaissances professionnelles quand il s agit de préciser les définitions et de concorder la rédaction sur un des multipes thèmes à traiter. ACTIVITES DES COMMISSIONS D ETUDES Commission d études n I: Technique des transports à câbles et recommandations. Président :Dipl. Ing. Dr. Peter Sedivy du Ministère autrichien de l infrastructure et des transports. Le président présente le rapport suivant : La commission d études n I. a terminé les travaux de rédaction de la Recommandation pour les particularités techniques des téléphériques double monocâble et espère que la publication officielle sera faite prochainement. Le dernière réunion de la commission n I a eu lieu le 11 octobre 2001 à Bolzano. La participation nombreuse de plus de 20 délégués a démontré l intérêt vis à vis du nouveau thème qui sera traité au sein du groupe et précisément l élaboration d une Etude de sécurité des installations monocâble à mouvement continu 14 conformément aux principes énoncés par le pren :1999. Avant d amorcer la réduction d une recommandation y relative, il sera indispensable définir les composants de sécurité et en dresser la liste exhaustive sur la base de la directive 2000/9/CE du 20 mars 2000 (directive transports à câbles). La tâche de dresser la liste des composants de sécurité faisant partie des sous-systèmes d une installation à câbles a été confiée à plusieurs experts de la commission qui présenteront pour discussion le résultat de leur analyse préliminaire à la prochaine réunion de la commission d études n I prévue pour le 4 février 2002 à Hambourg. Entretemps, la commission d études n I a dû prendre acte avec regret des démissions d un délégué qui a collaboré avec le groupe depuis 1989, l ingénieur Daxner, qui a profité du passage d un thème de travail à l autre pour quitter la commission d études. Tous les autres membres ont voulu lui exprimer leur reconnaissance pour la qualité des contributions techniques et professionnelles qui ont souvent permis d approfondir et d accéléler les travaux de façon considérable. Sur proposition de la maison Girak-Garaventa, M. Walter Eisler prendra la place de M. Daxner Le 12 octobre 2001 la commission d études n I a organisé dans le centre des congrès de la Foire de Bolzano, dans le cadre de l ALPITEC, un séminaire sur les Conséquences et effets des limites techniques actuelles dans la construction des installations à câbles. Lors de la manifestation, quattre experts de la commission ont présenté des interventions de haut niveau technique. Commission d études n II: Propriétés et contrôle des câbles La commission n a pas tenu de réunions pendant l année Comme annoncé, l autorité de surveillance française a soumis une proposition concrète visant à remettre en route la commission d études : Elle suggère notamment de nommer animateur du groupe M. Laurent Reynaud, responsable des câbles au sein du STRMTG, proposition approuvée par le Comité de Direction lors de sa dernière réunion. La commission se composera d experts de tous les pays nommés par les constructeurs de remontées mécaniques, les fabricants de câbles, les autorités de surveillance et les exploitants ainsi que de spécialistes de câbles provenant de secteurs différents de celui des remontées mécaniques. Il est en outre prévu de faire participer aux tra-

15 vaux des experts non-européens qui pourraient assurer leur collaboration en recourant aux moyens de communication modernes. Le programme de travail comprendra des thèmes directement liés aux acteurs des transports à câbles ce qui contribuera à accélérer les travaux. Pour cette raison, le programme sera établi en contact étroit avec les exploitants et les constructeurs de remontées mécaniques. La langue de travail sera l anglais. Cela permettra de réaliser des économies de budget qui pourraient être utilisées pour financer des travaux importants ou le remboursement de frais de déplacement de certains experts. Les réunions se tiendront à tour de rôle dans les différents pays choisis sur la base des problèmes à l ordre du jour. Dans la première année, on prévoit d organiser deux ou trois séances de deux journées chacune, fréquence et durée permettant d organiser éventuellement une visite technique d une demi-journée. De toute façon, la commission d études n II devra nouer des contacts étroits avec le groupe de travail C du CEN TC 242 chargé d élaborer les normes harmonisées relatives aux câbles employés dans les installations à câbles. Commission d Etudes N III: Equipement électrique et composants d installations à câbles. Président : Dipl. Ing. Ruedi Schüle de l Office Fédéral des Transports. Dans le deuxième semestre 2001, la commission d études s est réunie du 10 au 12 septembre pour discuter des points suivants mis à l ordre du jour : Discussion des évènements et désordres de l équipement électrique des installations de transport á câbles. Signalisation et mise en mémoire des désordres et états de service Prévention et protection vis à vis du risque d incendie des funiculaires Mesures à prendre pour l équipement électrique. Situation des autres types d installations Funiculaires automatique Antennes de téléphonie mobile. Permis de construction à proximité des installation à câbles Maintenance Problèmes spécifiques de l équipement électriques? Emploi d automates programmables et de systèmes électroniques complexes Commande de substitution resp. exploitation de substitution Commission d Etudes n IV: Questions juridiques, administratives, économiques et statistiques. Président : Dr. Horst Kühschelm du Ministère autrichien de l infrastructure et des transports. La Commission a pu saluer quelques nouveaux membres pendant l année 2001 : M. Bedrac (association slovène des remontées mécaniques), M. Marzola (Plose Seilbahnen AG, Tyrol du Sud), Mme Priesnitz (secrétaire générale de l association allemande des transports à câbles) et M. Sartori (Remontées Mécaniques suisses). Dans l année, la commission d études a organisé deux réunions de travail, la première le 30 avril/1er mai à Martigny et la deuxième les 15 et 16 novembre a Vienne pendant lesquelles les thèmes suivants étaient à l ordre du jour : Conditions pour la création de la collecte internationale des jurisprudences (l élaboration du glossaire multilingue des termes juridiques/économiques est en cours), préparation du rapport final concernant la responsabilité (civile) des exploitants et responsables des pistes (à transmettre au Comité Directeur pour approbation et publication), révision des conditions de transport (transport des enfants en particulier), discussion du rapport présenté par le groupe Environnement animé par l ing. Manhart (Forum de l Environnement de l O.I.T.A.F.) En vue de la décision du Comité Directeur de consacrer le séminaire 2002 aux questions économiques et/ou juridiques, la commission a décidé d organiser le séminaire en automne 2002 à Innsbruck, dans le cadre d INTERALPIN. La première discussion sur le titre de la manifestion et les thèmes à traiter a abouti aux propositions suivantes : Titre de travail : Question spécifiques de gestion et responsabilité civile des installations à câbles. Les thèmes à présenter par les membres de la commission seront être autres : Assurance mutuelle contre les risques d exploitation Problèmes du transport des enfants 15

16 Importance des données caractéristiques pour les exploitants, constructeurs et autorités Responsabilité civile du président-directeur général et du chef d exploitation des sociétés de transport à câbles ainsi que les questions spécifiques de la responsabilité civile dans le cadre de l environnement, la présentation de la collecte juridictionnelle etc. Groupe de travail Forum de l Environnement au sein de la Commission d Etudes n IV : Animateur : Ing. Michael Manhart Dans la deuxième partie de l année, le groupe de travail a tenu deux réunions : 26/27 juillet à Martigny (CH), 14 novembre 2001 à Vienne (A). A la réunion de Martigny la discussion s est concentrée sur les différentes modalités d organisation du travail à l intérieur du groupe et la nécessité de faire traduire les documents distribués qui sont souvent très volumineux. Le groupe a en outre souligné l exigence de coopérer plus étroitement avec les instituts de recherche et les universités (la science). La deuxième journée était réservée à l excursion du Mont Fort : Montée en téléphériques et descente sur une nouvelle piste de ski avec visite technique des travaux de reverdissement actuellement en cours. Pendant la visite, les experts ont eu l occasion de discuter sur place, face au projet réalisé, sur les problèmes d aménagement de la piste et des eaux, érosion du sol, travaux de reboisement etc. Mme Dinger a fait une communication sur son récent voyage aux Etats-Unis, qui lui a permis de prendre contact avec un fabricant d adjuvant de neige de culture et de visiter une station de sports d hiver qui utilise l adjuvant en question depuis une dizaine d années, ainsi que sur les activités scientifiques qui ont lieu en France et Italie pour tester les additifs destinés à la fabrication de la neige de culture, communication suivie d une vive discussion. Pour la réunion de Vienne, le groupe a invité le prof. Erwin Lichtenegger, expert de renommé international, qui a fait une présentation très intéressante, hautement appréciée par tous les participants, sur le thème du Reverdissement des pistes dans la pratique (construction/aménagement de pistes, couches superficielles, semences, engrais utilisés). M. Lichtenegger a démontré que l emploi des dernières techniques en matière de revégétalisation des pistes permet non seulement de réaliser des améliorations qualitatives importantes, mais aussi des économies substantielles à long terme. Les derniers résultats de ses recherches seront publiés dans une nouvelle édition de son manuel intitulé Reverdissement en altitude qui paraîtra probablement en 2002, en allemand et en anglais. Le groupe d est penché en outre sur une publication rédigée par Mme Rita Wyder avec le titre Tourisme de ski et écologie en Suisse qui anlyse entre autres, en termes très critiques, la situation du tourisme alpin et le rôle des installations de transport à câbles. Le problème de la densité des skieurs a été brièvement discuté sur la base de nouveaux documents distribués. Le groupe a finalement procédé à un échange de vues sur les gardes-piste qui, ont constaté les experts présents, n existent que dans le Vorarlberg sur la base d une loi régionale spécifique relative aux activités sportives et exercent pratiquement les fonctions de police des pistes. Les 40 gardes-piste existants ont été formés par la Bezirkshauptmannschaft (gendarmerie générale). En service dans le domaine skiable, normalement ils commencent par rappeler amicalement à l ordre le skieur indiscipliné. Rarement, ils retirent le forfait pour la durée de 24 heures, et pratiquement jamais ils ne séquestrent le matériel de ski. Dans certains cas, particulièrement graves, le skieur est transféré à la gendarmerie. Dans le reste de l Autriche, vue l absence de dispositions législatives y relatives, l exploitant ne peut exclure le skieur du transport que sur la base du contrat de transport. La prochaine réunion qui se tiendra les 11 et 12 juin 2002 dans le Tyrol du Sud (I) sera consacrée au thème de la Gestion des eaux dans le domaine skiable; stabilisation des berges, thème qui fera l objet d une communication spécifique, suivie de discussion. Le groupe a en outre en programme la discussion sur l effet et les conséquences des installations de neige de culture sur les animaux sauvages. Commission d Etudes n VI: Optimisation de téléphériques et téléskis Président : Ing. Francis Crouzet Compagnie des Alpes, Les Arcs (F) de la 16

17 Le 5 octobre, le commission d études a tenu sa Restent certaints points à définir, tels que: deuxième séance de l année à Hambourg, sur - Le champ d application invitation de la BG Bahnen - La sécurité des personnes (personnel, Lors de la réunion, les deux thèmes suivants passagers, tiers) étaient à l ordre du jour : - La définition de la télésurveillance - Tapis de remontée pour domaine skiable; - L exclusion réglementaire de l application - Télésurveillance aux dispositifs de sécurité de la ligne et des gares Tapis de remontée pour domaine skiable : - Le fait qu une télésurveillance apporterait La modification du texte de la recommandation un niveau de sécurité supérieur proposée par la commission d études a été approuvée par le Comité Directeur. L art de - Télésurveillance d assistance à un opérateur la recommandation se lira donc comme suit: (le - Télésurveillance associée à des disposi- nouveau texte étant souligné) 3.5. A l arrivée, la transition entre la bande et la surface fixe doit être sans danger. Le point rentrant de la bande doit être équipée d un dispositif arrêtant automatiquement l installation en cas de coincement et de happement et déclenchant une alarme. Le groupe a en outre souligné que les constructeurs des tapis de remontée doivent de toute façon se conformer aux dispositions de la norme EN 115 : Règles de sécurité pour la construction et l installation des escaliers mécaniques et trottoirs roulants. tifs de commande automatiques - Substitution d un opérateur - Exemples italiens de règlements et de dérogations communiqués pour éclaircir certains points des débats (report sur un tableau de contrôle des indicateurs de bon fonctionnement et des signaux nécessaires, situé au point de télécommande) - La prise en compte des possibilités et capacités d un agent pour définir le nombre et la qualité des information qu il peut prendre en compte (ne pas le submerger ou lui assigner des missions impossibles ) Télésurveillance Lors de sa dernière réunion, la commission - La prise en compte des principes de prévention : analyse des risques et mesures d études a surtout poursuivi les travaux relatifs à la télésurveillance des installations à câbles. de prévention. Elle a notamment discuté sur les chapitres suivants : 1. Champ d application CALENDRIER DES REUNIONS: 2. Généralités Réunions des organes de l O.I.T.A.F. 3. Informations pouvant être recueillies par une télésurveillance Comité Directeur: à Grenoble (F) Comité Exécutif: aéroport Zurich (CH) 4. Utilisation des informations fournies par une télésurveillance Assemblée Générale à Grenoble (F) 5. Exigences relatives à la qualité de la télésurveillance Comm. d Etudes n I: à Hamburg (D) 6. Conditions d utilisation 7. Dispositions complémentaires Groupe de travail de la Commission d Etudes n I Téléphériques à mat.: 21/ à Como (I) La définition suivante de la télésurveillance a 21/ à Hamburg (D) été convenue : Comm. d Etudes n. III: en Suisse Au titre de la présente recommandation, on 11./ en Italie appelle télésurveillance un système permettant de percevoir à distance (voir, entendre, sentir) Comm. d Etudes n. IV: 06/ à Rome (I) pour assister un opérateur Groupe de travail de la Commission d Etudes n IV: ou entraîner automatiquement une action Forum de l Environnement : (télésurveillance automatique) 11/ à Bolzano (I) Dans l état actuel des réglementations, les systèmes de contrôle de sécurité ne peuvent être Comm. d Etudes n Nr. VI: à Rome (I) à Annecy (F) remplacés par une telle télésurveillance à Grenoble (F)

18 O.I.T.A.F. dans l INTERNET Accès aux files réservé aux membres de l O.I.T.A.F. Possibilité pour les membres d accéder par un simple clic directement à toutes les Recommandations Techniques de l O.I.T.A.F. ainsi qu aux Etudes élaborées par les Commissions d Etudes ces dernières années. Essayez de le faire! De même, Vous avez toujours à disposition l édition la plus récente des O.I.T.A.F.- NEWS. Pour entrer, il Vous faut le mot de passe transmis par correspondance. Généralités : Le site de l O.I.T.A.F. existe dans les langues française, anglaise, italienne, espagnale et allemande avec l adresse suivante : >http://www.oitaf.org<. Il fournit les informations générales sur l organisation et en particulier : Qu est-ce que l O.I.T.A.F.? L organigramme de l O.I.T.A.F. Les statuts de l O.I.T.A.F. Les activités de l O.I.T.A.F. NEWS et autres moyens d information au sein de l O.I.T.A.F. O.I.T.A.F.-NEWS Distribution des fonctions au sein de l O.I.T.A.F. Les Commissions d Etudes de l O.I.T.A.F. Recommandations Techniques, Etudes et Statistiques de l O. I.T.A.F. Communications présentées lors des Séminaires de l O.I.T.A.F. Les Séminaires de l O.I.T.A.F. Toute information supplémentaire sera donnée par poste électronique : Publié par : O.I.T.A.F. secrétariat général I Bolzano, Palazzo Provinciale 3B Via Crispi, 10 Tél Fax Ou : Sauf indication contraire, rédactions et photographies du secrétaire général de l O.I.T.A.F. 18

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008

Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion. Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Conseil d administration de l Association «Heidelberg Alumni Frankreich» (HAFR) Première réunion Réunion du conseil tenue le 11 juillet 2008 Compte rendu Le conseil d administration a lieu le 11 juillet

Plus en détail

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE)

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) ISF STATUTS Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) Membres élus du Comité Exécutif un Président un Vice-président un Secrétaire Général

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS»

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Nom, siège, but Art. 1 La «Société suisse d hydrologie et de limnologie» (SSHL) est une association au sens de l art. 60 ff du Code civil suisse.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT CONTRIBUTION de M. José PEDRO MONTERO Secrétaire de la Chambre des Députés (Uruguay), à la communication

Plus en détail

«Les Amis de la Course» à Chavornay

«Les Amis de la Course» à Chavornay Statuts de l amicale «Les Amis de la Course» à Chavornay I Nom et siège Art. 1 L amicale «Les Amis de la Course», est une société à but non lucratif ouverte à tous. C est une association au sens des articles

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY)

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) ARTICLE I - DENOMINATION La dénomination de l ássociation est FASNY-PAT

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Élections professionnelles 2014 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Rôle et missions 1 Le CHSCT Définition: Instance de représentation et de dialogue chargée de donner

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE

4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE 1- BULLETIN D ADHESION 2- APPEL A COTISATION 3- DECLARATION DE CONSTITUTION D UNE ASSOCIATION 4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Reinraumtechnik Société Suisse pour la prévention de la contamination Swiss Society for Contamination Control

Schweizerische Gesellschaft für Reinraumtechnik Société Suisse pour la prévention de la contamination Swiss Society for Contamination Control Schweizerische Gesellschaft für Reinraumtechnik Société Suisse pour la prévention de la contamination Swiss Society for Contamination Control S T A T U T S I. Nom, siège et but Art. 1 Art.2 La Société

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE 1 PREAMBULE Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les conditions de fonctionnement du Comité Technique Paritaire fonctionnant auprès du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

SHULA, SACRED HEART UNIVERSITY LUXEMBOURG ASSOCIATION, A.s.b.l.,

SHULA, SACRED HEART UNIVERSITY LUXEMBOURG ASSOCIATION, A.s.b.l., SHULA, SACRED HEART UNIVERSITY LUXEMBOURG ASSOCIATION, A.s.b.l., Association sans but lucratif. Siège social: L-1615 Luxembourg, 7, rue Alcide de Gaspéri. L association sous-rubrique est régie par les

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité I Nom, Siège, Buts et Tâches Statuts Article 1 Article 2 Article 3 Nom L Association se nomme ASPEDAH (Association

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE ACTUARIAL ASSOCIATION OF EUROPE ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE 4 PLACE DU SAMEDI B 1000 BRUSSELS, BELGIUM TEL: (+32) 22 17 01 21 FAX: (+32) 27 92 46 48 E MAIL: info@actuary.eu WEB: www.actuary.eu STATUTS

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Élections à la Commission permanente. à la. Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE

Élections à la Commission permanente. à la. Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE Élections à la Commission permanente à la XXXII e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE Le présent formulaire de candidature

Plus en détail

Statuts. TITRE I But et composition

Statuts. TITRE I But et composition Société Française de Médecine de l Exercice et du Sport Statuts La Société Française d Éducation physique et de sport est devenue le 14 décembre 1967 la Société Française de Médecine du Sport (marque déposée),

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 1 S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 2 I. Nom, siège et but Art. 1 Est constituée sous le nom de «Conférence

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2005/7 31 janvier 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX

MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS. 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX MAISON DES SCIENCES DE L HOMME D AQUITAINE STATUTS 10, Esplanade des Antilles Domaine Universitaire 33607 PESSAC CEDEX Tél. +33 (0)5 56 84 68 00 Fax +33 (0) 5 56 84 68 10 http://www.msha.fr STATUTS Modifiés

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

STATUTS. Note : Le genre masculin est utilisé pour éviter d'alourdir le texte

STATUTS. Note : Le genre masculin est utilisé pour éviter d'alourdir le texte STATUTS Note : Le genre masculin est utilisé pour éviter d'alourdir le texte Fédération des aînés et des retraités francophones de l Ontario Page (FARFO) Statuts 1 de 10 STATUTS 1. Raison d être 1.1. La

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 23 février 2005 Taxud E1 MH/

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS Révisés en octobre 2014

STATUTS Révisés en octobre 2014 STATUTS Révisés en octobre 2014 Article 1 : Dénomination et siège Il est fondé une association de personnes ayant pour nom «European Society of Intensive Care Medicine» conformément à l'article 60 ff du

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05 STATUTS Article 1 DENOMINATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour dénomination : l Association

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse.

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse. Titre préliminaire AEAG : Association des Etudiants Albanais de Genève Art. - CONSTITUTION L Association des Etudiants Albanais de Genève (AEAG) est une association sans but lucratif organisée corporativement

Plus en détail

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse»

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse» «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» Statuts I. Nom, siège et buts 1. Nom et siège Sous le nom de «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» est constituée une Association au

Plus en détail

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes (Ordonnance sur le transit alpin, Otransa) 742.104.1 du 28 février 2001 (Etat le 10 avril 2001) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRAE/C/WP.6/2014/1 istr. générale 9 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité du commerce Groupe de travail des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse I. Nom, siège, but, financement Art. 1 Nom et siège 1 Sous le nom Médiation Culturelle Suisse, nommée ci-après l association, est constituée une association

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions 9 juin Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009- Introduction Le Comité de vérification du Bureau du directeur général des élections du Canada

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/72/46 15 mai 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

1 Pourquoi modifier l ISO 9001?

1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1.1 L examen systématique de la norme ISO 9001:2000 Chaque norme internationale fait l objet d un examen systématique en vue de déterminer s il convient de la confirmer,

Plus en détail

Statuts de la Communauté d Intérêts pour les Transports Publics en Suisse (CiTraP Suisse)

Statuts de la Communauté d Intérêts pour les Transports Publics en Suisse (CiTraP Suisse) Statuts de la Communauté d Intérêts pour les Transports Publics en Suisse (CiTraP Suisse) I. Nom, composition et but Art. Nom, siège et composition Sous la dénomination Communauté d intérêts pour les transports

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 Section institutionnelle INS Date: 30 octobre 2015 Original: anglais ONZIÈME QUESTION

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE RÉGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 1 - PRÉAMBULE ARTICLE 1 OBJET DU RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi en vertu de l article 1 des statuts,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

STATUTS de l association EuroGeographics

STATUTS de l association EuroGeographics STATUTS de l association EuroGeographics Dans ce qui suit, le terme «Association» désigne l association EuroGeographics. Article 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail