Réaménagements relationnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réaménagements relationnels"

Transcription

1 Bref portrait Observations clés/constats à la base du traitement Repères cliniques i Réaménagements relationnels 1

2 Maladie mentale sévère non traitée (4x) le risque d agression physique 5 à 20% des homicides Victimes: entourage familial (50 à 70%) Parents: principales cibles Parricide: événement rare Commis par des fils (90%) Victimes: + père Arme blanche Violence excessive (overkill): ~30% Principal diagnostic: schizophrénie paranoïde Sémiologie g : délire de persécution, de contrôle, hallucinations auditives impérieuses Victime = persécuteur identifié chez ~50% 2

3 21 lits Patients psychotiques masculins violents jugés non responsable sur le plan criminel Spécificité: violence intrafamiliale Approche multidisciplinaire et personnalisée 3

4 Les familles de parricides psychotiques ne sont pas organisées en systèmes pathologiques générateurs du crime. On peut noter certains dysfonctionnements familiaux antérieurs mais en aucun cas ils ne suffisent en eux seul à expliquer le geste parricide. Chez la majorité des cas, il j, n y a pas de dynamique conflictuelle particulière avant l apparition des symptômes. 4

5 Cohabitation fréquente avec les parents Tous les parricides id étaient t dans le déni de la maladie mentale Les parents identifiaient souvent des difficultés mais les minimisaient ou étaient freinés par la peur ou l ambivalence Plusieurs ont cherché de l aide Mise de limite: 72% Contexte de sentiment d impasse situationnelle, d échec des mises à distance Souvent: enjeu de survie Lutte fréquente contre l idée parricide pendant des semaines, des mois, voire des années de façon + ou - intermittente. Exceptionnellement réponse rapide à des commandes hallucinatoires ou délirantes Le déclencheur du passage à l acte est souvent anodin 5

6 Patients et familles; tous aux prises avec des éléments post traumatiques qui vont perdurer pendant de nombreuses années Réactions post traumatiques chez les patients vécues plus tard dans le traitement L ampleur du drame dépasse les capacités d adaptation du patient et de sa famille Le patient peut nier le geste homicide Le + souvent: symptomatique Persistance du déni de la maladie et réticent aux traitements et à l hospitalisation li ti Reconnaissance du geste mais déni des conséquences et de la dangerosité Justifications délirantes encore présentes chez plusieurs 6

7 Les familles peuvent avoir des réactions différentes: Sidération, colère, angoisse, rejet Recherche de proximité avec le patient Hostilité et méfiance vis-à-vis des équipes de soins ou demande d aide Déni partiel des conséquences du geste Les processus de deuil sont longs, multiples et compliqués tant pour les patients que pour les familles. Les deuils ne sont jamais complètement résolus. L équipe de soins doit être attentive aux différentes phases de deuils pour accompagner patients et familles 7

8 Pour le patient: deuil de sa victime, de son image personnelle et sociale (stigmatisation), des relations avec son entourage qui seront forcément modifiées, de sa liberté, de certaines aspirations professionnelles, sentimentales etc. Pour sa famille: deuils compliqués pour lesquels l acceptation n est jamais totale. Notion de double deuil. Les réaménagements des relations familiales sont inévitables et s étendent sur plusieurs années. Il n y a pas de règles applicables à tous mais des tendances générales Séquelles relationnelles centrales dans la prise en charge 8

9 Expertise et soins durant la phase aigüe Traitement en interne Réinsertion sociale Traitement externe Déni d un crime tabou, «monstrueux». Honte. Acceptation progressive: délit, maladie, traitement pharmaco, cadre thérapeutique & légal, etc. Prise de conscience et intégration des séquelles relationnelles. Culpabilité et détresse psychologique. L équipe prépare et soutient le patient dans l acceptation de cette réalité. 9

10 Désir de réparation symbolique Recueillement sur la tombe du défunt Processus d acceptation des propositions p relationnelles de la famille Durée moyenne de séjour : ~3 ans Cheminement non linéaire Établir un 1 er contact rassurant et déculpabilisant Assurer entièrement la prise en charge du patient Implication du patient Maintenir un lien tout au long du traitement Suggérer une aide extérieure 10

11 Ils sont la conséquence du délit et leur qualité dépend de nombreux facteurs: stabilisation ti clinique, i autocritique, travail de deuil, dangerosité, contexte du délit. L équipe traitante prépare et soutient le patient et la famille dans l acceptation de cette réalité. Tous les changements sont initiés par la famille Parent Retour à une cohabitation : 0% Coupure totale : 7% Contacts occasionnels : 50% Contacts fréquents : 43% Reçoit à domicile: 14% 11

12 Fratrie Coupure totale : 67% Contacts occasionnels : 63% Contacts fréquents : 4% Dissension i au sein de la fratrie: 29% Famille élargie Aborder les aspects relationnels dès le début du traitement Aider à trouver la distance qui leur convient Favoriser une plus grande «autonomie» chez le patient Cohérence interventions - objectifs Répondre aux besoins éventuels de reprise de contact par des rencontres familiales Réinsertion sociale: période de stress et d ajustements 12

13 Peu de changements dans les relations familiales Acceptation des limites par le patient Lourdeur du délit Isolement Support entre patients parricides Aucun suicide Rechutes et ré hospitalisations Niveau d autonomie Collaboration au traitement 13

14 Nécessité d un encadrement clinique (et légal) sur une longue période. Le rôle du TAQ AUCLAIR, N., MILLAUD, F. (2011). La famille après un parricide psychotique Crise, rupture et réorganisation in LÉVEILLÉE, S., LEFEBVRE. Le passage à l acte dans la famille : Perspective, psychologie et sociale. Presse de l Université du Québec. p ZAGURY D, MILLAUD F, MARLEAU J.D, AUCLAIR N. (2009). Le passage à l acte parricide psychotique. Dans Le passage à l acte : aspects cliniques et psychodynamiques, pp , Éditions Masson, Paris, (texte mis à jour). AUCLAIR, N., MILLAUD, F., MARLEAU, J. (2006). Prise en charge des patients psychiatriques violents : Interventions auprès des familles. Cahier de PV Antennes sur la victimologie. 1: AUCLAIR, N., MARLEAU, J. D., MILLAUD, F. et TOUTANT, C. (2006). Adolescents parricides : une comparaison avec des adolescents homicides. Article accepté dans la revue L Évolution psychiatrique, vol 71, p MARLEAU, J. D., AUCLAIR, N. et MILLAUD, F. (2005). Comparison of factors associated with parricide in adults and adolescents. Journal of Family Violence, 21 : MARLEAU, J. D., MILLAUD, F. et AUCLAIR, N. (2003). A comparison of parricide and attempted parricide: A study of 39 psychotic adults. International Journal of Law and Psychiatry, vol. 26, p MILLAUD, F., AUCLAIR, N. et MARLEAU, J. D. (2002). Avitolicide : À propos de quatre cas cliniques. Forensic : Revue de psychiatrie et psychologies légales, décembre (numéro spécial) : MARLEAU, J. D., MILLAUD, F. et AUCLAIR, N. (2001). Parricide commis par des femmes : Synthèse de la littérature. Revue québécoise de psychologie 22 : MILLAUD, F., AUCLAIR, N., MEUNIER, D. (1996). Parricide and mental illness: a study of 12 cases. International Journal of Law and Psychiatry. 19:

Facteurs de risque associés à la violence chez la personne atteinte de maladie mentale sévère

Facteurs de risque associés à la violence chez la personne atteinte de maladie mentale sévère Facteurs de risque associés à la violence chez la personne atteinte de maladie mentale sévère Conférence donnée à l AQPAMM par Nathalie Auclair, criminologue, M.Sc. Institut Philippe Pinel de Montréal

Plus en détail

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?»

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» «Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» Journée de sensibilisation à la détection et au traitement précoce des premières psychoses Rivière-du-Loup, le 10 octobre 2014 Dre Sophie L Heureux Membre du

Plus en détail

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?»

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» «Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» Dre Sophie L Heureux Membre du CE de l AQPPEP Psychiatre, Québec Clinique Notre-Dame des Victoires (IUSMQ) et CHAUQ Enfant-Jésus «Je souffre de psychose, est-ce

Plus en détail

Vers une meilleure compréhension des enjeux psychologiques, sociaux et criminologiques des homicides conjugaux

Vers une meilleure compréhension des enjeux psychologiques, sociaux et criminologiques des homicides conjugaux Vers une meilleure compréhension des enjeux psychologiques, sociaux et criminologiques des homicides conjugaux Suzanne Léveillée Professeure Université du Québec à Trois-Rivières Psychologue, membre de

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

Les psychoses chroniques non schizophréniques

Les psychoses chroniques non schizophréniques Les psychoses chroniques non schizophréniques GENERALITES Les principales pathologies psychotiques chroniques non schizophréniques Les paranoïas Les délires tardifs du sujet âgé La paraphrénie (rare ++,

Plus en détail

Orienter les soins vers la prévention de la violence. Jean-Luc Dubreucq, MD, FRCPC Professeur agrégé de clinique Institut Philippe-Pinel de Montréal

Orienter les soins vers la prévention de la violence. Jean-Luc Dubreucq, MD, FRCPC Professeur agrégé de clinique Institut Philippe-Pinel de Montréal Orienter les soins vers la prévention de la violence Jean-Luc Dubreucq, MD, FRCPC Professeur agrégé de clinique Institut Philippe-Pinel de Montréal Colloque Brumath, 17 novembre 2016 Petite Fable Moralité

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D.

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. L accompagnement des victimes souffrant de Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. Dre Pascale Brillon, Ph.D. est psychologue, directrice de l Institut Alpha de Montréal et se spécialise dans

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

MORT VIOLENTE. Contre autrui - Homicide Contre soi-même - Suicide Contre autrui et contre soi-même - Homicide / suicide

MORT VIOLENTE. Contre autrui - Homicide Contre soi-même - Suicide Contre autrui et contre soi-même - Homicide / suicide MORT VIOLENTE Contre autrui - Homicide Contre soi-même - Suicide Contre autrui et contre soi-même - Homicide / suicide Institut Médico-Légal et Département de Médecine Légale, Faculté de Médecine Cochin

Plus en détail

Présenté par Béatrice Benjamin, M.s.s. Université d Ottawa Superviseur de mémoire : M. Sébastien Savard

Présenté par Béatrice Benjamin, M.s.s. Université d Ottawa Superviseur de mémoire : M. Sébastien Savard Présenté par Béatrice Benjamin, M.s.s. Université d Ottawa Superviseur de mémoire : M. Sébastien Savard La jeunesse haїtienne semble de plus en plus touchée par la problématique de délinquance (Métellus,

Plus en détail

Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir

Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir Dr Hélène DENIS Cécile ARRIBAT CHU Montpellier Refus scolaire anxieux Spectre des pathologies anxieuses

Plus en détail

Les troubles psychotiques chroniques non schizophréniques

Les troubles psychotiques chroniques non schizophréniques Les troubles psychotiques chroniques non schizophréniques GENERALITES Les pathologies psychotiques chroniques non schizophréniques Les troubles délirants persistants (anc. Paranoïas) Les délires tardifs

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

Chemin de la Prairie Lausanne.

Chemin de la Prairie Lausanne. Chemin de la Prairie 34 1007 Lausanne www.malleyprairie.ch www.violencequefaire.ch L accueil à MalleyPrairie L accueil des enfants au CMP fait l objet d une attention toute particulière Les enfants exposés

Plus en détail

LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES la double peine

LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES la double peine LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES la double peine Constat général En France, une femme sur dix est régulièrement victime de violences. Une femme meurt tous les quatre jours des suites de violences conjugales!

Plus en détail

LE REPÉRAGE DES SIGNES POUVANT FAIRE CRAINDRE UN HOMICIDE CONJUGAL Vers un travail de prévention? A. DELBREIL

LE REPÉRAGE DES SIGNES POUVANT FAIRE CRAINDRE UN HOMICIDE CONJUGAL Vers un travail de prévention? A. DELBREIL LE REPÉRAGE DES SIGNES POUVANT FAIRE CRAINDRE UN HOMICIDE CONJUGAL Vers un travail de prévention? A. DELBREIL Lille 02 décembre 2014 Notre étude: collaboration justice/université Dossiers jugés sur la

Plus en détail

L intervention de groupe en santé mentale 1 ère ligne CSSS-IUGS. Ariane Le Blanc, TS

L intervention de groupe en santé mentale 1 ère ligne CSSS-IUGS. Ariane Le Blanc, TS L intervention de groupe en santé mentale 1 ère ligne CSSS-IUGS Ariane Le Blanc, TS La mise sur pied de l intervention de groupe MSSS (2005). Plan d action en santé mentale 2005-2010 La force des liens

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 1 PLAN I. Présentation d un cas clinique II. III. IV.

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

Violence dans la famille et troubles de santé mentale

Violence dans la famille et troubles de santé mentale Violence dans la famille et troubles de santé mentale Suzanne Léveillée Professeure UQTR Chercheuse CRIVIFF Carrefour des pratiques 6 Juin 2012 Trois-Rivières Plan de la présentation 1. Introduction Quelques

Plus en détail

Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées. existent. et marquent profondément. Soyons vigilants

Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées. existent. et marquent profondément. Soyons vigilants Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées existent et marquent profondément Soyons vigilants Qu est-ce qu une agression sexuelle? Que vous soyez une victime, un proche d une victime ou

Plus en détail

Les neufs principes directeurs qui guident l intervention en violence conjugale selon la politique gouvernementale du Québec depuis 1995

Les neufs principes directeurs qui guident l intervention en violence conjugale selon la politique gouvernementale du Québec depuis 1995 Maritza Guillen Intervenante psychosociale auprès des femmes Pavillon Marguerite de Champlain Les neufs principes directeurs qui guident l intervention en violence conjugale selon la politique gouvernementale

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers Faculté de médecine Poitiers Examen médicopsychologique Examen psychiatrique Sémiologie Psychiatrique 1 Définition Psychiatrie : discipline médicale qui étudie et traite les maladies du psychisme Psychologie

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE Melle O. ELGRABLI (Psychologue clinicienne) e Clinique (Pr. Kahn) CHU de Nancy NOTIONS GENERALES Qu est ce que le trouble

Plus en détail

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY 1 Santé mentale en question? 1 personne sur 4 peut être confrontée un jour dans sa vie à des problèmes psychiques

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique. Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D.

Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique. Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D. Traumatisé? Stressé? Résistant? Lumière sur le stress post-traumatique Stéphane Guay, Ph. D. Caroline Berthiaume, Ph. D. 1) Traumatisé vs stressé Du pareil au même? Événements de vie stressants /100 Décès

Plus en détail

Expertise Medico Psychiatrique. Pourquoi le faire?

Expertise Medico Psychiatrique. Pourquoi le faire? Expertise Medico Psychiatrique Pourquoi le faire? Expertise Medico Psychiatrique Qui Demande 1 Le médecin légiste 2 La Police 3 Le Magistrat / Juge Mission de L expert 1 Existe t il une maladie mentale

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES Description sommaire DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT DE RELATIONS HUMAINES Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume la responsabilité

Plus en détail

Violences, schizophrénie et troubles mentaux graves. Pr Jean Louis SENON CRIMCUP Université de Poitiers

Violences, schizophrénie et troubles mentaux graves. Pr Jean Louis SENON CRIMCUP Université de Poitiers Violences, schizophrénie et troubles mentaux graves Pr Jean Louis SENON CRIMCUP Université de Poitiers Travaux franco-canadiens Dr Jean Luc DUBREUCQ, professeur adjoint de clinique, Université de Montréal

Plus en détail

Le passage à l acte criminel du schizophrène. Mythe ou réalité?

Le passage à l acte criminel du schizophrène. Mythe ou réalité? Le passage à l acte criminel du schizophrène Mythe ou réalité? Un plan pour la réflexion Introduction «Le fou est dangereux» Peu de criminels présentent des troubles psychiatriques Le nombre de détenus

Plus en détail

Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen

Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen A.Présentation du service : 1. Introduction L approche pluridisciplinaire est le cadre qui garantit le travail de mise

Plus en détail

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES 1 LE PROJET Création d une unité d accueil spécifique d EHPAD pour les personnes handicapées psychiques déficitaires

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne Pourquoi travailler avec les familles? «Plus personne ne prétend soigner le patient

Plus en détail

Le soutien parental des mères de victimes incestuées quand la fratrie abuse

Le soutien parental des mères de victimes incestuées quand la fratrie abuse Le soutien parental des mères de victimes incestuées quand la fratrie abuse Monique Tardif, Ph.D Université du Québec à Montréal Institut Philippe-Pinel de Montréal 1er octobre 2008, Hôtel des Seigneurs

Plus en détail

Parents. Victimes d incompréhension et de préjugé. Manquent de ressources. Ont peur pour l avenir de leurs enfants

Parents. Victimes d incompréhension et de préjugé. Manquent de ressources. Ont peur pour l avenir de leurs enfants Parents Parents Victimes d incompréhension et de préjugé Manquent de ressources Ont peur pour l avenir de leurs enfants Parents Comment intervenir? Perception des jeunes Répression Prison= École du crime

Plus en détail

Et si on parlait d autre chose?

Et si on parlait d autre chose? Des concepts en psychologie de la santé à la création d un outil pédagogique visant le renforcement des stratégies de coping actif des patients atteints de maladie chronique Et si on parlait d autre chose?

Plus en détail

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de

Plus en détail

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE L ACCIDENT D EXPOSITION SEXUELLE AU RISQUE VIRAL

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE L ACCIDENT D EXPOSITION SEXUELLE AU RISQUE VIRAL ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE L ACCIDENT D EXPOSITION SEXUELLE AU RISQUE VIRAL S. Noël, S. Greffe, A. Freire Maresca, C. Dupont, E. Rouveix AP-HP, Hôpital Ambroise Paré 9200 BOULOGNE sabine.noel@aphp.fr ASPECTS

Plus en détail

Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion

Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie Jean-Marie Danion Plan La schizophrénie Contexte scientifique Perturbations de l expérience de soi et schizophrénie

Plus en détail

Le modèle du rétablissement, un modèle basé sur l expérience des usagers Pierre Dominique Scheder Jérôme Favrod 1,2

Le modèle du rétablissement, un modèle basé sur l expérience des usagers Pierre Dominique Scheder Jérôme Favrod 1,2 Le modèle du rétablissement, un modèle basé sur l expérience des usagers Pierre Dominique Scheder Jérôme Favrod 1,2 1. Institut et Haute Ecole de la Santé, la Source, Lausanne 2. Service de psychiatrie

Plus en détail

Nous allons ainsi d abord définir la crise, puis apporter des éclaircissements aux questions suivantes :

Nous allons ainsi d abord définir la crise, puis apporter des éclaircissements aux questions suivantes : La Crise Dr Anjali Mathur, Dr Carlos Ochoa-Torres, Dr Christine Sarramon- Bacquié, Dr Etienne Very Centre de Thérapie Brève et Service Universitaire des Urgences Psychiatrique CHU Toulouse Purpan Introduction

Plus en détail

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute»

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute» «Les professionnels de la périnatalité à l écoute» Dr Yves BESCOND 01/02/2013 PRÉAMBULE * Développement au cours des 15 dernières années des réseaux de périnatalité, souvent motivés par la fermeture de

Plus en détail

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie La contention en psychiatrie Définition: La contention Selon le Larousse: «Procédé thérapeutique permettant d immobiliser un membre, de comprimer des tissus ou de protéger un malade agité» Selon Desharens

Plus en détail

«Prise en charge psychologique des victimes et des intervenants le stress post-traumatique» Vermeiren Etienne, Charleroi,

«Prise en charge psychologique des victimes et des intervenants le stress post-traumatique» Vermeiren Etienne, Charleroi, «Prise en charge psychologique des victimes et des intervenants le stress post-traumatique» Vermeiren Etienne, Charleroi, 25-11-2016 De l Unité de Crise et d Urgences Psychiatriques au Centre de Référence

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

Diagnostics différentiels de la. Dysphorie de genre

Diagnostics différentiels de la. Dysphorie de genre Diagnostics différentiels de la Dysphorie de genre DIU Transsexualisme 2016 Dr Sophie BOULON 27 janvier 2016 CH. Charles Perrens, Bordeaux Définition «Phase permettant au médecin d écarter la possibilité

Plus en détail

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail?

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? F. GUILLON & A. EL KHATIB 27 novembre 2014 Maladies susceptibles d être imputées au travail Maladies* Dépression Trouble anxieux généralisé (TAG) Etat

Plus en détail

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Épidémiologie : suicide et tentatives

Plus en détail

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille SAHGEED Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille Jean-Louis Legoux CHR d Orléans Cours Intensif, Alger 2016 Importance du problème w Grande fréquence w Stressant pour le médecin

Plus en détail

Les garçon et les hommes victimes: parlons-en! Libérez les mots Forum Agressions Sexuelles 1 er octobre 2008

Les garçon et les hommes victimes: parlons-en! Libérez les mots Forum Agressions Sexuelles 1 er octobre 2008 Les garçon et les hommes victimes: parlons-en! Libérez les mots Forum Agressions Sexuelles 1 er octobre 2008 Présent senté par Sexologue Clinicien M.A & Directeur du Les garçon et les hommes victimes:

Plus en détail

Notions sur les différents états d agitation

Notions sur les différents états d agitation Notions sur les différents états d agitation D. CAILLOCE SAMU 87 Dr CAILLOCE IFA 2011 1 / 21 Définition Trouble du comportement psychomoteur : hyperactivité motrice perte du contrôle des actes, de la parole

Plus en détail

Le Diagnostic infirmier : un concept. UE 3.2 Semestre 2 NM - 04/2013

Le Diagnostic infirmier : un concept. UE 3.2 Semestre 2 NM - 04/2013 Le Diagnostic infirmier : un concept UE 3.2 Semestre 2 NM - 04/2013 Diagnostic infirmier : Définition(NANDA-I) Un diagnostic infirmier est l'énoncé d'un jugement clinique sur les réactions aux problèmes

Plus en détail

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Monique Séguin Ph.D. Université du Québec en Outaouais Groupe McGill de recherche sur le suicide Françoise Roy Association Québécoise

Plus en détail

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle

Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Le mourir et le deuil : l accompagnement des personnes atteintes de déficience intellectuelle Histoire de Jean et de Vincent Rareté de la littérature Mêmes phases de deuil que toute personne dite normale

Plus en détail

Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés

Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés Suzanne Léveillée Professeure UQTR et Chercheuse CRIVIFF Colloque : Emprisonnement et mise sous garde Atelier du 16 novembre 2012

Plus en détail

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE Dr Philippe COLOMBAT @FMC 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 Les enjeux de l annonce «Annoncer à qqn qui n a pas envie de l entendre qqch qu on n a pas envie de lui dire»

Plus en détail

SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES

SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES Dr Nicolas BRUNO et Dr Florian FERRERI Service de Psychiatrie des Adultes, Hôpital Saint-Antoine, Sorbonne Universités, Paris VI UE 2.6.S2: Processus

Plus en détail

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus 31 mars 2005 Trois collaborateurs d ERIC, qui dépend de l hôpital Charcot,

Plus en détail

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle.

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. La dépression APIRAF mars 2009 Annie DEBARD Psychologue du travail Introduction La dépression est elle une maladie? Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. Une «externalisation» de la maladie

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer?

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? 8 ème Congrès de l Association Nationale Pour les Soins Somatiques en Santé Mentale Paris, 11 juin 2010 Dr Sarah Dauchy, Psychiatre

Plus en détail

DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE

DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Autres dipl. nationaux niv. form. bac+3 Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation

Plus en détail

ORGANISATION DE LA PLURIDISCIPLINARITÉ AUTOUR DU PATIENT LA DIMENSION PSYCHOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE GLOBALE

ORGANISATION DE LA PLURIDISCIPLINARITÉ AUTOUR DU PATIENT LA DIMENSION PSYCHOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE GLOBALE ORGANISATION DE LA PLURIDISCIPLINARITÉ AUTOUR DU PATIENT LA DIMENSION PSYCHOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE GLOBALE CADRE DE TRAVAIL LES ÉQUIPES PSY-VIH Mises en place par le CSSP de VE en 1990. Equipes

Plus en détail

Une démarche d accompagnement au rétablissement et au retour au travail

Une démarche d accompagnement au rétablissement et au retour au travail Colloque de la Chaire de recherche sur l intégration professionnelle et l environnement psychosocial de travail : Gestion et prévention des absences en santé mentale Québec, Hôtel Plaza le 21 octobre 2009

Plus en détail

Table des matières. Introduction Détresse psychologique et souffrance sociale...4

Table des matières. Introduction Détresse psychologique et souffrance sociale...4 Introduction... 1 Détresse psychologique et souffrance sociale...4 Première partie L état de la santé mentale à la Martinique Introduction... 13 Chapitre 1 Une ethnoépidémiologie critique de la détresse

Plus en détail

Rapport d activités 2014

Rapport d activités 2014 Rapport d activités 2014 Service d accueil d urgence La Ruche - Maison du Sacré-Cœur Rue Creusiaux 27-6041 GOSSELIES 071 / 35 38 63 Dans le cadre d un Projet Pilote, nous sommes agréés pour l accueil d

Plus en détail

Présentation du CRAVS OI. Les missions des CRIAVS. La construction du dispositif de prévention de la récidive

Présentation du CRAVS OI. Les missions des CRIAVS. La construction du dispositif de prévention de la récidive Dr Eric GAMELIN Psychiatre, praticien hospitalier Médecin responsable du CRAVS OI (EPSMR) Présentation du CRAVS OI Centre de Ressource pour les intervenant auprès des Auteurs de Violences Sexuelles. CRAVS

Plus en détail

Violences conjugales

Violences conjugales Violences conjugales Violence faite aux femmes (définition de l OMS) = tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles,

Plus en détail

Le travail auprès de jeunes mères état-limite :

Le travail auprès de jeunes mères état-limite : Le travail auprès de jeunes mères état-limite : Expérience clinique et données de recherche Lise Laporte Hugues Vigneau Conférence d hiver, Montréal - 23 mars 2007 M È R E S Enquête auprès des intervenants

Plus en détail

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Promotion de la santé et handicap La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Audrey Sitbon chargée d études et de recherches INPES Convention CNSA/INPES Question

Plus en détail

Les Risques Psychosociaux

Les Risques Psychosociaux Les Risques Psychosociaux Dr Françoise Siegel Médecin du Travail, Spécialiste en Santé au Travail Référent en Risques Psychosociaux Forum Risques Psychosociaux - 20 octobre 2009 Forum Risques Psychosociaux

Plus en détail

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien Impression à partir du site https://offredeformation.npdcp.fr le 30/12/2016. Fiche formation Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien - N : 17770 - Mise

Plus en détail

Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique. Exemple dans la schizophrénie

Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique. Exemple dans la schizophrénie Incidence de la pathologie sur la santé sexuelle le défi de la maladie chronique Education Thérapeutique du Patient : principes, enjeux et mises en pratique Exemple dans la schizophrénie Dr Anne-Marie

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

La relation recherche/clinique en psychopathologie. Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques

La relation recherche/clinique en psychopathologie. Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques La relation recherche/clinique en psychopathologie Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques Plan Exposé général Exemples à partir de la perspective humaniste Exemples à partir de la TCC

Plus en détail

Psychiatrie et addictions

Psychiatrie et addictions Psychiatrie et addictions Première rencontre régionale des acteurs et des partenaires de la santé mentale 2 octobre 2015 Raphaël Gaillard Centre Hospitalier Sainte Anne Université Paris Descartes Maladies

Plus en détail

SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES

SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES SYNDROMES DELIRANTS AIGUS SYNDROMES DELIRANTS CHRONIQUES Dr Nicolas BRUNO et Dr Florian FERRERI Service de Psychiatrie des Adultes, Hôpital Saint-Antoine, Sorbonne Universités, Paris VI UE 2.6.S2: Processus

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

PROGRAMME D INTERVENTION. Ensemble pour le jeune et ses parents EN DÉLINQUANCE- MODULE DÉLINQUANCE DES FILLES

PROGRAMME D INTERVENTION. Ensemble pour le jeune et ses parents EN DÉLINQUANCE- MODULE DÉLINQUANCE DES FILLES PROGRAMME D INTERVENTION EN DÉLINQUANCE- MODULE DÉLINQUANCE DES FILLES Ensemble pour le jeune et ses parents Linda Grégoire APPR développement des programmes cliniques/dsp CJM 1 La délinquance des filles

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE Pour faciliter la prise en charge des soins infirmiers en psychiatrie, il est indispensable de se questionner sur la douleur morale et la souffrance psychique qui existe

Plus en détail

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Les difficultés psychologiques en post-traitement Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Introduction Post-traitements, une étape délicate Pourquoi aborder

Plus en détail

Dr Alexia DELBREIL VIOLENCE ET HOMICIDE CONJUGAL

Dr Alexia DELBREIL VIOLENCE ET HOMICIDE CONJUGAL Dr Alexia DELBREIL VIOLENCE ET HOMICIDE CONJUGAL Introduction Nouveau regard sur la famille, le couple. La justice pénètre la sphère privée: caractère public de la prévention des violences intrafamiliales.

Plus en détail

Psychiatrie et cancer

Psychiatrie et cancer DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Psychiatrie et cancer Abid Ouzna psychologue 1 VIGNETTE CLINIQUE Mr B né en 1939 Premier épisode d un accès maniaque atypique en 1961 et

Plus en détail

2/ Syndromes délirants aigus et chroniques

2/ Syndromes délirants aigus et chroniques SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 2/ Syndromes délirants aigus et chroniques I. Généralités Délire Définition délire: lira, sillon délirer: sortir du sillon Construction psychique en rupture

Plus en détail

Le suicide constitue un problème majeur de santé publique révélateur du mal être social.

Le suicide constitue un problème majeur de santé publique révélateur du mal être social. Le suicide : Le suicide constitue un problème majeur de santé publique révélateur du mal être social. Ce comportement autodestructeur est l aboutissement d une situation de crise, souvent insuffisamment

Plus en détail

Q.53 BOUFFEES DELIRANTES AIGUES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT. Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI

Q.53 BOUFFEES DELIRANTES AIGUES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT. Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI Q.53 BOUFFEES DELIRANTES AIGUES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION FACTEURS DECLENCHANTS/FACTEURS ETIOLOGIQUES : I- Terrain

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Dépression et clinique de la dépression

Dépression et clinique de la dépression Fin de vie et suicide des personnes âgées Dépression et clinique de la dépression Département de Gérontopsychiatrie - Inter secteur 13Z01 Centre Hospitalier Valvert Boulevard des Libérateurs - 13011 Marseille

Plus en détail

C. Guillaumont Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

C. Guillaumont Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Schizophrénie en MédecineM Générale C. Guillaumont Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens cguillaumont@ch-pinel.fr Introduction Prévalence 1% soit 600000 personnes en France 400000 cas et 10000 nx cas

Plus en détail

Dépression autour de la grossesse

Dépression autour de la grossesse Dépression autour de la grossesse Dr Michel Maron Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Clinique de Psychiatrie, rue André Verhaeghe 59037 Lille D ÉPRESSIO N AUTO UR DE LA G RO SSESSE Dépression

Plus en détail

Considérations sociales et psychologiques

Considérations sociales et psychologiques Considérations sociales et psychologiques Enjeux sociaux et psychologiques l Stigmatisation l Motivation l Intégration et participation Chapitre 6 Considérations sociales et psychologiques POINTS ESSENTIELS

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

Mieux vivre sa schizophrénie FONDATION PIERRE DENIKER

Mieux vivre sa schizophrénie FONDATION PIERRE DENIKER FONDATION PIERRE DENIKER 29.04.16 1 Un programme de recherche triennal (2014-2016) mené par : Viviane Kovess Masfety, psychiatre, Professeure à l EHESP, Université Paris Descartes, Murielle Villani, psychologue

Plus en détail

Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie

Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie Communiqué de presse Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie Lundi 15 mars 2010 «La schizophrénie peut faire peur, c est une maladie difficile à aborder avec un patient et son

Plus en détail

Psychose chez le patient âgé

Psychose chez le patient âgé Psychose chez le patient âgé Gérontopsychiatrie Guy Léveillé, psychiatre, CHUM Angela Geloso, psychiatre, HLHL 18 janvier 2011 HLHL PLAN Généralités Épidémiologie Diagnostics possibles Historique Plan

Plus en détail