Marchés financiers. Quarterly PERSPECTIVES ON BANKING. Lieve Mostrey d Euroclear évoque l avenir du paysage financier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marchés financiers. Quarterly PERSPECTIVES ON BANKING. Lieve Mostrey d Euroclear évoque l avenir du paysage financier"

Transcription

1 Quarterly PERSPECTIVES ON BANKING Marchés financiers Lieve Mostrey d Euroclear évoque l avenir du paysage financier Une initiative de BNP Paribas Fortis en collaboration avec Echo Connect

2 4 Etienne de Callataÿ : Le système financier est au milieu du gué édito La situation est pour le moins paradoxale : l opinion publique et nombre de décideurs politiques se montrent très méfiants à l égard des marchés financiers alors que notre économie moderne ne pourrait pas fonctionner longtemps sans eux. C est en effet sur les marchés financiers que les initiatives et projets nécessitant un financement rencontrent les épargnants ayant un surcroît de capitaux. Les marchés financiers remplissent plusieurs fonctions essentielles dans l économie. Ils contribuent au financement de projets et permettent aussi aux investisseurs de répartir les risques sur plusieurs actifs, secteurs, voire pays. Sans les marchés financiers, l investisseur serait toujours lié à l échéance de ses investissements. Grâce à eux, l investisseur qui souhaite rendre son investissement à nouveau liquide peut négocier ses actifs de manière à trouver le juste équilibre pour son portefeuille d investissements. En outre, les marchés financiers attribuent une valorisation à tous les actifs qui y sont négociés, ce qui permet aux investisseurs comme aux épargnants de juger si leurs investissements évoluent positivement et d identifier les opportunités d investissement. Les marchés financiers ont-ils été parfaits ces dernières années? Certes non. Mais les bulles financières sont un phénomène vieux comme le monde. Au 17 e siècle déjà, les places financières ont connu la bulle des tulipes. En 2000, celle des actions internet et en 2007, celle de l immobilier, aux États-Unis. Ces bulles spéculatives sapent la confiance des marchés financiers ; c est la raison pour laquelle il faut les éviter dans la mesure du possible. À cet égard, les Banques centrales peuvent jouer un rôle important. Elles peuvent ouvrir ou fermer les vannes monétaires et de cette façon, encourager ou freiner les bulles spéculatives. C est un exercice d équilibre difficile. La Banque centrale conserve-t-elle les taux à un niveau élevé? Dans ce cas, les bulles seront moins nombreuses mais la croissance économique sera plus lente. Si elle les maintient à un faible niveau, le risque de bulles s accroît mais l économie tourne mieux. Il est essentiel, quoi qu il en soit, de restaurer la confiance de l opinion publique dans les marchés financiers. Car il faut aussi savoir que les marchés ont un impact direct sur notre vie quotidienne. Nous utilisons tous ces marchés parfois même sans le savoir - lorsque nous contractons une assurance incendie pour notre maison, lorsque nous versons une prime dans notre assurance groupe, que nous souscrivons un emprunt hypothécaire ou que notre entreprise souhaite investir ou exporter. Chacun est à sa manière un maillon du marché financier. Les marchés financiers, c est nous. 12 Pas d équipe sans banque solide 8 B NQ Herman Daems Président de BNP Paribas Fortis Table ronde Un marché efficient pour une économie dynamique B NQ est une plateforme de contenu de cross médias consacrée à la banque socialement responsable et moderne. Au travers de la diffusion d'informations, B NQ entend ouvrir le débat et le dialogue sur la base de récits remarquables, innovants et concrets. Ce magazine a été publié le 12/06/2014

3 6 Qui a peur du marché? 16 Pourquoi la Bourse? 18 Lieve Mostrey, Euroclear : «La Belgique joue un rôle de pionnier» 17 VOC 24 Roland Duchâtelet et Max Jadot : «Une banque doit être active dans le monde entier» 20 Les prix Nobel Eugène Fama et Robert Shiller évoquent les marchés efficients et irrationnels Ours Une initiative de BNP Paribas Fortis en collaboration avec Echo Connect. Coordination : Veronique Soetaert Lay-out : Björn De Greef, Christine Dubois Photo : Frank Toussaint E.R. : WalterTorfs, rue des Sols 2, 1000 Bruxelles Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l accès au réseau de L Echo, pour partager leur vision, leurs idées et leurs solutions avec la communauté de L Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu. CONNECT

4 Le système financier est au milieu du gué Etienne de Callataÿ: «Le risque zéro n existe nulle part. Mais la zone euro a balayé devant sa porte.»

5 I Marchés financiers I Le secteur financier poursuit sa mue. Les effets des mesures prises pour le stabiliser après la crise se conjuguent aux évolutions structurelles, qui résultent notamment des progrès technologiques. Quel bilan tirer aujourd'hui, alors que nous sommes à mi-course? Davantage de sécurité, indéniablement. Même s'il n'est pas parfait et ne le sera jamais - le secteur bancaire fonctionne beaucoup mieux que voici 20 ou 30 ans. Les mesures prises pour le stabiliser et pour mieux protéger les intérêts des clients et des contribuables ont commencé à entrer en vigueur. Certains effets sont progressifs. Ainsi, les exigences de Bâle III s'appliqueront dans leur totalité en 2019 et la mutualisation des risques dans la zone euro aura atteint son rythme de croisière en Nous sommes donc à peu près au milieu du gué, et j'observe nombre d'éléments encourageants. D'abord, les clients restent très fidèles à leur banque. S ils étaient si insatisfaits des services proposés, ils ne seraient pas à ce point inertes. La technologie leur a apporté une souplesse remarquable : vous pouvez effectuer toutes sortes de transactions depuis un DAB ou de chez vous, le soir, le week-end. De même, la palette de placements disponibles s'est élargie, pour convenir à tous les types de profil. Fonds communs de placement, produits indexés, produits de gestion active se sont démocratisés. Les emprunts hypothécaires se sont métamorphosés : songez qu'il n'y a pas si longtemps, tous les taux étaient fixes, il n'existait aucune souplesse en matière de durée ou de versements, et les marges réalisées par les banques étaient difficilement justifiables. Sur le fond, le système financier reste comparable à un système sanguin qui irrigue l'économie, même si la désintermédiation est appelée à s'amplifier certaines opérations financières ne transitent en effet plus par le canal bancaire. Ainsi, de plus en plus d'entreprises se financent par des obligations d'entreprise (corporate bonds) auxquelles tous les citoyens peuvent souscrire. Le modèle à l'américaine s'impose. Avant la crise, on considérait que, grosso modo, un tiers du financement de l'économie passait par les banques aux Etats-Unis, pour deux tiers en Europe. Pour autant, le financement de ceux qui ont des idées, mais pas d'argent, par ceux qui disposent d une épargne, individuelle ou collective, restera à mon avis largement l'apanage des banques. Elles ont une véritable valeur ajoutée grâce à leur connaissance du monde de l entreprise, à leurs compétences en matière de gestion des risques et à leur aptitude à les diversifier. Les erreurs révélées par la crise ne doivent en aucune manière conduire à jeter le discrédit sur un métier, seulement sur ceux qui l ont mal exercé. Tout progrès entraîne, bien sûr, des risques et des inconvénients : avant Clément Ader et les frères Wright, il n'y avait pas d'accident d'avion! Il faut reconnaître que les nouvelles règles ont entraîné des lourdeurs administratives accrues. Et une difficulté croissante pour se financer à bon compte, car, en l'absence d'instrument infaillible pour distinguer un bon crédit d'un mauvais, des conditions plus strictes s'appliquent à tous. A l'ère de la globalisation financière, le risque de nouvelles crises ne peut être complètement écarté : le risque zéro n'existe nulle part. Mais la zone euro a balayé devant sa porte ; nous sommes au milieu du gué dans l'assainissement de notre secteur financier. Nous avons donc de facto parcouru plus de 50 % du chemin, car, pour revenir sur nos pas, il nous faudrait d'abord faire demi-tour! Ce clin d'œil pour conclure que la crise a forcé le secteur financier à s'amender, et qu'il en sortira moins rentable pour ses actionnaires, plus prudent pour les candidats emprunteurs, plus transparent pour les clients et plus stable pour la collectivité. Etienne de Callataÿ, Chef économiste, Banque Degroof SUR LE FOND, LE SYSTÈME FINANCIER RESTE COMPARABLE À UN SYSTÈME SANGUIN QUI IRRIGUE L ÉCONOMIE, MÊME SI LA DÉSINTERMÉDIATION EST APPELÉE À S AMPLIFIER. Etienne de Callataÿ I 5 I

6 l Marchés financiers l Qui a peur du Ecrivez un article sur un marché de Provence et tous vos lecteurs se prendront à rêver. Assortiment varié, possibilité de comparer les prix, produits uniques ou innovants, contacts directs entre l acheteur et le vendeur, et surtout le sentiment que l on décide soi-même. Rédigez un article sur les marchés financiers et vous susciterez malaise, incompréhension, voire irritation. Car subitement, il ne s agit plus de transactions reconnaissables, à taille humaine, mais d un Moloch apparemment anonyme qui dirige la vie des épargnants du monde entier. Le petit marché provençal attire la sympathie, les marchés financiers constituent une menace, un lieu de sombres machinations. Pourtant, les différences sont bien moins nombreuses que vous pourriez le penser. Sur les marchés financiers aussi se rencontrent des demandeurs et des fournisseurs. En Provence, les fournisseurs montent leur stand et étalent leurs marchandises. Les demandeurs déambulent entre les échoppes, observent les marchandises, posent des questions et achètent ou pas. Sur les marchés financiers, le kilo de cerises est remplacé par le financement d un pont, la couverture d un risque de change, l acquisition d une entreprise ou un échange d actions. Le marché hebdomadaire local devient un marché financier ouvert jour et nuit. Un accord oral sur un kilo de cerises se transforme en un épais prospectus. Les marchés financiers aussi réunissent plusieurs parties : des personnes qui nourrissent d ambitieux projets et ont peu d argent pour les réaliser d une part, et d autres qui ont beaucoup d argent et peu de projets, d autre part. Sur le marché financier, un fonds de pension pourra par exemple rencontrer un État en déficit budgétaire. Le fonds de pension dispose de moyens financiers et recherche un investissement capable de lui fournir un rendement intéressant. Un assureur rencontre une entreprise en croissance. L entreprise cherche des investisseurs pour vendre des actions, alors que l assureur veut investir ses réserves de manière rentable. Un petit agriculteur rencontre un grand groupe agroalimentaire. Tous deux sont à la recherche de sécurité financière. L agriculteur veut un prix minimal pour ses prochaines récoltes, même si les prix du marché tombent très bas. Le groupe agroalimentaire veut limiter le prix maximal qu il pourrait payer, même si les cours s envolent. Chaque fois, ces deux parties de l État au petit paysan et du groupe agroalimentaire à l assureur profitent de la transaction. C est également le rôle crucial des marchés : réunir l offre et la demande, afin que les citoyens, les entreprises et les autorités publiques puissent mettre en œuvre leurs projets. Et aller de l avant. Peter De Keyzer Chef économiste, BNP Paribas Fortis Tablettes d argile Des prêtres de Mésopotamie et de Babylone reçoivent des dons de citoyens désireux d acheter la protection des dieux. Ils amassent ainsi un important capital sous la forme de céréales, de bétail et de terres, qu ils prêtent ensuite à des marchands ou à des agriculteurs. Les prêtres consignent ces relations financières sur des tablettes d argile : ce sont les premiers contrats financiers de l histoire. Courtiers avant la lettre Un nouveau métier fait florès en France : les courtiers de change. Ces intermédiaires surveillent des prêts agraires dont ils assurent également la régulation et la gestion pour le compte de leurs bailleurs de fonds. Ils sont considérés comme les premiers courtiers, et leur fonction gagne rapidement en importance, à mesure qu un marché de plus en plus actif se développe sur les titres publics. Naissance du marché obligataire Pour financer ses guerres, Venise oblige ses habitants à prêter de l argent à la ville-état en Ces prêts sont connus sous le nom de prestiti : ils offrent un taux d intérêt annuel de 5 % et n ont pas d échéance. Les Vénitiens y voient rapidement un investissement intéressant, ce qui donne naissance à un marché florissant des titres de dette. Le marché obligataire est né. Marché boursier Le concept de la Bourse comme lieu de négoce est né à Bruges, où la famille Van der Beurse exploitera une auberge pendant cinq générations à partir de L auberge et la place sur laquelle elle est établie (l Oude Beursplein) deviennent un lieu de rencontre pour les marchands, qui y réalisent des transactions commerciales et de change. À partir de 1400, la famille tiendra elle-même une liste de cotations des cours de change des principaux centres commerciaux européens av. J.-C. 11 e siècle I 6 I

7 l Marchés financiers l marché? 2007 Investissement en ligne La société de Bourse américaine K. Aufhauer & Company est le premier courtier à offrir à ses clients la possibilité de négocier leurs titres sur internet. Depuis, l investissement en ligne est en plein essor et de plus en plus d investisseurs transmettent eux-mêmes leurs ordres de Bourse par le biais d une plate-forme internet. Désormais, les investisseurs ont également accès aux cours de Bourse en temps réel sans le moindre problème VOC 1602 Krach mondial Le jeudi 24 octobre 1929, les cours des actions s effondrent sur le New York Stock Exchange, déclenchant la panique chez les investisseurs. Cette date entrera dans les livres d histoire sous le nom de Jeudi noir. C est le premier krach boursier ayant des répercussions mondiales : la crise sur les marchés d actions débouchera sur la Grande Dépression des années 30. La récession reflue rapidement vers l Europe, très dépendante des prêts américains depuis la Première Guerre mondiale. Bourse Le premier bâtiment hébergeant une Bourse date de 1535 (Anvers). Le Royal Exchange voit le jour à Londres en À cette époque, on y négocie surtout des marchandises et des titres de dette. Mal considérés, les négociants en actions ne sont pas les bienvenus au Royal Exchange et sont contraints d organiser le marché des actions dans des cafés. Le London Stock Exchange n est créé officiellement qu en Première action Pour la première action, il faut attendre 1602, lorsque la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Verenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC) voit le jour. Ce n est pas la première entreprise de l histoire à émettre des actions, mais ce sont les premières actions ayant fait l objet d un commerce florissant. Comme la VOC perdure pendant près de deux siècles, les actionnaires sont contraints de vendre leurs actions sur le marché secondaire s ils veulent monnayer leur investissement. Saviez-vous que Wall Street s appelait initialement Wal Straat, du nom du mur que les colons néerlandais avaient érigé autour de ce qui s appelait à l époque New Amsterdam? qu au XVII e siècle, on spéculait beaucoup sur les prix des bulbes de tulipes, au point de créer l une des premières bulles financières de l histoire? le Wall Street Journal est le journal le plus lu aux États-Unis? le terme «Bourse» est dérivé du nom de la famille brugeoise Van der Beurse, et qu il a depuis été adopté par plusieurs langues? Cela donne borsa en italien, Börse en allemand, birza en russe, burza en tchèque, börs en suédois et bors en norvégien et danois. le premier fonds de placement belge a été créé en 1946? Dix ans plus tard, la Belgique était le premier pays à adopter une législation spécifique sur les fonds de placement. que plus aucun titre papier n est négocié à la Bourse de Bruxelles depuis 1996? I 7 I

8 Un marché efficient pour une économie dynamique Quel rôle les marchés financiers jouent-ils dans notre vie quotidienne? Et comment pourraient-ils fonctionner encore mieux? Cinq spécialistes se penchent sur la question. Un marché financier performant apporte de l'oxygène à l économie et permet de financer les réponses aux problèmes sociaux. C est précisément pour cette raison que les régulateurs mettent tout en œuvre afin d éviter les excès de ces dernières années. Certes, les nouvelles règles menacent parfois d enserrer les banques et les entreprises dans un corset trop étroit, mais ces initiatives s inscrivent dans la quête difficile d un nouvel équilibre. Nous avons en effet besoin d un marché financier stable, efficient et transparent. C est indispensable pour que les investisseurs reprennent confiance. Entre-temps, la révolution numérique pose un nouveau défi. Vous trouverez ici les conclusions de cinq spécialistes des I 8 I

9 De gauche à droite : Rudi Thomaes (ICC), Yvan De Cock (BNP Paribas Fortis), Katherine Dior (BNP Paribas Fortis), Peter Sucaet (Euroclear), Steven De Bie (Besix). marchés financiers, chacun sous un angle différent : Steven De Bie (CFO de Besix), Yvan De Cock (Head of Corporate & Public Bank chez BNP Paribas Fortis), Katherine Dior (Head of Primary Market chez BNP Paribas Fortis), Rudi Thomaes (secrétaire général de l International Chamber of Commerce Belgique) et Peter Sucaet (Head of Strategy & Corporate Planning d Euroclear). Pourquoi est-il si important que les marchés financiers soient efficients et bien organisés? Thomaes : «Sans marchés financiers efficients, notre économie perd tout dynamisme, parce que de nombreuses entreprises n ont alors plus accès aux ressources financières nécessaires au développement de nouvelles initiatives. De plus, sans marchés financiers stables, nous nous dirigerions tout droit vers une crise sociale en règle. Notre pays fait face à d énormes défis : le manque de places dans les écoles, l énorme besoin de maisons de repos induit par le vieillissement de la population, les gros problèmes de mobilité... Seules, les autorités de notre pays ne pourront pas financer les réponses à ces défis. C est pourquoi nous avons besoin d un accès aisé aux marchés financiers, qui ont les moyens d'accélérer les choses.» De Bie : «On voit déjà de plus en plus de fonds internationaux financer de grands projets d infrastructure, parfois à un prix de revient très bas. Cela prouve que le marché international contribue au financement de projets qui risqueraient sinon d être mis au frigo pour une période indéterminée. La globalisation constitue un autre phénomène extrêmement important du point de vue des chefs d entreprises. Ceci dit, on oublie parfois qu il reste crucial d entretenir de bonnes relations avec le banquier du coin. Même dans une économie mondialisée, on a besoin d un interlocuteur local.» Quelle contribution une organisation comme l ICC apporte-t-elle à un environnement de marché stable et sûr? Thomaes : «L International Chamber of Commerce permet une organisation intègre et efficace du marché international de biens et de services. Nous ne nous contentons pas d imposer des règles internationales : nous disposons également d un registre de commerce grâce auquel nous cartographions le financement du commerce extérieur. C est un instrument très utile. Nous avons notamment démontré que les règles imposées aux banques doivent être moins strictes.» De Cock : «Et c était une très bonne chose. Un marché efficace a besoin d un cadre réglementaire, mais il ne faut pas verser dans la surrégulation. Ces dernières années, c était un réel danger : les restrictions ont menacé de mettre un frein aux transactions internationales et ont été néfastes pour notre économie.» > I 9 I

10 l Marchés financiers l ON L A VU CES DERNIÈRES ANNÉES : LES MARCHÉS FINANCIERS N ONT PAS TOUJOURS RAISON. Katherine Dior, BNP Paribas Fortis Peter Sucaet Rudi Thomaes > Sucaet : «De telles associations commerciales sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important. La réglementation européenne est le résultat systématique d un compromis entre 28 pays. Elle est de ce fait extrêmement complexe. L impact de certaines règles sur l économie réelle est parfois imprévisible. Il faut des organisations qui signalent les excès et les conséquences néfastes des réformes. Ce sera de plus en plus le cas ces cinq prochaines années, et nous obtiendrons ainsi une réglementation acceptable pour tout le monde.» Mais les marchés financiers ne sont-ils pas déjà devenus trop complexes, et trop interconnectés? Dior : «Nous sommes toujours en train de chercher le bon équilibre. La nouvelle réglementation, plus stricte, stimule également cette quête. Le shadow banking, le système financier parallèle, en est un bon exemple. Les banques doivent s y adapter, car il permet le développement de nouvelles formes de financement. Et c est, naturellement, une bonne chose ; il ne faut pas jeter le bébé avec l eau du bain. Le système financier parallèle est présenté sous un jour défavorable; pourtant, il offre la possibilité de diversifier les sources de financement de l économie réelle. Nous devons cependant trouver un cadre évitant un transfert non régulé des risques qui se trouvaient au bilan des banques.» De Bie : «Bien entendu, les marchés financiers doivent rester au service de l économie réelle, ils ne doivent pas devenir un but en soi. La transparence jouera un rôle-clé à cet égard. Certains produits sont si complexes que de nombreuses personnes ne comprennent plus dans quoi ils investissent réellement. Et c est l une des principales causes de la crise que nous avons connue ces dernières années.» On entend parfois des critiques sur la taille du secteur financier. Est-elle trop importante par rapport à l économie réelle? De Cock : «Le total du bilan des banques s est aujourd hui nettement réduit. De nombreuses banques ont cédé une partie de leurs activités alors que de nouvelles mesures limitent les opérations pour compte propre au moyen des dépôts d épargne. Bien entendu, c est une évolution favorable. Mais jusqu où ces limitations doivent-elles aller? Si on empêche les spéculateurs d opérer activement, on privera les marchés financiers d une grande partie de leur liquidité.» Sucaet : «La taille des marchés financiers est également la conséquence de la mutation de l économie occidentale à partir des années 70 et 80. Depuis, la part des services a beaucoup augmenté. Et les banques sont finalement de grands prestataires de services qui offrent une forte valeur ajoutée.» Les marchés financiers ont toujours raison, dit-on. Mais est-ce le cas? Les émotions ne prennent-elles pas trop vite le dessus? Dior : «Au vu de ce qui s est passé ces dernières années, une seule conclusion s impose : les marchés financiers n ont pas toujours raison. Il ne fait aucun doute que le sentiment pousse parfois les marchés financiers trop loin dans une direction donnée. C est précisément la raison pour laquelle la transparence et l information sont si importantes. C est la seule manière de retrouver la confiance des investisseurs, une confiance indispensable pour qu ils acceptent d investir dans l économie réelle.» Sucaet : «Il ne faut pas sous-estimer le grégarisme des investisseurs. Il a toujours existé, mais les évolutions technologiques semblent l exacerber. C est l une des raisons de la multiplication des krachs : on négocie beaucoup plus par ordinateur. Et une partie importante qui transmet un ordre de vente erroné engendre une réaction en chaîne, les ordinateurs passant automatiquement un grand nombre d ordres similaires. Un exemple clair de comportement grégaire dangereux.» Thomaes : «Je trouve aussi qu il convient d établir une distinction entre les marchés et les analystes. Lorsque je I 10 I

11 Yvan De Cock Steven De Bie Katherine Dior Max Jadot travaillais pour l entreprise de télécommunication Alcatel, j ai vu de près la bulle internet se former. Elle aurait pu être évitée si les analystes avaient mieux fait leur travail et avaient utilisé les calculs appropriés. Nous avons besoin d analystes critiques, qui publient des rapports à contre-courant. De tels rapports sont déjà apparus au compte-gouttes à l époque de l engouement pour l énergie verte. J espère que cette tendance se poursuivra.» Dior : «Naturellement, il faut aussi que les gens prennent le temps de lire les rapports à contre-courant. Des rapports approfondis n empêcheront pas seuls la formation d une bulle. Ils ne sont que l une des pièces du puzzle.» Les agences de notation peuvent-elles contribuer à un environnement de marché plus stable? Et parviennent-elles actuellement à assumer suffisamment ce rôle? Thomaes : «La crise et les taux bas incitent les entreprises à chercher d avantage un accès direct aux marchés financiers. C est naturellement très attrayant, mais ce phénomène présente aussi un inconvénient : les investisseurs ne peuvent plus se baser sur le jugement d un banquier qui a suivi l entreprise pendant des années. Il faut lui trouver un substitut, et c est le rôle des agences de notation. Mais il sera nécessaire de revoir en profondeur leur fonctionnement au cours des années à venir, car ce sont toutes de grandes institutions américaines. Une telle situation me semble malsaine : une diversification du paysage me paraît indispensable.» De Bie : «Les agences de notation ont un rôle important à jouer, mais elles ne me semblent pas toujours capables de donner l avis adéquat et de faire une juste estimation des risques. Il est rare que je sois impressionné par leurs analyses. Elles semblent pressées de ranger les émetteurs dans des compartiments et il est ensuite difficile de les en sortir. On peut également s interroger sur leur indépendance, puisqu elles sont rémunérées par les entités auxquelles elles attribuent une note de crédit. En ce sens, elles sont à la fois juges et parties.» Dior : «Naturellement, les entreprises connaissent mieux leurs propres activités que les agences de notation. C est pourquoi les agences peuvent très difficilement offrir une grande valeur ajoutée par rapport à une évaluation interne. Mais cela ne signifie pas qu elles soient inutiles. Ainsi, la plupart des grands investisseurs n adhèreront-ils pas à un projet sans note de crédit sur la table. C est un fait, il faut l accepter. D autant qu à l avenir, les investisseurs auront le choix parmi une palette de produits financiers beaucoup plus large, ce qui accroîtra encore l importance des agences de notation. C est pourquoi il est important que plusieurs acteurs s établissent sur le marché. Mais ils doivent alors appliquer les mêmes critères pour que les investisseurs puissent opérer une comparaison.» L évolution technologique recèle-t-elle également des opportunités? De Cock : «Bien entendu. La technologie a fait son entrée sur les marchés financiers il y a longtemps. Aujourd hui, il est possible d acheter et de vendre des titres en quelques nanosecondes. En outre, l évolution d Internet entraîne l apparition de nouvelles initiatives, comme le crowdfunding. Cette forme de financement alternative offre assurément une plus-value, ne serait-ce que pour tester l enthousiasme suscité par le produit que vous proposez. Il faut cependant veiller à mettre en place un cadre réglementaire adapté. Ce n'est pas suffisamment le cas aujourd hui.» Sucaet : «Ceux qui ont 20 ans aujourd hui portent un regard très différent sur les banques et leurs activités. Les jeunes sont au fait des nouvelles initiatives comme le crowdfunding, ce qui laisse à penser que ces possibilités de financement vont encore gagner en importance. C est une évolution irréversible, porteuse d une nouvelle dynamique. Je suis convaincu que le financement des PME sera très différent dans 10 ans.» I 11 I

12 I Marchés financiers I I 12 I

13 I 13 I I Marchés financiers I

14 l Marchés financiers l L univers de la Bourse et ses principes Les marchés financiers semblent complexes. Cela dit, en identifiant les motivations d investissement de chacun, on peut espérer y trouver plus aisément sa voie. L un des principaux rôles de la Bourse est de mettre en relation épargnants et investisseurs d une part, chefs d entreprises d autre part. Les entreprises y lèvent des capitaux pour grandir et les investisseurs profitent de leur succès en échange. Ils peuvent le faire en devenant copropriétaires par le biais d actions, ou en achetant des obligations. Dans le premier cas, ils reçoivent des dividendes variables ; dans le deuxième cas, des coupons fixes. L importance de la Bourse en tant que canal de financement pour les entreprises varie. En Europe, 25% du financement des entreprises passe par la Bourse. En d autres termes : l essentiel des entreprises privilégient les crédits bancaires. Aux États-Unis, les marchés financiers au sens large représentent 75% du financement des entreprises. L évolution de ces marchés financiers est un baromètre important de l économie, même s il n en est certainement pas le reflet parfait. Ils s influencent mutuellement, mais n évoluent presque jamais de concert. Le maître investisseur hongrois André Kostolany utilisait la métaphore du chien et de son maître. Lorsqu ils partent en promenade, le chien file parfois devant et traîne à l arrière à d autres moments. Le maître est l économie, le chien la Bourse devançant l économie réelle lorsque l atmosphère est euphorique en Bourse, restant à la traîne lorsque les investisseurs sont pessimistes. La Bourse n est pas réservée aux entreprises. Les pouvoirs publics fréquentent également les marchés financiers pour emprunter de l argent. Bien entendu, vous ne pouvez pas y acheter CHAPERON AU GRAND BAL DE LA BOURSE La Bourse ne peut fonctionner que si le public a l assurance qu il ne se fera pas escroquer. En Belgique, c est la FSMA qui veille à ce que tout se déroule selon les règles. En tant qu organe de surveillance des marchés financiers, elle est habilitée à suspendre la cotation d un titre dès qu elle décèle des activités suspectes. La FSMA s assure également que le prospectus rédigé à l intention des investisseurs par l entreprise qui sollicite la Bourse est clair. des actions de la SA Belgique, mais un morceau de sa dette qui s élève à plus de 392 milliards d euros. Investisseurs à long terme, assureurs et fonds de pension, apprécient beaucoup les titres de dette assortis d une note élevée. Car s il leur est très difficile d estimer combien ils devront payer à l avenir en pension et en remboursement de sinistre, beaucoup dépend des taux sur les obligations publiques. Avec beaucoup d obligations publiques en portefeuille, leurs engagements futurs évoluent dans le prolongement des réserves constituées. Sur-mesure La Bourse est également l endroit où les parties couvrent des risques. Ainsi le cultivateur de café peut-il fixer au préalable le prix qu il recevra l an prochain pour sa récolte à l aide de futures. Cette sécurité l aide à planifier ses activités. La contrepartie de ces transactions essaiera à son tour de couvrir ses propres risques, ou spéculera sur les bénéfices qu elle tirera de l opération. Il existe des investisseurs de tout type. Certains appartiennent à un club d investisseurs, d autres investissent presque inconsciemment par le biais du fonds de pension de leur employeur. Certains achètent pour le long terme, d autres négocient de manière frénétique. Certains gèrent un portefeuille familial de quelques milliers d euros, d autres sont des professionnels avec des millions, voire des milliards d euros sous gestion. Aux clients de décider quel pouvoir ils accordent à leur gestionnaire de patrimoine : pleine délégation de gestion ou simple rôle de conseil. Moins de la moitié des investisseurs professionnels battront le marché après déduction des frais. Car il est impossible de percer complètement à jour la Bourse. I 14 I

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 Table des matières Sommaire....................................................5 Introduction.................................................

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

QU EST CE QUE LE TRADING?

QU EST CE QUE LE TRADING? QU EST CE QUE LE TRADING? www.tradafrique.com 1 1) Définition du trading 2) Définition du trader 3) Quoi trader? 4) Ou trader? 5) Comment trader? www.tradafrique.com 2 Définition du trading Le trading

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack 1 Cap sur la performance indicielle! 4 2 Que sont les trackers? 5 3 Les trackers, de nouveaux produits financiers?

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise.

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise. Crédit Agricole (A+ / Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 Crédit Agricole CIB est une obligation émise en couronne suédoise (SEK) par Crédit Agricole CIB et vous donne droit à un coupon annuel de brut pendant

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Actions. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Actions. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Caractéristiques de base des actions 3 2. Points forts des actions 5 3. Points faibles

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Comprendre la Bourse sans prise de tête!

Comprendre la Bourse sans prise de tête! Comprendre la Bourse sans prise de tête! Anton Reuter Editions Men3 M3 Editions Numériques SAS au capital de 30 000 Route de Combovin 26120 Chabeuil - France Tél. 04 75 58 97 55 Fax. 04 75 58 97 56 www.men3.fr

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Le terme «risque» est porteur de connotations

Le terme «risque» est porteur de connotations 44-49 EchangeBisCor.qxd 12/07/13 11:53 Page 44 SAVOIRS par Dominique Beudin De la couverture à la naissance du risque systémique L idée d une assurance contre les risques financiers est à l origine de

Plus en détail

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés BlueBay : À la pointe des titres à revenu fixe spécialisés BlueBay a été fondée

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

reverse exchangeable notes Guide Explicatif

reverse exchangeable notes Guide Explicatif reverse exchangeable notes Guide Explicatif www.warrants.commerzbank.com Un coupon attrayant? De plus en plus d investisseurs découvrent les avantages des Reverse Exchangeable Notes (REN) avec un coupon

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

LA TRANSACTION BOURSIÈRE EST RÉVOLUTIONNÉE ET REDÉFINIE

LA TRANSACTION BOURSIÈRE EST RÉVOLUTIONNÉE ET REDÉFINIE adblue financial systems GmbH Gruenberger Str. 44 10245 Berlin / Germany Tel.: +49 (0) 30 243 42-0 Fax: +49 (0) 30 243 42-29 service@adblue.de www.adblue.de LA TRANSACTION BOURSIÈRE EST RÉVOLUTIONNÉE ET

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Bienvenue à la bank zweiplus Digne de confiance, fiable, orientée solutions Chère investisseuse, cher investisseur Les Multimanager-Stratégies

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail