Discours des voeux de l Inserm 2013 Pr André Syrota

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Discours des voeux de l Inserm 2013 Pr André Syrota"

Transcription

1 14 janvier 2013 Discours des voeux de l Inserm 2013 Pr André Syrota Mesdames, Messieurs, Cher(e)s Collègues, Cher(e)s Ami(e)s, Nous voici réunis pour cette traditionnelle cérémonie des voeux au Forum des images. Vous avez peut-être pu admirer l exposition Amazing Science. «Amazing science» c est aussi le thème que l on a repris pour l envoi de nos vœux. Certains ont trouvé le design un peu déroutant ou dérangeant mais cela aura au moins le mérite d attirer l attention sur notre Institut et il y a de très bonnes raisons de le faire. J en veux pour preuve quelques-unes des publications de chercheurs de l Inserm qui ont marqué l année scientifique Cette année il y a beaucoup de résultats en génétique. Sans être exhaustif, on pourrait mentionner les travaux sur un nouveau facteur de susceptibilité génétique de la maladie d Alzheimer découvert grâce à l étude d une maladie rare, la maladie de Nasu-Hakola ; c est une étude de séquençage complet du génome effectuée par des chercheurs notamment britanniques, américains et français (Lille, Bordeaux, Toulouse) à partir de très larges échantillons de populations de malades d Alzheimer. Je citerai aussi deux groupes de Necker: celui de Valérie Cormier-Daire sur le syndrome de Myhre, un trouble du développement, provenant de mutations dans le gène SMAD4, et le groupe de Tania Attie-Bitach sur le syndrome de Mohr Majewski un syndrome qui associe des anomalies de la cavité buccale, du visage et des doigts et pour lequel a été découverte une mutation du gène TCTN3 ; Un résultat du groupe d Emmanuel Rozé à l ICM sur l'haploinsuffisance responsable d un syndrome caractérisé par des mouvements involontaires en miroir de mouvements intentionnels du côté opposé, dû à des mutations dans Rad51 un facteur de réparation de l'adn ; De l'équipe Avenir de Nathalie Sans à l institut des neurosciences de Bordeaux rapportant des mutations dans le gène SHANK identifié chez certains patients autistes ou schizophrènes et qui perturbent la polymérisation de l'actine au niveau neuronal. 1

2 Je pourrai mentionner plus de 10 autres articles en génétique humaine. Des travaux remarquables ont aussi été publiés en biologie moléculaire : par exemple les travaux de Hervé le Hir à l ENS sur le facteur de traduction eif4a, ceux d Edgar Gomes à l institut de myologie à la Salpêtrière en collaboration avec un groupe du Sloan Kettering sur deux protéines impliquées dans le positionnement des noyaux, MAP7 et kif5b. On peut aussi citer les travaux de deux laboratoires de l Institut Curie, celui de Sebastian Amigorena d'une part et celui d Edith Heard d'autre part, sur l'épigénétique parus dans Nature. Le groupe de P. Mehlen au centre Léon Bérard à Lyon a démontré le rôle du gène DCC en tant que suppresseur de tumeur par voie apoptotique. Mais il faudrait aussi citer des travaux en recherche aval, tels que ceux montrant les effets secondaires de la radiothérapie abdominale chez les enfants et les jeunes adultes avec un risque d apparition de diabète, publiés par le groupe de Florent de Vathaire à l IGR. Je suis d une façon plus générale très heureux de constater l excellence de tous ces travaux que je ne manque pas de mentionner dans mon discours de vœux depuis cinq ans. Cette excellence se retrouve aussi dans les analyses quantitatives que l on a effectuées récemment. Le département de l évaluation scientifique a en effet réalisé une analyse bibliométrique de l évolution des publications de l Inserm en comparant les cinq dernières années aux cinq années précédentes. Depuis cinq ans, l Inserm publie presque publications par an, ce qui correspond à une augmentation globale de 39 % par rapport à la période précédente. Si l on se concentre sur les 20 revues à plus fort facteur d impact on constate que la progression est de 42 % dans le domaine des Life Sciences et de 52% en Medical Sciences. Ce qui confirme le rôle de l Inserm dans l excellence de la recherche, aussi bien la recherche la plus fondamentale que la recherche clinique et appliquée. Ces travaux remarquables témoignent d une vraie dynamique de notre recherche nationale et du rôle leader de l Inserm dans le domaine biomédical au niveau européen. En sciences de la vie et de la santé, notre recherche se situe à la 4 e ou la 5 e position mondiale, selon les indicateurs retenus. Cette place ne peut se gagner ou se maintenir qu en y mettant les moyens. L année 2012 a confirmé l ambition de notre politique de recherche. Mais dans un contexte de compétition mondiale toujours accrue, le maintien de notre rang impose la nécessité d un haut niveau de recrutements, avec des postes attractifs. Les ressources humaines sont le nerf de la guerre, particulièrement dans le domaine de la recherche à forte valeur cognitive ajoutée. 2

3 Dans la période difficile que traversent notre économie et notre société, notre ministre, Mme Geneviève Fioraso, est parvenue à préserver dans le budget 2013 une place prépondérante à l enseignement supérieur et à la recherche, qui sont les ressorts à long terme de la créativité et de la compétitivité. La subvention octroyée à l Inserm a été ainsi augmentée de 3,8 %. Il nous revient de faire le meilleur usage de cette confiance témoignée dans la qualité des travaux de notre Institut, portés par des hommes et des femmes au service de la santé humaine, dans ses dimensions sociales, économiques, cliniques et, bien sûr, fondamentales. En pratique, l emploi scientifique, technique et administratif sera maintenu en 2013 avec le recrutement de 81 chercheurs, 113 ITA et 26 ITA sur concours réservé. Cette augmentation de la subvention d état permet également de revaloriser le taux de prime de participation à la recherche scientifique pour les ITA. Elle permet aussi d accroitre de façon significative la dotation de base des laboratoires. Nous pourrons enfin mettre en œuvre pour la première fois, à la suite du concours d admission des chargés de recherche de 2012, un accompagnement financier de euros pour leur faciliter leur installation dans un laboratoire de l Inserm. Je ne veux pas rappeler ici les résultats remarquables obtenus par l Inserm dans le cadre des Investissements d'avenir. Je rappellerai juste les 6 instituts hospitalouniversitaires, l institut de recherche technologique Bioaster sur les maladies infectieuses où nous sommes très présents, la douzaine de cohortes, les infrastructures nationales telles que FCrin, Biobanques, le laboratoire P4 Inserm Jean Mérieux de Lyon installations qui constituent la composante française du programme européen Esfri et je rappellerai que Ecrin et Erinha sont coordonnés par l Inserm. Il inutile je crois de rappeler que l Inserm est associé à 45 Labex et 16 Equipex Ces dispositifs ont bien sûr pour vocation de consolider l'excellence de notre recherche, mais aussi de promouvoir des formes plus efficaces de gouvernance et de stratégie. En ce sens, l'inserm a organisé en 2012 avec ses partenaires des réunions de coordination des moyens sur 7 sites pilotes, réunions auxquelles se sont ajoutées plusieurs visites conjointes spécifiques avec le CNRS. Ajoutons également que l'année 2012 a vu l'intégration pleine et entière de l'anrs comme agence autonome au sein de l'inserm. Cette évolution correspond aux besoins de l'agence, qui était née en 1992 face à l'urgence liée à l'épidémie de sida, et qui refonde aujourd'hui sa stratégie. Mais les acquis essentiels des années passées seront préservés : les équipes françaises soutenues par l'anrs sont au 2e rang mondial pour les publications sur le VIH et au 3e rang pour les hépatites, ce qui montre la vitalité de ce domaine de recherche. Je n oublie pas que l on doit la 3

4 réussite de cette intégration à toutes les équipes du Siège et des délégations régionales qui ont été très fortement mobilisées. L'année 2012 a célébré par ailleurs les 20 ans des centres d investigation clinique (CIC). Ceux-ci ont largement démontré leur valeur ajoutée dans la structuration de la recherche clinique en France. Les CIC embrassent tout le continuum de la recherche clinique et translationnelle, depuis ses interfaces d amont avec la recherche fondamentale, jusqu à ses applications d aval en santé publique. Au cours des 4 dernières années, les 41 CIC ont porté plus de projets dont la qualité a reçu une excellente évaluation et, également, un très bon accueil des chercheurs et cliniciens dont le travail se trouve grandement simplifié. Les CIC sont aujourd hui renforcés par la montée en puissance de la plateforme F-CRIN que j ai mentionnée il y a un instant. FCrin est l interlocuteur français du réseau européen ECRIN dédié à la mise en place de protocoles multinationaux qui requièrent un très haut niveau d excellence. Car l Europe est appelée à occuper une place de plus en plus importante dans le financement de la recherche clinique et fondamentale : notre Institut doit relever ce défi. Dans ce domaine de la politique européenne, l'inserm a connu en 2012 des étapes importantes pour le renforcement du rôle leader de notre pays en sciences de la vie et de la santé. Sur le plan institutionnel, je rappellerai notamment : la signature de la déclaration conjointe Science Europe sur l'espace européen de la recherche, avec la mise en place de dix comités scientifiques ; la feuille de route du partenariat franco-allemand, qui fêtera bientôt le cinquantième anniversaire du traité de l Elysée, à travers laquelle se réalisent des travaux conjoints sur les domaines de la pneumologie, des cohortes, du diabète et de la santé publique ; la prise de position de l'inserm et d Aviesan, l alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé, sur le programme-cadre Horizon 2020 ; la poursuite des Rencontres Aviesan à Bruxelles avec les parlementaires européens et la Direction générale de la recherche. Sur le plan de la recherche, l'année écoulée fut également fructueuse dans le domaine européen avec entre autres : la création de deux groupes de recherche conjoints Inserm/Helmholtz en oncologie (Lyon) et immunologie (Marseille) ; 16 projets financés par le Conseil Européen de la Recherche dans le cadre de l'appel ERC Starting Grants 2012, faisant de notre Institut le premier hôte de ces projets en sciences de la vie ; les 4 «advanced grants» allant à des MD/PhD de l Inserm ; l'accord de coopération scientifique avec l'une des plus prestigieuses universités scientifiques du Royaume-Uni, UCL, (University College of London). Grâce à la qualité des dossiers présentés et de leur suivi, notre Institut et ses laboratoires occupent ainsi une place de premier plan dans la construction de 4

5 l'espace européen de la recherche en sciences de la vie et de la santé. Cette place, nous devons aussi la traduire en termes financiers. La Ministre de la recherche nous incite d ailleurs à nous tourner d avantage vers les appels d offres européens susceptibles de nous procurer une augmentation significative de nos ressources et, plus largement, à développer la dimension européenne de nos recherches dans la perspective du renforcement de la position française dans l Europe de la recherche. Dans le domaine international, l'inserm a enregistré de notables avancées dans ses partenariats asiatiques. Cinq nouveaux accords de coopération ont ainsi vu le jour avec le NSC (Taiwan), la JSPS et le RIKEN (Japon), le KRICT et la Korea University (Corée du Sud). La venue du ministre de la Santé de Chine, le professeur Zhu CHEN, accompagné du nouveau président de l'académie des sciences médicales, a été l'occasion de jeter les bases de collaboration future de la recherche biomédicale entre nos deux pays. De même, l'organisation par l'inserm et l'itmo Technologies pour la santé d'un séminaire sur la robotique chirurgicale au Japon a permis d'identifier les complémentarités propres au développement de coopérations scientifiques dans ce domaine. S'ajoutent à ces perspectives asiatiques d'autres développements internationaux engagés l'année passée : la création d'un LIA - un Laboratoire international associé - en Côte d'ivoire (le premier en Afrique subsaharienne) sur le domaine de l'épidémiologie VIH/maladies infectieuses, le renouvellement de 4 LIA en Inde, aux Etats-Unis, au Canada et au Maroc, la signature d'un memorandum de partenariat avec le ministre argentin de la science et de la technologie. Ce déploiement régional, européen et international de nos forces de recherche doit aujourd hui s articuler à un double souci permanent de valorisation industrielle et de diffusion de l information. Inserm Transfert a atteint en 2012 l équilibre et gère désormais plus de brevets dans son portefeuille (1 083 précisément). La filiale de l Inserm joue un rôle clé dans le transfert accéléré des connaissances vers la santé humaine, notamment au niveau de la preuve de concept qui est souvent l étape délicate de ce chemin vers la valorisation. Notre Institut marque des points dans les axes stratégiques des biomarqueurs, des thérapies cellulaires, des anticorps et vaccins, des protéines thérapeutiques là où se conçoivent aujourd hui les médicaments et les traitements de demain. La communication et l information scientifiques jouent elles aussi un rôle de premier plan : il leur revient de faire partager à tous les publics l importance de ces recherches pour la santé publique, donc de créer un climat d intérêt et de confiance 5

6 envers la science. Cette année 2012 a été particulièrement remarquable pour la progression de notre Institut sur tous les supports numériques formant aujourd hui la première base de consultation du grand public. Je soulignerai notamment : la création d une salle de presse en ligne bilingue, la progression 2012/2011 de 49 % des citations Inserm sur Twitter, la barre des visiteurs mensuels sur notre site Inserm.fr, la création d un musée virtuel, une nouvelle technologie qui permet de s immerger dans nos expositions. S ajoute bien sûr à cela le travail sur le terrain, notamment en région, permettant des échanges permanents entre les laboratoires et les différents publics, notamment les plus jeunes qu il s agit d éveiller à la vocation scientifique. Notre avenir dépend de ces graines de curiosité et d émerveillement que nous aurons su planter et faire germer dans les esprits. La qualité du cadre comme du contenu de notre recherche se mesure ainsi à de nombreux indicateurs. Deux aspects nous ont interpellés en 2012 et verront leur importance renforcée cette année : l intégrité et la parité. La question de l'intégrité scientifique est devenue ces dernières années une nécessité exprimée à l'échelle internationale. Notre Institut avait joué un rôle précurseur en ce domaine, créant dès 1999 une délégation à l'intégrité scientifique. Nous avons adopté en octobre 2010 une charte de l expertise que nous devons certainement mieux faire connaitre. Nous nous sommes aussi engagés ces derniers mois dans la généralisation de la déclaration de liens d intérêts des chercheurs, selon la procédure qui avait été approuvée par notre Conseil d administration en L'Inserm entend ainsi jouer un rôle moteur dans la défense et l'illustration des grands principes que l'on attend de la recherche publique : fiabilité, impartialité, neutralité, confidentialité et absence de conflits d intérêts. Ces qualités sont notamment indispensables au regard des fortes attentes sociétales face au rôle d expertise collective que joue notre Institut. La nomination récente de Jean-Claude Ameisen, qui a dirigé le comité Ermès, le comité d éthique de l Inserm, pendant 9 ans, à la tête du Comité consultatif national d éthique, est un signal fort pour cette recherche exemplaire. Dans cette exemplarité nécessaire, un autre sujet qui nous tient à cœur est celui de la parité. De nombreux efforts restent à engager : notre Conseil scientifique a montré dans son récent état des lieux que si la mixité est une réalité dans les laboratoires, le "plafond de verre" subsiste dans les progressions de carrière féminines et notamment l'accès aux postes de responsabilité. La proportion de femmes directrices d une unité de recherche à l'inserm reste égale ou inférieure à 20 % ces 5 dernières années, sans évolution manifeste. Même si un effort a cependant été porté sur la composition du Conseil et des commissions scientifiques. L application de la loi Sauvadet relative à l accès à l emploi titulaire et à l amélioration des conditions d emploi des agents contractuels dans la fonction publique a constitué 6

7 l un des grands sujets de Nous avons eu de nombreuses réunions avec les organisations syndicales et ce dialogue va évidemment se poursuivre en 2013 avec l annonce attendue des modalités d application que le Gouvernement doit encore définir. Un autre sujet de dialogue avec les organisations syndicales va être la charte définissant l accueil et le suivi professionnel des personnels sous contrat à durée déterminée. Tous les contractuels temporaires n ont pas vocation à être recrutés dans les EPST ; par contre il est du devoir des laboratoires qui les accueillent de les accompagner tout au long de leur contrat et de veiller à ce que cette période soit pleinement valorisante sur le plan professionnel. Trop souvent les personnels temporaires ont été recrutés dans le cadre d un contrat sur projet pour répondre au seul besoin du laboratoire sans véritable préoccupation des responsables de leur devenir professionnel. Le rapide panorama de l année 2012 que je viens d esquisser est ainsi riche d avancées et d engagements pour l avenir. Quelles seront donc nos orientations prioritaires pour cette année 2013? Je viens déjà d en formuler quelques éléments. Il va de soi, mais il est néanmoins toujours utile de le rappeler, que l objectif essentiel de notre Institut est de produire des connaissances au meilleur niveau et de les traduire en termes médicaux, sociétaux et économiques chaque fois que cela est possible. L excellence de la recherche menée à l Inserm qui s est traduite ces cinq dernières années par une croissance remarquable tant au niveau de la recherche fondamentale que de la recherche clinique doit demeurer évidemment le critère essentiel. Néanmoins, d autres conditions doivent être remplies pour que l environnement dans lequel baigne notre recherche soit propice à cette excellence, et chacun sait que dans ce domaine, il y a encore des marges d amélioration. Les récentes Assises de l enseignement supérieur et de la recherche ont totalement conforté l analyse que l Inserm porte depuis quelque temps déjà sur le paysage de la recherche française. Je tiens tout particulièrement à remercier tous ceux qui se sont impliqués dans les réunions des assises territoriales et nationales. Je tiens surtout à souligner la qualité des contributions adressées sur le blog de l Inserm et à rendre hommage à la richesse de la synthèse effectuée par son rapporteur. On a parlé de «millefeuille», de «meccano», de «mikado» et autres métaphores pour désigner ce paysage fragmenté et compliqué. Cette complexité excessive est une entrave pour l efficacité de notre recherche : plus que jamais, nous devons poursuivre notre mission qui consiste à simplifier la vie quotidienne des chercheurs! Ces derniers entendent se consacrer entièrement à leur quête de connaissances, et disposer pour cela des moyens à hauteur des résultats que nous attendons. 7

8 Plusieurs pistes doivent être explorées en ce sens. Notre Conseil scientifique et nos commissions scientifiques spécialisées, renouvelés en 2012, ont maintenant des périmètres identiques à ceux des sections du Comité National du Cnrs. Je souhaite que le Conseil Scientifique de l Inserm travaille désormais étroitement avec le conseil scientifique de l InSB du CNRS. De la même manière, nous allons encore travailler sur la meilleure articulation possible avec les universités qui sont nos partenaires naturels : celles-ci sont par définition autonomes, mais le travail avec la Conférence des présidents d université qui vient d être renouvelée va nous permettre de définir des stratégies conjointes pour les politiques de territoires, en accord avec le souhait du ministère de formaliser des contrats de site. L objectif est la simplification du paysage institutionnel et la rationalisation des moyens engagés pour la recherche comme pour l enseignement. La même logique doit aussi prévaloir pour nos relations avec les CHU, c est ce que nous allons continuer d entreprendre sous les auspices de notre deuxième tutelle, le Ministère de la Santé et des Affaires sociales. Les assises de l enseignement supérieur et de la recherche ont également conforté Aviesan dans son rôle stratégique de programmation scientifique aux côtés des organisations membres. Aviesan, qui, je le rappelle, n est pas une structure juridique, a fêté ses 3 ans en 2012 en présence de nos deux ministres de tutelle. Aviesan sert déjà de base à de la programmation de l Agence nationale de la recherche et des simplifications ont aussi été proposées en ce qui concerne les processus d évaluation menés par l Aeres. Les politiques d implantation et de développement des sites sont désormais définies de façon concertée entre partenaires de l Alliance. Les instituts multi-organismes (ITMO) ont organisé plus de 100 colloques donnant aux acteurs une vision plus claire des enjeux propres aux grands champs de recherche. La création en 2011 de CoVAlliance, comité permanent de coordination de la valorisation de la recherche placé sous l'égide d Aviesan, a permis en 2012 l élaboration du projet de consortium de valorisation thématique d'aviesan, financé par les Investissements d avenir et qui sera géré par l Inserm. Les premiers domaines de valorisation stratégiques ont d ores et déjà été identifiés, ceci devra permettre de favoriser l émergence de projets de recherche innovants à visées applicatives. Enfin, la création d Aviesan a eu pour effet vertueux de voir naître des alliances complémentaires (AllEnvi, Ancre, Athena, Allistene) dans un souci d intelligence collective et de confiance mutuelle. A titre d exemple nous avons reçu à la suite de la conférence gouvernementale sur l environnement, Aviesan, Allenvie et Athena, une lettre de mission nous demandant de définir un programme de recherche en toxicologie environnementale. C est un exemple supplémentaire du rôle des alliances dans un domaine qui transcende les missions individuelles des institutions. Ces actions d Aviesan sont évidemment alimentées en permanence par les réflexions des commissions et du Conseil scientifique de l Inserm. Et nos chercheurs 8

9 sont très impliqués dans l action des ITMO, qui animent de manière transversale et multidisciplinaire les communautés scientifiques. L Alliance restera une structure informelle, un moyen pour les acteurs de la recherche en sciences de la vie et de la santé d être plus efficaces, plus réactifs, plus coordonnés. Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, Chers Ami(e)s, C est sur vous, personnels du Siège, que repose une bonne part de cette mobilisation permanente au service de notre recherche en sciences de la vie et de la santé. Qu il s agisse de l évaluation et du suivi des programmes, de la politique de recherche clinique, de la politique régionale, européenne et internationale, des ressources humaines, des supports juridiques, financiers ou des systèmes d information, du contact avec les associations et autres parties prenantes de la communication et de l information scientifique, rien ne serait possible sans votre dévouement, sans votre engagement. Soyez en remerciés du fond du cœur. Notre Institut fêtera bientôt ses 50 ans. Cette aventure collective est d abord une aventure humaine, celles des hommes et des femmes qui se sont donné cette mission. C est aussi une aventure exceptionnelle par sa qualité et sa durée. Je voudrai maintenant vous laisser le temps de profiter de cette exposition dans ce forum des Halles ; nous avons eu la chance de nous réunir chaque fois dans des endroits différents et souvent originaux, souvenons-nous de la Grande Bibliothèque, du musée des arts forains, de la galerie des Gobelins, de l institut du monde arabe, de la cité de la musique et je ne doute pas que la direction de la communication nous réserve une bonne surprise pour nous réunir tous ensemble l année prochaine. Alors en attendant, pour vous tous, pour vos familles et vos proches, et bien sûr pour l Inserm, je vous souhaite une année 2013 pleine de bonheur et de réussite! 9

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Biopôle de Gerland. Présentation des projets

Biopôle de Gerland. Présentation des projets Biopôle de Gerland Présentation des projets Une économie lyonnaise tirée par des filières prioritaires et le développement de grands sites économiques Une stratégie de développement économique offensive

Plus en détail

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire 2007-2012 L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire Cinq ans : petit coup d œil dans le rétro Cher lecteur, chère lectrice, 2012 est une année particulière

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013 PREMIER MINISTRE Pôle Stratégie, Médias et Communication Hôtel de Matignon, le 17 juin 2013 Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015. Date de clôture de l appel à propositions 09 juillet 2015 à 13h00 (heure de Paris)

Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015. Date de clôture de l appel à propositions 09 juillet 2015 à 13h00 (heure de Paris) Date d ouverture de l appel à projets : 07/05/2015 PLAN D ACTION 2015 CONSTRUCTION DE L ESPACE EUROPEEN DE LA RECHERCHE ET ATTRACTIVITE INTERNATIONALE MONTAGE DE RESEAUX SCIENTIFIQUES () Date de clôture

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE SIGNATURE DES CONVENTIONS A PROPOS DE L AMO ET DU RAMED Rabat, 10 septembre 2014. Monsieur le

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans.

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans. L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs Interactions (INSMI) : Premiers éléments d un bilan à deux ans. 1. Mise en place de l INSMI Au CNRS, l année 2009 a été une année de transition

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num

Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num DOSSIER DE PRESSE - 14 JANVIER 2014 SOMMAIRE CONTEXTE...........

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution 1 Matinée de l EMRC - Jeudi 4 décembre 2014 CRO / CHU Société prestataire de services

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2 Octobre 2008 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien.

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien. Mesdames et Messieurs, Le P total) afin de relever le défi de la compétitivité et de faire émerger un nouveau modèle de croissance, en finançant des projets innovants et exemplaires, rigoureusement sélectionnés.

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2012

IntegraGen Résultats annuels 2012 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE IntegraGen Résultats annuels 2012 Croissance du chiffre d affaires marquée par une hausse de 15% des commandes Premières ventes du test

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Africa-Info : Cameroun: Première opération du cœur par radiofréquence au Cameroun Jeudi, 16 Février 2012 00:22

Africa-Info : Cameroun: Première opération du cœur par radiofréquence au Cameroun Jeudi, 16 Février 2012 00:22 Ai-Cameroun C est une équipe multidisciplinaire conduite par le Professeur Jean Michel Haissaguerre assisté du Professeur Agboton et de plusieurs cardiologues et médecins généralistes qui a procédé pour

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

-Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013. Page 1

-Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013. Page 1 -Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013 Page 1 Page 2 -Contribution d'aviesan à la stratégie nationale de recherche - Mai 2013 SOMMAIRE Contribution d Aviesan à la Stratégie

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr Programme Avenir Lyon Saint-Etienne palse.universite-lyon.fr Qu est-ce que le PALSE? Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) est un programme porté par l Université de Lyon dans le cadre du programme

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

l académie d Aix-Marseille Aix-Marseille Université l université d Avignon et des pays de Vaucluse

l académie d Aix-Marseille Aix-Marseille Université l université d Avignon et des pays de Vaucluse Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille Aix-Marseille Université l université d Avignon et des pays de Vaucluse et l'association Accompagner la réalisation des projets d'études de jeunes

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement LCME sous tutelle des établissements et organismes : Université Savoie Mont Blanc Campagne d évaluation

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F)

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Paris Sciences et Lettres FICHE DE POSTE Intitulé du poste Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Positionnement dans la structure Le gestionnaire des données du Portail des savoirs est

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail