Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités"

Transcription

1 N 14 édition Guadeloupe MAGAZINE-CONSEIL EN INVESTISSEMENT & PLACEMENT Assurance-Vie des atouts à découvrir hors des sentiers battus Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités Immobilier Comment acheter un bien en ventes aux enchères P a t r i m o i n e P r i v é n É d i t i o n G u a d e l o u p e - Ce Magazine Vous est Offert Rhum Le combat des marques Automobile Range Rover Autobiography Nautisme Wider 42, une terrasse sur la mer Montres de luxe Les nouveautés de Genève Mars - Avril - Mai 2013 Ce magazine vous est offert

2 Un caractère remarquable. Nouveau GLK. Extraverti, hyperactif, le Nouveau GLK impose ses lignes marquées et ses finitions raffinées. Il ne vous reste plus qu à tester le caractère bien trempé de cet aventurier chic sur mercedesbenzguadeloupe Mercedes-Benz - SGDM Bd de Houelbourg - ZI Jarry Baie-Mahault - Tél : Consommation mixte du Nouveau GLK de 5,5 à 8,6 l/100 km. CO 2 de 143 à 199 g/km. SGDM - Rue F. Forest - ZI de Jarry - R.C.S : P-A-P B SIRET: APE: 501 Z. Photo non contractuelle. Voir conditions en concession.

3 édito Édition Guadeloupe N 14 sommaire Assurance-Vie > Les deux visages de l assurance-vie. 14 Gestion Placement > Bourse : comment dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités. 22 Immobilier > Comment acheter un bien en ventes aux enchères. 34 Valorisation du patrimoine > Interview : Christian-Georges Benassi, Président d Archituff. 36 Plaisir Automobile > Le Range Rover Autobiography. > Les coups de cœur de la rédaction. 44 Plaisir Nautique > WIDER 42, «une terrasse sur mer». 50 Sous les projecteurs > Événements marquants en Guadeloupe. 52 Montres d Exception > Les nouveautés de Genève. 58 Vins & Vignobles > Rhum : le combat des marques. 64 Art de Vivre 58 1 Téléchargez gratuitement POUR ACCÉDER À DU CONTENU MULTIMÉDIA sur : une application «flashcode» depuis votre smartphone. 2 Repérez les «flashcodes» dans ce magazine. 3 Photographiez le «flashcode» depuis votre application. MAGAZINE-CONSEIL EN INVESTISSEMENT & PLACEMENT 4 Découvrez des contenus et des informations édition Guadeloupe complémentaires sur votre mobile. PROCHAINE PARUTION MI-JUIN 2013

4 édito Édition Guadeloupe N 14 édito Marque déposée INPI L heure de vérité édition Guadeloupe MAGAZINE-CONSEIL EN INVESTISSEMENT & PLACEMENT Edité par P.E.C. Presse Édition & Communication 125, rue Henri Barbusse Clichy Tél. : Site Internet : Directeur de la publication : Gilles Kapps Directeur de la rédaction : Franck Cadet Rédacteur en chef : Pierre Léger Secrétaire de rédaction : Fabienne Dubois PUBLICITÉ Guadeloupe & MARTINIQUE : Régie Box - Tél. : Directrice : Dorothée Wallner Service commercial : Dorothée Wallner : Tél. : Bruno Descouts : Tél. : : Patrimoine Prive Guadeloupe Correspondance : Régie Box Route de Fafa - Moreau Gosier Ont collaboré à la rédaction : Vincent Bussière - Christian Duteil - François Leroux - Claudine Penou Révision et correction : Claudine Penou Direction artistique & mise en page : Philippe Kaiser - Pascal Bouret Iconographie et photos : Agence Fotolia - Marques d annonceurs. Direction des ventes : David Metzguer Services Administratifs : Jean Recherchant Iconographie et Photos : Agence Fotolia - Photos Marques d annonceurs. Distribution France : MLP - Distribution Suisse : Naville Distribution Canada : Benjamin News - Distribution Belgique et Luxembourg : Tondeur Diffusion Réalisation Technique : RotoPixel Imprimé en CEE : Imprimerie par Artes Gráficas Jiménez Godoy Commission paritaire : 0609 K ISSN : Dépot légal à parution : Les documents envoyés à l éditeur, impliquent l accord des auteurs et détenteurs des droits pour leur libre parution. Les Editions ne sont pas responsables des textes, documents, dessins et photographies publiées qui engagent la responsabilité de leurs auteurs. La reproduction, même partielle, des textes, dessins et photographies est strictement interdite sans l accord de l éditeur, qui se réserve tous les droits de reproductions et de traductions dans le monde entier. Copyright 2013 PEC L éditeur ne reçoit que sur rendez-vous. Ce magazine est distribué par COLIBRI Dans le précédent numéro de Patrimoine Privé Guadeloupe, nous nous interrogions sur le risque de voir venir encore des ponctions fiscales supplémentaires, alors que nous avions atteint des sommets qui dissuadent fortement le désir d entreprendre, et font fuir des contribuables écœurés, ayant fini par perdre toute envie de participer à l activité économique. Après les promesses électorales intenables, nos dirigeants commencent à avouer que leurs objectifs financiers ne pourront pas être atteints, et qu en tout état de cause, il sera nécessaire de procéder à une réduction drastique des dépenses publiques. Nos élites se retrouvent ainsi au pied du mur, empêtrées dans leurs contradictions idéologiques, et s apprêtent à faire reposer, comme toujours, leurs erreurs sur le seul contribuable, qui est là pour subir et payer les pots cassés des finances publiques. Patrimoine Privé Guadeloupe demeurera à vos côtés pour vous éviter de subir, et vous incitera à agir dans votre intérêt et dans celui de vos enfants. Il est tout à fait normal que vous puissiez profiter des fruits de votre travail, et d en disposer librement, en le transmettant à votre descendance le moment venu, sans craindre une confiscation décourageante. Profitez donc de ce nouveau numéro de printemps de Patrimoine Privé Guadeloupe, qui vous donnera un peu d espoir, pour réagir judicieusement, face aux zones de turbulences que nous nous apprêtons à traverser. Bonne lecture à tous Gilles Kapps Directeur de la Publication

5 Assurance-Vie Les deux visages de l assurance-vie L assurance-vie traverse une période difficile. La collecte est en berne et les rendements baissent Sur le terrain fiscal, la prudence reste par ailleurs de mise. Car, si le projet de loi de finances 2013 a épargné l assurance-vie, la piètre santé de nos finances publiques pourrait rapidement imposer un nouveau tour de vis. Le placement préféré des français multiplie néanmoins les atouts, à condition de sortir des sentiers battus. Tour d horizon N-Media-Images - Fotolia Par François Leroux T rop souvent réduite aux seuls fonds en euros, l assurance-vie souffre. Longtemps présentée comme le placement préféré des Français, elle se trouve bousculée par la concurrence du Livret A, dont le plafond de dépôts vient d être relevé à euros depuis le 1 er octobre (au lieu de euros). Le ministre des finances Pierre Moscovici a en outre annoncé que le plafond du Livret A sera à nouveau remonté de 25 % d ici la fin de l année, ainsi que début 2015 et encore du même taux en Le plafond du livret de développement durable (LDD) a quant à lui déjà doublé à euros. Conjugué à la baisse de ses rendements, l assurance-vie a subi un vent de décollecte de 15,3 milliards sur les 13 derniers mois. Sans compter que le rapport Duquesne a évalué entre 30 et 55 milliards d euros les sommes supplémentaires qui devraient être déposées sur le Livret A et le LDD d ici deux ans, dont un tiers proviendrait de l assurance-vie. Un désamour pas toujours fondé Reste à savoir si l assurance-vie a réellement perdu tous ses atouts et ne supporte plus la comparaison vis-à-vis de la palette de placements qui se présente aux épargnants français? Force est de constater que les raisons profondes du mouvement de désaffection dont est victime l assurance-vie ne sont pas uniquement le fruit de ses qualités propres. Les banques, qui sont largement présentes sur le marché de l assurance-vie, sont quelque peu poussées à favoriser la collecte sur les livrets bancaires, suite aux nouvelles règles de solvabilité et de liquidité imposées par Bâle III. Avec ces normes, elles doivent en effet collecter un maximum de dépôts auprès de leurs clients pour disposer d argent frais. Du coup, elles ont choisi de mettre en avant les placements qui leur permettent de comptabiliser ces dépôts dans leur bilan, ce qui n est pas le cas de l assurance-vie. Le poids de l incertitude fiscale est par ailleurs présent dans l esprit des épargnants. Durant la campagne présidentielle, François Hollande avait brandi la menace d un alignement de la fiscalité des contrats de moins de 8 ans sur le barème de l impôt sur le revenu. Et même si depuis le gouvernement a fait marche arrière en assurant qu aucune modification n était finalement prévue dans le projet de loi de finances 2013, les épargnants restent prudents. Car le grenier à épargne que constitue l assurance-vie ne manquera pas d attirer les convoitises du gouvernement si les finances publiques venaient encore à se dégrader, ce qui est loin d être exclu dans le climat conjoncturel actuel. L exécutif a de plus confié aux députés PS Karine Berger et Dominique Lefebvre le soin d établir un rapport sur l épargne financière qui servira à établir une future réforme. La crise actuelle pousse en outre les Français à puiser dans leur épargne pour compenser un pouvoir d achat en berne. L Insee a ainsi anticipé une baisse du taux d épargne de 16,4 % à 15,1 % d ici la fin de l année, affectant au passage Philippe Devanne Les Français boudent toujours l assurance-vie Depuis le début de l année, l assurancevie enregistre une décollecte nette de 5,1 milliards d euros. Le montant des cotisations collectées par les sociétés d assurance sur les 9 premiers mois de l année a été de 84 milliards d euros contre 97,6 milliards sur la même période de 2011, d après les estimations de la FFSA et du GEMA. Quant aux prestations versées dans le même temps, elles ont atteint 89,1 milliards d euros contre 81,2 milliards en Sur le seul mois de septembre, les sorties d argent se sont élevées à 100 millions d euros contre 800 millions d euros un an plus tôt. Depuis le début de l année, seuls deux mois, en février et en juillet, ont affiché des chiffres de collecte positive. Le stock accumulé par le placement préféré des Français constitue néanmoins encore un confortable matelas, avec un encours des contrats d assurance-vie s élevant à 1 373,5 milliards d euros, soit une progression de 2 % sur un an. Mais, depuis 2 ans, la décollecte est constante. 6 7

6 Assurance-Vie * > INTERVIEW Jean-Pierre Surpin, Animation Commerciale Crédit Agricole Banque Privée Patrimoine Privé : Au moment où la ponction fiscale s accroît, l assurance-vie a-t-elle été épargnée? J-P.S. : Oui, dans le contexte actuel. Cela tient à la volonté stratégique de ne pas déséquilibrer les détenteurs de la dette domestique française. La période récente en effet a été marquée par un mouvement de décollecte que vous décrivez fort bien. Cette tendance est appelée à s inverser progressivement grâce à l ingénierie financière des assureurs qui font évoluer leur offre avec des performances plus attrayantes en respectant le couple risque/rendement. Par ailleurs sur le plan fiscal l assurance-vie constitue offre un cadre à partir duquel les plus-values gardent le bénéfice de leur mode imposition au taux forfaitaire de 15 % après 4 ans (+15,5 % Prélèvements sociaux), ce qui n est pas neutre. À titre d exemple, placés en assurance-vie sur 10 ans à 3 % supportent une pression fiscale de 17 %, soit un impôt de , la même somme sur un livret sur 10 ans supporte une pression fiscale de 58 % soit un impôt de P.P. : Pensez-vous que de nouvelles modifications sont à attendre dans les prochaines années? J-P.S. : L ensemble des pays de l OCDE a connu une longue période de baisse d impôt selon les études. Il reste que, combiné au fléchissement concomitant de la croissance, ce mouvement a conduit inexorablement à accroître la dette du fait de la baisse des recettes fiscales. Désormais, le mouvement de hausse d impôt auquel nous assistons est largement répandu en Europe, Royaume-Uni y compris. Nous observons toutefois que les dirigeants concentrent davantage leurs efforts sur le redémarrage de la croissance plutôt que sur la réduction de la dette. Il est admis que les politiques de rigueur ont démontré leur limites dans le cas de la Grèce avec une baisse du PIB de 20 % en 4 ans ; quand il ne s agit pas tout simplement d erreur reconnue publiquement - Dominique Blanchard économiste FMI. Le cas du Brésil est intéressant sous ce rapport avec près de 7 millions d emplois créés en 10 ans grâce au plan de relance justement, c est-à-dire le contraire des recommandations du FMI de l époque. C est aujourd hui le Japon qui adopte cette option avec un plan de relance par la dépense publique et un objectif d inflation de 2 à 3 %. Si le levier fiscal n est pas à exclure, il est loin d être l unique vecteur sur lequel Nous observons toutefois que les dirigeants concentrent davantage leurs efforts sur le redémarrage de la croissance plutôt que sur la réduction de la dette. agir. La tendance en France consiste désormais à envisager l allongement de la durée de détention et de soutenir le marché immobilier et les entreprises. P.P. : Dans ces conditions, faut-il toujours privilégier l assurance-vie? J-P.S. : On ne prétend nullement qu il faille investir l intégralité de son patrimoine financier en assurancevie. Toutefois, le point fort de ce véhicule de placement est incontestablement sa souplesse et son adaptabilité Le contrat évolue grâce aux nouveaux supports mis sur le marché. À charge pour l investisseur d effectuer des arbitrages dosés selon sa situation patrimoniale du moment et d adapter ainsi son contrat aux objectifs patrimoniaux qui lui sont propres. Par exemple, en réponse à la baisse des rendements évoquée ensemble, il existe plusieurs alternatives : offre des fonds euros diversifiés, ou encore l investissement en immobilier sur le territoire français ou européen sous la forme de SCPI ou d OPCI, la performance pouvant atteindre 5,10 %. Enfin, il est également possible d opter pour la gestion sous mandat d une quote-part son contrat. En conséquence, il conviendra avec son conseiller patrimonial de déterminer la bonne allocation dans une limite raisonnable de 20 % de l encours global de son contrat. En dernière analyse, le régime juridique dérogatoire qui accorde en franchise de droit de succession avec la faculté de désigner librement le bénéficiaire renforce l atout de l assurance-vie. archilune.ru / * Partageons ma vision, donnons nous rendez-vous page 19 ** Tu as échangé la citoyenneté, mais tu n as pas échangé la Patrie! P.C.R. - prends le morceau de la Patrie, il n est pas imposé! l assurance-vie. À cela s ajoute le départ à la retraite des baby-boomers qui, après avoir épargné tout au long de leur vie, sont en âge de ponctionner leur assurance-vie Des rendements historiquement bas Mais au-delà de ces facteurs exogènes aux qualités propres de l assurance-vie, la baisse des rendements des fonds en euros est un véritable point noir, alimentant également le désamour des Français. En 2011, ils ont chuté à 3 % et devraient passer sous ce seuil cette année sans compter l alourdissement des taxes comme les prélèvements sociaux qui ont grimpé à 15,5 % cet été, contre 12,3 % il y a un an Le placement roi des années 2000 voit ainsi son étoile pâlir. Son taux de rendement était encore de 4,6 % brut en La cause de cette érosion des rendements réside dans le repli quasi continu des taux des emprunts d État français à dix ans depuis le début de la crise financière. Actuellement, ces derniers rapportent un peu plus de 2 % contre plus de 4,7 % en 2008 Conséquence : la faiblesse des rendements d État, actif majeur des fonds en euros, impacte sur la rémunération de ces supports sécurisés. Dans ce contexte, la concurrence du Livret A, placement de court terme défiscalisé, a porté un rude coup aux contrats euros de l assurance-vie. Les offres des banques en ligne avec leurs 8 9 * *

7 Assurance-Vie nito - Fotolia Super Livrets, dopées aux offres promotionnelles, ont accentué la pression. Il se pourrait même qu en 2013 le rendement brut des fonds en euros soit inférieur à celui du Livret A qui devrait se situer à 2,75 %. Sans compter que net de la fiscalité, le rendement des fonds en euros atteindrait péniblement les 2 %. Si certains fonds en euros sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu, il sera nécessaire d être pour le moins sélectif. Tous les contrats sont loin d afficher les mêmes rendements. Parmi les pistes à explorer, il convient de s intéresser aux assureurs mutualistes, comme la Carac ou SMABTP En moyenne, la rémunération de leur fonds en euros est plus attractive. L écart peut dépasser les 0,5 points. Cela s explique par le fait que ces groupes n ont pas d actionnariat à rémunérer. Ils sont donc globalement plus généreux avec leurs clients. Les contrats en ligne affichent également bien souvent des rendements au-dessus de la moyenne. Leurs taux sont souvent dopés pour conquérir de nouveaux clients. Sans oublier que les contrats d assurance-vie ne supportent bien souvent pas de frais sur les versements et que les frais de gestion sont réduits à leur portion congrue, autour de 0,6 % à 0,7 %. Des Unités de compte à redécouvrir Mais l assurance-vie est un placement à moyen ou long terme, avant tout indiqué pour la prévoyance ou la préparation des retraites, au même titre que le Perp ou l épargne entreprise. Très recherchés actuellement, les livrets bancaires ou le Livret A n ont pas vocation à remplir de tels objectifs. Or, pour les épargnants, il est important de ne pas sombrer dans le court-termisme. À ce titre, même si les marchés boursiers subissent actuellement de fortes fluctuations, les actions ne peuvent être purement et simplement mises à l écart de tout projet financier. Les actions sont en outre un excellent moyen de diversification, à condition d accepter une part de risque. Les indices boursiers sont certes confrontés à une décennie noire mais les grandes entreprises affichent de solides 10 11

8 Assurance-Vie performances et certaines actions ont surperformé les indices. Il convient donc de choisir les bons gestionnaires pour s assurer de solides performances. Si, aujourd hui, les fonds en euros représentent 85 % de l encours de milliards des contrats d assurance-vie, contre seulement 15 % pour les unités de comptes, il convient de penser à un rééquilibrage de son épargne. À ce titre, le moment est peut-être venu de considérer de nouveau les unités de compte comme une alternative aux fonds en euros. La recherche de rendements plus attractifs doit inciter les épargnants à investir sur des supports plus risqués pour au moins compenser l inflation et continuer de profiter des avantages patrimoniaux de l assurance-vie. Mais tous les choix de gestion ne se valent pas. La première règle est de ne pas mettre tous ses œufs, en même temps, dans le même panier ; ce qui est le cas dans un contrat d assurancevie en unités de compte sur lequel on peut choisir la multigestion associée à de nombreux titres cotés. Les investisseurs souhaitant limiter leur risque pourront par exemple s orienter vers des solutions d épargne régulière et programmée. En outre, les versements programmés peuvent être faibles, à partir de 50 euros par mois. Une fiscalité toujours avantageuse L assurance-vie apparaît donc comme un placement à ne pas négliger, sans compter que si des craintes ont prévalu lors de la préparation du projet de loi de finances 2013, il s avère que sa fiscalité a été épargnée. Cette dernière n a pas été modifiée en ce qui concerne l imposition des plus-values. Ainsi, en l absence de retrait, les produits du contrat ne subiront aucune fiscalité au titre de l impôt sur le revenu. De même, en cas de rachat total ou partiel du contrat d assurance-vie, la fiscalité n a pas évolué. Pour les prochaines années, le gouvernement ne cache pas toutefois réfléchir à porter le nombre d années de détention pour bénéficier de l exonération des plus-values de 8 ans à 10 ans, voire même 12 ans. Le rapport Gallois est d ailleurs favorable à l allongement de la durée de vie des contrats à 12 ans, avec en contrepartie une fiscalité avantageuse pour les contrats investis en unités de compte. L idée est que «l épargne soit orientée vers des placements longs et à risque, et les placements longs vers l industrie. C est le complément indispensable du choc de compétitivité». Si le rapport Gallois estime que les contrats en unités de compte ou diversifiés devraient être «avantagés» par rapport aux contrats en euros, là aussi par un biais fiscal, la Fédération française des sociétés d assurance a déjà avancé depuis plusieurs années des pistes pour une telle réforme. Dès 2008, la FFSA préconisait une réforme qui supprimerait toute taxation sur les gains après douze ans de détention, au lieu d une imposition à 7,5 % après huit ans comme aujourd hui. Par ailleurs, si l assurance-vie est un outil essentiel pour les projets de long terme comme par exemple la préparation de sa retraite, elle est également incontournable pour transmettre un patrimoine. Sa fiscalité reste plus que concurrentielle. En matière de transmission, ses avantages se cumulent avec l abattement de euros par enfant et par parent. Ce qui permet de transmettre euros en franchise. En comparaison, les abattements liés aux autres instruments financiers ont progressivement été supprimés. Au final, entre inquiétudes et espoirs autour de la fiscalité de l assurance-vie, ce placement est toujours à privilégier pour la gestion de son épargne longue ou la transmission d un capital. Il faudra tout de même surveiller les contours exacts d une probable et nouvelle évolution de sa fiscalité! F.L

9 gestion placement Par François Leroux L e net tour de vis fiscal imposé par le gouvernement dans le cadre de la loi de finances 2013 n a pas épargné les revenus du capital. Les hausses d impôts ont ciblé les boursicoteurs qui devront compter sur la suppression du prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 21 % sur les dividendes et de 24 % sur les intérêts. Ces revenus seront, à compter de l imposition des revenus de 2012, taxés au barème progressif à l impôt sur le revenu. Les plus-values mobilières réalisées en 2012 seront pour leur part imposables au taux forfaitaire de 24 %, au lieu de 19 % précédemment, auquel il faut ajouter 15,5 % de prélèvements sociaux, soit un taux global de 39,5 %. Bourse : comment dépasser l aléa fiscal? Capital financier taxé comme le travail, marchés actions boudés par les investisseurs la Bourse présente pourtant un réel intérêt pour placer son épargne à moyen et long terme. Même si le risque reste élevé en ce moment, le niveau de valorisation est faible et les grandes entreprises sont en bonne santé. Face à ces opportunités, le moment de s intéresser à nouveau aux actions a peut-être sonné. Tout en restant prudent. paris pao - Fotolia L addition est lourde et ne devra pas manquer d interpeller les épargnants au moment d investir sur les marchés actions. Ce durcissement de la fiscalité boursière ne doit pas néanmoins jouer comme un repoussoir, surtout que les placements rentables ne sont pas légion, à l image des obligations qui ne rapportent rien ou quasiment rien et dont les plus pessimistes estiment qu il n est toujours pas sûr que dans 5 ou 10 ans elles seront intégralement remboursées. Les livrets (Livret A, LDD, Super-Livrets bancaires) et autres fonds en euros ne s illustrent pas plus par le niveau de leurs rendements, il faut l admettre bien décevants. Placer ses économies sur des placements sans risques permet peut-être de dormir tranquille mais n est pas forcément une stratégie optimale d un point de vue financier. La valorisation attractive des actions Les actions ont bel et bien une carte à jouer dans le patrimoine des Français, avec un CAC 40 qui oscille autour des points depuis plusieurs mois. Elles disposent de fait de deux atouts majeurs : un bon rendement et surtout, en ce moment, un potentiel de valorisation

10 gestion placement important. Sans compter que depuis les déclarations du Président de la BCE, Mario Draghi, fin juillet, la Bourse de Paris a repris des couleurs. «Tout sera fait pour sauver l euro», avait martelé le patron de la Banque centrale européenne. Mais le contexte reste malgré tout fragile et il convient d user de prudence pour investir en Bourse. Il est donc conseillé de jouer la diversification. Pour limiter leur risque, les épargnants les moins aguerris devront privilégier les fonds et Sicav gérés par des professionnels plutôt que d investir en direct sur le marché actions. En raison de la > INTERVIEW Jean-Pierre Surpin, Animation Commerciale Crédit Agricole Banque Privée conjoncture économique plus difficile en zone euro, mieux vaut choisir des fonds internationaux, qui sauront profiter à moyen terme de la croissance des pays émergents. Pour le long terme en revanche, les fonds qui misent sur les marchés européens présentent un intérêt, car les actions de cette zone sont actuellement sous-cotées par rapport aux titres américains Lorsque le problème de la dette publique dans zone euro aura été réglé, le rebond risque d être plus fort de ce côté de l Atlantique. EPARGNE Les épargnes 100% utiles Pour vous aider à construire votre avenir Trouvons, ensemble, les solutions d épargne logement adaptées à vos ressources,vos projets et vos attentes. Patrimoine Privé : Faut-il revenir en Bourse, malgré l augmentation actuelle de la pression fiscale? J-P.S. : Si l on tient compte du fait que la bourse a gagné près de 15 % l an passé, la question apparaît d emblée sous un autre angle. Personne n oublie que Warren Buffet veut payer des impôts et prospérer judicieusement. Il n y a donc pas antinomie. Le choix de l enveloppe fiscale et du mode de gestion prennent cependant tout leur sens. Faut-il investir à travers un compte titres ordinaire, ou bien un PEA, ou dans le cadre de l assurance-vie? Chaque support combine à la fois des avantages et des inconvénients. Ce qui plaide majoritairement en faveur de l investissement boursier provient notamment de la situation des entreprises peu voire pas endettées, et disposant d abondantes liquidités. Leur potentiel de hausse est donc probant. Enfin, le débat sur la zone euro s est apaisée grâce aux prises de position fermes de Mario Draghi. P.P. : Sur quelles valeurs investir au regard des incertitudes macro-économiques? J-P.S. : Le choix est par nature délicat étant donné le caractère hétérogène des données macroéconomiques. Pour les ménages, le ratio dette/ revenu disponible est disparate selon les pays. Il est correct pour la France avec 82 % pour un taux d épargne élevé de 16 % ou l Allemagne avec un taux d épargne de 16,5 % et un taux de chômage faible. Cette situation differe du Royaume-Uni et de l Europe du Sud en général, Espagne y compris, qui connaissent des ratio dette/revenu disponible supérieur à cent. L impact sur la consommation est directe, et sur les stocks immobiliers et donc sur les perspectives de reprise plus ou moins atone. Ces facteurs sont analysés par les gérants dans le choix de leur allocation et déterminent la pondération de leur répartition sectorielle. P.P. : Quels autres secteurs ont un attrait? À l opposé, de quels secteurs faut-il s écarter? J-P.S. : Dans un monde financier à ce point interconnecté, la diversification géographique et sectorielle reste de mise afin de se mettre à l abri des phénomènes de bulles. Même porteur, un secteur peut à court terme être sanctionné en cas de recherche de liquidités des opérateurs. Ceci pour rappeler l horizon de placement moyen/long terme. Pour être concret, l indice européen Euro Stoxx peut être intégré dans les portefeuilles à bon escient. Sans exclure les émergents dont le PIB est appelé à progresser de 8 % pour la Chine, 4,1 % au Brésil et 5,8 % en Inde. Toutefois, le projet de création de zone de libreéchange entre les USA et l Europe peut modifier Le débat sur la zone euro s est apaisée grâce aux prises de position fermes de Mario Draghi. la donne et redynamiser davantage les valeurs Euro Stoxx. Aux USA, l indice des investissements ISR (investissement socialement responsables) offre des performances significatives 47 % sur les 3 dernières années avec une volatilité de 16 %. P.P. : Quelle philosophie d investissement conseillez-vous d adopter? J-P.S. : Il est démontré que celui qui investit de façon périodique est toujours gagnant à terme. Cette stratégie régulière a fait ses preuves. La gestion peut être déléguée à un gérant collectif via des OPCVM ou dans un mandat. Les obligations convertibles présentent un attrait pour profiter de la hausse des marchés et amortir la baisse. Elles allient une performance régulière avec une volatilité limitée (indice de risque). P.P. : Quelles préconisations générales faites-vous au regard de la loi de finances? J-P.S. : Le principe de l acompte systématique requiert en effet des ajustements. Privilégier l épargne exonérée et les enveloppes fiscales (PEA Assurance vie PEP - selon les cas). En fonction du revenu fiscal de référence, c est l occasion de s intéresser aux obligations à coupon zéro afin de préserver sa trésorerie. Il convient enfin de ne pas omettre de déduire la CSG de 5,1 % au moment de sa déclaration (sauf si option du taux forfaitaire de 24 % sous conditions), au besoin de se rapprocher de son conseiller patrimonial pour les revenus locatifs. Enfin, le nouveau dispositif Duflot pour les Dom reste avantageux, soit une réduction d impôt de 29 % étalée sur 9 ans et un plafond de contacts * * * 16 ** 17 *Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel selon opérateur. **Coût de la connexion selon fournisseur Internet. Banque des Antilles Françaises : Société Anonyme au capital de ,45 Siège Social : Parc d activités de la Jaille - Bâtiments 5/ Baie-Mahault - Guadeloupe. RCS : Pointe à Pitre n Intermédiaire d assurance immatriculé à l ORIAS sous le n

11 gestion placement La sécurité de l investissement progressif Par ailleurs, le meilleur moyen de revenir en Bourse reste d y investir régulièrement, mais comme toujours, uniquement les sommes dont vous n avez pas besoin dans un proche avenir. Les professionnels conseillent ainsi de rentrer progressivement sur le marché tout en se donnant des objectifs de cours. Une fois l objectif atteint, on sort et on encaisse. De manière générale, il est recommandé de positionner en bourse entre 10 et 20 % de son patrimoine total. Toutefois, cette proportion peut varier selon votre âge. Les banques proposent à ce titre des produits de gestion dits «à horizon», une option qui est fréquemment proposée dans le cadre des contrats d assurance-vie. Pour faire simple, plus vous êtes jeune, plus vous pouvez vous permettre d aller en bourse, sans pour autant dépasser 35 % de votre patrimoine. Dans tous les cas, la démarche primordiale 18 19

12 gestion placement Lotfi Mattou - Fotolia doit être d investir dans une perspective de long terme au capital d entreprises et de les accompagner dans la durée, plutôt que de spéculer sur des marchés et espérer faire des coups Il faut savoir se focaliser sur les fondamentaux microéconomiques et en particulier la valeur intrinsèque des entreprises, plutôt que d essayer de deviner l orientation des marchés ou l évolution de tel secteur ou région à quelques semaines ou quelques mois Ces investissements doivent être choisis après avoir identifié les facteurs de leurs «succès» et s être assuré de leur pérennité. L optimisation fiscale plus que jamais nécessaire Mais il ne suffit plus de dégager de la performance, même si cette dernière doit rester la première ambition d un investisseur. Il faut également la préserver. Avec l annonce récente du gouvernement de taxer les revenus du capital au même titre que les revenus du travail, le plan d épargne en actions retrouve par exemple tout son intérêt. Le PEA permet en effet, dès lors que vous le détenez pendant au moins 5 ans, de ne pas être imposé sur les plus-values, hors prélèvements sociaux auxquels nous ne pouvons malheureusement jamais nous soustraire. Mais au bout de cinq ans, cela entraîne la clôture du plan. En revanche, au-delà de huit ans, des sommes peuvent être retirées, tout en laissant fructifier le solde. Pour bénéficier de cette fiscalité favorable, il faut se limiter aux actions de sociétés dont le siège social est situé en France, dans l un des États membres de l Union Européenne, en Islande et en Norvège. Les Sicav et les FCP (Fonds communs de placement) sont éligibles s ils sont investis à hauteur de 75 % dans ces mêmes pays. Pour ouvrir un PEA, il est conseillé d opter pour un courtier en ligne spécialisé. Les droits d entrée y sont avantageux (souvent moins de 2 %), sans frais de courtage et parfois sans droits de garde. Cette alternative permet également de dynamiser le contenu de son PEA en accédant à tous les fonds du marché (et pas simplement les fonds «maisons» des banques traditionnelles) et même aux trackers qui offrent une diversification de placements venant du monde entier, tout en étant, pour nombre d entre eux, éligibles au PEA. Au-delà du PEA, l assurance-vie est également recommandée. Pour choisir entre ces deux enveloppes, il faudra procéder à un arbitrage entre les objectifs d épargne poursuivis, la fiscalité applicable et les frais demandés par l intermédiaire financier. Si l assurance-vie est le compromis idéal entre fiscalité, liberté de placement et facilités de transmission, elle présente bien souvent l inconvénient d être gourmande en frais. Sauf rares cas, il n est > INTERVIEW Patrice Phoudiah, Directeur Commercial de la BDAF Guadeloupe-îles du Nord Patrimoine Privé : Quel bilan faitesvous des nouvelles mesures fiscales s appliquant aux placements boursiers? P.P. : Il est vrai qu être un investisseur en France en 2013 devient un exercice délicat, avec une fiscalité qui évolue continuellement, au point qu il est difficile de savoir où investir son argent. La loi de finance 2013, définitivement adoptée le 20 décembre dernier par l Assemblée nationale confirme un durcissement fiscal de la part du gouvernement. La mesure phare est sans doute l alignement de la fiscalité des revenus du capital sur celle des revenus du travail qui doit le plus impacter les titulaires des valeurs mobilières et des produits de placements à taux fixe. La mesure de cet impact dépendra du taux de la tranche marginale d imposition de chacun des contribuables. Ainsi, les dividendes et intérêts ne pourront plus bénéficier du PFL (Prélèvement Forfaitaire Libératoire) et les plus-values d une imposition forfaitaire. Le PFL restera une option pour les épargnants encaissant moins de d intérêts par an. Pour le reste, ce prélèvement sera reformulé par un système «d acompte» qui sera prélevé à la source au taux de 24 % sur les intérêts. Cet acompte revêt une forme d avance sur impôt qui sera prélevé une année avant la déclaration de ces mêmes intérêts. Le restant dû devra être réglé en même temps que l impôt sur le revenu. Seuls les contribuables dont le revenu fiscal de référence sera inférieur à par foyer fiscal seront sur demande dispensés de payer l acompte. En ce qui concerne les dividendes, l abattement de 40 % reste en place, mais les abattements de pour un célibataire et pour un couple marié sont supprimés. L acompte fiscal sera de 21 % et le solde à payer au moment du paiement de l impôt sur le revenu. En cas de trop perçu, un crédit d impôt sera versé par le trésor public. Les plafonds de ressources justifiant une demande de dispense sont plus relevés à personne seule et en cas d imposition commune. Enfin, les plus-values de cession de titres pas possible d investir directement dans des actions. Il faut acheter des Sicav ou des fonds spécialisés. En cas de retrait d argent dans les quatre ans de l ouverture du contrat, les intérêts sont taxés Les prix des actifs boursiers offrent de véritables opportunités d achat. sont désormais imposées au barème de l impôt sur le revenu à partir du 1 er janvier 2013, après un abattement de la durée de détention. Dès lors, ces mesures ne plaident pas en faveur d un retour des investisseurs en bourse, et risquent de les détourner vers d autres types de placements, ou simplement investir moins ou ailleurs. P.P. : Anticipez-vous de nouveaux tours de vis dans un avenir proche? P.P. : Depuis 2008, nous avons assisté à une diminution drastique des investisseurs en bourse au nombre de 2,8 millions d actionnaires en bourse. En augmentant de manière importante les impôts, le gouvernement a pris un risque de voir diminuer encore ce nombre d investisseurs. Par ailleurs, la vague de protestation notamment des chefs d entreprises sur la taxation des plus-values pouvant atteindre 60,5 % (45 IR + 15,5 % de PS) ne va pas à l encontre d une prise de risque des investisseurs (business-angels) dans les «start-up» qui sont une des clés de la croissance économique du pays. Enfin, la position du Conseil constitutionnel censurant la taxe de 75 % dite «confiscatoire» pour les hauts revenus ainsi que la multiplication des exils fiscaux d un certain nombre de chefs d entreprises et de personnalités auraient plutôt tendance à inciter le gouvernement a temporiser afin de chercher des solutions à ces problématiques évidentes. P.P. : Dans ces conditions, faut-il limiter ses placements boursiers? P.P. : Non, je ne pense pas car il existe malgré tout, de multiples façons d optimiser sa situation fiscale personnelle au travers d une étude approfondie de sa tranche marginale d imposition, de son niveau de dividendes ou d intérêts. Tout d abord, «l enveloppe fiscale» du PEA épargné par la LF2013 voit donc son atout préservé et renforcé. Pour ceux qui acceptent le «risque actions», cette solution permet d investir dans les actions françaises, européennes, mais permet aussi un accès aux marchés étrangers via certains OPCVM et Trackers. Par ailleurs, les prix des actifs boursiers offrent de véritables opportunités d achat. Selon une à 35 % auxquels s ajoutent 13,5 % de prélèvements sociaux. Pour investir en Bourse, il faudra donc être doublement sélectif, à la fois sur ses choix d investissement et sur son enveloppe fiscale. étude récente sur le CAC 40 du cabinet Ricol Lasteyrie : le ratio «price to book» - valorisation boursière sur fonds propres - ressort désormais à 1. En effet, la valorisation boursière des entreprises du CAC 40 a reculé au point qu elle équivaut désormais au montant de leurs fonds propres, un «phénomène rare» découlant de l inquiétude des investisseurs face aux incertitudes macro-économiques sur Cette situation laisse entrevoir des perspectives de valorisation intéressantes, sur un horizon moyen-long terme, d autant plus que les perspectives économiques des années 2013 et 2014 restent plutôt bonnes selon le FMI qui estime que l année 2014 surtout, devrait être celle du rebond pour l économie mondiale avec une progression attendue de 4,1 %. P.P. : Au-delà de la Bourse, l immobilier a-t-il toujours un attrait? P.P. : L immobilier reste un produit patrimonial par excellence, il vise davantage un espoir de valorisation à long terme plutôt qu une rentabilité à court terme. Il continue de garder sa place comme un produit de diversification de ses actifs et ce malgré une fiscalité pesante. La pierre, reste le moyen de se constituer un patrimoine à crédit, et d envisager une fois le prêt remboursé de disposer de revenus complémentaires de retraite, source de préoccupations grandissantes de nos clients. Les taux de crédit immobilier qui restent bas - une tendance qui devrait se prolonger au cours de l année et le dispositif du Prêt à Taux Zéro représentent des opportunités intéressantes à saisir afin de se constituer un patrimoine sur un horizon long terme. L immobilier reste un actif dont l évolution demeure décorélée de celle des produits financiers liés aux marchés boursiers et constitue donc un complément idéal en terme de mutualisation des risques. Enfin, si le dispositif du «Scellier» a vécu ses dernières heures, le dispositif «Duflot» a pris le relais et offre aux investisseurs depuis le 1 er Janvier 2013, la possibilité de bonifier leurs investissements par une aide fiscale à l investissement locatif dans le neuf de 18 % du montant de son investissement plafonné à par contribuable et étalé sur 9 ans

13 IMMOBILiER Par Maître Gabriel Neu-Janicki Chambre des Notaires de Paris Ventes aux enchères immobilières Les ventes aux enchères immobilières ont lieu périodiquement au cours de séances ou d audiences dites «des criées», dans l enceinte des Tribunaux de Grande Instance ou à la Chambre des Notaires. Elles s adressent aussi bien aux particuliers qu aux professionnels. Chambre des Notaires de Paris Chambre des Notaires de Paris es ventes, dites «à la bougie», se déroulent selon un scénario C immuable pour chaque bien mis en adjudication. Après l annonce par le Président de séance ou d audience de la mise à prix et du montant des frais annexes à la charge de l adjudicataire, on allume une petite mèche qui matérialise le début des enchères. Au cours de ces enchères, chaque mèche (ou feu) qui s éteint est remplacée par une nouvelle, et ainsi de suite. Après l extinction de deux feux successifs, matérialisée par la fumée qui s en échappe, et sans nouvelle enchère survenue pendant leur combustion, l adjudication est prononcée au profit du dernier enchérisseur. Qui décide PAR qui sera vendu le bien? Le Tribunal détermine les modalités de réception des enchères : par un notaire ou à l audience des criées par un juge Cabinet Neu-Janicki Avocats à la Cour Chartered Surveyor- MRICS 121 bis, rue de la Pompe Paris Tél. : Télécopie :

14 IMMOBILiER désigné par le tribunal (CPC, art. 1272). Le Tribunal a sur ce point un pouvoir discrétionnaire en vue d ordonner que la vente aura lieu devant un de ses membres ou par notaire (Cass. 1 re civ., 19 févr : Bull. civ. 1958, I, n 106). Si les biens sont situés dans plusieurs arrondissements, le Tribunal peut commettre un notaire dans chacun de ces arrondissements et donner commission rogatoire à chacun des tribunaux de la situation de ces biens. Le Tribunal détermine ensuite la mise à prix de chacun des biens à vendre ainsi que les conditions essentielles de la vente. À défaut d enchères atteignant cette mise à prix, la vente pourra se faire sur une mise à prix inférieure qu il fixe. Le tribunal pourra, en outre, si la valeur des biens ou la consistance le justifie, faire procéder à leur estimation totale ou partielle (CPC, art. 1273, al. 2) afin que la mise à prix reflète le plus possible la réalité. Enfin, le Tribunal déterminera les modalités de la publicité eu égard à la valeur, la nature et la situation des biens (CPC, art. 1274). Le public touché doit être le plus large possible pour que les enchères répondent à l objectif. Comment s informer? Les ventes aux enchères sont annoncées soit sur Internet (Gazette du Palais, Licitor, etc). Chaque insertion indique la localisation précise du bien à vendre, une description succincte, le montant de la mise à prix, les dates des visites organisées sur site ainsi que les coordonnées de l avocat ou du notaire en charge de la vente. Cet interlocuteur détient de son côté un cahier des charges complet se rapportant à la vente (cadastre, urbanisme, charges, frais, servitudes, etc). Ce cahier des charges est à la disposition du public au cabinet de l avocat, au greffe du Tribunal en charge de la vente ou pour les ventes volontaires chez le notaire. Que contient le cahier des charges? Le notaire commis ou l avocat établit un cahier des charges. Ce cahier mentionne le jugement qui a ordonné la vente, la désignation des biens à vendre, la mise à prix et les conditions de la vente (CPC, art. 1275, al. 2). Le praticien rédacteur devra faire preuve de rigueur dans la rédaction du cahier des charges, notamment s agissant de la désignation de l immeuble et des règles de la publicité foncière. Le cahier des charges constituera avec le jugement d adjudication le titre de vente soumis à publicité (D. n , 27 juill. 2006, art. 89). En outre, le cahier 24 25

15 IMMOBILiER Empruntis.com lance son appli iphone La seule du marché à donner une réponse de principe de financement immédiate! C est sous le nom «Mon projet immo» qu Empruntis.com vient de lancer son application iphone totalement gratuite. Au-delà des informations classiques que l utilisateur s attend à trouver sur l application d un courtier : taux des crédits, guide immobilier, annonces immobilières, Empruntis.com a développé une technologie unique qui nous permet d apporter en ligne et en temps réel une réponse de principe à son projet immobilier. En résumé, 5 fonctions pour accompagner le mobinaute du calcul de sa capacité d achat jusqu'à l'obtention de son financement! Cette application n est pour le moment disponible que pour les utilisateurs d iphone. devra faire mention, par exemple, des baux pouvant grever l immeuble, des sinistres intervenus et divers diagnostics. Si la vente a lieu à l audience des criées, le cahier est déposé au greffe du Tribunal. Les parties peuvent alors en prendre connaissance. Si le notaire est chargé de vendre, le cahier des charges sera, par analogie, tout aussi bien consultable en son office. En matière d indivision, le praticien sera également vigilant à respecter les termes de l article du Code civil, et notamment la faculté de substitution ouverte aux coïndivisaires laquelle doit être expressément prévue aux cahiers des charges. Comment est fixée la mise à prix? Pour attirer les enchérisseurs, les mises à prix sont en général volontairement basses. Dans le cas d une vente judiciaire au Tribunal, la mise à prix est souvent fixée par le Juge au montant de la créance hypothécaire résiduelle. Dans celui d une vente volontaire, la mise à prix est libre. Toutefois, la Chambre des Notaires conseille des mises à prix ne dépassant pas les deux tiers des valeurs d expertise. Comment participer aux enchères? Les ventes aux enchères sont publiques et quiconque a le droit d y assister en spectateur. Pour se porter enchérisseur, il convient toutefois de respecter quelques règles. À la Chambre des Notaires, il faut remettre au notaire chargé de la vente un chèque de consignation dont le montant est fixé par ce dernier. Il est restitué après la vente à l enchérisseur s il n est pas déclaré adjudicataire. Moyennant le dépôt de ce chèque on peut porter soi-même librement les enchères que l on souhaite. Au Tribunal, on ne peut enchérir que par ministère d avocat. Il convient donc d en choisir un qui soit inscrit à l Ordre de la juridiction concernée. Un pouvoir indiquant le montant maximum des enchères autorisées sera alors établi à l ordre de cet avocat. Chambre des Notaires de Paris 26 27

16 IMMOBILiER Des taux de crédit immobilier toujours au plus bas malgré quelques remontées En février, les taux de crédit immobilier sont globalement restés orientés à la baisse, même si quelques banques, notamment sous l effet d une légère remontée des taux d emprunt d'état, ont fait le choix d augmenter leurs taux. Dans ce contexte de taux historiquement bas, plus d une demande sur deux effectuée auprès de meilleurtaux.com concerne aujourd hui une opération de renégociation. Une majorité de baisse, malgré quelques remontées de taux En février, 50 % des banques ont baissé leurs taux fixes de crédit immobilier de 0,15 % en moyenne sur toutes les durées, et 12 % sur les durées inférieures ou égales à 20 ans. 21 % les ont laissés stables. Pour la première fois depuis 6 mois, quelques banques ont augmenté leurs taux de crédit, de 0,05 point à 0,20 point pour l une d entre elles. Pour autant, ces hausses isolées restent sans effet sur les taux moyens qui ressortent pour février encore en baisse par rapport à janvier à 3,1 % sur 15 ans, 3,4 % sur 20 ans et 3,77 % sur 25 ans. Comment devient-on adjudicataire? Celui qui a porté ou fait porter l enchère la plus élevée est déclaré adjudicataire à l issue de la vente. Toutefois, la vente n est définitive qu après un délai de 10 jours réservé aux surenchères. Comment surenchérir? Dans les dix jours suivants l adjudication définitive, toute personne peut faire une surenchère du dixième en se conformant aux formalités et délais de vigueur en matière de saisie immobilière (D. n , 27 juill. 2006, art. 94 à 99). À peine d irrecevabilité, la surenchère est formée par acte d avocat déposé au greffe du tribunal compétent. L avocat doit attester s être fait remettre de son mandant une caution bancaire irrévocable ou un chèque de banque du dixième du prix principal de la vente. Au plus tard le troisième jour ouvrable suivant la déclaration de surenchère, le surenchérisseur dénonce la déclaration de surenchère au créancier poursuivant, à l adjudicataire et au débiteur saisi. La validité de la surenchère pourra être contestée dans les quinze jours de la dénonce. Enfin, l audience de surenchère sera fixée par le juge à une date comprise dans un délai de deux à quatre mois suivant la déclaration de surenchère. Dans le cas où l adjudication a eu lieu devant notaire, le tribunal, par le jugement qui valide la surenchère, renvoie la nouvelle adjudication devant le même notaire qui procède selon le cahier des charges précédemment dressé (CPC, art. 1279, al. 2). L article 1279, alinéa 3, du Code de procédure civile reprend la règle traditionnelle «surenchère sur surenchère ne vaut» en édictant qu aucune surenchère ne peut avoir lieu après une seconde adjudication sur surenchère. Le Bristol se réinvente EPICURE, 3* MICHELIN : UN NOUVEL ÉCRIN SPA LE BRISTOL BY LA PRAIRIE NOUVELLES SUITES SIGNATURE

17 IMMOBILiER Des taux de crédit immobilier toujours au plus bas malgré quelques remontées (suite) «Ce mois-ci, certaines banques ont fait le choix d augmenter légèrement leurs taux de crédit après les avoir fortement baissés fin 2012, tout en veillant à rester compétitives. Cela s explique en partie par la progressive remontée des taux d emprunt d'état à 2,25 % début février contre 1,94 % au plus bas en décembre. Toutefois, cela ne laisse en rien présager d un mouvement haussier général des taux de crédits, car l OAT 10 reste à un niveau très bas, inférieur à son niveau d octobre 2010 au moment où les taux étaient également à un plancher historique» analyse Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com. Plus d une demande sur 2 concerne une renégociation Dans ce contexte de taux très bas, les demandes de renégociations affluent. Plus de demandes ont été déposées sur le site meilleurtaux. com en janvier représentant ainsi 53 % du total des dossiers déposés. C est deux fois plus qu en octobre 2010 où l on comptabilisait demandes en un mois, un record à ce moment-là. «Dans le contexte actuel, les emprunteurs veulent bénéficier des taux très bas mais tous ne le peuvent pas Il faut réellement un écart de taux significatif de l ordre de 0,80 à 1 point - ou un montant d emprunt élevé avec une durée de départ longue pour que l opération soit rentable. Certains nous contactent pour gagner 0,30 point sur le taux de leur crédit, mais cela n est pas intéressant de faire les démarches» rappelle Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com. En janvier, le montant moyen des prêts immobiliers en cours de rachat est de pour une durée restante de 15 ans en moyenne. Source : Meilleurtaux.com Qu est-ce qu une folle enchère? Si l adjudicataire s avère incapable de payer le montant de l adjudication et des frais, le bien est remis en vente pour sa mise à prix initiale. L adjudicataire défaillant est alors tenu de régler la différence éventuelle entre le prix auquel il a été déclaré adjudicataire et le prix de revente sur folle enchère. Le chèque de consignation qu il aura préalablement déposé est débité à cet effet le cas échéant. Comment payer le prix d adjudication? Dans le cas d une vente au Tribunal, le montant de l adjudication doit être réglé dans les deux mois qui suivent la vente (trois mois pour les ventes dont le cahier des charges a été déposé avant le 1 er janvier 2007). Passé ce délai (45 jours antérieurement) le prix de vente est majoré selon un intérêt précisé dans le cahier des conditions de ventes (ex «cahier des charges»). Si le paiement n intervient toujours pas le bien est alors remis en vente selon la procédure dite de «réitération des enchères» (ex «folle enchère»), au détriment de l adjudicataire défaillant. Dans le cas d une vente à la Chambre des Notaires, le délai autorisé pour solder l acquisition est plus court puisqu il n est que de 45 jours. Quant aux intérêts légaux, ils commencent à courir dès le 11 ème jour suivant la vente. Comment s effectue le transfert du titre de propriété? Dans le cas d une vente judiciaire au Tribunal, l avocat est seul chargé de procéder à toutes les formalités de publication du titre de propriété au Bureau des Hypothèques. L entrée en jouissance officielle du bien peut alors intervenir dans les quinze jours qui suivent l adjudication. Il n y a pas lieu d établir un acte notarié. Dans le cas d une vente à la Chambre des Notaires, le processus de transfert de propriété est analogue à celui des transactions de gré à gré. Quel est le montant des frais annexes? Dans le cas d une vente judiciaire au Tribunal, l adjudicataire doit supporter les frais préalables de vente (frais d huissier et de publicité) qui peuvent varier selon le lieu et l importance du bien (ils sont vérifiés par le magistrat et annoncés avant la vente), ainsi que les droits de mutation. À ces frais s ajoutent des frais et droits de recouvrement qui sont fonction du montant de l adjudication. Dans le cas d une vente à la Chambre des Notaires, la contribution aux frais de publicité et d organisation des enchères à la charge de l acquéreur est en général de 1% hors taxes du prix de vente, à laquelle s ajoutent les émoluments et les débours du notaire, ainsi que les droits de mutation

18 IMMOBILiER Au total, les frais à la charge de l'adjudicataire représentent dans les deux cas entre 10 et 15 % du montant de l'adjudication. Que se passe-t-il si l adjudicataire ne paye pas le prix? Cette procédure permet de remettre en vente un bien adjugé dont l adjudicataire ne respecte pas ses engagements. À la demande du créancier poursuivant, d'un créancier inscrit ou du débiteur saisi, la réitération des enchères est ouverte aux conditions de la première vente pour le cas où l'adjudicataire n'aura pas réglé dans les délais prescrits le prix, les frais taxés ou les droits de mutation. La réitération des enchères se fait sur présentation d'un certificat délivré par le greffe attestant que l'adjudicataire n'a pas justifié de la consignation du prix, des frais taxés ou des droits de mutation. Ce certificat est signifié à la requête du fol enchérisseur. Une nouvelle audience sera par la suite fixée par le juge sur requête du fol enchérisseur dans une date comprise entre deux à quatre mois suivant la date de signification du certificat du greffe à l'acquéreur. Le greffe convoque par lettre recommandée avec avis de réception les intéressés. Au jour de l'audience, les enchères sont portées conformément à la première audience des criées. Dans le cas d'une vente ayant eu lieu devant notaire, la réitération des enchères est poursuivie devant le tribunal. Le certificat constatant que l'adjudicataire n'a pas exécuté les conditions est délivré par le notaire. Le procès-verbal d'adjudication est déposé au greffe

19 IMMOBILiER valorisation du patrimoine Christian-Georges BENASSI, Président d'archituff s.a.s et Directeur Général d'h.p.l Fondateur des labels Archituff 2008 et Made In Outremer 2009 Patrimoine Privé : Vous êtes issu d une famille de fabricants industriels de revêtements de sol et de mur. Est-ce de votre légende personnelle que vous est venu l idée de développer le concept de Pierre Caribéenne Restituée? Pas vraiment. Dans la famille, j étais le seul de ma génération à pouvoir regarder un morceau de caillou sans avoir l envie systématique d en faire un carrelage. Issu d une lignée de cinq générations de fabricants industriels de revêtements de sol et de mur, en Italie, en Espagne et en France, je suis un des rares héritiers à ne pas m être inscrit, dès mes premiers pas de vie professionnelle, dans la continuité industrielle de mes parents. Je n ai rejoint le club que beaucoup plus tard (à 50 ans). C est en 2004 que j ai réfléchi sur la conception semi industrielle d éléments décoratifs à base de tuf, destinés aux seconds œuvres du bâtiment, comme d ailleurs le fait depuis plus d un siècle la majeure partie de ma famille en Europe, c est à dire : fabriquer des revêtements de sol et de mur à partir d une matière première géologique locale. P.P. : Quand l aventure a-t-elle véritablement vu le jour? En 2006, juin pour être plus précis, nous avons ouvert dans une friche industrielle du Nord Grande Terre (que nous avons entièrement reconstruite de 2003 à 2005) notre première unité de production de Pierre Caribéenne Restituée, plus communément appelée P.C.R. P.P. : Quelle évolution la gamme ARCHITUFF a connu depuis son lancement? Depuis 2006, que de chemin parcouru! Nous avons commencé avec une production de 35 formats issus de 700 moules, fabrication assurée par 17 collaborateurs. À ce jour, nous avons une gamme qui avoisine les 285 formats issus de plus ou moins moules et nous en produisons plus ou moins 60 séries différentes chaque jour. Notre effectif, tous postes confondus, est passé de 17 à 37 collaborateurs. Notre force, entre autres, est d être pour ainsi dire complètement autonomes. Nous extrayons la matière première en carrière, la concassons et la criblons avec nos propres machines, nous fabriquons tous nos moules, et surtout, notre réussite a été d utiliser pour notre production, une matière première locale représentant, après façonnage granulométrique, 85 % du produit fini prêt à la commercialisation. Un vrai «Produit Péyi» d où notre label «Made In Outremer». P.P. : Votre production va-t-elle dans le sens des contraintes écologiques? Notre empreinte carbone est extrêmement faible du fait de notre production vraiment «locale» à partir d une matière première tout aussi locale. Notre consommation annuelle de tuf n atteint pas 1 % de la quantité totale extraite en Guadeloupe sur la même période pour les autres applications. Notre concept semi-industriel de fabrication ne nécessite que très peu d énergie artificielle et ne génère, pour ainsi dire, aucun déchet. Les productions présentant un défaut au démoulage, sont immédiatement redirigées vers notre unité mécanisée de concassage et de criblage pour nous revenir ensuite sous forme de matière première de nouveau exploitable. La totalité de l eau utilisée (d origine pluviale récupérée) repart intégralement dans l atmosphère lors du séchage naturel (28 jours) en extérieur de nos fabrications. P.P. : Pouvez-vous nous dire en quoi ARCHITUFF apporte sa valeur ajoutée à la valorisation du patrimoine des Guadeloupéens? Nous contribuons, par le biais de notre production, à la valorisation du patrimoine Guadeloupéen en offrant au tuf ses lettres de noblesse grâce à la transformation technique et au savoir-faire de mise en œuvre par nos collaborateurs. Cela a pour conséquence d apporter une valeur ajoutée significative à cette matière première généralement et malheureusement trop souvent exploitée comme simple remblai P.P. : Comment envisagez-vous l avenir de votre structure? Notre développement à court terme se traduira par la mise en chantier dans les trois mois à venir, d une nouvelle unité de production plus mécanisée, sans pour cela altérer l authenticité du produit Archituff. Elle devrait employer 15 nouveaux salariés et quintupler notre production actuelle. 80 % de sa production sera destinée à l exportation commerciale de produits entièrement finis, vers quelques îles de la Caraïbe et surtout trois états du sud de l Amérique du Nord. L unité actuelle s orientera de plus en plus vers des productions originales à forte valeur ajoutée et la recherche de nouveaux débouchés pour cette matière première locale. Sa production répondra aux besoins dans les domaines de la restauration des patrimoines immobiliers anciens et contemporains, publics ou privés. Notre devise : faire œuvre de Guadeloupe en déclinant le meilleur de nous-même. Notre devise : faire œuvre de Guadeloupe en déclinant le meilleur de nous-même. - tél.:

20 plaisir automobile Par Gilles Kapps RANGE ROVER AUTOBIOGRAPHY Quatrième génération d un modèle emblématique, le Nouveau Range Rover a été développé pour incarner le SUV de luxe par excellence, tout en restant fidèle à l esprit d innovation du concept d origine lancé il y a plus de 40 ans. Premier SUV au monde doté d une structure de caisse légère tout aluminium, le Nouveau Range Rover porte les aptitudes du fleuron de la marque à un niveau encore jamais atteint. Il offre ainsi un luxe et un raffinement rehaussés, des performances et une tenue de route améliorées sur tous les terrains, et une plus grande conscience environnementale. Des lignes épurées et contemporaines Le Nouveau Range Rover affiche une silhouette épurée et élégante, qui réinterprète avec brio les éléments de style emblématiques de ce modèle. D une longueur d à peine 5 m, le nouveau Ranger Rover a des dimensions très similaires à celles de son prédécesseur, mais une silhouette plus effilée - Il se veut le Range Rover le plus aérodynamique de l histoire de la marque avec un coefficient de traînée optimum de 0,34 - sa ligne de toit étant surbaissée de 20 mm en mode «accès». Son intérieur luxueux se distingue par son style moderne et épuré, intégrant tous les éléments de design emblématiques du Range Rover, lesquels bénéficient 36 37

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne.

une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. rendez-vous épargne clarté guide clarté épargne AVEC VOTRE CONSEILLER, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel

Plus en détail

Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités

Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités N 1 édition martinique MAGAZINE-CONSEIL EN INVESTISSEMENT & PLACEMENT Assurance-Vie des atouts à découvrir hors des sentiers battus Bourse dépasser l aléa fiscal pour dénicher des opportunités Immobilier

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE

CONSEILS -EN- PATRIMOINE CONSEILS -EN- PATRIMOINE DIAGNOSTIC PLACEMENT 15 Préambule Ermont, le XXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité et assurer la transmission de vos biens dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 Vos projets évoluent, Votre épargne financière aussi 12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 En introduction Une approche de notre épargne définie en fonction : d objectifs, de durée, de capacités

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité?

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? AXA Selectiv Immo AVERTISSEMENT L OPCI détient directement et/ou indirectement des immeubles dont la vente exige des

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

BPE Vie. L assurance-vie individuelle haut de gamme pour la gestion de votre patrimoine

BPE Vie. L assurance-vie individuelle haut de gamme pour la gestion de votre patrimoine BPE Vie L assurance-vie individuelle haut de gamme pour la gestion de votre patrimoine BPE Vie est un contrat d assurance-vie individuel multisupport, accessible à partir de 100 000 e. Ses atouts en font

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

Sommaire. 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI. 2. Le marché des SCPI

Sommaire. 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI. 2. Le marché des SCPI Sommaire 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI 2. Le marché des SCPI 3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? 3.1 Avantages et risques liés à

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action!

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action! PEA Performance 2 Faites passer votre épargne à l action! Avec le PEA PERFORMANCE 2, Le Plan d Épargne en Actions (PEA) est un placement plébiscité par les épargnants, plus de 7 millions de Français en

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

LE CHOIX DE NOMBREUX INVESTISSEURS ET DE

LE CHOIX DE NOMBREUX INVESTISSEURS ET DE LE CHOIX DE NOMBREUX INVESTISSEURS ET DE S E R F I P at rimoine POUR UN PLACEMENT IMMOBILIER PLUS SIMPLE ET PLUS SÛR La Société Civile de Placements Immobilier Dans la perspective de votre future retraite,

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI Gemmeo Commerce. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Sommaire Avertissement...3 Investir indirectement dans de l immobilier de commerce...4 Une stratégie de gestion à l écoute des tendances

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1 CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1. La SCI en bref L essentiel sur la société civile immobilière (SCI) Une SCI est une société civile qui gère un patrimoine Immobilier. La

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER Société Civile de Placement Immobilier à capital variable Murs de commerces France et zone euro CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI ACTIPIERRE EUROPE présente les risques suivants

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Les fiches thématiques Placements financiers Assurance-vie

Les fiches thématiques Placements financiers Assurance-vie Les fiches thématiques Placements financiers Assurance-vie L'assurance vie est un contrat par lequel l'assureur s'engage en contrepartie du paiement d'une ou plusieurs primes par le souscripteur, à verser

Plus en détail

TERRE DE VIE ÉPARGNE PATRIMONIALE

TERRE DE VIE ÉPARGNE PATRIMONIALE ÉPARGNE PATRIMONIALE TERRE DE VIE UN CONTRAT A VOTRE MESURE TERRE DE VIE CONSTITUE LE CONTRAT IDÉAL POUR VALORISER VOTRE ÉPARGNE DANS UN CADRE FISCAL ATTRACTIF UN CONTRAT D ASSURANCE VIE PERSONNALISABLE

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

UN CONTRAT A VOTRE MESURE

UN CONTRAT A VOTRE MESURE TERRE DE VIE UN CONTRAT A VOTRE MESURE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ faire fructifier votre épargne préparer votre retraite diversifier votre patrimoine optimiser la cession de votre entreprise compléter vos

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

octuor capitalisation

octuor capitalisation octuor capitalisation Un nouvel horizon pour votre épargne Découvrez Octuor Capitalisation, un contrat innovant pour optimiser votre fiscalité Octuor est un contrat de capitalisation multisupports et multigestionnaires

Plus en détail

UN CONTRAT A VOTRE MESURE

UN CONTRAT A VOTRE MESURE TERRE DE VIE UN CONTRAT A VOTRE MESURE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ faire fructifier votre épargne préparer votre retraite diversifier votre patrimoine optimiser la cession de votre entreprise compléter vos

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

GUIDE spécial assurance VIE > ToUT savoir sur l assurance VIE

GUIDE spécial assurance VIE > ToUT savoir sur l assurance VIE GUIDE spécial ASSURANCE VIE > Tout savoir sur l assurance vie L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne?

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Banque Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Gestion Sous Mandat en OPCVM L expertise d AXA en gestion d actifs Une gestion clé en main Une information régulière et détaillée

Plus en détail

Actifonds. Diversifier ses placements. Épargne assurance-vie Janvier 2007

Actifonds. Diversifier ses placements. Épargne assurance-vie Janvier 2007 Épargne assurance-vie Janvier 2007 Diversifier ses placements Actifonds Le multisupport accessible, souple et simple d utilisation, qui allie la sécurité d un support euros à la vitalité des actions. Actifonds

Plus en détail

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise PIERRE PLUS Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable Immobilier d entreprise CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI PIERRE PLUS présente les

Plus en détail

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions L essentiel sur Le Plan d Epargne en Actions Qu est ce que c est? Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est ce qu on appelle une enveloppe fiscale. Il permet d investir en actions en bénéficiant d une fiscalité

Plus en détail

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte Le Livret RM : la solution retraite qui s POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER ! Du 17 février 2015 au 30 septembre 2015, ATOUT PIERRE

Plus en détail

OPTIMISER SON ÉPARGNE

OPTIMISER SON ÉPARGNE OPTIMISER SON ÉPARGNE PEA, CIF ASSURANCE VIE GAMME OPCVM ÉPARGNE PROGRAMMÉE CHOISIR INVESTIR p.02/0 J aimerais investir dans l immobilier locatif, mais sans les contraintes de gestion. J ai besoin des

Plus en détail

LA SOLUTION ÉPARGNE. mon épargne Multiprojets

LA SOLUTION ÉPARGNE. mon épargne Multiprojets LA SOLUTION ÉPARGNE qui évolue avec mes projets mon épargne Multiprojets 2 LA SOLUTION ÉPARGNE qui évolue avec mes projets Certains projets vous tiennent à cœur : > préparer dès aujourd hui votre retraite,

Plus en détail

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

L assurance-vie multisupport, pour la constitution de votre patrimoine

L assurance-vie multisupport, pour la constitution de votre patrimoine Myrialis Vie L assurance-vie multisupport, pour la constitution de votre patrimoine Une solution adaptée à vos besoins L assurance-vie est largement plébiscitée par les Français. Cet engouement s explique

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr Logo_ harvest Finalisation Logo_ harvest Finalisation www.harvest.fr 3 rue La Boétie 75008 PARIS contact@harvest.fr T : 01 53 30 28 00 F : 01 53 30 28 01 La patrithèque Solution documentaire électronique

Plus en détail

CONSEILS - EN- PATRIMOINE

CONSEILS - EN- PATRIMOINE COSEILS - E- PATRIMOIE DIAGOSTIC PLACEMET à l attention de Monsieur XXXX réalisé le XXXXXXXXX Remarque: la présente étude a été réalisée en 2002, selon la législation en vigueur à cette date. Elle contient

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

LITHOS Fondation de placement immobilier

LITHOS Fondation de placement immobilier LITHOS Fondation de placement immobilier La Fondation LITHOS est une fondation de placement immobilier suisse, au sens des articles 80 et suivants du Code Civil Suisse, répondant aux exigences de l Office

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Actualités Juridiques

Actualités Juridiques À savoir Actualités Juridiques Investir dans la pierre : une garantie pour la retraite Louez bien, louez meublé? Etat des lieux : une précaution indispensable! Investir dans la pierre : une garantie pour

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Le Livret RM : la solution retraite qui POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir le Livret RM de La France Mutuali dans les conditions avantageuses de l ass Le régime

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

SwissLife Strategic Premium. Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros. Un contrat souple et évolutif

SwissLife Strategic Premium. Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros. Un contrat souple et évolutif SwissLife Strategic Premium Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros Un contrat souple et évolutif Préparez l avenir en toute sérénité Swiss Life est un groupe

Plus en détail

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets Mon épargne mon patrimoine Une épargne, des projets Une épargne, des projets, toutes les solutions sont au Crédit Mutuel Que vous souhaitiez vous constituer une épargne disponible, un capital pour préparer

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Sommaire. Thema. Coralis Capitalisation. Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine

Sommaire. Thema. Coralis Capitalisation. Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine Thema Coralis Capitalisation Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine Sommaire Un large choix de supports... 3 Des services personnalisés pour

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Les SCPI dans l univers des placements

Les SCPI dans l univers des placements Les SCPI dans l univers des placements La performance des SCPI Les SCPI ont pour vocation de restituer au porteur de parts la performance de l immobilier d entreprise. Par rapport à l acquisition directe

Plus en détail

INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel

INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Avertissement Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier», vous devez tenir

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

CELESTIA CAPITALISATION

CELESTIA CAPITALISATION ASSURANCE VIE CELESTIA CAPITALISATION UN CADRE D INVESTISSEMENT OPTIMISÉ 100 % CAPITALISATION Contrat individuel de capitalisation libellé en euros et/ou en unités de compte CELESTIA CAPITALISATION Complémentaire

Plus en détail

Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS

Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : définir par l exemple les principaux types de revenus mobiliers ; déterminer la situation du résident

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière Vos projets au cœur de votre Gestion Financière un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier vos projets quatre

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail