L éducation au développement et à la solidarité internationale et. le milieu de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L éducation au développement et à la solidarité internationale et. le milieu de l entreprise"

Transcription

1 L éducation au développement et à la solidarité internationale et le milieu de l entreprise Les actes de la journée Educasol du 28 septembre 2009 Objectifs de cette journée Permettre la rencontre entre acteurs de l entreprise et acteurs associatifs intervenant dans le champ de l éducation au développement et à la solidarité internationale ou de l éducation à l environnement. Mieux comprendre ce que peut vouloir dire parler d ead-si dans l entreprise et apprécier en quoi cela impacte la vision du développement et de l ead-si portée par les membres d Educasol. Partager un état des lieux des pratiques d ead - si avec ou dans le milieu de l entreprise. Croiser les attentes des acteurs (associatifs ou entreprise) ainsi que les difficultés qu ils rencontrent dans la mise en œuvre commune d actions d ead-si. Affiner la représentation parfois schématique que les ASI ont de l entreprise. Identifier les relais les plus pertinents permettant d intervenir notamment auprès des salariés. Plan des actes : Pourquoi est-il pertinent de vouloir faire de l ead-si dans le milieu de l entreprise? Eléments constitutifs d une bonne pratique de partenariat. Présentation des résultats de l enquête menée au sein d Educasol. Anne Kaboré Frédéric Ambroise.. p.2 Intervention de Antonio Manganella : responsable commission entreprise de Amnesty International France.p.4 Intervention de Antoine Cassard du Réseau Ecole et Nature sur la recherche action menée sur le partenariat association / Entreprise p.5 Intervention de Nathalie Père-Marzano (CRID) sur le travail ASI-Syndicats p.6 Echanges avec les participants.p.7 Présentation de 3 expériences d ead-si mises en œuvre dans ou avec le milieu de l entreprise. Planète Urgence : Marie-France Maréchal et Caroline Lacoentre.p.8 Fédération Artisans du Monde -Guayapi Tropical : Lise Trégloze et Tristan Montvenoux..p.8 CMCAS (edf) Hauts de Seine - Vincent Leroy p.9 Echanges avec les participants p.10 Eléments de synthèse de la journée (Anne Kaboré- Educasol).p.10 1

2 Pourquoi est-il pertinent de vouloir faire de l ead-si dans le milieu de l entreprise? Eléments constitutifs d une bonne pratique de partenariat. Présentation des résultats de l enquête menée au sein d Educasol (Anne Kaboré Frédéric Ambroise) Dans le cadre de la préparation de cette journée, Educasol a réalisé un travail d enquête (non exhaustive) sur la manière dont différents acteurs abordent le lien entre ead-si et milieu de l entreprise. Ont été rencontrés 12 associations membres d Educasol, une non membre et 5 acteurs de l entreprise. Aucun représentant syndical n a pu hélas à ce jour être interrogé. En guise de remarques préalables, notons que les personnes des associations interrogées ont des profils divers (responsable partenariat, responsable mécénat, responsable EAD). Par ailleurs, les expériences d EAD-SI évoquées sont souvent d ordre ponctuel et expérimental et n entrent généralement pas dans une stratégie globale. Enfin, les liens entre entreprises et associations ont été abordés de manière plus large (plaidoyer, mécénat, ) dans le cadre des entretiens mais seuls les éléments concernant uniquement l EAD-SI sont ici pris en compte. Une lecture croisée des retours d entretiens des seuls membres d Educasol met en exergue des préoccupations partagées que l on peut regrouper autour des 5 axes suivants. 1. Les raisons de faire de l ead-si en direction du milieu de l entreprise Des enjeux forts : Sensibiliser l entreprise aux problématiques Nord-Sud (donc faire de l EAD) ; Faire comprendre aux salariés de l entreprise ce qu est le développement et leur permettre de saisir l impact de leur activité à l autre bout du monde. Contribuer à construire une solidarité entre travailleurs du Sud et du Nord pour que chacun puisse défendre ses droits et ceux des autres. L entreprise est un acteur incontournable de la mondialisation. Permettre aux entreprises de redéfinir la notion de richesse au-delà du profit. D autres raisons : Permettre à des acteurs de différentes natures de travailler au changement (en particulier avec les entreprises de l économie sociale et solidaire). Répondre à un désir des acteurs de l entreprise (en particulier des salariés) de mieux comprendre et d agir pour la solidarité internationale. Répondre à des personnes frustrées par des contradictions entre exigences professionnelles et convictions personnelles. Sortir du cercle des convaincus et toucher un plus grand nombre de personnes. Aller vers le public là où il se trouve. Trouver de nouvelles sources de financement (avec une diversité d approches des personnes interrogées, celles-ci évoquant la possibilité de prestation de service, de mécénat ou de partenariat). Bénéficier des savoir-faire des entreprises. Créer des formes d actions innovantes en croisant des compétences diverses. 2. Les publics potentiels Les salariés (le plus souvent évoqués). 2

3 Les comités d entreprise. Les syndicats. La Direction, les Actionnaires. Les Clients, consommateurs (bien que souvent présentés comme étant à la limite du champs de l entreprise) 3. Les démarches évoquées. 5 types de démarche d ead-si sont évoqués par les membres d Educasol ayant participé à l enquête : Agir dans le lieu entreprise mais sans lien avec son activité (Animation commerce équitable auprès des salariés, projets de SI portés par le CE, ). Agir sur l entreprise pour la faire évoluer sur des pratiques périphériques à son cœur de métier (installation de machines à café équitable, achat d uniformes en coton équitable ). Agir sur l entreprise dans ses pratiques de cœur de métier pour la faire évoluer vers une pratique plus responsable (souvent porté par des hauts cadres et dirigeants). Agir avec des gens de l entreprise en dehors de l entreprise. Agir avec l entreprise pour toucher un public hors-entreprise : exemple = co-production d outils pédagogiques. 4. Les points d attentions soulignés par les acteurs associatifs Mieux comprendre le milieu de l entreprise et sa diversité. Etre en capacité de réinterroger l identité associative. Prendre en compte les risques d interférence avec des actions de plaidoyer. Mieux définir et cadrer la notion de mécénat de compétence. S interroger sur notre réelle capacité à aller vers des publics néophytes. 5. Les pistes évoquées S appuyer sur des acteurs internes de l entreprise (les CE et les syndicats qui sont demandeurs). Travailler en amont pour définir les points d intérêts communs puis contractualiser la collaboration et la concevoir dans le long terme (le court terme risque d engendrer un échange finance-communication). S appuyer sur des personnes relais existantes, les bénévoles ou les donateurs, qui peuvent être aussi salariés. Impliquer les partenaires du Sud de nos organisations pour choisir les entreprises avec lesquelles on envisage un lien. Prendre en compte les entreprises de l économie sociale et solidaire. Penser aux PME et aux TPE. Rendre le sujet EAD attrayant sans fausser le message. S adapter aux contraintes du public salarié. Etre vigilant sur le fait que l aspect communication ne perturbe pas la construction de la démarche. Envisager la possibilité d intégrer la direction de l entreprise dans la démarche si elle est réceptive. 3

4 Intervention de Antonio Manganella : responsable commission entreprise de Amnesty International France. Amnesty International (AI) travaille pour prévenir les violations des droits humains et en faire la promotion. Elle n est pas une association qui a comme vocation première à faire de l ead-si. Amnesty International mène ses actions, en général, vers les Etats auxquels revient la responsabilité de garantir l accès aux droits mais depuis quelques années elle est amenée à travailler avec les entreprises et principalement les grandes entreprises multinationales qui peuvent avoir un réel impact négatif sur les droits humains. Dans le domaine de la solidarité internationale, les grands bailleurs de fonds manquent d expertise et de compétence pour évaluer des projets sous le prisme des droits humains. C est ainsi qu Amnesty International est également souvent sollicité dans ce cadre. AI est un mouvement qui s appuie sur un réseau de militants qui a établie en 2001 que le mouvement pouvait travailler également sur les domaines du commerce, de l aide au développement, du développement durable et de la RSE. Amnesty International ne reçoit pas de fonds des entreprises ni des Etats pour mener ses actions et sa commission «entreprises», comme toutes commission ou coordination régionale, est composée et animée par des bénévoles. La mondialisation a entraîné une déréglementation sans que l on légifère en matière de droits humains. La notion de «responsabilité de l entreprise» n existe pas en droit international. A Amnesty on préfère parler de responsabilité des entreprises en matière de droits humains au lieu du concept plus large de RSE. Il n y a pas d a priori sur l action que peut avoir une entreprise en matière de droits humains. L impact peut être négatif ou positif. Pour analyser une entreprise en matière de droits humains, la première étape consiste à déterminer sa sphère d influence (prise en compte des parties prenantes). Par ailleurs, les droits humains ne sont pas limités aux seuls droits civils et politiques mais sont étendus aux droits sociaux, économiques et culturels (droit du travail, égalité des chances, droit et liberté de réunion, droit des peuples autochtones, accès aux ressources, éducation, santé ). Sur ces derniers points, le rôle de l entreprise en tant qu employeur est primordial. Pour l évaluation des entreprises soupçonnées de violer ou avoir violé les droits humains, Amnesty International préfère s appuyer sur sa propre recherche. Les outils de référence sont le droit international (traité internationaux, travail sur les normes au sein de l ONU ) mais aussi les chartes ou textes incitatifs non obligatoires. La communauté internationale va aujourd hui vers un système de référence hybride construit à partir de réglementation contraignante et d initiatives volontaires. Les actions menées dans l entreprise peuvent prendre différentes formes : - Sensibilisation des acteurs de l entreprise dont les salariés (mais nous considérons que ce n est pas notre rôle). Notons que la sensibilisation peut passer aussi par la dénonciation. - Pression et dénonciation de certaines pratiques. - Concertation en comité restreint pour faire évoluer les pratiques. - Promotion des normes contraignantes. Les types de relations avec les entreprises sont : - L interpellation - La dénonciation. - Le partenariat ou actions concertées. (Exemple du partenariat avec Casino. Celui-ci avait été initié en 2003, suite à la signature d un protocole d accord portant sur plusieurs points 4

5 (http://www.orse.org/site2/maj/phototheque/photos/engagement_pp/amnesty_casino.pdf). Après 5 ans de partenariat, la commission entreprises a souhaité lancer une étude sur les objectifs atteints depuis 2003 en partant des points présents sur la protocole d accord. Peu de résultats ont été constatés. La raison pour laquelle la commission avait initié ce partenariat est le secteur d appartenance de Casino, la grande distribution, qui est par la nature de ses activités, particulièrement susceptibles de violer les droits humains (chaîne d approvisionnement). La commission a conclu que l entreprise n accordait pas assez d importance à ce partenariat. La démarche RSE n était pas intégrée à d autres directions importantes de Casino (achats, marketing, direction générale), mais elle restait confinée au développement durable et éthique.(http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/communiques_de_presse/ai_france_met_fin_au_parte nariat_avec_le_groupe_casino). Il est à préciser que en aucun cas, la mise à terme de ce partenariat signifie que AI a constaté des violations directes de casino sur les droits humains. Ce type de recherche n a pas été mené. - Consultation : ex l initiative Entreprises pour les Droits de l Homme (EDH), BLHIR française. Le but est de faire en sorte que les entreprises rendent compte des violations qui peuvent être commises dans toute leur sphère d influence (concept de accountability = devoir de rendre compte) et qu elles puissent prévenir en amont les violations possibles (due diligence). Aujourd hui, Amnesty International s est lancée dans une nouvelle campagne : «Exigeons la dignité» sur une durée de au moins 6 ans. Cette campagne met l accent sur les DESC et met en parallèle la lutte pour les droits de l homme et la lutte contre la pauvreté. Elle s appuie sur trois axes : l obligation de rendre compte, l accès aux droits, la participation active des personnes dont les droits sont violés. Pour Amnesty International, agir en direction de l entreprise est tout à fait pertinent dans la mesure où l entreprise est une des partie les plus importante de notre sociabilité quotidienne. Mais il faut faire attention! - Ne pas devenir la caution d une entreprise qui ne veut pas respecter les droits de l homme. Les entreprises ont tendance à intégrer la sphère ONG dans son management sans tenir compte de la spécificité de l ONG. L entreprise se soucie peu de qui est l ong, elle veut surtout communiquer! - Ne pas devenir un simple prestataire de service! L ONG est un acteur qui porte une expertise avec laquelle l entreprise doit discuter de pair à pair. - Ne pas tomber dans une relation de dépendance et prévoir, dés le départ, un moyen de se retirer, de son propre chef, si l échange n est plus satisfaisant et ne correspond plus aux attentes. (ex de notre partenariat avec casino auquel on a mis fin). Intervention de Antoine Cassard du Réseau Ecole et Nature sur la recherche action menée sur le partenariat association / Entreprise Présentation de la recherche action menée sur le partenariat association entreprise par le réseau Ecole et nature. Ce travail a été effectué sur la base d une étude de 20 partenariats et en s appuyant sur 42 questionnaires. Elle a duré 4 ans. L objectif est de proposer des balises qui permettent de rationaliser cet espace de partenariat association - entreprise. Parmis ces balises : 1. Identifier les raisons pour lesquelles on souhaite établir des partenariats. A ce premier stade, il est important de bien se connaître, de ne pas négliger la dimension «sympathie», peurs, envies et de tout dire sans taire ses réserves et ses limites. Il faut savoir aussi ne pas mettre en place de partenariat. 2. Après cette première étape, définir le type de partenariat le plus approprié : - Prestation de service 5

6 - Collaboration - Coopération (avec réciprocité) Pour arriver à ce point, on notera que les relations interpersonnelles entre ceux qui sont impliqués, de part et d autre, dans l échange, ont un rôle essentiel dans la réussite du partenariat. La confiance qui pourra exister dans leur rapport, sera un élément majeur du succès. 3. Donner ensuite une dimension réellement collective au projet : participer ensemble à la construction d un projet commun, définir un plan commun d action et se définir des objectifs à atteindre. Sans cette organisation et ce suivi du travail au quotidien, le partenariat peut vite se transformer en une coquille vide. 4. Il faudra aussi être vigilant à toujours être à l écoute de l autre et tenir compte de son point de vue, dans une relation d égal à égal, et travailler à améliorer ensemble l organisation du partenariat. Il s agit de travailler en coresponsabilité. 5. Développer une éthique de la discussion entre les partenaires tout au long du partenariat. Chacun devra déterminer son seuil de tolérance et en avertir l autre dans le cadre d un échange respectueux. Il est indispensable d accepter de travailler avec quelqu un qui ne pense nécessairement comme nous et de trouver des moyens de dépasser les contradictions en complexifiant son propre jugement et en se remettant en cause (tout en restant fidèle à ses convictions). 6. Pour finir, on insistera sur le fait qu il est impossible de définir, a priori, les grandes lignes d un partenariat. Il s agit d un travail évolutif sur la durée qui s adaptera dans le temps aux envies et aux limites de chacun des partenaires. Intervention de Nathalie Péré Marzano du CRID Le CRID propose depuis 2003 un espace de réflexions entre ASI et syndicats suite à des mobilisations communes de plus en plus fréquentes entre ces deux types d acteurs au cours de la décennie précédente. Le CRID est un collectif d associations de solidarité internationale et d éducation populaire au départ et il accueille maintenant des acteurs associatifs venant du monde de l environnement comme GreenPeace et des droits de l homme. Cette dynamique de rapprochement avec les syndicats se situe dans la continuité du travail de sensibilisation du CRID auprès des citoyens sur les enjeux du développement et des inégalités de développement. Les premiers points de convergence entre ASI et Syndicat concernaient la défense des droits des travailleurs du Sud mais peu à peu, en apprenant à se connaître le champ des préoccupations communes s est élargi. Le groupe élabore un texte commun qui rappelle le rôle de l entreprise dans la mondialisation actuelle et sa contribution à la non régulation des échanges ainsi que les conséquences qui en découlent. La question d une stratégie globale à mettre en place pour transformer le modèle de mondialisation est abordée. Pour les ASI, les syndicats sont une bonne porte d entrée dans le milieu de l entreprise qui est devenu un acteur majeur de la mondialisation. Et c est avec les syndicats que les actions de plaidoyer ont pu être portées dans l entreprise. Il faut repositionner l entreprise comme un acteur de la mondialisation face auquel une régulation doit s imposer. Les ASI n ont pas de parti pris sur l entreprise, mais elles connaissent peu le monde de l entreprise. Peu de salariés viennent du milieu de l entreprise et le parcours en entreprise est éloigné des compétences dont les associations ont besoin. Il est important de mieux connaître l acteur entreprise sans le viser forcément en tant que partenaire. 6

7 Débat avec la salle - Nécessité de communiquer entre associations afin d articuler convenablement les différentes actions en direction des entreprises. Comment articuler les différents objectifs des ONG (de plaidoyer, d éducation au développement )? Quelle structuration des plates-formes? - Les entreprises peuvent elle être demandeuse «d éducation»? Oui mais pour certains participants pas forcément sur l ead-si. On essaie de «vendre» un concept qui n est pas naturellement présent dans l entreprise. Dans les années 80 l éducation portait sur la sécurité, dans les années 90 sur la qualité et depuis 2000 sur l environnement et le développement durable. Le développement durable recouvre un enjeu financier et économique qui ne fait pas partie de la dimension pédagogique. Pour d autres participants il y a une demande de la part des entreprises à être accompagnés sur des démarches éducatives en lien avec la solidarité internationale. Si des programmes solidaires sont mis en place il faut assurer un suivi or l entreprise n a pas ces compétences en interne. Par ailleurs, la direction de l entreprise peut être une cible intéressante, elle a valeur d exemple. - Toute intégration d une nouvelle thématique dans l entreprise est faite en tenant compte des objectifs de l entreprise (assurer son développement et être compétitive). D où la difficulté pour l ead-si de trouver sa place. Pourtant l ead-si vise aussi à changer les hommes et donc à faire évoluer les mentalités dans l entreprise. Il est intéressant d établir un parallèle avec le monde des collectivités territoriales (à priori éloigné de ces préoccupations) qui progressivement grâce à l implication d un petit nombre d élus très actifs se sont depuis une vingtaine d années impliquées dans le champ de l ead-si. - Il faut admettre les différences ong / entreprise sur le modèle de société. Même en étant différent on peut faire de l ead-si pour toucher les salariés, d où l importance d inscrire les actions d ead-si dans la durée. Si l objectif est de faire changer l entreprise, il faut alors plus de poids aux associations et alors s allier avec les syndicats. Dans ce type de relation, se crée nécessairement un rapport de force qu il faut savoir gérer. Il est nécessaire de réfléchir à un référentiel établi en concertation pour envisager le travail sur le long terme. - Le désengagement des pouvoirs publics français et européen sur l APD est inacceptable. Se tourner vers l entreprise aussi en tant que bailleur de fonds, ne doit pas signifier qu on accepte le désengagement de l état en matière d aide publique au développement. - L entreprise est un lieu à investir mais il est important d identifier des relais pertinents dans l entreprise pour pouvoir y entrer dans de bonnes conditions. - Importance de qualifier le type de relation que l on souhaite avoir avec l entreprise. Le partenariat (pour le CRID) suppose une relation d égal à égal. - On peut faire de l ead-si vers les salariés sans être en lien avec la direction. On reste très en marge du cœur métier de l entreprise. - Ce qui fait aussi bouger l entreprise c est ses salariés. Les comités d entreprise peuvent travailler sur l ead mais une fois les élections passées. - Pour d autres participants il faut aller dans le sens de la recherche d un équilibre à trois : ong, syndicats et dirigeants. Le fait d avoir des dirigeants engagés est un enjeu important. - Une autre difficulté est de travailler avec l étage du «middle management», celui des cadres intermédiaires. 7

8 - Les syndicats sont un interlocuteur très important. C est regrettable que aucun n ait pu être interviewé dans l enquête d Educasol. - Il faut profiter de la diversité des acteurs dans l entreprise pour y pénétrer. Cette diversité existe aussi dans les syndicats. Il faut travailler sur des alliances et des opportunités et favoriser l interpellation à l intérieur de l entreprise. Les salariés de Schelle sont aussi des victimes! Par ailleurs l entreprise vit elle aussi entre action et réaction. La relation au profit a évolué au sein de l entreprise. Il y a un durcissement dans le milieu de l entreprise d où l importance des contrepouvoirs. - La commission des titres d ingénieur est en train de travailler à un référentiel de formation sur l éducation au développement durable. Le champ de la formation, en particulier auprès des syndicats est intéressant pour les associations d ead-si. - Les ONG ont acquis une dimension politique. Parfois l entreprise dépasse le syndicat pour aller directement vers l ONG. Présentation de 3 expériences d ead-si mises en œuvre dans ou avec le milieu de l entreprise. Planète Urgence : Marie-France Maréchal et Caroline Lacoentre Planète urgence existe depuis 10 ans. A l origine : le concept de congé solidaire. Le but de la démarche de Planète Urgence a été de décloisonner le monde de l entreprise et celui des ONG en permettant aux compétences existantes dans l entreprise de participer à un projet de solidarité internationale. Les interlocuteurs vers qui s est tournée Planète- Urgence dans l entreprise ont d abord été les DRH afin de valoriser les compétences de l entreprise. Des démarches ont aussi été faites en direction des CE mais le montage des partenariats a été plus compliqué. Pour mener ses actions, Planète-Urgence préfère travailler avec les différentes directions de l entreprise. L action de Planète-Urgence ne se limite pas à l envoi de volontaire. Elle passe par l information et la préparation des personnes qui souhaitent partir. Ainsi l EAD-SI est le fil rouge de la démarche dont le but ultime est de répondre aux besoins des populations du Sud. L EAD-SI passe par la formation des volontaires et l impact qu ils peuvent avoir à leur retour dans leur entourage professionnel. Cette notion d ead-si n intéresse pas vraiment les interlocuteurs de Planète-Urgence dans l entreprise qui préfèrent mettre en valeur ces actions sous l angle de la communication ou de la gestion des ressources humaines. En effet une telle expérience permet de développer les compétences d adaptabilité des salariés à des contextes différents, elle permet aussi de faire du lien entre les salariés, elle attire aussi les salariés qui sont intéressés à travailler dans des entreprises qui s engagent. La limite que reconnaît Planète-Urgence dans son mode de fonctionnement est le manque de suivi des volontaires qui reviennent de missions et pour lesquels, l association a du mal à trouver les moyens de leurs faire poursuivre leur engagement. Fédération Artisans du Monde -Guayapi Tropical : Lise Trégloze et Tristan Montvenoux La FADM : 35 ans cette année, trois volets d activité : la vente de produits issus du commerce équitable par le biais d un réseau de distribution de proximité, des actions de plaidoyers, des actions d éducation au commerce équitable. Guayapi Tropical : entreprise créée en 1990, une vingtaine de salariés, importe la matière première et la diffuse sous forme de complément alimentaire et de cosmétique. 8

9 Cette collaboration est née de la volonté de la Fédération Artisan du Monde de travailler avec les jeunes sur la question des boissons à base de Guarana (boissons dites énergisantes) dont ce public est la cible favorite. L approvisionnement en guarana, passe par l Italie où est situé un gros importateur équitable de guarana. Mais travailler sur cette filière compte-tenu de cet intermédiaire imposant était compliqué. C est ainsi que la fédération s est adressée à Guayapi, petit importateur français de guarana. Ces deux acteurs faisant partie de la plateforme française du commerce équitable, la mise en relation a été facilitée. Ainsi, Guayapi a ouvert ses portes à la fédération Artisan du Monde pour lui permettre de travailler sur la filière complète de production et d importation de guarana et de produire une valise pédagogique avec DVD et livrets décrivant toute la chaîne. Malgré quelques soucis de communication au départ à cause d une différence de vocabulaire pour désigner les mêmes choses (différences entre associations et entreprises), la collaboration s est très bien passée et chacun y a trouvé un intérêt. La Fédération Artisan du Monde a pu construire son outil pédagogique et Guayapi a pu communiquer sur ses produits à base de guarana. Cette collaboration a été fructueuse pour plusieurs raisons : - elle rejoint les intérêts respectifs de chacun. Pour Guayapi : enjeu économique (faire connaître le guarana), pour la FADM enjeu pédagogique (création de la mallette). - la différence de statut (entreprise et association) importe peu car les deux structures partagent les mêmes valeurs (soutien à la communauté des satérénaxés ). - l entreprise a joué la transparence totale sur son fournisseur. CMCAS (EDF) Hauts de Seine - Vincent Leroy L intervenant a été pendant 10 ans engagé au sein du CCFD et est depuis 12 ans permanent CFDT au sein de l entreprise EDF. Les activités sociales de EDF sont gérées par la CCAS qui est en soi une grande entreprise avec 4000 salariés, un pôle national et des pôles départementaux. La notion de solidarité internationale dans les activités sociale existe depuis plus de dix ans. Elle représente en terme financier euros (soit 0,2% du budget de l organisme). Elle s est traduite par la mise en place du «pôle international» et par un appui des engagements associatifs des collègues. Dans ce cadre cinquante à soixante projets sont co-financés. Par ailleurs, la CMCAS, centre d action sociale des hauts de Seine, propose aux salariés d EDF la possibilité de participer à des voyages solidaires, de s engager dans des actions de solidarité internationale ou d être appuyé dans ce type de démarche. Remarque : les activités sociales concernent les collègues en activité, leurs familles et les retraités, soit personnes en particulier susceptibles d être intéressées par la dimension «voyages». C est le 2 ème organisme de vacances en France après le Club Méd. En principe un comité d entreprise est porteur de valeurs, il est donc de son rôle d être à l initiative et de s impliquer dans ces dynamiques. Exemples d actions sur la Palestine : Au départ, le but était de soutenir la commercialisation de bouteille d huile d olive en provenance des territoires occupés. La première initiative a été de donner un coup de pouce en proposant aux salariés d acheter ce produit (issu d une filière équitable) en le rendant accessible financièrement au plus grand nombre par une subvention du CE. 9

10 Ensuite, un premier voyage solidaire en Palestine a été organisé. Une quinzaine de personnes ont pu partir par ce biais et à leur retour, elles ont manifesté une réelle envie de témoigner de ce qu elles avaient pu voir. Une animation de 3h a été organisée sur le parvis de la Défense. Elle a permis de réunir des personnes sensibilisées au problème palestinien et de partager l expérience de ceux qui étaient partis. Cet exemple montre de quelle manière la CMCAS essaie de proposer aux salariés d EDF différentes manières de s engager dans des actions de solidarité internationale et de les accompagner dans leur envie de solidarité. Réactions et Débats. A la suite de ces présentations, de nombreuses questions ont émergé dont en grande partie des questions d éclaircissement sur l expérience présentée par Planète-Urgence. P.U. est sensible à l idée de faire venir en France les partenaires du Sud mais des difficultés administratives (obtention de visa) compliquent les choses. Les partenaires du Sud sont aussi impliqués dans la formation des volontaires qui arrivent au Sud et sont des acteurs à part entière du projet. Les quelques tentatives de sollicitation de migrants (résidents en France issus des régions dans lesquelles se déroulent les projets de P.U.) pour participer à la préparation des missions n ont pas été concluantes. Difficile de répondre à la question des changements constatés dans l entreprise suite au partenariat avec Planète- Urgence. Peu de chose ont véritablement évolué dans l organisation de ces entreprises. Mais il s agit d un processus long qu il est difficile d évaluer dès à présent. Quant à la pertinence réelle des missions (besoin réel, pas de ressources locales ) les responsables de P.U. rappelle que les missions sont construites en partenariat avec des partenaires locaux qui évaluent les besoins et les possibilités locales d y répondre. Quand les solutions n existent pas ou sont trop chères, les volontaires Planète-Urgence sont sollicités. Par ailleurs il a été rappelé la nécessité d accompagner les volontaires à leur retour pour que l action d EAD-SI soit vraiment efficace. Des représentants d autres associations ont exprimé une certaine réserve à ce modèle. En effet, pour eux, l envoi de volontaires n est pas vraiment la panacée pour sensibiliser des personnes à la solidarité internationale. De plus ces démarches n ont qu une portée individuelle et ne sont pas pourvues d une dimension collective. Pourtant bien que la démarche proposée par Planète-Urgence s appuie sur une logique individuelle et personnelle, c est une des rares démarche à proposer aux salariés des manières de s engager dans des projets de solidarité internationale. En plus, en étant centré sur le mécénat de compétence, elle a l avantage de plaire aux directions des entreprises. Enfin, la volonté de Planète-Urgence est de ne pas se positionner en tant que prestataire de service mais bien en tant que partenaire des entreprises, chacun venant avec des besoins et des savoir-faire à partager. Eléments de synthèse de la journée. (Anne Kaboré) Pour l ensemble des participants il est pertinent de faire de l ead-si en direction de l entreprise (celle-ci est un acteur de la mondialisation et un lieu de socialité quotidienne). Les ong travaillent déjà de manière diverse en direction de l entreprise (démarche d interpellation, mise en place de partenariat ). La sensibilisation peut aussi passer par la dénonciation du comportement de certaines entreprises même si l objectif premier n est pas en tant que tel de «faire de l ead-si». 10

11 Une des questions est alors de savoir quelles sont les difficultés particulières et les points de vigilance dont ont à tenir compte les acteurs désireux de faire de l ead-si en direction de ce milieu spécifique. La diversité des perceptions par ces acteurs de ce que recouvre le terme d ead-si et ses enjeux (changer l homme ou changer le monde ) complexifie la réponse à cette question. Pour ce qui est des cibles des actions d ead-si : une cible a été pointée comme étant prioritaire : celle des salariés des entreprises. Par contre la question des interlocuteurs des acteurs de l ead-si au sein de l entreprise (dirigeants, syndicats, CE ) demande à être appréhendée dans toute sa complexité. Il faut pour chaque projet se poser la question des raisons pour lesquelles on souhaite travailler avec l entreprise et à partir de là déterminer la démarche la plus adéquate (alliance, partenariat, action ponctuelle, à plus long terme ). La question de l ead-si dans le milieu de l entreprise interroge aussi l identité de l ONG. Celle-ci doit valoriser compétences spécifiques plutôt que se positionner comme prestataire de service. L ong est un acteur qui porte une expertise avec laquelle l entreprise doit discuter de pair à pair. Les ONG doivent aussi à apprendre à mieux connaître les entreprises (en sachant que les rapports d égal à égal seront difficiles) et trouver en leur sein des contacts et des alliés qui leurs permettront de mener au mieux leurs missions. Il faut se donner du temps pour se comprendre et complexifier notre jugement. Ceci signifie de : - travailler sur nos représentations mutuelles, - prendre en compte le fait que l entreprise change (durcissement social au sein des entreprises.) - profiter de la diversité des acteurs de l entreprise pour y pénétrer - trouver des alliés et des opportunités (même si dans un premier temps les actions d ead-si mises en œuvre sont des actions de court terme, le court terme qui se répète peut permettre de réfléchir à une stratégie plus élaborée) - travailler avec les syndicats dans le domaine de la formation Il est nécessaire de se donner les moyens d évaluer l impact par rapport aux objectifs que l on s est fixés. Enfin la question de savoir si il y avait une demande spécifique des entreprises sur le champ de l ead-si a été plusieurs fois soulevée. Il est intéressant et instructif de faire un parallèle avec l évolution des collectivités territoriales qui se sont progressivement de plus en plus impliquées (même si cela varie fortement d une collectivité à l autre) sur le champ de l ead-si souvent avec l appui des associations

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Présentation SEM Nièvre Energies. «Les territoires au cœur de la transition énergétique»

Présentation SEM Nièvre Energies. «Les territoires au cœur de la transition énergétique» Présentation SEM Nièvre Energies «Les territoires au cœur de la transition énergétique» Clamecy, le 10 janvier 2014 Un engagement politique du territoire Une approche territorialisées De la co-construction

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONFERENCE-DEBAT

COMPTE-RENDU DE LA CONFERENCE-DEBAT RESONANCES HUMANITAIRES Samedi 06 Octobre 2007 11h 13h Espace CERISE, 46 Rue Montorgueil, Paris 2ème COMPTE-RENDU DE LA CONFERENCE-DEBAT «Les métiers du Développement Durable et de la Responsabilité Sociale

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER «ENSEMBLE» : La fidélité au manifeste universel du mouvement EMMAUS est fondatrice et respectueuse justement du ENSEMBLE. Nous prônons le FAIRE ENSEMBLE comme

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LA DIRECTION DES ACHATS. Charte de relation avec nos fournisseurs

LA DIRECTION DES ACHATS. Charte de relation avec nos fournisseurs LA DIRECTION DES ACHATS Charte de relation avec nos fournisseurs Les missions La direction des Achats a pour vocation d améliorer la qualité et le coût des produits et services achetés pour Natixis. Elle

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises

Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises Le groupe AFD et la RSE dans le secteur bancaire Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises La RSE, qu est-ce que c est? La Commission Européenne

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

I) Présentation Certification e-réputation

I) Présentation Certification e-réputation La certification e-réputation valide les compétences d un internaute à créer et à valoriser son image personnelle (construire son identité et surveiller sa réputation numérique) ou celle de son organisation

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

DOSSIER D ADHESION AU CADR

DOSSIER D ADHESION AU CADR Membres : - Accueil Paysan - Action pour la promotion rurale en RCA - Afak Bethléem - Agir abcd - Aide au Volontariat en Inde - Apoyo urbano - Artisanat SEL - Artisans du Monde Lyon Ouest - Artisans du

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail