L éducation au développement et à la solidarité internationale et. le milieu de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L éducation au développement et à la solidarité internationale et. le milieu de l entreprise"

Transcription

1 L éducation au développement et à la solidarité internationale et le milieu de l entreprise Les actes de la journée Educasol du 28 septembre 2009 Objectifs de cette journée Permettre la rencontre entre acteurs de l entreprise et acteurs associatifs intervenant dans le champ de l éducation au développement et à la solidarité internationale ou de l éducation à l environnement. Mieux comprendre ce que peut vouloir dire parler d ead-si dans l entreprise et apprécier en quoi cela impacte la vision du développement et de l ead-si portée par les membres d Educasol. Partager un état des lieux des pratiques d ead - si avec ou dans le milieu de l entreprise. Croiser les attentes des acteurs (associatifs ou entreprise) ainsi que les difficultés qu ils rencontrent dans la mise en œuvre commune d actions d ead-si. Affiner la représentation parfois schématique que les ASI ont de l entreprise. Identifier les relais les plus pertinents permettant d intervenir notamment auprès des salariés. Plan des actes : Pourquoi est-il pertinent de vouloir faire de l ead-si dans le milieu de l entreprise? Eléments constitutifs d une bonne pratique de partenariat. Présentation des résultats de l enquête menée au sein d Educasol. Anne Kaboré Frédéric Ambroise.. p.2 Intervention de Antonio Manganella : responsable commission entreprise de Amnesty International France.p.4 Intervention de Antoine Cassard du Réseau Ecole et Nature sur la recherche action menée sur le partenariat association / Entreprise p.5 Intervention de Nathalie Père-Marzano (CRID) sur le travail ASI-Syndicats p.6 Echanges avec les participants.p.7 Présentation de 3 expériences d ead-si mises en œuvre dans ou avec le milieu de l entreprise. Planète Urgence : Marie-France Maréchal et Caroline Lacoentre.p.8 Fédération Artisans du Monde -Guayapi Tropical : Lise Trégloze et Tristan Montvenoux..p.8 CMCAS (edf) Hauts de Seine - Vincent Leroy p.9 Echanges avec les participants p.10 Eléments de synthèse de la journée (Anne Kaboré- Educasol).p.10 1

2 Pourquoi est-il pertinent de vouloir faire de l ead-si dans le milieu de l entreprise? Eléments constitutifs d une bonne pratique de partenariat. Présentation des résultats de l enquête menée au sein d Educasol (Anne Kaboré Frédéric Ambroise) Dans le cadre de la préparation de cette journée, Educasol a réalisé un travail d enquête (non exhaustive) sur la manière dont différents acteurs abordent le lien entre ead-si et milieu de l entreprise. Ont été rencontrés 12 associations membres d Educasol, une non membre et 5 acteurs de l entreprise. Aucun représentant syndical n a pu hélas à ce jour être interrogé. En guise de remarques préalables, notons que les personnes des associations interrogées ont des profils divers (responsable partenariat, responsable mécénat, responsable EAD). Par ailleurs, les expériences d EAD-SI évoquées sont souvent d ordre ponctuel et expérimental et n entrent généralement pas dans une stratégie globale. Enfin, les liens entre entreprises et associations ont été abordés de manière plus large (plaidoyer, mécénat, ) dans le cadre des entretiens mais seuls les éléments concernant uniquement l EAD-SI sont ici pris en compte. Une lecture croisée des retours d entretiens des seuls membres d Educasol met en exergue des préoccupations partagées que l on peut regrouper autour des 5 axes suivants. 1. Les raisons de faire de l ead-si en direction du milieu de l entreprise Des enjeux forts : Sensibiliser l entreprise aux problématiques Nord-Sud (donc faire de l EAD) ; Faire comprendre aux salariés de l entreprise ce qu est le développement et leur permettre de saisir l impact de leur activité à l autre bout du monde. Contribuer à construire une solidarité entre travailleurs du Sud et du Nord pour que chacun puisse défendre ses droits et ceux des autres. L entreprise est un acteur incontournable de la mondialisation. Permettre aux entreprises de redéfinir la notion de richesse au-delà du profit. D autres raisons : Permettre à des acteurs de différentes natures de travailler au changement (en particulier avec les entreprises de l économie sociale et solidaire). Répondre à un désir des acteurs de l entreprise (en particulier des salariés) de mieux comprendre et d agir pour la solidarité internationale. Répondre à des personnes frustrées par des contradictions entre exigences professionnelles et convictions personnelles. Sortir du cercle des convaincus et toucher un plus grand nombre de personnes. Aller vers le public là où il se trouve. Trouver de nouvelles sources de financement (avec une diversité d approches des personnes interrogées, celles-ci évoquant la possibilité de prestation de service, de mécénat ou de partenariat). Bénéficier des savoir-faire des entreprises. Créer des formes d actions innovantes en croisant des compétences diverses. 2. Les publics potentiels Les salariés (le plus souvent évoqués). 2

3 Les comités d entreprise. Les syndicats. La Direction, les Actionnaires. Les Clients, consommateurs (bien que souvent présentés comme étant à la limite du champs de l entreprise) 3. Les démarches évoquées. 5 types de démarche d ead-si sont évoqués par les membres d Educasol ayant participé à l enquête : Agir dans le lieu entreprise mais sans lien avec son activité (Animation commerce équitable auprès des salariés, projets de SI portés par le CE, ). Agir sur l entreprise pour la faire évoluer sur des pratiques périphériques à son cœur de métier (installation de machines à café équitable, achat d uniformes en coton équitable ). Agir sur l entreprise dans ses pratiques de cœur de métier pour la faire évoluer vers une pratique plus responsable (souvent porté par des hauts cadres et dirigeants). Agir avec des gens de l entreprise en dehors de l entreprise. Agir avec l entreprise pour toucher un public hors-entreprise : exemple = co-production d outils pédagogiques. 4. Les points d attentions soulignés par les acteurs associatifs Mieux comprendre le milieu de l entreprise et sa diversité. Etre en capacité de réinterroger l identité associative. Prendre en compte les risques d interférence avec des actions de plaidoyer. Mieux définir et cadrer la notion de mécénat de compétence. S interroger sur notre réelle capacité à aller vers des publics néophytes. 5. Les pistes évoquées S appuyer sur des acteurs internes de l entreprise (les CE et les syndicats qui sont demandeurs). Travailler en amont pour définir les points d intérêts communs puis contractualiser la collaboration et la concevoir dans le long terme (le court terme risque d engendrer un échange finance-communication). S appuyer sur des personnes relais existantes, les bénévoles ou les donateurs, qui peuvent être aussi salariés. Impliquer les partenaires du Sud de nos organisations pour choisir les entreprises avec lesquelles on envisage un lien. Prendre en compte les entreprises de l économie sociale et solidaire. Penser aux PME et aux TPE. Rendre le sujet EAD attrayant sans fausser le message. S adapter aux contraintes du public salarié. Etre vigilant sur le fait que l aspect communication ne perturbe pas la construction de la démarche. Envisager la possibilité d intégrer la direction de l entreprise dans la démarche si elle est réceptive. 3

4 Intervention de Antonio Manganella : responsable commission entreprise de Amnesty International France. Amnesty International (AI) travaille pour prévenir les violations des droits humains et en faire la promotion. Elle n est pas une association qui a comme vocation première à faire de l ead-si. Amnesty International mène ses actions, en général, vers les Etats auxquels revient la responsabilité de garantir l accès aux droits mais depuis quelques années elle est amenée à travailler avec les entreprises et principalement les grandes entreprises multinationales qui peuvent avoir un réel impact négatif sur les droits humains. Dans le domaine de la solidarité internationale, les grands bailleurs de fonds manquent d expertise et de compétence pour évaluer des projets sous le prisme des droits humains. C est ainsi qu Amnesty International est également souvent sollicité dans ce cadre. AI est un mouvement qui s appuie sur un réseau de militants qui a établie en 2001 que le mouvement pouvait travailler également sur les domaines du commerce, de l aide au développement, du développement durable et de la RSE. Amnesty International ne reçoit pas de fonds des entreprises ni des Etats pour mener ses actions et sa commission «entreprises», comme toutes commission ou coordination régionale, est composée et animée par des bénévoles. La mondialisation a entraîné une déréglementation sans que l on légifère en matière de droits humains. La notion de «responsabilité de l entreprise» n existe pas en droit international. A Amnesty on préfère parler de responsabilité des entreprises en matière de droits humains au lieu du concept plus large de RSE. Il n y a pas d a priori sur l action que peut avoir une entreprise en matière de droits humains. L impact peut être négatif ou positif. Pour analyser une entreprise en matière de droits humains, la première étape consiste à déterminer sa sphère d influence (prise en compte des parties prenantes). Par ailleurs, les droits humains ne sont pas limités aux seuls droits civils et politiques mais sont étendus aux droits sociaux, économiques et culturels (droit du travail, égalité des chances, droit et liberté de réunion, droit des peuples autochtones, accès aux ressources, éducation, santé ). Sur ces derniers points, le rôle de l entreprise en tant qu employeur est primordial. Pour l évaluation des entreprises soupçonnées de violer ou avoir violé les droits humains, Amnesty International préfère s appuyer sur sa propre recherche. Les outils de référence sont le droit international (traité internationaux, travail sur les normes au sein de l ONU ) mais aussi les chartes ou textes incitatifs non obligatoires. La communauté internationale va aujourd hui vers un système de référence hybride construit à partir de réglementation contraignante et d initiatives volontaires. Les actions menées dans l entreprise peuvent prendre différentes formes : - Sensibilisation des acteurs de l entreprise dont les salariés (mais nous considérons que ce n est pas notre rôle). Notons que la sensibilisation peut passer aussi par la dénonciation. - Pression et dénonciation de certaines pratiques. - Concertation en comité restreint pour faire évoluer les pratiques. - Promotion des normes contraignantes. Les types de relations avec les entreprises sont : - L interpellation - La dénonciation. - Le partenariat ou actions concertées. (Exemple du partenariat avec Casino. Celui-ci avait été initié en 2003, suite à la signature d un protocole d accord portant sur plusieurs points 4

5 (http://www.orse.org/site2/maj/phototheque/photos/engagement_pp/amnesty_casino.pdf). Après 5 ans de partenariat, la commission entreprises a souhaité lancer une étude sur les objectifs atteints depuis 2003 en partant des points présents sur la protocole d accord. Peu de résultats ont été constatés. La raison pour laquelle la commission avait initié ce partenariat est le secteur d appartenance de Casino, la grande distribution, qui est par la nature de ses activités, particulièrement susceptibles de violer les droits humains (chaîne d approvisionnement). La commission a conclu que l entreprise n accordait pas assez d importance à ce partenariat. La démarche RSE n était pas intégrée à d autres directions importantes de Casino (achats, marketing, direction générale), mais elle restait confinée au développement durable et éthique.(http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/communiques_de_presse/ai_france_met_fin_au_parte nariat_avec_le_groupe_casino). Il est à préciser que en aucun cas, la mise à terme de ce partenariat signifie que AI a constaté des violations directes de casino sur les droits humains. Ce type de recherche n a pas été mené. - Consultation : ex l initiative Entreprises pour les Droits de l Homme (EDH), BLHIR française. Le but est de faire en sorte que les entreprises rendent compte des violations qui peuvent être commises dans toute leur sphère d influence (concept de accountability = devoir de rendre compte) et qu elles puissent prévenir en amont les violations possibles (due diligence). Aujourd hui, Amnesty International s est lancée dans une nouvelle campagne : «Exigeons la dignité» sur une durée de au moins 6 ans. Cette campagne met l accent sur les DESC et met en parallèle la lutte pour les droits de l homme et la lutte contre la pauvreté. Elle s appuie sur trois axes : l obligation de rendre compte, l accès aux droits, la participation active des personnes dont les droits sont violés. Pour Amnesty International, agir en direction de l entreprise est tout à fait pertinent dans la mesure où l entreprise est une des partie les plus importante de notre sociabilité quotidienne. Mais il faut faire attention! - Ne pas devenir la caution d une entreprise qui ne veut pas respecter les droits de l homme. Les entreprises ont tendance à intégrer la sphère ONG dans son management sans tenir compte de la spécificité de l ONG. L entreprise se soucie peu de qui est l ong, elle veut surtout communiquer! - Ne pas devenir un simple prestataire de service! L ONG est un acteur qui porte une expertise avec laquelle l entreprise doit discuter de pair à pair. - Ne pas tomber dans une relation de dépendance et prévoir, dés le départ, un moyen de se retirer, de son propre chef, si l échange n est plus satisfaisant et ne correspond plus aux attentes. (ex de notre partenariat avec casino auquel on a mis fin). Intervention de Antoine Cassard du Réseau Ecole et Nature sur la recherche action menée sur le partenariat association / Entreprise Présentation de la recherche action menée sur le partenariat association entreprise par le réseau Ecole et nature. Ce travail a été effectué sur la base d une étude de 20 partenariats et en s appuyant sur 42 questionnaires. Elle a duré 4 ans. L objectif est de proposer des balises qui permettent de rationaliser cet espace de partenariat association - entreprise. Parmis ces balises : 1. Identifier les raisons pour lesquelles on souhaite établir des partenariats. A ce premier stade, il est important de bien se connaître, de ne pas négliger la dimension «sympathie», peurs, envies et de tout dire sans taire ses réserves et ses limites. Il faut savoir aussi ne pas mettre en place de partenariat. 2. Après cette première étape, définir le type de partenariat le plus approprié : - Prestation de service 5

6 - Collaboration - Coopération (avec réciprocité) Pour arriver à ce point, on notera que les relations interpersonnelles entre ceux qui sont impliqués, de part et d autre, dans l échange, ont un rôle essentiel dans la réussite du partenariat. La confiance qui pourra exister dans leur rapport, sera un élément majeur du succès. 3. Donner ensuite une dimension réellement collective au projet : participer ensemble à la construction d un projet commun, définir un plan commun d action et se définir des objectifs à atteindre. Sans cette organisation et ce suivi du travail au quotidien, le partenariat peut vite se transformer en une coquille vide. 4. Il faudra aussi être vigilant à toujours être à l écoute de l autre et tenir compte de son point de vue, dans une relation d égal à égal, et travailler à améliorer ensemble l organisation du partenariat. Il s agit de travailler en coresponsabilité. 5. Développer une éthique de la discussion entre les partenaires tout au long du partenariat. Chacun devra déterminer son seuil de tolérance et en avertir l autre dans le cadre d un échange respectueux. Il est indispensable d accepter de travailler avec quelqu un qui ne pense nécessairement comme nous et de trouver des moyens de dépasser les contradictions en complexifiant son propre jugement et en se remettant en cause (tout en restant fidèle à ses convictions). 6. Pour finir, on insistera sur le fait qu il est impossible de définir, a priori, les grandes lignes d un partenariat. Il s agit d un travail évolutif sur la durée qui s adaptera dans le temps aux envies et aux limites de chacun des partenaires. Intervention de Nathalie Péré Marzano du CRID Le CRID propose depuis 2003 un espace de réflexions entre ASI et syndicats suite à des mobilisations communes de plus en plus fréquentes entre ces deux types d acteurs au cours de la décennie précédente. Le CRID est un collectif d associations de solidarité internationale et d éducation populaire au départ et il accueille maintenant des acteurs associatifs venant du monde de l environnement comme GreenPeace et des droits de l homme. Cette dynamique de rapprochement avec les syndicats se situe dans la continuité du travail de sensibilisation du CRID auprès des citoyens sur les enjeux du développement et des inégalités de développement. Les premiers points de convergence entre ASI et Syndicat concernaient la défense des droits des travailleurs du Sud mais peu à peu, en apprenant à se connaître le champ des préoccupations communes s est élargi. Le groupe élabore un texte commun qui rappelle le rôle de l entreprise dans la mondialisation actuelle et sa contribution à la non régulation des échanges ainsi que les conséquences qui en découlent. La question d une stratégie globale à mettre en place pour transformer le modèle de mondialisation est abordée. Pour les ASI, les syndicats sont une bonne porte d entrée dans le milieu de l entreprise qui est devenu un acteur majeur de la mondialisation. Et c est avec les syndicats que les actions de plaidoyer ont pu être portées dans l entreprise. Il faut repositionner l entreprise comme un acteur de la mondialisation face auquel une régulation doit s imposer. Les ASI n ont pas de parti pris sur l entreprise, mais elles connaissent peu le monde de l entreprise. Peu de salariés viennent du milieu de l entreprise et le parcours en entreprise est éloigné des compétences dont les associations ont besoin. Il est important de mieux connaître l acteur entreprise sans le viser forcément en tant que partenaire. 6

7 Débat avec la salle - Nécessité de communiquer entre associations afin d articuler convenablement les différentes actions en direction des entreprises. Comment articuler les différents objectifs des ONG (de plaidoyer, d éducation au développement )? Quelle structuration des plates-formes? - Les entreprises peuvent elle être demandeuse «d éducation»? Oui mais pour certains participants pas forcément sur l ead-si. On essaie de «vendre» un concept qui n est pas naturellement présent dans l entreprise. Dans les années 80 l éducation portait sur la sécurité, dans les années 90 sur la qualité et depuis 2000 sur l environnement et le développement durable. Le développement durable recouvre un enjeu financier et économique qui ne fait pas partie de la dimension pédagogique. Pour d autres participants il y a une demande de la part des entreprises à être accompagnés sur des démarches éducatives en lien avec la solidarité internationale. Si des programmes solidaires sont mis en place il faut assurer un suivi or l entreprise n a pas ces compétences en interne. Par ailleurs, la direction de l entreprise peut être une cible intéressante, elle a valeur d exemple. - Toute intégration d une nouvelle thématique dans l entreprise est faite en tenant compte des objectifs de l entreprise (assurer son développement et être compétitive). D où la difficulté pour l ead-si de trouver sa place. Pourtant l ead-si vise aussi à changer les hommes et donc à faire évoluer les mentalités dans l entreprise. Il est intéressant d établir un parallèle avec le monde des collectivités territoriales (à priori éloigné de ces préoccupations) qui progressivement grâce à l implication d un petit nombre d élus très actifs se sont depuis une vingtaine d années impliquées dans le champ de l ead-si. - Il faut admettre les différences ong / entreprise sur le modèle de société. Même en étant différent on peut faire de l ead-si pour toucher les salariés, d où l importance d inscrire les actions d ead-si dans la durée. Si l objectif est de faire changer l entreprise, il faut alors plus de poids aux associations et alors s allier avec les syndicats. Dans ce type de relation, se crée nécessairement un rapport de force qu il faut savoir gérer. Il est nécessaire de réfléchir à un référentiel établi en concertation pour envisager le travail sur le long terme. - Le désengagement des pouvoirs publics français et européen sur l APD est inacceptable. Se tourner vers l entreprise aussi en tant que bailleur de fonds, ne doit pas signifier qu on accepte le désengagement de l état en matière d aide publique au développement. - L entreprise est un lieu à investir mais il est important d identifier des relais pertinents dans l entreprise pour pouvoir y entrer dans de bonnes conditions. - Importance de qualifier le type de relation que l on souhaite avoir avec l entreprise. Le partenariat (pour le CRID) suppose une relation d égal à égal. - On peut faire de l ead-si vers les salariés sans être en lien avec la direction. On reste très en marge du cœur métier de l entreprise. - Ce qui fait aussi bouger l entreprise c est ses salariés. Les comités d entreprise peuvent travailler sur l ead mais une fois les élections passées. - Pour d autres participants il faut aller dans le sens de la recherche d un équilibre à trois : ong, syndicats et dirigeants. Le fait d avoir des dirigeants engagés est un enjeu important. - Une autre difficulté est de travailler avec l étage du «middle management», celui des cadres intermédiaires. 7

8 - Les syndicats sont un interlocuteur très important. C est regrettable que aucun n ait pu être interviewé dans l enquête d Educasol. - Il faut profiter de la diversité des acteurs dans l entreprise pour y pénétrer. Cette diversité existe aussi dans les syndicats. Il faut travailler sur des alliances et des opportunités et favoriser l interpellation à l intérieur de l entreprise. Les salariés de Schelle sont aussi des victimes! Par ailleurs l entreprise vit elle aussi entre action et réaction. La relation au profit a évolué au sein de l entreprise. Il y a un durcissement dans le milieu de l entreprise d où l importance des contrepouvoirs. - La commission des titres d ingénieur est en train de travailler à un référentiel de formation sur l éducation au développement durable. Le champ de la formation, en particulier auprès des syndicats est intéressant pour les associations d ead-si. - Les ONG ont acquis une dimension politique. Parfois l entreprise dépasse le syndicat pour aller directement vers l ONG. Présentation de 3 expériences d ead-si mises en œuvre dans ou avec le milieu de l entreprise. Planète Urgence : Marie-France Maréchal et Caroline Lacoentre Planète urgence existe depuis 10 ans. A l origine : le concept de congé solidaire. Le but de la démarche de Planète Urgence a été de décloisonner le monde de l entreprise et celui des ONG en permettant aux compétences existantes dans l entreprise de participer à un projet de solidarité internationale. Les interlocuteurs vers qui s est tournée Planète- Urgence dans l entreprise ont d abord été les DRH afin de valoriser les compétences de l entreprise. Des démarches ont aussi été faites en direction des CE mais le montage des partenariats a été plus compliqué. Pour mener ses actions, Planète-Urgence préfère travailler avec les différentes directions de l entreprise. L action de Planète-Urgence ne se limite pas à l envoi de volontaire. Elle passe par l information et la préparation des personnes qui souhaitent partir. Ainsi l EAD-SI est le fil rouge de la démarche dont le but ultime est de répondre aux besoins des populations du Sud. L EAD-SI passe par la formation des volontaires et l impact qu ils peuvent avoir à leur retour dans leur entourage professionnel. Cette notion d ead-si n intéresse pas vraiment les interlocuteurs de Planète-Urgence dans l entreprise qui préfèrent mettre en valeur ces actions sous l angle de la communication ou de la gestion des ressources humaines. En effet une telle expérience permet de développer les compétences d adaptabilité des salariés à des contextes différents, elle permet aussi de faire du lien entre les salariés, elle attire aussi les salariés qui sont intéressés à travailler dans des entreprises qui s engagent. La limite que reconnaît Planète-Urgence dans son mode de fonctionnement est le manque de suivi des volontaires qui reviennent de missions et pour lesquels, l association a du mal à trouver les moyens de leurs faire poursuivre leur engagement. Fédération Artisans du Monde -Guayapi Tropical : Lise Trégloze et Tristan Montvenoux La FADM : 35 ans cette année, trois volets d activité : la vente de produits issus du commerce équitable par le biais d un réseau de distribution de proximité, des actions de plaidoyers, des actions d éducation au commerce équitable. Guayapi Tropical : entreprise créée en 1990, une vingtaine de salariés, importe la matière première et la diffuse sous forme de complément alimentaire et de cosmétique. 8

9 Cette collaboration est née de la volonté de la Fédération Artisan du Monde de travailler avec les jeunes sur la question des boissons à base de Guarana (boissons dites énergisantes) dont ce public est la cible favorite. L approvisionnement en guarana, passe par l Italie où est situé un gros importateur équitable de guarana. Mais travailler sur cette filière compte-tenu de cet intermédiaire imposant était compliqué. C est ainsi que la fédération s est adressée à Guayapi, petit importateur français de guarana. Ces deux acteurs faisant partie de la plateforme française du commerce équitable, la mise en relation a été facilitée. Ainsi, Guayapi a ouvert ses portes à la fédération Artisan du Monde pour lui permettre de travailler sur la filière complète de production et d importation de guarana et de produire une valise pédagogique avec DVD et livrets décrivant toute la chaîne. Malgré quelques soucis de communication au départ à cause d une différence de vocabulaire pour désigner les mêmes choses (différences entre associations et entreprises), la collaboration s est très bien passée et chacun y a trouvé un intérêt. La Fédération Artisan du Monde a pu construire son outil pédagogique et Guayapi a pu communiquer sur ses produits à base de guarana. Cette collaboration a été fructueuse pour plusieurs raisons : - elle rejoint les intérêts respectifs de chacun. Pour Guayapi : enjeu économique (faire connaître le guarana), pour la FADM enjeu pédagogique (création de la mallette). - la différence de statut (entreprise et association) importe peu car les deux structures partagent les mêmes valeurs (soutien à la communauté des satérénaxés ). - l entreprise a joué la transparence totale sur son fournisseur. CMCAS (EDF) Hauts de Seine - Vincent Leroy L intervenant a été pendant 10 ans engagé au sein du CCFD et est depuis 12 ans permanent CFDT au sein de l entreprise EDF. Les activités sociales de EDF sont gérées par la CCAS qui est en soi une grande entreprise avec 4000 salariés, un pôle national et des pôles départementaux. La notion de solidarité internationale dans les activités sociale existe depuis plus de dix ans. Elle représente en terme financier euros (soit 0,2% du budget de l organisme). Elle s est traduite par la mise en place du «pôle international» et par un appui des engagements associatifs des collègues. Dans ce cadre cinquante à soixante projets sont co-financés. Par ailleurs, la CMCAS, centre d action sociale des hauts de Seine, propose aux salariés d EDF la possibilité de participer à des voyages solidaires, de s engager dans des actions de solidarité internationale ou d être appuyé dans ce type de démarche. Remarque : les activités sociales concernent les collègues en activité, leurs familles et les retraités, soit personnes en particulier susceptibles d être intéressées par la dimension «voyages». C est le 2 ème organisme de vacances en France après le Club Méd. En principe un comité d entreprise est porteur de valeurs, il est donc de son rôle d être à l initiative et de s impliquer dans ces dynamiques. Exemples d actions sur la Palestine : Au départ, le but était de soutenir la commercialisation de bouteille d huile d olive en provenance des territoires occupés. La première initiative a été de donner un coup de pouce en proposant aux salariés d acheter ce produit (issu d une filière équitable) en le rendant accessible financièrement au plus grand nombre par une subvention du CE. 9

10 Ensuite, un premier voyage solidaire en Palestine a été organisé. Une quinzaine de personnes ont pu partir par ce biais et à leur retour, elles ont manifesté une réelle envie de témoigner de ce qu elles avaient pu voir. Une animation de 3h a été organisée sur le parvis de la Défense. Elle a permis de réunir des personnes sensibilisées au problème palestinien et de partager l expérience de ceux qui étaient partis. Cet exemple montre de quelle manière la CMCAS essaie de proposer aux salariés d EDF différentes manières de s engager dans des actions de solidarité internationale et de les accompagner dans leur envie de solidarité. Réactions et Débats. A la suite de ces présentations, de nombreuses questions ont émergé dont en grande partie des questions d éclaircissement sur l expérience présentée par Planète-Urgence. P.U. est sensible à l idée de faire venir en France les partenaires du Sud mais des difficultés administratives (obtention de visa) compliquent les choses. Les partenaires du Sud sont aussi impliqués dans la formation des volontaires qui arrivent au Sud et sont des acteurs à part entière du projet. Les quelques tentatives de sollicitation de migrants (résidents en France issus des régions dans lesquelles se déroulent les projets de P.U.) pour participer à la préparation des missions n ont pas été concluantes. Difficile de répondre à la question des changements constatés dans l entreprise suite au partenariat avec Planète- Urgence. Peu de chose ont véritablement évolué dans l organisation de ces entreprises. Mais il s agit d un processus long qu il est difficile d évaluer dès à présent. Quant à la pertinence réelle des missions (besoin réel, pas de ressources locales ) les responsables de P.U. rappelle que les missions sont construites en partenariat avec des partenaires locaux qui évaluent les besoins et les possibilités locales d y répondre. Quand les solutions n existent pas ou sont trop chères, les volontaires Planète-Urgence sont sollicités. Par ailleurs il a été rappelé la nécessité d accompagner les volontaires à leur retour pour que l action d EAD-SI soit vraiment efficace. Des représentants d autres associations ont exprimé une certaine réserve à ce modèle. En effet, pour eux, l envoi de volontaires n est pas vraiment la panacée pour sensibiliser des personnes à la solidarité internationale. De plus ces démarches n ont qu une portée individuelle et ne sont pas pourvues d une dimension collective. Pourtant bien que la démarche proposée par Planète-Urgence s appuie sur une logique individuelle et personnelle, c est une des rares démarche à proposer aux salariés des manières de s engager dans des projets de solidarité internationale. En plus, en étant centré sur le mécénat de compétence, elle a l avantage de plaire aux directions des entreprises. Enfin, la volonté de Planète-Urgence est de ne pas se positionner en tant que prestataire de service mais bien en tant que partenaire des entreprises, chacun venant avec des besoins et des savoir-faire à partager. Eléments de synthèse de la journée. (Anne Kaboré) Pour l ensemble des participants il est pertinent de faire de l ead-si en direction de l entreprise (celle-ci est un acteur de la mondialisation et un lieu de socialité quotidienne). Les ong travaillent déjà de manière diverse en direction de l entreprise (démarche d interpellation, mise en place de partenariat ). La sensibilisation peut aussi passer par la dénonciation du comportement de certaines entreprises même si l objectif premier n est pas en tant que tel de «faire de l ead-si». 10

11 Une des questions est alors de savoir quelles sont les difficultés particulières et les points de vigilance dont ont à tenir compte les acteurs désireux de faire de l ead-si en direction de ce milieu spécifique. La diversité des perceptions par ces acteurs de ce que recouvre le terme d ead-si et ses enjeux (changer l homme ou changer le monde ) complexifie la réponse à cette question. Pour ce qui est des cibles des actions d ead-si : une cible a été pointée comme étant prioritaire : celle des salariés des entreprises. Par contre la question des interlocuteurs des acteurs de l ead-si au sein de l entreprise (dirigeants, syndicats, CE ) demande à être appréhendée dans toute sa complexité. Il faut pour chaque projet se poser la question des raisons pour lesquelles on souhaite travailler avec l entreprise et à partir de là déterminer la démarche la plus adéquate (alliance, partenariat, action ponctuelle, à plus long terme ). La question de l ead-si dans le milieu de l entreprise interroge aussi l identité de l ONG. Celle-ci doit valoriser compétences spécifiques plutôt que se positionner comme prestataire de service. L ong est un acteur qui porte une expertise avec laquelle l entreprise doit discuter de pair à pair. Les ONG doivent aussi à apprendre à mieux connaître les entreprises (en sachant que les rapports d égal à égal seront difficiles) et trouver en leur sein des contacts et des alliés qui leurs permettront de mener au mieux leurs missions. Il faut se donner du temps pour se comprendre et complexifier notre jugement. Ceci signifie de : - travailler sur nos représentations mutuelles, - prendre en compte le fait que l entreprise change (durcissement social au sein des entreprises.) - profiter de la diversité des acteurs de l entreprise pour y pénétrer - trouver des alliés et des opportunités (même si dans un premier temps les actions d ead-si mises en œuvre sont des actions de court terme, le court terme qui se répète peut permettre de réfléchir à une stratégie plus élaborée) - travailler avec les syndicats dans le domaine de la formation Il est nécessaire de se donner les moyens d évaluer l impact par rapport aux objectifs que l on s est fixés. Enfin la question de savoir si il y avait une demande spécifique des entreprises sur le champ de l ead-si a été plusieurs fois soulevée. Il est intéressant et instructif de faire un parallèle avec l évolution des collectivités territoriales qui se sont progressivement de plus en plus impliquées (même si cela varie fortement d une collectivité à l autre) sur le champ de l ead-si souvent avec l appui des associations

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Groupe de travail Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Version du 5 décembre 2011 Présents Jérémy Houstraëte, Cabinet Alixio Didier Dugast, MDEF de Sénart Yannick

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Compte rendu de l atelier de production «Travailler ensemble» Journée Post assises de l EEDD Mardi 18 juin

Compte rendu de l atelier de production «Travailler ensemble» Journée Post assises de l EEDD Mardi 18 juin Compte rendu de l atelier de production «Travailler ensemble» Journée Post assises de l EEDD Mardi 18 juin Les différents temps de travail se sont déroulés avec des méthodes en démarche participative (

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous»

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP AU SEIN DES MODES D ACCUEIL PETITE ENFANCE LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» Introduction... P 3 1 Une place pour chacun,

Plus en détail

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction du Développement

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

100 Jours 100% Gagnants

100 Jours 100% Gagnants 100 Jours 100% Gagnants Charte et guide du parrainage Le Département du Pas-de-Calais se veut porteur d une ambition et de projets pour la jeunesse. Le 17 décembre 2012, il s est donc doté d un Pacte départemental

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER «ENSEMBLE» : La fidélité au manifeste universel du mouvement EMMAUS est fondatrice et respectueuse justement du ENSEMBLE. Nous prônons le FAIRE ENSEMBLE comme

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Guide méthodologique #TousPrêts

Guide méthodologique #TousPrêts Guide méthodologique pour l animation autour de l Euro 2016 de football et l ensemble des grands événements sportifs internationaux organisés en France #TousPrêts 2 1. Pourquoi l État intervient-il sur

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation La Validation des Acquis de l Expérience La mise en dynamique par l approche collective Mise en dynamique : L approche collective Trois expériences

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

La charte du Coach de Vie en Auvergne

La charte du Coach de Vie en Auvergne La charte du Coach de Vie en Auvergne Charte d engagement des Coachs de Vie en Auvergne et des nouveaux arrivants qui en bénéficieront L'Agence des Territoires d Auvergne (ARDTA) est une association financée

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme Projet d espace de coworking À Combronde / Puy-de-Dôme CONTACT Si vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet, nous sommes à votre disposition pour en discuter et vous apporter tout complément d information.

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail