INNOVER DANS. L ACTION Guide pratique sur l animation des réseaux locaux de services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INNOVER DANS. L ACTION Guide pratique sur l animation des réseaux locaux de services"

Transcription

1 INNOVER DANS L ACTION Guide pratique sur l animation des réseaux locaux de services

2 Une réalisation de l Observatoire québécois des réseaux locaux de services (OQRLS) avec la collaboration de l Initiative sur le partage des connaissances et le développement des compétences pour relever le défi de la responsabilité populationnelle (IPCDC) et du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Rédaction par l équipe de l OQRLS Sophie Gaudreau, agente de planification, de programmation et de recherche (APPR), Centre de santé et de services sociaux Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CSSS-IUGS) Hugo Pollender, APPR, CSSS de la Vieille Capitale Alex Battaglini, adjoint à la mission universitaire, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent-CAU Marie-Ève Nadeau, conseillère en communications, CSSS-IUGS Suzanne Deshaies, APPR, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent-CAU Marie-Andrée Roy, APPR, CSSS-IUGS Julie Lane, conseillère-cadre par intérim à la Direction générale, CSSS-IUGS Collaboration à la rédaction Gylaine Boucher, gestionnaire, IPCDC Anne Chamberland, chargée de projet, IPCDC Jean Rochon, expert-conseil, IPCDC Coordination des travaux par les coresponsables de l OQRLS Julie Lane, conseillère-cadre par intérim à la Direction générale, CSSS-IUGS Alex Battaglini, adjoint à la mission universitaire, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent-CAU Comité de relecteurs (en ordre alphabétique) Marie-Claude Alain, directrice de la santé mentale, de l enfance et de la jeunesse, CSSS de la Vieille-Capitale Véronique Arès, conseillère au programme de santé mentale, Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec Robert James Borris, chef d administration des programmes, CSSS Pierre-de Saurel Charles Coulombe, assistant à la coordination professionnelle du Service d action communautaire, CSSS IUGS Diane Brière, Direction de la prévention, des services généraux et spécifiques, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent- CAU Julie Dufort, médecin-conseil de l équipe des pratiques cliniques préventives (PCP), Direction de la santé publique, ASSS de la Montérégie Maria Fortin, coordinatrice régionale des dossiers santé mentale, prévention du suicide et problématiques multiples, ASSS du Bas- St-Laurent Dominique Gagnon, APPR, Direction de la santé publique, ASSS de la Montérégie Roland Gingras, conseiller aux affaires multidisciplinaires et gestionnaire d accès, CSSS de Rimouski-Neigette Marlène Imbeault, directrice des services de santé généraux et de santé publique, CSSS de la Vieille-Capitale Mario Jarquin, directeur des services aux clientèles spécifiques, CSSS du Cœur-de-l Île Louis Lemay, directeur général, Centre d intervention de Crise du Richelieu-Yamaska Marie-Josée Massé, CRHA, conseillère-facilitatrice aux communautés stratégiques auprès d organisations du réseau de la santé et des services sociaux Pierre Noël, chef de réadaptation en santé mentale, Centre de réadaptation en dépendances de l Estrie Anne-Marie Royer, chargée de projet, Direction des services aux adultes, CSSS-IUGS Hawa Sissoko, responsable de l équipe PCP, Direction de la santé publique, ASSS de la Montérégie Danielle Thériault, adjointe à la Direction de la prévention, des services généraux et spécifiques, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent-CAU Comité consultatif (en ordre alphabétique) Alex Battaglini, adjoint à la mission universitaire, CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent-CAU Geneviève Beauregard, professionnelle, Direction générale adjointe de la santé publique, ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Gylaine Boucher, gestionnaire, IPCDC Lynda Fortin, directrice, Direction de la planification et des orientations stratégiques, MSSS Lyne Jobin, directrice, Direction générale adjointe de la santé publique, MSSS Julie Lane, conseillère-cadre par intérim à la Direction générale, CSSS-IUGS Suzanne Morency, professionnelle, Direction de la planification et des orientations stratégiques, MSSS Jusqu en mars 2013, en collaboration avec : Johanne Archambault, CSSS-IUGS Andrée Quenneville, MSSS Révision linguistique Valérie Plante, technicienne en administration, CSSS-IUGS Mise en pages Sherpa Design, Montréal (Site Web : sherpadesign.ca) La réalisation de ce guide a été rendue possible grâce au soutien financier de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Dépôt légal Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Bibliothèque et Archives Canada, 2013 ISBN : (version imprimée) ISBN : (version PDF)

3 Table des matières Introduction 1 Partie 1 - Les réseaux locaux de services en bref 2 La responsabilité populationnelle 2 Les déterminants de la santé 2 Le travail en réseau local de services 2 Les partenaires potentiels d un réseau local de services 3 Le travail en réseau local de services sur le terrain 4 Les retombées du travail en réseau local de services selon les acteurs 5 Les avantages et les défis du travail en réseau local de services 6 Partie 2 - Innover dans l action avec le travail en réseau local de services 7 Dégager une vision commune 8 Identifier des actions 10 Mettre en œuvre des actions 12 Évaluer, faire connaître et pérenniser 14 Partie 3 - Être soutenu dans le travail en réseau local de services 16 La contribution des trois paliers 16 Conclusion 17 Références 18

4 Introduction Les réseaux locaux de services : leur histoire La Stratégie de soutien à l exercice de la responsabilité populationnelle du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS, 2011) a réaffirmé l importance de travailler en réseau local de services (RLS). Sa volonté de soutenir les acteurs régionaux et locaux dans l exercice de la responsabilité populationnelle a d ailleurs guidé la mise en place de cette stratégie. Des chantiers de travail ont vu le jour afin de passer des mots à l action. Ce guide pratique sur l animation des RLS est l une des actions concrètes qui découle directement de ces chantiers. Le travail en réseau local de services représente de nombreux défis. Les gestionnaires qui ont participé à l Événement national sur la responsabilité populationnelle au printemps 2013 l ont clairement réitéré. Ce guide se veut donc un levier d action. Il vise à soutenir les gestionnaires des centres de santé et de services sociaux (CSSS) et leurs équipes dans l animation de leur RLS et dans la mise sur pied d actions concrètes avec leurs partenaires potentiels. Ce guide a été préparé par l Observatoire québécois des réseaux locaux de services (OQRLS) avec le soutien du Consortium de l Initiative sur le partage des connaissances et le développement des compétences pour relever le défi de la responsabilité populationnelle (IPCDC) et du MSSS. Son contenu s appuie principalement sur les travaux de l OQRLS et de l IPCDC, dont : la documentation d initiatives de travail en RLS; l élaboration et l animation de formations sur le travail en RLS; l accompagnement de CSSS dans la mise en place du travail en RLS. Le contenu s appuie aussi sur les écrits portant sur la collaboration, l innovation, le changement, l action partenariale et la gouvernance. Toutefois, il est à noter qu il existe peu de résultats de recherches dans le domaine du travail en RLS. La première partie du guide explique sommairement la responsabilité populationnelle, les déterminants de la santé, le travail en RLS et les partenaires potentiels à impliquer dans une démarche de collaboration. Les retombées, les avantages et les contingences du travail en RLS concluent cette première partie. La seconde partie constitue le cœur du guide. Elle présente des actions qui permettent de concrétiser le travail en RLS. Ces actions sont regroupées en ces quatre étapes : dégager une vision commune; identifier des actions; mettre en œuvre des actions; évaluer, faire connaître et pérenniser. Des initiatives de collaboration sont présentées afin d illustrer ces quatre étapes. Finalement, la troisième partie présente le soutien dont vous disposez dans vos efforts de travail en RLS. La contribution des trois paliers du système de santé et de services sociaux (local, régional et national) est décrite. Un aide-mémoire qui présente une synthèse des actions et qui suggère des questions pour vous soutenir dans le cadre du travail en RLS accompagne aussi ce guide. Le guide et l aide-mémoire se retrouvent sur le site Internet de l OQRLS : csss-iugs.ca/oqrls. Bonne lecture! 1

5 Partie 1 Les réseaux locaux de services en bref Depuis 2005, le MSSS a mandaté les CSSS pour animer les RLS et coordonner les services. Les RLS regroupent l ensemble des prestataires de soins et de services d un territoire dont font partie les médecins, les organismes communautaires, les ressources privées, les établissements offrant des services généraux, spécialisés et surspécialisés ainsi que des partenaires des autres secteurs d activités (ex. : municipalité, commission scolaire, police, etc.). La responsabilité populationnelle «Les CSSS et tous ces partenaires doivent assumer collectivement une responsabilité à l égard de la population de leur territoire, concept appelé «responsabilité populationnelle». Cette responsabilité implique d agir en collaboration sur les déterminants de la santé, d assurer, de façon continue, l accès à une large gamme de services de santé et de services sociaux et la prise en charge des personnes. Pour ce faire, les partenaires des RLS doivent apprécier l ensemble des interventions et prendre en compte les besoins exprimés de soins et de services ainsi que les besoins non exprimés de santé et de bien-être.» (MSSS, 2013, p. 11). Les déterminants de la santé Les déterminants de la santé sont des facteurs individuels, sociaux, économiques et environnementaux que l on peut associer à un problème de santé précis ou à un état de santé global (MSSS, 2012b). Par exemple, il est démontré que les jeunes sont en moins bonne forme physique qu ils ne l étaient il y a 30 ans (Mongeau, 2012). Toutefois, il est possible d améliorer leur santé en influençant directement certains déterminants qui les touchent, tels que le milieu de garde, le milieu scolaire (ex. : offre de collations nutritives ou d équipements sportifs) et l aménagement du territoire (ex. : pistes cyclables sécuritaires). Il est généralement reconnu que les services de santé et les services sociaux contribuent au maintien et à l amélioration de la santé et du bien-être de la population dans une proportion variant entre 15 % et 25 % (Institut canadien de recherche avancée, 2001; Le Faou et coll., 2003; McGinnis et coll., 2002). Ainsi, 75 % des facteurs qui influencent l état de santé sont hors de la sphère d action du système de santé et de services sociaux. Dans une perspective de responsabilité populationnelle, les gestionnaires de CSSS, en collaboration avec leurs partenaires, doivent adapter et développer leurs services, tout en s assurant de mener des actions concrètes sur les déterminants de la santé et sur la prévention et la promotion qui sont en amont des problèmes de santé. Le travail en réseau local de services UN ENGAGEMENT LÉGAL En 2005, le projet de loi no 83 nomme le CSSS comme responsable de la coordination des services offerts par les intervenants d un réseau local de services (art LSSSS Loi sur les services de santé et les services sociaux, chapitre S-4.2.). Le CSSS est responsable de définir un projet clinique et organisationnel et à cette fin, il doit mobiliser les partenaires sectoriels et intersectoriels (art LSSSS) et consulter la population de son territoire (art LSSSS). Travailler en RLS, c est travailler en collaboration avec les partenaires «sectoriels» (du système de santé et de services sociaux), les partenaires «intersectoriels» (d autres secteurs d activités, comme la municipalité ou la commission scolaire) et les citoyens (utilisateurs et non-utilisateurs des services) dans le but d améliorer la santé et le bien-être de la population d un territoire donné. La figure qui suit présente les partenaires potentiels d un RLS. 2

6 LES PARTENAIRES POTENTIELS D UN RÉSEAU LOCAL DE SERVICES Légende : CPE : Centre de la petite enfance CLD : Centre local de développement OC : Organisme communautaire OMH : Office municipal d habitation CLE : Centre local d emploi CJE : Carrefour jeunesse-emploi CAB : Centre d action bénévole CR : Centre de réadaptation CJ : Centre jeunesse CH : Centres hospitaliers 3

7 Le travail en réseau local de services sur le terrain À la lumière des initiatives de travail en RLS que l OQRLS a documentées, force est de constater qu il n existe pas de recette unique pour travailler efficacement avec les acteurs présents sur un territoire de RLS. C est pourquoi ce document se veut un guide pratique proposant diverses façons d y arriver. Le travail en RLS peut émerger de plusieurs manières et sous différentes formes. Des initiatives en collaboration peuvent naître : de concertations, de démarches de planification, d un forum, de l initiative et du leadership d une personne ou d un groupe d individus; de constats relatifs aux portraits des populations et à leurs besoins; de l analyse d une absence de certains services; de l intégration d une vision populationnelle aux programmes-services; etc. Chose certaine, les acteurs partent généralement du constat qu il leur serait difficile d agir seul sur le problème observé, d où l intérêt de travailler en collaboration, de partager des expertises et des ressources et de s entendre sur des objectifs communs. Dans certains territoires, une majorité de partenaires se réunissent sous l initiative d un CSSS pour planifier des actions concertées et pour agir sur la santé et le bien-être d une population. Dans d autres, seuls quelques partenaires se regroupent pour agir autrement et en collaboration sur un problème spécifique observé par l un d entre eux. Parfois, les collaborations sont complexes et les communications sont difficiles puisqu elles regroupent de nombreux acteurs sectoriels et intersectoriels, aux missions et aux intérêts différents. Ces actions collaboratives, qui exigent souvent une dose d audace et d originalité, amènent les partenaires à revoir certaines pratiques professionnelles et de gestion pour se rapprocher des populations visées en intervenant au domicile, en milieu communautaire ou encore au sein d organisations partenaires. Ces actions permettent non seulement d embrasser la complexité des situations et des problèmes vécus dans leur totalité plutôt que sur une seule de leurs facettes, mais aussi d agir en amont. Finalement, le travail en RLS suppose divers niveaux d implication selon la mission, les ressources et les capacités de chaque partenaire. Il va du développement d une action ou d une intervention nouvelle, à la bonification et à l adaptation de services existants. Si l on observe des initiatives où les partenaires contribuent à toutes les étapes de développement et de mise en œuvre, d autres présentent parfois des contributions plus simplement instrumentales, se limitant par exemple au partage de ressources, de références ou d expertises. Peu importe la façon dont naissent ces collaborations, le travail en RLS entraîne des retombées positives sur la santé et le bien-être de la population ainsi que pour les partenaires impliqués. Certaines de ces retombées sont présentées à la page suivante. 4

8 Les retombées du travail en réseau local de services selon les acteurs Les acteurs ayant pris part aux initiatives documentées par l OQRLS soulignent que le travail en RLS génère des retombées positives tant pour la population ciblée, que pour les organisations partenaires qui y prennent part. Travailler en collaboration avec des partenaires peut entraîner des retombées pour la population ciblée Améliorer les habitudes de vies : À la suite d ateliers sur les saines habitudes de vie animés par des infirmières en entreprise, des travailleurs ont mis en place un club de marche, plusieurs ont cessé de fumer et s alimentent mieux 1. Améliorer l état de santé mentale : Un suivi intensif dans le milieu de vie d adultes ayant des problèmes de santé mentale a permis de réduire significativement leur taux d hospitalisation 2. Développer des compétences personnelles et sociales : Un soutien intensif à domicile pour des familles dont un enfant présente de multiples problèmes psychosociaux a permis aux parents de développer des habiletés pour reprendre le contrôle de la situation. Par exemple, ils sont plus fermes et constants lorsqu ils font de la discipline 3. Créer des milieux de vie adaptés : Un milieu de vie entièrement adapté a été construit pour les personnes vivant avec une déficience physique, leur permettant ainsi d accroître concrètement leur autonomie 4. Favoriser l intégration sociale des personnes plus vulnérables : Des personnes judiciarisées aux prises avec des problèmes de santé mentale ont bénéficié d un suivi psychiatrique mensuel et d un accompagnement (recherche d hébergement, d emploi, etc.) à même leur milieu de vie, ce qui leur a permis de mieux réintégrer leur communauté 5. pour les organisations Améliorer l accès aux services : Un centre de jour itinérant a permis de rejoindre des aînés qui ne pouvaient pas se déplacer pour bénéficier de ses services 6. Réduire les coûts : En offrant la possibilité à des aînés en perte d autonomie de vivre et d avoir des services en HLM, des gains financiers importants sont constatés : les services coûtent en moyenne $/personne annuellement comparativement à $/personne en milieu d hébergement institutionnel 7. Améliorer la continuité des services : Des jeunes avec des troubles de santé mentale engagés dans un processus de réinsertion à l emploi ont bénéficié de services adaptés à leur condition tant au carrefour jeunesse-emploi (CJE) qu au CSSS, grâce à des mécanismes d accès aux ressources du CSSS, d ateliers thématiques et de coaching 8. Améliorer la qualité des services : Les résidents vivant dans un milieu de vie adapté à leur déficience physique ont reçu leurs services (bain complet, aide au lever et au coucher, etc.) dans des conditions plus sécuritaires 4. Les conseillers d un CJE ont amélioré l efficacité de leur intervention auprès de jeunes aux prises avec des troubles de santé mentale grâce au coaching d un psychologue du CSSS. 8 Pour une description des initiatives : 1 Projet Jocoeur. 2 Suivi intensif dans le milieu en équipe (SIME Sud). 3 Projet Écho. 4 Un chez nous pour nous. 5 Programme passage. 6 Centre de jour itinérant en milieu rural. 7 Aide et support aux aînés. 8 Entente de collaboration entre le Carrefour jeunesse-emploi Bourassa-Sauvé et le CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. 5

9 Les avantages et les défis du travail en réseau local de services En plus des nombreuses retombées déjà mentionnées, les gestionnaires et les intervenants qui ont expérimenté le travail en RLS dénotent d autres avantages lorsqu ils collaborent avec leurs partenaires. Ils partagent : des renseignements leur permettant de dresser un portrait plus précis de la problématique; leur expertise respective, ce qui favorise la mise en œuvre d actions qui englobent la complexité des problèmes vécus et des besoins perçus; leurs ressources financières, humaines et matérielles, ce qui augmente leur capacité d action. Ces mêmes personnes identifient aussi des défis au travail en RLS : la prédominance du curatif sur la promotion et l action sur les déterminants de la santé dans le système de santé et de services sociaux; la complexité de la mobilisation des partenaires autour d objectifs communs parce qu ils ont différents points de vue, intérêts, mandats, contraintes organisationnelles, objectifs et expertises; la difficulté d établir des priorités à partir de connaissances actuelles (sociodémographiques, sociosanitaires) sur les besoins sociaux et de santé de la population, sur les conditions de vie, sur les besoins non exprimés, sur le recours aux services par les personnes plus vulnérables, etc.; la nécessité de favoriser la participation citoyenne sans trop savoir comment s y prendre; les tensions liées au leadership induites par les modes de financement et les budgets qui diffèrent entre les partenaires; les ressources limitées, alors que le travail en RLS exige un investissement en temps ainsi qu en ressources humaines et matérielles. Ces défis confirment le besoin de soutien déjà mentionné par les gestionnaires et les intervenants de CSSS et leurs partenaires. C est dans cette optique que ce guide propose une série d actions qui favorisent le travail en RLS. 6

10 Innover dans l action avec le travail en réseau local de services Partie 2 Le travail en RLS peut être vécu selon une démarche en quatre étapes. Le CSSS, par son mandat d animation et de coordination, facilite l évolution de cette démarche. Les actions proposées à chaque étape se font avec les partenaires du RLS et visent ultimement l amélioration de la santé et du bien-être de la population du territoire. L expérience terrain démontre qu il peut y avoir des allers-retours entre ces étapes. De la même manière, les actions proposées ne sont pas séquentielles. De plus, certaines actions, même si elles ne figurent qu à une seule étape, sont transversales. Notamment, communiquer, générer de la confiance et s adapter en continu. Ces quatre étapes sont : Dégager une vision commune Les partenaires concernés par une priorité qu ils ont dégagée de leurs connaissances de la situation sur leur territoire (taux de suicide élevé, aînés en perte d autonomie laissés à eux-mêmes, urgence engorgée, taux élevé d hospitalisations lié aux maladies de l appareil circulatoire, etc.) développent, ensemble, une compréhension de celle-ci. Cette vision est évolutive et centrée sur l amélioration de la santé et du bien-être de la population. Elle permet aux partenaires d avancer ensemble. Identifier des actions Les partenaires conviennent ensemble de leurs engagements respectifs pour agir sur la priorité. La complémentarité des missions et des expertises permet d optimiser le choix des actions et l innovation. Mettre en œuvre des actions Les partenaires s attaquent, d un commun effort, à la priorité identifiée sur les bases d ententes de collaboration, de stratégies de communication commune, de modalités d accompagnement du changement et de mécanismes de partage des connaissances et des expertises. Évaluer, faire connaître et pérenniser Les partenaires suivent et ajustent leurs actions, évaluent les résultats et planifient les suites. Ils intègrent et diffusent les apprentissages réalisés par l expérimentation afin d inspirer d autres acteurs. Cette démarche est similaire à d autres démarches de collaboration (ex. : lors de l élaboration du projet clinique, lors de stratégies de développement des communautés, etc.). Elle s inscrit en cohérence avec la démarche d accompagnement offerte par le Consortium de l IPCDC pour soutenir les CSSS et leurs partenaires dans la réalisation de projets dans une perspective de responsabilité populationnelle. Des outils sont disponibles sur le Bureau virtuel de l IPCDC (ipcdc.qc.ca/exercer-la-responsabilitépopulationnelle/réaliser-un-projet-en-lien-avec-la-responsabilité). Cette démarche propose donc des pistes pour le développement de collaborations sectorielles et intersectorielles en suggérant des moyens concrets illustrés par des exemples issus d expériences terrains. collaboration responsabilité populationnelle Dégager une vision commune Évaluer, faire connaître et pérenniser responsabilité populationnelle collaboration collaboration Identifier des actions Mettre en oeuvre des actions responsabilité populationnelle 7

11 DÉGAGER UNE VISION COMMUNE Actions Initier et maintenir des contacts avec les partenaires et les citoyens afin de connaître leur réalité, leurs besoins et leurs préoccupations. Identifier les données disponibles sur l état de santé et les services disponibles pour la population afin de reconnaître la complémentarité des rôles et des responsabilités des partenaires. Identifier une priorité (situation problématique, besoin non répondu, etc.) en concertation avec les partenaires et les citoyens concernés afin que chacun reconnaisse la situation et qu il comprenne son éventuelle contribution par rapport à celle-ci. Comment y arriver? Moyens suggérés Siéger sur les tables de concertation existantes; S inscrire dans les démarches de consultations citoyennes organisées par les partenaires; Coprésider un lieu où les partenaires peuvent agir ensemble en cohérence auprès de la population. Partager diverses sources d information avec les partenaires : les portraits de santé de la population; les portraits de défavorisation sociale et matérielle de la population; les renseignements disponibles sur l état des déterminants de la santé au sein de la population du territoire (revenu, environnement physique et social, logement, éducation, etc.); l adéquation entre l offre de service et les actions en prévention et promotion, versus les besoins de la population; les renseignements disponibles sur l absence de services et les dédoublements. Répertorier les services disponibles sur le territoire; Diffuser les services disponibles pour les clientèles en utilisant des moyens diversifiés. Dégager des constats généraux à partir de l information consultée; Tenir compte des priorités et des enjeux des partenaires; Identifier la priorité en s inspirant des données disponibles. Analyser la priorité en concertation avec les partenaires afin de préciser la priorité et clarifier le rôle de chacun. Consulter la population à propos de la priorité retenue afin de peaufiner l analyse, favoriser la compréhension par la population et susciter l engagement. Analyser de l information complémentaire, par exemple : localiser les consommateurs de services sur le territoire et définir leur profil; identifier les groupes vulnérables et leur consommation ou non-consommation de services de santé et de services sociaux; identifier les irritants des utilisateurs de services en collaboration avec le commissaire aux plaintes; identifier les freins à l utilisation des services (ex. : méconnaissance des services, absence de transport en commun dans certaines localités d un territoire, etc.); identifier les facteurs de risques; identifier les enjeux politiques et de pouvoir. Organiser des focus groups où sont invités les citoyens et les partenaires; Diffuser l analyse de la priorité dans le journal local ou sur un site Web, puis recueillir les commentaires; Ajouter un point à l ordre du jour du conseil municipal; Inviter des représentants de citoyens, des utilisateurs de services et leurs proches dans des comités existants. 8

12 UNE INITIATIVE INSPIRANTE Un portrait évocateur des habitudes de vie des jeunes pour mobiliser les partenaires Projet En 2000, des données sur le nombre croissant de jeunes diabétiques et présentant un surplus de poids alarment les partenaires de la ville de Sherbrooke. Ces données mettent en cause les mauvaises habitudes de vie des jeunes. Un projet est mis sur pied et vise à améliorer l alimentation et l activité physique des Sherbrookois de 0 à 17 ans. Plusieurs actions sont mises en place en milieu de garde, en milieu scolaire et en milieu sportif. Des actions plus globales destinées à développer des environnements favorables à l adoption de saines habitudes de vie sont aussi mises de l avant. Mécanismes et stratégies mis en place - Agente de développement École en santé La préoccupation quant aux habitudes de vie des jeunes naît dans la foulée des travaux d une équipe de travail en prévention, présidée par le maire à l époque. À ce moment, le CSSS prend les devants et réunit divers acteurs pour donner naissance au Forum des partenaires, tribune où les partenaires partagent leurs préoccupations et responsabilités envers la santé des jeunes. L équipe de projet, l Alliance sherbrookoise pour des jeunes en santé (Alliance), est mise sur pied lorsqu une entente de collaboration est conclue entre quatre partenaires (CSSS, Ville, commission scolaire, regroupement des centres de la petite enfance), l ASSS et Québec en Forme (organisme privé). Au cœur de cette collaboration se trouvent un comité stratégique qui a un rôle décisionnel, de recherche de financement et de représentation, et un comité d action concerté qui joue un rôle opérationnel. D abord, les partenaires se donnent une lecture commune des habitudes de vie des jeunes et de l offre en alimentation et en activité physique sur le territoire. Ils mettent leurs efforts en commun et réalisent une collecte de données auprès de plus de jeunes et leurs parents. Des données sont également recueillies auprès de directeurs d écoles et d organismes sportifs. À la suite de la réalisation du portrait, des rapports adaptés sont produits pour chaque école pour faciliter des arrimages avec l approche École en santé. Une démarche d accompagnement est menée pour assurer l appropriation des résultats. L Alliance tient deux événements médiatiques pour présenter le portrait à la population. Des dépliants d information sont diffusés à la population par l intermédiaire de tous les partenaires. Le plan d action concerté, qui se déploie sur le territoire depuis 2009, s appuie sur le portrait des habitudes de vie des jeunes sherbrookois et est issu de la volonté des partenaires sectoriels et intersectoriels d agir ensemble. Retombées Pour les milieux de garde : Les enfants sont sensibilisés et bougent plus; L offre alimentaire et les pratiques en lien avec les groupes alimentaires sont améliorées; Les cuisinières conseillent les parents et partagent les recettes préférées des enfants. Pour les écoles primaires et secondaires : L école évalue son offre alimentaire tous les deux ans et les enfants bougent davantage dans leur classe; Certaines écoles demandent aux parents de fournir des collations santé et envoient une liste de suggestions; Les intervenants font la promotion des saines habitudes de vie, de l image corporelle adéquate et d une bonne estime de soi. Pour le CSSS : C est une concertation, mais un continuum aussi, donc sur une ligne de temps. De 0 à 17 ans, nos jeunes reçoivent le même message, qu ils soient à l école, dans les parcs, les arénas, dans un tournoi ou autre. Donc, je suis fière et j y crois! Je trouve ça extraordinaire que les commissaires acceptent de mettre des sous dans des projets qui ne sont pas le cœur même de leur mission. Eux, c est l éducation. Mais, il y a une compréhension partagée du lien entre l éducation, la santé et les bonnes habitudes de vie. Ce leadership-là est essentiel à tout ce que l on a fait. - Gestionnaire de CSSS Les intervenants du CSSS, œuvrant auprès des jeunes, intègrent des questions en lien avec l alimentation, les activités physiques et sportives à leurs interventions. En général : La cohérence d un milieu à l autre : les jeunes reçoivent le même message; La collaboration entre les partenaires est bien établie et se renforce d année en année. Les actions déployées sont de plus en plus nombreuses, cohérentes et complémentaires. 9

13 IDENTIFIER DES ACTIONS Comment y arriver? Actions S interroger sur les façons de faire habituelles afin d améliorer les pratiques et de répondre plus efficacement aux besoins de la population. Moyens suggérés Identifier ce qui se fait déjà sur notre territoire et ailleurs en lien avec la priorité identifiée; Poser la question «Comment faire autrement?» aux intervenants, aux partenaires et à la population. Définir le projet avec les partenaires afin soit : d agir sur les déterminants de la santé : les habitudes de vie et les autres comportements liés à la santé, les environnements sociaux et les conditions socioéconomiques, etc. ou d adapter et de développer les services (accessibilité, continuité et qualité) Développer des modalités de collaboration afin de favoriser la participation active et l empowerment de chacun. Identifier : des objectifs communs et des actions respectives des partenaires; un porteur et les collaborateurs pour chaque objectif; des indicateurs pour évaluer l atteinte des objectifs; les ressources financières, humaines et matérielles nécessaires et les contributions de chaque partenaire; un échéancier flexible pour l atteinte des objectifs; les stratégies nécessaires à la pérennité du projet. Se doter d un langage commun, d un modèle d intervention et d un cadre de référence; Définir des modalités de communication qui laissent du temps et de l espace à tous pour s exprimer; Se doter d un lieu de gouvernance collective (ex. : mettre sur pied un comité de pilotage ou une équipe de projet). Favoriser l adhésion des partenaires au projet afin de faciliter les interactions et la création de liens entre les partenaires. Redéfinir, au besoin, les rôles des partenaires tout en respectant leurs mandats respectifs; Accepter d innover et de composer avec de nouvelles règles (ex. : prêter une ressource à un partenaire et accepter que la ressource soit coordonnée par ce partenaire). Générer la confiance entre les partenaires afin de maintenir la mobilisation de l ensemble des partenaires tout au long du projet. Faire preuve de transparence, de souplesse, d humilité et d ouverture. Consulter les intervenants sur le terrain afin de faciliter l accompagnement des intervenants. Consulter les intervenants individuellement ou en focus group (ex. : leur poser les questions suivantes : Que pensent-ils du projet? Anticipent-ils des défis? Ont-ils des propositions?). 10

14 UNE INITIATIVE INSPIRANTE Coconstruction d un milieu de vie pour les personnes vivant avec une déficience physique Projet En 2005, le CSSS de La Matapédia interpelle trois de ses partenaires (Office municipal d habitation, organisme communautaire et entreprise d économie sociale) travaillant auprès des personnes vivant avec une déficience physique afin de réfléchir aux services qui leur sont proposés. La majorité de ces derniers ne vivent pas dans un milieu adapté à leur condition. Des adultes se trouvent dans l obligation de vivre en CHSLD ou encore dans un domicile non adapté. Les membres de la famille, souvent des aidants naturels, sont essoufflés. Le CSSS et ses partenaires ont décidé de bâtir un milieu de vie pour les personnes vivant avec une déficience physique. Il s agit d un immeuble entièrement adapté à leur déficience, leur permettant d accroître leur autonomie et leur qualité de vie. Il ne faut pas imposer nos vues. Il faut que tout le monde se mette au diapason [ ] il faut faire état de nos possibilités et de nos limites et quand on a des limites, il faut se demander si on est capable de les contourner. Pour ça, il faut des gens de bonne volonté, parce que pour les contourner, il faut discuter ensemble [ ] Il faut sortir des sentiers battus, parce que les chemins ne sont pas tous tracés d avance quand on a des projets novateurs comme ça. Mécanismes et stratégies mis en place - Directrice adjointe des programmes et des activités cliniques du CSSS de La Tout au long du projet, les partenaires font preuve d écoute, de transparence et Matapédia acceptent d innover en sortant du cadre. De l avis même des partenaires, c est leur volonté commune de répondre aux besoins des personnes vivant avec une déficience physique qui a contribué à cette mobilisation. Un comité d implantation composé de représentants des quatre partenaires ainsi que de deux citoyens a été mis en place. Ce comité se réunit deux fois par mois et au besoin. Il est divisé en cinq sous-comités qui s occupent respectivement : des finances, des règlements du milieu de vie, de trouver la clientèle, des télécommunications et des équipements. Dès l installation des résidents dans leur appartement, le comité d implantation cède sa place au comité aviseur qui voit au bon fonctionnement de l immeuble et des services. Il est composé de la directrice de l Office municipal d habitation, de la directrice générale de l entreprise d économie sociale, de la directrice adjointe des programmes et des activités cliniques du CSSS ainsi que de la directrice de l organisme communautaire, soit les quatre partenaires engagés dans le projet depuis les tout débuts. Ils se rencontrent une fois par mois. Ces partenaires évaluent conjointement et annuellement le degré de satisfaction des résidents à l égard des services : la nourriture, le logement, l entretien ménager, les soins, etc. Cela permet d apporter tous les ajustements nécessaires. Retombées Pour les personnes visées : Reçoivent les services dans des conditions plus sécuritaires; Vivent dans un milieu adapté à leur déficience physique et jouissent ainsi d une plus grande autonomie; Perçoivent une amélioration de l estime de soi et de leur santé mentale; Diminution de l anxiété chez les parents-aidants. Pour les intervenants de l entreprise d économie sociale : Milieu de travail plus sécuritaire pour les préposés aux bénéficiaires (le matériel pour prendre soin est adapté); Préposés aux bénéficiaires développent une nouvelle expertise en lien avec cette clientèle. Pour les organisations concernées : Plus facile et rentable d offrir des services à des gens regroupés à proximité et au même endroit. Pour réussir à bien travailler, il faut toujours se demander : fait-on ça pour les gens? Il faut toujours se centrer sur les besoins de la population. - Directrice adjointe des programmes et des activités cliniques du CSSS de La Matapédia 11

15 METTRE EN ŒUVRE DES ACTIONS Comment y arriver? Actions Conclure des ententes de collaboration avec les partenaires au moment opportun afin de formaliser les engagements respectifs des partenaires. Déployer des stratégies de communication interne et externe afin de démontrer l avancement, la valeur ajoutée, les bons coups et les impacts du projet. Moyens suggérés Élaborer, adapter ou préciser un modèle d entente de collaboration signé au moment opportun entre les partenaires. Utiliser les mécanismes internes existants de chacune des organisations partenaires pour diffuser l information (ex. : journal, mémo, courriel, midicauserie, rencontres d équipes, etc.); Présenter l état du projet aux comités de direction des divers partenaires. Passer à l action afin d apprécier les succès qui favorisent la mobilisation des partenaires. Investir du temps et des ressources; Partager les ressources (matérielles, financières et humaines) entre les partenaires; S accorder un temps de rodage pour s ajuster aux impondérables; Expérimenter dans l action, sans attendre un plan d action parfait; Réajuster les façons de faire au besoin; Faire preuve de patience face à des résultats qui s apprécient souvent à moyen et long termes; Partager les questionnements, les connaissances et les expertises en toute transparence. Accompagner la mise en œuvre du changement, tant à l interne qu à l externe afin de soutenir les partenaires, les intervenants impliqués et la population ciblée par le projet. Être ouvert et à l écoute des préoccupations des partenaires tout au long du projet pour mieux s ajuster; Être ouvert aux réactions et aux perceptions des personnes visées par l action (ex. : utiliser un formulaire de satisfaction pour la clientèle); Informer les acteurs touchés par le changement : Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi?; Offrir du coaching, au besoin, aux gestionnaires et intervenants impliqués; Offrir de la supervision clinique et de la formation aux intervenants; Mettre en place un groupe de soutien; S assurer de traiter toute question, préoccupation ou résistance que génère le projet; Nommer une personne ressource pour répondre ou référer aux questions liées au projet. 12

16 UNE INITIATIVE INSPIRANTE Un soutien intensif à domicile est offert à des familles dont un des enfants présente de multiples problèmes psychosociaux Projet En Outaouais, des parents épuisés interpellent des partenaires qui collaborent déjà à leur offrir des services. Ces parents ont besoin d un soutien à domicile pour composer au quotidien avec leur enfant qui présente des problèmes complexes et multiples : déficience intellectuelle ou des troubles de comportement ou un problème de santé mentale. Un nouveau service est mis en place dans le cadre duquel des intervenants du système de santé et du secteur communautaire offrent un soutien intensif à domicile aux familles dont un enfant (entre 4 et 18 ans) présente ces problèmes psychosociaux. Travailler en dyade, c est un atout. C est rassurant, car on peut s entraider. L autre peut compléter nos limites dans l intervention. On peut se donner du feedback aussi. L un prend le lead dans la discussion et l autre peut observer pendant ce temps. - Intervenant Mécanismes et stratégies mis en place Fort d une collaboration existant depuis 2002 pour ce type de clientèle, les partenaires ont pu identifier des actions puisque la problématique était connue et comprise de tous. L équipe de ce projet est composée de quatre intervenants provenant du CSSS, du centre jeunesse, du CRDI et du centre hospitalier. La coordination de l équipe est assurée par le responsable de l organisme communautaire qui a pour mission de prévenir le décrochage social et scolaire et qui gère également les ressources financières du projet. Cette composition permet de lier à la fois l expertise de la 1 re ligne, de la 2 e ligne et du milieu communautaire. Les intervenants interviennent en dyade dans les familles, ce qui permet d offrir une plus grande gamme de services. Les intervenants sont choisis par les partenaires en collaboration avec les syndicats en fonction de leurs compétences et non de leur ancienneté. Ces derniers partagent le même bureau et connaissent tous les dossiers. Ce niveau de collaboration est possible parce que les intervenants sont soutenus : ils bénéficient d une formation continue et ils voient les superviseurs cliniques de l équipe trois fois par mois, soit : un pédopsychiatre libéré par le centre hospitalier pour discuter des jeunes ayant des problèmes de santé mentale; un conseiller-cadre du centre jeunesse pour discuter de l approche systémique et des enjeux associés à la Loi de la protection de la jeunesse; et un psychologue du CRDI spécialisé en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement. De plus, les intervenants rencontrent le coordonnateur deux fois par semaine pour discuter de chaque famille. Un comité aviseur composé de gestionnaires des cinq organisations partenaires se rencontre quatre fois par année pour faire le point sur les services, pour répondre aux enjeux qui se présentent et pour identifier des avenues de développement. Après trois années de fonctionnement, les partenaires tiennent à évaluer la satisfaction des familles et des partenaires en regard de ces nouveaux services offerts. Retombées Pour les personnes visées : L approche systémique améliore la situation de la famille de manière élargie (jeune, sœur, frère, entourage, amis, professeurs, etc.); Les familles perçoivent un pouvoir d agir plus important sur leur situation. Pour les intervenants : Éprouvent un plus grand sentiment d efficacité en agissant sur plusieurs sphères de la vie du jeune; L intervention en milieu familial permet aux intervenants de se sentir plus près de la réalité des familles et d être plus efficaces. Les intervenants doivent avoir à leur actif une bonne expérience d intervention. Ils doivent être très motivés, car on leur demande de travailler en milieu naturel à des heures auxquelles ils ne sont pas habitués. Ils ne sont presque jamais dans leur bureau. Lorsqu ils le sont, ils partagent le même local très petit. Il faut donc qu ils aient développé une bonne communication et de bons mécanismes d adaptation. - Gestionnaire du centre hospitalier Pour les organisations concernées : La collaboration entre les établissements partenaires va en s intensifiant, ils en sont à leur troisième partenariat. 13

17 ÉVALUER, FAIRE CONNAÎTRE ET PÉRENNISER Comment y arriver? Actions Évaluer les processus et l atteinte des objectifs du projet afin de valider la pertinence des actions et pour se réajuster sur une base continue. Moyens suggérés S associer à la recherche, à la direction de la qualité de votre établissement, ou à une autre organisation, afin de mesurer les résultats atteints; À partir des indicateurs identifiés préalablement, évaluer les retombées du projet et du travail en RLS; Envisager diverses options d évaluation (atteinte des objectifs, des processus et participative). Analyser les retombées du travail en RLS afin de mesurer et de comprendre les effets plus larges du projet pour la santé et le bien-être de la population, pour les organisations partenaires, pour les intervenants du projet et pour les communautés. Mettre en place les conditions afin de garantir la pérennité du projet. Mettre les chercheurs à contribution pour évaluer l adéquation de la structure de travail en RLS et de son processus en fonction des impacts recherchés auprès de la population ou de la clientèle visée; S assurer que le projet rejoint toujours les besoins de la population; Apprécier le potentiel du partenariat et les effets sur la dynamique de la communauté. S assurer, tout au long du projet, que les stratégies et les ressources sont adéquates, par exemple : tenir compte des apprentissages des démarches d évaluation; transformer le projet en programme, inscrire des composantes du projet dans des activités régulières des organisations; fournir une ressource à plus long terme; ancrer le projet dans la planification stratégique de l établissement; adopter de nouvelles politiques, des guides et des outils en conséquence; enrichir les responsabilités de certains professionnels; poursuivre des rencontres avec les partenaires, même si le projet est terminé afin de maintenir une vigie sur la diminution des problèmes. Transférer des apprentissages afin de partager les connaissances acquises à ceux qui pourraient en bénéficier (d autres partenaires du RLS, la population, les décideurs, etc.). Utiliser les moyens de communication existants pour diffuser les grands constats; Rédiger des rapports adaptés aux différents lecteurs; Présenter l information pertinente à certains comités ou tribunes pertinentes; Développer une expertise-conseil. 14

18 UNE INITIATIVE INSPIRANTE Prévenir les maladies cardiovasculaires et respiratoires chez les travailleurs par le suivi de santé et la promotion des saines habitudes de vie en entreprise Projet Le territoire de l Abitibi-Ouest se caractérise par un problème d accès aux médecins de famille. Cette population fait également face à différents problèmes : pauvreté, faible scolarité, comportements nuisibles à la santé et méconnaissance des services. Un nombre élevé d hospitalisations sur ce territoire est lié aux maladies de l appareil circulatoire (première cause) et respiratoire (seconde cause). C est dans ce contexte que la kinésiologue de la clinique de réhabilitation cardiorespiratoire prend conscience de l état de santé fragile de sa clientèle, et cela pour une clientèle de plus en plus jeune. Elle envisage alors la nécessité d agir en amont. Des intervenants se déplacent en entreprise pour dresser le portrait de santé des travailleurs, faire un suivi de leur santé et, si nécessaire, les référer aux professionnels de la santé dont ils ont besoin. De plus, des activités de promotion des saines habitudes de vie sont menées en entreprise. Mécanismes et stratégies mis en place En travaillant dans le projet, j ai appris à travailler en équipe, à connaître le rôle de chacun des intervenants et à mieux référer à la bonne ressource. Mais, ce que j ai appris le plus à travers le projet, c est apprendre à faire confiance. Et pour faire confiance, il faut connaître les compétences de chacun, mais aussi les limites de chacun. - Médecin responsable du projet C est en 2004 que le CSSS et le GMF forment une équipe de projet (Jocoeur) et débutent leurs activités auprès des entreprises partenaires. Le CSSS chapeaute l initiative et en assure la gestion administrative. Le partenariat s appuie, entre autres, sur une entente de collaboration entre les responsables de l équipe Jocoeur, les dirigeants et les représentants syndicaux des entreprises. Au sein même de l équipe Jocoeur, la collaboration est assurée par de multiples rencontres informelles et une rencontre d équipe aux six semaines. Lorsqu ils se réfèrent des clients, les membres de l équipe fonctionnent par système de courrier interne. Des constats après les cinq premières années d activités démontrent la pertinence de cette nouvelle façon de collaborer : plus de 95 % des travailleurs participent au projet, il y a une diminution significative du taux d absentéisme dans certaines entreprises et les intervenants innovent dans leurs pratiques avec la mise en place d une équipe multi et transdisciplinaire. En avril 2009, devant la fin imminente du financement initial, un sous-comité composé des deux responsables du projet (CSSS et GMF) et de quatre employeurs est mis en place. Le mandat est d explorer différentes avenues pour la survie du projet. Cette concertation permet de trouver une solution originale : il est convenu que les coûts soient partagés à parts égales entre le CSSS, les employeurs et leurs employés. Les partenaires acceptent de prendre un «risque collectif» et le projet se poursuit. Grâce à cette nouvelle modalité de financement, le nombre d entreprises partenaires augmente de façon importante, passant de 9 à 18. Le nombre d entreprises intéressées à devenir partenaires ne cesse d augmenter. Retombées Pour la population visée : Les travailleurs ont amélioré leur état de santé : perte de poids, diminution du risque de maladies cardiaques, meilleur contrôle de leur maladie; Les travailleurs ont aussi amélioré leurs habitudes de vie (alimentation, exercice physique, etc.); Les travailleurs ont accès, au besoin, à un médecin du GMF; Les travailleurs partagent leurs connaissances acquises entre eux, avec leurs amis et leur famille. Pour les intervenants : Les intervenants travaillent dans un contexte de transdisciplinarité : partagent leurs connaissances et innovent dans leur pratique respective. Pour les organisations concernées : Pour le GMF, il y a une diminution du recours aux médecins de famille; Modification de l environnement de travail en entreprise : contenu des machines distributrices, retrait du fumoir et installation d équipements sportifs. 15

19 Partie 3 Être soutenu dans le travail en réseau local de services La contribution des trois paliers Pour favoriser le travail en RLS, il est important que les trois paliers du système de santé et de services sociaux s engagent. Leur rôle respectif doit s articuler en cohérence et en complémentarité. Selon la Loi sur les services de santé et les services sociaux : au plan local, les établissements sont responsables d offrir des services de qualité, continus, accessibles, sécuritaires et respectueux des droits de la personne. Les CSSS, en tant qu instances locales, sont au cœur des RLS. Ils ont en effet le mandat de coordonner les services pour la population de leur territoire respectif, de concert avec l ensemble des partenaires; au plan régional, les ASSS sont responsables de coordonner les services sur leur territoire en favorisant la collaboration et la complémentarité tout en assurant une utilisation efficace, efficiente et équitable des ressources; au plan national, le MSSS détermine les orientations en matière de politiques sociosanitaires, d organisation de services, de gestion de ressources humaines, matérielles et financières du réseau. De plus, il évalue les résultats obtenus par rapport aux objectifs fixés. Par ailleurs, l Événement national sur la responsabilité populationnelle du 13 mai 2013 a permis de préciser davantage la contribution possible des trois paliers à l égard de l exercice de la responsabilité populationnelle. Pour le palier local : Identifier les besoins de la communauté avec les partenaires et favoriser l implication de la population; Offrir, en collaboration avec les partenaires, des services qui répondent aux différents besoins de la population; Réaliser, en collaboration avec les partenaires, des actions visant à agir en amont sur les déterminants de la santé; Assurer une cohérence des messages véhiculés par les différents partenaires auprès des citoyens; Animer et soutenir une structure de collaboration pour le travail en RLS en fonction de la réalité partenariale de chacun des territoires; Évaluer, de façon continue, les services offerts et les actions posées par les partenaires du RLS. Pour le palier régional : Diffuser les portraits de santé aux partenaires du RLS et auprès des autres forums pertinents; Offrir un soutien aux CSSS, notamment dans leur rôle d animation du RLS. Par exemple, en soutenant l identification des besoins exprimés et non exprimés de la population, en mobilisant et en soutenant la concertation au palier régional, en sensibilisant les partenaires sectoriels et intersectoriels en regard de leur contribution pour l amélioration de la santé et du bien-être de la population, en fournissant une expertise de contenu quant aux priorités identifiées et en développant des outils pour soutenir l animation du RLS; Définir les orientations et les priorités régionales, mobiliser et soutenir la concertation au palier régional en sensibilisant les partenaires sectoriels et intersectoriels au regard de leur contribution pour l amélioration de la santé et du bien-être de la population. Soutenir l évaluation des services offerts et des actions posées par les partenaires du RLS. Pour le palier national : Assurer la coordination interrégionale des services et établir des liens entre les différents ministères et les autres instances concernées par le travail en réseau; Évaluer, pour l ensemble du réseau, les résultats obtenus, dans une perspective d amélioration de la performance du système; Assurer un leadership et porter la vision du travail en réseau à l échelle du gouvernement; Énoncer et promouvoir des priorités claires, souples et réalistes, en cohérence avec le travail en réseau; Fournir des leviers et soutenir le développement des capacités des acteurs du réseau de la santé et des services sociaux pour soutenir le travail en RLS et proposer des activités de partage de connaissances, d instrumentation et de mise à profit d expériences porteuses issues du local, du régional, du national, voire de l extérieur du Québec. 16

20 Conclusion Le défi du système de santé et de services sociaux en lien avec les RLS Un des grands défis de notre système de santé et de services sociaux consiste à offrir, de façon continue, un éventail de services le plus complet et le plus près possible des milieux de vie des personnes afin de maintenir et d améliorer leur santé et leur bien-être. Pour ce faire, le travail avec les partenaires du réseau de la santé et des services sociaux, mais aussi avec ceux des autres secteurs d activités, est de mise considérant que les déterminants de la santé et du bien-être débordent largement le champ des services de santé. À cet effet, la Loi sur les services de santé et des services sociaux a confié aux CSSS la responsabilité de la mise en place de réseaux locaux de services qui vise à répondre à cette préoccupation d intégration des services. Ainsi, ils doivent mobiliser les organisations et les intervenants qui desservent la population de leur territoire à agir ensemble et de façon coordonnée pour mieux répondre aux besoins généraux et particuliers de santé et de bien-être de la population et des différents groupes qui la composent. Les conditions facilitant le travail en RLS Certaines conditions observées sur le terrain facilitent le travail en RLS, en voici quelques-unes : Développer et entretenir des liens avec les partenaires du milieu; Impliquer les partenaires potentiels dès le début de l initiative pour favoriser leur mobilisation et leur participation; Miser sur les expériences de collaborations antérieures; Impliquer des personnes qui sont flexibles, patientes, compétentes et engagées; Avoir le soutien des décideurs afin qu ils : cautionnent le changement des façons de faire qui s opère dans le cadre de la collaboration; participent à surmonter les embûches rencontrées dans le cadre du projet; suivent l évolution des projets en partenariat avec les professionnels. Opter pour une approche par projet qui permet aux partenaires de s inscrire dans des activités concrètes; Développer une vision commune avec les partenaires au regard des besoins de la population, des objectifs à atteindre et des moyens à employer pour les atteindre; Développer des mécanismes de collaboration au moyen d ententes de collaboration, de cadres de référence communs, etc.; Développer des mécanismes de communication, tant à l interne qu à l externe; Respecter les dynamiques des territoires : chaque territoire a ses spécificités, il importe de miser sur les succès existants et les forces des partenaires; Exercer, en tant que CSSS, un leadership rassembleur auprès des partenaires potentiels. L importance de partager les expériences Pour réussir à sensibiliser et à rassembler des partenaires sectoriels et intersectoriels autour du travail en RLS, il est nécessaire de faire connaître ce qui s entreprend et ce qui réussit en ce domaine. En documentant et en diffusant des initiatives de collaboration issues des quatre coins du Québec, l OQRLS permet aux gestionnaires de s inspirer de ce qui se fait ailleurs. Une connaissance qui, malgré des réalités différentes d un territoire à l autre, favorise l innovation par la collaboration. L appropriation de ce guide par les gestionnaires Le présent guide est un outil issu du premier des quatre chantiers pour le soutien à l exercice de la responsabilité populationnelle du MSSS. Notre volonté est qu il permette aux CSSS et à leurs partenaires de poursuivre leurs collaborations ainsi qu en débuter de nouvelles. Des activités seront éventuellement proposées pour soutenir l appropriation de ce guide par les gestionnaires et les autres acteurs intéressés. 17

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Communauté de pratique sur l intervention de quartier du CSSS-IUGS et les interventions de proximité en CSSS Auteurs : Jean-François

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES Mise à jour au 28 février 2013 Véronique Bibeau, Conseillère en gestion

Plus en détail

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE Devis d allocation 2015-2016 Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 : PRÉCISIONS ET CHANGEMENTS

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie De la vision à l action Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie RÉDACTION Anabèle Brière, pht, Ph.D, chargée de projet en transfert des connaissances

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé OMS-HPS Un outil à l usage des organisations Agence de la santé et des services sociaux de Montréal guide

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Préparation d un Plan de mesures d urgence

Préparation d un Plan de mesures d urgence Préparation d un Plan de mesures d urgence Guide Pour les organismes humanitaires et communautaires Élaboré par: Regroupement des organismes humanitaires et communautaires pour les mesures d urgence à

Plus en détail

Commission de la santé et des services sociaux

Commission de la santé et des services sociaux Commission de la santé et des services sociaux Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre de la consultation publique sur le document : «L AUTONOMIE POUR TOUS livre

Plus en détail

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation CADRE NATIONAL SUR LE SOUTIEN COMMUNAUTAIRE EN LOGEMENT SOCIAL MSSS-SHQ PROJET SOUMIS EN CONSULTATION

Plus en détail

Les initiatives déployées dans les RLS du Québec : L OQRLS documente et diffuse

Les initiatives déployées dans les RLS du Québec : L OQRLS documente et diffuse Les initiatives déployées dans les RLS du Québec : L OQRLS documente et diffuse Bilan des réalisations 2011-2012 Bilan des réalisations 2011-2012 1 Mai 2012 Coordination Johanne Archambault, directrice

Plus en détail

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Récit Date de révision : 16 avril 2010 Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX D AHUNTSIC ET MONTRÉAL-NORD ET CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE BORDEAUX-CARTIERVILLE SAINT-LAURENT PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ JANVIER

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

en bref Le système de santé et de services sociaux au Québec

en bref Le système de santé et de services sociaux au Québec en bref Le système de santé et de services sociaux au Québec en bref Le système de santé et de services sociaux au Québec Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux stratégique2010 plan 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux 2010 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux plan stratégique Édition La Direction des communications du ministère

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 Propriété intellectuelle : Le matériel original développé dans le cadre

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Rapport d enquête L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Secteur de formation Santé Rapport d enquête L

Plus en détail

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET ADOPTÉE LE 9 SEPTEMBRE 2009 MODIFIÉE EN MAI 2012 Le Forum jeunesse Estrie est soutenu financièrement par le gouvernement

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN!

SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN! SERLA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL AU QUOTIDIEN! Publié par la Confédération des syndicats nationaux Conception graphique France Tardif Illustration Alain Massicotte Impression Gibraltar Dépôt légal BANQ

Plus en détail

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Annexe A Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Afin de jouer son rôle de chef de file dans le développement et la croissance des diverses communautés de langue française sur son territoire

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Projet clinique express

Projet clinique express d; CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE MONTMAGNY- L ISLET 4 juillet Vol 1, Numéro 1 Dans ce numéro : Un nouvel outil d information Le projet clinique 2 Les membres du comité 2 Perte d autonomie liée

Plus en détail

Le Plan d action gouvernemental (PAG) 2006 2012 : leçons apprises de l'évaluation

Le Plan d action gouvernemental (PAG) 2006 2012 : leçons apprises de l'évaluation Cette présentation a été effectuée le 25 novembre 2013, au cours de la demi-journée «Évaluer les initiatives en promotion de saines habitudes de vie» dans le cadre des 17es Journées annuelles de santé

Plus en détail

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Performance du réseau Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Représentations prébudgétaires 2014-2015 Mai 2014 Le RPCU Le Regroupement provincial des comités des

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine Guide sur les VALEURS Angélike et Delphine Ce guide sur les valeurs s adresse autant à notre clientèle qu au personnel du Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) et constitue le code d éthique

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015 C1_PAuton-CSSS2M_Layout 1 11-04-19 11:35 Page 1 PLAN D AFFAIRES Personnes en perte d autonomie 2010-2015 Ce document a été produit à la suite des rencontres du comité de pilotage du Plan d affaires de

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES

IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES LEVER LES BARRIÈRES POUR MIEUX TRAVAILLER EN RÉSEAU La lutte aux infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est une priorité

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

La formation des préposés de résidence pour personnes âgées

La formation des préposés de résidence pour personnes âgées La formation des préposés de résidence pour personnes âgées Une approche centrée sur la personne âgée vivant en résidence pour des services de qualité donnés par des préposés qualifiés et habilités à utiliser

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION 1 INTRODUCTION L impact du vieillissement de la population sur l avenir des services sociaux et de santé est une question d intérêt public dont les répercussions sociales sont considérables. C est pourquoi

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs favorisant la collaboration Pascale Navert Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance

Plus en détail