Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays."

Transcription

1 LE CANCER DU SEIN Conduite à tenir diagnostique devant une image mammographique infraclinique anormale Conduite thérapeutique devant un cancer du sein infraclinique Suivi des patientes traitées pour un cancer du sein non métastasé Novembre

2 Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit du présent ouvrage, faite sans l'autorisation de l'anaes est illicite et constitue une contrefaçon. Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées. Ce document a été réalisé en novembre Il peut être commandé (frais de port compris) auprès de : Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES) Service Communication et Diffusion - 159, rue Nationale Paris Cedex 13 Tél. : Fax : Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES) 2

3 AVANT-PROPOS L'Agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES) est un établissement public administratif créé par le décret n du 7 avril 1997 dans le cadre de la réforme du système de soins français (ordonnances du 24 avril 1996). Cette nouvelle agence poursuit et renforce les missions de l'agence Nationale pour le Développement de l'évaluation Médicale (ANDEM) et s'enrichit de nouvelles activités, telles la mise en place de la procédure d'accréditation dans les établissements de santé ou l'évaluation d'actions de santé publique. Dans le cadre de sa mission d'élaboration de Recommandations Professionnelles, l'anaes a répondu à une demande de la Direction Générale de la Santé en élaborant des recommandations concernant le cancer du sein, selon la méthode des Recommandations pour la Pratique Clinique. Les Recommandations Professionnelles sont définies comme «des propositions développées selon une méthode explicite pour aider le praticien et le patient à rechercher les soins les plus appropriés dans des circonstances cliniques données». Leur objectif principal est de fournir aux praticiens une synthèse du niveau preuve scientifique existant et de l'opinion d'experts sur les aspects cliniques et de santé publique d'un sujet de pratique professionnelle. Ces recommandations sont ainsi une aide à la décision, en définissant ce qui est approprié, ce qui ne l'est pas et les domaines où il existe des controverses et/ou des incertitudes. Pour être valides, les recommandations professionnelles doivent être fondées sur les données actuelles de la science, au terme d une analyse critique des données disponibles dans la littérature médicale, et doivent distinguer ce qui est scientifiquement établi et ce qui relève de l accord professionnel. Le développement des Recommandations Professionnelles et leur application contribuent à une amélioration de la qualité des soins donnés aux patients et à une meilleure utilisation des ressources. Loin d avoir une démarche normative, l ANAES souhaite d'abord répondre aux préoccupations de tout acteur de santé soucieux d asseoir ses décisions cliniques sur les bases les plus rigoureuses et objectives possible. Professeur Yves MATILLON Directeur de l'anaes 3

4 L Agence Nationale pour le Développement de l Évaluation Médicale (ANDEM), aujourd'hui devenue l'agence Nationale d'accréditation et d'évaluation en Santé (ANAES), a été saisie par la Direction Générale de la Santé pour élaborer des recommandations médicales et professionnelles sur le cancer du sein. Les sociétés savantes, les groupes professionnels et les structures administratives suivantes ont été associés à l'ensemble du processus d'élaboration de ces recommandations, et ont en particulier participé activement aux réunions du comité d'organisation : Association Française de Chirurgie ; Fédération des Centres de Lutte Contre le Cancer ; Société de Cancérologie Privée ; Société de Mastologie et d'imagerie du Sein ; Société Française d'anatomo-pathologie ; Société Française d'oncologie Gynécologique ; Société Française de Radiologie et d'imagerie Médicale ; Société Française de Radiothérapie Oncologique ; Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire ; Société Française du Cancer. La méthode de travail utilisée a été celle des Recommandations pour la Pratique Clinique, publiée par l'andem. L'ensemble du travail a été coordonné à l'andem puis à l ANAES par le Professeur Jacques MASSOL du service des Recommandations Professionnelles, dirigé par le Professeur Alain DUROCHER. Compte tenu de l'ampleur du thème à traiter, le travail a été segmenté en trois parties, RPC 1 «Conduite à tenir diagnostique devant une image mammographique infraclinique anormale» ; RPC 2 «Conduite thérapeutique devant un cancer du sein infraclinique» ; RPC 3 «Suivi des patientes traitées pour un cancer du sein non métastasé». La recherche documentaire a été coordonnée par Madame Patricia BRUCKER, avec l'aide de Madame Nathalie HASLIN, sous la direction de Madame Hélène CORDIER, responsable du service de Documentation de l'anaes. L'ANAES tient à remercier tous les participants au travail d'élaboration de ces recommandations : 4

5 LES MEMBRES DU COMITÉ D'ORGANISATION Jacques AMOUROUX, Service Central d'anatomie et Cytologie pathologique, Hôpital Avicenne, Paris M me Marie-Pierre BLANC VINCENT, Institut Bergonié, Bordeaux P r Jacques BONNETERRE, Centre Oscar- Lambret, Lille Béatrice GAIRARD, Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire, Strasbourg Jean-Rémi GARBAY, Centre René Huguenin de Lutte Contre le Cancer, Saint- Cloud P r Pierre HAEHNEL, Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire, Strasbourg P r Jean-Louis LAMARQUE, Président de la Société de Mastologie et d'imagerie du Sein, Hôpital Lapeyronie, Montpellier Louis MAURIAC, Bordeaux P r Lucien PIANA, Service de Chirurgie Gynécologue, Hôpital de la Conception, Marseille P r François REBOUL, Clinique Sainte- Catherine, Avignon Daniel SERIN, Clinique Sainte-Catherine, Avignon LES MEMBRES DES GROUPE DE TRAVAIL RPC 1 : CONDUITE À TENIR DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE IMAGE MAMMOGRAPHIQUE INFRACLINIQUE ANORMALE Catherine BALU-MAESTRO, Radiologue, Nice P r Jean-Pierre BELLOCQ, Anatomopathologiste, Strasbourg Pascal BONNIER, Chirurgien, Marseille Bruno CUTULI, Radiothérapeute, Strasbourg Thierry DELOZIER, Oncologue Médical, Caen Marie-Hélène DILHUYDY, Radiologue, Bordeaux Patricia ENEL, PH de santé publique, Marseille Sylvie GIARD, Chirurgien, Lille Jean-Michel HERPE, Gynécologue, Saintes Philippe LAMBERT, Généraliste, Sète P r Jean-Pierre LEFRANC, Chirurgien gynécoobstétricien, Paris Nicole PELICIER, Psychiatre, Paris Rémy SALMON, Chirurgien, Paris Joseph STINES, Radiologue, Vandœuvrelès-Nancy Armelle TRAVADE, Radiologue, Clermont-Ferrand Henri TRISTANT, Radiologue, Paris Richard VILLET, Chirurgien, Paris Brigitte ZAFRANI, Anatomo-pathologiste, Paris RPC 2 : CONDUITE THÉRAPEUTIQUE DEVANT UN CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE Pierre BONNIER, Gynécologue, Marseille Bruno CUTULI, Radiothérapeute, Strasbourg Thierry DELOZIER, Oncologue, Caen Anne DE ROQUANCOURT, Anatomopathologiste, Paris Marc ESPIÉ, Oncologue, Paris Sylvie GIARD, Chirurgien, Lille P r Jean-Pierre LEFRANC, Chirurgien, Paris M me Andrée LEHMANN, Psychologue- Psychanalyste, Paris Chargée de projet : Najoua MLIKA- CABANNE ; Méthodologiste, Paris 5

6 RPC 3 : SUIVI DES PATIENTES TRAITÉES POUR UN CANCER DU SEIN NON MÉTASTASÉ Gérard BOUTET, Gynécologue, La M me Rochelle Gérard DALE, Radiologue, Strasbourg DELFIEU, Médecin Généraliste, Paris Thierry DELOZIER, Oncologue, Caen M me Claire FOURNIER, Psychologue, Paris Annie GAUVAIN-PIQUARD, Oncologue Psychiatre, Villejuif Danielle HASSOUN, Gynécologue, Paris Marie-France HUEZ-ROBERT, Médecin Généraliste, Chambray-lès-Tours Pierre KERBRAT, Oncologue, Rennes P r François LAFFARGUE, Gynécologue, Montpellier Claudine LANZAROTTI, Psychologue, Paris Alain LE TREUT, Radiologue, Bordeaux Philippe MARTIN, Radiothérapeute, Lyon Gilles MARX, Psychiatre, Saint-Cloud M me PICARD, Patiente France ROCHARD, Chirurgien, Villejuif STINES, Radiologue, Vandœuvre-lès- Nancy Chargée de projet : Marie-Christine NUTTENS, Épidémiologiste, Lille Aides-méthodologistes : Jean-François KULIK, Biostatisticien, Lille Frédéric SCUOTTO, Santé Publique, Lille LES MEMBRES DES GROUPES DE LECTURE RPC 1 : CONDUITE À TENIR DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE IMAGE MAMMOGRAPHIQUE INFRACLINIQUE ANORMALE P r Jacques AMOUROUX, Anatomo-pathologiste, Paris M me Marie-Pierre BLANC-VINCENT, Pharmacien-Méthodologiste, Bordeaux P r Jacques BONNETERRE, Oncologue, Lille P r Alain BRÉMOND, Chirurgien, Lyon Gérard BOUTET, Gynécologue, La Rochelle Luc CAMBIER, Radiologue, Lille Gérard DALE, Radiologue, Strasbourg Dominique DELFIEU, Médecin Généraliste, Paris Hector FALCOFF, Médecin Généraliste, Paris P r Guy FRIJA, Radiologue, Paris Béatrice GAIRARD, Maître de Conférence en Université - Praticien hospitalier en Oncologie, Strasbourg Jean-Rémi GARBAY, Chirurgien, Saint-Cloud Pierre GALLOIS, Médecin Généraliste, Charnay-lès-Mâcon Faranda HABER, Radiologue, Aulnay-sous- Bois Pierre HAEHNELL, Radiologue, Strasbourg Danielle HASSOUN, Gynécologue, Paris Jean-Michel HERPE, Médecin Généraliste, Saintes Michel HERY, Radiothérapeute, Monaco Philippe HOFLIGER, Médecin Généraliste, Nice Nelly HOMASSON, Gynécologue, Paris Marie-Françoise HUEZ-ROBERT, Médecin Généraliste, Chambray-lès-Tours Jean-Pierre JULIEN, Chirurgien, Rouen P r Jean-Pierre KERBRAT, Oncologue, Rennes P r François LAFFARGUE, Gynécologue, Montpellier P r Jean-Louis LAMARQUE, Radiologue, Montpellier Philippe LAMBERT, Gynécologue, Sète Alain LE TREUT, Radiologue, Bordeaux Philippe MARTIN, Radiologue, Lyon P r Michel MARTY, Cancérologue, Paris Louis MAURIAC, Méthodologiste, Bordeaux P r Lucien PIANA, Chirurgien, Marseille P r Henri PUJOL, Cancérologue, Montpellier François REBOUL, Radiothérapeute, Avignon France ROCHARD, Chirurgien, Villejuif Pierre SALTEL, Psychiatre, Lyon P r Paul SCHAFFER, Épidémiologiste, Strasbourg Brigitte SERADOUR, Radiologue, Marseille Daniel SERIN, Oncologue Radiothérapeute, Avignon Jean-Pierre VALLÉE, Médecin Généraliste, Colleville-Montgomery 6

7 RPC 2 : CONDUITE THÉRAPEUTIQUE DEVANT UN CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE P r Jacques AMOUROUX, Anatomopathologiste, Bobigny Gérard AUCLERC, Oncologue, Paris P r François BAILLET, Radiothérapeute, Paris Catherine BALU-MAESTRO, Radiologue, Nice P r Jean-Pierre BELLOCQ, Anatomopathologiste, Strasbourg Pascale BERNIER, Radiologue, Paris Bernard BLANC, Gynécologue, Marseille M me Marie-Pierre BLANC-VINCENT, Pharmacien-Méthodologiste, Bordeaux P r Jacques BONNETERRE, Oncologue, Lille Alain BRÉMOND, Chirurgien, Lyon Gérard BOUTET, Gynécologue, La Rochelle Geneviève CONTESSO, Anatomopathologiste, P r David KHAYAT, Oncologue, Paris Villejuif Gérard DALE, Radiologue, Strasbourg Marie-Annick de MAUBLANC, Anatomopathologiste, Paris P r Montpellier Morières-lès-Avignon Dominique DELFIEU, Médecin Généraliste, Paris Dominique DEGUEURCE, Gynécologue, Paris Marie-Hélène DILHUYDY, Radiologue, Bordeaux François EISINGER, Médecin Interniste, Marseille Patricia ENEL-FAUGÈRE, Méthodologiste, Marseille P r Jean-Marc EXTRA, Oncologue, Paris Hector FALCOFF, Médecin Généraliste, Paris Alain FOURQUET, Radiothérapeute, Paris Robert FRESCO, Psychiatre, Marseille P r Guy FRIJA, Radiologue, Paris M me Béatrice GAIRARD, Oncologue, Strasbourg Jean-Rémi GARBAY, Oncologue, Saint- Cloud Pierre GALLOIS, Médecin Interniste, Charnay-lès-Mâcon A. GAUVAIN-PIQUARD, Oncologue- Psychologue, Villejuif André GORINS, Gynécologue, Paris Pierre HAEHNELL, Radiologue, Strasbourg Danielle HASSOUN, Gynécologue, Paris Jean-Michel HERPE, Médecin Généraliste, Saintes Patrick HERRMANN, Médecin Généraliste, Ebershein Michel HERY, Radiothérapeute, Monaco Philippe HOFLIGER, Médecin Généraliste, Nice Nelly HOMASSON, Gynécologue, Paris Charles HONNORAT, Médecin Généraliste, Saint-Gilles Marie-Françoise HUEZ-ROBERT, Médecin Généraliste, Chambray-lès-Tours Jocelyne JACQUEMIER, Anatomopathologiste, Marseille JACQUIER, Anatomo-pathologiste, Marseille Jean-Pierre JULIEN, Chirurgien, Rouen P r Pierre KERBRAT, Oncologue, Rennes P r François LAFFARGUE, Gynécologue, Marielle LAFONT, Médecin Généraliste, Jean-Louis LAMARQUE, Radiologue, Montpellier Philippe LAMBERT, Médecin Généraliste, Sète Éric LARTIGAU, Radiothérapeute, Villejuif Jean-Christian LAURENT, Chirurgien, Lille Arlette LE MOUEL, Radiologue, Besançon Anne LESUR, Gynécologue, Vandœuvrelès-Nancy Alain LE TREUT, Radiologue, Bordeaux Philippe MARTIN, Radiothérapeute, Lyon P r Michel MARTY, Cancérologue, Paris Gilles MARX, Psychologue-Oncologue, Paris Louis MAURIAC, Endocrinologue, Bordeaux Hélène NOWAK, Gynécologue, Paris Madame le Docteur Marie-Christine NUTTENS, Épidémiologiste, Lille Pierre OPINEL, Gynécologue, Aix-en- Provence Nicole PELICIER, Psychologue, Paris P r Lucien PIANA, Chirurgien, Marseille P r Henri PUJOL, Chirurgien, Montpellier François REBOUL, Cancérologue- Radiothérapeute, Avignon P r Robert RENAUD, Gynécologue, Strasbourg France ROCHARD, Chirurgien, Villejuif Rémy SALMON, Chirurgien, Paris 7

8 Pierre SALTEL, Psychiatre, Lyon P r Simon SCHRAUB, Radiothérapeute, Besançon Brigitte SERADOUR, Radiologue, Marseille Daniel SERIN, Oncologue- Radiothérapeute, Avignon Joseph STINES, Radiologue, Vandœuvrelès-Nancy Anne TARDIVON, Radiologue, Villejuif Armelle TRAVADE, Gynécologue, Clermont-Ferrand Henri TRISTANT, Radiologue, Paris Jean-Pierre VALLÉE, Médecin Généraliste, Colleville-Montgomery VERDIER, Médecin Généraliste, Lugrin Richard VILLET, Chirurgien, Paris Brigitte ZAFRANI, Anatomo-pathologiste, Paris RPC 3 : SUIVI DES PATIENTES TRAITÉES POUR UN CANCER DU SEIN NON MÉTASTASÉ P r Jacques AMOUROUX, Anatomopathologiste, Bobigny Catherine BALU-MAESTRO, Radiologue, Nice M me Marie-Pierre BLANC-VINCENT, Pharmacien-Méthodologiste, Bordeaux P r Jacques BONNETERRE, Oncologue, Lille P r Alain BRÉMOND, Chirurgien, Lyon Gérard BOUTET, Gynécologue, La Rochelle P r Luc CAMBIER, Radiologue, Lille Bruno CUTULI, Radiothérapeute, Strasbourg Sète Gérard DALE, Radiologue, Strasbourg Thierry DELOZIER, Oncologue, Caen Anne DE ROQUANCOURT, Anatomopathologiste, Paris Marc ESPIÉ, Oncologue, Paris Marie-Hélène DILHUYDY, Radiologue, Bordeaux Hector FALCOFF, Médecin Généraliste, Paris P r Guy FRIJA, Radiologue, Paris M me Béatrice GAIRARD, Maître de Conférence en Université - Praticien hospitalier en Oncologie, Strasbourg Jean-Rémi GARBAY, Oncologue, Saint- Cloud Pierre GALLOIS, Médecin Interniste, Charnay-lès-Macon Sylvie GIARD, Chirurgien, Lille Saranda HABER, Radiologue, Aulnaysous-Bois Pierre HAEHNEL, Radiologue, Strasbourg Danielle HASSOUN, Gynécologue, Paris Michel HERY, Radiothérapeute, Monaco Philippe HOFLIGER, Médecin Généraliste, Nice Nelly HOMASSON, Gynécologue, Paris Jean-Pierre JULIEN, Chirurgien, Rouen Jean-Louis LAMARQUE, Radiologue, Montpellier Philippe LAMBERT, Médecin Généraliste, Marielle LAFONT, Médecin Généraliste, Morrières-lès-Avignon P r Jean-Pierre LEFRANC, Chirurgien gynécoobstétricien, Paris M me Andrée LEHMANN, Psychologue, Paris P r Michel MARTY, Cancérologue, Paris Louis MAURIAC, Endocrinologue, Bordeaux P r Lucien PIANA, Chirurgien, Marseille P r Henri PUJOL, Chirurgien, Montpellier REBOUL, Radiothérapeute, Avignon Pierre SALTEL, Psychiatre, Lyon Daniel SERIN, Oncologue Radiothérapeute, Avignon Armelle TRAVADE, Gynécologue, Clermont-Ferrand Henri TRISTANT, Radiologue, Paris Jean-Pierre VALLÉE, Médecin Généraliste, Colleville-Montgomery Les médecins libéraux correspondants de l'anaes : la demande directe de questions à un groupe de médecins libéraux sensibilisés aux méthodes d'évaluation a permis d'aider le comité d'organisation et le groupe d'experts à identifier les questions importantes suscitées par le thème. 8

9 PRÉAMBULE I. OBJET DES RECOMMANDATIONS La situation prise en compte dans ces recommandations est la conduite à tenir devant une image anormale découverte à la mammographie à un stade infraclinique, la mammographie ayant pu être prescrite dans le cadre d'un dépistage de masse organisé ou dans celui du dépistage individuel. II. JUSTIFICATIF DES RECOMMANDATIONS SUR LE CANCER DU SEIN Les raisons ayant conduit à l élaboration de recommandations sur ce sujet sont : la fréquence et la gravité des cancers du sein ; son pronostic qui dépend en partie de la précocité du diagnostic ; l'évolution des méthodes diagnostiques et thérapeutiques et leur valeur, mieux connues mais dont la diffusion est variable ; la découverte d un nombre croissant d anomalies radiologiques impalpables grâce au dépistage spontané ou organisé ; le surcroît d examens complémentaires généré par ce dépistage dont les indications doivent être codifiées du mieux possible pour obtenir un équilibre entre la sensibilité (c est-à-dire prescrire suffisamment d examens pour ne pas manquer d un cancer) et la spécificité (c est-à-dire ne pas entreprendre trop d examens complémentaires, et en particulier de biopsies, de façon inutile). III. OBJECTIF DE CES RECOMMANDATIONS L objectif de ces recommandations est d aider le praticien à choisir une stratégie logique et raisonnable de prise en charge d'une patiente ayant une image mammographique anormale ; la finalité étant d améliorer les conditions du diagnostic et de la thérapeutique des cancers du sein découverts à un stade précoce, curables. IV. MÉTHODES Les présentes recommandations ont été élaborées par un groupe de travail multidisciplinaire, selon une méthodologie explicite, décrite par l'andem en 1993 et 1997 dans le document intitulé : «Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC). Base méthodologique pour leur réalisation en France». Cette méthode fait intervenir un comité d'organisation, un groupe de travail multidisciplinaire (chargé de l'analyse de la littérature, de la prise en compte de l'avis d'experts et de la rédaction des documents), et un groupe de relecture (devant apporter des informations, commenter les documents produits et valider les points d'accord ou de désaccord). Toutes les informations données dans le présent document sont étayées par une analyse de la littérature ; lorsque les données sont insuffisantes, il est mentionné s'il existe un accord entre experts («accord professionnel») ou, en l'absence d'accord, que le sujet reste discuté et nécessite des études complémentaires. 9

10 Les recommandations proposées sont été classées dans le texte en grade A, B ou C selon les modalités suivantes : une recommandation de grade A est fondée sur une preuve scientifique établie par des études de fort niveau de preuve (par exemple, essais comparatifs randomisés de forte puissance et sans biais majeur, méta-analyse, analyse de décision, ) ; une recommandation de grade B est fondée sur une présomption scientifique fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve (par exemple, essais comparatifs randomisés de faible puissance et/ou comportant des biais, ) ; une recommandation de grade C est fondée sur des études de faible niveau de preuve (par exemple, essais comparatifs non randomisés avec groupe contrôle historique, séries de cas, ). En l absence de précision, les recommandations proposées correspondent à un accord professionnel. Cette classification a pour but d expliciter les bases des recommandations. L absence de niveau de preuve doit inciter à engager des études complémentaires lorsque cela est possible ; cependant l absence de niveau de preuve ne signifie pas que les recommandations élaborées ne sont pas pertinentes et utiles. 10

11 RPC 1 : CONDUITE À TENIR DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE IMAGE MAMMOGRAPHIQUE INFRACLINIQUE ANORMALE I. FACTEURS DE RISQUE À PRENDRE EN COMPTE DANS LA DÉMARCHE DIAGNOSTIQUE La probabilité qu'une anomalie mammographique corresponde à un cancer augmente avec l âge, avec les antécédents personnels de cancer du sein et les antécédents familiaux proches (grade A). Pour une femme, le risque de développer précocement un cancer du sein est d autant plus important qu elle a des antécédents familiaux dans sa parenté proche (premier degré) et que des cas sont survenus à un âge plus jeune chez un grand nombre de ses parents de la même lignée (grade A). Le risque est majoré par les cas bilatéraux et l existence de cancers associés, en particulier de l ovaire. Il est recommandé de tenir compte de cette élévation du risque lors de la prise en charge diagnostique des anomalies probablement bénignes et suspectes. En cas, de risque de développer précocement un cancer du sein, la conduite à tenir, actuellement non codifiée, est déterminée au mieux dans un cadre collégial multidisciplinaire. II. RECOMMANDATIONS SUR L'IMAGERIE La mammographie La découverte d une anomalie infraclinique doit donner lieu à la réalisation d une mammographie standard bilatérale comportant deux incidences : cranio-podale et oblique externe (grade B). Lorsque l anomalie est confirmée, la mammographie standard est complétée si nécessaire par des incidences complémentaires : incidence de profil strict pour déterminer sa topographie, autres incidences parfois localisées en cas de difficultés d interprétation, agrandissement géométrique en cas de microcalcifications ou de petites anomalies (grade C). Les microcalcifications sont décrites en utilisant la classification de Le Gal modifiée (tableau 1). La lecture des clichés doit être faite par un radiologue spécifiquement formé, entraîné à la lecture (grade B). Chaque fois qu il existe une image douteuse, une deuxième lecture par un autre radiologue formé et entraîné est recommandée (grade B). Tableau 1. Classification des microcalcifications de Le Gal modifiée. Type Description morphologique des microcalcifications 1 annulaires ou arciformes, horizontales ou semi-lunaires, sédimentées sur le profil, rhomboédriques 2 rondes et régulières 3 poussiéreuses 4 punctiformes, irrégulières, granuleuses contours angulaires, polyédriques 5 vermiculaires ramifiées, en branches, dessinant les lettres V, W, X, Y 11

12 Les mammographies doivent être lues avec un négatoscope de bonne qualité en opposant deux par deux les mêmes incidences droite/gauche et en les comparant chaque fois que possible aux mammographies antérieures (grade C). Une loupe et un spot lumineux sont indispensables. Une anomalie mammographique doit faire réaliser un examen clinique orienté par l'image pour confirmer son caractère infraclinique. Il est recommandé d utiliser un compte rendu mammographique standard où sont formulées les hypothèses diagnostiques selon le degré de suspicion d après l American College of Radiology (ACR) : mammographie normale (ACR1), aspect bénin (ACR2), probablement bénin (ACR3), suspect (ACR4) ou malin (ACR5) (cf. tableau 2). Tableau 2. Classification des anomalies mammographiques adaptée d après celle de l ACR *. ACR 2 opacités rondes avec macrocalcifications (adénofibrome ou kyste) opacités ovalaires à centre clair (ganglion intramammaire) image de densité graisseuse ou mixte cicatrices connues macrocalcifications isolées microcalcifications de type 1 d'après Le Gal calcifications vasculaires ACR 3 ACR 4 ACR 5 microcalcifications de type 2 d après Le Gal, en foyers unique ou multiples ou nombreuses calcifications dispersées groupées au hasard opacités rondes ou ovales, discrètement polycycliques non calcifiées, bien circonscrites asymétries focales de densité à limites concaves et/ou mélangées à de la graisse. microcalcifications de type 3 d après Le Gal ou de type 4 peu nombreuses images spiculées sans centre dense opacités non liquidiennes rondes ou ovales, à contour microlobulé ou masqué distorsions architecturales asymétries ou hyperdensités localisées évolutives ou à limites convexes. microcalcifications de type 5 d après Le Gal ou de type 4 nombreuses et groupées amas de calcifications de topographie galactophorique calcifications évolutives ou associées à des anomalies architecturales ou à une opacité opacités mal circonscrites à contours flous et irréguliers opacités spiculées à centre dense. * N.B. : L adaptation de la classification de l ACR concerne essentiellement la terminologie utilisée pour décrire les anomalies mammographiques, en particulier les microcalcifications. Dans le tableau 1 les microcalcifications ont été classées selon la classification morphologique française de Le Gal en tenant compte des équivalences entre cette classification et celle de l ACR. La description des microcalcifications selon la classification de Le Gal figure dans le tableau 2. En situation diagnostique comme en situation de dépistage, un contrôle régulier de la qualité des appareillages est indispensable. L échographie Les indications de l échographie sont à moduler en fonction de la densité des seins et de la catégorie ACR de l anomalie. 12

13 Les principales indications de l échographie sont les anomalies ACR 3 et 4 sur des seins denses : en cas d opacités de nature indéterminée : l échographie permet essentiellement de différencier un kyste d une structure tissulaire et apporte des arguments supplémentaires de malignité ou de bénignité ; en cas de microcalcifications, distorsions architecturales, hyperdensités localisées : l échographie ne sert pas à apprécier directement le degré de suspicion mais à éliminer une lésion radiologiquement latente associée. L échographie est aussi indiquée en cas d anomalie ACR 5 en apparence unique sur seins denses pour mettre en évidence des lésions multifocales uni ou bilatérales radiologiquement latentes. L échographie n est pas indiquée dans les anomalies ACR 2. Les autres techniques d imagerie Dans l état actuel des connaissances, la mammographie numérique et l IRM ne sont pas indiquées en dehors de protocoles d évaluation. III. RECOMMANDATIONS SUR LES MARQUEURS TUMORAUX Les marqueurs tumoraux sériques sont inutiles au diagnostic (grade B). IV. DÉCISIONS EN FONCTION DU DEGRÉ DE SUSPICION DE MALIGNITÉ ÉTABLI À L'IMAGERIE Après découverte et confirmation d une anomalie mammographique infra clinique, le choix entre l arrêt de la démarche diagnostique, la simple surveillance, le recours aux techniques interventionnelles non chirurgicales (cytoponction et/ou microbiopsie) ou aux techniques chirurgicales (exérèse à visée diagnostique ± thérapeutique) dépend essentiellement du degré de suspicion de malignité établi à l'imagerie. * Devant un aspect d anomalie mammographique bénin (ACR 2), il est recommandé d arrêter la démarche diagnostique et de n engager aucune surveillance particulière (grade C). Le suivi s effectue selon les modalités de dépistage individuel, en fonction des facteurs de risque. Il n'y a pas de contre-indication à débuter ou à poursuivre un traitement hormonal substitutif de la ménopause ou une contraception orale. * Dans les anomalies probablement bénignes (ACR 3), une surveillance clinique et mammographique est recommandée (grade C) à condition que les données de l imagerie soient concordantes, qu il n existe pas de facteurs de risque particuliers et que la surveillance soit possible. La décision de surveiller est prise, si possible après double lecture (deux lecteurs radiologues) et au mieux de façon collégiale, en associant le médecin prescripteur. La surveillance mammographique s'effectue avec les mêmes incidences qui ont révélé l'anomalie. Le premier contrôle a lieu entre 4 et 6 mois selon le degré de suspicion et la nature de l'anomalie (plutôt 4 mois pour les opacités circonscrites et 6 mois pour les microcalcifications), puis tous les ans pendant au minimum 2 ans avant de reprendre le schéma de dépistage habituel. 13

14 Dans les autres cas (données de l'imagerie non concordantes, risque élevé de cancer du sein, conditions non réunies pour permettre une surveillance, femmes débutant une grossesse) ces anomalies doivent être explorées. * Les anomalies suspectes (ACR 4) doivent faire l objet d un prélèvement pour diagnostic histologique, si possible par technique interventionnelle non chirurgicale. Cependant, la biopsie ou l'exérèse chirurgicale peuvent être préférées aux prélèvements non chirurgicaux lorsque : les techniques interventionnelles non chirurgicales sont difficilement accessibles ; le degré de suspicion est suffisamment important (contexte de risque particulier) ; la patiente préfère une intervention chirurgicale d'emblée. * Devant un aspect malin d anomalie mammographique (catégorie ACR 5), il est recommandé de réaliser systématiquement une biopsie ou une exérèse. La pratique préalable d une technique interventionnelle non chirurgicale peut se concevoir dans l'optique de préciser les modalités chirurgicales (cette remarque vaut aussi pour les anomalies ACR 4 opérées). V. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES NON CHIRURGICALES Les techniques interventionnelles non chirurgicales sont la cytoponction et la microbiopsie. - Critères de choix Il s agit de techniques dont les performances sont dépendantes du degré d expertise de l opérateur et du cytopathologiste, en particulier pour la cytoponction. La valeur diagnostique de la microbiopsie à l'aiguille lorsqu elle est effectuée par une équipe entraînée est très proche de celle de la biopsie (grade A). Dans les conditions de pratique idéales, la microbiopsie est plus fiable que la cytoponction (grade B). La microbiopsie est préférable à la cytoponction seule (grade B). Toutefois, lorsqu elle est effectuée et interprétée par un opérateur et un cytologiste expérimentés, dans des conditions établies comme fiables (cf. infra), la cytoponction première complétée si besoin par une microbiopsie peut aussi être pratiquée. La cytoponction peut être suffisante lorsque le résultat est celui d une lésion maligne ou des lésions bénignes suivantes : kystes, ganglions mammaires et fibroadénomes typiques. Devant tout autre résultat en faveur d une lésion bénigne, elle est insuffisante à la prise de décision. La microbiopsie permet presque toujours une interprétation histologique. Elle apprécie le caractère invasif d une lésion maligne. En cas de réponse hyperplasie atypique, le risque élevé de carcinome de voisinage conduit à toujours compléter par une technique chirurgicale. L'exiguïté d'un prélèvement n autorise pas toujours un diagnostic formel dans l'adénose sclérosante, l'adénose microglandulaire, la cicatrice radiaire, l'hyperplasie atypique, le carcinome in situ de bas grade. En cas d incertitude, il convient de recourir à la biopsie chirurgicale. 14

15 - Conditions d utilisation des techniques interventionnelles non chirurgicales La cytoponction et la microbiopsie ne doivent être réalisées en pratique courante que lorsque l équipe qui les utilise les a évaluées et qu elles sont fiables. Une telle évaluation doit comprendre le pourcentage de résultats non informatifs (cytologies acellulaires, résultats bénins non corrélés à l'image mammographique), le pourcentage de résultats classés en «risque de malignité», la sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive et la valeur prédictive négative. Cette évaluation doit ensuite être réalisée périodiquement. - Méthodes de guidage Pour les anomalies infracliniques, la cytoponction et la microbiopsie doivent être guidées par méthode stéréotaxique ou échographique. Il n y a pas de supériorité démontrée d une méthode ou d une autre. Le choix de la méthode de guidage dépend des caractéristiques de l anomalie et de l expérience du radiologue. Toutefois, lorsque les deux méthodes sont possibles : 1) pour les microbiopsies comme pour les cytoponctions la méthode stéréotaxique semble préférable pour les petites lésions profondes ; 2) pour les microbiopsies, la ponction sous stéréotaxie sur un sein immobilisé est probablement mieux supportée qu un échoguidage sur sein non immobilisé. Lorsque l on utilise la cytoponction ou la microbiopsie, il est recommandé de s assurer que le prélèvement a bien eu lieu dans la lésion en cause par des clichés de contrôle, aiguille en place en cas de repérage stéréotaxique, ou par le contrôle en temps réel de la place de l aiguille avec prise d images en cas de repérage échographique. - Compte rendu du prélèvement Tout prélèvement doit faire l objet d un compte rendu mentionnant le type d anesthésie, le type de guidage, l aiguille utilisée, le nombre de passages et la tolérance de l examen, ainsi qu une appréciation documentée de l atteinte de la cible visée et de la quantité de matériel prélevé. - Conditions d interprétation du prélèvement L interprétation permettant la décision thérapeutique résulte de la comparaison entre le résultat cyto et/ou histologique et l aspect mammographique ± échographique. Le diagnostic cyto-histologique prend toute sa valeur en cas de concordance avec la mammographie. Cette concordance est indispensable en cas de réponse cytohistologique de bénignité pour permettre d opter pour une surveillance. VI. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES TECHNIQUES CHIRURGICALES Les techniques interventionnelles chirurgicales sont la biopsie diagnostique et l exérèse diagnostique et thérapeutique. Il s agit des techniques de référence pour obtenir un diagnostic histologique chaque fois que l on ne peut pas lever le doute par d autres méthodes. 15

16 À titre diagnostique, l'intervention chirurgicale a pour inconvénients son caractère invasif, sa morbidité et son coût qui doivent en faire peser les indications. - Critères de choix La biopsie s'adresse essentiellement aux microcalcifications réparties en de vastes plages ou en de multiples foyers (en choisissant le plus suspect) et l'exérèse aux opacités et microcalcifications dont l'extension permet a priori une exérèse complète. - Compte rendu opératoire Toute biopsie doit faire l objet d un compte rendu opératoire mentionnant le type d anesthésie, la voie d abord, le repérage utilisé, l appréciation macroscopique de la pièce opératoire, les incidents éventuels. - Radiographie de la pièce opératoire La radiographie de la pièce opératoire fermée et orientée est indispensable pour vérifier que l anomalie mammographique qui a motivé l intervention est retrouvée dans la pièce. - Place de l examen extemporané des prélèvements chirurgicaux L'examen extemporané n'est pas indiqué : pour des anomalies sans traduction macroscopique, en particulier les foyers de microcalcifications ; pour les tumeurs bien individualisées mesurant moins de 10 mm ; pour les tumeurs végétantes intracanalaires quelle que soit leur taille. VII. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES ET L'ANNONCE DU DIAGNOSTIC Les praticiens impliqués dans la démarche diagnostique ont un devoir à la fois légal et éthique d informer la patiente du diagnostic, des investigations et des thérapeutiques proposées. Les praticiens impliqués dans la démarche diagnostique doivent tenir compte dans leurs explications du caractère particulièrement anxiogène de cette démarche et de la personnalité de la patiente. Ils doivent veiller à la compréhension de ces explications. Les délais entre la découverte du diagnostic, le diagnostic et son annonce, l annonce et le début du traitement doivent être les plus courts possible (grade C). Toutes les fois que la patiente paraît en mesure de recevoir l annonce du diagnostic de cancer du sein, celui-ci doit lui être communiqué (grade C). Le praticien doit cependant tenir compte du fait que certaines femmes ne veulent ou ne peuvent pas supporter une telle annonce. 16

17 L annonce du diagnostic de cancer du sein doit être faite au cours d un entretien particulier, tenant compte de la personnalité de la patiente et du caractère durablement anxiogène de cette annonce (grade B). La patiente à qui le diagnostic est annoncé doit être assurée de la continuité de la prise en charge ultérieure et de la possibilité qu elle aura de se référer à tout moment à une écoute et à une compétence médicale. 17

18 RPC 2 : CONDUITE THÉRAPEUTIQUE DEVANT UN CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE Définition du cancer infraclinique Le groupe de travail définit le cancer infraclinique comme des lésions découvertes par l imagerie (au cours d un dépistage systématique ou sur prescription individuelle) chez une femme asymptomatique sans anomalie suspecte à l examen des seins et des aires ganglionnaires. L ensemble de ces lésions correspond sur le plan histologique aux carcinomes lobulaires in situ (CLIS), aux carcinomes canalaires in situ (CCIS), aux cancers microinvasifs auxquels on peut associer d un point de vue pratique les cancers infiltrants de moins de 1 centimètre. Carcinome lobulaire in situ Selon l OMS, le carcinome lobulaire in situ (CLIS) est un carcinome intéressant les canalicules intralobulaires qui sont comblés et distendus par une prolifération de cellules peu jointives sans envahissement du tissu conjonctif voisin. Les cellules tumorales peuvent se propager dans les canaux extralobulaires (diffusion pagétoïde) et remplacer les cellules de l épithélium canalaire. Certains auteurs préfèrent regrouper le carcinome lobulaire in situ et l hyperplasie lobulaire atypique (HLA) dans une même entité appelée néoplasie lobulaire. Il existe une difficulté d identification morphologique entre l HLA et le CLIS, et la frontière entre ces deux entités est parfois subjective. Ceci peut nécessiter souvent le recours à l avis d un expert. Il serait utile d'établir un consensus objectif (qualitatif et quantitatif) quant à la définition histologique du CLIS. En l absence de facteurs de risque associés au CLIS, si les conditions de surveillance clinique et radiologique sont favorables et si la patiente est coopérante, il existe un accord de la majorité des auteurs pour se contenter d une simple surveillance au long cours après biopsie-exérèse (grade C). Celle-ci consiste en un examen clinique tous les 4 à 6 mois et une mammographie annuelle. La mastectomie bilatérale est une alternative qui ne doit être proposée qu'à des femmes dites «à haut risque» présentant d autres facteurs de risque associés au cancer. Il peut s agir d un antécédent familial de cancer du sein au premier degré, d un antécédent personnel de néoplasie lobulaire, du degré d extension du CLIS et du jeune âge (< 40 ans) de la patiente. En cas de mutation des gènes BRCA1, BRCA2 (gènes récemment démontrés comme prédisposant à un cancer du sein), l éventualité d une chirurgie radicale peut être discutée. Cependant, aucune publication à ce jour n a démontré l'intérêt de cette pratique chez ces patientes. En cas de lésion histologique étendue (grande taille nucléaire, perte de cohésion cellulaire, atteinte de plus de la moitié des ductules d'un lobule, nombre de lobules envahis supérieur à 10) une mastectomie unilatérale totale peut être envisagée afin de ne pas méconnaître de petits foyers infiltrants associés nécessitant un traitement similaire à celui d'un cancer invasif. 18

19 L'intérêt des biopsies controlatérales systématiques est controversé. L état psychologique et le contexte psychologique de la patiente, son désir et son environnement socio-familial sont des facteurs déterminants dans le choix de la thérapeutique. En définitive, la décision sera prise au cas par cas après longue discussion avec la patiente (qui peut participer à la décision, cf. RPC 1: «Conduite à tenir diagnostique devant une image mammographique anormale») détaillant les risques à long terme des différentes options thérapeutiques. Le carcinome canalaire in situ Le carcinome canalaire in situ (CCIS) est défini par l Organisation Mondiale de la Santé comme un carcinome des galactophores n infiltrant pas le tissu conjonctif. Dans ce type de lésions la membrane basale est respectée. Il existe plusieurs sous-types architecturaux de CCIS : - le type massif ; - le type cribriforme ; -le type papillaire ou micropapillaire ; - le type comédo. À ces formes classiques, certains auteurs ajoutent le type clinging carcinoma. Ces caractères architecturaux ne suffisent pas à eux seuls à déterminer avec exactitude le pronostic. Ainsi, plusieurs «écoles» proposent actuellement des classifications histologiques différentes fondées essentiellement sur les critères suivants : l existence de nécrose, le grade nucléaire et la polarisation. Le point commun de ces classifications, dont aucune n est validée à l heure actuelle, est la distinction de trois groupes : haut grade, bas grade et grade intermédiaire. Le CCIS présente un risque potentiel de progression vers un cancer invasif. Sa prise en charge doit avoir pour objectif : de prévenir le développement d un cancer infiltrant mettant en jeu le pronostic vital ; de conserver le sein autant que possible. Il n y a actuellement aucun consensus clairement établi concernant les indications thérapeutiques des CCIS. Plusieurs facteurs interviennent dans le choix du traitement adéquat : la taille de la tumeur, les facteurs histologiques en particulier. Le tableau suivant résume le choix thérapeutique du CCIS en fonction de la taille de la tumeur et du grade histologique. 19

20 CCIS, résumé du choix thérapeutique. Taille histologique Grades histologiques de la tumeur Bas grade Grade intermédiaire Haut grade pt > 2,5 cm * Mastectomie (traitement conservateur 1 en cours d évaluation) Mastectomie + curage limité 2 (traitement conservateur en cours d évaluation) Mastectomie + curage limité 2 1 < pt < 2,5 cm * Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 + curage limité 2 pt < 1 cm Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 Chirurgie conservatrice 1 + radiothérapie 3 * Certains auteurs proposent le traitement conservateur jusqu à une taille tumorale anatomo-pathologique de 4 cm. 1 Avec marges non envahies et sans microcalcifications résiduelles 2 Dit «premier étage de Berg» 3 45 à 55 grays en fractionnement conventionnel ± surdosage En définitive, la décision thérapeutique sera prise avec la patiente après l avoir informée des avantages et inconvénients des différentes options thérapeutiques. En cas de traitement conservateur, une mammographie postopératoire, dans les mois suivant l intervention, est nécessaire pour vérifier la qualité de l exérèse et servir de référence au suivi ultérieur. Toutes les femmes traitées doivent bénéficier d une surveillance clinique et mammographique annuelle à long terme (cf. RPC 3 : «Suivi des patientes traitées pour un cancer du sein non métastasé»). Le carcinome micro-invasif Le carcinome micro-invasif est une tumeur constituée de façon prédominante par un carcinome intracanalaire auquel s associent un ou plusieurs petits foyers infiltrants nettement individualisés. Le diamètre maximum de la composante invasive, au-delà de la membrane basale, ne doit pas dépasser 2 mm. Ce type de lésion doit être pris en charge selon le type et l extension de la composante intra canalaire. En effet, la mastectomie doit être préconisée en cas de lésion étendue (cf. CCIS) ou après exérèse avec marges envahies (grade C). Le traitement conservateur doit toujours être suivi d une radiothérapie sur l ensemble du sein (grade B). En raison du risque de métastase, un curage ganglionnaire axillaire limité (dit «1 er étage de Berg») est habituellement conseillé. Le cancer infiltrant infraclinique de moins de 1 cm Ces recommandations sont volontairement limitées aux cancers infiltrants de moins de 1 cm qui sont souvent regroupés dans la littérature anglo-saxonne sous le terme minimal breast cancer en association avec les cancers in situ et micro-invasifs. 20

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an Dépistage du cancer du sein J Lansac Département de gynécologie Obstétrique Reproduction Médecine foetale CHU de Tours Pourquoi le dépistage du cancer du sein? C est un cancer fréquent Incidence 75 à 90

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL.

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. Le CAD (computer aide diagnosis) et les micro-calcifications : Les CAD sont très et les plus performants dans

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g B. de Korvin*, C Bouriel*, P. Tas **, M. Clouet*,R. Gastinne*, C. Marchetti*,H. Mesbah***, JF Laurent***

Plus en détail

HORMONOLOGIE - REPRODUCTION Imagerie mammaire. Imagerie mammaire

HORMONOLOGIE - REPRODUCTION Imagerie mammaire. Imagerie mammaire 17/04/2014 STOUT Sophie L3 H-R Pr. P. SILES 10 pages Relecteur 7 Imagerie mammaire Plan A. Dépistage du cancer du sein I. Dépistage organisé II. Dépistage individuel B. Techniques utilisées en imagerie

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Introduction historique

Introduction historique MICROBIOPSIES ASSISTÉES SOUS VIDE (MAMMOTOME ) SOUS GUIDAGE STÉRÉOTAXIQUE ET ÉCHOGRAPHIQUE Drs Rachel Boutemy, Isabelle Gillard, Veronica Mendez-Mayorga Unité de sénologie imagerie médicale CHIREC Introduction

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME F Réty (1), M Charlot (1), O Beatrix (2) PJ Valette (1) (1) Service d imagerie, d (2) Service de chirurgie gynécologique Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite B Rappel

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN Cancer le plus fréquent chez la femme. Incidence : 25 000 nouveaux cas par an en France. L'incidence augmente en parallèle avec le recul de la mortalité. I - FACTEURS

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN INFILTRANT DIAGNOSTIC (mise à jour juin 2004) Examen clinique : Imagerie Médicale : Biologie : Autres : - Mammographie bilatérale - Echographie mammaire - +/- IRM à évaluer - Radiographie pulmonaire -

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Docteur B. Maria Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique TOME XXIV publié le 30.11.2000 VINGT-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

Department de Sénologie Unilabs Karin Leifland MD, Ph D Brigitte Wilczek MD, Ph D. Hôpital de Capio S:t Göran Stockholm Suède

Department de Sénologie Unilabs Karin Leifland MD, Ph D Brigitte Wilczek MD, Ph D. Hôpital de Capio S:t Göran Stockholm Suède Caractéristiques des cancers du seins détectés par l échographie automatisée 3 D (ABUS) dans le cadre d un grand centre hospitalier de mammographie de dépistage organisé à Stockholm, Suède Department de

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010 Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour Sommaire Contexte 5 Epidémiologie... 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Sommaire. Pathologie mammaire bénigne. I. Introduction. II. Manifestations cliniques. Evolution des pratiques: Circonstances diagnostiques:

Sommaire. Pathologie mammaire bénigne. I. Introduction. II. Manifestations cliniques. Evolution des pratiques: Circonstances diagnostiques: Pathologie mammaire bénigne V. SAMOUELIAN [1] E. PONCELET [2] D. VINATIER [1] Cours de DES de gynécologie-obstétrique 8 juin 2007 Sommaire I. Introduction Sémiologie clinique I Bilan étiologique IV. Sémiologie

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels 2, avenue du

Plus en détail

B3: Trop ou pas assez de chirurgie?

B3: Trop ou pas assez de chirurgie? B3: Trop ou pas assez de chirurgie? Monique Cohen Marseille SFSPM - 10/11/2011 Conflits d intérêt: Néant «Mais la femme, enlevant de ses mains le large couvercle de la jarre, les dispersa par le monde

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2 RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2 Date de validation par le collège : Mars 2014 Cette recommandation

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

CHAPITRE 40. Cancer du sein

CHAPITRE 40. Cancer du sein CHAPITRE 40 Cancer du sein OBJECTIFS Caractériser une image ambiguë en mammographie /échographie. Dépister en cas de haut risque familial. Participer au bilan préthérapeutique. TECHNIQUE Acquisition de

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 Une anomalie ACR5 n est pas synonyme de malignité (VPP>95%) Quelle CAT après un

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Mme R est une patiente de 52 ans.

Mme R est une patiente de 52 ans. CAS CLINIQUE N 3 Mme R est une patiente de 52 ans. Atcd chir: Hystérectomie totale Atcd med:hta 3 enfants, ménopausée à 48 ans, sans THS Palpation par son médecin traitant d une induration QSI sein droit

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

CAHIERS DES CHARGES DU DEPISTAGE ORGANISE DU CANCER DU SEIN

CAHIERS DES CHARGES DU DEPISTAGE ORGANISE DU CANCER DU SEIN CAHIERS DES CHARGES DU DEPISTAGE ORGANISE DU CANCER DU SEIN p.1 CAHIER DES CHARGES POUR LES RADIOLOGUES p. 2 Table des matières CAHIER DES CHARGES POUR LES RADIOLOGUES... 2 TABLE DES MATIÈRES... 3 GLOSSAIRE...

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS LÉSIONS OBSERVÉES DANS LES PIÈCES DE MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Dépistage et Sur-diagnostic. Sommes-nous victimes des progrès technologiques?

Dépistage et Sur-diagnostic. Sommes-nous victimes des progrès technologiques? Dépistage et Sur-diagnostic Sommes-nous victimes des progrès technologiques? L Ceugnart P Vennin S Taieb Lille SFSPM - MARSEILLE 2011 Sommes-nous victimes des progrès technologiques? 9 Novembre 2011 Progrès

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Kit d échographie mammaire C.Héliot, E.Czarnecki, F.Bachelle, L.Ceugnart Centre Oscar Lambret Lille Sommaire Indications de l échographie Technique/ déroulement de l examen Le sein normal: rappels Description

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

NOTE DE CADRAGE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage NOTE DE CADRAGE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Avril 2011 sur La note de cadrage de cette évaluation en santé publique est téléchargeable

Plus en détail

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 Formation continue pour pharmaciens Bourguillon, le 09 juin 2015 Prof. David Stucki Spécialiste FMH en gynécologie/obstétrique Spéc. en gynécologie opératoire Spéc.

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

Corrélation radio-histologique des lésions mammaires ACR 4

Corrélation radio-histologique des lésions mammaires ACR 4 UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES Année 2015 Corrélation radio-histologique des lésions mammaires ACR 4 (A propos de 180 cas) Expérience du service de Gynéco-obstétrique

Plus en détail

www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN

www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN ONCORIF - Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du sein - Janvier 2010 ONCORIF - Référentiel régional

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur M. Tournaire Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXI publié le 3.12.1997 VINGT ET UNIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Opportunité de dépistage du cancer du sein chez les femmes de 40 à 49 ans

Opportunité de dépistage du cancer du sein chez les femmes de 40 à 49 ans Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Opportunité de dépistage du cancer du sein chez les femmes de 40 à 49 ans Etat des connaissances et données disponibles pour le développement d une

Plus en détail

La première observation :

La première observation : 1 Dépistage organisé du cancer du sein et risque médicolégal. Faut-il améliorer la concertation entre les différents acteurs des mammographies de dépistage quant à leur interprétation? Avec notre collègue

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1 RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1 Date de validation par le collège : Mai 2012 Cette recommandation

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein

Dépistage du cancer du sein COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC Dépistage du cancer du sein Avant-propos Encore aujourd hui, le cancer du sein afflige un nombre important de Québécoises. Malgré ce constat inquiétant et bien que la mammographie

Plus en détail