LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera"

Transcription

1 LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera I) La structure : L Institut Arnault Tzanck est une clinique médico-chirurgicale privée à but non lucratif, gérée par l association «Les amis de la transfusion sanguine» depuis Elle emploie 543 salariés dont 181 infirmiers, 98 aides-soignants, 11 cadres infirmiers et 70 médecins salariés et libéraux. L Institut a une capacité d hospitalisation de 256 lits répartis ainsi : - 60 lits de Chirurgie Cardiaque. - 5 lits de Réanimation Cardiaque lits dont 20 de surveillance continue, de Chirurgie Générale et de Spécialités : Digestive, Orthopédique, Thoracique, Vasculaire, Urologique, Ophtalmologique, O.R.L., Stomatologique, Réparatrice Reconstructrice et Esthétique - 33 places de Chirurgie et d Anesthésie Ambulatoires - 8 lits de Réanimation Médicale - 48 lits de Médecine (dont 12 de surveillance continue) dédiés aux malades en phase aiguë ou hospitalisés en vue d explorations : Cardiologie, Diabétologie, Endocrinologie-Nutrition, Gastro-Entérologie, Hépatologie, Hypertension, Néphrologie, Pneumologie, Rhumatologie postes d Hémodialyse (dont 2 réservés à l entraînement à la dialyse hors centre) - 1 service d accueil des urgences UPATOU L institut bénéficie de 15 sites interventionnels : - 9 salles d opération - Une unité de chirurgie ambulatoire - Un bloc d endoscopie - Un service de radiologie avec 4 salles de radiologie, 2 salles d angiographie numérisées et une unité d échographie - Un département d hémodynamique - Un service de médecine nucléaire - Une unité d exploration fonctionnelle de cardiologie. - Un centre de kinésithérapie avec balnéothérapie.

2 II) Le Comité de Lutte contre la Douleur et prise en charge des soins de support CLUDS La lutte contre la douleur fait partie des objectifs prioritaires de l établissement, dès 1998 un CLUD a été mis en place. Dans un premier temps, le Dr Nadine Memran (chef de service du département douleur du CHU de Nice) en a assuré la présidence, relayée en 2004 par le Dr Jean-Pierre Ciebiera, médecin anesthésiste-réanimateur de la clinique. Une équipe pluridisciplinaire assure le fonctionnement de ce comité : Le Dr J.P Ciebiera - Président du Clud ; Le Dr N. Memran -Présidente d honneur Le Dr J.M Salvadori - Directeur général, Mme E. Andréani - Directrice des soins Mme M.Gandoin - Pharmacien Mme C. Salard - Responsable qualité Mme P. Gasnier - Infirmière coordinatrice en soins de support de cancérologie Mmes B. Barbarelli et N. Rocchi, infirmières spécialement dédiées à la supervision de la prise en charge de la douleur, assurant une présence du lundi au vendredi de 8h à 16h. Le CLUD a pour missions : - L amélioration de la prise en charge de la douleur, quel qu en soit son type: aiguë, chronique, d origine néoplasique ou non, ou sa cause: chirurgie, maladie, provoquée par les soins ou actes médicaux. Cette prise en charge est globale et a pour objectif le confort du patient. - La formation des soignants à l évaluation, à l utilisation des protocoles et à la surveillance des traitements instaurés. - L harmonisation des pratiques, qui par l élaboration de protocoles adaptés, assure une cohérence dans la prise en charge de la douleur dans la structure. - L évaluation de la pertinence et de l efficacité des actions d amélioration, par le biais d enquêtes.

3 En 2009, le CLUD a évolué en CLUDS (S pour soins de support). Conformément au plan cancer , son champ d action s est élargi avec une nouvelle mission : «améliorer l accès aux soins de support pour tous les malades atteints de cancer, en intégrant mieux la lutte contre la douleur et le recours à la démarche palliative quand elle s avère nécessaire». Ce point a été étendu aux patients souffrant de pathologies chroniques graves (dialysés, artéritiques, insuffisants cardiaques ) Le CLUDS a confié aux infirmières référentes douleur et cancérologie, la mission de coordonner les actions en soins de support intra et extra muros (nutrition, douleur, soutiens sociaux et psychologiques, fatigue, stomathérapie, sexologie ). Les actions : I. Le point fort du Clud est la création du premier poste d infirmière référente douleur (0.5 ETP) en 2001 et du 2ème en Ces 2 infirmières sont des personnes ressources dans la prise en charge de la douleur. Sur 1.25 ETP, elles assurent : - Un suivi régulier des patients, notamment en post opératoire immédiat. Tous les opérés sont systématiquement évalués à J1 et plus si nécessaire. Dans le cas où le patient serait douloureux, elles ont alors un rôle de coordination entre le patient, les soignants et les médecins afin que tout soit entrepris pour le soulager. - Des bilans douleur, à la demande des médecins, en cas de douleurs chroniques et /ou rebelles. Après un entretien avec le patient, elles rédigent un compte rendu de la situation, décrivant précisément la douleur et ses caractéristiques (localisation, irradiation, intensité, facteurs déclenchants, ) mais aussi l impact de cette douleur sur la qualité de vie du patient. - L application et l évaluation des actions d amélioration mises en place par le CLUDS - La formation des soignants à l évaluation de la douleur et de ses outils (EVA, l Algoplus, le BPS, le DN4), à l utilisation de la PCA, à la politique de l établissement auprès du personnel nouvellement recruté. IV. Procédure et protocoles : 1 ) Procédure de prise en charge de la douleur, actuellement dans sa 3ème version qui protocolise :

4 - L analgésie post-opératoire avec la création d une fiche de «prescription du traitement de la douleur et de sa surveillance» qui permet non seulement la prescription d antalgiques à administrer systématiquement mais aussi ceux auxquels l infirmier peut avoir recours si l EVA du patient dépasse 3. De plus, la prescription relais per os est prévue sur cette fiche dès la sortie du bloc opératoire et permet ainsi une meilleure continuité dans le soulagement. L anticipation des pics douloureux et du passage à la voie orale a été un grand progrès dans la gestion de la douleur des opérés. - La gestion des effets secondaires de la morphine. Une enquête interne en 2002 a montré que le principal frein à l utilisation correcte de la PCA était les effets secondaires de la morphine (nausées, vomissements, constipation). De là est né un protocole de gestion des effets secondaires permettant d appliquer précocement un traitement dès leur apparition. Cette procédure a significativement amélioré la gestion de la douleur post-opératoire et par extension la gestion de la douleur. L informatisation de la prescription a perturbé l efficacité de cette procédure, des adaptations sont à l étude. 2) Protocoles spécifiques : - Traitement par morphine orale (2004) ; guide la prescription de la morphine LP, des interdoses et de l adaptation des dosages en fonction du soulagement. - Transfert du patient de la réanimation vers le service d hospitalisation (2006) ; propose une technique de lever destinée à prévenir la douleur induite, et préconise le signalement aux IDE référentes d un patient douloureux sortant de réanimation. - Mesures de sécurité lors de l utilisation de la PCA (2007) ; décrit le montage de la tubulure, l identification de la pompe et la traçabilité de la surveillance. - PCD à la levée d un bloc nerveux (2008) ; partant du constat que la PCA n est pas efficace à soulager un patient lors de la levée du bloc nerveux, ce protocole prescrit 5mg de morphine s/c à la levée du bloc moteur. La PCA est utilisée de façon concomitante, cela évite le recours à une une titration, peu adaptée au fonctionnement des services. - Utilisation du MEOPA dans les services d hospitalisation (2009), dans le but de renforcer la prévention de la douleur induite par les soins. Deux ans après, cette utilisation au lit du

5 patient commence à rentrer dans les pratiques, avec 14 utilisations de janvier à juin 2011 contre 5 en IV. Enquêtes : - La satisfaction des patients est évaluée une fois par an. - La Douleur induite par les soins (2002) En réponse au plan douleur , une réflexion a été menée sur la base d une enquête comparant les soins qui apparaissent comme douloureux aux patients, et ceux qui le sont pour les soignants. - Etat des lieux de la prise en charge de la douleur à l institut (2003) Réalisée avec des questionnaires patients, infirmiers, médecins et un audit des dossiers, de façon à avoir une vision complète de la gestion de la douleur dans l établissement : évaluation, formation, thérapeutique, et techniques d analgésie, satisfaction des patients mais aussi du personnel. Cela a mis en évidence la nécessité d adapter les traitements antalgiques si besoin et les relais per os, ainsi que la nécessité de former le personnel. - EPP «pertinence du protocole de gestion des effets secondaires de la morphine» (2006) L utilité de ce protocole est reconnue, mais il n est pas toujours appliqué dans son intégralité, une information supplémentaire a été apportée lors des formations du personnel nouvellement recruté. - La Douleur dans les pathologies vasculaires (2007). Cette enquête a permis une meilleure connaissance des douleurs neuropathiques et des antalgiques qui les traitent ; - Ressenti des patients lors du passage au bloc (2009). La nécessité d acquérir un savoir être pour répondre aux besoins du patient est apparue et à donné lieu à une formation à ce sujet. - Douleur en hémodialyse (2010). Il ressort de ce travail le besoin d améliorer les traitements antalgiques chez les insuffisants rénaux et aussi d évaluer la douleur. IV. Formation et information En moyenne une centaine d heures par an sont consacrées à la formation douleur du personnel. Les plus importantes et les plus récentes : - Forum douleur «La morphine si on en parlait?» Exposition interactive destinée à l ensemble du personnel médical et paramédical.

6 - Formation à l hypnose Ericksonienne ( ) pour une infirmière référente douleur - Formation à l autohypnose gestion du stress ( ) qui concerne 27 personnes ( IDE, AS et administratifs ) - Formation à l utilisation du MEOPA dans les services avec 23 infirmières aptes à utiliser cette technique. - DIU d éthique et de soins palliatifs ( ) pour une infirmière référente douleur - Formation douleur destinée aux aides-soignantes (2011), avec 38 personnes formées à l évaluation de la douleur, aux techniques non médicamenteuses pour assurer le confort des patients - «Comment aborder différemment le patient pendant le soin?» (2011), inspirée des techniques de l hypnose médicale, cette formation présente une façon d aborder le soin adaptée aux besoins du patient. Au total depuis le début de l année 2011, 63 infirmiers, aidessoignants, et personnel administratifs ont bénéficié de cette formation. - Formation du personnel infirmier nouvellement recruté (formation individuelle) IV. Organisation d un Interclud Depuis 1999, les CLUD de 8 établissements se réunissent deux fois par an pour échanger leur savoir faire sur les différentes techniques antalgiques, la prise en charge palliative, ambulatoire, en HAD ou SAD, la place de l hypnose médicale dans la prise en charge de la douleur. Une enquête de satisfaction patient commune à tous les établissements est faite annuellement.

Certification : effet vitrine ou levier de changement? Michel Galinski

Certification : effet vitrine ou levier de changement? Michel Galinski Certification : effet vitrine ou levier de changement? Michel Galinski CNRD Hôpital Trousseau - Paris Introduction Depuis plus de 10 ans les institutions via l ANAES initialement puis l HAS ont débuté

Plus en détail

Les nouveaux défis de la fonction IADE

Les nouveaux défis de la fonction IADE Les nouveaux défis de la fonction IADE Congrès ICAR Lyon Novembre 2014 Introduction La douleur a longtemps été considérée, uniquement, comme un symptôme. Un signe clinique qui n intéressait les médecins

Plus en détail

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Dr Florentin CLÈRE - Praticien hospitalier Consultation pluridisciplinaire de la douleur Unité Risques et Qualité Atelier n 2 29 novembre 2010

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L INSTITUT ARNAULT-TZANCK CENTRE MÉDICOCHIRURGICAL. 231, avenue du Docteur-Maurice-Donat SAINT -LAURENT-DU-VAR

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L INSTITUT ARNAULT-TZANCK CENTRE MÉDICOCHIRURGICAL. 231, avenue du Docteur-Maurice-Donat SAINT -LAURENT-DU-VAR COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L INSTITUT ARNAULT-TZANCK CENTRE MÉDICOCHIRURGICAL 231, avenue du Docteur-Maurice-Donat 06721 SAINT -LAURENT-DU-VAR Mars 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur 1/ Présentation de l'établissement Le CHT de Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques?

Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques? Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques? Enquête auprès des intervenants des journées CNRD de 2006 à 2009 Patricia Cimerman, Odile Perrin, Marie Thibaut, CNRD, Paris (75) Introduction Les journées

Plus en détail

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré La Clinique Ambroise Paré est une clinique de court séjour, pluridisciplinaire, qui dispose de 228 lits et places.

Plus en détail

aux aides-soignantssoignants

aux aides-soignantssoignants CADRE LEGISLATIF de la prise en charge de la douleur Réseau Voironnais de la Douleur Dominique Gillet - Claudine Pautonnier Place des soignants dans la prise en charge du patient douloureux En tant que

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT

LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT DU 17/07/15 LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE, UN ENGAGEMENT CENTRE AUTOUR DU PATIENT un projet devenu une réalité à l Hôpital

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition

Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition 1 2 Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition L observation est un enjeu préalable indispensable à l action publique, en amont une aide à la décision et au pilotage, en aval un socle pour

Plus en détail

L Hôtel-Dieu de Pont-l Abbé, un hôpital résolument tourné vers l avenir

L Hôtel-Dieu de Pont-l Abbé, un hôpital résolument tourné vers l avenir Pont-l Abbé, 6 mars 2017 COMMUNIQUE L Hôtel-Dieu de Pont-l Abbé, un hôpital résolument tourné vers l avenir Depuis 2012 et conformément au plan d adaptation «Hôtel-Dieu 2014», l établissement a connu d

Plus en détail

La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux

La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux Formation La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux Durée : 17,5 Heures Contexte : En 2010 un audit interne révélait que seulement 8% des dossiers patients mentionnaient la traçabilité

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS 2, RUE CHARLES SIMON BP 413 51308 VITRY-LE-FRANÇOIS CEDEX OCTOBRE 2009 PARTIE 1 Nom

Plus en détail

Agence nationale du DPC

Agence nationale du DPC Organisme Titre Description U.M.F.C.S. Unité Mixte de Formation Continue en Santé de Marseille FORMATION CONTINUE MULTIDISCIPLINAIRE A LA «CONCILIATION DES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX (CTM) Référence Agence

Plus en détail

C.H.D. Vendée. L engagement qualité. Directeur général, Mr. G. Couturier.

C.H.D. Vendée. L engagement qualité. Directeur général, Mr. G. Couturier. C.H.D. Vendée Directeur général, Mr. G. Couturier. Population des communautés de communes et du département de la Vendée (620 000 h). L engagement qualité. CHD Vendée 85 925 LA ROCHE SUR YON 02 51 44 61

Plus en détail

RETOUR EXPERIENCE V2014

RETOUR EXPERIENCE V2014 RETOUR EXPERIENCE V2014 Hôpital Saint Joseph Marseille Muriel TOUBOUL, Directeur Qualité Gestion des risques Relations avec les usagers Hôpital Saint Joseph - Marseille mtouboul@hopital-saint-joseph.fr,

Plus en détail

santé d'arcachon pôle T.4 - Identification des entrées Cadre de l'étude :. Pôle de santé d Arcachon

santé d'arcachon pôle  T.4 - Identification des entrées Cadre de l'étude :. Pôle de santé d Arcachon Cadre de l'étude :. Pôle d Arcachon Missions :.Etude d'implantation.conception du système.définition du design produit.définition du design graphique.fabrication et mise en place 35 Typologie :.Signalétique

Plus en détail

Centre Hospitalier Sainte-Anne

Centre Hospitalier Sainte-Anne EPP «Prise en charge de la douleur physique des patients hospitalisés au CHSA» (référence 42) Docteur Marianne MAZODIER Secteur 15- PARIS Journée FFP 28 Mars 2008 Thème porteur de potentialités d amélioration?:

Plus en détail

REEVALUATION DE L ANTIBIOTHERAPIE

REEVALUATION DE L ANTIBIOTHERAPIE REEVALUATION DE L ANTIBIOTHERAPIE ENQUETE DE PREVALENCE GUIDE METHODOLOGIQUE NOVEMBRE 2011 APPUI TECHNIQUE : MURIEL PEFAU APPUI METHODOLOGIQUE : DR CAROLINE BERVAS GROUPE DE TRAVAIL AYANT PERMIS D ELABORER

Plus en détail

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers?

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers? Coopération entre professionnels de santé Vers de nouveaux métiers? Qu est-ce que la coopération entre les professionnels de santé? La loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire

13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire DOSSIER DE PRESSE 13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire Le centre de médecine nucléaire est installé dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire à Saint-Nazaire sur

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Rapport d activités du CLUD 2010

Rapport d activités du CLUD 2010 Rapport d activités du CLUD 2010 Cadre général : Finalisation des fiches projets et présentation de celle-ci à la CQREC pour validation. Toutes ont été validées mais un veto a été positionné sur le financement

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE DR YVES AKAPO médecin urgentiste référent en traumatologie Laetitia AUDOUX IDE référente douleur (DU douleur) Marras Jean-Michel Cadre de Santé (DU douleur

Plus en détail

ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE

ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE EXPERIENCE AU C.H. DE CHATELLERAULT IADE : GUYOT CAROLE RIVAULT ANNE TECHER ELINA DEFINITION DE L AMBULATOIRE: «Concept organisationnel qui permet au patient opéré, le retour

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale

Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale Futo Jeanne-Francette, infirmière spécialiste clinique, Praticienne et coordonnatrice de programmes d Education Thérapeutique

Plus en détail

PROJET MEDICAL DU TERRITOIRE THIERS AMBERT

PROJET MEDICAL DU TERRITOIRE THIERS AMBERT PROJET MEDICAL DU TERRITOIRE THIERS AMBERT 2012-2016 Projet médical Ambert - Thiers Attachement des deux Commissions Médicales des deux établissements au besoin de santé publique sur ce territoire. Projet

Plus en détail

Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur

Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes Groupe Hospitalo-Universitaire Caremeau Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur

Plus en détail

Certification V2014. Le patient traceur. «Le patient au cœur de la méthode» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

Certification V2014. Le patient traceur. «Le patient au cœur de la méthode» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Certification V2014 Le patient traceur «Le patient au cœur de la» 17/02/2015 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Enjeux Une nouvelle approche pour l'amélioration de la qualité des soins (qualité, sécurité,

Plus en détail

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE LIVRET D ACCUEIL Madame, Monsieur, Ce livret contient des informations destinées

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT , rue du Commandant-Charcot SAINTE-FOY-LÈS-LYON

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT , rue du Commandant-Charcot SAINTE-FOY-LÈS-LYON COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT 51-53, rue du Commandant-Charcot 69110 SAINTE-FOY-LÈS-LYON Mars 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»... p.3

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Référence : CLUD 35 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 18-05-12 Objet Ce protocole a pour

Plus en détail

LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER

LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER Le Centre Hospitalier Intercommunal Robert Ballanger (CHIRB) d Aulnay-sous-Bois met en service au début de l année 2015 un nouveau bâtiment. Principalement

Plus en détail

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins - 4 Mars 2010 - Chaque jour, Chaque nous jour, donnons nous donnons un sens un sens au mot hospitalier. Ce que sont

Plus en détail

Organisation de la prise en charge en

Organisation de la prise en charge en Réunion Régionale Oncomip 30 Avril 2015 Organisation de la prise en charge en Soins Oncologiques de Support Dr Nathalie Caunes-Hilary Responsable du département de Soins de Support IUCT- Oncopole A chaque

Plus en détail

Tarifs de formation Montant total

Tarifs de formation Montant total LIBELLE DIPLÔME Tarifs de formation Montant total 2016-2017 ***Tarifs pour les internes de médecine de Nice *** 350,00 DIU Arthroscopie 1 655,10 DIU Chir.de l'obésité 1 055,10 DIU chirurgie du rachis 1

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES COPACAMU 2016 Patient traceur Pr Stéphanie GENTILE SSPIM Mme Anne-Claire DURAND SSPIM Dr Michael LEJWI

Plus en détail

Hôpital Privé de l Ouest Parisien

Hôpital Privé de l Ouest Parisien Hôpital Privé de l Ouest Parisien 1 er juillet 2009 Page 1 13.01.10 Présentation générale Historique Positionnement actuel Orientations stratégiques Page 2 13.01.10 Quelques dates clés Locaux Mé édical

Plus en détail

Département d Anesthésie-Réanimation, Consultation de la douleur, Laon (France) XXIIe JARP, 17/06/2005 1

Département d Anesthésie-Réanimation, Consultation de la douleur, Laon (France) XXIIe JARP, 17/06/2005 1 Département d Anesthésie-Réanimation, Consultation de la douleur, Laon (France) XXIIe JARP, 17/06/2005 1 Définition de la DOULEUR La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur

La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur Mme Maelle DENIAUD Dr Luc BRUN - Unité Douleur l.brun@cht.nc Dr Gaelle RIVIERE - Médecine

Plus en détail

Pascale THIBAULT. Pascale THIBAULT Cadre supérieur infirmier Amae-Santé Universités infirmières SFETD 11 et 12 Mars 2012

Pascale THIBAULT. Pascale THIBAULT Cadre supérieur infirmier Amae-Santé Universités infirmières SFETD 11 et 12 Mars 2012 Pascale THIBAULT Pascale THIBAULT Cadre supérieur infirmier Amae-Santé Universités infirmières SFETD 11 et 12 Mars 2012 Définition de l EPP Analyse de l activité clinique par rapport aux recommandations

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins?

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? 12 mai 2016 Dominique BARFUSS, Cadre supérieur de santé du pôle appareil digestif, endocrinologie et nutrition Sylvie

Plus en détail

ETP et Patient traceur

ETP et Patient traceur ETP et Patient traceur Retour d expérience 1er Décembre 2015 P Minvielle et N Paquero CH Mt de Marsan Le CH de Mt de Marsan Programmes ETP: Pédiatrie Surpoids Diabète Asthme Médecine: Diabète Activités

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER LIMOGES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER LIMOGES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER 87000 LIMOGES JUIN 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de

Plus en détail

Date :... Fonction : Age : Etiquette du service Sexe : F M Année d obtention du D.E : Ancienneté dans la pratique professionnelle :..

Date :... Fonction : Age : Etiquette du service Sexe : F M Année d obtention du D.E : Ancienneté dans la pratique professionnelle :.. Les hôpitaux de Toulouse sont engagés par l intermédiaire du Comité de lutte contre la douleur (C.L.U.D) dans une démarche d'amélioration continue de la qualité. La douleur provoquée par le soin est une

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DES CONSULTATIONS EXTERNES

LIVRET D ACCUEIL DES CONSULTATIONS EXTERNES LIVRET D ACCUEIL DES CONSULTATIONS EXTERNES PRESENTATION DE LA FEDERATION AMBULATOIRE Ensemble de secteurs prestataires de service offrant des explorations et soins en externe ou en hospitalisation de

Plus en détail

Diaporama élaboré par :

Diaporama élaboré par : Novembre 2016 / janvier 2017 Diaporama élaboré par : Dr Marco A. Gambirasio Unité de Médecine Palliative CHU de Rouen (76) Dr Anne Le Prieur Unité de Soins Palliatifs M. Abiven et Équipe Mobile Territoriale

Plus en détail

D.E.S Spécialités Médicales

D.E.S Spécialités Médicales D.E.S Spécialités Médicales Anatomie et cytologie pathologiques. A) Sept semestres dans des services agréés pour le diplôme d études spécialisées d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins cinq

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) :

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : DEMANDE DE LABELLISATION L instruction DGOS / PF2/2011/188 du 19 mai 2011 actualise le cahier des charges défini par la circulaire du

Plus en détail

LE PASSEPORT DOULEUR. La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD)

LE PASSEPORT DOULEUR. La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD) LE PASSEPORT DOULEUR La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD) GU GU 2003 2003 V01 V01 1/8 Décembre 2016 Décembre 2016 GU 2003 V01 2/8

Plus en détail

Fiche du programme de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400238 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400238 Titre du programme Consolidation et intégration des savoirs et des pratiques en

Plus en détail

INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS

INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Direction de l efficience INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Source : www.scopesante.fr LES INDICATEURS DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de

Plus en détail

Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire»

Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire» Grille de recueil Indicateurs de processus du thème «Qualité et sécurité du parcours du patient en chirurgie ambulatoire» Expérimentation 2015-2016 Secteur Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) 1 Grille

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS. Jean Marc BERGIA Michel OLIVIER

RAPPORT D ACTIVITÉS. Jean Marc BERGIA Michel OLIVIER RAPPORT D ACTIVITÉS 2014 Jean Marc BERGIA Michel OLIVIER CLUD : Comité de lutte contre la douleur Objectif : améliorer la gestion de la douleur du CHU Organisé en groupes de travail : Douleur induite Souffrance

Plus en détail

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques?

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Dr. B. Richioud, Radiologie Interventionnelle, Centre Léon Bérard, Lyon (69) Les actes de radiologie interventionnelle se déclinent

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de la santé met à disposition un tableau de bord

Plus en détail

PRÉPAREZ VOTRE HOSPITALISATION

PRÉPAREZ VOTRE HOSPITALISATION PRÉPAREZ VOTRE HOSPITALISATION Consultation d anesthésie La consultation d anesthésie est obligatoire au minimum 48 heures avant l intervention. En cas d annulation, contactez le 01 44 12 75 80 ou envoyez

Plus en détail

Gilles GALINDO, IDE aux urgences pédiatriques, Timone enfant Dr Violaine BRESSON, Urgences Pédiatriques, Timone Enfant

Gilles GALINDO, IDE aux urgences pédiatriques, Timone enfant Dr Violaine BRESSON, Urgences Pédiatriques, Timone Enfant Améliorer la prise en charge de la douleur traumatologique chez les enfants pris en charge aux Urgences Pédiatriques, en Radiopédiatrie et en service d orthopédie pédiatrique Gilles GALINDO, IDE aux urgences

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA DOULEUR DANS LES UNITES DE SOINS PSYCHIATRIQUES

ETAT DES LIEUX DE LA DOULEUR DANS LES UNITES DE SOINS PSYCHIATRIQUES ETAT DES LIEUX DE LA DOULEUR DANS LES UNITES DE SOINS PSYCHIATRIQUES Dr N. HALLOUCHE; Dr D. SARAVANE; F. PEULTIER; A. MET; Dr C. BORNES; D. JACQUET; M. RAMBOER; L.M. CHAMEAU; Dr P. TAN SEAN; M. SENOUF

Plus en détail

La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire. René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E.

La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire. René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E. La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E. Cadre de santé Quels enjeux et quels défis? Répondre a la politique de santé

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Comité de lutte contre la douleur POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Référence : CLUD 33 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 06/07/12 Objet Ce

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

Août Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX

Août Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX Août 2016 Description de la Fonction de Coordinateur des Soins au CH de SAINT-YRIEIX PLAN 1. PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT 2. MISSIONS GENERALES 3. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DES CHANDIOTS

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DES CHANDIOTS COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DES CHANDIOTS 36, rue des Chandiots 63014 Clermont-Ferrand Novembre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

DOULEUR PROVOQUEE SOUFFRANCE PATIENT ET EQUIPE SOIGNANTE. Chrystel PLUVIAUX Octobre 2016 Infirmière EMSP/CHLS

DOULEUR PROVOQUEE SOUFFRANCE PATIENT ET EQUIPE SOIGNANTE. Chrystel PLUVIAUX Octobre 2016 Infirmière EMSP/CHLS DOULEUR PROVOQUEE SOUFFRANCE PATIENT ET EQUIPE SOIGNANTE Chrystel PLUVIAUX Octobre 2016 Infirmière EMSP/CHLS Cadre législatif Qu est-ce qu une douleur provoquée? En pratique Formation Quelques phrases

Plus en détail

c Programmation des sessions Inter 2017

c Programmation des sessions Inter 2017 c Programmation des sessions Inter 2017 c URGENCE c REANIMATION 2 INFIRMIÈRE EN SALLE DE DECHOCAGE / SAUV URG015 PARIS 20 au 24 novembre 2017 2 ATTESTATION FORMATION GESTES ET SOINS D URGENCE 1 URG001

Plus en détail

Plan de classement des ouvrages

Plan de classement des ouvrages Plan de classement des ouvrages http://irfss-idf.croix-rouge.fr Émetteur : IRFSS IDF Centre de documentation 06/07/2011 ABP ANATOMIE, BIOLOGIE, PHYSIOLOGIE, IMMUNOLOGIE, GENETIQUE, PATHOLOGIE (généralités)

Plus en détail

CHIFFRES CLES

CHIFFRES CLES CHIFFRES CLES 2009 www.chu-clermontferrand.fr CHIFFRES CLES 2009 activites de soins Origine géographique des patients Etablissement de proximité 63 % des patients hospitalisés du CHU sont originaires du

Plus en détail

CLINIQUE AMBROISE PARE

CLINIQUE AMBROISE PARE 1 COORDONNEES DE L ETABLISSEMENT Raison sociale SA CLINIQUE AMBOISE PARE Adresse 387, route de Saint-Simon Code postal 31082 Commune Toulouse cedex 1 N FINESS 310 780 382 N SIRET 300 379 765 00021 Représentant

Plus en détail

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP OMS 1998: Aider les patients (et leur famille) à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour gérer leur maladie chronique Fait partie intégrante et permanente

Plus en détail

Cas cliniques. 1 Cas :

Cas cliniques. 1 Cas : Cas cliniques 1 Cas : Patient de 64 ans, métastase osseuse avec masse abdominale, somnolent sous Moscontin 400mg /jour. Très douloureux, ne supporte plus les morphiniques, vomissements L infirmière sollicite

Plus en détail

Agence nationale du DPC

Agence nationale du DPC Organisme Titre Description CHU de Rennes Centre hospitalier universitaire de Rennes Journées armoricaines Plaies et Cicatrisation Action : Evaluation des pratiques professionnelles, Formation continue

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE SAINT-ROCH. 43, rue du Faubourg-Saint-Jaumes MONTPELLIER CEDEX 2. Mars 2005 CS 39001

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE SAINT-ROCH. 43, rue du Faubourg-Saint-Jaumes MONTPELLIER CEDEX 2. Mars 2005 CS 39001 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE SAINT-ROCH 43, rue du Faubourg-Saint-Jaumes CS 39001 34967 MONTPELLIER CEDEX 2 Mars 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»... p.3 PARTIE

Plus en détail

David DUS puériculteur référent Isabelle MOREAU-GAUDRY Pédiatre Coordonnateur Pôle parents-enfants

David DUS puériculteur référent Isabelle MOREAU-GAUDRY Pédiatre Coordonnateur Pôle parents-enfants David DUS puériculteur référent Isabelle MOREAU-GAUDRY Pédiatre Coordonnateur Pôle parents-enfants Maison de Santé Protestante de Bordeaux Bagatelle Fondation créée en 1863 avec participation au service

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD et médecine libérale

Télémédecine en EHPAD et médecine libérale Télémédecine en EHPAD et médecine libérale DR PASCAL MEYVAERT MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD (GERSTHEIM, RHINAU), MEDECIN GENERALISTE, PRESIDENT AMCEAL, VICE-PRESIDENT FFAMCO- EHPAD, CHARGE DE MISSION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE FONT-REDONDE. 1 bis, avenue Clémenceau FIGEAC. Novembre 2003

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE FONT-REDONDE. 1 bis, avenue Clémenceau FIGEAC. Novembre 2003 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE FONT-REDONDE 1 bis, avenue Clémenceau 46106 FIGEAC Novembre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

Fiche du programme de l'organisme Institut Européen de Formation en Santé IEFSANTE

Fiche du programme de l'organisme Institut Européen de Formation en Santé IEFSANTE Fiche du programme 26821500007 de l'organisme Institut Européen de Formation en Santé IEFSANTE Descriptif du programme: Référence Programme Agence nationale du DPC 26821500007 du programme HYPNOANALGESIE

Plus en détail

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 ENTRE HOSPITLIER DE M ILLU Synthèse du rapport des experts visiteurs HS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 E : Elément d ppréciation ; ES : Etablissement de Santé ; EV : Experts-visiteurs : Surcoté : Sous

Plus en détail

États. Généraux de la Douleur en Picardie. Amiens, le jeudi 24 juin 2004

États. Généraux de la Douleur en Picardie. Amiens, le jeudi 24 juin 2004 États Généraux de la Douleur en Picardie Amiens, le jeudi 24 juin 2004 1 États Généraux de la Douleur en Picardie Programme du jeudi 24 juin 2004 15-16h : Présentation du problème sanitaire de la douleur

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1

L HOSPITALISATION A DOMICILE. EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1 L HOSPITALISATION A DOMICILE EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1 HAD - DEFINITION Les structures d hospitalisation à domicile permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail