ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE"

Transcription

1 Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR CNRS 5551,Maison de la Recherche, Université de Toulouse Le Mirail, Toulouse Cedex 01. AMALDI PAOLA Centre for HCI Design, School of informatics, City University, London CARRERAS OPHÉLIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR CNRS 5551 BOUDES NICOLE Centre d'etudes de la Navigation Aérienne et LTC Résumé Face à l'augmentation des exigences cognitives du contrôle aérien, une réponse possible est de proposer des aides au travail aux contrôleurs aériens. ERATO est un système d'aide intelligent reposant sur un modèle cognitif de l'activité. Notre analyse porte sur une des fonctions d'aide proposée par ERATO : la fonction de filtrage de l'information présentée sur le scope radar. Pour réaliser cette analyse nous avons comparé l'activité de filtrage opérée par des contrôleurs et par le système ERATO. Il ressort de l'analyse des résultats que le système d'aide opère un filtrage de l'information réel mais plus large que celui des contrôleurs. Le deuxième résultat important est qu'il existe un fort degré d'accord entre le filtrage émanant du système d'aide et celui provenant des contrôleurs. Ce résultat nous permet de conclure à la compatibilité de l'aide au travail avec l'activité de traitement des contrôleurs. Mots clés : Aides au travail, Contrôle aérien, filtrage de l'information INITIAL EVALUATION OF AN AIDING TOOL FOR EN ROUTE AIR TRAFFIC CONTROL Abstract Given the challenge represented by the increase in cognitive demands of the Air Traffic Control, (ATC) domain, a possible solution is the design of aiding tools for air traffic controllers (ATCOs). ERATO (En Route Air Traffic Organiser) is an expert system based on a cognitive model of the activity. Our analysis concern one of the functions included in the ERATO system: the filtering of information presented on the radar screen. The output of the information filtering generated by the controllers has been compared to the output generated by ERATO. Results indicate that the filtering of information done by ERATO is realistic but its scope is wider than that of the filtering operated by controllers. The second important finding is the strong agreement between the filtering performed by the system and that carried out by controllers. These results support the hypothesis that the aiding tool is compatible with the information processing of controllers. Key words : Aiding tool, ATC, filtering of information 80

2 Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work POSITION DU PROBLÈME Le contrôle aérien en route se caractérise par une grande dynamicité du processus à contrôler et de hautes exigences de sécurité. L ambition des années 80 de parvenir à une automatisation quasi-totale du trafic (projet américain AERA I et II) a disparu. Pour faire face à l accroissement du trafic aérien (+ 5 % par an) tout en maintenant ou même en améliorant la sécurité du contrôle, l option d assurer une meilleure assistance à l opérateur est actuellement privilégiée. Les outils d assistance aux contrôleurs doivent s intégrer dans une situation partiellement automatisée. En effet, une partie de la fonction d acquisition d information (9) est appliquée automatiquement et les résultats sont présentés sur le scope radar et sur les strips. Malgré cette assistance, les exigences mentales restent élevées et de nouvelles aides au travail sont recherchées. Le projet ERATO (En Route Air Traffic Organizer), développé par le CENA (Centre National de la Navigation Aérienne) sous la direction de M. Leroux (8), a pour objectif de fournir des informations pré-traitées aux contrôleurs (8). Il s agit d un système d aide intelligent reposant sur un modèle cognitif de l activité élaboré à partir de multiples analyses, soit en situation réelle de travail (7), soit en situation simulée (, 3, 4, 5, 6). La philosophie de conception d ERATO (8) est de proposer des aides à la décision. Deux fonctions principales ont été retenues. La première a pour objectif d'aider au traitement de l'information par un filtrage de l information présentée afin de ne retenir que l information pertinente à un contexte donné. La seconde fonction fonction agenda est une aide à la planification. Elle permet de visualiser sur une fenêtre les problèmes à résoudre dans le futur immédiat. Dans le cadre de cette communication, nous nous limiterons à la fonction de filtrage (cf. 1, ). La fonction de filtrage permet, à la demande de l opérateur, de mettre en sous-brillance les avions qui sont non pertinents pour le problème traité (évaluation des risques de conflits entre un avion cible et les autres avions évoluant dans le même secteur aérien). Cette fonction est sous la maîtrise du contrôleur qui, par un clic sur l étiquette de l avion cible, met en évidence les avions susceptibles d interférer avec celui-ci. Une évaluation primaire d une telle fonction consiste à étudier quelle est la compatibilité entre la fonction de filtrage exercée par un opérateur humain et celle exercée par un automate intelligent (ERATO). L hypothèse sous-jacente est que s il y a compatibilité entre les deux, l aide au travail sera pertinente et dans le cas contraire elle sera vraisemblablement peu utilisée. Les données traitées dans ce travail ont fait l objet d une analyse approfondie visant à définir un modèle de diagnostic nécessaire à l évaluation de la qualité du système d aide proposé (1). La question originale du travail actuel est une comparaison quantitative des réponses de contrôleurs avec les réponses d ERATO. Cette comparaison vise à évaluer quantitativement le degré d accord entre opérateurs et entre les opérateurs et le système. MÉTHODOLOGIE Afin de pouvoir assurer une comparaison entre automate et contrôleurs, nous avons fait le choix de travailler sur simulateur. Les scénarios de trafic ont été sélectionnés par des contrôleurs des Centres de Contrôle Régional (C.C.R.). Ces scénarios devaient comporter les conflits entre avions les plus courants ainsi que des conflits plus exceptionnels. La durée de chaque scénario était de 40 minutes. Cinq scénarios ont été sélectionnés. Un binôme de contrôleurs «a joué» le scénario (contrôle du trafic sur simulateur). Un enregistrement de la simulation a permis sa revisualisation ultérieure par les contrôleurs «expérimentaux». Notre analyse porte sur un seul scénario et 10 contrôleurs d un même Centre régional. Pendant la revisualisation, la simulation était stoppée à des moments préalablement choisis, pour 81

3 Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work pouvoir interroger le contrôleur sur une liste d avions (avions de référence ou avions cibles) préalablement déterminée. Il y avait 6 interruptions. Au final, chaque contrôleur a été interrogé sur 5 avions de référence. Les interrogations portaient sur : a) le comportement prévisible de l avion ; b) les conflits dans lesquels cet avion pouvait intervenir et éventuellement c) les solutions envisageables, et pour chacune de ces solutions, la liste des avions susceptibles d interférer. Les réponses des contrôleurs étaient enregistrées et ont fait l objet d une totale retranscription. L analyse des protocoles verbaux a permis de dégager pour chaque contrôleur et pour chaque avion de référence : a) les avions interférents (notés comme avions primaires) ; b) les avions susceptibles d être interférents (notés comme avions conditionnels) ; c) les avions à ne prendre en considération que si l avion de référence doit changer de niveau (notés «niveau»). Dans une deuxième phase, la simulation était analysée par ERATO. À l issue de cette analyse par le système ERATO, nous disposions pour chaque avion de référence des avions pris en considération dans tous les cas et des avions pris en considération uniquement si l avion de référence devait changer de niveau de vol. Ainsi, nous disposions, pour un avion de référence donné, des éléments suivants : - Avions "primaires" (conflit hautement probable) considérés par tel ou tel contrôleur. - Avions "conditionnels" (conflit possible si modification de la trajectoire) considérés par tel ou tel contrôleur - Avions "niveau" (avions en évolution verticale) considérés par tel ou tel contrôleur. - Avions primaires considérés par ERATO - Avions "niveau" considérés par ERATO. L analyse a consisté, tout d'abord, à évaluer la réalité du filtrage opéré par les contrôleurs et le système ERATO. Cette évaluation du filtrage a été réalisée d'une part globalement et d'autre part par rapport aux exigences de la situation. Les exigences de traitement sont appréhendées par le nombre d'avions présent sur le scope radar au moment de l'interruption. Deux niveaux d'exigences ont été distingués : situations "peu chargées" (entre 1 et 4 avions sur le scope radar), "situations chargées" (entre 8 et 33 avions). Dans une deuxième phase, nous avons évalué si le filtrage opéré portait sur les mêmes avions. Pour cela nous avons comparé pour chaque avion de référence les résultats de l évaluation de la situation par chaque contrôleur et par ERATO [C1-C ; C1-C3 ; C10-ERATO] sans distinguer à ce niveau d'analyse si l'avion était un avion "primaire", "conditionnel" ou "niveau". Un Indice de l Accord de Traitement (I.A.T.) a été calculé. IA T = [Nombre d accords partagés + Nombre d oublis partagés]/ Nombre total d avions où, dans le nombre total d avions, nous considérons l ensemble des avions ayant été pris au moins une fois en considération (soit par un contrôleur, soit par ERATO). 8

4 Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work RÉSULTATS Filtrage de l'information L'examen du tableau 1 montre qu'erato se caractérise par un filtrage de l'information moins sévère que les contrôleurs. Sur l'ensemble des avions cités comme pouvant interférer avec les avions cibles, ERATO en retient 67 % alors que la moyenne des contrôleurs est de 41 % (maximum 63 % ; minimum 3 %). Cette tendance se retrouve lorsqu'on analyse le filtrage opéré par rapport au nombre total d'avions sur le scope radar. En effet, ERATO retient 1 % des avions alors que la moyenne des contrôleurs est de 1 % (maximum 19,5, minimum : 7,1). L'augmentation du niveau d'exigence de traitement se traduit pour ERATO et les contrôleurs par un filtrage plus sévère. Tableau 1 : Filtrage de l'information (en %) par les contrôleurs et ERATO et niveau d'exigences des situations ("chargées", "peu chargées") Contrôleurs ERATO Pourcentage d'avions pris en Globalement 41 % 67 % considération par rapport au Situations "peu chargées" 44 % 81 % nombre d'avions cités Situations "chargées" 39 % 58 % Pourcentage d'avions pris en Globalement 1 % 1 % considération par rapport au Situations "peu chargées" 14 % 6 % nombre total d'avions sur le scope Situations "chargées" 11,5 % 17 % Compatibilité du filtrage entre les contrôleurs et ERATO L'analyse du tableau qui synthétise les résultats de l'indice d'accord de Traitement montre que : - ERATO a un fort degré d'accord avec les traitements opérés par les contrôleurs. - Les contrôleurs ont un comportement relativement homogène à l'exception des contrôleurs C3, C7 et C9 qui présentent des écarts avec leurs pairs plus conséquents. Le croisement de l'indicateur IAT et du degré de filtrage révèle la position particulière de C9 qui se caractérise par un degré de filtrage moins sévère et un degré d'accord avec les autres contrôleurs et ERATO plutôt moyen. Tableau : Indice d Accord de Traitement entre contrôleurs et ERATO C1 C C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 ERATO C1 0,75 0,71 0,70 0,75 0,66 0,60 0,70 0,61 0,66 0,76 C 0,75 0,67 0,77 0,77 0,70 0,60 0,70 0,5 0,76 0,75 C3 0,71 0,67 0,56 0,64 0,60 0,35 0,69 0,63 0,63 0,66 C4 0,70 0,7 0,56 0,76 0,67 0,59 0,67 0,53 0,69 0,73 C5 0,75 0,77 0,64 0,76 0,73 0,6 0,71 0,57 0,59 0,76 C6 0,66 0,70 0,60 0,67 0,73 0,56 0,65 0,5 0,5 0,71 C7 0,60 0,60 0,35 0,59 0,6 0,56 0,59 0,60 0,57 0,56 C8 0,70 0,70 0,69 0,67 0,71 0,65 0,59 0,55 0,69 0,67 C9 0,61 0,5 0,63 0,53 0,57 0,5 0,60 0,55 0,49 0,5 C10 0,66 0,76 0,63 0,69 0,69 0,66 0,57 0,69 0,49 0,71 ERATO 0,76 0,75 0,66 0,73 0,76 0,71 0,56 0,67 0,5 0,71 83

5 Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work CONCLUSION Les résultats de notre étude font apparaître que l'aide apportée par ERATO au filtrage de l'information remplit sa fonction. En effet, le filtrage est réel bien que moins sévère que celui opéré par les contrôleurs. De plus ce filtrage est plus conséquent dans les situations les plus chargées, ce qui correspond à l'aide attendue. L'analyse du degré d'accord dans le choix des avions interférents (ou non interférents) par rapport à un avion cible montre une forte cohérence entre les propositions du système d'aide et les choix des contrôleurs. Il apparaît donc que le système ERATO, dans sa fonction de filtrage de l'information, est compatible avec l'activité de traitement de l'information du scope radar des contrôleurs. Cette première évaluation devra être complétée par une évaluation prenant en compte toutes les nouvelles fonctionnalités dans un contexte opérationnel. En effet, une aide au travail peut être pertinente en soi mais se révéler de peu d'utilité dans une situation opérationnelle où les contraintes sont sensiblement différentes d'une simulation aussi réaliste que possible. RÉFÉRENCES (1) AmaldiI, P. (1999). Le rôle d un modèle du diagnostic dans l évaluation d un système d aide à la décision dans le contrôle aérien : le cas ERATO. Thèse de doctorat Nouveau Régime en Ergonomie, Université de Toulouse le Mirail, 55p. () Amaldi, P., Boudes, N., Cellier, J.M. (1996). Information processing strategies in air traffic controllers. In Proceedings of the 0 th Congress of International Council of the Aeronautical Sciences (ICAS) pp (3) Boudes, N., Amaldi, P., Cellier, J.M., Leroux, M. (1995). Foreseeing judgment in an informationally rich environment : the case of air traffic control. In L. Norros (Ed.), Proceedings of the Fifth European Conference on Cognitive Science Approaches to Process Control, pp (Helsinki, Finlande, 30 août-1er septembre). (4) Boudes, N., Amaldi, P., (1997). Memory performance and diagnostic processes in air traffic control. In S. Bagnara, E. Hollnagel, M. Mariani, & L. Norros (Eds.), Proceedings of the Sixth European Conference on Cognitive Science Approaches to Process Control, pp (Baveno, Italie, 0-4 septembre) (5) Boudes, N., Cellier, J.M. (1998). Étude du champ d'anticipation dans le contrôle du trafic aérien. Le Travail Humain, 61 (1), (6) Boudes, N., Cellier, J.M. (000). Accuracy of estimations made by air traffic controllers. International Journal of Aviation Psychology, 10 (), (7) Leroux, M. (199). How to define a philosophy of automation in ATC. Note CENA/N9738. Toulouse : CENA. (8) Leroux, M. (1997). ERATO. Une aide au contrôleur aérien. Control, n 85. (9) Parasuraman, R., Sheridan,T.B. et Wickens, C. D. (000). A model for types and levels of human interaction with automation. IEEE Tansactions on systems, man, and cybernetics part A : Systems and humans, Vol. 30, N 3, pp

FORMALISATION DE CONNAISSANCES ERGONOMIQUES DANS LE DOMAINE DE L'ERGONOMIE DE CONCEPTION D'INTERFACES GRAPHIQUES HOMME-MACHINE

FORMALISATION DE CONNAISSANCES ERGONOMIQUES DANS LE DOMAINE DE L'ERGONOMIE DE CONCEPTION D'INTERFACES GRAPHIQUES HOMME-MACHINE Une version de cet article a été publiée dans : Actes du XXVIème Congrès de la SELF "Méthodologie et outils d'intervention et de recherche en ergonomie", Montréal, Canada, 3-6 Octobre, 1990. FORMALISATION

Plus en détail

LES MODALITÉS D INTERACTION DANS UN BINÔME D OPÉRATEURS EN APPRENTISSAGE : QUAND L ÂGE ET L EXPÉRIENCE SE MÊLENT

LES MODALITÉS D INTERACTION DANS UN BINÔME D OPÉRATEURS EN APPRENTISSAGE : QUAND L ÂGE ET L EXPÉRIENCE SE MÊLENT Comptes rendus du congrès SELF-ACE 001 Les transformations du travail, enjeux pour l ergonomie Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for Changing Work LES MODALITÉS D INTERACTION DANS UN

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

MICHEL MAZEAU IPST/INP de Toulouse, EURESPACE, Toulouse, France

MICHEL MAZEAU IPST/INP de Toulouse, EURESPACE, Toulouse, France INTÉGRATION DU FACTEUR HUMAIN DANS LA CONDUITE ET LE DÉROULEMENT DE PROJETS SPATIAUX AUTIER THOMAS EURESPACE, Immeuble Thalès, 17 avenue Didier Daurat 31700 Blagnac, France. t.autier@eurespace.com TOMASINI

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Animation Pédagogique en e-learning et Apprentissage Collaboratif

Animation Pédagogique en e-learning et Apprentissage Collaboratif Animation Pédagogique en e-learning et Apprentissage Collaboratif Séminaire INRP, 20 mars 2002 Chantal D Halluin Laboratoire Trigone CUEEP - USTL L Animation pédagogique Elle comprend trois phases La scénarisation

Plus en détail

Solutions IT d'aide à la gestion des blackouts dans le domaine des systèmes de conduite de réseaux électriques (EMS)

Solutions IT d'aide à la gestion des blackouts dans le domaine des systèmes de conduite de réseaux électriques (EMS) Solutions IT d'aide à la gestion des blackouts dans le domaine des systèmes de conduite de réseaux électriques (EMS) Eric GOUTARD AREVA T&D Automation Systems eric.goutard@areva-td.com Lausanne, EPFL Conference

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Jean-Luc Cojan Laboratoire LISyC Université de Bretagne Occidentale Encadrants : M. Philippe Le Parc M. Loïc Plassart M. Franck

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2

LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 (1) Université du Québec à Rimouski (2) Université François

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

5. Excel 2010, le tableur collaboratif. a. Concevez des tableaux lisibles

5. Excel 2010, le tableur collaboratif. a. Concevez des tableaux lisibles 5. Excel 2010, le tableur collaboratif Avec Excel 2010, modéliser sa pensée avec des chiffres et prendre les décisions qui s imposent devient plus simple quel que soit le nombre de données que vous manipulez

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

MANAGEMENT STRATEGIQUE

MANAGEMENT STRATEGIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION MANAGEMENT

Plus en détail

Environnement de conception de Learning Games

Environnement de conception de Learning Games Environnement de conception de Learning Games Journée de travail sur la conception des jeux sérieux, 5 octobre 2011, Paris UMR 5205 Introduction Journée de travail sur la conception des jeux sérieux, 5

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

La thématique Traitement Statistique de l Information à TL1

La thématique Traitement Statistique de l Information à TL1 La thématique Traitement Statistique de l Information à TL1 Equipe de recherche Thématique développée à TL1 par 3 enseignants-chercheurs : Yves Delignon, Christelle Garnier, François Septier Thématique

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente Master Sales Analysis Analyse et développement des compétences de vente L'essentiel L essentiel à propos du système MSA 360 Description résumée du système MSA 360 Le système Master Sales Analysis (MSA)

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

Urbanisation de Système d'information

Urbanisation de Système d'information Urbanisation de Système d'information L'approche Togaf 2008 The Open Group 1 TOGAF : The Open Group Framework Architecture «The Open Group Architecture Framework, également connu sous l'acronyme Togaf,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La conception d environnement informatique d apprentissage fondée sur une démarche de recherche-développement

La conception d environnement informatique d apprentissage fondée sur une démarche de recherche-développement Applications La conception d environnement informatique d apprentissage fondée sur une démarche de recherche-développement Pascal Leroux Laboratoire d Informatique de l Université du Maine (LIUM) pascal.leroux@univ-lemans.fr

Plus en détail

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS)

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS) 2ème Colloque National de la Performance Industrielle LA MAINTENANCE A DISTANCE & E-MAINTENANCE Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring Saintis Laurent Laboratoire

Plus en détail

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME JOURNÉE PROSPECTIVE ET D'ÉMERGENCE DE PROJETS SUR LA MODÉLISATION URBAINE ADVANCITY - 23 SEPTEMBRE 2015 THÈME 3 : COMMENT DÉPLOYER LES APPROCHES DE

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT

Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT Impact des systèmes d information sur la conduite automobile Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT Attention et conduite automobile Conduire : une activité complexe Traiter un grand nombre d informations Sélectionner

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE EC 1 : Documentation scientifique et technique COURS N : 1 PAR : Sahbi SIDHOM MCF. Université de Lorraine & Lab. LORIA / KIWI CONTENU PÉDAGOGIQUE DE L UE EC

Plus en détail

gérez votre réseau sans perdre la boussole la puissance au bout des doigts

gérez votre réseau sans perdre la boussole la puissance au bout des doigts N gérez votre réseau sans perdre la boussole la puissance au bout des doigts introduction Impero Education La gestion de réseau a toujours été une tâche complexe. Ajoutez à cela un personnel exigeant ainsi

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

RYANAIR. Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics. Online Intelligence Solutions

RYANAIR. Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics. Online Intelligence Solutions Online Intelligence Solutions RYANAIR Ryanair pilote plus efficacement la performance de son site et améliore sa rentabilité grâce aux Web Analytics CASE STUDY CASE STUDY LE CONTEXTE Client Ryanair Industrie

Plus en détail

Projet transdisciplinaire

Projet transdisciplinaire Projet transdisciplinaire L opérateur d un drone doit-il être un pilote? BOISSIERE, CALEDEC, VITASSE Groupe 5 Tuteur : C. Jauze Ecole Nationale Supérieure de Cognitique Table des matières Introduction...

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Plan Régional Interministériel de Formation Haute Normandie ECONOMIE FINANCE GESTION CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Dates : 22 et 23 juin 2015 Ginette MONTCHO Cadre de la Fonction Publique Responsable

Plus en détail

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Sarah Benkouider, Souhila Labgaa 2, Mohamed Yagoubi 3 Université Amar Telidji Département

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

ROK SOLUTION. Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ

ROK SOLUTION. Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ ROK SOLUTION Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ SOMMAIRE o Qui sommes-nous o Présentation de la plateforme o La valeur ajoutée de ROK o Cas Pratiques o L innovation au service du collaboratif

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

revue de littérature - corpus comparables

revue de littérature - corpus comparables revue de littérature - corpus comparables Julie Roy April 23, 2015 Université de Montréal Introduction Matière première MT : corpus parallèles. Intérêt des corpus comparables : corpus parallèles et dictionnaires

Plus en détail

AUTOMATISATION D UN SYSTÈME DE CONTRÔLE DE LA CIRCULATION FERROVIAIRE. QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES POUR LE CONTRÔLEUR?

AUTOMATISATION D UN SYSTÈME DE CONTRÔLE DE LA CIRCULATION FERROVIAIRE. QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES POUR LE CONTRÔLEUR? Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work AUTOMATISATION D UN SYSTÈME DE CONTRÔLE DE LA CIRCULATION FERROVIAIRE. QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES POUR LE CONTRÔLEUR? RENÉ DUFRESNE

Plus en détail

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Evaluation des risques Aéroport International de Genève Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève Résumé

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Laboratoire 4 Développement d un système intelligent

Laboratoire 4 Développement d un système intelligent DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL ET DES TI LOG770 - SYSTÈMES INTELLIGENTS ÉTÉ 2012 Laboratoire 4 Développement d un système intelligent 1 Introduction Ce quatrième et dernier laboratoire porte sur le développement

Plus en détail

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études ( RetourListeFichesParThèmes ) Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études Ce dossier traite du développement d'un produit logiciel et plus précisément de la phase d avant projet précédant

Plus en détail

Présentation Intactile DESIGN

Présentation Intactile DESIGN SECTION I Présentation Intactile DESIGN Création industrielle en interface homme machine [I.H.M.] Le métier d Intactile consiste à designer des produits et à élaborer des interfaces en prenant en compte

Plus en détail

Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports

Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports Collecte de données de vente FACTURE Gestion des contrats Recettes et facturation Analyse des performances www.concessionaireanalyzer.com Les

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

CERTIFICATION PMP PROJECT MANAGEMENT PROFESSIONAL DU PROJECT MANAGEMENT INSTITUTE (PMI-USA)

CERTIFICATION PMP PROJECT MANAGEMENT PROFESSIONAL DU PROJECT MANAGEMENT INSTITUTE (PMI-USA) CERTIFICATION PMP PROJECT MANAGEMENT PROFESSIONAL DU PROJECT MANAGEMENT INSTITUTE (PMI-USA) La certification Project Management Professional "PMP" du PROJECT MANAGEMENT INTITUTE (PMI-USA) EST BASEE SUR

Plus en détail

Objectifs didactiques HERMES 5 Foundation et Advanced

Objectifs didactiques HERMES 5 Foundation et Advanced Département fédéral des finances DFF Unité de pilotage informatique de la Confédération Objectifs didactiques HERMES 5 Foundation et Advanced 1.1 Introduction Les objectifs didactiques définissent les

Plus en détail

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FACULTÉ DES ARTS ET DES SCIENCES Secteur des sciences sociales et psychologie ÉCOLE DE CRIMINOLOGIE Mesures pénales communautaires 3 crédits Préalable : Aucun Session : Hiver 2015

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 AN-Conf/11-WP/57 25/6/03 ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 Point 5 : Examen des résultats de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2003 de l UIT

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202

Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ordonnance de télécom CRTC 2007-202 Ottawa, le 5 juin 2007 Société TELUS Communications Référence : Avis de modification tarifaire 439 et 439A Retrait du service de Mini messagerie vocale Dans la présente

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne De : Les comptables A : La direction de Moréa Annexe : Le compte de résultat prévisionnel du projet Date : 21/09/2009 Objet : L impact des résultats financiers RAPPORT Nous avons réalisé un compte de résultat

Plus en détail

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par : Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse) Discipline ou spécialité : Génie des Procédés et de l'environnement

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

La sélection collaborative de pages Web pertinentes

La sélection collaborative de pages Web pertinentes Environnements Informatiques pour l Apprentissage Humain, Montpellier 347 La sélection collaborative de pages Web pertinentes Jérôme Dinet Université de Metz Equipe Transdisciplinaire sur l Interaction

Plus en détail

Prise en compte du temps dans les essais de phase I

Prise en compte du temps dans les essais de phase I 4 ème Conférence d Epidémiologie Clinique XV ème Réunion des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer Prise en compte du temps dans les essais de phase I Application aux essais d escalade de

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants

Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants Démarche d amélioration par l automatisation : le chemin le plus court pour des processus productifs, conformes et constants Déjeuner conférence 12 Mai 2011 Bienvenue Alpha Diallo 514.712.9025 alpha@tmqgroup.com

Plus en détail

Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective

Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective Justification automatique pour la confrontation des opinions Maxime Morge Philippe Beaune Équipe SMA / Centre SIMMO École Nationale Supérieure

Plus en détail

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET -- Introduction : - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence Quelques définitions P. 2 Selon l AFITEP-AFNOR

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN

Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN Une nouvelle approche des relations comptabilité et fiscalité PLAN Le contexte Les difficultés d évolution du PCG liées à la connexion comptabilité/fiscalité Les solutions envisageables Présentation d

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Plan de cours ADM 992C Page 1. École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal

Plan de cours ADM 992C Page 1. École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal Plan de cours ADM 992C Page 1 École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal ADM-992C LES TECHNOLOGIES D'AIDE À LA PRISE DE DÉCISION DANS LES

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Grand programme 5: Evaluation

Grand programme 5: Evaluation Grand programme 5: Evaluation 28 GRAND PROGRAMME 5: Grand programme 5: Evaluation APERÇU DES ACTIVITES MENEES EN 2005 En 2005, les activités ont porté principalement sur l évaluation, dans le cadre du

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques Clément Guerin Sous la direction de J.M. Hoc et de N. Mebarki Réunion

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/69 TE/10 31/7/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMMISSION TECHNIQUE Point 31 : Sécurité de l aviation Problèmes émergents FAUSSE PROXIMITÉ

Plus en détail

Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2

Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2 Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2 Lara Désiré Laboratoire Régional de Saint-Brieuc ERA33 «Comportement de l'usager et infrastructure PCI «Evaluation des politiques de sécurité

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale

Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale AOP SG/11 - WP/9.1 Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale Onzième réunion du Sous-groupe de planification opérationnelle d aérodromes (AOP SG/11) (Dakar,

Plus en détail

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance Diriger comme un pilote Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance 1 2 3 4 Diriger comme un pilote Une nouvelle vision du management Le cockpit Un laboratoire pour la prise

Plus en détail