CONNAISSANCES & s u i v i

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONNAISSANCES & s u i v i"

Transcription

1 J u i l l e t CONNAISSANCES & s u i v i MAMMIFÈRES MARINS D es ANTILLES FRANÇAISES E t S a b a, S t a t i a, A n g u i l l a An a l y se d es i nv ent ai r es Ag o a Par Nadège Gandilhon

2 Nadège Gandilhon UAG. CNPS-CNRS. NMML. Avant-propos Cette étude s inscrit comme un des volets d une mission de connaissances et suivis pour le sanctuaire Agoa des mammifères marins des Antilles françaises menée d octobre 2012 à juillet Ce document a été rédigé pour l Agence des Aires Marines Protégées (AAMP), l Université des Antilles et de la Guyane et Guadeloupe Port Caraïbes dans le cadre d une convention tripartite.. Cette étude inclut : Le s a n a l y s e s p r i n c i p a l e s d e s i n v e n t a i r e s A g o a d e m a r s à a v r i l p o u r 7 i l e s : - A n a l y s e s d e s e f f o r t s ; - A n a l y s e d e l a c o m p o s i t i o n d u p e u p l e m e n t ; - A n a l y s e d e l a d i v e r s i t é ; - T a u x d e r e n c o n t r e ; - A b o n d a n c e r e l a t i v e ; - D e n s i t é r e l a t i v e ; - P e r s p e c t i v e s. Ce dossier doit être cité comme suit : Gandilhon, N «Analyses des inventaires Agoa 2012 & 2013». Rapport pour l Agence des Aires Marines Protégées et l Université des Antilles et de la Guyane. 136 pages.

3 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier en premier les partenaires m ayant confié cette mission. Tous mes remerciements vont également à ceux ayant accepté de participer aux missions de recensement en mer pour le sanctuaire Agoa. Merci à : Guadeloupe Port Caraïbes, laboratoire Dynecar de l Université des Antilles et de la Guyane, Agence des Aires Marines Protégées, Parc National de Guadeloupe, CAR-SPAW, Association Breach, association Ommag, association Sepanmar, association Stenella, association de la Réserve Naturelle de St Barthélémy, association de la Réserve Naturelle de Saint-Martin, association Ti-té et Réserve Naturelle de Petite Terre, association Ocetam, association Mon Ecole, ma Baleine, association Kap Natirel, Carbet des Sciences de Martinique, Conservatoire du Littoral de Martinique, Directions régionales de l Environnement, de l Aménagement et du Logement de Guadeloupe et de Martinique (DEAL), IFREMER, Parc National de Saba, Parc national de Saint-Eustache, Gardes littoraux Anguilla, Administrations néerlandaises, Comité régional des pêches de Guadeloupe et de Martinique, les Affaires maritimes, les gardes espace sud et police de l'environnement, Autrevue, le CIRAD, le Parc Naturel régional de la Martinique et tous les scientifiques venus prêter main forte (Canada, Vénezuela, Curaçao, Miami ).

4 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... SOMMAIRE... PRÉAMBULE... INTRODUCTION... RENFORCEMENT DES CONNAISSANCES : INVENTAIRES AGOA 2012 & INTRODUCTION... OBJECTIFS DES INVENTAIRES... MÉTHODES : BREF RAPPEL... RAPPORT TECHNIQUE... BILAN DES EFFORTS... OBSERVATIONS VISUELLES AGOA 2012 & 2013 OBSERVATIONS VISUELLES AGOA 2012& OBSERVATIONS ACOUSTIQUES AGOA 2012 & COMPOSITION FAUNISTIQUE AGOA 2012 & 2013 EFFECTIFS, TAILLE DE GROUPE ET TAUX DE JUVENILES RICHESSE SPECIFIQUE SECTORIELLE TAUX DE RENCONTRE ET ABONDANCE RELATIVE AGOA 2012 & 2013

5 PRÉAMBULE Naissance d une Aire Marine Protégée nationale et internationale L idée de créer un sanctuaire pour les mammifères marins dans les Antilles françaises a été proposée par l association ECCEA (Eastern Caribbean Coalition for Environmental Awareness) et AET (Association Evasion Tropicale), rejoint ensuite par l association SEPANMAR, puis BREACH ; Le projet est présenté par Mme Madeleine de GRANDMAISON, élue de Martinique, pour la France à la 58 ème conférence de la Commission Baleinière Internationale (C.B.I) ; Le processus de création a été structuré par la DIREN Martinique en co-pilotage avec la DIREN Guadeloupe, sous contrôle des Préfets de Martinique et de Guadeloupe, représentants de l Etat ; 2009 çàà 2010 çàà 2012 çàà Le pilotage du sanctuaire est pris en charge par l Agence des Aires Marines Protégées (A.A.M.P), pour élaborer le plan de gestion de cet espace protégé, renforcer et mutualiser les actions de recherche scientifique, de sensibilisation et de communication ; A Montego Bay, Jamaïque, lors de la 14ème réunion des Parties à la Convention de Cartagena pour la protection et la mise en valeur du milieu marin de la Grande Région Caraïbe, le Gouvernement français déclare la création du sanctuaire Agoa le 5 octobre ; Défendu par Ferdy LOUISY, président du Parc national de Guadeloupe et vice président de l Agence des aires marines protégées, le sanctuaire Agoa est reconnu comme aire marine protégée en octobre 2012 au titre du protocole SPAW (Specially Protected Areas and Wildlife), protocole relatif à la biodiversité marine et côtière de la Caraïbe dans le cadre de la convention de Carthagena.

6 INTRODUCTION Un sanctuaire pour la protection des Mammifères marins Le sanctuaire Agoa s étend sur la totalité de la ZEE (Zone d Economie Exclusive) des Antilles françaises englobant les eaux territoriales françaises de Saint- Martin, Saint Barthélémy, la Guadeloupe et la Martinique sur km² (Fig.1). Le sanctuaire a été nommé Agoa en référence à la déesse de la mer dans la mythologie amérindienne. Le sanctuaire Agoa agit dans la finalité ultime de maintenir le bon état de conservation des populations de cétacés et de leurs habitats. Par ailleurs, il tend à inciter les états voisins à rejoindre l initiative française pour renforcer la continuité régionale d une stratégie de conservation caribéenne partagée. Figure 1. Limites du sanctuaire Agoa et de la Z.E.E. AAMP 2009

7 . Maintenir un bon état de conservation des populations de mammifères marins et de leurs habitats» (http://www.airesmarines.fr/documen tation/sanctuaire-agoa-plan-degestion ). N. Gandilhon/AAMP Martinique. Peponocephala electra et Lagenodelphis hosei Le plan de Gestion (2012 à 2017) Avec l adoption de son plan de gestion le 18 juillet 2012, le sanctuaire AGOA veille à une gestion durable des populations de cétacés et de leurs habitats, en leurs garantissant un bon état de conservation. Cela implique la prise en considération des menaces et pressions avérées ou potentielles. Conformément à sa déclaration de création en octobre 2010, le plan de gestion s articule autour de 8 orientations de gestion : 1. Etudier les activités anthropiques susceptibles de porter atteinte aux mammifères marins et à leurs habitats 2. Prévenir, réduire et combattre toutes les formes de pollution 3. Encourager la recherche scientifique 4. Faire connaître le sanctuaire AGOA, les mammifères marins et l environnement marin 5. Faire respecter la déclaration 6. Mettre en place un organe de gouvernance et de consultation 7. Faire reconnaître le sanctuaire Agoa au titre du protocole SPAW 8. Etablir une coopération régionale et internationale.

8 RENFORCEMENT DES CONNAISSANCES : INVENTAIRES AGOA 2012 & 2013 L évaluation des populations de cétacés est actuellement une priorité dans plusieurs programmes scientifiques car de nombreuses questions restent encore sans réponse sur ces populations. En effet, les résultats des recherches peuvent se décliner dans le cadre de programmes de gestion et de conservation, bien qu il soit possible d observer au sein d une même espèce, des états de conservation très différents. Au delà des études sur la biologie et l écologie des espèces, les travaux scientifiques et les mesures de gestion s orientent actuellement sur la biodiversité. C est pourquoi le suivi scientifique des cétacés est encouragé pour évaluer l abondance, la distribution ainsi que les tendances de croissance ou de déclin de certaines espèces ou populations, tout autant que leurs habitats. Au final, l ensemble des connaissances viseront à documenter non seulement l évolution de statuts des mammifères marins, mais aussi prioritairement les zones sensibles, telles que celles liées à la reproduction ou le nourrissage. Toutefois, d autres facteurs devront aussi être pris en compte car ces inventaires ne peuvent pas permettre à eux-seuls une prédiction absolue de ces évolutions. Il peut s agir par exemple de la prédation, des espèces invasives, de la mortalité naturelle ou encore des changements climatiques. Ce travail a été effectué sur quelques mois et donc s avère être une amorce de connaissances dans les milieux côtiers du sanctuaire Agoa, qui devra être poursuivi pour affiner d autres descripteurs. La totalité des données collectées dans les campagnes Agoa entre mars 2012 et fin avril 2013 sur Saba, Saint-Eustache, Anguilla, St Barthélémy, Saint-Martin, Guadeloupe et Martinique ont du être traitées sous forme des descripteurs standards pour commencer, par secteur : Nombre d observations visuelles et acoustiques Composition faunistique Taux de rencontre Effectifs et taille de groupe Taux de juvéniles Abondance relative Densité relative Distribution sectorielle

9 Ce Renforcement des connaissances Et professionnalisation du réseau d acteurs Agoa 2012 & 2013 Aquarelle originale réalisée aimablement pour le sanctuaire AGOA par Jacques Denis, Délégué Régional IFREMER, après une participation aux campagnes AGOA Antilles 2013

10 INTRODUCTION Organisés de façon biannuelle par l Agence des Aires Marines protégées, en copilotage avec le Car-Spaw, des suivis scientifiques par transects de ligne visuel et acoustique s articulent en saison sèche (Janvier à juin) et humide (juillet à décembre), afin de prendre en considération les particularités climatiques subtropicales, largement influencées par l hydrologie. Les aires marines inventoriées visent les eaux territoriales françaises côtières du sanctuaire AGOA qui s étend sur km², soit une aire strictement équivalente aux limites de la Zone Economique Exclusive française. Les iles françaises prospectées dans ce programme sont l archipel de Guadeloupe, l île de la Martinique, la partie française de Saint-Martin et Saint- Barthélemy. Au vu de la distribution stochastique des mammifères marins qui ne connaissent pas nos frontières administratives et de la continuité de leurs habitats ou corridors de déplacements, ces campagnes sont également réalisées sur les îles adjacentes néerlandaises. Saba, Saint-Eustache et Anguilla ont ainsi rejoint le programme d inventaire français en Outre les enjeux d une conservation intégrée et participative grâce aux dispositifs de conservation existants ou futurs de chaque territoire, le sanctuaire Agoa apporte un compagnonnage technique tout au long de ces campagnes. Ces transferts méthodologiques soutiennent un réseau cohérent de compétences et actions de préservation homogènes entre les différents états.

11 OBJECTIFS DES INVENTAIRES Les objectifs scientifiques des campagnes Agoa sont : L inventaire biologique des populations, à travers la diversité taxonomique, l abondance et certains critères liés à leur biologie (taux de juvéniles, présence saisonnière, migrations ), mais également leur physiologie (nutrition, repos, reproduction) ; L inventaire écologique, soit la mise en évidence des habitats et aires de répartition avec, quand cela est vérifiable, les facteurs biotiques (oiseaux, sargasses, présence de proies clefs ) ou abiotiques (bathymétrie, distance à la côte ) susceptibles de favoriser le niveau de fréquentation des espèces sur certaines zones, voire leur niveau de résidence ; L inventaire des activités humaines, telles que la présence des engins nautiques, des dispositifs de pêche, mais également certains effets anthropiques: déchets, bruit ambiant, impact potentiel du trafic L ensemble des données collectées doit permettre ensuite D évaluer certains descripteurs biologiques ou écologiques Tels que l abondance ou la distribution notamment ainsi que L évaluation des facteurs du milieu. A. NARANJIT/AAMP Guadeloupe. Tursiops truncatus Pourquoi suivre l abondance des cétacés? Les analyses de densité de populations, voire de leur stock, permettent de décrire les variations de leur abondance dans le temps et dans l espace. Cela permet de suivre l évolution démographique de certaines populations ou d exprimer un indicateur de modification des facteurs du milieu. Ainsi, certains facteurs liés à l environnement des espèces (bathymétrie, température de l eau en surface ) fluctuent également au cours du temps. Afin de pouvoir évaluer ces variations écologiques et biologiques, il parait donc primordial d estimer, en tout premier lieu, les densités des populations évoluant dans le sanctuaire Agoa. Classiquement, la densité (D) s exprime par le rapport des effectifs (Es) sur une surface donnée (A) dans laquelle il suffit de compter tous les objets (animaux) à l intérieur, afin d estimer leur densité (Gates, 1979 ou Seber, 1982). Cela suppose que les aires prospectées soient d une part suffisamment petites et accessibles et d autre part, que les individus étudiés soient normalement répartis. Ce contexte semble utopique pour les populations de faune sauvage distribuées de façon non homogènes, et qui occupent, dans le cas des cétacés, de très grandes surfaces marines.

12 MÉTHODES : BREF RAPPEL Parmi les méthodes d étude visuelle pour évaluer les populations de mammifères marins, la technique du transect de ligne, associée à la méthodologie du Distance Sampling (échantillonnage à la ligne distanciée) est aujourd hui un standard mondial (Burnham et al., 1980 ; Buckland et al.,1993, 2004) ; Zerbini et al., 2006 ; Thomas et al., 2007 ; Hammond, 2002 ; Calambokidis, 2004 ; Zerbini et al., 2004, 2007 ; Gomez de Segura et al., 2007, Dawson et al., 2008). La pertinence du modèle tient dans le fait que tous les objets de l échantillon peuvent ne pas être vus lors de l'étude pour diverses raisons, ce qui parait judicieux dans le cas d étude des populations de cétacés compte tenu de leur déplacement, ou de leur temps d apnée, bien que ce dernier puisse être corrigé. Cette méthode évolue par ailleurs grâce à de nouvelles améliorations, comme celles des recommandations pour les plans d échantillonnage de zones complexes (Thomas et al., 2007) ou d adaptation à des milieux aquatiques d eau douce (Dawson et al., 2008). La technique des transects de ligne maritimes a été retenue dans cette étude et le protocole a été rédigé et publié dans une thèse. Pour résumer, cette méthode a pour avantages principaux : D assumer que la détection des cétacés autour du bateau ne soit pas parfaite ; De proposer des résultats valables à plusieurs échelles spatio-temporelles, quel que soit l effort ou la période considérés ; D être très adaptée aux grandes surfaces et aux zones aux traits de côte très hétérogènes, comme les iles. Pour les calculs d abondance, le principe est de modéliser une fonction de détection pour chaque espèce dépendant des distances perpendiculaires (dp) à la ligne du transect, qui sont calculées à posteriori selon certains paramètres relevés dès la détection du groupe observé (Fig.1). Figure 1. Visu des distances perpendiculaires (dp) dans les transects de ligne (longueur= L) N.Gandilhon

13 RAPPORT TECHNIQUE Les modèles de traitements et de construction des échantillonnages sont indiqués dans un rapport technique. Les données natives utilisées pour la présentation des résultats principaux des campagnes Agoa 2012 & 2013 sont disponibles auprès de l Agence des Aires Marines Protégées, le Car-Spaw et l Université des Antilles et de la Guyane. Près de 8900 lignes de ces données ont été triées, vérifiées et analysées pour chaque secteur géographique dans un rapport technique en français (2013) de 63 pages + annexes «Campagnes scientifiques AGOA 2012 & 2013 : mammifères marins des Antilles françaises et des îles néerlandaises nord». Ce document comprend également les vérifications de conformité de certains paramètres (Fig.2) pour pouvoir comparer les données entre elles, tels que : Rapport Technique Agoa 2012 & 2013 N.Gandilhon (2013)/AAMP/UAG La hauteur d observation (moyenne de 3,67 m au dessus du niveau de la mer) quasi-constante entre les campagnes (coefficient de variation en % : 3,4) ; La vitesse constante (% CV 2,57) avec une moyenne 2012 et 2013 de : 9,99 km/h, soit 5,39 milles nautiques. h -1 en Guadeloupe ; 9,66 km/h, soit 5,21 milles nautiques. h -1 en Martinique ; 9,50 km/h, soit 5,13 milles nautiques. h -1 dans les iles du nord. Figure 2. Conditions de vent et état de la mer par jour d efforts pour Agoa 2012 et 2013

14 BILAN DES EFFORTS Au total des 3 saisons, 702,51 heures ont été dédiées uniquement à la prospection visuelle en mer représentant 5224,39 km de transect de ligne parcourus dans le sanctuaire Agoa, incluant les eaux territoriales côtières de Guadeloupe, Martinique et la zone de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy et 1339,85 km autour de Saba, Anguilla et St-Eustache, soit les eaux territoriales des iles dites périphériques(tab.2). Les plans d échantillonnage respectif sont visualisables dans le rapport technique.. Répartition des efforts par strate temporelle L échelle de temps a été fixée en fonction des objectifs et des espèces. Le choix du pas temporel vise à obtenir des réplicas écologiques, échantillonnés à des intervalles réguliers de temps (Legendre et Legendre, 1983 in Bouchon-Navaro, 1997). L intervalle de temps maximum est une saison, sachant que dans les climats subtropicaux des Antilles françaises, deux saisons sont définies, en particulier à partir de différences hydrologiques. Il s agit de la saison sèche (janvier à juin) et de la saison dite humide (juilletdécembre). Pour l inventaire biologique, cela permet également de considérer la migration des baleines à bosse durant la saison sèche comme suggérés par Reeves et al. (2001). Par opposition, l intérêt de connaitre les espèces évoluant dans le sanctuaire Agoa en saison humide est avéré. Les saisons Les efforts saisonniers (en km transect) ont été relativement constants au sein du sanctuaire Agoa entre les 3 saisons, avec % CV=6,74, ce qui permet de comparer les données collectées entre les strates «saisonnière» et de pouvoir les regrouper selon Buckland (2001) pour les estimations d abondance sur les deux saisons sèches, car une seule saison humide (2012) est actuellement représentée dans l effort (Tab.1 et figures 3 & 4).

15 Tableau 1. Efforts réalisés en transects (km) pour chaque saison en 2012 et Saisons SS 2012 SH 2012 SS 2013 Total SD %CV Guadeloupe 671,29 686,72 924, ,85 142,14 18,68 Martinique 631,53 667,99 623, ,34 23,59 3,68 St-Martin/St-Barth 339,30 356,60 322, ,20 17,15 5,05 Total Agoa 1642, , , ,39 117,36 6,74 IDN périphériques 472,01 355,42 512, ,85 81,52 18,25 Total IDN 811,31 712,02 834, ,05 65,14 8,29 Légende SS : saison sèche SH : saison humide SD : déviation standard de la moyenne %CV : coefficient de variation en pourcentage Les mois de référence Les efforts ont été répartis au plus près sur les mois (Fig.) de mars et avril en saison sèche afin de pouvoir comparer des strates mensuelles ou bimensuelles. Les mois retenus pour la saison humide sont situés entre le début du mois d octobre et novembre. En l absence d une seconde campagne en saison humide, il n est pas possible pour le moment de comparer les données à l échelle du sanctuaire. La figure 4 montre la distribution saisonnière des efforts kilométriques, ce qui permet de constater une homogénéité des efforts kilométriques inter saisonniers (% CV 6,73) réalisés dans les eaux d Agoa, avec un effort sectoriel total porté dans les iles du nord plus élevé si l on considère la totalité des surfaces maritimes prospectées, incluant les iles adjacentes.

16 Figure 3. Distribution des efforts (km) par saison L effort horaire dédié au scrutage visuel sur le transect a été réparti par secteur avec la même subdivision pour les iles du nord (Fig.5). variations des efforts horaires inter saisonniers restent comparables au niveau du sanctuaire (%CV 9,04). Figure 4. Distribution des efforts (h) par saison

17 La répartition des efforts kilométriques par mois de référence peut permettre d effectuer des estimations de densités sur des strates temporelles plus fines. Le mois le plus représenté en termes de prospection kilométriques en saison sèche dans le sanctuaire Agoa est le mois d avril avec 1926,64km, répartis sur la Guadeloupe (35%) et la Martinique (65%). Les efforts kilométriques en mars dans le sanctuaire (1586,44km) concernent principalement les iles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, puis la Guadeloupe. Enfin, c est au mois de novembre que le plus de lignes ont été parcourues en Martinique et en Guadeloupe (Fig.5). Figure 5. Répartition des observations visuelles par mois Répartition des efforts par strate spatiale Hormis les iles du nord déjà subdivisées en trois secteurs (1. Saba et Saint-Eustache ; 2. Saint Martin et Saint Barthélémy et 3. Anguilla), il a paru intéressant de subdiviser les surfaces prospectées en zone côtières Caraïbe et Atlantique pour la Guadeloupe et la Martinique. Cela permettra à moyen terme, de donner des estimations de densité sur ces strates géographiques particulières. Le bilan fait état de 2290,36 km pour la façade Atlantique, 1915,93 km pour la côte caribéenne et 1018,20 km pour les eaux des îles françaises nord «au vent» (cf. Tab.1).

18 Visualisation des efforts de recherche Agoa par zones d étude Iles du nord 1 4 Saison sèche ,31 km dont 371,25 pour la zone Agoa 141 essais acoustiques Saison humide ,02 km dont 356,60 km pour la zone Agoa 85 essais acoustiques 7 Saison sèche ,72 km dont 356,60 km pour la zone Agoa 126 essais acoustiques Guadeloupe 2 Saison sèche ,75 km/ Caraïbe et 347,54 km /Atlantique 88 essais acoustiques (a) (b) 5 Saison humide ,19 km/ Caraïbe et 373,63 km /Atlantique 108 essais acoustiques Martinique 8 Saison sèche ,14 km/ Caraïbe et 619,70 km /Atlantique 104 essais acoustiques Remarque : les figures «0» représentent l objectif des transects à parcourir par saison. Géo référencement projeté dans Google Earth Saison sèche ,20 km/ Caraïbe et 297,33 km /Atlantique 51 essais acoustiques Saison humide ,64 km/ Caraïbe et 328,35 km /Atlantique 137 essais acoustiques Saison sèche ,01 km/ Caraïbe et 323,81 km /Atlantique 100 essais acoustiques

19 1. Observations visuelles Agoa 2012 & 2013

20 OBSERVATIONS VISUELLES AGOA 2012& observations visuelles de groupe de cétacés ont été enregistrées et documentées dans le sanctuaire Agoa et 35 dans les Saba, Statia, Anguilla. Les observations visuelles sont considérées dans cette étude à partir du moment où elles sont assorties d une preuve (photo, film), sauf dans près de 15% des cas. Observations visuelles saisonnières Il s agit dans un premier temps de considérer toutes les observations visuelles (n), enregistrées sur le transect ou hors du transect, soit 64 observations pour la saison sèche 2012, 32 pour la saison humide et 83 pour la saison sèche (Tab.2). La variation entre les saisons reste importante en nombre d observation, ce qui suggère de considérer ces dernières, en différenciant les observations incluant les espèces migratrices présentes uniquement (et avec certitude) en saison sèche. Les observations de baleines à bosse, Megaptera novaeangliae, ont ainsi été séparées du reste des observations visuelles (Tab.3). Il est intéressant de noter que les variations intersaisonnières sont plus faibles dans les îles du nord entre les saisons sèches, ce qui pourrait suggérer, à effort comparable, une certaine stabilité des observations. Tableau 2. Répartition des observations par strates saisonnières Tableau 3. Répartition des observations de baleines à bosse (saisons sèches) observations (n) saisonnières SS 2012 SH 2012 SS 2013 SD %CV (n) M. novaeangliae SS 2012 SS 2013 SD %CV Guadeloupe 25,00 18,00 40,00 11,24 40,63 Martinique 21,00 14,00 28,00 7,00 33,33 St-Martin/St-Barth 18,00 0,00 15,00 9,64 87,67 Total Agoa 64,00 32,00 83,00 25,77 43,20 IDN périphériques 9,00 6,00 20,00 7,37 63,18 Total IDN 27,00 6,00 35,00 14,98 66,08 Guadeloupe 13,00 24,00 7,78 42,04 Martinique 1,00 2,00 0,71 47,14 St-Martin/St-Barth 10,00 8 1,41 12,86 Total Agoa 24,00 34,00 9,90 31,93 IDN périphériques 3,00 12,00 3,54 64,28 Total IDN 13,00 20,00 4,95 42,04

21 La répartition des observations visuelles saisonnières hors baleine à bosse (Tab.4) indique inversement une grande variation des observations entre les saisons sèches cumulées et la saison humide dans les îles du nord concernant Agoa, ce qui tend à démontrer que certaines populations sont très probablement présentes de façon ponctuelle entre la saison sèche et la saison humide ou sur des zones plus aléatoires ou enfin au contraire, sur des niches spécifiques. Cela reste à confirmer dans les répliquas saisonniers toutefois, mais sous-tend que le statut résidentiel côtier reste à entériner pour ce secteur, et selon les espèces. Très peu d observations de baleines à bosse a été enregistré en Martinique à partir du 23 avril, sur deux campagnes de référence, espacées d un an. Cela pourrait indiquer que les baleines à bosse ont quitté les eaux territoriales de cette île avant cette date ou qu elle ne sont plus dans la zone côtière de cette île a minima. Des campagnes de recensement sur d autres années pourront permettre d éclairer cette hypothèse. Concernant les autres zones, le nombre d observations visuelles en dehors de la période de présence des baleines à bosse, souligne que c est en Guadeloupe que le nombre d observation semble le plus stable (% CV 17,68), bien que ces observations ne concernent que 3 saisons (Tab.4). Tableau 4. Répartition des observations saisonnières hors baleines à bosse observations (n) saisonnières H.Mn SS 2012 SS 2013 SH 2012 SD SH/SS %CV Guadeloupe 12 16,00 18,00 2,83 17,68 Martinique 20 26,00 14,00 6,36 34,40 St-Martin/St-Barth 8 7 0,00 4,95 141,42 Total Agoa 40 49,00 32,00 8,49 22,33 IDN périphériques 6 8,00 6,00 1,06 15,71 Total IDN 14 15,00 6,00 6,01 58,64

22 Observations visuelles spatiales Les 179 observations visuelles de groupe de cétacés rencontrés sur et hors du transect ont été réparties par secteur géographique (Fig.6). Aucune observation n a été réalisée dans le secteur nord d Agoa en saison humide, bien que 6 observations aient été enregistrées dans les eaux périphériques. En saison sèche 2012, le nombre d observations est plus équitablement réparti sur les 3 secteurs, mais c est en Guadeloupe que le nombre de groupes observés visuellement est le plus élevé, dans ce jeu de données, sur les deux saisons sèches et sur la façade Caraïbe pour les 3 saisons (Fig.7). Figure 6. Répartition spatiale et saisonnière des observations visuelles

23 Figure 7. Répartition des observations par secteur géographique dans Agoa Les tableaux 5 et 6 compilent ces informations d observations visuelles, notées «n» par secteur géographique et par saison. Tableau 5. Répartition des observations par secteur géographique SS 2012 SH 2012 SS 2013 Saba-St Eustache Anguilla Iles adjacentes St Martin-St Barth Guadeloupe Martinique AGOA 2012 & Façade Caraîbe Façade Atlantique Iles au vent nord

24 Tableau 6. Répartition des observations par saison et par secteur Zones SS 2012 SH 2012 SS 2013 Total AGOA Descripteurs biologiques Sn Sa n ES Juv Sn Sa n ES Juv Sn Sa n ES Juv S total n ES Juv St Martin-St Barthélémy Saba-St Eustache Anguilla Total Iles du nord Guadeloupe Caraïbe Guadeloupe Atlantique Total Guadeloupe Martinique Caraïbe Martinique Atlantique Total Martinique Total AGOA 2012 & Total iles adjacentes Total Campagnes Légende SS : saison sèche. SH : saison humide. Sn : espèces vues. Sa : espèces entendues. (n) : nombre d observations visuelles. ES : effectifs moyens par observation. Juv : nombre de juvéniles (inf. 1 an).

25 Répartition des observations visuelles par espèce La figure 8 donne un premier aperçu de la répartition des observations visuelles collectées dans les campagnes Agoa 2012 & Il est aisé de constater que les baleines à bosse prédominent le nombre d observations visuelles enregistrées, uniquement sur les saisons sèches 2012 & Figure 8. Répartition des observations visuelles par espèce et par saison

26 Visualisation des observations Agoa 2012 & 2013 Les observations hors transect sont indiquées avec un rond avec un point noir au milieu. Les observations visuelles en transect sont représentées par un rond. Iles du nord Observations visuelles : icône rond Nom scientifique de l'espèce Couleur Megaptera novaeangliae Physeter macrocephalus Tursiops truncatus Stenella attenuata Stenella frontalis Mesoplodon europeaus Ziphius cavirostris Feresa attenuata Guadeloupe Kogia sima Kogia breviceps Lagenodelphis hosei Globicephala macrorhynchus Peponocephala electra Grampus griseus Mesoplodon spp. Ziphiidae 2 5 Delphinidae Cetacea

27 Légende : Saison sèche 2012 Saison humide 2012 Saison sèche Martinique Remarque : certaines observations sont superposées. Géo référencement dans Google Earth 2013

28 1. Observations acoustiques Agoa 2012 & 2013 Les observations acoustiques obtenues sont issues d observations instantanées. La technique est d'utiliser un équipement portatif à bord de navires, avec un ou plusieurs hydrophones et un système d'acquisition de données. Les enregistrements des émissions reconnues ou supposées de cétacés, sont réalisés uniquement pendant l effort en transect. Cette approche permet la détection des cétacés vocaux et éventuellement le comportement comme celui des cachalots au cours de leurs plongées (Laplanche et al., 2005). C est une méthode complémentaire à l inventaire visuel. Représentation spectrale du signal émis par le cachalot (Matlab Version X.O)

29 Nombre d observations acoustiques Agoa 2012 & 2013 par secteur et espèce Sur 940 essais acoustiques, 438 observations acoustiques positives (Tab.7) ont été enregistrées, soit 46,6% des écoutes. 373 détections soit 65% des observations visuelles ont pu être traitées par audacity et les espèces ont vérifiées, soit par oreille humaine (baleine à bosse principalement), soit par spectrogramme du signal, intensité et fréquence. 35% restent à confirmer sur le jeu de données (Cétacés NI ou Delphinidés NI) car la discrimination acoustique requiert du temps, malgré la possibilité d utiliser des logiciels de traitement (type Matlab). Tableau 7. Bilan des observations acoustiques Agoa 2012 & 2013 Secteurs/mois mars-12 avr-12 mars-13 avr-13 oct-12 nov-12 Total Martinique Guadeloupe IDN M. novaeangliae Martinique Guadeloupe IDN P. macrocephalus Martinique 1 1 Guadeloupe S.attenuata IDN 1 1 S.frontalis 1 1 Martinique Guadeloupe IDN 1 1 T. truncatus Martinique 1 1 G.griseus 1 1 Martinique 1 1 IDN 1 1 G.macrorhynchus Guadeloupe 1 1 M.europeaus 1 1 Martinique Guadeloupe 2 2 IDN 0 Delphinidés Martinique 4 4 Guadeloupe IDN Cétacés NI Total

30 Répartition géographique des observations acoustiques par espèce et par secteur Comme l indique la figure 9, les séquences de chant de baleines à bosse et les clics de cachalot ont été reconnus dans près de 63 % et 19% des cas des écoutes positives Agoa 2012 & 2013 pour respectivement M.novaeangliae et P.macrocephalus. C est dans les îles du nord que la baleine à bosse a été la plus entendue, et en Guadeloupe et en Martinique pour le cachalot (Fig.10). Figure 9. Répartition des écoutes positives traitées ou reconnues par taxon Figure 10. Répartition des écoutes positives traitées ou reconnues par secteur

31 Visualisation des observations acoustiques Iles du nord Observations visuelles : icône rond Nom scientifique de l'espèce Couleur Megaptera novaeangliae Physeter macrocephalus Tursiops truncatus Stenella attenuata Stenella frontalis Mesoplodon europeaus Guadeloupe Ziphius cavirostris Feresa attenuata Kogia sima Kogia breviceps Lagenodelphis hosei Globicephala macrorhynchus Peponocephala electra Grampus griseus Martinique Mesoplodon spp. Ziphiidae Delphinidae Cetacea Légende : Saison sèche Saison humide 2012 Remarque : les points d écoute positifs ne correspondent pas nécessairement à la géolocalisation des espèces pour des raisons liées à la propagation du son dans le milieu. Géo référencement Google 2013 Saison sèche 2013

32 3. Composition faunistique Agoa 2012 & 2013 L étude de la composition faunistique a été analysée selon 1 descripteur. Il s agit d une fréquence relative, c est-à-dire un poids relatif. Dans ce cas, il est interprété pour donner un ordre de grandeur des espèces les plus observées. Ce descripteur est également décliné par saison, par groupe taxonomique ou par aire. Il a paru intéressant de comparer ces poids relatifs pour le suivi visuel et acoustique afin de vérifier si les espèces les plus observées sont également les plus «entendues». Par ailleurs, compte tenu que certaines méthodes sont uniquement basées sur la présence, le poids relatif d une espèce est rapporté au total des observations de la strate (temps ou espace) considérée. Ainsi, il s agit de proposer des tendances préliminaires sur la composition du peuplement, décrite par le poids relatif des observations documentées acquises. Il serait pertinent, à moyen termes, d analyser ces mêmes résultats selon le taux d occurrence sur une échelle spatio-temporelle (donc sur 3 blocs et 3 saisons), soit le nombre de fois où l espèce est observée dans un même relevé. Cela permettra de proposer une fréquence pour chaque espèce dans le sanctuaire Agoa, en évitant le doule comptage du taxon durant un relevé. Chez Mysticeti (Flower, 1864), seulement une famille est représentée dans l étude Agoa 2012 & 2013 avec certitude. Une observation acoustique probable de B. edeni dans les îles du nord en saison humide 2012 reste encore à confirmer. Balaenopteridae est donc indiqué ici avec la présence avérée d un genre incluant une seule espèce : M. novæangliae. Dans le sous-ordre des Odontoceti, (Flower, 1867), 13 espèces liées à 11 genres différents et trois familles (Delphinidæ, Ziphiidæ et Physeteridæ) ont été renseignées de façon disparate en relation avec le nombre d observations obtenues pour chaque espèce et leurs caractères biologiques ou écologiques associés. Au total, entre le 9 mars 2012 et le 29 avril 2013, 183 observations visuelles et 438 acoustiques ont été affectées de façon certaine à un taxon (Tab.8.)

33 Tableau 8. Répartition des observations selon les familles, genre et espèces Agoa 2012 & 2013 S Famille Genre Nom scientifique Nom vernaculaire (n) PR(%) 1 Balaenopteridae Megaptera Megaptera novaeangliae Baleine à bosse 73 39,89 2 Physeter Physeter macrocephalus Cachalot 23 12,57 3 Physeteridae Kogia breviceps Cachalot pygmée 1 0,55 Kogia 4 Kogia Sima Cachalot nain 1 0,55 5 Stenella Stenella attenuata Dauphin tacheté pantropical 24 13,11 6 Stenella frontalis Dauphin tacheté de l Atlantique 19 10,38 7 Tursiops Tursiops truncatus Grand Dauphin 22 12,02 8 Lagenodelphis Lagenodelphis hosei Dauphin de Fraser 6 3,28 Delphinidae 9 Globicephala Globicephala macrorhynchus Globicéphale tropical 6 3,28 10 Feresa Feresa attenuata Orque pygmée 3 1,64 11 Peponocephala Peponocephala electra Péponocéphale 1 0,55 12 Grampus Grampus Griseus Dauphin de Risso 1 0,55 13 Ziphius Ziphius cavirostris Baleine à bec de Cuvier 2 1,09 Ziphiidae 14 Mesoplodon Mesoplodon europeaus Baleine à bec de Gervais 1 0,55 Total ,00 0 Cétacés non identifiés 16 0 Delphinidés non identifiés 13 0 Ziphiidés non identifiés 2 Total

34 Aperçu de la composition faunistique dans les campagnes 2012 & 2013 Sur les 214 observations au total incluant les cétacés, delphinidés et ziphiidés non identifiés, 176 ont été réalisés sur les surfaces affectées au sanctuaire Agoa, avec un biais pour St Martin qui a été considéré sur une surface équivalente à celle du survol aérien exocet (5088 km²), bien qu une partie des eaux néerlandaises y soit considérée. Ainsi, hors transect et en transect, 38 observations visuelles sont comptabilisées dans les îles adjacentes (Saba, Saint-Eustache et le plateau d Anguilla), le reste étant affecté aux eaux territoriales du sanctuaire Agoa. Reconnaissance des espèces : une discrimination méticuleuse Parmi les 176 observations dans Agoa, 156 ont été strictement affectées à une espèce, soit 88,63% des observations visuelles. Actuellement, sur les images disponibles (vidéo et images de Go Pro incluses), nous n avons pu vérifier que près de 88 % des données visuelles (environ 8072 photos toutes scrutées), le reste étant affecté actuellement comme non identifié. Un exemple cidessous avec une baleine à bec bien documentée par image, mais dont l examen mérite un temps complémentaire afin de lui affecter une espèce de façon irréfutable. Il semble clair que c est un Mesoplodon, et très probablement M.europeaus, toutefois la preuve n est pas irréfutable car la tête n a pas été très bien photographiée (Fig.11-a,b). Figure 11-a, b. Mesoplodon spp. Photos : N Maslach et L.Juhel/AAMP Saison sèche 2012 Martinique.

35 Le cas également des groupes mixtes (Stenella frontalis et Stenella attenuata en Martinique et dans les îles du nord principalement, très rarement en Guadeloupe côtière) implique qu environ 13 groupes n ont pas encore pu être finement analysés et sont classés en delphinidés non identifiés. En effet, les «vérités terrain» indiquent que S. frontalis n est pas systématiquement reconnaissable dans les Antilles françaises par la flamme caractéristique qui est mondialement reconnue dans la plupart des guides d identification. Ce point a déjà été soulevé par L. Bouveret (Ommag) en Guadeloupe et des avis ont été requis auprès d un vétérinaire notamment en Méditerranée. L espèce S. frontalis a été confirmée avec des variations de livrée ainsi très importantes. Nous documentons un exemple ci-dessous avec deux photographies de S. frontalis, sur des individus de maturité semblable (taille sub-adultes) prises en Martinique en saison sèche 2013 (Fig.12). Figure 12. Stenella frontalis. Photos : N.Gandilhon/AAMP Saison sèche 2013 Martinique Ce point souligne l importance de la discrimination morphologique dans un premier temps, faute de quoi, il n est pas rigoureux de proposer des descripteurs biologiques ou écologiques robustes, et notamment en matière d abondance. La preuve documentée reste donc un avantage très important de l observation par bateau, bien qu il soit clair ici qu elle ne soit pas nécessairement suffisante. Des analyses génétiques s avèreraient toutefois nécessaires à ce stade pour confirmer qu il s agit bien de la même espèce et qu il n existe pas de sous-espèce.

36 Familles et sous-familles : globicéphalinés, physétéridés, ziphiidés, delphinidés et balaenoptéridés. Les globicéphalidés (grands et petits) incluent le globicéphale tropical, le dauphin de Risso, le péponocéphale et l orque pygmée dans ce jeu de données. Les physétéridés comprennent le «grand cachalot» et les petits cachalots, tel que le nain ou le pygmée. Bien que certains grands dauphins puissent atteindre 3m50, nous les avons classé dans les petits delphinidés car la distinction de taille n a pas été notée dans les relevés Agoa 2012 & 2013 entre la forme considérée plutôt «pélagique» et la forme dite «côtière». Il n y a pas dans les observations Agoa 2012 et 2013 de grands delphinidés type pseudorque. Les ziphiidés NI ont été considérées avec les deux autres espèces constatées avec certitude (Baleine à bec de Cuvier et baleine à bec de Gervais, car elles sont documentées, même de loin). Les delphinidés NI pourraient être indifféremment des petits ou grands delphinidés. Cette composition faunistique souligne en milieu côtier la prévalence de la baleine à bosse pour près de 37%, puis des petits delphinidés pour près de 36%, voire plus selon l affectation inconnue des delphinidés non identifiés. Les physétéridés restent largement dominés par le cachalot. Les globicéphalinés ont été observés à peu près deux fois plus que les baleines à bec, sachant que ce sont les globicéphales tropicaux et l orque pygmée qui sont le observés pour la première sous-famille (Fig.13). Figure 13. Répartition des observations visuelles en familles et sous-familles

37 Composition faunistique saisonnière L ensemble des représentations sectorielles suivantes ne prend en considération les secteurs géographiques où ont été enregistrées les observations visuelles. Cela implique que ce bilan faunistique concerne à cette étape l ensemble des espèces observées dans les campagnes Agoa, quelle que soit leur localisation, et incluant les iles périphériques nord (Saba, St-Eustache et Anguilla). Saison sèche 2012 En saison sèche 2012, les espèces plus observées par rang de la fréquence d observations, sont : - La baleine à bosse ; - Le dauphin tacheté pantropical ; - Le cachalot et le grand dauphin de façon équitable ; - Puis, dans une moindre mesure, le dauphin tacheté de l Atlantique (Fig.14). Figure 14. Fréquence relative des observations visuelles Agoa saison sèche 2012 par espèce

38 Saison humide 2012 En saison humide 2012, les espèces plus observées par rang de la fréquence d observations, sont : - Le grand dauphin ; - Le dauphin tacheté pantropical ; - Le cachalot. Une proportion importante de cétacés non identifiés a été observée en cette saison (Fig.15). Figure 15. Fréquence relative des observations visuelles Agoa saison humide 2012 par espèce

39 Saison sèche 2013 En saison sèche 2013, la baleine à bosse est à nouveau l espèce la plus vue, suivie des dauphins tachetés de l Atlantique et du cachalot (Fig.16). Figure 16. Fréquence relative des observations visuelles Agoa saison sèche 2013 par espèce

40 Composition faunistique sectorielle Martinique côtière : une diversité importante à dominante petits delphinidés en façade caribéenne, toutes saisons confondues 11 espèces ont été reconnues avec certitude en Martinique sur les 3 saisons, ce qui représente 78,5% de l ensemble des espèces vues dans Agoa en 2012 et Avec des efforts très comparables en distance parcourue, c est sur la façade caribéenne côtière que le plus d espèces a été observé (90,9% des taxa recensés en Martinique et 78,5% de ceux affectés au sanctuaire dans sa totalité et dans ces jeux de données). Il est intéressant de noter que les observations de baleines à bosse ont été rares, sachant que la période choisie est fin avril, ce qui peut expliquer ces résultats, en partie si les populations ont démarré leur retour migratoire. Toutefois, ce point reste à documenter. Leur localisation reste en Atlantique côtière pour cette période dans ce secteur. Les grands dauphins sont principalement observés en façade Atlantique, et une autre population semble évoluer sur la côte Caraïbe. Un travail de photoidentification plus pointu peut être amorcé pour comparer les individus entre ces deux sectorisations. Les occurrences de cachalot sont caribéennes, tout autant que la majeure partie de celles du globicéphale tropical et autres globicéphalinés, sauf l orque pygmée. Toutefois, sur ce point le découpage Atlantique/Caraïbe influence ce résultat car les groupes pour cette espèce ont plutôt été vus au nord ou au sud de la Dominique et l observation ne se situe qu à mois d une dizaine de km de cette ligne du découpage théorique (Tab.9 et Fig.17).

41 Tableau 9. Fréquence relative des espèces en Martinique Nom scientifique Martinique Atlantique (n) Martinique Caraïbe (n) Total Martinique (n) PR% PR% Caraïbe PR% Atlantique M.novaeangliae ,26 0,00 5,26 P.macrocephalus ,02 5,26 1,75 S.attenuata ,05 19,30 1,75 S. frontalis ,54 15,79 1,75 T. truncatus ,05 3,51 17,54 L. hosei ,53 7,02 3,51 G.macrorhynchus ,77 5,26 3,51 F. attenuata ,51 1,75 1,75 P. electra ,75 1,75 0,00 G. Griseus ,75 1,75 0,00 Z. cavirostris ,75 1,75 0,00 Cétacés non identifiés Total ,16 36, Delphinidés NI Ziphiidés NI 2 2 Total n 2012 & Figure 17. Fréquence relative par espèces des observations visuelles Agoa en Martinique Le point fort à noter sur la répartition taxonomique en Martinique est que cette île parait dominée en zone côtière par les rencontres avec les petits delphinidés, avec une sectorisation territoriale à ce stade de l analyse - semblant intéressante entre les espèces en présence, soit le grand dauphin majoritairement observé en façade Atlantique et les stenelles et le dauphin de Fraser sur la côte caribéenne.

42 Guadeloupe côtière : une diversité importante à dominance baleines à bosse en zone Atlantique côtière et delphinidés et physétéridés en façade caribéenne 10 espèces ont été reconnues avec certitude sur les 3 saisons Agoa, dont 8 espèces communes à la Martinique et 2 différentes. Il s agit pour les écarts taxonomiques du cachalot nain et de la baleine à bec de Gervais, bien qu une hypothèse ait été suggérée pour cette espèce en Martinique à partir de photographies en cours d analyse. Il faut noter que d autres espèces sont communes aux deux zones côtières, comme cela est précisé dans la synthèse des connaissances. Sur les 14 espèces actuellement recensées dans cette étude Agoa, la Guadeloupe représenterait 71,4% de la diversité. Il faut souligner que les observations de baleines à bosse y sont nombreuses, que ce soit au mois de mars (n=24 ) ou au mois d avril (n=13), ce qui sera rapporté relativement aux efforts dans les taux de rencontre (Tab 10 et Fig.18) Tableau 10. Fréquence relative des espèces en Guadeloupe Guadelou Guad. Atlant. Guad. PR% PR% S Nom scientifique PR% pe (n) (n) Caraï. (n) Caraï. Atlant. 1 M.novaeangliae ,86 12,86 40,00 2 P.macrocephalus ,29 14,29 0,00 3 K.Sima 1 1 1,43 0,00 1,43 4 S.attenuata ,71 15,71 0,00 5 S.frontalis ,86 0,00 2,86 6 T.truncatus ,14 0,00 7,14 7 G.macrorhynchus ,43 1,43 0,00 8 F.attenuata ,43 1,43 0,00 9 Z. cavirostris 1 1 1,43 1,43 0,00 10 M.europeaus 1 1 1,43 1,43 0,00 Total Cétacés non identifiés 0 Delphinidés NI ,0 0 48,57 51,43 Total n 2012 & Figure 18. Fréquence relative par espèces des observations visuelles Agoa en Guadeloupe

43 Saint-Martin et Saint-Barthélemy : un secteur principalement occupé en saison sèche par les baleines à bosse, une dominance de 2 espèces de petits delphinidés et une population de cachalots à identifier 7 espèces toutes zones confondues ont été discriminées dont 6 visuellement et 1 par acoustique dans les îles du nord sur les 3 saisons Agoa. 6 espèces sont communes à la Martinique et à la Guadeloupe et 1 a été très rarement observé : le cachalot nain. Pour le secteur uniquement de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, 5 espèces ont été observées avec certitude, soit près de 38% de la diversité enregistrée dans cette étude. Les ajustements temporels pourront être réalisés à partir d autres études. Il est important de noter que deux espèces pourraient être ajoutées après traitements acoustiques supplémentaires. Il s agit d une forte présomption de Balaenoptera edeni et Orcinus orca en saison humide Le tableau 11 indique que les baleines à bosse constituent l espèce la plus observée en saison sèche dans ce jeu de données que ce soit visuellement ou acoustiquement. Cela est valable pour les îles adjacentes et la zone nord d Agoa (Fig.19). Le point d intérêt majeur est de montrer ici que les cachalots ont été observés dans le secteur de Saint-Martin, Saba et Saint- Barthélemy, avec une large dominance en saison sèche visuellement et des écoutes positives en saison humide, sans observation visuelle avérée. Figure 19. Fréquence relative par espèces des observations visuelles Agoa à St-Martin et Saint-Barthélemy

44 Tableau 11. Fréquence relative des espèces à Saint-Martin et Saint-Barthélemy Nom scientifique PR% St- PR% Total St Martin, St PR% Saba, PR% Anguilla PR% PR% Martin, St Saba, IDN (n) Barth (n) IDN Statia (n) IDN (n) Anguilla IDN Barth Statia Megaptera novaeangliae ,00 27, ,00 6, ,33 16,92 Physeter macrocephalus ,33 10, ,00 3,08 Stenella attenuata 1 1 3,33 1,54 0 0,00 Stenella frontalis 7 2 6,67 3, ,00 4, ,33 3,08 Tursiops truncatus 5 1 3,33 1, ,00 6,15 0 Kogia breviceps 1 1 5,00 1,54 Cétacés non identifiés 3 1 3,33 1, ,00 3,08 Delphinidés NI ,00 6, ,33 3,08 Total n 2012 & ,00 46,15 20,00 100,00 30,77 15,00 100,00 23,08 G.macrorhynchus (na) 1 1 Iles périphériques : Saba, Saint-Eustache et Anguilla : baleines à bosse, grands dauphins et cachalots A Saba et Saint-Eustache (ou «Statia»), 5 espèces ont été reconnues visuellement et une a été ajoutée suite à un traitement acoustique : le globicéphale tropical. Toutes saisons confondues, c est la baleine à bosse qui est la plus observée dans ces secteurs, suivie du dauphin tacheté de l Atlantique puis du grand dauphin. A noter une observation de cachalot pygmée, espèce très rarement observée en milieu côtier. Une proportion importante de petits delphinidés non identifiés a été rapportée et nous n avons pas encore pu confirmer une espèce car les images, de loin, sont de mauvaise qualité. Il reste classé donc en non identifié pour le moment (Fig.20).

45 Figure 20. Fréquence relative par espèces des observations visuelles à Saba et Saint-Eustache A Anguilla, la diversité est moindre, mais les proportions importantes pour la baleine à bosse, et cette fois encore, le dauphin tacheté de l Atlantique (Fig. 21). Figure 21. Fréquence relative par espèces des observations visuelles à Anguilla

46 Tendances de saisonnalité par secteur géographique Iles du nord Concernant la saisonnalité, trois remarques peuvent être faites : 1. Les cachalots sont donc occurrents en saison sèche, avec une équivalence des observations entre 2012 et 2013, ce qui soulève une question sur la régularité des individus dans le secteur et la composition sociale des groupes ; 2. Les grands dauphins ont été observés sur les 3 saisons, avec une régularité des observations principalement vers le banc de Saba. A ce stade 1 individu au moins a été revu entre la saison sèche 2012 et la saison humide 2012, le travail d analyse individuelle doit être poursuivi sur cette population possiblement résidente régulière (comm. pers. Saba) ; 3. Parmi les petits delphinidés présents en zone côtière, c est le dauphin tacheté de l Atlantique qui est le plus observé et sur toutes les saisons ; 4. Les baleines à bosse sont largement observées au mois de mars, période temporelle retenue pour les deux saisons sèches 2012 et Remarque: le globicéphale tropical (7 ème espèce) a été entendu et reconnu acoustiquement dans les îles adjacentes. Guadeloupe Concernant la saisonnalité des cétacés principaux en Guadeloupe, dans ce jeu de données : - Espèces observées sur les 3 saisons 2012 & 2013 : le dauphin tacheté pantropical et le cachalot, sachant que ces espèces ont été indiquées résidentes régulières ou permanentes en Guadeloupe (Gandilhon, 2012) ; - Espèces observées sur une saison : le cachalot nain et la baleine à bec de Gervais en saison humide, et la baleine à bec de Cuvier en saison sèche ; - Espèces observées sur 2 saisons sèches : le dauphin tacheté de l Atlantique et la baleine à bosse ; - Espèces observées sur une saison sèche et une saison humide : le grand dauphin (espèce résidente).

47 Ces tendances indiquent qu en saison sèche, l archipel de Guadeloupe est investi de baleines à bosse, principalement observées en façade Atlantique côtière. En saison humide, ce sont les delphinidés et les physétéridés qui dominent l archipel en termes de taxa observés, toujours avec des efforts kilométriques relativement comparables entre les saisons. Le grand dauphin, le dauphin tacheté pantropical et le cachalot sont observés de façon quasi équivalente dans ces jeux de données entre les saisons sèches et la seule saison humide. Ces observations seront affinées avec les taux de rencontre saisonniers pour ce jeu de données. Martinique Concernant la saisonnalité des cétacés principaux en Martinique, dans ce jeu de données : - Espèces observées sur les 3 saisons 2012 & 2013 : le globicéphale tropical, le dauphin tacheté pantropical, le grand dauphin, le dauphin de Fraser et le cachalot, bien que les observations de la saison sèche 2012 ont été essentiellement acoustiques ; - Espèces observées sur les deux saisons sèches : le dauphin tacheté de l Atlantique et la baleine à bosse ; - Espèces observées sur une saison sèche et une saison humide : l orque pygmée. - Bilan de la composition faunistique dans Agoa sur 3 saisons : 13 espèces vues Au total dans le sanctuaire Agoa, 13 espèces sont donc retenues dans ces trois jeux de données saisonniers car l observation de cachalot pygmée est affectée au secteur de Saba et Saint-Eustache. Haute diversité en Martinique Selon la composition faunistique, le nombre d espèces vues est supérieure en Martinique, bien qu il ne s agisse pas des mêmes espèces.

48 Record d observations pour la baleine à bosse en Guadeloupe En termes de nombre d observations toutes saisons confondues, c est la Guadeloupe qui domine, bien qu il soit plus juste de conclure à partir du rapport des observations visuelles aux efforts afin de prendre en compte les variations d échantillonnage entre les secteurs géographiques. Par ailleurs, le choix des pas temporels est crucial dans ces interprétations. Il ne faut pas négliger en effet que la sous-représentation par exemple des baleines à bosse en Martinique peut-être un effet du choix des périodes de prospection qui a été défini dans les études Agoa, soit à partir du 23 avril sur les deux périodes sèches de 2012 et Si des décalages temporels du au cycle migratoire existent, ils devront être affinés dans le temps, avec l ajout notamment d autres résultats sur ces secteurs à d autres dates. Rangs d observations pour chaque taxon en 2012 & 2013 Les espèces les plus observées dans les jeux de données Agoa 2012 et 2013, sont donc par rangs d observations visuelles acquises : 1. La baleine à bosse, avec le plus d observation en mars et avril en Guadeloupe côtière ; 2. Le dauphin tacheté pantropical, avec un nombre d observations supérieur en Martinique ; 3. Le cachalot, plus observé en Guadeloupe et dans les îles du nord ; 4. Le grand dauphin observé de façon variable sur les 3 secteurs géographiques Agoa ; 5. Le dauphin tacheté de l Atlantique, plus observé en Martinique ; 6. Et enfin, de façon à peu équitable en nombre d observations entre la Guadeloupe et la Martinique côtière, le dauphin de Fraser et le globicéphale tropical. Les autres espèces sont assez peu observées et 3 jeux de données pour toutes ces espèces ne peuvent pas aider à documenter un statut régional. Le tableau 12 et la figure 22 synthétise ce bilan.

49 Tableau 12. Rangs d observation des espèces dans Agoa 2012 & 2013 (hors iles périphériques) Rangs (n) Nom scientifique Agoa n PR(%) Martinique PR% Guadeloupe (n) PR% St Martin, St PR% (n) Barth (n) 1 Megaptera novaeangliae 58 37,18 3 1, , ,54 2 Stenella attenuata 24 15, , ,05 1 0,64 3 Physeter macrocephalus 21 13,46 4 2, ,41 7 4,49 4 Tursiops truncatus 18 11, ,69 5 3,21 1 0,64 5 Stenella frontalis 14 8, ,41 2 1,28 2 1,28 6 Lagenodelphis hosei 6 3,85 6 3,85 0 0,00 7 Globicephala macrorhynchus 6 3,85 5 3,21 1 0,64 8 Feresa attenuata 3 1,92 2 1,28 1 0,64 9 Ziphius cavirostris 2 1,28 1 0,64 1 0,64 10 Kogia Sima 1 0, ,64 11 Peponocephala electra 1 0,64 1 0,64 0 0,00 12 Grampus Griseus 1 0,64 1 0,64 0 0,00 13 Mesoplodon europeaus 1 0, ,64 Total , , ,59 0 Cétacés non identifiés ,14 9 5,11 1 0,57 0 Delphinidés NI 6 2 1,14 4 2,27 0,00 0 Ziphiidés NI 2 2 1,14 0 0,00 0,00 Total n 2012 & , , ,05 Légende : PR% : fréquence relative par proportion (Cf. rapport technique 2013).

50 Figure 22. Fréquence relative des observations par espèce sur le secteur côtier Agoa 37% des observations réalisées dans le sanctuaire Agoa en 2012 et 2013 (cette étude) sont des baleines à bosse, puis des dauphins tachetés pantropicaux (15%), des cachalots (13%) et des grands dauphins (11%).

51 Effectifs, taille de groupe et taux de juvéniles Codification de cette partie : ES : Effectifs moyens observés : nombre d individus estimés n : nombre de groupes observés visuellement (na = acoustique) E(s) : taille de groupe observé : nombre moyen d individus par groupe ES JUV : effectifs de juvéniles (moins d un an) Tx. JUV : taux de juvéniles en % %CV : coefficient de variation IC 95% : intervalle de confiance à risque alpha = 0,05 Min : minimum statistique, Max : maximum statistique arrondi pour les bilans au nombre entier supérieur

52 Effectifs par secteur géographique et par espèce Effectifs Martinique Dans l ensemble des observations visuelles réalisées en Martinique en 2012 & 2013, les dauphins tachetés pantropicaux présentent les effectifs les plus élevés, y compris dans l ensemble des effectifs Agoa. La dominance des petits delphinidés est bien illustré dans le diagramme 23, où on peut y lire que juste après cette première espèce, ce sont le dauphin de Fraser, le dauphin tacheté de l Atlantique et le grand dauphin qui y sont les plus abondants en termes d effectifs moyens (cf. rapport technique). Figure 23. Effectifs moyens observés en Martinique 2012 & 2013

53 Le tableau 13 récapitule l ensemble de ces données ainsi que le taux de juvéniles, très élevé chez le cachalot et le grand dauphin en Martinique. Tableau 13. Bilan des effectifs et juvéniles observés en Martinique pour chaque espèce n ES min ES max ES ES JUV Tx.JUV E(s) %CV IC95 E(s) Min E(s) Max Mar P.macrocephalus , ,29 1,75 55,90 0,78 0,97 2,53 Mar M.novaeangliae 3 3,00 3,00 3,00 0,00 1,00 0,00 1,00 1,00 Mar S.attenuata , ,71 65,04 120,25 44,25 20,79 109,30 Mar T.truncatus 12,00 171,00 251,00 211,00 24,00 11,37 17,58 51,53 5,13 12,46 22,71 Mar S.frontalis , ,07 26,80 93,87 15,59 11,21 42,39 Mar L. hosei 6,00 205,00 375,00 290,00 29,00 10,00 48,33 68,83 26,62 21,71 74,95 Mar G.Macrorhynchus 5,00 52,00 70,00 61, ,00 12,2 66,249 7,08 5,12 19,28 Mar F.attenuata ,50 1 3,77 13,25 45,36 8,33 4,92 21,58 Mar Z.cavirostris ,00 0 0,00 2,00 NA NA NA NA Mar G.griseus ,00 0,00 7,00 NA NA NA NA Mar P.electra ,00 0 0,00 40,00 NA NA NA NA Mar Non identifié 2,00 2,00 2,00 2,00 0,00 0,00 1,00 NA NA NA NA Mar Delphinidés NI 2,00 3,00 3,00 3,00 0,00 0,00 1,50 NA NA NA NA Mar Ziphiidés 2,00 2,00 2,00 2,00 0,00 0,00 1,00 NA NA NA NA Mar Total , ,22 27,03 120,96 5,09 21,94 32,12 Effectifs Guadeloupe En Guadeloupe, le dauphin tacheté pantropical est l espèce la plus abondante, comme indiqué dans Gandilhon (2012). Les baleines à bosse présentent des effectifs conséquent de part le nombre d observations, car la taille des groupes est peu élevée (Fig.24).

54 Figure 24. Effectifs moyens observés en Guadeloupe 2012 & 2013 Tableau 14. Bilan des effectifs et juvéniles observés en Guadeloupe pour chaque espèce Secteur Espèce n ES min ES max ES ES JUV Tx.JUV E(s) %CV IC95 E(s) Min E(s) Max Gua M.novaeangliae ,34 1,59 44,66 0,23 1,36 1,83 Gua P.macrocephalus ,26 1,90 56,58 0,67 1,23 2,57 Gua S.attenuata ,5 25 8,08 28,14 127,22 21,15 6,98 49,29 Gua T.truncatus ,29 8,40 76,16 5,61 2,79 14,01 Gua S.frontalis ,56 27,00 94,28 na na na Gua Non identifié na na na na Gua Delphinidés NI ,25 40,00 0,49 0,76 1,74 Gua F.attenuata ,33 3 na na na na Gua G.Macrorhynchus , ,5 na na na na Gua Z.cavirostris na na na na Gua M.europeaus na na na na Gua K.sima Gua Total ,41 6,14 161,32 2,13 4,01 8,28

55 Effectifs Saint-Martin et Saint-Barthélemy et îles périphériques Figure 25. Effectifs moyens observés en Guadeloupe 2012 & 2013 Figures 25 et 26. Effectifs moyens observés dans les iles du nord françaises, puis périphériques en 2012 & 2013

56 Comme indiqué dans les figures précédentes (25 et 26), le dauphin tacheté de l Atlantique, puis la baleine à bosse présentent les effectifs les plus importants observés dans les secteurs de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, suivis du cachalot avec des populations pour lesquelles nous ignorons encore si elles ont un ou plusieurs liens avec celles plus connues de la Guadeloupe et de la Dominique. Dans les îles périphériques, les dauphins sont prédominants, avec le dauphin tacheté pantropical, el grand dauphin. A noter que les effectifs de baleines à bosse enregistrées, sont équivalents à ceux des eaux territoriales françaises des îles du nord. Le tableau 15 synthétise les données des effectifs pour les îles du nord. Tableau 15. Bilan des effectifs et juvéniles observés dans les îles du nord tous secteurs, pour chaque espèce Espèce Secteur n ES min ES max ES ES JUV Tx.JUV E(s) %CV IC95 E(s) Min E(s) Max M.novaeangliae St Martin, St Barth ,03 1,61 56,88 0,42 1,19 2,03 S.frontalis St Martin, St Barth ,00 20,00 106,07 na na na P.macrocephalus St Martin, St Barth ,65 2,43 88,50 1,59 0,84 4,02 T.truncatus St Martin, St Barth 1 4,00 4,00 4 4,00 S.attenuata St Martin, St Barth 1 3,00 4,00 3,5 3,50 na na na na Non identifié St Martin, St Barth ,5 2,50 na na na na IDN Agoa ,67 3,20 220,92 2,53 0,67 5,73 M.novaeangliae Northen peripheric islands ,03 1,93 36,40 0,36 1,58 2,29 P.macrocephalus Northen peripheric islands ,00 2,00 70,71 na na na T.truncatus Northen peripheric islands ,5 6 16,00 9,38 85,02 6,22 3,16 15,60 S.frontalis Northen peripheric islands ,5 7 13,86 10,10 125,65 na na na K.breviceps Northen peripheric islands 1,00 2, ,00 2,00 na na na na Non identifié Northen peripheric islands ,00 1,00 na na na na Delphinidés NI Northen peripheric islands ,5 0,00 8,92 na na na na Northen peripheric islands ,01 3,46 77,29 1,15 3,60 8,36 Total IDN ,97 3,34 119,37 0,89 2,45 4,23 M.novaeangliae dont ,03 1,76 40,4 0,32 1,44 2,08

57 Bilan des effectifs dans Agoa Le bilan des effectifs consolide que les petits delphinidés représentent les effectifs moyens les plus élevés dans le sanctuaire Agoa, en zone maritime côtière (Fig.27). Il s agit par rang en effectifs moyens pour les principales espèces : - Du dauphin tacheté pantropical ; - Du dauphin tacheté de l Atlantique ; - Du dauphin de Fraser ; - Du grand dauphin. Figures 27. Effectifs moyens observés (Log ES) dans le sanctuaire Agoa en 2012 & 2013

58 Taille moyenne de groupe Un descripteur biologique intéressant concerne la taille moyenne des groupes. Nous pensons qu il s agit d un indicateur également permettant de suivre les populations, quel que soit le secteur, le nombre d observations, la saisonnalité ou même l espèce. Lorsque l on rapproche l ensemble des données (Tabs.16, 17 et 18) collectées pour Agoa et les îles périphériques, il est possible de comparer la taille des groupes observés pour chaque espèce. Données synthétisées par secteur géographique Tableau 16. Bilan des effectifs, juvéniles et taille de groupe dans Agoa, pour chaque espèce Secteur Espèce n ES min ES max ES ES JUV Tx.JUV E(s) %CV IC95 E(s) Min E(s) Max Mar S.attenuata , ,71 65,04 120,25 44,25 20,79 109,30 Gua S.attenuata ,5 25 8,08 28,14 127,22 21,15 6,98 49,29 St Martin, St Barth S.attenuata 1 3,00 4,00 3,5 3,50 na na na na S.attenuata ,5 93 8,50 45,56 67,98 12,39 33,17 57,95 Mar S.frontalis , ,07 26,80 93,87 15,59 11,21 42,39 St Martin, St Barth S.frontalis ,00 20,00 106,07 na na na Gua S.frontalis ,56 27,00 94,28 na na na S.frontalis ,39 25,86 15,41 2,09 23,77 27,94 Mar L. hosei 6,00 205,00 375,00 290,00 29,00 10,00 48,33 68,83 26,62 21,71 74,95 Mar T.truncatus 12,00 171,00 251,00 211,00 24,00 11,37 17,58 51,53 5,13 12,46 22,71 Gua T.truncatus ,29 8,40 76,16 5,61 2,79 14,01 St Martin, St Barth T.truncatus 1 4,00 4,00 4 4,00 T.truncatus 18,00 210,00 304, ,67 14,28 48,54 3,20 11,08 17,48 Mar M.novaeangliae 3 3,00 3,00 3,00 0,00 1,00 0,00 1,00 1,00 Gua M.novaeangliae ,34 1,59 44,66 0,23 1,36 1,83 St Martin, St Barth M.novaeangliae ,03 1,61 56,88 0,42 1,19 2,03

59 M.novaeangliae 58,00 89,00 93, ,08 1,57 22,19 0,09 1,48 1,66 Mar G.Macrorhynchus 5,00 52,00 70,00 61, ,00 12,2 66,25 7,08 5,12 19,28 Gua G.Macrorhynchus ,5 0 0,00 4,5 na na na na G.Macrorhynchus 6,00 56,00 75,00 65,5 7,00 10,69 10,92 49,88 4,36 6,56 15,27 Mar F.attenuata ,50 1 3,77 13,25 45,36 8,33 4,92 21,58 Gua F.attenuata ,33 3 na na na na F.attenuata 3,00 26,00 33,00 29,5 2,00 6,78 9,83 73,71 8,20 1,63 18,03 Mar P.macrocephalus , ,29 1,75 55,90 0,78 0,97 2,53 Gua P.macrocephalus ,26 1,90 56,58 0,67 1,23 2,57 St Martin, St Barth P.macrocephalus ,65 2,43 88,50 1,59 0,84 4,02 P.macrocephalus 21,00 41,00 45, ,63 2,05 17,41 0,15 1,90 2,20 Mar Z.cavirostris ,00 0 0,00 2,00 NA NA NA NA Gua Z.cavirostris ,00 2 na na na na Z.cavirostris 2,00 4,00 4,00 4 0,00 0,00 2,00 0,00 0,00 2,00 2,00 Mar P.electra ,00 0 0,00 40,00 NA NA NA NA Mar G.griseus ,00 0,00 7,00 NA NA NA NA Gua M.europeaus ,00 2 na na na na Gua K.sima ,00 1 Total sp. 156, , , ,50 221,00 9,67 14,7 113,31 2,60 12,05 17,26

60 Tableau 17. Bilan des effectifs, juvéniles et taille de groupe à Saba et Statia, pour chaque espèce Season Month Block Area Sp. n ES min ES max SS 2012 march IDN Saba - Statia T. truncatus SS 2012 march IDN Saba - Statia T. truncatus ES Saba, Statia SS 2012 march IDN Saba - Statia T. truncatus 1 2,00 2,00 2,00 0 SH2012 oct. IDN Saba- Statia T. truncatus 1 25,00 30,00 27,50 6 ES JUV Saba, Statia Tx.JUV(%) E(s) %CV IC95 Total T. Truncatus ,5 6 16,00 9,38 130,45 11,98 na 21,36 SS 2013 march IDN Saba - Statia M.novaeangliae SS 2013 march IDN Saba - Statia M.novaeangliae SS 2013 march IDN Saba - Statia M.novaeangliae SS 2013 march IDN Saba - Statia M.novaeangliae Total M.novaeangliae ,22 2,25 22,22 0,49 1,76 2,74 SS 2013 march IDN Saba - Statia S.frontalis 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia S.frontalis 1 5,00 5,00 5,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia S.frontalis 1 5,00 7,00 6,00 Total S.frontalis ,00 66,14 2,99 1,01 6,99 SS 2012 march IDN Saba - Statia P.macrocephalus ,33 3,00 SS 2012 march IDN Saba - Statia P.macrocephalus ,00 1,00 Total P.macrocephalus ,00 70,71 1,96 0,04 3,96 SS 2013 march Total K.breviceps ,00 na na na na SS 2012 march IDN Saba - Statia non identifié 1 1,00 1,00 1,00 SH2012 march IDN Saba- Statia non identifié 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia Delphinidés NI 1 3,00 3,00 3,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia Delphinidés NI 1 20,00 40,00 30,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia Delphinidés NI 1 10,00 16,00 13,00 SS 2013 march IDN Saba - Statia Delphinidés NI 1 2,00 2,00 2,00 Total No Identified ,33 138,63 9,24 na 17,58 Total Saba, Statia 5 Sp ,77 5,70 146,55 3,66 2,04 9,36 E(s) Min E(s) Max

61 Tableau 18. Bilan des effectifs, juvéniles et taille de groupe à Anguilla, pour chaque espèce Season Month Block Area Sp. n ES min ES max ES Anguilla SH2012 oct. IDN Anguilla S.frontalis 1 6,00 6,00 6,00 3 SS 2012 march IDN Anguilla S.frontalis 1 25,00 40,00 32,50 4 ES JUV Anguilla Tx.JUV(%) E(s) %CV IC95 Total S.frontalis ,5 7 18,18 19,25 97,34 25,97-6,72 45,22 SS 2012 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 2,00 2,00 2,00 1 SS 2012 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 2,00 2,00 2,00 1 SS 2012 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 3,00 3,00 3,00 1 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 2,00 2,00 2,00 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 3,00 3,00 3,00 1 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 2,00 2,00 2,00 1 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 1,00 1,00 1,00 SS 2013 march IDN Anguilla M.novaeangliae 1 2,00 2,00 2,00 1 SH2012 oct. IDN Anguilla Delphinidés NI 1 2,00 2,00 2,00 SS 2012 march IDN Anguilla Delphinidés NI 1 3,00 4,00 3,50 E(s) Min E(s) Max ,00 1,82 41,29 0,44 1,37 2,26 Total No Identified ,5 12,75 39,78 na na na Total Anguilla ,48 5,60 157,31 4,46 1,14 10,06

62 Taille moyenne de groupe par famille et sous-famille Taille moyenne de groupe petits delphinidés C est en Martinique que les petits delphinidés présentent les tailles moyennes de groupe les plus importantes, comme pour le dauphin tacheté pantropical et le dauphin de Fraser (Fig.28). Figures 28. Taille moyenne de groupe pour les petits delphinidés dans Agoa et îles périphériques en 2012 & 2013

63 Taille moyenne de groupe balaenoptéridés Ici seule la baleine à bosse a été observée avec certitude dans cette famille. C est dans les îles du nord, et notamment les zones périphériques que la taille moyenne de groupes de baleines à bosse vues est la plus élevée (Fig.29). Figure 29. Taille moyenne de groupe pour balaenoptéridés dans Agoa et îles périphériques en 2012 & 2013

64 Taille moyenne de groupe physétéridés Concernant les cachalots (petits ou grand), la figure 29 indique une certaine régularité de la taille moyenne des groupes observés. Les résultats de taille moyenne de groupes corroborent la notation d une composition sociale type «mère et petit» dans la zone sectorielle de Saint-Martin (Fig.30). Figure 30. Taille moyenne de groupe pour physétéridés dans Agoa et îles périphériques en 2012 & 2013

65 Taille moyenne de groupe globicéphalinés Aucune espèce appartenant à cette sous-famille n a été observée visuellement dans îles du nord (uniquement une observation acoustique de globicéphale tropical). Incluant des espèces pélagiques, c est en Martinique côtière que la taille des groupes reste la plus élevée (Fig.31). Figure 31. Taille moyenne de groupe pour globicéphalinés dans Agoa en 2012 & 2013

66 Taille moyenne de groupe Ziphiidés Pour les baleines à bec (Fig.32), la taille moyenne des groupes a été présentée ici avec les ziphiidés non identifiés au titre de l espèce, mais strictement comptés puisque que chaque groupe observé contenait en 2012 & 2013, 2 individus seulement. Ce résultat doit être apprécié prioritairement, car les espèces de cette famille sont assez rares dans le monde et la taille de ces groupes (sans juvéniles) pourrait en faire une priorité dans leur évaluation au sein du sanctuaire. En effet, les données ici ne sont que côtières. A noter que la baleine à bec de Gervais (M. europeaus) est également nommée, la baleine à bec des Antilles, ce qui lui confère un statut régional. Figure 32. Taille moyenne de groupe pour ziphiidés dans Agoa en 2012 & 2013

67 Taille moyenne de groupe îles périphériques : Anguilla, Saba et Saint-Eustache A Anguilla, le dauphin tacheté pantropical est noté avec une taille de groupe étant la plus élevée, tandis qu à Saba et Saint- Eustache, c est le grand dauphin qui arrive en premier rang (Fig.33). Figure 33. Average group size by specie for closed islands in 2012 & 2013

68 Taux de juvéniles Agoa 2012 & 2013 D après la figure 34, il apparait que les taux de juvéniles les plus importants sont notés pour les grands cétacés, tels que la baleine à bosse et le cachalot. Cela conforte le fait que ces populations utilisent le sanctuaire Agoa comme une zone très probablement favorable aux fonctions de reproduction sur certaine zone particulière (par exemple, le plateau continental pour les baleines à bosse selon Gandilhon (2012) avec un gradient explicatif d une partie de l information de la présence des mères et petits). Le grand dauphin présente le taux le plus élevé parmi les delphinidés, tandis que chez le représentant le plus abondant des petits delphinidés (le dauphin tacheté pantropical), le taux est l un des plus faible. Bien que les estimations in situ pour cette espèce grégaire puissent être un biais important, cette tendance a été confirmée en Guadeloupe sur plusieurs années et cela soulève plusieurs hypothèses scientifiques qui devront être approfondies. Figure 34. Taux de juvéniles dans le sanctuaire Agoa côtier

69 23,08% des baleines à bosse observées dans le sanctuaire Agoa sont des baleineaux. Taux de juvéniles Iles périphériques 2012 & 2013 A Saba, le taux le plus élevé concerne le cachalot, tandis qu à Anguilla, c est la baleine à bosse. Toutefois, les effectifs de baleineaux vus sont proches entre les deux secteurs (Figs 35 & 36). Figure 35. Taux de juvéniles dans les îles périphériques

70 Richesse spécifique sectorielle 2012 & 2013 La richesse spécifique sectorielle est mesurée par le nombre d individus d espèces différentes sur les surfaces considérées (secteurs géographiques). Elle a été évaluée ici pour l ensemble des secteurs d Agoa uniquement. Cependant, cette richesse spécifique ne suffit pas toujours à elle-seule pour décrire la biodiversité. Aussi, un certain nombre d indices pourront être définis dans le temps pour chaque secteur, la plupart étant décrits dans Harper (1999). Les calculs sont appliqués aux associations entre les stations et les effectifs qui y ont été estimés. Les matrices d abondance pour la méthode des transects de ligne TB/TL avec d autres méthodes peuvent être traitées séparément dans le but de pouvoir comparer les résultats au sein du sanctuaire Agoa dans le moyen ou long terme. L hypothèse de départ présume ici que la diversité découle directement de la distribution des abondances. La diversité est abordée ici par secteur géographique principal dans Agoa en relation avec les habitats potentiels. Il ne s agit ici que d un aperçu des premiers résultats qui supposent : - que les catégories taxonomiques soient bien établies, ce qui exclut directement les données des espèces non identifiées ou juste affectées à un genre ou une famille ; - que les taxons ou groupes trophiques soient équidistants, ce qui signifie, qu une espèce nouvellement recensée dans l archipel ajoute une unité dans le compteur de richesse spécifique. L indice H de Shannon (Tab.19), montre que la richesse taxonomique de la Martinique est plus élevée, suivi de façon égale par la partie nord d Agoa et la Guadeloupe, ce qui peut paraître surprenant, mais est conditionné également par les individus. Globalement, l indice H de Shannon est élevé, ce qui signifie qu une large variété d espèces est présente dans les communautés, même s il y a peu d individus. La mesure de l équitabilité pour chaque secteur géographique suggère que c est la zone nord d Agoa qui est la zone la plus «équilibrée» avec le plus de régularité de répartition des effectifs entre les espèces présentes.

71 Tableau 19. Indices de diversité sectorielle Martinique Guadeloupe St Martin Taxa_S Individuals Dominance_D Simpson_1-D Shannon_H Equitability_J Fisher_alpha Berger-Parker LÉGENDE S : richesse spécifique des secteurs représentée par le nombre de taxons. Les intervalles de confiance approximatifs pour tous ces indices ont été calculés avec une procédure de bootstrap à partir de 1000 échantillons aléatoires à l aide du logiciel past.exe Version Une richesse taxonomique élevée en Martinique, équilibrée dans les iles du nord et dominée en Guadeloupe par un taxon.

72 Taux de rencontre et abondance relative Agoa 2012 & 2013 Codification de cette partie : IKR : nombre de groupes rencontrés.km -1 TKR : nombre de groupes rencontrés.km -100 IKA : abondance relative : individus.km -1 Du : densité non corrigée de la détection : individus.km -2 T(x) : abondance relative : nombre d individus (non corrigés de la probabilité de détection) Les valeurs pour les surfaces côtières réconciliées pour Agoa sont indiquées en bleu cyan et en beige pour les îles périphériques

73 Taux de rencontres Agoa et iles périphériques 2012 & 2013 Pour ce descripteur, seules les observations réalisées sur le transect de ligne sont considérées. Les tableaux 20 à 22 précisent par espèce le nombre d observations considérées pour les calculs. Données utilisées pour les estimations Observations en transect Tableau 20. Répartition des observations en transect en Guadeloupe Sectors Surface (km²) Specie (n) ES min ES max ES E(s) ES JUV CV% IC95 E(s) min E(s) max Gua 5279 P.macrocephalus , ,47 0,76 1,37 2,88 Gua 5279 M.novaeangliae , ,37 0,31 1,28 1,89 Gua 5279 S.attenuata ,00 NA NA NA Gua 5279 F.attenuata ,00 1 NA NA NA NA Gua 5279 T.truncatus ,83 1 0,00 NA NA NA Gua 5279 M.europeaus ,00 NA NA NA NA Gua 5279 S.frontalis ,00 3 0,00 NA NA NA Gua 5279 Z.cavirostris ,00 NA NA NA NA Gua 5279 non identifié ,00 NA NA NA NA NA Gua 5279 Delphinidés NI ,33 NA NA NA NA NA T. Guadeloupe en transect 8 Sp , ,80 2,52 3,67 8,70

74 Tableau 21. Répartition des observations en transect à Saint Martin et Saint-Barthélemy Sectors Surface (km²) Specie (n) ES min ES max ES E(s) ES JUV CV% IC95 E(s) min E(s) max Sxm- St Barth 5088 P.macrocephalus , ,85 1,53 1,19 4,24 Sxm- St Barth 5088 M.novaeangliae , ,11 0,38 1,15 1,90 Sxm- St Barth 5088 S.attenuata 1 3,00 4,00 4 3,50 NA NA NA NA Sxm St Barth 5088 T.truncatus 1 4,00 4,00 4 4,00 NA NA NA NA Sxm St Barth 5088 S.frontalis 1 4,00 6,00 5 5,00 NA NA NA NA Sxm- St Barth 5088 non identifié 1 2,00 3,00 3 2,50 0,00 NA NA NA NA T. St Martin, St Barth en transect 5 Sp , ,31 0,44 1,66 2,54 Tableau 22. Répartition des observations en transect à Saba et Statia Sectors Surface (km²) Specie (n) ES min ES max ES E(s) ES JUV CV% IC95 E(s) min E(s) max Saba - Statia 2785 T. truncatus , ,71 3,92 0,08 7,92 Saba - Statia 2785 M.novaeangliae , ,22 0,49 1,76 2,74 Saba - Statia 2785 K.breviceps 1,00 2, ,00 NA NA NA NA Saba - Statia 2785 Delphinids NI ,00 0 NA NA NA NA Saba - Statia 2785 No identified , ,55 0,73 0,64 2,11 T.Saba, Statia in Line transect effort 3 Sp , ,26 0,72 4,12 5,55 Anguilla 1952 M.novaeangliae , ,06 0,60 1,23 2,44 Anguilla 1952 Delphinids NI 1 2,00 2,00 2,00 2,00 Total Anguilla in Line transect effort 1 Sp ,86 3 6,35 0,09 1,77 1,94

75 Rappel des efforts parcourus et surfaces Il a été décidé que seules les surfaces côtières seraient conservées pour ces estimations sur la base des travaux de Gandilhon (2012) pour la Guadeloupe (5279 km²) et la Martinique (7553 km²), et de Ridoux et al. (2010) pour la zone de Saint-Martin et Saint-Barthélemy (5088 km²). Pour les surfaces iles périphériques, elles nous ont été communiquées par les gestionnaires néerlandais. Pour les distances parcourues, elles sont rappelées dans le tableau 23. Tableau 23. Distances parcourues en effort Saisons Surfaces SS 2012 SH 2012 SS 2013 Total %CV Guadeloupe ,29 686,72 924, ,9 Martinique ,53 667,99 623, ,3 St-Martin/St-Barth ,3 356,6 322,3 1018,2 Total Agoa , , , ,4 117 Saba, Statia ,51 289,72 373, ,13 Anguilla ,50 65,70 138,52 323,72 Total Peripheric islands ,01 355,42 512, ,9 65,1

76 Taux de rencontre (TKR) baleines à bosse (M.novaeangliae) Taux de rencontre sur deux saisons sèches Comme le montre la figure 36 et le tableau 24, c est dans les iles du nord que le taux de rencontre est le plus élevé avec 1,87 à 1,85 groupes rencontrés.km Dans les surfaces correspondant uniquement à Agoa, 0,86 groupes sont rencontrés pour 100 km vs. 0,75 dans l ensemble des îles périphériques. Tableau 24. Taux de rencontre baleines à bosse pour 2 saisons sèches Période Specie Zone M.novaeangliae mars M.novaeangliae Figure 36. Taux de rencontre pour 2 saisons sèches St Martin - St Barth march M.novaeangliae Anguilla 1,85 mars, avril M.novaeangliae Guadeloupe 1,05 march M.novaeangliae Saba - Statia 0,39 april M.novaeangliae Martinique 0,10 mars, avril M.novaeangliae Agoa 0,86 march M.novaeangliae Peripheric islands 0,75 1,87

77 Taux de rencontre par mois Au mois de mars, c est toujours dans les îles du nord que le taux de rencontre est le plus élevé, et en Guadeloupe en avril, à partir bien entendu des temps de prospections affectés à ces strates spatiales. Mars avril Figure 37. Taux de rencontre pour les mois de mars et avril Tableau 25. Taux de rencontre baleines à bosse pour 2 mois Période Zone Specie TKR mars Guadeloupe M.novaeangliae 1,95 mars Martinique non prospecté mars Saint Martin, St Barth M.novaeangliae 2,87 mars Agoa M.novaeangliae 2,33 mars Saba, Statia M.novaeangliae 0,55 mars Anguilla M.novaeangliae 2,33 avril Guadeloupe M.novaeangliae 0,89 avril Martinique M.novaeangliae 0,16 avril Saint Martin, St Barth non prospecté avril Agoa M.novaeangliae 0,42

78 Taux de rencontre (TKR) cachalot (P. macrocephalus) Taux de rencontre sur trois saisons (dont une humide) A Saint-Barth et Saint-Barthélemy, 0,69 groupes.km -100 ont été rencontrés, puis 0,35 groupes.km -100 en Guadeloupe sur les deux saisons sèches (Fig.38 et Tab.26). Figure 38. Taux de rencontre pour 3 saisons Tableau 26. Taux de rencontre cachalot pour 3 saisons Période Specie Zone P.macrocephalus TKR mars, avril, nov P.macrocephalus Guadeloupe 0,35 mars P.macrocephalus Sxm- St Barth 0,69 avril, nov P.macrocephalus mart 0,21 mars, avril, nov P.macrocephalus Agoa 0,36

79 Taux de rencontre par mois Au mois de mars (Fig. 39, Tab. 27), c est toujours dans les îles du nord que le taux de rencontre est le plus élevé (1,06 groupes.km -100 ) et en Guadeloupe en avril (0,45 groupes.km -100 ). Les taux pour Agoa en mars indiquent 0,63 groupes.km -100 vs. 0,22 groupes.km -100 en novembre pour la saison humide. Figure 39. Taux de rencontre par mois Tableau 27. Taux de rencontre cachalot pour 3 mois Période Zone TKR Specie mars Saint Martin, St Barth 1,06 P.macrocephalus mars Guadeloupe 0,32 P.macrocephalus mars Agoa 0,63 P.macrocephalus avril Guadeloupe 0,45 P.macrocephalus avril Martinique 0,24 P.macrocephalus avril Agoa 0,31 P.macrocephalus nov Guadeloupe 0,29 P.macrocephalus nov Martinique 0,15 P.macrocephalus nov Agoa 0,22 P.macrocephalus

80 Taux de rencontre (TKR) grand dauphin (T.truncatus) Taux de rencontre sur trois saisons (dont une humide) C est en Martinique (Fig.40) que le grand dauphin a été le plus rencontré sur l ensemble des saisons (0,62 groupes.km -100 ) et cela se confirme pour les mois d avril (0,56 groupes.km -100 ) et de novembre avec 0,75 groupes.km -100 (Fig.41). Les tableaux 28 et 29 précisent les valeurs calculées. Figure 40. Taux de rencontre sur 3 saisons Tableau 28. Taux de rencontre grand dauphin pour 3 saisons Période Specie Zone T.truncatus TKR avril, nov T.truncatus Martinique 0,62 mars, nov T.truncatus Guadeloupe 0,13

81 mars T.truncatus St Martin - St Barth 0,10 mars, avril, nov T. truncatus Agoa 0,31 mars T.truncatus Saba - Statia 0,20 Taux de rencontre par mois Tableau 29. Taux de rencontre grand dauphin pour 3 mois Figure 41. Taux de rencontre par mois Période Zone TKR Specie mars Saint Martin, St Barth 0,10 T.truncatus mars Guadeloupe 0,22 T.truncatus mars Agoa 0,06 T.truncatus avril Martinique 0,56 T.truncatus avril Agoa 0,13 T.truncatus

82 nov Guadeloupe 0,15 T.truncatus nov Martinique 0,75 T.truncatus nov Agoa 0,11 T.truncatus march Saba, Statia 0,20 T.truncatus Taux de rencontre (TKR) Dauphin tacheté pantropical (S.attenuata) Taux de rencontre sur trois saisons (dont une humide) Sur l ensemble des saisons, l espèce a été rencontrée à peu près également entre la Martinique (0,42 groupes.km -100 ) et la Guadeloupe (0,39 groupes.km -100 ) (Fig.42). Ces résultats se confirment selon les strates mensuelles choisies pour la prospection de ces deux iles (Fig.43). Les tableaux 30 et 31 précisent les valeurs calculées. Figure 42. Taux de rencontre pour 3 saisons

83 Tableau 30. Taux de rencontre dauphin tacheté pantropical pour 3 saisons Période Specie Zone S.attenuata TKR avril, nov S.attenuata Martinique 0,42 mars, avril, nov S.attenuata Guadeloupe 0,39 mars S.attenuata St Martin - St Barth 0,10 mars, avril, nov S.attenuata Agoa 0,34 Taux de rencontre par mois Figure 43. Taux de rencontre par mois Tableau 31. Taux de rencontre dauphin tacheté pantropical pour 3 mois Période Zone TKR Specie mars Guadeloupe 0,43 S.attenuata

84 mars Saint Martin, St Barth 0,10 S.attenuata mars Agoa 0,10 S.attenuata avril Martinique 0,48 S.attenuata avril Guadeloupe 0,15 S.attenuata avril Agoa 0,13 S.attenuata nov Guadeloupe 0,58 S.attenuata nov Martinique 0,30 S.attenuata nov Agoa 0,11 S.attenuata Taux de rencontre (TKR) Dauphin tacheté de l Atlantique (S.frontalis) Taux de rencontre sur trois saisons (dont une humide) Sur l ensemble des saisons, l espèce a été rencontrée majoritairement en Martinique (0,31 groupes.km -100 ), et notamment au mois d avril avec 0,48 groupes.km -100 (Figs.44 & 45). Les tableaux 30 et 31 précisent les valeurs calculées.

85 Figure 44. Taux de rencontre pour 3 saisons Tableau 32. Taux de rencontre dauphin tacheté de l Atlantique pour 3 saisons Période Specie Zone S.frontalisTKR avril, nov S.frontalis Guadeloupe 0,09 mars S.frontalis St Martin - St Barth 0,10 avril S.frontalis Martinique 0,31 mars, avril, nov S.frontalis Agoa 0,17

86 Taux de rencontre par mois Figure 45. Taux de rencontre par mois Tableau 33. Taux de rencontre dauphin tacheté de l Atlantique pour 3 mois Période Zone TKR Specie mars Saint Martin, St Barth 0,10 S.frontalis mars Agoa 0,02 S.frontalis avril Martinique 0,48 S.frontalis avril Guadeloupe 0,15 S.frontalis avril Agoa 0,13 S.frontalis nov Guadeloupe 0,15 S.frontalis nov Agoa 0,02 S.frontalis

87 Taux de rencontre (TKR) par Secteur Guadeloupe En Guadeloupe, toutes saisons confondues, c est la baleine à bosse qui reste l espèce la plus contactée (1,05 groupes.km -100), puis le dauphin tacheté pantropical et le cachalot (Fig.46). Figure 46. Taux de rencontre en Guadeloupe 3 saisons

88 Saint-Martin, Saint-Barthélemy Au nord du sanctuaire, toutes saisons confondues, c est la baleine à bosse qui reste l espèce la plus contactée également (1,87 groupes.km -100), puis le cachalot (Fig.47). Figure 47. Taux de rencontre à Saint-Martin et Saint-Barthélemy sur 3 saisons

89 Martinique En Martinique, toutes saisons confondues, ce sont les petits delphinidés qui restent les plus contactés, avec le grand dauphin en première espèce rencontrée (0,62 groupes.km -100), puis les dauphins tachetés puis le cachalot et le globicéphale tropical (Fig.48). Figure 48. Taux de rencontre en Martinique sur 3 saisons

90 Saba, Statia, Anguilla A Saba et Saint-Eustache, la baleine à bosse est la première espèce rencontrée (0,39groupes.km -100) de même qu à Anguilla avec 1,85 groupes.km -100 (Fig.49).

91 Bilan du taux de rencontre de cétacés sur 100 km parcourus dans le sanctuaire Agoa Figure 49. Taux de rencontre en Martinique sur 3 saisons Les taux de rencontre ont été calculés sur le total de cétacés observés pour chaque période temporelle, ainsi que sur l ensemble des 3 campagnes. Dans le sanctuaire Agoa en zones maritimes côtières (Fig.50) : - En saison humide 2012, 1,40 groupes ont été rencontrés pour 100 km ; - En saison sèche 2012, 2,92 groupes ont été rencontrés pour 100 km ; - En saison sèche 2013, 3,31 groupes ont été rencontrés pour 100 km. Au total, 2,56 groupes ont été rencontrés pour 100km sur l ensemble des 3 saisons dans le sanctuaire Agoa.

92 Figure 50. Taux de rencontre de cétacés pour 100 km dans le sanctuaire Agoa

REPARTITION ET FREQUENCE DES MAMM!FERES MARINS EN MEDITERRANEE

REPARTITION ET FREQUENCE DES MAMM!FERES MARINS EN MEDITERRANEE 223 REPARTITION ET FREQUENCE DES MAMM!FERES MARINS EN MEDITERRANEE par R. DUGUY, A. CASINOS, A. DI NATALE, S. FILELLA, F. KTARI-CHAKROUN, R. LLOZE, D. MARCHESSAUX % RESUME Dans l'etat actuel de nos connaissances,

Plus en détail

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants Communiqué de presse A Iloni, le 03/09/2015 Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants 1 soirée, 2 thèmes : la charte d approche des mammifères marins et le réseau d observateurs C est

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement 8 Vers un engagement mutuel pour l environnement La prise de conscience sur les enjeux liés à l environnement est en plein essor. Ainsi les citoyens sont régulièrement sollicités pour participer à des

Plus en détail

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Exemple de la Réserve Naturelle des îlet de Petite Terre Formation «structuration de la gestion des sites du conservatoire

Plus en détail

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Évaluation stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Note additive présentant les modifications apportées à la version du rapport environnemental intermédiaire ayant servi de

Plus en détail

Qui mange quoi? Filtrer avec des fanons

Qui mange quoi? Filtrer avec des fanons Filtrer avec des fanons Malgré leur taille gigantesque, les baleines se nourrissent de petites proies : du krill ou des petits poissons qu elles piègent à travers leurs fanons. Ces «peignes» peuvent faire

Plus en détail

Le programme FAME Quel apport pour les AMP? Réunion nationale de restitution et d échanges du programme FAME 20 février 2013 / Paris

Le programme FAME Quel apport pour les AMP? Réunion nationale de restitution et d échanges du programme FAME 20 février 2013 / Paris Le programme FAME Quel apport pour les AMP? Réunion nationale de restitution et d échanges du programme FAME 20 février 2013 / Paris Eléments de contexte sur les AMP Deux problématiques majeures: -Une

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

Sea Tech Week Brest - Mercredi 10 octobre Quartz salle 1

Sea Tech Week Brest - Mercredi 10 octobre Quartz salle 1 Sea Tech Week Brest - Mercredi 10 octobre Quartz salle 1 Parc Naturel Marin d Iroise MERiFIC L étude du bruit des énergies marines renouvelables et impacts sur l environnement. L utilisation de l acoustique

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Prix de l offre (tarif mensuel) Durée minimale d engagement Description de l offre

Prix de l offre (tarif mensuel) Durée minimale d engagement Description de l offre DIGICEL Forfait AIR Absolu Voyage Le DIGICEL Forfait AIR Absolu Voyage (également dénommés «Forfait Air Absolu Voyage by Digicel») permet de bénéficier de communications voix/data, d un service d Internet

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc NOTE NATURALISTE Avril 2013 Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc Flavio Monti (Université de Ferrara et CEFE-CNRS de Montpellier) ; Mathieu Thévenet (expert

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes Table des Annexes Annexe I : Procédure de désignation des sites Natura 2000 (ZPS et SIC). Annexe II : Composition du comité de pilotage. Annexe III : Exemple de cahier de pâturage tournant Manade. Annexe

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 11 janvier 2012 Evolution des prix des services mobiles en France Evolutions 2006-2010 Synthèse L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes rend publics les résultats de l étude

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

REPCETreperage en temps-reel des cetaces

REPCETreperage en temps-reel des cetaces SOMMAIRE Zones de risque REPCET : du nouveau Sensibiliser les armateurs espagnols Armateurs de France soutient REPCET Formation à l Ecole Nationale Supérieure Maritime : l appel du large Données REPCET

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

L étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques

L étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques ise Pignon Dr. Claire Poinsot cpoinsot@biotope.fr Plan de la présentation éolien

Plus en détail

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation.

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation. Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation Marc Lebouvier La ZATA s appuie sur neuf programmes de recherche soutenus par

Plus en détail

Première analyse des résultats des détecteurs de faune

Première analyse des résultats des détecteurs de faune Première analyse des résultats des détecteurs de faune Juin 2014 Stage de Marie Lenglart Master 1 «Sciences du Territoire», Spécialité Systèmes territoriaux, Aide à la décision, Environnement (STADE) Sommaire

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES 18 Clipperton Océan pacifique Les sites pilotes du tableau de bord des aires marines protégées Polynésie française 12 9 Saint-Pierre et Miquelon 21 Antilles

Plus en détail

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 La publication du CECEI-Banque de France 2 à partir du FIB, recense pour les deux régions 7 265 guichets permanents contre 6 657 agences pour la base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG

ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG Quelle place pour l Ifremer dans les initiatives de rationalisation de la gestion de données en France et en Europe? (Réseaux, Géo-Portails, ) G.Maudire

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Introduction PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER 03/09/2014

Introduction PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER 03/09/2014 PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER UN PROJET EN ADEQUATION AVEC LA VISION STRATEGIQUE DE l ORDRE DES GEOMETRES-EXPERTS François MAZUYER Président du Conseil Supérieur de l OGE XXV FIG Congress

Plus en détail

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions Prop. 11.33 EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II Autres propositions A. Proposition Transférer Eunymphicus cornutus cornutus de l'annexe II à l'annexe I. La perruche de la chaîne a

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

FONDS DOM - COMPARTIMENT SAINT-BARTHELEMY

FONDS DOM - COMPARTIMENT SAINT-BARTHELEMY FONDS DOM - COMPARTIMENT SAINT-BARTHELEMY CONVENTION-CADRE Portant attribution d aide publique Avril 2011 1 ENTRE La Collectivité d Outre-mer de Saint-Barthélemy (ci-après la «COM de Saint-Barthélemy»),

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 «Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 Mangroves, Sénégal Hellio-Vaningen En octobre 2013, dans le cadre d un partenariat entre la Convention de Ramsar et le Groupe Danone,

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral.

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral. SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION La gestion intégrée de la mer

Plus en détail

EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE MUSQUASH

EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE MUSQUASH Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2013/073 EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE

Plus en détail

HERBIER NUMERIQUE COLLABORATIF DE MAURICE. enseignants des établissements à programme français de Maurice

HERBIER NUMERIQUE COLLABORATIF DE MAURICE. enseignants des établissements à programme français de Maurice HERBIER NUMERIQUE COLLABORATIF DE MAURICE par et pour les élèves et les par et pour les élèves et les enseignants des établissements à programme français de Maurice Un herbier numérique collaboratif? Une

Plus en détail

Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore

Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore Gouvernance de projets industriels dans des environnements d exception Le cas de la Guyane : Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore Plan

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Évaluation des émissions de GES liés au transport routier en Aquitaine

Évaluation des émissions de GES liés au transport routier en Aquitaine Évaluation des émissions de GES liés au transport routier en Aquitaine AIRAQ / ORECCA, CEREMA / DTerSO Rafaël BUNALES, AIRAQ / ORECCA Marie GADRAT, CEREMA / DTerSO Sommaire Organisation mise en place Description

Plus en détail

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Champ Type Dimensions Notes ISSCAAP Texte 2 Les codes CSITAPA (ISSCAAP) ont récemment été assignés à toutes les catégories d'espèces

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Atelier technique tenu à l invitation de la Direction Générale des Forêts de Tunisie,

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

SITE INTERNET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE

SITE INTERNET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE SITE INTERNET ET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE Rapport d activités 2007 18 janvier 2008 J. de Vaugelas(1) & D. Garcia(2) (1) Université de Nice-Sophia Antipolis, Laboratoire Environnement Marin Littoral

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Colloque Gagilau 2014

Colloque Gagilau 2014 14-15-16 Mai Hôtel de Région Midi-Pyrénées Toulouse Colloque Gagilau 2014 Quels fleuves et estuaires pour demain? Session 3 : Adaptation aux changements globaux et gouvernance des risques PERISCOPE / REMOB

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Synthèse de (certains) travaux: récents / en cours / en développement

Synthèse de (certains) travaux: récents / en cours / en développement Synthèse de (certains) travaux: récents / en cours / en développement Pr Catherine Morency, ing., Ph.D. Titulaire de la Chaire Mobilité 3 e colloque annuel, Polytechnique Montréal, 13 mai 2013 Quelques

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole»

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité - Justice MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» En partenariat avec le MINISTÈRE DU PÉTROLE,

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Séminaire sur les réseaux de suivis Mercredi 19 mars 2014 ; Beautour Benoît Marchadour (LPO Pays de la Loire) Plan de la présentation

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 F GENERAL FISHERIES COMMISSION FOR THE MEDITERRANEAN COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE Trente-huitième session de la Commission FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 Proposition de plan

Plus en détail

La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres

La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres Connaissance & gestion des espèces La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres Bernard Mauvy 1 Régis Péroux 1 Jean-Sébastien Guitton 2 ONCFS, CNERA Petite faune sédentaire de plaine Clermont-Ferrand

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail