Contraintes sociales des entreprises informelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contraintes sociales des entreprises informelles"

Transcription

1 Contraintes sociales des entreprises informelles Dissemination conference «Unlocking potential: Tackling economic, institutional and social constraints of informal entrepreneurship in Sub-Saharan Africa» 18 Octobre 2011, Bamako, Mali

2 Motivations du sujet Dans de nombreuses régions d Afrique subsaharienne, beaucoup d entreprises informelles n'enregistrent aucune croissance de leur activité, que celle-ci soit mesurée en nombre d'emplois créés ou en termes de capital productif. Le taux de réinvestissement des profits est en effet généralement faible, et ce pour de multiples raisons mentionnées dans la littérature : contraintes sur le marché des capitaux, aversion au risque lorsque les investissements sont irréversibles, manque de compétences et/ou de fibre entrepreneuriale. Pour certains auteurs, la cause est plutôt à chercher du côté de l'entourage des entrepreneurs : les entrepreneurs dont l'activité prospère sont dans l'incapacité d'épargner leurs profits en vue de les réinvestir, du fait de demandes pressantes de la part de leurs proches pour satisfaire leurs besoins de consommation. 2

3 Motivations du sujet Hypothèse: les entrepreneurs sont désincités à investir s'ils anticipent qu'ils devront redistribuer une partie importante de leurs profits futurs. Le faible réinvestissement des profits serait lié à la «solidarité forcée» à laquelle fait référence la littérature sociologique, ou encore à la «face cachée du capital social». (Portes et Sensenbrenner, 1993). Autre conséquence possible de la «solidarité forcée» : l emploi de membres de la famille dans l unité de production informelle. Façon de «rendre» à sa famille l aide reçue lors du démarrage de l affaire. Soulève la question de la productivité du travail familial par rapport au travail dit «rémunéré» ou du capital humain recruté sur le marché : Si la première est plus faible que la seconde, la combinaison du facteur travail et capital risque d être sous-optimale, et d entraver le succès de l entrepreneur. 3

4 Motivations du sujet Quelle littérature sur ce sujet? L idée que les liens familiaux et de parenté puissent avoir des effets désincitatifs transparaît souvent dans les travaux anciens en anthropologie (Barth, 1967). Elle a notamment été mise en exergue par les théoriciens de la modernisation (cf. par exemple Lewis, 1955 ; Meier et Baldwin, 1957 ; Bauer et Yamey, 1957 ; Hirschman, 1958). Cette idée est également présente en sociologie économique où elle est considérée comme le revers de l'existence de liens forts entre individus (Granovetter, 1973, 1983, 1985 ; Barr, 2002). Plus récemment, cette idée est réapparue dans les travaux de quelques économistes (Platteau, 2000 ; Hoff et Sen, 2006). 4

5 Motivations du sujet Bien sur, la littérature existante reconnaît aussi très largement les effets bénéfiques du capital social, à travers: la réduction des coûts de transaction, un accès facilité à l'information, la résolution des dilemmes liés à l action collective, l'assurance informelle, etc. (voir notamment Coleman 1990 ; Fafchamps, 1996, 2001, 2002 ; Kranton, 1996 ; Woolcock, 2001 ; Minten et Fafchamps, 1999 ; Platteau, 2000 ; Knorringa et van Staveren, 2006). La notion de liens familiaux et de parenté que nous utilisons dans ce projet englobe tous les liens de sang (La Ferrara, 2007). La différence essentielle entre les liens familiaux et de parenté et les autres formes de liens sociaux est que les premiers peuvent être considérés comme globalement exogènes et qu'ils ne peuvent être modifiés librement, ou seulement à un coût psychologique important. 5

6 Motivations du sujet Malgré leur importance potentielle, peu de travaux empiriques se sont penchés sur l existence des effets négatifs des liens familiaux et de parenté. Di Falco et Bulte (2010) montrent que l'existence de normes redistributives donne lieu à des comportements de passager clandestin et désincitent les individus à s'auto-assurer contre les chocs en Afrique du Sud. Baland, Guirkinger et Mali (2007) s'intéressent aux comportement d'emprunt des individus au Cameroun et constatent que certains empruntent de l argent bien qu ils n'aient aucune contrainte de liquidité et ce simplement pour signaler à leurs proches qu ils sont dans l incapacité de leur fournir une assistance financière. Voir aussi Anderson et Baland (2002), Fafchamps (2002), Duflo et al. (2009) 6

7 Trois travaux présentés ici 1. Une étude sur les 7 capitales économiques de l UEMOA afin de comprendre les interactions entre les réseaux familiaux et l utilisation des facteurs de production. 2. Dans l idée d une mise en perspective comparative, une analyse ciblée sur le Vietnam, avec une attention particulière portée sur l utilisation et les bénéfices liées au travail familial. 3. Une analyse détaillée des comportements de transfert et d investissement dans un contexte de forte pression de partage des revenus. 7

8 Paper #1: Kinship-ties and entrepreneurship in Western Africa Hypothèses théoriques (1) Grimm, Gubert, Koriko, Lay et Nordman (2011) Un modèle présenté dans l étude se concentre sur les effets d incitation négative potentiels des liens familiaux et de parenté, en mettant de côté leurs éventuels effets positifs. La valeur ajoutée générée par les activités productives propres est soumise à une «taxe de solidarité» imposée par la famille et la parentèle. Non-paiement de cette taxe = sanctions sociales prohibitives La part de la valeur ajoutée redistribuée à la famille dépend : - normes égalitaires prévalant, - taille de la parentèle, - coûts pour connaître avec précision le niveau d'activité et de valeur ajoutée de l'entreprise 8

9 Paper #1: Kinship-ties and entrepreneurship in Western Africa Hypothèses théoriques (2) En supposant une technologie de production néoclassique de l entrepreneur, la taxe de solidarité réduit le rendement des facteurs et les entrepreneurs allouent moins de capital et de travail à leur activité de production au profit d'autres activités. Concernant le facteur travail, par exemple, plus la taxe est élevée, moins le nombre d'heures de travail effectuées par des employés non familiaux dans l'entreprise est important et plus les travailleurs familiaux offrent leur travail en dehors de l'entreprise. Néanmoins, les liens familiaux et de parenté peuvent aussi avoir un impact positif sur l'activité des entreprises, notamment lorsque les marchés du capital et du travail sont imparfaits. Si ces effets se produisent, ils peuvent en partie voire entièrement compenser les effets indésirables associés à la taxe de solidarité. 9

10 Paper #1: Kinship-ties and entrepreneurship in Western Africa Stratégie empirique (1) Sous-échantillon d entrepreneurs migrants internes (vers la capitale) issus des Enquêtes dans les 7 capitales économiques Ouest-Africaines. Permet d identifier deux types de liens familiaux et de parenté : ceux du lieu destination et ceux du point de départ du migrant. Construction de plusieurs variables proxy de l intensité potentielle des liens de parenté. Ces variables sont supposées agir sur le montant de la taxe de solidarité : Mesure de concentration ethnique : la part de la population vivant dans le même «cluster» que le ménage étudié et appartenant au même groupe ethnique que lui. 2 effets : + et - La population du «cluster» originaire de la même région ou district que l'entrepreneur : plus cette part est élevée, plus la pression potentielle sur le partage des gains est importante. La distance géographique séparant la région ou le district d origine de l entrepreneur de la capitale dans laquelle il réside : la pression redistributive diminue avec la distance (contrôle plus difficile et plus coûteux). Le nombre d années déjà passées par le migrant dans la capitale : effet «loin des yeux, loin du cœur». 10

11 Paper #1: Kinship-ties and entrepreneurship in Western Africa Stratégie empirique (2) 1. Nous montrons d abord que les transferts inter-ménages sont corrélés à la valeur ajoutée des entreprises et que la propensité de ces ménages à effectuer des transferts provenant des profits est plus grande que celle des transfert provenant des revenus issus du salariat (informel). 2. Nous explorons ensuite la relation entre l intensité des liens familiaux et de parenté et l utilisation des facteurs de production : Capital physique, Nombre total d heures utilisées dans l entreprise, Nombre total d heures de travail consenties par l entrepreneur en introduisant dans les régressions un jeu d autres facteurs observables pouvant expliquer l intensité de ces liens et l utilisation des facteurs. 11

12 Régression des liens familiaux sur les heures de travail (1) (2) (3) (4) Log heures de travail Log heures de travail totales entrepreneur Années Années depuis depuis migration migration 5 Tous 5 Tous Part du même groupe ethnique Part de même origine Ln distance de l origine Années depuis migration + ++ Log capital physique R-squared N , ++ et +++ signifient positivement significatifs aux seuils de 1, 5 et 10% 12

13 Paper #1: Kinship-ties and entrepreneurship in Western Africa Principaux résultats Les liens familiaux et de parenté augmentent l utilisation du facteur travail. Les hommes semblent compter davantage sur les réseaux issus de leur région d origine, tandis que les femmes semblent mobiliser davantage les réseaux ethniques. Un effet constamment positif de la distance à la zone d origine du migrant : moins les liens sont étroits, plus l utilisation de capital physique et de travail est intensive. Cohérent avec l'hypothèse selon laquelle la pression redistributive exercée par les proches restés au village exerce des effets d incitation négatifs, et que ces effets diminuent avec la distance. Les liens familiaux et de parenté en ville font en revanche augmenter les quantités utilisées de capital et travail, d où l idée que ces liens seraient plutôt un véhicule de soutien mutuel. 13

14 Paper #2: Household Entrepreneurship and Social Networks in Vietnam: Panel Data Evidence Grimm, Nguyen et Nordman (2011) Les auteurs s intéressent particulièrement à l effet du travail familial sur les performances des micro-entreprises familiales. Nous posons trois questions pour le cas du Vietnam : 1. Existe-t-il un effet différencié de la productivité du travail familial par rapport au travail rémunéré, c est-à-dire recruté sur le marché? 2. Quels sont l étendue, l intensité et les déterminants de l éventuelle pression redistributive exercée par la famille élargie et subie par les ménages possédant une entreprise familiale? 3. Quels sont les effets respectifs de différentes sources de pression redistributive - à savoir celle exercée par la parenté, le réseau et capital social élargi, et par la communauté de résidence du ménage - sur l efficience productive de l entreprise familiale? 14

15 Paper #2: Household Entrepreneurship and Social Networks in Vietnam: Panel Data Evidence Stratégie empirique 1. Nous avons construit un panel d entreprises familiales à partir de deux vagues de l enquête VHLSS ( ), une enquête ménage de type LSMS : 1138 household businesses (formels et informels) répartis dans tout le Vietnam. 2. Nous estimons les rendements du travail en décomposant ce facteur (familial vs. rémunéré) dans une fonction de production de l entreprise familiale. 3. Nous examinons les déterminants des transferts inter-ménages (perçus et accordés) dans le but d identifier les facteurs clefs (réseaux sociaux) de l éventuelle pression à la redistribution subie par les ménages possédant une entreprise familiale. 4. Nous regardons si les entrepreneurs utilisent les facteurs de production d une façon techniquement efficiente et optimale (efficience productive) 5. Nous explorons les déterminants de l inefficience productive en distinguant les différentes caractéristiques des réseaux sociaux des entrepreneurs. 15

16 Paper #2: Household Entrepreneurship and Social Networks in Vietnam: Panel Data Evidence Principaux résultats Les entreprises familiales formelles ne montrent pas de différences significatives dans la productivité du travail familial par rapport au travail rémunéré, à l inverse des entreprises informelles où l écart y est important. Nous confirmons pour le cas du Vietnam que les liens familiaux et de parenté, mais aussi d autres caractéristiques du réseau social des entrepreneurs, peuvent jouer sur l intensité de la pression redistributive. Le réseau social local jouerait également en faveur de la performance des entreprises familiales (via par exemple l existence d un réseau social professionnel ) tandis que la part des travailleurs familiaux dans le business jouerait au détriment de son efficience productive. Les effets sont constrastés selon l appartenance sectorielle des entreprises familiales : formelle vs informelles présentent des mécanismes distincts. 16

17 Papier #3: Investment Decisions of Small Entrepreneurs in a Context of Strong Sharing Norms Grimm, Hartwig et Lay (2011) Les auteurs ont recours à une enquête au sein de tailleurs à Ouagadougou (sous-échantillons de migrants provenant de la campagne; cf Hadnes, Vollan et Kosfeld, 2011), mais se concentrent sur les trois questions suivantes: 1. Comment expliquer l hétérogénéité dans les comportements de partage et d investissement? 2. Qu est-ce qui détermine le consentement aux normes de partage et qu est-ce qui détermine leur rejet? 3. Quel est l effet des normes de partage sur l investissement et la croissance des entreprises dans le moyen et long terme? 17

18 Papier #3: Investment Decisions of Small Entrepreneurs in a Context of Strong Sharing Norms Hypothèses Le tailleur a le choix entre transférer à sa famille et profiter donc de leur assurance informel, ou bien d investir, de refuser tous transferts et, en contrepartie, de renoncer aussi à chaque soutien que lui fournit sa famille. Renoncer permet de croître en terme de capital et d augmenter le revenu, mais aussi, le cas échéant, de consentir les coûts d un choc, ainsi que le coût social lié au refus de la solidarité. Sous ces conditions, la décision d un tailleur sera déterminée par son aversion au risque et aussi par l intensité de la pression à rester dans le réseau et de partager (i.e. le coût social lié au refus). 18

19 Papier #3: Investment Decisions of Small Entrepreneurs in a Context of Strong Sharing Norms Mesure de la pression de partage Le nombre de frères et sœurs vivants La taille du village d origine Le nombre de visiteurs en ville les 12 dernier mois Mesure de l aversion au risque Réponse à la question «Etes-vous prêts à prendre des risques dans votre activité?». 19

20 Papier #3: Investment Decisions of Small Entrepreneurs in a Context of Strong Sharing Norms Stratégie empirique Les auteurs analysent : l effet de la pression au partage et de l aversion au risque sur l investissement. l effet de la pression au partage et de l aversion au risque sur les transferts. l effet des transferts payés sur le soutien reçu en cas de choc. l effet de la pression au partage sur l emploi des membres de la famille. A noter: l investissement (y compris les investissements de départ) sont dans plus que 85% des cas financés par l épargne et non pas par des transferts. 20

21 Résultats (direction des effets résultant de l analyse de régressions) Pression au partage Aversion au risque Investissement (-) (-) Transferts payés (+) (+) Emploi des membres de la famille (+) (+) Transferts payés Aide reçu (+) 21

22 Transferts vs. Investissement 22

23 Conclusion Générale Tout en restant conscient des aspect positifs liés à la famille, les trois papiers suggèrent qu il existe aussi des effets négatifs réduisant l incitation et la capacité d investir des entreprises. L existence de normes de partage sévères peuvent contraindre les entrepreneurs à haut potentiel - sous la pression de fortes sanctions sociales - à participer à des réseaux informels d assurance et donc à transférer des moyens qui pourraient être investis autrement. Cela suggère de conduire des études expérimentales dans lesquelles l entrepreneur mais aussi son réseau familial seraient couverts par une assurance vie ou de maladie (les chocs les plus courants selon nos données) ; analyser les effets de cette couverture sur l investissement et le développement des petites entreprises. La mise en place d assurances pour les risques de base (santé, mortalité) serait d autant plus efficace si le partage est motivé par l assurance et non par de pures normes égalitaires. 23

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Risque financier et accès aux soins

Risque financier et accès aux soins Risque financier et accès aux soins Effet d une charge Discutant: Sophie Guthmuller recours et le JESF Décembre 2011, Clermont-Ferrand le recours et le le ˆ En santé, un individu averse au risque choisi

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

PRIVOR Plus prévoyance optimisée. Sécurité élevée et chances attractives de rendement

PRIVOR Plus prévoyance optimisée. Sécurité élevée et chances attractives de rendement PRIVOR Plus prévoyance optimisée Sécurité élevée et chances attractives de rendement Qu est-ce que PRIVOR Plus? Vous accordez la priorité à la sécurité financière et vous souhaitez dans un même temps profiter

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand. Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs

Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand. Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs Maëlan Le Goff École Doctorale des Sciences Juridiques, Économiques

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

De la Protection à la Production:

De la Protection à la Production: De la Protection à la Production: Les transferts monétaires directs et leur rôle pour le développement économique rural Hafez Ghanem, Sous-directeur général, FAO Département du développement économique

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE PREMIERE L2 SOMMAIRE 1. Budget horaire global 2. calendrier

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008 Évolution différenciée des gradients sociaux homme/femme de consommation de tabac et homogamie sociale : quelle influence sur la concordance des comportements t au sein des ménages? quelle conséquence

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot Université de Rouen Introduction Il existe en France de fortes inégalités sociales de santé, c est-à-dire des différences

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES. Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval

LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES. Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval 1 LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval Plan 2 1. Le poids démographique 2. Caractéristiques sociodémographiques 3. La santé physique

Plus en détail

Gestion des ressources humaines

Gestion des ressources humaines Gestion des ressources humaines Plan Définition de la GRH Evolution de la GRH Objectifs de la GRH Domaines de la GRH Définition de la GRH La GRH est un ensemble de fonctions et de mesures ayant pour objectif

Plus en détail

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux Un premier Atelier de la compétitivité, organisé en mai dernier, a proposé un dialogue entre chercheurs, chefs d entreprises et hauts fonctionnaires sur les enjeux de l innovation. Il a été organisé à

Plus en détail

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé :

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Florence Jusot (Université de Rouen, LEDa-LEGOS, IRDES) Bourgueil Y., Jusot F., Leleu H. (2012), Questions

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Résumé et conclusions

Résumé et conclusions Résumé et conclusions La première étude sur la performance de la prospection IKO System a réalisé, en septembre 2014, la première étude à grande échelle pour comprendre comment les entreprises françaises

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Structures d entreprise du secteur alimentaire

Structures d entreprise du secteur alimentaire Camp de formation intensive Séminaires Web presentés par Food Secure Canada soutenus par La fondation de la famille J.W. McConnell Structures d entreprise du secteur alimentaire avec Julie Hamel ~ FDEM

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide formelle et informelle reçue par les personnes âgées en domicile ordinaire.

Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide formelle et informelle reçue par les personnes âgées en domicile ordinaire. INED Unité Démographie Economique Journée scientifique Les transferts intergénérationnels Session 1 Transferts ascendants 17 mars 2009 Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide

Plus en détail

La couverture sociale universelle au Costa Rica

La couverture sociale universelle au Costa Rica La couverture sociale universelle au Costa Rica A retenir : Une couverture sociale qui offre les mêmes prestations à toute la population sans condition de revenus Des cotisations établies en fonction de

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 751 CIDR Tous droits de reproduction réservés Guide d estimation de la capacité contributive des ménages au financement de l assurance

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Howard H. Stevenson Sarofim-Rock Professor Harvard University Le 5 octobre 2007 Harvard Business School 2007 1 Une longue histoire Premières recherches

Plus en détail

Votre «Patrimoine» par Patri-Med

Votre «Patrimoine» par Patri-Med Votre «Patrimoine» par Patri-Med Newsletter N 7 Déc 2012/Janvier 2013 Généralement, on considère que les biens formant l ensemble du patrimoine sont divisés selon les composantes suivantes : - Le patrimoine

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU

INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Consortium pour la Recherche Economique et sociale 2014 / O5 NOTES DE POLITIQUE DU CRES Version provisoire INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU par

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Etude sur l Auto Entreprenariat au Maroc

Etude sur l Auto Entreprenariat au Maroc Etude sur l Auto Entreprenariat au Maroc «Une vision qui ne s accompagne pas d action n est qu un rêve ; Une action qui ne découle pas d une vision, c est du temps perdu ; Une vision suivie d action peut

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1. 4 - Le Haut de gamme survira-t-il à la crise? Jean-Marc Bellaiche (Boston Consulting Groupe) «Le secteur du luxe, de taille modeste au début

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS Principaux résultats de l enquête ménages déplacements de la Communauté urbaine d Arras - 2014 Introduction Cette enquête a été réalisée de janvier à février

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail