Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit"

Transcription

1 Enfance et Musique, 25 ans de pratique de l éveil culturel et artistique du tout petit Né dans une famille de musiciens, flûtiste et professeur à l école nationale de musique de Romainville, mais également titulaire d un DESS de psychologie clinique, c est par la coïncidence heureuse de ces deux cordes à mon arc, que je me suis retrouvé psychologue «en titre» et musicien «en fait» dans le service de Jacqueline de Chambrun, médecin chef du service de PMI de Seine- Saint- Denis. J avais été sollicité par l équipe d une crèche du département située près du conservatoire où j enseignais. Les professionnels et la psychologue de ce lieu d accueil avaient entendu parler de mon travail musical avec les jeunes enfants et souhaitaient tenter l expérience d un éveil musical à la crèche. Ce fut le point de départ d une belle aventure L enfance de l éveil culturel et artistique À la fin des années 70, nourri de mon expérience musicale en crèche, j ai pu partager une réflexion et une pratique de la formation avec les psychologues des crèches du département de Seine- Saint- Denis. À leur contact, il m est apparu indispensable de relier l éveil musical du jeune enfant à un projet culturel global associant tous les acteurs de sa vie quotidienne : parents, enseignants et intervenants de toutes sortes. La nécessité de créer un outil à la hauteur des enjeux que je pressentais s imposait, je décidais alors de fonder l association Enfance et Musique. À la crèche 1, dans les salles d attente des consultations de PMI 2 (Protection maternelle et infantile), dans les structures de quartier, à l hôpital 3 et dans les établissements qui accueillent les enfants handicapés, l association a agi aux côtés des professionnels pour que la dimension artistique de la culture retrouve sa fonction première «d activateur du désir de vivre et d être acteur». Recherche- action (projets menés dans la durée, dans un lieu accueillant les jeunes enfants en collaboration avec l équipe et en association avec les parents), formation des professionnels, création artistique et diffusion d œuvres et d outils pédagogiques ont été depuis l origine de l association, les moyens d une mise en œuvre de son projet. Pour répondre à la nécessaire prise en compte de la dimension plurisensorielle du développement de l enfant, une plasticienne, une danseuse, une conteuse et d autres artistes ont rejoint les musiciens d Enfance et Musique. Un pas était à franchir pour promouvoir une vision globale de l éveil culturel et artistique. J ai suscité alors la création d une nouvelle association «Eveil culturel et petite enfance» qui a vu le jour début L éveil musical du tout- petit, À la PMI je chante aussi, Des artistes à l hôpital, 1992

2 Aujourd hui, avec un bilan de stagiaires, plus de 3000 stages et actions menés tant dans les locaux de l association que décentralisés en région, et une diversité de 30 thèmes proposés, le centre de formation Enfance et Musique/Eveil Culturel et Petite Enfance a développé un partenariat de confiance, au niveau national, avec les acteurs de terrain comme avec les responsables institutionnels des structures publiques et privées dans les domaines de l action sanitaire, sociale et culturelle. Un partenariat avec les politiques publiques Dans le même esprit que celui qui a présidé à sa création, j ai oeuvré à inscrire le projet d Enfance et Musique dans une dynamique «d entreprise culturelle citoyenne» : entreprise pour dire l ambition et la responsabilité humaine, politique et économique, que cette appellation sous- tend ; citoyenne pour dire que son objet est placé sous le sceau de la conscience d une responsabilité dans le mouvement de la société. Dans cette logique d innovation sociale et culturelle, mais aussi de priorité aux lieux et aux personnes largement ignorés ou exclus d un accès à la culture, l association est devenue assez rapidement un partenaire de confiance des politiques publiques. Quelques étapes particulièrement significatives sont à évoquer : en 1982, la participation au groupe de travail pluridisciplinaire qui a abouti au rapport «l enfant dans la vie, une politique pour la petite enfance» (encore appelé rapport Bouyala- Roussille), et dont un chapitre était consacré au développement culturel précoce. En 1989, dans la foulée du protocole d accord signé entre le Ministère de la Culture et le Ministère des Affaires Sociales, l association est sollicitée pour élaborer une stratégie d évaluation des actions financées dans le cadre de ce protocole interministériel. Elle y répondra en réalisant un outil d autoévaluation à l intention des promoteurs de projets : le Guide d accompagnement des pratiques d éveil culturel et artistique dans les lieux d accueil de la petite enfance. Dans la même période, Enfance et Musique a été amenée à élargir son projet au- delà des lieux d accueil classiques, et à répondre à l invitation de personnels soignants de services pédiatriques d hôpitaux de l Assistance Publique de Paris, afin de contribuer à améliorer l accueil de l enfant à l hôpital. Le partenariat construit avec la Fondation de France, dans le cadre de son programme «Actions à l hôpital» mis en œuvre dès 1986 et destiné à expérimenter de nouvelles façons d accueillir l enfant et sa famille 4, a servi de tremplin au développement de projets intitulés «la musique au service de la commu nication et de la santé». Enfin, en 1998, face à l aggravation de la précarité de la vie des familles et constatant qu une grande partie de son public (80 % des stagiaires) était confrontée à la situation d enfants et de familles en situation d exclusion, Enfance et Musique s est engagée, avec le soutien des pouvoirs publics, dans 4 En écho à la circulaire du 1 er août 1983 du Ministère des Affaires Sociales et des Secrétariats d Etat chargés de la santé et de la famille, relative à l hospitalisation des enfants.

3 une politique d accompagnement de projets d éveil culturel et artistique menés par la diversité de partenaires oeuvrant dans les quartiers en contrat de ville. En 2000, une inspection pédagogique et financière approfondie a été diligentée par les services du ministère de la Culture. Elle a permis de confirmer la qualité de ses actions, la validité et la cohérence de son projet ainsi que la transparence de sa gestion. À la suite de ce travail, une convention triennale a été signée avec le ministère de la Culture, à laquelle se sont associés d autres partenaires publics et privés afin de soutenir une nouvelle étape du projet d Enfance et Musique : être un lieu ressources pour les acteurs de l éveil culturel et artistique sur l ensemble du territoire en favorisant la diffusion des expériences, la confrontation des pratiques et le débat d idées. La place centrale de la création Revendiquant un projet à vocation sociale, culturelle et artistique et sachant que dans notre pays, on a souvent opposé l éducation populaire et l animation socioculturelle à l excellence de l artiste, il était essentiel pour la crédibilité du projet d Enfance et Musique de tenir fermement une double exigence : celle de l engagement dans l expérimentation sociale et dans la pédagogie d une relation créative avec le tout petit, autant que dans celle d un engagement nouveau dans la création pour la petite enfance. C est à travers la chanson et le disque, la production et la diffusion de spectacles vivants, que la création artistique a pris place dès le début de son histoire au cœur du projet d Enfance et Musique. La maturité et les questions de l âge adulte Lorsque je me retourne sur ces années d émergence de l éveil culturel et artistique des très jeunes enfants, je suis habité par un sentiment très contradictoire. C est une grande satisfaction, certes, de voir le chemin parcouru et en particulier le nombre et la diversité des initiatives prises par un grand nombre de professionnels de l enfance et d artistes, sur l ensemble du territoire. Mais c est aussi un grand questionnement de constater la fragilité des projets, celle des organisations qui les portent, les batailles incessantes qu il faut mener pour que le très jeune public soit pris en considération, les obstacles que rencontrent ceux qui tentent de construire des politiques au long cours. Supplément d âme, luxe que l on ne peut s offrir en période de vaches maigres Crainte d inscrire enfants et parents dans un processus précoce de consommation culturelle Incompréhension entre deux mondes étrangers l un à l autre, celui des artistes et celui des professionnels de l enfance Ces arguments me font craindre que l art et la culture vivante ne soient jamais pleinement reconnus comme essentiels à l humanisation et à la vie en société. Enfin c est la conscience ou le pressentiment que, sans une réévaluation des stratégies, sans les alliances intellectuelles qu il doit susciter, sans les projets politiques qu il doit rejoindre et féconder, la place de l éveil artistique dans la vie des familles restera cantonnée à une «activité offerte», «un strapo ntin qualitatif consenti», voire une soupape à la souffrance sociale.

4 De l éveil culturel et artistique des tout petits au réveil esthétique et politique des adultes Nous avons devant nous, c est certain, un immense chantier. Sa responsabilité est entre nos mains, nous qui, de plus en plus nombreux, acteurs isolés ou associations, institutions ou collectivités, avons engagé des projets d éveil artistique, et qui croyons au sens et à l avenir de cet éveil de l enfant au monde. En tentant de prendre du recul, je dirais que l éveil culturel et artistique est sorti de l enfance. Le temps de l expérimentation par les pionniers que nous étions, avec la passion des explorateur s qui réinventent le monde, est révolu. Nous devons aller au- delà de la merveilleuse histoire des perceptions intrautérines du bébé dans le ventre de sa mère du regard attendri que nous avons porté, par le petit bout de la lorgnette, sur les «effets positifs» de l éveil artistique pour un développement harmonieux du nourrisson, et essayer de distinguer les enjeux plus vastes qui traversent la question de l éveil culturel et artistique du tout petit. Le détour par ce qui, dans nos sociétés occidentales, avait effet d éveil culturel, jusqu au début du XXe siècle, nous donne quelques clés de compréhension. Hier, les relations précoces des tout petits étaient nourries par un folklore riche et diversifié, transmis de génération en génération ; les pratiques musicales socialisées de jeu et d échange dont il était porteur constituaient une véritable éducation informelle de l enfant. Aujourd hui, les nombreuses études sur les avatars de la transmission ont mis en évidence des raisons à cette perturbation des canaux traditionnels de la transmission. Je n y reviendrai pas. Par contre, je voudrais attirer l attention sur un phénomène, souvent escamoté car source de débats passionnés, voire passionnels : l irruption massive de la télévision dans le temps et l espace de la vie familiale. Celle- ci non seulement réduit encore les échanges et empêche de rêver, mais est le vecteur d une idéologie qui met la consommation et la possession de biens matériels standardisés comme clé du bonheur et seule perspective d avenir. Le philosophe Patrick Viveret rappelait dans un article récent dans le journal Télérama 5 que «l abondance pose des questions inédites. Au "comment survivre?" se substitue le "pourquoi vivre?"», et il rappelait les propos du célèbre économiste Keynes qui déclarait en 1930 : «ce seront les peuples capables de préserver l art de vivre et de le cultiver de manière plus intense qui seront en mesure de jouir de l abondance le jour où elle sera là». Et Patrick Viveret de nous inviter à une «mutation culturelle à la hauteur de la mutation économique et technique qui a produit l abondance» sous peine d aller vers une dépression nerveuse collective. À sa façon, le poète Bernard Noël, lors de ses premiers combats pour l exception culturelle, tentait lui aussi de donner l alerte : «sous le totalitarisme économique dont l emprise va grandissante, le sens se limite à la volonté de 5 Patrick Viveret, «Un nouvel art de vivre peut- il sauver l humanité de ses pulsions destructrices?», in Télérama, n 2883, 13 avril 2005.

5 gagner et d être riche. Au contraire du sens religieux qui apportait une plénitude et en jouait, le sens économique est un vide que la consommation ne comble que pour en ranimer aussitôt le même appétit.» 6 Pétri d une toute autre expérience puisque ancien secrétaire d Etat à l Action sociale, ancien directeur de l ENA et inventeur du concept d exclusion sociale, René Lenoir, dans son dernier livre, «Choc ou dialogue des civilisations? la force émergente de la société civile», appelle à la même prise de conscience : «si l économie de marché favorise la création de richesses, elle ne fait pas, à elle seule, une société. Il faut entre les personnes un milieu tiers, une société avec sa culture, un monde commun inscrit dans la durée, dans l histoire. Les gens sentent intensément le besoin de ce lien dans la cité, dans l entreprise, dans le sport ou la fête, à la fois amitié, convivialité, fraternité. Cette circulation du souffle de la vie en société, comme disent les Chinois, constitue un bien à la fois collectif et privé. L ensemble d une culture circulation de biens matériels et immatériels, marchands et non marchands, entre générations et entre contemporains ne répond pas seulement aux besoins matériels de ses membres, elle leur permet de jouir d une existence psychique. Elle a pour chacun une portée ontologique» 7 Dans le contexte d incertitude que nous vivons, où notre génération d adultes en charge de préparer le futur est davantage confrontée à la menace de risques (écologiques, économiques, politiques liés à la montée des extrémismes et des inégalités ) qu à la confiance dans l avenir, les discours pédagogique, scientifique, psychologique et poétique sur l éveil artistique du tout petit ne suffisent plus. L urgence nous impose d élargir le champ de notre regard pour revenir à la question essentielle posée à notre responsabilité d adulte, citoyen et éducateur : comment les propositions faites aux enfants d aujourd hui les préparent - t- elles à un «vivre ensemble» dans un environnement qui permette à chacun de «se ressourcer dans le passé et de participer à la création du futur» (Yéhudi Ménuhin)? Cette question va- t- elle même assez loin? N est- elle pas l ultime paravent à l attentisme et à la crainte des adultes de s engager eux- mêmes dans la recherche de ce qui permettrait de faire société autrement? Françoise Dolto nous rappelle 8 que la transmission culturelle dans l enseignement, c est de «rencontrer des gens qui vivent ce qu ils enseignent». Comme elle, je pense que l éveil culturel et artistique du tout petit repose aujourd hui sur la question primordiale et préalable du rapport à l art et aux «pratiques artistiques vivantes» des adultes qui l accompagnent dans sa vie. Est- il d ailleurs réellement possible sans cette implication authentique? Pour ma part je dirai non, et je proposerai deux orientations en forme de slogan pour penser l éveil culturel et artistique de demain. 6 Bernard Noël, La castration mentale, Editions P.O.L., Paris, René Lenoir, Choc ou dialogue des civilisations? la force émergente de la société civile, Editions Michel Y., Paris, Françoise Dolto, «L enfermement», in La cause des enfants, Editions Robert Laffont, Paris, 1985.

6 De l enfant objet des techniques d éveil culturel... à l enfant sujet de son propre éveil C est dans la compagnie d adultes, et en premier lieu de ses parents, que l enfant reconnaît comme signifiant pour lui, ce qu il perçoit comme porteur de sens pour eux. C est bien aussi ce qu il sent reconnu par eux, comme porteur de sens dans ses propres comportements, ses actes et ses émotions, qui contribue à lui donner des clés de compréhension du monde dans lequel il vit, à en identifier les valeurs et à se positionner. C est en étant le «témoin» de l authenticité des émotions et de l engagement dans l expression qui se partagent avec lui, à travers les pratiques artistiques, que l enfant s éveille à l art dans une réception- réinterprétation de ce qu il en perçoit. Il ne s agit alors plus uniquement de mettre en œuvre des techniques pédagogiques destinées à faire faire de «belles choses» à un enfant «objet» de ce projet, mais de reconnaître que c est au milieu d adultes- sujets- acteurs de la mise en œuvre de leurs propres désirs culturels que l enfant peut devenir lui- même sujet de son propre éveil. Pour reprendre Sigmund Freud, je dirai que l éveil artistique de l enfant adviendra «de surcroît» si les adultes vivent une situation signifiante pour eux, une situation vécue «pour de vrai». De l éveil culturel et artistique du tout- petit au réveil culturel, au réveil «esthétique et politique» 9 des adultes citoyens Cette prise de conscience d une inversion nécessaire entre un éveil de l enfant et un réveil de l adulte amène à réfléchir sur les causes d un certain endormissement. N est- il pas à rattacher à cette culture de la consommation et du modèle évoqué plus haut? Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l IRCAM 10, fait écho aux propos prémonitoires de Keynes sur la gestion contradictoire d une certaine abondance quand il déclare : «Les techniques audiovisuelles du marketing conduisent à faire que progressivement, mon passé vécu, à travers toutes ces images et ces sons que je vois et que j entends, tend à devenir le même que celui de mes voisins. ( ) Mon passé étant de moins en moins différent de celui des autres parce que mon passé se constitue de plus en plus dans les images et les sons que les médias déversent dans ma conscience, mais aussi dans les objets et les rapports aux objets que ces images me conduisent à consommer, il perd sa singularité, c est- à- dire que je me perds comme singularité. ( ) Quant à l art, il est l expérience et le soutien de cette singularité sensible comme invitation à l activité symbolique, à la production et à la rencontre de traces dans le temps collectif» Ce retour nécessaire à la dimension artistique de la culture s avère par ailleurs concomitant au réveil de la citoyenneté en chacun de nous auquel Hannah Arendt appelait tout adulte, il y a plus de cinquante ans, quand elle écrivait, parlant du monde en perpétuel changement : «Qui refuse d assumer cette responsabilité du monde ne devrait ni avoir d enfant, ni avoir le droit de prendre part à leur éducation» Bernard Stiegler, «De la misère symbolique», Le Monde, 11 octobre IRCAM = Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique 11 Hannah Arendt, «La crise de l éducation», in La crise de la culture, Editions

7 Pour ouvrir des perspectives et les relier à d autres mouvements de résistance et de refondation à travers le monde, je rapporterai ici une information reprise par René Lenoir et Patrick Viveret, chacun dans une de leur récente publication : une bonne nouvelle nous vient des Etats- Unis, à travers une vaste enquête sociologique réalisée sur un échantillon de personnes par Paul Ray et Sherry Anderson. Elle fait apparaître le phénomène de ce qu ils appellent les «créatifs culturels». Ce sont des gens ancrés dans leur époque, mais qui décrochent du modèle dominant de la course, de la guerre et de l avoir. Des personnes qui sont sensibles aux enjeux écologiques, exigeants quant à leur développement personnel, à leur qualité de vie, et qui partagent des valeurs de solidarité, d implication sociale souvent locale et, pour nombre d entre eux, de quête spirituelle. Curieusement, ils se croyaient marginaux. L enquête les a pourtant estimés entre 12 et 24% de la population, selon que l on considère le noyau dur de la catégorie ou ceux qui s en approchent. René Lenoir et Patrick Viveret considèrent ce phénomène comme précurseur d alternatives crédibles et nouvelles pour cette nécessité de transformation radicale des valeurs dominantes de nos sociétés en crise. La suite de l histoire Le dépassement de l éveil culturel et artistique du tout petit, au sens strict du terme, comme l apparition du phénomène des créatifs culturels s inscrivent, pour moi, dans le même mouvement de résistance à l inhumanité grandissante qui envahit nos sociétés et met en péril, à court terme, les relations au sein de ce qui est appelé aujourd hui le «village planétaire». En Europe comme en France, des initiatives similaires existent, portées par les mouvements écologiques, altermondialistes ou plus simplement de solidarité avec les plus pauvres. Je souhaiterais que cette question de la place de la culture partagée, de la rencontre et de la réappropriation des œuvres d art par le plus grand nombre, adultes et enfants ensemble, à l occasion des fêtes familiales ou des événements de la vie locale, puisse être en particulier explorée dans le cadre de nos débats de société. Je pense en particulier aux réflexions menées sur la conciliation de la vie familiale, de la vie professionnelle et de la vie sociale, de même qu aux débats sur la réduction du temps de travail et l utilisation du temps libre S investir dans des projets d éveil culturel de l enfant et de sa famille, c est en effet, bien évidemment, associer les parents, mais c est tout autant permettre la rencontre entre habitants d un même quartier, favoriser le rassemblement des différentes générations et inviter à l engagement citoyen des artistes. C est encore permettre que les valeurs de gratuité, de créativité, d ouverture, de partage, portées par l expression et la création artistiques fécondent en nous la capacité à dépasser inhibitions et conditionnement pour imaginer de nouvelles façons d être au monde et de vivre ensemble. Cela passe par le débat d idées, la revendication d une reconnaissance de la question du sens de ce que l on fait, la mobilisation des élu(e)s, le décloisonnement, les alliances multiples et la mise en réseau des savoirs et des Gallimard, Paris, 1972.

8 compétences. L aventure est risquée mais enthousiasmante. Notre responsabilité d adulte, citoyen et parent, nous impose de nous y engager pour imaginer et faire éclore un «nouveau monde». Marc Caillard Fondateur Directeur Enfance et Musique Publié dans la Revue SPIRALE Éditions ERÈS 11 rue des Alouettes RAMONVILLE SAINT- AGNE

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse Art et handicap Atelier de pratique artistique Thème : l expression corporelle / la danse Action handicap 1 L ECLA son projet, sa démarche L Espace Clodoaldien de Loisirs et d Animation (ECLA) est une

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Institut Pedro de Béthencourt. Ircom

Institut Pedro de Béthencourt. Ircom servir la dignité de l 'homme Institut Pedro de Béthencourt Ircom Histoire et vocation Fondé en 1984, l Ircom développe un enseignement qui vise le plein épanouissement de la personne humaine, tant sur

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Le projet de L Arche à Nancy, c est

Le projet de L Arche à Nancy, c est Vivre Avec des personnes ayant un handicap mental... Le projet de L Arche à Nancy Au plus près de la vie ordinaire Dans le partage des gestes quotidiens Le projet de L Arche à Nancy, c est de créer trois

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 Approuvé tel qu amendé par le conseil d établissement le 6 mai 2014. LE PORTRAIT DE NOTRE MILIEU L école Du Domaine est située dans le secteur Duberger de l arrondissement

Plus en détail

Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 CHARTE DE PARRAINAGE. CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1

Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 CHARTE DE PARRAINAGE. CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1 Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 ANNEE 2014 CHARTE DE PARRAINAGE CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1 Le Groupe EDF, en France comme à l'international, soutient

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

La technesthésie, voilà un mot bien barbare!

La technesthésie, voilà un mot bien barbare! La technesthésie * Mme Régine Lacroix-Neuberth nous explique comment son expérience des relations humaines lui a permis de créer cette méthode dont les applications sont particulièrement intéressantes

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique («AMAP Culturelles»)

Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique («AMAP Culturelles») Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique («AMAP Culturelles») INTRODUCTION Ce projet est avant tout un projet de développement d un nouveau modèle

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Technologies de l information

Technologies de l information 7a Technologies de l information Nouvelles technologies de l information : une clé pour apprendre à l âge adulte? 321 Thème 7 Education des adultes, culture, médias et nouvelles technologies Fascicules

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

L élan créateur. Week-end atelier. entraîné par Bernard Leblanc-Halmos

L élan créateur. Week-end atelier. entraîné par Bernard Leblanc-Halmos L élan créateur Week-end atelier entraîné par Bernard Leblanc-Halmos L É c o l e d u G é n i e M u t u e l e n a c c o m p a g n o n n a g e F o n d a t e u r : B e r n a r d L e b l a n c - H a l m o

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT VIDEO CONFERENCES Michel Lebreton lebreton.mic@gmail.com Photo Alain Dhieux - Calais DU FOLK AUX MUSIQUES TRAD 50 ANS DE REVIVALISME Cette rencontre en deux volets retrace

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail