Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit"

Transcription

1 Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit Né dans une famille de musiciens, flûtiste et professeur à l école nationale de musique de Romainville, mais également titulaire d un DESS de psychologie clinique, c est par la coïncidence heureuse de ces deux cordes à mon arc, que je me suis retrouvé psychologue «en titre» et musicien «en fait» dans le service de Jacqueline de Chambrun, médecin chef du service de PMI de Seine- Saint- Denis. J avais été sollicité par l équipe d une crèche du département située près du conservatoire où j enseignais. Les professionnels et la psychologue de ce lieu d accueil avaient entendu parler de mon travail musical avec les jeunes enfants et souhaitaient tenter l expérience d un éveil musical à la crèche. Ce fut le point de départ d une belle aventure L enfance de l éveil culturel et artistique À la fin des années 70, nourri de mon expérience musicale en crèche, j ai pu partager une réflexion et une pratique de la formation avec les psychologues des crèches du département de Seine- Saint- Denis. À leur contact, il m est apparu indispensable de relier l éveil musical du jeune enfant à un projet culturel global associant tous les acteurs de sa vie quotidienne : parents, enseignants et intervenants de toutes sortes. La nécessité de créer un outil à la hauteur des enjeux que je pressentais s imposait, je décidais alors de fonder l association Enfance et Musique. À la crèche 1, dans les salles d attente des consultations de PMI 2 (Protection maternelle et infantile), dans les structures de quartier, à l hôpital 3 et dans les établissements qui accueillent les enfants handicapés, l association a agi aux côtés des professionnels pour que la dimension artistique de la culture retrouve sa fonction première «d activateur du désir de vivre et d être acteur». Recherche- action (projets menés dans la durée, dans un lieu accueillant les jeunes enfants en collaboration avec l équipe et en association avec les parents), formation des professionnels, création artistique et diffusion d œuvres et d outils pédagogiques ont été depuis l origine de l association, les moyens d une mise en œuvre de son projet. Pour répondre à la nécessaire prise en compte de la dimension plurisensorielle du développement de l enfant, une plasticienne, une danseuse, une conteuse et d autres artistes ont rejoint les musiciens d Enfance et Musique. Un pas était à franchir pour promouvoir une vision globale de l éveil culturel et artistique. J ai suscité alors la création d une nouvelle association «Eveil culturel et petite enfance» qui a vu le jour début L éveil musical du tout- petit, À la PMI je chante aussi, Des artistes à l hôpital, 1992

2 Aujourd hui, avec un bilan de stagiaires, plus de 3000 stages et actions menés tant dans les locaux de l association que décentralisés en région, et une diversité de 30 thèmes proposés, le centre de formation Enfance et Musique/Eveil Culturel et Petite Enfance a développé un partenariat de confiance, au niveau national, avec les acteurs de terrain comme avec les responsables institutionnels des structures publiques et privées dans les domaines de l action sanitaire, sociale et culturelle. Un partenariat avec les politiques publiques Dans le même esprit que celui qui a présidé à sa création, j ai oeuvré à inscrire le projet d Enfance et Musique dans une dynamique «d entreprise culturelle citoyenne» : entreprise pour dire l ambition et la responsabilité humaine, politique et économique, que cette appellation sous- tend ; citoyenne pour dire que son objet est placé sous le sceau de la conscience d une responsabilité dans le mouvement de la société. Dans cette logique d innovation sociale et culturelle, mais aussi de priorité aux lieux et aux personnes largement ignorés ou exclus d un accès à la culture, l association est devenue assez rapidement un partenaire de confiance des politiques publiques. Quelques étapes particulièrement significatives sont à évoquer : en 1982, la participation au groupe de travail pluridisciplinaire qui a abouti au rapport «l enfant dans la vie, une politique pour la petite enfance» (encore appelé rapport Bouyala- Roussille), et dont un chapitre était consacré au développement culturel précoce. En 1989, dans la foulée du protocole d accord signé entre le Ministère de la Culture et le Ministère des Affaires Sociales, l association est sollicitée pour élaborer une stratégie d évaluation des actions financées dans le cadre de ce protocole interministériel. Elle y répondra en réalisant un outil d autoévaluation à l intention des promoteurs de projets : le Guide d accompagnement des pratiques d éveil culturel et artistique dans les lieux d accueil de la petite enfance. Dans la même période, Enfance et Musique a été amenée à élargir son projet au- delà des lieux d accueil classiques, et à répondre à l invitation de personnels soignants de services pédiatriques d hôpitaux de l Assistance Publique de Paris, afin de contribuer à améliorer l accueil de l enfant à l hôpital. Le partenariat construit avec la Fondation de France, dans le cadre de son programme «Actions à l hôpital» mis en œuvre dès 1986 et destiné à expérimenter de nouvelles façons d accueillir l enfant et sa famille 4, a servi de tremplin au développement de projets intitulés «la musique au service de la commu nication et de la santé». Enfin, en 1998, face à l aggravation de la précarité de la vie des familles et constatant qu une grande partie de son public (80 % des stagiaires) était confrontée à la situation d enfants et de familles en situation d exclusion, Enfance et Musique s est engagée, avec le soutien des pouvoirs publics, dans 4 En écho à la circulaire du 1 er août 1983 du Ministère des Affaires Sociales et des Secrétariats d Etat chargés de la santé et de la famille, relative à l hospitalisation des enfants.

3 une politique d accompagnement de projets d éveil culturel et artistique menés par la diversité de partenaires oeuvrant dans les quartiers en contrat de ville. En 2000, une inspection pédagogique et financière approfondie a été diligentée par les services du ministère de la Culture. Elle a permis de confirmer la qualité de ses actions, la validité et la cohérence de son projet ainsi que la transparence de sa gestion. À la suite de ce travail, une convention triennale a été signée avec le ministère de la Culture, à laquelle se sont associés d autres partenaires publics et privés afin de soutenir une nouvelle étape du projet d Enfance et Musique : être un lieu ressources pour les acteurs de l éveil culturel et artistique sur l ensemble du territoire en favorisant la diffusion des expériences, la confrontation des pratiques et le débat d idées. La place centrale de la création Revendiquant un projet à vocation sociale, culturelle et artistique et sachant que dans notre pays, on a souvent opposé l éducation populaire et l animation socioculturelle à l excellence de l artiste, il était essentiel pour la crédibilité du projet d Enfance et Musique de tenir fermement une double exigence : celle de l engagement dans l expérimentation sociale et dans la pédagogie d une relation créative avec le tout petit, autant que dans celle d un engagement nouveau dans la création pour la petite enfance. C est à travers la chanson et le disque, la production et la diffusion de spectacles vivants, que la création artistique a pris place dès le début de son histoire au cœur du projet d Enfance et Musique. La maturité et les questions de l âge adulte Lorsque je me retourne sur ces années d émergence de l éveil culturel et artistique des très jeunes enfants, je suis habité par un sentiment très contradictoire. C est une grande satisfaction, certes, de voir le chemin parcouru et en particulier le nombre et la diversité des initiatives prises par un grand nombre de professionnels de l enfance et d artistes, sur l ensemble du territoire. Mais c est aussi un grand questionnement de constater la fragilité des projets, celle des organisations qui les portent, les batailles incessantes qu il faut mener pour que le très jeune public soit pris en considération, les obstacles que rencontrent ceux qui tentent de construire des politiques au long cours. Supplément d âme, luxe que l on ne peut s offrir en période de vaches maigres Crainte d inscrire enfants et parents dans un processus précoce de consommation culturelle Incompréhension entre deux mondes étrangers l un à l autre, celui des artistes et celui des professionnels de l enfance Ces arguments me font craindre que l art et la culture vivante ne soient jamais pleinement reconnus comme essentiels à l humanisation et à la vie en société. Enfin c est la conscience ou le pressentiment que, sans une réévaluation des stratégies, sans les alliances intellectuelles qu il doit susciter, sans les projets politiques qu il doit rejoindre et féconder, la place de l éveil artistique dans la vie des familles restera cantonnée à une «activité offerte», «un strapo ntin qualitatif consenti», voire une soupape à la souffrance sociale.

4 De l éveil culturel et artistique des tout petits au réveil esthétique et politique des adultes Nous avons devant nous, c est certain, un immense chantier. Sa responsabilité est entre nos mains, nous qui, de plus en plus nombreux, acteurs isolés ou associations, institutions ou collectivités, avons engagé des projets d éveil artistique, et qui croyons au sens et à l avenir de cet éveil de l enfant au monde. En tentant de prendre du recul, je dirais que l éveil culturel et artistique est sorti de l enfance. Le temps de l expérimentation par les pionniers que nous étions, avec la passion des explorateur s qui réinventent le monde, est révolu. Nous devons aller au- delà de la merveilleuse histoire des perceptions intrautérines du bébé dans le ventre de sa mère du regard attendri que nous avons porté, par le petit bout de la lorgnette, sur les «effets positifs» de l éveil artistique pour un développement harmonieux du nourrisson, et essayer de distinguer les enjeux plus vastes qui traversent la question de l éveil culturel et artistique du tout petit. Le détour par ce qui, dans nos sociétés occidentales, avait effet d éveil culturel, jusqu au début du XXe siècle, nous donne quelques clés de compréhension. Hier, les relations précoces des tout petits étaient nourries par un folklore riche et diversifié, transmis de génération en génération ; les pratiques musicales socialisées de jeu et d échange dont il était porteur constituaient une véritable éducation informelle de l enfant. Aujourd hui, les nombreuses études sur les avatars de la transmission ont mis en évidence des raisons à cette perturbation des canaux traditionnels de la transmission. Je n y reviendrai pas. Par contre, je voudrais attirer l attention sur un phénomène, souvent escamoté car source de débats passionnés, voire passionnels : l irruption massive de la télévision dans le temps et l espace de la vie familiale. Celle- ci non seulement réduit encore les échanges et empêche de rêver, mais est le vecteur d une idéologie qui met la consommation et la possession de biens matériels standardisés comme clé du bonheur et seule perspective d avenir. Le philosophe Patrick Viveret rappelait dans un article récent dans le journal Télérama 5 que «l abondance pose des questions inédites. Au "comment survivre?" se substitue le "pourquoi vivre?"», et il rappelait les propos du célèbre économiste Keynes qui déclarait en 1930 : «ce seront les peuples capables de préserver l art de vivre et de le cultiver de manière plus intense qui seront en mesure de jouir de l abondance le jour où elle sera là». Et Patrick Viveret de nous inviter à une «mutation culturelle à la hauteur de la mutation économique et technique qui a produit l abondance» sous peine d aller vers une dépression nerveuse collective. À sa façon, le poète Bernard Noël, lors de ses premiers combats pour l exception culturelle, tentait lui aussi de donner l alerte : «sous le totalitarisme économique dont l emprise va grandissante, le sens se limite à la volonté de 5 Patrick Viveret, «Un nouvel art de vivre peut- il sauver l humanité de ses pulsions destructrices?», in Télérama, n 2883, 13 avril 2005.

5 gagner et d être riche. Au contraire du sens religieux qui apportait une plénitude et en jouait, le sens économique est un vide que la consommation ne comble que pour en ranimer aussitôt le même appétit.» 6 Pétri d une toute autre expérience puisque ancien secrétaire d Etat à l Action sociale, ancien directeur de l ENA et inventeur du concept d exclusion sociale, René Lenoir, dans son dernier livre, «Choc ou dialogue des civilisations? la force émergente de la société civile», appelle à la même prise de conscience : «si l économie de marché favorise la création de richesses, elle ne fait pas, à elle seule, une société. Il faut entre les personnes un milieu tiers, une société avec sa culture, un monde commun inscrit dans la durée, dans l histoire. Les gens sentent intensément le besoin de ce lien dans la cité, dans l entreprise, dans le sport ou la fête, à la fois amitié, convivialité, fraternité. Cette circulation du souffle de la vie en société, comme disent les Chinois, constitue un bien à la fois collectif et privé. L ensemble d une culture circulation de biens matériels et immatériels, marchands et non marchands, entre générations et entre contemporains ne répond pas seulement aux besoins matériels de ses membres, elle leur permet de jouir d une existence psychique. Elle a pour chacun une portée ontologique» 7 Dans le contexte d incertitude que nous vivons, où notre génération d adultes en charge de préparer le futur est davantage confrontée à la menace de risques (écologiques, économiques, politiques liés à la montée des extrémismes et des inégalités ) qu à la confiance dans l avenir, les discours pédagogique, scientifique, psychologique et poétique sur l éveil artistique du tout petit ne suffisent plus. L urgence nous impose d élargir le champ de notre regard pour revenir à la question essentielle posée à notre responsabilité d adulte, citoyen et éducateur : comment les propositions faites aux enfants d aujourd hui les préparent - t- elles à un «vivre ensemble» dans un environnement qui permette à chacun de «se ressourcer dans le passé et de participer à la création du futur» (Yéhudi Ménuhin)? Cette question va- t- elle même assez loin? N est- elle pas l ultime paravent à l attentisme et à la crainte des adultes de s engager eux- mêmes dans la recherche de ce qui permettrait de faire société autrement? Françoise Dolto nous rappelle 8 que la transmission culturelle dans l enseignement, c est de «rencontrer des gens qui vivent ce qu ils enseignent». Comme elle, je pense que l éveil culturel et artistique du tout petit repose aujourd hui sur la question primordiale et préalable du rapport à l art et aux «pratiques artistiques vivantes» des adultes qui l accompagnent dans sa vie. Est- il d ailleurs réellement possible sans cette implication authentique? Pour ma part je dirai non, et je proposerai deux orientations en forme de slogan pour penser l éveil culturel et artistique de demain. 6 Bernard Noël, La castration mentale, Editions P.O.L., Paris, René Lenoir, Choc ou dialogue des civilisations? la force émergente de la société civile, Editions Michel Y., Paris, Françoise Dolto, «L enfermement», in La cause des enfants, Editions Robert Laffont, Paris, 1985.

6 De l enfant objet des techniques d éveil culturel... à l enfant sujet de son propre éveil C est dans la compagnie d adultes, et en premier lieu de ses parents, que l enfant reconnaît comme signifiant pour lui, ce qu il perçoit comme porteur de sens pour eux. C est bien aussi ce qu il sent reconnu par eux, comme porteur de sens dans ses propres comportements, ses actes et ses émotions, qui contribue à lui donner des clés de compréhension du monde dans lequel il vit, à en identifier les valeurs et à se positionner. C est en étant le «témoin» de l authenticité des émotions et de l engagement dans l expression qui se partagent avec lui, à travers les pratiques artistiques, que l enfant s éveille à l art dans une réception- réinterprétation de ce qu il en perçoit. Il ne s agit alors plus uniquement de mettre en œuvre des techniques pédagogiques destinées à faire faire de «belles choses» à un enfant «objet» de ce projet, mais de reconnaître que c est au milieu d adultes- sujets- acteurs de la mise en œuvre de leurs propres désirs culturels que l enfant peut devenir lui- même sujet de son propre éveil. Pour reprendre Sigmund Freud, je dirai que l éveil artistique de l enfant adviendra «de surcroît» si les adultes vivent une situation signifiante pour eux, une situation vécue «pour de vrai». De l éveil culturel et artistique du tout- petit au réveil culturel, au réveil «esthétique et politique» 9 des adultes citoyens Cette prise de conscience d une inversion nécessaire entre un éveil de l enfant et un réveil de l adulte amène à réfléchir sur les causes d un certain endormissement. N est- il pas à rattacher à cette culture de la consommation et du modèle évoqué plus haut? Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l IRCAM 10, fait écho aux propos prémonitoires de Keynes sur la gestion contradictoire d une certaine abondance quand il déclare : «Les techniques audiovisuelles du marketing conduisent à faire que progressivement, mon passé vécu, à travers toutes ces images et ces sons que je vois et que j entends, tend à devenir le même que celui de mes voisins. ( ) Mon passé étant de moins en moins différent de celui des autres parce que mon passé se constitue de plus en plus dans les images et les sons que les médias déversent dans ma conscience, mais aussi dans les objets et les rapports aux objets que ces images me conduisent à consommer, il perd sa singularité, c est- à- dire que je me perds comme singularité. ( ) Quant à l art, il est l expérience et le soutien de cette singularité sensible comme invitation à l activité symbolique, à la production et à la rencontre de traces dans le temps collectif» Ce retour nécessaire à la dimension artistique de la culture s avère par ailleurs concomitant au réveil de la citoyenneté en chacun de nous auquel Hannah Arendt appelait tout adulte, il y a plus de cinquante ans, quand elle écrivait, parlant du monde en perpétuel changement : «Qui refuse d assumer cette responsabilité du monde ne devrait ni avoir d enfant, ni avoir le droit de prendre part à leur éducation» Bernard Stiegler, «De la misère symbolique», Le Monde, 11 octobre IRCAM = Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique 11 Hannah Arendt, «La crise de l éducation», in La crise de la culture, Editions

7 Pour ouvrir des perspectives et les relier à d autres mouvements de résistance et de refondation à travers le monde, je rapporterai ici une information reprise par René Lenoir et Patrick Viveret, chacun dans une de leur récente publication : une bonne nouvelle nous vient des Etats- Unis, à travers une vaste enquête sociologique réalisée sur un échantillon de personnes par Paul Ray et Sherry Anderson. Elle fait apparaître le phénomène de ce qu ils appellent les «créatifs culturels». Ce sont des gens ancrés dans leur époque, mais qui décrochent du modèle dominant de la course, de la guerre et de l avoir. Des personnes qui sont sensibles aux enjeux écologiques, exigeants quant à leur développement personnel, à leur qualité de vie, et qui partagent des valeurs de solidarité, d implication sociale souvent locale et, pour nombre d entre eux, de quête spirituelle. Curieusement, ils se croyaient marginaux. L enquête les a pourtant estimés entre 12 et 24% de la population, selon que l on considère le noyau dur de la catégorie ou ceux qui s en approchent. René Lenoir et Patrick Viveret considèrent ce phénomène comme précurseur d alternatives crédibles et nouvelles pour cette nécessité de transformation radicale des valeurs dominantes de nos sociétés en crise. La suite de l histoire Le dépassement de l éveil culturel et artistique du tout petit, au sens strict du terme, comme l apparition du phénomène des créatifs culturels s inscrivent, pour moi, dans le même mouvement de résistance à l inhumanité grandissante qui envahit nos sociétés et met en péril, à court terme, les relations au sein de ce qui est appelé aujourd hui le «village planétaire». En Europe comme en France, des initiatives similaires existent, portées par les mouvements écologiques, altermondialistes ou plus simplement de solidarité avec les plus pauvres. Je souhaiterais que cette question de la place de la culture partagée, de la rencontre et de la réappropriation des œuvres d art par le plus grand nombre, adultes et enfants ensemble, à l occasion des fêtes familiales ou des événements de la vie locale, puisse être en particulier explorée dans le cadre de nos débats de société. Je pense en particulier aux réflexions menées sur la conciliation de la vie familiale, de la vie professionnelle et de la vie sociale, de même qu aux débats sur la réduction du temps de travail et l utilisation du temps libre S investir dans des projets d éveil culturel de l enfant et de sa famille, c est en effet, bien évidemment, associer les parents, mais c est tout autant permettre la rencontre entre habitants d un même quartier, favoriser le rassemblement des différentes générations et inviter à l engagement citoyen des artistes. C est encore permettre que les valeurs de gratuité, de créativité, d ouverture, de partage, portées par l expression et la création artistiques fécondent en nous la capacité à dépasser inhibitions et conditionnement pour imaginer de nouvelles façons d être au monde et de vivre ensemble. Cela passe par le débat d idées, la revendication d une reconnaissance de la question du sens de ce que l on fait, la mobilisation des élu(e)s, le décloisonnement, les alliances multiples et la mise en réseau des savoirs et des Gallimard, Paris, 1972.

8 compétences. L aventure est risquée mais enthousiasmante. Notre responsabilité d adulte, citoyen et parent, nous impose de nous y engager pour imaginer et faire éclore un «nouveau monde». Marc Caillard Fondateur Directeur Enfance et Musique Publié dans la Revue SPIRALE Éditions ERÈS 11 rue des Alouettes RAMONVILLE SAINT- AGNE

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs Convention entre le Réseau National des Écoles Supérieures du Professorat et de l Éducation (R-ESPÉ) et le collectif des Associations partenaires de l École de la République (CAPE) Convention de partenariat

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Devenir musicien intervenant

Devenir musicien intervenant Devenir musicien intervenant Musicien intervenant : une formation novatrice pour un acteur engagé dans le développement culturel, un métier de passion pour un musicien prêt au partage de la musique. Vous

Plus en détail

Création d un internat pour enfants autistes

Création d un internat pour enfants autistes Création d un internat pour enfants autistes ORGANISME GESTIONNAIRE Identité : «Association des parents et amis de personnes Handicapées Mentales d Annecy et ses environs» 8 rue Louis Bréguet 74600 Seynod

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES ART COMMUNAUTAIRE CONTEXTE Les arts communautaires ne sont pas nouveaux. Ils se différencient des autres formes artistiques par leur engagement social. C est une méthode

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 La plateforme sociale de promotion, d entreprenariat et de développement communautaire. L association «Forum International Ekang ou FIE» se repositionne après les retouches

Plus en détail

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Corinne Mathieu et Béatrice Pedraza alliant pratiques artistiques et expériences dans les domaines du médico-social, de la formation et de l insertion depuis

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

Le projet de L Arche à Nancy, c est

Le projet de L Arche à Nancy, c est Vivre Avec des personnes ayant un handicap mental... Le projet de L Arche à Nancy Au plus près de la vie ordinaire Dans le partage des gestes quotidiens Le projet de L Arche à Nancy, c est de créer trois

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!»

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» L équipe pédagogique et artistique de la Compagnie Gazelle missionnée en milieu scolaire pour

Plus en détail

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Un accueil personnalisé. Des rencontres avec Des séances les cinéastes réservées. et les professionnels. Du 7 au 15 avril 2015 au Cinéma Luminor-Hôtel

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie»

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» «Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» Quelle origine? Une action volontariste initiée en 1986 par le Conseil général Une orientation

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Coaching professionnel et life-coaching

Coaching professionnel et life-coaching Coaching professionnel et life-coaching Quelle est l origine de ces termes? Le terme anglais «coach» dérive en fait du mot français «cocher», qui désignait la personne qui conduisait une voiture tirée

Plus en détail

L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action. Carl Lacharité

L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action. Carl Lacharité L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action Carl Lacharité L alliance??? Sur le plan sémantique: Alliance = Pacte militaire (contre), accord entre des personnes (pour), combinaison

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

POPMIND 2014 : http://www.pop- mind.eu/index.php/fr/

POPMIND 2014 : http://www.pop- mind.eu/index.php/fr/ Plus que jamais, en ce terrible début d année 2015, nous apparaît la nécessité de partager nos valeurs, de les questionner à l aulne de nos métiers, de ce que représente le fait d être aujourd hui un professionnel

Plus en détail

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole ÉDITOS En 2013, Nantes a été la première ville en France à obtenir le titre de Capitale verte de l Europe. Cette reconnaissance européenne vient reconnaître et récompenser le travail et les efforts menés

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES ACTES THÉMATIQUES 1 CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES Actes thématiques ACTES THÉMATIQUES 2 Les événements sont des plateformes, des plateformes de liens, de rencontres, d interactions, de flux, d échanges,

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue 7 L ENTREPRISE NUMERIQUE Prologue Le CIGREF est un réseau de grandes entreprises qui fête en 2010 son quarantième anniversaire. La genèse de sa création démarre en 1967, lorsque Emile Roche, alors Président

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

Partageons. nos. talents

Partageons. nos. talents Partageons nos talents 1 La Sauvegarde du Nord Le mot de... Louis Gallois Depuis 1957, la Sauvegarde du Nord accueille et accompagne des enfants, des adolescents, des jeunes en difficultés psychiques,

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

Un bureau d études engagé

Un bureau d études engagé C o n s u l t a n t s Un bureau d études engagé ASSISTANCE À MAITRISE D OUVRAGE PENSER LES PROJETS- ÉTUDES ET CONSEILS - PROGRAMMATIONS Faire le pari d un renouveau de la qualité des modes d habiter, de

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

CONSEIL DES CFMI Aix-en-Provence Lille Lyon Orsay Poitiers Rennes Toulouse Tours Sélestat

CONSEIL DES CFMI Aix-en-Provence Lille Lyon Orsay Poitiers Rennes Toulouse Tours Sélestat CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CFMI À LA CONSULTATION NATIONALE SUR L EAC MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION 6 décembre 2012 Le conseil des CFMI remercie la commission présidée par Madame Marie

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise A l Occasion du Forum des Dirigeants 36 e Conférence Générale de l UNESCO Comment l UNESCO contribue t elle à

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

PROGRAMME de FORMATION

PROGRAMME de FORMATION PROGRAMME de FORMATION 1 RENFORCEMENT DES COMPETENCES POUR ACCEDER PAR LE BIAIS DE LA VAE A L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PUBLIC Professionnels des structures d accueil de la

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail