DU DROIT DES SOCIETES AU DROIT DE L ENTREPRISE : POUR UN DROIT DE L ENTREPRISE EN TUNISIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DU DROIT DES SOCIETES AU DROIT DE L ENTREPRISE : POUR UN DROIT DE L ENTREPRISE EN TUNISIE"

Transcription

1 DU DROIT DES SOCIETES AU DROIT DE L ENTREPRISE : POUR UN DROIT DE L ENTREPRISE EN TUNISIE Ahmed OMRANE Professeur d enseignement supérieur et Directeur de l institut supérieur des études juridiques et politiques de Kairouan 1- Le droit est généralement le fruit de la nécessité. «Il ne constitue pas un système fermé, statique, mais un moyen permettant d atteindre certaines finalités, de promouvoir certaines valeurs» 1. Or, aujourd hui, la mode est aux affaires. Il n y a rien de mieux que de faire des affaires, et chacun admet que les affaires sont le moteur de la vie économique et la source de la richesse nationale. Dans cet attrait pour les affaires, la science juridique n a pas pu rester indifférente. Le droit pénal a secrété ce qu on appelle le droit pénal des affaires 2 qui, regroupant entre autres le droit pénal des sociétés, le droit pénal du travail, le droit pénal de l environnement et le droit pénal de la consommation 3, prend avec la complexité de la vie économique et le développement socio-économique de la société, une place de plus en plus grandissante 4. Le droit commercial 5, qui a toujours été et se J. ARGESON, G. TOUJAS et B. SOINNE, Traité théorique et pratique des procédures collectives, Paris, LITEC, 1995, p. 24, n 26. Dés la troisième décennie du vingtième siècle, le monde des affaires est devenu étroitement lié au droit pénal. A côté des règles pénales classiques, viennent s ajouter des règles pénales qui organisent et réglementent le monde des affaires. On assiste alors à une transformation profonde de la politique criminelle. Les législations ne se contentent plus de réprimer les comportements qui portent atteinte à l intégrité physique des personnes, à leurs biens et aux bonnes mœurs, mais aussi de sanctionnent tout acte de nature à compromettre la célérité, la sécurité et la crédibilité du monde des affaires. Ce droit constitue «l ensemble des incriminations pénalement sanctionnées, ayant pour objet d assurer le respect des règles édictées pour normaliser ou assurer l équilibre des rapports entre professionnels et consommateurs» (Luc BIHL, Droit pénal de la consommation, éditions NATHAN, 1989, p. 19). M. MASSE, La protection des informations de l entreprise par le droit pénal, JCP, éd. E, 1998, (Supplément, l entreprise, l information et le droit), p. 11. Le droit commercial est classiquement défini comme l ensemble des règles de droit privé applicables aux commerçants et aux actes de commerce. Cette définition fait apparaître d emblée l une des ambiguïtés de la matière, tenant à

2 trouve encore à la recherche de son identité 6, a presque perdu son appellation. Si l expression droit commercial continue encore d être utilisée par la majorité de la doctrine, certains auteurs considèrent qu elle ne répond plus à la réalité économique actuelle, et lui préfèrent d autres appellations comme le droit économique 7, le droit de l entreprise et notamment le droit des affaires 8. L attrait pour les affaires a même entraîné, depuis quelques années, sous l effet considérable des lois édictées en matière économique, un envahissement progressif du droit par l économie et une infiltration de la donnée économique dans les règles juridiques. Le droit de la faillite a été sensiblement modifié dans de nombreuses législations, en ce sens que la répression des hommes a cédé le pas au redressement de l entreprise. La loi n du 17 avril 1995 relative au redressement des entreprises en difficultés économiques 9 telle que modifiée par la loi n du 15 juillet 1999 et par la loi n du 29 décembre 2003, a ainsi substitué à l ancienne approche juridique liée à la moralité des dirigeants, un diagnostic de nature économique la coexistence de deux conceptions. Dans la conception subjective, le droit commercial est le droit des commerçants : il s agit d un droit professionnel et dont l application est déclenchée par la qualité des personnes en cause. Dans la conception objective, le droit commercial est le droit des actes de commerce, c'est-à-dire des opérations commerciales : son application est conditionnée non pas par la profession de l intéressé mais par la nature de l acte ou, plus largement, par la réunion de certaines circonstances objectivement définies. D une manière générale, on peut définir le droit commercial comme étant une branche spéciale du droit privé qui régit l activité commerciale, c'est-à-dire le monde des échanges économiques. On a pu écrire que «c est un trait caractéristique du droit commercial que sa difficulté d être» (Ch. ATRAS, Hypothèses sur la doctrine en droit commercial, Mélanges ROBLOT, LGDJ, 1984, p. 29). Gérard FARJAT, Le droit économique, 2 ème édition, 1982 ; Claude CHAMPAUD,Contribution à la définition du droit économique, D, 1967, p. 215 ; JEANTET, Aspects du droit économique, Mélanges Joseph HAMEL, p. 33. La pratique a montré que le droit commercial ne peut être isolé d un contexte plus large où d autres règles doivent aussi intervenir, en d autres termes, l approche du droit commercial ne s adapte pas avec un cloisonnement strict correspondant au classement universitaire des matières. Le droit commercial fait partie d un ensemble plus vaste connu sous l appellation générique de droit des affaires et réunissant une pratique de gestion de l entreprise dans une perspective aussi bien juridique qu économique. JORT, n 33 du 25 avril 1995, p. 792.

3 2 - Acteur principal de la vie des affaires, cellule de base de la vie économique, «institution typique de l économie actuelle» 10, «pivot de la vie économique» 11, «moteur de l innovation et de l évolution de la vie collective» 12, source de la richesse de la nation 13, réalité sociale incontournable, l entreprise est demeurée, pendant longtemps, réservée au seul usage des économistes 14 qui la définissent d une manière plus ou moins large. Dans une acception restrictive, le concept entreprise s entend seulement de l entreprise capitaliste caractérisée par le recours au travail salarié et par un mobile lucratif 15. En vertu de cette acception, l entreprise serait «une forme de production par laquelle, au sein d un même patrimoine, on combine les prix des divers facteurs de production en vue de revendre sur le marché un bien et des services» 16. Les partisans d une conception plus extensive considèrent comme entreprise «toute organisation dont l objet est de pourvoir à la production, à l échange ou à la circulation des biens ou des services» 17. Le développement actuel des entreprises impose logiquement de consacrer l acception large du terme entreprise qui englobe une diversité de réalités économiques concernant non seulement les petites entreprises artisanales ou familiales, mais aussi les grandes sociétés dominées par une logique de concentration économique. Abstraction faite de sa taille ou de la forme de son Claude CHAMPAUD, L entreprise dans la société contemporaine, Humanisme et entreprise, Nicole CATALA, L entreprise, Traité de droit du travail publié sous la direction de G. H. CAMERLYNCK, tome IX, 1980, Avant-propos. Nicole CATALA, L entreprise, Traité de droit du travail publié sous la direction de G. H. CAMERLYNCK, tome IX, 1980, p. 1. D. LE DOUBLE, L entreprise et le contrat, LITEC, 1980, p. 1. V. notamment, B. MERCADAL, La notion d entreprise, Mélanges Jean DERRUPPE, p. 9. L entreprise a souvent été présentée comme une source de profits et de richesses. Cette vision purement mercantile fut dépassée par une autre vision qui focalise l attention sur les rapports et les intérêts respectifs au sein de l entreprise. Cette conception considère que l entreprise n est pas une simple entité économique abstraite, mais plutôt une organisation, c'est-à-dire «une conjugaison d activités de travail qui sont agencées et hiérarchisées en vue de réaliser une œuvre en commun» (Jacques THOMAS, Le droit de l entreprise en Tunisie, 2ditions ENA, 1971, p. 4). PERROUX, Cours d économie politique, Tome 2, p. 9, cité par J. HAMEL, G. LAGARDE et A. JAUFFRET, Droit commercial, Tome 1, Dalloz, n 206, p TRUCHY, Cours d économie politique, Tome 2, cité par J. HAMEL, G. LAGARDE et A. JAUFFRET, Droit commercial, Tome 1, Dalloz, n 206, p. 318.

4 exploitation, l entreprise serait toute organisation conçue en vue de la production économique. Ce but de production économique s entend aussi bien dans le domaine industriel ou commercial que dans le domaine agricole ou artisanal, autrement dit, dans tous les secteurs de production économique qu il s agisse du secteur primaire, secondaire ou tertiaire. Le but économique, qui a été longtemps l unique objectif assigné au fonctionnement de l entreprise, s est doublé d un but social, en ce sens que, d une part, l entreprise a pour rôle de satisfaire les demandes du consommateur en biens et en services dans les conditions résultantes du marché, et d autre part, l entreprise coordonne un ensemble de facteurs dont le plus important est le facteur travail ; une entreprise ce sont certainement des biens, mais aussi et surtout des hommes. 3 - Reconnue par les économistes, l entreprise est demeurée pendant longtemps étrangère aux préoccupations des juristes qui lui préfèrent le concept de société considérée comme un groupement de personnes et de biens, constitué par contrat et doté de la personnalité juridique. Le contrat est celui «par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent d affecter en commun leurs apports, en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l économie qui pourraient résulter de l activité de la société» 18. Quant à la personne, elle est 18 Article 2 alinéa premier du code des sociétés commerciales. L article 1249 du code des obligations et des contrats dispose lui aussi que «la société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes mettent en commun leurs biens ou leur travail ou tous les deux à la fois en vue de partager le bénéfice qui pourra en résulter». L article 1382 du code civil français dispose que «la société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l économie qui pourra en résulter. Elle peut être instituée, dans les cas prévus par la loi, par l acte de volonté d une seule personne. Les associés s engagent à contribuer aux pertes». V. Sur la question, CHARTIER, La société dans le code civil après la loi du 4 janvier 1978, JCP, 1978, 2917 ; FOYER, La réforme du titre IX du livre III du code civil, D. 1978, Chr. 173 ; GUYON, Les dispositions générales de la loi n 79-8 du 4 janvier 1978 portant réforme des sociétés, Revue des sociétés, 1979, p. 1 ; BERMOND De VAULX, L empire des faits et l émergence de la notion de société, D. 1996, Chr. P Dans la fable VI du livre I intitulée «La Génisse, la chèvre et la Brebis, en société avec le lion», Jean de la Fontaine propose une définition poétique de la société : «La Génisse, la Chèvre et leur sœur la Brebis, Avec un fier Lion, Seigneur du voisinage, Firent société, dit-on, au temps jadis, Et mirent en commun le gain et le dommage».

5 constituée par le groupement lui-même auquel le droit reconnaît, sous condition d immatriculation au registre du commerce, la personnalité juridique 19. Ainsi définie, la société se distingue de l entreprise. Alors que l entreprise est une simple notion économique, la société est, en revanche, une notion juridique impliquant, en principe, l attribution de la personnalité juridique au groupement considéré. L entreprise, considérée en elle-même n est pas une personne, mais elle peut le devenir spécialement en revêtant la forme d une société, de sorte que celle-ci apparaît, dans bien des cas, comme une technique juridique mise au service de l entreprise permettant d assurer sa personnification juridique et sa dissociation de l entrepreneur, et constituant le support de son identité et de son autonomie. 4 - Nous n avons pas de droit de l entreprise, écrivait RIPERT. Pourtant, l entreprise est là en filigrane de notre législation 20. L entreprise a fait son irruption dans le droit au cours des dernières décennies. Elle a suscité un grand intérêt au cours des années 50. Une thèse remarquable cherchant à la situer par rapport au droit concluait qu elle était un sujet de droit naissant 21. Aujourd hui, la plupart des disciplines juridiques font de l entreprise un support de règles plus ou moins nombreuses, même si ces textes sont épars et n utilisent le terme entreprise que d une façon circonstancielle lui donnant des sens différents selon le contexte envisagé 22. Le droit civil consacre le Article 4 du code des sociétés commerciales. Tout en définissant la société comme un contrat, le code des sociétés commerciales la traite dans certaines de ses dispositions comme une personne morale. C est le cas notamment de son article 10 qui dispose dans son alinéa premier que «les sociétés dont le siège social est situé sur le territoire tunisien sont soumises à la loi tunisienne». En effet, si la société est un contrat, il aurait fallu la soumettre à la loi d autonomie applicable aux contrats, et qui est d ailleurs défendue par la doctrine pour la société en participation. G. RIPERT, Aspects juridiques du capitalisme moderne, Paris, LGDJ, 1946, p. 259 et s. ; Travaux de l Association Henri CAPITANT, tome III, Paris, Dalloz, 1948 ; M. DESPAX, L entreprise et le droit, Paris, LGDJ, 1957, p M. DESPAX, L entreprise et le droit, Paris, LGDJ, Juridiquement, le mot entreprise peut désigner une activité, un bien ou une organisation, et qualifier juridiquement une entreprise revient à se demander si elle est un objet ou un sujet de droit. Les deux thèses ont été soutenues. Pour beaucoup, l entreprise est un bien que l on exploite. Mais cette analyse ne résiste pas à l examen, dans la mesure où si l entreprise comporte des actifs qui peuvent constituer des biens objets de droit de propriété, elle comporte aussi les personnes. D ailleurs, c est l existence du personnel dans l entreprise qui a conduit une partie de la doctrine à classer cette dernière dans la catégorie des sujets de droit. En 1947, dans son rapport sur la notion d entreprise, Paul

6 concept d entreprise. Le code des obligations et des contrats fait de l entreprise une variété du contrat de louage. Il s agit du contrat de louage d ouvrage régi par ses articles 866 à 887. Aux termes de l article 867 du code des obligations et des contrats, «l entreprise de construction et tous autres contrats dans lesquels l ouvrier ou artisan fournit la matière sont considérés comme louage d ouvrage». L entreprise permet aussi d expliquer certaines dispositions du code des droits réels, notamment celles relatives à l attribution préférentielle de certains biens lors du partage d une succession. Aux termes de l article 140 du code des droits réels, «s il existe parmi les biens successoraux, une exploitation agricole, industrielle, commerciale ou artisanale constituant une unité économique, elle peut être attribuée, par préférence, à l un des héritiers, compte tenu des intérêts en présence et moyennant une soulte, s il échût». Le terme entreprise est utilisé aussi en droit commercial, notamment dans l article 2 du code de commerce qui considère comme commerçant celui qui exploite, à titre professionnel, des entreprises de spectacle public, de publicité, d édition, de communication ou de transmission de nouvelles et de renseignements. Dans ce cadre, l entreprise apparaît comme «un ensemble d actes de commerce faits professionnellement» 23. Le terme entreprise a même acquis un véritable droit de cité dans le cadre du droit du travail. Outre le fait que la législation du travail utilise les expressions de chef d entreprise et de commission consultative d entreprise, l entreprise représente le concept autour duquel le législateur aménage les rapports collectifs de travail, le socle sur lequel ont été fondées les institutions représentatives du personnel, et le lieu privilégié de la négociation collective et de l exercice du droit de grève. Certains textes et certaines décisions sont même allés jusqu à donner une définition de l entreprise. L article 2 du décret n du 14 avril 1994 portant création du répertoire national d entreprises dispose qu «est considérée comme entreprise toute personne morale ou physique exerçant une activité industrielle, commerciale, agricole ou toute autre profession libérale». Dans sa décision n 2137 du 27 mars 2003, le conseil de la concurrence considère comme entreprise «toute entité exerçant une activité 23 DURAND (Introduction à un rapport sur la notion juridique d entreprise, Journées de l Association Henri CAPITANT, 1947, Dalloz) avait observé que c est le droit du travail qui permet l analyse la plus complète de l entreprise en raison de l importance qu il accorde au personnel. Ch. LABASTIE DAHDOUH et H. DAHDOUH, Droit commercial, volume premier, p. 126.

7 économique relevant de la production, de la distribution ou de la prestation de services et dotée d une autonomie suffisante de décision pour la détermination de son comportement sur le marché, et il importe peu que cette entité soit une personne physique ou morale, publique ou privée, à but lucratif ou bénévole» 24. Les lois qui visent l entreprise se sont non seulement multipliées, mais ont acquis une importance capitale faisant de l entreprise une pièce maîtresse de la réglementation économique. L entreprise, qui était auparavant cachée sous le contrat et la propriété, devient au centre des législations édictées en matière économique et le support d une législation économique, c'est-à-dire qu elle devient source de droits et d obligations. La loi n du 30 décembre 1996 relative au système comptable des entreprises impose à toute personne physique ou morale commerçante de tenir une comptabilité. La loi n du 21 juillet 1991 relative à la concurrence et aux prix telle que complétée et modifiée par la loi n du 24 avril 1995 et par la loi n du 10 mai 1999, fait de l entreprise un concept clé en ce qui concerne l abus de position dominante et les ententes prohibées. La loi n du 17 avril 1995 relative au redressement des entreprises en difficultés économiques telle que modifiée et complétée par la loi n du 15 juillet 1999 et par la loi n du 29 décembre 2003 dispose dans son article premier que «le régime de redressement tend essentiellement à aider les entreprises qui connaissent des difficultés économiques à poursuivre leur activité, à y maintenir les emplois et à payer leurs dettes». Pour choisir entre une procédure permettant la poursuite de l exploitation et la procédure de liquidation, le tribunal doit considérer l entreprise comme une unité économique dont il convient de mesurer l aptitude à la survie. 5 - Face à ce phénomène de reconnaissance juridique de l entreprise et d émergence d un véritable droit de l entreprise, le droit des sociétés ne peut pas rester indifférent. Certaines dispositions du code des sociétés commerciales utilisent indifféremment les deux concepts de société et d entreprise, même si, parfois, le législateur semble les distinguer. L article 62 du code des sociétés commerciales, applicable à la société en nom collectif, dispose que «les gérants ne peuvent gérer une société ou une entreprise individuelle exerçant une activité concurrente». L article 338 du même code, relatif aux obligations en tant que valeurs mobilières, dispose que «les obligations rachetées par l entreprise émettrice ainsi que celles rembou- 24 Rapport annuel du conseil de la concurrence pour l année 2003, p. 8.

8 rsées, sont annulées et ne peuvent être remises en circulation», et l article 344 du même code énonce lui aussi qu «à dater de l autorisation de l assemblée générale extraordinaire, il est interdit à l entreprise émettrice, jusqu à l expiration du délai ou des délais d option pour la conversion, de procéder à une nouvelle émission d obligations convertibles en actions, d amortir son capital ou de le réduire par voie de remboursement, de distribuer des réserves en espèces ou en titres, de créer des parts bénéficiaires, d incorporer des réserves ou des bénéfices à son capital et généralement de modifier la répartition des bénéfices. Au cas où l entreprise a procédé avant l ouverture du ou des délais d option à des émissions d action à souscrire contre espèces, elle est tenue, lors de l ouverture de ces délais, de procéder à une augmentation complémentaire de capital réservée aux obligataires qui auront opté pour la conversion et qui, en outre, auront demandé à souscrire des actions nouvelles. Ces actions leurs seront offertes dans les mêmes proportions, ainsi qu aux mêmes prix et conditions, sauf en ce qui concerne la jouissance, que s ils avaient eu la alité d actionnaires lors desdites émissions d actions». De plus, certaines théories, évoquant l entreprise, ont entraîné un dépassement des théories classiques (PREMIERE PARTIE) voire une transformation des rapports juridiques (DEUXIEME PARTIE). PREMIERE PARTIE : LA THEORIE DE L ENTREPRISE ET LE DEPASSEMENT DES THEORIES CLASSIQUES 6 - En droit des sociétés, comme dans toutes les autres composantes du droit de l entreprise, la consécration de la notion d entreprise entraîne une remise en cause des critères juridiques de différenciation. Adoptant une approche fonctionnelle, et mettant l accent sur la nature de l activité, les règles juridiques consacrées en matière économique cherchent à appréhender la réalité de l entreprise au-delà des montages juridiques. Et comme l entreprise se caractérise essentiellement par son objet et se ramène à l exercice d une activité économique, même si les éléments structurels sont variables, la recherche d une définition unitaire n est plus une préoccupation majeure du législateur, en d autres termes, l exercice d une activité économique devient le critère d application du droit, abstraction faite des critères juridiques de différenciation. Le terme entreprise a ainsi remis en cause la summa divisio traditionnellement établie entre commerçant et non commerçant.

9 Ainsi, le régime du redressement des entreprises en difficultés économiques s applique à toute personne, physique ou morale, exerçant une activité commerciale, industrielle ou artisanale, ainsi qu aux sociétés commerciales, agricoles ou de pêche 25. Le terme entreprise a aussi remis en cause la summa divisio traditionnellement établie entre la personne physique et la personne morale. Une personne physique peut être à elle seule une unité d organisation ou de production et être qualifiée d entreprise. Ainsi, la loi n du 30 décembre 1996 relative au système comptable des entreprises impose l obligation de tenir une comptabilité à tout commerçant, qu il soit personne physique ou morale. Le terme entreprise a également remis en cause la distinction entre droit public et droit privé. Les entreprises publiques subissent ainsi les dispositions du droit commercial et du droit social, et sont désormais soumises à un nombre important de règles qu on a tendance à considérer comme faisant partie du droit privé 26. Le terme entreprise a enfin remis en cause la distinction généralement établie entre la société et l association. La raison est qu une activité est économique même si elle n a pas pour but la répartition des bénéfices faits en commun 27. La création des groupements d intérêt économique traduit, à cet égard, l emprise grandissante exercée par les faits économiques sur l évolution du droit. Régi par les articles 439 à 460 du code des sociétés commerciales, créé en vue de faciliter le regroupement des activités Article 3 de la loi n du 17 avril Michel DESPAX, L évolution du droit de l entreprise, Mélanges Jean SAVATIER, p. 80 et suivantes. D après l article premier de la loi du 7 novembre 1959 (JORT, du 22 décembre 1959, p, 1543), l association est une «convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d une façon permanente, leurs connaissances techniques ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices». De cette disposition légale on peut déduire deux conséquences. D une part, la réalisation des bénéfices en soi n est pas interdite à l association. Il est incontestable, en effet, que les cotisations constituent une source financière insuffisante et ne permettent pas aux associations de réaliser leurs objectifs. C est pourquoi la jurisprudence française les a autorisées à avoir d autres sources de financement, notamment par l accomplissement d actes de commerce. D autre part, c est le fait de partager les bénéfices qui est interdit à l association. Si les membres d une association jouissent, directement ou indirectement, de ses profits, cette dernière perd sa qualité d association et dégénère en société créée de fait (Paris, 10 juin 1980, RTD Com, 1982, n 8, p. 450, observations ALFANDARI et JEANTI ; Henri BLAISE, Esquisse de quelques idées sur la place des associations dans l activité économique, Mélanges HOUIN, Dalloz, 1985).

10 économiques, le groupement d intérêt économique est une entité juridique dotée de la personnalité morale 28, constituée par contrat entre deux ou plusieurs personnes physiques ou morales en vue de mettre en œuvre tous les moyens de nature à faciliter ou à développer l activité économique de ses membres, ou à améliorer les résultats de cette activité 29 Ainsi défini, le groupement d intérêt économique ne se confond ni avec l association ni avec la société. Il se distingue de l association en tant qu il poursuit un but intéressé. Il se distingue de la société parce qu il ne poursuit pas directement, par lui-même, la réalisation d un bénéfice à partager entre ses membres. Si son action conduit à une amélioration de l activité économique, le bénéfice consécutif se réalisera dans le cadre de chacune des entreprises faisant partie du groupement et non dans le groupement lui-même. C est ce qui peut être déduit de l article 442 du code des sociétés commerciales d après lequel, «le groupement d intérêt économique ne peut avoir pour but la réalisation des bénéfices pour lui-même». 7 - En droit des sociétés, comme dans toutes les autres composantes du droit de l entreprise, la consécration de la notion d entreprise entraîne une dépersonnalisation du lien juridique. Dans la mesure où le droit de l entreprise s attache au critère objectif de l activité, il relègue la référence aux sujets à un second plan. Dans plusieurs textes de lois réglementant l activité économique, la consécration de la notion d entreprise correspond à l affaiblissement du lien personnel affirmé par le droit classique. Cette dépersonnalisation du lien juridique se manifeste notamment à travers une véritable séparation entre l homme et l entreprise dans la mesure où le sort de cette dernière n est plus lié à celui de l entrepreneur. Ainsi, le droit du redressement apporte une innovation remarquable par rapport au droit de la faillite, en séparant l entreprise de l entrepreneur. Désormais, l exploitation n est plus considérée comme le prolongement de la personnalité de son propriétaire, et la finalité de la législation n est plus de sanctionner le comportement blâmable d un commerçant mais plutôt de redresser une activité économique. La survie ou la liquidation de l entreprise ne dépend pas exclusivement du comportement de son dirigeant, mais plutôt de son potentiel économique, et l entreprise est soumise à une destinée différente de celle de ses dirigeants. L expression la plus radicale de cette dissociation consiste dans la cession de l entreprise à la suite du Article 443 du code des sociétés commerciales. Article 439 du code des sociétés commerciales.

11 règlement judiciaire. En droit des sociétés, la dépersonnalisation du lien juridique consiste plutôt à affirmer l union là où le droit classique consacre l indépendance. Dans le cadre de la législation relative aux groupes de sociétés 30, la notion d entreprise explique que des sociétés juridiquement indépendantes peuvent être considérées comme ne constituant qu une seule entité et rend illusoire leur indépendance juridique. L accent est mis en effet sur l existence d une unité économique formée par des sociétés sous forme de participations réciproques ou d une communauté d intérêts. Ainsi, la forme juridique est reléguée en arrière plan dans tous les cas où il y a des liens étroits entre la société mère et sa filiale qui les font apparaître comme une seule entreprise. 8 - L idée d entreprise permet d expliquer plusieurs règles régissant le fonctionnement du groupe de sociétés. Reposant sur la rencontre et le concours d intérêts parfois contradictoires et hétérogènes, parfois identiques et homogènes 31, le groupe de sociétés constitue le terrain et le générateur de plusieurs controverses qui peuvent trouver leurs solutions dans l idée d entreprise. C est dans cet esprit que les dispositions du code des sociétés commerciales obligent la société mère d établir et de publier des états financiers consolidés 32 et un rapport de gestion 33 afin de garantir la transparence en son sein, réglementent les opérations financières intragroupe 34 ainsi que les conventions conclues entre sociétés ayant des dirigeants communs 35, et traitent la responsabilité pénale 36 et civile 37 des opérateurs du groupe. A cet égard, le fait que les filiales demeurent des personnes morales autonomes et que leur autonomie se trouve cependant atténuée au bénéfice d une direction centralisée au niveau de la société mère, entraîne une application spécifique des règles classiques de la responsabilité civile et une recherche de nouvelles solutions susceptibles de rendre compte de la particularité du groupe de sociétés. D une manière générale, on peut affirmer que l idée d entreprise peut servir de fondement à l aggravation des règles de la responsabilité civile dans la mesure où la communauté d intérêts peut Articles 461 à 479 du code des sociétés commerciales. Ch. HANNOUN, Le droit et les groupes de sociétés, LGDJ, 1991, p. 30. Articles 471 et 472 du code des sociétés commerciales. Article 473 du code des sociétés commerciales. Article 474 du code des sociétés commerciales. Article 475 du code des sociétés commerciales. Article 479 du code des sociétés commerciales. Articles 476, 477 et 478 du code des sociétés commerciales.

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE Le droit de la concurrence a notamment pour objet de maintenir le libre jeu de la concurrence. La concurrence se joue entre des entreprises

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES

CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES CHAPITRE 3 STATUTS ET REALITES DE L ENTREPRISE : NOTIONS JURIDIQUES Nous allons aborder dans ce troisième chapitre la question du statut de l Entreprise, la situation du conjoint de l exploitant et, enfin,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789).

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). INTRODUCTION : 1 Rappel historique : publiques. Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). Libre formation

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

La physionomie du droit de la consommation

La physionomie du droit de la consommation La physionomie du droit de la consommation INTRODUCTION 1 La définition du droit de la consommation Généralement, le droit de la consommation se définit comme l ensemble des règles dont le but est de protéger

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif DCG session 2009 UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif «SA ESSENTIALS» DOSSIER 1 1.1 Nombre des membres du directoire Questions Le nombre des membres du directoire est fixé par les statuts et ne peut

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale La location gérance Introduction Les opérateurs du monde des affaires ont coutume de clamer à qui veut les entendre que le socle de l activité commerciale c est la confiance. C est très certainement une

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Année : 4a. Jérôme LASSERRE-CAPDEVILLE j.lasserrecapdev@unistra.fr Professeur. Droit des Entreprises DROIT DES SOCIETES.

Année : 4a. Jérôme LASSERRE-CAPDEVILLE j.lasserrecapdev@unistra.fr Professeur. Droit des Entreprises DROIT DES SOCIETES. Année : 4a Jérôme LASSERRE-CAPDEVILLE j.lasserrecapdev@unistra.fr Professeur Droit des Entreprises DROIT DES SOCIETES Introduction TITRE I. LES REGLES COMMUNES AUX DIFFERENTES SOCIETES Chapitre 1 : Définition

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

NATIONAL CONSEIL VIE DU

NATIONAL CONSEIL VIE DU 717 VIE DU Au cas d espèce, Monsieur X est concomitamment, d une part, président de la SAS B, laquelle est présidente de la SAS A et, d autre part, co-contractant de la SAS A dans l opération envisagée.

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail