Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC"

Transcription

1 Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Pierre Soubeyran Institut Bergonié

2 Prise en charge Pas de traitement sans diagnostic de l anémie Inflammatoire, hémolytique, carence martiale, trouble nutritionnel, hémorragie, envahissement médullaire Pas de traitement sans bilan Taux d hémoglobine de départ Bilan Fer (Fe, ferritine, coef. saturation transferrine, +/- EPO endogène) Notion de carence de fer et de carence fonctionnelle

3 Fréquence de l anémie Étude ECAS patients européens Anémie définie < 12 g/dl Hb 39,3% à l inclusion 10% < 10 g/dl 67% durant l évolution 39,3% < 10 g/dl

4 Fréquence de l anémie Étude ECAS PS <8g g/dl , ,2 % 2 26,7 27,7 19,3 % ,3 5,5 % Moitié des anémies avec PS mauvais ne sont pas traitées

5 Guidelines de l EORTC Suite des recommandations de l ASCO En parallèle des SOR Mis en place à la demande du Board de l EORTC Membres des différents groupes Méthodologie type evidence-based medicine Moyens en cohérence avec l objectif Collaboration avec l industrie Mise à jour 2006

6 Levels of evidence and grading of evidence for recommendations (ASCO) Level I II III IV V Type of evidence Meta-analysis of multiple, well-designed, controlled studies or from high-power, randomised controlled clinical trial At least one well-designed experimental study or low-power, randomised, controlled clinical study Well-designed, quasi-experimental studies such as nonrandomised, controlled single-group, pre-post, cohort, time or matched case-control series Well-designed, nonexperimental studies, such as comparative and correlational descriptive and case studies Case reports and clinical examples

7 Grading Grade A B C D Type of evidence There is evidence of type I or consistent findings from multiple studies of types II, III, or IV There is evidence of types II, III, or IV and findings are generally consistent There is evidence of types II, III, or IV but findings are inconsistent There is little or no systematic empirical evidence

8 Recommandations Patients en cours de traitement par chimiothérapie ou radiothérapie avec anémie 9-11 g/dl et symptomatiques (grade A) Hors chimiothérapie, idem (grade B) Peut être discuté chez les patients asymptomatiques avec Hb 11,9 g/dl selon chimiothérapie et cinétique de l hémoglobine (grade B) En dessous de 9 g/dl, discuter transfusions et EPO (grade C)

9 Recommandations Pas de bénéfice de l addition d une supplémentation en fer par voie orale (grade B) Bénéfice démontré en terme de réponse à l EPO d un supplémentation en fer par voie veineuse. Objectif : g/dl (grade B). Discuter titration ou intervalles prolongés

10 Recommandations Pas d augmentation de dose systématique si la réponse est insuffisante dans les 4 à 8 premières semaines (Grade B) Pas d utilisation prophylactique (grade A)

11 Objectifs majeurs Qualité de vie (grade A) Prévention des transfusions (grade A) Pas d objectif d amélioration de réponse ou de survie (grade A)

12 Modalités d administration Doses fixes (grade A) Rythme hebdomadaire Erythropoietine alpha (grade B) Erythropoietine bêta (grade B) Darbepoietine alpha (grade A) Toutes les 3 semaines Darbepoietine alpha (grade A) Toutes les 2 ou 4 semaines Darbepoiétine alpha (grade C)

13 Facteurs prédictifs Peu de facteurs avérés Intérêt de la recherche D une carence fonctionnelle en fer D une carence en vitamines EPO sérique dans les hémopathies malignes Hepcidin? CRP?

14 Craintes Pas de risque de progression tumorale en traitement de l anémie Le risque d érythroblastopénie ne doit pas conduire à restreindre l utilisation de l EPO (grade A) Légère augmentation du risque d accident thrombo-embolique (4 à 7% - RR = 1,55) (grade A)

15 Et après... Bien prescrire Évaluation des pratiques en Aquitaine? Initiatives internationales

16 Conclusions Médecine basée sur les preuves Intérêt du travail collégial systématique Importance de la veille de la littérature

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR)

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR) Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Suivi de l anémie chez les patients suivis DESCRIPTION : Ajustement de la dose des agents stimulants l érythropoïèse (ASE)

Plus en détail

LIDO. Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête LIDO, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris).

LIDO. Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête LIDO, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris). Cher(e) Collègue, Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris). Ce questionnaire ne vous prendra pas plus de 15 minutes.

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE

FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE MEDICAMENT D EXCEPTION Ce médicament est un médicament d exception car il est particulièrement coûteux et d indications précises (cf. Article R163-2 du code de la sécurité

Plus en détail

Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la

Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la transfusion Contexte et méthode de l étude Contexte

Plus en détail

Anémie et cancer : que retenir?

Anémie et cancer : que retenir? Anémie et cancer : que retenir? Anémie et cancer : que retenir? Actualités dans les soins de support Florian Scotté Anémie et mortalité : quel pronostic? Réza Elaïdi 25 ans d erythropoïétine : 25 ans d

Plus en détail

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Situation fréquente. Physiopathologie multifactorielle +++ : Infiltration

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE)

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) SYNTHESE REGIONALE 1 Sommaire Contexte de l EPP :... 4 Objectif :... 4 Méthodologie :...

Plus en détail

Anémie par carence martiale et grossesse

Anémie par carence martiale et grossesse Anémie par carence martiale et grossesse L anémie par carence martiale (ferriprive) est la première cause d anémie chez la femme enceinte (plus de 90 % des cas). La prévalence varie en fonction des populations,

Plus en détail

Anémie : tableau clinique

Anémie : tableau clinique Anémie Anémie : tableau clinique Symptômes et signes : Dyspnée Palpitations Malaises, asthénie, lenteur d idéation Hypotension orthostatique, tachycardie Pâleur complications : Insuffisance cardiaque,

Plus en détail

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Marie ERBAULT Chef de projet Service IPAQSS Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins

Plus en détail

Asthénie et anémie quelle prise en charge? Sylvain Dewas, Centre Bourgogne Olivier Romano, Centre Galilée

Asthénie et anémie quelle prise en charge? Sylvain Dewas, Centre Bourgogne Olivier Romano, Centre Galilée Asthénie et anémie quelle prise en charge? Sylvain Dewas, Centre Bourgogne Olivier Romano, Centre Galilée ASTHENIE : Définition sensation subjective de fatigue anormale généralement chronique, sans cause

Plus en détail

Prévention de l anémie chez les patients atteints de cancer. Louis Bergeron Pharmacien CSSS Rimouski-Neigette

Prévention de l anémie chez les patients atteints de cancer. Louis Bergeron Pharmacien CSSS Rimouski-Neigette Prévention de l anémie chez les patients atteints de cancer Louis Bergeron Pharmacien CSSS Rimouski-Neigette Plan de la présentation Définition, pathophysiologie et statistiques La «petite» place des agents

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

BON USAGE DES MéDICAMENTS

BON USAGE DES MéDICAMENTS BON USAGE DES MéDICAMENTS après avis HAS[1] Depuis 2007, de nouvelles données ont documenté des effets secondaires majeurs des érythropoïétines (EPO), en par ticulier d événements vasculaires thrombotiques

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits indications, alternatives Hématologie, oncologie Novembre 2014 HÉMOGLOBINOPATHIES Adultes drépanocytaires

Plus en détail

Essai contrôlé randomisé. Octobre José Labarère

Essai contrôlé randomisé. Octobre José Labarère Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose veineuse profonde symptomatique. Essai contrôlé randomisé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 NEORECORMON 10 000 UI, solution injectable en seringue B/6 seringues pré-remplies de 0,6 ml (CIP : 34009 350 034 1 6) NEORECORMON 2 000 UI, solution

Plus en détail

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D Fatigue et Cancer Cas clinique interactif A B C D www.canceraquitaine.org A B C D Cas clinique Une patiente de 58 ans en cours de traitement (chimiothérapie) se dit fatiguée à l effort et va voir son

Plus en détail

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Quoi de neuf en 2010? M.S. Gavard Courchevel, Avril 2010 Cibles d hémoglobine 1 Historique Chez l hémodialysé 2003: Taux

Plus en détail

Que signifie une hyperferritinémie?

Que signifie une hyperferritinémie? Que signifie une hyperferritinémie? Denis VITAL DURAND Centre de Compétence Régional pour les hyperferritinémies et surcharges en fer Médecine Interne - Centre Hospitalier Lyon Sud Les Jeudis de l Europe

Plus en détail

GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES

GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES 3ème ACTUALITÉS ONCO-GÉRIATRIQUES NORMANDES Samedi 19 Septembre 2015 Dr Olivier RIGAL - Centre H. Becquerel - ROUEN Age et toxicités hématologiques Toxicité liée à

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 décembre 2007 MIRCERA 50 µg/0,3 ml, solution injectable Boîte de 1 seringue préremplie (CIP : 381 514-5) MIRCERA 75 µg/0,3 ml, solution injectable Boîte de 1 seringue

Plus en détail

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies?

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? L exemple du Fer Thierry Harvey Prévalence de l anémie chez les femmes en âge de procréer Un des dix facteurs

Plus en détail

les femmes enceintes en fer?

les femmes enceintes en fer? Pourquoi faut-il supplémenter les femmes enceintes en fer? Dr Sara DADOUN Anesthésie sie - Paris Plusieurs raisons L anémie /carence martiale est fréquente mais banalisée Les conséquences sont pourtant

Plus en détail

Du fer trop ou pas assez? soutiennent ce projet. Les sponsors n ont aucune influence sur le contenu de la formation médicale.

Du fer trop ou pas assez? soutiennent ce projet. Les sponsors n ont aucune influence sur le contenu de la formation médicale. Du fer trop ou pas assez? soutiennent ce proj. Les sponsors n ont aucune influence sur le contenu de la formation médicale. La surcharge en fer secondaire aux transfusions soutiennent ce proj. Les sponsors

Plus en détail

Et le Groupe de travail de la FFESSM: Eric BERGMANN, Marc DRAPEAU, Martial De HARO, Yves GRUEL

Et le Groupe de travail de la FFESSM: Eric BERGMANN, Marc DRAPEAU, Martial De HARO, Yves GRUEL TROUBLES de la CRASE SANGUINE et PLONGEE: Actualisation Jean-François SCHVED Centre Régional de Traitement des Hémophiles (CRTH) Languedoc Roussillon CHU Montpellier Et le Groupe de travail de la FFESSM:

Plus en détail

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits)

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Indications des facteurs de croissance hématopoïétiques en cancérologie: particularités du sujet âgé

Indications des facteurs de croissance hématopoïétiques en cancérologie: particularités du sujet âgé Indications des facteurs de croissance hématopoïétiques en cancérologie: particularités du sujet âgé Frédéric Selle Hôpital TENON 15/04/2011 Anémie en onco-hématologie L anémie est définie par l OMS par

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes Métabolisme du fer choix des marqueurs Que doit-on mesurer

Plus en détail

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE philippe.chassagne@chu-rouen.fr Jamais!!!! Merci pour votre attention. Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire

Plus en détail

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE dans une population gériatriqueg hospitalisée M ANDRO, A COUTARD, A GENTRIC SGOC 2012 Anémie chez le sujet âgé Définie par critères OMS: - = Hb

Plus en détail

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Les HBPM Gestion pendant la grossesse D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Modifications coagulation Augmentation Filtration Rénale Augmentation Volume Plasmatique Augmentation poids Gène retour veineux Normalisation

Plus en détail

Usage judicieux de 14 analyses biomédicales

Usage judicieux de 14 analyses biomédicales Usage judicieux de 14 analyses biomédicales Outil pratique Deuxième séance portant sur une analyse en biochimie et cinq analyses en hématologie 30 septembre 2014 Webinaire de l INESSS présenté par Dr Christian

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 VENOFER 100 mg/5 ml, solution injectable (IV) 5 ampoules en verre de 5 ml (CIP 561 896-3) Laboratoire VIFOR France (titulaire) Exploitant laboratoire

Plus en détail

Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose

Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose veineuse profonde symptomatique. Essai contrôlé randomisé

Plus en détail

GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES

GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES GESTION DES TOXICITES HEMATOLOGIQUES 52èmes Journées Médicales Havraises Samedi 16 Janvier 2016 Dr Olivier RIGAL -Centre H. Becquerel -ROUEN Age et toxicités hématologiques Toxicité liée à la chimiothérapie

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

EPO dans l IRC: à qui et pourquoi? Pietro Gianella

EPO dans l IRC: à qui et pourquoi? Pietro Gianella EPO dans l IRC: à qui et pourquoi? 28.11.2012 Pietro Gianella Plan 1. Dépistage de l anémie chez l IRC 2. Le bilan martial 3. Cible de l Hb et EPO 4. Nouvelles perspectives 1. Dépistage de l anémie chez

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs,

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs, EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN 26 Date 11 avril 26 Contact Dr Barbara von Eisenhart Rothe, Medical Director, Vifor (International) SA Sujet Programme de développement clinique de Seul le texte prononcé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 29 juillet 2008 modifiant la fiche d information thérapeutique annexée

Plus en détail

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES REFERENTIEL (mise à jour ; V. 3) RHECOM AG Bagnoles de l orne, 09/06/2012 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Service Hématologie Clinique - CHU Caen (( V1 06/2008 V2 06/2009 Réseau

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes ANEMIE DU SUJET AGE C.DAURIAC Chr Rennes DEFINITIONS DEFINITION d une ANEMIE: = définition de l OMS ( WHO) n < 13 g Hb / dl chez l homme n < 12 g Hb / dl chez la femme DEFINITION du SUJET AGE: = définition

Plus en détail

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations)

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Date de création du document 01/02/2010 QUESTION 1/10 : QCM Une «fausse anémie» par hémodilution est habituelle au cours de : A - la

Plus en détail

Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation

Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation Connaissances actuelles et recommandations 1 I/ APPORTS ÉNERGÉTIQUES Ø Adaptation de l organisme maternel : Les besoins réels au cours de la

Plus en détail

FEMMES NOIRES ET DON DE SANG

FEMMES NOIRES ET DON DE SANG FEMMES NOIRES ET DON DE SANG Réunion du Comité des Usagers Le 28 sept. 2016 à Québec Le 4 oct. 2016 à Montréal André Lebrun, M.D. Vice-président Affaires médicales, Hématologie Réalités québécoises Hémoglobine

Plus en détail

Place du fer dans la prise en charge de l anémie

Place du fer dans la prise en charge de l anémie Place du fer dans la prise en charge de l anémie 100.000.000.000 a.ce que chacun voudrait avoir sur son compte en banque? b.la probable conversion Drachme/ si la Grèce sort de la Zone Euro? c.le nombre

Plus en détail

SYNTHÈSE DES ATELIERS

SYNTHÈSE DES ATELIERS Rédigé par le Docteur Tristan CUDENNEC (Boulogne Billancourt) SYNTHÈSE DES ATELIERS Myélodysplasies (P.Chaibi, G.Albrand) Transfusion, hémovigilance (I.Devie, M.Cartier, P.Chevalet) Syndromes myéloprolifératifs

Plus en détail

Prise en charge de l Anémie Ferriprive en ONCOLOGIE. Hiba Touami

Prise en charge de l Anémie Ferriprive en ONCOLOGIE. Hiba Touami Prise en charge de l Anémie Ferriprive en ONCOLOGIE Hiba Touami Définition de l Anémie Ferriprive selon le NCI Anémie Ferriprive Modérée Intermédiaire Sévère Hb

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde 18 Cancer de la thyroïde Avec 3 711 nouveaux cas estimés en 2000 en France, le cancer de la thyroïde représente 1 % de l ensemble de nouveaux cas de cancers (Remontet et coll., 2003). L incidence du cancer

Plus en détail

Prise en charge de l anémie au cours des MRC

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 Philippe'Rieu' Service'de'Néphrologie3Transplanta9on' CHU3Reims' EPO/EPO-R et Erythropoïèse GM-CSF G-CSF IL-3 GM-CSF IGF-1 IL-3 GM-CSF IL-9

Plus en détail

Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes -

Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes - Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes - Journée CETG Paris 26 novembre 2010 M Berger Hématologie Biologique-Immunologie HEMATOLOGIE (Biologie) CHU de Clermont-Fd UPRES

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Medi-Labo-Tech Anémie. Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017

Medi-Labo-Tech Anémie. Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017 Medi-Labo-Tech Anémie Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017 Anémie et état ferriprive: prise en charge I Diagnostic. Identifier la cause. Attention aux hommes adultes et femmes ménopausées.

Plus en détail

EPU95 Montmorency Médecine Interne Mise à jour du 13 Mai 2007*

EPU95 Montmorency Médecine Interne Mise à jour du 13 Mai 2007* EPU95 Montmorency Médecine Interne Mise à jour du 13 Mai 2007* EXPLORATION D UNE ANEMIE Pr. A. Najman Chef de service Hématologie (Hôpital Saint Antoine) Séance du 3 mai 2001 Si en hématologie, les affections

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations)

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Date de création du document 01/02/2010 QCM QUESTION 1/10 : Quels paramètres suivants sont utiles pour distinguer une anémie par carence martiale d'une

Plus en détail

La surveillance biologique des traitements par dialyse

La surveillance biologique des traitements par dialyse La surveillance biologique des traitements par dialyse Pr Philippe BRUNET Centre de Néphrologie Assistance-Publique Hôpitaux de Marseille Hôpital de la Conception Tableaux de bord 4 points àsurveiller

Plus en détail

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 EPO/EPO-R et Erythropoïèse Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 Philippe Rieu Service de Néphrologie- Transplanta9on CHU- Reims CFU-GEMM GM-CSF G-CSF IL-3 Early BFU-E GM-CSF IGF-1

Plus en détail

SÉCURITÉ DU SANG (donneurs/receveurs) VS ANÉMIE FALCIFORME. Symposium sur l Anémie Falciforme. Le 5 novembre 2016

SÉCURITÉ DU SANG (donneurs/receveurs) VS ANÉMIE FALCIFORME. Symposium sur l Anémie Falciforme. Le 5 novembre 2016 SÉCURITÉ DU SANG (donneurs/receveurs) VS ANÉMIE FALCIFORME Symposium sur l Anémie Falciforme Le 5 novembre 2016 André Lebrun, M.D. Vice-président Affaires médicales, Hématologie Mission de Héma-Québec

Plus en détail

Anémie aiguë. Y Pérel HOPE.Aquitaine

Anémie aiguë. Y Pérel HOPE.Aquitaine Anémie aiguë Y Pérel HOPE.Aquitaine Diagnostic positif Pas si facile Pas si difficile Tolérance Anémies les plus mal tolérées : hémolyse (G6PD, SHU, auto-immune ) hémorragie aiguë Liée à : la profondeur

Plus en détail

Dr David BOUTBOUL Anesthésiste-Réanimateur, Hôpital Cochin Service d orthopédie, Pr SAMAMA APHP

Dr David BOUTBOUL Anesthésiste-Réanimateur, Hôpital Cochin Service d orthopédie, Pr SAMAMA APHP Anémie et carence martiale avant chirurgie carcinologique intra-abdominale : prévalence, et impact sur la transfusion péri-opératoire et les complications postopératoires à 30 jours. Dr David BOUTBOUL

Plus en détail

TRAITEMENT des ANEMIES

TRAITEMENT des ANEMIES TRAITEMENT des ANEMIES 1) ANEMIES FERRIPRIVES ne traiter que la carence martiale, l anémie se corrigera sans transfusion a - Carence martiale : Traitement de la cause : polype, fibrome ablation du stérilet+++...

Plus en détail

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba APPORT DU RECEPTEUR E E SOLUBLE LE DE LA TRANSFERRINE DANS LE DIAGNOSTIC DE LA CARENCE MARTIALE Raouf HAFSIA CMH Alger Mai 2009 Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba raouf.hafsia

Plus en détail

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Unité de Médecine Interne et Pathologie Vasculaire,

Plus en détail

Anémies du sujet âgé. Pr O. Beyne-Rauzy, Médecine Interne IUCT-Oncopole. 20/01/2017 Gériatrie, Hôpital Garonne

Anémies du sujet âgé. Pr O. Beyne-Rauzy, Médecine Interne IUCT-Oncopole. 20/01/2017 Gériatrie, Hôpital Garonne Anémies du sujet âgé Pr O. Beyne-Rauzy, Médecine Interne IUCT-Oncopole ì 20/01/2017 Gériatrie, Hôpital Garonne Décembre 1981 Anémie et âge

Plus en détail

Prise en charge des patients hémodialysés chroniques

Prise en charge des patients hémodialysés chroniques Indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Prise en charge des patients hémodialysés chroniques Résultats nationaux de la campagne 2015 Données 2014 et 2015 Synthèse Novembre

Plus en détail

SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux

SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT P. SOUBEYRAN Oncologie médicale Institut Bergonié, Bordeaux EPIDEMIOLOGIE Entre 1980 et 2000, changement important dans le «panorama» du cancer en France majeure de l incidence

Plus en détail

Avis 17 décembre MIRCERA 75 µg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

Avis 17 décembre MIRCERA 75 µg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 décembre 2014 MIRCERA 30 µg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie B/1 (CIP : 34009 390 372 5 7) MIRCERA 50 µg/0,3 ml, solution injectable en seringue

Plus en détail

HEMOGLOBINOPATHIES. Professeur Photis BERIS Service d Hématologie Hôpital Cantonal, Genève

HEMOGLOBINOPATHIES. Professeur Photis BERIS Service d Hématologie Hôpital Cantonal, Genève HEMOGLOBINOPATHIES Professeur Photis BERIS Service d Hématologie Hôpital Cantonal, Genève Hémoglobinopathies : classification Défaut de synthèse syndromes thalassémiques Protéine anormale hémoglobines

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS, DE LA SANTÉ ET DE LA FAMILLE Arrêté du 6 mai 2005 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux

Plus en détail

Lactoferrine et Anémie. Thierry Harvey

Lactoferrine et Anémie. Thierry Harvey Lactoferrine et Anémie Thierry Harvey Quelques rappels Valent mieux que de ne pas comprendre La carence martiale dans le monde carence la plus fréquente dans le monde deux milliards de personnes population

Plus en détail

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN. Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN. Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue ACTIVITÉ PHYSIQUE ET CANCER DU SEIN Présenté par Catherine Marier, Kinésiologue BIENFAITS DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE PRÉVENTION 30 minutes /jour d activité physique à intensité modérée 25 % risques de développer

Plus en détail

Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan

Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan Anémies du sujet âgé Dr Carine Foucaud Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan Plan Définition, prévalence et conséquences cliniques Etiologies Cas cliniques Définition (OMS) Prévalence (% %) 120

Plus en détail

Anémie du sujet âgé. Dr Carine Foucaud. Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan

Anémie du sujet âgé. Dr Carine Foucaud. Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan Anémie du sujet âgé Dr Carine Foucaud Pôle de gérontologie, Hôpital Xavier Arnozan Plan Définition, prévalence et conséquences Etiologies Cas cliniques Prévalence (%) Définition (OMS) 120 100 80 60 Hb

Plus en détail

Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte

Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte CHIC 2017 C. Pondarré 2/2 VGM bas= anémies microcytaires Def < 70fl + age en années jusqu'à 10 ans

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée

Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue

Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue Ulcère de stress? Ulcère de stress contexte -En 1842 un certain chirurgien? Anglais?

Plus en détail

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Myélome multiple Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Epidémiologie Epidémiologie 2 ième hémopathie maligne après les lymphomes, Incidence en France: 3000 cas/an

Plus en détail

Alternatives pharmacologiques: les traitements spécifiques de la maladie d Alzheimer

Alternatives pharmacologiques: les traitements spécifiques de la maladie d Alzheimer Alternatives pharmacologiques: les traitements spécifiques de la maladie d Alzheimer Serge Gauthier, MD, FRCPC Montréal, Canada Serge.gauthier@mcgill.ca MÉDICATIONS SYMPTOMATIQUES Inhibiteurs de la cholinesterase

Plus en détail

L anémie et l insuffisance rénale chronique

L anémie et l insuffisance rénale chronique L anémie et l insuffisance rénale chronique L A F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D U R E I N 1 L anémie et l insuffisance rénale chronique Qu est-ce que l anémie? Une anémie est une diminution du

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium Rémy Hurstel Historique du patient Patient de sexe masculin né en 1934 Diagnostic de leucémie prolymphocytaire T CD 4+ réalisé en avril 2013

Plus en détail

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 (( Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 Journée annuelle du centre de référence des cytopénies auto-immunes Créteil HM, 09/06/2017 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Institut d Hématologie

Plus en détail

RESUME. Coordinateur: Pr. François Dreyfus. Investigateur Principal: Dr. Andréa Toma

RESUME. Coordinateur: Pr. François Dreyfus. Investigateur Principal: Dr. Andréa Toma Etude de phase II comparant le Traitement par Lenalidomide (Revlimid ) ou Lenalidomide (Revlimid ) et Epoetin beta (Neorecormon ) dans les Syndromes Myélodysplasiques de risque faible ou int-1 selon l

Plus en détail

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG

Hyperplaquettose. 1. Hémogramme frottis de sang natif coloré au MGG Hyperplaquettose I. Définition = thrombocytose ou thrombocytémie Plaquettes > 400 G/L sur plusieurs prélèvements. - Le plus souvent secondaire : réactionnelle, transitoire, modérée - Plus rarement primitive

Plus en détail

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Dr Clément Boniol 11 juin 2015 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Les urgences de Rouen 25 médecins urgentistes 18 internes en stage

Plus en détail

L anémie dans l insuffisance cardiaque

L anémie dans l insuffisance cardiaque L anémie dans l insuffisance cardiaque Étude rétrospective consécutive de 132 patients P ABASSADE, F RABENERINA, P GARCON, Y ANTAKLY, R CADOR Hôpital saint Joseph 185 rue Raymond Losserand 75014 Paris

Plus en détail

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Jean Gaudart jean.gaudart@univ-amu.fr Faculté de Médecine Aix-Marseille Université J Gaudart, LERTIM, Aix-Marseille Université 1 1. Introduction

Plus en détail

La méta-analyse en oncologie

La méta-analyse en oncologie La méta-analyse en oncologie Emmanuelle Paris Staff santé publique 25 janvier 2012 Introduction 1904 (Pearson) : Manque de puissance des échantillons de petite taille 1955 : Méta-analyse (MA) sur traitement

Plus en détail

Recommandations sur l utilisation des facteurs de croissances (rouges et blancs) D. MORO-SIBILOT CHU Grenoble

Recommandations sur l utilisation des facteurs de croissances (rouges et blancs) D. MORO-SIBILOT CHU Grenoble Recommandations sur l utilisation des facteurs de croissances (rouges et blancs) D. MORO-SIBILOT CHU Grenoble Pourquoi utiliser les ASE chez les patients présentant un cancer bronchique traité par chimiothérapie?

Plus en détail

Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Les erythropoïétines humaines recombinantes : Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie

Plus en détail

Epo or not Epo en cancérologie? «Le dire c est bien le fer c est mieux»?

Epo or not Epo en cancérologie? «Le dire c est bien le fer c est mieux»? Epo or not Epo en cancérologie? «Le dire c est bien le fer c est mieux»? 1. Introduction La problématique : Dans les temps anciens Critères de traitement par EPO larges. Peu de recommandations Profils

Plus en détail