Vous aider à rendre votre milieu de travail sécuritaire. Vous aider à éviter les lésions professionnelles et sauver des vies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous aider à rendre votre milieu de travail sécuritaire. Vous aider à éviter les lésions professionnelles et sauver des vies"

Transcription

1 Conférencier : Luc Constant Conseiller en relation avec les employeurs CSST Investir en gestion de la santé et la sécurité au travail, est-ce rentable? Val-d Or, le 29 octobre Forum 2014 sur la santé et sécurité du travail Rappel des objectifs du forum en SST auquel vous prenez part Vous aider à rendre votre milieu de travail sécuritaire Vous aider à éviter les lésions professionnelles et sauver des vies Vous aider a mieux comprendre si c est rentable d investir en Gestion de la Santé et Sécurité du Travail (GSST) 2 1

2 Un autre objectif de cette conférence Vous convaincre que la prise en charge de la santé et de la sécurité, c est payant pour tout le monde et que c est l affaire de tous! 3 Objectifs Qu est qu une démarche de gestion de la santé et sécurité du travail (GSST)? Les éléments clés d une démarche en GSST Les étapes importantes; Les facteurs de succès et les pièges; Les outils et mécanismes pour une bonne gestion SST. 4 2

3 On entend par la GSST L ensemble des activités : d organisation; de planification; de direction; de contrôle pour qu un milieu de travail respecte ses obligations légales et atteigne ses objectifs en matière de SST. Source : ASP Imprimerie 5 Une démarche de GSST On considère qu un employeur a une démarche de GSST lorsque tous ces éléments sont présents : l employeur a un engagement en matière de la santé et de la sécurité du travail (SST); «Il faut que le dirigeant soit le premier instigateur en matière de SST. Il doit définir les orientations et les valeurs de l entreprise ( ) s il veut que le personnel travaille de façon sécuritaire.» * * Source : Prévention au travail Volume 27, no2 6 3

4 Une démarche de GSST On considère qu un employeur a une démarche de GSST lorsque tous ces éléments sont présents : La participation des travailleurs à la prise en charge de la santé et de la sécurité est encouragée et les travailleurs participent aux mécanismes de prise en charge de la santé et de la sécurité; «L effet de la politique de SST est plus important lorsque les travailleurs participent au processus décisionnel et aux programmes de santé et de sécurité. Si les travailleurs sentent qu ils ont une part de responsabilité, ils s investiront d avantage.» * * Source : Prévention au travail Volume 27, no2 7 Une démarche de GSST On considère qu un employeur a une démarche de GSST lorsque tous ces éléments sont présents : Les dangers sont identifiés, les risques sont analysés, des priorités sont établies, des correctifs et des moyens de suivi et de contrôle sont présents au programme de prévention et ce programme est mis en application. «La recherche a démontré qu il était assez facile de sensibiliser les travailleurs, parce qu ils voient les problèmes au jour le jour. Mais il faut les responsabiliser en leur donnant les moyens de faire les changements nécessaires, ce que la direction doit toutefois accepter.»* * Source : Prévention au travail Volume 27, no2 8 4

5 Une démarche de GSST On considère qu un employeur a une démarche de GSST lorsque tous ces éléments sont présents : Une évaluation de la performance en SST est faite au moins une fois par année et les résultats sont transmis au CSS et aux travailleurs. 9 Pourquoi s occuper de la SST? Pour répondre aux exigences légales : LSST Règlements Code de sécurité pour les travaux de construction (Chantiers de construction) Règlement sur la santé et la sécurité du travail (Établissements) Autres règlements Normes Normes Normes 10 Source : 5

6 Pourquoi s occuper de la SST? Pour répondre aux exigences légales : Source : CSST Guide de prévention en milieu de travail, LSST 11 art. 51 Pourquoi s occuper de la SST? La LSST prévoit aux employeurs et aux travailleurs des devoirs et des responsabilités en matière de SST. Art. 49 de LSST + art. 51 de LSST (travailleurs + employeur) = 100 % santé sécurité en milieu de travail Source : LSST art. 49 et art

7 Obligations de l employeur (art. 51 LSST) Les points où nous avons le plus de questions L employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l intégrité physique du travailleur : aménager les lieux de travail de façon sécuritaire; former, informer, superviser les travailleurs; organiser et structurer des méthodes de travail sécuritaires; fournir un matériel sécuritaire; fournir gratuitement les équipements de protection individuelle. 13 Obligations du travailleur (art. 49 LSST) Les points les plus importants Le travailleur doit : prendre connaissance du programme de prévention qui lui est applicable; prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique; veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou l intégrité physique des autres personnes; participer à l identification et à l élimination des risques d accidents du travail et de maladies professionnelles sur le lieu de travail; collaborer avec le comité de santé et de sécurité. 14 7

8 Pourquoi s occuper de la SST? Pour faire preuve de diligence raisonnable : Devoir de prévoyance Devoir d efficacité Devoir d autorité Sources : Convergence, revue de gestion de la santé-sécurité, Faites vos devoirs en SST, sinon, CPSST, vol.24, août 2008 * 15 Conséquences financières et é c o n o m i q ue s Coûts directs Coûts reliés à la prime d assurance Coûts indirects Coûts assumés par l entreprise 16 8

9 Les coûts directs Comment les lésions professionnelles influencent la prime? Une prime basée sur le risque, Remplacement du revenu une prime réactive selon Assistance médicale différents régimes de Réadaptation tarification Atteinte permanente Indemnités de décès Imputation $ Les coûts imputés $ Assurer l équité Inciter à la prévention Favoriser le retour en emploi 17 Les coûts directs La réactivité de la prime selon les différents régimes de tarification Taux de l unité - Taux personnalisé - Régime rétrospectif TAILLE - ACTIVITÉS EXERCÉES - COÛTS IMPUTÉS

10 19 Les coûts directs Des exemples concrets Pour des employeurs au régime du taux personnalisé Coûts imputés : $ Taille Masse salariale annuelle Augmentation de la prime (étalée sur 4 ans) Activités exercées (secteur): CONSTRUCTION 20 Coûts imputés : $ Taille Masse salariale annuelle Augmentation de la prime (étalée sur 4 ans) Activités exercées (secteur): BOUCHERIE Source : CSST La gestion de la SST, c est rentable! 10

11 Les coûts directs Nous venons de voir qu un seul accident peut entraîner des COÛTS DIRECTS de plusieurs dizaines de milliers de dollars pour l employeur. Croyez-vous que prendre en charge la santé et la sécurité du travail, peut-être payant? 21 Les coûts indirects Sont indépendants de la prime Certains sont faciles à mesurer Certains sont complexes et difficiles à mesurer S ajoutent aux coûts directs 22 11

12 Les coûts indirects occasionnent : 23 Effet d une lésion sur le chiffre d affaires Coûts directs et indirects de la lésion : $ $ = $ ratio suggéré 1 : 2 Selon la marge bénéficiaire du secteur : ex. : 7 % Ventes supplémentaires requises pour maintenir les profits de l entreprise: $ x 100 / 7 = $ Source : Cspaat- Ontario et Heinrich

13 Pourquoi s occuper de la GSST? Pour gérer les activités de prévention (être proactif); Diminuer les accidents; Pour gérer moins de paperasse liée aux accidents; Envisager une diminution des coûts à la CSST; Pour conserver les travailleurs au travail; Permettre d être plus compétitif; Pour ne plus avoir de perte de temps et donc respecter les échéanciers de production; Les travailleurs seront en confiance; sentiment d appartenance; Garder l expertise au sein de l équipe; Les travailleurs seront contents d aller travailler et surtout de retourner à la maison en vie retrouver leur famille. 25 * 1. Engagement et soutien de la haute direction 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Cinq conditions gagnantes 2. Participation de tous les travailleurs Mise en œuvre d un plan d action Responsabilisation de tous les employés et des gestionnaires Source :

14 Testons nos connaissances 1. Engagement et soutien de la haute direction 1. De quelle façon l employeur peut-il démontrer son engagement en SST? A. Par des politiques, des règles, des moyens de contrôle (mesures disciplinaires). B. En déléguant au contremaître. C. Pas de problème, ma mutuelle de prévention s en occupe. D. Demandez au contrôleur SVP Engagement et soutien de la haute direction Facteurs de succès Informer tous les employés que la priorité est accordée à la santé et à la sécurité; Gérer le processus de changement; Définir clairement les rôles et les responsabilités; Réaliser les actions pour lesquelles vous vous êtes engagés. Source : Preventex/ Communiquer la prévention 28 14

15 1. Engagement et soutien de la haute direction Pièges à éviter Absence de planification; Absence de communication; Manque de leadership Engagement et soutien de la haute direction Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST La politique SST est connue de tout le personnel; est soutenue par des actions concrètes; est intégrée dans le processus de production courante. Source : ASP Imprimerie / Politique et règlements 30 15

16 1. Engagement et soutien de la haute direction Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Liste de vérification des activités de gestion en santé et en sécurité Gérer simultanément les trois volets de la SST : La prévention, le suivi des lésions professionnelles et l aspect financier Activités de formation Ex.: SST au quotidien : plus simple que vous le pensez! Source : Centre patronal en SST / Liste de contrôle des activités de GSST et Formations en ligne * 31 Testons nos connaissances 2. Participation de tous les employés 2. De quelle(s) façon(s) les employés peuvent-ils participer activement à la SST? A. En se plaignant des situations problématiques auprès du superviseur. B. En participant au comité SST. C. En identifiant les risques et proposant des solutions. D. En respectant les règles de sécurité. E. Pourquoi je m en occuperais, mon boss s en occupe pas! 32 16

17 2. Participation de tous les employés Facteurs de succès Les travailleurs sont encouragés par la haute direction et les gestionnaires à participer aux mesures visant la santé et la sécurité du travail; à signaler les risques et à proposer des solutions; à respecter les règles de sécurité; à participer activement à l application des mécanismes de prise en charge de la SST (comité de SST et programme de prévention) Participation de tous les employés Pièges à éviter : Que la SST relève d une seule personne; Ne pas être à l écoute des employés; Ne pas avoir de personne décisionnelle au sein des mécanismes de prévention en place

18 Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST 2. Participation de tous les employés Comité santé et sécurité (CSS) Principes de base et conditions pour favoriser l efficacité d un comité santé sécurité. Représentant à la prévention Identifier les risques et formuler des recommandations; Assister les travailleurs; Fiches de prévention Identifier, corriger et contrôler un risque ou une situation dangereuse. Représenter les travailleurs. Sources : ASPHME, Centre patronal en SST, CSST Guide de prévention en milieu de travail 35 * Testons nos connaissances 3. Responsabilisation de tous les employés et des gestionnaires 3. Qu est-ce que l on entend par responsabilisation de tous? A. Pouvez-vous répéter la question S.V.P.? B. La SST est connue dans l établissement. C. Les secouristes sont formés et connus. D. Les rôles et responsabilités sont clairement définis, appliqués et révisés

19 Facteurs de succès 3. Responsabilisation de tous les employés et des gestionnaires Les responsabilités relatives à la SST sont clairement définies et connues de tout le personnel; sont incluses dans les descriptions de tâche; sont intégrées dans les tâches quotidiennes et courantes Pièges à éviter 3. Responsabilisation de tous les employés et des gestionnaires Que la SST repose sur une seule personne ou sur le CSS; Manque de formation

20 3. Responsabilisation de tous les employés et des gestionnaires Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Profils de compétences en SST Profil des compétences pour 14 postes clés en SST dans une entreprise; Liste des activités à réaliser et les résultats souhaités pour chacun d eux; Connaissances à approfondir ou acquérir et habiletés attitudes à développer. Source : Centre patronal en santé et sécurité du travail 39 * Testons nos connaissances 4. Pourquoi un plan d action? 4. Mise en œuvre d un plan d action A. Parce que l inspecteur de la CSST me l a demandé. B. Pas besoin d un plan, je fais de la CSST à tous les jours. C. Pour ne pas être exclu de ma mutuelle. D. Pour éviter l émission d un constat. E. Pour établir des priorités SST avec des responsables et des échéanciers de réalisation

21 4. Mise en œuvre d un plan d action Facteurs de succès Le contenu du plan : Ses caractéristiques : Les dangers et risques sont identifiés, priorités établies; Il est connu de tous et existe dans une forme qu on peut facilement consulter; Les correctifs sont prévus pour éliminer les dangers; Il contient un échéancier et des responsabilités définies; Les moyens de contrôle et de suivi nécessaires sont intégrés dans le plan et appliqués. Il est élaboré avec les travailleurs ou le comité de SST; Il est mis à jour au moins une fois par année et les priorités sont alors révisées; Il est soutenu activement par la direction Pièges à éviter 4. Mise en œuvre d un plan d action Envahie par un excès de paperasserie; Actions non adaptées à l entreprise

22 4. Mise en œuvre d un plan d action Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Évaluation de la prise en charge de la SST Permet de repérer les points à améliorer et de prioriser les actions pour la préparation du plan d action. Sources : CSST Guide de prévention en milieu de travail Mise en œuvre d un plan d action Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Plan d action pour la prise en charge de la SST devrait comprendre : Réalisation d un diagnostic de la situation de l établissement; Élaboration d une politique en santé et en sécurité; Vérification de la conformité des lieux, des machines et des équipements; Mise en place de mécanismes de contrôle; Mise en œuvre d un plan de communication; Le nom des responsables; Les échéanciers. 44 Sources : CSST La prise en charge de la SST dans un établissement d enseignement, ASPHME comité SST 22

23 Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST 4. Mise en œuvre d un plan d action SIMDUT Analyse sécuritaire des tâches Affichage des règles de sécurité Cadenassage Tolérance 0 pour les plans d action CSST Sécurité des machines et Construction Sources : Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail, Auto prévention, ASP Imprimerie, CSST La fiche signalétique 45 * Testons nos connaissances 5. Comment réussir votre GSST? 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST A. En s assurant de la réalisation des activités prévues au plan d action. B. En procédant à des inspections des lieux de travail pour s assurer de la permanence des correctifs. C. En étant intolérant à l égard des conduites dangereuses de ses employés incluant gestionnaires et contremaîtres. D. Performance SST : imputabilité du gestionnaire. E. Toutes ces réponses

24 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Facteur de succès Les mécanismes de contrôle : Identifier des moyens permettant de vous assurer que les correctifs apportés aux situations dangereuses sont permanents, pour ainsi éviter que le danger ne revienne; Mesurer les résultats obtenus et mettre en œuvre des mesures pour éviter l apparition de nouveaux risques : Vérifier périodiquement si les correctifs apportés sont encore présents; Déterminez des moyens pour éviter d introduire des dangers Contrôle et évaluation du rendement en SST Facteurs de succès L évaluation : est faite au moins une fois par année par la direction et le résultat est connu de tous; porte sur la réalisation du plan d action, les activités du comité, les activités de prévention, les statistiques sur les accidents, etc.; tient compte de la gestion des dossiers d accidents, des retours au travail, etc

25 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Facteurs de succès La rétroaction positive : Des félicitations (en privé, devant les pairs ou membres de la direction); Une petite tape dans le dos ou une poignée de main; Une marque de confiance accordée par le supérieur immédiat Contrôle et évaluation du rendement en SST Source : APSSAP 50 25

26 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Pièges à éviter Ne pas s assurer que le travail est fait et bien fait; Oublier de vérifier ce qui est bien fait; Délaisser les correctifs une fois implantés; Se déresponsabiliser face aux obligations de résultats; Se fier uniquement sur le bilan statistique ou la baisse des accidents Contrôle et évaluation du rendement en SST Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Inspections spécifiques Rapport d inspection Inspection préventive planifiée : procédure suggérée Sources : ASP Imprimerie, Préventex, Centre patronal en SST et AUTO Prévention 52 26

27 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Les politiques achats, ingénierie, sous-traitance, etc. Entretien préventif Registre de premiers secours et d enquête d accidents Sources : ASP Imprimerie, AUTO Prévention Contrôle et évaluation du rendement en SST Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Plan d accueil et de formation des nouveaux travailleurs incluant les jeunes Sources : CSST prendre le temps de former et de superviser les jeunes et nouveaux travailleurs, ASPHME, Centre patronal en SST, Auto prévention, CSST Plan d action jeunesse 54 27

28 5. Contrôle et évaluation du rendement en SST Outils ou mécanismes pour une bonne gestion SST Statistiques Activités de prévention Source :ASPHME 55 * Les bénéfices d investir en SST 56 28

29 Les bénéfices d investir en SST De quel ordre? Retour sur l investissement en SST 1 Pour chaque 1$ investi, de 1$ à 5$ en retour (1) 57 Présentation au Forum SST 2012 Groupe Conseil Filion Les bénéfices d investir en SST Où et comment? Il ne faut PLUS que cela arrive! Des faits qui nous dictent où agir et investir en SST En prenant en charge la SST Décès et lésions graves En éliminant les causes et en minimisant les conséquences Lésions déclarées Des signaux qui nous préviennent où investir en SST Incidents à signaler En assurant un milieu de travail sécuritaire Incidents ( Ouf! ) Il ne faut PAS que cela arrive! Situations dangereuses En prenant en charge la SST 58 29

30 Les bénéfices d investir en SST Où les mesurer? SNOTORIÉTÉ écurité SÉCURITÉ PRODUCTIVITÉ QUALITÉ Réduction des risques Réduction des violations aux règles de sécurité Réduction Amélioration desde risques fluctuations la qualité l image de Réduction du nombre d accidents (etde dedes la prime) production produits l'entreprise P r Réduction o d u c t i v ides t é violations aux Réduction des fluctuations de production règles de Réduction Amélioration Attraction sécurité /des rétention duperturbations respect du personnel des et Réduction des perturbations et des des échéanciers interruptions de travail interruptions de travail Réduction du nombre Réduction des pertes de temps d accidents (et de la Réduction Amélioration desde pertes la satisfaction de tempsde Réduction duprime) temps supplémentaire la clientèle Q uréduction alité du temps Amélioration de la qualité produits supplémentaire Augmentation dudes nombre Amélioration du respect des échéanciers d innovations Amélioration de la satisfaction de la clientèle Augmentation du nombre d innovations Notoriété Amélioration de l image de l'entreprise Attraction / rétention du personnel 59 Les bénéfices d investir en SST Pour les atteindre, une réelle prise en charge en SST Les conditions gagnantes! 60 30

31 Références ASP Imprimerie : Prévention au Travail : Lois, règlements, normes, politiques : Guide de prévention en milieu de travail : csst.qc.ca/publications/200/pages/dc_200_16082.aspx Convergence, revue de la gestion de la santé sécurité : centrepatronalsst.qc.ca/documents/pdf/conv_aout_08.pdf Cspaat : wsib.on.ca Conditions gagnantes : csst.qc.ca/prevention/prise_en_charge/pages/conditions_gagnantes.aspx Preventex/ Communiquer la prévention : preventex.qc.ca/fr/publications/diverses-publications Centre patronal en SST / Liste de contrôle des activités de GSST et Formations en ligne : centrepatronalsst.qc.ca Asphme : Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail : Auto prévention : autoprevention.org APSSAP : apssap.qc.ca/ Préventex : 61 Quelques ressources SST CSST Centre patronal en santé sécurité du travail Réseau de santé publique en santé au travail Association sectorielle paritaire (ASP) www. preventionenligne.com OSHA États-Unis Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité au travail (+ Guide, Soutenir le retour au travail et favoriser le maintien en emploi) Participation des travailleurs au processus de promotion de la santé et de la sécurité au travail internal/de5fs23hu73ds/progress?id=+qmddqebhb Association québécoise pour l hygiène, la santé et la sécurité du travail (AQHSST) : Profil de compétences en SST

32

33 Prendre en charge la santé et la sécurité du travail c est payant pour tout le monde 65 Merci de votre attention! 33

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur La CSST Qui sommes nous? Par : Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur Blainville 3 avril 2008 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Une compagnie d assurance

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail.

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. (incluant les nouvelles réformes) * Formations - 2015 * Formations et services spécialisés en gestion des ressources

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Parlons assurance 2013. Taux de prime. www.csst.qc.ca

Parlons assurance 2013. Taux de prime. www.csst.qc.ca Parlons assurance 2013 Taux de prime www.csst.qc.ca La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux travailleurs ainsi qu aux employeurs établis

Plus en détail

Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca

Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca Mutuelles de prévention Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca Ce guide répond aux questions des employeurs qui prévoient se regrouper pour faire de la prévention. Ce document est réalisé par le Service

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec

Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec Quelles formations suivre? Participants TOUS Équipes de recherche clinique Équipes de recherche fondamentale (en laboratoire) Selon le type de

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2011 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2010 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

Ce que vous devez savoir...

Ce que vous devez savoir... Ce que vous devez savoir... Ce guide répond aux questions des employeurs qui prévoient se regrouper pour faire de la prévention. Rédaction Service des comptes majeurs et des mutuelles de prévention Infographie

Plus en détail

Les mutuelles de prévention Comment réduire sa cotisation annuelle à la CSST?

Les mutuelles de prévention Comment réduire sa cotisation annuelle à la CSST? Les mutuelles de prévention Comment réduire sa cotisation annuelle à la CSST? Présenté dans le cadre du carrefour de l eau Express de l Association des entreprises spécialisées en eau du Québec Préparé

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés.

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. INSPECTION PRÉVENTIVE DES LIEUX DE TRAVAIL 1. OBJECTIF Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. 2. ASPECT ET IMPACT Examiner

Plus en détail

Comment être un leader en SST?

Comment être un leader en SST? Comment être un leader en SST? Isabelle Lessard 16 e Carrefour de la santé et de la sécurité du travail Mauricie et Centre-du-Québec 6 novembre 2012 Au programme Qu est-ce que le leadership? Qui sont les

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT?

LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT? LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT? Présenté par : Richard Perron Pierre Riopel 7 janvier 2015 7, rue Vallière, Québec (Québec) G1K 6S9 Téléphone : 418 692-0022 1 800 463-5079

Plus en détail

Mutuelles de prévention. Guide en vue de la création d une mutuelle. www.csst.qc.ca Guide en vue de la création d une mutuelle

Mutuelles de prévention. Guide en vue de la création d une mutuelle. www.csst.qc.ca Guide en vue de la création d une mutuelle Mutuelles de prévention Guide en vue de la création d une mutuelle www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de répondre aux questions des employeurs qui prévoient se regrouper pour faire de la prévention. Ce

Plus en détail

Commentaires. de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail

Commentaires. de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Commentaires de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Présenté au groupe de travail SST Mars 2010 Introduction C est avec beaucoup

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Elise Ledoux Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail Colloque 2013 Santé et sécurité du travail

Plus en détail

TMS LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION. Lignes directrices de prévention des TMS pour l Ontario PARTIE 1 : TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

TMS LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION. Lignes directrices de prévention des TMS pour l Ontario PARTIE 1 : TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Série sur la prévention des troubles musculo-squelettiques du CONSEIL DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DE L ONTARIO LIGNES DIRECTRICES DE PRÉVENTION PARTIE 1 : Lignes directrices de prévention

Plus en détail

Que faire en cas d accident de travail sur la ferme?

Que faire en cas d accident de travail sur la ferme? Que faire en cas d accident de travail sur la ferme? Me Éric Latulippe et Me François Bouchard, avocats Firme Langlois, Kronström, Desjardins www.langloiskronstromdesjardins.com/latulippe-eric/voir-details.html

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS Chez les jeunes de 15 à 24 ans, 54 % des accidents du travail surviennent dans les six premiers mois de l emploi. Pour tous

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Suivi. l acti. de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC

Suivi. l acti. de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC Suivi de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX on passe à l acti FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC n Cette brochure, publiée par la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec,

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

L'assignation temporaire: Une solution gagnante pour tous

L'assignation temporaire: Une solution gagnante pour tous L'assignation temporaire: Une solution gagnante pour tous Conférence offerte dans le cadre du 16e Carrefour en santé et sécurité du travail Francis Pratte, Conseiller en réadaptation à la Commission de

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Rapport du comité de travail sur la surindemnisation à la CSST Janvier 2008 1010, rue Sherbrooke,

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail Politique de surveillance de l application de la loi Commission des normes du travail Date de la dernière modification : décembre 2009 Remplacement Cette politique remplace la Politique de surveillance

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les vail et quels ffre-t-il? Comment égorie de l entreprise? n la cotisation applicable ment établit-on les factures prise? Que faire si un travailleur ntracte une maladie attribuable ler d une décision concernant

Plus en détail

Politique de services en matière de sécurité sociale

Politique de services en matière de sécurité sociale Politique de services en matière de sécurité sociale 1. Introduction Le Syndicat de l Enseignement De La Jonquière, en vertu du Code du travail, possède le monopole de représentation de ses membres. Ce

Plus en détail

CHAPITRE 7 RELATIONS DE TRAVAIL

CHAPITRE 7 RELATIONS DE TRAVAIL Les relations de travail sont révélatrices de l atmosphère qui règne au sein de votre entreprise. Le gestionnaire désirant obtenir de saines relations de travail se doit d être proactif dans ses actions.

Plus en détail

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Permis Immatriculation Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Prévention Véhicules lourds Présentation à l ARGP Mars 2012 Victimes d accident Présenté par Nancy

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Aubert Tremblay, CRHA Février 2012 Objets de la présentation Résultats : Comparaison des taux de cotisation 1999-2012 (Unité

Plus en détail

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE POLITIQUE NUMÉRO DE LA RÉSOLUTION : APPROUVÉ PAR : CA-20130912-8 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE DE LA RÉSOLUTION/APPROBATION : 13 septembre 2013 ENTRÉE EN VIGUEUR : DERNIÈRE MISE À JOUR : DATE D ABROGATION

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

Allié de votre performance!

Allié de votre performance! Allié de votre performance! Bureautique Formation sur mesure en langues dans le monde des affaires Planification et gestion de fin de carrière Santé et sécurité au travail Service à la clientèle et vente

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail, une valeur ajoutée pour la clientèle. Ce document a été produit par le Bureau de projets Centre jeunesse des Laurentides

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Comité des griefs des Forces canadiennes. Pour la période 2010-2011 à 2012-2013. Rapport sur les plans et les priorités

Comité des griefs des Forces canadiennes. Pour la période 2010-2011 à 2012-2013. Rapport sur les plans et les priorités Comité des griefs des Forces canadiennes Pour la période 2010-2011 à 2012-2013 Rapport sur les plans et les priorités L'honorable Peter Gordon MacKay Ministre de la Défense nationale Table des matières

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

POUR UNE À LA PLANIFICATION

POUR UNE À LA PLANIFICATION Transformer des SITUATIONS de manutention Monique Lortie, UQAM Marie St-Vincent, IRSST Planifier une FORMATION sur mesure OUTIL D AIDE À LA PLANIFICATION POUR UNE MANUTENTION MANUELLE SÉCURITAIRE RF-782

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 ENTENTE RELATIVE AUX COMITÉS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET AU TEMPS DE LIBÉRATION ALLOUÉ AUX REPRÉSENTANTS À LA PRÉVENTION DANS L EXERCICE DE LEURS FONCTIONS (Juin 1992) Article 1 En vue de prévenir

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION 9128-9728 QUÉBEC INC FAISANT AFFAIRE SOUS LE NOM DE PATIOS FIBREX

PROGRAMME DE PRÉVENTION 9128-9728 QUÉBEC INC FAISANT AFFAIRE SOUS LE NOM DE PATIOS FIBREX PROGRAMME DE PRÉVENTION 9128-9728 QUÉBEC INC FAISANT AFFAIRE SOUS LE NOM DE PATIOS FIBREX 445 Nolin, Québec G1M 1E8 Préparé par : Mélanie Tremblay, responsable santé sécurité. Dernière mise à jour : Janvier

Plus en détail

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Le ministère du Travail renforce l application de la Loi sur la santé et

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Contexte Le bilan des réalisations à l égard des personnes handicapées présente les engagements de la Société de l assurance automobile du

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

de Montréal Hyatt Regency Montréal LA GESTION DES RISQUES DANS LE MARCHÉ ACTUEL DE LA LOCATION : LES ÉLÉMENTS

de Montréal Hyatt Regency Montréal LA GESTION DES RISQUES DANS LE MARCHÉ ACTUEL DE LA LOCATION : LES ÉLÉMENTS Conférence sur la Location Immobilière de Montréal Mercredi le 13 avril 2011 Hyatt Regency Montréal SÉANCE BB2 LA GESTION DES RISQUES DANS LE MARCHÉ ACTUEL DE LA LOCATION : LES ÉLÉMENTS QUE VOUS DEVEZ

Plus en détail

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances GUIDE DE PLANIFICATION DES ACTIVITÉS ET DE PRÉVENTION DES ACCIDENTS Activités à l extérieur de l école Septembre 2006 Guide PRÉAMBULE Ce guide constitue un outil destiné au personnel de la Commission scolaire

Plus en détail

Guide de prévention en milieu de travail

Guide de prévention en milieu de travail Guide de prévention en milieu de travail à l intention de la petite et de la moyenne entreprise 2 e édition wwwcsstqcca Ce document est réalisé par la Direction générale de la prévention-inspection et

Plus en détail

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran Les permis de travail temporaires Présenté par: Me Gilda Villaran 18 avril 2012 «Immigration Canada et les Ambassades nous diront quoi faire» Certains mythes entourant les permis de travail. «Je ne rémunèrerai

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Répondre aux besoins de perfectionnement des entreprises et des organismes du

Répondre aux besoins de perfectionnement des entreprises et des organismes du CATALOGUE DE COURS Notre mission Répondre aux besoins de perfectionnement des entreprises et des organismes du milieu par une offre d activités de formation sur mesure qui permet l acquisition de nouvelles

Plus en détail

Méthodes pour monter et descendre un escalier

Méthodes pour monter et descendre un escalier PRINCIPES POUR LE DÉPLACEMENT SÉCURITAIRE DES BÉNÉFICIAIRES PDSB Méthodes pour monter et descendre un escalier ASSTSAS 2008 L Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes VIP+ Bulletin sur les ventes, l impôt, la planification successorale, la tarification et les produits Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes Vous

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE

COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE COLLOQUE ANNUEL DU CONSEIL DES SYNDICS DE FAILLITE M. Marcel Turgeon Directeur de la Direction principale des services administratifs et techniques M e Nancy Morency Directrice adjointe de la Direction

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail

Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail Programme ministériel sur la santé et la sécurité au travail Guide pour les employés travaillant seuls Version 1.0 Février 2012 Guide pour les employés travaillant seuls 1 Guide pour les employés travaillant

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP)

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Quebec Provincial Association of Teachers l Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Renseignements généraux

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail