Les Cahiers du Comité Asie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Cahiers du Comité Asie"

Transcription

1 ANALYSES ENTRETIENS NOTES DE LECTURE NOTES DE CONFÉRENCES Les Cahiers du Comité Asie de l ANAJ-IHEDN 7hiver-printemps 2014 BIshkek TOKYO ACHgabat Naypyidaw BEIJING NEW DELHI

2 L ANAJ-IHEDN À propos de l ANAJ-IHEDN Parce que la Défense ne doit pas être la!"#$%%&!'()$*++,-.++.-&/-.++0"1#-.2++/-+3"-1)-"+1)*).("-+'+%$*4#+5+/67*.()(&(+,-.+8'&(-.+ Études de Défense Nationale (IHEDN) la mission de sensibiliser tous les citoyens, «!"#$$%&$$'&()$$%*##&)$$(#&$+#,*)-!.+*#$!//)*,*#%+&$0()$'!$%1,&#0&$#!.+*#!'&$2*-/)+0&$!($ 0&#0$'&$/'(0$'!)3&». À l issue de ces séminaires, les nouveaux auditeurs jeunes de l IHEDN sont accueillis au sein de l Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l IHEDN : l ANAJ-IHEDN. plus de étudiants, jeunes professionnels, élus et responsables d associations. Reconnue «Partenaire de la réserve citoyenne» par le ministère de la Défense, l ANAJ- civiles et militaires, et de relations internationales. LES CAHIERS DU COMITÉ ASIE Les Cahiers du Comité Asie de l ANAJ-IHEDN Force est de constater H&-+/60.)-+'+!").2+*$('11-*(+,-!&).+/'+4*+,-.+'**#-.+JKKL2+&*-+!'"(+%"$)..'*(-+,'*.+ /6#%$*$1)-+-(+/'+!$/)()H&-+)*(-"*'()$*'/-M+N&"+/-.+H&-.()$*.+,-.+C&D+4*'*%)-".+)*(-"*'()$- *'&D2+,-.+"-..$&"%-.+#*-"E#()H&-.2+%$11-+.&"+%-//-.+,-.+"-F-*,)%'()$*.+1'")()1-.+$&+ *-+!-&F-*(+)E*$"-"+/60.)-M+ L ANAJ-IHEDN compte parmi ses membres des personnes qui se sont plus particu- :$&.+'F$*.+,$*%+F$&/&+%"#-"+&*+E"$&!-+,6#(&,-+-(+,-+"#C-D)$*+'4*+,-+!'"('E-"2+'!!"$- 5+%-+*&1#"$+!$&"+/-&"+.$&()-*2+/-&".+%$*.-)/.+'F).#.+-(+/-&".+!"#%)-&.-.+"-/-%(&"-.M Stéphane Cholleton Auditeur-jeune de la 60 ème +.-..)$*+78=>:2+PLLQ+R+S-.!$*.'G/-+,&+ Comité Asie, rédacteur en chef des Cahiers du Comité Asie. Retrouvez toute l actualité de l ANAJ-IHEDN sur son site Internet : Pour s abonner aux Cahiers du Comité Asie :

3 SOMMAIRE Les Cahiers du Comité Asie Hiver-Printemps 2014 numéro 7 5 ÉDITORIAL Une Asie entre tensions et mutations 9 ENTRETIEN Troisième Plénum : quelles orientations stratégiques pour la Chine? Entretien avec Emmanuel Lincot, Directeur de la Chaire des études chinoises Réalisé par Stéphane Cholleton 18 ENTRETIEN!"#$"%&"'($)*+%+,-.'"#$"/$0%1%*-"2#$3"$41$56-%"7$ 3"'(-8,"$9'-##1%*"$,+%3-14" Réalisé par le Comité Asie 29 0:09TN= :;'%"$<'44"$=$4;1'/2"$>$4;82"$3"$4;)*+%+,-"$?4+<'41-2" Par Philippe du Fresnay, Essayiste. 0:09TN= Par Antoine Lury

4 !"#$%&'(")# *+$%,-(./$0#(" 7!"#$%&'&()*+,-' hiver-printemps :09TN= I%"$*+,9)/-/-+%$#-%+G-%3-"%%"$9+'2$4;+'D"2/'2"$3'$JK1%,12 Par Vivien Fortat 0:09TN= LD+4D-%?$5+%H-*/#$+D"2$M1/"2$-%$M"#/7$N+'/6$1%3$N+'/6$L1#/$B#-1$ Par Brij Khindaria 52 0:09TN=!"$ 3-O0*-4"$ 28?4","%/$ 3"#$ 3-OO)2"%3#$ "%/2"$ 4"$ P-,+2$ Q2-"%/14$ "/$ l Australie Par Jacques Bellezit ENTRETIEN C"41/-+%#$56-%"GA19+%$> "%/2"$21-3-##","%/$3-94+,1/-.'"$"/$-%/"23)9"%31%*"$)*+%+,-.'" Entretien avec Valérie Niquet, Réalisé par Jonathan Guillet et Stéphane Cholleton ENTRETIEN!1$9"2*"9/-+%$*6-%+-#"$3'$*+%H-/$"/$3"$4;1*/-+%$> quels enseignements pour nos relations avec la Chine? Orient de Paris-Sorbonne (CREOPS) PUBLICATIONS C"D'"#7$"##1-#$"/$/21D1'($3"$2"*6"2*6" Sélectionnés par le Comité Asie 70 CONTRIBUTEURS!"#$*+%/2-<'/"'2#$3"$*"$%',)2+ Les membres du Comité Asie, les contributeurs extérieurs et l équipe de coordination 71 ÉVÉNEMENTS E2+*61-%#$2"%3"FGD+'# W"E'*).#.+!'"+/-+O$1)(#+0.)- 4&0$*/+#+*#0$&5/)+-1&0$%!#0$'&0$%+,,1)&#.0$!).+2'&0$#6&#3!3&#.$7(&$'!$)&0/*#0!8+'+.1$%&$'&()0$!(.&()09

5 ÉDITORIAL Une Asie entre Une Asie entre tensions et mutations tensions et mutations L AUTEUR Igor Yakoubovitch Auditeur-jeune de l IHEDN, ]K ème +.-..)$*2+PLJJ2+3'").2+1-1G"-+,&+O$1)(#+0.)- R+ Ouest Nanterre-La Défense.!"#$%&'# #"()#$(#"&'*"&$ #($+,(-('*"& Le repositionnement géostratégique sans précédent des Etats-Unis dans la région depuis 1945 ainsi que les réformes annoncées lors du troisième Plénum du XVIII ème Congrès du Parti communiste chinois témoignent de la vitalité et de l agitation qui caractérisent actuellement l Asie. Au cœur d enjeux géostratégiques majeurs, cette dernière connaît de profondes et rapides mutations, qui traduisent sa volonté de s ouvrir et de se moderniser. Mais elle fait aussi face à des tensions persistantes. Des Jeux Olympiques de Sotchi en Russie à l élection de Xi Jinping en Chine, des répliques de la Révolution orange en Ukraine au boom économique de la Mongolie, de la pacification du Timor aux récentes purges nord-coréennes, de la situation sécuritaire au Pakistan et en Afghanistan à l évolution politique du Bhoutan, devenu une monarchie constitutionnelle qui prône le Bonheur national brut et mise sur la voiture électrique avec Renault-Nissan, l Asie suscite une fascination inquiète : elle est source d espoirs comme d illusions. 5 L intérêt et les attentes suscités par le troisième Plénum du Comité central du XVIII ème Congrès du Parti communiste chinois, qui s est tenu du 9 au 12 novembre 2013, en attestent. Dans un entretien conduit par Stéphane Cholleton (60 ème session, 2008), Emmanuel Lincot, fondateur de la Chaire des Etudes chinoises contemporaines à l Institut catholique de Paris et rédacteur en chef de la revue Monde chinois, Nouvelle Asie, dresse pour nous un bilan approfondi de cet événement politique majeur. Ce fin connaisseur de la Chine nous donne son sentiment sur les perspectives qu il ouvre au regard de la situation économique, politique, sociale et sécuritaire, tant nationale qu internationale, de la Chine.

6 !"#$%&'(")# *+$%,-(./$0#(" 7!"#$%&'&()*+,-' hiver-printemps 2014 Romain Lafarguette, économiste spécialiste de la Chine, doctorant à l Université de Pékin et vivant sur place depuis plusieurs années, revient plus précisément sur la situation de la monnaie chinoise, dont il nous livre une analyse détaillée, à la fois micro et macroéconomique. De l évaluation et de la convertibilité du RMB à la situation de l épargne, en passant par la bulle immobilière, le marché du travail ou l accueil réservé par les autorités au bitcoin (actuellement dans la tourmente, depuis la fermeture le 24 février 2014 de l un des principaux sites en ligne basé à Tokyo), l auteur couvre ainsi un vaste champ de réflexion et révèle que l ampleur des réformes amorcées par le Président chinois Xi Jinping semble bien devoir être comparée à celle des réformes lancées en son temps par Deng Xiaoping. L Asie est désormais synonyme d innovation, de recherche, de croissance et de développement. Toutefois, le contexte de bulle spéculative et de ralentissement relatif de l économie chinoise peut susciter quelques inquiétudes. Philippe du Fresnay (membre du Comité Asie, du Club Chine de l Insead et du Harvard Negotiation Institute, consultant et essayiste) nous invite à dépasser ces contradictions en changeant de paradigme. Il nous révèle les enjeux ainsi que la fécondité, pour l analyse de la situation économique en Chine, du concept anglo-saxon d «économie globulaire».!"#$%&'# #"()#$(#"&'*"&$ #($+,(-('*"& 6 La tournée du nouveau Président Xi Jinping en Asie centrale en septembre 2013 marque, elle aussi, un tournant important. Antoine Lury (membre du Comité Asie, consultant indépendant en affaires économiques, spécialiste de la zone Caucase/Asie centrale et ancien rédacteur en chef de La Lettre Caspienne éditée par Black & Caspian) nous montre comment la Chine redéfinit ses relations avec les pays de la région et fait pièce à la stratégie étasunienne du «pivot», à travers une «géopolitique des pipelines» et une politique du yuan qui s inscrit dans le cadre de l Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Ce dynamisme qui est à l œuvre sur le continent, et qui est frappant en particulier dans le domaine économique, s étend bien au-delà des frontières de l Asie centrale, comme le montre la toute nouvelle compétition sino-indienne pour l ouverture du Myanmar : Vivien Fortat, auditeur-jeune de la 296 ème session «Sécurité économique et protection du patrimoine» de l IHEDN en 2011 et docteur en Economie, rappelle les intérêts de ces deux grandes puissances régionales et décortique pour nous leurs stratégies respectives. Cependant, les derniers attentats meurtriers survenus à Bangkok (23 février 2014) et en Chine (28 octobre 2013 sur la place Tian An Men et 1 er mars 2014 à la gare de Kunming, tous deux attribués par les Autorités chinoises aux séparatistes ouïgours) nous rappellent que les tensions et conflits de toute sorte sont loin d avoir disparu dans la région. Les formes qu ils revêtent sont multiples. Compte tenu des besoins hydriques croissants, notamment de l industrie et de l agriculture, l eau constitue un enjeu géopolitique majeur pour les décennies à venir sur le continent asiatique. Brij Khindaria, journaliste et spécialiste des questions de sécurité en Asie, nous propose une analyse fine et prospective de la question, en s attachant en particulier aux cas de l Iran et de l Afghanistan ainsi qu à ceux de l Asie centrale et de la Chine. Il estime que les risques économiques et les conflits potentiels liés à l eau dans ces régions ne sont peut-être pas inévitables, au regard des ressources hydriques récemment découvertes et des nouvelles opportunités qui semblent émerger. La souveraineté reste également une question sensible dans une zone largement dominée par le nationalisme. Jacques Bellezit (79 ème session, 2013 ; étudiant en Droit à l Uni-

7 ÉDITORIAL versité de Strasbourg) nous présente ainsi le difficile règlement juridique des différends territoriaux qui opposent le tout jeune Etat du Timor Oriental à l Australie, devant la Cour Internationale de Justice de La Haye. Il souligne que l espace maritime concerné recèle des gisements de pétrole et de gaz, et que les enjeux des décisions qui seront rendues sont donc régionaux. Par ailleurs, les contentieux historiques sont loin d être soldés. Valérie Niquet, Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), dans un entretien réalisé par Jonathan Guillet (68 ème session, 2010, membre du Comité Asie) et Stéphane Cholleton, nous livre sa vision de l évolution des relations entre la Chine et le Japon, marquée par l arrivée simultanée de deux nouvelles équipes dirigeantes en Elle décrypte ainsi les raisons qui font que ces deux pays, malgré leur interdépendance économique et leurs nombreux points communs historiques et sociaux, restent antagonistes.!"#$"%& '(")& *+,"-.,-$,"& /0+$*& 1+(& (223.'4%& 56("& 78& 9(1,"(.36$:%& 1,1;.,& '0& <,"-.,& ',& recherches sur l Extrême-Orient de Paris-Sorbonne, docteur en Philosophie et diplômé en chinois à l INALCO, évoque la perception chinoise traditionnelle du conflit et de l action, son actualité dans la Chine d aujourd hui et les enseignements que l on peut en tirer pour nos relations avec ce pays. Toute la rédaction vous remercie de votre intérêt et de votre soutien, et vous souhaite une excellente lecture.!"#$%&'# #"()#$(#"&'*"&$ #($+,(-('*"& 7

8

9 ENTRETIEN Troisième plenum : les orientations quelles orientations stratégiques Troisième Plénum : stratégiques pour la Chine? Entretien réalisé par Stéphane Cholleton Responsable du Comité Asie Rédacteur en chef des Cahiers du Comité Asie ENTRETIEN AVEC Emmanuel Lincot+R+3$/)().(-+-(+.)*$/$E&-2+,)- recteur de la Chaire des études chinoises en chef de la revue Stéphane Cholleton : Le 3ème Plénum du Comité Central du 18 ème Congrès s est tenu du 9 au 12 novembre On a pu lire qu il s agissait du plus important Plénum depuis celui de 1978 qui, sous l impulsion de Deng Xiaoping, avait mis en place les bases des réformes économiques conduites au début des années Réformes qui ont projeté la Chine à la deuxième place des puissances économiques aujourd hui. Il semble par ailleurs que Xi Jinping bénéficie d un pouvoir équivalent à celui de Deng Xiaoping dans un contexte où les défis économiques à relever sont nombreux. Pouvez-vous nous rappeler les difficultés économiques auxquelles la Chine doit faire face, quelles ont été les attentes en termes de réformes économiques de ce 3 ème Plénum et quels en sont les éléments clés à retenir? Emmanuel Lincot : D un point de vue symbolique, les attentes concernant les résultats de ce Plénum étaient sans doute importantes car la Chine est confrontée à des risques de récession et à des revendications sociales aussi légitimes que potentiellement dangereuses. Dans les faits, ce troisième Plénum entérine des mesures qui avaient déjà été prises en mars dernier dans les domaines $"'0)-.$,*&,-& 423- nomique ; mesures qui toutes auront un impact politique. Premier exemple : la remise en cause partielle de la politique de l enfant unique. Même s il ne s agit en rien de son abolition, il s agit toutefois d une prise de conscience tenant compte de plusieurs observations. Au milieu du XXI ème siècle, la population de la Chine aura atteint, avec un âge médian de 49 ans, un stade de vieillissement parmi les plus avancés au monde, au même niveau que quelques autres pays comme l Allemagne.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 9

10 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 10 (51 ans), l Italie ou l Espagne (autour de 50 ans), et proche du niveau des pays les plus avancés dans ce processus, comme la Corée du Sud et le Japon (53 ans). Par comparaison, l âge médian de la population française ne sera, à cette date, que de 43 ans. L Organisation des Nations Unies (ONU) prévoient pour leur part qu en 2050 un Chinois sur trois sera âgé de 60 ans ou plus. Ce seront alors 450 millions de personnes qui, en l absence d un système de retraites généralisé et performant, représenteront une charge absolument insoutenable pour les actifs de demain qui, eux, seront de moins en moins nombreux. En effet, toujours selon l ONU, la population des adultes en âge de travailler c est-à-dire entre 15 et 59 ans aura diminué, dans l empire du Milieu, de près d un quart d ici au milieu du siècle. Celle-ci ne représentera alors qu un peu plus de la moitié de la population totale, contre plus des deux tiers aujourd hui. Or, si cette réduction drastique de la main d œuvre disponible est l une des plus grandes menaces pour la pérennité de l industrie chinoise, et a fortiori pour sa croissance économique, la prise en charge de ses aînés son système de protection sociale balbutiant que pour la société dans son ensemble. Bref, l annonce de cet assouplissement concernant le contrôle des naissances répond à un besoin rationnel que nombre de démographes avaient plus d une fois remarqué 1. Deuxième exemple : la libéralisation progressive du crédit. Les banques seront plus libres de négocier leurs taux d intérêt avec leurs clients et devraient plus s orienter vers le secteur privé que vers les groupes publics ',& >(-.3"(=,& >3*$-$/0,8& <+,)-& *A& un changement d ampleur qui concourra, sans doute, à un assainissement du crédit dans un pays où les bilans des banques "+$")>$.,"-& =0B.,& 7*0)&,"23.,& que la référence à Deng Xiaoping, c est à la période de rigueur et de réforme engagée par le premier ministre Zhu Rongji, dans les années quatre-vingt-dix, à laquelle je pense. 1. Isabelle Attané, Au pays des enfants rares La Chine vers une catastrophe démographique, Fayard, Paris, Pourquoi? Xi Jinping n est pas un homme de rupture. Sur le volet social, il s inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs. Il est, à mes yeux, plus étatiste que socialiste et ne cherche pas à remettre en cause fondamentalement ce que l on appelle, dans le domaine industriel notamment, les «monopoles naturels». Suivant ce principe, l Etat se pose en défenseur de l intérêt général. Autre exemple qui s ajoute aux deux précédents, et corrobore mon propos : la création à Shanghai d une free trade zone, avalisée par le pouvoir central vise, ni plus ni moins, à donner une réponse régalienne aux velléités d autonomisation économique que promeuvent un certain nombre de responsables de la province du Guangdong dont le seul PIB par habitant - rappelons-le - et pour la capitale, Guangzhou, équivaut à celui de toute l Arabie Saoudite 2! Le gouvernement central veillera donc au respect de sa souveraineté dans les périphéries régionales et Xi Jinping est véritablement l incarnation de cette autorité. Ce 3 ème Plénum renforce considérablement son assise. Il concentre même l ensemble des pouvoirs. Et en cela sa situation est très différente de Hu Jintao, son prédécesseur. Les démêlés autour de l affaire Zhou Yongkang - ancien ministre de la Sécurité de l Etat et proche de Bo Xilai - et la gestion, semble-t-il toute personnelle, que Xi Jinping apporte à ce dossier montrent que nous avons là un homme qui s impose avec force. Devons-nous craindre une dérive poutinienne du régime? Personnellement, je ne le pense pas. Il existe jusqu à aujourd hui, comme l a montré Jean-Luc Domenach 3, des solidarités par consanguinité auxquelles Xi Jinping ne pourra se dérober. J en veux pour preuve qu au-delà même des instances du Parti, Xi Jinping ne voulait en rien s aliéner la classe moyenne supérieure et ses privilèges dans le domaine très sensible de l immobilier. Or, le Plénum ne propose aucune avancée sur le sujet. Au reste, il demeure extrêmement vague et parfois même ambigu dans l énon- 2. Mark Leonard (ed), China 3.0, European Council on Foreign Relations, Londres, 2012, p Jean-Luc Domenach, Mao, sa cour et ses complots. Derrière les Murs rouges, Fayard, Paris, 2012.

11 ENTRETIEN 2014 Shanghai Municipal Government Lors du 3 ème Plénum du Comité Central en novembre 2013, la création d une zone de libre échange à Shanghai a été accpetée. Cela devrait lui permettre d attirer les entreprises et les investissements étrangers. Ici, le Shanghai Science and Technology Museum, symbole du dynamisme de cette ville de 23 millions d habitants dans le domaine de la recherche et du développement. ciation de ses propositions. Comme souvent en Chine, les documents émanant du Parti peuvent être soumis à une double interprétation. L une ésotérique, destinée aux herméneutes communistes ; l autre exotérique, destinée, quant à elle, au plus grand nombre, et notamment aux étrangers. S.C. : A l issue de ce 3 ème Plénum, le marché semble être appelé à jouer un rôle décisif dans l attribution des ressources alors qu il n était jusqu ici qu une base. Sur un plan politique, le «rôle dirigeant»!"#$%&'(#%#)"%*'#+#,"(#-'-#&-%./&0-1#23"4# avons d un côté un premier ministre favorable aux réformes, de l autre un département de la propagande qui renforce le contrôle d Internet et de la presse, par exemple concernant la voiture en feu place Tian An Men. Cette dichotomie estelle tenable face à l ampleur des réformes à conduire, aux nouvelles technologies de l information, à l ouverture de la Chine et de la société chinoise? A moins que ce ne soit l inverse, et que le renforcement du pouvoir central ne soit, en Chine, la condition nécessaire à la progression des réformes économiques en évitant un «emballement de la machine»? E.L. : Il n échappera à personne que la dualité du pouvoir dans l attribution des rôles que chacun se verrait incarner est loin d une réa- plexe. Li Keqiang est certes juriste de formation, et peut-être prédisposé plus qu un autre à l esprit de réforme dans le domaine constitutionnel notamment. Mais je ne vois pas ce qui le distingue fondamentalement de Xi Jinping ni de leurs cinq autres coreligionnaires. Tous sont acquis à un principe d organisation léniniste au sein du Parti. Cette organisation présuppose une allégeance totale aux décisions devant faire l unanimité dans les choix pris par la direction suprême. Quant aux problèmes de sécurité que vous évoquez, ils sont marginaux. L incident sinon l attentat (qui n a toujours pas été à ce jour revendiqué) de Tian An Men est d ores et déjà oublié. Là où nous voyons de la dichotomie dans la façon de gérer à la fois les affaires courantes et de se projeter vers le long terme, je ne vois que complémentarité. Il en va ainsi de la politique intérieure comme de tout ce qui relève des choix stratégiques en matière de politique étrangère 4. C est la recherche constante d un compromis, qui n exclut ni les innovations politiques (Wukan et l organisation d instances délibératives en est une 5 ) ni les offensives diplomatiques (en C8&!11("0,*&D$"23-%&&E&F4G,H$3")&)0.&*,)&"3-$3")&',&E&2,"-.,&» et de «périphérie» dans le contexte chinois», in Revue de la Défense Nationale, n 735, décembre 2010, pp Barthélémy Courmont et Emmanuel Lincot, «Wukan : gestion d une crise et laboratoire sociopolitique», in La Chine en!"#, Editions Erick Bonnier, Paris, 2012, pp )*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 11

12 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 12 Le sommet du Conseil des chefs des États membres de l OCS s est tenu le 13 septembre 2013 à Bishkek, en présence du Président de la République d Ouzbékistan Islam Karimov, du Président de la République du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaev, du Président de la République Populaire de Chine Xi Jinping, du Président de la République du Kirghizstan Almazbek Atambaïev, du Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine et du Président de la République du Tadjikistan Emomali Rahmon. Asie centrale, avec la conférence de l Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) à Bishkek de septembre dernier, en amont des rencontres de Genève - se prononçant en faveur des intérêts nucléaires iraniens ; en Asie du Sud-est avec les sommets de l APEC et de l ASEAN d octobre dernier ; ou vis-à-vis du Japon autour du contentieux qui l oppose aux Diaoyus ), si tant est que la loi et la légitimité du Parti demeurent respectées. Dans les faits, l autorité du Parti n est en rien remise en cause. Nous ne sommes pas à la veille d un Printemps chinois mais cette situation, quelque peu enviable pour le Parti, pourrait, dans les mois à venir être contestée, il est vrai. Soit sur les marges du pays (dans les provinces aux revendications identitaires fortes : Tibet, Xinjiang ), soit parmi les jeunes diplômés confrontés à des frustrations (chômage, entrave à la liberté d expression ) que seule la génération étudiante de Tian An Men (1989) avait connue. Ce sont deux aspects que le Plénum n a absolument pas abordés. Or, quoiqu on en dise, le danger d une potentielle déstabilisation viendra avant tout de l élite et non des mingongs vis-à-vis desquels le 3 ème Plénum a d ailleurs prévu une réévaluation graduelle du hukou. C est l une des mesures les plus symboliques de ce Plénum avec, comme nous l avons dit plus haut, le réaménagement de la politique de l enfant unique mais encore la suppression à terme du laojiao (ou camps de rééducation par le travail). Symbolique car toutes ces mesures, très intrusives, OuzA touchaient à un domaine très sensible : celui de la souveraineté des individus (dans la reconnaissance de la propriété de leur corps et celle ayant trait à la liberté de leurs déplacements). S.C. : L ouverture économique de la Chine, l augmentation du nombre de Chinois qui séjournent à l étranger, la société de consommation, le développement du marché du luxe participent d un changement des mentalités chinoises. On a pu entendre qu une société confucéenne, où la notion de groupe est essentielle, ait pu être sensible aux idées de Marx. Aujourd hui, comment se traduisent ces changements de mentalité dans la société chinoise, comment ces nouvelles valeurs s insèrent-elles dans l environnement, notamment confucéen, chinois et quelles en sont les conséquences visibles et prévisibles? E.L. : La Chine a ceci d intéressant qu elle court-circuite tous les préjugés que nous pouvons avoir sur elle. Elle est, depuis plus d un siècle, un laboratoire extrêmement fécond de la modernité. Terme aux acceptions diverses qui recoupe à la fois des champs sociologiques hétérogènes et des cadres historiques différents de ceux que nous connaissons en Europe. Je m explique : l historiographie chinoise est partagée entre les tenants d une modernité qui aurait précédée celle de l Occident à la Renaissance italienne - en raison des découvertes que l Europe chrétienne aurait héritées de la Chine (papier, étambot, sextant, poudre ) - et ceux pour qui la modernité commencerait, au contraire, beaucoup plus tardivement, avec la brutalisation de la société chinoise par les puissances impérialistes européennes à partir des guerres de l Opium (1840). Bref, les avis et les perceptions sont des plus diverses et participent pourtant d un regain d intérêt pour la complexité des rapports de la Chine vis-à-vis des pays étrangers sur la longue durée. Toutes ces interprétations de l histoire chinoise coexistent et parfois s interpénètrent. Un intellectuel, issu de la nouvelle gauche, Gan Yang, défend la double identité de la Chine contemporaine : marxiste et

13 ENTRETIEN The ASEAN Secretariat Le 23 ème sommet de l Association des Nations de l Asie du Sud-Est (ASEAN) s est tenu le 9 octobre 2013 à Bandar Seri Begwan au Brunei, en présence des dirigeants des dix Etats-membres de la communauté économique régionale. confucéenne 6. Plutôt que de parler d hybridité de la société chinoise tant dans ses nou- courants intellectuels qui l animent, je pense qu il faut en comprendre les singularités, la mouvante trajectoire qui est la sienne et qui l intègre à des réalités glocalisées. Ce néologisme qui tient compte des interactions entre local et global, peut s appliquer à d autres pays émergents, comme le fait l anthropologue Arjun Appadurai vis-à-vis de l Inde 7. Toujours est-il qu en Chine se réinterprète la modernité, comme se réinvente la tradition. Cela se traduit par une réappropriation de la culture chinoise et d une vision du monde que attentes. En cela, les Chinois, très concrètement, inventent, pour parler le langage d un Max Weber, un nouveau «style de vie». C est une société recomposée qui naît sous nos yeux. Concernée par son avenir, soucieuse de ne pas réitérer des erreurs du passé, elle est avide de connaissances, et d un temps qui lui paraît d autant plus précieux que, des décennies durant, sous la pression du régime totalitaire, il ne lui appartenait pas. Concrètement, le temps des congés payés, des vacances, de la consommation et d un plaisir hédoniste était encore considéré avant-hier comme un 6. Sébastien Billioud et Joël Toraval (dir.), «Regards sur le politique en Chine aujourd hui», in Revue Extrême-Orient / Extrême-Occident, n 31/ Arjun Appadurai, Condition de l homme global, Payot, Paris, luxe. Il est aujourd hui vécu tel un droit. Bref, la Chine est un laboratoire de réalisations inédites qui dicteront les comportements futurs. C est en Chine, notamment, que se créent de nouvelles normes (pour tout ce qui a trait à la propriété intellectuelle), que se déploient des stratégies pour explorer des domaines dont l Occident aurait tort de vouloir se dé-saisir. J en vois quatre : le spatial, l Internet, la maî- mais bien dépassement des limites dans le champ ',&*(&*3=$)-$/0,%&',&*(&=,)-$3"&',)&G0H&,-&J&30& celui de la pensée. S.C. : Aux partisans des réformes économiques associées à des réformes politiques s oppose la «nouvelle gauche» qui, sur les pas de Bo Xilai, prône un retour aux valeurs traditionnelles et dénonce les effets pervers d une société capitaliste. Dans quelle mesure pensezvous que ces deux projets de société opposés pourraient coexister? E.L. : Cette vision dichotomique ne correspond pas à la réalité. Les catégories euroaméricaines héritées de la pensée libérale ou celle du socialisme (la droite / la gauche) ne s intègrent pas à la réalité du champ politique chinois. La «nouvelle gauche» est elle-même protéiforme. Elle est certes porteuse d une certaine pensée radicale se réclamant de l idéologie maoïste. Mais le maoïsme a plusieurs acceptions. Ces dernières évoluent selon les.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 13

14 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 14 époques et les sociétés. Un exemple qui nous sera familier: le maoïsme libertaire de la génération française des années soixante-huit, ralliée à la sociale démocratie et qui est à l origine de l élection de François Mitterrand en 1981, est fondamentalement différent du maoïsme =(0**$,"& (0/0,*& ('?B.,& 0"& L*($"& 8. Et nous pourrions multiplier les exemples : le maoïsme dont se réclament les Naxalites de la région rurale du Bihar, en Inde, est fondamentalement différent de celui à travers lequel se reconnaissait le très urbain Bo Xilai Fils de Prince, ancien ministre du Commerce extérieur et maire de Chongqing (34 millions d habitants), les valeurs de Mao Zedong, pour cet oligarque déchu, étaient celles de sa jeunesse quand, Garde Rouge, ses convictions politiques étaient mues par une certaine idée de la fraternisation, de la démocratie directe (inspirée du modèle, rappelons-le, de la Commune de Paris), de la décentralisation bureaucratique et du gauche» a encore de beaux jours devant lui. Xi Jinping l a très bien compris. De plusieurs manières : premièrement, Bo Xilai n a pas été physiquement liquidé. A l heure où nous parlons, il n a sans doute plus d avenir politique. Mais les choses peuvent changer. Qui aurait dit en pleine Révolution culturelle que Deng Xiaoping réapparaîtrait sur la scène politique? La résilience des cadres du Parti est extraordinaire. Ce sont des hommes d exception dont les capacités de résistance doivent être prises en compte pour mesurer leur trajectoire 9. Deuxièmement, toute la rhétorique de la nouvelle équipe dirigeante s inspire des postures d un Bo Xilai. Par esprit de contradiction avec ce que je vous disais tout à l heure, Xi Jinping apparaît comme un homme de gauche à l extérieur ; de droite à l intérieur. Cet accommodement pour le moins baroque, d après nos critères, étant transcendé par des déclarations nationalistes et arrogantes que partage une partie non négligeable de la population. S.C. : Plusieurs grandes enseignes occidentales se sont vues être la cible de vives 8. Emmanuel Lincot, Esquisses de Chine, Belin, Paris, Adrien Gombeaud, Dans les pas du Petit Timonier, Seuil, Paris, critiques émanant de Pékin. Ainsi en avril le patron d Apple, Tim Cook, a dû présenter ses excuses face aux accusations d arrogance de la part de la Chine. Plus récemment, des problèmes quant à la qualité de produits Samsung ont été soulevés et la marque Starbucks a été critiquée pour le prix jugé trop élevé des cafés en Chine. Ce à quoi certains répondent en posant la question du prix de l immobilier. Comment expliquez-vous cette série de mises en cause de groupes occidentaux en Chine? Serait-ce une façon de jeter,5366&37&8#4"&#,84#9::(!8*'%";#%/*#!8#.3- caliser l attention sur l étranger, renforcer le sentiment d identité nationale et éviter de traiter des sujets sensibles, comme le prix de l immobilier en Chine? E.L. : Bien sûr qu il existe des effets de rhé- -3.$/0,& ',& "(-0.,& A& G(--,.%& >30.& >(.-$,%& *,)& sentiments d une partie de la population. La vindicte populaire contre les intérêts étrangers est aussi ancienne que la rivalité entre la Chine et les puissances étrangères. Mais, plus fondamentalement, les affaires que vous pointez sont les symptômes d un risque de politisation des relations commerciales. Si, dans les années qui ont suivi l entrée de la Chine à l OMC, 82% des entrepreneurs américains se déclaraient satisfaits du développement de leurs activités dans ce pays 10, la perspective pourrait, en effet, commencer A& )+$"G42?$.8& N+0",& >(.-%& >(.2,& /0,& *,)&.,*(- tions sino-américaines s enveniment et présagent d un possible ralentissement de l intérêt que les investisseurs étrangers portaient à la Chine. D autre part, parce que le modèle de croissance chinois lui-même est amené à changer. Son régime tend à être moins tiré par Ouest ou de la périphérie immédiate comme l Asie du Sud-Est, où la Chine ne cesse de renforcer ses liens de coopération. S.C. : On constate que la communauté internationale engage de plus en plus Pékin à agir en «puissance responsable», c est-à-dire à s impliquer davantage dans 10. Stéphanie Balme et Daniel Sabbagh, Chine / Etats-Unis. Fascinations et rivalités, Autrement, Paris, 2008, p. 112.

15 ENTRETIEN,84#%..%(&84#(*'8&*%'(3*%,841#23"4#,5%?(3*4# &80%&)"-# %?8:#,84# %''8*'84#!8#,592C# quant à une implication croissante de la Chine dans les opérations de maintien de la paix. Aujourd hui il s agit de la question syrienne ou du nucléaire en Iran. Entre les pressions que subit Pékin, sa doctrine de non-ingérence et la préservation de ses intérêts à l international, allonsnous d une politique de non-ingérence vers une politique d intervention limitée en fonction de ses intérêts stratégiques? E.L. : La Chine est une puissance atypique qui tend à faire accroire son appartenance au Tiers-Monde et qui revendique, dans le même temps, son statut de deuxième puissance économique mondiale. Jusqu où pourra-t-elle assumer cette contradiction? Ma réponse sera la suivante : tant que ses intérêts vitaux ne seront pas concernés. Pour les dossiers syrien et iranien, tous deux corrélés, la Chine maintiendra une position souverainiste. Sa crédibilité dans cette partie du monde, dont elle dépend pour l importation de ses hydrocarbures, est naturellement en jeu. Mais elle sait faire preuve de pragmatisme et je ne serais pas surpris qu elle s implique à terme davantage et pourquoi pas aux côtés de la France dont elle pourrait payer une partie de ses interventions en Centrafrique notamment. Non par humanitarisme ni par un irénisme bon teint dont elle cultive la formule autour de Bandung et un certain esprit de fraternité afro-asiatique, mais bien parce que cette région centrale de l Afrique lui est vitale en ce qu elle lui donne accès aux régions des grands Lacs, riches en minerais, et à celles plus orientales du continent par où s exporte vers la Chine le pétrole soudanais. Historiquement, comme vous le savez, et d une 1("$B.,& -.B)& *,)& >.,1$,.)& #3.01)& sino-africains ont inspiré, au début des années 2000, les forums sino-arabes dans l approche pan-régionale qui est à présent celle de la diplomatie chinoise. Au reste, l organigramme du Ministère chinois des Affaires étrangères évolue sur le modèle de celui des Etats-Unis avec un partage élargi des problématiques relativement aux réalités à la fois africaine et moyen-orientale. Cela veut dire qu elle se prépare à des échéances comme celles que vous décrivez. Par ailleurs, sur un autre théâtre d opération, qui pourrait (re)devenir l un de ses pré-carrés, je veux parler ici de l Asie centrale, le fait que la conférence de l Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) ait eu lieu à Bishkek en septembre dernier va dans le même sens. En proie, il y a quelques années, à de violents affrontements intercommunautaires, le Kirghizistan, voisin de la Chine et nant de la Chine d une force d interposition de type maintien de la paix. Avec ce choix de Bishkek, la Chine a montré qu elle serait symboliquement soucieuse à l avenir d y pourvoir. Mais une intervention ne s improvise pas. Et la Chine n y est peut-être pas encore prête bien qu elle ait démontré, en 2011, sa pleine capacité à intervenir au large de la Lybie pour rapatrier plusieurs milliers de ses coopérants. Rétrospectivement, cette intervention, qui certes n était pas de nature à mobiliser des moyens militaires, aura été peut-être une étape décisive. S.C. : Au troisième essai nucléaire effec- '"-# 6%&#,%# <3&-8#!"# 23&!#,8# =>#.-?&(8&# 2013, la communauté internationale a réagi vivement en élargissant les sanctions contre Pyongyang dans le La Chine s est associée, sur cette question, à Washington dans la mesure où 8,,8#%?%('#0(4#8*#D%&!8#,%#<3&-8#!"#23&!# contre toute provocation. Le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a également déclaré que la Chine «ne tolèrerait pas de fauteurs de trouble à sa porte E1#2-%*03(*4F#,84#!-:,%&%'(3*4#4"(- vantes étaient plus apaisées et les intérêts de la Chine dans la région ne sont 6%4#*-:844%(&808*'#:8";#!84#G'%'4HC*(41# Près d un an après ces tensions, quelle est la position de Pékin concernant la <3&-8#!"#23&!#8'#63"&#)"8,,84#&%(43*4#I E.L. : Je pense que la Chine entretient au sujet de la Corée du Nord un double discours. De marginal (jusqu au jour où elle s est dotée de la bombe), la Corée du Nord est devenue, pour la Chine et ses voisins, un problème central, avec une double incertitude sur l évolution d un régime allié et sur la pertinence à le soutenir..)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 15

16 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014.)*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 16 Dans les mémoires communistes, qu entretiennent les propagandes respectives des deux pays, la dette du sang versé lors de la guerre dite de Corée ( ) est constamment rappelée. Une partie de la légitimité politique des deux partis communistes repose sur cette solidarité historique. D un point de vue géostratégique, la Corée est à l Asie du Nord-est ce que le Xinjiang est à l Asie centrale : un môle de défense protégeant la Chine contre des agressions extérieures. La division de la Corée est corrélée à celle des deux Chine dans une région instable où il n existe, à l exception des pourparlers à Six, aucune instance permanente de concertation interrégionale. Avec le rapprochement inter-détroit, nous assistons, depuis 2010, à une marginali- contentieux insulaires qui opposent Pékin à Tokyo. «L o p p o s é c o o p è r e», écrivait avec justesse Héraclite. De facto, la nucléarisation de la Corée du Nord ne peut desservir les intérêts United States Government Work à court terme de Pékin qui redoute, non sans raison, un renforcement du dispositif militaire japonais à son encontre. A plus long terme, l énigme devient plus grande. Car le régime nord-coréen revendique haut et fort son indépendance, et d abord vis-àvis de Pékin. Les purges auxquelles nous assistons à Pyongyang visent-elles à éliminer des hommes que l on considérait en haut lieu comme trop proches des Chinois? La question vaut d être posée car le clan Kim est moins irrationnel que les médias le disent. Se doter de la bombe avec l aide du Pakistan allié de la Chine a permis de sanctuariser au-delà même des frontières nord-coréennes l ensemble de la péninsule. Car Pyongyang n a nullement renoncé à /0+(020",& >0$))("2,& "+,)>B.,& véritablement. En tout cas, pas à n importe quel prix. D où la présence de Zones Economiques Spéciales (ZES) en territoire nord-coréen, dont les principaux investisseurs sont, pour le moment, des Chinois. D où l extraordinaire aménagement du port frontalier de la ville chinoise de Dandong, dans la province du Liaoning, où se trouve une importante minorité coréenne sensible à l évolution de leurs voisins. Dans un rapport inversement dialectique, et qui ne manque pas de subtilité, la Corée du Nord tient entre ses mains l avenir de toute une région et par là-même, celui de la Chine. C est en cela qu elle est importante et que nous devons continuer à suivre de près son évolution 11. S.C. : En juin 2013, le nouveau Président de la République islamique d Iran, Hassan Rohani, est élu. Décrit comme «conservateur modéré», il tend à se rappro c h e r d e s G ' % ' 4 H C * ( 4 F# n o t a m m e n t sur le règlement du dossier nucléaire, malgré certaines forces conservatrices. Avec en toile de fond ses intérêts stratégiques dans la région, comment la Chine perçoit-elle ce rapprochement entre Téhéran et Washington / la communauté internationale? Le Secretaire d Etat étasunien John Kerry et le Président chinois Xi Jinping se sont rencontré au Great Hall of the People dans la capitale chinoise le 14 février E.L. : La «communauté internationale», 2+,)-& N(")& *(&.4(*$-4%& $*& "+,H$)-,& que des Etats. Quant à un rapprochement entre l Iran et les Etats-Unis, je crois qu il faut être encore très prudent même si John Kerry manifeste un degré d ouverture plus grand qu un Laurent Fabius sur la question du nucléaire, comme nous avons pu l observer lors 11. Emmanuel Lincot et Barthélémy Courmont (dir.), «Corée : soixante ans de divisions», in Monde Chinois, Nouvelle Asie, n 34, septembre-octobre 2013.

17 ENTRETIEN des différentes rencontres à Genève. L avenir nous dira s il s agissait d une réelle avancée ou si l accord sur lequel les différentes parties semblent s être entendues, le 24 novembre 2013, est une «erreur historique», comme le critiquait Benyamin Nétanyahou. Sans abonder dans le sens de l analyse du depuis lors, le «monde est devenu bien plus dangereux», je pense que l Iran est que sa crédibilité reste encore largement à démontrer et qu aucune garantie sécuritaire n a été, dans le fond, obtenue. La République islamique a même réussi à acquérir ce à quoi elle tenait particulièrement : la reconnaissance, au moins implicite, d un droit à l enrichissement de l uranium. Quant à Hassan Rohani, comparé à son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad, il peut être décrit, vous avez raison, comme un «conservateur modéré». Toutefois, même si sa posture est différente, il n en a pas moins rappelé - et ce, avant même ses prises de fonction - qu il renforcerait les relations de son pays, d abord et avant tout avec la Chine. Côté chinois, l ancien ambassadeur Hua Liming avait publiquement déclaré que cette relation soulignait une forte participation populaire et qu elle ne pouvait avoir qu un impact positif sur le plan bilatéral. En revanche, Hua Liming ne pensait pas que les politiques nucléaire et syrienne de l Iran changeraient pour autant. Vue de Téhéran, la Chine ne peut qu apparaître comme une opportunité stratégique pour aider l Iran à se libérer ',)& (0H/0,**,)& )(& '$>*31(-$,& ),& trouve confrontée vis-à-vis de l Occident. Au reste, nombre d observateurs chinois considèrent l affaiblissement que provoquent les sanctions occidentales contre le régime iranien comme une vulnérabilité pour les intérêts stratégiques chinois en matière d approvisionnement pour ses hydrocarbures. C est pourquoi la survie de l allié syrien pour le régime iranien est tout aussi vitale aux yeux de Pékin. Que le régime d Assad vienne à s effondrer et un régime fantoche, soutenu par les Etats-Unis et l Union Européenne, mena- cerait directement l Iran, allié stratégique de la Chine au Moyen-Orient. La Chine, rappelons-le, a exercé trois fois son droit de veto au Conseil de Sécurité, de pair avec la Russie, contre des projets de résolution soutenus par les puissances occidentales 12. Une telle réaction chinoise est d autant plus remarquable que la Chine n avait jusqu alors utilisé son droit de veto que six fois depuis Ce que redoute évidemment Pékin, c est un scénario de type libyen et une ingérence occidentale au nom de l «humanitarisme» (rendaozhuyi) que l ambassadeur chinois à l ONU a très vivement critiqué, le 12 mars Dans les faits, la crise syrienne ainsi que les négociations sur le nucléaire iranien donnent à la Chine l occasion de faire entendre sa voix dans toute sa singularité. Sur ce dossier, la Chine sera encore une fois très pragmatique. Elle ne veut pas s aliéner les pays arabes du Golfe avec lesquels elle entretient également des relations importantes. Saura-t-elle dépasser le clivage schmittien (ami / ennemi) dont Mao Zedong était l un des plus subtils interprétants? Son modèle économique axé sur le développement d une économie durable la rendra-t-elle moins dépendante de l extérieur, et de ses approvisionnements énergétiques en provenance du Moyen-Orient? Nul ne le sait. Une chose est certaine : les Etats-Unis voient dans la Chine une puissance potentiellement dangereuse, qui aurait pris au Moyen-Orient, comme partout ailleurs, la succession du rôle exercé par la défunte URSS. Sauf que les rapports stratégiques sont incomparables et que la Chine ne cesse, depuis la première guerre du Golfe (1991), de déplorer son retard en matière de technologie militaire vis-à-vis de son rival naissant, Washington 13. A priori, faute de moyens conventionnels '4>*3$,.(& ),)&.,))30.2,)&,"& matière de diplomatie pour éviter toute forme de rapprochement entre les Américains et les dirigeants de Téhéran. Mais le choix des alliés de l Iran n incombe qu aux Iraniens eux-mêmes. Et ceci est une autre histoire. 12 Les 4 octobre 2011 ; 4 février 2012 ; 19 juillet Qiao Liang et Wang Xiangsui, La guerre hors limites, (Préface de Michel Jan), Rivages, Paris, )*'&'/+#$ 012",+$3 4,#11#&$ *)'#"(-('*"&$ &()-(25'4,#&$ 6*,)$1-$78'"#$9 17

18 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014 Les enjeux économiques et!"#"$%&'( de la Chine Les enjeux économiques et)!"#"$%&'()de la Chine, deuxième puissance mondiale Entretien réalisé par le Comité Asie ENTRETIEN AVEC Romain Lafarguette Économiste, :#&$#";#,<$ 2=*"*+'4,#&$!"#$%&%'(!)*# >#$1-$78'"# 18 Comité Asie : Quel avenir voyezvous au RMB 1? La Chine vient d accepter l utilisation du rouble dans certaines zones frontalières avec la Russie, et elle prend petit à petit nombre de mesures qui visent à développer l utilisation du RMB en dehors de Chine continentale : comment analysezvous ce processus? Romain Lafarguette : La balance commerciale chinoise a dépassé en volume celle des USA en 2013, ce qui fait du pays la première puissance commerciale au monde. Grâce à son très fort taux d épargne, la Chine est riche en capitaux et ses investissements à l étranger, bien que modestes pour l instant, sont en très forte croissance. Sur les deux fronts monétaires (supports des échanges commerciaux et produits d investissement), le RMB est appelé à jouer un rôle prépon- 1. Appelé communément le «yuan». dérant au niveau mondial. Alors que la puis- par la Chine, il serait souhaitable que le système monétaire international ne soit plus mono-centré autour du dollar ; notons que, en réalité, posséder une monnaie internationale n est pas nécessairement un avantage (comme le signalait à l époque Valéry Giscard d Estaing, qui parlait de «l exorbitant privilège» américain) mais entraîne de forts coûts : c est ce qu on appelle le paradoxe ',)&'3**(.)%&2,*(&),&-.('0$-&>(.&0"&(#G0H&',& capitaux aux Etats-Unis qui fait baisser les taux d intérêt et l épargne. La consommation augmente alors que la production n augmente pas, ce qui oblige le pays à avoir un )0.& )(& ;(*("2,& 230.("-, 2. Résultat : 2. Un autre argument de ce fardeau de la monnaie interna- rinchas et Rey et consiste à dire que les Etats-Unis réalisent des pertes de valeur (valuations loss) sur leur balance des paiements, puisqu ils émettent de la dette de bonne qualité et

19 ENTRETIEN pitaux et de produits importés), le fameux «$%&'(!)#*&+». Cette théorie émise par guerre du Vietnam, et jusqu à aujourd hui. Comme le note Michael Pettis 3, un de mes anciens professeurs à l Université de Pékin (Beida), les Etats-Unis sont peut-être le seul pays à ne pas se rendre compte du fardeau engendré par le fait d avoir le dollar comme monnaie internationale. Les Chinois, me semble-t-il, l ont bien compris. Mes recherches actuelles portent sur l internationalisation du RMB : ma théorie est que les Chinois essaient de développer une troisième voie graduelle entre une internationalisation brutale et le repli monétaire qu ils pratiquent actuellement. L idée est de passer par une internationalisation de la monnaie non pas via les capitaux mais, dans un premier temps, via le commerce, ce qui a pour avantage que les partenaires commerciaux détiennent des RMB sans qu il y ait pour (0-("-&(#G0H&',&2(>$-(0H8&\6$',11,"-%&2,*(& ne fait pas vraiment du RMB une monnaie revenir en Chine. Mais comme cette dernière est le premier exportateur et importateur au monde, cela permet d étendre lentement la part du RMB dans la trésorerie des compagnies étrangères, de créer ainsi un bassin première étape. La seconde va être de libéraliser progressivement le compte de capital, 2,& /0$& 6(& >,.1,--.,& '+(63$.& 0"& (#G0H& *$1$-4& des capitaux étrangers en Chine et d asseoir cit. A partir du moment où les Chinois vont fournir des supports d investissement pour les RMB détenus à l étranger, ils vont créer une véritable incitation à détenir des RMB sur le long terme. Les plateformes de RMB offshores proposées à Londres et à Hong- Kong répondent à cette logique : il s agit de développer un bassin de liquidités et de pro- non seulement de tester l attractivité de ces investissent dans des produits étrangers plus risqués. de Pékin. produits, les régulations à mettre en place, mais aussi de fournir des incitations pour les agents étrangers à détenir des RMB. Cependant, le RMB offshore est très sérieusement encadré et ne peut pas revenir directement en Chine : le système passe par des clearing banks 4 qui font le lien entre le RMB offshore et la People s Bank of China (PboC). On le voit, cette approche originale permet d éviter ',)&G0H&1())$#)&',&2(>$-(0H&,"&<?$",&23"-$nentale. Il est fort probable qu à l avenir les Chinois développent graduellement d autres plateformes pour le RMB offshore, notamment en Europe. La signature d accords de swap de devises avec la Banque central européenne (BCE) est un premier pas. Je pense très sincèrement que les Chinois n ont aucune envie de faire du RMB la seule monnaie internationale. Ils veulent au contraire développer un panier de monnaies internationales où le dollar, l euro et le RMB seraient majoritaires (avec un peu de yen japonais); c est leur revendication depuis quelques années déjà auprès du Fonds monétaire international (FMI). Je pense que c est la bonne voie pour eux et pour le reste du monde, et que ce modèle devrait être soutenu par tous les grands pays, Etats-Unis en tête, dans leur propre intérêt ce qui n est malheureusement pas encore le cas. Actuellement, la situation monopolistique du dollar sur la scène internationale est, selon moi, la raison principale qui explique les grands déséquilibres mondiaux : dette américaine et accumulation de réserves de devises en Chine. C.A. : Peut-on vraiment dire que le RMB soit sous-évalué? Pourquoi et dans quelle mesure? R.L. : C est une question complexe car on entend en général deux choses différentes dans la mesure d une «valeur d équilibre» du RMB, et donc dans une éventuelle sousévaluation par rapport à cet équilibre. La première, la plus restreinte, est de savoir si la valeur actuelle du RMB est sous-évaluée par rapport à une valeur de marché, à savoir dans 4. Bank of China à Hong-Kong (BOCHK) et Standard Chartered à Londres. :#&$#";#,<$ 2=*"*+'4,#&$!"#$%&%'(!)*# >#$1-$78'"# 19

20 *+$%,-(./$0#("!"#$%&'&()*+,-' 7!"#$%&'(")# hiver-printemps 2014 :#&$#";#,<$ 2=*"*+'4,#&$!"#$%&%'(!)*# >#$1-$78'"# 20 0"&.4=$1,& ',& 2?("=,& G3--("-8& D,& >.3;*B1,& est que le RMB est en régime de change semi-ancré 5 &,-&/0+$*&"+,H$)-,&>()&',&6(*,0.&G3-- tante. Cependant, la PBoC a mis en place un RMB offshore à Hong-Kong (CNH 6 ) dont la valeur anticipée est déterminée sur un marché futur non-délivrable (NDF). Ce marché, bien que très différent de ce que pourrait être 0"& 2?("=,& G3--("-&,"& <?$",& 23"-$","-(*,%& permet d avoir une idée de ce que serait la différence entre le taux actuellement ancré et 0"&-(0H&',&2?("=,&G3--("-8&N,>0$)&a[Xa%&*,& NDF s est nettement rapproché du CNY 7, ce qui tend à laisser penser que la valeur «théo-.$/0,b&'0&f]^&)0.&0"&1(.2?4&g3--("-&"+,)-& pas si éloignée de la valeur ancrée actuelle. Bien entendu, si demain les Chinois libéralisent le change, le RMB connaîtrait à court -,.1,& ',& -.B)& #3.-,)& G02-0(-$3")& '0,)& (0H& mouvements de capitaux et à la spéculation, mais il est assez probable que sa valeur d équilibre ne soit guère éloignée de sa valeur actuelle. La seconde approche consiste à estimer un taux de change d équilibre d une monnaie à partir de ses fondamentaux : on considère qu un taux de change à l équilibre est celui qui permet au pays d avoir un ensemble de fondamentaux stabilisés (compte courant, 231>-,&',&2(>$-(*%&$"G(-$3"%&,-28c8&P0-.,&*,&#($-& que cette approche tend à mélanger le sens ',& *(& 2(0)(*$-4& W*+$"G(-$3"&,-& *,& 2?("=,& )3"-& codéterminés par exemple), il est délicat de s accorder sur les valeurs «stabilisées» de certains fondamentaux : quelles normes retenir? Par exemple, le fait qu un pays ait nécessairement que sa monnaie soit sousévaluée : l Allemagne et la France partagent la même monnaie alors que la première enregistre de forts excédents commerciaux, tandis que la seconde bat des records de 13""($,)&,-&*(&>(.$-4&'0&F]^&,)-&(0-3.$)4,&A&G02-0,.&(0-30.& de cette parité centrale. 6. Le CNH est le RMB offshore, qui est négocié sur un marché futur non-délivrable (NDF : non deliverable forward). On utilise la valeur du CNH sur ce marché comme indication de ce que pourrait être le CNY (Chinese Yuan, le RMB). 7. Le CNY est la devise et le RMB la monnaie. Pour être cohérent dans la comparaison entre deux devises (CNH et CNY), il vaut mieux utiliser CNY que RMB. méthodologiques, la méthode sur le fond s applique mal à la Chine car c est un pays en développement avec de fortes évolutions structurelles (notamment en termes de productivité et de compétitivité), et il est donc tout à fait irréaliste de considérer que la Chine doit avoir ses fondamentaux à l équilibre à court et moyen terme. On le comprend, il est théoriquement sur une éventuelle sous-évaluation du RMB face au dollar ou à l euro. On entend souvent des hommes politiques ou des journalistes accuser la Chine de manipuler sa monnaie et de pratiquer une guerre des monnaies. Cependant, il existe assez peu d éléments factuels permettant d accréditer une telle thèse. En premier lieu, notons que le RMB s est continûment apprécié face au dollar depuis 2006 (et face à l euro entre 2006 et 2010), ce qui n a pas empêché le (14.$2($"& ',& ),& 2.,0),.& ",--,1,"-& après Cela est vrai aussi pour certains pays européens, notamment la France. Par ailleurs, dans l éventualité où le RMB serait nettement sous-évalué, cela devrait théoriquement se traduire par de fortes poussées $"G(-$3""$)-,)&,"&<?$",%&2,&/0$&"+,)-&>()&*,& cas actuellement. Le problème est que l argument de la manipulation monétaire est souvent utilisé par les leaders politiques pour se dédouaner de la perte de compétitivité du pays dont ils ont la charge ou lorsque certains secteurs indus- -.$,*)& )3"-&,"& `& 2+,)-& >(.-$20*$B.,- ment vrai aux Etats-Unis ou en France (ce genre d accusations avaient été portées déjà contre le Japon dans les années 1980). Les hommes politiques français en sont friands mais omettent de mentionner que nos voisins allemands, qui pourtant partagent la même monnaie que nous, ont vu leur excédent commercial avec la Chine s accroître très nettement ces dernières années. Preuve s il en est que le problème est avant tout celui de la compétitivité des produits et non pas celui du change. Notons aussi que si l euro est considéré comme trop fort face au RMB, cela est dû aussi au fait que le dollar s est fortement déprécié face à de nombreuses monnaies à la

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Rééquilibrer l ordre économique international

Rééquilibrer l ordre économique international Rééquilibrer l ordre économique international Exposé présenté à un colloque organisé par le Peterson Institute for International Economics La guerre des monnaies : les réalités économiques, les réactions

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies?

TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies? TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies? 25 janvier 2016, Paris/Hong Kong Talking Points Sommaire Nouveau monde,

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Visite du président togolais en Chine Interview de Faure Gnassingbé

Visite du président togolais en Chine Interview de Faure Gnassingbé Visite du président togolais en Chine Interview de Faure Gnassingbé Mai 2016 Monsieur le Président, votre prédécesseur feu Gnassingbé Eyadéma avait effectué cinq visites en Chine et échangé avec les leaders

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

«PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, SORBONNE, JANVIER 2015

«PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, SORBONNE, JANVIER 2015 ANDREI GRATCHEV «PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, MOYENS TEXTE DE L INTERVENTION DANS LE CADRE DU CYCLE DES CONFERENCES DE LA CHAIRE «LES GRANDS ENJEUX STRATEGIQUES EN ASIE»,

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Masters en Sciences politiques - 6 - Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Programme(s) de Bachelier Mineure Prérequis Accès direct moyennant Mineure Mineure et Prérequis Bachelier

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

«Le compte des opérations du franc CFA au trésor français est un fantasme», dixit Lionel Zinsou

«Le compte des opérations du franc CFA au trésor français est un fantasme», dixit Lionel Zinsou «Le compte des opérations du franc CFA au trésor français est un fantasme», dixit Lionel Zinsou Publié par La Rédaction dans À LA UNE, ÉCONOMIE sur lundi 02 juin 2014 à 2:32 / 1 commentaire Normalien,

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation WS31 Entreprises Session 1 La vision chinoise La Chine est confrontée à 3 problèmes principaux : la pénurie de compétence et de fréquents changements de personnel, le défi de la gestion du territoire,

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Mondialisation et territoires : quelques approches 4em partie. Laurent CARROUE Mardi 27 et mercredi 28 mars 2012 Académie de Nice

Mondialisation et territoires : quelques approches 4em partie. Laurent CARROUE Mardi 27 et mercredi 28 mars 2012 Académie de Nice Mondialisation et territoires : quelques approches 4em partie Laurent CARROUE Mardi 27 et mercredi 28 mars 2012 Académie de Nice C. Le Brésil, nouvelle puissance? Les nouvelles diplomaties des puissances

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC Rabat, le 4 avril 2013 Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Baromètre Jeunesse Vague 3

Baromètre Jeunesse Vague 3 pour Baromètre Jeunesse Vague 3 Juin 2011 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A Les jeunes, la confiance et leur avenir 6 B Les jeunes et l avenir professionnel 11 C Les jeunes

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail