Étudiants à l université: Une bulle d air pour les Facultés de médecine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étudiants à l université: Une bulle d air pour les Facultés de médecine"

Transcription

1 N er novembre 2010 RUBRIQUE QSous- Rubrque LaQunzane Bmensuel de la communauté unverstare de l'ucl Étudants à l unversté: Gel des drots d nscrpton jusqu en , gratuté du mnerval pour les étudants boursers et mse en lgne des supports de cours. Ce sont tros des mesures du décret «démocratsaton de l ensegnement supéreur» d applcaton depus la rentrée. L occason pour La Qunzane de s ntéresser au coût d une année d étude. Lre en page 3 qu fnance? Ne parat pas en janver et en jullet-août. Adresse d'expédton: Place de l'unversté, Louvan-la-Neuve. - Bureau de dépôt: Masspost Wavre, P Jacky Delorme 2 n Arrêt sur mage n Événement: le Bg Bang. Et après? 3 n Coût des études: qu fnance? n Syllabus en lgne: ou mas 4 n L évaluaton: tout un programme! n Croser demandes et réponses pour le ben-être de l étudant 5 n Ensemble pour nformer les rhétorcens n Plates-formes sous la loupe 6 n Repères n Dans le pré des unverstés 7 n Mchel Gevers: «Notre rôle: fnancer la recherche crtque» n Henr Smonart: «Pour être un bon ensegnant, l faut amer le méter» 8 n Mn-portrat: Bruno Coppens, ambassadeur de Louvan développement n Agenda UCLouvan Une bulle d ar pour les Facultés de médecne Sute à l appel des unverstés, le mnstre de l Ensegnement supéreur, Jean- Claude Marcourt, a débloqué un budget de 3 mllons d euros «destné à assurer un melleur encadrement (de 50 à 60 temps plen) dans les facultés» en scences de la santé. Cette mesure concerne les 5 facultés qu organsent le premer cycle en médecne, les 3 qu organsent le 1 er cycle en scences dentares et celle qu organse le 2 e cycle en médecne vétérnare. «Une pette vctore pour les étudants en médecne!», s est réjou l Assemblée générale des étudants de Louvan (AGL) dans un communqué. Cela fat pluseurs années que le nombre d étudants ne cesse de croître dans ce secteur (de 400 étudants en 2005, ls sont aujourd hu en premère année de médecne à l UCL). Après avor dédoublé les cours, certans ont été trplés. Comment le secteur santé réagt-l face à ces changements? Nous y revendrons dans un prochan numéro de La Qunzane. A.T. Le Festval de Wallone à l unversté Le lund 8 novembre, le «Classcs Student Tour» du Festval de Wallone fera arrêt à la Ferme du Béreau. À 20h30, un concert gratut sera proposé à tous les étudants: le Volon populare en Wallone, un voyage à travers les mélodes populares wallonnes et européennes assuré par Luc Plartz et son ensemble (volon, cornemuse, accordéon ). Le concert sera précédé de tros atelers qu mettront en rapport culture et entreprse (geston culturelle, esprt d entreprendre ). Les atelers sont gratuts et ouverts à tous sur nscrpton auprès d UCL-Culture Événement annuel du Festval de Wallone, le «Classcs Student Tour» a eu leu aux FUCaM et à l ULg, et se rendra ensute aux FUNDP. La clôture aura leu le 6 décembre à l Aula Magna, qu accuellera un concert nterunverstare avec l OSEL. L OSEL à l Opéra explorera les grands ars, chœurs et duos d opéras talens, anglas, allemands Un groupe de jazz manouche et un band de cornemuses assureront l ambance pendant le drnk qu suvra le concert. F.G. La Qunzane Ben vu Il n'y a que les snges qu recopent bêtement... Cette année encore, l UCL a relancé l opératon de sensblsaton au plagat. Pour amener les étudants à réfléchr sur les rsques du plagat dans leur parcours unverstare, le snge et la jeune flle ont qutté les affches de la campagne et ont nterpellé les étudants dans la rue. Ils se sont promenés à Louvan-la-Neuve et à Woluwe en dstrbuant des bcs et en dscutant avec les étudants. 1 La Qunzane n 327

2 Événement Dans les carto(o)ns de Vnce Les co u r s en l g n e... Arrêt sur mage Le Bg Bang. Et après? 2 La Qunzane n 327 Euro Space Center Le Burroughts E101, premer ordnateur ntrodut par Georges Lemaître à l unversté, est exposé à Transnne. Lre en page 3 La Qunzane/Woluwe Marc Schmtz (GRIP) Cln.unv.St-Luc/H.Depasse Été 67 fat salle comble à Woluwe Mard 5 octobre. Le groupe Été 67 lance avec entran la nouvelle sason des Mds en musque au Centre œcuménque à Woluwe. L ambance est chaleureuse et les mélodes aux accents rock et folk sédusent un publc nombreux et enthousaste. En plene tournée pour la sorte de leur nouvel album, les muscens légeos ont réservé leur premer concert aux étudants de l UCL. Le spectacle est organsé dans le cadre des Mds en musque (www.mdsmusque.be) qu proposent, sur le temps de md, une sére de concerts très varés à un prx démocratque (gratut pour les détenteurs de la Carte culture). Espors de pax au Proche-Orent Mercred 13 octobre. Ils sont nombreux à répondre à l'nvtaton du Groupe de recherche et d'nformaton sur la pax et la sécurté (GRIP). 130 personnes assstent aux débats autour de la présentaton du lvre des Prs Amne At-Chaalal, Bchara Khader (photo, à drote) et Claude Roosens, Proche-Orent. Entre espors de pax et réaltés de guerre. Organsée avec le concours de Baudoun Loos, journalste au Sor, et de Franços- Xaver de Donnea, mnstre d'état, la dscusson se déroule dans une ambance serene, en présence de nombreux dplomates étrangers. Une réusste sur un sujet qu déchaîne habtuellement les passons. Comproms à la belge Mercred 13 octobre. Pour son nauguraton, qu débute par une conférence-débat, l Insttut de scences poltques Louvan-Europe (ISPOLE) fat nteragr le publc: les partcpants sont nvtés à se prononcer, par le bas d un vote, sur un thème plus que jamas d actualté: la Belgque et ses comproms sont-ls un (ant-)modèle pour l Europe? Béatrce Delvaux, rédactrce en chef du Sor, anme cette rencontre avec tros témons prvlégés de la ve poltque belge et européenne: Etenne Davgnon, Olver Deleuze et Paul Magnette. Le lendeman, quatre atelers, couvrant chacun un axe de recherche de l nsttut, déclnent le thème du colloque. S y rencontrent des jeunes chercheurs de l Académe Louvan, d nsttutons partenares comme l Unversté catholque de Llle et l Unversté de Luxembourg, et des chercheurs confrmés venus de dfférents pays européens. Insprez, exprez Jeud 14 octobre. À l occason de la journée mondale de la sprométre, le Servce de pneumologe des Clnques unverstares Sant-Luc propose au publc un test du souffle gratut. La sprométre est une méthode smple, ndolore et fable, qu permet de mesurer la capacté pulmonare d une personne. L objectf est de dagnostquer deux malades respratores chronques très fréquentes: la bronchopneumopathe chronque obstructve (BPCO) lée au tabagsme de longue date et l asthme. Un dépstage précoce peut prévenr une attente plus mportante des poumons et amélorer la qualté de ve. Georges Lemaître, père de la théore du Bg Bang, fat l objet d une exposton qu présente, entre autres, les débuts de l expanson de l Unvers. Le sujet ntéresse toujours les chercheurs: une équpe de l UCL a récemment découvert une partcule qu a joué un rôle crucal dans la formaton de l Unvers. M ettre l astrophyscen Georges Lemaître en scène, dans son pays, c est le but de l exposton qu se tent en ce moment à l Euro Space Center de Transnne. Georges Lemaître, père de la théore du Bg Bang, fut professeur à l UCL dès les années vngt. Ses écrts scentfques mas auss ses lettres, son bureau et d autres effets personnels consttuent aujourd hu les Archves Georges Lemaître, conservées à Louvanla-Neuve et sur lesquelles s appue l exposton. «Nous sommes souvent sollctés par l étranger, dt Llane Moens, collaboratrce bénévole aux Archves. Mas je voulas auss fare connaître nos rchesses et ce scentfque chez nous. J a donc lancé un appel auquel a répondu le drecteur de l Euro Space Center, Jean-Marcel Thomas, en lu dédcaçant son exposton annuelle.» Rche de ces archves, l exposton fat entrer le vsteur à la fos dans l ntmté du scentfque, qu a eu l dée révolutonnare de l expanson de l Unvers, mas auss dans l ntmté de l homme qu l état. On y entend, par exemple, l extrat sonore d un de ses cours mas on côtoe auss l écoler, le soldat et l homme d Églse. L exposton est ludque et éducatve avec des quz, des jeux, la maquette d un satellte ou encore le premer ordnateur ntrodut par Lemaître à l unversté. APRÈS LE BIG BANG? Georges Lemaître est le premer à avor postulé que l Unvers état en expanson. Idée qu, au fl du temps, a donné nassance à la célèbre théore du Bg Bang. Aujourd hu, les orgnes de l Unvers recèlent encore des secrets, sur lesquels travallent des scentfques de l UCL. Le Pr Chrstophe Rngeval, avec des cher- cheurs japonas dont son collègue et post doctorant à l UCL Teruak Suyama, vent de fare à ce propos une découverte d mportance. Pour la premère fos, ls ont assocé deux phases d accélératon de l évoluton de l Unvers. Deux phases? Explcaton: après le Bg Bang, l Unvers a connu une ère d nflaton, sot une expanson accélérée responsable de la nassance des galaxes. Cette expanson est entrée, ensute, en phase de décélératon. Mas, l y a une dzane d années, à la surprse des scentfques, les observatons ont montré qu elle s état à nouveau accélérée. L équpe du Pr Rngeval du Centre for Cosmology, Partcle Physcs and Phenomenology (CP3) vent de développer un modèle théorque qu fat le len entre la phase d nflaton prmordale et cette phase d accélératon récente. UNE NOUVELLE PARTICULE «Nous pensons qu l exste une nouvelle partcule scalare de très fable masse, explque le Pr Rngeval. Ce type de partcule aurat été excté pendant la phase d nflaton prmordale. Elle est ensute restée sous-domnante pendant les phases suvantes de développement de l Unvers, pour fnalement ndure la phase tardve d accélératon.» Ce modèle permet auss de prédre la température de la phase d nflaton prmordale, une donnée nconnue à ce jour. «Nos calculs nous amènent à une échelle d énerge de quelques Tera-Electronvolt, contnue-t-l, qu est exactement celle attente dans les expérences de l accélérateur de partcules (LHC) pour comprendre l évoluton de la matère. La phase d nflaton prmordale a donc pu se passer à une température qu correspond à celle à laquelle on s attend à vor apparaître de nouvelles partcules!» En somme, ls vennent d éclarcr l une des phases de l après Bg Bang. Restera encore à tester ce nouveau modèle théorque. Françose Rondeau Le Bg Bang et Georges Lemaître, jusqu en jun 2011 à l Euro Space Center de Transnne,

3 Les étudants en scences exactes ou médcales sont davantage subsdés par la Communauté françase, notamment en rason de l équpement nécessare à leurs études. EN UNE Coût des études: Jacky Delorme qu fnance? Gel des drots d nscrpton pour tous les étudants jusqu en , gratuté du mnerval pour les étudants boursers et mse en lgne des supports de cours. Ce sont tros des mesures du décret «démocratsaton de l ensegnement supéreur» adopté par la Communauté françase en jullet derner. Ces mesures sont d applcaton depus la rentrée. L occason pour La Qunzane de s ntéresser notamment au coût d une année d études. Le coût d une nscrpton Dans les unverstés de la Communauté françase : c est le montant maxmum que peuvent demander les unverstés. Toutes se sont accordées au CREF pour demander ce montant. 0 : montant maxmum pour les étudants boursers² (contre 112 auparavant) 374 est le montant ntermédare, payé par les étudants ne pouvant obtenr une bourse d étude mas dont les revenus (ou ceux de leurs parents) ne dépassent pas de l ordre de le plafond établ pour obtenr la bourse. Dans les hautes écoles de la Communauté françase entre 175 et de 239 à 357 de fras complémentares lés aux flères et varables selon les hautes écoles. 0 : montant maxmum pour les étudants boursers. 374 : montant ntermédare. Dans les unverstés en Communauté flamande 564 : montant maxmum autorsé 80 : montant maxmum pour les étudants boursers 376 : montant ntermédare 1. Coût pour une nscrpton prncpale à l unversté. 2. Les «boursers» sont les étudants qu bénéfcent d une allocaton d études de la Communauté françase. Syllabus en lgne: ou mas Que devennent les drots d nscrpton des étudants? Pour 2009, les drots d nscrpton perçus par l UCL s élevaent à À côté de cela, la Communauté françase (CF) verse un subsde aux unverstés, qu état, pour l UCL, de 163 mllons d euros en Ce subsde est lé au nombre d étudants fnançables accuells par l unversté et est foncton du type d études poursuv par chaque étudant et des équpements nécessares à sa formaton. Ans, l s étend de +/ pour un étudant en scences humanes à +/ pour un étudant en scences médcales ou scences exactes. Mas subsdes et drots d nscrpton ne sont pas affectés de la même manère dans le budget. Les subsdes de la CF sont totalement ntégrés au budget ordnare (BO) de l UCL: la majorté des dépenses est destnée aux fras de fonctonnement de l ensegnement et de la recherche (y comprs et surtout des fras de personnel). Alors que les montants ssus des drots d nscrpton sont ajoutés au patrmone non affecté, le PNA. «Les subsdes de la CF sont extrêmement réglementés, explque Xaver Boffé, drecteur du plannng et contrôle budgétare de l UCL. Étant donné que les drots d nscrpton n émanent pas drectement de l État, les unverstés ont le drot de les affecter de la manère qu elles souhatent.» Outre le subsde que la CF attrbue aux unverstés (subsde qu, pour rappel, provent d une enveloppe fermée réparte entre les unverstés francophones), elle dstrbue un subsde socal ( en 2009 pour l UCL, sot envron 250 /étudant). Il almente le budget socal de l unversté et dot être exclusvement attrbué à des dépenses lées au logement, à l ade socale et aux restaurants unverstares. Et Xaver Boffé de précser: «Lorsque le budget socal est en défct, c est dans le PNA que l on va puser Et par conséquent dans les drots d nscrpton. Dans un certan sens, chaque étudant partcpe au fnancement d nfrastructures qu servent à tous.» Jule Claus Chez nos vosns On le vot: des dfférences exstent dans le montant des drots d nscrpton entre les unverstés et les hautes écoles mas auss entre le Nord et le Sud du pays. Mas ces dspartés ne sont ren s l on compare la Belgque à ses vosns drects comme la France ou la Grande-Bretagne. En France, selon que l on étude dans une unversté d État ou prvée, le mnerval peut aller de 200 à euros, vore plus pour les grandes écoles. Enfn, le système unverstare anglo-saxon est beaucoup plus onéreux pour l étudant (jusqu à plus de ), même s l octro de bourses d études y est autrement plus développé que chez nous. J. Cl. Le coût d une année d étude Étuder à l unversté comporte une sére de montants ncompressbles: drots d nscrpton lvres et syllab, évalués à /an (varable en foncton du type d études) logement: le loyer d un kot UCL s élève à envron 260 /mos pendant 10 mos. Un kot prvé revent à envron 350 /mos pendant 12 mos. transports ve quotdenne (nourrture, losrs ) La bourse ne couvre pas tout À l UCL, le Servce d ade aux étudants soutent les étudants dont la bourse ne sufft pas à fnancer leurs études. Il ntervent auss, de manère ponctuelle, quand un étudant est face à une dffculté passagère. Cependant, l ade socale n ntervent pas pour les fras de la ve quotdenne. Comme l ndque Mchel Taverne, drecteur de l Admnstraton des affares étudantes, «l faut pouvor manger, que l on sot étudant ou non.» Il rappelle que les parents contnuent de percevor des allocatons famlales pour les enfants qu étudent, tout comme le nombre de personnes à charge au sen d un foyer ntervent dans le calcul des réductons de l mpôt. À noter qu à l occason de la table-ronde sur l ensegnement supéreur organsée par le mnstre Marcourt, les partcpants ont souhaté réévaluer les crtères d octro des allocatons d étude: ceux-c favorsent actuellement, va le système de calcul utlsé, des étudants qu ne sont pas forcément dans le beson (les revenus mmoblers, par exemple, ne sont pas suffsamment prs en compte). Souhat qu n a pas trouvé écho pour l nstant J. Cl. Décret Marcourt oblge, les professeurs de bac 1 dovent mettre en lgne leurs supports de cours oblgatores. La mesure soulève pourtant pluseurs questons Pett aperçu. M ettre à dsposton, en lgne, les supports de cours oblgatores. C est une des mesures du décret «démocratsaton de l ensegnement supéreur» soums par le mnstre Jean- Claude Marcourt au Parlement de la Communauté françase en jullet derner. Adopté, le décret a été ms en œuvre à la rentrée. Pour les supports de cours, seuls les bacs 1 sont concernés cette année; les autres années et cycles suvront. À l UCL, on n est pas part de ren. L IPM (Insttut de pédagoge unverstare et des multmédas) a fat le compte: sur 463 cours de premer bac 83% prennent déjà appu sur une plate-forme technologque, sot Campus (la plus utlsée: 312 cours), sot Moodle (72 cours). Il n empêche: la mse en lgne générale des supports de cours pose pluseurs questons. 1.Support de cours et syllabus: du parel au même? S on magne le «syllabus» comme le réct exhaustf du cours, le terme «support de cours» permet une nterprétaton plus large. «Le support de cours peut prendre des formes varées: ade-mémore, portefeulle de lecture, manuel d auto-apprentssage, syllabus à trous, explque Françose Docq, consellère à l IPM. Il comprend l nformaton de base, correcte et précse, dont l étudant à beson.» Autre précson: le décret prescrt de dffuser en lgne les supports de cours défns comme «oblgatores». Les responsables des commssons de programme ont été nvtés à en dresser la lste. 2.Le syllabus en lgne, les étudants vendront-ls encore au cours? Depus toujours, certans professeurs cragnent de vor leurs audtores désertés. «Tout se joue dans l artculaton entre le cours et son support, poursut Françose Docq. Des études montrent que les notes de l étudant ne suffsent pas pour avor une nformaton correcte et vérfée. Mas les notes restent essentelles à l apprentssage.» 3.Faut-l avor peur du plagat? À l UCL, les supports de cours sont dffusés en lgne va Campus ou Moodle. Par défaut, ces deux plates-formes sont prvées: les documents sont accessbles unquement aux étudants qu sont nscrts au cours. «Le Web n est pas un leu de non drot», dt Isabelle Motte, elle auss consellère à l IPM, qu rappelle qu l exste, depus la rentrée, une charte d utlsaton d Campus qu contextualse la légslaton 1. Jacky Delorme 4. Et qu en est-l des drots d auteurs?«la rédacton du texte du décret à ce propos est mparfate», soulève Isabelle Durant, vce-doyenne de la Faculté de drot. Le décret stpule que la dffuson en lgne dot se fare «sans préjudce du respect des dspostons relatves Cela coûtera plus cher à l étudant d mprmer ses syllab par lu-même. aux drots d auteurs». Cela toucherat, par exemple, les manuels publés par des édteurs prvés mas est-ce à dre qu un syllabus dffusé lbrement n est pas soums aux drots d auteur? La queston reste entère. 5. L mpresson n est-elle pas plus chère pour un partculer? Effectvement, s l étudant mprme ses syllab lumême, le coût sera 3 à 4 fos plus élevé qu en passant par un servce de reprographe. À l UCL, Campus propose, dans ses fonctonnaltés, un servce d mpresson (6prnt): l étudant passe sa commande, qu est ensute dsponble à la DUC. «On encourage les professeurs à contnuer à déposer leurs cours dans les servces d mpresson exstants», explque l IPM. Alce Thelen 1. Accessble sur harte_campus.html. 3 La Qunzane n 327

4 PÉDAGOGIE L évaluaton: tout un programme! L évaluaton des ensegnements, le processus entre dans les habtudes. Mas une tendance se dégage dans les facultés: l évaluaton de programmes. La Cellule «évaluaton» de l ADEF les y ade. Ce qu est (ou pas) apprécé par les étudants La cellule évaluaton rassemble pett à pett ses résultats. Il lu faudra du temps pour développer une banque de données complète mas, en attendant, elle ponte déjà quelques grandes tendances: Envron 70% des étudants se dsent satsfats de la qualté de l ensegnement et de l encadrement à l UCL. Un peu plus de 80% sont généralement satsfats des compétences et connassances acquses. Plus de 80% consdèrent que leur envronnement est propce à un traval de qualté (c est le facteur le plus apprécé). Par contre, la répartton de la charge de traval consttue, dans la majorté des cas, un pont d achoppement relevé par les étudants (seul facteur sous les 50%), de même que la cohérence nterne du programme (57%). É valuer les ensegnements et les cours. Il y a une trentane d années, cela pouvat encore fare «trembler». Aujourd hu et à la sute de Bologne le processus est devenu famler. À la fn de chaque quadrmestre, les cours peuvent être évalués par les étudants. Une pérode «chaude» pour les facultés et pour la Cellule «évaluaton» de l Admnstraton de l ensegnement et de la formaton (ADEF) qu les soutent dans leur démarche. La créaton de cette cellule a été offcalsée en jun derner. Chapeautée par Chrstne Jacqmot, ce servce et le mot «servce» est mportant, soulgne-telle compte des consellers et des nformatcens, qu gèrent notamment le logcel Evasys. C est avec ce logcel, développé au départ pour les unverstés allemandes, que l UCL réalse ses évaluatons: les enquêtes sont soumses aux étudants sur paper ou va le Web. «Les questonnares recuellent les perceptons des étudants sur base d tems standards», explque Chrstne Jacqmot. Les réponses sont anonymes. «On ouble trop souvent que notre pont de vue n est pas celu de l étudant, explque Tana Van Hemelryck, vce-doyenne de la Faculté de phlosophe, arts et lettres (FIAL) que nous avons nterrogée sur son expérence. Le questonnare standard nous sert de boîte à outls, adaptée en foncton de nos besons.» CE QUI EST PERÇU PAR LES ÉTUDIANTS Le servce «évaluaton» produt actuellement enquêtes par an (contre 600, l y a 3 ans). «Nous ntervenons à la demande des facultés, poursut sa responsable. Ce sont elles qu plotent. N servce de polce, n d nspecton, nous venons en appu à la qualté des formatons.» Dans cette optque, l évaluaton nterne précède souvent la venue de l AEQES, l agence d évaluaton de la qualté de la Communauté françase. Et de poursuvre: «Les enquêtes ne sont pas l évaluaton.» L évaluaton vent de l analyse qu en est fate. «On recuelle les enquêtes, on produt des résultats statstques envoyés aux facultés, qu organsent le feedback aux étudants et aux professeurs.» Pour des besons plus spécfques, la cellule travalle auss avec l IPM (Insttut de pédagoge unverstare et des multmédas). Jacky Delorme LA TENDANCE EST AU PROGRAMME En général, les avs des étudants sont postfs (lre encadré c-dessus). «Mas sur la dmenson programme, on pourrat progresser», poursut Chrstne Jacqmot. L approche programme est une des tendances qu se dégage des évaluatons actuelles. Répartton des charges de traval, équlbre entre les quadrmestres, len entre les cours, fnaltés un programme est ben plus que la somme des cours qu le composent. Papers (ou électronques), les questonnares d évaluaton recuellent la percepton des étudants sur leur programme de cours. «Avant, les évaluatons étaent assez fastdeuses, explque Tana Van Hemelryck. On évaluat quas chaque cours, chaque année, mas on en retrat peu. Aujourd hu, chaque fac peut évaluer ses programmes en foncton des questons qu elle se pose.» Récemment, FIAL a évalué le master en scences et technologes de l nformaton et de la communcaton. L évaluaton a notamment montré qu l exstat peu de lens entre les étudants qu fréquentent ce master orpheln (c est-àdre qu n est pas lé à un bac). «Les étudants ne se sentaent pas appartenr à un groupe. Cela montre que les perceptons récoltées se stuent tant au nveau de la matère que du vécu des étudants. L évaluaton permet de fare daloguer ces deux acteurs de l ensegnement le professeur et l étudant qu ne parlent pas toujours la même langue.» Alce Thelen Évaluaton en drect-lve Cela fat pluseurs années que la Faculté de médecne utlse des boters pour prendre, en drect, le pouls de ses audtores. Le prncpe ressemble à celu d un jeu télévsé: les étudants reçovent un boter à leur entrée dans l audtore. Celu-c leur permet de répondre en drect aux questons qu s affchent sur grand écran. Les résultats peuvent être annoncés drectement, sous forme de graphque par exemple. «Ce système nous permet d effectuer de rapdes sondages auprès des étudants, explque André Geubel, doyen de la Faculté. Pour tester les connassances des étudants à la fn d un cours, par exemple, ou encore pour connatre le taux de satsfacton après les stages.» Très content du système, le doyen précse qu l ne se substtue pas aux méthodes d évaluaton plus foullées. L achat de ces boters avat été fnancé au départ par un FDP (Fonds de développement pédagogque). Le matérel est, à l occason, loué à d autres facultés. A.T. Croser demandes et réponses pour le ben-être de l étudant 4 La Qunzane n 327 Problèmes d orentaton, personnels ou famlaux les demandes des étudants au personnel facultare dépassent parfos le cadre académque. Une enquête menée dans deux facultés montre toute l mportance de s outller face à ces demandes. Et une formaton a été proposée à toutes les catégores de personnel. L orsqu on est professeur, assstant ou membre du personnel admnstratf, l est fréquent de répondre aux demandes d nformatons d étudants. Mas parfos, ceux-c déboulent avec des questons qu sont plutôt d ordre personnel. En charge de l accuel des baccalauréats à la Faculté des scences, Nathale Mcha a été confrontée à ce type de sollctatons. «Problèmes d orentaton ou pour accrocher à la matère vue en audtore, stuatons personnelles ou famlales dffcles dans tous ces cas, l faut pouvor ben réagr et les orenter vers les servces compétents», explque-t-elle. C est dans ce but à la fos de meux outller les membres du personnel et de fare connaître, auprès des étudants, les relas ms à leur dsposton- qu une expérence plote a été menée au sen des facultés de scences et de drot. «Nous avons réalsé une enquête qualtatve auprès des dfférentes catégores de personnel des deux facultés plotes,explque Roger De Ketele, psychologue au Servce d ade aux étudants. Les questons tournaent autour des thématques telles qu est-ce qu un étudant qu va ben?, quels facteurs explcatfs permettent de comprendre telle ou telle atttude?, comment réagssezvous lorsque vous êtes nterpellé par un étudant qu va mal?, etc.» Le projet a été ms sur ped par un groupe comprenant des membres du Servce d ade, du Centre de gudance et d Unvers Santé, entre autres, afn d évaluer cette queston. Il s est consttué dès 2005 à l ntatve du vce-recteur aux Affares étudantes sortant, Xaver Renders, nterpellé par les questons lées à la santé mentale des étudants. S ARRÊTER UNE JOURNÉE À la sute de l enquête, Françose Voglare et Guy De Beusscher (Servce d ade aux étudants) ont proposé une premère formaton, en 2009, aux membres des deux facultés. Elle état notamment axée sur la communcaton non-volente et sur le souhat du personnel d être meux outllé face à un étudant qu va mal. Une douzane de personnes (académque, scentfque et admnstratf) l ont suve. «C est très postf, comme démarche, note Roger De Ketele. Malgré la charge de traval, ces personnes ont prs la pene de s arrêter une journée et de s nterroger, notamment, sur leur acton et ses lmtes.» Vu l évaluaton postve des partcpants, cette acton, élarge au personnel de l EPL, a pu être recondute cette année. Nathale Mcha: «Je pense qu l est mportant d aller au-devant des questons des étudants.» Nathale Mcha y a partcpé: «Personnellement, j en tre des éléments que je peux mettre en pratque dans mon traval quotden.» Et pour ceux qu, comme elle, sont en premère lgne face aux demandes des étudants, ces outls sont préceux. «Je pense qu l est mportant d être proactf dans nos contacts avec les étudants, d aller au-devant des questons.» Ans, pour les étudants en scences, elle a créé la «page du bacheler», qu recense le maxmum d nformatons susceptbles d aguller les étudants de baccalauréat: horares de cours, règlements, personnes ressources et même une rubrque «sus à la rumeur!». Elle velle auss à fare connaître des projets tels le Kotangente, un kot-à-projet dont l objectf est de donner un coup de man à ceux/celles qu en ont beson en maths, en physque et en nformatque, ou encore les atelers du blocus, qu se dérouleront fn novembre, à l ntatve d Unvers Santé, du Servce d ade et du Supportkot. «L essentel est de ne pas lasser les étudants sans réponse, conclut Nathale Mcha. Et c est plus facle à fare lorsqu on travalle en réseau.» Jule Claus

5 EN DIRECT DE LA FUSION Ensemble pour nformer les rhétorcens Le CIO, accompagné d nformateurs de toutes les facultés, sllonne la Wallone cet automne pour nformer les rhétorcens. Des sorées régonales auxquelles sont assocés les partenares de l UCLouvan et les hautes écoles. F are le bon chox C est ce qu attend beaucoup de rhétorcens qu, dès cet automne, s nterrogent sur leur avenr. Les sorées régonales du Centre d nformaton et d orentaton (CIO) ont pour but de les y ader. De Bruxelles à Vrton, en passant par Nvelles, Lège, Charlero, Floreffe, Tourna, Enghen, les nformateurs du CIO sllonnent les écoles de Wallone. La rencontre est l ntérêt de ce type des sorées, tant avec d autres étudants qu avec des professeurs ou assstants de l orentaton pressente par le rhétorcen. Ces nformateurs vennent de l UCL mas pas seulement: professeurs, assstants des quatre unverstés de l Académe Louvan présentent côte à côte leurs programmes de cours. Dans certanes flères, l n y a d alleurs que quelques représentants, capables d explquer les programmes que proposent les 4 unverstés. Depus tros ans, Jean-Claude Guyot, coordnateur pédagogque en communcaton (COMU), partcpe à ces sorées avec des collègues de Namur, de Mons Chffres Le chffre: C est le nombre de Cartes culture qu ont achetées les étudants au 15 octobre Accessble à tous les étudants de l'académe Louvan et du Pôle Louvan (notamment les hautes écoles sses sur les stes de Louvan-la-Neuve et de Woluwe), la Carte culture ne dément pas son succès de l'an derner. Pour rappel, cette carte procure aux étudants des avantages auprès d une centane de partenares culturels réparts largement en Communauté françase (de Bruxelles à Namur en passant par Tourna, Charlero, Mons et Louvan-la-Neuve). Son objectf est de donner aux étudants la possblté d'être cureux, culturellement parlant, à des prx les plus démocratques possbles. et de St-Lous. «Les uns et les autres vennent en foncton de la régon où se déroule la sorée, explque-t-l. Cela nous fat fare des économes de temps car on ne partcpe plus systématquement à toutes les sorées. Nous apprenons à connaître les programmes des autres, sur lesquels nous donnons des nformatons. C est une occason de se rencontrer, même s souvent on se connaît déjà.» Autre atout d une présentaton conjonte des programmes: «On parle meux de l artculaton entre le bac et le master, notamment aux parents», poursut-l. Dans son domane, la communcaton, St-Lous et Namur organsent exclusvement le 1 er cycle tands que les FUCaM Fl RSS proposent des bacs mas auss un master, en communcaton des entreprses, nsttutons et assocatons. Le CIO n avat pas attendu la fuson pour nvter les unverstés de l Académe à ses sorées: «Un accord a été passé, l y a de nombreuses années, pour permettre aux FUSL de co-anmer les carrefours, explque Olver Renders, qu coordonne les sorées régonales. Plus récemment, un accord smlare a été passé avec les FUCaM et les FUNDP.» Quelle flère? Quelle unversté? Ce ne sont en réalté pas les seules questons que se posent les rhétorcens. Études unverstares ou pas, type long ou type court en sont d autres. Pour cette rason, les hautes écoles de la régon concernée sont auss assocées à ces sorées. «Le rhétorcen peut ans meux sasr les dfférences entre les types d ensegnement, poursut Olver Renders. Dans la perspectve d une plus grande synerge entre hautes écoles et unverstés (passerelles, harmonsaton européenne...), la partcpaton à des actvtés communes d nformaton prend tout son sens.» Alce Thelen Documents fondateurs. Le 13 septembre, le Groupe stratégque a approuvé les documents fondateurs de l'uclouvan qu comptent notamment la vson et la charte, le règlement organque et le règlement ordnare, le processus d'évaluaton à m-parcours et le rapport du groupe de traval «facultés ntégrées multstes». Ils ont été présentés, le 24 septembre, aux membres des nstances décsonnelles, aux doyens, aux présdents d nsttut, aux représentants des quatre corps et aux membres des Consels d entreprse des quatre unverstés. Ils sont à présent sur la table des organes décsonnels des quatre unverstés et dsponbles sous la rubrque «fuson» du portal, onglet «actualtés» (après dentfcaton). Calendrer de la fuson. Cet automne est crucal pour l'uclouvan. Rappel des dates-charnères: 6 octobre: réactons des doyens, des présdents d'nsttut et des corps sur les documents fondateurs. 15 octobre: réunon conjonte des Consels d'entreprse qu ont donné un avs sur ces documents 20 octobre: envo des documents aux nstances décsonnelles, à savor le Consel d admnstraton des FUCaM, l Assemblée générale des FUNDP, le Consel d admnstraton des FUSL et les Consels d admnstraton et académque de l UCL et premer passage devant ces nstances, en novembre. Décembre: deuxème passage devant les nstances décsonnelles et vote: le 13 décembre pour les FUSL et les FUCaM, le 15 décembre à l UCL et, enfn, le 17 décembre aux FUNDP. C est avec ses partenares que se présente l UCL aux rhétorcens. Plates-formes sous la loupe Méthodes et logcels de statstque à la portée de tous Dans de nombreuses dscplnes, les scentfques et d autres utlsent des méthodes statstques. Mas ce n est pas toujours leur spécalté. Une nouvelle plateforme technologque, nommée SMCS pour Support en méthodologe et calcul statstque, se met à leur servce. «La cellule SMCS a été créée dès 2007 par l'insttut de statstque, explque Bernadette Govaerts, la responsable. Sute au plan de développement, elle a été reconverte en plate-forme début 2010, au sen de l'insttut de recherche ntersectorel IMMAQ. Cela a renforcé les collaboratons nterdscplnares et augmenté sa vsblté.» L équpe propose des consels ans que des formatons et met à dsposton des serveurs et logcels de calcul. Les utlsateurs sont surtout des chercheurs, mas pas seulement: l'admnstraton y recourt également ans que les membres de l'académe Louvan et des clents externes. Les domanes couverts Welcome au pays des télécoms et de l électronque! Une des plates-formes technologques de l UCL s est dotée d un nom accuellant: sous le vocable WELCOME, elle regroupe, au sen de l Insttut ICTEAM, une sére d équpements de mesures ayant trat à l électronque et aux communcatons. Elle sera naugurée le 25 novembre. «Auparavant, nos apparels étaent dspersés dans dfférentes untés ou laboratores, explque Isabelle Huynen, sa porte-parole académque. La plate-forme s étend aujourd hu sur envron 300 mètres carrés.» La vsblté des recherches s en trouve renforcée: cela permet de mener des projets de A à Z en un seul endrot et de trer part d une masse crtque, désormas unque en Wallone d équpements et expertses pour obtenr des fnancements. Autre atout: le côté modulable des équpements. Ils peuvent être assocés les uns aux autres en vue de répondre aux besons des chercheurs. Enfn, l nterdscplnarté: les utlsateurs Carte d dentté L équpe de la plate-forme SMCS. sont varés: bostatstque, psychométre, statstque ndustrelle S le servce est ndvdualsé, les spécalstes vsent surtout à former les utlsateurs, en vue de les rendre autonomes. «Et contrbuer ans à la qualté de la recherche réalsée à l UCL», conclut la responsable. F.R. Nom: Plate-forme de support en méthodologe et calcul statstque Localsaton: Louvan-la-Neuve, voe du Roman Pays Talle: 4 consultants et 1 responsable épaulés par des académques, scentfques et le personnel admnstratf de l Insttut de statstque, bostatstque et scences actuarelles (ISBA). couvrent pluseurs domanes de recherche tels que les télécommuncatons, le secteur bomédcal, l aéronautque et aérospatal, l électronque, la scence des matéraux, etc. Ce sont à la fos des chercheurs, des étudants, mas auss des externes, spnoffs et entreprses belges et nternatonales, qu ont accès aux équpements de ponte de cette plateforme. A.T. stes-test.uclouvan.be/welcome/ Carte d dentté Nom: Plate-forme WELCOME, Wallona Electroncs and Communcatons Measurements Localsaton: Louvan-la-Neuve, bâtment Maxwell Talle: 20 académques, plus de 100 chercheurs, 2 PAT. La chambre anéchoïque: blndée et non réfléchssante, elle permet, par exemple, de mesurer les sgnaux éms par GSM. 5 La Qunzane n 327

6 REPÈRES 6 La Qunzane n 327 Dans le pré des unverstés Chaque mos, La Qunzane propose une sélecton d actualtés qu concernent les unverstés belges et étrangères, trées de la revue de presse. INSCRIPTIONS EN FRANCE. Le Monde annonce 1,6% d'étudants en plus dans les unverstés françases. Malgré la dmnuton du nombre de bachelers (-1,3%), les effectfs d'étudants nscrts à l'unversté sont en hausse. Une remontée entamée en 2009, après tros ans de basse. FINANCEMENT. Les unverstés brtannques devraent suvre le modèle amércan, dt le recteur de l Imperal College London, avec un système d ensegnement stratfé (des unverstés centrées sur le premer cycle et d autres sur les cycles supéreurs et la recherche). Il a auss exhorté le gouvernement brtannque à lever le plafond sur les fras de scolarté. CAMPUS VERT À LYON. Le campus LyonTech veut devenr une référence mondale en matère de technologes propres: geston de l'éclarage publc avec des laboratores du ste, valorsaton du transport doux, geston durable de l eau, aménagement d un écoquarter Le coût du projet est évalué à 300 mllons d'euros. DÉMOCRATISATION. Le Monde révèle les résultats d une étude sur l entrée des boursers dans les grandes écoles françases. Les boursers ont en moyenne deux ponts de mons que les autres aux résultats du bac. La classe préparatore achevée, la dfférence n est plus que d un pont. «CORPORATE UNIVERSITY». La socété flamande Inno.com, spécalsée dans les servces nformatques, a été reconnue comme «unversté» par le gouvernement flamand. Elle pourra organser un master, avec des cours donnés par des consultants d'inno.com et des professeurs d unverstés flamandes. Il s agrat de la 1 ère «corporate unversty» du Benelux, pratque répandue dans le monde anglo-saxon. SORTI DE PRESSE. Refonder l unversté. Pourquo l ensegnement supéreur reste à construre. C est le ttre du lvre que sortent les «refondateurs». Quelques membres de ce groupe analysent le mouvement unverstare franças de 2009, né sute à la lo sur l autonome des unverstés. RÉFORME. La moblsaton monte en Itale: des mllers de personnes ont manfesté dans pluseurs vlles talennes contre la réforme Tremont- Gelmn. Elle touche tout le système scolare et vse à rédure le personnel de ensegnants et à couper le budget de 8 mllards d euros. Monteur Consel académque Les ordres du jour et procès-verbaux approuvés du Consel académque peuvent être consultés sur l ntranet de l unversté à l adresse: (après dentfcaton). Consel d admnstraton du 29 septembre Poltque générale En suv de la décson du Consel relatve à l augmentaton de captal de la S.A. Aula Magna, le Consel d admnstraton a analysé le rapport d actvtés et les perspectves d évoluton de l Aula Magna et a remercé les gestonnares. Il a souhaté qu une réflexon sot menée avec l UCL sur de nouvelles sources d explotaton, notamment en matère de colloques nternatonaux, en synerge avec une offre hôtelère adaptée. Moyennant valdaton dans le budget 2011 et la prospectve , le Consel d admnstraton a marqué son accord sur une proposton du Consel rectoral de rattrapage en encadrement de l ensegnement et de la recherche et de renforcement du cadre PATO en souten de l ensegnement et de la recherche. Infrastructure Le Consel d admnstraton a marqué son accord pour la constructon du Musée, la fnalsaton des fnancements publcs notamment devant ntervenr prochanement. Il souhate un suv strct du budget de constructon et du budget d explotaton. Personnel Dans le souc de favorser l attractvté de la carrère académque de jeunes médecns assurant à la fos des actvtés d ensegnement et de recherche mas auss une actvté clnque, le Consel d admnstraton a marqué son accord pour octroyer un statut «mxte à double employeur» à certans médecns des Clnques unverstares St-Luc. Le Consel d admnstraton a décdé de nommer au grade de professeur Julo Davla, à la date du 01/10/2010, et Claude Obsomer à la date du 01/01/2011. Le Consel d admnstraton a désgné les académques suvants, pour un mandat de 5 ans débutant le 1 er octobre 2010, comme membres de la commsson du statut académque : n Secteur des scences humanes: Patrck Wéry (effectf) et Marthe Nyssens (suppléant) n Secteur des scences de la santé: Véronque Préat (effectf) et Dder Mouln (suppléant) n Secteur des scences et technologes: Mchel Verleysen (effectf) et Mchel Devllers (suppléant). Le Consel d admnstraton a désgné parm ceux c les Prs P. Wery et M. Verleysen comme membres respectvement effectf et suppléant de la commsson dscplnare. Le Consel d admnstraton a approuvé la désgnaton de membres du personnel académque nvtés pour l année académque Le Consel d admnstraton a approuvé les nomnatons des assstants sur les postes déclarés vacants pour l année académque Pour 95 postes déclarés vacants, 93 assstants ont été nommés. La répartton sectorelle est la suvante : n Secteur des scences humanes: 47 (24 à temps plen et 23 à temps partel) n Secteur des scences de la santé: 15 (11 à temps plen et 4 à temps partel) n Secteur des scences et technologes: 31 (25 à temps plen et 6 à temps partel). Le Consel d admnstraton a approuvé les propostons de nomnatons du Consel d admnstraton des Clnques St-Luc du 26 août 2010 et du 23 septembre n Chefs de servce: Pr Jean-Pascal Machels (Servce d oncologe médcale), Pr Therry Lejeune (Servce de médecne physque et réadaptaton motrce). n Chefs de servce assocés: Pr Henr Nelens (Servce de médecne physque et réadaptaton motrce), Pr Llane Marot (Servce de dermatologe). n Chefs de servce adjonts: Pr Phlppe Hantson (Servce des sons ntensfs) et Pr Anne Mourn (Servce d anatome pathologque). n Chefs de clnque: Dr Perre Vereecken (Servce de dermatologe) et Dr Benoît Navez (Servce de chrurge et transplantaton abdomnale). n Chefs de clnque assocés: Dr Anne Berqun (Servce de médecne physque et réadaptaton motrce), Dr Mare-Agnès Docquer (Servce d anesthésologe) et Dr Chrstne Watremez (Servce d anesthésologe). n Chefs de clnque adjonts: Dr Renaud Lhommel (Servce de médecne nucléare), Dr Franços- Xaver Hann (Servce de médecne nucléare), Dr Dego Castanares (Servce des sons ntensfs) et Dr Vrgne Montel (Servce des sons ntensfs). n Chef de laboratore adjont: Dr Damen Gruson (Servce de bologe endocrnologque). n Chef de laboratore assocé: Dr Jean-Paul Tomas (Servce de mcrobologe). Le Consel a, par alleurs, entérné une sére de nomnatons en qualté de consultant externe, consultant nterne, consultant nvté, consultant émérte, médecn spécalste hosptaler, médecn nvté, résdent, assstant spécalste, pratcen hosptaler, dentste vsteur, dentste spécalste hosptaler. Le Consel d admnstraton a entérné la nomnaton du Pr Stéphan Clément de Cléty au ttre de Chef de département de médecne aguë, du 01/10/2010 au 30/09/2015. Ressources extéreures Le Consel d admnstraton a marqué son accord sur la proposton de clôturer le dosser Technopharm en procédant à l absorpton des pertes par l utlsaton des provsons. Fnances Le Consel d admnstraton a marqué son accord sur le nouveau programme des bllets de trésorere tel qu approuvé par le comté fnancer du 1 er jullet Mandats Le Consel d admnstraton a proposé à l assemblée générale de l ASBL Clnques unverstares St-Luc de recondure, pour un terme de tros ans à dater du 01/09/2010, le mandat d admnstrateur du Pr Jacques Meln. Parc scentfque Le Consel d admnstraton a donné son accord sur l achat par la socété Mtra Innovatons SA du bâtment stué dans le Parc Flemng, au n 1 avenue Flemng (600 m² de bureaux et m² de surfaces ateler/stockage). Sort de presse n G. Fabry, I. Loge, P. Decock (éds), Los magnaros apocalíptcos en la lteratura hspanoamercana contemporánea. (Éd.Peter Lang) n M. Gersdorff et J-M. Gérard. Atlas of mddle ear surgery (Éd. Theme) n A. Perrard. Document de traval. Démographe et socété. Évoluton du calendrer de l'expérence de la mort au sen de la famlle. n K. Johannes et Th. Lbaert. La Communcaton corporate. (Éd. Dunod) n A. Rom, A. Adary, T. Lbaert, Toute la foncton - Communcaton (Éd. Dunod) n C.M. Judd, G.H. McClelland, C.S. Ryan, D. Muller & V. Yzerbyt. Analyse des données: une approche par comparason de modèles. (Éd De Boeck) n A. Saroyan & M. Frenay. Buldng teachng capactes n hgher educaton: a comprehensve nternatonal model. (Stylus Publshng) n P-J. Laurent. Beautés magnares. Anthropologe du corps et de la parenté. (Éd. Academa Bruylant) n G. Pleyers. Alter-Globalzaton. Becomng actors n a global age. (Polty Press) n CETRI. Pressons sur les terres. Devenr des agrcultures paysannes. (Éd. Syllepse) n L. de Brabandere. Pette phlosophe des grandes trouvalles. (Éd. Eyrolles) n P. Atkns (trad. P. Depovere). Les 4 grands prncpes qu régssent l Unvers. (Éd. De Boeck) n T. Amougou. Le Chrst état-l chréten? Lettre d un Afrcan à l Églse catholque et aux chrétens. (Éd. L Harmattan). n T. Eggerckx et J.P. Sanderson (éds.), Hstore de la populaton de la Belgque et de ses terrtores. Actes de la Chare Quetelet (Éd. Presses unverstares de Louvan) Prx et dstnctons Académe royale de médecne de Belgque Sur les 11 prx décernés par l Académe royale de médecne de Belgque, 6 ont été rems à des professeurs de l UCL: - Le Pr Emmanuel Hermans a reçu le prx qunquennal des scences pharmaceutques. - Le Pr Chrstophe Perreux a obtenu le prx du concours ordnare de la premère secton. - Le Dr Jean-Fanços Collet a reçu le prx Alvarenga de Pauhy. - Le Pr Jean-Baptste Demouln a reçu le prx Dr M. Godn-M. Savelkoul. Ont obtenu une médalle pour la grande qualté de leurs travaux: le Dr Franços Huaux (concours ordnare de la quatrème secton) et le Dr Nathale Vgneron (Prx Alvarenga de Pauhy). Académe des scences morales et poltques Le Pr émérte Phlppe de Woot a été élu membre correspondant de l'académe des scences morales et poltques par l Insttut de France. Docteur honors causa Le Pr Bernard Remche recevra le ttre de docteur honors causa de l Unversté de Rennes, le 9 novembre Charte socale: réaffrmer de grands prncpes «Toute personne a drot à l éducaton.» C est par cette phrase, trée de l artcle 26 de la Déclaraton unverselle des drots de l homme, que débute la charte socale de l UCL. Cette charte a été présentée en jun derner au Consel académque et au Consel d admnstraton. Élaborée par le CASE (Consel des affares socales et étudantes), elle rappelle les prncpes de base d une poltque socale étudante. «Elle réaffrme le rôle que dot jouer l UCL dans l accès aux études, explque Célne Urban, ancenne vce-présdente socale de l AGL. Elle montre que l UCL est conscente des négaltés et qu elle s engage dans la mesure de ses moyens à développer une poltque socale forte.» De la charte -un texte «plutôt symbolque»- découlent une sére de prortés qu sont celles de l Admnstraton des affares étudantes: apporter une ade socale, mantenr l offre de logement à des prx rasonnables, etc. «Il n y a pas d dées révolutonnares, poursut l étudante. La charte réaffrme les grands prncpes d une poltque socale en cours depus des années.» A.T. La charte est dsponble en lgne sur le ste du vce-rectorat aux Affares étudantes:

7 ÉMÉRITAT Comme une trentane de professeurs cette année, Mchel Gevers et Henr Smonart accèdent à l émértat. Leur «départ» nous donne l occason de les nterroger sur la facette de leur méter qu les a passonnés: la recherche pour le premer, l ensegnement pour le second. Mchel Gevers: «Notre rôle: fnancer la recherche crtque» M-octobre, nous rencontrons Mchel Gevers. Il sort d une évaluaton, devant un panel d experts européens, du PAI (pôle d attracton nterunverstare) qu l coordonne depus 20 ans. Les balleurs de fonds de la recherche, l les côtoe depus plus longtemps encore. Son expérence l a amené à poser un regard crtque sur l évoluton du monde de la recherche. En quo la geston de la recherche a-telle évolué au cours de votre carrère? n J a vu l Unon européenne prendre de plus en plus d mportance dans le fnancement de la recherche, avec un transfert des moyens des États vers l Unon. Cela a entraîné une dégradaton mportante de la qualté de la recherche, avec pour dérve une hypersensblsaton aux aspects jurdques des projets et une lourdeur admnstratve nvrasemblable auss ben dans la formulaton des projets que dans leur suv. Résultat: des socétés prvées et non plus des scentfques se sont spécalsées en rédacton de projets. C est devenu un méter en so. Qu est-ce qu compte aujourd hu pour être fnancé? n Aujourd hu, l Europe fnance presqu exclusvement des projets de recherche applquée, dans lesquels les chercheurs dovent annoncer des Mlestones précs à des dates précses. Or, dès le moment où l on dot annoncer ce qu on dot trouver et quand, ce n est plus de la recherche. C est d autant plus vra pour la recherche fondamentale, qu tente d explquer ce qu on ne comprend pas. En conséquence, les gens annoncent des résultats qu ls ont déjà. Cette évoluton met-elle en pérl la msson de l'unversté? n Un des rôles essentels de la recherche est de porter un regard crtque sur l évoluton de la socété. Or nous sommes dans un monde où l argent domne. Il est à crandre qu l ne se trouvera pas de ressources fnancères pour fnancer des recherches crtques. S l'unversté ne le fat pas, qu le fera? Il me paraît donc mportant que l unversté mette de côté, sur fonds propre, un budget pour ce type de recherche. Comment jugez-vous l évoluton de l UCL dans ce contexte? n Avec l arrvée du recteur Perre Macq, l'ucl est sorte du Moyen Âge. Il a ntrodut -et ses successeurs ont poursuv- des crtères de qualté aux endrots les plus crtques: le recrutement des académques (devenu nternatonal) et la sélecton des projets de recherche par le Consel de recherche. Aujourd hu, les équpes de haut nveau sont tellement À drote, Mchel Gevers lors de la vste du Ro Albert du projet DYSCO. nombreuses que le Consel de recherche n a pas assez de moyens pour les fnancer. D après vous, comment assurer à l UCL le même rayonnement à l avenr? n Il est vrament temps que les unverstés fassent campagne auprès de l Unon européenne pour se réapproprer la recherche. Après avor asssté mpussantes pendant 20 ans à la manmse du busness prvé sur la recherche européenne, l faut qu elles se coalsent pour former un pussant lobby en faveur de la recherche fondamentale. Avez-vous toujours parlé auss ouvertement? n J a toujours été lbre. Je ne me sus jamas contrant dans ma ve de professeur-chercheur. Je ds souvent à des collègues que ce genre d atttude est payant à long terme. Dans votre domane de recherche, la relève est-elle assurée? n Grâce au PAI 1, nous avons recruté des chercheurs du plus haut nveau. Des gens brllants, dont certans sont de vras leaders souceux de fare avancer l équpe. L envronnement est captal pour mo: engager une «tête» dans un endrot où le nveau scentfque est bas, ne servra à ren. Par contre, recruter au sen d une équpe forte permet au chercheur de progresser et de construre sa propre équpe. Pour le PAI, de 14 profs en 1990, dont 4-5 étaent connus nternatonalement; on est passé à 50 profs, dont une vngtane sont des leaders mondaux, avec 150 doctorants et 50 post-docs. Aucune équpe n est comparable au monde, écrvent les experts qu vennent de nous évaluer. Qu allez-vous fare mantenant que vous êtes émérte? n J a passé le relas au Pr Paul Van Dooren pour le PAI. Cela a été ma passon. Je ne donnera plus cours. Je vas contnuer mes recherches, avec des collègues étrangers, à l'ucl et auss des collègues néerlandophones. Je vens de sgner un contrat avec la VUB où je passera un jour par semane. Propos recuells par Alce Thelen 1. nommé DYSCO, Henr Smonart: «Pour être un bon ensegnant, l faut amer le méter» Toute une carrère à transmettre sa passon pour le drot à de jeunes étudants. À côté de sa vson de l'ensegnement, Henr Smonart lvre auss sa verson optmste de la ve. «I l n y a pas de secret pour être un bon ensegnant, dt Henr Smonart, l faut amer le méter, avor le souc de l étudant et surtout préparer ses cours!». Il a consacré toute sa carrère à ensegner les bases du drot au premer cycle, «dans de grands audtores en ESPO et en drot». On l magne, sans pene, communquer sa passon dans ses cours, forcément ex cathedra mas llustrés. «Dans mon bureau, j avas une grande farde dans laquelle je glssas des nformatons ntéressantes. Cela a été une source népusable d dées pour étayer mes cours.» AVEC LES ÉTUDIANTS En 40 ans de méter, le temps n a pas fondamentalement changé sa façon d ensegner. Les étudants qu on lu a «confés» ont toujours été source d enrchssements: «Mes audteurs ne vellssent jamas. C'est une vrae cure de jouvence», dt-l. Mas le rapport du professeur aux étudants est devenu plus smple, mons formel, humansé. «À tel pont que lors de mes permanences, l arrve qu ls me parlent de leurs dffcultés prvées.» Il pose un regard tendre sur les génératons qu l a vu passer et avec qu l a tenté de travaller, avec une égale nsstance. Un des melleurs moments de sa carrère? «Lorsque j a reçu une carte postale de vacances, sgnée de 4 prénoms d étudants qu dsaent: On est au bord de la pscne, on prend l apértf, et on se souvent de vous avec plasr. Quel encouragement!» ENTHOUSIASMANTES RÉFORMES L académque a auss vu passer les réformes: Bologne en tête. Il les a abordées à sa manère, résolument optmste. «J étas doyen au moment de Bologne, précse-t-l. Au-delà de la charge de traval qu une telle réorgansaton a pro- La Qunzane voquée, elle a eu le mérte de nous permettre de nous nterroger sur la pertnence de nos ensegnements.» C est de la même façon qu l envsage les changements du paysage de l ensegnement supéreur en Communauté françase. «Louvan à quatre ou les rapprochements avec les hautes écoles, c est enthousasmant!». Même s ces réformes sont dffcles et demandent une lente maturaton, la mse en commun de moyens et d expérences, le déclosonnement, ne peuvent être que postfs et porteurs Henr Smonart: «Mes audteurs ne vellssent jamas. C'est une vrae cure de jouvence.» d avenr. «S j étas jeune académque, je me lanceras à fond dans ces projets», conclut-l. ET ENSUITE? «Quel plasr de n avor plus à lre Le Monteurtous les jours». En tournant la page, Henr Smonart appréce ce nouveau rapport au temps que lu offre l émértat: «Même s l faut mantenr des échéances, c est agréable de pouvor chosr lesquelles.» Cela ne l a pas empêché d accepter 30 heures de cours avec le jeune Un fonds Henr Smonart À l occason de son émértat, le Pr Smonart a souhaté rassembler des fonds en vue de fnancer un projet qu porte son nom: la créaton d un Centre Henr Smonart pour la promoton des drots humans en Républque démocratque du Congo. Le projet, qu nécesste de rassembler un montant de , sera ms en œuvre par Venante Nabntu Bsmwa, docteure honors causa de l UCL. Un compte de mécénat a été ouvert par la Fondaton Louvan ( , avec en communcaton «Fonds Henr Smonart + nom + prénom»). collègue qu le remplace. «Une belle manère de passer le relas.» N de séger comme expert UCL dans une Commsson chargée d évaluer un nouveau programme de master. «Par amour pour la Mason», comme l l appelle. Françose Rondeau 7 La Qunzane n 327

8 Mot pour mot On reconnaît un homme hable à ses réponses; mas on reconnaît un homme sage à ses questons. Nagub Mahfouz Mnportrat Sélecton d événements présentés dans l agenda électronque de l UCL. Cet agenda peut être consulté sur onglet «Agenda». Agenda du 2 novembre au 20 novembre Vous lsez La Qunzane, découvrez auss la Savate Retrouvez l agenda étudant sur 8 La Qunzane n 327 La Qunzane est une réalsaton du Servce presse et communcaton de la Drecton du développement nsttutonnel et culturel (DIC). Drecteur de la publcaton et édteur responsable : Dane Vercruysse Rédactrce en chef : Alce Thelen uclouvan.be Secrétare de rédacton: Françose Rondeau uclouvan.be Secrétare : Charlotte Descampe uclouvan.be Collaborateurs : Jule Claus Isabelle Decoster Domnque Hoebeke Anne Mauclet Rolande Vandemeulebroucke (photothèque) Collaborateurs extéreurs: Fany Grégore Dessn : Vnce Maquette et mse en page : Double Page Photos : Jacky Delorme, Serge Haulotte Imprmere : JAC Offset La Qunzane Place de l Unversté Louvan-la-Neuve Rédacton : Fax : Pérodque bmensuel de l Unversté catholque de Louvan Afflé à l Assocaton belge de la communcaton nterne Bruno Coppens, ambassadeur de Louvan développement L humorste Bruno Coppens s engage dans le projet de constructon d un hôptal à Madagascar aux côtés de l ONG Louvan coopératon au développement. Ensemble, ls font appel aux dons. «J a un len très fort avec Madagascar, explque Bruno Coppens. Tout d abord parce qu l y a 17 ans, j a adopté un pett garçon malgache, mas auss parce que, même s ls vvent dans un des pays les plus pauvres du monde, frappé par les cyclones, les habtants gardent espor, et pêchent, cultvent pour s en sortr. Lorsque j a rencontré l ONG Louvan coopératon au développement et qu ls m ont parlé de ce projet à Madagascar, j a eu enve de m mplquer.» Née en 1980, cette ONG, lée à l UCL, sut plus de 40 projets dans hut pays du Sud. L un d eux: la constructon d un pett complexe hosptaler à Belo sur Tsrbhna, dans la régon du Menabe. «Le Menabe est une enclave de habtants, sur la côte ouest de Madagascar, qu est coupée du reste du monde 5 mos par an durant la sason des plues», explque le coméden. En jun derner, l humorste s est rendu sur place avec l équpe de l ONG. «Les servces de santé sont très basques, avec un médecn pour à peu près personnes, témogne-t-l. L hôptal le plus proche est à plus de 500 km. Nous avons fat la route: cela nous a prs 6 heures, et nous étons en jeep. Les malades font le trajet en charrue à bœufs!» Le chanter de l hôptal a commencé. Le premer bâtment, celu de chrurge, est déjà construt et devrat être opératonnel en Bruno Coppens a posé la premère perre du deuxème bâtment, qu abrtera notamment la maternté et devrat être termné en Un trosème bâtment suvra, destné à loger médecns et nfrmères. LA PLUS IMPORTANTE ONG UNIVERSITAIRE «L ONG est née de pluseurs actons dsparates de professeurs de l UCL, explque Thomas Feron, membre de l ONG. Aujourd hu, des professeurs donnent l mpulson de certans projets, d autres sont membres de notre consel scentfque, du consel d admnstraton, L UCL est un de nos partenares les plus prvlégés.» En jun derner, l UCL a décdé d augmenter sa contrbuton (de 0,77 % à 0,85%) à la poltque de coopératon. Un des prncpes de base de l ONG est de ne ren mposer aux populatons. «Nous amenons les compétences unverstares du Nord vers le Sud, et les mettons à dsposton des forces vves locales», explque Thomas Feron. À Belo, c est le dynamque Père Elsé qu a proposé à l ONG de travaller avec lu. Il fat le relas avec les habtants: l leur parle, les motve Car travaller avec les locaux n est pas toujours smple. «Cela prend beaucoup de temps, reprend Bruno Coppens. Ils ne sont pas habtués à l dée de rentablté, n ont pas les mêmes notons d organsaton... J a ans pu constater la ténacté des membres de Louvan coopératon au développement!» Lasser la populaton agr par elle-même reste prmordal pour les locaux. «Ne dt-on pas que lorsqu un homme a fam, meux vaut lu apprendre à pêcher?», conclut l humorste. Fany Grégore Bruno Coppens et le père Elsé posent la premère perre du bâtment qu abrtera la maternté. DU MARDI 2 AU VENDREDI 5 Cours ouverts pour les rhétorcens à la Toussant Org.: UCL, MARDI 2 Quand la musque se fat prère. L exemple de Roland de Lassus et de Bach Conférence du Pr B. Van Wymeersch Louvan-la-Neuve, The blackfrars, 20h15 Org.: The Blackfrars, MERCREDI 3 Séance d émértat de l École polytechnque de Louvan Louvan-la-Neuve, Aud. Scences 01, 16h30 Org.: EPL, JEUDI 4 Nocturne du Musée Couvreur Dans le cadre des nocturnes des Musées Musée Couvreur (Avenue Mouner) Org.: Consel bruxellos des musées, Musée Couvreur et Arte Fac JEUDI 4 La mgraton bréslenne à Bruxelles Sémnare Louvan-la-Neuve, Salle Leclercq 80, 16h15 Org.: GRIAL, DU JEUDI 4 AU 6 Annual Congress Psychatrc Studes Centre Bruxelles, Sodehotel (Avenue E. Mouner), 9h Org.: Clnques de Mont-Godnne, JEUDI 4 De la réducton des émssons de CO 2 à leur compensaton: comment ader les acteurs à protéger le clmat? Sémnare de scences et geston de l envronnement Louvan-la-Neuve, Aud. Sud 11, 16h15 Org.: ENVI, JEUDI 4 Excel avancé et VBA au servce de la statstque Formaton à l utlsaton de logcels statstques Louvan-la-Neuve, Aud. Socrate 30, 9h30 Org.: Plate-forme SMCS, VENDREDI 5 Russan Federaton-European Unon, a partnershp for the future? Symposum Bruxelles, Palas des Académes, 14h Org.: Fondaton Arenberg, Chare Inbev-Ballet Latour et K.U.Leuven, LUNDI 8 Les logques du captal dans la soluton des crses: le cas des agrocarburants Conférence par le Pr Franços Houtart Louvan-la-Neuve, Aud. Monstequeu 1, 18h30 Org.: CRIDIS/IACCHOS, LUNDI 8 Luc Plartz et son ensemble Concert dans le cadre du Festval de Wallone (lre en page 1) Louvan-la-Neuve, Ferme du Béreau, 20h30 Org.: Festval de Wallone, , et Ferme du Béreau, , MARDI 9 Entreprses, secteur non marchand, autortés, révseurs d entreprses: tous acteurs de développement durable Remse du 12 e award for Best Belgan Sustanablty Report Evere, Belgacom Surf House, 14h30 Org: Insttut des révseurs d entreprses, MARDI 9 L'espérance de ve des hommes célèbres: Md de la recherche, par le Pr Davd de la Crox (IRES/UCL) Louvan-la-Neuve, Aud. Leclercq 190, 12h45 Org.: Centre de recherche en démographe et socétés, MARDI 9 Proyecto Mesoamerca, le permanenca del neolberalsmo Mds du GRIAL Louvan-la-Neuve, Salle Doyen 22, 12h45 Org.: GRIAL, DU MARDI 9 AU VENDREDI 26 Un dspensare en Gunée Exposton de photos Woluwe, Espace provsore Org.: Fdesco et Artefac, , JEUDI 18 Les classques du jazz Concert de md Louvan-la-Neuve, Ferme du Béreau, 12h50 Org.: Musque-LLN asbl, , mus-lln.fltr.ucl.ac.be/ JEUDI 18 Développement durable et comproms à la belge, ou comment "verdr" la poltque fédérale par la concertaton Sémnare en scence et geston de l envronnement Louvan-la-Neuve, Aud. Sud 11, 16h15 Org.: ENVI, JEUDI 18 ET VENDREDI 19 Communcatng green Colloque (lre c-contre) Bruxelles, IHECS, 8h30 Org.: LASCO (Insttut IL&C), , JEUDI 18 Ceux qu ont dt non. Hstore de la résstance au coup d état au Chl, en 1973, au sen de la force navale Mds du GRIAL Louvan-la-Neuve, Salle Lecl.61, 12h45 Org.: GRIAL, SAMEDI 20 NOVEMBRE Progress n Neuromuscular Dsorders Symposum Bruxelles, Aud. Masn, 8h15 Org.: Centre de référence neuromusculare des Clnques St-Luc, Formatons de l IPM 18/11, 10h: Les compétences transversales: comment les développer? Comment les évaluer? stes.uclouvan.be/pm/formatons Atelers du CIO: 04/11, (futurs) docteurs: du blan de compétence au projet professonnel (Mason Lemaître - Charlero) 10/11, Cerner votre profl, le blan de vos compétences 15/11, Postuler par canddatures spontanées stes.uclouvan.be/co-emplos/ Messe des défunts Chaque année, la communauté unverstare évoque la mémore de ses membres décédés. La messe des défunts sera célébrée à leur ntenton le mard 2 novembre à 18h30 à l églse Sant- Franços d Assse (Louvan-la-Neuve). Cette célébraton eucharstque sera présdée par le Pr Jean-Perre Delvlle. Contact: Accuel DIC, Mds lttérares Les Mds lttérares, ce sont des rendez-vous, à Louvan-la- Neuve, sur le temps de md (13h30-13h45), avec des écrvans engagés. La thématque de cette année: «La lttérature comme nterface entre poltque, socété et magnaton». Lecture d extrats de leurs œuvres et dalogue avec le publc seront au programme. L occason pour les étudants, et les autres, de découvrr des lttératures de langues étrangères et de rencontrer des auteurs. Le premer md est fxé au 16 novembre avec Lela Houar, auteure belge d orgne marocane. Colloque sur la «communcaton verte» Les 18 et 19 novembre, se tendra à Bruxelles un colloque nternatonal organsé par le laboratore LASCO (Insttut IL&C) sur la «communcaton verte des entreprses». Des chercheurs présenteront les résultats de leurs travaux et leurs ponts de vue sur les modaltés et les pratques du dscours envronnemental par les organsatons et les entreprses avec des professonnels de la communcaton. Les nscrptons sont ouvertes.

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants.

Nous signons de grandes créations pour les clients les plus exigeants. 1^^ Nous sgnons de grandes créatons pour les clents les plus exgeants. 1.500.000 m de bureaux et commerces et 4 1 * 2 0 0 logements conçus, réalsés et commercalsés en 10 ans 1.023 mllons d'euros de chffre

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE

POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE POUR FAIRE VOLER NOS AVIONS, IL FAUT TOUTE UNE ARMÉE École de l ar (Salon-de-Provence) NOTRE DEVISE : FAIRE FACE 2 ÉDITO Le Général MODÉRÉ, Commandant les Écoles d offcers de l Armée de l ar et la Base

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau Ncolas Lalau Le musée de Pergame à Berln «Bergarten» à Munch Le parc natonal de Jasmund à Rügen Football fémnn en Allemagne Plage au bord de l Elbe à Hambourg Carnaval alémanque à Baden-Baden Dans les

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances Un programme nter-entreprses de découverte professonnelle > autour du téléphone moble > en faveur de légalté des chances 1 ère édton en 2007-2008 2 ème édton en 2008-2009 3 ème édton en 2009-2010 Prncpe

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013 abtat L e m a g a z n e d e s l o c a t a r e s d H a b t a t N o r d D e u x - S è v r e s N 10 - Avrl 2013 Zoom sur... L habtat adapté...page 2 Parthenay, Sant-Paul : 3 assocatons,1 quarter...page 8

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail

être étudiant à Annecy et son agglomération

être étudiant à Annecy et son agglomération être étudant à Annecy et son agglomératon 2013 2014 Le Logement nter génératonnel soldare est une forme de logement alternatve. Une personne retratée vous met à dsposton une chambre et l accès à sa cusne

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

N 1. Avec la Smerep, simplifiez-vous la vie! Sécu étudiante i Centre 617. Complémentaires i santé. Pack Smerep. en Ile-de-France 2007/2008

N 1. Avec la Smerep, simplifiez-vous la vie! Sécu étudiante i Centre 617. Complémentaires i santé. Pack Smerep. en Ile-de-France 2007/2008 N 1 en Ile-de-France Sécu étudante Centre 617 Complémentares santé Pack Smerep Avec la Smerep, smplfez-vous la ve! 2007/2008 Ce document est édté et dffusé dans le cadre de la conventon passée entre l

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Une offre pléthorique de formations diplômantes adaptées aux CGPI

Une offre pléthorique de formations diplômantes adaptées aux CGPI Page 1/5 PROFESSON Compétences Une offre pléthorque de formatons dplômantes adaptées aux CGP Afn de parfare ou de valder leurs compétences, les consels en geston de patrmone ndépendants ont à leur dsposton

Plus en détail

Sport et nature. au Domaine d Hostens. OFFRE GROUPES Activités et séjours

Sport et nature. au Domaine d Hostens. OFFRE GROUPES Activités et séjours Sport et nature au Domane d Hostens OFFRE GROUPES Actvtés et séjours Edto S l y a ben une réusste dont le Consel Général peut être fer, c est d avor su fare de ses Domanes départementaux des leux tout

Plus en détail

La réadaptation de l épaule l art d éviter le laisser-aller

La réadaptation de l épaule l art d éviter le laisser-aller L E M O N D E F A S C I N A N T D E L É P A U L E La réadaptaton de l épaule l art d évter le lasser-aller par Dane Lambert 5 G. Desgrosbras vous consulte à votre cabnet pour une douleur à l épaule ayant

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

DOSSIER. tandem n 15. Adapter son logement. le journal des aînés et de leurs proches

DOSSIER. tandem n 15. Adapter son logement. le journal des aînés et de leurs proches tandem n 15 le journal des aînés et de leurs proches septembre 2015 INCLUS LE PROGRAMME «Ben vellr dans l Eure» P15 à 19 DOSSIER Adapter son logement Retour sur... > De la gym contre les douleurs Actualtés

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

être étudiant à Annecy et son agglomération

être étudiant à Annecy et son agglomération être étudant à Annecy et son agglomératon 2014 2015 photo extrate de l exposton «1 tot 2 gnénératons, d un regard à l autre...» Le Logement nter génératonnel soldare est une forme de logement alternatve.

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune Servce de la recherche en éducaton / DIP, Genève - Prévsons localsées d effectfs de l ensegnement prmare TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

GROUPE. Ouverture de la nouvelle plateforme logistiqul. Groupe Hospitalier Universitaire. Journal interne. Février 2012-n0 3. IriiliR.

GROUPE. Ouverture de la nouvelle plateforme logistiqul. Groupe Hospitalier Universitaire. Journal interne. Février 2012-n0 3. IriiliR. L J_ nn Groupe Hosptaler Unverstare.a Pté Salpêtrère Charles Fox Févrer 202n0 3 rmestre Journal nterne QQnQû GROUPE v IrlR Ouverture de la nouvelle plateforme logstqul p.2 4 \.3.0 O :\ J L. ILL j «a ASSISTANCE

Plus en détail

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN ALLEGATO PROEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODU TRANSTUNISIEN Entre les soussgnées: XXX (c-après dénommé XXX) socété de drot sse à ; et YYY (c-après dénommé YYY) socété de drot sse à... ; et ZZZ (c-après

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Précision de rigueur

Précision de rigueur 08_ AJUSTEUR Matheu Mossec, en tran de monter une structure chez ASTF à Mérgnac Esprt carré J a découvert le méter et trouvé ma vocaton. À 36 ans, Matheu a eu un premer méter mécancen mas avec une partcularté

Plus en détail