Le marché financier et la Bourse. Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché financier et la Bourse. Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché?"

Transcription

1 FATCA : une loi américaine pour renforcer la lutte contre l évasion fiscale des contribuables US. OPIC : un portefeuille de près de quatre milliards de Dollars de financement pour l Afrique. SOMMET AMCHAM AFRIQUE : 4 ème rencontre annuelle, Accra, Ghana. SAVE THE DATE USA WEEK DAKAR NOV : thème central dédié à l énergie et le développement durable. Les Mécanismes de Fonctionnement du Marché Financier Régional de L UEMOA Les Avantages d une Introduction en Bourse La Bourse, une Alternative au Financement des Entreprises Rôles des Sociétés de Gestion et d Intermédiation Performances 2013 et Opportunités de Placements en Bourse La Notation Financière comme Catalyseur du Dynamisme du Marché Financier Comment JOUER et Gagner en Bourse? Le marché financier et la Bourse Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché?

2

3 S O M M A I R E 6 LES ENTREPRISES DE LA REGION ONT COMPRIS LES AVANTAGES QU ELLES POUVAIENT TIRER D UNE INTRODUCTION EN BOURSE Gabriel FAL Président Directeur Général BRVM 10 LES MECANISMES DE FONCTIONNEMENT DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA EDOH KOSSI AMENOUNVE Directeur Général BRVM EDITORIAL NOUVELLES ET ACTIVITES DES MEMBRES PUBLIREPORTAGE : LANCEMENT DU NOUVEAU JOYAU DE L AFRICAINE DE L AUTOMOBILE ACTUALITES FATCA (FOREIGN ACCOUNT TAX COMPLIANCE ACT) LA RÈGLEMENTATION QUI CHANGE LA DONNE POUR LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES, LEURS CLIENTS ET LEURS CONTREPARTIES 14 LA BOURSE, UNE ALTERNATIVE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES Yves GUAM-DESSOU COFFI Directeur Général ECOBANK SENEGAL 16 ROLES DES SOCIETES DE GESTION ET D INTERMEDIATION DANS LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET DES ETATS Marie Odile SENE KANTOUSSAN Directeur Général CGF BOURSE 43 NOUVELLES ET ACTIVITES DE LA CHAMBRE BACK TO BUSINESS COCKTAIL REPORT MONTHLY BREAKFAST MEETING REPORT AFRICA AMCHAM SUMMIT REPORT SERVICES PRIVILEGES ENTRE MEMBRES BIENVENUE AUX NOUVEAUX MEMBRES COMMENT ADHERER A L AMCHAM SENEGAL? REPERTOIRE DES MEMBRES DE L AMCHAM SENEGAL 18 INVESTIR SON ARGENT DANS UN FONDS COMMUN DE PLACEMENT DOIT ETRE UNE DEMARCHE D EPARGNE A INTEGRER DANS NOS HABITUDES Astou Diop Directeur Général CGF -GESTION 20 L AFRIQUE PEUT ELLE-MEME CONTRIBUER POUR 70% AU FINANCEMENT DE SON DECOLLAGE ECONOMIQUE Fabien PAQUET Senior Director Corporates WEST AFRICAN RATING AGENCY 24 LA NOTATION FINANCIERE COMME CATALYSEUR DU DYNAMISME DU MARCHE FINANCIER Zézé STANISLAS Président Directeur Général BLOOMFIELD INVESTMENT 26 PERFORMANCES DU MARCHE DE LA BRVM EN 2013 Alioune SAO Trader IMPAXIS SECURITIES 32 LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS EN BOURSE Ousmane DIAKHATE APPORTEUR D AFFAIRES EN BOURSE 34 COMMENT JOUER ET GAGNER EN BOURSE Ousmane BIRAM SANE Ancien Directeur ANTENNE NATIONALE DE BOURSE DU SENEGAL 36 LA GESTION DE NOS ENTREPRISES EST AU COEUR DE LA CRAINTE DES INVESTISSEURS PRIVES Francis TOKO Responsable Informatique WÄRTSILÄ WEST & CENTRAL AFRICA 38 LA LIBERTE DES DETENTEURS DE CAPITAUX DE JUGER DE LA VALEUR DE L ENTREPRISE Aziz DIEYE Directeur Général CABINET AZIZ DIEYE How to join American Chamber of Commerce in Senegal? Please, find the membership form in the end of pages.

4 EDITO AMCHAM NEWS est un magazine de la Chambre de Commerce Américaine au Sénégal (AmCham) publié à l intention de ses membres et de la communauté des affaires. RÉALISATION, CONCEPTION, INFOGRAPHIE Marème Khady KANTE, Coordinatrice et Chargée de Communication de l AmCham Sénégal. Tel: (+221) CONTACTS Adresse : Sotrac Mermoz (ancienne piste d aviation), Lot 130, N 4, Dakar - SENEGAL. Tél : (+221) Fax : (+221) Site Web : LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AMCHAM SENEGAL LE CONSEIL EXÉCUTIF : Président : Makha Racine SY : (Directeur Associé : Ernst & Young Sénégal ) 1 er Vice-Président : Mamadou NDIAYE : (Directeur Général : IBM Sénégal ) 2 eme Vice-Président : Joseph AZAR : (Directeur Général - L Africaine de l Automobile - Ford) Secrétaire Général : Ndiaga SARR : (Directeur Associé - Kpmg Sénégal ) Secrétaire Gén. Adjoint: Alexander GROUET : (Business Dev. Manager Google Sénégal) Responsable des Admissions : Simplice NICOUÉ: (Directeur Général - UPS Sénégal) Trésorière : Coura FALL : (ancien Directeur Général - Computer Frontiers Sénégal) Trésorier Adjoint : Alioune BA: (Directeur financier - Microsoft West & Central Africa) AUTRES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION : Général Mansour SECK : (ancien Ambassadeur du Sénégal à Washington) Claude SEBRE : (Directeur Général - South African Airways) Oumou NIANG TOURE : (Directeur Général - Askia Assurances) Papa Ware GUEYE : (Directeur Régional Commercial - Catalyst Business Solutions) MEMBRES D HONNEUR DE L AMBASSADE DES ETATS-UNIS: Alexander C GAZIS : (Conseiller Economique & Commercial ) Elisabeth EL KHODARY : (Conseiller Economique & Commercial ) Youhanidou WANE BA : (Spécialiste Commerciale ) Medina SY : (Self-Help & DHRF Coordinator) COMMISSAIRES AUX COMPTES Djibril DIAW : (Responsable Audit - Consortium d Entreprises - CDE) Taboule SYLLA : (Directeur Général - Holding Nabi SA. ********* UN GRAND MERCI A tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce dossier spécial sur la bourse et le marché financier, notamment les structures suivantes : Marème Khady KANTÉ Coordinatrice et Chargée de Communication AMCHAM SÉNÉGAL De Wall Street à Paris, en passant par Tokyo ou Londres, la bourse et le marché financier constituent les symboles du monde des affaires. C'est là où transitent en grande partie les capitaux qui font bouger l économie de la planète. Un espace qui réunit des actionnaires, à savoir : des investisseurs (qui peuvent être des épargnants individuels, des banques et des sociétés d'investissement), des entreprises, des Etats et Collectivités locales à la recherche de financements. Quand le marché financier va tout va. Car sa fonction première est le développement de l'économie. A l heure des débats sur l émergence du Sénégal, la question du financement des entreprises se pose avec plus d acuité que jamais. L émergence économique d un pays repose en grande partie sur ses entreprises qui contribuent à l amélioration de sa croissance en créant constamment de nouveaux emplois et en augmentant la production de biens et services. Pour accroître ces différentes activités et les développer, nos entreprises ont besoin de financement. Aussi, il est généralement observé que la satisfaction de 33% du besoin en financement des économies émergentes se fait par le marché des capitaux. Une entreprise qui s autofinance pour développer ses activités pourrait être confrontée à une croissance à dos d âne. C est pourquoi quand une entreprise veut connaître un véritable essor, elle est encouragée à recourir au marché financier qui lui offre deux possibilités. La première, elle emprunte de l'argent auprès des investisseurs (épargnants, institutions financières et autres investisseurs institutionnels) moyennant un taux d'intérêt à verser périodiquement sur la durée de l emprunt et le remboursement du capital à la fin. La deuxième solution qui est un mécanisme alternatif au crédit, consiste à ouvrir son capital à de nouveaux actionnaires pour ainsi mobiliser de l argent frais, puis se faire coter en bourse pour offrir la possibilité de suivre l évolution du titre et permettre les échanges sur un marché secondaire. Mais que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Quelles sont les opportunités? Quelles sont les entreprises éligibles? Et quelles sont les attentes des investisseurs? L objet de ce présent numéro d AmCham news Magazine est de recueillir les contributions des acteurs de la bourse afin de mieux connaître son organisation et son mode de fonctionnement : s imprégner des conditions de sécurité et de rentabilité exigées par les investisseurs pour placer leur argent dans une entreprise émettrice d actions ou d obligations. Comment fonctionnent les marchés financiers? Quelles sont les révolutions dans la levée de fonds sur le marché financier régional, les performances, les opportunités de placements offertes aux entreprises? Que pouvons-nous apprendre de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM)? Et qui sont les intervenants? Qu en est-il de la notation des émetteurs qui est aussi une autre forme de perception des risques que la BRVM offre aux investisseurs? En résumè, que pouvons nous attendre d un tel instrument financier dans nos pays qui aspirent à l émergence? Comment adhérer à la Chambre de Commerce Américaine au Sénégal? Trouvez le formulaire de demande d adhésion en fin de pages.

5

6 AmCham News 6 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Installée à Abidjan, la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) rassemble huit pays (Bénin, Burkina, Guinée-Bissau, Côte d'ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo). Depuis la fin de la longue crise ivoirienne, elle a doublé sa capitalisation et connaît un regain intérêt. Président de son Conseil d Administration depuis janvier 2013, le Sénégalais Gabriel FAL évoque les nouvelles introductions de sociétés, le rapprochement avec les autres bourses africaines et le financement des infrastructures. La Côte d Ivoire représente 40% du PIB de l UEMOA, le Sénégal 18%. La BRVM n'a jamais réellement pu prendre son envol durant la longue crise ivoirienne. Comment se porte t- elle trois ans après la fin des hostilités? Elle se porte bien. Le marché des actions est passé de 3600 milliards de FCFA au début de l'année 2012 à milliards de FCFA au 29 janvier dernier. Et à cela, s ajoutent les produits de taux qui dépassent les milliards de F CFA. En tout, la capitalisation a connu une progression record de 37,9 % en En termes de liquidité, Le temps moyen de liquidation des positions a été considérablement réduit. Cela pouvait prendre un mois pour les gros volumes financiers, il ne faut plus qu'une à deux semaines à présent. Et même si le volume des transactions reste encore limité, il a progressé de 60,5 % en A la BRVM, Les investisseurs cherchent surtout le rendement sur la durée. Donc, les titres circulent moins que dans les places occidentales. (...) Le marché des actions est passé de 3600 milliards de FCFA au début de l'année 2012 à milliards de FCFA au 29 janvier dernier. Et à cela, s ajoutent les produits de taux qui dépassent les 1000 milliards de F CFA. Quelles sont les valeurs phares? Les entreprises de la région ont compris les avantages qu elles pouvaient tirer d une introduction en bourse Monsieur GABRIEL FALL Président Directeur Général BRVM (BOURSE RÉGIONALE DES VALEURS MOBILÈRES) Elles font partie de l'indice BRVM 10, rassemblant les dix sociétés les plus actives sur le marché (+33,8 % en 2013). La plus forte capitalisation est la Sonatel (télécoms, 40 % de la capitalisation). Il y a ensuite les établissements financiers comme Ecobank, Bank of Africa, des groupes agroalimentaires comme Unilever et Palmci et des titres qui restaient sous valorisés comme Uniwax. L action de cette société textile a progressé de 550 % en L'usine avait du fermer durant la guerre post électorale ivoirienne. Ses carnets de commande sont aujourd'hui pleins. De nouvelles introductions sont-elles prévues en 2014? Trente sept sociétés sont aujourd'hui cotées à Abidjan. Mais cela va évoluer rapidement. Le gouvernement ivoirien a prévu de privatiser 15 sociétés et a opté pour le marché boursier. Ainsi, on

7 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 7 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? devrait accueillir prochainement deux grandes banques, la BIAO et la SIB. Une autre banque, sénégalaise, et une société d'assurance ont aussi fait une demande d introduction en bourse. Nous sommes également sollicité par d importantes PME ivoiriennes, maliennes, sénégalaises, burkinabés Il y a notamment un groupe hôtelier régional présent dans les pays d'afrique de l'ouest. Nous sommes également en discussion avec la filiale de Total au Sénégal (...) La BRVM est aussi un régulateur. Les entreprises cotées en bourse doivent recourir à la notation, communiquer leurs informations financières et se montrer très transparente. On ne peut prendre le risque de flouer un épargnant avec une société qui ferait faillite juste après son introduction. Ces nouveaux critères permettent de déceler rapidement la qualité de l'entrepreneur, sa vision, son système de gouvernance. Cet intérêt soudain pour la BRVM est nouveau... Les entreprises de la région ont compris les avantages qu elles pouvaient tirer d'une introduction en bourse. Avant, elles cherchaient essentiellement à acquérir des ressources longues auprès des banques mais ce n est pas simple et les taux sont élevés. Parallèlement, le processus de décision de la BRVM, qui nécessite l'aval des autorités de tutelle sous-régionales, était un peu long. Nous travaillons donc pour faciliter l entrée en Bourse et améliorer l'environnement en baissant les coûts introduction, notamment pour les PME que nous conseillons. L arrivée du private equity constitue également un relais de croissance. Et puis, esprit des entrepreneurs évolue. Cela requiert de nouvelles exigences... La BRVM est aussi un régulateur. Les entreprises cotées en bourse doivent avoir recours à la notification, communiquer leurs informations financières et se montrer très transparente. On ne peut prendre le risque de flouer un épargnant avec une société qui ferait faillite juste après son introduction. Ces nouveaux critères permettent de déceler rapidement la qualité de l'entrepreneur, sa vision, son système de gouvernance. Le recours aux marchés boursiers va demander des efforts en matière de passation des marchés. En retour, l'environnement des affaires s'améliore et cela nous permettra de nous développer. Proposez-vous des produits à risques avec un fort retour sur investissement? Non. Ici, il n'y a pas de produits dérivés, de titrisation que personne ne comprend ou de produits toxiques. On est conservateur en termes de risque financier. Les bourses africaines sont des instruments de financement de l'économie réelle, pas des places spéculatives. La BRVM représente 10 % du PIB de la région. Aux États-Unis, le volume des bourses est largement supérieur au PIB. Quand les marchés dérapent, les conséquences sont tragiques pour les activités. Pas chez nous. On parle toutefois de produits spéculatifs comme les titres agro-industriels? Il y a toujours des acteurs intéressés par la spéculation et des aventuriers. Mais prenez le temps de regarder les indicateurs macroéconomiques, la BRVM est une mer tranquille. (...) On est conservateur en termes de risque financier. Les bourses africaines sont des instruments de financement de l'économie réelle, pas des places spéculatives. La BRVM représente 10 % du PIB de la région. Aux États-Unis, le volume des bourses est largement supérieur au PIB. Quand les marchés dérapent, les conséquences sont tragiques pour les activités. Pas chez nous. Quel est le profil des investisseurs étrangers? Une vingtaine de fonds britanniques et américains ont investi à la BRVM. Les Anglais sont à la recherche de titres sous valorisés. Une sorte de pépite qui serait cachée aux confins du Continent. L'Américain lui répartit internationalement ses risques entre les différentes régions du monde. Il cherche en Afrique des brokers qui puissent l aider à trouver les meilleures actions africaines qu'il introduira ensuite dans son panier. En revanche, un seul fonds français, HMG est à Abidjan. Il n'investit que dans des filiales du CAC. Voilà encore un paradoxe «françafricain» compte tenu des liens qui nous unissent avec l'ancienne puissance coloniale! Il y un frein culturel, peut-être la longue tradition du Livret A sécurisé. Les Français font aussi l amalgame avec l'insécurité politique résultant des crises politiques. On essaye de les convaincre que l'environnement en zone franc est stable. On a une monnaie commune, une inflation annuelle tournant autour de 2 %, une parité fixe euro/fcfa. Nos produits sont rentables. Nos obligations rapportent de 6 à 7 % l'an, les fonds de placements peuvent atteindre 20 %. Cela devrait les inciter à venir.

8 AmCham News 8 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? L'Afrique de l ouest est potentiellement la 20e puissance économique mondiale. L intégration régionale est en marche autour du poids lourd nigérian. Où en est le projet de rapprochement des bourses de Lagos, Accra et Abidjan? La dynamique est en marche. On se retrouve une fois par an pour discuter des questions institutionnelles. Nos équipes font le point tous les mois sur le plan technique. L'idée est de faire converger nos législations boursières et financières alors que nous n'avons pas les mêmes monnaies ni les mêmes systèmes juridiques. On travaille déjà à la réciprocité des visas des régulateurs et on cherche à donner un passeport commun aux brokers, ce qui leur permettrait à faire du trading sur les trois bourses. Ecobank est côté à Abidjan, Lagos et Accra. On espère que nos dirigeants politiques vont aussi accélérer le processus d'intégration avec l'adoption d'une monnaie commune en On essaye enfin de promouvoir un rapprochement avec les places de Libreville et de Douala, dans l'espace du Franc CFA. L'Afrique de l'ouest exporte de nombreux produits agricoles (cacao, café, coton, caoutchouc...). On parle aussi d'un projet de bourses de matières premières? Cela n'est pas simple à réaliser. Ces produits d exportation ne sont pas échangés dans la région mais vendus en Europe, en Asie ou en Amérique. Ils se vendent souvent en direct et ne font pas l'objet de contrat à terme. Par contre, il existe une réelle opportunité sur les permis miniers. Dans toute l Afrique, 145 permis sont en exploration contre 650 au Canada. Avant, ces mis en valeur par des sociétés publiques. Elles n'en ont plus les moyens. Les permis sont donc attribués à des sociétés locales ou des groupes étrangers, mais le processus manque de transparence. In fine, ces permis sont sous valorisés. D'où l'intérêt de les regrouper dans une bourse minière continentale pour informer les investisseurs. Cela permettra de sécuriser les transactions, de lever des fonds localement et d accélérer le processus entre l exploration, la valorisation du site et l exploitation finale. L'idée fait son chemin. On devrait prochainement lancer une étude de faisabilité de ce projet. (...) Une vingtaine de fonds britanniques et américains ont investi à la BRVM. Les Anglais sont à la recherche de titres sous valorisés. Une sorte de pépite qui serait cachée aux confins du Continent. L'Américain lui répartit internationalement ses risques entre les différentes régions du monde. Il cherche en Afrique des brokers qui puissent l aider à trouver les meilleures actions africaines qu'il introduira ensuite dans son panier. Les bourses africaines sont aussi de plus en plus sollicitées pour accompagner les projets d infrastructure? Les États empruntent pour leurs besoins fonctionnels et le financement des infrastructures. Ils se regroupent aussi autour de projets régionaux comme le chemin de fer, les routes ou les barrages Avec le développement des partenariats public-privé (PPP), les marchés sont de plus en plus sollicités et les opérateurs privés peuvent intervenir dans le tour de table. Nous avons un exemple au Sénégal avec une autoroute à péage mise sous concession. En Afrique, les besoins annuels pour le financement des infrastructures sont évalués à 70 milliards de dollars. La capitalisation boursière sur le continent dépasse les milliards. Il suffit de dévier une partie de ces fonds. Le schéma des bailleurs traditionnels avec l aide publique au développement, ses conditionnalités, ses suspensions a vécu. L'avenir, ce sont les financements public-privé. (...) Avec le développement des partenariats public-privé (PPP), les marchés sont de plus en plus sollicités et les opérateurs privés peuvent intervenir dans le tour de table...(...) La capitalisation boursière sur le continent dépasse les milliards. Il suffit de dévier une partie de ces fonds. Le schéma des bailleurs traditionnels avec l aide publique au développement, ses conditionnalités, ses suspensions a vécu. L'avenir, ce sont les financements public-privé. Vous avez réalisé toute votre carrière dans la Finance de marché (Chase Manhattan Bank, Citibank, BRVM). Aviez-vous un plan prédéfini ou avez-vous su saisir les opportunités qui se présentaient à vous? Quel regard portez-vous sur votre parcours d excellence et le fait d être devenu l une des personnages clé du marché financier régional ouest-africain? Je n ai rien pré-défini. C est une carrière totalement opportuniste. Je dirais que le lien entre les différentes positions de ma carrière est la curiosité qui me poussait à tenter de nouvelles aventures dans des métiers connexes. A la Chase, je faisais surtout du «correspondant banking» j y suis resté 2 années. J ai ensuite passé 13 ans à la Citibank en «corporate banking» puis dans les financements structurés et la syndication bancaire. Ensuite, j ai été invité par la Banque Centrale des Etats d Afrique de l Ouest à piloter, en tant que membre du Comité Technique, le démarrage de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). J ai été un moment tenté d en prendre la Direction mais j ai préféré assouvir mon désir d indépendance et d entreprenariat en créant CGF Bourse, une des 22 Sociétés de Gestion et d Intermédiation

9 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 9 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? (SGI) de l Afrique de l Ouest, dont la plupart sont des filiales de banques comme Société Générale, Ecobank ou BNP Paribas. En tant que nouveau PCA de la BRVM, quelles sont vos missions et vos responsabilités? Quelles sont les qualités inhérentes d un PCA? A la BRVM, en étroite collaboration avec le Directeur Général, je fais du développement pour l ensemble de la profession en me basant simplement sur ce qui se fait dans les pays plus développés que nous et sur notre estimation du taux d absorption à l innovation du marché régional ouest africain. (...) avant de devenir «patron» les jeunes cadres auront à maitriser des taches, un métier, une carrière. A partir de là, J encourage tous les jeunes diplômés à choisir une «voie», à l apprendre, avec toute la patience et la persévérance qu il faut, et à exceller dans un métier. Que la jeune personne aie fait ou non des études poussées, ce n est pas le plus important. Ce qui compte, c est de maitriser un savoir ou une technique et essayer d en devenir le meilleur pratiquant. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes pour leur permettre de devenir les dirigeants de demain? La maîtrise d un savoir et «l approche métier» sont-ils la clé d une brillante réussite? Vous avez réalisé toute votre carrière dans la Finance de marché (Chase Manhattan Bank, Citibank, BRVM). Aviez-vous un plan prédéfini ou avez-vous su saisir les opportunités qui se présentaient à vous? Force est de constater que l on devient très rarement chef d entreprise au sortir de l école. Il se trouve que l enseignement du Management est assez généraliste puisqu il vous met en position de prendre des décisions de direction générale au sein de l entreprise. Or, avant de devenir «patron» les jeunes cadres auront à maitriser des taches, un métier, une carrière. A partir de là, J encourage tous les jeunes diplômés à choisir une «voie», à l apprendre, avec toute la patience et la persévérance qu il faut, et à exceller dans un métier. Que la jeune personne aie fait ou non des études poussées, ce n est pas le plus important. Ce qui compte, c est de maitriser un savoir ou une technique et essayer d en devenir le meilleur pratiquant.

10 10 AmCham News LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Les avantages liés à un tel choix sont nombreux. On pourrait retenir entre autres : - Le renforcement de la structure financière de l entreprise : L opération d introduction en bourse permet à l entreprise de capter des ressources longues à travers l ouverture de son capital au public et de renforcer ses fonds propres. Cette sollicitation de l épargne publique permet à la société d assurer une diversification de ses sources de financement. - L amélioration et le renforcement de la gouvernance de l entreprise : L obligation de diffusion d informations financières fiables et de qualité contribue à l amélioration et au renforcement de la gouvernance de l entreprise. - La valorisation permanente de l entreprise : La cotation détermine en permanence la valeur marchande de l entreprise. La valeur marchande intéresse en premier lieu, les actionnaires initiaux qui chercheraient à se désengager en faveur d un ou plusieurs nouveaux actionnaires. Elle est également utile lors des augmentations/réductions de capital. Les mécanismes de fonctionnement du Marché Financier Régional (MRF) de l UEMOA. Monsieur EDOH KOSSI AMENOUNVE Directeur Général BRVM (BOURSE RÉGIONALE DES VALEURS MOBILÈRES) - Une Meilleure visibilité de l entreprise : La visibilité qu offre la bourse aux sociétés cotées accroit l intérêt des investisseurs pour des financements directs. (...) les avantages liés à un tel choix sont nombreux...les bourses ont un effet catalyseur pour les Fonds d investissement qui privilégient leur sortie par une offre au marché. Cet attrait des Fonds de Private Equity pour les marchés constitue un atout majeur pour le financement des entreprises dans une économie. La levée des fonds sur le marché revient beaucoup moins chère qu un emprunt à la banque. Les bourses ont un effet catalyseur pour les Fonds d investissement qui privilégient leur sortie par une offre au marché. Cet attrait des Fonds de Private Equity pour les marchés constitue un atout majeur pour le financement des entreprises dans une économie. La levée des fonds sur le marché revient beaucoup moins chère qu un emprunt à la banque. Les entreprises éligibles sur le marché financier Les critères d admission dans les deux compartiments actuels du marché des actions de la BRVM varient selon qu elles appartiennent au 1 er ou au 2 nd compartiment, en dehors de quelques points relatifs au profil de l entreprise (Société Anonyme), à l opération d introduction (Appel Public à l Epargne) et à l obligation de l animation du marché qui sont communs aux deux compartiments. Pour être éligible au 1 er compartiment, toute

11 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 11 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? entreprise doit présenter une capitalisation boursière minimale de 500 millions de FCFA, avoir une marge net sur chiffre d affaires de 3% sur chacune des trois dernières années, diffuser au moins 20% de son capital dans le public et présenter 5 années de comptes certifiés. Ces conditions diffèrent sensiblement du 2 nd compartiment. En effet, pour être éligible sur ce 2 ème compartiment, l entreprise doit présenter une capitalisation d au moins 200 millions de FCFA, diffuser 20% de son capital dans le public dans un délai de deux ans ou 15% en cas d augmentation du capital et présenter 2 années de comptes certifiés. Il n y a aucune limite pour la marge nette sur chiffre d affaires. La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières travaille actuellement à l ouverture d un troisième compartiment dédié aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et aux entreprises à fort potentiel de croissance. Notre zone économique est fortement dominée par la présence de PME qui ont besoin d être accompagnées dans leur expansion. Ce nouveau compartiment leur permettra d accéder au financement par le marché à des conditions beaucoup plus souples que sur les deux compartiments actuels de la BRVM. Conditions exigées par les investisseurs Ce qui attire les investisseurs sur un marché, ce sont essentiellement son attractivité et sa liquidité. Fonctionnement le Marché Financier Régional (MFR) de l UEMOA Les missions statutaires en rapport avec le MFR sont de contribution à la mobilisation de l épargne intérieure et à l animation du marché financier régional. L organisation institutionnelle du MFR permet de distinguer les structures centrales, les intervenants commerciaux et divers autres Acteurs du Marché: Les structures centrales (CREPMF, BRVM, DC BR) Le Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) est le régulateur du MFR. Il est investi d une mission générale de protection de l épargne investie en valeurs mobilières, produits financiers négociables en bourse et en tout autre placement donnant lieu à une sollicitation de l épargne de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). A ce titre, il est seul habilité à : - réglementer et à autoriser les opérations du marché ; - formuler le cas échéant, un veto sur l introduction des sociétés à la cote de la Bourse Régional des Valeurs Mobilières (BRVM) ; - habiliter et contrôler l ensemble des structures privées du marché, notamment la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), le Dépositaire Central / Banque Centrale (DC/BR), les intervenants commerciaux (SGI, les SGP, les Conseils en Valeurs Mobilières, les Apporteurs d Affaires, les Démarcheurs) et les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières. (...) Les critères d admission dans les deux compartiments actuels du marché des actions de la BRVM varient selon qu elles appartiennent au 1 er ou au 2 nd compartiment, en dehors de quelques points relatifs au profil de l entreprise (Société Anonyme), à l opération d introduction (Appel Public à l Epargne) et à l obligation de l animation du marché qui sont communs aux deux compartiments. Pour la réalisation des objectifs liés à sa mission, le Conseil Régional dispose des pouvoirs réglementaires, décisionnels, de contrôle, d enquête et de sanctions. La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) est une Institution Financière Spécialisée constituée sous forme de Société Anonyme dotée d une mission de service public communautaire avec une représentation dans chaque pays de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Elle est chargée d organiser et d assurer la bonne fin des transactions sur les valeurs mobilières et d en informer le public. Pour ce faire, elle accomplit les missions suivantes : - L organisation du marché ; - La cotation et la négociation des valeurs mobilières ; - La publication des cours et des informations boursières ; - La promotion et le développement du marché des valeurs mobilières. Le Dépositaire Central/Banque de Règlement est chargé de la conservation et de la circulation des valeurs mobilières aussi bien pour le compte des émetteurs que des intermédiaires financiers agréés par le CREPMF. Il fait office de banque de règlement et peut détenir des encaisses des négociateurs. Il assure, entre autres, les missions suivantes : - La centralisation de la conservation des comptes courants des valeurs mobilières pour ses adhérents ; - Le règlement et la livraison des opérations de bourse ; - La mise en action du Fonds de Garantie en cas de défaillance d un opérateur. Les intervenants commerciaux Les Sociétés de Gestion et d'intermédiation (SGI) sont les principaux animateurs du marché, elles bénéficient de l exclusivité de la négociation des valeurs mobilières cotées à la BRVM et assurent en grande partie la conservation des titres, pour le compte de leurs clients. Elles sont constituées en sociétés anonymes ayant le statut d établissement financier.

12 AmCham News 12 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Les Sociétés de Gestion de Patrimoine (SGP) sont des personnes morales qui, par le biais de placements et négociations en bourse effectués par les Sociétés de Gestion et d'intermédiation (SGI), interviennent de manière discrétionnaire dans la gestion des titres qui leur sont confiés sur la base d un mandat de gestion établi avec leurs clients. Ces sociétés ne doivent pas détenir les titres et/ou les fonds de leurs clients. La gestion collective des valeurs mobilières s effectue au niveau des Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM), regroupés en Sociétés d Investissement à Capital Variable (SICAV), en Fonds Communs de Placement (FCP) ou toute autre forme d organisme de placement collectif en valeurs mobilières agréé par le Conseil Régional. Un OPCVM est un organisme financier qui collecte l'épargne des agents économiques en émettant des actions ou des parts. L'épargne ainsi collectée est utilisée pour constituer un portefeuille de valeurs mobilières. L'Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) canalise ainsi cette épargne vers le financement des entreprises, participant par ce biais au développement des économies nationales. Les banques de l Union sont habilitées à exercer les activités de teneurs de compte et de compensateurs pour le compte des clients. Elles sont soumises, dans le cadre de ces activités au contrôle du Conseil Régional. (...) La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières travaille actuellement à l ouverture d un troisième compartiment dédié aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et aux entreprises à fort potentiel de croissance. Notre zone économique est fortement dominée par la présence de PME qui ont besoin d être accompagnées dans leur expansion. Ce nouveau compartiment leur permettra d accéder au financement par le marché à des conditions beaucoup plus souples que sur les deux compartiments actuels de la BRVM. Autres Acteurs du Marché Parmi les autres Acteurs du marché, nous avons : Les Apporteurs d Affaires Les démarcheurs Les Conseils en Investissements Boursiers; Les Apporteurs d Affaires sont des personnes physiques ou morales qui transmettent les ordres de leurs clients aux Sociétés de Gestion et d'intermédiation (SGI) et/ou qui mettent en relation leurs clients avec les SGI ou les Sociétés de Gestion de Patrimoine (SGP), pour l ouverture d un compte de titres et pour les conseils en placements ou la gestion sous mandat. Ils sont habilités par le Conseil Régional. Les démarcheurs ont pour métier de faire des offres de service ou de donner des conseils, de façon habituelle, en vue de susciter la souscription, l achat, l échange, la vente de valeurs mobilières ou, la participation à des opérations sur ces valeurs. Ils sont habilités par le Conseil Régional. Les Conseils en Investissements Boursiers sont des personnes physiques ou morales, ils ont pour rôle d orienter le choix de leurs clients sans se substituer à eux quant à leurs décisions finales. Ils sont habilités par le Conseil Régional. Révolution dans la levée de fonds sur le marché de la BRVM? La compétitivité du MFR s est renforcée avec l instauration de la notation au détriment de la garantie à première demande qui devient une exception, la baisse des coûts de tous les acteurs et le passage à la cotation en continu. Les performances et les opportunités de placements offertes Performances: - Évolution des indices de la BRVM De 2009 au 31 décembre 2013, les indices de la BRVM ont connu une évolution remarquable. Ainsi, l indice BRVM 10 est passé de 143,6 à 246,34 et l indice BRVM Composite de 132,05 à 232,02. - Evolution de la Capitalisation De 2009 au 31 décembre 2013, la Capitalisation boursière du marché des actions est passée de 2808 milliards de FCFA à 5633 milliards. Cette capitalisation a passé le cap des 6000 milliards le 29 janvier Sur la même période, la capitalisation boursière du marché des obligations est passée de 515 milliards FCFA à 1073 milliards ; soit le double. - La valeur des transactions Après une baisse en 2011, en raison de la crise politico-militaire en Côte d Ivoire, la valeur des transactions sur le marché a connu une forte croissance, atteignant 193,49 milliards FCFA au 31 décembre Opportunités de placements En 2013: - 20 Entreprises cotées ont eu plus de 100 milliards de capitalisation boursière ; - 9 entreprises ont un PER (Price Earning Ratio) inférieur à 12, ce qui est signe d un potentiel de croissance élevé.

13 coté émetteur avec une page de tombstones

14 AmCham News 14 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? La bourse à travers ses deux compartiments : marché des obligations et marché des actions permet aux entreprises et collectivités publiques de financer leurs projets de croissance. En cela elle constitue une source de financement alternative et complémentaire au financement bancaire. Une introduction à la bourse améliore aussi la visibilité et la notoriété de l entreprise. Le Conseil Régional de l Épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) joue le rôle du régulateur des marchés au niveau de l Union Économique et Monétaire Ouest Africaine, et a pour mission de protéger et d informer les investisseurs. Il veille à la transparence des marchés et a un pouvoir de sanction en cas d infraction (délit d initié, manipulations des cours etc.). (...) Une contribution majeure du Groupe Ecobank sur le marché régional, a été le lancement en 2006 de la première et seule cotation multiple d actions. Il s agit des actions de Ecobank Transnational Incorporated (ETI) introduites sur les trois places boursières de l Afrique de l Ouest : le Ghana Stock Exchange (GSE), le Nigeria Stock Exchange (NSE) et la Bourse Régionale des valeurs Mobilières (BRVM). La BRVM, la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de la zone UEMOA, instruit et prononce l admission des sociétés en bourse. Elle est le lieu de cotation des valeurs à travers un système central de cotation, facilite les négociations et favorise la diffusion de l information (gage de transparence du marché). Le Dépositaire Central /Banque de Règlement (DC/BR), assure les services de règlement-livraison des titres, il fait office de banque de règlement donc détient des encaisses des négociateurs et actionne le fonds de garantie en cas de défaillance d un adhérent. La Bourse une alternative au financement des Entreprises Monsieur YVES COFFI QUAM-DESSOU, Directeur Général ECOBANK SENEGAL Les intervenants commerciaux sont essentiellement constitués des Sociétés de Gestion et d Intermédiation, Société de Gestion de Patrimoine, les Sociétés de Gestion d OPCVM, les Apporteurs d Affaires, les Teneurs de compte et conservateurs etc. Pour accompagner les investisseurs, les Etats, et les sociétés dans leurs projets de financement le groupe Ecobank a créé deux structures : - Ecobank Development Corporation à travers sa filiale EDC Investment Corporation propose une grande variété de solutions de financemen aux entreprises et aux gouvernements en les conseillant dans la structuration des outils de financementnécessaires à leur croissance.

15 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 15 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? - Ecobank Asset Management (EAM) est une société de gestion de portefeuille pour les investisseurs et les institutions. EAM gère aujourd hui des fonds diversifiés avec plus de 70 millions de dollars US de fonds sous gestion. Une contribution majeure du Groupe Ecobank sur le marché régional, a été le lancement en 2006 de la première et seule cotation multiple d actions. Il s agit des actions de Ecobank Transnational Incorporated (ETI) introduites sur les trois places boursières de l Afrique de l Ouest : le Ghana Stock Exchange (GSE), le Nigeria Stock Exchange (NSE) et la Bourse Régionale des valeurs Mobilières (BRVM). La cotation multiple avait vocation à générer la flexibilité financière nécessaire aux futurs besoins en capitaux du Groupe. L atteinte de cet objectif est parfaitement illustrée par la levée de fonds par ETI sur ces trois places boursières en (...) Les actions d Ecobank restent aujourd hui les titres les plus actifs en termes de volume au niveau de la BRVM. Avec un PER de 6 en 2013, les actions de ETI sont en tête en termes de potentiel de croissance des 20 premières sociétés par PER et deuxièmes en capitalisation boursière des Top 20 de la BRVM. Les actions d Ecobank restent aujourd hui les titres les plus actifs en termes de volume au niveau de la BRVM. Avec un PER de 6 en 2013, les actions de ETI sont en tête en termes de potentiel de croissance des 20 premières sociétés par PER et deuxièmes en capitalisation boursière des Top 20 de la BRVM. Quant aux investisseurs, ils cherchent avant tout des placements à rendement supérieur et à forte incitation fiscale par rapport aux placements classiques sous forme de dépôt à terme auprès des banques. Constitués essentiellement d institutionnels, ces derniers ont généralement une obligation réglementaire, contractuelle ou statutaire de faire fructifier leur fonds afin de pouvoir verser lorsque requis, des indemnités, dans le cas des compagnies d'assurance, dans le cas des fonds de pension les retraites à leurs souscripteurs. Ils veulent surtout être assurés de retrouver la liquidité de leurs avoirs en titres en cas de besoin en vendant leurs valeurs mobilières. D où la nécessité d un marché liquide. Ainsi, pour faciliter les décisions d investissement, les investisseurs ont besoin des analyses pertinentes souvent effectuées par des agences de notation. Le rating ou la notation reflète la perception de la probabilité avec laquelle le service des intérêts d un emprunt et son remboursement seront correctement effectués. En d autres termes, plus le rating sera favorable et plus le taux d intérêt à offrir sera bas. (...) Les progrès et performances récents de la BRVM constituent un encouragement certain pour le développement du marché financier sousrégional. Toutefois il devient impératif de dynamiser davantage ce marché afin d en tirer les bénéfices sensés soutenir le développement de nos entreprises et de nos économies. (...) il convient certainement de s interroger sur l opportunité d une vulgarisation plus poussée du fonctionnement de la BRVM. La prise en compte de la nécessité d une évolution des approches micro-économiques des comportements des intervenants ainsi que les effets d une fiscalité incitative pour les opérations en bourse demeurent des zones d exploration pour avoir un marché financier dynamique et efficace. L on considère, la plupart du temps que les meilleures signatures sont celles des gouvernements des pays développés, suivies par celles des banques et des entreprises. L existence d un rating confère une référence indépendante, synthétique et normalisée qui permet aux investisseurs de faire des comparaisons aisées et prendre des décisions rapides. Les progrès et performances récents de la BRVM constituent un encouragement certain pour le développement du marché financier sous-régional. Toutefois il devient impératif de dynamiser davantage ce marché afin d en tirer les bénéfices sensés soutenir le développement de nos entreprises et de nos économies. Pour cela il convient certainement de s interroger sur l opportunité d une vulgarisation plus poussée du fonctionnement de la BRVM. La prise en compte de la nécessité d une évolution des approches micro-économiques des comportements des intervenants ainsi que les effets d une fiscalité incitative pour les opérations en bourse demeurent des zones d exploration pour avoir un marché financier dynamique et efficace.

16 AmCham News 16 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Rôles des sociétés de gestion et d intermédiation dans le financement des entreprises et des Etats Madame MARIE ODILE SENE KANTOUSSAN Directeur Général CGF BOURSE Un des rôles essentiels d une société de gestion et d intermédiation c est la structuration des opérations de levée de fonds des entreprises et des Etats. Ces derniers sont les Emetteurs du marché financier. L accompagnement de la SGI se situe à plusieurs niveaux. Il s agit tout d abord de jouer son rôle de Conseil financier en vue de fixer les conditions d émission de l opération notamment le prix d émission, le taux (cas d emprunt), la périodicité de paiement des revenus, les mécanismes de sécurité de l opération voire même la garantie de l opération. (...) Depuis la création du marché financier, CGF a permis à l Etat du Sénégal de lever plus de 250 milliards de Fcfa par appel public à l épargne. Nous avons structuré plusieurs opérations d envergure pour des entreprises publiques, privées, et institutions financières. Dans une seconde phase, la SGI va piloter le placement des titres émis auprès des investisseurs selon le mode d émission par placement privé ou par appel public à l épargne. C est cette phase qui permet de faire l intermédiation entre les épargnants et les Emetteurs. Cette étape est suivie de l enregistrement des titres pour permettre aux souscripteurs de bénéficier de leurs actifs autant au niveau des revenus que la liquidité par des opérations de remboursement de l Emetteur et de cessions. (...) Nous œuvrons également pour l ouverture de capital des entreprises en amenant davantage d entreprises à la bourse (...)Ces introductions en bourse permettront aux entreprises de renforcer leur crédibilité et d accéder aux moyens de financement de manière plus optimale. Depuis la création du marché financier, CGF a permis à l Etat du Sénégal de lever plus de 250 milliards de Fcfa par appel public à l épargne. Nous avons structuré plusieurs opérations d envergure pour des entreprises publiques, privées, et Institutions financières. Toutes ces opérations ont reçus auparavant l agrément du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), l organe de régulation de notre marché financier. Nous œuvrons également pour l ouverture de capital des entreprises en amenant davantage d entreprises à la bourse. Ces

17 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 17 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? opérations de cession ou d augmentation de capital permettront à l entreprise d instaurer une politique de transparence, d avoir une plus grande notoriété, d élargir son tour de table et surtout de se valoriser au quotidien. Ces introductions en bourse permettront aux entreprises de renforcer leur crédibilité et d accéder aux moyens de financement de manière plus optimale. (...) Notre marché est très suivi au niveau international, ce qui nous amène à tenir compte des exigences de ces investisseurs qui sont pour la plupart des fonds d investissement. Nous avons fait le choix en 2005 de faire certifier nos activités pour davantage répondre au niveau de rigueur requis par notre métier. (...) Le passage à la cotation en continu depuis septembre 2013 a rehaussé le niveau de notre bourse et nous travaillons activement sur le projet dénommé «Fix gateway» permettant à nos clients de passer des ordres en ligne. Madame Kantoussan, avez-vous une stratégie pour amener les investisseurs étrangers à investir dans les titres cotées à la BRVM? Notre marché est très suivi au niveau international, ce qui nous amène à tenir compte des exigences de ces investisseurs qui sont pour la plupart des fonds d investissement. Nous avons fait le choix en 2005 de faire certifier nos activités pour davantage répondre au niveau de rigueur requis par notre métier. Ainsi, la périodicité de nos publications a été renforcée pour leur apporter l information à temps dans un délai optimal. Les sociétés cotées font également l objet de notes de recherche pointues permettant de présenter l analyse financière de la société, l analyse risque, l étude concurrentielle et notre avis sur ces valeurs cotées. Le passage à la cotation en continu depuis septembre 2013 a rehaussé le niveau de notre bourse et nous travaillons activement sur le projet dénommé «Fix gateway» permettant à nos clients de passer des ordres en ligne. invitées à renforcer la périodicité de publications de leurs états financiers intermédiaires (semestriels, trimestriels) dans les délais permettant une exploitation pertinente par les analystes financiers. (...) Depuis 2012, CGF Bourse a ouvert sa première agence commerciale rendant le front office plus accessible avec une volonté d en faire un guichet unique de services financiers. (...) Nous encourageons fortement les banques à renseigner leurs clients notamment lors des appels publics à l épargne en vue de vulgariser davantage les valeurs mobilières comme véhicule de placement. On dit souvent que l Afrique de l Ouest a un déficit de culture boursière, à votre avis comment y pallier? Ce déficit de culture boursière se résorbe au fil des ans grâce à un investissement permanent nous permettant de nous rapprocher du grand public. Des ateliers sont régulièrement organisés en vue d informer les investisseurs et instaurer une réelle volonté d épargne investie en valeurs mobilières. Depuis 2012, CGF Bourse a ouvert sa première agence commerciale rendant le front office plus accessible avec une volonté d en faire un guichet unique de services financiers. L agence commerciale permet de bénéficier d opérations sur le marché financier (actions, obligations, FCP), de service de guichet bancaire à travers un partenariat avec une banque de la place, de transfert d argent (y compris le règlement de factures autorisées). Ainsi, le client qui se présente à notre agence intègre la dimension de marché des capitaux où tous les services sont complémentaires. Nous avons des publications régulières destinées au grand public, sans aucune facturation, les rendant accessibles à tous. Chaque année, nous organisons des journées portes ouvertes très médiatisées afin de renseigner davantage sur les opportunités offertes par notre marché. Cette démarche de sensibilisation se poursuit à travers plusieurs véhicules de communication de plus en plus innovants. Nous encourageons fortement les banques à renseigner leurs clients notamment lors des appels publics à l épargne en vue de vulgariser davantage les valeurs mobilières comme véhicule de placement. L effort supplémentaire est de renforcer la liquidité du marché en encourageant les entreprises cotées à procéder au fractionnement de leur titre, les rendant ainsi plus accessibles à un plus grand nombre d actionnaires. Les entreprises cotées sont également

18 AmCham News 18 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? Mme DIOP vous dirigez la société de gestion de patrimoine CGF GESTION pouvez-vous nous décrire en quoi consiste votre cœur de métier? Notre métier consiste à proposer des solutions de gestion de l épargne des personnes physiques et morales dans un cadre collectif. Ce dernier permet de mutualiser les frais et d offrir aux épargnants un environnement professionnel de gestion de leur épargne à des coûts extrêmement bas. Le professionnalisme qu apporte CGF GESTION est le garant d une gestion des placements dans un cadre réglementaire et technique rigoureux. (...) que chaque sénégalais puisse faire de l épargne est un élément important du développement de notre pays. Tous les grands pays se sont d abord développés à partir de leur capacité à se financer en grande partie à partir de l épargne intérieure. Le véhicule le plus couramment utilisé est le fonds commun de placement (FCP). Un fonds commun de placement est simplement un fonds d investissement qui collecte l épargne pour l investir sur les marchés financiers. Pourquoi investir son argent dans un fonds commun de placement doit être une démarche d épargne à intégrer dans nos habitudes et que doit considérer l épargnant pour mieux orienter son épargne dans vos produits? Investir son argent dans un fonds commun de placement doit être une démarche d épargne à intégrer dans nos habitues... Madame ASTOU DIOP Directeur Général CGF-GESTION Pour nous, que chaque sénégalais puisse faire de l épargne est un élément important du développement de notre pays. Tous les grands pays se sont d abord développés à partir de leur capacité à se financer en grande partie à partir de l épargne intérieure. Il faut que l argent «tourne» comme on dit et que les ménages sénégalais quelque soit le niveau de leur revenu, puisse acquérir le réflexe d en garder une partie, modeste ou pas, car sur la durée, le temps est l ami de l épargne. Garder une partie de ses revenus permet également de respecter l avenir en ayant la capacité de faire face aux aléas de notre vie moderne. Il faut que les sénégalais soient plus prévoyants et je pense qu ils le sont de plus en plus. (...) Garder une partie de ses revenus permet également de respecter l avenir en ayant la capacité de faire face aux aléas de notre vie moderne. Il faut que les sénégalais soient plus prévoyants et je pense qu ils le sont de plus en plus.

19 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE AmCham News 19 Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? (...) Il faut que l argent «tourne» comme on dit et que les ménages sénégalais quelque soit le niveau de leur revenu, puisse acquérir le réflexe d en garder une partie, modeste ou pas, car sur la durée, le temps est l ami de l épargne. Ceci est d autant plus facile que maintenant, ils peuvent disposer auprès d intermédiaires, comme CGF GESTION, agrées dans un marché règlementé, d outils, tels que les fonds communs de placement, leur permettant de rentabiliser cette épargne. Epargner via un fonds commun de placement est la manière la plus simple, la moins couteuse et la plus rentable de gérer son épargne. (...) Epargner via un fonds commun de placement est la manière la plus simple, la moins couteuse et la plus rentable de gérer son épargne. Nos fonds ont pu faire des rendements supérieurs de loin à 10% à la fin de l année 2013 et il n y a aucun frais à payer pour y accéder. Les fonds communs de placement sont des outils flexibles taillés de façon à répondre aux différents besoins. De manière générale, tout épargnant doit d abord se poser des questions sur la durée de son épargne, sur la nécessité de diversifier car «ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier» est la règle d or et, sur l assurance de confier son épargne à des professionnels agrées et reconnus. Avez-vous des solutions pour aider les épargnants à préparer leur retraite ou les projets de leurs enfants? Je pense qu aujourd hui ce sont les besoins les plus couramment exprimés par les sénégalais, en dehors bien sûr du projet immobilier. Oui, nous proposons des solutions pour épargner dans le temps en vue de financer différents projets tels que la retraite, les études des enfants et d autres encore (...) Notre principal objectif est de permettre à l épargnant de rentabiliser son épargne et d en retirer des bénéfices à la fin de la période d épargne. Notre principal objectif est de permettre à l épargnant de rentabiliser son épargne et d en retirer des bénéfices à la fin de la période d épargne. (...) Les fonds communs de placement sont des outils flexibles taillés de façon à répondre aux différents besoins. De manière générale, tout épargnant doit d abord se poser des questions sur la durée de son épargne, sur la nécessité de diversifier car «ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier» est la règle d or.. Il doit également savoir dans quel but il épargne et quels sont les produits qui conviennent le mieux à son tempérament. C est pour répondre à ces questions qu à CGF GESTION, nos fonds permettent cette diversification et sont adaptés à différentes durées de placement. Nos conseillers financiers attachent également beaucoup d importance aux besoins exprimés et aux objectifs de l épargnant.

20 AmCham News 20 LE MARCHE FINANCIER ET LA BOURSE Que peut gagner une entreprise à se faire coter en bourse ou emprunter via le marché? L Afrique peut, elle-même, contribuer pour 70% au financement de son décollage économique. Monsieur FABIEN PAQUET Senior Director Corportates WEST AFRICAN RATING AGENCY Petit regard rétrospectif. Tout commence aux Etats-Unis d Amérique, au début du 20 ème siècle, moment de grande expansion, et plus exactement en Les chantiers de chemins de fer fleurissent. Le marché financier bat son plein et les possibilités d enrichissement et de croissance du nouveau monde s annoncent sans fin. Peu avant 1896, Charles Dow, fondateur d une agence de presse avec Edward Jones, publie le premier indice des valeurs industrielles construit à partir d une liste de douze titres (Dow Jones - un seul, General Electric, fait toujours partie). La liste sera portée à vingt en 1916 et à trente en «Le célèbre indice boursier est ainsi né», indique Fabien, «C est dans ce contexte qu un journaliste du nom de John Moody, régulièrement, écrit des papiers focalisant sur la capacité des entreprises de chemins de fer à tenir leurs engagements. Ainsi naquit la notation (financière). Il créât, Moody s investors Service en 1900, et commence à noter les émissions obligataires des compagnies de chemin de fer en 1909 avec pour but, apprécier la capacité de l émetteur d un emprunt à honorer ses engagements, c est-à-dire à rembourser en temps et en heure, et à respecter les échéances de paiements des intérêts.» (...) Selon les Nations Unies, l Afrique a transféré vers les marchés financiers occidentaux, pas moins de 187 milliards de dollars US entre 1976 et Soit au bas mot, milliards de FCFA! (...) faute de trouver des opportunités sur le continent ont préféré la sécurité sur les marchés mieux organisés. Depuis la crise de 1929, les chocs pétroliers, les crises boursières, la globalisation et l intégration croissante des marchés financiers, l expansion des dernières années de la fin de ce siècle, et plus récemment, l émergence de nouveaux marchés financiers et les scandales boursiers à rebondissements inédits dans l histoire des marchés financiers, l impératif de la protection des investisseurs est devenu l actualité. Et depuis les années 1980, le rating ou notation a pris de l ampleur, parce que le besoin graduel d information s est fortement développé chez les investisseurs au cours des trente dernières années. Faire la notation financière, c est bien, mais qui accepte la note que l agence donne? Là se pose la question de la crédibilité de la note, tributaires de la méthodologie de l agence, de la qualité de ses équipes, de son management, de l indépendance de son actionnariat qui sont toutes deux primordiales sur le marché financier. Donc, l équipe composant l agence doit être constituée d experts référencés et forcément exigeants qui donnent pas dans la complaisance. Il faut un code pratique professionnel et des procédures analytiques et de gestion des conflits d intérêts robustes et convaincants.

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 BR\/M - DC/BR Jean Paul GILLET Directeur Général Directeur Général ;: Jean-Paul Gillet Abidjan, janvier 2007

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) Douala, le 29 octobre 2009

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA Présenté par Mame Marie Sow SAKHO SEMINAIRE CONSUMAF 4,5 et 6 décembre 2006 1 SOMMAIRE CONTEXTE MARCHE DES TITRES PUBLICS : OBJECTIFS VISES LES DIFFERENTS TITRES

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 2013 I- Historique La CRRH-UEMOA est l un des fruits de la coopération engagée en 2005 par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers

Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers Union Monétaire Ouest Africaine ----------------------- Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers SYNTHESE DES TRAVAUX DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Tarification. Mise à jour du 1 er juillet 2010

Tarification. Mise à jour du 1 er juillet 2010 BRVM - DC / BR Bourse Régionale des Valeurs Mobilières Afrique de l Ouest Dépositaire Central Banque de Règlement Afrique de l Ouest Mise à jour du 1 er juillet 2010 Objet de la mise à jour La mise à jour

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières. 16 septembre 1998 16 septembre 2013. 15 ans au service des économies de l UEMOA

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières. 16 septembre 1998 16 septembre 2013. 15 ans au service des économies de l UEMOA COTATION EN CONTINU NOTE TECHNIQUE A L ATTENTION DES INVESTISSEURS ET DU GRAND PUBLIC Bourse Régionale des Valeurs Mobilières 16 septembre 1998 16 septembre 2013 15 ans au service des économies de l UEMOA

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE Principaux axes De développement et modernisation Du Marché Financier en Algérie présenté par Monsieur ismail Noureddine, président de la COSOB PRINCIPALES REALISATIONS

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

LES ECHOS DE LA BOURSE

LES ECHOS DE LA BOURSE LES ECHOS DE LA BOURSE Newsletter N 041(25 au 29/07/2011) Dans ce numéro : Evolution graphique des indices 25 au 29 Juillet 2011 Evolution des indices au cours de la période BILAN DE LA SEMAINE AGENDA

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine.

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. Et pour la réalisation de ses rêves. Avoir un but, c est bien.

Plus en détail

I. CONTEXTE. 1.1. Fondement de l homologation

I. CONTEXTE. 1.1. Fondement de l homologation Union Monétaire Ouest Africaine -------------------------------- Consultation de place Du 1 er au 31 juillet 2009 Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers NOTE DE PRESENTATION DU

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

La Bourse finance votre développement!

La Bourse finance votre développement! La Bourse finance votre développement! Escale régionale des Managers - Rabat 16 avril 2014 Casablanca, Un marché régulé permettant de financer les entreprises notamment les PME 1 Plus de 80 ansd histoirede

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Site Web: www.douala-stock-exchange.com SEANCE DU 07 FEVRIER 2014 COTATION ELECTRONIQUE 17/01/14 20/01/14 22/01/14 24/01/14 C O U R S 27/01/14

Site Web: www.douala-stock-exchange.com SEANCE DU 07 FEVRIER 2014 COTATION ELECTRONIQUE 17/01/14 20/01/14 22/01/14 24/01/14 C O U R S 27/01/14 BULLETIN OFFICIEL DE LA COTE Douala Stock Exchange Société Anonyme avec Conseil d'administration au capital social de 1 740 500 000 FCFA Immeuble de la Bourse, B.P. 442 Douala, Cameroun RC n 027 967 C.C.M110

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

ENTREPRENEURS & RÉGIONS

ENTREPRENEURS & RÉGIONS FIP ENTREPRENEURS & RÉGIONS N 9 FIP ENTREPRENEURS & RÉGIONS N 9 ILE-DE-FRANCE - BOURGOGNE - RHÔNE-ALPES PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Société de gestion agréée AIFM et AMF par l Autorité des Marchés Financiers

Plus en détail

ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS

ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS Le Marché Obligataire de l UEMOA : évolution et perspectives Edoh Kossi AMENOUNVE, Ph.D. Secrétaire Général Conseil Régional de l Epargne

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015 PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE Abidjan le 26 novembre 2015 RHF ABidjan le 26 novembre 2015 1 PLAN I. LA CRRH-UEMOA : OPÉRATIONNELLES TRENTE NEUF MOIS D ACTIVITÉS II.

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*?

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? Épargne Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? AXA Double Garantie 5 Votre capital net investi est garanti à l échéance* en cas de baisse des marchés

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie -Alger 25 avril 2013- PLAN Les étapes d évolution du marché

Plus en détail

Marché financier et Processus d introduction en Bourse

Marché financier et Processus d introduction en Bourse Marché financier et Processus d introduction en Bourse Centre des Jeunes Dirigeants d entreprises de Sfax 04 juin 2013 Fadhel ABDELKEFI Tunisie Valeurs Plan Présentation du marché financier tunisien Bourse

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA)

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Abidjan - Capitale économique de la Côte d Ivoire Initiative pour le Secteur Privé ISP La jeunesse africaine : La promesse d un avenir meilleur...

Plus en détail

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006)

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006) 1 QUI SOMMES NOUS? La Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraites, plus connue sous le nom de C.I.M.R., est une Association à but non lucratif. Elle a été créée en 1949, par des chefs d entreprises

Plus en détail

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Présentation : Banque Régionale de Marchés (BRM) Assemblée Générale Annuelle FANAF Février 2011, Dakar LA BRM EN QUELQUES MOTS Première banque

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

FIP AUDACIA - APA. Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ

FIP AUDACIA - APA. Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ FIP AUDACIA - APA A D O U R - P Y R É N É E S - A Q U I TA I N E FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale En partenariat avec la

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement.

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Du 04 au 15 Mai 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Report du lancement de la plateforme T2S. Agrément de 10 CCP

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

La Bourse finance votre développement!

La Bourse finance votre développement! La Bourse finance votre développement! La Bourse, c est quoi? Pourquoi aller en Bourse? Comment y arriver? D autres l ont fait 1 Un marché organisé et réglementé Trading / Intermédiation 17 sociétés de

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne?

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Banque Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Gestion Sous Mandat en OPCVM L expertise d AXA en gestion d actifs Une gestion clé en main Une information régulière et détaillée

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires Libreville février f 2008 Présent senté par Férid El Kobbi Membre Permanent au collège Du Conseil du Marché Financier TUNISIE I. Le marché de

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent GUIDE INVESTISSEURS Donnez du sens à votre argent Happy Capital vous propose d investir via sa plateforme de crowdequity. Le but de ce guide est de vous présenter la méthode Happy Capital et le processus

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif en capital des startups ou de toute autre entreprise n existait nulle part dans le monde. 2 hommes décidèrent de réinventer l économie et créèrent

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette Pour bâtir votre avenir financier Groupe Lavoie Bergeron Racette Notre équipe Martin Lavoie, B.A.A Conseiller en placement et directeur de succursale Compte une quinzaine d années dans le domaine du placement

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES INNOVER LA FINANCE A VOS COTES SOMMAIRE QUI SOMMES NOUS? NOS VALEURS MODELE ET STRATEGIE D ENTREPRISE POSITIONNEMENT ET AVANTAGE STRATEGIQUE NOS DOMAINES D EXPERTISE QUI SOMMES NOUS? CIRA FINANCE est un

Plus en détail