La Stratégie Régionale d Innovation en Bourgogne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Stratégie Régionale d Innovation en Bourgogne"

Transcription

1 La Stratégie Réginale d Innvatin en Burggne Vers une spécialisatin intelligente Si vus vulez vus faire des ennemis, essayez de changer les chses. (Wdrw WILSON) Page 1 sur 140

2 TABLE DES MATIERES PREFACE... 3 Intrductin... 4 TOME Chapitre 1 : Elabratin de la stratégie et état des lieux... 9 Méthdlgie Bilan Synthétique de la SRI Une péride riche d évènements Chapitre 2 : L écsystème réginal d innvatin Ptentiel de recherche Transfert de technlgie et valrisatin de la recherche Innvatin dans les PME Les grupements stratégiques Les pôles de cmpétitivité Chapitre 3 : La stratégie réginale d innvatin vers la SPEcialisatin intelligente Les enjeux de l innvatin en Burggne Chapitre 4 : Les dmaines de spécialisatin burguignns Les axes transversaux Les Dmaines Stratégiques La détectin et le sutien de l émergence Chapitre 5 : Guvernance de l innvatin La guvernance de l innvatin en Burggne : cnstats clés Objectifs de la Guvernance de la SRI-SI TOME Plan d actins et planning Page 2 sur 140

3 PREFACE La capacité d innver de la France dit être amplifiée afin d assurer la crissance indispensable à sn écnmie. La Burggne ne fait pas exceptin à ce cnstat : l analyse de sn système d innvatin met en évidence un déficit d activités de hautes technlgies et de services à frte intensité de cnnaissances, et une difficulté de l innvatin à influer sur le tissu écnmique. Ce système d innvatin dit, par cnséquent, évluer vers plus de lisibilité et d accessibilité, et s inscrire dans une lgique de décentralisatin plus efficace en matière de dévelppement écnmique. Le ptentiel d innvatin réginal demeure imprtant cmme en témignent la crissance du nmbre de brevets de haute technlgie, le niveau de dépenses privées de R&D et l émergence de grappes d activités par exemple. Ce ptentiel s appuie ntamment sur un petit cercle d innvateurs qu il cnvient d élargir en mbilisant pleinement les savir-faire. Mts du préfet/président Page 3 sur 140

4 INTRODUCTION La Stratégie Réginale d Innvatin de la Burggne (SRI) est née de la vlnté cmmune de la Cmmissin eurpéenne, de l Etat et du Cnseil réginal de Burggne de se dter d un cadre de référence stratégique cmmun en vue de sutenir la cmpétitivité du territire et de ses entreprises par la recherche et l innvatin. La SRI a permis la mise en œuvre des plitiques réginales d appui à l innvatin, en lien avec le cntrat de prjets état régin et les prgrammes pératinnels eurpéens définis pur la péride Elle furnit un scle cmmun slide et chérent sur lequel s inscrivent les actins de l ensemble des acteurs réginaux qui interviennent en appui à l innvatin. Sn élabratin, menée cnjintement par l Etat et le Cnseil réginal de Burggne, a mbilisé largement, dès mars 2008, les acteurs de l innvatin. Ce prcessus de cncertatin a permis l'implicatin d'un grand nmbre d'acteurs de la recherche, du transfert u de l accmpagnement des entreprises et a abuti, en mars 2010, à la définitin de la Stratégie Réginale d Innvatin. Pur la péride une nuvelle rientatin, nécessitant une démarche de cncentratin et de différenciatin entre les régins d Eurpe impulsée par l Unin Eurpéenne, dit abutir à une Spécialisatin Intelligente de la stratégie réginale d Innvatin (SRI-SI). Pur atteindre cet bjectif, le chix est de bâtir cette stratégie sur la base de la SRI actuelle. Le périmètre d applicatin de la SRI-SI cuvre les champs de la recherche et du transfert de technlgie, de l innvatin, de la cmpétitivité des entreprises, des usages des technlgies d infrmatin et de cmmunicatin, et du dévelppement durable et des énergies décarbnées. La SRI-SI de la Burggne entend dévelpper tutes les frmes d innvatin. Au sens du manuel d Osl, une innvatin est «la mise en œuvre d un prduit (bien u service) u d un prcédé nuveau u sensiblement améliré, d une nuvelle méthde de cmmercialisatin u d une nuvelle méthde rganisatinnelle dans les pratiques de l entreprise, l rganisatin du lieu de travail u les relatins extérieures». La stratégie cuvre ainsi les types d innvatin suivants : L innvatin de prduit crrespnd à l intrductin d un bien u d un service nuveau u sensiblement améliré sur le plan de ses caractéristiques u de l usage auquel il est destiné. Cette définitin inclut les améliratins sensibles des spécificatins techniques, des cmpsants et des matières, du lgiciel intégré, de la cnvivialité u autres caractéristiques fnctinnelles ; L innvatin de prcédé est la mise en œuvre d une méthde de prductin u de distributin nuvelle u sensiblement amélirée. Cette ntin implique des changements significatifs dans les techniques, le matériel et/u le lgiciel ; L innvatin de cmmercialisatin est la mise en œuvre d une nuvelle méthde de cmmercialisatin impliquant des changements significatifs de la cnceptin u du cnditinnement, du placement, de la prmtin u de la tarificatin d un prduit ; L innvatin d rganisatin est la mise en œuvre d une nuvelle méthde rganisatinnelle dans les pratiques, l rganisatin du lieu de travail u les relatins extérieures de l entreprise. Le travail à accmplir pur la définitin d'une stratégie SRI-SI passe par une évaluatin des actins engagées, le recentrage des prirités et l explicitatin des dmaines de spécialisatin intelligente. La SRI a été cnstruite à partir d un diagnstic apprfndi, tujurs valide dans ses principales cnclusins. La SRI- SI est dnc l ccasin de tirer prfit du bilan des tris années d applicatin, de prendre en cmpte le diagnstic territrial stratégique mené curant 2012, et de s interrger sur les rientatins stratégiques à dnner au dévelppement réginal basé sur l innvatin, en chérence avec la récente stratégie réginale de dévelppement écnmique. Le diagnstic territrial stratégique a ainsi permis de prpser une base réactualisée de travail. Les secteurs stratégiques actuels nt pu être identifiés, et des recmmandatins établies. Page 4 sur 140

5 Les enjeux et axes de la SRI définis en 2010 restent pleinement d actualité. Il cnviendra d accmpagner les dmaines stratégiques actuels à la lumière des études les plus récentes et de définir de quelles façns les secteurs stratégiques d avenir prteurs en termes de marchés purrnt être détectés puis sutenus. Une expertise de la SRI et de sn évlutin, mandatée par la Cmmissin Eurpéenne a eu lieu d ctbre à décembre 2012, ce qui a permis de lancer la démarche pératinnelle en suivant les recmmandatins émises à cette ccasin. Pur dispser d un dcument partagé pur juin 2013, il a été décidé de mettre en place un grupe de travail pilté par l Etat et le Cnseil réginal. Il a mbilisé l ensemble des acteurs réginaux, du mnde de la recherche, de l innvatin, des entreprises, et plus généralement du mnde sciécnmique. L ensemble des acteurs de la recherche et de l innvatin, ainsi qu une cinquantaine d entreprises nt ainsi pu cntribuer à la réflexin, sit directement, sit via le site Internet dédié, après la réunin de sensibilisatin animée par un représentant de la Cmmissin eurpéenne du 13 mars Une secnde réunin de présentatin des premiers résultats à l ensemble des acteurs s est tenue le 17 juillet Le cmité réginal stratégique de l innvatin, réuni par M. le Préfet de régin et M. Le président du cnseil réginal a validé les résultats de cette première étape du prcessus le 12 septembre Bilan de la cnsultatin permanente : En Janvier 2014, plus de utilisateurs nt cnsulté le site Internet dédié depuis février 2013 ; les pics de fréquentatin snt intervenus au mment des frums de mars et juillet Le présent dcument est articulé en deux tmes. Le premier présente le bilan de la SRI, la SRI-SI et cmprend quatre parties. Après un préambule précisant la démarche mise en place pur faire évluer la Stratégie Réginale d Innvatin vers une spécialisatin intelligente, les chapitres se déclinent de la manière suivante : Elabratin de la stratégie et état des lieux L écsystème réginal de l innvatin La stratégie réginale d innvatin, vers la spécialisatin intelligente La guvernance de l innvatin Le secnd tme est cnstitué du plan d actins. Page 5 sur 140

6 TOME 1 Page 6 sur 140

7 PREAMBULE La nécessité de crissance s impse aujurd hui plus que jamais. Les cntraintes budgétaires incitent à la cncentratin des effrts sur des prirités et des secteurs clés. La Cmmissin eurpéenne suhaite sutenir des prjets dans des secteurs différenciant les régins d Eurpe. La Burggne dit répndre à ce défi, pur renfrcer ses atuts dans les prchaines décennies. La SRI-SI devra évluer et s adapter, pur prendre en cmpte les résultats et les perspectives de crissance émergentes tut au lng de la péride Les financements publics suivrnt alrs cette évlutin. L'Unin eurpéenne s est dtée en 2010 de la stratégie «Eurpe 2020», stratégie durable, inclusive et intelligente, destinée à relancer l'écnmie eurpéenne. Elle réfrme et prlnge la précédente stratégie de Lisbnne par une guvernance plus étrite des différentes plitiques au sein de l'unin. Elle s'appuie ntamment sur une plus grande crdinatin entre les plitiques natinales et eurpéennes. Les grands axes de la stratégie snt la prmtin des industries sbres en carbne, l'investissement dans le dévelppement de nuveaux prduits, l'explitatin des pssibilités de l'écnmie numérique et la mdernisatin de l'éducatin et de la frmatin. L'Unin a fixé 5 bjectifs liés entre eux pur guider et rienter les prgrès : remnter le taux d'empli à au mins 75 % cntre 69 % aujurd'hui ; cnsacrer 3 % du prduit intérieur brut à la recherche et au dévelppement réaffirmer les bjectifs de l'unin eurpéenne en matière de lutte cntre le changement climatique prpser de réduire le taux de pauvreté de 25 % amélirer les niveaux d'éducatin en réduisant le taux d'abandn sclaire à 10 % et en prtant à 40 % la prprtin des persnnes de 30 à 34 ans ayant btenu un diplôme de l'enseignement supérieur Sept initiatives phare déclinent cette stratégie. Pur chaque initiative, l'unin eurpéenne et les autrités natinales divent crdnner leurs effrts afin qu'ils se renfrcent mutuellement. La plupart de ces initiatives nt été présentées par la Cmmissin en 2010 : Une stratégie numérique pur l'eurpe Une Unin pur l'innvatin Jeunesse en muvement Une Eurpe efficace dans l'utilisatin des ressurces Une plitique industrielle à l'ère de la mndialisatin Une stratégie pur les nuvelles cmpétences et les nuveaux emplis Une platefrme eurpéenne cntre la pauvreté Pur relever le défi d'une écnmie basée sur la cnnaissance, la Cmmissin eurpéenne incite les Etats membres et les régins à cnstruire des stratégies de recherche et d'innvatin pur une spécialisatin intelligente (RIS 3 pur Research Innvatin Strategies fr Smart Specialisatin), en tris vlets: - Cnstruire une spécialisatin intelligente Il s agit de caractériser les atuts et d identifier le ptentiel de crissance prpre à chaque régin pur stimuler sn dévelppement écnmique. Cette spécialisatin requiert des chix intelligents et stratégiques et des prises de décisin argumentées et partagées. Les prirités snt définies à partir de ses atuts, des défis qu elle se dit de relever, de ses avantages cncurrentiels et de sn ptentiel d excellence. - Diffuser les technlgies clés génériques (Key Enabled Technlgies) Page 7 sur 140

8 Six technlgies génériques nt été identifiées par la Cmmissin eurpéenne, elles divent cnstituer la clnne vertébrale de ntre écnmie. La maîtrise de ces technlgies cnstitue un gage de la cmpétitivité future des entreprises. Les technlgies identifiées snt la micr et la nanélectrnique, les matériaux avancés, la bitechnlgie industrielle, la phtnique et les nantechnlgies. - Participer à la stratégie numérique Cette stratégie numérique prpse de mieux expliter le ptentiel des technlgies de l infrmatin et de la cmmunicatin (TIC) afin de favriser l innvatin et la crissance écnmique en agissant sur les thématiques suivantes : accrître l interpérabilité et les nrmes, cnslider la cnfiance et la sécurité en ligne, prmuvir un accès internet rapide et ultrarapide pur tus, investir dans la recherche et l innvatin, favriser la culture, les cmpétences et l intégratin numérique, tirer parti d'une utilisatin intelligente de la technlgie pur la sciété. Page 8 sur 140

9 CHAPITRE 1 : ELABORATION DE LA STRATEGIE ET ETAT DES LIEUX Sans retracer en détail les circnstances qui nt présidé à l élabratin de la SRI en 2010, il semble cependant pprtun de rappeler quelques éléments de la méthdlgie cnduite à ce mment. METHODOLOGIE 2009 Au début de la réflexin, en 2008, les plitiques publiques, les plans d actins et les prgrammes pératinnels étaient définis pur la péride Outre la Stratégie Natinale de Recherche et d Innvatin (2008), le Schéma Réginal de Dévelppement Ecnmique (2005), cinq études préalables nt servi de base à l élabratin de la Stratégie Réginale d Innvatin : Les cmpsantes glbales du système réginal d innvatin Le ptentiel de la recherche en Burggne Le système réginal de transfert des cnnaissances issues de la recherche en faveur de l innvatin L innvatin dans les PME burguignnnes de prductin et de services Le diagnstic des systèmes d innvatin des grappes d activités stratégiques en Burggne Le cnstat, élabré à partir de ces études et de séminaires de réflexin, partagé en a été le suivant: La Burggne est dans une phase critique de dévelppement, avec une démgraphie en baisse, une richesse cmparée qui s émusse et une crissance mdeste en emplis sur les activités à frte valeur ajutée. La frte diversificatin du tissu écnmique cnstitue une pprtunité de dévelppements interdisciplinaires nvateurs, mais la dynamique d innvatin dans les entreprises est encre lente à s intégrer et peine à se diffuser au-delà du cercle trp restreint des innvateurs. L écnmie diversifiée n est pas assez génératrice d emplis à frte valeur ajutée, les PME d effectif supérieur à 100 salariés snt sus-représentées, les clusters encre peu spécialisés, le secteur des services à faible valeur ajutée, est prédminant, et le niveau technlgique du secteur industriel est fragile. Par rapprt aux statistiques natinales, le niveau de qualificatin de la ppulatin active est faible, l effectif des persnnels de recherche est inférieur en purcentage de la ppulatin active à celui des régins de référence, et enfin le flux srtant de diplômés de niveau supérieur à bac+5 reste faible. L investissement, public et privé en faveur de la R&D est encre insuffisant, malgré les effrts crissants cnsentis. Les effectifs de recherche, et les dépenses d investissement, malgré une dynamique encurageante et un bn niveau de publicatins, snt dans la myenne basse. La recherche privée est cncentrée sur la chimie-pharmacie d une part et sur les transprts et biens d équipement, incluant mécanique et métallurgie, d autre part. Ces différents cnstats nt alrs cnduit les acteurs à identifier cinq enjeux majeurs : le dévelppement des partenariats, le renfrcement des activités de valrisatin écnmique de la recherche, l accrissement de l attractivité et de la visibilité de la régin et de sn ptentiel d innvatin vis-à-vis de l extérieur, l élargissement du cercle des entreprises innvantes, le dévelppement des cmpétences pur l innvatin. Pur répndre à ces enjeux, tris axes stratégiques d interventin nt été définis en 2010 : amplifier la dynamique de réseau recherche-entreprises psitinner les cmpétences humaines au cœur de la dynamique d innvatin dévelpper l attractivité et le raynnement de la régin en s appuyant sur ses dmaines d excellence Page 9 sur 140

10 Le plan d actins a été cnstruit à partir de ces tris axes stratégiques, décliné en mesures précisant de façn chérente les bjectifs à atteindre. BILAN SYNTHETIQUE DE LA SRI Le renfrcement de la dynamique partenariale réginale cnstitue le premier enseignement que l n peut tirer de la stratégie; le travail entre l Etat et le Cnseil réginal de Burggne est aujurd hui systématisé. La démarche a par ailleurs permis la cnsultatin de entreprises, et de l ensemble des partenaires, de la recherche et du transfert de technlgie, et sci-écnmiques. Le secnd enseignement est le cnstat partagé de la difficulté de l évaluatin de la stratégie. Le prcessus d évaluatin requiert ntamment des indicateurs chiffrés u nn. Ils snt nécessaires mais leur définitin, leur cllecte, leur traitement snt tujurs un pint très délicat de mise en œuvre partagée, sur lequel nus reviendrns à l ccasin de la descriptin du suivi de la SRI-SI, au chapitre 3 du présent dcument. En reprenant la SRI axe par axe, n peut établir le bilan suivant : Sur l aspect partenariat recherche-entreprises, plusieurs réussites peuvent être sulignées : Le Plan d Actins Réginal pur l Innvatin (PARI) cmprte duze actins. Dans le dmaine de la recherche l une des actins, exemplaire, cnsiste en une cntractualisatin entre l Etat, le Cnseil réginal de Burggne et les établissements d enseignement supérieur et de recherche. 46 prjets intégrés de recherche-innvatin nt pu être accmpagnés au sein des quatre pôles : Sciences Humaines et Sciales, Sciences de la Matière et des Technlgies, Agralimentaire et Agrenvirnnement et enfin Santé STIC. Les prjets divent répndre à des critères d excellence, de valrisatin de la recherche, de pluridisciplinarité et d interréginalité. Deux labratires mixtes public-privé nt été créés dans le dmaine de l autmbile, dans les dmaines des vibratins et de l acustique. Ils prtent des prjets de R&D industrielle, et cnstituent nn seulement des centres de cmpétences uverts aux PME, mais aussi les germes d un centre étffé de R&D. Un accent particulier a été mis sur la valrisatin de la recherche et du transfert de technlgie, avec la signature du cntrat de perfrmances avec UB Filiale, filiale de valrisatin de l Université de Burggne. Des cntrats similaires snt établis avec les autres acteurs : PREMICE, incubateur réginal, et Burggne-Innvatin, réseau de diffusin technlgique. Ces cntrats définissent les actins prévues chaque année et les cnditins du partenariat ainsi mis en place. Un sutien frt et un suivi nt été apprtés à la structuratin de grupements d entreprises : quatre grappes nt été créées (Agr Cmpsites Entreprises, Wind fr Future, Pôle de la perfrmance Nevers Magny- Curs, et Mecateam Cluster) qui snt réslument engagées dans des prjets de recherche cllabrative et dans des ffres de services innvants. D autres grupements snt en émergence ; ils prpsent ainsi un envirnnement dynamique entre recherche et écnmie qui rend le territire burguignn plus attractif et permet en cnséquence l implantatin de prjets sur les territires. La bnne perfrmance des pôles de cmpétitivité, évalués psitivement en 2012, est aussi à mettre en lien direct avec les actins cnjintes et vlntaristes de l Etat, du Cnseil réginal de Burggne et des territires. Chacun dans sn dmaine, agralimentaire et santé pur Vitagra et mécanique, métallurgie, cntrôles pur le PNB, a su enclencher une dynamique de prjets qui a cmmencé à prter ses fruits en ce qui cncerne l innvatin dans les entreprises et la créatin d emplis. Sur le renfrcement des cmpétences humaines au cœur de la dynamique d innvatin, les réalisatins les plus marquantes snt les suivantes : Le sutien à l innvatin dans les filières écnmiques : 7 filières nt cnclu avec l Etat et le Cnseil réginal de Burggne, des cntrats d appui à la perfrmance écnmique et à l évlutin des cmpétences (CAPéCO), qui intègrent au-delà d une visin purement écnmique, une dimensin de frmatin prfessinnelle et cntinue. Les pôles de cmpétitivité, grappes, clusters, juent également un rôle imprtant dans la gestin des ressurces humaines prpres aux prcessus liés à l innvatin. Page 10 sur 140

11 L accmpagnement de jeunes chercheurs à l entrepreneuriat et à l Innvatin (JCE) permet de faire parrainer par une entreprise un jeune dctrant qui cnduit une thèse à frt ptentiel d innvatin et qui s engage à passer un master en administratin des entreprises en plus de sa thèse. L attractivité de la Burggne est basée sur une image psitive, en référence à sa qualité de vie, sa gastrnmie, la beauté de ses paysages et de sn patrimine architectural, et à l excellence des prduits de sn vignble. Il cnvient de s appuyer sur ces atuts incntestables. Mais il s agit également de mntrer une Burggne «Terre d innvatins», pur que sn image sit plus juste et renfrce sn attractivité ntamment vis-à-vis des jeunes et des entreprises.. La SRI a apprté une meilleure insertin de la Burggne à l internatinal ; le Plan d Actins Réginal Exprt , cnfrte les exprtateurs existants, et dit permettre d en accrître le nmbre. Ce plan vient amplifier l actin particulière du PARI pur les entreprises innvantes. Les résultats intermédiaires snt prmetteurs, il cnvient de nter une améliratin du psitinnement cncurrentiel de la Burggne sur le «grand exprt». Citns également les résultats très psitifs des actins destinées à attirer des jeunes chercheurs, en particulier pst-dctrants et les FABER (Favriser l Accueil en Burggne des Equipes de Recherche), dans les labratires burguignns, et également les actins de culture scientifique qui servent l attractivité scientifique en particulier vis-à-vis des jeunes. Enfin sur le plan de la guvernance réginale et de la structuratin de l innvatin, une réalisatin exemplaire dit être mise en avant, qui résulte des vlntés plitiques et de l unin des acteurs : l Espace Réginal de l Innvatin et de l Entrepreneuriat (ERIE) à prximité immédiate du campus universitaire dijnnais. Cet espace accueille désrmais la Maisn Réginale de l Innvatin (MRI), emblème de cet espace. Elle réunit en un même lieu une vingtaine de structures de transfert, de valrisatin de la recherche et d accmpagnement des entreprises innvantes qu il s agisse du transfert et de la valrisatin de la recherche, de culture scientifique, technique et industrielle, d incubatin, d accmpagnement financier des entreprises, de filières, pôles de cmpétitivité, réseau de diffusin technlgique, entreprises La MRI est ccupée depuis la fin d année 2012, et le bénéfice d un lieu unique est déjà perceptible dans le dialgue renuvelé et qutidien qu entretiennent ces acteurs. La fédératin et la crdinatin du réseau de l innvatin snt en curs de mise en œuvre. Cette crdinatin réginale dit prendre en cmpte à la fis les disparités infraréginales, la nécessaire adhésin de chaque ple technplitain, enfin et surtut la bnne articulatin avec les fnctins assurées aujurd hui par le réseau réginal de l innvatin. Prévue sus une frme de technple, cnçue cmme un management territrial en réseau, les premiers travaux divent permettre de mesurer précisément les services à mutualiser, les services nuveaux nécessaires aux entreprises et l animatin à renfrcer pur faire émerger les vecteurs de crissance. En cnclusin, il ressrt un bilan psitif de cette stratégie, quique difficile à mesurer précisément, une bien meilleure cnnaissance des prblématiques et une unin des acteurs autur de l innvatin et de la crissance. LE TABLEAU DE BORD REGIONAL DE L INNOVATION EUROPEENNE Le tableau de brd réginal de l'innvatin eurpéenne furnit une évaluatin cmparative de la perfrmance en innvatin dans les régins de l'unin eurpéenne ; le niveau réginal est imprtant pur le dévelppement écnmique, la cnceptin et la mise en œuvre des plitiques d'innvatin. Le tableau de brd réginal de l'innvatin reprend la méthdlgie utilisée au niveau natinal en utilisant 12 des 24 indicateurs utilisés pur 190 régins à travers l'eurpe répartis en tris grupes d'indicateurs: Ressurces humaines, recherche et financement Investissement R&D u nn, cllabratin, prductin intellectuelle Page 11 sur 140

12 Prductin: innvatin, écnmie Les résultats 2012 mntrent que la plupart des pays eurpéens présentent des znes à différents niveaux de rendement. Cette diversité réginale dans la perfrmance d'innvatin appelle à la cnstitutin de prgrammes de sutien à l'innvatin mieux adapté pur répndre aux besins des différentes régins. Les régins snt regrupées en 4 grupes ayant des perfrmances distinctes : la Burggne se situe dans le grupe des régins mdérément innvantes. Page 12 sur 140

13 UNE PERIODE RICHE D EVENEMENTS La péride a cnnu des évlutins rapides et prfndes, qui nt rendu plus difficiles et nt retardé la mise en œuvre des actins prévues dans la SRI et leur suivi. Ces évlutins décrites brièvement ci-dessus cnstituent des éléments frts à prendre en cmpte pur cnstruire la nuvelle SRI-SI: La crise écnmique, et les difficultés épruvées par les dettes suveraines bligent l Unin Eurpéenne à en affrnter les cnséquences, et à s rienter vers une crissance plus frte, plus équitable et plus respectueuse de l envirnnement. L écnmie de l UE accuse un sérieux ralentissement, les finances publiques nt subi un chc imprtant et la cnfiance des entreprises, qui divent faire face au marché en berne, sérieusement entamée. Cette situatin maintenant bien cnnue a eu des effets négatifs sur les résultats de la SRI et sur le bilan écnmique de la Burggne. L Etat a lancé, en 2009, le prgramme des investissements d avenir (PIA), destiné à faire face à une insuffisante capacité à innver, à renfrcer le lien recherche-entreprises et à favriser les nuvelles technlgies et les énergies décarbnées. 35 milliards d eurs nt été mbilisés sur cinq axes stratégiques : enseignement supérieur et frmatin, recherche, filières industrielles et PME, dévelppement durable et enfin écnmie numérique, infrastructures et usages. Les appels à prjets qui nt déculé de ce prgramme a prduit en Burggne des résultats très encurageants pur l avenir dans certains secteurs et en particulier : l agralimentaire, agr éclgie, alimentatin (platefrme OPEN FOOD SYSTEM du pôle Vitagra, et le prjet de bitechnlgies et bi ressurces PEAMUST et l initiative de frmatin innvante ECOTROPHELIA) le dmaine Santé/Sciences et technlgies de l Infrmatin et de la Cmmunicatin (STIC) avec le labex LIPSTIC (lipprtéines dans les maladies inflammatires et le cancer) et l équipex IMAPPI d imagerie nucléaire ; la participatin du CHU et centre Gerges Françis Leclerc à 5 des dix chrtes natinales lauréates est également à suligner. Le prjet Stream (usages du numérique pur la santé) prté par la sciété Fvea est également sutenu par le prgramme. dans le secteur des matériaux et prcédés, le labex ACTION mbilise deux labratires de l Université en Burggne, la platefrme Xylfrest dnt une partie sera implantée à Arts et Métiers ParisTech Cluny. dans un dmaine d innvatin nn technlgique, l IDEFI Talents Campus, prpse des frmatins de «savir-être» intergénératinnelle tut au lng de la vie, et s adresse à un public très large, dnt l bjectif est la détectin et le dévelppement de talents. Enfin les sciétés CEOLE (énergie) et EXAGON (autmbile/transprt) nt reçu un sutien imprtant dans le cadre du sutien du prgramme aux PME, et les prêts verts nt pu être mbilisés pur le sutien à de nmbreuses PME. Dans le cadre du PIA, la créatin d une SATT Grand Est (Université de Burggne, Université de Franche- Cmté, Université de Lrraine, Université de Technlgie de Tryes, CNRS et INSERM) a été retenue en nvembre Le prjet, prté par la filiale de valrisatin de l Université de Burggne, sur laquelle sera bâtie la future structure, devrait abutir en Les prjets structurants nn retenus dans ces prgrammes nt tus également demandé un investissement imprtant et cntribué à fédérer les acteurs autur de thématiques d envergure ; il cnviendra d en tenir cmpte dans la future SRI-SI. La cnstitutin du Pôle de Recherche et d Enseignement Supérieur (PRES) Burggne Franche-Cmté en décembre 2010 a mdifié le paysage de l enseignement supérieur et de la recherche. Il est aujurd hui cnstitué d une fndatin de cpératin scientifique qui réunit les acteurs réginaux de l enseignement supérieur et de la recherche, les établissements hspitaliers et des entreprises, ainsi que d une assciatin Page 13 sur 140

14 de préfiguratin de l Université Fédérale Burggne Franche-Cmté qui a nécessité la mbilisatin de l ensemble des établissements, écles, réseaux et institutinnels des deux régins. Par ailleurs, il cnvient également de mentinner le dépliement en Burggne du Prgramme Natinal du Dévelppement Réginal (PSDR) : les quatre prjets (Prfile, Regiab, Innvfil, Teragri) prtés par les acteurs réginaux (Etat, Cnseil réginal, chambres d agriculture, INRA) dans le dmaine de l agriculture et du dévelppement rural, participent activement au dévelppement des synergies et des cmpétences, et à l intégratin des agriculteurs dans ces dispsitifs avancés, en lien avec le pôle de cmpétitivité Vitagra. Enfin, les utils numériques snt devenus des leviers puissants de la crissance écnmique et de mutatins sciales. Entre 1995 et 2000 les TIC nt cntribué à envirn 20% de la crissance de la prductivité en France. Au-delà du caractère purement écnmique, les TIC ffrent des slutins cncrètes à des enjeux envirnnementaux, cmme la mbilité u à l adaptatin de la sciété à sn vieillissement. Dans une régin vaste cmme la Burggne, les infrastructures nt prgressé de façn ntable et un plan d aménagement a été défini. Il est impératif de pursuivre le dévelppement et renfrcement des usages dans les structures d appui à l innvatin et dans les entreprises. L analyse des cmpsantes glbales du système d innvatin en Burggne met en évidence plusieurs caractéristiques de la situatin réginale à laquelle dit répndre la SRI-SI : Le fléchissement démgraphique et la «fuite» des diplômés hrs de la régin fnt de la ressurce humaine qualifiée un bien précieux mais trp peu abndant. De ce fait la Burggne est mins bien armée que les autres régins eurpéennes à la fis pur attirer des entreprises innvantes et pur dévelpper l innvatin dans les entreprises existantes. La qualificatin et le dévelppement des cmpétences snt dnc au cœur de la prblématique d innvatin. La régin est cnfrntée à un déficit d activités dans le dmaine des hautes technlgies, en particulier dans le dmaine des services à frte intensité de cnnaissances u de haute technlgie, dmaine qui cnstitue un des vecteurs imprtants de l innvatin1. L innvatin peine à se diffuser à l ensemble du tissu écnmique, cela est en partie dû à la structure des activités écnmiques faiblement spécialisées et dispersées gégraphiquement, mais peut se révéler surce de riches partenariats. Le ptentiel d innvatin demeure tut de même imprtant. En témignent la crissance du nmbre de brevets de haute technlgie, le niveau de dépenses privées de R&D et l émergence de grappes d activités. Ce ptentiel s appuie ntamment sur un petit cercle d innvateurs qu il cnvient d élargir pur irriguer l ensemble du tissu écnmique. Ces éléments synthétiques du diagnstic cnduit en demeurent d actualité et divent être mis en perspective avec les audits cnduits depuis. Dans le cadre de la prgrammatin des fnds eurpéens, un diagnstic territrial stratégique (DTS) a été réalisé entre avril et ctbre Il a réuni une audience large de l ensemble des acteurs publics et privés de l écsystème réginal de l innvatin et ainsi permis nmbre de discussins cnstructives. Les travaux nécessaires à la réalisatin de ce diagnstic nt mbilisé XX acteurs burguignns, xx grupes de travail, xx réunins. L appel à un cabinet d experts pur accmpagner la démarche a permis. Ce diagnstic a mis en lumière les atuts et faiblesses de la régin. Ces derniers dépassent le cadre de SRI-SI mais ne peuvent être ignrés dans l élabratin de cette dernière: 1 Le secteur des services à frte intensité de cnnaissance est en effet à la fis prducteur d innvatins (par exemple les entreprises de services dans le dmaine de la bitechnlgie/pharmacie) et/u furnisseur de prestatins aux entreprises de prductin pur les appuyer dans leur prcessus d innvatin (technlgique u nn technlgique). Page 14 sur 140

15 La Burggne n'est pas épargnée par les difficultés écnmiques et sciales liées à la crise. Elle dispse d'atuts certains sur lesquels elle dit capitaliser : un taux de chômage inférieur à la myenne natinale, un tissu industriel imprtant dté d un maillage territrial cnstitué de PME, de bns résultats à l exprt. Il cnvient de cncentrer maintenant les effrts pur cnstituer un tissu d'entreprises de taille intermédiaire qui fait actuellement défaut en Burggne ce qui cnstitue une surce de fragilité. La prmtin de la dynamique entrepreneuriale et de l innvatin est une nécessité. La crissance d un tissu écnmique innvant et perfrmant s appuyant sur la recherchedévelppement, le renfrcement et la structuratin de l'ffre de frmatin ainsi que l'accès au très haut débit cnstituent un défi majeur pur aller vers le dévelppement d emplis durables à frte valeur ajutée. Il faut renfrcer le raynnement de la régin en matière universitaire. Sn attractivité en matière d enseignement supérieur et de recherche passe par une spécialisatin plus marquée de sn ffre et par la mise en place d'actins de frmatin innvantes. L'accent devra également être mis sur une cpératin inter-réginale renfrcée, ntamment avec l'université de Franche-Cmté. La meilleure articulatin des systèmes de frmatin initiale et cntinue avec les besins des territires et des entreprises représente un enjeu crucial pris en cmpte par le plan réginal de dévelppement des frmatins prfessinnelles. Deuxième régin agricle de France, la Burggne dit pursuivre la valrisatin de ses filières agricle et agr-alimentaire, sylvicle et transfrmatin du bis qui s'avèrent structurantes pur les territires. La transitin éclgique vers une écnmie à faible teneur en carbne dit être cnçue de façn à tirer pleinement prfit des atuts et ressurces naturelles. Il imprte de faire de l'bjectif de diversificatin tel que dévelppé par le Schéma Réginal Climat Air Energie (SRCAE) une pprtunité pur le dévelppement des filières vertes en Burggne, ntamment dans les dmaines de l'éccnceptin, de l'éccnstructin, et des agr-matériaux. Page 15 sur 140

