Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques"

Transcription

1 Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et intérieure (consignes suivant les différentes pièces du bâtiment) varient suivant les situations. Périodes de calculs dynamiques Une période horaire vaut une heure. Elle est utilisée pour caractériser le comportement d'une paroi d'un local peu occupé comme une salle de réunion par exemple. Une période journalière vaut 2 x 12 h, soit 24 h. Elle est utilisée pour caractériser le comportement d une paroi en mi-saison par exemple, lorsque les amplitudes des variations de température s étalent de manière significative sur cette période. Une période séquentielle vaut 2 x 6 jours. De la même manière, elle permet de caractériser le comportement d'une paroi lors de saison comme l été où les variations de températures sont significatives sur une période plus longue qu une journée. Une période mensuelle vaut 28 jours. Ces périodes sont utilisées pour les calculs de caractérisation du comportement thermique dynamique des parois selon la norme NF ISO : déphasage, facteur d amortissement, épaisseurs ou profondeurs de pénétration (de chaleur), et capacité thermique intérieure. Déphasage - H (heures) Le déphasage, appelé également décalage temporel, représente le temps de réponse entre un pic de chaleur extérieur et celui engendré à l intérieur pour une paroi donnée. Il est donné en heures. A un déphasage d au moins 12 h correspond l effet d un pic de chaleur ressenti en soirée, la chaleur accumulée dans la paroi en journée étant dissipée à l intérieur et à l'extérieur pendant la nuit. Edition du 05/06/ page 1 / 5

2 Facteur d amortissement Le facteur d amortissement du flux de chaleur est un pourcentage correspondant à la proportion de l onde de chaleur extérieure transmise à l intérieur, en fonction d une période de calcul. S il est égal à 70%, cela signifie que 70% de l onde de chaleur extérieure est transmise à l intérieur : plus ce pourcentage est élevé, plus la chaleur pénètre. Bilan : Plus le déphasage est proche de la demi-période de calcul, plus la paroi est performante, elle diffusera la chaleur à la période la plus fraîche de la journée. Plus le facteur d amortissement est faible, plus la paroi est performante en confort d été. Ces deux facteurs sont essentiels pour dimensionner et concevoir les parois opaques afin d en améliorer le confort d été. Edition du 05/06/ page 2 / 5

3 En pratique Un déphasage supérieur à une période de calcul (par ex. 27 h pour une période de 24 h), est purement théorique. Cela signifierait que la paroi est thermiquement surdimensionnée. En France, on cherchera un déphasage de 12 h idéalement en période journalière. Une attention particulière doit être portée sur la toiture en été, les apports solaires étant les plus importants, surtout si celle-ci n est pas ventilée (toiture chaude) et si sa couverture est de couleur sombre. A performance «U» ou «R» égale, avec les mêmes matériaux, mêmes épaisseurs, mais à agencements différents (ex : isolation par l intérieur ou par l extérieur), le déphasage et l amortissement sont différents! Il est vivement conseiller d étudier différents agencements possibles en plus de comparer des parois à matériaux différents. Etude de cas : Comparaison de parois similaires mais avec un agencement de matériaux différent Mur 1 : Frein vapeur Polystyrène expansé Mur 2 : Frein vapeur Polystyrène expansé Seul l emplacement de l isolant change. Intérieur Extérieur Edition du 05/06/ page 3 / 5

4 Résultats : Déphasage en heures Facteur d amortissement en % Mur 1 (ITE) Mur On constate que le mur ITE présente un déphasage plus important et un facteur d amortissement plus faible par rapport au mur 2. Le fait de placer l isolant à l extérieur permet d améliorer le confort d été. L isolant joue son rôle et limite la transmission de l onde de chaleur à l intérieur (conductivité et chaleur massique plus élevées que celles du parpaing creux). Comparaison de deux parois différentes Mur 1 : Ossature bois De l intérieur vers l extérieur : Plaque de gypse de cellulose Lame d air non ventilée avec liteaux OSB OB avec fibres de bois Panneau pare-pluie fibre de bois ép = 4 cm ép = 1.8 cm ép = 22 cm ép = 1.8 cm Total : 29.9 cm Mur 2 : Parpaings creux Frein vapeur (kraft) Laine de roche Intérieur Extérieur Edition du 05/06/ page 4 / 5

5 Résultats : Déphasage en heures Facteur d amortissement en % Mur Mur On constate que le mur ossature bois présente un déphasage plus important et un facteur d amortissement plus faible que le mur en parpaings. Il présente donc de meilleures caractéristiques pour lutter contre la surchauffe en été. Cela s explique car la fibre de bois présente une densité et une chaleur spécifique supérieures à celles de la laine de roche. Densité (sans unité) Chaleur spécifique (J/kg.K) Fibre de bois Laine de roche Nota : La densité est le rapport de la masse volumique du matériau sur la masse volumique de l eau et la chaleur spécifique est la quantité de chaleur nécessaire à un matériau pour chauffer de un degré, un kilogramme de matière. Edition du 05/06/ page 5 / 5

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ),

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ), Définition Isolant : Matériau limitant les transferts d énergies entre deux systèmes (cas d un bâtiment : intérieur et extérieur) 1. Il existe différents types d isolants : Synthétiques : ils sont issus

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Classe : Première Enseignement : Sciences physiques THEME du programme : HABITAT / VÊTEMENT et REVÊTEMENT Résumé du contenu de la ressource.

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

Profondeur de pénétration. Période journalière. Période saisonnière. a = diffusivité thermique [m 2 /s] = T = période de la sollicitation [s]

Profondeur de pénétration. Période journalière. Période saisonnière. a = diffusivité thermique [m 2 /s] = T = période de la sollicitation [s] Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 11 I. Application : Profondeur hors-gel des conduites d eau 1. Déterminer la profondeur de pénétration (dite aussi effective)

Plus en détail

ISOLATION DES MURS ANCIENS

ISOLATION DES MURS ANCIENS ISOLATION DES MURS ANCIENS ARCOSE - CLUNY, le 12 septembre 2016. Architecte : SARL ARC-PHI Architecture Devroey Raphael, Architecte DESL Croze 71220 Saint Bonnet de Joux Tél. : 0385 24 77 36 Email : arc-phi.architecture@orange.fr

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 1 Rénovation d un mur ancien 1) Mur ancien avec lame d air Donné Matériaux d (cm) λ (/(m K)) Béton 15 0.8 Lame d air 6 Λ = 6 (/(m

Plus en détail

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique.

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. Plus l inertie est élevée et plus le matériau restitue des quantités importantes de chaleur

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe DANS LE BATIMENT Principe L'inertie thermique d un bâtiment est sa capacité à stocker et à déstocker de l énergie thermique dans sa structure, quelle que soit la saison. Elle est caractérisée par sa capacité

Plus en détail

pmp pmp pmp pmp CONTEXTE :le bâtiment greenwal Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte

pmp pmp pmp pmp CONTEXTE :le bâtiment greenwal Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte Jeudi 16 mars 2017 HYGROTHERMIE SEANCE 1 : CONCEPTION HYGROTHERMIQUE DES PAROIS CONTEXTE :le bâtiment greenwal

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique 1. Apports et perditions thermiques 2. Deux principes d inertie thermique 3. Aperçu de la RT 2000 et de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017

RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017 RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017 LES SOLUTIONS D ISOLATION THERMIQUE DE SOPREMA OU LA PERFORMANCE AU SERVICE DU CONFORT Le saviez-vous? Un logement ou un bâtiment mal ou

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 1.

Plus en détail

Maisons & extensions à ossature bois

Maisons & extensions à ossature bois Maisons & extensions à ossature bois Professionnel du bois implanté dans le Nord la France puis plus 40 ans, et en tant que fabricant, nous maîtrisons les rnières techniques construction pour réaliser

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012

Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012 Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012 Maitre de stage : Bruno Lacroix Ville : Bricqueville-sur-Mer (50) Age minimum pour participer

Plus en détail

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre 2015 - ALEC27 - CAUE27 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

La normalisation climatique du chauffage d un bâtiment industriel

La normalisation climatique du chauffage d un bâtiment industriel La normalisation climatique du chauffage d un bâtiment industriel La gestion énergétique d'un bâtiment est souvent mal maîtrisée, ce qui peut conduire à des dérives importantes de la consommation et donc

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air fortement le bilan énergétique d une maison 3 8 Assurer la qualité de l isolation thermique et de l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air 2 L

Plus en détail

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes et Transfert de vapeur d eau dans une paroi Durée du thème : 45 minutes Niveau de confort dans un bâtiment Equilibre thermique et Hygrométrique 2 Constructions récentes Bâtiment dont le mode constructif

Plus en détail

ISOLATION BELGE POUR DEMAIN

ISOLATION BELGE POUR DEMAIN ISOLATION BELGE POUR DEMAIN ININTERROMPUE - IGNIFUGE - UNIVERSELLE - FIABLE BÉNÉFICES CUMULÉS Qu est-ce qui est important pour vous lorsque vous choisissez un matériau d isolation? De bonnes valeurs d

Plus en détail

Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo

Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo Master title - 2/06/2015 - Page 1 Méthodologie Evaluation des performances hygrothermiques Caractérisation matériaux Poste

Plus en détail

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique Inertie d un matériau et d une paroi Les deux propriétés d un matériau qui interviennent dans la caractérisation de l inertie sont : - la masse volumique en kg/m 3, - la chaleur spécifique en J/(kg.K)

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

UNE REFLExION POUR L'AVENIR Architecture BOIS & dépendance

UNE REFLExION POUR L'AVENIR Architecture BOIS & dépendance UNE REFLExION POUR L'AVENIR... Sollicités de toutes parts, architectes, constructeurs et associations imaginent des solutions pour répondre aux nouvelles exigences en matière de développement durable.

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux INTRODUCTION Ce premier exercice constitue sensibilisation à un Diagnostic de Performance énergétique. Il s agira donc ici de relever les éléments entrant en compte dans un DPE ; nous utiliserons un logiciel

Plus en détail

Transmission de chaleur

Transmission de chaleur Transmission de chaleur Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 31 octobre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Méthode 2 2.1 Matériel..............................

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix. Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix

NOTE TECHNIQUE. Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix. Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix Nom du client : Sit-ab Titre de l'affaire : IT-Fix NOTE TECHNIQUE Calcul du pont thermique ponctuel du rupteur à scellement chimique IT-Fix Auteur: Florian SIMON Date : 27/09/2013 N/Ref : CMDL/FS.2013.42

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était

Plus en détail

Influence de l inertie

Influence de l inertie Annexe II Influence de l inertie en immeuble collectif A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (2007) 53 Sommaire A - Préliminaire 55 1.

Plus en détail

III) Démarches d'investigations

III) Démarches d'investigations I) Pourquoi ce projet? II) Question préliminaire III) Démarches d'investigations IV) Remerciements - Développer la démarche d investigation déjà abordée en sixième (EIST) auprès d élèves volontaires et

Plus en détail

MODÈLE THERMIQUE DE BÂTIMENT COUPLÉ À SOLENE- MICROCLIMAT : PRISE EN COMPTE DES HÉTÉROGÉNÉITÉS

MODÈLE THERMIQUE DE BÂTIMENT COUPLÉ À SOLENE- MICROCLIMAT : PRISE EN COMPTE DES HÉTÉROGÉNÉITÉS MODÈLE THERMIQUE DE BÂTIMENT COUPLÉ À SOLENE- MICROCLIMAT : PRISE EN COMPTE DES HÉTÉROGÉNÉITÉS THERMIQUES AULINE RODLER Institut de Recherche en Science et Technique de la Ville (IRSTV) Ecole Centrale

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d information que vous jugerez souhaitable.

Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d information que vous jugerez souhaitable. Benoît DARRE Route de Tarbes 65220 LALANNE TRIE A l attention de Monsieur VAN ZWYNSVOORDE A LALANNE TRIE, le 4 Mai 2016 Objet : Expertise Crédit d Impôt Innovation Monsieur Van Zwynsvoorde, Suite à votre

Plus en détail

Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides

Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides Réflectivité et Transmittivité Solaire Mesures spectrales d investigation entre les longueurs d ondes 250 nm et 2500

Plus en détail

Comment construire en respectant les données environnementales?

Comment construire en respectant les données environnementales? Comment construire en respectant les données environnementales? ZAC d habitat L Orée du bois à Verlinghem VOLET 3 : CONFORT Conception 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 1. PROFITER DE L ECLAIRAGE NATUREL...

Plus en détail

Kronolux MDF Diffusion

Kronolux MDF Diffusion est un panneau résistant à l humidité, c est un panneau de fibres de densité moyenne et de colle synthétique conçu pour le secteur de la construction du bâtiment. COMPOSANTS : Les panneaux ont une épaisseur

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT 1 OBJECTIFS : Recherche d indications dans des Textes officiels Recherche des caractéristiques des matériaux de construction et des équipements de chauffage Evaluation

Plus en détail

L offre solaire thermique condensation

L offre solaire thermique condensation L offre solaire thermique condensation Une alliance naturelle pour une performance accrue DOMAINE D APPLICATION Toute application de chauffage ou production d eau chaude sanitaire avec une consommation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ETUDES ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 03 > Bases physiques (I) Salle de test à l échelle 1 > CSTB Nantes http://aerodynamique.cstb.fr Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations

Plus en détail

les solutions fraîcheur

les solutions fraîcheur Les bonnes pratiques de l isolation Le confort d été : les solutions fraîcheur édito Le confort chez soi, l hiver, est obtenu dans une maison bien isolée et chauffée juste ce qu il faut. à lire de nombreuses

Plus en détail

Surélévations et extensions en bois

Surélévations et extensions en bois Organisé par la guidance technologique éco construction et développement durable de la Région de Bruxelles Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS) Surélévations

Plus en détail

JACKODUR Atlas Système d isolation périphérique pour la construction de maisons passives

JACKODUR Atlas Système d isolation périphérique pour la construction de maisons passives Système d isolation périphérique pour la construction de maisons passives Sommaire I II III IV Présentation du système Détails Pose Références 2 I II III IV Présentation du système Détails Pose Références

Plus en détail

F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-01

F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-01 F.E.S.T. AE-AI-TH/PE-0 Fiche d exemples de solutions techniques aux référentiels Qualitel et Habitat & Environnement Objet : Rubriques AE-AI-TH/PE Acoustique e & e, Thermique Hiver et Performance Energétique

Plus en détail

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements)

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) 3 maisons façade crépi et 3 habillage en pierres naturelles TERRAIN 990 M² (36 x 27,50 mètres) 1 2 3 4 5 6 BARDAGE MURS EN

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 6

Rapport action tuffeau. CAHIER n 6 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 6 Maison de bourg Gizeux Figure 1-1 : Façade Ouest réhabilitée Date de visite :

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40%

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40% RAPPORT Numéro du rapport : # 01 Titre : Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique La présentation se porte sur la version 0 situation existante : Répartition des surfaces

Plus en détail

2011 AGRANDISSEMENT D'UNE HABITATION et AMENAGEMENT D'UN GITE VAL MARAVEL

2011 AGRANDISSEMENT D'UNE HABITATION et AMENAGEMENT D'UN GITE VAL MARAVEL 2011 AGRANDISSEMENT D'UNE HABITATION et AMENAGEMENT D'UN GITE 26310 VAL MARAVEL Chantier en cours Maître d'ouvrage privé Avant projet Chantier en cours Complète 185 000 H.T (extension) / 53 000 H.T (gîte)

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

La surchauffe dans les bâtiments. La surchauffe dans les bâtiments. Le spectre électromagnétique. Le rayonnement solaire.

La surchauffe dans les bâtiments. La surchauffe dans les bâtiments. Le spectre électromagnétique. Le rayonnement solaire. La surchauffe dans les bâtiments Cycle technique Energie & Construction Prévenir la surchauffe estivale 05 mai 2011 Xavier Loncour Centre Scientifique et Technique de la Construction Problématique locale

Plus en détail

La surchauffe dans les bâtiments

La surchauffe dans les bâtiments Cycle technique Energie & Construction 12 juin 2012 Antoine Tilmans Centre Scientifique et Technique de la Construction 1 La surchauffe dans les bâtiments Problématique locale au sein des bâtiments Certains

Plus en détail

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Utilisation des fibres de chanvre : les laines isolantes Fibres Laine isolante

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Isolation phonique des parois en terre cuite

Isolation phonique des parois en terre cuite Isolation phonique des parois en terre cuite Réglementation acoustique Les informations sont données à titre indicatif. Dans tous les cas, il y a lieu de se référer aux textes et réglementations en vigueur.

Plus en détail

EVALUATION IN-SITU DU COMPORTEMENT HYGROTHERMIQUE DE MAISONS BIOSOURCES. B. MOUJALLED, D. SAMRI (CETE du Sud-Ouest) A. MARCOM (RAH Inventerre SCOP)

EVALUATION IN-SITU DU COMPORTEMENT HYGROTHERMIQUE DE MAISONS BIOSOURCES. B. MOUJALLED, D. SAMRI (CETE du Sud-Ouest) A. MARCOM (RAH Inventerre SCOP) EVALUATION IN-SITU DU COMPORTEMENT HYGROTHERMIQUE DE MAISONS BIOSOURCES B. MOUJALLED, D. SAMRI (CETE du Sud-Ouest) A. MARCOM (RAH Inventerre SCOP) Contexte et objectifs Essor de l usage des matériaux dits

Plus en détail

Construction du siège de la Délégation Auvergne du Centre National de la Fonction Publique Territoriale à Clermont-Ferrand

Construction du siège de la Délégation Auvergne du Centre National de la Fonction Publique Territoriale à Clermont-Ferrand Construction du siège de la Délégation Auvergne du Centre National de la Fonction Publique Territoriale à Clermont-Ferrand LE PROJET Conception : 2011 juin 2013 Chantier : fév 2014 nov 2015 (20 mois) Centre

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6 SOMMAIRE Avant-propos......................................... 4 Domaine d application du guide......................... 6 Système de bardage rapporté traditionnel, non traditionnel et certification associée.................................

Plus en détail

Conception hygrothermique des toitures plates. 16 mars 2017

Conception hygrothermique des toitures plates. 16 mars 2017 Conception hygrothermique des toitures plates 16 mars 2017 Eddy Mahieu CSTC Page 1 Remarque: Avant-propos Les syllabi distribués lors de présentations données par le CSTC ne font pas partie de la liste

Plus en détail

7 Avant-propos 9 CHAPITRE 1 : Domaine d application du guide

7 Avant-propos 9 CHAPITRE 1 : Domaine d application du guide SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 CHAPITRE 1 : Domaine d application du guide 11 CHAPITRE 2 : Système de bardage rapporté traditionnel, non traditionnel et certification associée 11 1. Définition du bardage rapporté

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail