Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? François Gipouloux *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? François Gipouloux *"

Transcription

1 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? François Gipouloux * Hong Kong est depuis longtemps vouée au commerce international. Son port en eau profonde et ses aiguades avaient attiré jonques de marchands asiatiques et navires européens bien avant sa cession à la Grande-Bretagne en Le cadre géographique favorable en avait fait un havre idéal pour le radoub des coques et le repos des équipages après les éprouvants voyages d'europe ou d'amérique du Nord. Depuis, ce minuscule territoire (1 000 km 2 ), dépourvu de ressources naturelles mais plus peuplé (six millions d'habitants en 2004) que le Danemark, l'irlande ou la Finlande, a fondé sa prospérité sur la fourniture de biens et de services dont la demande est devenue mondiale. Économiquement plus avancée que Hong Kong avant 1949, Shanghai a souffert d'une politique prolongée de substitution d'importations, et bénéficié tardivement des avantages concédés par les réformateurs aux provinces méridionales. Elle s'est éveillée d'un long sommeil au début des années 1990 et a montré, grâce à son spectaculaire programme de rénovation urbaine et l'aménagement de Pudong MM en un district financier, sa volonté de retrouver son rang de ville phare de l'asie de l'est. * Directeur de recherche, CNRS. Centre d'études sur la Chine Moderne et Contemporaine : Études chinoises, vol. XXIV (2005)

2 François Gipouloux Mais y a-t-il véritablement concurrence entre les deux métropoles? Si oui, dans quels domaines? La logistique? La finance? L'implantation de quartiers généraux régionaux pour les firmes multinationales? Certes, l'apparente similitude entre la position géographique, au débouché d'une zone économique à très forte croissance, le prestige passé et les fonctions particulières de ces deux centres urbains invite à la comparaison. Mais un examen plus détaillé fait apparaître qu'il y a place pour plusieurs plates-formes internationales sur la façade littorale de la Chine. L'émergence d'autres centres n'est pas nécessairement un jeu à somme nulle et, d'autre part, les deux métropoles ne remplissent pas à l'heure actuelle les mêmes fonctions. Tandis que, pour nombre de compagnies multinationales, Shanghai est en passe de devenir le quartier général de leurs opérations en Chine, Hong Kong continue à être préférée pour l'implantation des sièges de quartiers généraux régionaux (ayant compétence pour l'ensemble de l'asie de l'est et du Sud-Est), dotée de fonctions plus étendues, incluant la finance et la logistique. Enfin, si la part capturée par Hong Kong dans l'intermédiation du commerce chinois décline en termes relatifs, elle progresse toutefois en valeur absolue, au fur et à mesure que la Chine se développe. Le propos de cet article est de montrer que la menace, ou du moins le défi que représente Shanghai pour Hong Kong, doit être replacé dans le contexte des différentes phases du développement de la Chine. Le marché chinois est suffisamment vaste pour s'accommoder de la présence de deux grandes plates-formes commerciales, et si l'écart entre les deux métropoles chinoises se rétrécit, par exemple en matière d'attraction des investissements étrangers et de capacités de transport maritime, la distance est encore grande entre les deux villes lorsque la qualité de l'environnement des affaires ou celle du cadre juridique sont prises en compte. On peut donc se demander si les deux villes ne se situent pas sur un registre différent : servir le marché intérieur dans le cas de Shanghai, demeurer une plate-forme centrale pour les échanges globaux dans celui de Hong Kong. Tentons d'explorer ce qui est au 190

3 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? cœur de leur rivalité : la lutte pour la suprématie dans l'intermédiation commerciale avec la Chine. I. Les diverses figures de l'intermédiation hongkongaise L'entrepôt, centre de ré-exportation Le commerce international n'est pas toujours effectué entre deux entités nationales. Lorsqu'existent des barrières politiques, religieuses ou idéologiques, ou encore lorsque tout ce qui permet le commerce direct - information concernant les possibilités d'affaires, infrastructures commerciales ou initiative entrepreneuriale - fait défaut, on recourt au commerce d'entrepôt. Cette formule économique a fait, à des degrés divers, la fortune de Gibraltar, Bahrein, Porto Rico et surtout de Hong Kong et de Singapour. La position géographique importe, certes. L'entrepôt est généralement situé à proximité d'un vaste hinterland dont il est le point de passage obligé (Hong Kong). Il peut aussi relier une péninsule et un archipel (Singapour). Mais ce sont surtout les infrastructures commerciales qui lui donnent son pouvoir d'attraction et sa puissance économique : capacité de stockage et de conditionnement, concentration des métiers liés à l'exportation (transport, assurance, finance, etc.) se développant en activités autonomes. L'entrepôt s'impose donc comme un nœud au carrefour de plusieurs routes commerciales. Cette médiation commerciale est d'autant plus affirmée que la croissance de Hong Kong a toujours été tirée par la demande externe : exportations domestiques d'abord, puis ré-exportations et enfin exportations de services. Cela a été le cas depuis que les exportations de confection, d'horlogerie et de jouets ont dominé, de la fin de la guerre jusqu'au début des années La moitié de la main-d'œuvre hongkongaise travaillait alors dans l'industrie manufacturière. Dans les deux décennies qui ont suivi, le secteur manufacturier a progressivement diminué, et les services ont acquis une position dominante : alors que la part des exportations domestiques, 191

4 François Gipouloux c'est-à-dire de produits fabriqués localement, dans le commerce total de Hong Kong passait de 81 % au début des années 1970 à 35 % au début des années 1990 et à 6,2 % en 2004 ï, les ré-exportations représentaient 31 % du commerce extérieur de Hong Kong en 1981 et 90 % en 2001 ; dans le même temps, les exportations de services (323 milliards de HK$) s'élevaient en 2000 à plus du double des exportations de marchandises (153 milliards de HK$). Cette évolution reflète le très rapide déclin du secteur manufacturier qui ne représentait plus, en 2003, que 4 % du PIB, contre 23,7 % en Hong Kong est devenu pour la Chine un entrepôt et un centre de ré-exportation : les revenus de cette activité sont passés de 15,5 % en 1978 à 105,1 % du PIB en Cette mutation s'explique essentiellement par la délocalisation de l'activité manufacturière hongkongaise dans le delta de la Rivière des Perles : plus de 80 % des produits ré-exportés par Hong Kong en 2001 sont passés par la Chine dans leur processus de fabrication, et 70 % de ce total était en fait de la sous-traitance internationale (processing trade) 2. L'activité de ré-exportation concerne les produits achetés et revendus hors de Hong Kong mais qui transitent par le territoire : les marchandises sont donc dédouanées à deux reprises, une première fois au moment de leur importation et une seconde lors de leur exportation. Il s'agit, selon la définition donnée par le Census and Statistics Department, de «produits qui ont été importés à Hong Kong et sont ré-exportés sans avoir subi à Hong Kong un processus manufacturier qui en a altéré de manière permanente la forme, la nature ou l'utilité» \ Le modeste apport qui intervient au moment de la 1 Soit 4 % du PIB en 2003, contre 23,7 % en Cf. Census and Statistics Department, The Government of Hong Kong Spécial Administrative Région, La production délocalisée (outward processing), telle que définie par le Hong Kong Census and Statistics Department, désigne l'exportation de matières premières ou de produits semi-finis de ou par Hong Kong en vue d'une transformation en Chine, avec un accord contractuel pour l'importation ultérieure des produits finis à ou par Hong Kong. 3 Census and Statistics Department, The Government of Hong Kong Spécial Administrative Région,

5 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? ré-exportation, essentiellement sous forme de tri, de contrôle de la qualité et de conditionnement, est généralement estimé à 5 % de la valeur du produit. Mais comment est-il effectué? Où sont, autrement dit, les établissements industriels qui permettraient d'ajouter aux exportations de Hong Kong environ un vingtième de leur valeur par an? Il y a toutes les raisons de penser qu'ils n'existent pas et que tout passe en réalité par un jeu d'écritures comptables - transfert de prix, sous-facturation ou sur-facturation - permettant de bénéficier des facilités fiscales offertes par Hong Kong. Entre 1962 et 1978, les ré-exportations ont progressé de 11,2 % par an en moyenne. Après 1978, elles ont crû de 19,9 % en moyenne annuelle, soit presque le double. En 1978, les ré-exportations représentaient 12,1 % du PIB et en 1998, 147,1 % 4. L'entrepôt, centre d'arbitrage en matière douanière et réglementaire, plate-forme de coordination pour l'approvisionnement global L'entrepôt est aussi un centre où domine l'intermédiaire. Cette intermédiation, dont Hong Kong s'est faite une spécialité, implique l'activité de courtage en matière d'investissements étrangers en Chine et de conseil auprès des firmes étrangères sur la façon de conduire des opérations commerciales en Chine. Mais un entrepôt assure généralement deux autres intermédiations : Les ré-exportations sont nécessairement précédées par des importations. Il faut donc bien distinguer deux composantes dans la ré-exportation opérée par Hong Kong : inbound re-exports, autrement dit importations de produits semi-finis destinés à être usinés et assemblés en Chine et outbound re-exports, qui désignent des produits assemblés en Chine et exportés par Hong Kong vers les marchés nord-américains, européens et, de plus en plus, asiatiques. La somme des importations et du total des exportations (exportations domestiques et ré-exportations) constituait en % du PIB de Hong Kong et 352 % en Ce résultat s'est produit en dépit d'un déclin des exportations domestiques qui sont passées de 32,6 % du PIB en 1978 à 23 % en 1998 et à 19,31 % en

6 François Gipouloux 1.L'arbitrage en matière douanière et réglementaire; 2. La coordination d'un processus de production manufacturière délocalisé. La première intermédiation est relativement évidente dans le cas de produits qui sont exportés de la Chine vers Hong Kong et ré-exportés ensuite en Chine : ils bénéficient à Hong Kong d'un régime douanier avantageux ; la seconde fonction concerne les flux de ré-exportation entre la Chine et le reste du monde : les composants sont importés via Hong Kong dans les provinces du sud de la Chine et les produits finis sont ré-exportés via Hong Kong vers des marchés tiers. Les fonctions sont assurées à Hong Kong par les firmes locales (traders) et les sièges régionaux des multinationales : coordination de l'approvisionnement global (sourcing), de la finance, de la production délocalisée, de la logistique, du marketing, des ventes. Il s'agit en somme d'intermédiation manufacturière, surtout lorsque la firme sous-traitante n'a pas de lien juridique avec le donneur d'ordre établi à Hong Kong mais peut être contrôlée par différentes formes de prise de participation à ses actifs ou à sa gestion. Les firmes de trading jouent dans cette configuration un rôle de courtier vis à vis des firmes manufacturières. Elles identifient les sites de fabrication et en contrôlent la production. Cette fonction d'intermédiation est justifiée par la nature des produits, l'ignorance dans laquelle se trouvent les producteurs des marchés à l'étranger, les difficultés des acheteurs à traiter avec les unités de production et la nécessité de disposer d'une information très poussée sur les caractéristiques et qualités de la demande comme de l'offre. Cette expertise particulière, fondée sur une appropriation et une gestion efficace de l'information, est accomplie par le réseau commercial 5. 5 Voir sur ce point Francis Ng et Alexander Yeats, "Production Sharing in East Asia: Who Does What for Whom, and Why?" Policy Research Working Papers ofthe World Bank, 1999 (http://www-wds.worldbank.org/servletavds_ibank_servlet?pcont=detail s&eid= _ ). Voir aussi James Rauch, "Networks Versus Markets in International Trade", Journal of International Economies, 48, 1 (1999), p Voir enfin Henry Y. Wan Jr. et Jason Williams, "Hong Kong: the Fragile Economy of Middlemen", Review of International Economies, 7, 3 (1999), p

7 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? Le réseau ne renseigne pas seulement sur les caractéristiques du produit : il connaît aussi les parties contractantes et permet leur mise en relation. Commerce intra-flrme et transferts de prix Enfin, l'entrepôt n'est pas seulement un quartier général de services, c'est aussi le lieu d'un intense commerce intra-firme. En effet, si les entreprises tendent de plus en plus à délocaliser leurs activités manufacturières en Chine, elles conservent jalousement un noyau de services à haut niveau de savoir-faire et d'expertise. Comment sont facturés ces services (recherche de composants, coût des implantations de quartiers généraux régionaux, coût des réseaux commerciaux, etc.)? La plupart du temps sous forme de transferts de prix. Ce terme est utilisé pour désigner tous les aspects des dispositions concernant les prix au sein d'une même compagnie. Qu'il s'applique à des transferts d'actifs tangibles ou intangibles, l'objectif est toujours le même : minimiser les prélèvements et maximiser les profits. En cas de transfert de produits, de services ou de savoir-faire vers une autre partie dans un autre pays, le prix facturé est appelé prix de transfert. Il peut s'agit d'un montant arbitraire, sans relation avec les coûts, les opérations effectuées ou la valeur ajoutée. L'intérêt est de réduire au maximum, voire d'annuler les impôts à payer en fonction des différents régimes fiscaux dans les pays par où transite le produit. Des composants destinés au processus et devant être exportés en Chine via Hong Kong sont sur-facturés quand ils passent de Hong Kong en Chine, tandis que les ré-exportations de produits manufacturés en provenance de Chine peuvent être sous-facturés lorsqu'elles entrent à Hong Kong et renchéries lorsqu'elles sont exportées par Hong Kong vers leur client final. En un mot, les produits sont ré-exportés par Hong Kong, même dans le cas où des apports substantiels - en service ou en transfor- 6 Cf. Elhanan Helpman et Paul R. Krugman, Market Structure and Foreign Trade: Increasing Returns, Imperfect Compétition, and the International Economy, Cambridge, Mass., and London : The MIT Press, 1985, ch

8 François Gipouloux mation manufacturière-n'ont pas été apportés. C'est en définitive ce qui fait que Hong Kong est choisi par les opérateurs du commerce international pour sa fonction d'arbitrage dans la réglementation et le niveau des droits de douanes. Hong Kong commande donc un ensemble intégré verticalement - production» transport intermédiation - au sein d'une économie fonctionnant en réseau. Pour les grandes compagnies, il est cependant indispensable que certaines activités - commerce, finance, négociation des contrats commerciaux, études de marché, marketing, documentation commerciale, arbitrage - demeurent encore à Hong Kong. L'essor du commerce délocalisé Une autre mutation s'est produite à Hong Kong au cours des années 1990 : l'apparition du commerce offshore, ou commerce délocalisé. Il s'agit d'une forme de commerce international dans laquelle une partie des opérations de gestion sont effectuées par Hong Kong, bien que les marchandises achetées ou vendues ne transitent plus physiquement par le territoire. C'est là que réside la distinction essentielle entre ré-exportation et commerce délocalisé : les marchandises sont prises en charge du producteur au consommateur final, sans être dédouanées à Hong Kong. Le commerce délocalisé correspond en fait à de l'exportation de services. Il peut être défini comme un commerce dans lequel les marchandises ne sont ni dédouanées ni transbordées à Hong Kong, mais impliquent néanmoins les fabricants ou négociants hongkongais à un point donné de la chaîne de la valeur ajoutée dans la fourniture des marchandises du producteur au client. Dans la plupart des cas, il s'agit de produits manufacturés en Chine et expédiés vers leur destination à l'étranger directement à partir de ports chinois. La difficulté du repérage statistique du phénomène offshore vient de ce que le gouvernement de Hong Kong a exclu pendant longtemps ce type de commerce des statistiques du commerce extérieur pour l'inclure dans une catégorie «exportation de services liés au commerce international». C'est seulement en juillet 2002 que furent publiées les premières statistiques à ce 196

9 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? sujet. On découvrit alors que 80 % du montant des opérations répertoriées sous cette catégorie correspondait en fait à du commerce offshore. Sa croissance annuelle moyenne était impressionnante : 11,4 % de 1996 à 2000, contre seulement 3,8 % pour les ré-exportations 7. Deux facteurs permettent de rendre compte de cette évolution. D'une part, la puissance économique du pôle manufacturier du delta du Fleuve Bleu commence à s'affirmer, comme nous le verrons plus loin en détail. D'autre part, le développement des services de soutien à l'exportation en Chine même entraîne la délocalisation de nombre de fonctions commerciales, afin de réduire les coûts de transport et de satisfaire les préférences des consommateurs pour des expéditions directes à partir du territoire chinois. La croissance soutenue du commerce délocalisé et l'investissement direct des Hongkongais en Chine a sans nul doute renforcé la position de la ville en tant que plate-forme commerciale et point d'agglomération des quartiers généraux régionaux des firmes multinationales en Asie-Pacifique. Il faut cependant noter que les exportations totales effectuées par les compagnies hongkongaises sont en fait plus élevées que ne le révèlent les données statistiques 8. Selon une enquête effectuée par le Hong Kong Trade and Development Council, la valeur totale du commerce offshore effectué par les compagnies de Hong Kong (transbordement inclus) s'élevait à milliards de HK$ en 1997, soit 85 % des ré-exportations, contre 70 % en 1994 et 50 % en En 2003, le commerce offshore (1 666 milliards de HK$) a légèrement dépassé le montant des ré-exportations (1 620 milliards de En 1997, la valeur du commerce délocalisé était de milliards de HK$, soit 85 % de la valeur des ré-exportations. En 2000, elle dépassait légèrement celle des ré-exportations, avec milliards de HK$. Cf. Census and Statistics Department, The Government of Hong Kong Spécial Administrative Région, 'Trade Development Council's Chief Economist Edward Leung, presenting the findings of a TDC research report on the Rise in Offshore Trade and Offshore Investment", Ce rapport, le quatrième depuis 1988, repose sur une enquête menée auprès de compagnies de Hong Kong en novembre et décembre

10 François Gipouloux HK$). La Chine continentale fournissait ainsi 63 % des exportations de Hong Kong en 1997, contre 59 % en En 1997, 28 % des produits exportés par des compagnies locales ont été acquis dans des régions hors de Hong Kong et de la Chine, tandis que 9 % avaient Hong Kong pour origine. Parmi les compagnies (essentiellement des PME) soumises à l'enquête, 38 % sont impliquées dans des activités de production ou d'approvisionnement dans deux sites ou plus. Hong Kong demeure néanmoins l'entrepôt de la Chine, gérant en valeur 40 % du total des exportations chinoises en 1997 et environ 30 % en Mais la rapide croissance du commerce délocalisé et de l'investissement direct en Chine stimule aussi la demande pour certains services de support aux activités commerciales et renforce la fonction de plate-forme commerciale de Hong Kong. En particulier, les services directement liés au mouvement physique du fret devraient voir leur croissance se modérer - fortement en matière de transport et d'entrepôt, moindrement pour l'expédition ou la certification -, en raison de la concurrence émanant de ports voisins, alors que les services de soutien au commerce devraient prospérer. Le commerce offshore et les services de soutien au négoce contribuent de façon importante à l'économie hongkongaise. En 1995, les revenus engendrés par le seul commerce offshore s'élevaient à 54 milliards de HK$, soit 5 % du PIB de Hong Kong. Le transport maritime hors passagers (35 milliards de HK$) et l'expédition de fret (6 milliards de HK$) contribuent à hauteur de 3,2 % et de 0.6 % du PIB, respectivement. Il faut toutefois noter qu'un grand nombre de prestataires de services de Hong Kong (opérateurs de terminaux conteneurs, compagnies de transport maritime, transitaires, laboratoires de tests et d'inspection) ont désormais effectué de substantiels investissements en Chine. Par conséquent, leur contribution au revenu national, mesuré en terme de PNB, est appelée à Census and Statistics Department, Hong Kong's offshore trade statistics for 2003,

11 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? augmenter, tandis que leur apport au PIB décroîtra. Une part non négligeable de la croissance des exportations chinoises est en fait due à une plus grande implication des compagnies hongkongaises. La Région Administrative Spéciale perçoit désormais davantage de revenus du commerce délocalisé. Selon un rapport du Census and Statistics Department, les revenus engendrés par le commerce délocalisé ont augmenté de 13,1 % en 2003, pour atteindre 116 milliards de HK$ n. Si l'impact de ces performances sur la croissance et sur l'emploi est faible, la montée du commerce délocalisé accélère la mutation de Hong Kong en plate-forme logistique, canalisant les flux de marchandises à l'échelle globale, qu'elles transitent ou non par cette métropole. Au cours des vingt dernières années, les exportations de Hong Kong ont été multipliées par quinze, en raison de la délocalisation des industries manufacturières dans le delta de la Rivière des Perles. Cette étape était conditionnée par les facilités portuaires de Hong Kong et, en règle générale, par ses infrastructures physiques et intangibles. Aujourd'hui, le maintien de la puissance globale de Hong Kong, portée par le commerce délocalisé, ne dépend plus seulement des capacités portuaires de la ville mais de la capacité de ses marchands et traders à conclure des accords en Chine même. On peut alors parler d'exportation de l'expertise de l'intermédiaire. Autrement dit, l'intermédiation commerciale se projette en Chine même. Le commerce offshore est sans nul doute la conséquence de l'expansion des capacités manufacturières de la Chine en dehors du delta de la Rivière des Perles. La production manufacturière du delta du Fleuve Bleu avait dépassé dès 2001 le quart du total national, et elle ne dépend pas d'expéditions effectuées à partir de Hong Kong. Un autre élément dans ce contexte est celui de la montée du port de Shenzhen $ji#l[ qui traitait 11 Census and Statistics Department, Hong Kong's offshore trade statistics for 2003,

12 François Gipouloux 5,1 millions d'evp u en 2001 (+ 27 %) alors que celui de Hong Kong, avec 17,8 millions d'evp fléchissait de 1,5 %. Comme on l'a dit plus haut, les premières statistiques sur le commerce délocalisé et sa contribution à l'économie hongkongaise ont été publiées en juillet 2002 par le Census and Statistics Department. Ce type de commerce est défini comme un «commerce de marchandises assuré par un bureau situé à Hong Kong, que ce soit sous la forme d'un trader, d'un agent ou d'un courtier, mais dont les produits n'entrent pas Hong Kong ni n'en partent»!. Il s'agit, en d'autres termes, d'une exportation de services. Pour des raisons statistiques, deux sortes de commerce offshore sont à distinguer : 1. Le négoce (merchanting). Il désigne des «services associés à la vente de marchandises achetées ailleurs qu'à Hong Kong sans qu'elles passent par Hong Kong». Le négoce comprend aussi les transactions contenant les marchandises fabriquées dans le cadre de contrats de sous-traitance internationale et vendues ailleurs qu'à Hong Kong sans jamais y transiter l. Ceci implique que des négociants achètent et vendent des produits pour leur propre compte. Le négociant peut être le fabricant qui possède les unités de production en Chine ou ailleurs. Il peut être aussi bien une tierce partie indépendante, agissant uniquement en qualité d'agent commercial. La marge commerciale, différence entre la valeur brute des marchandises vendues et leur coût, représente les gains du négoce. 2. Le marchandisage (merchandising). Il désigne l'organisation, pour le compte d'acheteurs ou de vendeurs extérieurs à Hong Kong, de l'achat ou de la vente de biens conformément à leurs spécifications (approvisionnement, marketing, négociation de contrats, inspection, expédition, etc.). Il peut s'agir de l'achat et du suivi d'une fabrication (lancement et ordonnancement de la production). Les gains du marchandisage proviennent des commissions, 12 EVP : «Équivalent Vingt Pieds», mesure standard de la capacité d'un conteneur. 13 "Merchandise trade handled by an office located in Hong Kong - whether operated in the capacity of a trader, agent or broker - but without the goods entering or leaving Hong Kong." 14 Census and Statistics Department, Press release,

13 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? des frais d'agence ou de facturations de services. La valeur des marchandises n'est pas reportée dans les statistiques car le merchandiser, agissant comme un agent ou un courtier, n'est pas juridiquement responsable du produit et n'en a pas la pleine propriété 15. Si le commerce délocalisé n'utilise pas les infrastructures de Hong Kong, il stimule néanmoins la demande d'une constellation de services qui facilitent les transactions commerciales : finance, assurance, marketing. Il renforce aussi le rôle de commandement de Hong Kong sur les flux globaux, que les marchandises transitent ou non par son territoire. On voit donc se dessiner une conséquence importante pour l'avenir de la Région Administrative Spéciale : une progression forte des ré-exportations ou du commerce offshore n'a qu'un faible impact sur la croissance tout court. L'effet d'entraînement direct sur l'emploi du commerce offshore est faible. En 1982, lorsque Hong Kong était un centre d'exportation domestique, l'emploi lié au commerce représentait les deux tiers de l'emploi total. Aujourd'hui, cette proportion est d'un tiers seulement. Par contre, le développement de l'approvisionnement global ou de la production délocalisée y a fait croître la demande de travail qualifié. Si les opérations à forte intensité de main-d'œuvre ont migré dans le delta de la Rivière des Perles, les fonctions à haut niveau de management restent encore ancrées dans la Région Administrative Spéciale. Le lien entre commerce et investissement est aussi amoindri, en raison de deux évolutions récentes : "Merchandising services for offshore transactions are defined as the services of arranging on behalf of buyers / sellers outside Hong Kong die purchase / sale of goods according to their spécifications (e.g. multiple sourcing, marketing, contract and price négociation, volume and sample procurement, shipment, inspection and arrangement of follow-up order). Again, the goods do not enter or leave Hong Kong. Unlike in merchanting, the Hong Kong entity, in its capacity as an agent or broker, does not take ownership of the goods involved." Census and Statistics Department, Press release,

14 François Gipouloux 1. Jusqu'à la fin des années 1990, les produits fabriqués en Chine et ré-exportés depuis Hong Kong provenaient d'une petite zone de territoire chinois très concentrée vers le delta de la Rivière des Perles et la province du Guangdong. En revanche, les ré-exportations de Hong Kong vers la Chine sont désormais destinées à l'ensemble du pays grâce à l'intermédiation d'autres nœuds de transport. 2. Le modèle d'intermédiation commerciale de Hong Kong a évolué depuis la fin des années 1990 avec l'apparition du commerce offshore. D'autres plates-formes (dans laquelle des compagnies de logistique ou de service hongkongaises jouent souvent un rôle prééminent) assurent la ré-exportation de produits chinois. Le rôle de hub joué par Hong Kong est appelé à perdurer aussi longtemps que d'autres ports en Chine n'auront pas atteint un seuil de fiabilité et d'efficacité satisfaisant. Le modèle de Hong Kong et de son hinterland s'est imposé parce que l'avantage comparatif de la Chine du Sud (production de consommation courante) constituait l'essentiel de ses des exportations. Mais la montée en puissance d'autres ports du continent, du Guangdong en particulier, érode peu à peu ses capacités. II. Les nouvelles étapes de l'industrialisation chinoise : une chance pour Shanghai? Le poids de l'héritage maoïste : la prépondérance de la production manufacturière dans les villes chinoises Dans les années 1950, Mao fixait pour objectif au Parti de transformer les «villes de consommation», symboles de dépendance vis-à-vis de l'étranger, en «villes de production». La mise en œuvre de cet impératif a certes doté les villes chinoises de capacités de production industrielle considérables, mais elle a aussi eu sur le développement des fonctions commerciales de ces villes des effets dévastateurs. Alors que la plupart des centres urbains de rang 202

15 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? mondial comptent une part prépondérante de leur activité dans le service, cette proportion ne dépasse guère 30 % dans la majorité des villes chinoises. Shanghai n'a pas été épargné par cette politique. Depuis le milieu des années 1980, la ville oscille entre deux ambitions : devenir un grand centre de services, appuyé sur des investissements lourds consentis dans les infrastructures financières et commerciales, ou demeurer une métropole dotée d'un secteur manufacturier des plus compétitifs. Ce dernier objectif, qui implique de lutter contre le déclin de la productivité dans le secteur manufacturier, se reflète aujourd'hui dans la structure du PIB de Shanghai. Tableau 1. Structure du PIB à Shanghai en 2003 (%) Tertiaire Secteur manufacturier et construction Agriculture 48,43 50,08 1,49 Source : Zhongguo chanye ditu bianweihui _h$ïjllli:fcèbiiiishi\ Shanghai chanye ditu, (Atlas industriel de Shanghai), Shanghai : Renmin chubanshe, Alors que l'industrie manufacturière est désormais pratiquement inexistante à Hong Kong, la base industrielle reste prépondérante à Shanghai. Les six «piliers» (liu da zhizhu chanye /"v^^fêiiïllè) sur lesquels les autorités municipales veulent fonder l'activité économique de la ville (industries de l'information, commerce et import-export, construction automobile, production d'ensembles d'équipements complets, immobilier) marquent bien les différences de fonction des deux cités. Or, cette «reconquête» de la productivité dans le secteur manufacturier apparaît d'autant plus problématique que Shanghai est une ville dont le niveau en capital et en ressources humaines est déjà très affirmé : le foncier y est cher, les salaires et les coûts de production y sont plus élevés que dans les autres villes du delta. 203

16 François Gipouloux Les investissements étrangers - en est-ce une conséquence? - ont été plus élevés à Suzhou qu'à Shanghai entre septembre 2003 et août L'antagonisme entre un modèle industriel hérité de la planification centralisée et une «industrialisation du maquis», menée par les provinces voisines du Zhejiang et du Jiangsu met à mal le système industriel de Shanghai, dominé par la propriété publique. La vieille réticence des autorités shanghaïennes à l'égard du secteur privé dérive aussi d'une lecture particulière de la crise asiatique. C'est en considérant qu'une ville comme Singapour a traversé la tourmente sans trop de dommage grâce au maintien d'un important secteur manufacturier que les dirigeants de Shanghai cherchent à éviter le sort de Hong Kong, vidée de ce qui constituait à leurs yeux ses forces vives : sa production manufacturière. Or, une telle conception contribue au retard des services en Chine. L'atrophie des services. Les services représentaient en Chine en 2003 un tiers du PIB, soit moins que l'inde (51 %) pays à bas revenu selon la classification établie par la Banque Mondiale, ou que l'indonésie (40 %), pays à revenu moyen 17. La croissance des services y est plus faible que celle du PIB (7,3 % en 2003, 8,3 % en 2004), et la contribution des servicees au PIB, qui avait fortement progressé dans la première décennie des réformes, stagne depuis 1988 et décline même depuis Il n'y a pas lieu d'analyser ici en détail les raisons d'un tel décalage, alors que les services constituent une source non négligeable de croissance et d'emploi. Relevons seulement que le statut relativement modeste des services en Chine tient à de nombreux facteurs tels que la dépréciation, fort ancienne, du statut du marchand dans la société ainsi qu'à de graves sous-estimations statistiques et au retard de l'urbanisation. Singapore Business Times, World Economie Indicators 2005, Washington DC : World Bank Group,

17 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? Alors même qu'ils sont peu développés, les services sont soumis à une triple exigence, conséquence de l'entrée de la Chine dans l'omc : privatisation, internationalisation et déréglementation. On perçoit bien que, dans les secteurs où le monopole étatique reste inentamé (transports ferroviaires, services publics), la productivité et la croissance sont faibles. L'internationalisation, c'est à dire la fourniture de services au-delà des frontières ou la consommation de services à l'étranger, est encore peu marquée dans des secteurs tels que les télécommunications, la construction, l'ingénierie et le design. Trois ans après son entrée dans l'omc, la Chine a ouvert 62 % de son marché des services, alors que cette proportion atteint 80 % dans les pays industrialisés et 20 % à 40 % dans les pays en voie de développement. Selon le ministère du Commerce, les services en Chine représentaient en ,8 % du commerce mondial des services et occupent la 9 e place en 2004 contre la 32 e en Huit secteurs sont prioritaires : finance, logistique, distribution, services publics, recherche scientifique, immobilier, tourisme et conseil. D'autres champs sont ouverts, tels l'intermédiation culturelle, les parcs à thème, les infrastructures pour conventions. Enfin, l'encadrement administratif tatillon qui était la règle auparavant est aujourd'hui bousculé par le rythme de croissance de l'économie et sa complexité grandissante. La prolifération des niveaux d'autorité, la soudaineté des changements réglementaires prennent bien souvent l'opérateur privé au dépourvu. En 2004, les services représentaient 48 % du PIB de Shanghai, une proportion certes beaucoup plus élevée que la moyenne nationale, mais leur structure est dominée par des services traditionnels (transports, communications, stockage, 27,4 %), l'immobilier (18,6 %) et le commerce de gros et de détail (15,3 %). En revanche, les services à forte valeur ajoutée comme la transmission de données, les services informatiques, la production de logiciels ou la finance ne représentaient guère plus qu'un quart du total. 205

18 François Gipouloux Tableau 2. Structure du tertiaire à Shanghai en 2003 (%) Transport Communication Stockage Poste 27,4 Commerce de gros et de détail 15,3 Transmissions de données, Services informatiques Logiciel 20,8 Finance 7,4 Immobilier 18,6 Autres 10,3 Total 100 Source : Zhongguo chanye ditu weiyuanhui : Shanghai chanye ditu [Atlas industriel de Shanghai], Shanghai : Renmin chubanshe, Pourtant, les taux de pénétration du téléphone fixe (45 % en 2003), celui du portable (67,6 %) 18 ou la proportion de foyers équipés en micro-ordinateurs (60,4 %) et connectés à l'internet (32 %) 19 sont nettement plus élevés que dans la plupart des villes chinoises, et les industries de l'information pèsent d'un poids grandissant dans le PIB de la ville : Tableau 3. Poids des industries de l'information dans le PIB de Shanghai ,3% ,5% ,7% 7,7% ,1% % % Source: Shanghai Municipal Informatization Commission. À n'en pas douter, Shanghai s'attache à donner l'image d'une ville moderne, comme en témoigne son plan de 43 «ports», au sens large de Calculé sur la base du nombre de résidents permanents. Dont utilisateurs du haut débit. 206

19 Où se joue la rivalité entre Hong Kong et Shanghai? point de passage : transports, immobilier de bureau, hôtels de standing et autres facilités pour traiter les affaires y sont aménagés afin d'attirer davantage de sièges de sociétés multinationales. Avec son projet de ville «numérique» à Xujiahui ^^H, son parc à thème à Songjiang fô C, son complexe pour le transport maritime au nord du Northern Bund International Passenger Wharf, Shanghai se veut aussi une vitrine. Un modèle aussi, peut-être : Bombay n'a-t-il pas pour ambition d'être une nouvelle Shanghai? Hong Kong /Shanghai : une concurrence en trompe l'œil L'accumulation de ces signes de la modernité shanghaïenne signifie-t-elle le déclin inéluctable de Hong Kong et son effacement? Pour tenter d'y répondre, examinons les différents secteurs dans lesquels s'exerce la concurrence entre les deux villes. Le cas du transport et de la logistique est éclairant. La concurrence la plus vive semble jouer non pas entre Hong Kong et Shanghai, mais plutôt entre Hong Kong et le système de ports et d'aéroports du delta de la Rivière des Perles d'une part, et entre Shanghai et Ningbo, port en eau profonde situé à quelque 160 km au sud de Shanghai, d'autre part 21. La zone de chalandise est différente dans le cas de Hong Kong et dans celui de Shanghai. La première inclut la Chine du Sud, voire les huit provinces (Guangdong, Guangxi, Yunnan, Sichuan, Guizhou, Guangxi, Hunan, Jiangxi, Fujian) et les deux Régions Administratives Spéciales (Hong Kong 20 China Daily, À titre d'illustration, le trafic conteneur de Shenzhen a progressé de façon spectaculaire depuis une décennie et dépassait en 2004 les 13 millions d'evp (cf. n. 11 sur ce terme), confirmant la position de Shenzhen comme second port chinois (cf. Containerisalion International, 2005). Le port de Ningbo connaissait pour sa part une croissance de 45 % en 2004 et dépassait déjà les 4 millions d'evp. Le secteur du trafic aérien appelle les mêmes observations. 207

20 François Gipouloux et Macao) qui forment ce qu'on appelle désormais le Grand delta de la Rivière des Perles {Pan Pearl River Delta). Cette macro région (deux cinquièmes de la population chinoise) assure un tiers du PIB chinois et attire 44 % des investissements étrangers. Elle est en outre le lieu d'implantation de compagnies de Hong Kong 22. La seconde zone de chalandise est formée de la Chine de l'est, soit le grand Shanghai plus les deux provinces adjacentes du Zhejiang et du Jiangsu. Au sein de ces deux macro-régions, les avantages de Hong Kong tiennent à une concentration d'entrepreneurs, de managers très internationalisés, rompus à la collecte d'information, à la recherche incessante de nouveaux marchés. Shanghai, en revanche, dispose d'une main-d'œuvre qualifiée, d'un grand nombre d'ingénieurs de haut niveau, et bénéficie de la concentration d'établissements universitaires qui constituent la pierre angulaire d'un système performant de recherche-développement. La concurrence entre les deux hinterland Plus que les deux métropoles, se sont donc les deux hinterland de Hong Kong et de Shanghai qui apparaissent en forte concurrence. Leur croissance est dans les deux cas supérieure à la moyenne nationale : 13 % pour le Guangdong et pour l'ensemble Jiangsu - Zhejiang durant la période , contre 9,5 % pour l'ensemble de la Chine 23. La chronologie décalée de la mise en place des réformes économiques dans ces deux régions a produit des différenciations marquées dans leur développement économique. Le delta de la Rivière des Perles fut l'une des premières régions à bénéficier de la politique de réforme et d'ouverture. La région contribuait en 2003 à 7 % du PIB chinois, avec seulement 2,5 % de la population totale. Le PIB par habitant y était déjà le double de celui de la province du Guangdong et le triple de la moyenne nationale. Ralph Chow, "The stratégie rôle of Hong Kong", HKTDC,

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement?

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Nous vous offrons un entrepôt de stockage modulable selon vos attentes défiant toute concurrence avec la main

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La montée du renminbi Pendant les trois dernières décennies, le PIB chinois a connu une croissance

Plus en détail

Les délocalisations au cœur de l expansion du commerce extérieur chinois

Les délocalisations au cœur de l expansion du commerce extérieur chinois COMMERCE EXTÉRIEUR Les délocalisations au cœur de l expansion du commerce extérieur chinois Françoise Lemoine* *Françoise Lemoine appartient au Centre d Études Prospectives et d Informations Internationales

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION?

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION? Le marché chinois des fusions-acquisitions offre chaque année davantage d opportunités aux investisseurs étrangers: en 2010, le montant de transactions impliquant des entreprises étrangères s élevait à

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Investissement direct (WOFE) 1

Investissement direct (WOFE) 1 Investissement direct (WOFE) 1 2 Pourquoi créer une WFOE en Chine? Les sociétés commerciales à capitaux étrangers ont la capacité de s'engager dans les activités suivantes: L'achat en Chine pour l'export

Plus en détail

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Du point de vue juridique, les stratégies e-business inter-entreprises (B2B) s'organisent en un ensemble de contrats tenant lieu de loi entre

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Bureau de représentation 1

Bureau de représentation 1 Bureau de représentation 1 Vous souhaitez créer une structure juridique en Chine sans apport de capital? Vous recherchez à coordonner en Chine les activités de votre société mère? Vous voulez faire la

Plus en détail

JOURNÉE À THÈME MBA CONDITIONS D IMPLANTATION ET DE COMMERCIALISATION EN CHINE

JOURNÉE À THÈME MBA CONDITIONS D IMPLANTATION ET DE COMMERCIALISATION EN CHINE JOURNÉE À THÈME MBA CONDITIONS D IMPLANTATION ET DE COMMERCIALISATION EN CHINE Jean-Christophe ZWICK 7 mars 1994 Université de Lausanne - MBA HEC IMPLANTATION - CHINE Situation économique et politique

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Chambre de commerce du Montréal métropolitain 10 avril 2015 Vivian Desmonts Avocat (Guangzhou, Chine) Quelques rappels

Plus en détail

l'ouverture d'un centre logistique totalement dédié à un pure-player du e-commerce, Zooplus.

l'ouverture d'un centre logistique totalement dédié à un pure-player du e-commerce, Zooplus. Rhenus Logistics, prestataire logistique global du e-commerce et du commerce multi-canal En Allemagne, deuxième marché du e-commerce en Europe, Rhenus Logistics a été l'un des pionniers de la logistique

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise TIC (Technologies de l'information et de la communication) Panorama L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise La taille du marché (en PIB réel) des technologies

Plus en détail

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Le Crédit Documentaire Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Sommaire I/ Définition II/ Procédure III/ Schéma IV/ Particularités V/ Conseils Sources: Livre «Exporter», de FOUCHER Lien:www.eur-export.com/francais/apptheo/finance/risnp/credoc.htm

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong :

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong : Hong Kong: Le territoire de Hong Kong est situé sur les côtes Sud Est de la Chine et regroupe un grand nombre d îles. Ce territoire compte, à ce jour, près de sept millions d habitants. Hong Kong est revenu

Plus en détail

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Janvier 2011 UNCTAD Trust Fund on Trade Facilitation Negotiations 1 Technical Note No. 12 Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Contexte Une caractéristique du travail des douanes est le volume

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE Continuer Contents Sommaire Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Après avoir progressé en moyenne de 25% par an au cours de la dernière

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL international business experts APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL OUTILS ET CLÉS DE SUCCÈS Par Jalal Benbrahim, MD - Wink Consulting OBJECTIF DU SÉMINAIRE Partager les éléments à prendre

Plus en détail

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse par Robert Wyss, SWX Swiss Exchange Auprès des bourses internationales, l'euphorie de la dernière décennie a disparu et les participants

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU

FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU 1. LE RÉSEAU COMME FORME D ORGANISATION L objet de cet articles est de comprendre, à l aide de concepts théoriques simples, pourquoi la forme organisationnelle

Plus en détail

Fixer son prix à l export

Fixer son prix à l export Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012 Hong Kong Une passerelle vers le marché chinois Présentation, petit-déjeuner conférence HKCBA, Québec International, EDC, Export Québec, HKTDC et HKETO L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

UK Trade & Investment

UK Trade & Investment UK Trade & Investment Présentation avril 2011 Le Royaume-Uni et l Irlande à votre portée Un excellent dossier pour attirer les investissements directs à l'étranger Le «stock» cumulatif des IDE du R.-U.

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004 Lab.RII UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL N 73 Mars 24 La Bourse en Chine : éléments clés Peng YANG 1 La Bourse en Chine : éléments

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266

Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266 Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266 TÉLÉCOPIE: (514) 457-4678 COURRIEL: cliffordking@centillion.net

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Président de l Association Marocaine pour la logistique ( AMLOG) I- Le coût de la logistique au

Plus en détail

Termes et conditions. 1. Généralités. The Inspection Company Ltd

Termes et conditions. 1. Généralités. The Inspection Company Ltd Termes et conditions 1. Généralités 1.1 Sauf indication spécifiquement et expressément convenu par écrit par l'inspection Company Limited (ci-après dénommé «TIC»), tous les services fournis par l'inspection

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin,

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin, Accord du 20 janvier 1965 entre le Gouvernement de la République française et l'oiv relatif au siège de l'oiv et ses privilèges et immunités sur le territoire français (Décret n 66-680 du 15 septembre

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation :

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation : INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT Une grande économie au cœur de l Europe, une porte d accès vers la Méditerranée et l Afrique : 5 e économie

Plus en détail

Transport et Logistique face à la mondialisation

Transport et Logistique face à la mondialisation Commission Mobilité et Transport Transport et Logistique face à la mondialisation Cas des Produits Industrialisés CNISF le 13 janvier 2010 JC Raoul 1 Pourquoi les produits industrialisés? Une croissance

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux La détermination du résultat imposable de l entreprise individuelle industrielle et commerciale suppose, avant toute étude des

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C)

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition et catégories 3 : Critère de définition 1 : la nature des produits 4 : Critère de définition

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs

Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs Indicateurs de Performance Portuaire et Logistique Flux import conteneurs Maîtrise d ouvrage : Contact : Valérie RAI-PUNSOLA Valerie.rai-punsola@logistique-seine-normandie.com Maîtrise d œuvre : Avec la

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ LA ZONE OFFSHORE Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ Encadré par : Mme BAMOUS Introduction : Plan : PARTIE I: LES PLACES FINANCIERES OFFSHORE: Définitions, concepts, avantages

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE?

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? LA NÉCESSITÉ DE DÉMATÉRIALISER LES PROCESSUS GUIDE ÉLECTRONIQUE DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION POURQUOI VOUS DEVEZ

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail