EVALUATION DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DE LA CATARACTE DE L ADULTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DE LA CATARACTE DE L ADULTE"

Transcription

1 EVALUATION DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DE LA CATARACTE DE L ADULTE Février 2000 Service évaluation des technologies

2 Dans la même collection : Radiologie conventionnelle numérique et développement des réseaux d image - Janvier 1997 La chirurgie ambulatoire - Mai 1997 Les défibrillateurs cardiaques implantables - Juillet 1997 Opportunité d un dépistage systématique du cancer de la prostate par le dosage de l antigène spécifique de la prostate Mai 1998 Évaluation clinique et économique de la chirurgie dans le traitement du syndrome des apnées obstructives du sommeil Juin 1999 Evaluation clinique et économique des prothèses endoaortiques - Juin 1999 Évaluation clinique et économique du dépistage néonatal de la surdité permanente par les otoémissions acoustiques - Juin 1999 Évaluation clinique et économique de l intérêt du dépistage de l hémochromatose génétique en France Juin 1999 Évaluation clinique et état du marché des appareils d IRM à bas champ pagnétique (< 0,5 tesla) Novembre 1999 Pour recevoir la liste des publications de l ANAES, il vous suffit d envoyer vos coordonnées à l adresse ci-dessous ou consulter notre site : Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit du présent ouvrage, faite sans l'autorisation de l'anaes est illicite et constitue une contrefaçon. Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées. Ce document a été réalisé en juin Il peut être acheté (frais de port compris) auprès de : Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES) Service Communication et Diffusion 159, rue Nationale PARIS Cedex 13 - Tél. : Fax : Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES) I.S.B.N. : Prix net : 100,00 F 15,25

3 AVANT-PROPOS La médecine connaît un développement accéléré de nouvelles technologies, à visée préventive, diagnostique et thérapeutique, qui conduisent les décideurs de santé et les praticiens à faire des choix et à établir des stratégies, en fonction de critères de sécurité, d'efficacité et d'utilité. L'Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé (ANAES) est un établissement public administratif créé par le décret n du 7 avril 1997 dans le cadre de la réforme du système de soins français (ordonnances du 24 avril 1996). Cette nouvelle agence poursuit et renforce les missions de l Agence nationale pour le développement de l évaluation médicale (ANDEM) et s enrichit de nouvelles activités telle la mise en place de la procédure d accréditation dans les établissements de santé ou l évaluation d actions de santé publique. Parmi les missions qui lui incombent, l ANAES évalue ces différentes stratégies, réalise une synthèse des informations disponibles et diffuse ses conclusions à l'ensemble des partenaires de santé. Son rôle consiste à apporter une aide à la décision, qu'elle soit individuelle ou collective, pour : éclairer les pouvoirs publics sur l'état des connaissances scientifiques, leur implication médicale, organisationnelle ou économique et leur incidence en matière de santé publique ; aider les établissements de soins à répondre au mieux aux besoins des patients dans le but d'améliorer la qualité des soins ; aider les professionnels de santé à élaborer et à mettre en pratique les meilleures stratégies diagnostiques et thérapeutiques selon les critères requis. Ce document répond à cette mission. Les informations qui y sont contenues ont été élaborées dans un souci de rigueur, en toute indépendance, et sont issues tant de la revue de la littérature internationale que de la consultation d'experts. Professeur Yves MATILLON Directeur général -3-

4 GROUPE DE TRAVAIL D r Gilles CHAINE, ophtalmologiste, BOBIGNY ; D r Philippe CROZAFON, ophtalmologiste, NICE ; P r Jacques FLAMENT, ophtalmologiste, STRASBOURG ; D r Alain JEAN, gérontologue, PARIS ; D r Gérard KARSENTI, ophtalmologiste, PERPIGNAN ; P r Peter LEUENBERGER, ophtalmologiste, GENEVE ; D r Etienne RIBAUTE, ophtalmologiste, QUIMPER ; P r Isabelle RISS, ophtalmologiste, BORDEAUX ; D r Annie SALVANET, ophtalmologiste, MAISONS-ALFORT ; D r Philippe SOURDILLE, ophtalmologiste, NANTES ; D r Martine ULLERN, ophtalmologiste, PARIS L analyse de la littérature clinique et sa rédaction ont été réalisées par le D r Jean Doubovetzky sous la direction du D r Agnès Lepoutre, chef de projet. Ce travail a été supervisé par le D r Bertrand Xerri, responsable du service de l évaluation technologique. La recherche documentaire a été effectuée par M me Hélène Cordier, responsable du service de documentation, avec l aide de M me Laurence Frigère. Le secrétariat a été assuré par M lle Laurence Touati. -4-

5 SOMMAIRE SOMMAIRE... 5 STRATÉGIE DE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE... 8 ARGUMENTAIRE I. INTRODUCTION I.1. I.2. I.3. I.4. I.5. Définitions...11 Objectifs et méthode de la présente étude...11 Données épidémiologiques...12 Histoire naturelle...13 Facteurs de risque de la cataracte de l adulte non secondaire et perspectives de prévention...13 I.5.1. Radiations ultraviolettes B...13 I.5.2. Diabète...13 I.5.3. Tabac...13 I.5.4. Alcool...13 I.5.5. Médicaments...14 I.5.6. Autres facteurs de risque...14 I.5.7. Prévention de la cataracte...14 I.6. Conséquences de la cataracte, attentes des patients et objectifs de traitement...14 I.7. Indications opératoires...15 I.7.1. Propositions de l AHCPR...15 I.7.2. Propositions de l ANDEM...16 I.7.3. Nouveaux outils d évaluation de la gêne due à la cataracte...16 I.7.4. Autres indications possibles...16 I.8. I.9. Indications des examens ophtalmologiques préopératoires...16 État des pratiques actuelles...17 II. ÉVALUATION DE L EFFICACITÉ DES INTERVENTIONS SUR LA CATARACTE II.1. Évaluation de l'efficacité des interventions sur le premier œil...18 II.1.1. Évaluation sur l'acuité visuelle...18 II.1.2. Évaluation sur des critères de capacités fonctionnelles et de qualité de vie...19 II.1.3. Facteurs prédictifs de l'échec d'une intervention...20 II.2. Évaluation de l'efficacité des interventions sur le second œil...21 II.3. Évaluation des interventions pour cataracte chez les patients atteints d'une autre pathologie ophtalmologique...22 II.3.1. Contre-indications chirurgicales dues à une pathologie oculaire

6 II.3.2. Pathologies oculaires susceptibles de modifier la conduite de l'opération ou des soins...23 II.3.3. Pathologies oculaires susceptibles de modifier les résultats de l intervention...23 II.4. Évaluation des interventions pour cataracte chez les patients atteints d'une pathologie non ophtalmologique...24 III. ÉVALUATION DES EFFETS INDÉSIRABLES DE LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE III.1. Fréquence respective des complications...25 III.2. Quelques aspects cliniques des complications possibles...28 III.2.1.Opacification de la capsule postérieure...28 III.2.2.Endophtalmies...29 III.2.3.Autres complications...32 III.3. Complications et courbe d apprentissage des chirurgiens...33 III.4. Conclusion...34 IV. ÉVALUATION COMPARATIVE DES DIFFÉRENTES TECHNIQUES CHIRURGICALES D'EXTRACTION EXTRACAPSULAIRE DU CRISTALLIN IV.1. Extraction intracapsulaire ou extracapsulaire...34 IV.2. Phacoémulsification versus extraction extracapsulaire manuelle classique...35 IV.2.1.Acuité visuelle...35 IV.2.2.Délai de récupération...35 IV.2.3.Astigmatisme...36 IV.2.4.Complications...38 IV.2.5.Qualité de vie, impact fonctionnel, satisfaction des patients...39 IV.2.6.Conclusion...39 IV.3. Phacofragmentation ou technique du mini-noyau versus phacoémulsification...39 IV.4. Capsulorhexis et capsulotomie...40 IV.5. Évaluation comparative des différents types d'implants...40 IV.5.1.Les différents types d'implants...40 IV.5.2.Données disponibles...42 IV.6. Évaluation des différents types de matériel à utiliser en cours d'intervention (phacoémulsificateurs ; phacolasers)...43 V. CHIRURGIE AMBULATOIRE OU HOSPITALISATION VI. SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES VI.1. Épidémiologie...44 VI.2. Évaluation de l efficacité de la chirurgie de la cataracte...44 VI.3. Complications...45 VI.4 Avantages et inconvénients des différents types d implants...46 VI.5. Évaluation des matériels (phacoémulsificateurs, phacolasers, instruments chirurgicaux) utilisés en cours d'intervention

7 VII. PERSPECTIVES ANNEXE. GLOSSAIRE RÉFÉRENCES

8 STRATEGIE DE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE La stratégie de recherche documentaire a porté sur : L identification des recommandations de pratique clinique, conférences de consensus, analyses de décision médicale et méta-analyses sur la période Les descripteurs initiaux ont été : Cataract extraction OU Cataract /Surgery OU Extracapsular cataract extraction. L évaluation des résultats de la chirurgie de la cataracte Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Treatment outcome OU Evaluation studies OU Outcome* (dans le titre) OU Effectiv* (dans le titre) OU Reoperation OU Outcomes research OU Outcome assessment (health care) OU Outcome and process assessment (health care). 251 références ont été obtenues sur MEDLINE, 9 sur HealthSTAR et 140 sur EMBASE. Les tests visuels Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Evoked visual response OU Visual acuity OU Disability evaluation OU Vision tests OU Visual perception OU Visual (dans le titre). 40 références ont été obtenues sur MEDLINE, 1 sur HealthSTAR et 25 sur EMBASE. Les études randomisées, contrôlées ou comparatives Les descripeurs initiaux ont été croisés à : Randomized controlled trial* (en descripteur ou en type de document) OU Double-blind method OU Double blind procedure OU Random allocation OU Comparative study OU Randomization OU Comparison OU Random* (en texte libre) OU Compar* (dans le titre) OU Versus (dans le titre). 194 références ont été obtenues sur MEDLINE, 4 sur HealthSTAR et 146 sur EMBASE. La littérature française a été spécifiquement recherchée sur la banque de données PASCAL. 202 références ont été obtenues à partir de Cataracte et tabagisme -8-

9 Le descripteur : Cataract a été croisé à : Smoking (en descripteur ou dans le titre). 20 références ont été obtenues sur MEDLINE, 17 sur EMBASE et 2 sur PASCAL. Les risques d endophtalmie postopératoire Les mots clés initiaux ont été croisés à : Endophtalmitis et à : Adverse effect(s) OU Complication(s) OU Postoperative infection(s) OU Postoperative complication(s). 67 références ont été obtenues sur MEDLINE, 2 sur HealthSTAR et 31 sur EMBASE. La prévention des risques en chirurgie ophtalmologique Les mots clés utilisés ont été : Eye disease(s) (toutes pathologies confondues) OU Opthalmology associés à : Infection control ET (Operating room(s) OU Surgery OU Extraction) OU à Postoperative infection(s) /Prevention and control OU Postoperative complication(s) /Prevention and control OU (Antibiotic prophylaxis ET (Operating room(s) OU Surgery OU Extraction)). 44 références ont été obtenues sur MEDLINE et 4 sur EMBASE. La banque de données française NOSOBASE a également été interrogée. Le mot clé : Chirurgie ophtalmologique a été employé. 32 références supplémentaires ont été obtenues. Le Center of Disease Control a été consulté. Chirurgie de la cataracte chez les sujets atteints de démence Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Dementia. 2 références ont été obtenues sur MEDLINE, 1 sur HealthSTAR et 2 sur EMBASE. Chirurgie de la cataracte chez les sujets atteints de dégénérescence maculaire Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Macular degeneration OU Retina macula age degeneration. 10 références ont été obtenues sur MEDLINE et 4 sur EMBASE. Chirurgie du second œil -9-

10 Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Second* eye* (en texte libre) et à : Depth perception OU Vision, binocular OU Contrast sensitivity OU Treatment outcome OU Visual acuity OU Perception OU Binocular vision. 22 références ont été obtenues sur MEDLINE, 1 sur HealthSTAR et 8 sur EMBASE. Phacoemulsification versus extracapsular extraction Les mots clés suivants ont été utilisés : Phacoemulsification ET ((Cataract /Surgery OU Cataract extraction OU Extracapsular cataract extraction) ET Extracaps* (en texte libre)). 23 références ont été obtenues sur MEDLINE et 81 sur EMBASE. L expérience du chirurgien Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Surgical training OU Clinical competence OU Education, medical OU Education, medical, graduate OU Education, medical, continuing OU Surgeon* experience* (en texte libre) OU Curve training (en texte libre). 23 références ont été obtenues sur MEDLINE, 1 sur HealthSTAR et 8 sur EMBASE. Traitement des opacifications Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Opacifi* (en texte libre) ET (Management OU Treatment)(en texte libre). 4 références ont été obtenues sur MEDLINE, sur HealthSTAR et 1 sur EMBASE. Cataracte et qualité de vie Les descripteurs initiaux ont été croisés à : Quality of life. 20 références ont été obtenues sur MEDLINE, 3 sur HealthSTAR et 8 sur EMBASE. -10-

11 ARGUMENTAIRE I. INTRODUCTION I.1. Définitions La cataracte peut être définie comme une opacification du cristallin (lentille intra-oculaire normalement transparente), qui entraîne une dégradation progressive de la vision (1). Dans la littérature, les auteurs utilisent cependant diverses définitions, en fonction de leurs objectifs : toute opacité du cristallin (observée au biomicroscope, après dilatation pupillaire, par exemple), ou seulement les opacités du cristallin accompagnées d'une gêne visuelle, ou entraînant une gêne visuelle, ou seulement les opacités du cristallin entraînant une diminution des activités du patient, etc. (2,3). Nous utiliserons ici la définition retenue par un précédent groupe de travail de l'andem : la présence d'opacités cristalliniennes responsables d'une diminution de vision significative, entraînant une réduction de l'activité fonctionnelle (3). I.2. Objectifs et méthode de la présente étude Cette étude a été réalisée à la demande de la CNAM et de la Direction générale de la santé. La CNAM souhaitait savoir quelle était l'efficacité du traitement chirurgical de la cataracte compte tenu du fait qu'il s'agit d'une intervention fréquente. La Direction générale de la santé demandait une évaluation des risques, notamment infectieux, liés à la chirurgie de la cataracte. Par ailleurs, une demande de la CANAM a également été faite à l'anaes fin 1999 sur l'intérêt de la chirurgie de la cataracte, les avantages et les inconvénients respectifs des différentes techniques et matériels utilisé. L objectif de ce rapport est de répondre aux questions des demandeurs sur les bénéfices et les risques des techniques actuelles de chirurgie de la cataracte, et de réaliser une synthèse des connaissances actuelles sur ces techniques et leur évaluation pour les cliniciens intéressés par cette chirurgie. Les aspects qui sont abordés dans ce document portent donc sur : - l évaluation de l efficacité des interventions sur la cataracte, du premier et du second œil. L évaluation de l efficacité de l intervention de la cataracte en fonction des différentes pathologies associées (chapitre II) ; - l évaluation des risques liés à la chirurgie de la cataracte (chapitre III) ; - l évaluation des avantages et inconvénients des différentes techniques et matériels utilisés (chapitre IV) ; - l évaluation comparée de la chirurgie ambulatoire et de la chirurgie réalisée en hospitalisation (chapitre V). Une synthèse de ce rapport est présentée dans le chapitre VI. Les questions suivantes n ont pas été considérées : - traitements médicaux ; -11-

12 - cataracte de l'enfant ; - cataractes dites pathologiques (notamment traumatiques, hypocalcémie, secondaires à une maladie de Steinert, etc.) ; - choix et sécurité d'emploi des gels visco-élastiques ; - anesthésie au cours des interventions pour cataracte (en particulier : bilan préopératoire à visée anesthésique, anesthésie locale versus anesthésie générale, type d'anesthésie locale) ; - soins préopératoires ; - soins postopératoires ; - prescriptions médicamenteuses (y compris prescription de collyres) en pré- et en postopératoire ; - traitement des complications à court et à long terme (notamment de l'opacification capsulaire postérieure, et notamment par laser YAG) ; - pose secondaire d'implant ; - réinterventions après chirurgie de la cataracte ; - extraction d un cristallin clair à visée réfractive (dans les myopies fortes). Du point de vue méthodologique, une synthèse de la littérature d'excellente qualité, produite par l'agency for Health Care Policy and Research américaine (AHCPR) en 1993 (2), a été utilisée comme base de ce travail en la mettant à jour. Cette synthèse de la littérature s est fondée sur une recherche bibliographique explicite dans les bases de données MEDLINE, CATLINE, CINAHL, Dissertation Abstracts, Health, Psycholological Abstracts et Science Citation Index (SCISearch) de leur origine (1960 à 1987, suivant les cas) jusqu à août ou septembre 1990 (sauf MEDLINE jusqu en août 1992). Le tri des articles a été effectué en utilisant des grilles d évaluation, après une triple lecture. Plusieurs versions préliminaires de chaque chapitre ont été relues et critiquées par des groupes de travail ad hoc. En l absence de littérature permettant de conclure, un processus formel de recherche de consensus a été utilisé par les groupes de travail. L ensemble a été relu et critiqué par des relecteurs extérieurs au groupe de l AHCPR (2). I.3. Données épidémiologiques La cataracte est la première cause de cécité au monde, particulièrement dans les pays en voie de développement, où moins de 20 % des sujets atteints seraient opérés (2). Selon diverses études épidémiologiques (menées aux Etats-Unis d'amérique ou dans les pays nordiques), la prévalence des opacités du cristallin est de 27 % à 42 % entre les âges de 55 et 64 ans, de 57 % à 74 % entre les âges de 65 et 74 ans, de 91 à 95 % entre les âges de 75 et 84 ans, et de 100 % à 85 ans et plus. La prévalence de la cataracte est inférieure à 10 % avant l'âge de 64 ans, elle est de 18 % à 29 % entre les âges de 65 et 74 ans, elle est de 37 % à 59 % entre les âges de 75 et 84 ans, et elle est de 60 % à 67 % à 85 ans et plus (1-4). On décrit diverses localisations des opacités cristalliniennes (corticales, centrales, etc.) qui peuvent avoir une incidence différente sur la vision. Certains facteurs accroissent les risques d être atteint de certaines opacités du cristallin plus que d autres (notamment le diabète) (2). Il est donc possible qu elles correspondent à des entités pathologiques différentes, mais cette hypothèse demeure actuellement sans conséquence clinique importante. -12-

13 I.4. Histoire naturelle D après une revue systématique de la littérature publiée entre 1980 et 1990 (5) effectuée par la RAND Corporation, plusieurs études longitudinales permettent d affirmer qu en l absence de correction chirurgicale, la vision se détériore chez 60 % à 70 % des patients atteints de cataracte, au bout de 2 ans de suivi. Au bout de 3 ans, cette diminution est de l ordre de 1,5 à 2 lignes sur l échelle de Snellen, alors qu elle n est que d une ligne en 13 ans chez les patients de plus de 50 ans ayant été opérés de la cataracte. La détérioration semble plus rapide chez les patients ayant une cataracte sous-capsulaire postérieure plutôt que des opacités nucléaires ou corticales, et chez les diabétiques insulinodépendants(5). I.5. I.5.1. Facteurs de risque de la cataracte de l adulte non secondaire et perspectives de prévention Radiations ultraviolettes B Plusieurs études ont montré une prévalence élevée d'opacifications cristalliniennes et de cataracte dans des populations fortement exposées aux UV-B. Les données suggèrent que les UV-B sont un facteur causal, et qu'une prévention pourrait être possible par le port de chapeaux et de lunettes de soleil (2, 3). Mais le risque attribuable aux UV-B n'est actuellement pas quantifié et nous n'avons trouvé aucune étude portant sur l'efficacité des mesures de protection proposées. I.5.2. Diabète Le diabète est un facteur de risque et probablement un facteur causal de cataracte (3). Nous n'avons pas trouvé d'étude sur l'efficacité du contrôle de la glycémie par la diététique ou par l administration d'insuline ou d'antidiabétiques oraux en prévention du développement de la cataracte chez les diabétiques. I.5.3. Tabac L'augmentation du risque de cataracte chez les fumeurs est bien documentée, même si toutes les études ne concordent pas (2, 6-12). De plus, le risque de développer une cataracte est corrélé à la consommation quotidienne et à la durée de l intoxication tabagique (12), et il semble inférieur chez les anciens fumeurs que chez les fumeurs actuels (2). L évolution de la cataracte semble plus rapide chez les fumeuses que chez les fumeurs (9). I.5.4. Alcool Plusieurs études ont montré une association entre consommation élevée d'alcool et augmentation du risque de cataracte (2). Selon certaines études, cette association ne serait observée que chez les fumeurs (11). A l inverse, une faible consommation d alcool a parfois été liée à une diminution du risque par comparaison avec la population générale (10). -13-

14 I.5.5. Médicaments Une association entre corticothérapie au long cours et cataracte sous-capsulaire postérieure est bien démontrée (2). Les diurétiques thiazidiques et certains neuroleptiques majeurs de la famille des phénothiazines (comme la chlorpromazine) ont été mis en cause (2, 13), de même que l amiodarone, divers agents cytostatiques (anticancéreux), etc. (13). I.5.6. Autres facteurs de risque D'autres facteurs de risque associés à la survenue d'une cataracte ont été suggérés, notamment des épisodes répétés de diarrhée grave (dans des pays tropicaux), la carence en certaines vitamines ou minéraux, la résidence dans des quartiers pauvres des grandes villes, ou en zone rurale, sous des climats chauds, ainsi que la prise de poids, la taille, l index de masse corporelle, l exposition à des rayonnements infrarouges (1, 2, 14-18). Ces données demandent à être confirmées. Quelques études épidémiologiques ont tenté d'évaluer l'efficacité de la prise alimentaire de certains nutriments pour prévenir la cataracte, sans donner de résultats concluants (1). I.5.7. Prévention de la cataracte Le développement d'un programme de prévention de la cataracte par la lutte contre les facteurs de risque potentiellement évitables pourrait avoir un intérêt de santé publique. Certains auteurs ont calculé (à partir de données américaines) que si des mesures préventives pouvaient permettre de retarder de 10 ans en moyenne la survenue de la cataracte, le nombre d'interventions chirurgicales pourrait être diminué de 45 % (2). Dans la population générale ou dans celle des fumeurs, un essai de prévention par une supplémentation en alpha-tocophérol (vitamine E), en bêta-carotène (vitamine A) ou en l association des deux s est montré inefficace (19, 20), de même que l administration de simvastatine (21). En milieu professionnel, en cas d exposition à des rayonnements infrarouges, le port de masques ou de lunettes adaptées a été proposé (15). L ANAES recommande une meilleure quantification des facteurs de risque de survenue de la cataracte dans le contexte français, ainsi que des études portant sur l'efficacité des mesures préventives proposées. I.6. Conséquences de la cataracte, attentes des patients et objectifs de traitement L'opacification progressive du cristallin peut entraîner, non seulement une diminution de l'acuité visuelle mais aussi des phénomènes d'éblouissement, une diminution de la sensibilité aux contrastes, des difficultés à percevoir le relief et les couleurs (1, 2, 22). L'importance respective de ces phénomènes et leur retentissement sur les activités sont variables selon les individus. Dans une étude suédoise (23) sur 139 patients avant et après intervention chirurgicale, l'acuité visuelle mesurée a été statistiquement corrélée à des difficultés dans les activités quotidiennes (reconnaître des visages, lire, marcher sur sol inégal, regarder la télévision, etc.). Mais pour un même niveau d'acuité visuelle mesurée, le handicap quotidien a été très variable. -14-

15 Les attentes des patients dépendent des possibilités techniques perçues, mais aussi de l'évolution des besoins sociaux. Par exemple, les recommandations de l'agency for Health Care Policy and Research concernant la cataracte se sont appuyées sur la réglementation des Etats américains concernant l'aptitude à la conduite automobile (2). En France, l'arrêté du 7 mai 1997 fixant la liste des incapacités physiques incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire pour les véhicules légers mentionne : «Incompatibilité si la somme de l'acuité visuelle est inférieure à 5/10 à l'épreuve d'acuité binoculaire en utilisant les deux yeux ensemble. Si un des deux yeux a une acuité visuelle nulle ou inférieure à 1/10, il y a incompatibilité si l'autre œil a une acuité visuelle inférieure à 6/10» (24). La proportion croissante de personnes âgées conduisant un véhicule automobile pourrait correspondre à une augmentation de la demande d'une vision performante. Il ne s'agit là que d'un exemple. Les objectifs du traitement devraient être de permettre le maintien ou la reprise par le patient de ses activités habituelles ou souhaitées. I.7. I.7.1. Indications opératoires Propositions de l AHCPR En 1993, après une recherche documentaire particulièrement approfondie et une synthèse extensive de la littérature, l AHCPR avait proposé quelques critères d intervention concernant les cataractes séniles exclusivement (2). Ces propositions se fondaient en partie sur la limite d acuité visuelle généralement considérée comme nécessaire à la conduite automobile dans les textes officiels des Etats membres des États-Unis d Amérique, à savoir 5/10. Pour une acuité visuelle égale ou inférieure à 5/10 L AHCPR a considéré qu une intervention pour cataracte était justifiée lorsque trois conditions étaient remplies. Condition subjective : la capacité du patient à mener ses activités habituelles, nécessaires ou souhaitées, est altérée (il peut s agir de conduite automobile, de lecture, de télévision, d activités professionnelles ou de loisir), avec sensation de handicap retentissant sur le mode de vie. Condition objective : basé sur une acuité visuelle égale ou inférieure à 5/10, en raison d une cataracte, et sur un état physique et mental du patient permettant une chirurgie ophtalmologique sans risque anormalement élevé. Condition d information : le patient doit avoir été informé des avantages et inconvénients de l intervention, ainsi que de ses principaux risques, et des autres possibilités de traitement. C est en effet à lui de décider de l opportunité de l intervention. Pour une acuité visuelle supérieure à 5/10 L AHCPR a estimé que tous les critères suivant devaient être remplis. Condition subjective : la capacité du patient à mener ses activités habituelles, nécessaires ou souhaitées, est altérée (il peut s agir de conduite automobile, de lecture, de télévision, d activités professionnelles ou de loisir), avec sensation de handicap retentissant sur le mode de vie. Le patient doit avoir la sensation d un handicap dû à sa cataracte et à son retentissement sur son mode de vie. -15-

16 Les plaintes du patient doivent avoir pu être vérifiées objectivement. Par exemple, si le patient se plaint d éblouissement, alors que son acuité visuelle dans la pénombre est normale, il doit être possible d observer une nette diminution d acuité visuelle sous un fort éclairage. Pour l AHCPR, plus l acuité visuelle mesurée est proche de la normale, et plus il est important de vérifier la réalité de l influence de la cataracte sur la vision, de crainte d une intervention aux résultats décevants pour le patient. Les autres conditions sont les mêmes qu en cas d acuité visuelle faible. I.7.2. I.7.3. I.7.4. I.8. Propositions de l ANDEM En 1995, l ANDEM (3) a proposé de suivre les recommandations de l AHCPR, avec quelques modifications, comme l appréciation du retentissement de l incapacité due à la cataracte par rapport aux activités de la vie courante : toilette, habillage, repas, aller aux toilettes, marcher, préparer les repas, faire le ménage ou la lessive, faire les courses, prendre les médicaments, se promener, conduire sa voiture ou utiliser d autres moyens de transport, payer et rendre la monnaie, téléphoner. Nouveaux outils d évaluation de la gêne due à la cataracte Depuis lors, de nouveaux outils d évaluation de la gêne due à la cataracte ont été développés. Il s agit essentiellement de questionnaires brefs visant à objectiver la gêne des patients dans la vie courante et à fonder la décision opératoire sur un document et des critères relativement précis. Il s agit du VF-14 et de sa version simplifiée le VF-12, du score symptomatique de la cataracte, du profil d incapacité dû à la vision (VR-SIP), et de l échelle d évaluation des activités diurnes liées à la vision (ADVS), du questionnaire Catquest, etc. (25-29). De ces nouveaux outils, le mieux développé et le plus utilisé dans les pays anglo-saxons semble le VF-14 (30-32). Ce questionnaire rapide (14 questions, avec possibilité d utiliser une version simplifiée comportant seulement 12 questions) permet d objectiver la gêne fonctionnelle due à la cataracte. Son concurrent direct le plus important en Europe semble le questionnaire Catquest. Il semble actuellement que l utilisation d un tel questionnaire devienne quasiment indispensable pour publier des résultats thérapeutiques concernant la cataracte à un niveau international. Autres indications possibles L intervention peut être justifiée en cas de glaucome grave induit par la cataracte, ou encore s il est nécessaire de visualiser la rétine d un œil, notamment en cas de diabète avec suspicion de rétinopathie (2). Indications des examens ophtalmologiques préopératoires Leur évaluation a peu évolué depuis les synthèses de la littérature de l AHCPR et de l ANDEM (2, 3). Les propositions de l'ahcpr (2) concernant les examens préopératoires sont : -16-

17 l'indication opératoire est prise en appréciant l'impact de la cataracte sur la qualité de la fonction visuelle et générale du patient, ses besoins en termes de fonction visuelle et en considérant les risques associés à l'intervention ; l'orientation thérapeutique devrait être basée essentiellement sur l'examen clinique comprenant l'examen oculaire et l'interrogatoire du patient ; les examens suivants ne sont pas utiles en routine : les tests de sensibilité aux contrastes ; les tests d'éblouissement (qui peuvent cependant être utiles pour objectiver une plainte fonctionnelle chez un patient dont l'acuité visuelle est bonne) ; les tests de mesure de l'acuité visuelle potentielle ; la microscopie spéculaire. Les indications de l'andem (3) sont : l'évaluation de la cataracte repose sur la mesure de l'acuité visuelle et l'appréciation de la gêne fonctionnelle ; les tests de sensibilité au contraste, les tests d'éblouissement et les tests de mesure de l'acuité visuelle potentielle ne sont pas standardisés mais peuvent être pris en compte dans l'évaluation de la gêne fonctionnelle liée à la cataracte ; lorsque l'examen clinique laisse supposer l'existence d'une pathologie intercurrente, la microscopie spéculaire pour l'évaluation d'un risque d'œdème cornéen, l'échographie en mode B, pour dépister certaines pathologies du segment postérieur lorsque la cataracte ne permet pas de le visualiser et une radiographie de l'orbite quand un corps étranger intra-oculaire est suspecté peuvent être indiquées ; la biométrie fait partie du bilan préopératoire de la cataracte. Les examens complémentaires visant à étudier l éblouissement ou les difficultés à voir les contrastes demeurent mal validés. Des appareillages parfois onéreux sont disponibles sur le marché, sans qu on sache quelle est véritablement leur utilité pour les patients et pour la prise de décision des médecins. Cela explique probablement les relativement importantes variations dans les pratiques, constatées par plusieurs études dans divers contextes nationaux (33-38). En l absence de véritable validation des nombreuses techniques d examen, notamment pour ce qui concerne les tests d éblouissement et de sensibilité au contraste, il est recommandé, d une part, de ne jamais leur accorder trop d importance dans la décision, et d autre part, de rechercher une corrélation entre les résultats aux tests pratiqués et les plaintes concrètes des patients. I.9. Etat des pratiques actuelles Il n'existe actuellement aucun traitement préventif ni curatif de la cataracte, en dehors de l'extraction chirurgicale du cristallin et de son remplacement (2, 39). Au Danemark, le nombre annuel d'extractions chirurgicales de la cataracte est passé de en 1980 à en 1991 (+ 350 %). La principale raison de cette évolution semble avoir été une modification des indications chirurgicales, près de 70 % des patients opérés ayant une acuité visuelle inférieure à 1/10 en 1980 contre moins de 30 % en 1991 (40). Dans la province canadienne du Saskatchewan, le nombre d'interventions chirurgicales pour cataracte chez des patients âgés de 50 ans et plus est passé de en à en (+ 263 %). Cette augmentation a été en grande partie attribuée à l'augmentation des interventions sur le second œil (41). -17-

18 En Inde, le nombre annuel d'interventions chirurgicales pour cataracte est passé de 0,5 million en à 2,2 millions en Mais cette augmentation n'a pas compensé l'évolution démographique ; le nombre de sujets ayant une acuité visuelle inférieure à 0,5/10 du fait d'une cataracte a augmenté, et certains auteurs estiment que le nombre d'interventions à prévoir devrait être d'au moins 2,5 millions par an (42). En France, dans une enquête prospective nationale sur l'activité chirurgicale pendant la période , la chirurgie de la cataracte apparaissait au 17 e rang des interventions chirurgicales, avec un chiffre de par an (43). Dans une enquête analogue, la chirurgie de la cataracte, de l'iris et du corps ciliaire a représenté environ interventions pour l'année 1992, ce qui la place au 2 e rang des interventions chirurgicales (après les adénoïdectomies-amygdalectomies) (44, 45). La comparaison directe de ces deux chiffres n est pas possible, mais il ne fait aucun doute que la grande majorité des interventions de 1992 soit représentée par des interventions pour cataracte. Comme la cataracte est liée au vieillissement, que l'espérance de vie de la population ne cesse de s'accroître, et que ses attentes en termes de capacités visuelles ont plutôt tendance à augmenter, un maintien ou un accroissement des besoins en interventions chirurgicales pour cataracte est logique. Dans quelle mesure l'augmentation de fréquence de la chirurgie de la cataracte en France correspond-elle au vieillissement de la population, à un rattrapage de besoins auparavant négligés, à une modification de la demande? En l'absence de données épidémiologiques françaises, il est impossible d être affirmatif. Selon une enquête par questionnaire postal réalisée en 1995 auprès des ophtalmologues français, leur principal critère pour poser l'indication opératoire de la cataracte serait une acuité visuelle inférieure à 4/10 e (correspondant à 82 % des réponses) (46). Cette donnée parcellaire ne permet pas de répondre à la question que suscite l'augmentation des interventions en France. On doit cependant remarquer que nous n avons trouvé aucune publication faisant état d une diminution du nombre d interventions pour cataracte dans un pays ou une région donnée. II. EVALUATION DE L EFFICACITE DES INTERVENTIONS SUR LA CATARACTE II.1. Evaluation de l'efficacité des interventions sur le premier œil II.1.1. Evaluation sur l'acuité visuelle Une synthèse a été effectuée par l'ahcpr à partir d'une recherche bibliographique systématique sur les années 1975 à 1990 inclus (2). Elle a trouvé 57 articles donnant des informations sur l'acuité visuelle après chirurgie de la cataracte par extraction extracapsulaire manuelle ou par phacoémulsification, dont 33 portant sur des yeux sans autre pathologie qu'une cataracte. Dans toutes ces études, 80 % des patients ou plus ont atteint une acuité visuelle égale ou supérieure à 5/10 après l'intervention. Depuis lors, une importante méta-analyse a été réalisée après recherche systématique de tous les essais réalisés de 1979 à 1991 et portant sur l'efficacité ou les risques de l'extraction extracapsulaire du cristallin suivie de pose d'un implant postérieur (47). Quatre-vingt-dix études pertinentes ont été trouvées, de qualité méthodologique jugée le plus souvent médiocre, les essais comparatifs étant particulièrement peu nombreux (48). Globalement, environ 90 % des yeux opérés avaient une acuité visuelle supérieure ou égale à 5/10 après -18-

19 l'intervention (95 % des yeux opérés s'ils n'étaient atteints que de cataracte). Les données alors recueillies n'ont pas permis d'observer de différence d'efficacité entre les techniques de phacoémulsification et les techniques d'extraction manuelle. Les auteurs de l'ahcpr comme ceux de cette méta-analyse ont souligné l'absence d'essai comparant directement les deux techniques, et la médiocre qualité générale des études disponibles, en particulier l'absence fréquente de données sur l'acuité visuelle des patients avant intervention, ainsi que sur l'éventuelle présence d'autres pathologies oculaires ou non. Ces caractéristiques interdisaient toute conclusion définitive sur l'efficacité comparée des deux techniques. Plusieurs études plus récentes ont comparé la vision avant et quelques mois après intervention pour cataracte. Aucune de ces études ne remet en question l'efficacité des interventions pratiquées sur l'acuité visuelle mesurée (23, 49-53). Nous avons trouvé une seule étude d'efficacité à long terme. Il s'agit d'une étude américaine ayant étudié l'acuité visuelle des habitants d'une ville âgés de 43 à 84 ans, à 5 ans d'intervalle (54). Cette étude a trouvé une amélioration statistiquement très significative de l'acuité visuelle chez les sujets ayant une cataracte lors du premier examen et ayant été opérés (p < 0,0001), et une légère dégradation chez les sujets n'ayant pas été opérés. Cette donnée suggère le maintien d'une efficacité à long terme (5 ans) de l'intervention. II.1.2. Evaluation sur des critères de capacités fonctionnelles et de qualité de vie L'utilisation isolée de l'acuité visuelle comme seul critère d'efficacité des interventions pour cataracte a été critiquée (1, 2, 47, 50, 55, 56). Il a en effet été établi que l'acuité visuelle est une mesure peu fiable de la gêne fonctionnelle visuelle et de la satisfaction des patients. Certains patients, dont l'acuité visuelle a été bien améliorée par une intervention, ne sont cependant pas satisfaits du résultat, tandis que d'autres sont très satisfaits, en dépit d'une acuité visuelle relativement peu améliorée (2, 55, 56). Ces constatations ont conduit à l'élaboration de divers index de mesure par questionnaire du fonctionnement visuel (VF-14, VF-12) (56) et de la qualité de vie liée à la vision (ADVS, VR-SIP). Dans un essai sur 552 patients opérés de la cataracte sur leur premier œil, 4 mois après l'intervention, le score VF-14 a été amélioré chez 89 % des patients, est resté inchangé chez 5 % et s'est aggravé chez 7 % (50). Dans une étude analogue menée à Barcelone sur 218 patients, une amélioration statistiquement significative a été observée 4 mois après l'intervention sur l'acuité visuelle chez 87 % des patients, sur le score symptomatique de la cataracte chez 72 % des patients, et sur le VF-14 chez 62 % des patients (toutes différences statistiquement significatives p < 0,001) (52). Des auteurs américains ont administré des questionnaires de qualité de vie liée à la vision (ADVS) et de qualité de vie liée à la santé en général (SF-36) à 464 patients, avant et après intervention pour cataracte (49). Douze mois après la chirurgie, 95 % des patients avaient une acuité visuelle améliorée et 80 % avaient un score de qualité de vie liée à la vision améliorée, mais seulement 36 % avaient une amélioration de la qualité de vie liée à la santé en général. Des auteurs suédois ont interrogé 150 patients sur les difficultés liées à leur vision avant une intervention pour cataracte et 6 mois après (23). Les patients ont le plus souvent mentionné des difficultés à reconnaître les visages, à lire et à marcher sur sol inégal (environ 60 % à 70 % des patients contre environ 25 % des patients après - amélioration statistiquement -19-

20 significative p < 0,001 pour l'ensemble des items). L'acuité visuelle binoculaire (supérieure à 5/10 chez 68 % des patients avant l'intervention contre 94 % après) a été statistiquement corrélée aux problèmes quotidiens énoncés. L'efficacité sur la conduite automobile des interventions chirurgicales pour cataracte avec pose d'un implant postérieur a été évaluée en Suède au cours d'une étude descriptive longitudinale sur 208 patients consécutifs ayant un permis de conduire, après exclusion des cataractes traumatiques, juvéniles et congénitales, et des patients opérés conjointement de la cornée ou pour glaucome (57). Avant l'intervention, 82 % des patients ont signalé avoir des problèmes visuels en conduisant, 37 % ont déclaré avoir des difficultés à estimer les distances sur la route, et 23 % avaient une acuité visuelle inférieure au seuil officiellement requis pour l'aptitude à la conduite automobile (qui est identique en Suède et en France). Six mois environ après l'intervention, ces pourcentages étaient respectivement de 5 %, 6 % et 4 % (toutes différences avant/après statistiquement significatives). Sur les 208 patients, 92 avaient renoncé à la conduite automobile avant l'intervention. Parmi eux, 23 (25 %) ont recommencé à conduire, 65 (70 %) n'ont pas recommencé pour des raisons autres que visuelles (en raison de leur âge ou en raison de pathologies non oculaires), et 4 (5 %) n'ont pas recommencé à conduire en raison d'une vision à leur avis insuffisante. Une étude descriptive longitudinale a été menée sur tous les patients opérés pour cataracte dans trois hôpitaux de la banlieue de Londres entre mai 1993 et août 1994 (58). Sur les 337 patients inclus, 77 (23 %) avaient une acuité visuelle égale ou supérieure à 5/10. Une amélioration statistiquement significative d'un index de fonctionnement visuel (VF-14), d'un index de qualité de vie (SIP) et d'un index de qualité de vie liée à la vision (VR-SIP) a été observée à 4 mois et s'est maintenue 1 an après l'intervention. Cette étude confirme que les interventions pour cataracte améliorent la qualité de vie mesurée par des index, mais elle ne donne pas d'information sur l'évolution du sous-groupe ayant une acuité visuelle égale ou supérieure à 5/10. Certains auteurs ont suggéré que l amélioration de la vision due à l intervention pouvait diminuer le risque de chute chez les personnes âgées. Une mauvaise vision est en effet un facteur de risque connu pour les chutes (5). Mais nous n avons trouvé aucun essai prospectif permettant d affirmer l efficacité de la chirurgie de la cataracte dans la prévention des chutes des personnes âgées. On peut conclure que les interventions d'extraction manuelle du cristallin ou de phacoémulsification du cristallin suivies de pose d'un implant dans la chambre postérieure sont capables, non seulement d'améliorer l'acuité visuelle mesurée, mais aussi d'améliorer la qualité de vie des patients et leurs capacités à la conduite automobile. II.1.3. Facteurs prédictifs de l'échec d'une intervention Les données sur l'efficacité des interventions chirurgicales pour cataracte amènent à conclure à une amélioration de l'acuité visuelle, des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie des patients dans environ 90 % des cas. Peut-on déceler les 10 % de cas dans lesquels l'intervention va être un échec? Dans une étude menée aux Etats-Unis d'amérique, 75 ophtalmologistes ont chacun inclus 14 patients consécutifs devant être opérés de leur premier œ il pour une cataracte (59). 552 patients ont ainsi été évalués avant l'intervention et 4 mois après, par une mesure de leur acuité visuelle, de l'index VF-14 et d'un score symptomatique de la cataracte. 91 patients (16,5 %) n'ont pas eu d'amélioration sur l'un au moins de ces critères, et 2 patients (0,4 %) sur les trois critères à la fois. Le risque d'échec de -20-

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK Avril 2000 Service évaluation des technologies L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION EN SANTE

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Introduction Un certain nombre de services de santé pour les yeux qu offrent des médecins ne sont pas considérés médicalement

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte?

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? Une intervention de routine En France, plus de 500 000 chirurgies de la cataracte sont réalisées chaque année. L intervention

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE CATARACTE : DEFINITION Opacifica'on totale ou par'elle du cristallin Mécanisme de vieillissement du cristallin Évolution du cristallin avec l

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Qu est ce que la Cataracte? On trouve à l intérieur de l œil de tous les animaux une lentille appelée cristallin. Il s agit d une structure volumineuse, disposée au

Plus en détail

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly CABINET MEDICAL 14 Rue de Tréguel Beaulieu 86000 POITIERS Docteur COULIBALY Roger Ophtalmologiste Conventionné secteur 1 Consultations sur rendez-vous Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Plus en détail

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire HÔPITAL LARIBOISIERE Service d'ophtalmologie 2 rue Ambroise Paré 75475 Paris cedex 10 tel : 33 (0)1 49 95 64 88 La rétine est constituée de cellules visuelles

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins.

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins. EMA/92475/2015 EMEA/H/C/002392 Résumé EPAR à l intention du public aflibercept Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE ordre des optométristes du québec LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE VOIR QUI AU

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE

CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE SPECIALITES CHIRURGICALES OPHTALMOLOGIE CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE Docteur WILLIAMSON Docteur AILEM Février 2010 4 Bd Hauterive 64046 PAU Cedex Tel. : 05 59 92 47 17 (secrétariat ouvert de 9 h

Plus en détail

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser La chirurgie réfractive de l œil Corriger les défauts visuels grâce au laser Introduction Pour que notre système visuel puisse capter et interpréter ce que nous regardons, les images doivent se réfléchir

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t...

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... Savoir prévenir les dommages ultérieurs de la vision Assureurs, Prévention, Santé ASSOCIATION DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE Les

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Instructions d utilisation

Instructions d utilisation Instructions d utilisation Lentilles intraoculaires acryliques monofocales réfractives hydrophiles stériles préchargées destinées à une implantation dans le sac capsulaire Ces instructions d utilisation

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1 INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Qu est-ce que la rétinopathie diabétique? On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d œil causées par le diabète. En effet, l excès de sucre dans

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS OEIL ET DIABÈTE S POMMIER Sve Pr RIDINGS Ref: Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1- Généralités dans les pays à haut niveau de vie, d une des principales causes de cécité légale

Plus en détail

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar GLAUCOME Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions Docteur Yves Lachkar Professeur au collège de Médecine des Hôpitaux de Paris Chef du service d ophtalmologie et directeur de l Institut

Plus en détail

Le Laser Blended Vision

Le Laser Blended Vision Zoom sur La chirurgie de la presbytie avec le logiciel Laser Blended Vision (LBV) Principe, mode d emploi et résultats n Dans la pratique de la chirurgie réfractive, le traitement de la presbytie représente

Plus en détail

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK)

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Note importante pour le patient : L utilisation de ces méthodes médicales ou chirurgicales requiert une discussion attentive avec un médecin qualifié. Cette

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Presbytie Madame, Monsieur, Vous êtes intéressés par la chirurgie réfractive. Cette fiche d`information a

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

ETUDES. Le coût de la chirurgie de la cataracte en. Belgique

ETUDES. Le coût de la chirurgie de la cataracte en. Belgique ETUDES Le coût de la chirurgie de la cataracte en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Rédaction > Rudy Van Tielen

Plus en détail

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997 CENTRE LASER VICTOR HUGO Au service de votre vue depuis 1997 Le centre laser Historique Localisation Accès Infrastructures Le matériel et les techniques Matériel d examen Traitement du kératocône Lasers

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR L ophtalmologie est une discipline médico-chirugicale de pointe au sein du réseau Domus Cliniques. Avec des plateaux techniques à la pointe du progrès,

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES...

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... ENVIE DE VOIR CLAIR SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... INTRODUCTION : Vous présentez une anomalie de la réfraction et souhaitez remédier à cette anomalie par le biais d une intervention chirurgicale. Cette

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction.

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction. brochure.indd 1 22/01/2010 15:13:04 brochure.indd 2 22/01/2010 15:13:27 brochure.indd 3 LA MYOPIE Si vous voyez trouble de loin et net de près, alors vous êtes probablement myope. Rétine QU EST CE QUE

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413 ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE page 1 Sécurité Sociale I - HONORAIRES MEDICAUX Consultations et visites de généralistes et spécialistes Actes de chirurgie en cabinet Actes techniques médicaux (endoscopie,

Plus en détail

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413 ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE Désignation des I - HONORAIRES MEDICAUX HORS HOSPITALISATION (5) Consultations et visites de généralistes et spécialistes Actes de chirurgie en cabinet Actes techniques

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne?

Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne? 1 D. GATINEL Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild, CEROC, PARIS. gatinel@aol.com Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne? L implantation d une lentille

Plus en détail

10. TARIF D'HONORAIRES

10. TARIF D'HONORAIRES # 10.1 DISPOSITIONS TARIFAIRES (Annexe II de l entente) 1. Ce cahier est un document administratif pour fins de facturation des services optométriques. Il contient, outre la nomenclature et les définitions

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

Faculté de médecine dentaire PLAN DE COURS

Faculté de médecine dentaire PLAN DE COURS Programme Programme Nature 1-300-1-0 - Doctorat en médecine dentaire Obligatoire Date de création: 7/22/2015 Modification: 7/23/2015 Titre(s) Thématiques cliniques en médecine dentaire 2 Cycle: Premier

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK)

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) 4 - INDICATIONS 5. HISTOIRE 6. EFFET DU LASER EXCIMER SUR

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE EN FRANCE

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE EN FRANCE Point d information 11 septembre 2008 LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE EN FRANCE La chirurgie de la cataracte est l acte chirurgical le plus pratiqué en France : près de 560 000 interventions ont été réalisées

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. L ŒIL ET LES DIFFERENTS DEFAUTS VISUELS....p 2-5 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 3. EXAMEN PRE OPERATOIRE... p 6 4. L

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie NOURRIR L'HUMANITÉ

Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie NOURRIR L'HUMANITÉ Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie Durée de l'épreuve : 1 h 30 - Coefficient : 2 L'usage de la calculatrice est strictement interdit. Le candidat doit

Plus en détail

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance, un handicap grave Une personne malvoyante est une personne dont la vue est déficiente malgré le port de lunettes ou de lentilles, ou

Plus en détail

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2 @-SOF La newsletter des Orthoptistes Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014 La présidente Dans ce numéro : Le nouveau site du SOF 2 La formation continue 3 Thèmes de Formations

Plus en détail

NOUVELLES REGLEMENTATIONS

NOUVELLES REGLEMENTATIONS Vision et Conduite Permis B Permis Professionnels NOUVELLES REGLEMENTATIONS X. ZANLONGHI T. BIZEAU - C. GRIMAUD Centre Basse Vision de la Clinique Sourdille Laboratoire d Explorations Fonctionnelles de

Plus en détail

Faites l expérience d une meilleure vision

Faites l expérience d une meilleure vision Faites l expérience d une meilleure vision IRIS est le plus grand réseau d optométristes, d opticiens et d ophtalmologistes au Canada répartis dans 160 boutiques et cliniques. Chaque professionnel IRIS

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE Votre rendez-vous est prévu : Le Au centre Aix Laser Vision 44 Av de Lattre de Tassigny 13090 AIX EN PROVENCE Tel: 04 42 99 09 81 Docteur OPHTALMOLOGISTE Ancien

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Service évaluation des actes professionnels

Service évaluation des actes professionnels TRAITEMENT DES AGÉNÉSIES DENTAIRES MULTIPLES LIÉES AUX DYSPLASIES ECTODERMIQUES OU À D'AUTRES MALADIES RARES, CHEZ L ENFANT ATTEINT D OLIGODONTIE, AVEC POSE DE 2 IMPLANTS (VOIRE 4 MAXIMUM) UNIQUEMENT DANS

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 Chirurgie Réfractive Correction de: Myopie Hypermétropie Astigmatisme Historique J. Barraquer : le kératomleusis années 50 en Colombie Historique

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Direction générale de la Démocratie PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES Document établi par Raymond XERRI (Malte), Consultant Août

Plus en détail

REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES

REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES Maryline JEHL-RAVE CHU de BESANCON Implants intra-oculaires (IIO) Définition : DMS destinés à être implantés à l intérieur du globe oculaire par voie chirurgicale Le

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? 3. LES OPERATIONS DE CHIRURGIE REFRACTIVE 4. RISQUES COMMUNS A TOUTES LES TECHNIQUES

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Parmi les référentiels servant de base aux recommandations de pratiques professionnelles, la Société Francaise d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire

Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire AVANT L INTERVENTION : 1) Un rendez-vous en consultation d anesthésie au moins 8 jours avant l intervention vous a été donné. Venez ce jour-là

Plus en détail