N 236 /APCM/2010. n 09. Manel AIT-MEKIDECHE. Page 1. Newsletter n 09-

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 236 /APCM/2010. n 09. Manel AIT-MEKIDECHE. Page 1. Newsletter n 09-"

Transcription

1 Assistante du PDG Chargée des Relations avec les Médias N 236 /APCM/2010 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter presse n 09 Edition électronique Août 2010 Newsletter n 09- août 2010 Page 1

2 Sommaire Sonelgaz : présentation 3 Sociétés du Groupe Sonelgaz 4 Amélioration en matière de puissance disponible 6 Rappel des centrales électriques mises en service en Les réseaux de distribution et la qualité de service : 6 Ce qu il faut savoir sur les réseaux de distribution et les origines des incidents 6 Contraintes quotidiennes 7 Mesures prises et difficultés 8 Retenir: changement du mode de consommation des ménages 9 Rappel : Consommation moyenne spécifique par client basse tension 9 Rappel : Consommation spécifique moyenne par abonné basse pression 10 Les Puissances appelées en pointe été 2010(matin et soir) : 10 1ère remarque : La pointe soir été est plus importante que la pointe soir hiver 11 2 ème Remarque : Evolution importante de la pointe matin en été 12 Particularité de la courbe de charge en Algérie 13 Rappel des perspectives d avenir : plan de développement Moyens de production 16 Transport Electricité 17 Transport Gaz 18 Distribution de l électricité et du gaz : 19 Plus de milliards de dinars d investissement sur la période Quelques paramètres 21 Créances exigibles milliards de dinars de dépenses d investissement en Taux d électrification, taux de pénétration de gaz et clients SD 21 Distribution publique de gaz 21 Ingénierie : 22 Production d électricité : les investissements se poursuivent 22 De nouvelles lignes électriques en 400 kv 23 Les énergies renouvelables, une réalité 23 Nous investissons dans le capital humain. 23 Investir dans le génie local : 24 AMC El Eulma, filiale de Sonelgaz 24 Rappel : Émergence d une industrie du photovoltaïque 24 Contact Presse 24 Table des Figures 25 Tableaux 25 Newsletter n 09- août 2010 Page 2

3 Sonelgaz : présentation Héritière d Electricité et Gaz d Algérie (EGA), Sonelgaz a exercé depuis 1969 sa mission de service public et n a cessé, depuis, d incarner la dynamique du pays. Evoluant constamment pour mieux s adapter à son environnement, et surtout, pour mieux répondre aux exigences d une Algérie en mutation, l entreprise continue aujourd hui d assumer son rôle en contribuant activement à la prise en charge des grands projets structurants qui nécessitent une mobilisation nationale. Après avoir relevé le défi d assurer la continuité de service dès l indépendance en prenant courageusement le relais après le départ des colons, après avoir accompagné les plans de développement du pays en réussissant à électrifier l ensemble du territoire et à développer les ouvrages gaziers pour atteindre aujourd hui un taux de pénétration en gaz naturel de près de 44%, Sonelgaz a su relever le challenge de la restructuration en s adaptant à un nouveau contexte économique traduit par la loi du 05 février 2002 relative à l électricité et à la distribution du gaz par canalisations. En effet, ladite loi, dans son article165, stipule que la Société Algérienne de l Electricité et du Gaz, qui conserve la dénomination de «Sonelgaz. Spa», est transformée en «holding de sociétés par actions». Le Groupe compte aujourd hui, outre la maison mère, 34 sociétés filiales et 6 sociétés en participation directe. Désormais, la maison mère exerce essentiellement les missions de gestion du portefeuille des actions détenues dans les sociétés du Groupe, de l audit interne et du contrôle. Elle a également pour mission d élaborer et de mettre en œuvre la stratégie de développement du Groupe dans son ensemble. Pour rappel, le processus de transformation de Sonelgaz a commencé en 2004 avec la création de trois sociétés «métiers» : SPE, pour la production de l électricité, GRTE pour le transport de l électricité et GRTG pour le transport du gaz. Le processus s est poursuivi en 2006 avec l émergence, dès le 1 er janvier, de quatre sociétés de distribution de l électricité et du gaz (SDA, SDC, SDE et SDO) et d une société de gestion du système électrique national (OS). A la même période, les entreprises «Travaux» (KAHRIF, KANAGAZ, INERGA, ETTERKIB, KAHRAKIB) ont été rattachées au Groupe Sonelgaz sur décision des pouvoirs publics, pour une meilleure efficacité dans la réalisation des ouvrages énergétiques. La création au 1 er janvier 2009 des sociétés d engineering CEEG, des systèmes d'information ELIT et de la gestion immobilière SOPIEG ainsi que l intégration de la société Rouiba Eclairage marque le parachèvement de la transformation de Sonelgaz en une holding de sociétés. Nous associons progrès technique et valeurs humaines pour construire un projet sûr à votre service. Newsletter n 09- août 2010 Page 3

4 Sociétés du Groupe Sonelgaz 1 Société Algérienne de l'electricité et du Gaz SONELGAZ الشرآة الجزاي رية للكهرباء و الغاز Les Filiales Société Algérienne de Production de 2 l Electricité 3 4 Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l Electricité Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport du Gaz Société de Distribution de l'electricité et du Gaz d'alger SPE GRTE GRTG الفروع الشرآة الجزاي رية لا نتاج الكهرباء الشرآة الجزاي رية لتسيير شبكة نقل الكهرباء الشرآة الجزاي رية لتسيير شبكة نقل الغاز 5 SDA شرآة توزيع الكهرباء و الغاز للجزاي ر Société de Distribution de l'electricité SDC 6 et du Gaz du Centre شرآة توزيع الكهرباء و الغاز للوسط Société de Distribution de l'electricité SDE 7 et du Gaz de l'est شرآة توزيع الكهرباء و الغاز للشرق Société de Distribution de l'electricité SDO 8 et du Gaz de l'ouest شرآة توزيع الكهرباء و الغاز للغرب 9 Opérateur Système Electrique OS مسير منظومة الكهرباء 10 Shariket Kahraba Terga SKT شرآة آهرباء ترقة Shariket Kahraba Koudiet SKD 11 Eddraouech شرآة آهرباء آودية الدراوش 12 Shariket Kahraba Berrouaghia SKB شرآة آهرباء برواقية 13 Shariket Kahraba Skikda SKS شرآة آهرباء سكيكدة 14 Société de Travaux d Electrification KAHRIF شرآة أشغال الكهربة Société de Réalisation de KANAGHAZ 15 Canalisations شرآة انجاز القنوات Société de Travaux et Montage KAHRAKIB 16 Electriques شرآة الا شغال و الترآيب الكهرباي ي Société de Réalisation INERGA 17 d'infrastructures شرآة انجاز المنشا ت الاساسية 18 Société de Montage Industriel ETTERKIB شرآة الترآيب الصناعي Compagnie de l'engineering de CEEG 19 l'electricité et du Gaz شرآة هندسة الكهرباء و الغاز Société de Maintenance des MEI 20 Equipements Industriels شرآة صيانة التجهيزات الصناعية صيانة و خدمات السيارات 21 Maintenance Prestations Véhicules MPV Société Algérienne des Techniques SAT INFO 22 d Information الشرآة الجزاي رية لتقنيات الا علام Comptoir Algérien du Matériel CAMEG 23 Electrique et Gazier المتجر الجزاي ري للعتاد الكهرباي ي و الغازي Shariket Khadamet Mouhaouilat SKMK 24 Kahrabaia شرآة خدمات محولات آهرباي ية Newsletter n 09- août 2010 Page 4

5 Les Filiales Société de Transport et de Manutention Exceptionnels des Equipements Industriels et 25 Electriques Société de Prévention et d Action en Sécurité Centre de Recherche et de Développement de l Electricité et du Gaz Institut de Formation en Electricité et Gaz Fonds des Œuvres Sociales et Culturelles des Travailleurs des Industries Electriques et Gazières TRANSMEX SPAS CREDEG IFEG FOSC الفروع شرآة النقل و الشحن الاستثناي ي للتجهيزات الصناعية و الكهرباي ية شرآة الوقاية و العمل الا مني مرآز البحث و تطوير الكهرباء و الغاز معهد التكوين في الكهرباء و الغاز صندوق الخدمات الاجتماعية و الثقافية لعمال الصناعات الكهرباي ية و الغازية Société de Médecine du Travail des SMT 30 Industries Electriques et Gazières شرآة طب العمل للصناعات الكهرباي ية و الغازية 31 El Djazaïr Information Technology ELIT الجزاي ر إنفورماسيون تكنولوجي Société du Patrimoine Immobilier SOPIEG شرآة الا ملاك القارية للصناعات الكهرباي ية و 32 des Industries Electriques et Gazières الغازية 33 Hôtel Mas des Planteurs HMP نزل المزارعين 34 Rouiba Eclairage 35 AMC EL Eulma Les Participations المساهمات 35 Algerian Energy Company AEC ألجريان إينرجي آومبني 36 Algerian Energy Telecom Company AETC ألجريان إينرجي تيليكوم آومني Algerian Engineering Service ALGESCO 37 Company ألجريان أنجنرينغ سرفيس آومبني Société Algero Française d Ingénierie SAFIR 38 et de Réalisations الشرآة الجزاي رية الفرنسية للهندسة و الا نجاز 39 New Energy Algeria NEAL إينرجي ألجريا نيو 40 Shariket Kahraba Hajret En Nouss SKH شرآة آهرباء حجرة النوس Newsletter n 09- août 2010 Page 5

6 Amélioration en matière de puissance disponible Le renforcement du parc de production national de 42% par rapport à 2008 a permis d améliorer sensiblement la puissance disponible (l offre en matière d électricité). Il y a lieu de noter également que la consistance du réseau haute tension a augmenté de près de km totalisant une longueur réseau de plus de km dont près de km en 400kV. La capacité de transformation, grâce à la mise en service de 567 transformateurs et cabines mobiles, a augmenté de 2 200MVA pour atteindre une puissance totale de MVA. Par ailleurs, pour améliorer le plan de tension, des capacités de compensation supplémentaires ont été mises en service totalisant à fin 2009 près de 1 845MVAR, soit une évolution de 62% par rapport à Il y a lieu de noter également que l énergie totale non distribuée (12,9GWh en 2009) est en diminution de 30% par rapport à Rappel des centrales électriques mises en service en 2009 TG Alger Port : 2x35,5 MW TG Annaba : 2x35,5 MW TG Arbaa : 4x140 MW TG Relizane : 3x155 MW TG Ain Djasser: 2x127 MW TG M sila: 2x250 MW CC Hadjret Nouss: 3x407 MW Les réseaux de distribution et la qualité de service : Ce qu il faut savoir sur les réseaux de distribution et les origines des incidents Les réseaux de distribution sont constitués des lignes aériennes ou câbles sous-terrains moyenne tension, des lignes basse tension, des transformateurs et postes électriques. 1. Lignes Moyenne Tension : De nombreux facteurs peuvent fragiliser les réseaux de distribution et causer des incidents. Nous en citeront les plus fréquents : Rupture des conducteurs MT suite aux intempéries et vents violents. Surcharge des lignes due à des demandes exceptionnelles suite à la canicule par exemple ou une vague de froid, Atteintes tiers (travaux et engins, construction à proximité ou sous les ouvrages, vols de câbles etc) Défaut sur câble sous-terrain (agression, surcharge etc.) Pollution, surtout marine. Vétusté. Newsletter n 09- août 2010 Page 6

7 Ces incidents peuvent affecter à abonnés en moyenne 2. Transformateurs Moyenne Tension / Basse Tension Les incidents Moyenne Tension peuvent survenir sur les Transformateurs pour les motifs suivants : Fusions fusibles au niveau des postes de distribution MT/BT suite à des surcharges en période caniculaire, forte consommation due à la climatisation etc., Fusions de fusibles dus à la fraude (shunt ou détérioration de disjoncteur pour ne plus limiter la puissance des postes, d où les incidents sur les postes.) Court-circuit sur le réseau Basse Tension. Foudre. Les incidents survenant sur ces transformateurs peuvent affecter 100 à 200 abonnés en moyenne. La durée moyenne pour le remplacement d un transformateur est d environ 05 h. Le caractère urbain ou rural et les distances à parcourir peuvent faire varier substantiellement les délais. Les délais peuvent être rallongés suite au mécontentement des citoyens pouvant déboucher sur de graves évènements (manifestations, agressions des structures, des ouvrages ou des agents de la distribution). 3. Lignes Basse Tension Branchement individuel : mauvais serrage, utilisation de plus en plus fréquente de connecteurs BT contrefaits, fraudes, atteinte tiers. Sur le Réseau BT : balancement des conducteurs classiques à cause de la hausse des températures durant l été ou suite aux vents violents ou à cause des défauts au niveau des connecteurs de dérivation Un incident sur un départ BT (Basse Tension) dû à la fusion d un fusible BT par surcharge ou court circuit peut affecter 20 à 50 abonnés Un incident sur les branchements collectifs Basse Tension peut affecter 2 à 30 abonnés Souvent, ce sont des incidents qui touchent un client au niveau de son branchement individuel. Souvent, un incident sur un branchement individuel ne peut affecter qu un seul abonné. La durée moyenne des pannes Basse tension est de 3h. En effet, un incident Basse Tension doit être notifié par l abonné. Contrairement au réseau moyenne tension, l exploitant n a pas de visibilité sur le réseau Basse Tension). Contraintes quotidiennes Les atteintes de tiers, directes et indirectes, en nette progression, notamment avec la recrudescence des projets dans les grandes agglomérations et l insuffisance voir l absence de coordination entre les différents intervenants dans le domaine public, Recrudescence des vols des conducteurs et appareillage, L agression de nos réseaux par les engins et entreprises ou les constructions à proximité, sous ou sur nos ouvrages, Nombre d intervenants dans le sous-sol sans autorisation préalable. Difficultés d obtention de terrains de postes Newsletter n 09- août 2010 Page 7

8 Oppositions de tiers et difficultés rencontrées pour l obtention des autorisations de construire. Mesures prises et difficultés Pour anticiper sur la demande d électricité (en forte progression comme montré infra), les sociétés de distribution de l électricité et du gaz au nombre de 4 (SD Centre, SD Est, SD Ouest et SD Alger) ont décidé depuis quelques années de revoir la configuration de leurs réseaux et le critère de planification des ouvrages. Un plan de modernisation et d automatisation des réseaux est en cours d exécution (Bureau de Conduite Centralisée (BCC) d Alger, d Oran et de Constantine Micro-Scada et télé-conduite dans le reste des wilayas du pays) Un plan de réalisation de nouveaux postes de transformation MT/BT a été décidé par l ensemble des sociétés de distribution. Des études ont été réalisées et des plans de financement engagés. Ceci dit, réaliser des postes de transformation nécessite des assiettes de terrain. Les sociétés de distribution rencontrent depuis des années des difficultés avérées pour accéder au foncier notamment dans les grandes agglomérations pour la construction de ces postes. Aujourd hui, de nombreux postes de transformation Haute, Moyenne et Basse Tension sont en souffrance par manque de terrain ou à cause de la non délivrance d autorisation de construire. Outre les problèmes liés au foncier, plusieurs ouvrages restent en souffrance à cause des oppositions des tiers, rendant l exploitation des réseaux difficile et dégradant la qualité de service aux citoyens. En effet, pour alimenter des postes de distribution MT/BT ou des postes sources haute tension/moyenne tension, il est nécessaire de construire des lignes Haute Tension et Moyenne Tension qui traversent, souvent, des terrains privés. Les sociétés de Distribution travaillent à l amélioration des délais et de la qualité des dépannages grâce au recrutement et à la formation des électriciens, des chefs d équipes et des électriciens de petite intervention. Des équipes propres d intervention sont également reconstituées et équipées avec des moyens adaptés (engins, véhicules et outillage) Par ailleurs, pour mieux répondre aux doléances et requête des clients, un plan de développement et de généralisation du système de traitement informatique des appels est en cours. Autres actions : La mise à jour du plan d urgence, Suivi individualisé des clients importants, Maintenance des réseaux électriques, Généralisation des travaux sous tension MT et BT pour éviter les coupures pour entretien, Redynamisation des campagnes de mesure : tension, intensité, thermographie infra rouge etc., Redynamisation de l'entretien en ciblant en priorité les départs les plus perturbés, Développement des réseaux électriques, Elaboration des études des grandes agglomérations et mise à jour du schéma directeur, Normalisation des ouvrages, Newsletter n 09- août 2010 Page 8

9 Réhabilitation et mise à niveau des étages des postes sources HT/MT, Généralisation des protections numériques. Système d information pour améliorer la relation au client (payement des factures par poste et en projets : payement et consultation des factures par internet, mise en place des calls centers etc.) Par ailleurs, afin de réduire l impact des réseaux électriques sur l environnement : Poursuite du remplacement des lignes BT par des lignes isolées torsadées avec amélioration esthétique Intégration des postes dans le tissu urbain (à l intérieur des immeubles, préfabriqués, compacts, en semi enterré) Gestion des ouvrages Lancement projet de gestion informatique des réseaux moyenne tension et basse tension Retenir: changement du mode de consommation des ménages Il y a lieu de signaler que les foyers algériens ont complètement changé leur mode de consommation en seulement quelques années. Dans un passé très récent, la puissance appelée par abonné ne dépassait guère les 2 kw. Aujourd hui cette puissance est multipliée par 3, voire par 4 dans certaines régions. En effet alors que la consommation moyenne en électricité par foyer évoluait de moins de 1% entre 2003 et 2006, elle connait un bond à 3,5% en 2007 pour atteindre près de 6% en Ce qui peut s expliquer par l accès des foyers au bien être de la climatisation. Rappel : Consommation moyenne spécifique par client basse tension La consommation spécifique moyenne par client basse tension a connu une hausse par rapport à 2008 pour atteindre 2 623kWh en Si la consommation moyenne des foyers algériens a augmenté en moyenne, il est intéressant de noter que cette hausse est tirée essentiellement par la consommation des clients du sud qui ne représentent pourtant qu à peine 10% du nombre total des abonnés basse tension. Effectivement, si la consommation moyenne d un client situé dans le grand Alger est de 2 851kWh, un abonné basse tension situé dans le sud a consommé en 2009 une moyenne de 3 800kWh, en hausse de 5,2% par rapport à Cette particularité s explique par l utilisation massive de la climatisation, vu la spécificité climatique des régions sud caractérisée par des températures élevées durant plusieurs mois de l année. La consommation moyenne des clients de la région nord s explique par la densité de la population. Plus de 52% de la clientèle basse tension est située au nord du pays. Newsletter n 09- août 2010 Page 9

10 Tableau 1: consommation spécifique moyenne d'électricité par client Rappel : Consommation spécifique moyenne par abonné basse pression La consommation spécifique moyenne par client basse pression situé dans la région des hauts- plateaux est nettement supérieure à la consommationn moyenne d un client habitant le nord ou le sud du pays. En effet, la consommation moyenne d un client hauts-plateaux a atteint en 2009 plus de thermies, en évolution de 8% par rapport à Dans le nord, un client basse pression a consommé moyennement en 2009 quelques thermies (en évolution de 9,7% par rapport à 2008) tandis que dans le sud du pays, il aurait consommé thermies (en évolution de 8,7% par rapport à 2008). Les conditions climatiques assez rudes en hiver dans la région des hauts-plateaux notamment par la densité de la expliquent le recours de cette population au chauffage au gaz. Comme pour l électricité, la moyenne de la région nord s explique population (la clientèle basse pression du nord du pays représente 47% du nombre total d abonnés gaz) ). Tableau 2: consommation spécifique moyenne du gaz par foyer Les Puissancess appelées en pointe été 2010(matin et soir) : A ce jour, la puissance maximale appelée (PMA) a été enregistrée le 24 août 2010 à 20h30mn et a atteint MW en pointe soir, soit une évolution importante de 6% par rapport à la PMA 2009 (7 280 MW, pointe atteinte le 27 juillet 2009 à 21h45mn). Newsletter n 09- août 2010 Page 10

11 MW Courbe de charge de la journée du 24 Août h00 01h00 02h00 03h00 04h00 05h00 06h00 07h00 08h00 09h00 10h00 11h00 12h00 13h00 14h00 15h00 16h00 17h00 18h00 19h00 20h00 21h00 22h00 23h00 Figure 1: montre la courbe de charge du 24 août 2010 Outre l important taux d évolution de la PMA, il y a lieu de retenir deux phénomènes significatifs : 1ère remarque : La pointe soir été est plus importante que la pointe soir hiver Dans la figure suivante, il est montré comment la pointe été, toujours inférieure par rapport à la pointe hiver même si elle s y rapprochait chaque année davantage, a dépassé en 2009 la pointe hiver de près de 5,1%. A ce jour, la PMA été dépasse une nouvelle fois la PMA hiver en 2009/2010 de plus de 7,7% (PMA hiver MW enregistrée le 10 janvier 2010) Ce changement structurel (PMA été supérieure à la PMA hiver) est une donnée fondamentale dont il faut tenir compte. Désormais, la PMA été conditionnera le dimensionnement du parc de production et la définition de la réserve du fait même que les conditions climatiques en été ont une influence conséquente sur les capacités des centrales électriques de type turbines à gaz qui constituent une part importante du parc national. Newsletter n 09- août 2010 Page 11

12 POINTE SOIR ÉTÉ/MW POINTE SOIR HIVER/MW Figure 2: montre l'évolution de la PMA hiver et été sur la période ème Remarque : Evolution importante de la pointe matin en été Autre fait significatif, l évolution exceptionnelle de la pointe matin. Les deux figures suivantes montrent que la pointe matin est beaucoup plus importante en été qu elle ne l est en hiver. Elles montrent également que la pointe matin se rapproche davantage de la pointe soir durant la saison estivale. Ceci s explique naturellement par la hausse de la demande en électricité le matin en période estivale à cause de la climatisation et qui fait que la demande en plein jour se rapproche de la demande soir dite «lumière» ; phénomène qu on ne constate pas en hiver POINTE MATIN ÉTÉ/MW POINTE SOIR ÉTÉ/MW Figure 3: montre l'évolution de la pointe matin en été par rapport à la pointe soir 1 Chiffres arrêtés au 24 août Newsletter n 09- août 2010 Page 12

13 / / / / /2010 POINTE MATIN HIVER/MW POINTE SOIR HIVER/MW Figure 4: montre l'évolution de la pointe matin en hiver par rapport à la pointe soir En effet, la première contrainte climatique qui a un impact systématique et immédiat sur la demande de l électricité et sur la gestion du réseau électrique est la température. Les climatiseurs étant fortement répandus dans la majorité des foyers algériens, leur utilisation a induit des pics de consommation exceptionnels (pointe matin atteignant MW le 02 août 2010). Particularité de la courbe de charge en Algérie MW Courbes de charge du 18 juillet 2010 et du 27 juillet juil juil h00 00h45 01h30 02h15 03h00 03h45 04h30 05h15 06h00 06h45 07h30 08h15 09h00 09h45 10h30 11h15 12h00 12h45 13h30 14h15 15h00 15h45 16h30 17h15 18h00 18h45 19h30 20h15 21h00 21h45 22h30 23h15 Figure 5: montre un comparatif entre les courbes de charges des jours où ont été enregistrées les PMA des mois de juillet 2009 et Après avoir examiné ces courbes, il y a lieu de tirer un certain nombre d enseignements : Newsletter n 09- août 2010 Page 13

14 La courbe de charge a un aspect atypique vu les écarts constatés entre les valeurs enregistrés en creux de nuit et celles enregistrées en pointe matin et pointe soir. Pour le cas précis de la journée du 18 juillet 2010, il y a bien MW d écart entre le creux de nuit enregistré à 6h45mn (4 965 MW) et la pointe soir (7 636 MW). C est l équivalent de la puissance maximale produite par 2 méga-centrales de MW chacune comme celle de SKH. Mais ce qui est encore plus significatif, ce sont les variations de consommation entre le creux de nuit et la pointe soir et auxquelles le système doit faire face. Pour répondre à une telle demande, le gestionnaire du système électrique doit mobiliser assez rapidement (environ 5 à 7 heures) beaucoup de moyens de production (plus de MW) pour assurer la pointe matin (7 404 MW à 14h00mn), soit une évolution de près de 49%. La demande par la suite entame une descente (en baisse) et le gestionnaire doit alors réduire la production (l offre) de près de MW et atteindre MW à 19h00mn (soit une baisse de près de 25% en seulement 4 à 5 heures) pour ensuite remobiliser de la puissance en faisant à nouveau appel aux centrales en un temps record : il s agit bien de mobiliser près de MW (une hausse de 30%) en seulement 2 heures trente pour assurer la couverture de la pointe soir (7 636 MW à 21h45mn). La courbe entame ensuite une chute de près de 53%, soit près de MW en 10 heures de temps. En d autres termes, les dispatcheurs doivent baisser la production de près de 260 MW par heure ce qui est équivalent à peu près à la puissance d une centrale moyenne comme celle de F kirina. MW Ecart de la consommation d'électricité en Algerie et en France Août 2010 France 24 Août 2010 Algérie MW h00 01h00 02h00 03h00 04h00 05h00 06h00 07h00 08h00 09h00 10h00 11h00 12h00 13h00 14h00 15h00 16h00 17h00 18h00 19h00 20h00 21h00 22h00 23h00 Figure 6: montre les écarts de demande en Algérie et en France durant la journée du 24 août 2010 Les dispatcheurs (opérateurs de réseau) veillent donc, en période de pointe, à suivre le rythme de la montée en production pour répondre à l augmentation de la demande en mettant sur le réseau, en moyenne, 15 MW par minute (la puissance d une petite turbine à gaz), soit la puissance nécessaire Newsletter n 09- août 2010 Page 14

15 à l alimentation d une ville comme Birkhadem (Alger). Ainsi, si des centrales sont en fonctionnement continu pour couvrir la demande dite de «base», d autres centrales sont sollicitées exclusivement pour fonctionner en «pointe». Aussi, pour assurer la sécurité du réseau, il y a nécessité de disposer d une réserve mobilisable instantanément ou en léger différé qui sera sollicitée au besoin pour faire face à des aléas conjoncturels tels que la perte de production ou une augmentation inattendue de la demande. Cette réserve doit représenter environ 20% à 25% de la demande de «pointe». C est dire aussi que les ouvrages et les équipements (centrales, lignes haute, moyenne et basse tenions, câbles électriques, postes de transformation et de répartition etc.) sont soumis à rude épreuve la journée durant. Pourcentage (%) Courbes de charges réduites France (24/08/2010) et Algérie(27/07/2009 et 18/07/2010) Courbe de charge France du 24/08/ Courbe de charge Algérie du 27/07/ Courbe de charge Algérie du 18/07/ :00 00:45 01:30 02:15 03:00 03:45 04:30 05:15 06:00 06:45 07:30 08:15 09:00 09:45 10:30 11:15 12:00 12:45 13:30 14:15 15:00 15:45 16:30 17:15 18:00 18:45 19:30 20:15 21:00 21:45 22:30 23:15 France 24/08/2010 Algérie 27/07/2009 Algérie 18/07/2010 Figure 7: montre les courbes de charges réduites des journées du 27/07/2009 et du 18/07/2010 Algérie et du 24/08/2010 France Comme il est montré dans la figure ci-dessus, la courbe de charge dans un pays fortement industrialisé ne connait pas de grands écarts de consommation. Cette courbe explique par ailleurs le choix de SPE d opter pour la réalisation de petites centrales de type turbine à gaz à démarrage rapide (souvent inférieur à 30 minutes) qui permettent de répondre à la modulation de la demande journalière en donnant la possibilité aux dispatcheurs de les mettre rapidement sur le réseau à chaque fois que c est nécessaire. Ce type de centrales permet aussi de secourir vite le système en cas de défaillance des grosses centrales de type cycle combiné ou turbine vapeur dont le redémarrage nécessite une durée moyenne de 6 à 16 heures. Newsletter n 09- août 2010 Page 15

16 Le renforcement du parc de production national par le plan 2000 MW de type turbine à gaz de la Société algérienne de Production de l Electricité (SPE, filiale de Sonelgaz), vient donc à point nommé pour répondre à la problématique des aléas possibles sur les centrales installées en base (autrement dit, celles qui sont constamment connectées au réseau pour répondre à une demande permanente). Rappel des perspectives d avenir : plan de développement Moyens de production La puissance installée a beaucoup évolué au fil du temps passant de 568 MW en 1962 à plus de MW à fin avril L essentiel de cette puissance (8 439 MW) est généré par les centrales de la Société de Production de l Electricité (SPE), filiale du Groupe Sonelgaz. Huit nouvelles centrales électriques, totalisant une puissance de près de MW, viendront d ici consolider le réseau interconnecté nord. Une capacité additionnelle d environ MW sera réalisée sur la période D ici 2020, la puissance installée du parc de production dans le sud passera de 465 MW à 768 MW à l horizon Une capacité additionnelle de l ordre de 365 MW en énergie solaire sera installée par SPE à horizon 2020 à raison de 10 MW en 2013 et 50 MW par an à partir de Un déclassement d un parc vétuste, totalisant une puissance d environ MW, est envisagé sur la période Ce plan de développement nécessitera une enveloppe totale d environ milliards de dinars dont plus de 85% représente les investissements à la charge de SPE 2 Il s agit d une synthèse des plans de développement des infrastructures électriques, gaziers et immobilières des sociétés du Groupe Sonelgaz : ensemble des ouvrages liés à la Production de l électricité, au transport de l électricité, au transport du gaz, à la distribution de l électricité et du gaz et infrastructures des Sociétés métiers de base du Groupe pour la période Sur la période , il est prévu d installer une puissance supplémentaire de 5 000MW dont 2 400MW totalisant la puissance des centrales à réaliser par SPE. Cette capacité de production décidée, concernent les extensions des centrales F Kirina, Ain Djasser, Ras Djinet, Messerghine. Le reste de la puissance sera assuré par les nouvelles centrales de producteurs en cours de réalisation : centrale hybride de Hassi R Mel, centrale 1 200MW de SKT (Terga) et la centrale de 1 200MW de SKD (Koudiet Draouech). 4 Sur la période , il est prévu une capacité de production additionnelle en idée de projet de MW. Il est tenu compte également de la mise en place d une réserve nationale en moyens de production mobile (en turbines à gaz et groupes diesel) de 200 MW décidé ainsi que d une réserve mobile de 100 MW en idée de projet. Newsletter n 09- août 2010 Page 16

17 Figure 8: montre les centrales en construction et les centrales décidées sur la période Transport Electricité Il est prévu la mise en service en 2012 de la dorsale 400 kv Nord- Sud constitué de trois postes (Hassi Messaoud - Hassi R Mel et Oued El Abtal) qui va relier le réseau sud au réseau nord à travers la liaison Hassi Messaoud - Hassi R Mel Bir Ghebalou Oued El Abtal Hassi Ameur. La participation de l Etat au financement de ce projet structurant sera de 32 milliards de Dinars Lignes 400 kv Lignes kv Lignes 60 kv km km km km km km km km km km km km Lignes décidées Lignes en idée de projet Longueur totale des lignes Figure 9: montre les longueurs des réseaux de transport d'électricité à réaliser d'ici 2020 La longueur globale du réseau de transport d électricité à réaliser sur la période est de l ordre de km dont km déjà décidés (1 313 km pour la dorsale Nord Sud 400 kv). Avec ce développement, la longueur du réseau de transport sera de km en Newsletter n 09- août 2010 Page 17

18 Postes 400/220 kv Postes 220/ kv Postes 90-60/30-10 kv postes 98 postes postes Postes décidés Postes en idée de projet Nombre total des postes Figure 10 : montre le nombre et la puissance des postes électriques à réaliser d'ici 2020 Le montant des investissements dans le transport de l électricité s élève à plus de 812 milliards de dinars. 73% de ce montant sera à la charge du GRTE. Transport Gaz Sur la période , d importants projets structurants seront mis en œuvre parmi lesquels la réalisation d une grande rocade gaz (GREO), d un dispatching pour la télésurveillance et la gestion en temps réel du réseau de transport du gaz et de près de km de conduites gaz. Le plan de développement sur cette période concerne essentiellement le programme de Distribution Publique du gaz décidé par l Etat. Il s agit de l achèvement du programme CIM (Conseil Inter Ministériel), du PC (Programme Complémentaire), du PCSC (Programme Complémentaire de Soutien à la Croissance), du programme des wilayas des Hauts-Plateaux, du programme des 10 wilayas du Sud, du programme Tlemcen et du Fonds sud ainsi que les programmes des 09 wilayas. 45,0 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 38,9Gm3 20,8Gm3 11,8Gm Figure 11: montre l'évolution de la consommation du gaz à partir de 1999 et donne une perspective jusqu'à 2020 Newsletter n 09- août 2010 Page 18

19 En plus p du programme des DP D gaz, le plan p de développement inntègre les invvestissementts décidés danss le cadre des études de développpement du réseau de transport duu gaz et dees études d alimentation enn gaz natureel des centraales électriquues, les inveestissementss prévus par le GRTG pourr la sécurité d approvisionnement ainsi que ceux relatifs au raaccordementt en haute prression de la clientèle indusstrielle nouveelle. Ce plan de dévveloppement, inclut l ouvrrage structurrant GREO (Gazoduc R Rocade Est Ouest) O qui relieera plusieurs wilayas de Khenchla K à Sidi S Bel Abbbes. Le financcement du G GREO est esstimé à 28 milliaards de dinars dont 6 milliards (21,4% %) est à la charge du GRT TG. Ces investissem ments vont néécessiter unee enveloppe financière de d plus de 3337 milliards de dinars. 48% % de ce montant sera à la charge du GRTG. G Disstribution de d l électriicité et du gaz g : Pour les réseauxx de Distributtion de l électtricité et du Gaz, G les plans de développpement intègrent tous les programmes p d électrificattion et de Diistribution Puublique du Gaz G initiés paar l Etat, ainssi que des équiipements spéécifiques relaatifs à la bonnne exploitation et au bonn fonctionnement des résseaux tels que les équipem ments de téélé-conduite, de rechercche de défaauts de câbbles, de travvaux sous tenssion etc. Figu ure 12: montre les prévisionss d'évolution de d la clientèle électricité é des sociétés de distribution surr la période New wsletter n 09-- août 2010 Page 19

20 Figure 13: montre les prévisions d'évolution de la clientèle gaz des distributeurs sur la période Les investissements dans la distribution de l électricité et du gaz vont nécessiter une enveloppe de 634 milliards de dinars dont plus de 50% seront à la charge des sociétés de distribution (SDA, SDC, SDE et SDO) Plus de milliards de dinars d investissement sur la période L enveloppe financière du programme de développement global est de l ordre de milliards de dinars. Ce montant concerne l ensemble des investissements décidés ou en idée de projet relatifs à la production de l électricité, au transport de l électricité, au transport du gaz et à la distribution de l électricité et du gaz ainsi qu au plan infrastructure de SOPIEG. Figure 14: montre la répartition des montants des investissements électricité et gaz sur la période Newsletter n 09- août 2010 Page 20

Dossier presse. Rapport d activités et comptes de gestion consolidés du Groupe Sonelgaz 2009. Assistante du PDG Chargée des Relations avec les Médias

Dossier presse. Rapport d activités et comptes de gestion consolidés du Groupe Sonelgaz 2009. Assistante du PDG Chargée des Relations avec les Médias Assistante du PDG Chargée des Relations avec les Médias N 182/APCM/2010 Dossier presse Rapport d activités et comptes de gestion consolidés du Groupe Sonelgaz 2009 Conférence de presse du 21 juin 2010

Plus en détail

Newsletter presse n 14

Newsletter presse n 14 Direction des Relations avec les Médias N 183 /DRM/2011 Newsletter presse n 14 Edition électronique Septembre 2011 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 14- Septembre 2011 Page 1 Sommaire Programmes de Distribution

Plus en détail

Newsletter presse n 22

Newsletter presse n 22 Direction des Relations avec les Médias N 77/DRM/2013 Newsletter presse n 22 Synthèse des plans de développement des sociétés du Groupe Sonelgaz Edition électronique Juin 2013 2013-2023 Manel AIT-MEKIDECHE

Plus en détail

Newsletter presse n 19

Newsletter presse n 19 Direction des Relations avec les Médias N 113 /DRM/2012 Newsletter presse n 19 Forum de Liberté 6 août 2012 Edition électronique août 2012 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 19- Août 2012 Page 1 Sommaire

Plus en détail

Production d électricité d origine renouvelable (Projets réalisés) Octobre 2014

Production d électricité d origine renouvelable (Projets réalisés) Octobre 2014 Production d électricité d origine renouvelable (Projets réalisés) Octobre 2014 Sommaire I. Présentation de la société CEEG. Spa II. Présentation des Projets EnR réalisés 2/25 I. Présentation de la société

Plus en détail

Newsletter presse n 26

Newsletter presse n 26 Direction des Relations avec les Médias N 107/DRM/2013 Newsletter presse n 26 Point sur les réalisations Passage été 2013, projets en cours pour satisfaire la demande à l horizon 2017 et stratégie de réalisation

Plus en détail

Newsletter presse n 24

Newsletter presse n 24 Direction des Relations avec les Médias N 78/DRM/2013 Newsletter presse n 24 Synthèse du plan de renforcement du système électrique pour le passage été 2013 Edition électronique Juin 2013 Manel AIT-MEKIDECHE

Plus en détail

PLANS DE DEVELOPPEMENT ELECTRICITE & GAZ 2014-2024 ET STRATEGIE INDUSTRIELLE ASSOCIEE

PLANS DE DEVELOPPEMENT ELECTRICITE & GAZ 2014-2024 ET STRATEGIE INDUSTRIELLE ASSOCIEE PLANS DE DEVELOPPEMENT ELECTRICITE & GAZ 2014-2024 ET STRATEGIE INDUSTRIELLE ASSOCIEE 11 Sommaire Présentation de Sonelgaz et des paramètres clés du secteur de l électricité et de la Distribution du gaz

Plus en détail

Newsletter presse n 29

Newsletter presse n 29 Direction des Relations avec les Médias N 42/DRM/2014 Newsletter presse n 29 Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz Edition électronique Juin

Plus en détail

ACTIVITE INDUSTRIELLE

ACTIVITE INDUSTRIELLE ACTIVITE INDUSTRIELLE 28 ENERGIE ELECTRIQUE APPELEE L énergie électrique nette appelée au cours de l année 2002 a atteint 15 539.6 GWh, en progression de 5 % par rapport à l année 2001. ENERGIE APPELEE

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD Partenariat Public-Privé Privé pour le développement du secteur énergétique en Afrique Vendredi 30 avril 2004 - Marrakech La gestion déléguée de la distribution de l'électricité

Plus en détail

Newsletter presse n 23

Newsletter presse n 23 Direction des Relations avec les Médias N 79/DRM/2013 Newsletter presse n 23 Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés des sociétés du Groupe Sonelgaz Edition électronique Juin 2013

Plus en détail

Newsletter presse n 15 Conférence de presse du 10 octobre 2011

Newsletter presse n 15 Conférence de presse du 10 octobre 2011 Direction des Relations avec les Médias N 191 /DRM/2011 Newsletter presse n 15 Conférence de presse du 10 octobre 2011 Edition électronique Octobre 2011 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 15- Octobre 2011

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz

Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz Conférence de presse Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz Allocution de Monsieur Nourredine Boutarfa Président-directeur général de Sonelgaz

Plus en détail

Réseaux d électricité et de gaz naturel

Réseaux d électricité et de gaz naturel Réseaux d électricité et de gaz naturel La mission de Creos est d assurer, en sa qualité de propriétaire et de gestionnaire de réseaux d électricité et de gaz naturel, le transport et la distribution d

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

XI-09. Perspectives de développement en. Franche-Comté

XI-09. Perspectives de développement en. Franche-Comté XI-09 Perspectives de développement en Franche-Comté Perspectives de développement en Franche-Comté Franche-Comté : bleue et verte Riche d un patrimoine naturel et culturel d exception, la Franche-Comté

Plus en détail

Rapport d activités. et comptes de gestion consolidés 2012

Rapport d activités. et comptes de gestion consolidés 2012 Rapport d activités et comptes SOMMAIRE - Le mot du PDG - Le Conseil d administration - et le Cinquantenaire de l Indépendance - La gouvernance du Groupe - Environnement et EnR - Chiffres clés 2012 -

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DU GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ (GNL)

PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DU GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ (GNL) ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L ENERGIE, DES MINES DE L EAU ET DE L ENVIRONNEMENT LNG Terminal Gas to Power :CCGT PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DU GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ (GNL) Feuille de route POINT DE

Plus en détail

Grands projets. Office National de l Electricité - Rapport Annuel 2005- page 37

Grands projets. Office National de l Electricité - Rapport Annuel 2005- page 37 Grands projets Office National de l Electricité - Rapport Annuel 2005- page 37 AUGMENTATION DE LA CAPACITE DE PRODUCTION Afin d accompagner la demande de plus en plus croissante, l ONE procède à la réalisation

Plus en détail

Défis du secteur de l énergie électrique face aux besoins de développement du pays

Défis du secteur de l énergie électrique face aux besoins de développement du pays Office National de l Electricité et de l Eau Potable (ONEE) Défis du secteur de l énergie électrique face aux besoins de développement du pays Novembre 2014 PARC DE PRODUCTION DIVERSIFIE Tiers nationaux

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer F a i t s e t c h i f f r e s p o u r 2 0 0 3 L électricité par Sylvie Scherrer Observatoire de l Energie, DGEMP, Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie La consommation La consommation

Plus en détail

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz Prenez part au changement Opérateur d électricité et de gaz Edito Après 60 ans de monopole, vous êtes désormais libre de choisir votre opérateur d énergie. Accrédité par le Ministère de l Economie, des

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION

LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION Patrice CAILLAUD 9 septembre 2014 LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU CŒUR DES DÉBATS DANS DE NOMBREUX PAYS LA PRESSE EN PARLE» Le paradoxe Africain Jeune Afrique

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Energie Durable pour Tous (SE4ALL) Agenda d Actions Sénégal

Energie Durable pour Tous (SE4ALL) Agenda d Actions Sénégal Energie Durable pour Tous (SE4ALL) Agenda d Actions Sénégal Statut: Draft Ibrahima NIANE, Directeur de l Electricité WWW.ECREEE.ORG Présentation Générale et Situation Energétique du Sénégal Présentation

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Distribution d électricité et réseaux souterrains

Distribution d électricité et réseaux souterrains Distribution d électricité et réseaux souterrains Cabos 09-2 - 3 octobre 2009 Maceió, Alagoas, Brésil Les réseaux de distribution : un enjeu essentiel Les réseaux de distribution constituent une infrastructure

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE.

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE. C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE Bénéficiaire / Auditeur Convention Bénéficiaire / Auditeur» S O M M A I R E Page Article 1. OBJET DE LA CONVENTION...3 Article 2. DOCUMENTS CONTRACTUELS.3 Article

Plus en détail

R a p p o r t A n n u e l 2 0 0 5 w w w. t h e m a r k e t i n g r o u p. c o m

R a p p o r t A n n u e l 2 0 0 5 w w w. t h e m a r k e t i n g r o u p. c o m Rapport Annuel 2005 w w w. t h e m a r k e t i n g r o u p. c o m ... The Marketingroup La relation client est aujourd hui plurimédia. Pour leurs actions de conquête et de fidélisation, les marques doivent

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Eléctricité. De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité. fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards de dollars.

Eléctricité. De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité. fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards de dollars. J05-0027 CDR MAG FR 12 24/08/2005 02:20 PM Page 12 Infrastrucures Physiques Eléctricité De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne.

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. INDICATEURS DE CONCESSION* 2 0 13 LE SYNDICAT ÉNERGIES HAUTE-VIENNE (SEHV) C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. PROPRIÉTAIRE DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION

Plus en détail

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010 Dossier de presse Renouvellement durable de l éclairage public le 26 octobre 2010 Contacts VILLE DE BESANÇON Direction Voirie et Déplacements Christophe VUILLEMIN 03 81 61 52 18 Contact presse Catherine

Plus en détail

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030 MINISTERE DE L ENERGIE Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines. Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse

Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines. Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse Siège du Ministère le 22 Mai 2014 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Principaux objectifs et priorités du ministère pour l année 2014... 3 3. Bilan des

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Tarifs de raccordement 2012-2015

Tarifs de raccordement 2012-2015 Tarifs de raccordement 2012-2015 LES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES CLIENTS DIRECTEMENT RACCORDÉS AU RÉSEAU ELIA Les conditions tarifaires pour les raccordements au réseau Elia, qui font l objet de la

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Tunis, le 13/06/2015 Abdessalem EL KHAZEN Agence Nationale pour la Maîtrise de l Energie ʺANMEʺ Le Contexte Energétique Tunisien

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCONOMIE

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCONOMIE PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCONOMIE Version du 06/10/2015 à 09:57:55 PROGRAMME 343 : PLAN 'FRANCE TRÈS HAUT DÉBIT' MINISTRE CONCERNÉ : EMMANUEL MACRON, MINISTRE DE L ÉCONOMIE,

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Part dans la production électrique 2014

Part dans la production électrique 2014 CONTRIBUTION D ISABELLE VISENTIN SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE ET GAZ) REPERCUSSION DE LA SITUATION CONJONCTURELLE REGIONALE SUR LE SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE) Consommation française d électricité

Plus en détail

Les CABLERIES DU MAROC et ONET SECURITE unissent leurs compétences technologiques et techniques au Maroc

Les CABLERIES DU MAROC et ONET SECURITE unissent leurs compétences technologiques et techniques au Maroc COMMUNIQUE DE PRESSE JEUDI 5 JANVIER 2012 Les CABLERIES DU MAROC et ONET SECURITE unissent leurs compétences technologiques et techniques au Maroc Contact presse : M. Cyrille Calabrese - ccalabrese@onet.fr

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2013

RAPPORT FINANCIER 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 UN CADRE MACRO- ECONOMIQUE PROPICE Au cours de l année 2013, l activité ferroviaire s est développée dans un environnement macroéconomique sous le signe d

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Résultats 2012 1. Préambule Ce rapport annuel fait partie des publications relatives à la concession du Réseau Public de Transport (RPT) 1. Qualité de l électricité

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité 1 Le raccordement jusqu à présent Jusqu à présent, un raccordement au réseau

Plus en détail

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Le contexte politique Le législateur cherche la cohérence entre le droit de

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

DU SOLEIL SUR LES TOITS DE PERRELET CONFÉRENCE DE PRESSE DU 17 DÉCEMBRE 2013

DU SOLEIL SUR LES TOITS DE PERRELET CONFÉRENCE DE PRESSE DU 17 DÉCEMBRE 2013 DU SOLEIL SUR LES TOITS DE PERRELET CONFÉRENCE DE PRESSE DU 17 DÉCEMBRE 2013 Marc Badoux - directeur adjoint des tl, responsable de l Unité Management du réseau Jean-Yves Pidoux - président du conseil

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Solutions photovoltaïques en site isolé pour une alimentation en énergie indépendante du réseau

Solutions photovoltaïques en site isolé pour une alimentation en énergie indépendante du réseau Solutions photovoltaïques en site isolé pour une alimentation en énergie indépendante du réseau Clean Energy. Anywhere.* *Une énergie propre. Partout. 2 Du courant solaire pour tous En tout lieu et à tout

Plus en détail

Société du groupe SONELGAZ

Société du groupe SONELGAZ Société du groupe SONELGAZ Sommaire Présentation du CREDEG Organisation Agréments, Certification, Accréditation Partenariats Contacts Présentation du CREDEG CREDEG : Centre de Recherche et de Développement

Plus en détail

I. Conditions à la candidature :

I. Conditions à la candidature : Direction des Ressources Humaines Tél. : 021 83 60 71 Fax : 021 83 65 66 DIVISION DEVELOPPEMENT RH Alger le APPEL A CANDIDATURES POSTES SUPERIEURS SENIORS N 31-2012 GRTE-CSS/I A l attention des Cadres

Plus en détail

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15 SOMMAIRE Introduction...5 Paroles d entreprises...7 Schéma de la chaîne de valeur de création et d exploitation d un champ d éoliennes offshore...10 I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Présentation 2. Stratégie commerciale 3. Les services à la STEG 4. Efficacité énergétique

SOMMAIRE. 1. Présentation 2. Stratégie commerciale 3. Les services à la STEG 4. Efficacité énergétique Présentée par M.M RAD Nabil Direction Commerciale INC le 21 octobre 2014 SOMMAIRE 1. Présentation 2. Stratégie commerciale 3. Les services à la STEG 4. Efficacité énergétique 2 La STEG A 52 ANS EPIC Créée

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

PT1 - Raccordements aux réseaux de distribution MT et BT

PT1 - Raccordements aux réseaux de distribution MT et BT Sur la base des articles 1, 2, 3,7 et 8 des CG, la présente prescription technique définit : La contribution au branchement au réseau (CB) et la contribution aux coûts du réseau (CCR); Contribution de

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 M. l Adjoint CYPRIANI, Rapporteur : Les services publics délégués sont

Plus en détail

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION CONDUCTION ÉLECTRIQUE DÉFI DU RENOUVELABLE RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION Les centrales qui produisent l électricité sont implantées selon des contraintes géographiques

Plus en détail

1 er réseau de chaleur en France

1 er réseau de chaleur en France 1 er réseau de chaleur en France CPCU, une Entreprise Publique Locale avec pour actionnariat : 64,39% : GDF Suez Energie Services 33,50% : Ville de Paris 2,11% : public 396 ME de chiffre d affaires La

Plus en détail

Tableau de bord de la concession 2008

Tableau de bord de la concession 2008 Syndicat Départemental d Électricité des Côtes-d Armor Tableau de bord de la concession 28 Sources : Compte rendu d activité EDF Gaz de France Distribution Côtes-d Armor juin 28 Mission d audit réalisée

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Le raccordement électrique

Le raccordement électrique Le raccordement électrique Le raccordement électrique De profonds changements dans la facturation du raccordement Jusqu à présent les gestionnaires des réseaux pu - blics de distribution géraient les raccordements

Plus en détail