La lettre du Conseil de l Ordre N 36 OCTOBRE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lettre du Conseil de l Ordre N 36 OCTOBRE 2013"

Transcription

1 N 36 OCTOBRE 2013 La lettre du Conseil de l Ordre Statut PH : les sages-femmes font grève Loi sur l enseignement supérieur : progrès ou statut quo? Test de Guthrie : recommandations pratiques et responsabilité de la sage-femme Lettre juridique : secret professionnel et justice pénale CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES

2 CONTACT SAGES-FEMMES Sommaire N 36 OCTOBRE 2013 N 36 OCTOBRE 2013 La lettre du Conseil de l Ordre Statut PH : les sages-femmes font grève Loi sur l enseignement supérieur : progrès ou statut quo? Test de Guthrie : recommandations pratiques et responsabilité de la sage-femme Lettre juridique : secret professionnel et justice pénale CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES 4 l 6 l 6 l 7 l 8 l 9 l 9 l 10 l Informations ordinales Les sages-femmes et l adoption de la loi relative à l enseignement supérieur et la recherche : progrès ou statu quo? Sunshine Act : lancement du site internet Nomenclature : les dernières évolutions Modifications apportées à la liste des titres de formation et fonctions autorisés par le Conseil national Actualités internationales Rapport du Parlement Européen sur la santé et les droits sexuels et génésiques La position du NEMIR sur l accord de compromis sur la directive 2005/36/EC Assurance professionnelle pour les sages-femmes libérales Grossesses normales : une nouvelle méta-analyse confirme la qualité du suivi exclusif par les sages-femmes 2 Conseil national de l Ordre des sages-femmes 168, rue de Grenelle Paris Téléphone : Télécopie : Rédaction Claire Akouka, Marianne Benoit Truong Canh, Nicole Bosson, Agathe Bougault, Alain Bissonnier, Anne-Marie Curat, David Hubert, Marie Josée Keller, Cécile Moulinier, Alain Piquet, Lucas Pisani Directrice de la Publication Marie Josée Keller Validation Cécile Moulinier Réalisation Claire Akouka Crédit photos Valua VItaly - Fotolia.com david debray - Fotolia.com illustrez-vous - Fotolia.com Sébastien Maurer - Fotolia.com Lurii Sokolv Fotolia.com Benoit RAJAU pour l Agence de la Biomédecine Marie-Noelline Poutrain / Danone Eaux France Mise en page et impression Chevillon Imprimeur 26, boulevard Kennedy SENS Dépôt légal : 4 e trimestre 2013 ISSN : Informations générales 11 l Statut PH : les sages-femmes font grève 13 l Bichat : les entretiens des sages-femmes 13 l Les 30e Journées d étude de l Association nationale des sages-femmes cadres 14 l Cérémonie de remise des diplôme du Master PMP 14 l 22e Grand Prix Evian des Ecoles de sages-femmes 15 l 16 l 18 l 20 l Conduites addictives et grossesse : publication d un guide destiné aux professionnels Dons d ovocytes : l Agence de la biomédecine vous informe Test de Guthrie : réalisation, recommandations pratiques et responsabilité de la sage-femme Les mesures visant à améliorer les conditions d emploi des agents contractuels dans la fonction publique hospitalière 20 l Fiche pratique Le développement professionnel continu 22 l Lettre juridique Le secret professionnel de la sage-femme et la justice pénale 24 l Revue de presse

3 N 36 OCTOBRE 2013 L édito de la Présidente M Madame, Monsieur, Cher collègue, Ces dernières semaines, nos consœurs libérales ont reçu un courrier de l Ordre demandant à celles qui pratiquent des accouchements à domicile de préciser leur situation assurantielle. Cette démarche, imposée par le Ministère de la Santé, a suscité un vif émoi dans les rangs de notre profession mais aussi parmi les usagers. Concernant la pratique de l accouchement à domicile, la problématique de la RCP soulève en effet de véritables difficultés que notre institution ne peut ignorer. Depuis plusieurs années, le Conseil national tente de trouver des solutions pour permettre aux femmes qui souhaitent accoucher chez elles de bénéficier de l accompagnement d une sage-femme couverte par une assurance professionnelle. Malheureusement, les assurances étant des sociétés commerciales, aucune institution publique ne peut intervenir sur leurs tarifs. Bien évidemment, l Ordre défend le respect du choix des femmes, quel qu il soit. Aussi nous battons-nous depuis plusieurs années pour la création d alternatives à la prise en charge standardisée dans nos maternités. Nous mettons tout en œuvre pour convaincre les députés de voter la proposition de loi sur l expérimentation des maisons de naissance le 28 novembre prochain. Evidemment, ces structures ne résoudront pas tout mais elles mettront en avant le respect du projet de naissance des couples ainsi que la compétence et l autonomie de notre profession. Les sages-femmes souffrent en effet aujourd hui d un véritable déni quant à leur rôle majeur dans la périnatalité. Nous espérons vivement que le mouvement de grève du 16 octobre, qui gagne en ampleur, portera ses fruits et permettra enfin une évolution statutaire et salariale. Malgré ces difficultés, restons soudés et mobilisés pour faire avancer la profession. MARIE JOSÉE KELLER PRÉSIDENTE Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 3

4 INFORMATIONS ORDINALES Les sages-femmes et l adoption de la loi relative à l enseignement supérieur et la recherche : progrès ou statu quo? 4 LLa loi relative à l enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013 mentionne la formation des sages-femmes et comprend plusieurs dispositions novatrices dont la portée réelle reste à mesurer. Au delà de l article 39, prévoyant des modalités particulières d'admission dans les études médicales, les sages-femmes sont visées par les articles 52, 53, 54 et 124 de la loi. L article 52 remplace le mot «département» par celui, moins restrictif, de «composante» permettant, notamment, la création d écoles universitaires, d instituts universitaires ou d UFR de maïeutique. L article 53 ajoute la maïeutique au titre de la section 2 du chapitre 3 du Titre 1 er du Livre VII de la 3 e partie du Code de l éducation sur les composantes universitaires qui deviendra «Dispositions propres aux unités de formation et de recherche de médecine, pharmacie, d odontologie et de maïeutique». La formation des sagesfemmes fait donc enfin son entrée dans le Code de l éducation au même titre que les autres professions médicales. L article 54 décline, quant à lui, le terme «maïeutique» dans l article L et suivants du Code de l éducation. Par ailleurs, l article 124 prévoit la possibilité pour le gouvernement de modifier par ordonnance la partie législative du code de l éducation afin d y insérer des dispositions relatives aux études de maïeutique. Il s agit là d une mesure porteuse d espoir et pouvant mener à l insertion d un nouveau chapitre intitulé «Les études de maïeutique» dans le Livre VI (Organisation des ensei- gnements supérieurs) de la Troisième partie (Les enseignements supérieurs) du Code de l éducation. Seul cet ajout encadrerait suffisamment l intégration universitaire des écoles de sages-femmes pour la protéger de toute perte d autonomie. Enfin, la loi du 22 juillet 2013, complétée par un décret du 19 août 2013, entérine indirectement le principe selon lequel la «maïeutique» est bien la discipline médicale exercée par la sage-femme. Ces modifications présentent donc plusieurs avantages majeurs mais ne répondent pas suffisamment aux inquiétudes des enseignants, des étudiants et du conseil de l Ordre sur le risque d atteinte à l autonomie de la formation dès son intégration à l université. CÉCILE MOULINIER ET LUCAS PISANI

5 N 36 OCTOBRE 2013 Interview de Thomas Savary, président de l Association nationale des Etudiants sages-femmes QQuelles évolutions majeures ont eu lieu ces dernières années pour les étudiants? La dernière grosse évolution effective pour les étudiants sages-femmes est la reconnaissance de leur formation au grade de master. En effet, depuis 2002, les étudiants sages-femmes doivent réussir le concours de la première année de médecine (nouvellement PACES : Commune aux Etudes de Santé) pour entrer en école de sagesfemmes, ce qui allonge leur études, passant ainsi de 4 à 5 ans (PACES + 4 années de Maïeutique). Jusque-là, notre formation était reconnue au grade de licence (donc 3 ans d études au lieu de 5). Avec la réingénierie des études et notamment la publication de l arrêté du 11 mars 2013 relatif au diplôme d état de sagefemme, notre formation est reconnue à sa juste valeur, c est-à-dire à 5 ans d études. La réforme des études conserve les deux cycles (anciennement première puis seconde phase) mais les a réorganisés pour mieux correspondre au système Licence-Master-Doctorat de l université, avec la création de deux diplômes : le diplôme de formation générale en sciences maïeutiques (DFGSMa) ainsi que le diplôme de formation approfondie (DFASMa), correspondant aux années de Master. Ces diplômes intermédiaires au Diplôme d Etat permettent notamment d acquérir des crédits européens qui facilitent les réorientations et la formation continue (double cursus master, préparation d un master 2 sans repasser par le master 1 ). Parallèlement à la réingenierie des études sans être partie intégrante de l Université (notamment via des conventions), le dossier de l intégration totale des écoles de sages-femmes à l université n avance que très peu. Aujourd hui, de nombreux projets sont ankylosés sur fond de désaccords idéologiques entre les universités, les doyens de médecine, les écoles, les CHU, les régions Nous travaillons à la résolution des conflits qui peuvent exister et cherchons activement toutes les solutions possibles pour que les sages-femmes puissent enfin accéder à l université. L Université est un enjeu crucial pour la reconnaissance de notre formation, l accès à des postes d enseignements universitaires, l accès à la recherche, la création d écoles universitaires autonomes au sein des universités, et pourquoi pas, pour diriger une maison de naissance ou un pôle physiologique? Ceux-ci ne peuvent être dirigés que par des Praticiens Hospitaliers, statut auquel n a pas accès une sage-femme actuellement et là-encore, les discussions sont houleuses et ne trouvent réel auditeur. La loi vous semble-t-elle aller dans la bonne direction? La loi ESR a fait un premier pas en direction des étudiants sages-femmes. En effet, elle introduit la possibilité de créer des UFR de Maïeutique au même titre que les autres formations médicales. De plus, il est précisé que la formation de sage-femme peut-être organisée au sein des universités dans des composantes. Si nous nous référons à l article L du code de l éducation, ces composantes sont : laboratoire de recherche, département, Unité de Formation et de Recherche (UFR), école ou institut et centre de recherche. Nous ne retrouvons pas dans cet article la notion de département d UFR (modèle souvent imposé aux écoles de sages-femmes sous la menace) mais le législateur nous répond que cet article n a pas pour intention d imposer une forme d intégration plutôt qu une autre. Nous attendons plus d explications à ce sujet car le terme département se réfère normalement aux départements d universités mais cela peut-être sujet à interprétation. Comme nous le disions, il s agit d un premier pas mais cela ne suffit pas car pour l instant cela ne change rien aux modalités d intégration ainsi que sur le devenir des enseignants ou des étudiants (mais au moins nous avons la possibilité de créer des UFR de Maïeutique!). La loi ESR est nécessaire, mais non suffisante. La volonté politique d intégration et d amélioration de la formation des sages-femmes doit suivre. L ordonnance peut-elle répondre aux attentes des enseignantes et des étudiants? L ordonnance pourrait nous permettre de transférer les dispositions des études de maïeutique dans le code de l éducation. A l heure actuelle, les études de sage-femme sont régies par le code de la santé publique et notamment dans son livre V Autres formations de santé qui nous regroupe avec toutes les formations paramédicales. Inutile de le préciser, vous l avez compris, les autres formations médicales et pharmaceutiques sont présentes depuis bien longtemps dans le code de l éducation. Il s agit d une volonté du législateur de mieux organiser les codes de la santé publique et de l éducation afin de transférer au bon code les compétences qui relèvent d un ministère plutôt qu un autre. Dans cette ordonnance on pourrait donc préciser que l intégration des écoles de sages-femmes se fera sous telle ou telle forme, mais cela va à l encontre de la loi de liberté des universités (LRU) ainsi que des volontés propres des présidents d universités. A l heure actuelle et pour le législateur, il s agira d un transfert pur et simple sans modification, ce qui est une grande déception pour nous car nous avions de gros espoirs d ajouter la forme d intégration des écoles dans cette partie du code de l éducation. Avez-vous prévu de rencontrer les auteurs de cette ordonnance? Nous les avons déjà rencontrés. Il s agit de la Direction Générale pour l Enseignement Supérieur et l Insertion Professionnelle, qui est un organe du Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche. Le dossier de l intégration universitaire fait énormément débat en ce moment, mais nous ne pouvons que continuer à argumenter (car nos arguments sont clairs, forts et licites), et attendre... Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 5

6 INFORMATIONS ORDINALES Sunshine Act : lancement du site internet AAfin d améliorer la transparence et l information du public, la loi impose dorénavant de publier les liens que les entreprises produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique destinés à l homme entretiennent avec les différents acteurs du monde de la santé. Dans cette optique, ces entreprises doivent rendre publique l existence des conventions qu elles concluent avec les professionnels de santé, étudiants ou associations professionnelles, ainsi que les avantages perçus à partir de 10 euros TTC, en nature ou en espèces, que les entreprises procurent, directement ou indirectement, à ces acteurs de santé,y compris dans le cadre des conventions. Conjointement, sont ainsi publiés l identité du bénéficiaire de chaque avantage et celle de l entreprise concernée, la date de la signature de la convention, l objet de celle-ci ou, lorsque cela s applique, le programme de la manifestation objet de la convention et, enfin, le semestre civil au cours duquel les avantages ont été consentis. De façon transitoire, il a été confié aux Ordres concernés de mettre en ligne ces informations sur leur site Internet, au sein d une rubrique dédiée. Ces informations figurent également sur le site internet des entreprises ayant procuré un avantage ou conclu une convention dans les mêmes conditions.aussi, conformément à ces obligations, le Conseil national a mis en ligne depuis le 1 er octobre un site internet dédié aux déclarations adressées par les entreprises lorsque les avantages concernent des sages-femmes, des associations professionnelles de sages-femmes, des étudiants sagesfemmes ainsi que des associations et groupements les représentant. Vous pouvez y accéder en passant par le site de l Ordre : Les Ordres professionnels ne sont cependant pas missionnés pour vérifier la qualité et l'exactitude de ces informations, ni leur exhaustivité, mais uniquement de les publier dans les délais impartis par la réglementation. Toute inexactitude constatée par un professionnel peut faire l'objet d'une demande de modification auprès soit de l'entreprise qui a fourni l'information, soit du Conseil national de l'ordre qui publie sur son site cette information. MARIANNE BENOIT TRUONG CANH Nomenclature : les dernières évolutions CConformément aux dispositions adoptées lors de la signature de l avenant n 1, le tarif de la consultation (C) et de la visite (V) ont été revalorisés à 23 D depuis le 1 er septembre Des modèles d affiche où sont listés tous les tarifs actuels sont disponibles sur le site internet de l Ordre: 6

7 N 36 OCTOBRE 2013 Modifications apportées à la liste des titres de formation et fonctions autorisés par le Conseil national (Modifications apportées lors des réunions du Conseil national des 28 juin, 18 juillet et 24 septembre 2013) MENTIONS INTITULE UNIVERSITES INTER UNIVERSITES AUTORISEES du DIPLÔME Hypnose médicale Hypnose médicale DU Université MONTPELLIER 1 Faculté de médecine 2 rue école de médecine CS MONTPELLIER Cedex 2 UNIVERSITE AIX-MARSEILLE Suivi gynécologique Ecole universitaire de Maïeutique Suivi gynécologique de prévention DESU Marseille Méditerranée -contraception et consultation Unité Mixte de formation continue en santé de contraception 27 boulevard Jean Moulin Marseille Cedex 05 Suivi des grossesses à risque Nutrition Education et prévention des maladies chroniques DU UNIVERSITE DE LA REUNION Service universitaire de Formation permanente Parc Technologique Universitaire Bâtiment 3 2 rue Joseph Wetzell Sainte-Clotilde UNIVERSITE DE LA MEDITERRANNEE Nutrition diététique et santé, DU Faculté de pharmacie de Marseille Service de Nutrition et de diététique 27 boulevard Jean Moulin MARSEILLE CEDEX 5 UNIVERSITE DE POITIERS Suivi des grossesses Médecine interne DIU Faculté de Médecine et de Pharmacie à risque de la femme enceinte 6 rue de la Milétrie POITIERS CEDEX Médicaments, Périnatalité grossesse DU et périnatalité UNIVERSITE PARIS DESCARTES Faculté de pharmacie 4 rue de l observatoire Paris Tél : Fax : Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 7

8 ACTUALITÉS INTERNATIONALES Rapport du Parlement Européen sur la santé et les droits sexuels et génésiques La commission FEMM du Parlement Européen (droits des femmes et égalité des genres) a adopté un rapport sur la santé et les droits sexuels et génésiques. Il s agit d une question importante pour la commission FEMM dont le mandat inclut la défense des droits des femmes et l abolition des discriminations. Ce rapport couvre des sujets très importants pour les femmes européennes tels que la contraception, les grossesses et l avortement, l éducation sexuelle, la mortalité maternelle, la prévention ou encore le traitement des infections sexuellement transmissibles. Bien que de grandes avancées aient été faites dans ces domaines, il existe encore de grandes disparités entre Etats Membres. Par exemple, si la majeure partie des Etats membres maintiennent des taux de mortalité maternelle faibles (de 2 à 10 décès maternels pour naissances vivantes), ce taux est bien plus élevé dans certains pays : 34/ en Lettonie, 27/ en Roumanie, 21/ en Hongrie et 20/ au Luxembourg. Le rapport insiste particulièrement sur la nécessité d agir contre la mortalité maternelle et pour une meilleure prévention du VIH/sida et son traitement. Après son adoption en Commission, le rapport sera présenté à l Assemblée plénière du Parlement Européen au cours de la session d octobre. Ce rapport intervient à un moment important. Selon les auteurs, le climat politique et économique actuel menace le respect de la santé et des droits sexuels et génésiques. Ils estiment qu en raison de la crise financière, il existe une tendance parmi les Etats membres à accélérer le mouvement de privatisation des services de santé, à réduire la qualité des services de santé ainsi que l accès à ceux-ci. Les signataires demandent donc que la Commission Européenne prenne cela en compte et qu elle agisse de manière à contrer cette évolution des choses. MARIANNE BENOIT TRUONG CANH ET DAVID HUBERT 8

9 N 36 OCTOBRE 2013 La position du NEMIR sur l accord de compromis sur la directive 2005/36/EC LLa révision de la directive Européenne sur les qualifications professionnelles touche à sa fin. Cette directive établit les normes minimales pour certaines professions, dont celle de sage-femme et régit les conditions de reconnaissance des qualifications en Europe. Après trois années de consultation et de campagne menées par le réseau des régulateurs Européens des sages-femmes (NEMIR), les co-législateurs européens sont arrivés à un accord de compromis sur le nouveau texte le 25 juin Ce texte doit encore être approuvé, voire modifié, par les juristes de la Commission Européenne pour s assurer qu il est en conformité avec la législation existante. Le groupe de travail du NEMIR, dirigé par Marianne Benoit Truong Canh, viceprésidente du CNOSF, s est réuni pour analyser le texte et formuler un avis sur les dispositions relatives a la profession de sage-femme. Cette réunion s est faite dans un esprit de contribution constructive afin de faciliter le processus de mise en œuvre de la nouvelle directive et pour éviter toute interprétation erronée du nouveau texte. A la suite de ces travaux, le NEMIR a publié une position commune sur l accord de compromis qui a été envoyée aux co-législateurs européens. Le NEMIR se félicite par exemple de l augmentation a un minimum de 12 ans d enseignement général avant l accès à la formation de sage-femme, contre 10 ans auparavant. Cela permettra de relever le niveau dans certains pays de l Union où existait encore une formation de niveau inférieur pour les sages-femmes. Une autre avancée bienvenue est l introduction dans la législation des notions d indépendance et de responsabilité pour la profession de sage-femme. Cependant, le NEMIR pointe aussi du doigt certaines erreurs et formulations de texte ambiguës qui pourraient être interprétées de manière préjudiciable pour les sages-femmes européennes. Par exemple, le vocabulaire utilisé dans le texte original pourrait être entendu comme interdisant l accouchement à domicile, ce qui n était pas l intention du législateur européen. Il est donc important que ces erreurs soient identifiées et rectifiées avant que le texte devienne loi. Cette nouvelle directive, qui est supranationale par nature et donc prévaut sur le droit français, régira la profession de sage-femme en Europe pour le long terme. Le CNOSF estime donc qu il est primordial que nous nous assurions qu elle soit rédigée de manière rigoureuse et que ses formulations ne prêtent pas à confusion. MARIANNE BENOIT TRUONG CANH ET DAVID HUBERT Assurance professionnelle pour les sages-femmes libérales A l instar de certaines sages-femmes libérales françaises, nos collègues britanniques indépendantes sont confrontées à une impossibilité de souscrire une assurance professionnelle. Au Royaume-Uni, il n existe plus de compagnies d assurance offrant cette couverture assurantielle. Or, en raison d une application stricte de la directive Européenne sur le droit des patients (2011/24/EC), le gouvernement britannique a décidé de rendre la couverture assurantielle obligatoire pour tous les professionnels de la santé, une condition désormais obligatoire pour l inscription au tableau. En conséquence, les sagesfemmes libérales britanniques se trouvent aujourd hui dans une impasse. Avant le 1 er octobre 2013, date de l entrée en vigueur de cette loi, les femmes britanniques pouvaient faire un choix éclairé et opter pour une sage-femme indépendante pour le suivi de la grossesse, l accouchement et le post-partum, en ayant connaissance du fait qu elle ne possédait pas d assurance de responsabilité civile professionnelle. Toutefois, cela a changé et il est devenu illégal pour les sagesfemmes indépendantes d exercer de cette manière. Ceci, ajouté à l absence d offres de la part des assurances, signifie qu aujourd hui les sages-femmes indépendantes ne peuvent plus exercer au Royaume-Uni. Le régulateur britannique équivalent du CNOSF, le Nursing and Midwifery Council, ainsi que les associations de sages-femmes sont en pourparlers avec le gouvernement pour trouver une solution à ce problème. Evidemment, cette difficulté n est pas confinée au Royaume-Uni. Le manque d offre assurantielle pour les sagesfemmes libérales est un problème qui existe en France mais aussi en Allemagne et probablement dans d autres pays européens. C est pour cette raison que le CNOSF a entrepris de mener une action européenne afin de déterminer si la législation européenne ainsi que les arrêts des différentes Cours de justice européennes pourraient nous aider à solutionner cet état de fait très dommageable aux sagesfemmes libérales, mais qui porte aussi atteinte au libre choix des femmes. Nous vous informerons, dès que nous le pourrons, des résultats de cette démarche. MARIANNE BENOIT TRUONG CANH ET DAVID HUBERT Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 9

10 ACTUALITÉS INTERNATIONALES Grossesses normales : une nouvelle méta-analyse confirme la qualité du suivi exclusif par les sages-femmes Une nouvelle étude de la Cochrane Database (1), publiée en août 2013, resitue l importance d un suivi de la grossesse normale par des sages-femmes. 10 UUne première méta-analyse, publiée en 2008 dans la Cochrane database portant sur femmes, avait démontré l intérêt médical et économique d un suivi par les sagesfemmes pour la grossesse, l accouchement et le post partum des patientes à bas-risque. Cette nouvelle analyse, portant sur femmes de plus, confirme ces premiers résultats. Dans cette nouvelle étude, sur 13 essais incluant femmes, plusieurs modèles de prises en charge sont analysés. Les différents modèles comportent des suivis mixtes gynécologues/sagesfemmes/généralistes ou des suivis exclusifs sages-femmes, généralistes, gynécologues. Toutes ces études impliquent des sagesfemmes diplômées et tous les modèles de prises en charge sont intra hospitaliers. Aucune de ces études n ont été réalisées en France car malheureusement, dans notre pays, jamais une seule étude périnatale n a comparé différents modèles de prise en charge. L étude a démontre que le modèle de suivi exclusif par la sage-femme est associé à plusieurs bénéfices pour la mère et l enfant. Aucun effet négatif n a été retrouvé par rapport à un suivi exclusif par des médecins ou partagé sagefemme/médecin. Le principal bénéfice retrouvé est une utilisation moindre de la péridurale associé à moins d extractions instrumentales et d épisiotomies. Il n y a pas de différence dans le taux de césariennes des différents modèles. Le nombre d accouchements avant terme est statistiquement moins élevé chez les femmes suivies par les sages-femmes ainsi que les fausses couches avant 24 semaines d aménorrhées (pas d explication retrouvée pour ce dernier item, peut-être un biais statistique?). Le taux de satisfaction maternelle est supérieur dans toutes les études et le modèle de prise de charge sage-femme a un intérêt financier important car il entraine une réduction des coûts de prise en charge. Les auteurs de l étude estiment que la plupart des femmes enceintes à bas-risque devraient se voir offrir un suivi par une sagefemme. Par ailleurs, ils estiment que dans les pays où un tel modèle de suivi n est pas généralisé, les décideurs politiques devraient prendre en compte l importance des sagesfemmes dans l amélioration des soins périnataux. Autant d arguments que l Ordre des sagesfemmes continuera à faire valoir afin que les sages-femmes soient reconnues comme professionnels de premier recours pour le suivi des grossesses à bas-risque. MARIANNE BENOIT TRUONG CANH 1. Sandall J, Soltani H, Gates S, Shennan A, Devane D. Midwife-led continuity models versus other models of care for childbearing women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD DOI: / CD pub3

11 INFORMATIONS GÉNÉRALES N 36 OCTOBRE 2013 Statut PH : les sages-femmes font grève Le 16 octobre, un mouvement de grève était lancé par l Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF), le Collège national des sages-femmes de France, l Association nationale des étudiantes sages-femmes, la Fédération santé CFTC, la Conférence nationale des enseignants en maïeutique et l Association nationale des sages-femmes cadres alors que débutait un sit-in devant le Ministère des affaires sociales et de la santé. Ces différentes organisations dénoncent le manque de reconnaissance dont souffrent les sages-femmes, plaident pour que celles-ci deviennent le praticien de premier recours des femmes en bonne santé et accèdent au statut de praticien hospitalier (PH) dans la fonction publique hospitalière, autant de revendications partagées par le Conseil national de l Ordre des sages-femmes. Interview de Caroline Raquin, présidente de l ONSSF Y a-t-il une adhésion de la profession au statut de PH? Si ce statut peut faire peur à certaines, il est plébiscité par de nombreuses sages-femmes mais aussi par la quasi-totalité des étudiants et des jeunes diplômés. N oublions pas que si nous y accédons, il y aura de toute façon des mesures transitionnelles et qu il ne sera donc pas imposé à celles qui ne le souhaitent pas. Pourquoi le statut de PH amènerait-il à une revalorisation de la profession? Le statut de PH est parfaitement légitime car c est celui des professions médicales, dont nous faisons partie au même titre que les médecins et les chirurgiens-dentistes. Un tel statut permettrait donc de clarifier ce flou autour de notre profession qui est trop souvent considéré comme une profession paramédicale sur le terrain et vis-à-vis de l administration. Au-delà de l affirmation de notre identité, il y aurait des déclinaisons concrètes : nous pourrions participer légitimement et activement à la politique générale de prise en charge dans les établissements, à la mise en place des protocoles ou encore aux staffs, ce qui est loin d être généralisé aujourd hui. Nous pourrions également coter des actes en tant que sage-femme, ce qui n est pas le cas à l heure actuelle et rend notre activité et en conséquence, notre profession, invisible. Enfin, tout cela aurait également un impact immense auprès des patientes qui sont bien trop nombreuses à ne découvrir notre profession et nos compétences qu en cours de grossesse. Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 11

12 INFORMATIONS GÉNÉRALES Un tel statut redessinerait-il notre modèle périnatal? C est tout à fait vraisemblable. Le fait de pouvoir diriger un service laisse entrevoir la création de filières physiologiques et donc d une prise en charge des femmes et des couples plus respectueuse. On peut dire avec certitude que des sagesfemmes PH favoriseraient la multiplication des alternatives à la prise en charge à l hôpital car, à n en pas douter, on verrait les accès aux plateaux techniques se multiplier et les ouvertures de maisons de naissance facilitées. On peut également imaginer que la collaboration ville/hôpital et les réseaux pourraient se développer, permettant une prise en charge des patientes plus efficiente. Quel impact aurait un tel statut sur les sages-femmes salariées hors de la fonction publique, celles exerçant en PMI ou les libérales? Un tel statut tirerait l ensemble de la profession vers le haut : les sages-femmes salariées dans les cliniques ou dans les ESPIC (établissements de santé privés d intérêt collectif) pourraient négocier leur salaire ainsi que le rôle qui leur est dévolu tandis que les sagesfemmes territoriales verraient sans doute leur grille indiciaire renégociée. Enfin, ce serait également valorisant pour l exercice libéral qui se développerait probablement avec des sages-femmes partageant leur temps entre l hôpital et la ville. Un plus gros contingent de sagesfemmes libérales avec un rôle de premier recours aurait ainsi un poids plus important lors des négociations conventionnelles. Une délégation dont vous faisiez partie a été reçue par le cabinet de la Ministre. Avez-vous bénéficié d une écoute à la hauteur de vos espérances? Non. Force est de constater que les propositions qui nous ont été faites sont bien en deçà de nos attentes. Il a été question de la mise en place d une mission conjointe IGAS/IGAENR (Inspection Générale des Affaires Sociales /Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche) portant sur le positionnement des sages-femmes comme praticien de premier recours. Cette mission devrait rendre son rapport courant du premier trimestre 2014, afin que la Ministre de la santé juge de la «pertinence» d un tel positionnement. Or, ce travail a été réalisé depuis longtemps par les organisations de sages-femmes! Par ailleurs, le ministère s est engagé à organiser un atelier autour de la périnatalité dans le cadre de la Loi de Santé Publique Cela démontre que les sagesfemmes avaient été les grandes oubliées de cette loi, ce qui est un vrai déni de notre rôle dans le système de soins. Quels arguments avez-vous fait valoir? Nous avons présenté des études internationales démontrant la qualité et l efficience des sagesfemmes. Nous avons également fait valoir le fait que nos résultats périnataux ne sont pas bons et qu ils sont certainement la conséquence de plans de périnatalité dont les artisans ne sont pas des sagesfemmes. Nous avons aussi mis en avant un argument économique : même si le statut PH coûte, il représenterait un véritable investissement. Il est en effet prouvé que les sages-femmes engendrent des économies car elles sont moins prescriptrices d examens complémentaires ou encore d arrêts de travail. Nous estimons qu un passage au statut de PH coûterait une dizaine de millions d euros. On peut nous opposer que c est une somme considérable mais elle est à mettre en balance avec les économies qui pourraient être réalisées mais aussi avec les aides que peut octroyer le gouvernement à d autres professions de santé bien mieux loties que nous. Quelles sont vos attentes? Nous constatons que le mouvement de grève se développe (NDLR : au moment de cette interview, le mouvement de grève touchait 50 % des maternités), révélant le grand malaise de la profession. Nous espérons qu il va encore s amplifier afin que le rapport de force s engage et que la Ministre accorde enfin à la profession toute l attention qu elle mérite. Il en va de l avenir de notre profession mais aussi de la prise en charge des femmes de notre pays. PROPOS RECUEILLIS PAR CLAIRE AKOUKA 12

13 N 36 OCTOBRE 2013 Bichat : les entretiens des sages-femmes LLes entretiens des sages-femmes se sont déroulés le 26 septembre au Palais des Congrès. Au courant de la matinée a été évoquée la problématique du terme dépassé. Quand et comment faut-il déclencher l accouchement? De même, l interprétation du rythme cardiaque fœtal est une préoccupation journalière de la sage-femme. Comment améliorer ses connaissances afin d en faire une analyse très fine? L après-midi à été consacrée à l installation en libéral des sages-femmes. Ce type d exercice est en plein essor étant donné que le nombre de sages-femmes libérales a augmenté de 70 % les 5 dernières années. Plusieurs expériences de cabinets libéraux ont été exposées. A la suite des différentes interventions, des discussions très vives entre la salle et les intervenants ont eu lieu. Le problème du chômage et des CDD précaires des jeunes sages-femmes ont été évoqués ainsi que les difficultés de certains cabinets libéraux. A la suite de toutes les fermetures de maternités, des restructurations et surtout des difficultés financières des établissements hospitaliers, les créations de postes et les remplacements se sont faits rares ces dernières années. Pourtant les besoins en sages-femmes de notre population sont immenses. Une révolution culturelle est en marche qui fait que les femmes en bonne santé s adresseront de plus en plus à une sagefemme pour le suivi de la grossesse ainsi que pour le suivi gynécologique de prévention et la contraception. Pour clore la journée, le Grand Prix Evian Le devenir de l arrêt du tabagisme initié pendant la grossesse a été présenté avec succès, suivi d un exposé très didactique sur l interprétation du frottis utérin. Le comité scientifique, composé de M.C. Blanchard, C. Blanchot-Isola, L. Galliot et E. Viseux-Wahl, a su trouver les sujets traités par des sages-femmes et intéressant les sages-femmes. Félicitations à toute l équipe. MARIE JOSÉE KELLER Les 30 e Journées d études de l Association nationale des sages-femmes cadres Ces journées d étude ont eu lieu à Bastia, en Haute-Corse, les 2, 3 et 4 octobre LLa première journée a été consacrée à la gestion hospitalière et sage-femme cadre. La particularité des transferts périnatals entre la Corse et les CHU du continent ont été évoqués. Une partie de la matinée a été consacrée à l évolution du statut des sages-femmes dans la fonction publique hospitalière. Qui seront les sages-femmes cadres de demain? Pourront-elles concilier leur mission de cadre et de cliniciennes? Beaucoup plus concrètement ont été évoqués la gestion au quotidien et les problèmes de regroupements d équipes. Le 2 e jour, le management était au centre des préoccupations, avec notamment la prévention des risques psychosociaux, la perception de la violence par les équipes et l évaluation des pratiques professionnelles. Une réflexion philosophique a été menée : les usagers de l hôpital doivent-ils être considérés comme des patients ou des clients? Le 3 e jour ont été traités l actualité et la pédagogie au travers des conditions optimales de sortie de maternité, le tuteurage par une sage-femme cadre d une étudiante en Master PMP. Et pour clôturer ces journées, le DPC a été évoqué. En conclusion, ces journées ont été très riches par l évocation du rôle des sages-femmes cadres dans les maternités. La nécessité de changer de statut à été démontrée de façon très claire. L ANSFC a bien mis en évidence que le changement de prise en charge des femmes dans nos maternités ne pourra se faire que si les sages-femmes peuvent accéder au statut de PH. Elles pourront gérer de façon autonome la filière des femmes présentant une grossesse normale et souhaitant un accouchement physiologique. Nous pouvons féliciter le comité d organisation ainsi que la présidente de l ANSFC, Mme Sylvie Le Roux. MARIE JOSÉE KELLER Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 13

14 INFORMATIONS GÉNÉRALES Cérémonie de remise des diplômes du Master PMP LLe 11 septembre 2013, la Faculté de Médecine de Dijon et l UMDPC (unité mixte de Développement professionnel continu) ont organisé la 1 re remise de Diplôme aux étudiants du master PMP Périnatalité : Management et pédagogie promotion La cérémonie s est déroulée dans l amphithéâtre Courtois en présence de Nicole BOSSON responsable pédagogique, du Professeur Catherine QUANTIN, responsable universitaire, et de Monsieur le Professeur HUET. Le Doyen a rendu hommage au travail fourni pour la mise en place et le succès de cette formation unique en France dispensée à l Université de Bourgogne. Mme BOSSON a rappelé les objectifs de ce master qui apporte une réponse aux besoins de fonctionnement des établissements de santé par la formation de managers de haut niveau en périnatalité, une expertise aux enseignants pour la formation des sages-femmes et qui permet à des étudiants de poursuivre sur la voie doctorale pour faire des recherches en périnatalité et en maïeutique. Cette cérémonie a également permis de remercier toutes les personnes, enseignants, administratifs de l université de Bourgogne et de la Faculté de Médecine ainsi que les instances professionnelles des sages-femmes : Conseil de l Ordre et associations qui ont permis la création de ce master adossé au Master Santé Publique et Environnement des 5 universités du Grand Est dont il est une spécialité. Il a été souligné également l implication de l équipe de l Ecole de cadres sagesfemmes dans ce projet initié par Dominique HOARAU et mis en place avec Noële COLAS-DURNEY pour la périnatalité, Véronique CHARVOLIN pour le management et Nicole BOSSON pour la pédagogie et leur ténacité auprès des Ministères. Entourés de leur famille et amis, c est avec beaucoup d émotion que les étudiants ont reçu leur diplôme. Ils étaient 36 lauréats venus de toute la métropole, des DOM- TOM, de Côte d Ivoire et du Gabon. L avenir de ce diplôme est solide et il va continuer à se construire grâce à la volonté et au sérieux des étudiants. En 2014 le Master PMP va s ouvrir vers l Europe : nous y parlerons anglais et nous partagerons nos travaux avec les sages-femmes de l Union européenne. Tous nos chaleureux remerciements à Nicole Bosson pour avoir accompagné de façon magistrale cette première promotion. NICOLE BOSSON ET CÉCILE MOULINIER 22 e Grand Prix Evian des Ecoles de sages-femmes LLa 22 e édition du Grand Prix Evian des Ecoles de sages-femmes s est déroulé les 5 et 6 septembre. Cette année, le jury était présidé par Evelyne GIFFARD, directrice de l Ecole de sages-femmes de Caen et était composé de Sylvie LE ROUX, sage-femme cadre à Annecy et présidente de l Association 14 Les Lauréates du 22 e Grand Prix Evian des Ecoles de Sages-Femmes nationale des sages-femmes cadres (ANSFC) ; de Christine MORIN, sagefemme enseignante à l école de Bordeaux et Présidente de la Conférence nationale des Enseignants en Maïeutique (CNEMa), du Professeur Michel COLLET, gynécologue-obstétricien au CHU de Brest et du Professeur Elie SALIBA, Pédiatre Réanimation Néonatologie au CHRU de Tours. Nous adressons toutes nos félicitations aux six lauréates qui, grâce à ce prix, auront la possibilité de faire connaître leurs travaux tout en participant à la promotion de la recherche en maïeutique. 1 er prix Scientifique Clémence LOSCUL (Baudelocque, Paris) Utilisation du syntocinon au cours du travail spontané : évaluation des pratiques professionnelles à la maternité de Port- Royal 1 er prix Spécial du Jury Alizée TOURNIER (Dijon) Obésité et prise de poids chez la femme enceinte Autres lauréats Delphine PHEULPIN (Besançon) Prise en charge de l accouchement en maison hospitalière. Etude rétrospective réalisée au CH de Remiremont à propos de 68 patientes Anaïs BASAI (Foch, Saint Quentin en Yvelines) Protection de la femme enceinte dans la recherche biomédicale : aspects psychologiques, éthiques et juridiques Nadège MASSE (Angers) Conséquence d une prise de poids maternelle excessive au cours de la grossesse chez des primipares ayant un indice de masse corporelle normal avant la grossesse Orianne GOETZ (Strasbourg) Allaitement après cancer du sein ANNE-MARIE CURAT

15 N 36 OCTOBRE 2013 Conduites addictives et grossesse : publication d un guide destiné aux professionnels L monde s accorde sur ce constat, la L alcool, le tabac ou les drogues sont autant de substances psychoactives dont la consommation peut affecter la santé de la mère, sa grossesse et le bien-être du futur bébé. Si tout le prise en charge des femmes concernées est aujourd hui problématique. d un ouvrage anglais de référence sur ce thème : «Guide to problem substance use during pregnancy» (1). Enrichi de contributions d experts en addictologie et en périnatalité francophones, ce livre entend fournir aux professionnels engagés dans la prise en charge et le suivi des femmes usagères de drogues un support de référence avant, pendant et après la grossesse sans jugement ni discrimination. Il fait état des recommandations de bonnes pratiques concernant le suivi et la prise en charge des femmes et de leurs enfants et dresse un état des lieux des ressources disponibles en France, en termes de services hospitaliers, associations et réseaux existants. Transdisciplinaire et collaboratif, fruit de deux années de travail, cet ouvrage entend refléter la diversité des approches et la complexité des facteurs médicaux, sociaux, environnementaux, psychologiques et législatifs qui sous-tendent la consommation problématique de substances psychoactives chez la femme enceinte. Comment se procurer ce guide? Destiné à une diffusion gratuite, ce guide peut être téléchargé sur le site internet du RESPADD (http://www.respadd.org/) et sera également envoyé aux structures et professionnels qui en feront la demande ; ). Le RESPADD et ses partenaires assureront également sa diffusion auprès des personnels de santé issus d établissements hospitaliers publics et privés et des professionnels de la petite enfance, notamment les centres de PMI et auprès des structures médico-sociales. CLAIRE AKOUKA 1. Anne Whittaker, publié par l association britannique Drugscope, 2011 Le Réseau des Établissements de Santé pour la Prévention des ADDictions (RESPADD) est une association à but non lucratif constituée par près de 850 établissements de santé (hôpitaux, cliniques, EHPAD, établissements médicosociaux...) engagés dans la prévention et la prise en charge des addictions. La stigmatisation de celles-ci, le désarroi des professionnels, le manque de confiance réciproque entre soignants et soignés ou encore l absence de filière de soins spécifique représentent autant de facteurs pouvant amener à une prise en charge obstétricale inadaptée. Pourtant, les conduites addictives durant la grossesse concernent de plus en plus de femmes, notamment les jeunes. Aussi, afin de pallier à l insuffisance de supports bibliographiques sur ce thème, le Réseau des Établissements de Santé pour la Prévention des ADDictions (RESPADD) vient de publier le «Guide concernant l usage de substances psychoactives durant la grossesse», issu de la traduction La consommation de substances psychoactives des femmes enceintes en quelques chiffres L enquête Baromètre de santé de l INPES a permis de mesurer les niveaux de consommations d alcool, de tabac et de cannabis des femmes au cours de la grossesse. D une manière générale, il est observé que les femmes enceintes réduisent notablement leurs consommations pendant la grossesse, même si des progrès restent attendus. Parmi les données observées, il apparait que 24 % des femmes enceintes déclarent fumer quotidiennement dont 20 % après le premier trimestre et 3 % de façon occasionnelle, faisant de la France le pays d Europe présentant la plus forte prévalence tabagique des femmes enceintes. En ce qui concerne la consommation de cannabis, 3 % des femmes enceintes déclarent en avoir fumé au cours des douze derniers mois. Quant à l alcool, 32 % des femmes enceintes déclarent en consommer occasionnellement, 3 % d entre elles déclarent boire toutes les semaines et 29 % moins fréquemment. 60 % des femmes enceintes cessent de consommer de l alcool au démarrage de leur grossesse contre 74 % passé le premier trimestre de la grossesse. Enfin, 2 % d entre elles ont déclaré un ou plusieurs épisodes d alcoolisation ponctuelle importante (API). Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 15

16 INFORMATIONS GÉNÉRALES Don d ovocytes : l Agence de la biomédecine vous informe Tous les couples n ont pas la chance d avoir un enfant naturellement, malgré leur profond désir de vivre une grossesse et de donner naissance à un enfant. Aussi, ils ont besoin de recourir à une AMP pour réaliser leur projet parental. Pour certains couples dont la femme, bien que jeune, n a pas naturellement d ovocytes, soit parce qu ils présentent des anomalies, soit parce qu ils ont été détruits suite au traitement d une maladie grave, le don d ovocytes peut être nécessaire. Le don d ovocytes peut également être destiné à des couples risquant de transmettre une maladie génétique grave à l enfant. 16 Benoit RAJAU pour l Agence de la Biomédecine Quel est l état des lieux du don d ovocytes aujourd hui? Le don d ovocytes, encore mal connu jusque récemment, se développe progressivement avec la médiatisation du besoin, notamment à l occasion de la publication du rapport de l Igas en mars 2011 (1), et les efforts de communication menés par l Agence de la biomédecine. En 2011, 402 femmes ont réalisé un don d ovocytes pour des couples infertiles. Le recrutement de nouvelles donneuses est en augmentation (13 %) comparé à l année précédente. Au total, 208 enfants sont nés en 2011 grâce aux dons d ovocytes. Malgré l amorce d une progression ces dernières années, la liste des couples sollicitant un don s allonge : au 31 décembre 2011, couples étaient inscrits dans un des 25 centres français pour bénéficier d un don d ovocytes. Il aurait fallu 900 donneuses supplémentaires pour répondre à l ensemble de ces besoins. Le besoin de recruter de nouvelles donneuses en France reste donc important. Comment faire un don? Pour devenir donneuse d ovocytes et aider ces couples, la femme doit être âgée entre 18 et 37 ans, en bonne santé et déjà mère d au moins un enfant. Pour savoir comment se passe un don, elle peut consulter sur le site s y informer sur les modalités pratiques, les contraintes et les risques, visionner des témoignages et trouver les coordonnées des centres autorisés pour ce don. 1. Etat des lieux et perspectives du don d'ovocytes en France ; Inspection Générale des Affaires Sociales - Mars 2011

17 N 36 OCTOBRE 2013 Benoit RAJAU pour l Agence de la Biomédecine Le don d ovocytes se déroule en deux grandes étapes. Préalablement au don, la donneuse reçoit une information complète et effectue un bilan médical, rencontre un psychologue et donne son consentement écrit. Au moment du don, elle suit une stimulation ovarienne avec une surveillance attentive par échographie et dosages hormonaux. Le prélèvement des ovocytes est organisé au cours d une hospitalisation d un jour. Quel est l encadrement juridique du don d ovocytes? Le don de gamètes en France se caractérise par une solidarité encadrée par des principes éthiques inscrits dans la Loi de bioéthique. Comme tous les dons d éléments du corps humain (don de sang cordon, organes par exemple), il repose sur les 3 grands principes suivants : le volontariat, l anonymat et la gratuité. En France, les dons d ovocytes et de spermatozoïdes sont intégrés à l assistance médicale à la procréation. Ils sont réalisés dans des centres d AMP au sein d établissement de santé spécifiquement autorisés par l Agence régionale de santé. Aujourd hui, plus d une vingtaine de centres d AMP, composés d équipes médicales pluridisciplinaires et compétentes, pratiquent l activité de don d ovocytes. Ces centres sont chargés des activités cliniques comportant le prélèvement d ovocytes en vue d un don et des activités biologiques concernant le recueil, le traitement et la cession d ovocytes en vue d un don. Quels sont les outils pour sensibiliser et informer les femmes? Lorsqu une femme envisage de devenir donneuse, elle cherche des informations, le plus souvent sur Internet et auprès de professionnels de santé dont elle se sent proche. A ce titre, les sages-femmes peuvent être interrogées par certaines femmes qui, au moment où elles vivent pleinement le bonheur de devenir mère, réfléchissent à un futur don pour permettre à une autre femme de vivre ce bonheur. Les sages-femmes nouent une relation de confiance avec les femmes au moment de la grossesse et peuvent être aussi un excellent relai dans cette information. Cette mission d information est inscrite dans la loi pour les gynécologues qui sont amenés à rencontrer en consultation des femmes jeunes, avant, pendant ou après une grossesse également. L Agence de la biomédecine a développé différents outils pour aider à informer sur ce don et le promouvoir. Le site internet (réalisé avec des professionnels de santé) est l outil le plus complet pour vous informer précisément, ou vers lequel orienter une patiente qui vous questionnerait sur ce don. A partir du mois de novembre, un nouvel espace dédié sur le site, intitulé «Le don d ovocytes près de chez vous», sera proposé aux femmes envisageant de devenir donneuse. Ce dispositif d accompagnement personnalisé permet de découvrir pour le centre de don de son choix des informations pratiques, et facilite les démarches pour s informer et devenir donneuse. Pour chacun des centres de don d ovocytes en France, le site présente : des chiffres locaux sur le don d ovocytes, (combien de couples en attente, combien de naissances grâce au don ) une animation pour mieux comprendre les étapes du don des photos et des informations sur l équipe médicale du centre un micro-trottoir sur la question du don d ovocytes réalisé dans chaque région des témoignages vidéo de donneuses et de couples en attente Le numéro vert permet également de commander gratuitement des brochures d informations sur ce don et de connaître le centre le plus proche. Grâce à ces moyens d information, l Agence de la biomédecine veut apporter des réponses concrètes aux femmes qui souhaitent aider des couples infertiles ainsi qu aux professionnels de santé vers lesquels elles peuvent s adresser pour s informer. Et ainsi aider un plus grand nombre de couples à accéder au bonheur d être parent grâce au don d ovocytes. AGENCE DE LA BIOMÉDECINE Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 17

18 INFORMATIONS GÉNÉRALES Test de Guthrie : réalisation, recommandations pratiques et responsabilité de la sage-femme 18 DDepuis 1975, l Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps (AFDPHE) est chargée par le Ministère de la santé et la CNAMTS d organiser, de coordonner et de suivre la réalisation du programme de dépistage néonatal systématique sur tout le territoire national. Le test de Guthrie comporte actuellement le dépistage de cinq maladies : la phénylcétonurie, l hypothyroïdie congénitale, l hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose et la mucoviscidose. Depuis 2010, ce test est obligatoire pour tous les nouveau-nés (Arrêté du 22 janvier 2010 fixant la liste des maladies donnant lieu à un dépistage néonatal). Recommandations avant le prélèvement : Informer les parents sur l objectif et la nature de l acte avant le prélèvement et leur remettre le dépliant «3 jours, l âge du dépistage», élaboré par l AFDPHE. Un consentement «tacite» doit être donné par les parents pour réaliser les tests. Pour la réalisation éventuelle d un test génétique (le test pour dépister la mucoviscidose peut être complété par un test génétique), l autorisation écrite des parents doit être recueillie. La signature de l un des deux parents ou du titulaire de l autorité parentale doit être apposée au verso de la fiche de prélèvement. S il y a refus des parents, ce refus doit être noté sur la fiche de prélèvement. Apprécier le risque de la drépanocytose en fonction de l origine des parents. Réaliser le prélèvement Le prélèvement doit être fait au talon, le prélèvement par ponction veineuse n est pas recommandé car la quantité de sang déposé sur le papier peut être trop importante. La tache de sang déposée sur le papier filtre est calculée et conditionnera le dosage. Désinfecter le talon et bien le sécher avant le prélèvement. Piquer sur une des faces latérales du talon avec une lancette à pointe courte. NB : la pointe du talon ne doit pas être utilisée ; le tissu cutané y est peu épais d où le risque de lésion du calcanéum. On peut utiliser des piqueurs automatiques spécifiques au dépistage, qui offrent plus de sécurité pour le personnel et fournissent un prélèvement de sang adapté. Presser la cheville avec la main pour faciliter l écoulement du sang. Déposer en une fois une goutte de sang (et une seule) dans chaque rond. La goutte doit être assez importante pour remplir d emblée tout le rond imprimé et l imprégner recto-verso. NB : le dépôt en plusieurs fois n est pas recommandé. Il est source de surcharge en sang. Sécher les taches de sang en plaçant la fiche en position horizontale, mais : ne pas poser plusieurs fiches les unes sur les autres ne pas mettre la fiche sur un radiateur ou au soleil (dénaturation du sang et élution secondaire impossible). Si un bilan sanguin doit être pratiqué chez le nouveau-né, on peut prendre une goutte de sang sortant du trocard de ponction pour la déposer sur le carton de dépistage afin d éviter de piquer deux fois le bébé. Acheminer le test vers le secrétariat régional Le prélèvement doit être adressé quotidiennement à l Association Régionale à l aide d une enveloppe spécifique, pré-oblitérée (les frais d envois sont à la charge de l Association). Si plusieurs prélèvements sont mis dans une enveloppe, ne pas superposer les taches. Attention : Éviter les contaminations extérieures : le prélèvement peut être souillé par des produits extérieurs ou le contact de la main : travailler proprement pour un prélèvement propre. si plusieurs prélèvements sont envoyés dans la même enveloppe, les disposer tête-bêche pour éviter une superposition des taches. ne pas mettre dans un sachet plastique (rétention de l humidité) Ces recommandations sont particulièrement importantes pour la biologie moléculaire.

19 N 36 OCTOBRE 2013 La responsabilité de la sage-femme La mise en perspective de la responsabilité de la sage-femme face à la réalisation du test de Guthrie mérite, quant à elle, de distinguer deux hypothèses : d une part, lorsqu une sage-femme exerce au sein d un établissement de santé public ou privé, seule la responsabilité dudit établissement pourra être engagée en cas de faute commise dans la réalisation ou le contrôle de la réalisation du test de Guthrie, (sous réserve que la sage-femme ait agi sans excéder les limites de la mission qui lui est impartie par l établissement de santé), Pour tout enfant né dans une maternité, la traçabilité du test de Guthrie doit être faite par cet établissement. d autre part, lorsqu une sagefemme exerce à titre libéral (en charge du suivi à domicile en cas de sortie précoce ou dans le cadre du PRADO), sa responsabilité civile personnelle pourra être mise en jeu en cas de faute commise dans la réalisation du test de Guthrie. C est donc à la sage-femme libérale de : réaliser correctement le prélèvement ; faire sécher le buvard ; envoyer le prélèvement elle-même au centre régional (confier le buvard à la famille ou au parents pour faire l envoi n est pas conseillé) ; s assurer que le test a bien été réalisé (traçabilité). ANNE-MARIE CURAT ET ALAIN PIQUET AFDPHE : un nouveau site internet Le site internet de l Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l Enfant (AFDPHE) fait peau neuve : Plus simple, plus clair et plus complet, il permet aux jeunes parents d accéder facilement aux informations recherchées pour mieux comprendre les modalités du dépistage néonatal et son intérêt pour l enfant. Il tente d apporter un certain nombre de réponses aux récurrentes : quelles sont les maladies dépistées, à partir de quel âge, où, quand, comment, et pourquoi pratique-t-on ce test? Pour David Cheillan, Président de la Commission Technique de l AFDPHE, maître d œuvre de la refonte du site, et le Pr Michel Roussey, Président de l AFDPHE, «L AFDPHE a développé un site ergonomique, à plusieurs entrées, offrant à chacun un espace dédié avec un accès rapide et facile à l information souhaitée ou aux contenus susceptibles de l intéresser. Grâce aux fonctionnalités de l espace membre par exemple, l AFDPHE peut animer à distance le réseau de professionnels en charge du dépistage, échangeant informations et documents de travail : une plateforme collaborative qui contribue à une meilleure pratique du dépistage et à une qualité optimisée de la prise en charge.» Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 19

20 INFORMATIONS GÉNÉRALES Les mesures visant à améliorer les conditions d emploi des agents contractuels dans la fonction publique hospitalière LLa loi du 12 mars 2012 relative à l accès à l emploi titulaire et à l amélioration des conditions d emploi des agents contractuels dans la fonction publique et à la lutte contre les discriminations prévoit, notamment, la transformation des CDD en CDI et la titularisation des contractuels. Cette loi fait suite à un accord signé le 31 mars 2011 entre l État, les organisations syndicales et les représentants des employeurs territoriaux et hospitaliers, en vue d améliorer les conditions d emploi des agents contractuels dans la fonction publique. Dans ce cadre, des modes de recrutement dérogatoires sont ouverts pour les agents non titulaires pendant 4 ans à compter du 13 mars Ils ont pour objectif de valoriser les acquis professionnels et sont réservés aux agents occupant un emploi permanent, à la date du 31 mars 2011, en qualité d agent contractuel de droit public. Un arrêté du 6 juin 2013 (JO du 25 juin) fixe la nature des épreuves et les règles d organisation générale des concours réservés pour l accès dans ce cadre dérogatoire au corps des sages-femmes de la fonction publique hospitalière. Les avis annonçant les concours réservés sont affichés deux mois avant la date des épreuves, de manière à être accessibles au public, dans les locaux de l établissement où se trouvent employés les candidats ainsi que, le cas échéant, sur le site internet de l établissement. Ils peuvent également être portés à la connaissance des candidats par tout autre moyen d information. Les demandes d admission à participer doivent parvenir un mois avant la date des épreuves au directeur de l établissement organisateur du recrutement. Il est prévu, d une part, une épreuve unique d admissibilité portant sur l examen des titres détenus par les candidats et, d autre part, une épreuve orale d admission d une durée maximale de trente minutes fondée sur la reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle des candidats. ALAIN BISSONNIER Le développement professionnel continu La loi portant réforme de l hôpital, et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) a créé, via son article 59, le dispositif de Développement professionnel continu (DPC) regroupant la formation médicale continue (FMC), l évaluation des pratiques professionnelles (EPP) et la formation professionnelle conventionnelle (FPC). Les premiers textes réglementaires nécessaires à la mise en œuvre du DPC ont été publiés au Journal officiel du 1 er janvier Les objectifs du DPC visent à évaluer les pratiques professionnelles, perfectionner les connaissances, améliorer la qualité et la sécurité des soins, prendre en compte les priorités de santé publique et la maîtrise médicalisée des dépenses de santé. 20

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE DOSSIER DE PRESSE POURQUOI CET OUVRAGE? Les risques encourus par l usage de substances psychoactives chez la femme enceinte sont

Plus en détail

DOSSIER. L objectif initial était d accueillir un département de sages-femmes au sein de l UFR de Médecine, par une convention liant l AP-

DOSSIER. L objectif initial était d accueillir un département de sages-femmes au sein de l UFR de Médecine, par une convention liant l AP- 4 DOSSIER novembre / décembre 2010 numéro 154 LA LETTRE Université de la Méditerranée L école universitaire de maïeutique marseille méditerranée eu3m L Université de la Méditerranée est résolument à la

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 13 février 2013 modifiant l arrêté du 25 février 2010 fixant la composition du dossier à fournir aux

Plus en détail

Le!Tutorat!Santé!Ile/de/France!avec!l AESFB,!l AESFF,!l AESFP! et!l AESF!PSA

Le!Tutorat!Santé!Ile/de/France!avec!l AESFB,!l AESFF,!l AESFP! et!l AESF!PSA Le guide du futur Etudiant Sage-Femme 2 Cherslecteurs, Le Tutorat Santé Ile de France est heureux de vous présenterleguidedufuturétudiantsage=femme Conçu par des étudiants des écoles de Foch, Baudelocque,

Plus en détail

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme - La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme Données 2012 1 - Données issues des certificats de santé du 8 ème jour 2 -Sommaire p.3 - édito p.4 - Contexte périnatal dans la drôme p.5 - Certificats

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Première année commune aux études de santé

Première année commune aux études de santé PACES Première année commune aux études de santé Carte d identité de la formation Formation Première année commune aux études de santé (PACES) : médecine odontologie pharmacie maïeutique Conditions d accès

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES

LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES Rapport du Docteur Jean PERRIOT Vice-Président de la SFT L objectif de ce rapport est de dresser

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

ENJEUX DE SANTE PUBLIQUE : RÔLE DE LA SAGE-FEMME DANS LA PREVENTION ET LE SUIVI DES ADDICTIONS MATERNELLES

ENJEUX DE SANTE PUBLIQUE : RÔLE DE LA SAGE-FEMME DANS LA PREVENTION ET LE SUIVI DES ADDICTIONS MATERNELLES ENJEUX DE SANTE PUBLIQUE : RÔLE DE LA SAGE-FEMME DANS LA PREVENTION ET LE SUIVI DES ADDICTIONS MATERNELLES Conchita Gomez conchitagomez3@wanadoo.fr Présidente de l ANSFTF CG/MD 1 Colloque du CASSF - 5

Plus en détail

Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine

Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine Retour du cabinet de la Ministre Marisol Touraine 1. Les avis favorables IVG médicamenteuses Vaccinations étendues à l entourage de la femme enceinte, à définir avec le haut conseil à la santé publique

Plus en détail

REGLEMENT D INDEMNISATION AUX ETUDIANTS INSCRITS DANS LES FILIERES MEDICALES

REGLEMENT D INDEMNISATION AUX ETUDIANTS INSCRITS DANS LES FILIERES MEDICALES REGLEMENT D INDEMNISATION AUX ETUDIANTS INSCRITS DANS LES FILIERES MEDICALES «Partir, revenir» Page 1 PREAMBULE Avec un déficit médical abyssal (v. tableau ci-joint transmis par l Observatoire Régional

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative)

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Première partie : Protection générale de la santé Livre I er Protection des personnes en matière de santé Titre I er Droits des personnes malades

Plus en détail

FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE COUV. DE FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / MAIEUTIQUE / SAGE-FEMME L ADMISSION DANS LES ÉCOLES DE MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME L admission dans les départements

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Accompagnement par une sage-femme : du nouveau pour les mères en 2008

Accompagnement par une sage-femme : du nouveau pour les mères en 2008 Accompagnement par une sage-femme : du nouveau pour les mères en 2008 Contact presse : Vanessa Bernon Vanessa.bernon@cnamts.fr Tél. 01 72 60 11 45 Communiqué de presse Accompagnement par une sage-femme

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

LE 1 er CERTIFICAT DE SANTÉ

LE 1 er CERTIFICAT DE SANTÉ L 1 er CRTIFICAT D SANTÉ xploitation des certificats de santé du e jour des enfants nés entre 2003 et 200 n France, beaucoup de données périnatales sont issues du certificat de santé du e jour. À chaque

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

LA SAGE-FEMME DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

LA SAGE-FEMME DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE LA SAGE-FEMME DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE UNSSF 28 rue Godefroy Cavaignac 75011 Paris - 06.11.98.00.17 - La sage-femme dans la fonction publique hospitalière / UNSSF / Décembre 2013 1 La sage-femme

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DE LA QUALITE ET GESTION DES SERVICES PUBLICS www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille :

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à la création d un statut de

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL LE DON D OVOCYTES EN FRANCE ML Couet praticien hospitalier, service de médecine et biologie de la reproduction, CHU Tours IL PEUT ETRE INDIQUE EN CAS D absence ou d épuisement du capital folliculaire D

Plus en détail

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF. (Mise à jour Décembre 2014)

Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF. (Mise à jour Décembre 2014) Liste des titres de formation autorisés par le CNOSF (Mise à jour Décembre 2014) Attention : Conformément aux articles R.4127-339 et R.4127-340 du code de la santé publique, seuls les titres, diplômes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

GRANDE CONFERENCE DE SANTE

GRANDE CONFERENCE DE SANTE Le 17 septembre 2015 GRANDE CONFERENCE DE SANTE GROUPE DE TRAVAIL FORMATION CONTRIBUTION DE LA FSPF SUR LA FORMATION DES PHARMACIENS ET DES PREPARATEURS EN PHARMACIE Philippe GAERTNER Président Philippe

Plus en détail

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de Les différentes phases de l insémination avec sperme

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

SOMMAIRE I. UNE STRUCTURE... 3 II. TROIS MISSIONS... 3. A. Informer...3 B. Représenter...3 C. Défendre...3

SOMMAIRE I. UNE STRUCTURE... 3 II. TROIS MISSIONS... 3. A. Informer...3 B. Représenter...3 C. Défendre...3 Plate-forme de travail de l ISNAR-IMG Juin 2012 286 rue Vendôme 69003 LYON Tél. 04 78 60 01 47 06 73 07 53 00 - Fax 04 78 60 27 14 administration@isnar-img.com - www.isnar-img.com SOMMAIRE I. UNE STRUCTURE...

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Document présenté au conseil d administration du 27 mars 2015 Au cours de l année 2014, le comité de déontologie et d éthique (CDE), a vu évoluer

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : DROIT ET MANAGEMENT DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Parcours Management Public) www.managementpublic.univ-cezanne.fr

Plus en détail

Présentation de l Union

Présentation de l Union Présentation de l Union Mutualité Fonction Publique Mise àjour : Novembre 2011 MFP Pôle Communication novembre 2011 L Union mutualiste du secteur public 2 L Union mutualiste du secteur public «MFP : le

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

2. Présentation de l activité des doulas et des accompagnantes

2. Présentation de l activité des doulas et des accompagnantes AVIS de la Commission nationale de la naissance sur l activité des doulas, des accompagnantes à la naissance et des accompagnantes périnatales à Mme BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la santé, de la jeunesse,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Carte d identité régionale Démographie 1 En 2009, la région compte 8816 364 habitants. Les moins de 25 ans représentent 40.8% de la population

Plus en détail

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT Plateforme Syndicale du SNJMG pour 2015 Le Bureau souhaitant bénéficier d un mandat clair afin de promouvoir tout au long de l année les valeurs, les idées et les prises de position du syndicat, il a demandé

Plus en détail

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ----

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- La réforme de la Protection de l Enfance a été précédée de nombreux rapports (10 entre novembre 2004 et janvier 2006 parmi

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 Patrick Martowicz, Magistrat, Ministère de la justice et des libertés, Direction des affaires civiles et du Sceau,

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever»

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» ~ 1 ~ Compte rendu de la rencontre départementale FHF «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» 5 juin 2015 Janzé Allocutions officielles Hubert PARIS, Maire

Plus en détail

Travail d un réseau sur un outil de liaison et tracabilité. La patiente au cœur des transmissions

Travail d un réseau sur un outil de liaison et tracabilité. La patiente au cœur des transmissions Travail d un réseau sur un outil de liaison et tracabilité La patiente au cœur des transmissions 5éme journée des réseaux de périnatalité IDF 23 octobre 2008 Catherine LACOSTE: sage-femme coordinatrice

Plus en détail

Synthèse des évaluations. Champ " Santé " Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Synthèse des évaluations. Champ  Santé  Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Formations et diplômes Synthèse des évaluations Champ " Santé " Université Toulouse III Paul Sabatier UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Liste des titres et mentions autorisés (Mise à jour au 19 janvier 2012) ACUPUNCTURE OBSTETRICALE

Liste des titres et mentions autorisés (Mise à jour au 19 janvier 2012) ACUPUNCTURE OBSTETRICALE ACUPUNCTURE OBSTETRICALE Acupuncture obstétricale UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR de médecine 2 rue Ecole de médecine CS 59001 34060 MONTPELLIER Cedex 2 Tél : 04.67.60.10.00 Montpellier, Paris 13 et Strasbourg,

Plus en détail

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales 1. Le principe : Le code de la santé publique permet à un établissement public de santé d associer un

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

MASTER MANAGEMENT PUBLIC

MASTER MANAGEMENT PUBLIC MASTER MANAGEMENT PUBLIC - MASTER 1 : Management public environnemental - MASTER 2 : anagement euro-méditerranéen et développement durable couvmasters_a5_01.indd 1 17/01/12 10:08 Le Management Public et

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Les sages-femmes et l'ivg : quel avenir? Présenté par OUZANI CHEREAU Flora

Les sages-femmes et l'ivg : quel avenir? Présenté par OUZANI CHEREAU Flora Les sages-femmes et l'ivg : quel avenir? Présenté par OUZANI CHEREAU Flora Loi de 2001 Modifications de la loi Veil L'IVG médicamenteuse à domicile : Procédures préalables Protocole Comme nous venons de

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 784 h/an de septembre à mai Orthophoniste Le Métier d Orthophoniste L orthophoniste prend en charge tous les troubles du langage, qu ils se manifestent

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION ODONTOLOGIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

OFFRE DE FORMATION ODONTOLOGIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION ODONTOLOGIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / ODONTOLOGIE Sous réserve d accréditation LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES EN ODONTOLOGIE DIPLOMES NATIONAUX DIPLOME D ETAT

Plus en détail

Sage-Femme. Tout au long de la vie. L expertise L autonomie La responsabilité. Profession médicale REGIE PAR LE LIVRE IV DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

Sage-Femme. Tout au long de la vie. L expertise L autonomie La responsabilité. Profession médicale REGIE PAR LE LIVRE IV DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Sage-Femme Tout au long de la vie L expertise L autonomie La responsabilité Profession médicale REGIE PAR LE LIVRE IV DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Sage-Femme Tout au long de la vie Sommaire La profession

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Au fil de votre carrière, vous allez rencontrer l Ordre des médecins, parfois sans que vous en ayez conscience.

Au fil de votre carrière, vous allez rencontrer l Ordre des médecins, parfois sans que vous en ayez conscience. guide des jeunes médecins a vos cotes pour votre carriere Au fil de votre carrière, vous allez rencontrer l Ordre des médecins, parfois sans que vous en ayez conscience. Tour à tour représentant des médecins,

Plus en détail

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 784 h/an de septembre à mai Orthophoniste Le Métier d Orthophoniste L orthophoniste intervient sur prescription médicale. Il est spécialisé dans la correction

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

vitrification des ovocytes taux fertilité baisse à partir ans devient quasi nul après ans

vitrification des ovocytes taux fertilité baisse à partir ans devient quasi nul après ans Octobre 2013 La loi de bioéthique autorisant la vitrification des ovocytes est entrée en vigueur en juillet 2011. La vitrification des ovocytes fait désormais partie des techniques de procréation médicalement

Plus en détail

22 novembre 2012. Dr Paule Herschkorn Barnu Directrice du réseau Solipam

22 novembre 2012. Dr Paule Herschkorn Barnu Directrice du réseau Solipam 22 novembre 2012 1. Epidémiologie 2. Problématiques 3. Le réseau SOLIPAM: 1. Objectifs et caractéristiques 2. Le projet réseau SOLIPAM 3. Le tableau de bord du réseau 4. Le programme de la journée Epidémiologie

Plus en détail

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Vers un plan National Alcool - Luxembourg - 2012 Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Professeur Michel Reynaud Chef du Département de Psychiatrie et d Addictologie de l Hôpital

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français? Paris, le 4 décembre 2012 Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?» Mardi 4 décembre 2012 Intervention

Plus en détail

Don d ovocytes. Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif

Don d ovocytes. Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif Don d ovocytes Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif 1 Histoire du don d ovocytes en France Don d ovocytes pratiqué en France depuis 1987 1994 1 ères lois

Plus en détail

ORIENTATIONS ET PLANS D ACTION DE LA POSTE ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DES CHANGEMENTS

ORIENTATIONS ET PLANS D ACTION DE LA POSTE ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DES CHANGEMENTS ORIENTATIONS ET PLANS D ACTION DE LA POSTE ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DES CHANGEMENTS 1. Politique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, et visibilité donnée aux postiers. La Poste a fait

Plus en détail

Statut des sages-femmes

Statut des sages-femmes Contribution Association nationale des étudiants sages-femmes (Anesf) Statut des sages-femmes Sommaire : Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 7 Page 11 1/ La Fonction Publique Hospitalière (FPH) 2/ Le statut

Plus en détail