16 CHAPITRE 2 : L ECOSYSTEME REGIONAL D INNOVATION POTENTIEL DE RECHERCHE La recherche en Burggne se situe dans la myenne basse française en terme d effectifs (4 788 persnnels de recherche dnt chercheurs) et de Dépense Intérieure de Recherche et Dévelppement (DIRD) Civile (421 M en 2009 sit +44,8% par rapprt à 2005, +25,4 % au niveau Natinal). La recherche privée (1 322 chercheurs équivalents temps plein et 275 M de Dépense Intérieure de Dépense Intérieure de Recherche et Dévelppement des Entreprises (DIRDE) en 2009) se cncentre sur la pharmacie-chimie avec la présence de grands grupes (Labratire Vendôme, Slvay, etc.) et de PME innvantes (Oncdesign, Crssject, etc.) et aussi sur les transprts et biens d équipement, les secteurs de la mécanique et de la métallurgie (Arcelr-Mittal, Areva). Le nmbre d établissements bénéficiaires du Crédit Impôt Recherche (CIR) est de 349 en 2010 (237 entreprises) et situe la régin Burggne à la 12ème place des régins françaises. Les mntants du CIR cncernés (envirn 25,6 M ), cmparativement aux autres régins françaises, la situent dans la myenne basse (15ème rang pur le mntant de CIR en 2010). La recherche publique rassemble en chercheurs (Etablissements d enseignement supérieur et de recherche : Université, Ecles) dnt 307 relèvent des rganismes (INSERM, INRA, CNRS), ce qui la place au 16ème rang des régins françaises. La DIRDA est de 146M en Le dispsitif de recherche publique se caractérise par une frte prductin scientifique. La régin se situe au 14ème rang en 2009, avec 742 chercheurs prduisants dans des unités de recherche ntées A u A+ (Agence d Evaluatin de la Recherche et de l Enseignement Supérieur 2011). Les équipes burguignnnes nt btenu en ,8 M de financement par des prjets de l Agence Natinale de la Recherche (ANR), au 15ème rang natinal. La prductin technlgique (brevets) la place au 17ème rang. Les établissements d enseignement supérieur et de recherche de Burggne snt les suivants : L université de Burggne, dnt le campus principal est à Dijn, cmprend 6 sites territrialisés à Auxerre, Chaln-sur-Saône, Nevers, Mâcn et Le Creust. Pluridisciplinaire avec santé, elle cmpte envirn enseignants-chercheurs, étudiants sur les étudiants du supérieur, tutes frmatins cnfndues diplômés de master et 158 titres de dcteurs nt été délivrés en L Université cmprte : 10 Unités de Frmatin et de Recherche 3 Instituts Universitaires de Technlgie (Dijn-Auxerre, Chaln-sur-Saône, Le Creust) l Ecle Supérieure des Prfessins de l Educatin 2 écles d ingénieurs : L Écle supérieure d'ingénieurs de recherche en matériaux (Esirem) L Institut supérieur de l'autmbile et des transprts (Isat) à Nevers Magny-Curs L Institut d administratin des entreprises (IAE) L Institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyt (IUVV) L Institut de préparatin à l'administratin générale (Ipag) L Institut Denis Didert : Management de l éducatin, de la frmatin et de la culture Page 16 sur 140

17 La recherche à l Université de Burggne, la plupart du temps menée en cllabratin avec les rganismes natinaux présents en régin, est cnstituée de 28 unités de recherche dnt 10 équipes d accueil (EA), 16 unités mixtes de recherche (UMR) et deux frmatins de recherche en évlutin (FRE). L ensemble est actuellement rganisé en quatre pôles fédératifs qui sernt détaillés plus lin. La liste de ces unités de recherche est jinte en annexe. AgrSup Dijn (Institut natinal supérieur des sciences agrnmiques, de l alimentatin et de l envirnnement) est l un des sept établissements français. L Ecle abrite l Institut EDUTER, au service de l'éducatin et de la prfessinnalisatin. Elle cmprend 95 cadres scientifiques et 8 unités labellisées, dnt 5 UMR (INRA, CNRS, INSERM, Université de Burggne), Elle est membre fndateur de 4 rganisatins de référence (le GIS AGRALE, le PRES Burggne - Franche-Cmté, l institut Carnt «Qualiment» et depuis juin 2012, d Agreenium). L Ecle Natinale Supérieures des Arts et Métiers - ParisTech à Cluny avec un Institut à Chaln-sur- Saône. Installé depuis 1901 dans l'abbaye de Cluny, le Centre Arts et Métiers ParisTech de Cluny s'inscrit dans une traditin d enseignement, de recherche et de dévelppement écnmique avec 6 entreprises en pépinière. Avec ses 12 labratires d enseignement et 2 labratires de recherche, l écle se distingue par un psitinnement centré sur les technlgies prpres et respectueuses du dévelppement durable dans les dmaines suivants : filière bis, ntamment en lien avec l habitat technlgies prpres de mise en frme de la matière métallique maquette numérique et imagerie virtuelle L Écle supérieure de cmmerce de Dijn avec en particulier une attractivité du prgramme Grande Ecle en prgressin cnstante auprès des classes préparatires et le dévelppement d'une recherche académique de haut niveau. Fndé en 2003, le CEREN (Centre de Recherche sur l'entreprise) a dévelppé, en lien avec l enseignement et les entreprises, des activités de recherche finalisée autur du thème fédérateur de la décisin et du management entrepreneurial. Ntns aussi la présence en Burggne des établissements d enseignement supérieur suivants qui cntribuent à l attractivité de l ffre burguignnne : Cllège universitaire Sciences P (Campus Eurpe centrale et rientale) à Dijn Ecle natinale supérieure d art à Dijn (ministère en charge de la culture et de la cmmunicatin) Les instituts u écles de frmatin prfessinnelle L Écle natinale des greffes (ENG) à Dijn (ministère en charge de la justice) Le Pôle d Enseignement Supérieur de Musique de Burggne à Dijn La santé ccupe une place imprtante en Burggne en termes de recherche-innvatin, incluant les établissements de sins suivants : Le CHU de Dijn cmprend ntamment le Centre de Ressurces Bilgiques (CRB) Ferdinand Cabanne, le Centre d Investigatin Clinique et Epidémilgie Clinique (CIC-EC), en cmmun avec le Centre de lutte cntre le cancer Gerges-Françis Leclerc, qui ffre aux cliniciens et chercheurs le supprt nécessaire de la cnceptin de leur étude à sa valrisatin : chrtes, évaluatin de pratiques, stratégies de dépistage et le Centre d'investigatin Clinique - Plurithématique (CIC-P). Le Centre de lutte cntre le cancer Gerges-Françis Leclerc (CGFL) à Dijn participe activement aux travaux de recherche cntre le cancer et abrite en partie l équipex Imappi d imagerie médicale labellisé par le prgramme des investissements d avenir Page 17 sur 140

18 L Etablissement français du sang Burggne Franche-Cmté, qui réalise des travaux de recherche en interactin avec l établissement ci-dessus. Citns en particulier l UMR avec l Inserm et l Université de Franche-Cmté, "Interactin Hôte-Greffn-Tumeur et Ingénierie Cellulaire et Génique", récréée en Cinq rganismes natinaux de recherche snt présents en Burggne : Le Centre INRA de Dijn, centre de référence dnt les recherches snt inscrites dans les grandes thématiques natinales de l INRA : l alimentatin, l agriculture et l envirnnement. Il cmprend 5 Unités de recherche dnt 3 UMR avec l Université et/u Agrsup Dijn, 2 étant cnstituées en TGU (Très Grandes Unités). Les 3 UMR snt : Centre des Sciences du Gût et de l Alimentatin (TGU), Agr-éclgie (TGU) et CESAER (Centre d écnmie et scilgie appliquées à l agriculture et aux espaces ruraux). Le Centre CEA de Valduc cnstitue un mailln essentiel de la missin de défense natinale. Ce centre cmprend plus de salariés, ce qui en fait l'un des plus grs emplyeurs de Côte d'or. Les activités de recherche du centre CEA de Valduc snt principalement centrées sur la maîtrise et la cnnaissance des matériaux nucléaires, avec des cmpétences telles que mdélisatin et simulatin numérique, physique du slide, physique nucléaire, science des matériaux, métrlgie et cntrôles nn destructifs, usinage de précisin, prcédés de mise en frme et d'assemblage, génie chimique, chimie analytique, physic-chimie des surfaces, Un labratire cmmun avec l Université cncerne l Interactin Matériau Prcédés Envirnnement. Le CNRS cmpte 8 UMR en Burggne dans des dmaines tels la chimie, la bidiversité, la physique/ptique/lasers, le signal/image, les sciences humaines et sciales (Maisn des Sciences de l Hmme), neursciences/cgnitin, bilgie intégrative végétale, micr/nan-systèmes et les mathématiques. L INSERM : 2 unités INSERM snt implantées en Burggne : le récent centre de recherche U866 «Lipides, Nutritin, Cancer» et l unité U1093 «Cgnitin, Actin et Plasticité Sensri-mtrice» ; n cmpte également 2 centres d investigatin clinique (Epidémilgie Clinique, Plurithématique) en cllabratin avec CHU et CGFL et 1 cntrat d interface Avenir Le BRGM Bureau de Recherche Gélgiques et Minières dnt l essentiel de la recherche est basé à Orléans mais qui effectue quelques travaux de R&D ntamment en lien avec l ADEME. La Burggne est marquée par sn attachement à la culture scientifique, technique et industrielle, diffusée ntamment par les établissements et structures suivantes : Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Burggne (CCSTI) Pôle Culture et Missin de Culture Scientifique de l université Muséums d histire naturelle d Autun, d Auxerre et de Dijn Office de cpératin et d infrmatin muségraphiques de Dijn (OCIM), ffice natinal abrité par l Université. L Université de Burggne et ses sites territrialisés, ainsi que les autres établissements et rganismes de recherche dijnnais snt regrupés au sein de l assciatin Grand Campus. L effrt de structuratin de la recherche publique, qui a bénéficié d un sutien imprtant de la part du Cnseil réginal et de l Etat, ntamment au travers d un Plan d Actins Réginal pur l Innvatin (PARI), se pursuit, prenant en cmpte les évlutins récentes, les caractéristiques burguignnnes et la cnstructin de la future université Burggne Franche Cmté dans le cadre du PRES Burggne Franche Cmté et de sa Fndatin de Cpératin Scientifique. Les pôles de cmpétences scientifiques snt aujurd hui les suivants : Sciences de la matière et technlgies (Fédératin de Recherche Sciences de la Matière et Technlgies (FR CNRS 2604) Sciences de l Aliment et Agr-Envirnnement (SFR IABECA - Institut Agriculture, Bidiversité, Envirnnement, Cmprtement, Aliment) Santé / STIC (Sciences et Technlgies de l Infrmatin et de la Cmmunicatin) (IFR100 Santé-STIC) Page 18 sur 140

19 Sciences Humaines et Sciales avec la Maisn des Sciences de l Hmme (MSH) Les travaux de recherche-innvatin menés les années précédentes nt été sutenus ntamment via le Plan d Actins Réginal pur l Innvatin décliné seln quatre pôles identifiés, en chérence avec les pôles de cmpétences ci-dessus : AGRALE -Agr-Alimentaire, agrenvirnnement SHS -Sciences humaines et sciales SMT -Science des matériaux et techniques SSTIC -Santé STIC Ces travaux nt permis de créer u renfrcer les synergies interdisciplinaires avec le secteur écnmique, révélateurs d un dynamisme inter-établissements cuvrant le territire burguignn. Le pôle AGRALE est un pôle bien structuré avec le Grupement d Intérêt Scientifique AGRALE, la présence frte de l INRA et d Agrsup Dijn et des équipes de recherche universitaires. Deux axes majeurs structurent cette activité : gût-sensrialité-nutritin et agr-éclgie. Il s agit de champs à frt ptentiel de valrisatin, avec la présence ntamment du pôle de cmpétitivité VITAGORA Burggne Franche-Cmté. Les prjets PHENOME, ANNAES, PEAMUST, lauréats du prgramme des investissements d avenir attestent de la vitalité de ce pôle. Le pôle SHS s est structuré autur de la Maisn des sciences de l hmme avec un bâtiment dédié inauguré en Le pôle s illustre par une uverture interréginale et interdisciplinaire, surce de prjets prteurs pur la Burggne et sn dévelppement aux plans patrimnial, rural, écnmique, sanitaire, L implicatin émergente d équipes des SHS dans les 3 autres pôles de cmpétences est très psitive. Fait marquant, une cllabratin est née avec l ESC Dijn sur des questins liées aux marchés et à la guvernance. En utre, deux platefrmes fédératrices venant en appui aux prjets de recherche et d enseignement se cnstituent prgressivement, l une de numérisatin de ressurces dcumentaires et la secnde de gématique, cartgraphie et gestin de bases de dnnées spatialisées Le pôle SMT dévelppé est un pôle avec un psitinnement très diversifié. Il n en demeure pas mins recnnu dans les dmaines de l ptique-phtnique, de la métallurgie, de la chimie mléculaire appliquée, des nan sciences u des mathématiques. Le labex ACTION, cmmun avec l Université de Franche-Cmté s intéresse tut particulièrement aux systèmes embarqués intelligents. Dans le dmaine du nucléaire, le Pôle Nucléaire de Burggne (PNB) a permis de faire émerger de nuvelles thématiques, une chaire industrielle avec AREVA rientée sur la frmatin étant en curs de créatin. Les deux labratires mixtes public/privé, respectivement avec les sciétés Danielsn et Anvis, créés à Nevers dans le dmaine de l énergétique autmbile mntrent la dynamique lcale. Arts et Métiers ParisTech Cluny a été lauréat du prgramme des investissements d avenir avec l une des platefrmes de l Equipex natinal Xylfrest. Le pôle Santé-STIC, s est structuré autur de l institut fédératif de recherche Athérme/Cancer/Nutritin avec l appui des équipes du CHU et du Centre anticancéreux Gerges-Françis Leclerc recnnu cmme centre de recherches cliniques. Le pôle est en frt dévelppement sur des thématiques bénéficiant d une recnnaissance dans les dmaines de la nutritin humaine, en lien avec le pôle AGRALE, de la cancérlgie, des maladies inflammatires et cardi-vasculaires et de l imagerie médicale. Par ailleurs, le pôle a btenu la créatin d un Centre de Recherche INSERM, regrupant 9 équipes de recherche Le prgramme des investissements d avenir a sélectinné l Equipex IMAPPI d imagerie médicale et le labex LIPSTIC, (lipprtéines et maladies inflammatires et cancéreuses). L implicatin des équipes du pôle dans le GIE Pharmimage u dans le pôle VITAGORA indique que ce pôle est déjà turné vers la recherche privée et l entreprise. Dans le cadre de ce prgramme, la Burggne participe également à cinq chrtes natinales, ntamment la chrte CANTO (cancer du sein) et à des bi banques. Dans le cadre des investissements d avenir, les établissements burguignns participent également à deux initiatives d excellence en frmatins innvantes : Talent Campus et Ectrphelia. Page 19 sur 140

20 L Université de Burggne, dès le début 2013, en lien avec les acteurs du Grand Campus, a pursuivi la réflexin sur la structuratin de la recherche burguignnne, avec pur bjectif de mnter dans le train de la spécialisatin intelligente. Il est ainsi envisagé de faire évluer les quatre pôles décrits ci-dessus vers une articulatin en six dmaines majeurs. Cette dynamique est encre en curs de finalisatin cncertée. Elle servira de base stratégique au dévelppement de la recherche, mais également à l articulatin avec le mde sci-écnmique, tujurs à dévelpper et renfrcer. Signalns ici une vlnté affirmée de la prfessinnalisatin des platefrmes et plateaux techniques, pur ffrir de nuveaux services aux entreprises, en accrd aussi avec la créatin en curs de la sciété accélératrice de transfert de technlgie, et dnt il sera questin plus lin dans ce dcument. Les six dmaines majeurs identifiés snt ainsi les suivants : Aliments et envirnnement Vigne et vin Santé et ingénierie mléculaire Phtnique et matériaux Apprentissage et santé Patrimine et territires Une définitin plus précise des axes de recherche des équipes de l université dans ces six secteurs est en curs. Glbalement les cpératins public-privé snt encre insuffisantes ntamment sur les secteurs à frt ptentiel de dévelppement sci-écnmique. Des effrts significatifs nt été réalisés par les établissements d enseignement supérieur et de recherche, ntamment l Université via sa filiale de valrisatin ub-filiale 2, en amnt de l incubateur réginal PREMICE. On bserve ainsi une rérientatin de la recherche publique vers les besins en innvatin des entreprises (via les cnventins de recherche avec les entreprises u la participatin aux prjets des pôles de cmpétitivité). Ces relatins recherche académique/entreprises cmmencent à rencntrer un éch favrable au-delà des labratires déjà très impliqués dans le prcessus. Tutefis, la part des activités cnsacrée par les labratires à des relatins avec l envirnnement sci-écnmique (hrs enseignement et recherche : cnférences, expertise et cnsultance, etc.) mériterait d être dévelppée davantage pur permettre à la recherche de mieux intégrer les prblématiques industrielles et aux PME de mieux accéder aux résultats de la recherche. Si les activités de valrisatin dans le champ du pôle de recherche AGRALE cnnaissent une dynamique intéressante ntamment grâce à ub-filiale (et sa marque cmmerciale Welience), elles restent à renfrcer car pur l instant elles se traduisent par un petit nmbre de brevets et de créatins d entreprises innvantes, à amplifier ntamment au travers de Vitagra. Dans le dmaine des matériaux, de la mécanique et de l ingénierie des prcédés, la valrisatin des travaux de recherche mnte en puissance ntamment via le pôle Welience-Matériaux et le Pôle Nucléaire de Burggne. Cette tendance mérite d être apprfndie pur lui assurer une pérennité. Pur ce qui cncerne le pôle Santé-STIC, la dynamique de valrisatin est active ntamment avec le GIE Pharmimage dans le dmaine de l imagerie médicale et prmetteuse au travers du pôle Cgnitin Mtricité et du futur Institut Marey sur NOVAREA à Dijn. La créatin d entreprises innvantes purrait être tutefis dévelppée. S agissant du pôle SHS, la valrisatin par le recurs à l expertise et à la frmatin est en curs d émergence et par cnséquent à renfrcer. La recherche publique burguignnne, très pluridisciplinaire, peine à se truver une dimensin internatinale dans certains dmaines. Le dépôt de brevets eurpéens issus de la recherche publique situe la Burggne au 17ème rang français. Par ailleurs, la participatin des équipes de recherche burguignnnes au 2 Filiale de valrisatin de l Université de Burggne Page 20 sur 140

21 prgramme cadre de recherche et dévelppement (PCRD) de l Unin eurpéenne est mdeste et cncentrée sur quelques labratires. Page 21 sur 140

22 TRANSFERT DE TECHNOLOGIE ET VALORISATION DE LA RECHERCHE Cmme dans tutes les régins françaises, et à prximité des établissements universitaires, n peut distinguer essentiellement deux types d acteurs, ceux en charge de: l ptimisatin du transfert et de la valrisatin le renfrcement des liens entre activités de R&D publiques et/ u privées Les structures en charge du transfert de cnnaissances et de la valrisatin de la recherche publique nt été regrupées, pur la plupart d entre elles, au sein d ub-filiale, qui est une sciété par actins simplifiées filiale de l Université de Burggne. UB Filiale est rganisée en deux grandes fnctins : Synerjinv : prgramme de détectin et de maturatin de prjets innvants, essentiellement basé sur les labratires de recherche publics. Welience, qui est une marque dépsée, cncentre l activité de recherche partenariale (cntrats de recherche, prpriété intellectuelle). Pur appuyer cette activité, ub Filiale dispse de : Tris CRT Centres de ressurces technlgiques, labellisés par le Ministère de la Recherche Welience Agr Envirnnement (CRT AE) Welience Agr-Alimentaire et Bi-Industriel (CRT 2ABI) Welience Matériaux et Technlgies (CRT M&T) dnt le Pôle Autmbile et Transprt Deux départements : Santé et Technlgies Sciences Humaines et Sciales Tris PFT Platefrmes Technlgiques, labellisées par le Ministère de la Recherche. Elles cnstituent des passerelles entre lycées technlgiques et entreprises, et ffrent un appui de prximité aux PME-PMI innvantes PFT IASP Ingénierie et Autmatisatin des Systèmes de Prductin PFT O3PI Optimisatin des prcessus de prductin et de prduits industriels PFT 3D Mdèles et prttypes 3 Dimensins Le réseau de diffusin technlgique Burggne Innvatin, labellisé par le Ministère chargé de l Industrie et par le Ministère de la Recherche (MESR), dispse d un vaste réseau d experts, et jue un rôle de premier niveau ntamment à destinatin des PME, sur l ensemble du territire burguignn. L incubateur académique PREMICE, labellisé par le MESR et sutenu par le Cnseil réginal de Burggne, est également un Centre Eurpéen d Entreprises et d innvatin (CEEI), ce qui permet nn seulement d accmpagner les prjets d incubatin et de créatin d entreprises innvantes, mais aussi d accmpagner le dévelppement de PME innvantes. PREMICE est en utre membre du réseau des technples RETIS. Outre ces tris structures majeures, il cnvient de mentinner les acteurs suivants, qui favrisent et appuient le rapprchement recherche/entreprises, ntamment en mbilisant des partenaires académiques et privés pur dévelpper des prjets cllabratifs de R&D : ARTS Sciété filiale de valrisatin d Arts et Métiers ParisTech Deux instituts Carnt actifs en Burggne : le Carnt Arts, dans le dmaine des matériaux et prcédés, et le Carnt Qualiment pur l agralimentaire. Nicéphre Cité, dédié à l image et au sn, à Chaln sur Saône Le GIE Pharmimage Page 22 sur 140

23 Ainsi que naturellement les deux pôles de cmpétitivité burguignns : VITAGORA, Gût, Nutritin, Santé Pôle Nucléaire de Burggne (PNB) A ces structures s ajutent également de manière plus récente, dans le dmaine de la santé, le Pôle de Gérntlgie Interréginal Burggne Franche Cmté. Le pids réginal des effectifs de transfert par rapprt aux effectifs de la recherche est relativement équilibré entre les 4 pôles de recherche (de l rdre de 0,2 à 0,3 ETP en charge du transfert pur 1 ETP chercheur), à l exceptin du pôle SHS pur lequel il n existe pas de structures dédiées de transfert mais dnt les actins de valrisatin, en dévelppement, snt prmues par ub-filiale. En revanche, les effectifs dédiés spécifiquement au renfrcement des liens entre activités de R&D publiques et privées (pôles de cmpétitivité et clusters innvants émergents) snt relativement faibles (10 ETP) cmparés à ceux des structures en charge de la valrisatin de la recherche publique et du transfert de technlgie (99 ETP). Les activités des principales structures de transfert snt cnsacrées à l appui à des prjets d innvatin technlgique : Réalisatin de prestatins techniques (départements pératinnels d ub-filiale, PFT, ARTS-Cluny) Détectin, aide au mntage et au suivi de prjets d innvatin (UB Filiale, Pôles de cmpétitivité, Burggne Innvatin, PREMICE, etc.) Cnseil et infrmatin en technlgie Ntns que ces prestatins snt pur beaucup réalisées à destinatin d entreprises hrs régin dans le cadre d ub-filiale. Les structures de transfert apprtent peu d expertise sur les aspects nn technlgiques des prjets d innvatin ; PREMICE, la CCIR, et les CCI apprtent des cnseils en infrmatin sur les marchés, l rganisatin et le management de prjets et d entreprises, la prpriété intellectuelle, En cmplément et dans le cadre de ses dispsitifs de sutien aux prjets d innvatin technlgique, BANQUE PUBLIQUE D INVESTISSEMENT FRANCE BOURGOGNE apprte des financements pur des études de marché, des études marketing et du cnseil en rganisatin et gestin de prjet. Le niveau de cnnaissance et de cllabratin entre les labratires et les structures de transfert - ub-filiale et pôles de cmpétitivité ntamment - semble satisfaisant. C est particulièrement le cas des labratires du pôle AGRALE qui s appuient sur Welience 2ABI et le pôle VITAGORA pur dévelpper leurs prjets de recherche, ntamment des prjets transversaux 3. En revanche le dispsitif de valrisatin de la recherche publique qui s est rganisé autur d ub-filiale - Synerjinv est encre mal cnnu des labratires. Cela rend évidemment difficile le travail de détectin des prjets de recherche à frt ptentiel de valrisatin et limite les pssibilités de réelle mutualisatin pur prmuvir les cmpétences scientifiques auprès des entreprises. Il est à nter que Synerjinv dit truver sn prlngement dans la Sciété d Accélératin du Transfert de Technlgies (SATT), dnt la créatin est prévue pur fin ctbre Au sein des 4 pôles de recherche, les relatins entre les structures de transfert elles-mêmes snt assez hétérgènes : Au sein du pôle AGRALE, les relatins snt régulières et frmalisées ; l ensemble de ces acteurs dévelppe des prjets cmmuns, ntamment dans le cadre du pôle VITAGORA, qui est un lieu de rencntre imprtant 3 Exemple : prjet sur la filière du jus de raisin assciant l INSERM, INRA et UB Page 23 sur 140

24 Au sein du pôle SMT, les relatins entre les structures cncernées snt irrégulières et repsent sur un niveau de cnnaissance réciprque plus faible. Le pôle PNB a cependant amrcé une dynamique avec la PFT 3D et les platefrmes d expertises et d innvatin d ub-filiale. Par ailleurs les relatins entre les structures de transfert issues des différents pôles, à l exceptin des structures du pôle AGRALE qui intègrent les prblématiques santé, snt trp réduites et pas assez explitées pur faire naître des pprtunités et des prjets d innvatin à la crisée de champs scientifiques et technlgiques sur des prblématiques cmmunes, alrs même que le ptentiel existe. PREMICE purrait être mieux inséré dans le réseau réginal en resserrant ses relatins avec les autres structures de transfert (ub-filiale, pôles de cmpétitivité, PFT) et les acteurs du système réginal d'innvatin. Au final, il apparaît que les activités d animatin et de crdinatin du réseau des acteurs du transfert snt perfectibles. Les acteurs du transfert mentinnent un manque d animatin et de crdinatin de leurs actins ; celle-ci leur permettrait de réduire les cûts de transactin, leur dnnerait le sentiment d appartenance au réseau, en amélirant la visibilité des cmpétences de chacune des structures, et leur permettrait d expliter davantage les cmplémentarités de cmpétences et les synergies. Page 24 sur 140

25 INNOVATION DANS LES PME Le prcessus d innvatin cmprte tujurs une dimensin humaine frte, et sa réussite cncrète nécessite des qualités entrepreneuriales. Le succès relève de la vlnté et de la déterminatin d'un u plusieurs individus. L'innvatin n'est pas un prcessus naturel et suppse à la fis esprit visinnaire, prise de risque, capacité d'initiative très frte, culture de prjet,... Elle nécessite d'être à l'aise avec les incertitudes et les ambiguïtés, d'être capable d'identifier des pprtunités que d'autres ne verrnt jamais et de se fcaliser dessus, d'être tenace, persistant, curageux, tut en étant perméable aux idées et aux cnseils. CARACTERISTIQUES GENERALES DE L'INNOVATION DANS LES ENTREPRISES La France cnsacre à la R&D 2,26 % du PIB (2009). Le niveau des dépenses publiques de R&D reste purtant semblable à celui des écnmies cmparables. Frtement incitées, ntamment fiscalement, les entreprises françaises cnsacrent une part significative de leur valeur ajutée à la R&D. Ceci est particulièrement vrai dans certains secteurs cmme les TIC u les machines électriques. Malgré cela, le défi majeur en France reste celui l investissement privé dans la R&D qui représente 60 % de la DIRD natinale mais qui suffre d'une spécialisatin sectrielle défavrable et d'un manque d'eti. LA PRATIQUE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Cinquième pays au mnde pur les dépenses intérieures brutes de R&D, la France est 4ème pur le nmbre de dépôts de brevets et deuxième en Eurpe derrière l'allemagne 4. Les PME nt dépsé 22% des demandes de brevets en En Burggne, les PME représentent 35% des demandes. Elles snt à l'rigine de demandes de brevets publiées en Les entreprises de taille intermédiaire dépsantes snt au nmbre de 303. Les grandes entreprises demeurent des acteurs majeurs de la prtectin intellectuelle en effectuant près de la mitié des demandes. Les rganismes de recherche snt à l'rigine de 11,4% des brevets. Cette répartitin s'est prfndément mdifiée entre 2007 et 2010, avec une crissance des brevets des ETI, des PME et des rganismes de recherche et une baisse imprtante des brevets des grupes. Il est à nter que depuis quelques années, une part de plus en plus imprtante de dépsants de brevets (envirn 15%) effectue leurs premières demandes de brevets par une vie autre que la vie natinale, qui permet ntamment un dépôt en langue anglaise, ce qui n'est pas pssible en France. Ce phénmène tuche plus particulièrement les grandes entreprises. 5 LA PRATIQUE DU FINANCEMENT Si le dévelppement du capital innvatin en France est assez récent, l'activité pèse 3,5 milliards d'eurs en Le taux de pénétratin de cette activité (investissements réalisés sur le marché natinal/ PIB) mntre qu'il s'agit d'un atut de la France par rapprt à d'autres pays eurpéens, mais que la France reste en retard par rapprt aux pays les plus innvants au mnde. L'écart de taux de pénétratin du capital-innvatin étant de 0,14 % du PIB en cmparaisn avec les États- Unis, cela représente un besin de financement de 2,8 milliards d'eurs ; 4 Observatire de la Prpriété Intellectuelle - Chiffres Clés Brevets - Juin Les dssiers de l'observatire de la Prpriété Intellectuelle LES PME ET ETI DEPOSANTES DE BREVETS, Décembre 2011 Page 25 sur 140

26 Si l n ramène les mntants investis par les business-angels aux États-Unis au PIB français, le besin de financement cmplémentaire est de 2,7 milliards d'eurs. Au ttal, le besin de financement des entreprises innvantes, pur se hisser au niveau du pays le plus innvant, est de 5,5 milliards d'eurs par an, ce qui crrespnd envirn au mntant annuel du CIR. CARACTERISTIQUES GENERALES DE L'INNOVATION DANS LES ENTREPRISES BOURGUIGNONNES La Burggne se caractérise par un tissu de petites et myennes entreprises très imprtant et un faible nmbre d établissements de grande taille. Sur plus de établissements privés dans les secteurs marchands hrs agriculture plus de 80 % d entre eux cmptent mins de 10 salariés. De surcrit, plus de salariés dépendent d un siège scial u d une tête de grupe hrs Burggne en septembre 2011, sit près de 33 % des emplis salariés. L'enquête réalisée en 2009 auprès de 273 PME burguignnnes a permis de mettre en évidence quelques pints clés de leurs pratiques d'innvatin : Les deux tiers des entreprises interrgées nt mené de 1 à 3 prjets d'innvatin au curs des 3 années précédentes. Ces prjets snt nuveaux pur l'entreprise bien que les prduits u prcédés dévelppés aient des équivalents sur le marché. Les innvatins rganisatinnelles u de cmmercialisatin ne snt pas au cœur des activités, bien qu'il y ait une réelle demande pur de l'appui à l'innvatin sur ces thématiques. Le marché de référence des entreprises interrgées est principalement le marché natinal. Le marché sur lequel elles interviennent se caractérise par un niveau «myen» d'innvatin, ce qui cnduit les entreprises burguignnnes à se juger aussi innvantes que la myenne du marché. L'imprtance des activités d' «innvatin» est en crrespndance avec l'âge de l'entreprise, plus l'entreprise est jeune, plus la part du chiffre d'affaire (CA) issue des activités d'innvatin est imprtante : les entreprises qui nt mins de cinq ans réalisent plus de 50% de leur CA avec des prduits u services innvants. A l'inverse, les deux tiers des entreprises de plus de 10 ans réalisent mins de 20% de leur CA avec des prduits u services innvants. Les investissements des entreprises dédiés aux activités d'innvatin snt relativement faibles, à l'exceptin des jeunes start-ups innvantes dnt l'activité est essentiellement basée sur des innvatins technlgiques. Les entreprises nt recurs essentiellement à des ressurces internes u prches de leur envirnnement d'affaires pur innver : leurs clients u leurs furnisseurs. Le prcessus d'innvatin est le plus suvent dévelppé en interne, parfis avec d'autres entreprises, mais très rarement en partenariat avec des labratires de recherche, pur lesquels les entrepreneurs épruvent une certaine méfiance (mécnnaissance, incmpréhensin, faible culture de l'uverture et du partenariat, peur de la cmplexité). Ce phénmène cncerne l'ensemble des entreprises, à l'exceptin d'un petit cercle d'entreprises très innvantes. Les besins les plus fréquemment évqués snt, par rdre d imprtance, des besins en termes de : financement, dévelppement technique, veille technlgique. APPRECIATION DU DISPOSITIF REGIONAL DE SOUTIEN ET D'ACCOMPAGNEMENT L'analyse mntre que les entreprises qui s'engagent régulièrement dans des prjets de dévelppement technlgique nt accumulé un réel savir-faire en matière de prjets d'innvatin et nt des relatins sutenues aussi bien avec des surces de cnnaissances technlgiques u des rganismes de prestatin Page 26 sur 140

27 de services technlgiques, qu'avec des partenaires industriels. Elles truvent dans leur envirnnement matière à satisfaire les besins technlgiques auxquels elles snt cnfrntées. Elles snt tutefis peu nmbreuses. En termes de financement, les entreprises dnt les besins financiers snt les plus fréquents snt celles qui snt les mins satisfaites des répnses apprtées. Tutefis, parmi ces entreprises, celles qui nt reçu un sutien public (40% d'entre elles via BANQUE PUBLIQUE D INVESTISSEMENT FRANCE BOURGOGNE et le Cnseil réginal principalement) snt satisfaites de l'aide financière apprtée, mais n'en expriment pas mins des attentes frtes pur amélirer cet appui financier. Par ailleurs, en terme d'accmpagnement dans leur prjet d'innvatin, si la BANQUE PUBLIQUE D INVESTISSEMENT FRANCE BOURGOGNE et les CCI snt les rganismes les plus suvent cités et cnnus des entreprises, frce est de cnstater que les rganismes d'interface réginaux tels qu ub-filiale, Burggne Innvatin, l'arist, PREMICE, etc. nt une visibilité encre limitée. Les établissements d'enseignement supérieur et de recherche snt également cités cmme des références scientifiques et technlgiques, mais les entreprises y nt relativement peu recurs pur truver un appui à leur prjet d'innvatin. Du côté de l'ffre privée de cnseil, l'étude de l'insee Burggne sur les services liés à l'industrie et l'enquête natinale du SESSI en Burggne mntrent l'insuffisance des emplis de services «très qualifiés», et la mindre présence des activités de cnseils par rapprt à d'autres régins françaises. Les besins estimés des entreprises burguignnnes pur les activités de cnseil-recherche (ingénierie et études techniques, cnseil en systèmes infrmatiques, cnseil pur les affaires et la gestin, recherche et dévelppement) dépassent l'ffre dispnible en régin. Ces activités y nt dnc un frt ptentiel de dévelppement. Au-delà des appréciatins évquées, les entreprises dans leur majrité attendent des prgrès significatifs dans les dmaines suivants : Pur un appui financier : l'améliratin des dispsitifs existants devrait prendre en cmpte une apprche glbale des prjets et prévir un plan de financement depuis l'identificatin d'une idée jusqu'à la cmmercialisatin du prduit/prcédé qui en est issu. Par ailleurs, le financement en capital-risque pur des investissements de l rdre de à , dit être renfrcé. Ce financement fait face à la réticence des entrepreneurs à uvrir leur capital à des investisseurs extérieurs, mais aussi au manque de cmpétences pur accéder à de telles surces de financement. Pur un appui technlgique : l'améliratin de l'ffre existante repse sur un fnctinnement des différents rganismes en réseau plus structuré et plus efficace et ffrant une meilleure visibilité des cmpétences scientifiques et technlgiques dispnibles en Burggne. Pur un renfrcement de la capacité des ressurces humaines: l'améliratin dit prter sur une spécialisatin dans le mntage, le management et le suivi de prjets d'innvatin, car les difficultés liées au mntage et à la gestin des prjets d'innvatin, ntamment de prjets cllabratifs, snt suvent surce d'échec pur les entreprises. Pur une meilleure infrmatin technlgique (veille technlgique) : l'améliratin dit prter sur l'animatin du réseau, des sessins d'infrmatin, un appui au dévelppement à l'internatinal, etc. Il ressrt de cette étude que les entreprises les plus actives, et visibles en termes d'innvatin snt en même temps les plus sutenues par les aides financières publiques. Ce snt des entreprises uvertes à l'innvatin et dnt le marché est en majrité un marché internatinalisé, à tut le mins un marché natinal. Ces entreprises cnnaissent les dispsitifs d'aide réginaux et, dans une certaine mesure, l'ffre de cnnaissances crrespndant à leurs activités. Elles nt un besin permanent d'accès au cnseil technlgique assrti d'un sutien financier public pur pursuivre le dévelppement des innvatins qu'elles entreprennent. POTENTIEL D'INNOVATION DES ENTREPRISES BOURGUIGNONNES : SYNTHESE Page 27 sur 140

28 Il existe une dynamique d'innvatin dans le tissu industriel réginal basée ntamment sur les activités hightech prtées par des start-up et spin-ff issues de la recherche publique et des PME innvantes accmpagnées par les financements publics. Cette dynamique purrait être amplifiée en explitant le ptentiel d'innvatin «drmant» au sein des entreprises ntamment en renfrçant les relatins avec les centres de cmpétences (établissements d'enseignement supérieur, labratires de recherche, ). En cmplément, il cnvient de rendre plus accessibles les structures de transfert existantes et d'amélirer leur fnctinnement en réseau. Il est suhaitable que les entreprises puissent avir une bnne visibilité et une cmpréhensin satisfaisante à la fis de l'ffre de cnnaissances scientifiques et des services technlgiques situés u nn dans leur prximité immédiate. Enfin il faut prêter une attentin sutenue à l'accmpagnement des prjets d'innvatin des entreprises et de leur financement, en prpsant une apprche glbale des prjets d'innvatin avec un appui financier depuis l'émergence du prjet jusqu'à la cmmercialisatin des prduits. Cet accmpagnement dit intégrer à la fis les aspects technlgiques et nn technlgiques des prjets : rganisatin, renfrcement des cmpétences internes dans l'entreprise, marketing, cmmercialisatin, stratégie d'entreprise pur cnduire le prjet d'innvatin. Page 28 sur 140

29 LES GROUPEMENTS STRATEGIQUES L écnmie burguignnne a lngtemps suffert d une insuffisante structuratin de ses filières, handicap pur le dévelppement de ses entreprises. Elle se caractérise par un tissu très diversifié, plus industriel et agricle que la myenne. Sn tissu entrepreneurial est structuré autur de petites u très petites entreprises. Depuis le schéma réginal de dévelppement écnmique (SRDE) de 2005, la structuratin de l écnmie burguignnne s est largement dévelppée. Cette structuratin et le dévelppement d une ffre d actins cllectives permettrnt aux entreprises de truver des répnses aux défis qu elles rencntrent. L anticipatin des mutatins écnmiques est aussi rendue pssible par cette structuratin, à travers la mise en place des Cntrats Prfessinnels de Prgrès et plus récemment le CAPéCO (Cntrat d Appui à la Cmpétitivité et à l évlutin des Cmpétences) qui intègrent les aspects frmatin prfessinnelle initiale et cntinue et qui permettent de répndre aux grands enjeux de demain. Quelques définitins précisent les cncepts de grappe d activité u cluster, secteur, filière : Grappe d activités u d'entreprises et cluster (Michael Prter) : ensemble d entreprises qui créent et entretiennent un système relatinnel ù elles snt à la fis cncurrentes et en situatin de cpératin, qui leur permet d augmenter leur pprtunité d affaires et de crissance. Filière : c est un cncept vertical qui désigne une chaîne d activité abutissant à un prduit u à une famille de prduits Secteur : c est un cncept macrécnmique qui crrespnd au regrupement d entreprises fabriquant des familles de prduits assez prches pur être cmmercialisés ensemble On entend par pôle un regrupement d activités résultant d une plitique vlntaire des acteurs. CARACTERISTIQUES DES GROUPEMENTS EN BOURGOGNE L Etat et le Cnseil réginal œuvrent cnjintement à la cnstitutin de grupements d entreprises autur d un métier, d un prduit u d un marché. Cette structuratin a pris au curs du temps des frmes diverses : DES FILIERES STRUCTUREES Les cntrats de prgrès, tujurs actifs et plus récemment les CAPéCO, définissent une stratégie de dévelppement cllectif qui repse d une part sur l analyse que la prfessin a réalisée avec une large cntributin des entreprises adhérentes et d autre part sur la cncertatin établie avec les puvirs publics pendant cette péride. Depuis 2005, 7 filières nt signé des cntrats de ce type avec l Etat et la Régin : Bis, IAA, NTIC, BTP, Pierre, Mécanique-métallurgie, Plasturgie. D autres secteurs fnt l bjet d un accmpagnement sans cntractualisatin : la filière autmbile et le secteur de l emballage. DES GRAPPES D ENTREPRISES En Burggne, 10 dssiers nt été dépsés à l appel à prjets Grappes de la DATAR fin Les quatre grappes labellisées snt réslument engagées sur des prgrammes cllabratifs de recherche et dévelppement et sur une ffre de prduits u services innvants à destinatin de marchés eurpéens en frte crissance. ACE - Agr Cmpsites Entreprises prpse des slutins industrielles cmplètes en industrialisatin des agr matériaux. Cinq prgrammes de recherche cllectifs snt déjà engagés. Page 29 sur 140

30 W4F - Wind Fr Future regrupe les acteurs de la filière élienne furnisseur de slutins glbales en énergie élienne identificatin de 10 prjets cllabratifs ptentiels. PPNMC Pôle de la Perfrmance Nevers Magny-Curs regrupe des entreprises des sprts mécaniques, des matériaux, du véhicule décarbné : réalisatin d un véhicule de piltage électrique avec prlngateur d autnmie. MECATEAM Cluster réunit les spécialistes de la maintenance des engins mbiles et en particulier du ferrviaire et crée une platefrme physique de services innvants. Par ailleurs, d autres grupements partageant la même ambitin snt sutenus par les puvirs publics : Pharmimage sur le dmaine pharmaclgie/santé, GA2B sur la gestin technique des bâtiments, Traçabilité Burggne sur le thème de la RFID, et d autres en maturatin sur le chanvre, la mécatrnique, le cntrôle nn destructif (CND), l image et l ingénierie numérique Ntns ici la place particulière du CND, puisque la Burggne cmpte 20% des entreprises françaises. A titre d exemple, Cluster sur la Gestin Active du Bâtiment en Burggne Le Cnseil réginal et l Etat nt mbilisé depuis 2010 leurs ressurces afin de structurer un cluster dédié à la gestin active du bâtiment et mbiliser une expertise sur sa viabilité. Une vingtaine d entreprises se snt regrupées pur participer au lancement du cluster en début d année C est en 2013 que le prgramme d actin rentrera dans sa dimensin pératinnelle. Le cluster aura à assurer sn indépendance dans une filière dminée par des grands grupes et les cntractants généraux et le dynamisme de ses PME vis-à-vis des plus grands acteurs de la filière. Il aura également vcatin à cnstruire une crédibilité technique d ensemble s appuyant sur la présence, au sein du cluster, de prfessinnels recnnus dans leur métier. Ce prjet s inscrit pleinement dans le cadre du PARI qui vise à dévelpper, faciliter des prgrammes innvants cllabratifs. Aussi, l accmpagnement financier est cnditinné à l existence d un triptyque Entreprise, recherche et frmatin vice et versa (u d un ptentiel), sur le mdèle des pôles de cmpétitivité qui s est mntré efficace pur assurer le mntage de prjets innvants. LES POLES DE COMPETITIVITE Initiée en 2005, la démarche de créatin des pôles de cmpétitivité cherche à dynamiser la recherche & dévelppement et à générer des innvatins prfitables à l'ensemble du tissu sci-écnmique lcal, et en renfrçant l attractivité et les capacités d exprt. Cela nécessite de réunir dans les prjets prtés par les pôles, dès leur naissance, les TPE, PME et ETI, des labratires de recherche publics u privés et des grands grupes. En Burggne, cette plitique a cnduit à la labellisatin de deux pôles de cmpétitivité : le Pôle Nucléaire Burggne dans le secteur de «la métallurgie et la mécanique lurdes pur le nucléaire» et le Pôle Vitagra dans le dmaine du «Gût, Nutritin, Santé». VITAGORA Ce pôle a cnstitué et mbilisé un puissant réseau de cmpétences en R&D autur de 3 dmaines d activité stratégiques : Le dévelppement du plaisir gustatif La préservatin du capital santé La préservatin de l envirnnement Depuis sa créatin, Vitagra s'est attaché à dévelpper des prjets cllabratifs et attractifs pur attirer les acteurs de l'agralimentaire et les faire adhérer. Cette apprche lui permet aujurd'hui de cmpter 153 adhérents, dnt 122 entreprises parmi lesquelles n dénmbre 82 PME et 12 ETI. Page 30 sur 140

31 Vitagra est un pôle établi sur les deux régins Burggne et Franche Cmté. 14 des prjets du pôle snt cfinancés par le FUI sur les 34 prjets industriels qu'il mène. De plus, à ce jur, 22 des 44 prjets de recherche snt financés par l'anr. Vitagra, «usine à prjets natinaux» Vitagra a présenté en 2011 un Prjet Structurant des Pôles de Cmpétitivité (PSPC), intitulé Open Fd System (OFS). Ce prjet retenu avec un budget ttal de 16,7 M, et prté par la sciété SEB vise à rapprcher la filière agralimentaire de celle des cntenus et services numériques autur de 2 prgrammes de recherche et d'innvatin cmbinant technlgies micrtechniques de pinte, traitement de l'infrmatin, services et cntenus numériques innvants : Un secnd prjet de plate-frme d'innvatin agr-envirnnementale ARTEMIS, sur le technpôle agrenvirnnement de Bretenière a été prpsé par Vitagra et retenue. La platefrme vise à répndre aux nuveaux défis de l'agriculture, rapprcher la recherche, l'industrie et les explitants agricles ; amplifier les initiatives relatives à l'élabratin de prduits agricles. Depuis 2010, Vitagra a étendu ses ambitins au dévelppement de prjets permettant de mettre le gût, le plaisir et le bien être au centre d'une alimentatin nutritinnellement équilibrée. Le pôle s'est ainsi psitinné sur l'alimentatin durable, le dévelppement du cuple prduits/prcess, le bien être humain et envirnnemental. Sa dynamique de prspectin s'est étendue au-delà de l'eurpe, au Japn, USA, Singapur... Cette rérientatin vers la santé a permis le dévelppement de partenariats avec plusieurs leaders dans ce dmaine et, au-delà, l'implantatin de centres de recherche à Dijn à l'exemple de : Merck qui en 2010, a mis en place sa plate-frme de l innvatin Recherche et Dévelppement Bin à Dijn, Senble qui a accéléré le regrupement de l ensemble de ses équipes Recherche et Dévelppement et qualité à Juy. SEB qui a finalisé l installatin de ses équipes de recherche et marketing à Selngey. Vitagra, «usine à crissance» L'évaluatin 2012 de la plitique des pôles a classé Vitagra parmi les pôles très perfrmants. Elle suligne les effrts réalisés depuis 2008, ntamment pur sa prfessinnalisatin et la mntée en puissance de la guvernance. Vitagra répnd pleinement aux bjectifs fixés aux pôles de cmpétitivité. Il présente : un mdèle écnmique financé à 50 % public et 50 % privé ; une animatin perfrmante avec une frte capacité à détecter des prjets ; une implicatin frte des PME : 42 % de PME adhérentes snt impliquées dans les prjets ; un caractère interréginal accentué ; une bnne plitique de cllabratin avec d'autres pôles (Agrimip, Valrial, Aquimer, ) ; une rientatin internatinale : cngrès annuel avec des participants internatinaux; une implicatin dans le Prgramme Investissements d'avenir (PIA). Vitagra est également à l'rigine de 213 créatins d'empli (dnt 71 issus des prjets financés) sur un bjectif de 369 emplis pur 2016, de 15 implantatins/créatins/relances d'entreprises sur les territires du pôle et 6 accrds de partenariats internatinaux. LE POLE NUCLEAIRE BOURGOGNE Le secteur «métallurgie-mécanique-nucléaire» représente près de emplis en Burggne. Frt d'une cncentratin unique au mnde de savir-faire en mécanique, métallurgie et chaudrnnerie de pièces de grandes dimensins appliqué au nucléaire mais aussi à d'autres marchés (aérnautique, ferrviaire...), le Page 31 sur 140

32 PNB fédère aujurd'hui plus de 150 adhérents dnt la mitié de PME principalement sur les bassins du Creust (71), de Chaln-sur-Saône (71) et de Mntbard (21). Le pôle a chisi de mbiliser ces cmpétences dans 4 dmaines d activité stratégiques : éc-réalisatin des cmpsants lurds de centrales nucléaires ; prcédés de cntrôle pur cmpsants haute perfrmance ; techniques de maintenance et de décnstructin en milieu hstile ; bétns nucléaires, génie civil et bâtiments sensibles. L implicatin frte du PNB dans les travaux du Cmité Stratégique de la Filière Nucléaire (CSFN) en fait un interlcuteur majeur des puvirs publics dans les plitiques énergétiques natinales, y cmpris dans les phases ultimes de démantèlement. Le pôle cherche à générer des fertilisatins crisées de façn à faire prfiter la filière nucléaire d'innvatins cnçues pur d'autres marchés et inversement de valriser sur d'autres marchés des innvatins issues du nucléaire. Les actins du pôle nt permis de préserver, dans le secteur industriel menacé de la métallurgie, envirn 3000 emplis. L évaluatin psitive du pôle Lrs de l évaluatin des pôles de cmpétitivité, le PNB a été classé parmi les pôles «perfrmants». Les évaluateurs nt recnnu : le travail imprtant mené par la guvernance, l équipe du pôle, mais aussi par tus les adhérents qui s investissent dans tus les prjets, actins et missins menées depuis l rigine. la clarificatin de la stratégie pérée dans les dernières années, sa mise en œuvre et le psitinnement du pôle cmme acteur clé de la filière nucléaire. l uverture vers d autres pôles pur dévelpper des c-labellisatins de prjets au service des fertilisatins crisées avec d autres secteurs industriels de pinte. la dynamique cllabrative pur dépasser la relatin entre grands dnneurs d rdres et sustraitants, très prégnante dans le nucléaire. Elle a aussi largement dépassé les frntières réginales en s appuyant sur des cmpétences cmplémentaires d autres régins. UNE METHODOLOGIE EPROUVEE A L APPUI DE LA STRUCTURATION Pur chacun des prjets cités ci-dessus, la méthdlgie d accmpagnement cncertée entre l Etat et la Régin, nécessite la réunin des éléments suivants en préalable à un accmpagnement financier public. la réalité d une vlnté cpérative équilibrée entre entreprises la définitin précise des bjectifs : prtent-ils sur la gestin d une crise, le dévelppement de marchés, le dévelppement de cuples prduits/marchés, le dévelppement d une lgique prduits innvants/marchés à frt ptentiel? les études de psitinnement (intelligence écnmique - benchmarking) les cllabratins externes recherchées (centres techniques, labratires réginaux, sus-traitants spécialisés ) la nature des travaux et résultats à capitaliser au sein de la structure cllective et ceux qui divent rapidement être gérés par une structure marchande. Cette démarche permet dans un premier temps une améliratin des prjets, dans un deuxième temps la mbilisatin graduelle de sutiens publics, natinaux u eurpéens. La SRI-SI permettra d affiner cette méthdlgie. Page 32 sur 140

33 Par ailleurs, il est pleinement recnnu que la fertilisatin crisée cnstitue le lieu de l innvatin, en particulier dans les PME. Il imprte dnc de faciliter et encurager tus les rapprchements, afin de susciter l émergence de nuveaux champs d innvatin. Ainsi tus les grupements devrnt dévelpper des rapprts réguliers entre eux mais aussi avec les pôles de cmpétences scientifiques. Ces rapprchements peuvent servir à identifier une stratégie d innvatin cllective et à créer des cmmunautés d intérêt. Depuis les cnstats initiaux, les entreprises burguignnnes, ntamment les PME, nt pris cnscience de l imprtante de l innvatin pur leur cmpétitivité et de la nécessité de juer cllectif ; le résultat de cette prise de cnscience est le succès des pôles de cmpétitivité remprté dans leurs évaluatins respectives, la cnstitutin de grappes et clusters. A ce jur, les tris axes suivants divent cnstituer les bjectifs appliqués de la régin Burggne pur les entreprises : - la pursuite du sutien aux start-ups et spin-ffs dans un but de créatins d emplis dans un terme raisnnable ; - le sutien aux entreprises leaders dans l innvatin avec une visin cllective/cllabrative pur un frt effet d entrainement du tissu industriel lcal; - le sutien aux entreprises qui n nt pas encre cumulé les deux facteurs de succès que snt prduits à valeur ajuté/marchés à frt ptentiel. Page 33 sur 140

34 CHAPITRE 3 : LA STRATEGIE REGIONALE D INNOVATION VERS LA SPECIALISATION INTELLIGENTE LES ENJEUX DE L INNOVATION EN BOURGOGNE Cmme il a déjà été mentinné plus haut, les enjeux de l innvatin en Burggne snt particulièrement cruciaux. Terre de traditin et de patrimine, la Burggne dispse d un tissu industriel très frt, cnstitué en très grande majrité de PME qu il faut accmpagner et inciter à innver pur être cmpétitives sur les marchés d aujurd hui et, plus encre, sur les marchés de demain. L ingénierie financière des prjets, cmplexe, dit être plus accessible aux entreprises. La créatin récente de la BPI dit servir de base à cet accès facilité. L innvatin en Burggne dit permettre de dévelpper la cmpétitivité des entreprises.et de les amener vers des technlgies d avenir et de haute technlgie, à frte valeur ajutée. L attractivité de la Burggne pur les chercheurs et pur les entreprises nécessite aussi des effrts de mise en visibilité des réalisatins lcales. Au regard du diagnstic du système réginal d'innvatin cnduit à partir de 2008 et actualisé depuis, la régin Burggne est cnfrntée à 9 enjeux majeurs, auxquels la stratégie réginale d'innvatin pur une spécialisatin intelligente devra répndre : L excellence de la recherche Le dévelppement des partenariats pur l'innvatin Le renfrcement des activités de valrisatin de la recherche publique et de leur impact sur le tissu écnmique L'accrissement de l'attractivité et de la visibilité de la régin et de sn ptentiel d'innvatin à l'internatinal L'élargissement du cercle des entreprises innvantes Le dévelppement des cmpétences pur l'innvatin La diffusin des technlgies clés génériques La participatin à la stratégie numérique de l'unin eurpéenne La définitin de dmaines de spécialisatin L EXCELLENCE DE LA RECHERCHE L innvatin est un pari risqué pur les PME qui n nt pas tujurs les myens nécessaires de prter leurs prjets. La recherche cnstitue un levier de crissance pur les entreprises. Elle est indispensable pur cnstruire l avenir de ns territires, et en sutenir la cmpétitivité et l attractivité. Renfrcer l excellence et la lisibilité de la recherche burguignnne sur des dmaines stratégiques, dans le cadre de la plitique de site 6, en lien avec les stratégies natinales (ANR, PIA, FUI, ) et eurpéennes (Hrizn 2020, ) s avère indispensable. Inciter les labratires à prter les candidatures aux appels à prjets natinaux, eurpéens et internatinaux cnstitue une vie de réussite. Pur ce faire, il cnvient également de dispser des infrastructures de recherche et d enseignement supérieur nécessaires pur assurer la perfrmance scientifique requise. 6 Définie dans la li ESR du 22 juillet 2013 Page 34 sur 140

35 LE DEVELOPPEMENT DES PARTENARIATS POUR L'INNOVATION Les relatins entre les labratires et les entreprises snt glbalement faibles et cncentrées sur quelques labratires et quelques entreprises réginales ; l'exprtatin des cnnaissances vers les entreprises ne se fait pas de manière ptimale. Les relatins entre les acteurs du transfert ne snt pas encre suffisamment crdnnées ni d'une intensité suffisante pur expliter les pssibilités de cpératin sur des dmaines à la crisée de plusieurs champs scientifiques, alrs même qu'il existe un ptentiel nn négligeable. Une dynamique cmmence à émerger entre les dmaines de la santé et de l'agr-alimentaire, et avec les sciences humaines et sciales. Cette dynamique mérite d'être amplifiée et dévelppée, et appliquée à d'autres dmaines de cmpétences. Il s'agit d'abrd de faire émerger et cnslider les partenariats entre recherche et entreprise, il s'agit aussi de cnstruire des passerelles entre les acteurs de l'accmpagnement des entreprises (spécialistes de l'innvatin u généralistes de l'entreprise) et entre les grappes d'activités u clusters. Dans ce dernier cas l'bjectif est clairement d'adsser les clusters à des cmpétences scientifiques, technlgiques et nn technlgiques (rganisatin de la prductin u du service, management envirnnemental, marketing, design, éccnceptin, etc.), afin d'intégrer et de diffuser l'innvatin au sein des PME. Le renfrcement des partenariats dit également s'inscrire dans une ptique d'uverture vers l'extérieur, ntamment au niveau interréginal, sur des prjets structurants à frte visibilité natinale et/u eurpéenne. Il s'agit dnc d'amplifier les partenariats en : Explitant davantage le ptentiel d'innvatin à la crisée de dmaines scientifiques et technlgiques et d'applicatins «marché» Suscitant des prjets cllabratifs et structurants au niveau interréginal et internatinal. Amplifiant les partenariats avec la Franche-Cmté, déjà frts en ce qui cncerne la recherche avec la créatin de l Université de Burggne Franche-Cmté en tant que cmmunauté d Universités cmme le prévit la li ESR. Ces partenariats divent aussi se traduire par des prjets cmmuns avec des entreprises des deux régins. Le pôle Vitagra purra servir de levier pur les secteurs qui le cncernent. LE RENFORCEMENT DES ACTIVITES DE VALORISATION ECONOMIQUE CONDUITES PAR LA COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE Le cnstat de départ est le même : la faiblesse des relatins entre le secteur privé et le mnde de la recherche publique qui n'a pas, en utre, encre intégré le réflexe de valrisatin écnmique de ses travaux. La faible prductin de brevets, d'entreprises innvantes issues de la recherche, u la faiblesse du secteur des entreprises de haute technlgie (dans l'industrie u les services) snt autant d'indicateurs de cette faible appétence pur les activités de valrisatin. Si l'encuragement aux activités de valrisatin de la recherche publique dit passer par une frte incitatin à nuer des partenariats entre labratires et entreprises cela dit également passer par l'amplificatin des actins visant à diffuser la culture de l'innvatin et de l'entrepreneuriat dans le mnde de l'enseignement supérieur et de la recherche (sensibilisatin, frmatin), ntamment à destinatin des étudiants du supérieur (IUT, écles d'ingénieurs, licences et masters) et des jeunes chercheurs. Cette incitatin s adresse également aux lycéens, au travers d actins de culture scientifique, technique et industrielle. Par ailleurs, l'intégratin du réflexe de valrisatin au sein du mnde de la recherche suppse d'une part, de renfrcer les myens de détectin des prjets de recherche à frt ptentiel de valrisatin des labratires, et d'autre part de les accmpagner dans leur phase de maturatin en s'appuyant ntamment sur les relais existants (CRT, PFT, Burggne Innvatin, incubateur réginal PREMICE, clusters). Au travers de la filiale de valrisatin de l Université ub-filiale, des structures de transfert des rganismes et de certaines écles, ainsi que du réseau de diffusin technlgique, la cmmunauté scientifique Page 35 sur 140

36 burguignnne dispse des utils nécessaires aux activités de valrisatin écnmique. La créatin de la sciété d accélératin du transfert de technlgie SATT Grand EST (SATT GE), est prévue pur la fin ctbre Cette SATT est multiréginale et réunit en sn sein tris universités pluridisciplinaires (UB, UFC, UL), deux universités de technlgie (UTT et UTBM) et deux Ecles d ingénieurs (ENSMM, Agrsup Dijn). Le CNRS et l INSERM snt également actinnaires de la SATT. Cmme les autres SATT de France, la SATT GE a pur missins principales la détectin et la maturatin de prjets issus du mnde académique, la prpriété intellectuelle et tut u partie de la recherche cntractuelle des établissements. L incubateur Premice vient en aval de la SATT pur accmpagner les prjets de créatin d entreprises issus du mnde académique. Il s'agit ici de renfrcer la valrisatin écnmique de la recherche publique en : Intégrant le réflexe «valrisatin» dans la stratégie des labratires (y cmpris ceux du dmaine des SHS) Détectant et accmpagnant les prjets de recherche dans leur maturatin Stimulant la créatin d'entreprises innvantes issues de la recherche et l'esprit d'entreprise L'ACCROISSEMENT DE L'ATTRACTIVITE ET DE LA VISIBILITE DE LA REGION ET DE SON POTENTIEL D'INNOVATION VIS-A-VIS DE L'EXTERIEUR La Burggne est cnfrntée à un déficit de visibilité de sn ptentiel scientifique et technlgique, tant sur sn territire qu'en dehrs. Les effectifs de recherche cnnaissent une crissance mdérée, le flux des srties d'étudiants du supérieur titulaires d'un diplôme de dctrat, d'un master u d'un diplôme d'écle d'ingénieurs est relativement faible traduisant l'attractin qu'exercent les centres universitaires d'ile de France et de Rhône-Alpes. Par ailleurs, la faible spécialisatin de l'écnmie réginale, le manque relatif d'entreprises de services à frte valeur ajutée, et la faible recnnaissance des cmpétences technlgiques existantes en Burggne (sauf exceptin) ffrent un envirnnement peu prpice pur attirer des cmpétences et des activités innvantes. L'enjeu d'attractivité et de visibilité se situe à plusieurs niveaux : Il relève en premier lieu de la vlnté des acteurs de la recherche et du transfert de mieux s'rganiser pur prpser une ffre scientifique et technlgique chérente, lisible et accessible à tus. Il repse en secnd lieu sur la capacité des acteurs de la recherche et du transfert à s'uvrir aux partenariats hrs régin et à s'insérer dans les réseaux internatinaux et eurpéens de cnnaissances afin de capter les cmpétences ù elles se truvent et de nuer des partenariats extérieurs à la régin. Par ailleurs, il relève d'une plitique de sutien aux grupements stratégiques afin de mieux psitinner la Burggne sur des niches technlgiques et/u des niches de marché à plus frte ajutée (innvatin de marketing par exemple). Il relève aussi de la vlnté des entreprises et des labratires burguignns à s inscrire dans la dynamique de spécialisatin intelligente. Il est nécessaire d'accrître l'attractivité de la régin : Amélirer la visibilité et l'accès (endgène et exgène) à l'ffre scientifique, technlgique et technic-cmmerciale des entreprises et des labratires Psitinner la régin sur des niches technlgiques u de marché à frte visibilité natinale et internatinale Ouvrir et accmpagner les acteurs de l'innvatin à l'internatinal Page 36 sur 140

37 L'ELARGISSEMENT DU CERCLE DES ENTREPRISES INNOVANTES Le nmbre d'entreprises innvantes est relativement limité. Les entreprises se placent trp suvent sur une psitin de rattrapage technlgique par rapprt à leur cncurrence et à leur marché. Par ailleurs, de frtes demandes snt exprimées en matière d'accmpagnement financier, d'appui technlgique et d'appui aux cmpétences pur la cnduite des prjets d'innvatin. Il s'agit principalement de multiplier le nmbre d'entreprises innvantes et dnc de : Diffuser largement la culture de l'entrepreneuriat et de l'innvatin Accmpagner les entreprises dans les démarches d'innvatin nn technlgiques Détecter les entreprises à frt ptentiel Prpser une ffre de service structurée et étffée à l'entreprise et à ses besins de curt myen et lng terme Sutenir la cmmercialisatin des innvatins Expérimenter des prjets piltes d'innvatin LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR L'INNOVATION La Burggne est cnfrntée à un déficit de matière grise. La ressurce humaine est glbalement peu qualifiée, la part des ressurces humaines travaillant dans les secteurs de haute technlgie est faible. Les effectifs de recherche se stabilisent à peine, et les jeunes srtis du secndaire nt tendance à quitter la régin pur pursuivre leurs études supérieures u bien, une fis diplômés, pur truver un empli. Par ailleurs, les entreprises n'nt pas tujurs les cmpétences en interne pur maîtriser tus les aspects de la cnduite des prjets d'innvatin, en particulier leurs aspects nn technlgiques (stratégie marketing, impact du prjet innvant sur l'rganisatin de l'entreprise, stratégie de prpriété intellectuelle, négciatin des accrds de cnsrtium). L'enjeu du dévelppement des cmpétences pur l'innvatin est dnc fndamental. Il cnditinne la capacité de la régin à retenir les persnnels qualifiés et à renfrcer les cmpétences existantes dans les entreprises. Il cnditinne également la capacité de la régin à attirer de la ressurce humaine qualifiée extérieure et des activités de haute technlgie. Il cncerne plus spécifiquement tris niveaux distincts : Pur la recherche : faire en srte que les chercheurs intègrent le réflexe de valrisatin (cf. supra) par de la sensibilisatin et de la frmatin à l'entrepreneuriat et à l'innvatin. Pur les entreprises : dnner la pssibilité d'accéder à des ressurces humaines qualifiées (frmatin, recrutement, cnseil). Ces cmpétences cncernent la réalisatin technique des prjets d'innvatin, l'ingénierie et le management du prjet. L'intégratin de diplômés du supérieur et de jeunes chercheurs dans les entreprises est ntamment un puissant levier pur diffuser et dévelpper l'innvatin. Pur les structures d'accmpagnement : dévelpper les cmpétences des persnnels des structures de transfert et de valrisatin (les CRT, PFT, ub-filiale, Burggne Innvatin, Pôles de Cmpétitivité, etc.) et des structures généralistes d'accmpagnement des entreprises (cnsulaires, syndicats prfessinnels). Il s'agit de parvenir à une lecture cmmune de l'innvatin et de dévelpper une ffre glbale d'accmpagnement des prjets d'innvatin. Pur dévelpper les cmpétences pur l'innvatin, les actins suivantes sernt menées : Inciter les labratires de recherche à cntractualiser avec des entreprises, en particulier des PME burguignnnes Page 37 sur 140

38 Permettre aux entreprises d'accéder facilement à des cmpétences scientifiques ntamment par l'intégratin les diplômés du supérieur dans les PME Attirer des cmpétences sur le territire Prfessinnaliser le réseau des acteurs de l'innvatin pur un service plus efficace DIFFUSER LES TECHNOLOGIES CLES GENERIQUES DANS LES ENTREPRISES La Cmmissin eurpéenne a défini une stratégie unique pur les Key Enabling technlgies (KET) u technlgies clés génériques afin d expliter au mieux le ptentiel de l Unin Eurpéenne sur les marchés cmpétitifs. «Les technlgies clés génériques snt un dmaine à frte intensité de cnnaissances assciée à une frte intensité de R&D, à des cycles d innvatin rapides, à des dépenses d investissement élevées et à une main-d œuvre hautement qualifiée. Elles snt prpices à l innvatin de prcessus, de prduits et de services dans l ensemble de l écnmie et présentent un intérêt systémique. Elles snt multidisciplinaires car elles tuchent à de nmbreux dmaines technlgiques, avec une tendance à la cnvergence et l intégratin. Les technlgies clés génériques peuvent aider les entreprises à la pinte de la technlgie dans d autres dmaines à tirer parti de leurs effrts en matière de recherche». Sur la base de recherches actuelles, d analyses écnmiques des tendances du marché et de la cntributin de ces technlgies à la réslutin des prblèmes de sciété, la micrélectrnique et la nanélectrnique, la nantechnlgie, la phtnique, les matériaux avancés, la bitechnlgie industrielle et les technlgies de fabricatin avancées nt été définis cmme les technlgies clés génériques. Elles cnstituent la clnne vertébrale de ntre écnmie, de ns prduits industriels. La maîtrise de ces technlgies jue un rôle de premier plan dans la gestin du passage à une écnmie de la cnnaissance à faibles émissins de carbne. Les technlgies clés divent être diffusées, et pur cela il cnvient de : Perfectinner la crdinatin pur une meilleure chérence des plitiques et stimuler l'échange de bnnes pratiques. Prcéder à un diagnstic détaillé des frces et des faiblesses du système réginal d'innvatin à l égard des technlgies clés génériques Sutenir l apprpriatin de ces technlgies par les entreprises, ntamment les PME. PARTICIPER A LA STRATEGIE NUMERIQUE DE L'UNION EUROPEENNE La stratégie numérique pur l Eurpe cnstitue l'un des sept piliers de la stratégie Eurpe 2020 qui fixe des bjectifs pur la crissance de l'unin eurpéenne d'ici à Cette stratégie numérique prpse de mieux expliter le ptentiel des technlgies de l'infrmatin et de la cmmunicatin afin de favriser l'innvatin, la crissance écnmique et le prgrès en agissant sur les thématiques suivantes : réaliser le marché unique numérique, accrître l'interpérabilité et les nrmes, cnslider la cnfiance et la sécurité en ligne, prmuvir un accès internet rapide et ultrarapide pur tus, investir dans la recherche et l'innvatin, favriser la culture, les cmpétences et l'intégratin numérique, tirer parti d' une utilisatin intelligente de la technlgie pur la sciété. Le dmaine du numérique a cnnu de nmbreuses évlutins tant au niveau des usages que de celui des réseaux de cmmunicatins électrniques. De nmbreux services numériques se snt dévelppés. Ces services numériques cnstituent un facteur de la cmpétitivité de ns régins en termes de veille, d'utils de cpératin inter-entreprises et de mise en relatin directe et plus efficace avec les partenaires publics. Le dévelppement anarchique de ces services dit laisser place à la définitin d'une stratégie cmmune de services numériques aux entreprises. L évlutin du prgramme réginal «Burgne numérique» va dans ce sens. Page 38 sur 140

39 Cette révisin réalisée en cncertatin avec l ensemble des acteurs de la cmmunauté du numérique (60) a permis d actualiser le rôle et les mdalités de l interventin de la Régin dans sn actin de sutien au dévelppement des usages numériques à travers «Burggne numérique 2». Le prgramme «Burggne numérique 2» est ainsi basé sur les suggestins qui se snt dégagées de la cncertatin, et qui nt semblé à ce titre les plus priritaires. Le prgramme Burggne numérique 2 a pur but de favriser le dévelppement des usages du numérique les plus pertinents sur le territire réginal en accmpagnant les prteurs de prjets numériques, et qui explitent au mieux les utils et services les plus avancés autur des thématiques suivantes : culture et turisme, écnmie numérique, éducatin-frmatin-empli, lieux d accmpagnement numérique, pen data, télémédecine. L Etat, le cnseil réginal de Burggne, les quatre cnseils généraux et la caisse des dépôts et cnsignatins, nt élabré la stratégie de chérence réginale pur l aménagement numérique des territires de la Burggne (SCORAN). Elle définit les rientatins stratégiques en matière d aménagement numérique et décrit la visin partagée du dépliement du très haut débit (THD). Cette stratégie sert de cadre de référence pur les initiatives à visée plus pératinnelle que snt ntamment les schémas directeurs d aménagement numérique (SDAN). LA DEFINITION DES DOMAINES DE SPECIALISATION Au milieu des années 2000, l Unin eurpéenne s interrge sur sa cmpétitivité et ntamment l écart de cmpétitivité entre l Unin eurpéenne et les États-Unis. Un grupe d experts (Knwledge fr Grwth), émet l hypthèse que la réductin de cet écart passe une «spécialisatin intelligente» des États-membres et des régins de l Unin eurpéenne. La «spécialisatin intelligente» est une déclinaisn à l échelle des régins des théries des écnmistes et des gégraphes de l innvatin sur «l avantage cncurrentiel» (Prter), la «chaîne de valeur» et les rendements d échelle dans une écnmie glbalisée (Krugman). L ambitin est de définir à l échelle de chaque territire une stratégie de spécialisatin intelligente pur la recherche et l innvatin adaptée à ses atuts et ses cntraintes, au service des bjectifs eurpéens en matière de recherche-dévelppement, d innvatin et de cmpétitivité. La spécialisatin intelligente fait partie intégrante de la nuvelle stratégie de l Unin Eurpéenne, Eurpe 2020, pur une crissance intelligente, durable et inclusive qui incite ntamment à une cncentratin des financements ntamment sur Recherche & Dévelppement &Innvatin et à une ptimisatin des crédits eurpéens investis. La spécialisatin intelligente est un prcessus de sélectin visant une pririsatin et une cncentratin des ressurces sur un nmbre limité de dmaines d activités et secteurs technlgiques ù une régin dispse d un avantage cmparatif, au niveau mndial, et susceptibles de générer de nuvelles activités innvantes qui cnfèrernt aux territires, à myen-terme, un avantage cncurrentiel dans l écnmie mndiale. Page 39 sur 140

40 CHAPITRE 4 : LES DOMAINES DE SPECIALISATION BOURGUIGNONS Les réflexins menées jusqu'à présent en Burggne de façn cncertée avec l ensemble des acteurs de l innvatin nus nt cnduits à établir deux types de prirités, d une part des prirités transversales identifiées dans des axes transversaux (AT) et d autre part des dmaines stratégiques (DS), qui prtent les prirités thématiques réginales. Pur ces dernières, les dmaines identifiés snt ceux pur lesquels il existe une adéquatin réginale entre le mnde de la recherche, l'écsystème de l'innvatin et le mnde de l'entreprise. L ensemble est résumé dans le tableau suivant : LES AXES TRANSVERSAUX Ils snt cmmuns à tus les dmaines stratégiques ; il s agit ici des TIC, des technlgies génériques, de la diffusin de la culture d entreprendre, de la culture scientifique. Ils nt été définis dans la SRI 2010 : mbilisatin des cmpétences nuvelles, lien recherche-entreprises. Ils snt fndamentaux dans le cadre des changements sci-écnmiques en curs : transitin énergétique, nuvelles écnmies, nuveaux cmprtements, nuveaux cntextes. Ils snt définis cmme suit : AT 1 : NOUVEAUX COMPORTEMENTS, NOUVELLES ECONOMIES L écnmie sciale et slidaire représente un mde d entreprise fndé sur une guvernance cllective et démcratique. L écnmie sciale et slidaire vise à allier perfrmance écnmique et intérêt général. Par ailleurs, les entreprises de l ESS nt des activités de prductin de biens et de services qui génèrent des Page 40 sur 140

41 returs psitifs pur la sciété. Ces entreprises représentent établissements emplyant 10,8 % de l effectif salarié burguignn ( salariés ; 1,3 milliard d eurs de rémunératins brutes). L écnmie de prximité recuvre les ntins d écnmie présentielle, centrée sur la satisfactin des besins vitaux des ppulatins et une écnmie lcale à dminante prductive, fndée sur la rencntre entre activités écnmiques sur un même territire. Le dynamisme écnmique d un territire dépend de l équilibre entre les deux pans de cette écnmie. Ces entreprises apprtent des répnses dans la lutte cntre le chômage, la préservatin de l envirnnement,... L écnmie numérique et les usages qui en déculent mdifient les façns de penser et d agir des cnsmmateurs. Aussi il est indispensable d anticiper des nuveaux cmprtements et méthdes de cnsmmatin et inventer des prduits en adéquatin à ces besins. A ce titre le lien entre le dmaine agr alimentaire et l ingénierie numérique se cnstitue en Burggne. Le vieillissement de la ppulatin est un des phénmènes majeurs de cette première mitié du XXIème siècle. Cmpte tenu de sn ampleur, il aura des retentissements sur l ensemble des pans de la sciété (écnmique, scial et plitique). Ce phénmène, régulièrement abrdé sus l angle exclusif des charges induites ntamment par le dévelppement de la dépendance, peut cnstituer des pprtunités de dévelppement. Par exemple, les pensins de retraites présentes sur un territire cnstituent des revenus alimentant l écnmie dmestique (prductin de biens et de services ne s adressant à une demande purement lcale). La Burggne cmpte un nmbre plus imprtant que les autres régins de persnnes répndant à ces caractéristiques. Dévelpper ces revenus sur le territire peut dnc cnstituer une pprtunité de dévelppement de l écnmie dmestique. Face au changement climatique, à l épuisement des ressurces, il cnvient d envisager un changement qui permette de préserver ntre planète tut en cnciliant prgrès scial et perfrmance écnmique. Les innvatins dans les dmaines de l énergie et de l envirnnement, appliqués aux secteurs du bâtiment, de la mbilité, de la prductin et de la cnsmmatin durable, de l urbanisme, de l agriculture et de l alimentatin, appellent des évlutins prfndes dans le rôle de l usager u du cnsmmateur à travers l essr d une écnmie du partage par exemple. AT 2 : DEVELOPPEMENT ET MISE EN RESEAU DES COMPETENCES AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE Inciter, susciter, accmpagner les partenariats pur l innvatin cnstitue un véritable enjeu transversal à tus les secteurs. La Burggne dispse d un système de recherche dévelppé et structuré ; l interdisciplinarité entre ces pôles de recherche, encre insuffisante, ffre des pprtunités. Par ailleurs, la cpératin interréginale, en particulier avec la Franche-Cmté, représente une pprtunité et dit se dévelpper afin que les équipes de recherche atteignent une masse critique, un raynnement et une attractivité suffisants. Les entreprises réginales utilisent mdestement les cmpétences des labratires de recherche et dévelppent en général leur innvatin en interne, à l exceptin de quelques PME issues de la recherche. Les partenariats public/privé snt encre limités; le travail de détectin de prjets d innvatin au sein de la recherche peut largement se dévelpper. Le dispsitif de transfert cuvre les principales filières de l écnmie réginale ; centres de transfert et platefrmes de services technlgiques juent un rôle imprtant dans l accès à la technlgie, mais leurs relatins avec la recherche demeurent hétérgènes. Page 41 sur 140

42 AT 3 : DIFFUSION DES TECHNOLOGIES CLES, DE L INGENIERIE NUMERIQUE, DE LA CULTURE DE L ENTREPRENEURIAT ET DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET INDUSTRIELLE La diffusin de la culture scientifique, technique et industrielle est à l'intersectin de plusieurs enjeux : accès de tus les cityens à la science, dévelppement du gût des plus jeunes pur la science, valrisatin du patrimine scientifique et technique,... La régin dispse de cmpétences spécifiques relatives à l ingénierie numérique, recnnues dans des dmaines diversifiés : santé, industrie, transprts, agriculture, image, patrimine, ntamment. Il s agit d irriguer ces cmpétences à l ensemble du tissu entrepreneurial réginal. Chaque dmaine stratégique identifie des prirités nécessitant l usage de technlgies numériques. En particulier l usage de l image, de la réalité virtuelle, de partage intelligent et sécurisé de dnnées snt autant de pssibilités que les prteurs de prjets divent s apprprier pur en favriser le dévelppement. Les entrepreneurs cnstituent un mteur déterminant du dévelppement écnmique par les innvatins qu ils réalisent, les industries nuvelles qu ils lancent, les emplis qu ils créent, Le manque d esprit d entreprise est suvent pinté parmi les faiblesses françaises alrs même que l envie de devenir sn prpre patrn apparaît cmme une aspiratin frte parmi les Français. Ce manque d esprit d entreprise peut s expliquer entre autres par une mécnnaissance des pprtunités et des pssibilités ffertes par la créatin/ reprise d entreprise. L esprit d entreprise se cnjugue désrmais avec une respnsabilité sciale et envirnnementale accrue. Il est imprtant de créer un envirnnement prpice à l émergence et à l implantatin de l'entrepreneuriat et des valeurs entrepreneuriales, ainsi qu à la recnnaissance de la cntributin des entrepreneurs à leur territire. LES DOMAINES STRATEGIQUES La descriptin de chaque dmaine stratégique est le résultat d une cnsultatin des cmmissins thématiques qui se snt tenues à partir du mis de septembre Elles nt travaillé sur la base d une fiche d évaluatin cnstruite sur les bnnes pratiques identifiées. Ces cmmissins se snt réunies au minimum à tris reprises avec pur bjectif de valider les étapes suivantes : dresser l état des lieux, identifier les défis et cnstruire la chaine de valeur, identifier les niches futures et faciliter leur émergence. Des réunins cmplémentaires se snt tenues à l initiative des membres des cmmissins thématiques. Tris des cinq axes thématiques retenus par le partenariat snt issus directement des activités des pôles de cmpétitivité présents en Burggne. Pur chacun des dmaines stratégiques, une cartgraphie fine est en curs de définitin, ntamment sur les aspects cncurrentiels et sur les pssibilités de cllabratins interréginales. La descriptin des dmaines ci-dessus reste dnc encre à affiner. Pur chacun des dmaines stratégiques, il cnvient de préciser les «niches» d excellence et de cmpétitivité. Le cahier des charges cmprtant les critères d appréciatin qui permettrnt de sélectinner les prpsitins est en curs de rédactin. 34 plans industriels Il est cnvenu entre les partenaires de pursuivre le travail cllabratif au-delà de ce dcument, les mdalités en sernt abrdées dans le chapitre 4, qui traite de la guvernance de la stratégie réginale. Pur aider à la lecture des chiffres mentinnés ci-dessus, rappelns que le nmbre d emplis salariés de Burggne est d envirn (hrs administratins publiques), et que le nmbre de chercheurs et enseignants chercheurs du public d un peu plus de Le financement glbal de l Agence Natinale de la Page 42 sur 140

43 Recherche représente en ,8 M dnt presque la mitié finance des prjets nn thématiques (ANR blanc). Page 43 sur 140

44 DOMAINE STRATEGIQUE 1 : QUALITE DE L ENVIRONNEMENT, DES ALIMENTS ET DE L ALIMENTATION AU SERVICE DU BIEN-ETRE DES CONSOMMATEURS Ce dmaine stratégique apparaît cmme une évidence dans le paysage scientifique et écnmique burguignn. Il bénéficie depuis lngtemps de frces significatives en termes de recherche et d entreprises, cmpétitives au plan natinal et internatinal, cmme en atteste l existence du pôle de cmpétitivité Vitagra, de la filière Vigne et Vin de Burggne, incnturnable, et du dynamisme des industries agralimentaires. L riginalité de ce dmaine stratégique repse sur l existence du cntinuum entre la recherche, le transfert et les entreprises, et également du cntinuum entre la prductin de l aliment, cmpris dans sn envirnnement au sens large (climat, sl, pratiques culturales), de ses qualités gustatives et de sn impact sur la qualité de la vie, le bien-être et la santé. Objectifs thématiques de l Unin eurpéenne Renfrcer Recherche, Dévelppement Technlgique et Innvatin Amélirer l accès aux TICs, utilisatin/qualité Amélirer la cmpétitivité des PME Evluer vers une écnmie sbre en carbne S adapter aux changements climatiques, gérer les risques Prtéger l envirnnement et bien gérer les ressurces Transprt durable et infrastructures des réseaux clés Prmuvir l empli et sutenir la mbilité dans le travail Prmuvir l inclusin sciale et cmbattre la pauvreté Educatin, frmatin au lng de la vie, cmpétences Fnctinnement des institutins et administratins Les enjeux Dans un cntexte ù le cnsmmateur devient de plus en plus exigeant et ù le marché mndial crît frtement (+5%/an), la ntin d alimentatin durable recuvre une série d enjeux majeurs, à l interface entre plusieurs impératifs cntemprains : la nécessité de s inscrire dans des systèmes de prductin et de cnsmmatin «durables», tant sur le plan écnmique et scial que vis-à-vis de l envirnnement et de la santé de l individu, tut en préservant le gût des aliments et la diversité culturelle de l alimentatin, le tut en prenant en cmpte les enjeux liés à la transitin éclgique et énergétique. Cela implique de : - repenser les mdèles de prductin actuels en s interrgeant ntamment sur l impact envirnnemental de la prductin agricle et industrielle, l évlutin de la demande du cnsmmateur en matière de prduits issus de l agriculture, mais aussi sur une meilleure répartitin de la valeur entre les acteurs de la chaîne de valeur agralimentaire (agriculteur/industriel/distributeur) ; - apprter des répnses en matière de plitiques publiques de santé, d éducatin au gût, de préservatin de l envirnnement et de sutien au dévelppement des filières écnmiques alimentaires et à l aménagement des territires ruraux (fncier agricle, ). Parmi les principaux enjeux d innvatin auxquels snt cnfrntées les entreprises pur rester cmpétitives à l échelle internatinale, n peut citer : - La cnnaissance des marchés natinaux et mndiaux pur adapter les prduits aux gûts des cnsmmateurs issus d autres cultures et régins du mnde, Page 44 sur 140

45 - L adaptatin aux nuveaux usages de cnsmmatin, à travers des ntins telles que la praticité, la nutritin / santé, l individualisatin des régimes alimentaires, - L adaptatin des prduits et des prcédés à de nuvelles règlementatins, en particulier sur les aspects envirnnementaux u sur la traçabilité. - Le dévelppement des nuvelles technlgies : le bm internet ffre des pssibilités d innvatin marketing et rganisatinnelles, dans la présentatin et la distributin des prduits. Des expériences innvantes, avec des sciétés cmme SEB, mntrent qu il existe des pprtunités de dévelppement (cf. p 8 le prjet OPENFOODSYSTEM). - Le recrutement de cmpétences pur innver dans un secteur qui peine à recruter. L enjeu majeur du DS1, tel qu identifié par le pôle de cmpétitivité VITAGORA, est celui de l alimentatin durable. Les bjectifs de ce pôle, dnt les activités s exercent sur un «territire» cmprenant les régins Burggne et Franche-Cmté et assciant des clusters agr-alimentaire franciliens, se déclinent en tris dmaines d actin qui crrespndent à des dmaines de cmpétences à la fis technlgiques et nn technlgiques : - Gût (préférences et cmprtements alimentaires, qualités rganleptique des prduits ) - Préservatin du capital santé (nutritin ciblée, prbitiques et bien-être intestinal ) - Prductins agricles et alimentaires plus respectueuses de l envirnnement Tris marchés snt visés : les prduits alimentaires transfrmés, les appareils de préparatin et cuissn culinaires et les cmpléments alimentaires. Dans ce cadre, les principaux bjectifs d innvatin technlgiques et nn technlgiques du pôle snt les suivants : - Dévelpper des prduits et services adaptés aux ppulatins cibles du pôle (Enfants, Senirs, Sprtifs ) - Cncevir des prduits et appareils de cuissn permettant d ptimiser la qualité rganleptique des aliments - Cmprendre les déterminants alimentaires des cnsmmateurs - Dévelpper des prduits permettant de réguler la prise alimentaire - Frmuler des nuveaux prduits fnctinnels basés sur l usage de micrrganisme d intérêt et de mlécules biactives - Cncevir des systèmes intelligents permettant de garantir une qualité ptimale des prduits alimentaires Ainsi, en s adssant au ptentiel de RDI du grand campus dijnnais, un cntinuum de cmpétences existe en Burggne pur permettre aux entreprises de fabricatin de prduits alimentaires (2 e transfrmatin), d appareils de préparatin et de cuissn u encre de cmpléments alimentaires de générer de la valeur ajutée tut au lng de la chaîne de prductin (figure 1). L innvatin en matière d alimentatin durable jaillira en effet de la capacité à mettre au pint des prduits à la fis bns au gût, pur la santé et pur l envirnnement. Pur cela, il y a un enjeu à criser les dmaines de cmpétences des acteurs du DS. Il s agit de déclisnner l apprche pur identifier de nuveaux espaces de marchés trans-sectriels et qui asscient de façn hybride différents types de prduits et services. La filière viti-vinicle et les acteurs scientifiques assciés nt une place particulière dans le DS1. Les enjeux auxquels ils snt cnfrntés snt de garantir la pérennité de la renmmée mndiale du vignble et de Page 45 sur 140

46 ses prductins, dans un cntexte particulier très majritairement axé sur l'ffre plutôt que la demande, et ù l'humain est au centre du prcessus d'élabratin. Il y a dnc une nécessité abslue de cmprendre et d'accmpagner les chix stratégiques des différents acteurs à tus les stades, de l'élabratin à la cmmercialisatin, du sl jusqu'à la buteille. Fin 2010, le plan «Amplitude 2015» signé par tute la filière des vins de Burggne incarne l engagement de cette filière pur le dévelppement durable. Sn bjectif : faire des vins de Burggne la référence mndiale des vins «issus d une viticulture durable». Tutes les parties prenantes de la filière y snt intégrées : viticulteurs, négciants, furnisseurs, mais aussi labratires de recherche, centres de frmatin, cllectivités, chambres d agriculture, financeurs, etc. Psitinnement stratégique du DS1 Défis prpres au DS Les entreprises du secteur agralimentaire snt cnfrntées à de nmbreux défis. L industrie agralimentaire française est le premier secteur industriel français avec un CA de 157 Mrd (en 2011) et le 2 ème emplyeur industriel avec plus de salariés. C est une industrie frtement exprtatrice, avec 6,8 milliards d eurs d'excédent cmmercial en Mais si la France représente encre 6% des exprtatins mndiales, elle a récemment chuté au quatrième rang des exprtateurs mndiaux, derrière les Etats-Unis, les Pays-Bas et l Allemagne, après avir été le premier pays exprtateur mndial pendant 20 ans. Page 46 sur 140

47 La cmpétitivité du secteur passe ainsi tut d abrd par l acquisitin d une taille critique, permettant aux entreprises de se déplyer à l internatinal. Le défi est particulièrement imprtant avec deux milliards de persnnes supplémentaires à nurrir dans les 30 années à venir. Le marché mndial affiche une crissance de 5% par an depuis 2000 et sera structurellement demandeur à lng terme, sus l effet de cette pussée démgraphique. Le deuxième défi qui en décule pur rester cmpétitifs sur ces marchés mndiaux est clairement celui de l innvatin. Si ns entreprises n nt pas à rugir en matière d innvatin (l enquête Agreste 2010 mntre que plus de 60% des entreprises de l agr-alimentaire nt déjà innvé), il reste cependant beaucup de chemin à parcurir : une étude eurpéenne a analysé la part des investissements dédiés à la R&D dans 15 secteurs industriels et a mntré que les IAA se classaient dernier avec 1% seulement, cntre 20% pur l autmbile, 3% pur l ensemble des industries françaises et 25% pur les entreprises du cluster Fd Valley aux Pays-Bas. Il y a une dnc véritable marge de prgressin. En régin, les entreprises des IAA cnnaissent la même baisse de la cmpétitivité qu au niveau natinal : stagnatin de la marge brute et érsin du taux de valeur ajutée sur ces dernières années. Les jeunes entreprises peinent à se dévelpper malgré un taux de survie relativement bn (les entreprises de mins de 12 ans représentent 36 % des entreprises, mais seulement 5 % du CA). Pur relever le défi d innvatin du DS1, les acteurs du Grand Campus Burguignn et le pôle VITAGORA prpsent de pursuivre et dévelpper une démarche uverte, repsant sur le déclisnnement et la fertilisatin crisée entre différents secteurs d activité pur stimuler l innvatin aux interfaces, grâce à des crisements hybrides permettant la mise au pint de nuveaux cncepts prpsant de nuvelles valeurs d usage aux cnsmmateurs. Une alimentatin durable dit tut à la fis (figure 2): - préserver le plaisir gustatif, - préserver le capital santé, - préserver l envirnnement. Pur relever ces défis, la Burggne dispse des cmpétences requises pur dévelpper des slutins cmplètes qui intègrent différents types de prduits (prduits alimentaires, cmpléments alimentaires, ), des services aux cnsmmateurs, des équipements, des lgiciels Le défi burguignn de l agriculture intelligente passe par le dévelppement d utils d imagerie de précisin dans l ptique d une diminutin des intrants, d une détectin précce des maladies et de l augmentatin de l efficience des cultures. Il s agit là ntamment de favriser le prttypage et l expérimentatin de systèmes embarqués afin de permettre aux rganismes de recherche de valider leur travaux en cnditins réelles et aux cnstructeurs de dévelpper des prduits intégrant les nuvelles technlgies de l imagerie servant la prductin tant agricle que viticle. Page 47 sur 140

48 Défis technlgiques et scientifiques La prductin viticle fera l bjet d une attentin particulière. La filière viti-vinicle burguignnne est expsée à plusieurs défis majeurs : d rdre écnmique, technique u symblique. Pur répndre à l enjeu d assurer la pérennité de la renmmée mndiale du vignble et de ses prductins, une dynamique cnjinte et frte des acteurs de la recherche, de la frmatin et du transfert est nécessaire. Les défis technlgiques et sciétaux snt d envergure et nt pur cibles la qualité, l'identité et l écnmie du vin. Pur ce prduit dté d un capital culturel imprtant et dnt il cnviendra de maintenir la haute valeur ajutée, il s agira d assurer le maintien de la bidiversité, la préservatin de l envirnnement et du patrimine, la maitrise de l xyd-réductin des vins, la lutte cntre les nuvelles maladies des plants de vigne, la gestin des cnséquences du réchauffement climatique à tus les stades de la prductin/cnsmmatin. En utre, l'innvatin repsera également sur la cnceptin d'indicateurs de qualité (micrbilgiques, métabliques, physicchimiques ), de traçabilité/authentificatin, de stratégies de cmmunicatin et de prescriptin, de réapprpriatin d'identifiants culturels et sensriels cmme autant d'utils décisinnels pur les différents acteurs de la filière. Prise en cmpte des axes transverses de la SRI-SI Axe transverse 1 : Nuveaux cmprtements, nuvelles écnmies - Généralisatin de la traçabilité pur une diminutin du risque (ntamment en matière agr-alimentaire) et une augmentatin de la qualité des prduits (Transversalité avec les DS 2 et 3). Cet aspect est Page 48 sur 140

49 particulièrement imprtant pur un prduit à haute valeur ajutée tel que le vin. L existence d un grupement d entreprises autur du cluster traçabilité vient également renfrcer cet axe (transversalité avec le DS 2) - Dévelppement de la silver ecnmy, que ce sit en matière d alimentatin, d emballages intelligents, d emballages intelligents, de santé dans les sens très larges du terme, mais aussi de mbilité. L existence d un pôle gérntlgie inter-réginal vient renfrcer cet axe (Transversalité avec les DS 3 et 5). La Burggne est la 4 ème régin de France en termes de part de ppulatin âgée et 2 ème en nmbre de persnnes âgées de plus de 60 ans. Les entreprises recensées à ce jur dans le secteur de la silver écnmie snt au nmbre d envirn 40, dnt 3 avec des activités liées au DS1 - Répnses à la transitin éclgique par la prise en cmpte de l empreinte éclgique des prductins alimentaires : réductin de la cnsmmatin d énergie, des ressurces en eau, alternatives aux prtéines animales et réductin des gaspillages alimentaires. Les caractéristiques des matériaux plymères et cmpsites permettent également de cntribuer à la transitin éclgique dans le dmaine de l emballage alimentaire : recyclabilité, prcess faiblement énergivre, minimisatin de l impact du transprt (Transversalité avec les DS 2 et 4) Axe transverse 2 : Dévelppement et mise en réseau des cmpétences au service de la cmpétitivité - Dévelppement d une platefrme de crwdfunding (financement participatif) pur permettre aux prjets de dévelppement de truver les financements nécessaires à leur prttypage. Transversalité avec tus les DS) - Mise en place d une base de labratire d usages permettant aux acteurs industriels et de la recherche d étudier les nuveaux cmprtements des cnsmmateurs et des usagers (mdes de fnctinnement, prcess, habitudes alimentaires, gûts, ) afin d innver en fnctin de l attente et du besin de l utilisateur (Transversalité avec tus les DS) Dans le dmaine spécifique de la vigne et du vin, l'ambitin du Pôle «Burggne Vigne et Vin» prté par l Université de Burggne est précisément de prpser une crdinatin d'un réseau de cmpétences autur d'actins de recherche, de frmatin et de transfert dans le dmaine de la vigne, qui sit identifiant de la Burggne. Cette crdinatin sera particulièrement pertinente dans le cadre de la mise en réseau de différents sites expérimentaux répartis sur le territire réginal (existants u à venir) et des scientifiques travaillant aussi bien sur la micrbilgie et la bichimie des sls, la physilgie de la plante, la climatlgie, la micrbilgie et la physic-chimie du vin, la sensrialité, que sur l'histire, la cmmunicatin u l'écnmie, afin d'élabrer des stratégies intégrées et cmpétitives, adaptées aux différents types de structures vitivinicles. Axe transverse 3 : Diffusin des technlgies clés, de l ingénierie numérique, de la culture de l entrepreneuriat et de la culture scientifique, technique et industrielle La mise au pint de «Systèmes intelligents», dnt une cmpsante ingénierie numérique (hard et sftware), le dévelppement du «Culinaire numérique» et «l applicatin des SHS à l alimentatin» (figure 2) snt particulièrement représentatifs de l axe transverse 3. Un prjet illustre de manière particulièrement frte cet axe : il s agit du grand prjet de R&D structurant OPEN FOODSYSTEM, à la cnjnctin de plusieurs filières : la filière agr-alimentaire, l électrménager et celle des cntenus et services numériques. Ce prjet, cnstruit en partenariat par les pôles de cmpétitivité VITAGORA et Cap Digital, cmbine hardware et sftware, technlgies micrtechniques de pinte, traitement de l infrmatin, services et cntenus numériques innvants. Les briques cnstitutives de la chaîne de valeur prpsée par les acteurs (cf. Figure 3) du DS1 snt : 1) l agriculture 2) La 1è transfrmatin Page 49 sur 140

50 3) La 2è transfrmatin, inclus le cnditinnement et le packaging 4) Le cnsmmateur et l usager Les enjeux d innvatin cncernent alrs : - les rendements : la qualité (tant de la prductin que de l envirnnement) et la quantité - la qualité et la sécurité des aliments - la cnjugaisn du gût, de la nutritin et de la santé à tut âge - les aspects éducatifs Deux marchés snt précisément adressés : les prduits et les cmpléments alimentaires. Chaîne de valeur (atuts et cmpétences) Dynamiques burguignnnes : Recherche Le Grand Campus dijnnais pssède un cntinuum de cmpétences unique en France et en Eurpe assciant des expertises allant de l envirnnement au cnsmmateur en passant par l'agr-éclgie pur le maintien d un envirnnement de qualité, la furniture d'aliments et une alimentatin de qualité favrable tant pur le bien-être que pur la santé du sujet, qu il sit cnsidéré cmme cnsmmateur u cmme patient. L articulatin de ces thématiques et la visibilité internatinale des équipes fnt de ce dmaine stratégique un puissant identifiant du Grand Campus et de la Burggne. Ce dmaine stratégique regrupe des équipes de Page 50 sur 140

51 l Université de Burggne, d AgrSup-Dijn, du CHU, du CNRS, de l INRA et de l INSERM sur un site unique. Cette unité de lieu favrise les interactins entre équipes et la mutualisatin des myens réunis au sein de platefrmes mutualisées et de prjets structurants tels : pur les platefrmes : Chemsens (Aliment, sensrialité, cmprtement alimentaire), DimaCell (Dispsitif interréginal en Imagerie Cellulaire), GenSl (ressurces génétiques des cmmunautés micrbiennes des sls), PPHD (Phéntypage à haut débit des plantes), Gélgie, Géchimie et Minéralgie, CRB Ferdinand Cabanne, MSH (Pôle gématique et cartgraphie ; Service de numérisatin et bases de dnnées), Pôle de Simulatins Climatiques du CRC - pur les prjets structurants (PIA) : ANAEE-S, PeaMust, Phenme Les dmaines de la qualité et du respect de l'envirnnement dans sn acceptatin bitique et abitique et de la prductin d aliments de bnne qualité nutritinnelle, sensrielle et sanitaire s inscrivent dans une dynamique de structuratin du Grand Campus engagée à travers : - la cnstitutin à terme de cinq grandes unités de recherche pur le cntrat : UMRs Agréclgie, Bigésciences, Centre des Sciences du Gût et de l Alimentatin Prcédés alimentaires et Micrbilgiques, et Centre de Recherche INSERM - la cnstructin d un Institut Carnt (Qualiment) et l existence de structures telles que le Pôle Burggne Vigne et Vin (BVV) structuré en Grupement d'intérêt Public (GIP), le GIS Agrale, le pôle de cmpétitivité Vitagra et la filiale de valrisatin de l Université de Burggne (Welience) aujurd hui cnstituée en SATT qui dispse de 2 halls de technlgie alimentaire et d un hall de bitechnlgie. Les acteurs de la recherche et de l innvatin du DS1 s attachent à étudier les cmpsantes bitiques et abitiques du cntinuum air-sl-eau. Cmpte-tenu de l'imprtance des services délivrés (prductin agricle, bifiltratin de l'eau, stckage du carbne dans les sls, réductin de prductin des gaz à effet de serre, préservatin d'espaces de lisir, ), le dévelppement d utils d évaluatin et de prédictin représente un enjeu majeur pur l'alimentatin, la santé et le bien-être de la ppulatin. Au-delà du diagnstic, les recherches en curs dans le dmaine de l'agréclgie visent à dévelpper une ingénierie éclgique impliquant des systèmes de prductin à faibles intrants et de gestin du territire (éclgie du paysage) qui permettent de minimiser les antagnismes entre services (prductin agricle / qualité de l'eau; stckage de carbne dans les sls pur réduire la teneur en CO 2 de l'atmsphère / minéralisatin de la matière rganique du sls pur furniture d'éléments minéraux aux plants,...). Il s agit aussi de dévelpper une agriculture à haute perfrmance envirnnementale assurant une prductin de qualité en quantité suffisante et favrisant les services ecsystémiques favrables à l envirnnement. Cette ingénierie repse sur une meilleure cnnaissance et valrisatin de la bidiversité et des interactins entre cmmunautés d'rganismes vivants (en particulier plantes et micrrganismes). Les recherches sur la qualité des aliments et de l'alimentatin menées à Dijn vnt de la technlgie alimentaire à la qualité sensrielle de l aliment et sn impact sur le cnsmmateur. Il est ainsi imprtant de mieux cmprendre la structuratin de matrices alimentaires durant des prcédés industriels et la relatin entre la structure (u les mécanismes de structuratin) et la dynamique mléculaire dans ces matrices, y cmpris les phénmènes de transfert ; ceci afin de frmuler de nuveaux prduits alimentaires présentant des fnctinnalités ciblées (pains spéciaux, films d emballage actifs, systèmes d encapsulatin de mlécules actives, ) et le dévelppement de nuveaux prcédés culinaires (cuissn, texturatin, armatisatin, ). En ce qui cncerne les prcédés micrbilgiques, les recherches en curs prtent sur la cmpréhensin des mécanismes de résistance des micrrganismes aux différents stress rencntrés lrs de leur prductin (séchage, xydatin, chaleur, frid ) u de leur utilisatin (acide, éthanl..). Cette recherche permet ntamment de stabiliser des prbitiques et des ferments technlgiques viables sus frme déshydratée u cngelée, et également de prpser de nuveaux prcédés permettant de décntaminer les pudres alimentaires. L étude de micr-rganismes immbilisés sur des supprts bitiques, abitiques u en bifilms Page 51 sur 140

52 est aussi une vie explrée pur des applicatins bitechnlgiques (prductin de bimasse, prductin de mlécules d intérêt, effet immun-mdulateur, décntaminatin de surfaces). Par ailleurs, les cmprtements alimentaires des cnsmmateurs snt en grande partie dépendants des qualités rganleptiques des aliments. Il s agit alrs de mieux appréhender les mécanismes physicchimiques, mléculaires, cellulaires, cmprtementaux et psychlgiques qui sus-tendent la perceptin sensrielle des aliments et les déterminants de l alimentatin. Les études vnt de la libératin des mlécules, de la matrice alimentaire, au cmprtement du cnsmmateur, en passant par l ensemble des mécanismes bilgiques à la base de la perceptin sensrielle et du cntrôle du cmprtement alimentaire. Les mdificatins de ces mécanismes en fnctin des cnditins physilgiques (dévelppementvieillissement, expérience, culture) u physipathlgiques (diabète, bésité, cancer ) snt envisagées. Ces apprches nécessitent l acquisitin de cnnaissances nuvelles dans les dmaines suivants : - Caractérisatin et fnctinnement des envirnnements abitique (incluant le climat) et bitique, et de leurs interactins - Bidiversité et relatins bidiversité-fnctins-services écsystémiques - Agr-éclgie - Viticulture - Circulatin et adaptatin des micrrganismes entre l envirnnement et l hmme - Prcédés alimentaires et micrbilgiques - Oenlgie - Répnses des cellules micrbiennes aux stress envirnnementaux et technlgiques - Structuratin des matrices alimentaires - Maitrise de la qualité micrbilgique du vin - Détectin sensrielle et sn impact sur le cmprtement du cnsmmateur - Absrptin des nutriments et régulatins métabliques - Cnséquences physipathlgiques sur l immunité, le cancer, les pathlgies culaires liées à l âge et aux désrdres métabliques et les maladies cardi-métabliques. Le dévelppement du DS1 se fait également en étrite synergie avec les deux dmaines de recherche de l ub centrés sur la santé. L envirnnement de vie du sujet et l alimentatin snt au cœur du DS1 et des déterminants imprtants de la santé de l individu. Snt cncernés par le DS1 deux des 6 dmaines structurants de recherche de l ub : «Aliments et Envirnnement» et «Vigne et Vin». CHIFFRES CLES Persnnels de recherche publics 400 Frmatins supérieures (diplômes) 3 licences, 3 licences prfessinnelles, 7 Masters 1, 12 Master 2 (8 pr, 2 recherche, 2 mixtes), 1 frmatin d ingénieurs (spécialités agralimentaire u agrnmie), le Diplôme Natinal d Oenlgie 2000 étudiants (dnt 400 étudiants en master, 600 étudiants ingénieurs) Ecnmie Page 52 sur 140

53 Grupements existants - VITAGORA : pôle de cmpétitivité «Gût-Nutritin-Santé» classé parmi les 20 premiers pôles français ayant btenu la mentin «très perfrmant» (tus secteurs cnfndus) lrs de l audit natinal de 2012, et 1er pôle agralimentaire français - Bureau Interprfessinnel des Vins de Burggne (BIVB) qui présente une réelle expertise dans la cnnaissance et l analyse des marchés des vins, cnduit des actins de cmmunicatin très ciblées, maîtrise parfaitement la cnnaissance des prblématiques techniques de la filière, avec un chiffre d affaires direct de la filière viticle de 1,3 Md. La Burggne est la régin la plus exprtatrice de France (en myenne 50%), avec une prductin de 200 millins de buteilles. La valeur des exprtatins des vins de burggne représente plus de 9% de celle des exprtatins de la Burggne tus prduits cnfndus entreprises qui travaillent les ha en prductin et cmmercialisent 200 millins de buteilles. - Package In Burggne en partenariat avec le CEPIEC (Centre d expertises et de prmtin des industries de l emballage et du cnditinnement) : cette filière burguignnne représente un CA de 1,8 Md (7 ème régin française) avec près de emplis, dnt 85% lcalisés en Côte d Or et en Saône et Lire. Les entreprises snt au nmbre de 300, dnt 67 % du CA est généré par des grands grupes industriels de la filière, cntre 51,8% à l échelle natinale. La Burggne est la 1ère régin de France pur l emballage métallique et la 3ème pur l emballage bis. - Allizé plasturgie Burggne : grupement représentatif de la typlgie des entreprises burguignnnes pur prpser dans le secteur de la plasturgie une visin partagée et une plitique de dévelppement pur la filière. Il accmpagne près de 80 entreprises - Nicéphre Cité Image et Sn : SEM basée à Chaln sur Saône, un de ses dmaines d applicatin étant l imagerie pur la viticulture et l agriculture de précisin. Spécialités numériques cncernées : utilisatin des technlgies de l image pur la limitatin des intrants, une culture plus efficace et mins plluante, le cntrôle des cultures et des aliments. Acteurs industriels : BOBARD, LAUPRETRE, GROSJEAN. Partenaires : Nicéphre Cité, ADERC, AgrSup, Chambre d Agriculture, BIVB, Lycées Viticles de Beaune, Vinipôle, Pôle Réginal Vigne et Vin (BVV), INRA, LE2I, FREDON, CRECEP, IUVV, VITAGORA, DRAAF. - Artémis : platefrme d Innvatin Agrenvirnnementale (PIAE) dnt l bjectif est d expérimenter des systèmes de cultures innvants pur prduire «plus et mieux» à travers des itinéraires techniques innvants qui visent ntamment à limiter le recurs aux intrants. - Pôle de Gérntlgie Interréginal (PGI) Burggne-Franche-Cmté : pôle dédié à l'améliratin de la qualité de vie et de la santé des senirs au travers d actins s adressant tant à la recherche, qu à l innvatin et à la prise en charge et autnmie des senirs. Parmi ses partenaires, le PGI cmpte les grands grupes industriels et les PME, les labratires de recherche, les établissements d enseignement supérieur, les institutins, les cllectivités, les prfessinnels de santé, les acteurs du maintien à dmicile, les assciatins d usagers, les établissements d hébergement pur persnnes âgées et les établissements en lien avec la gérntlgie. Page 53 sur 140

54 - Cluster traçabilité : assciatin regrupant les entreprises burguignnnes des dmaines de la traçabilité et la RFID. Les dmaines d interventin du cluster, en lien avec le DS1 snt : 1) la maîtrise d œuvre glbale pur les prjets d ingénierie mécanique, électrique, autmatisme, rbtique, infrmatique, 2) le piltage et la traçabilité des prcessus industriels, et suivi de prductin, 3) la gestin de l'identificatin des prduits jusqu à l'infrmatin des cnsmmateurs (Internet, smartphne), 4) l étude et la réalisatin d'applicatins de traçabilité et d'autmatismes, 5) le dévelppement de slutins infrmatiques adaptées (agr-alimentaire, emballage) Dynamiques burguignnnes : Entreprises Emplis CIR (2010) établissements (emballage : 270 entreprises) emplis (IAA emplis, agriculture, viticulture, plasturgie 5 000, emballage 9 700) 1,4 M (5% CIR réginal) Page 54 sur 140

55 Marché mndial Marché eurpéen Marché français Burggne AGROALIMENTAIRE milliards (+5% par an) 1er prducteur : Etats- Unis, 2ème France, 3ème Danemark 1er exprtateurs : Pays- Bas, Allemagne, Etats- Unis, France 800 milliards d eurs 157 milliards d eurs entreprises salariés 73 % TPE (<20 salariés) 1er secteur industriel français 45 milliards eurs d exprt, slde cmmercial excédentaire (7 milliards en 2011, grâce aux bissns alclisées et aux prduits laitiers, les autres prduits snt déficitaires) 2ème prducteur eurpéen et 5ème mndial, 4ème prducteur mndial 16 pôles de cmpétitivité : dnt un en Burggne (Vitagra) 2,8 milliards d eurs (2% du marché français) 324 entreprises (dnt 107 de + de 20 salariés) salariés (3% des effectifs français) 16ème régin française 1ère régin pur les cndiments, 2ème pur la meunerie, 3ème pur la préparatin de jus de fruits et légumes, 4ème pur la prductin de viandes de vlaille, 5ème pur les prduits laitiers. 1,2 millins exprt (30 %) sur USA (19 %), Ryaume-Uni (14 %) et Japn (11 %) VITICULTURE Prductin mndiale de 280 millins d hectlitres Cnsmmatin mndiale de 230 millins d hectlitres ( milliards de buteilles), en crissance régulière (+9% par an) 107 milliards de dllars Etats-Unis (12% de la cnsmmatin mndiale), Italie (11%) et France (10%) Cnsmmatin en crissance : Chine (+22%) et Russie (+37%) Prductin française de 55 millins d hectlitres en diminutin (70 M en 1999) Premier prducteur mndial (20%) devant Italie, Espagne et Etats-Unis Premier exprtateur mndial devant l Italie mais PDM en diminutin 8 milliards d exprt en 2006 (année recrd) : 27% Brdeaux, 16% champagnes, 1, 5 millins d hectlitres sit 200 millins de buteilles (3% de la France) ¼ des AOC françaises ha en viticulture bilgique sur hectares explitatins dnt 30 cpératives, 300 négces et dmaines 1,3 milliard de chiffre d affaires En myenne 50% d exprt, régin la plus exprtatrice de France, 60% en blancs 15% de la ppulatin active ( emplis directs, indirects) Prjets cllabratifs existants : Prgramme Dénminatin Objectifs Page 55 sur 140

56 PIA (4) PeaMUST ANAEE-S PHENOME 2 ECOTROPHELIA FARINE + VITALIMSENIOR QUALIVIVANT EMAC PROBIOTIQUES Bitechnlgies pur l'agriculture et l'alimentatin/génmique et sélectin - prjet sur le pis prtéagineux Réseau intégré de platefrmes expérimentales, de platefrmes analytiques et de myens de mdélisatin tus dédiés à la bilgie des écsystèmes cntinentaux. Créatin du centre français de phénmique végétale Trphées étudiants de l innvatin alimentaire Ptentiel nutritinnel et sensriel des prduits de panificatin tut au lng de la filière Blé / Farine / Pain Préventin et traitement de la prise de pids par des actifs crrespndant à des cmbinaisns de micrnutriments et à incrprer dans des nuveaux prduits Répnses aux enjeux de la filière fruits et légumes (pmme de terre) par une alternative bisanitaire Mise au pint d emballages actifs en plymères «bisurcés» capables d interagir de façn intelligente avec un cntenu agralimentaire Mise au pint des prduits finis prbitiques aux effets démntrés chez l hmme et garantissant aux cnsmmateurs une satisfactin ttale en terme de bénéfices santé, d inncuité, de qualité et de praticité d utilisatin FUI (16) FIJUS-RAISOL SAVEURS- VAPEURS SYMPPA Dévelppement d une nuvelle gamme de jus de raisins à valeurs nutritinnelles amélirées : teneur en sucre réduite, richesse en plyphénls, acidité maîtrisée Nuveaux prcédés de cuissn-vapeur permettant une ptimisatin des saveurs et des qualités rganleptiques et nutritinnelles Mise au pint, dévelppement et industrialisatin d une nuvelle génératin d actifs pur prpser une micr-nutritin précise et adaptée au syndrme métablique NUTRICE Améliratin des qualités nutritinnelles de ratins alimentaires à base de riz, de céréales et de légumineuses, avec ptimisatin des qualités rganleptiques dans le respect des préférences alimentaires SATIAROME Frmulatin de deux gamme de yaurts («prêts à cnsmmer» et «prêt à fabriquer») brassés, enrichis en principes actifs naturels ayant un impact sur le rassasiement, la satiété et le bien-être CLOVIS Répnses aux risques induits par les cntraintes climatiques et variétales et par les évlutins législatives, en dévelppant de nuveaux plants de vigne, aux caractéristiques diversifiées et mins sensibles aux maladies F-PARIS Dévelppement d une nuvelle génératin de cmpléments alimentaires à effet psitif pruvé sur le SII (Syndrme de l Intestin Page 56 sur 140

57 Irritable) chez l hmme, btenus à partir d une nuvelle suche de bactérie à activité anti-inflammatire BALI Evaluatin et mesure du bien-être lié à l alimentatin : dévelppement d une méthdlgie multidimensinnelle permettant de renfrcer les dssiers de demande d allégatin et d ptimiser la sélectin des prduits agralimentaires en dévelppement avant le passage en phase clinique VALECO² Valrisatin des cprduits agralimentaires et plastiques pur dévelpper et mettre sur le marché la première gamme de prduits de salaisns éc-cnçus de l'aliment à l'emballage ECOSILO Dévelppement d une alternative innvante de prtectin raisnnée, substitutive du traitement préventif et systématique, en répnse à la cntaminatin des grains par des insectes lrs du stckage ANR avec industriels (6) ( ) FP 7 (16) M VOLIO DESIRABLE ECOSEC FOOD-REDOX SAFEFOODPACK DESIGN SECURIVIANDE WHEAFI BIAMFOOD BIOMINTEC QUALIREDFRUITS VINTAGE VITISENS HABEAT TERIFIQ Mise en place d une stratégie durable et particulièrement innvante de valrisatin de prduits et cprduits issus de la transfrmatin du sja (d rigine française et garanti nn OGM) Cnceptin d'une biraffinerie d'insectes pur cntribuer à des systèmes agralimentaires plus durables Réductin de l impact envirnnemental des pératins d hygiène dans les ateliers agr-alimentaires réfrigérés par une utilisatin ptimale de la déshumidificatin de l air Maîtrise des flres pathgènes et d altératin des prduits alimentaires grâce à une utilisatin raisnnée du ptentiel d xydréductin Mdélisatin mléculaire et simulatin pur maîtriser la sécurité des systèmes d emballage alimentaires dès leur cnceptin Stratégies préventives de la cancérgenèse clrectale en prductin et transfrmatin des viandes Evaluatin des prpriétés anti-inflammatires de différentes surces de fibres alimentaires du grain de blé Amines bigéniques dans les aliments traditinnels issus de la fermentatin Biminéralisatin : nuvelles stratégies en nanbitechnlgies Nuvelles pratiques agricles pur prductin de fruits ruges de qualité Gestin des vignes pur une utilisatin des ressurces ptimisée Détectin rapide de la flavescence drée phytplasme dans les vignes Facteurs déterminants et pérides clés pur la frmatin des habitudes alimentaires dans la petite enfance : une apprche pluridisciplinaire Réduire les niveaux de sel, sucre et matières grasses dans les Page 57 sur 140

58 prduits alimentaires de tus les jurs PURE MYCORRAY NU-AGE LEGATO OPTIFEL LOVE-TO-HATE METAEXPLORE ECOFINDERS ECOFUN- MICROBIODIV Réduire l utilisatin et les risques liés aux pesticides dans les explitatins agricles en Eurpe Instrument de micr-matrice pur le cntrôle effectif des maladies fngiques de la vigne en Eurpe Régimes adaptés aux besins spécifiques des persnnes âgées Légumineuses pur l agriculture de demain Prduits alimentaires ptimisés pur les ppulatins âgées Pesticides : chance u malédictin pur la cmmunauté micrbienne du sl? Métagénmique pur la biexplratin Indicateurs de la bidiversité et de la fnctin éclgique dans les sls Develpment and evaluatin f innvative tls t estimate the ectxiclgical impact f lw dse pesticide applicatin in agriculture n sil functinal micrbial diversity Prjets R&D réginaux du PARI (14) Pôle Agr-Alimentaire Envirnnement : 10 prjets avec les UMRs CSGA, PAM, Bigésciences, Agréclgie, dnt un prjet pluridisciplinaire (sciences de la vie et SHS) Pôle Santé-STIC : 1 prjet (cnsrtium avec SSTIC, AGRALE et SMT sur la dynamique membranaire inter-règnes) Pôle Sciences des Matières et Techniques : 2 prjets (Biplastiques et Ingénierie Mléculaire pur l Envirnnement) Rappelns tut d abrd que VITAGORA est un pôle tri-réginal Burggne Franche Cmté Ile de France et que de nmbreuses actins d innvatin snt menées de manière cnjinte par les partenaires burguignns, francs-cmtis et franciliens. Pur accrître la visibilité de ses membres et leur présence à l internatinal, le pôle est à l rigine du réseau français F2C Innvatin (avec AGRIMIP, AQUIMER et VALORIAL) et de la créatin du WFIN (Wrld Fd Innvatin Netwrk), alliance de plusieurs clusters u centres scientifiques d excellence présents en Eurpe. Des partenariats nt déjà été cnclus par VITAGORA avec des pôles de cmpétitivité franciliens (Cap Digital, Csmetic Valley) dans une lgique de cpératin inter-filières. D autres partenariats existent avec Qualiméditerranée, Plastiplis, Materalia, Véhicule Du Futur, Micrtechniques, IAR, Alsace bivalley. Une actin frte est menée en Asie pur faire naître des cllabratins technlgiques permettant d investir de nuveaux espaces de marché : partenariats avec 2 clusters japnais, la Fndatin Nastec de Hkkaid et le Kyushu Bi Cluster. VITAGORA s est également rapprché de Fdplis, le cluster agralimentaire natinal sud-créen. Le rapprchement des régins Burggne et Franche-Cmté est effectif au travers de la cmmunauté d universités et d établissements en curs de cnstitutin. Le CSGA se rapprche aujurd hui des Universités de Wageningen (Pays Bas) et de Cpenhague pur cnfrter sn envergure eurpéenne et mettre en réseau les cmpétences. Sn inscriptin, avec également l UMR PAM, dans l Institut Carnt QUALIMENT (Qualité de l alimentatin) l amène à cllabrer avec plusieurs régins françaises : Ile de France et Grand Ouest sur les prcédés alimentaires, Auvergne sur la nutritin. Page 58 sur 140

59 La stratégie de dévelppement à l internatinal du pôle VITAGORA se cnstruit en cmplémentarité avec les actins menées par les acteurs réginaux et natinaux, en charge du sutien à l exprtatin des PME. Cette stratégie cible tris marchés clés : Marchés ciblés par le dévelppement à l internatinal de VITAGORA Synergie avec d autres initiatives natinales et eurpéennes : Le Ministère du Redressement Prductif prpse 34 «plans de recnquête» pur dynamiser l industrie française sur des secteurs ù les marchés mndiaux snt en crissance et pur lesquels ntre pays dispse des technlgies, des savir-faire industriels et des cnnaissances académiques de pinte. Parmi ces 34 dmaines, un dmaine s inscrit directement dans les prirités du DS 1 : Prduits innvants pur une alimentatin sûre, saine et durable. Par ailleurs, la Cmmissin eurpéenne vient de lancer Hrizn Ce dernier dnne une plus grande imprtance aux - Leadership industriel eurpéen au travers de 6 technlgies clés génériques - Défis sciétaux au travers de thématiques interdisciplinaires La cmplémentarité vulue par l Eurpe entre les différents dispsitifs de sutien à l innvatin permet de favriser les passerelles entre les différents fnds pur financer des prjets. Pur ce DS 1, n retruve ainsi principalement : - Parmi les technlgies clés : les bitechnlgies (d une certaine manière) - Parmi les défis sciétaux : le défi 2 «Sécurité alimentaire, agriculture et fresteries durables, recherche marine et maritime et sur les eaux intérieures et bi écnmie»cntributins (écrites, liste des structures / cntacts, listeparticipants Structures cntributives : Université de Burggne, AgrSup Dijn, CHU, INRA, UMR Agréclgie, UMR CSGA, CNRS Délégatin Centre-Est, BIVB, Nicéphre Cité, ADERC, CCI Burggne, Filière Emballage (Package in Burggne), VITAGORA, Allizé Plasturgie. Nm des cntributeurs : Page 59 sur 140

60 NOM Prénm Structure Blch Gabriel Nicéphre Cité Bretilln Linel UMR CSGA Breuillet Christphe VITAGORA Curjn Daniel CNRS Délégatin Centre-Est Dumas Mnique CHU Etiévant Patrick INRA Gambu Isabelle CCI21-CEPIEC Gervais Jean-Philippe BIVB Guzz Jean Université de Burggne Kseda Anne Filière Emballage (Package in Burggne) Lemanceau Philippe UMR Agréclgie Maréchal Pierre-André AgrSup Dijn Pénicaud Luc CSGA Peteuil Rmain ADERC Rbert Guillaume Allizé Plasturgie Ségala André BIVB Vial Grégry CHU Vlle Laurent CCI Burggne Page 60 sur 140

61 DOMAINE STRATEGIQUE 2 : MATERIAUX ET PROCEDES AVANCES POUR DES APPLICATIONS SECURISEES Ce dmaine, également très imprtant pur la Burggne, dit puvir se hisser au meilleur niveau. Secteur histrique ntamment dans le sud Burggne et dans le nrd de la Côte d Or, il réunit un grand nmbre d entreprises de métallurgie et cntrôle nn destructif. Suvent anciennes, ces entreprises cnstituent un tissu assez divers et le nmbre de PME est très imprtant. Elles dispsent de cmpétences incnturnables qui nt amené la cnstitutin, avec les grands grupes industriels, du Pôle Nucléaire de Burggne. Plus récemment le cluster Wind fr Future a été créé. Par ailleurs les entreprises cncevant et élabrant des matériaux et les prduits qui en snt issus se snt rassemblées, cmme en témignent la grappe d entreprises ACE et le dynamisme de la filière plasturgie. Dans ce dmaine il cnvient de mieux utiliser le ptentiel des entreprises pur générer de la crissance, en particulier dans le dmaine du cntrôle nn destructif. Les entreprises «histriques» du secteur de la métallurgie divent s apprprier les nuvelles technlgies ntamment pur ce qui cncerne les prcédés de fabricatin fiabilisés. La duble questin de la reprise d entreprises et de leur évlutin technlgique, cruciale dans ce dmaine, dit être adressée. Objectifs thématiques de l Unin eurpéenne (en gras ceux dans lesquels le présent DS s inscrit) Renfrcer Recherche, Dévelppement Technlgique et Innvatin Amélirer l accès aux TICs, utilisatin/qualité Amélirer la cmpétitivité des PME Evluer vers une écnmie sbre en carbne S adapter aux changements climatiques, gérer les risques Prtéger l envirnnement et bien gérer les ressurces Transprt durable et infrastructures des réseaux clés Prmuvir l empli et sutenir la mbilité dans le travail Prmuvir l inclusin sciale et cmbattre la pauvreté Educatin, frmatin au lng de la vie, cmpétences Fnctinnement des institutins et administratins Enjeux (analyse prspective, ambitins à 5 u 10 ans) y cmpris si besin sur les thèmes des axes transverses) et défis prpres au DS Les enjeux majeurs prtés par ce dmaine stratégique (DS) snt, d une part, la mise au pint de matériaux et prcédés répndant aux besins du marché : écrespnsables (prcédés d élabratin, cycle de vie), perfrmants, intelligents, et, d autre part d bjets u de prduits répndant aux exigences du marché, ntamment en termes de sécurité fiabilité, traçabilité. Les ressurces et les matières premières se raréfient : nus allns devir mieux utiliser les matériaux et ce plus lngtemps ; cela nécessite des cmpétences en ptimisatin de frme, calcul et dimensinnement de structures, sus sllicitatins cmplexes et/u sévères, cmprtement mécanique en fatigue, mécanique de l endmmagement, mécanique des matériaux hétérgènes, apprches multi-échelles, cuplages multiphysiques afin de prendre en cmpte les cnditins extérieures auxquelles sernt plus sensibles les matériaux bidégradables par exemple. Le dévelppement des matériaux et prcédés à l échelle nanmétrique (nantechnlgies) est appelé à générer des innvatins majeures pur tut le secteur industriel. Le dévelppement de capteurs de très petite taille, le cuplage des différentes frmes de cntrôles intelligents à tutes les étapes du prcédé de fabricatin des prduits, vire leur intégratin au sein même Page 61 sur 140

62 du matériau est en effet un enjeu particulier, puisque permettant le dévelppement de nuveaux cncepts de prduits traçables, répndant aux besins d authentificatin, de lutte cntre la cntrefaçn u de diagnstic médical par exemple. L ptimisatin des prcédés, l intégratin de technlgies phtniques et numériques, l utilisatin des innvatins mentinnées ci-dessus snt autant d éléments pur cncevir des usines prêtes à affrnter les défis du futur. Les matériaux métalliques et les études et marchés de la métallurgie suffrent encre d un déficit d attractivité, lié ntamment aux pertes d empli des années Un des enjeux prtés par ce DS est de renfrcer ce secteur afin nn seulement de ne pas perdre d emplis, mais aussi de répndre aux besins des entreprises de ce secteur en emplis hautement qualifiés, et d amener les PME classiques à des niveaux d innvatin qui leur permettent d affrnter la cmpétitin internatinale. Enjeux prpres au dmaine stratégique : Les enjeux réginaux prtés par ce DS snt de plusieurs rdres, utre les répnses technlgiques aux grands enjeux décrits ci-dessus : (i) Un enjeu de rassemblement des cmpétences, des savirs et savirs faire, très présents en Burggne, dans le dmaine de la métallurgie, de la plasturgie, des nantechnlgies, du dévelppement de capteurs et du cntrôle nn destructif pur une mntée en gamme des entreprises de ce secteur, qui représentent un nmbre imprtant d emplis. (ii) Un enjeu de dévelppement de prjets d innvatin sur la thématique métallurgie, à la fis ancienne et de très haute technlgie. Il s agit ici de l apprpriatin par les PME u les grupes de PME de technlgies telles que la phtnique, la nanélectrnique, de façn qu elles puissent mnter en gamme, et être cmpétitives sur un marché très cncurrentiel. (iii) Un enjeu d'applicatins sécurisées des nanmatériaux et les nantechnlgies dans un champ d'actin interdisciplinaire par recuvrement avec le Dmaine Stratégique DS 3 : «Technlgies et bitechnlgies appliquées à la santé». (iv) Un enjeu d'intégratin de systèmes intelligents dans la matière et de capacité de traitement des dnnées de ces systèmes (cllecte, analyse, décisin, rétractin) d'un grand nmbre de capteurs en temps réel par des myens tut ptique. (v) Un enjeu d excellence des slutins nvatrices prpsées au marché par le cntinuum rechercheentreprises, qui reste encre à dévelpper, particulièrement dans le secteur du cntrôle nn destructif. L innvatin en matière de métallurgie, plasturgie, et nuvelles nantechnlgies repse d abrd sur la maîtrise des savirs fndamentaux en physique et chimie, dmaines frt bien représentés en Burggne (Université, Ecles, et instituts). Sept défis majeurs nt été identifiés par la cmmissin thématique, basés sur le cnstat de l excellence burguignnne dans le dmaine de la réalisatin de pièces précises, de grandes dimensins, dans l utilisatin de nantechnlgies et de technlgies nuvelles pur répndre aux spécificatins, et de la sécurisatin des prcédés et des prduits (smart materials). Chacun de ces défis repse sur des avancées technlgiques u la levée de verrus, et sur le lien existant avec les entreprises directement cncernées. Chaque défi cncerne à la fis le matériau, le prcédé d élabratin, et/u le prcédé de fabricatin du prduit final. DEFI 1: MATERIAUX SECURISES OU A DURABILITE CERTIFIEE En Burggne, cet axe cncerne principalement la métallurgie appliquée, qui reste cnfrntée à la difficulté de maîtriser le vieillissement des structures dans des dmaines stratégiques cmme ceux de l énergie de masse (nucléaire) et du transprt (aérnautique). Au-delà de la maîtrise des risques, il s agit d être en Page 62 sur 140

63 mesure de prédire sur des bases scientifiques et nn empiriques, le cmprtement en cnditins réelles des matériaux métalliques cnstituant tut u partie des structures (multi-matériaux). La maîtrise du vieillissement (crrsin, fatigue mécanique, usure,..) passe aujurd hui par des stratégies de prtectin, de cntrôle en temps réel (Structural Health Mnitring) et des plans de maintenance bien définis. Si l ensemble de ces actins garantit à curt terme une utilisatin sécurisée il ne permet pas de planificatin à lng terme. Il est dnc nécessaire de cnslider l apprche scientifique (apprche mécaniste) de la mdélisatin et de la simulatin des mécanismes affectant le vieillissement des structures sus sllicitatins multiples, envirnnementales en particulier. DEFI 2: MATERIAUX A FONCTIONNALITE CONTROLEE Le dévelppement de technlgies nuvelles s accmpagne d une frte demande pur des fnctinnalisatins ciblées de matériaux déjà épruvés u émergents. Les matériaux minéraux u rganiques nécessitent en général des transfrmatins physiques u chimiques et des adaptatins (par dpage, par nanstructuratin, par fnctinnalisatin sélective, ) de la matière aux échelles les plus fines (échelle de l atme, de la mlécule). La chimie mléculaire déplie de lngue date un arsenal de synthèses et prcédés prpres nvateurs (synthèse durable, txicité chimique limitée, purificatin, extractin, prcédés catalytiques) aptes à d accmpagner les industries burguignnnes et qui nt déjà mntré leur capacité à créer plusieurs start-ups, à la prise de brevets et au final à la cmmercialisatin de prduits. On peut d ailleurs nter plusieurs prix ADEME identifiant des techniques innvantes pur l envirnnement. Ce dmaine de recherche cnstitue également un dmaine prspectif, en lien direct avec des prjets ambitieux cmme le LABEX ACTION (impliquant les universités de Franche-Cmté, de Burggne et de Tryes) u reliés à des applicatins innvantes dans le dmaine du nucléaire u des énergies renuvelables. Une perspective suvent citée par les feuilles de rute internatinales est la nanstructuratin de matériaux preux (cmpsés hybrides rganiques-inrganiques) pur une meilleure maîtrise du stckage des déchets nucléaires, dans la phtlyse de l'eau à partir d xydes semi-cnducteurs capables de frmer de l'hydrgène et de l'xygène, dans la sélectivité des capteurs, dans la cnceptin de matériaux à gradient de fnctin (ITER). Dans ces exemples, cncernant des enjeux envirnnementaux et sciétaux imprtants, la stratégie de recherche passe par des études fndamentales du cmprtement de ces matériaux fnctinnels (apprches expérimentales et des mdélisatins mléculaires des mécanismes mis en jeu). La Burggne a la capacité de mettre cette stratégie en œuvre pur accmpagner les industries burguignnnes. Dans le dmaine agralimentaire, la mise en place de systèmes d emballage sécurisés, actifs, vir intelligents permet de mieux gérer la distributin et la cnservatin des aliments. Par cnséquent, ils permettent sit d élargir les espaces marchands sit de réduire les pertes agralimentaires en augmentant par exemple la DLC. Ils favrisent dnc un meilleur bilan carbne tut en ffrant un avantage cmpétitif à la filière. L Université de Burggne mène des recherches sur la secnde génératin d emballages actifs en intégrant pleinement les acteurs industriels (transfrmateurs de denrées alimentaires réginaux, industriels du packaging) et le pôle de cmpétitivité VITAGORA. L ingénierie mléculaire, pôle de recherche d excellence à l Université de Burggne (deux chaires IUF), vise la mise au pint de prcédés avancés pur des applicatins sécurisées dans la synthèse mléculaire éc-cmpatible et les prcédés prpres (mteur du renuveau industriel axe ANR et Hrizn 2020, pririté natinale depuis 2007, législatin REACH applicables aux dmaines industriels cncernés ici). Les principaux dmaines d expertises snt la catalyse rganmétallique (chimie de métaux stratégiques) et la chimie de crdinatin (chélateurs spécifiques des métaux), valrisatin de la réactivité des métaux accessibles et nn-txiques (Ti, Zr, Cu), les milieux de réactins nn-usuels et le recyclage des systèmes. Ces dmaines en amnt snt intimement liés aux dévelppements et applicatins dans le secteur de pinte en Burggne de la santé (vir DS3). La fnctinnalisatin des matériaux, plastiques u plymères, est également un défi à relever qui permet une meilleure traçabilité et des pssibilités efficaces d authentificatin, et de lutte cntre la cntrefaçn Page 63 sur 140

64 d bjets, ce qui cnstitue une répnse à un enjeu sciétal d actualité. La filière plasturgie burguignnne et les entreprises qu elle représente snt engagées dans ces challenges. DEFI 3 : MATERIAUX DURABLES OU MATERIAUX POUR UNE ECO-CONCEPTION Un des défis actuels psés à ntre sciété est de cncilier la crissance écnmique et la préservatin de l envirnnement. Dans le dmaine des matériaux, ceci se traduit en Burggne par des travaux de recherches cncernant l'écnmie des ressurces en matériaux, ntamment via le recyclage u la préservatin de ressurces naturelles telles que le bis (vir sur ce pint le DS4 Eccnceptin, éccnstructin, ressurces naturelles). La raréfactin des matières premières et les impacts envirnnementaux liés à leur explitatin cmptent parmi les grands défis industriels actuels. La catalyse métallique à haute perfrmance (métaux rares et chers : Pd, Pt, Ir) cmpte en Burggne une équipe internatinalement visible et recnnue (partenariats internatinaux entreprises STREM, JOHNSON-MATTHEY). De plus, la récupératin des métaux stratégiques à partir des minerais pauvres u du recyclage des déchets est impérative mais nécessite des avancées majeures en hydrmétallurgie, un dmaine dans lequel l'université de Burggne a dévelppé des cmpétences très frtes et cmpétitives au niveau internatinal : les travaux engagés (AREVA, NEEDS) ciblent la décuverte de mlécules extractantes de l'uranium et des lanthanides plus efficaces que les systèmes cmmerciaux, ainsi que le dévelppement de la physic-chimie séparative. Des entreprises burguignnnes de recyclage se psitinnent sur ce créneau. D'autre part, l'évlutin durable des sciétés mdernes riente l urbanisatin dans deux directins cmplémentaires : d une part l habitat vertical de grande hauteur pur les mégaples pur préserver l espace agricle et, d autre part, le petit cllectif regrupé en écquartiers pur les plus petites agglmératins. La première nécessite de dévelpper des bétns de ciment très perfrmants en terme de résistance et qu'il sit pssible de pmper sur des grandes hauteurs. La secnde requiert le dévelppement de matériaux lcaux, écnmiques et puvant être issus du recyclage. Dans ce cadre, les matériaux à base minérale peuvent être une alternative u un cmplément au bis. Ceci suppse la cmpréhensin et la mdélisatin des interactins entre les cnstituants du bétn et des fnctins rganiques et minérales en particulier pur le dévelppement de nuveaux adjuvants et prduits de substitutin, de lngue date un dmaine d'excellence de l'université de Burggne. Le pôle nucléaire de Burggne cnstitue un mailln frt du système de l innvatin et du transfert. DEFI 4 PROCEDES INNOVANTS D ELABORATION DE MATERIAUX OU DE FABRICATION DE PIECES La mise en œuvre de prcédés d'élabratin de matériaux et de leur mise en frme en cmpsants répndant à des spécificatins de plus en plus cmplexes nécessite une maîtrise ttale des effets induits par le prcédé dans la matière. D'autre part, un dévelppement écnmique davantage respectueux de l'envirnnement et de la santé des ppulatins impse de rediriger les effrts vers les prcédés dits «prpres». Dans ces perspectives, la Burggne dispse de savir-faire et/u de ptentiels de R&D cmpétitifs et applicables dans les dmaines suivants : Prcédés d'élabratin de pudres et de matériaux frittés Ces prcédés nt vcatin à répndre à la demande crissante pur l élabratin de matériaux innvants (en termes de prpriétés) dans de nmbreux secteurs d activités. La métallurgie des pudres apparaît cmme une alternative aux vies traditinnelles de fabricatin (frgeage, fnderie) car elle permet : (i) d btenir de nuvelles nuances de matériaux, (ii) d atteindre des prpriétés mécaniques et de résistance à la crrsin amélirées, Page 64 sur 140

65 (iii) de réaliser des pièces de grandes dimensins et de frmes répndant à des spécificatins cmplexes, (iv) de réduire les cûts de prductin. Prcédés avancés d assemblage Ces prcédés permettent la fabricatin de cmpsants pur assurer la fiabilisatin, l'allègement et l'améliratin des prpriétés des pièces par l'utilisatin et les cûts de fabricatin (assemblage de matériaux dissimilaires, matériaux à gradient de prpriétés fnctinnelles). La Burggne dispse d'un avantage cmpétitif dans l'élabratin d'assemblages (par laser, par diffusin sans apprt de matière, ). Dans ce dmaine, le verru technlgique reste suvent le cmprtement des interfaces (slideliquide, slide-slide u liquide-liquide) entre des matériaux (métalliques u autres) présentant u nn des incmpatibilités chimiques. Les résultats servent ensuite à cnstruire des mdèles réalistes de simulatins multiphysiques avec des utils numériques. Prcédés de traitements et revêtements de surface Ces traitements, étudiés et utilisés depuis lngtemps, ntamment pur les pièces métalliques, visent à amélirer la durabilité, que ce sit par impact laser u à partir de dépôts par vies chimiques u physiques. Les caractéristiques intrinsèques des lasers nan u femtsecndes snt particulièrement intéressantes pur certaines applicatins industrielles à frte valeur ajutée, dans le dmaine du micr-usinage ntamment. Dans ce cadre, la demande industrielle est frte, directement liée à la perfrmance des entreprises. Les labratires, en lien étrit avec la filiale de l Université, snt tut à fait en mesure de répndre aux demandes, cmme par exemple sur la micr-structuratin de métaux pur btenir des surfaces hydrphbes. Prcédés prpres La R&D en Burggne dispse d avantages permettant de répndre aux questins d améliratin des prcédés de fabricatin vers l'éccmpatibilité, de maîtrise des plluants (dans le pôle ingénierie mléculaire : la capture du CO 2 en pstcmbustin, études de la mbilité et de la bidispnibilité des métaux txiques). La R&D burguignnne, en ce dmaine, est d envergure internatinale. Les thématiques visées cncernent aussi la valrisatin par activatin chimique du CO 2 afin de suppléer aux surces de carbne fssiles (dmaine énergie et ressurces durables). L électrchimie synthétique et analytique est un fleurn natinalement recnnu de l Université de Burggne et sn dévelppement émarge aussi à la mise au pint de prcédés avancés innvant avec le cntrôle de l énergie au niveau de l électrn. Elle est aussi essentielle à de nmbreux dévelppement capteurs et cntrôle qualitéprduit (vir défi 5). Le partenariat industriel lcal est déjà avéré (entreprise FILAB). Prcédés émergents : impulsins lasers ultra-curtes et très intense L'Université de Burggne a dévelppé une expertise autur des nuveaux dmaines uverts par le dévelppement de surces laser délivrant des impulsins ultra-curtes (femt-secndes) et très intenses. Cette activité uvre des vies d innvatin dans des dmaines très larges allant de la cnceptin de nuvelles surces de raynnement à visées médicales et envirnnementales, à la manipulatin de systèmes mléculaires et la cnceptin de nuvelles techniques d infrmatique quantique. Le prgrès dans ce dmaine s appuie sur une expertise expérimentale et thérique cncernant l interactin laser-mlécule et la spectrscpie à haute réslutin. Des expériences snt en première phase de dévelppement afin d'identifier le ptentiel en termes de prcédé de fabricatin. DEFI 5 CONTROLE NON DESTRUCTIF ET CAPTEURS POUR L'ACTIVITE INDUSTRIELLE Les défis susmentinnés dans les dmaines des matériaux et des prcédés innvants appellent des myens de cntrôle de plus en plus sphistiqués pur satisfaire les impératifs de sécurité, de qualité, d'authenticité et de respect de l'envirnnement. Le dévelppement de capteurs de plus en plus perfrmants deviendra dnc un ingrédient essentiel de la cmpétitivité au niveau internatinal. Pur Page 65 sur 140

66 rester cncurrentielle dans un avenir prche, une filière industrielle devra intégrer un u plusieurs des types de capteurs suivants : Capteurs pur le cntrôle nn destructif de matériaux dans leurs milieux pératinnels ; Capteurs pur le cntrôle de prcédés ; Capteurs pur le cntrôle de l'authenticité (traçabilité); Capteurs pur le cntrôle de l'envirnnement ; Capteurs pur le cntrôle de la qualité des prduits. Cntrôle nn destructif Le cntrôle nn destructif de prduits dans leurs milieux pératinnels est très imprtant pur le suivi des pératins de maintenance d'installatins lurdes présentant un risque élevé en cas de défaillance. En Burggne, la filière industrielle dédiée à la fabricatin de cmpsants pur l'industrie nucléaire est particulièrement cncernée et active. Plus généralement, il est clair que de plus en plus de filières industrielles vnt devir ffrir la valeur ajutée d'un suivi de maintenance facilité par des capteurs intégrés dans les matériaux pur rester cmpétitives au niveau mndial. Le défi burguignn est le renfrcement du lien entre les équipes de recherche et l apprpriatin par les entreprises du CND qui snt à la fis nmbreuses dans la régin, perfrmantes, à l affut de slutins innvantes. L enjeu est de prpser des avancées u des alternatives aux méthdes industrielles actuelles (ultra-sns, curants de Fucault, ressuage, ptiques ) pur en amélirer les perfrmances, le cût, et réduire l impact envirnnemental. Cntrôle de prcédés Le cntrôle de prcédés par des méthdes ptiques cuplées avec des traitements numériques snt assez suvent utilisées pur des cntrôles en ligne (mnitring intelligent). L ptimisatin des prcédés et la cnceptin de nuveaux mdes de fabricatin passent par une analyse fine du prcédé, et le dévelppement de ces cntrôles est indispensable. Plus prspective dans ce dmaine, la thérie du cntrôle ptimal est une méthde très générale, qui permet de déterminer un champ réalisant le cntrôle suhaité tut en minimisant également une fnctin de cût cmme la durée du cntrôle. La résnance magnétique nucléaire (RMN) est un des dmaines expérimentaux les plus prmetteurs pur l'applicatin de ces théries. Cntrôle de l'authenticité (Traçabilité) Le cntrôle d'authenticité des prduits est un élément majeur de l'écnmie du futur pur plusieurs raisns : Santé publique : Le cntrôle de la fraude sur l'rigine u la qualité (nn péremptin, txicité) d'un prduit est essentielle la santé des ppulatins. Ecnmique : Les fraudes ne respectant pas les législatins en vigueur u trmpeuses sur la méthde de prductin créent une cncurrence délyale. En particulier, les entreprises qui s'engagent dans une démarche éc-cmpatible peuvent être mise en péril si leur démarche n'est pas certifiée par rapprt à des fraudeurs. Respect de la Prpriété Intellectuelle : Il est bien cnnu que la cntrefaçn et le nn-respect des brevets peuvent ccasinner des pertes imprtantes aux entreprises dnt la prductin est plagiée. L'activité de R&D dans ce dmaine tend à dévelpper des méthdes ptiques qui vnt au-delà du cde barre bien cnnu dans les circuits de distributin. En particulier, la nanphtnique ffre des pprtunités de techniques de traçabilité capables de mettre en échec les cntrefacteurs. Cmptant dans ces effectifs plusieurs pinniers de la nanphtnique, la Burggne dispse dnc de ressurces pertinentes de recherche par rapprt à cet enjeu et du lien recherche-entreprises nécessaire. La filière plasturgie est particulièrement attentive à cette prblématique. Cntrôle de l'envirnnement Les cntraintes envirnnementales et nrmatives de plus en plus frtes requièrent une meilleure cnnaissance des prcessus physic-chimiques assciés à l'évlutin des plluants dans les milieux naturels, la mise au pint de capteurs utilisables directement sur le terrain : détecteurs rbustes, rapides et sélectifs, lab-n-chip. Page 66 sur 140

67 Cntrôle de la qualité des prduits La crissance de la demande alimentaire mndiale et la pressin envirnnementale sur la prductin bligent à un cntrôle accru des prduits alimentaires et de leurs prcédés de fabricatin pur limiter la perte de denrées alimentaires et pur des raisns de santé publique. Le dévelppement de nuveaux utils analytiques est nécessaire pur assurer le cntrôle nn destructif de la qualité des aliments. En lien avec le pôle de cmpétitivité Vitagra, une équipe de chercheurs de Burggne est engagée dans le dévelppement de nuveaux dispsitifs capteurs, à partir de matériaux sensibles riginaux, basés sur différents mdes de transductin, cnductimétrique, micr-nde et électrchimique, pur la détectin d'espèces gazeuses u en slutin, plluants, antixydants u mlécules drantes. Un bjectif essentiel est l'ptimisatin des systèmes capteurs pur assurer leur fnctinnement en milieu réel, pur le suivi de prcédés dans le dmaine de l'agralimentaire. DEFI 6 NANOMATERIAUX ET NANOTECHNOLOGIES APPLIQUES A LA MEDECINE Les deux derniers types de capteurs précités recupent frtement les aspects de santé publique. Ceci cnduit à suligner que la technlgie des capteurs intervient dans d'autres cntextes que l'activité industrielle. Ntamment, les capteurs snt essentiels dans le secteur de la santé au niveau des méthdes de diagnstic. En particulier, les capteurs explitant les nanmatériaux et les nantechnlgies permettent d'identifier un champ d'actin interdisciplinaire par recuvrement avec le Dmaine Stratégique DS 3 : «Technlgies et bitechnlgies appliquées à la santé». Ce défi vise bien le cœur du DS2 puisqu'il s'agit de d'applicatins sécurisées des nantechnlgies et des nanmatériaux dans le dmaine de la santé. En effet, tutes les feuilles de rute (rad-maps), indépendamment de leurs rigines (Amérique du Nrd, Asie, Eurpe) prédisent que la mise en œuvre des avancées récentes des nantechnlgies en bilgie débuchera sur de nuvelles pprtunités tant au niveau du diagnstic que de la thérapie de fléaux majeurs que représentent les maladies cardivasculaires, le cancer u des maladies causées par défauts de replis de prtéines (prtein misflding, e.g. maladie d'alzheimer). En Régin Burggne, la répnse à ce défi mbilise d'res et déjà, de façn crdnnée à travers le prjet réginal Nan2bi, l'université de Burggne, l'inserm, le CHU Dijn, le Centre de Lutte Cntre le Cancer Gerges-Françis Leclerc (CGFL), l'entreprise burguignnne NVH-Medicinal et la SATT Grand Est/Welience. Nan2bi établit un lien frt entre recherches fndamentales en nantechnlgies/nanmatériaux et les utilisateurs finaux ptentiels. Cette cnfiguratin est peu fréquente même au niveau internatinal. Il s'agit d'intégrer les cmpsantes d'une recherche pluridisciplinaire : bilgie-médecine, chimie, physique; aspects thériques (les techniques de simulatins numériques dans ce dmaine snt incnturnables cmme le mntre le prix Nbel de chimie 2013), expérimentaux et ingénierie d'intégratin des différentes technlgies. L'bjectif est de créer des cmbinaisns riginales pur garantir à la Régin un haut niveau de cmpétitivité dans ce dmaine sur la scène internatinale. Ce haut niveau de cmpétitivité est la cnditin pur anticiper les dépôts de brevets et dnc pur espérer traduire les résultats des activités de recherches en pprtunités industrielles. Plus spécifiquement, le cnsrtium impliqué dans Nan2bi dispse d'avantages cmpétitifs dans les dmaines suivants : (i) Cmbinaisn de la spectrscpie Raman au micrscpe à frce atmique à vitesse vidé AFM afin d'augmenter la réslutin spatiale de cette spectrscpie à la surface de cellules ; (ii) Cmbinaisn de la micrfluidique et de techniques de recnnaissance spectrale de prtéines en milieu physilgique dans des cnditins extrêmement diluées u à la surface de cellules ; (iii) Dévelppement de nanparticules pur la vectrisatin de médicaments, la régénératin tissulaire et l'imagerie médicale multimdale ; (iv) Nuveaux bitests et nuveaux mdèles animaux adaptés à l'étude de la txicité des nanparticules ; (v) Dévelppement à Dijn de la platefrme NanCare (SATT Grand Est/Welience et Université de Burggne) dnt l'bjectif est d accmpagner l innvatin d'une garantie de sécurité pur devenir un leader français en termes d'évaluatin des risques liés aux nanparticules (tests in vitr, études de bidistributin, etc.). Page 67 sur 140

68 DEFI 7 PHOTONIQUE & SYSTEMES INTELLIGENTS INTEGRES DANS LA MATIERE La capacité de traitement des dnnées (cllecte, analyse, décisin, rétractin) d'un grand nmbre de capteurs en temps réel sera aussi un élément stratégique dans la cmpétitin mndiale pur des applicatins sécurisées. Cnjuguées à l'électrnique, les technlgies ptiques l'adjectif «ptique» devant être ici cmpris au sens de la physique, c est à dire nn limité à la lumière visible mais bien englbant la lumière infraruge - snt suvent citées cmme incnturnables dans ce cntexte. La phtnique est bien au cœur du DS2 cmme le mntre les travaux du LABEX ACTION (Systèmes Intelligents Intégrés dans la Matière, Smart Systems Integrated in Matter) auquel participe l'université de Burggne. Dans ce LABEX, la plupart des démnstrateurs envisagés repsent sur la phtnique pur assurer les cmmunicatins d'infrmatins et l'intelligence intégrée dans la matière. La phtnique est un fleurn de la recherche à l'université de Burggne et est sans aucun dute l'une de ses cartes de visite les plus cnnues de l'université au niveau internatinal. La phtnique en Burggne est synnyme d'élabratin de nan-cmpsants ptiques sur silicium u sur verre, d'élabratin de nuvelles génératins de fibres ptiques, de fabricatin de lasers,...tutes des activités qui snt essentielles à la cnstitutin de systèmes intelligents intégrés dans la matière. La phtnique est également un dnc un atut majeur dans le dmaine des capteurs pur l'activité industrielle et dnc un élément crucial de la stratégie de l'université pur dévelpper ses cllabratins avec le Pôle Nucléaire Burguignn (PNB). En plus de nmbreuses cllabratins avec des entreprises en France et en Eurpe, l'université a initié récemment une cllabratin avec l'entreprise burguignnne TEB, leader (exprtateur en Chine) sur le marché de la sécurité des espaces publics utilisant des systèmes ptiques. Pur accentuer l'effrt de dépliement de la phtnique et mieux anticiper la demande sciétale, il est vital d'investir dans des prgrammes de recherche visant au dévelppement de fnctins ptiques et phtniques avancées et de micr-et nan-dispsitifs phtniques innvants, à base de matériaux perfrmants et intégrés dans des systèmes évlués. Un bjectif crucial est le dévelppement de nuvelles fnctins ptiques avancées tirant partie des prpriétés de la lumière dans différents matériaux. Le but est de faire cnverger les prgrès les plus récents en ptique nn linéaire (aut-rganisatin de la lumière, cntrôle de la plarisatin : prjet ERC PETAL), ptique ultra-rapide, ptélectrnique, micr- et nantechnlgies phtniques, nan-ptique, matériaux phtniques innvants afin de dévelpper des apprches intégrées, en rupture par rapprt à l état de l art, en matière de fnctins ptiques et phtniques dans des micrsystèmes, fibres ptiques de nuvelle génératin (y cmpris lasers fibrés) et micr et nan-puces pur le traitement ptique du signal. Les principaux champs d investigatin prternt sur les télécmmunicatins ptiques à hauts débits, la nanphtnique, les intercnnexins ptiques, le traitement tut ptique de l infrmatin, la cnversin électrnphtn à l'échelle nanmétrique, les nuvelles surces lasers cmme cmpsants des capteurs pur l'activité industrielle énncés dans le défi 5 et pur le diagnstic médical (défi 6). Ces travaux s appuient sur des études fndamentales dédiées à des phénmènes nn linéaires riginaux dans le dmaine de l ptique guidée (fibres ptiques) et de la nan-ptique (guides plasmniques, nan-antennes). Une pririté sera d'équilibrer recherches fndamentales et appliquées dans le dmaine de la phtnique et favriser le transfert des savirs faire auprès des industriels de la Régin Burggne. L idée est de stimuler les entreprises réginales à appliquer les technlgies ptiques et lasers à leurs dmaines d activités. L ambitin est aussi de cntribuer à attirer des acteurs industriels vire d'initier la créatin d entreprises en Burggne. Page 68 sur 140

69 Représentatin schématique des axes et cmpétences liées à ce dmaine stratégique Page 69 sur 140

70 Dynamiques burguignnnes Les acteurs de ce dmaine stratégique tirent leurs frces de : L implantatin de leaders mndiaux de la mécanique et de la métallurgie (Areva, Industeel filiale d ArcelrMittal, Valinx Nucléaire filiale du grupe Vallurec, Alstm Transprt), La présence d un réseau dense de PMI-PME en crissance avec des entreprises très innvantes, la Burggne est à ce titre la 3ème régin de France pur le dynamisme de ses PME en matière de prjets d innvatin en mécanique et métallurgie 7. Le territire est également recnnu pur les cmpétences et les spécificités de ces PME, en particulier dans le dmaine des cntrôles et mesures (ex : Asct, CMS, Prfile cntrôles industriels, Dynamic 3D) avec un frt ancrage dans le département de Saôneet-Lire qui cncentre 60% des emplis français de cntrôle nn destructifs, La présence très dynamique du PNB, Pôle Nucléaire de Burggne, très centré sur la métallurgie, les cntrôles nn destructifs, le cycle de vie des prduits et les cnstructins nucléaires, La présence d rganismes de recherche (CEA, CNRS, labratires de l Université de Burggne et de Arts et Métiers ParisTech Cluny) et de frmatin recnnus sur les thématiques de la filière (l UB, ENSAM Cluny, ESIREM, ITII, IUT de Dijn, Chaln et Le Creust), La filière emballage peut cntribuer au DS «Matériaux et prcédés avancés pur des applicatins sécurisées» : en Burggne des cmpétences spécifiques dans le dmaine des interactins cntenu - cntenants et dnc sur la sécurisatin des emballages. La filière plasturgie est très présente au sein de ce DS, ntamment via le cluster PlastiNan. L initiative Mecatrnique dans le Nrd de Burggne, recnnue pur la qualité du prjet, est également partie prenante. Les technlgies numériques snt bien représentées, via le labratire LE2I, l institut Image, la platefrme VIZIR et Nicéphre Cité, cnstituant un pôle autur de Chaln sur Saône. L UIMM, très présente, travaille avec l ensemble des acteurs. Entreprises (NTIC 700) Emplis (mécanique et métallurgie , plasturgie 5 000, CND 1000) Chercheurs publics (y/c ingénieurs) Université de Burggne (ICB : 250, ICMUB : 150) Frmatins supérieures (diplômés) Chercheurs privés (y/c ingénieurs) CIR (2010) Université de Burggne, ENSAM Cluny Envirn 500 chercheurs A préciser 7 Surce : Osé Page 70 sur 140

71 Recherche La recherche publique cmpte envirn 500 chercheurs publics sur cette thématique des matériaux, prcédés et cntrôles. La recherche privée est très présente, grâce aux centres de recherche des grands grupes présents et ntamment : Le centre technique Areva, Intercntrôle( filiale d Areva), Industeel, qui appartient au grupe Arcelr Mittal, Thermdyn (General Electric), le CEA Valduc, et aussi aux travaux menés dans les PME u ETI de la régin. Les labratires publics de recherche de l Université impliqués dans cette thématique snt essentiellement le labratire Interdisciplinaire Carnt de Burggne (ICB), l Institut de Chimie Mléculaire de l Université de Burggne (ICMUB), le Labratire Electrnique, Infrmatique et Image (LE2I), l institut de Mathématiques (IMB), Arts et Métiers ParisTech Cluny. En ce qui cncerne la frmatin universitaire l ffre en licence et masters est cmplète. Il cnvient de signaler un master nuveau, qui dit uvrir à la rentrée 2014, prté par l université en partenariat avec AREVA et le pôle nucléaire burggne, rienté métallurgie. L Ecle Supérieure de Recherche en Matériaux, avec les spécialités dévelppement durable et inftrnique frme des ingénieurs dans le dmaine des matériaux et dans le dmaine de l ptrnique. L institut des Techniques des Ingénieurs de l Industrie situé à Auxerre privilégie l apprentissage et la frmatin cntinue. L Ecle Natinale des Arts et Métiers ParisTech Cluny apprte à la fis sa cmpétence dans le dmaine des matériaux et prcédés (usinage) et la puissance de sn réseau natinal. Le Pôle Nucléaire de Burggne, la grappe d entreprises Wind fr Future, la grappe PlastiNan, les grupements prtent une dynamique frte en termes de prjets de recherche et dévelppement, ce qui permet le mntage de prjets cllabratifs entre chercheurs et industriels. Le ptentiel de dévelppement de la recherche vers les entreprises est frt dans ce dmaine d applicatin et ntamment : Pur ce qui cncerne les simulatins numériques, l'ambitin est de cupler les mdélisatins, à l échelle mléculaire u atmique, des prcessus aux interfaces matériau-envirnnement à celles du cmprtement aux échelles plus familières aux ingénieurs. Ces derniers purrnt ainsi dispser d utils d aide à la décisin certifiés, repsant sur une analyse multi-échelles des prcessus de vieillissement. En parallèle et dans la mesure ù elle facilite la lcalisatin du prcessus de dégradatin au sein du matériau, cette mdélisatin prédictive permettra de prgresser dans l intégratin de capteurs dans les structures cncernées. L'Université de Burggne a les cmpétences et les ressurces pur sutenir les industries burguignnnes dans cette démarche. Les nantechnlgies appliquées représentent un secteur de recherche prspectif, en lien direct avec des prjets ambitieux cmme le LABEX ACTION (impliquant les universités de Franche-Cmté, de Burggne et de Tryes) u reliés à des applicatins innvantes dans le dmaine du nucléaire u des énergies renuvelables. Dans ce dmaine, une perspective suvent citée par les feuilles de rute internatinales est la nanstructuratin de matériaux preux (cmpsés hybrides rganiques-inrganiques) pur une meilleure maîtrise du stckage des déchets nucléaires, dans la phtlyse de l'eau à partir d xydes semi-cnducteurs capables de frmer de l'hydrgène et de l'xygène, dans la sélectivité des capteurs, dans la cnceptin de matériaux à gradient de fnctin (ITER), Dans ces exemples, cncernés par des enjeux envirnnementaux et sciétaux imprtants, la stratégie de recherche passe par des études fndamentales du cmprtement de ces matériaux fnctinnels qui s appuient à la fis sur des apprches expérimentales et des mdélisatins mléculaires des mécanismes mis en jeu (transprt à l échelle mléculaire en milieu méspreux, créatin et relaxatin des paires électrns/trus des phtandes, interactin gaz-slide sus champ micrnde, ). L'Université de Burggne a la capacité de mettre cette stratégie en œuvre pur accmpagner les industries burguignnnes. Page 71 sur 140

72 L'Université de Burggne dispse d'un avantage cmpétitif dans, d'une part, le dmaine de l élabratin de slides pulvérulents et massifs frittés cnstitués de grains de tailles cntrôlées et, d'autre part, dans la maîtrise et la cmpréhensin des prpriétés inédites de ces matériaux. Ces prcédés nt le ptentiel de maîtriser de la micrstructure des matériaux (nn seulement la taille mais encre la stœchimétrie de cœur et de surface, le taux d impuretés inhérent à la synthèse, la nature des interfaces, ). L'impact ptentiel de ces prcédés est extrêmement frt dans les secteurs de la défense, de l énergie (cmpsants pur l'industrie nucléaire, les batteries Li-ins, la prductin d hydrgène, ), de l aérnautique et purrait se révéler tut aussi imprtant dans les dmaines plus inattendus (bimécanique, packaging). Un des bjectifs du présent prgramme sera d'accmpagner un ensemble pertinent d'industries lcalisées en Burggne vers ces nuveaux prcédés. Le labratire Electrnique, infrmatique et image (LE2I), est très présent aux côtés des industriels, ntamment via ses différentes implantatins gégraphiques : Chaln, Le Creust, Dijn, Auxerre. La structure de transfert récemment créée (SATT Grand EST) prend la suite de la sciété UB filiale, filiale de valrisatin de l université. Sn pôle «Matériaux & Technlgies» est particulièrement frt et prpse des services et prestatins de haut niveau aux entreprises. Ses platefrmes uvertes aux entreprises (PFT3D par exemple) snt au plus près des besins. Institut Carnt ARTS : Très présent en Burggne, sn département Mécanique, matériaux et prcédés est spécialisé dans l étude physique, physic-chimique et mécanique des matériaux et des prcédés, la tenue en service des matériaux et des structures, ceci afin d ptimiser le prduit par l étude du cuplage prduitmatériau-prcédé. Le département Cnceptin, Industrialisatin, Risque et Décisin (CIRD) apprte ses cmpétences en frmalisatin des cnnaissances d ingénierie, sur les technlgies d industrialisatin avancée, l ingénierie numérique cllabrative et la réalité virtuelle. Ecnmie Le secteur, histrique, est tujurs bien représenté en Burggne ntamment par le nmbre d emplis qu il représente : emplis ; les entreprises snt très nmbreuses, en majrité de petite taille. Elles snt cncentrées sur le sud de la Burggne (Le Creust-Chaln) et sur le nrd de la Côte d Or (Mntbard). Le secteur de la mécanique et de la métallurgie emplie persnnes, celui de la plasturgie 5 000, le cntrôle nn destructif envirn un millier. Grupements présents en Burggne : Pôle de cmpétitivité PNB, recnnu cmme perfrmant dans l évaluatin de 2012, permet une bnne structuratin, et le cntrat de perfrmance, signé le 2 décembre 2013, identifie très clairement les bjectifs à atteindre. Le pôle regrupe 160 entreprises, principalement en métallurgie et cntrôle nn destructif. Grappe d entreprises Wind fr Future (W4F) W4F regrupe les acteurs de la filière élienne en Burggne et plus largement dans le Centre-Est de la France. Il ffre l éventail le plus large pssible de sus-traitants et de partenaires sur le marché français et sur l ensemble de la chaîne de valeur de la filière. Allizé plasturgie Burggne : grupement représentatif de la typlgie des entreprises burguignnnes pur prpser dans le secteur de la plasturgie une visin partagée et une plitique de dévelppement pur la filière. Il accmpagne près de 80 entreprises, dnt celles de PlastiNan, platefrme technlgique permettant de structurer une véritable filière écnmique autur de la thématique "nancmpsites" avec pur missin de valriser et de prmuvir l utilisatin des nanmatériaux dans les prcédés industriels de la plasturgie. Page 72 sur 140

73 - Package In Burggne en partenariat avec le CEPIEC (Centre d expertises et de prmtin des industries de l emballage et du cnditinnement) : cette filière burguignnne représente un CA de 1,8 Md (7ème régin française) avec près de emplis, dnt 85% lcalisés en Côte d Or et en Saône et Lire. Les entreprises snt au nmbre de 300, dnt 67 % du CA est généré par des grands grupes industriels de la filière, cntre 51,8% à l échelle natinale. La Burggne est la 1ère régin de France pur l emballage métallique et la 3ème pur l emballage bis. - Institut Image (LE2I et Arts et Métiers Paristech) et Nicéphre Cité Image et Sn : Spécialités numériques sur l utilisatin des technlgies de l image ntamment dans les prcédés industriels (réalité virtuelle). - Cluster traçabilité : assciatin regrupant les entreprises burguignnnes des dmaines de la traçabilité et la RFID. Le cluster intervient pur la maîtrise d œuvre glbale pur les prjets d ingénierie mécanique, électrique, autmatisme, rbtique, infrmatique, le piltage et la traçabilité des prcessus industriels, et suivi de prductin, l étude et la réalisatin d'applicatins de traçabilité et d'autmatismes. D autres structuratins d entreprises, sus frme de grappes u de clusters, snt en curs ntamment sur la mécatrnique et le cntrôle nn destructif. Liste illustrative de la présence industrielle pur ce dmaine stratégique Entreprise Dept Cmpétences dévelppées Nb de salariés (*) CA à l exprt (*) Marché Start up F UE Mn de AREVA 71 Fabricatin de cmpsants % de 9,5 Mds ALSTOM TRANSPORT FRANCE 71 Fabricant de bgies % du CA ARCELOR MITTAL INDUSTEEL FRANCE 71 Sidérurgie, métallurgie % du CA PLASTO 21 DYNASTEER THERMODYN 71 Turbine à gaz 500 SOTRALENTZ Grsse chaudrnnerie (Oil & Gas) 100 SNECMA 71 Aérnautique Usinage de 200 Page 73 sur 140

74 Site du Creust disques de turbine VALINOX NUCLÉAIRE 21 Tubes nn sudés (Aciers Inx, etc.) % du CA NFM Site du Creust 71 Tunnelier, Oil & Gas 50 80% du CA CRST 21 NAXAGORAS 21 AFT PLASTURGIE 21 Matériaux cmpsites, textiles techniques Dévelppement de nanmatériaux fnctinnels Plasturgie à base d écmatériaux >10 <5 17 AGID 21 Traçabilité 9 PAGE-UP 21 ATOL 21 slutins infrmatiques mbiles & traçabilité Gestin de cntenu, gestin de dcuments, lgiciels libres METALSCAN (FILIALE TECHNATOME) 71 CND 40 40% CA de 5 M MD ASCOT MISTRAS) (FILIALE 71 CND 132 CA de 14 M LUZIESA 71 CND 20 30% CA de 2 M FRANCEOLE 21/7 1 Mats d éliennes SKF 89 AUBERT&DUVAL Sidérurgie, métallurgie, alliages spéciaux % (Env.) de 900 M APERAM GUEUGNON IMPHY & Sidérurgie, métallurgie VALLOUREC HEAT EXCHANGE TUBES 21 Fabricatin de tubes % de 250 M Page 74 sur 140

75 Cllabratins Nmbreuses, elles se traduisent ntamment par des succès significatifs aux appels à prjets natinaux u internatinaux. Prgramme Dénminatin Cmpétences dévelppées Filière /lab cncerné PIA/PHC : 2 PIA : Prgramme Investissements d Avenir PHC : Prgramme Hubert Curien (internatinal) PHC Barrande (République Tchèque) PHC Merlin (Singapur) Etude de dérivés azahélicéniques : applicatins en chimie de crdinatin et en recnnaissance mléculaire Cnfiguratinal Stability f P-Chirgenic Phsphides: Cmbined Cmputatinal and Experimental investigatins ICMUB ICMUB Equipex IMAPPI Imagerie médicale : spectrscpie d annihilatin de psitins, cuplage avec des technlgies plus classiques. ICMUB/ICB Labex ACTION Systèmes intelligents intégrés au cœur de la matière (Smart systems integrated in matter) ICB FUI 9 Filage à chaud ENERPOUDRE TOCATA COBOMANIP DeQualc COMCEPT Filage de tubes de grande lngueur sans sudure ; Aide au chix de lubrifiant dans la fabricatin de pièces filées Frittage Réalisatin de pièces bimétalliques et de grandes dimensins par métallurgie des pudres Technlgie Optique Cuplée à l Analyse Tplgique Autmatisée pur la détectin autmatisée des défauts de surface en alternative au ressuage. Outil d aide à la manutentin dans le cadre de fabricatin d ensembles mécaniques Métallurgie/ Crrsin : Déterminatin de l usure d utils de décupe Aide au chix de cussin en fnderie DMV sciété Mntbard ICB PME Sciété Sarazin Technlgies ICB Neur DSP HIPPI Réalisatin de pièces de frmes cmplexes et de grandes dimensins par métallurgie des pudres ICB Athena Prcédés de fabricatin par laser ICB Page 75 sur 140

76 SICODYN MUSICAS Simulatins vibratires Simulatin du sudage ANR avec industriels 11 TITUS Améliratin des cnditins de l usinage de titane FENOPTIX Draka s.a. (France) Fibres ptiques ICB TESAMI THERMIDE Etude de la nuance de titane en milieu irradié Cmpréhensin de la mise en frme par prcédé de frgeage ICB SISHYFE Mise au pint d une méthde hybride de sudage ICB STRATOTUBE MOSAICS REALISTIC ECCOFIC Cmpréhensin de la mise en frme par prcédé de laminage à pas de pèlerin Mdélisatin d une sudure austénitique inspectée par cntrôle ultrasnre Résudre les prblèmes de la simulatin numérique des prcédés de grandes dimensins et de grands temps physiques Dévelpper une méthdlgie d'évaluatin de la durée de vie de cmpsants susceptibles de fissurer par crrsin sus cntrainte (cnditins REP) ASSISTENSE Utilisatin de matériaux en envirnnement sévère ICB IRIS MACENA ANR internatinales FP 7 : 19 MENOLEP PHOTONICROA DSME Innvative manufacturing Rute fr Intermetallic allys by spark plasma net Shaping (ANR Sureté) Maitrise du cnfinement d une enceinte en accident Synthèse, crdinatin prpriétés activatin de petites mlécules par des nuvelles paires de Lewis frustrées à base de métallcène. Dévelppement de radmaps réginales dans le champ des applicatins de la phtnique ICB ICMUB CCIB PLATON Optélectrnique : intercnnexins ptiques sur puces ICB IDEAL-CELL Piles à cmbustibles ICB Page 76 sur 140

77 TESTPEP Develpment and validatin f an autmated nndestructive evaluatin (NDE) apprach fr testing welded jints in plastics pipes (TestPEP) M2M CND sciété SPEDOC Capteurs de prtéines en milieux très dilués / Micrfluidique ICB FASTQUAST Cntrôle ptimal de systèmes quantiques ICB QUAINT Optique quantique ICB CHIPCAT Piles miniatures sur chips ICB E2PLAS Surces de lumière hyperminiaturisées (nantube de carbne unique) ICB PHOXTROT Optélectrnique : Cartes et puces ptiques, intercnnexins ptiques inter-chips n bard ICB IPERA Physique mléculaire ICB PETAL (ERC) Signaux dans les fibres ptiques ICB SWIFT (ERC) ICARUS Cmmunicatins ptiques wifi (sans guides d'ndes) sur chips u sur bards Capteurs pur la détectin et le sauvetage de persnnes en cnditins accidentelles (tremblements de terre, raz de marée) ICB Metalliance FALLWATCH A wearable miniaturized fall detectin system fr the elderly BSE (Burgg ne Services Électrnique ONECOAT Develpment f a plymer strengthening cating system fr glass cntainers ALCEA FRANCE EURL ROSEI Rbust Sheep Electrnic Identificatin Page Up SICCATALYSIS EuNetAir Prjets PARI R&D réginaux Prus Silicn Carbide as a supprt fr C metal nanparticles in Fischer Trpsch synthesis Actin COST Eurpean Netwrk n New Sensing Technlgies fr Air-Pllutin Cntrl and Envirnmental Sustainability ICMUB Prjets liés au plan d actin réginal pur l innvatin, sutenu par le cnseil réginal et l état, sur des thématiques de ce secteur (thèses, pst dctrats, prjets avec les entreprises) Sciences de 2 (PHOTCOM), Page 77 sur 140

78 la matière et des technlgies : 3 (Nanphtnique, Nanfabricatin), 4 Prcédés de cntrôle et de caractérisatin de la matière par laser, 5 métallurgie, 6 (étude fndamentale de la crissance de revêtements de nitrures métalliques, utilisés cmme matériaux durs de prtectin), 8 IME - Ingénierie Mléculaire pur l Envirnnement, 9 Matériaux pur l Energie et la Cnstructin Durable, 11 Sciences mathématiques et interactins SANTE-STIC 5 Systèmes et Méthdes d Imagerie 6 Imagerie, Instrumentatin, Chimie et Applicatins Bimédicales 9 Sémantique, infrmatique et sécurité dans l imagerie GdR CNRS Natinaux Ondes Phtnique pur datacm/telecm, nanphtnique, ptélectrnique ICB TherMatHT Thermdynamique des Matériaux à Haute Température ICB Chimie pur le dévelppement durable ICMUB Synergie avec d autres initiatives natinales et eurpéennes L Eurpe, L Etat et les régins de France snt engagés dans des prgrammes et des plans d actin destinés à relever les défis d une France industrielle et prductive pur demain. On peut citer en particulier - la phase 2 du prgramme des investissements d avenir, - les 34 plans industriels du Ministère du Redressement Prductif pur dynamiser l industrie française sur des secteurs ù les marchés mndiaux snt en crissance et pur lesquels ntre pays dispse des technlgies, des savir-faire industriels et des cnnaissances académiques de pinte, - le prgramme Hrizn 2020 de la Cmmissin eurpéenne qui dnne une grande imprtance aux - Leadership industriel eurpéen au travers de 6 technlgies clés génériques - Défis sciétaux au travers de thématiques interdisciplinaires Page 78 sur 140

79 La cmplémentarité vulue par l Eurpe entre les différents dispsitifs de sutien à l innvatin permet de favriser les passerelles entre les différents fnds pur financer des prjets. La cnvergence entre la présente stratégie et ces prgrammes est évidemment nécessaire. Les technlgies expsées ci-dessus et le les atuts décrits dans ce dmaine stratégique, très technlgique, snt des atuts majeurs pur une participatin des acteurs de ce dmaine stratégique aux prjets prtés par ces prgrammes et ces plans d actin. Sur les axes transversaux de la SRI (AT3), n peut en particulier citer pur ce DS2 : - Parmi les technlgies clés : Phtnique Nantechnlgies Matériaux avancés Prcédés de fabricatin avancés - Parmi les défis sciétaux de l Eurpe, le défi «Des sciétés sûres prtéger la liberté et la sécurité de l Eurpe et de ses cityens», mais aussi les applicatins technlgies de l infrmatin et de la cmmunicatin, et ingénierie numérique. Rappel des cntributins (écrites, liste des structures/cntacts, liste des participants aux cmmissins thématiques) NOM Prénm Structure De Charrette Benit CCIR Gilppe Alexis Burggne Dévelppement Micard Daniel Burggne innvatin Bnnin Alain Université de Burggne Guillemin Catherine ub Filiale Defresne Matthieu BPI France Burggne Curjn Daniel CNRS Gauvain Bertrand PNB Macheret Valerie Méta/méca Schuddinck Emmanuel W4F Rstain Marjlaine ACE Rbert Guillaume Allizé plasturgie Grygrwicz Serge MAB Page 79 sur 140

80 Bugaut Françis CEA Arnaud Laurent Arts et Métiers Paris Tech Cluny Cstes Jean-Philippe Arts et Métiers Paris Tech Cluny Guyn Rbert CCIR et Agence NTIC Schuddinck Emmanuel W4F Dereux Alain ub Richard Niclas PNB Schmitt Yves Allizé plasturgie Peltier Leannick Direccte Guyn Rbert CCIR Ladmiral Emilie W4F Page 80 sur 140

81 DOMAINE STRATEGIQUE 3 : INTEGRATION DE SOLUTIONS BIOMEDICALES POUR LA PERSONNE EN TERMES DE PREVENTION, DIAGNOSTIC ET THERAPEUTIQUE Bien que plus récemment installé dans le paysage sci-écnmique burguignn, ce dmaine stratégique, fndamental pur le dévelppement de la Burggne, dispse d atuts aujurd hui bien identifiés. Parmi ces derniers n peut nter l émergence d un cntinuum semblable à celui mentinné pur le DS1. Cela est dû en particulier à la qualité des travaux menés cncernant les maladies inflammatires et le cancer, avec l btentin du labex LIPSTIC et de l équipex IMAPPI qui traite d imagerie fnctinnelle bimédicale, dans le cadre du prgramme des investissements d avenir. Ces structures rassemblent des labratires (Centre Inserm, Institut de chimie mléculaire, par exemple), le centre hspital-universitaire, le centre anticancéreux Gerges Françis Leclerc, le grupement d intérêt écnmique Pharmimage. Le PIA a également sélectinné les Bi banques F-CRIN et 5 chrtes de patients (ntamment la chrte CANTO) et le prjet IMODI prté par une entreprise de recherche privée, Oncdesign. La recherche privée est présente aussi sur le territire burguignn, avec des sciétés telles URGO, Sanfi-Aventis, Oncdesign u Inventiva, par exemple. Une structuratin des entreprises se dessine, ntamment autur de la pharmacie et de la pharmaclgie, mais aussi de l rthèse et du sin à la persnne. Objectifs thématiques de l Unin eurpéenne Renfrcer Recherche, Dévelppement Technlgique et Innvatin Amélirer l accès aux TICs, utilisatin/qualité Amélirer la cmpétitivité des PME Evluer vers une écnmie sbre en carbne S adapter aux changements climatiques, gérer les risques Prtéger l envirnnement et bien gérer les ressurces Transprt durable et infrastructures des réseaux clés Prmuvir l empli et sutenir la mbilité dans le travail Prmuvir l inclusin sciale et cmbattre la pauvreté Educatin, frmatin au lng de la vie, cmpétences Fnctinnement des institutins et administratins publiques Enjeux, défis et axes transverses Les enjeux Seln l OCDE, l état de santé des ppulatins a cnnu des améliratins quantitatives et qualitatives spectaculaires depuis 1960 avec une mrtalité infantile divisée par cinq, et le taux de décès prématurés mesuré par le nmbre d années de vie perdues avant 70 ans diminué de mitié. Cependant, l écsystème des parties prenantes (industries des prduits de santé, décideurs et payeurs, acteurs de la frmatin, de la recherche, de l innvatin et des sins) dit répndre à de nuveaux enjeux cntemprains. Enjeux de santé publique et sciétaux Avec l allngement de l espérance de vie n cmpte au plan mndial 470 millins de persnnes de plus de 65 ans. Cette situatin prvque des changements prgressifs de la prévalence des principales causes de mrbidité et de mrtalité, 70 % des décès étant imputables à des maladies chrniques (cancers, maladies cardi-vasculaires, maladies respiratires, diabète). Parmi celles-ci, le cancer est devenu majeur dans la ppulatin âgée. Il faut également citer les trubles cgnitifs sévères (maladie d Alzheimer et apparentées) qui peuvent interférer avec la prise en charge des maladies chrniques. La Burggne n est pas épargnée, étant la 4 ème régin de France en termes de part de ppulatin âgée et la 2 ème en nmbre de persnnes âgées de plus de 60 ans. En raisn de l augmentatin des cmprtements d abndance (suralimentatin, sédentarité), le cût scial du surpids est cnsidérable. Les maladies de suralimentatin (diabète, maladies cardivasculaires) deviennent ainsi peu à peu la première cause de mrtalité (70 % des causes de décès en Page 81 sur 140

82 2030). Ce prblème tuche aussi l Eurpe qui cmpte 3 millins d bèses. L avènement de l E-santé uvre des perspectives nvatrices en termes d accès aux sins, de changements dans le rapprt patient/signant pur rééquilibrer l asymétrie d infrmatin, une plus frte exigence en matière de préventin, de qualité et de perfrmance des sins. Enjeux du système de santé Avec 11% du PIB en France, les dépenses de santé snt appelées à crître avec l allngement de l espérance de vie et sn crllaire, la perspective d une branche dépendance pur cuvrir les dépenses du vieillissement et les pathlgies chrniques. Mais les systèmes dnt le financement repse sur les ctisatins des actifs rencntrent de plus en plus de difficultés à mesure que la ppulatin vieillit et que la prprtin des actifs diminue. Seln l OCDE, la stratégie à privilégier est d accrître l efficacité du système de santé afin de cncilier l augmentatin de la demande de sins et les cntraintes du financement public. Cette recherche d efficacité se traduit en 3 niveaux : Amélirer «en amnt» l état de santé de la ppulatin par les préventins primaire et secndaire Mdérer le taux de crissance des dépenses publiques de santé (10% en myenne du PIB des pays en Eurpe) pur préserver la viabilité du système de santé et de sécurité sciale Accrître l efficience du système de santé et la qualité de vie des patients et leur enturage Enjeux d un nuveau mdèle de médecine L intégratin rapide des nuvelles cnnaissances, technlgies et innvatins dans le système de la santé amène nécessairement à recnsidérer les apprches et cncepts médicaux. C est ce que prpse le paradigme de la médecine des 4P pur Prédictif, Préventif, Persnnalisé et Participatif qui cnsacre une médecine glbale aux bjectifs renuvelés : - L améliratin du ciblage et l efficacité des traitements pur sutenir l allngement d une espérance de vie plus qualitative (PREDICTIF) - La mise au pint de traitements adaptés aux grupes cibles, par exemple au travers de l améliratin du cnfrt d usage et de l autnmie et des traitements ciblés à partir de bimarqueurs (PERSONNALISE) - Une diminutin du cût de traitement de la santé en anticipant et limitant l incidence, la prévalence de pathlgies et en réduisant leurs cnséquences tels les invalidités fnctinnelles u encre l exclusin sciale et prfessinnelle (PREVENTIF) - Dévelpper la capacitatin des patients («empwerment»), une aide aux aidants, permettre une cprductin des sins, et amélirer le suivi du traitement («cmpliance»), mais aussi du service médical rendu (PARTICIPATIF). Enjeux pur l industrie des prduits de santé Les évlutins du système de santé pussent les industriels à renuer avec un mdèle écnmique recentré sur le patient, sn enturage et les payeurs et une rganisatin industrielle «d intégrateurs» agiles et uverts à des partenariats avec les acteurs de la chaîne de valeur de l innvatin. L enjeu prte aussi sur une réductin du temps de dévelppement des traitements en passant d un mdèle séquentiel à un mdèle itératif basé sur la phase 0, mais aussi en faisant cnverger les dispsitifs médicaux et les médicaments vers des prduits frntières. Les facteurs de succès pur ces industries snt alrs au nmbre de tris : Etre acteur d un écsystème diversifié et transdisciplinaire Ecsystème des slutins de santé Etre adssé à un pôle innvant et perfrmant en évaluatin & qualificatin des thérapeutiques Page 82 sur 140

83 Avir des capacités industrielles d intégratin et de mise en marché de prduits frntières (ex. dispsitifs médicaux avec principes actifs) Les enjeux pur la France Les industries de la santé cnstituent une filière stratégique en France avec un CA de 75 Md, emplis directs et indirects et pas mins de 900 entreprises, 1400 sites u établissements et 400 usines. Parmi celles-ci, l industrie du médicament représente un secteur cmpétitif et dynamique, avec la présence de leaders mndiaux et des dmaines d expertises, ainsi qu une intensité élevée en termes de R&D. En utre, de nmbreuses PME et ETI innvantes snt actives sur des filières émergentes u à frt ptentiel de dévelppement (e-santé, imagerie, médecine persnalisée,..). La France est également recnnue pur l excellence de sa recherche publique et ses dispsitifs de sutien à la R&D tels le Crédit Impôt Recherche par exemple u encre ses inititiatives au plan rganisatinnel (AVIESAN, Instituts hspital-universitaires, Prgramme d Investissement d Avenir, ). On peut en utre citer la perfrmance du système de santé français avec un crps médical d excellence et des CHU et centres de lutte cntre le cancer assurant un aller et retur permanent entre les dévelppements technlgiques et le patient. Les faiblesse relevées snt ntamment dues à une préventin primaire insuffisante, mais aussi à des inégalités de santé manifestes entre sexes, régins et prfessins. Par ailleurs, la France dispse d un tissu industriel de PME/ETI trp dispersé, en particulier dans les dmaines des dispsitifs médicaux, de l imagerie u du diagnstic, et qui peine à accéder à des financements et avec un délai d accès au marché parfis trp lng. Peu de mlécules innvantes snt prduites. Le secteur des dispsitifs médicaux est également cncerné avec une balance cmmerciale déficitaire et une absence de leaders mndiaux. Les mdes rganisatinnels dédiés à l innvatin, quant à eux, gagneraient à être plus cllabratifs, dans l ptique de mieux fédérer les relatins et prjets entre leaders industriels, furnisseurs, prestataires de services, centres Page 83 sur 140

84 de recherche académique et hspital-universitaire, jeunes entreprises innvantes et assciatins de patients. Le secteur des prduits de santé est dnc une pririté guvernementale qui s inscrit dans : la Stratégie natinale de santé et l Agenda France-Eurpe 2020 pur la recherche afin de répndre aux enjeux de santé publique, d innvatin et de cmpétitivité écnmique de la France. Elle se décline en 44 mesures seln 4 axes d actins priritaires du Cntrat de Filière Industries et Technlgies de Santé. l Ambitin N 5 «Médecine individualisée» du rapprt de la cmmissin Innvatin 2030 présidée par Mme Lauvergen Les défis prpres au DS Les défis prpsés s inscrivent dans ceux de l agenda stratégique France-Eurpe 2020 : DEFI «SANTE, EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET BIEN-ETRE» Ce défi vise à amélirer la qualité de vie des cityens eurpéens de tus âges et à préserver la viabilité écnmique des systèmes de santé et de prtectin sciale. Il s'rientera ntamment sur les dmaines priritaires suivants : une préventin plus efficace des maladies par une meilleure cmpréhensin des bases scientifiques des mécanismes nrmaux et pathlgiques - ceux liés à l envirnnement, au changement climatique, à l alimentatin, aux mdes de vie et aux caractéristiques génétiques - ceux liés aux agents infectieux (vaccinatin, télé-épidémilgie) - ceux liés au vieillissement. la détectin, le diagnstic et le traitement des principales maladies - une meilleure cmpréhensin des mécanismes bilgiques et des maladies, du dévelppement et de la validatin de systèmes mdèles, de la mise en place de chrtes et de registres - des utils diagnstiques innvants et des nuvelles mlécules thérapeutiques - une meilleure intégratin entre recherche fndamentale et translatinnelle (apprche de médecine persnnalisée), une stratégie thérapeutique innvant, des cncepts innvants - le dévelppement d essais cliniques à l initiative des chercheurs à l échelle eurpéenne une meilleure prise en charge des patients - des systèmes de sins et de santé efficaces et durables/sutenables - des standards sur les traitements, une efficacité cmparée des mdes de prises en charge, un échange de bnnes pratiques, du benchmarking, des études cmparées de systèmes de santé, la questin de l impact sci-écnmique. - des services innvants, la e-santé, le dévelppement de la télémédecine - une infrmatin favrisée du patient sur sa maladie pur amélirer l efficacité du traitement les bitechnlgies médicales, les infrastructures en bilgie-santé et les technlgies médicales - dévelppement de nuveaux utils et dévelpper des standards. - pursuite des effrts de structuratin et d évlutin de ces infrastructures ainsi qu en garantir l accès à la cmmunauté scientifique eurpéenne. DEFI «MISE EN PLACE DE SOCIETES INNOVANTES, INTEGRATIVES ET ADAPTATIVES» Il vise à mbiliser les ressurces cgnitives humaines pur amélirer la prise en charge thérapeutique et la capacitatin des patients. Page 84 sur 140

85 Revendicatin d un dmaine de spécialisatin «santé» en Burggne : La santé en Burggne représente : - Plus de 5000 emplis directs au sein de 70 entreprises avec des leaders eurpéens sur leurs marchés - Un Grand Campus universitaire de 1000 persnnes impliquées dans la recherche publique, ainsi que étudiants - Des frces cmplémentaires en inter-régin, en particulier avec la Franche-Cmté et déjà en matière industrielle : Un pôle de furnisseurs de cmpsants micrtechniques franc-cmtis et des intégrateurs burguignns leaders du secteur bimédical Un pôle d expertise et d innvatin, le Pôle de Gérntlgie Inter-réginal Burggne Franche- Cmté (PGI), qui fédère l ensemble des acteurs du vieillissement En tant que 7 ième régin française des dispsitifs médicaux et 13 ième en pharma par effectif, la Burggne revendique un tissu industriel et des centres académiques spécialisés cntribuant aux enjeux de santé publique de l agenda eurpéen Hrizn 2020 dans le cadre de la médecine 4P. Revendicatin de la régin Burggne Ntre ambitin se base sur des cmpétences en R&D transdisciplinaires, évaluatin & qualificatin, intégratin industrielle et mise en marché de slutins bimédicales innvantes assurant des fnctins de préventin, diagnstic et thérapeutique. Les bjectifs snt d amélirer la qualité de vie et les parcurs de sins du patient dans ses milieux de vie (famille, aidant) tut en maîtrisant les cûts du système de santé. Le dmaine de spécialisatin réginal «Intégratin de slutins bimédicales pur le patient dans ses milieux de vie : préventin, diagnstic et thérapeutique» s articule sur : - Cinq aires thérapeutiques : 1) maladies chrniques (nclgie, maladies cardi-vasculaires et inflammatires, diabète, anmalies du dévelppement), 2) handicap et dépendance liée en particulier au vieillissement, 3) plaies et pathlgies cutanées, 4) médicatin familiale, 5) 1ers sins. - Six thématiques de spécialisatin intelligente qui crrespndent à des pôles de spécialité recnnus en Burggne. Ces thèmes se caractérisent à la fis par la présence d industriels leaders sur leurs marchés à l internatinal avec leurs centres de décisin et R&D en régin, par l excellence et la transdisciplinarité des labratires de recherche en santé adssés à des platefrmes technlgiques à la pinte du prgrès et par la spécificité et/u une masse critique atteinte au travers de la mutualisatin de myens techniques et scientifiques. Les 6 thèmes d excellence identifiés représentant un avantage cncurrentiel pur la Burggne snt : 1) E-santé, 2) Pharmac-imagerie & Théranstique, 3) Lipides et apprches thérapeutiques innvantes, 4) Slutins et technlgies assistives adaptées («assistive & adaptative technlgies») (handicap, vieillissement), 5) Slutins et technlgies de cicatrisatin des plaies et pathlgies cutanées («wund care technlgies») et 6) Slutins et technlgies d administratin de médicaments («drug delivery technlgies»). Page 85 sur 140

86 Psitinnement des thèmes de spécialisatins (TS) burguignns dans la médecine 4P TS1 : le 1 er thème est celui de l E-santé qui est une applicatin transverse priritaire relevée par les industriels du cluster «Club Santé Burggne». Il cncerne «les dispsitifs médicaux 2.0» pur le traitement en autnmie et le suivi lngitudinal du service médical tut au lng du parcurs de vie. La structuratin d une platefrme réginale mutualisé est prpsée sur des fnctins clés et ses verrus technlgiques cmme la prtabilité (ergnmie, matériaux, micrtechniques, gestin de l énergie), le suivi du parcurs de sins (capteurs et traitement du signal de paramètres bilgiques, physilgiques et bimécaniques) et les interactins patients / famille / aidants / médecins / payeurs (e-santé, M2M, TIC, RFID). Les enjeux pur ce thème snt de : - Cntribuer à lutter cntre désertificatin médical et l inégalité territriale par l accès à une ffre de sins innvante permettant le traitement en autnmie - Faire évluer l ffre de sins autur des nuvelles technlgies (E-santé) qui vnt mdifier le rapprt patient/espace de sins, patient/signants et une demande nuvelle en termes de préventin, d infrmatin, de qualité et de perfrmance des sins. - Amélirer l bservance des traitements («cmpliance»), sachant que l expérience avec les maladies chrniques indique qu elle a un effet direct sur les résultats cliniques. TS2 : le 2 ème thème cncerne la «Pharmac-Imagerie & Théranstique» pur dévelpper deux vlets, dnt un particulièrement innvant issu de l Equipex IMAPPI (Prgramme d Investissement d Avenir PIA-) : - des slutins d imagerie pur l étude de la bi-distributin, des effets des médicaments et leur persnnalisatin - des agents théranstiques pssédant une duble prpriété d agent d imagerie pur le diagnstic et de thérapie ciblée L bjectif est de répndre à un besin de maîtriser tute la chaine de la cnceptin depuis la chimie des agents d imagerie, l instrumentatin physique jusqu à la cnduite d essais cliniques et le traitement des images. La cmbinaisn entre imagerie à visée diagnstique et thérapeutique permettra également un meilleur service médical rendu. Les aires thérapeutiques cncernées snt le cancer, les maladies cardivasculaires, le diabète, les maladies inflammatires et les maladies infectieuses. Les principaux enjeux de ce thème snt au nmbre de tris : - Diminuer le taux d attritin du dévelppement de nuveaux médicaments - Identifier des sus-ppulatins de patients répndant au traitement par le diagnstic - Faire face aux cûts imprtants et au manque de standardisatin des essais cliniques de phase précce. Les travaux qui sernt réalisés mbilisent une frte transdisciplinarité. Ils intègrent une cmpsante frte de recherche translatinnelle pur évaluer de nuvelles thérapeutiques au plus tôt chez l animal et d en assurer le passage chez l hmme en recherche clinique explratire. Page 86 sur 140

87 TS3 : le 3 ième thème prpse une apprche thérapeutique innvante et intégrée de médecine persnnalisée autur des lipides. Il se base sur une recherche sutenue dans le cadre du Labex LiPSTIC (PIA). Les pathlgies ciblées snt ntamment le cancer, les maladies inflammatires et cardivasculaires, le diabète et les rétinpathies. Les verrus à lever snt ntamment les suivants : 1. Prévenir la survenue et la prgressin du cancer et des maladies inflammatires 2. Faire transprter des mlécules biactives inslubles dans l eau (lipides u médicaments) jusqu à l rgane malade 3. Neutraliser et transprter les cmpsés bactériens pr-inflammatires jusqu au fie pur éliminatin 4. Dévelpper une recherche bimédicale innvante cmbinant la bilgie des systèmes et l épidémilgie intégrée -> apprche intégrative et transdisciplinaire autur des lipides S appuyant sur des platefrmes académiques à la pinte de la technlgie, les utputs cuvrirnt l ensemble de la chaîne de valeur de la médecine persnnalisée : les bimarqueurs, les mdèles cellulaires et animaux, le dévelppement de prtéines thérapeutiques recmbinantes, les aspects pharmacdynamique / cinétique, les facteurs de prédictin de la répnse thérapeutique, l établissement de bases de dnnées cliniques et épidémilgiques, des nuvelles indicatins pur les médicaments agissant sur les lipides, l ptimisatin des traitements au travers de la nutritin, le rapprt cût-efficacité et la qualité de vie des patients. TS4 : le 4 ème thème «Assistive & adaptative technlgies» prpse autur de leaders industriels français des appareillages rthpédiques externes basés en Burggne de dévelpper les paradigmes de stimulatin cgnitive, ntamment par l activité physique, pur la préventin et la prise en charge des trubles neurpsychlgiques et mteurs sévères, utiliser le muvement et les prcessus cgnitifs cmme agents thérapeutiques à part entière et dévelpper les TIC (réalité virtuelle) pur ptimiser la rééducatin de la fnctin mtrice et cgnitive. Ce thème répnd au besin de cncevir et dévelpper des méthdes et utils nn-médicamenteux pur prévenir, rééduquer, cmpenser les incapacités mtrices, sensrielles et cgnitives. Il répnd également aux enjeux du vieillissement démgraphique dans l bjectif d augmenter la capacitatin des persnnes âgées. Les verrus à lever snt au nmbre de quatre : - Mettre au pint des méthdes et d utils d évaluatin adaptés à la persnne, - Dévelpper des prgrammes et des utils persnnalisés d évaluatin et de rééducatin repsant sur des dispsitifs avancés - Cncevir des prduits embarqués utilisables ntamment à dmicile - Sensibiliser autur des slutins préventives et thérapeutiques nn médicamenteuses TS5 : le 5 ème thème autur du «Wund care technlgies» s impse du fait de la présence en Burggne d industriels recnnus au plan eurpéen œuvrant dans le secteur des slutins de cicatrisatin des plaies et pathlgies cutanées. Cet enjeu de santé publique, ntamment pur les persnnes suffrant de diabète, s adresse à un marché de 11,7 Md$. Les verrus à lever snt les suivants : - L absence de traitements efficaces et sûrs pur la cicatrisatin de l ulcère du pied diabétique - L absence d utils théranstiques pur prédire le degré de cicatrisatin et la répnse u nn au traitement prpsé. Les travaux qui sernt cnduits répndrnt à la nécessité de : - Mettre au pint des frmes galéniques les plus adaptées (avec et sans actifs) pur accélérer la cicatrisatin, des utils théranstiques utilisables en pratique curante et des utils de préventin afin d éviter que les plaies n apparaissent - Identifier les bimarqueurs prédictifs de la bnne cicatrisatin u qui permettent d identifier des patients répndeurs aux traitements prpsés - Démntrer cliniquement et écnmiquement l efficacité et l efficience de traitements innvants de cicatrisatin des plaies chrniques - Mettre au pint des utils théranstiques utilisable en pratique curante ainsi que des utils de préventin afin d éviter que les plaies n apparaissent TS6 : le 6 ième thème «Drug Delivery technlgies» cncerne les slutins d administratin de médicaments du fait de l existence en Burggne ntamment de pôles industriels leaders en Eurpe sur le «Transdermal drug delivery» et la «Technlgie Lyc». Les cmpétences mbilisées au travers de ce thème snt les suivantes : Page 87 sur 140

88 - Dévelppement et prductin de patchs pharmaceutiques - Dévelppement et prductin d aut-injecteurs sans aiguilles innvants avec la seule platefrme au mnde (Zene) prpsant 3 mdes d injectin (intradermique, sus-cutanée et intramusculaire) - Dévelppement et prductin de cmprimés rdispersibles avec la plus ancienne technlgie de lyphilisat ral au mnde et la principale unité de prductin eurpéenne basée à Nevers. Prise en cmpte des axes transversaux de la SRI-SI AT1 - Nuveaux cmprtements, nuvelles écnmies 1. Expérimentatin de slutins pur dévelpper la capacitatin des persnnes handicapées u âgées et l E-santé en faveur d une égalité d accès aux sins en milieu rural. Les acteurs du dmaine santé prpsent de cnsidérer la régin Burggne cmme un territire apprprié pur dynamiser l innvatin tirée par les usages sus la frme d un «Living-Lab» afin de mieux saisir les nuveaux cmprtements et anticiper les nuvelles écnmies. 2. Renfrcement de la recherche en épidémilgie pur mieux cmprendre les facteurs de risques sciaux et cmprtementaux ayant des cnséquences sur la santé et l accès aux sins des ppulatins, ce qui nécessite de cnslider les apprches multidisciplinaires et intégrées cmbinant la médecine, la bilgie, les statistiques, l infrmatique, les sciences humaines, sciales et envirnnementales. AT2 - Dévelppement et mise en réseau des cmpétences 1. Dispser de structures de prximité en financement de haut de bilan (capital risque, capital dévelppement, etc.) ayant les cmpétences et les dispsitifs pur apprécier, juger et accmpagner des mdèles écnmiques des prteurs de prjets de startups, bitechs et industries de santé 2. Rééquilibrer et mieux articuler les sutiens à l innvatin entre les apprches Techn-push et Market-pull. 3. Amélirer le transfert et la valrisatin du secteur académique vers le tissu industriel (ex. SATT Grand-Est, CVT Aviesan) 4. Sutenir les structuratins en curs de l écsystème réginal pur faire émerger des prjets cllabratifs d innvatin issus de grupements d entreprises des prduits de santé (ex. Club Santé Burggne), et favriser leur uverture aux disciplines académiques et autres cmpétences industrielles cmplémentaires (fertilisatin crisée). 5. Renfrcer et défendre la revendicatin du dmaine de spécialisatin «santé» réginal par un marketing stratégique en cntinue afin d amélirer l attractivité et la visibilité scientifique et industrielle du secteur auprès de prescripteurs, de talents, et d investisseurs. 6. Sutenir les initiatives de cpératins interréginales existantes, par exemple avec : - Les pôles de cmpétitivité «santé» (ex. Médecine persnnalisée en nclgie entre la sciété Oncdesign Bitechnlgy et le Pôle de cmpétitivité Medicen) - Le Pôle de Gérntlgie Interréginal Burggne/Franche-Cmté - Les infrastructures de recherche (ex. France Life Imaging) - Les Fédératins hspital-universitaires (FHU) structurantes Burggne-Franche Cmté ayant pur bjectif de dévelpper à partir d un défi en termes de santé publique des prjets de recherche d excellence, de frmatin, d innvatin et de dévelppement sci-écnmique. Ces prjets cllabratifs riginaux, nvateurs et d envergure internatinale répndent à des prblématiques nuvelles à frt ptentiel de crissance écnmique (ex : FHU «Genmic Innvatin and TRANSLAtinal medicine in Develpmental diseases : TRANSLAD). 7. Les régins Burggne et Franche-Cmté dévelppent des relatins inter-établissements depuis plusieurs années. La cmplémentarité se cnstate déjà en matière industrielle entre un pôle de furnisseurs de cmpsants micrtechniques et des intégrateurs leaders du secteur bimédical burguignns. Du pint de vue de la recherche académique des cmplémentarités se nuent et snt appelées à se dévelpper par exemple dans le cadre des prjets PIA (ex. Equipex IMAPPI et Labex LIPSTIC. 8. Investiguer les pprtunités de cpératins qu ffre l espace de métrplisatin transfrntalier Rhin/Rhône avec les eur-régins Alsace, Bade-Wurtemberg, Cantns suisses (Jura, Bâle, Vaud, Genève) et leurs biclusters (BiAlps, Bivalley, etc.). Page 88 sur 140

89 AT3 - Diffusin des technlgies clés et ingénierie numérique 1. Ingénierie numérique / Réalité virtuelle infrmatique graphique temps réel, instrumentatin, mécatrnique : techniques d immersin multi-sensrielle pur l interactin avec un mdèle numérique. Thème : renfrcer l rientatin sur les applicatins santé des cmpétences burguignnnes transversales autur de la réalité virtuelle de l Institut Image. Apprt pur le handicap : rééducatin fnctinnelle, serius game pur l apprentissage, réalité virtuelle pur l ergnmie d envirnnements pur l aide aux handicapés et pur l apprentissage. Apprt pur l E-santé : mesures sur le patient (cardi, sang, images du crps), cnfiance, représentatin, interfaces et interactin, nuveaux usages (apprentissage), etc. 2. Ingénierie numérique / Cmputer Aided Diagnsis. Thème : utilisatin des utils de traitements des images pur l aide au diagnstic et le suivi au curs du temps. Apprts en santé : Cancer, (sein, prstate), maladies cardivasculaires, rétinpathie diabétique, maladie d Alzheimer, etc. / Instrumentatin et imagerie médicale / Imagerie nn cnventinnelle (bimédical). 3. Technlgie clé / Nantechnlgies appliquées : renfrcer en Burggne les différentes cmpsantes d'une recherche pluridisciplinaire de haut niveau (bilgie-médecine, chimie, physique) autur des nantechnlgies appliquées en santé. Thème : nanparticules, nanhybrides, nan et micrsystèmes, biphtnique, imagerie médicale et thérapie. Apprts en santé : Cancer, Radithérapie, Cardivasculaire / Vectrisatin, Agents de cntraste pur l imagerie multimdale (TEP/IRM, IO/IRM, SPECT/IRM) / Théranstique (nantubes, nanhybrides, nanparticules) / nanrisque, nancare / biphtnique, Micr et nan-systèmes (micrfluidique) / Mdélisatin (calcul haute-perfrmance). 4. Technlgie clé / Phtnique appliquée : renfrcer en Burggne les différentes cmpsantes d'une recherche pluridisciplinaire de haut niveau (bilgie-médecine, chimie, physique) autur de la phtnique appliquée en santé. Thèmes : Agents d imagerie ptiques / Chimie «intelligente» activatin du signal par stimulus bichimique / Instrumentatin physique, lasers et applicatins / Capteurs à haute sensibilité et rendement ptique / Mdélisatin physique du signal ptique / Quantificatin de paramètres. Apprts en santé : Cancer, Cardi-vasculaire, Inflammatin / Vectrisatin, agents de cntraste pur l imagerie ptique / Théranstique par phtthérapie dynamique / Instrumentatin physique et lasers, biphtnique / Nanélectrnique et capteurs ptiques / Mdélisatin (calcul haute-perfrmance). La régin Burggne dispse de frces académiques transdisciplinaires appliquées «santé» et de spécialités industrielles dédiées aux slutins bimédicales innvantes qui snt remarquables. Cette chaîne de valeur cmprend les phases amnts en recherche, le dévelppement, l évaluatin & la qualificatin des thérapeutiques, jusqu à l intégratin et la mise en marché. Page 89 sur 140

90 Dynamiques burguignnnes La chaîne de valeur de la régin Burggne met en avant ses tris principaux atuts pur appuyer sa revendicatin du dmaine santé en cmplémentarité et en cpératin avec les autres régins et biclusters eurpéens : Les atuts précités, les cpératins interréginales et le cntexte des plitiques publiques en curs de structuratin en matière de recherche et d innvatin ffrent des pprtunités à la régin Burggne pur transfrmer les menaces en dynamique de dévelppement dans le cadre de sn SRI-SI : Diagramme SWOT Atuts - Dynamisme et frte transdisciplinarité des unités de recherche appliquées à la santé à l Université de Burggne labellisée «Campus innvant» (50% des prjets PIA, 70% des unités de recherche A u A+, 50% des IUF) - Pôle d innvatin technlgique en évaluatin et qualificatin de thérapeutiques médicamenteuses (ex. le GIE Pharm Image) et nn-médicamenteuses - Implicatin frte des établissements de santé du site Burggne-Franche Cmté (CHUs, CGFL, EFS) dans le dévelppement de la recherche translatinelle. - Pôles de spécialité appliqués à la santé autur d industriels intégrateurs leaders eurpéens ffreurs de slutins bimédicales innvantes (en curs de structuratin via le Club Santé Burggne) - Caractérisatin d un écsystème réginal sur les prduits de santé à frt ptentiel d innvatin et de valeurs ajutées aux plans natinal et eurpéen ( emplis directs, 1000 en R&D). - Pôle d expertise et d innvatin en gérntlgie en inter-régin (PGI) Opprtunités Page 90 sur 140 Faiblesses - Fléchissement démgraphique et «fuite» des diplômés fnt de la RH qualifiée un bien rare. - Faible visibilité scientifique et écnmique ntamment en Pharma et Medtech. - Déficit d identité technlgique de la Burggne - Un écsystème à frt ptentiel d innvatin et de retmbées écnmiques insuffisamment dévelppé (amélirer les relatins inter-entreprises, entre recherche et entreprises, entre entreprises et centres de transfert) - Des tailles d entreprises à faire évluer pur plus de cmpétitivité et d emplis (peu d ETI, mntée en gamme nécessaire de TPE/PME) Menaces

91 - Université Fédérale Burggne/Franche-Cmté, - Frtes cmplémentarités avec le pôle de furnisseurs de cmpsants micrtechniques franc-cmtis. - Espace de métrplisatin transfrntalier Rhin/Rhône avec les eur-régins Alsace, Bade-Wurtemberg, Cantns suisses (Jura, Bâle, Vaud, Genève) et leurs biclusters (BiAlps, Bivalley, etc.). - Dynamisatin de l écsystème réginal santé dans le cadre d une plitique réginale de spécialisatin (RIS3, PARI, CPER, etc.) - Les thèmes avec applicatin santé de la Nuvelle France Industrielle, et Ambitins 2030, plitiques impulsées par les puvirs publics et les fédératins d industriels (CSIS, CSF) - Agenda stratégique France Eurpe 2020 qui vise spécifiquement à stimuler le renuveau industriel - Risque d aspiratin/dilutin des cmpétences réginales dans les pôles de cmpétitivités et clusters des 2 régins visines prépndérantes IDF, Rhône-Alpes. - Des mdèles écnmiques de +en+ difficiles à stabiliser dans le cntexte évlutif de la réglementatin des AMM - Restructuratin du frmat industriel des sites de prductin et R&D pharma - Un cntexte écnmique eurpéen actuel peu prpice aux investissements et à la crissance - Des investissements R&D pas suffisamment valrisées en matière d innvatin et de mise sur le marché de nuveaux prduits (faible taux de transfrmatin) - Intensificatin de la cmpétitin natinale et mndiale sur les dispsitifs structurés de R&D Recherche académique relative au dmaine «santé» Chiffres clés relatifs au dmaine «santé» Etablissements / rganismes Etudiants Frmatins supérieures Chercheurs public (y/c ingénieurs et techniciens) Labratires publics Platefrmes publiques 16 Centre de ressurces / investigatin clinique / registres Etudes cliniques 901 Patients inclus Instances natinales avec lcalisatin à Dijn (Chaln pur l Institut Carnt ARTS) 10 dnt 1 CHU et 1 Centre Réginal de Lutte Cntre le Cancer (CGFL) 1 EFS Burggne Franche-Cmté dnt en sciences de la vie et en sciences et technlgies 3 licences, 5 licences prfessinnelles, 1 Master 1, 9 Master 2 (2 recherche, 1 prfessinnel, 6 recherche et prfessinnel) Env (430 chercheurs, 168 ingénieurs / techniciens, env. 450 dctrants et pst-dctrants) Nmbre : 14. Evaluatin (AERES) : 70% des unités de recherche A/A+ en santé (2011) 50% des IUF de l établissement (CGFL : taux d inclusin de 20%, 4ième psitin des centres eurpéens affiliés à l EORTC) - DVS - CVT Aviesan (Dmaine de Valrisatin Stratégique «agents d imagerie» du Cnsrtium de valrisatin thématique Aviesan) - Fédératin Francphne de Cancérlgie Digestive - Crdinatin de la recherche clinique de 11 établissements du Grand- Est (GIRCI) - Institut Carnt ARTS (1250 ETP dnt 300 ETP en Burggne) : des activités de recherche partenariale dans le dmaine de la santé (prcédés de fabricatin, bimécanique, imagerie médicale, réalité virtuelle, capteurs) Page 91 sur 140

92 Cmpétences scientifiques Labratire UMR Le2i (Labratire électrnique, infrmatique, image) UMR ICMUB (Institut de Chimie Mléculaire de l ub) Université de Burggne Etablissement Arts et Métiers ParisTech Cluny AgrSup Dijn X x x X Organisme ESC CNRS INRA INSERM UMR Lipides, Nutritin, Cancer X X x UMR LEAD (Labratire d Etude de l Apprentissage et du Dévelppement) UMR Cgnitin, Actin et Plasticité Sensrimtrice UMR ICB (Labratire Interdisciplinaire Carnt de Burggne) UMR CSGA (Centre des Sciences du Gût et de l Alimentatin) X X X X x x UMR Agréclgie X x x x EA Immunlgie et Immunthérapie des Cancers EA Centre d Epidémilgie des Ppulatins EA Bi-PerxIL (Bichimie du Perxysme, Inflammatin et métablisme Lipidique) EA GAD (Génétique des Anmalies du Dévelppement) CEREN (Centre de Recherche sur l Entreprise) EA CIMEOS (Cmmunicatins, Médiatins, Organisatins, Savirs) X X X X X x x x x x x Atuts de la recherche en Burggne - Un envirnnement attractif et favrable à l innvatin: Une recherche déjà transdisciplinaire (médecine, bilgie, chimie, physique, psychlgie, neursciences, SHS) Une recherche translatinnelle (liens étrits et cllabratins entre les prblématiques de recherche amnt et leurs applicatins aux patients) Un pôle de recherche clinique du CHU : platefrmes labellisées INSERM : CIC-EC, CIC-P, CRB et registres de ppulatins - Une recherche structurée en dmaines scientifiques bien identifiés : Page 92 sur 140

93 Lipides-Nutritin-Cancer, Imagerie-Ingénierie Mléculaire-Nantechnlgies, Handicap-Rééducatin-Vieillissement, Electrnique-Imagerie-Infrmatique-Réalité virtuelle. - Des liens avec le tissu écnmique déjà existants à frt ptentiel d attractivité pur de nuvelles industries, cmme par exemple l implantatin de la sciété Biscan Mlecular Imaging France en 2012 dans le cadre de l Equipex IMAPPI. - Un campus unifié attractif et favrable à l innvatin : un Grand Campus regrupant tutes les frces de recherche académique, clinique et technlgique, tutes les structures de transfert et de valrisatin avec des acteurs intercnnectés (UB/CHU/CLCC/CNRS/INSERM). Tissu écnmique Chiffres clés : Entreprises Effectifs (nn exhaustif) Persnnel R&D 500 Exprt (nn exhaustif) 892 M CA (nn exhaustif) Grupements (clusters, grappes, filières,..) 70 dnt 14 leaders natinaux et eurpéens emplis, dnt : 1 pôle de recherche sus cntrat (CRO s & bitechs) : 280 emplis 6 pôles industriels de spécialité : - Pharma / healthcare / selfcare : 1546 emplis - Wund care / transdermal drug delivery syst.: 1264 emplis - E-santé : 330 emplis - Assistive & adaptative technlgies: 726 emplis - In vitr diagnstic : 67 emplis - Medical imaging systems : 24 emplis 731 M en cnslidé 7 Histriquement, la régin Burggne a tujurs été une régin d industries bimédicales : 1890 Labratires Furnier, ancien 4 ième grupe pharma français (Abbtt) 1913 Prter 1919 Labratires Mnt (Merck Médicatin Familiale) 1931 Labratires Cquelu (Labratires Cluxia) 1958 Labratires Urg 1968 Labratires Delalande (Sanfi-Winthrp) Aujurd hui, le dmaine de spécialisatin santé de la Burggne ffre un cntinuum cmplet sur certaines applicatins bimédicales et aires thérapeutiques avec des pôles de spécialités industriels significatifs en taille de chiffre d affaires et de leadership grâce à la présence de grupes industriels internatinaux, d ETI et de PME et startups innvantes. Page 93 sur 140

94 Exemples d entreprises au leadership industriel recnnu sur leurs marchés en Eurpe et dans le mnde Liste nn-exhaustive Page 94 sur 140

95 Grupements («clustering») : Pôle de cmpétitivité Vitagra (axe Nutritin/Santé) GIE Pharm Image (pôle d excellence en pharmac-imagerie) Engicare (pôle d excellence en bitechnlgies) Pôle de Gérntlgie Interréginal Burggne Franche-Cmté Club Santé Burggne (réseau sectriel réginal) Mécatrnique Auxerre Burggne (pôle supprt en mécatrnique) Agence NTIC, Cluster RFID (pôles supprt en TIC) Cartgraphie : 70 entreprises, emplis Cllabratins Les prjets existants : Prgramme Dénminatin Cmpétences dévelppées PIA Equipex IMAPPI Integrated Magnetic resnance And Psitrn emissin tmgraphy in Preclinical Imaging - IRM et TEP cuplées en imagerie pré-clinique Page 95 sur 140

96 (13+1 classé nn financé) FHU FUI (3) ANR avec des industriels (6) FP 6/7, COST, AAL Labex LIPSTIC Labex ACTION Bibanques F-CRIN IMODI Chrtes DVS-CVT Aviesan (natinal) FRANCE LIFE IMAGING Centre d expertise natinale CgSTIM (classé nn financé) Fédératin hspitaluniversitaire TRANSLAD (FHU) IMAKINIB SYMPPA VITALIM SENIOR TUMOR TAG THERAGUMA MULTIMAGE APSIC SIMACTION MAAMI BIOSTAT-CHF (FP7) Lipprtéines et santé : préventin et traitement des maladies inflammatires nn vasculaires et du cancer Systèmes intelligents intégrés dans la matière : apprche pluridisciplinaire assciant les micr- et nan-technlgies, la structuratin et l activatin des matériaux ainsi que le traitement dynamique des signaux cmplexes Crdinatin des bi-banques et des centres de ressurces micrbilgiques à l écheln natinal Visibilité et cmpétitivité de la recherche clinique française académique u industrielle, en particulier au plan eurpéen et internatinal. Renfrcement de la recherche translatinnelle en lien avec l'industrie. Dévelppement de la filière natinale dédiée à la médecine persnnalisée en nclgie (pôle de cmpétitivité Medicen ; prtage OncDesign) - Etude des txicités chrniques des traitements des femmes prteuses d un cancer du sein (CANTO) - Etude cncernant une chrte existante cmpsée de patients atteints de sclérse en plaque (OFSEP) - Etude de la maladie du greffn cntre l hôte chez les patients greffés (CRYOSTEM) - Etude des cancers de l enfant (HOPE-EPI) - Fédératin de chrtes de patients atteints de maladies rares (RADICO) Dmaine de valrisatin stratégique du Cnsrtium de valrisatin thématique «agents d imagerie». Infrastructure de recherche visant à établir un réseau crdnné pur l'imagerie bimédicale. Centre d'expertise natinal en stimulatin cgnitive. Genmic innvatin and translatinnal medicine in develpmental diseases - Maladies du dévelppement. Améliratin des traitements en nclgie en dévelppant de nuveaux raditraceurs d imagerie spécifiques (prtage Medicen) Dévelppement de nuveaux actifs nutritinnels pur lutter cntre le syndrme métablique (Vitagra). Alicaments pur les senirs (Vitagra). Ciblage de la télmérase et/u des G-quadruplexes pur un diagnstic tumrspécifique Nanparticules multifnctinnelles pur la radi-thérapie guidée par imagerie Structures nanmétriques pur détectin précce en imagerie multimdale Appareillage des Persnnes amputées de membre inférieur dans des Situatins Cntraignantes de la vie curante Méthdes d aide au réentraînement mteur en explitant les mécanismes de cuplage entre perceptin et exécutin de l actin. Maladie d'alzheimer et Apprentissage Mteur Implicite dans le cadre des thérapies nn médicamenteuses. A systems BIOlgy Study t TAilred Treatment in Chrnic Heart Failure Page 96 sur 140

97 (14) HEALTH AT WORK (FP7) MEDIA (FP7) ICARUS (FP7) FAST QUAST (FP7) FALLWATCH (FP7) FALLWATCH DEMO (FP7) SPEDOC (FP7) ARGENT MATHIAS COST PET/MRI COST Theranstics STELLA (FP6) MEDIATE (AAL) CVT-DVS Aviesan (natinal) BIOMECAM (internatinal) Review current knwledge and issues related t the ecnmic impact f health at wrk. The MEtablic Rad t Diastlic Heart Failure Develp rbtic tls which can assist human crisis interventin teams. Ultrafast cntrl f quantum systems by strng laser fields New fall detectin device t imprve safety f elderly peple. Optimizatin f prcess, quality and cst as well as clinical tests f the wearable miniaturized fall detectin system fr the elderly. SPEDOC aims at cmbining the latest advances f nan-ptics, ptical manipulatin and micrfluidics with recent discveries abut Heat shck Prteins (HSP) t develp the precursr f future individualized cancer diagnsis and treatment fllw-up devices. Advanced Raditherapy, Generated by Expliting Nanprcess and Technlgies New Mlecular-Functinal Imaging Technlgies and Therapeutic Strategies fr Theranstic f Invasive Aspergillsis Bimdal PET-MRI mlecular imaging technlgies and applicatins fr in viv mnitring f disease and bilgical prcesses Theragnstics Imaging and Therapy: An Actin t Develp Nvel Nansized Systems fr Imaging-Guided Drug Delivery Develpment f stretchable electrnics fr large area applicatins fr use in healthcare, wellness and functinal clthes, integrated electrnics in stretchable parts and prducts. Cllabrative and intermediating slutin fr Managing Daily Activities fr The Elderly at hme Dmaine de valrisatin stratégique du Cnsrtium de valrisatin thématique «agents d imagerie». Pôle scientifique sur la mdélisatin bimécanique persnnalisée du système stéarticulaire et musculaire se déclinant en tris secteurs (tris chaires industrielles) : 1) innvatin clinique en rthpédie, 1) cnfrt et sécurité, 3) sprt et santé. Autre publicprivé (4) DENIS (internatinal) ISTAR (internatinal) Chrte ICE (natinal) Prjet labellisé EUREKA 2004 pur cncevir un injecteur sans aiguille à usage unique Prjet labellisé EUROSTARS pur ptimiser un injecteur sans aiguille à usage unique afin de réduire sn impact envirnnemental (masse réduite de 20%) Chrte prspective multicentrique d aidants infrmels Prjets R&D réginaux du PARI (14) FRAGIRE (natinal) Hspitalisatins évitables (interréginal) Test et validatin d une pré-grille de mesure de la fragilité des bénéficiaires de l actin sciale des caisses de retraite (GIR 5 et 6) Cmpréhensin des mécanismes d admissin aux urgences, suivies u nn d une hspitalisatin, des persnnes âgées en prvenance d Etablissements d Hébergement pur Persnnes Agées (EHPAD) Pôle Santé-STIC : Bilgie du cancer, Epidémilgie, Lipides/nutritin/cardivasculaire, Cgnitin cerveau mtricité, Systèmes et méthdes d imagerie, Imagerie, chimie et applicatins bimédicales, Recherche clinique, Dynamique membranaire inter-règnes, Génétique des anmalies du dévelppement Pôle Agr-Aimentaire Envirnnement : Perceptin sensrielle et cmprtement alimentaire, Micrbilgie envirnnementale et risque sanitaire Page 97 sur 140

98 Pôle Sciences des Matières et Techniques : Applicatins des nantechnlgies à la bilgie, Ingénierie Mléculaire pur l Envirnnement Pôle Sciences Humaines et Sciales : Sins, bien-être et systèmes de santé Prgramme pluri-annuel 3MIM (UB-CNRS-CRB) : marquage de mlécules par des métaux par l imagerie médicale Les synergies avec d autres initiatives natinales et eurpéennes Le Ministère du Redressement Prductif prpse 34 «plans de recnquête» pur dynamiser l industrie française sur des secteurs ù les marchés mndiaux snt en crissance et pur lesquels ntre pays dispse des technlgies, des savir-faire industriels et des cnnaissances académiques de pinte. Parmi ces 34 dmaines, plusieurs dmaines s inscrivent directement dans les prirités du DS 3 : - Textiles techniques et intelligents (partiellement en lien avec le DS 2) - Bitechnlgies médicales - Hôpital numérique - Dispsitifs médicaux et nuveaux équipements de santé - Objets cnnectés (partiellement en lien avec le DS 2) - Réalité augmentée (partiellement en lien avec le DS 2) Par ailleurs, la Cmmissin eurpéenne vient de lancer Hrizn Ce dernier dnne une plus grande imprtance aux : - Leadership industriel eurpéen au travers de 6 technlgies clés génériques - Défis sciétaux au travers de thématiques interdisciplinaires La cmplémentarité vulue par l Eurpe entre les différents dispsitifs de sutien à l innvatin permet de favriser les passerelles entre les différents fnds pur financer des prjets. Pur le DS 3, n retruve ainsi principalement : - Parmi les technlgies clés : Phtnique Nantechnlgies Matériaux avancés Bitechnlgies - Parmi les défis sciétaux : le défi 1 «Santé, évlutin démgraphique et bien-être» principalement Des liens snt également à dévelpper à partir des frces en présence dans ce DS avec les initiatives technlgiques cmmunes eurpéennes, telles qu IMI (Innvative Medicines) autur des traitements et diagnstics innvants. Rappel des cntributins Cmité de rédactin : Affiliatin Prénm/Nm Fnctin Autre Agence Burggne Dévelppement Fuad Bunuidrate Burggne Innvatin Daniel Micard Directeur CGFL Pr Françis Bruntte Chargé d affaires Santé Chef de service Médecine nucléaire & crdnnateur de l Equipex IMAPPI Page 98 sur 140

99 CHU de Dijn CHU Dijn Grégry Vial Pr Jean-Marie Casillas Directeur adjint en charge de la Recherche, des Plateaux techniques et de l'hôpital d'enfants Chef de service Sins de Suite et Rééducatin CHU Dijn Claire Mrisset Chef de prjet PIT CR INSERM U866 Dr Laurent Lagrst Directeur du CR INSERM U866 & crdnnateur du Labex LIPSTIC Crssject Patrick Alexandre Président du directire Club Santé Burggne DVS agents d imagerie Aviesan GIRCI-Est Sabin Carme Dr Thmas Jeanmaire Business dévelpper Grupe Prter Philippe Guérit Directeur général Club Santé Burggne ICB Pr Alain Dereux Directeur ICB ICMUB INSERM U1093 INSERM U1093 INSERM U1093 Pr Nadine Millt Pr Franck Denat Rmuald Lepers Pr Charalambs Papaxanthis Pr Thierry Pzz VP du Cnseil scientifique de l Université de Burggne Directeur INSERM U1093 Institut Carnt ARTS Pr Frédéric Mérienne Directeur LE2I Pr Fabrice Mériaudeau Directeur LEAD Pr Annie Vinter VP de l Université de Burggne NVH Medicinal David Vandrux Pdg Pharm Image Teva France Jean-Yves Sarciaux Directeur pératins industrielles Université de Burggne Emmanuel Ranc Chargé du suivi PIA Club Santé Burggne Urg Médical Laurent Apert Directeur R&D Club Santé Burggne Urg Médical Urg Santé Welience Santé Guillaume Olive Pascal Auzière Alexandre Cillit Respnsable des partenariats scientifiques Directeur de business dévelppement stratégique Chargé de dévelppement Club Santé Burggne Club Santé Burggne Page 99 sur 140

100 Participants aux cmmissins thématiques : NOM Prénm Structure Andreu Heidrun EFS Alexandre Patrick Crssject Auziere Pascal Urg Santé Billd Pierre Marie Direccte Brétilln Linel Centre INRA Dijn Curjn Daniel CNRS Dalle Frédéric CHU Dumas Mnique CHU Guérit Philippe Prter Hartmann Alain CHU Lagrst Laurent INSERM Mérienne Frédéric ENSAM Mérienne Frédéric Arts et Métiers ParisTech Cluny Mutin Arlette BPI France Burggne Piann Guillaume Ga2B Ranc Emmanuel Université de Burggne Vandrux David NVH Medicinal Vial Gregry CHU Vinter Annie Université de Burggne Vlle Laurent CCIR DOMAINE STRATEGIQUE 4 : ECOCONCEPTION, ECOCONSTRUCTION, MATERIAUX BIOSOURCES La Burggne pssède des ressurces naturelles imprtantes, ntamment le bis, la pierre, le chanvre qui peuvent lui dnner un avantage cncurrentiel. Ces ressurces divent cntribuer à cncilier crissance et dévelppement écnmique et dévelppement durable, principalement à destinatin du bâtiment. Ce dmaine stratégique dispse de cmpétences techniques et scientifiques multiples et diffuses au sein de l écsystème. L bjectif est pur ce dmaine stratégique de prmuvir l usage des ressurces naturelles et de les valriser en premier lieu dans la filière bâtiment, et de sutenir sa diffusin dans d autres secteurs d applicatin. Objectifs thématiques de l Unin eurpéenne Renfrcer Recherche, Dévelppement Technlgique et Innvatin Amélirer la cmpétitivité des PME Evluer vers une écnmie sbre en carbne S adapter aux changements climatiques, gérer les risques Prtéger l envirnnement et bien gérer les ressurces Page 100 sur 140

101 Transprt durable et infrastructures des réseaux clés Prmuvir l empli et sutenir la mbilité dans le travail Prmuvir l inclusin sciale et cmbattre la pauvreté Educatin, frmatin au lng de la vie, cmpétences Fnctinnement des institutins et administratins publiques Enjeux Enjeux généraux L augmentatin cntinue des prix de l énergie (+7,3% par an pur le gaz et fuel et + 5% pur l électricité entre 2005 et 2012) et, plus généralement, de l ensemble des matières premières; la réductin des émissins de CO2, la sécurisatin des apprvisinnements face à des ressurces fssiles limitées, exigent une prfnde mutatin des manières d agir. La cnsmmatin d énergie finale est en crissance lente mais cntinue dans les secteurs des transprts et des services depuis les années quatre-vingt-dix dans l Unin Eurpéenne, stable dans le secteur résidentiel et en léger déclin dans l industrie, traduisant l accrissement de l efficacité énergétique, mais aussi la tertiarisatin prgressive de l écnmie eurpéenne. Le secteur des transprts est le premier pste de cnsmmatin d énergie en Eurpe, sa part dans la cnsmmatin d énergie finale atteignant 33 %, devant les secteurs résidentiel (27 %), de l industrie (24 %), tertiaire (13 %) et de l agriculture (2 %). Les secteurs de l énergie, de l industrie et des transprts restent les secteurs les plus émetteurs de GES. En 2010, les émissins du secteur énergétique s établissaient à plus de 30 milliards de tnnes de CO2, sit 50 % de plus qu en 1990 En Burggne, le secteur du bâtiment est respnsable de 21% des émissins de CO2 et de 46% de la cnsmmatin finale d énergie. C est un secteur stratégique dans la lutte cntre le réchauffement climatique. Le chauffage représente la majeure partie des émissins de CO2 du secteur. Parallèlement, la cnsmmatin d énergie ttale du bâtiment cntinue à augmenter du fait de la crissance du parc, de la multiplicatin des appareils dmestiques et des exigences nuvelles de cnfrt et de mdernisatin. De plus, la Régin Burguignnne ffre une pprtunité de dévelppement imprtante : dans les 10 dernières années l évlutin du nmbre d emplis dans le secteur cnstructin, en augmentatin de 31%, en ppsitin de phase par rapprt au nmbre d empli dans le secteur de l industrie qui est en réductin de 13%. Enfin, il apparaît que ces entreprises du secteur de la cnstructin snt en général de plus petites tailles (en nmbre de persnnes) que les entreprises de l industrie. Vraisemblablement la cnstructin va aller vers davantage d industrialisatin et va dnc demander des frmatins supérieures pur l encadrement de ses entreprises Page 101 sur 140

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

Appel A Projets du C2TR Note de présentation

Appel A Projets du C2TR Note de présentation Appel A Prjets du C2TR Nte de présentatin PREAMBULE Le prjet C2TR est né de la vlnté de la Régin Picardie et de l Etat de créer, à partir des besins exprimés par un industriel, AEROLIA, une plate-frme

Plus en détail

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT SAEM Haute Brne PLAN D ACTIONS 2011 Plan d actins Haute Brne Dévelppement - Technple Lille Métrple 2011 1 SOMMAIRE A - CONTEXTE... 3 B - ACTIONS... 4 Axe 1 : Favriser la créatin

Plus en détail

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges Prjet de Cpératin : Renfrcer les démarches participatives au service du dévelppement durable» Diagnstic des stratégies et utils de cmmunicatin des territires du Val d Adur et d Armagnac Cahier des charges

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibératin n 08.01.106 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION Le Cnseil réginal en sa réunin

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Cadre de référence des Contrats de quartier

Cadre de référence des Contrats de quartier Cadre de référence des Cntrats de quartier Validé par le Cnseil administratif lrs de sa séance du 12 février 2014 Dcument élabré par la directin du Département de la chésin sciale et de la slidarité, sus

Plus en détail

ANNEXE I DÉCLARATION DE PARIS

ANNEXE I DÉCLARATION DE PARIS UNEP(DEPI)/MED IG.20/CRP.. xxxx Page 1 ANNEXE I DÉCLARATION DE PARIS Nus, Chefs de délégatin des 22 Parties cntractantes à la Cnventin de Barcelne sur la prtectin du milieu marin et du littral de la Méditerranée

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015 Brdeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Empli repère CCN : Intitulé de pste : CONSEILLER NIVEAU II Référent Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est une des mesures nuvelles issues

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

DESIGNER EN RESIDENCE

DESIGNER EN RESIDENCE Mise en cncurrence APPEL A CANDIDATURE DESIGNER EN RESIDENCE Objet de la mis en cncurrence : Recrutement d un designer en résidence dans le cluster Numélink Date limite de candidature Mercredi 3 septembre

Plus en détail

Souligné que les réformes peuvent bénéficier de consultations et d un dialogue ouvert avec la société civile et le secteur privé.

Souligné que les réformes peuvent bénéficier de consultations et d un dialogue ouvert avec la société civile et le secteur privé. Réunin du Cmité de piltage, 22 nvembre 2012 Initiative MENA-OCDE pur la guvernance et l investissement à l appui du dévelppement Prjet de cnclusins La première réunin du Cmité de piltage de l'initiative

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance Directin de la jeunesse, de l éducatin ppulaire et de la vie assciative Missin d animatin du Fnds d expérimentatins pur la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR «FACULTE

Plus en détail

Recherche et Innovation

Recherche et Innovation Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Hrizn 2020 (2014-2020) Recherche et Innvatin Hrizn 2020 est le prgramme-cadre pur la recherche et l'innvatin 2014-2020. Il cnstitue le principal util de

Plus en détail

Coopération interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Conseils Généraux examinent le projet du 3 e rapport commun

Coopération interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Conseils Généraux examinent le projet du 3 e rapport commun Dssier de Presse Cpératin interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Cnseils Généraux examinent le prjet du 3 e rapprt cmmun Lundi 17 septembre 2007 de 14 h 30 à 16 h salle de l Assemblée

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC»

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC» Objectifs du mdule 1 : «Cnceptin de dispsitifs de frmatin et scénaris pédaggiques recurant aux TIC» Ce mdule vise à amener l apprenant à cncevir et à gérer un dispsitif de frmatin recurant à divers scénaris

Plus en détail

Lille Capitale de la Chimie du 4 au 9 juillet 2015

Lille Capitale de la Chimie du 4 au 9 juillet 2015 Lille Capitale de la Chimie du 4 au 9 juillet 2015 «Chimie et transitin énergétique» abrdées en tris temps : Weekend du 4 et 5 juillet : animatins grand public par Chimie et Sciété Lundi 6 juillet : séance

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES Midi-Pyrénées Innvatin Agence réginale de l innvatin 31685 Tuluse Cedex Objet de la cnsultatin : Accmpagnement dans l élabratin

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT A) INTRODUCTION Le technicien supérieur négciatin relatin client est un vendeur - manageur cmmercial qui gère la relatin client dans sa glbalité, de la prspectin jusqu'à

Plus en détail

Réunion du 20 juin 2013 Echanges conservatoires (PACA, RA et LR) et Fédération des conservatoires

Réunion du 20 juin 2013 Echanges conservatoires (PACA, RA et LR) et Fédération des conservatoires Réunin du 20 juin 2013 Echanges cnservatires (PACA, RA et LR) et Fédératin des cnservatires - Perspectives d actins et d implicatins 1. Bilan des actins prtées par les cnservatires dans le premier Plan

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS MÉTIERS DES ÉTUDES ET DU CONSEIL

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS MÉTIERS DES ÉTUDES ET DU CONSEIL MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS MÉTIERS DES ÉTUDES ET DU CONSEIL RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Dmaine ministériel : Drit, Ecnmie, Gestin Mentin : Science plitique Spécialité

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE EURORÉGION

DÉVELOPPEMENT DURABLE EURORÉGION DÉVELOPPEMENT DURABLE EURORÉGION APPEL À PROJETS 2014 Ressurce eau Gestin des risques (Inndatins, sécheresse, submersin) Les membres de l Eurrégin Pyrénées-Méditerranée suhaitent faire de l Eurrégin un

Plus en détail

Liège, le 9 février 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/024

Liège, le 9 février 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/024 Centre Hspitalier Universitaire de Liège Dmaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestin des Ressurces Humaines Service Recrutement Liège, le 9 février 2015 APPEL

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP Bpifrance PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé, passé en appel

Plus en détail

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire 1 er Cncurs Créateurs/jeunes entreprises Dssier de Presse A l ccasin du premier anniversaire de la Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire, la Cmmunauté de

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT Intrductin Seln Philippe Laurent, Président- chef d entreprise d Auvergne Nuveau Mnde, l bjet premier de l assciatin est d amélirer la perceptin

Plus en détail

Assistant technique international en appui institutionnel dans le secteur de l hydraulique SENEGAL

Assistant technique international en appui institutionnel dans le secteur de l hydraulique SENEGAL Agence belge de dévelppement, la CTB mbilise ses ressurces et sn expertise pur éliminer la pauvreté dans le mnde. Cntribuant aux effrts de la Cmmunauté internatinale, la CTB agit pur une sciété qui dnne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE Directin de la ville et de la chésin urbaine Mise en place et suivi d un PRE Le présent dcument a pur bjectif de dnner des repères aux acteurs mettant en œuvre un prjet lcal de réussite éducative (PRE)

Plus en détail

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 Définitin du champ des musiques actuelles et amplifiées

Plus en détail

Contrat de Destination Voyage dans les Alpes Volet 2 / Comité Technique 17 Avril 2015

Contrat de Destination Voyage dans les Alpes Volet 2 / Comité Technique 17 Avril 2015 Cmpte-rendu Cntrat de Destinatin Vyage dans les Alpes Vlet 2 / Cmité Technique 17 Avril 2015 Participants : - Grande Traversée des Alpes : Muriel FAURE, Directrice Carline RIVA, Respnsable du Pôle Hébergements

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

Déclaration d intention commune «Grand Paris et PME»

Déclaration d intention commune «Grand Paris et PME» Déclaratin d intentin cmmune «Grand Paris et PME» État et CCI Paris Île de France Le Grand Paris vise à faire de Paris et de la régin capitale une métrple mndiale, dynamique, mderne et slidaire, qui juera

Plus en détail

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC Brdeaux Lille Lyn Marseille Metz Nantes Paris Tuluse SECTEUR BUREAUTIQUE Principaux enjeux Avril 2010 Rédacteur : Hervé DANLOY Avec la cllabratin d Alexandre ISSAC Sciété d expertise cmptable inscrite

Plus en détail

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous?

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous? Cahier des charges GPEC Territriale Script Empli Natinal : Métier de la relatin client Nvembre 2015 Eléments de cntexte Qui smmes-nus? Le Fnds d Assurance Frmatin du Travail Tempraire (FAF-TT), OPCA (Organisme

Plus en détail

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Au cœur de l'actin Pht: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Orientatins stratégiques 2014-2017 Canadian Dance Assembly ~ L'Assemblée canadienne de la danse The Histric Distillery District 15 Case Gds

Plus en détail

METHODOLOGIE. Le contexte. Le calendrier 2014. Une démarche résolument partenariale

METHODOLOGIE. Le contexte. Le calendrier 2014. Une démarche résolument partenariale 1 METHODOLOGIE Le cntexte Le Schéma Départemental de Dévelppement du Turisme et des Lisirs 2009/2013 a été prrgé d'une année et est arrivé à échéance fin 2014. Lrs de sa séance plénière du 20 décembre

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

Fiche pédagogique N 1

Fiche pédagogique N 1 CAPITALISATION DU PROGRAMME PROCOPIL Prgramme cmmun des réseaux : - Slidarité Laïque (France) - Fédératin Rumaine des ONG pur l Enfant (FONPC) - Réseau Natinal bulgare pur l Enfance (RNE) - Alliance mldave

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Organisation d une Soirée business N 1 : Avril 2014

CAHIER DES CHARGES Organisation d une Soirée business N 1 : Avril 2014 CAHIER DES CHARGES Organisatin d une Sirée business N 1 : Avril 2014 Date de publicatin : le 07 avril 2014 Date limite de la réceptin des candidatures : le 22 avril 2014 à 12h00 Le présent cahier des charges

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Infrmatins financières Prgramme d entreprise 2012-2014 Rueil-Malmaisn (France), le 22 février 2012 tient aujurd hui une cnférence avec les investisseurs financiers à Paris, au curs de laquelle, Jean-Pascal

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE APPEL A PROJET AUX ASSOCIATIONS : MISE EN PLACE DU DISPOSITIF CITESLAB. SUR LES 14 QUARTIERS PRIORITAIRES DE FORT-DE-France

NOTE DE CADRAGE APPEL A PROJET AUX ASSOCIATIONS : MISE EN PLACE DU DISPOSITIF CITESLAB. SUR LES 14 QUARTIERS PRIORITAIRES DE FORT-DE-France 1 NOTE DE CADRAGE APPEL A PROJET AUX ASSOCIATIONS : MISE EN PLACE DU DISPOSITIF CITESLAB SUR LES 14 QUARTIERS PRIORITAIRES DE FORT-DE-France Date limite de dépôts des dssiers : 24 juillet 2013 à 12h00

Plus en détail

DCC/DMP : exemple de la valeur ajoutée du DMP pour un exercice en réseau

DCC/DMP : exemple de la valeur ajoutée du DMP pour un exercice en réseau DCC/DMP : exemple de la valeur ajutée du DMP pur un exercice en réseau ASIP Santé Jurnée Natinal des Industriels 23 nvembre 2010 Un parcurs de sins vaste et étendu De multiples dcuments papier et/u dématérialisé

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

Réunion des entreprises d énergies renouvelables

Réunion des entreprises d énergies renouvelables Discurs de Mme Séglène Ryal Ministre de l Éclgie, du Dévelppement durable et de l Énergie Paris, le vendredi 16 janvier 2015 Réunin des entreprises d énergies renuvelables Mesdames et Messieurs, les chefs

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

FORMATIONS FAFIEC 2008

FORMATIONS FAFIEC 2008 ACTIONS COLLECTIVES NATIONALES 1 Nuvelle actin : Prfessinnaliser sa démarche cmmerciale (Appel d ffres de sélectin d rganismes de frmatins en curs) Savir vendre une prestatin de cnseil, c'est avant tut

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Cybersavoir. Synthèse du projet 2010-2012. Synthèse du projet à l intention des directions d établissement

Cybersavoir. Synthèse du projet 2010-2012. Synthèse du projet à l intention des directions d établissement Service des ressurces infrmatiques Cybersavir Synthèse du prjet 2010-2012 Ce dcument présente, en synthèse, les principales balises devant rienter la mise en place du prjet Cybersavir à la Cmmissin sclaire

Plus en détail

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB 11 / 2012 La Charte et les Missins du LCGB UNE PUBLICATION DU LCGB I 11 RUE DU COMMERCE, BP 1208 L-1012 LUXEMBOURG I TEL: 49 94 24-1 I INFO@LCGB.LU I WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU CHARTE DU LCGB Le LCGB est

Plus en détail

Présentation des activités

Présentation des activités Présentatin des activités 29.09.2015 Ayez le réflexe CCI! CIR (Crédit d Impôt Recherche) Tutes les entreprises industrielles, cmmerciales u agricles (quels que sient leur taille u secteur d'activité) sumises

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE

CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE 139 140 PRÉAMBULE Suhaitant dnner plus de frce aux principes éthiques qui guident l ensemble de ses décisins, tut en s inscrivant

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES Cnférence internatinale DAAD/CAMES/UNESCO, Dakar (Sénégal) 13-15 nvembre 2014 Smmaire I. A prps du CAMES II. Elabratin

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Sectin des Unités de recherche Rapprt de l AERES sur l unité : Dévelppement Ecnmique et Finance Internatinale (DEFI) - EA 4265 sus tutelle des établissements et rganismes : Université Aix-Marseille 2 Février

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

Des indicateurs de résultats

Des indicateurs de résultats Curs 2014 entreprise et marché (um1.ec.free.fr) Indicateur de perfrmance : dnnée quantifiée qui mesure l efficacité de tut u partie d un prcessus u d un système par rapprt à une nrme, un plan u un bjectif

Plus en détail

Un bilan 2012 satisfaisant dans la lignée de 2011

Un bilan 2012 satisfaisant dans la lignée de 2011 Cmmuniqué de presse Un bilan 2012 satisfaisant dans la lignée de 2011 Nisy-le-Sec, 9 avril 2013. Heppner, l un des premiers rganisateurs indépendants de transprt et de lgistique en France, annnce des résultats

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de cmpétitivité mndial Aérnautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de cmpétitivité Aerspace Valley Cahier des charges Définitin du FabSpace Innvatin Centre Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-265 AEROSPACE

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail