Intervention Nicole NOTAT. Présidente de VIGEO «Pour la Solidarité» - Bruxelles. 11 février 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intervention Nicole NOTAT. Présidente de VIGEO ------ «Pour la Solidarité» - Bruxelles. 11 février 2014"

Transcription

1 Intervention Nicole NOTAT Présidente de VIGEO «Pour la Solidarité» - Bruxelles 11 février 2014 Contexte L'économie sociale et solidaire s'est vue récemment reconnaître ses lettres de noblesse. J'en veux pour preuve l'action, couronnée de succès, conduite par Michel Barnier en Europe ou encore la loi ESS en France, la tenue l'année dernière des Assises pour l'entrepreneuriat social et responsable. Ces initiatives bienvenues doivent d'abord à la mobilisation du secteur lui même, à la démonstration de son utilité et de son efficacité, à la capacité d'innovation et d'ouverture sur de nouveaux concepts tels que celui de l'entrepreneuriat social, le social business, ou l'impact investing. Il faut sans doute y voir aussi l'effet d'une prise de conscience sur les limites que l'économie capitaliste a, de fait, à être suffisamment "inclusive" pour assurer à elle seule l'intégration de tous. La part croissante de "travailleurs pauvres" dans nos sociétés, le nombre d'exclus de la possibilité d'accéder aux biens essentiels, interpellent évidemment l'efficience du système. Et indépendamment des effets de la crise venue de l'ébranlement du système financier. Cette réalité insoutenable est perçue et préoccupe plus largement que dans les cercles historiques ou nouveaux de l'économie sociale et solidaire. Des entreprises agissantes dans la globalisation de l'économie se rapprochent via des fondations, via des initiatives en faveur "du bas de la pyramide" d'acteurs de social business, d'ong ou d'associations qui œuvrent pour des causes sociales environnementales ou de droits de l'homme. Des esprits critiques, nous en sommes tous ici, pourraient être tentés d'y voir des actions de "bonne conscience" à la marge de leurs activités de business bien ancrées dans le système de la création de valeur pour leurs actionnaires, objectif auquel aucune entreprise privée ne peut échapper. 1

2 Comme souvent la posture de sceptique n'est pas forcément infondée mais n'invalide pas pour autant l'intérêt qu'il convient de porter à ce qui bouge aussi du côté des acteurs économiques et financiers "traditionnels". Tout simplement parce que ces acteurs, dès lors qu'ils analysent lucidement les défis du monde de demain, ne sont pas dépourvus de capacités de compréhension des mutations qui s'annoncent et qui affecteront leur modèle économique et de croissance. Pas dépourvus non plus de capacités de détection de nouvelles opportunités que les défis recèlent. Anticipation et prise d'initiative sont alors la voie de la survie, en tout cas de maintenir sa position sur les marchés. Ainsi, avant d'en revenir au secteur de l'économie sociale et solidaire et de ses propres défis, je voudrais vous faire part de ce que j'observe dans le monde des entreprises et des investisseurs comme signes annonciateurs de changement. S'agit-il de signaux faibles? De prémisses à des mutations profondes ou d'un feu de paille? Chacun garde en la matière son libre arbitre. Des entreprises, des investisseurs en mouvement : Le plus frappant réside, de mon point de vue, dans les innovations qu'engagent des secteurs professionnels sous la pression de la nécessaire prévention aux effets du changement climatique, de la disponibilité limitée des énergies fossiles ou de l'eau qui se fait denrée rare. L'action en faveur de la construction à haute qualité environnementale, à basse consommation d énergie ou à énergie positive dans le logement neuf ou réhabilité, la création d'offres d'énergies renouvelables, les investissements en recherche développement pour des modes de production plus sobres en énergie, mobilisent les entreprises des secteurs concernés. La montée en gamme des produits dits "verts" est révélateur d'une inscription d'agents économiques dans les créneaux d'une croissance plus soutenable ou d'un développement durable pour utiliser un terme maintenant consacré et parfois galvaudé. Évidemment tout cela ne se réalise pas sans contradiction. Quand l'allemagne, qui évince le nucléaire, en vient à réouvrir les mines de charbon, la question vaut d'être posée sur le résultat final d'un point de vue des gaz à effet de serre. 2

3 Quand la question du gaz de schiste agite les chercheurs, les ONG et l'opinion, qu'un gouvernement interdit son exploration pendant que d'autres y ont recours, on mesure combien l'enjeu économique ne va pas spontanément de pair avec l'enjeu écologique. Les solutions parfaites sont rares, chacune relève d'arbitrages eux mêmes reflets de rapports de force à un moment donné. Qu en est-il des signaux annonciateurs sur le plan social? Je l'observe quand un gérant d'actifs, praticien de l'investissement responsable, demande à ses analystes financiers de considérer l'absence de violation des droits humains fondamentaux et la performance sociale comme des indicateurs de création de valeur durable des entreprises dans lesquelles ils investissent. Autrement dit, de ne pas opérer de placements en cas de risques potentiels de violation des droits ou de risques de dégradation de la cohésion sociale, au motif que la sécurité du placement ne serait pas garantie. Vous mesurez le levier que de tels choix constituent en terme d'influence sur le comportement des entreprises, si cela devenait une pratique générale des gérants d'actifs ou des apporteurs de capitaux en général. Le plus spectaculaire relève des enjeux sociaux que soulèvent, en particulier pour les grandes marques, les choix de leurs fournisseurs et de sous traitants. Deux illustrations FOXCONN en Chine, fournisseur d Apple, Samsung Des suicides, des conditions de travail et de vie indécentes Leurs impacts sur la réputation des donneurs d ordre qui sont interpellés Qui réagissent (engagement d audits sociaux par des tiers indépendants), mesurant le risque qu ils courent en terme de rupture de la chaîne d approvisionnement et de réputation. APPLE, une marque qui fait rêver, mais donne des cauchemars aux salariés de ses fournisseurs. La chaîne d approvisionnement, le concept «d acheteur responsable» monte en puissance. 3

4 RANA PLAZA (Bengladesh) Plus de morts, insécurité des bâtiments, conditions de travail déplorables. Là encore, ce sont les grandes marques textiles acheteuses chez Rana Plaza qui sont sommées de rencontre des comptes et d agir. signature d un accord international sur la sécurité au travail Un autre signe de changement vient de la jurisprudence. Prenons l'exemple du naufrage de l'erika Total, le naufrage de l Erika et la catastrophe écologique qu il a engendrée au large des côtes bretonnes en 1999 vont défrayer la chronique. C est un vrai cas d école. Le président se sentait dans son droit. Affréteur, il se jugeait plus victime que coupable. Il avait respecté les procédures, n avait dérogé à aucune obligation juridique. N ayant pas commis d entorse majeure à sa seule échelle, il s estimait en règle avec la loi. On pouvait évidemment attendre de l affréteur qu il soit plus regardant sur les navires qu il utilisait, s assurer que la société de certification soit digne de confiance, mais cela n était pas, jusqu à cette catastrophe, dans les pratiques, ça n était pas acté comme une responsabilité de l entreprise. Même pas au nom du principe de précaution Total a du participer à la réparation de la pollution vis-à-vis des dégâts sur la flore et la faune, de la souillure des plages. La Cour de Cassation, auprès de laquelle Total avait fait appel, a établi la reconnaissance «d un préjudice écologique» dont la responsabilité incombe aussi à Total. une jurisprudence qui bouge les lignes Ou encore le cas Monte Belo Monte Belo, au Brésil, est un autre cas d école. Un barrage, destiné à satisfaire les énormes besoins énergétiques du pays, entraînerait la noyade d une grande superficie de terre et le déplacement de personnes, essentiellement des tribus indiennes. Le conflit, porté en justice, oppose le gouvernement brésilien et le groupe Norte Energia, favorables au projet, à des militants écologistes et aux populations indiennes. Il illustre la difficile conciliation entre des impératifs de développement et d accès à un bien essentiel, des exigences écologiques et le respect du droit de tribus indiennes. Ce qui apparaît aux uns comme un indéniable progrès apparaît aux autres comme une indéniable régression. Privilégier l électrification dans des conditions qui auront un impact sur des cultures rares et précieuses? ou privilégier les habitants de la forêt qui perçoivent cette irruption de la modernité comme un viol de leur identité? 4

5 Ce que révèlent ces procès, c est la recherche et l émergence d une nouvelle hiérarchie de valeurs dans l élaboration de la règle de droit. C est l établissement de nouvelles frontières entre l impératif économique, l exigence écologique et le respect des droits de l homme. Ce sont de nouvelles normes qui s imposent aux entreprises. Des normes qui consacrent leur responsabilité sur les externalités sociales et environnementales directes ou indirectes qu elles engendrent. Les «émissions vertes» Je voudrais encore vous faire partager ce que je considère comme un signe significatif de l'intégration du développement durable. Il s'agit de l'émission par des collectivités ou entreprises d'émissions obligataires "vertes", je préfère le qualificatif de "soutenables". De quoi s agit-il? Un émetteur, une entreprise, une collectivité territoriale, qui souhaite procéder à une levée de fonds pour financer des projets «verts», a recours à des critères de sélection des projets qui en garantissent le caractère «soutenable», au regard de la nature du projet (ex : énergies renouvelables, «immobiliers verts») et de la maîtrise d impacts sociaux et sociétaux que le projet peut générer dans sa réalisation. Ces émetteurs visent à attirer des acteurs de l ISR, à prouver leurs contributions aux enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux. Ces illustrations ne permettent pas de conclure à la généralisation, de la prise en compte par les entreprises privées à but lucratif, de leur responsabilité sociétale au sens plein du terme tel que le définit la norme ISO Norme élaborée par ISO (Organisation internationale de Normalisation) adoptée en septembre 2010 (93 % des voix des pays participants (162), qui traduit la RSE en ces termes : «responsabilité d une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et l environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui : Contribue au développement durable, Prend en compte les attentes des parties prenantes, Respecte les lois en vigueur en étant en cohérence avec les normes internationales de comportement, 5

6 Et qui est intégré dans l ensemble de l organisation et mis en œuvre dans ses relations». Elles démontrent seulement, et c'est déjà beaucoup, qu'un mouvement se dessine, qui repositionne les parties prenantes de l'entreprise en contributrices de sa réussite durable. Je voudrais à cet égard vous citer Frank Riboud, patron de Danone, qui déclarait au plus fort de la crise financière : «une entreprise doit créer de la valeur pour ses actionnaires.mais doit aussi créer de la valeur et de la richesse pour ses autres parties prenantes». C est, ajoute-t-il «du développement et du bien être de son environnement que dépend sa pérennité. C est de cette manière qu elle acquiert son utilité sociale». Franck Riboud résume en termes simples la responsabilité de l entreprise qui ne se réduit pas à générer de la valeur pour l actionnaire, à maximiser la valeur pour l actionnaire. Quand il propose à ses actionnaires, en Assemblée générale, de doter de 100 millions d euros un fonds de dotation dédié au développement et au renforcement de l écosystème de Danone, c est à dire orienté vers l aide et le soutien au développement de ses producteurs de lait, de ses petits distributeurs dans le monde, au soutien de l emploi local, il traduit dans les faits une forme d exercice de sa responsabilité. Et il la prolonge quand il prend l engagement de proposer, une couverture santé minimum aux salariés qui n en bénéficient pas, faute de système organisé d assurance maladie dans certains pays, il apporte à l évidence à ses salariés un mieux être au travail et dans leur conditions de vie, il en escompte une plus grande fidélisation de leur part. Cette vision bat en brèche celle de Milton Friedman qui a inspiré bien des thèses libérales " le seul rôle de l'entreprise est de faire le maximum de profits pour rémunérer ses actionnaires" Un concept porteur, des retombées positives sur l économie sociale Ce qu'apporte ce concept de RSE, et mieux encore sa mise en pratique, c'est le dépassement de l'opposition entre intérêt de l'actionnaire et intérêt des autres parties prenantes. 6

7 Elle apporte aussi l'espoir d'un décloisonnement entre des mondes qui se vivaient en alternative, voire se regardaient en chien de faïence. À cet égard les restrictions financières auxquelles procèdent les collectivités publiques en direction du monde associatif amènent ce dernier à repositionner son propre modèle économique. L'utilité sociale/sociétale d'une activité n'est pas incompatible avec la diversification de ses sources de financement, avec la recherche de la viabilité économique de la structure. Elle en constitue même souvent des opportunités de survie, de développement, de professionnalisation et de reconnaissance accrue. Ces réductions de moyens conduisent, tant les pouvoirs publics que le secteur de l'économie sociale et solidaire lui-même, à démontrer, à prouver et donc à évaluer l'utilité sociale, le rendement social en quelque sorte d'une activité subventionnée. La mesure de l'impact social est à l'ordre du jour et mobilise de nombreux acteurs et différentes méthodologies de mesure. Son enjeu est crucial pour le financement des entreprises sociales, pour le renforcement de leur légitimité. L'Intervention des fondations d'entreprises, qui promeuvent des causes et des actions d'intérêt général en partenariat avec des associations ou des entreprises sociales, accentuent cette demande. De même des investisseurs privés qui financent, via des fonds spécialisés, les associations porteuses de projets de réinsertion de populations exclues du marché du travail, de soutien à des personnes en situation de dépendance ou encore de réalisation d'habitats écologiques pour familles démunies. Qui financent aussi, via des fonds d'entrepreneuriat social, des entreprises dont l objectif est de donner des biens et services essentiels tels la nutrition, l'eau potable, l'énergie, la santé ou l'éducation. Ils attendent évidemment ces reportings sur l'impact économique et social de ces projets sur les populations concernées. Le poids et la contribution utile et nécessaire de l'économie sociale et solidaire, dans ses différentes formes statutaires, à une économie plus inclusive, à la satisfaction de besoins sociétaux non ou mal satisfaits, à la création d'emplois non délocalisables en font un secteur indispensable à la construction d'une économie soutenable. En retour de quoi il est légitimement attendu de lui qu'il fasse preuve de transparence sur ses sources de financement et ses statuts, sur sa gouvernance et sa gestion, qu'il s'acquitte de ses 7

8 responsabilités en direction de ses parties prenantes : salariés, bénévoles, partenaires, usagers bénéficiaires ou clients. Il n'est alors pas abusif de parler de double responsabilité sociale du secteur. Celle qui rend compte de son utilité sociale en relation avec son objet social et sur laquelle les études, les expérimentations se concentrent en Europe, comme aux Etats-Unis. Et celle qu'il garantit à ses parties prenantes internes ou externes en cohérence avec le statut concerné. Cette dimension est plus que complémentaire, elle est une composante de la mesure de l'utilité sociale, de son impact social. Je dirais que l'un ne va pas sans l'autre, au risque d'incohérence et de controverses qui ne seraient pas sans risque avec la réputation et la crédibilité de la structure. Pensons à Spanghero qui a cruellement rappelé cette évidence. Ceci est si vrai qu'émane du monde associatif et des entreprises sociales elles mêmes, mais aussi de fondations d'entreprises, une demande d'évaluation spécifique de leur responsabilité sociale sous ces deux aspects. En conclusion : Le secteur de l'économie sociale et solidaire, comme ses sources de financement, se diversifie. La forme juridique d'une structure ne suffit pas à garantir son efficience et la qualité de son impact social. Conjuguer viabilité économique, rendement financier et impact social ne relève pas de la mission contradictoire ou impossible. Faire des profits pour une entreprise privée reste une nécessité qui ne l'exonère pas de sa responsabilité sociétale. Le profit et la responsabilité sociale, c est l enjeu de la croissance soutenable. Vous êtes ici des témoins, des acteurs engagés dans l économie sociale et solidaire. Lucides sur les freins et les obstacles qui perdurent sur votre chemin, mais conscients aussi des opportunités qui s offrent à vous et des responsabilités qu elles sollicitent. C est une nouvelle page qui s écrit ; vous avez à cœur qu elle soit belle. Je vous remercie, 8

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice,

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice, 1 «De Samoa à Paris : atelier d échanges avec la jeunesse mauricienne sur les enjeux du développement durable des PEID et du changement climatique» Allocution de Jean Claude de l Estrac, Secrétaire général

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Partenariat / Mécénat Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Parties prenantes : kezako? Pouvoirs Publics Conformité, fiscalité réglementation Actionnaires Rentabilité, maîtrise

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pré-diagnostic du Développement Durable

Pré-diagnostic du Développement Durable Pré-diagnostic du Développement Durable à l usage des PME-PMI et Autres Entreprises Le présent questionnaire a été réalisé par le groupe Développement Durable de l AUEG qui comprenait des membres d entreprises,

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux?

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Hôtel de Ville Salle des conférences 60 Bd Carnot 78110 Le Vésinet 1 Responsabilité Sociétale de l Entreprise Panorama du sujet : Effet de mode? Enjeux

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l. F. Douki

Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l. F. Douki Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l? La RSE associée e au management du risque, levier de performance pour la pérennité de l entreprisel Présentation Eco Avenir Conseil

Plus en détail

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique?

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? 26 novembre 2015 Positionnement des prestataires et limite de l audit Un audit énergétique est par définition une analyse croisée entre

Plus en détail

Charte des Achats Responsables

Charte des Achats Responsables Charte des Achats Responsables Norske Skog Golbey Avant-propos Depuis plus de 10 ans, Ouverture, Honnêteté et Coopération sont les trois valeurs fondamentales qui guident nos comportements et nos décisions

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

OBSERVATIONS VIGEO REPORTING DES ENTREPRISES FRANCAISES COTEES

OBSERVATIONS VIGEO REPORTING DES ENTREPRISES FRANCAISES COTEES OBSERVATIONS VIGEO REPORTING DES ENTREPRISES FRANCAISES COTEES Vigeo Mars 2014 Notre référentiel d analyse couvre l ensemble des sujets à couvrir selon l article 225 2. Ressources humaines - Promotion

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Programme de développement durable 2013-2017

Programme de développement durable 2013-2017 Programme de développement durable 2013-2017 SOMMAIRE 1. Engagement de la direction de Helvetia Environnement en faveur du développement durable 2. Introduction et cadre de la démarche 3. Code de conduite

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers :

La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers : La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers : 1. soulever les questions essentielles concernant les conséquences de nos activités ; 2.

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S.

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. 1 La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est la déclinaison des principes du développement durable à l échelle de l entreprise. Les

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

Charte RSE fournisseurs

Charte RSE fournisseurs Charte RSE fournisseurs La Fnac s'est engagée à respecter et à promouvoir dans ses activités et sa sphère d'influence les principes relatifs aux Droits de l'homme, au Droit du Travail, à l'environnement

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE Mars 2014 SOMMAIRE Faire équipe avec vous 3 SFR Business Team, 1 er opérateur alternatif 4 Notre gouvernance Qualité et Développement

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 Sommaire Qu est-ce que le développement durable en entreprise? Pressions s exerçant sur l entreprise Chiffres-clés

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF 19 juin 2013 Les objectifs de la conférence La conférence de Gatineau visait à stimuler la discussion

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole ÉDITOS En 2013, Nantes a été la première ville en France à obtenir le titre de Capitale verte de l Europe. Cette reconnaissance européenne vient reconnaître et récompenser le travail et les efforts menés

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010 Les entreprises et le Développement durable FEDERE 23 mars 2010 Fiche technique Mode de recueil Échantillon Dates du terrain Enquête par téléphone (sur système CATI) 200 décideurs en entreprises > 500

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Charte francilienne pour un Tourisme Responsable Ici et Là- bas

Charte francilienne pour un Tourisme Responsable Ici et Là- bas Charte francilienne pour un Tourisme Responsable Ici et Là- bas Préambule «Le voyage est pourtant d'abord une rencontre humaine, un cheminement vers soi et une quête de l'autre grâce au détour de l'ailleurs.

Plus en détail

Environnementale, agir ensemble pour une vie meilleure. Innovations, engagements et actions

Environnementale, agir ensemble pour une vie meilleure. Innovations, engagements et actions Qualité de service, qualité d'emploi, qualité de vie dans les services à la personne Responsabilité Sociale et Environnementale, agir ensemble pour une vie meilleure SOCIETALE SOCIALE éemplois -Comp Proximité

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

CODE DE TRANSPARENCE du fonds FGF ACTIONS EURO ISR SOLIDAIRE au 30 Juin 2013

CODE DE TRANSPARENCE du fonds FGF ACTIONS EURO ISR SOLIDAIRE au 30 Juin 2013 CODE DE TRANSPARENCE du fonds FGF ACTIONS EURO ISR SOLIDAIRE au 30 Juin 2013 Date de publication : 31.07.2013 Code de transparence FGF ACTIONS EURO ISR SOLIDAIRE 1 L Investissement Socialement Responsable

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

voir loin, agir maintenant

voir loin, agir maintenant IMPLEMENTING SUSTAINABLE SOLUTIONS voir loin, agir maintenant L entreprise de demain : les repères clés pour anticiper le changement Forum Strasbourg 18 novembre 2014 Transfert et reproduction non autorisés

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Altergaz, fournisseur de gaz naturel

Altergaz, fournisseur de gaz naturel Altergaz, fournisseur de gaz naturel Notre vision : devenir le premier fournisseur alternatif de gaz naturel en France Altergaz souhaite offrir à ses clients professionnels, entreprises, collectivités

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné?

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? La démarche québécoise de développement durable Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? Visez vert des gestes durables AGPI Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Charte développement durable

Charte développement durable Charte développement durable Préambule Professionnels de la gestion des risques, acteurs de la préparation de l avenir et du développement économique, les assureurs sont étroitement intégrés à tous les

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans!

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2009 L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! Contacts presse Dons Solidaires 13 rue de Temara 78100 St Germain en laye Responsable Communication Danièle

Plus en détail

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille.

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. Avec un objectif : mettre la culture à la portée de

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature 2014 Dossier de candidature La RSE est la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu elles exercent sur la société. Définition proposée par la Commission Européenne, 25 octobre 2011 Votre entreprise

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Le Développement Durable. pour une stratégie de Performance Globale des entreprises

Le Développement Durable. pour une stratégie de Performance Globale des entreprises Le Développement Durable pour une stratégie de Performance Globale des entreprises Module conférence Ateliers Découvrir et Agir Pourquoi les entreprises s engagent? Le Développement Durable, source de

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail