«L évaluation des politiques publiques : Un moyen de réconciliation entre opinion publique et action publique?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«L évaluation des politiques publiques : Un moyen de réconciliation entre opinion publique et action publique?»"

Transcription

1 Journée d'étude Organisée par le groupe PopAct de l'afsp et le Centre Emile Durkheim : «L évaluation des politiques publiques : Un moyen de réconciliation entre opinion publique et action publique?» Le mardi 14 avril 2015, Site de Bordeaux-Victoire de l Université de Bordeaux (centre-ville), Bâtiment I, salle 18 10h-10h15 : Accueil des participants à la journée d'étude 10h15-10h30 : Introduction de la journée d étude par Charlotte Halpern, Centre d études européennes de Sciences Po Paris et Nadia Okbani, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux Jusqu où l'évaluation et ses méthodes permettent-elle la prise en compte de l opinion publique? 10h30-11h10 : Audrey Daniel, Ville de Nantes «Porter le débat public au travers des démarches d'évaluation : l'exemple de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires à Nantes» 11h10-11h50 : Hélène Millet, Conseil général de l Isère, PACTE, Université de Grenoble «Caractériser, prendre en compte et associer les publics de l action publique pour l évaluer» 11h50-12h30 : Nadia Okbani, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux «Interroger le non-recours dans l'évaluation de l'action publique pour saisir l'opinion publique: l'exemple du non-recours au RSA activité pour les travailleurs pauvres» Discutante de la demi-journée : Agathe Devaux-Spatarakis, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux 12h30-14h : Pause-déjeuner sur place Dans quelle mesure l évaluation et ses produits peuvent-ils influencer la perception qu a l opinion publique de l action publique? *** 14h-14h40 : Xavier Pons, LIPHA-Paris-Est, Université Paris-Est Créteil, OSC-Sciences Po «Le "manque d autorité des parents" : un horizon indépassable de l opinion publique? Réflexions sur le débat public sur la violence à l école en France» 1

2 14h40-15h20 : Vincent Caby, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux «La diffusion de l évaluation dans l espace public : quelles conséquences sur le rapport d évaluation et le débat public? Le cas d une "méta-évaluation" dédiée à la réduction des risques liés à l usage de drogues» Discutante de la demi-journée : Charlotte Halpern, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris 15h20-15h45 : Débat 15h45-16h : Conclusion de la journée d étude par Andy Smith, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux Informations pratiques sur la journée d étude : *** Merci par avance de confirmer votre participation aux organisateurs de la journée d étude pour la réservation des repas: Vincent Caby : Agathe Devaux-Spatarakis: Nadia Okbani : Où se déroule la journée d étude? La journée d étude se déroule en salle 18, bâtiment I, site de Bordeaux-Victoire de l Université de Bordeaux (centreville), situé au 3 ter Place de la Victoire, Bordeaux Comment se rendre à la journée d étude en transports en commun? Depuis la gare de Bordeaux Saint-Jean, prendre la ligne 16 et descendre à l arrêt «Victoire». Le bâtiment I est accessible par : - l entrée principale de l université, place de la victoire, - l entrée secondaire, rue Paul Broca. Informations complémentaires sur le groupe PopAct : Le groupe de projet PopAct a pour objectif d interroger l articulation qui peut exister entre «opinion publique» et «action publique» et d identifier collectivement les mécanismes de ce jeu d influence réciproque. Il organise chaque année une journée d étude à destination des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s, sur l ensemble de ses thématiques de recherche. Opinion publique & Action publique Responsables scientifiques du groupe : Céline Belot, Laurie Boussaguet et Charlotte Halpern Contact: 2

3 Journée d'étude Organisée par le groupe PopAct de l'afsp et le Centre Emile Durkheim : «L évaluation des politiques publiques : Un moyen de réconciliation entre opinion publique et action publique?» Le mardi 14 avril 2015, Site de Bordeaux-Victoire de l Université de Bordeaux (centre-ville), Bâtiment I, salle 18 Présentation générale «L évaluation des actions et des politiques publiques, telle que nous l avons formulée dans ce rapport est une condition nécessaire pour améliorer la qualité de notre vie démocratique. Elle doit conduire ( ) à la mise à disposition des citoyens des matériaux qui leur permettront de débattre et d intervenir sur des politiques précises et plus seulement sur des choix généraux et abstraits» ans après l appel de Patrick Viveret en faveur d une évaluation des politiques publiques au service de l information et de la participation des citoyens, quelle place occupe cette conception de la pratique évaluative aujourd hui? Depuis les années 1990, le recours à l évaluation en France s est développé au sein des différentes instances de gouvernement (Etat central, services déconcentrés de l Etat, collectivités territoriales). L idéal démocratique de cette activité énoncé précédemment, a laissé place à des préoccupations techniques, orientant davantage le débat autour de la rigueur des méthodes employées en évaluation, du positionnement des évaluateurs et leurs compétences, ainsi que des modalités de prise en compte des résultats d évaluation par les décideurs publics. Cet appel à communications a pour ambition de questionner à nouveau la capacité de l évaluation des politiques publiques à servir de média entre l action publique et l opinion publique. Il propose d aborder cette problématique en prenant en compte toute la complexité de la rencontre de la notion d opinion publique et d une activité aussi protéiforme que l évaluation des politiques publiques. Cette journée d'étude propose d interroger le lien entre action publique et opinion publique dans la conduite de l évaluation des politiques publiques. Elle est organisée autour de deux axes de réflexion : Jusqu où l'évaluation et ses méthodes permettent-elle la prise en compte de l opinion publique? Dans quelle mesure l évaluation et ses produits peuvent-ils influencer la perception qu a l opinion publique de l action publique? Les propositions de communication peuvent aborder l'un ou l'autre des questionnements s appuyant sur une analyse empirique. Le premier axe de réflexion cherche à saisir quelle place occupe l'opinion publique dans la conduite d'évaluations, autant dans la collecte de données que dans l élaboration de la méthode et la 1 VIVERET,P.,1989,L évaluationdespolitiquesetdesactionspubliques,paris:ed.ladocumentationfrançaise,p.85 1

4 production du jugement évaluatif. L évaluation participative et les méthodes qui lui sont associées sont au centre de ce débat. Le deuxième axe de réflexion interroge l évaluation comme média d information du public. Plus précisément, il s agit d appréhender la capacité du processus et des produits évaluatifs à influencer l opinion publique vis-à-vis d un dispositif d action publique. Les acteurs de la publicisation (commanditaires-décideurs, évaluateurs, presse ) et les enjeux qu elle représente pour ceux-ci peuvent être discutées. Les contributions étudiant les contextes de diffusion et ses modalités (mise à disposition du rapport, envoi d un communiqué de presse, organisation d une conférence publique ) sont encouragées. La traduction des produits de l évaluation lors de leurs passages dans les différentes sphères de l espace public peut également s inscrire dans ce questionnement. Enfin, cette réflexion peut s ouvrir au rôle de l évaluation dans le changement de la perception des problèmes publics. Programme 10h-10h15 : Accueil des participants à la journée d'étude 10h15-10h30 : Introduction de la journée d étude par Charlotte Halpern, Centre d études européennes de Sciences Po et Nadia Okbani, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux Jusqu où l'évaluation et ses méthodes permettent-elle la prise en compte de l opinion publique? 10h30-11h10 : Audrey Daniel, Ville de Nantes «Porter le débat public au travers des démarches d'évaluation : l'exemple de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires à Nantes» La présente communication se propose d étudier les interactions entre opinion publique et évaluation des politiques publiques à l aune de la démarche conduite par la ville de Nantes dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires sur la période Le décret du 24 janvier 2013 relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires qui a contraint les communes a revisiter l organisation des temps d accueil et de prise en charge des enfants autour de ce temps scolaire est le fruit d une large concertation nationale engagée en juillet 2012, la concertation pour la refondation de l École de la République. Mobilisant des personnalités qualifiées et ayant laissé un large espace de parole aux parents d élèves, enseignants, personnels de l éducation voire élèves, ce dialogue, engagé pendant plusieurs mois au niveau national, semblait avoir porté ses fruits et sensibilisé l opinion publique au nécessaire étalement des apprentissages pour les élèves. Pourtant, dès lors qu il s est agit de concrètement appliquer le décret sur les territoires, de forts mouvements de contestation se sont fait jour soit qu il s agisse des communes elles-mêmes, soit de la part des parents d élèves. Cette communication s attachera à décrire précisément ce cheminement collectif et la place qu'a tenu l'objectivation des différents points de vue pour forger un jugement partagé par rapport à ce que laissait alors entendre l'opinion publique. D'abord, par la mobilisation de toutes les parties prenantes et à toutes les échelles pour produire la connaissance. Ensuite, par la diffusion et donc une appropriation progressive des résultats au fur et à mesure de l avancée des travaux. A cet égard, les partis pris quant aux supports et à la stratégie de diffusion des résultats seront plus particulièrement analysés. Enfin, les enseignements de cette démarche seront mis en perspective des nouveaux engagements de mandat en faveur d'une gouvernance renouvelée et participative, fondée sur un dialogue constant entre les élus et les habitants. 11h10-11h50 : Hélène Millet, Conseil général de l Isère, PACTE, Université de Grenoble «Caractériser, prendre en compte et associer les publics de l action publique pour l évaluer» Cette intervention se situe dans le premier axe de réflexion : Jusqu où l évaluation et ses méthodes permettent-elles la prise en compte de l opinion publique? Il s agira notamment d interroger le 2

5 processus de structuration des critères de l analyse ethno-méthodologique que constitue une évaluation de politique publique, a fortiori si elle prend en compte et associe les publics de l action publique. Nous nous situons dans une problématique globale d analyse de l évaluation des politiques publiques comme un processus d instrumentation de l action publique. Les publics de l action publique ne représentent pas à eux seuls le socle de l opinion publique, même s ils participent très certainement de sa constitution. Ils sont parties prenantes de l action publique à évaluer sans y être engagés à titre professionnel, ni comme acteurs politiques institués comme tels. Ils sont les bénéficiaires, les publics cibles, les ayant-droit, les riverains directement ou indirectement concernés par l action publique à évaluer. Ils sont constitués en tant que public par les objectifs énoncés de la politique publique, ou au contraire ils se constituent, face à l action publique en actes, dans le cas par exemple des publics non-recourant. La prise en compte des publics de l action publique dont ils sont partie prenante, est un facteur indispensable de son évaluation. En nous appuyant sur des cas d évaluations de politiques publiques réalisées ou en cours dans des domaines divers aménagement urbain, prévention sécurité, santé autonomie nous interrogerons dans un premier temps les modalités de caractérisation des publics au regard de leur positionnement vis-à-vis de l action publique évaluée. Puis nous traiterons des conditions de prise en compte de ces publics observation, enquête, recueil de témoignage ou de point de vue, éventuellement participation à l élaboration ou à l énonciation du jugement évaluatif - qui les constituent à nouveau au regard du processus évaluatif. La question de l évaluation participative sera discutée comme une des modalités possibles de prise en compte et d association des publics à l évaluation. 11h50-12h30 : Nadia Okbani, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux «Interroger le non-recours dans l'évaluation de l'action publique pour saisir l'opinion publique: l'exemple du non-recours au RSA activité pour les travailleurs pauvres» Différents travaux de recherche éclairent l'importance de la question du non-recours dans l'action publique (Math, Van Oorschot, 1996; Van Oorschot, 1996; Mazet, 2010; Warin, 2006, 2009, 2010, 2011a, 2011b). Le fait de ne pas obtenir les prestations ou les services auxquels on est éligible constitue, en soi, un rapport social à l offre publique et aux institutions qui la servent. L analyse du nonrecours induit non seulement un enjeu gestionnaire de l effectivité de l offre de prestations financières (impacts prévus/impacts réels), mais également une question politique aussi bien quand il signale un désintérêt ou un désaccord, que lorsqu il est l effet d impossibilités (Warin, 2010). Cette approche permet de questionner l effectivité et la pertinence de l offre mise en œuvre par les pouvoirs publics pour répondre à un problème identifié. Elle peut être mobilisée comme un indicateur ou un axe de questionnement d évaluation de politique publique permettant de "rendre audible" (Mazet, 2010) le rapport à l'offre publique et par là de révéler l'opinion publique. Par l'analyse du cas du RSA en France, cette communication propose de questionner la place que peut jouer l'analyse du non-recours dans une évaluation de politique, pour dévoiler l'opinion publique face à l'action publique qui lui est proposée. L idée étant de comprendre dans quelles mesures l'évaluation de politique peut apporter des éclairages spécifiques sur le phénomène de non-recours permettant de mieux appréhender l'opinion publique, tout en favorisant son émergence comme question publique, sociale et politique. La principale nouveauté du RSA réside dans son volet «activité» qui vise à apporter un complément de revenu pérenne aux travailleurs pauvres, qui sont généralement dans une situation d emploi instable, à temps partiel ou à statut atypique. Deux ans après sa mise en œuvre, le dispositif ne parvient pas à atteindre sa cible, on observe un taux de non-recours de 68 % au RSA activité. À partir d une recherche action sur le non-recours menée au sein d une CAF, on interrogera la prise en charge des travailleurs pauvres par le système de protection sociale, l adéquation de l offre avec les besoins exprimés par ce public cible et la manière dont ils perçoivent ce dispositif. On cherche à comprendre les raisons du nonrecours au RSA par l analyse croisée de formes de non-recours («méconnaissance», «nonidentification», «complication», «volontaire») et des facteurs explicatifs du non-recours («le dispositif», «l institution», «le destinataire»). Il questionne la pertinence du RSA activité, révèle ses limites pour répondre aux besoins de ces publics, en emploi précaire ou atypique, et permet de mieux comprendre pourquoi ceux-ci sont particulièrement «non-recourants». 3

6 Discutante de la demi-journée : Agathe Devaux-Spatarakis, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux 12h30-14h : Pause-déjeuner sur place Dans quelle mesure l évaluation et ses produits peuvent-ils influencer la perception qu a l opinion publique de l action publique? *** 14h-14h40 : Xavier Pons, LIPHA-Paris-Est, Université Paris-Est Créteil, OSC-Sciences Po «Le "manque d autorité des parents" : un horizon indépassable de l opinion publique? Réflexions sur le débat public sur la violence à l école en France» Dans cette communication, nous proposons d interroger l influence plus ou moins forte en France de l évaluation des politiques éducatives de lutte contre la violence à l école sur la structuration de l opinion publique sur ce sujet. Par évaluation des politiques éducatives, nous désignons de manière générique un processus collectif et réflexif de construction d'un retour d'information sur le cours de l action publique en éducation permettant d'apprécier, en référence à des valeurs politiques multiples, sa structuration, ses résultats et les effets de différentes mesures mises en œuvre pour la réguler ou la réformer. Une telle approche requiert de prendre en compte les travaux de diverses instances officielles d évaluation (corps d inspection, administrations statistiques) mais aussi ceux d autres acteurs qui auraient une dimension évaluative, notamment ceux des experts et des chercheurs en éducation. L opinion publique quant à elle est principalement analysée ici à travers des sondages d opinion. Nous proposons de le faire en deux temps. Nous synthétiserons d abord les grandes caractéristiques de l opinion sondagière sur le sujet depuis la fin des années 1990 et les confronterons aux principaux résultats de divers travaux à dimension évaluative (rapports, recherches, études statistiques, enquêtes de victimation). Puis nous expliquerons les écarts observés par une analyse de la configuration d action publique d ensemble dans laquelle ces opinions d un côté et ces résultats de l autre sont énoncés. Cette configuration requiert d analyser les interdépendances à l œuvre entre au moins quatre séries de facteurs : les spécificités de l institutionnalisation de l évaluation dans le secteur de l éducation (l enseignement scolaire ici), les caractéristiques de la production médiatique et du travail journalistique sur l école, les orientations prises en matière de politique publique par les gouvernements successifs et enfin les types de questionnement privilégiés par les sondeurs. L analyse et la synthèse de la production sondagière sur le thème de la violence à l école depuis la fin des années 1990 repose sur un corpus de sondages constitué à partir de deux sources : la sondothèque du Cevipof (Gaultier-Voituriez et al., 2012) ayant permis de rassembler 51 sondages et les dépêches d une agence de presse spécialisée en éducation, l AEF, évoquant des sondages d opinion sur le thème de la violence depuis mai 1998 (n = 391). La synthèse des conclusions produites par des travaux évaluatifs repose sur une revue de la littérature scientifique et institutionnelle. La partie explicative finale enfin mobilise, toujours dans une perspective de synthèse, des matériaux rassemblés dans plusieurs recherches sur l évaluation des politiques éducatives conduites depuis 2004 (Pons, 2011) ainsi que des entretiens effectués auprès de journalistes en éducation (Pons, 2014) dans le cadre d une recherche en cours sur les dynamiques du débat public en éducation en France. 14h40-15h20 : Vincent Caby, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux «La diffusion de l évaluation dans l espace public : quelles conséquences sur le rapport d évaluation et le débat public? Le cas d une "méta-évaluation" dédiée à la réduction des risques liés à l usage de drogues» L expertise qui englobe l évaluation des politiques publiques a connu des transformations importantes tant dans sa représentation que dans sa pratique dans les années 1990 en France (Benamouzig et Besançon, 2005). Suite aux critiques émises à l encontre de l expertise et à des crises sanitaires d ampleur, émergent de nouveaux principes : indépendance, compétence et transparence. Ces normes sont incarnées par des dispositifs d action publique innovants, parmi lesquels figurent des procédures d expertise et d évaluation qui systématisent la publication des rapports. Ceux-ci ne sont 4

7 plus destinés aux seuls décideurs mais également aux médias, chercheurs, militants et citoyens.l objectivation de ces transformations conduit à questionner la réception faite à l évaluation par ces nouveaux destinataires. De manière plus large, elle invite à interroger la pénétration de l évaluation dans l espace médiatique, ses modalités et ses effets sur les controverses (et la construction des problèmes publics). Quelle est l influence de l arène médiatique lieu régi par des règles spécifiques (Bonneuil, Joly et Marris, 2008) sur le contenu de l évaluation? A l inverse, quels sont les effets de l évaluation sur cet espace et les controverses qui s y jouent? Cette communication prend pour objet une expertise collective ou méta-évaluation dédiée à la réduction des risques associés à la toxicomanie et publiée par l Institut national de la santé et de la recherche médicale en juin Les expertises collectives de l INSERM constituent un exemple typique des procédures d expertise qui systématisent la publication des rapports. Le matériau riche offert par la controverse qui suit la publication du rapport permet une étude approfondie des modalités de sa médiatisation et de ses effets. Elle s inscrit dans la tradition constructiviste des problèmes publics (Blumer, 2004) compte tenu des questions qu elle pose et des concepts qu elle emprunte. Ce travail repose sur l analyse d un corpus d une centaine d articles parus dans la presse nationale entre juin et octobre La méthode consiste en un processus en trois étapes. La première vise à décrire l objet de la controverse, son déroulement, ses acteurs et la place de l expertise ; la seconde à analyser le traitement médiatique du rapport (à partir d une comparaison entre son contenu et celui des articles de presse) ; la troisième à décrire les effets de l expertise sur la controverse, ses acteurs et leurs arguments. Cette communication apporte plusieurs éléments de réponse aux questions évoquées précédemment. Elle révèle que l expertise de l INSERM joue un rôle déterminant dans le déclenchement de la controverse. Celle-ci se concentre sur la création d une salle d injection supervisée et non sur le rapport lui-même. Les acteurs réutilisent dans le débat des éléments de l expertise sans les questionner. La reprise de ces éléments peut être interprétée comme un signe de crédibilité. Est également mis en évidence que l influence de l arène médiatique sur le rapport se traduit par une retranscription peu fidèle de son contenu. Conformément à l adage «Traduttore, traditore», la description qui est faite du contexte, des auteurs et de la méthode est lacunaire, voire trompeuse. Est aussi altéré de manière quasi-systématique le sens des conclusions et recommandations. Cette communication montre en outre que le rapport de l INSERM contribue à renforcer certains arguments et à en affaiblir d autres. L expertise invalide ainsi l argument de l inefficacité des salles d injection supervisée, avancé par certains acteurs. La diffusion du rapport les contraint à recourir à d autres arguments : l immoralité de la mesure et sa non pertinence vis-à-vis du problème de la toxicomanie en France. Un tel travail appelle l analyse d autres cas de médiatisation de l évaluation des politiques publiques et (ré)-ouvre la question des régimes de production des savoirs en société. Discutante de la demi-journée : Charlotte Halpern, Centre d études européennes de Sciences Po et co-responsable du groupe PopAct. 15h20-15h45 : Débat 15h45-16h : Conclusion de la journée d étude par Andy Smith, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux 5

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015

SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015 SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015 Atelier 1 Quelles données pour un indicateur de bien-être urbain? Plusieurs jeux de données sont aujourd'hui

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015

Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Le fonds d amorçage 2013-2014 et 2014-2015 ADDITIF AU GUIDE PRATIQUE SUR LES NOUVEAUX RYTHMES À L ÉCOLE PRIMAIRE Vendredi GUIDE PRATIQUE LES NOUVEAUX RYTHMES À L ÉCOLE PRIMAIRE

Plus en détail

Conférence des partenaires Comité régional de coordination de l Observation Sociale du NPDC

Conférence des partenaires Comité régional de coordination de l Observation Sociale du NPDC Conférence des partenaires Comité régional de coordination de l Observation Sociale du NPDC Les enjeux de l Observation Sociale pour l Assurance Maladie L Assurance Maladie, un acteur des politiques sociales

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

PARTICIPATION CRÉATIVE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE

PARTICIPATION CRÉATIVE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE PARTICIPATION CRÉATIVE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE Anne$Cadoret,$Maître'de'Conférences'en'géographie4aménagement' TELEMME'UMR'CNRS'7303' Aix4Marseille4Université' Une$grande$diversité$de$processus$par1cipa1fs$

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE CONTENU Journée 1 matin : Communication et efficacité de travail de groupe. - Approche de la communication en groupe et de ses effets sur les modes de participation,

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Le cadre national de références. des Actions Educatives Familiales

Le cadre national de références. des Actions Educatives Familiales + Le cadre national de références des Actions Educatives Familiales 1 Sommaire PRÉAMBULE... 3 LES ACTIONS EDUCATIVES FAMILIALES... 5 Pourquoi?... 5 Les réalités de l illettrisme... 5 Les objectifs... 6

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC)

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Participation et durabilité. Deux injonctions en tension?

Participation et durabilité. Deux injonctions en tension? Participation et durabilité. Deux injonctions en tension? Atelier développement durable et acceptabilité sociale, 26 mai 2015 Charlo

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Allocution d ouverture de François Bourdillon, Président de la société française de santé publique Mesdames, Messieurs, chers membres

Plus en détail

Pré programmes des réunions d information UNME 2013

Pré programmes des réunions d information UNME 2013 Pré programmes des réunions d information UNME 2013 1 Etre élu en Mutualité : le rôle de l administrateur d une mutuelle d entreprise dans le mouvement mutualiste Présenter aux participants une vision

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Table des matières. Monde contemporain

Table des matières. Monde contemporain 13-0023-031 Table des matières Présentation du programme...............................1 Apport du programme à la formation des élèves................1 Nature du programme.....................................1

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail