GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail"

Transcription

1 GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE NEEL

2 PROBLEMATIQUE La maladie dépressive concerne, en France, près de 3 millions de personnes, et l on estime que 10 à 20 % de la population peuvent présenter un syndrome dépressif majeur à un moment ou l autre de la vie, avec une prévalence sur un an de 6 à 12 %. Néanmoins en 2004, seulement patients bénéficiaient d une Affection de Longue Durée (ALD) pour «état dépressif». La prévalence de cette pathologie s accroît, avec une nette prédominance féminine ; aucune tranche d âge n échappe à ce risque. On reconnaît habituellement que le taux de suicides est vingt fois supérieur chez les patients présentant un état dépressif caractérisé que dans la population générale 1. La souffrance personnelle du malade et le retentissement sur son environnement familial et social font le lit d un problème de santé publique majeur. L approche médicale est parfois délicate car le syndrome dépressif est souvent masqué ; le diagnostic est souvent mal accepté par le patient, qui, par essence, est peu observant de son traitement. Au total, les troubles dépressifs sont sous diagnostiqués et sous traités malgré des stratégies thérapeutiques psychologiques et médicamenteuses efficaces. LES REFERENTIELS «Prise en charge des complications évolutives d un épisode dépressif caractérisé de l adulte» - Recommandations et Synthèse des recommandations, Haute Autorité de Santé (HAS), Avril 2007 Site de la HAS «Bon usage des médicaments antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs et des troubles anxieux de l adulte», Agence Française de la Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS), octobre 2006 Site de l AFSSAPS En complément «Prise en charge d un épisode dépressif en ambulatoire», HAS, mai 2002 Site de la HAS «Bon usage des antidépresseurs au cours des troubles dépressifs chez l adulte», Mise au point, AFSSAPS, avril 2005 Site de l AFSSAPS «Efficacité des antidépresseurs», communiqué de presse, AFSSAPS, février Site de l AFSSAPS 1 Conférence de consensus : La crise suicidaire. ANAES- Société Française de Psychiatrie. Novembre Février /6

3 SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS ET MESSAGES ESSENTIELS Les recommandations de la HAS et de l AFSSAPS soulignent les points importants de la prise en charge qui est souvent assurée par les médecins généralistes : En amont, il est essentiel de s approprier les symptômes de la maladie dépressive, pour ne pas prendre le risque de négliger une dépression masquée. Au moment du diagnostic et dans le suivi du patient dépressif : o Savoir établir une relation «médecin-malade», dont la qualité sera un garant de la bonne prise en charge et de l observance du traitement. o Connaître les facteurs de risque de récidive et de passage à la chronicité, afin de différencier l état dépressif passager de la dépression profonde. o Déceler et ne pas négliger les symptômes résiduels. o Savoir évaluer une dépression chronique. Les modalités de la prise en charge thérapeutique : o Savoir choisir une prise en charge adaptée 2, en utilisant les moyens les mieux adaptés dans le riche arsenal proposé. o Savoir quand demander la collaboration du spécialiste et conseiller l hospitalisation. La dépression du sujet âgé exige une attention particulière. La mise au point de l AFSSAPS en avril 2005 souligne l importance de bien identifier les patients qui doivent bénéficier d un traitement antidépresseur et aussi celle d optimiser le bon usage des antidépresseurs dans les troubles dépressifs : Indications et non indications des antidépresseurs : o Recherche à l interrogatoire des symptômes de la dépression caractérisée, o Appréciation de l intensité de la symptomatologie dépressive, o Evaluation systématique du risque suicidaire, o Prescription d un traitement médicamenteux dans les seuls épisodes dépressifs, d intensité caractérisée à sévère, o Pas de prescription médicamenteuse devant des symptômes «non caractérisés», un épisode dépressif léger ou des symptômes sévères mais transitoires. Dans ces cas, revoir le patient dans un délai de 15 jours. Modalités de prescription : o Atteindre rapidement la posologie efficace, o Distinguer délai d amélioration (1 à 3 semaines) et délai de réponse complète (2 à 8 semaines), o Durée totale conseillée d un traitement : six mois à un an (phase de rémission 2 mois, phase de consolidation 4 mois), o Arrêt du traitement toujours progressif et programmé, en quelques semaines ou quelques mois. 2 L AFSSAPS dans un communiqué de presse du 28 février 2008 a évoqué les conclusions d une méta-analyse récente qui affirmait l inutilité de la prescription des antidépresseurs dans les dépressions légères à modérées. L AFSSAPS confirme à cette occasion que les antidépresseurs sont réservés au traitement des formes sévères de dépression. Février /6

4 Suivi du patient : o Après la mise en route du traitement médicamenteux, réévaluer le patient au cours de la première semaine, avant 15 jours et à un mois, o Dépister le risque suicidaire, o Chez la personne âgé, rechercher les complications du traitement et les interactions médicamenteuses, o Remettre en cause la stratégie thérapeutique après 4 à six semaines en cas de réponse partielle et/ou insuffisante, o Dépister la survenue d un syndrome de sevrage à l arrêt du traitement. LES INDICATEURS DE SUIVI Préambule La population étudiée est celle des adultes âgés de 18 ans et plus ayant bénéficié d une prescription d antidépresseurs sur le semestre de l étude et n ayant bénéficié d aucune prescription d antidépresseurs dans les six mois précédant le semestre de l étude. Identification de deux recommandations portant sur la prise en charge de la dépression Recommandation 1 : S assurer du suivi du patient dépressif dans le mois suivant l instauration du traitement Dans la prise en charge des troubles dépressifs chez l adulte, l instauration d un traitement doit nécessairement s accompagner d au moins 2 consultations dans le mois suivant l instauration du traitement pour : prévenir le risque suicidaire lors de la mise en place de la thérapeutique (en particulier dans les 10 premiers jours), réévaluer la sévérité de la dépression dans les premières semaines et évaluer la réponse au traitement à un mois. Indicateur : Pourcentage de patients ayant bénéficié d au moins 2 consultations chez le médecin prescripteur ou un psychiatre dans le mois suivant l instauration du traitement par anti-dépresseurs N.B Les patients hospitalisés rapidement après l instauration du traitement et qui n auraient pas bénéficié de 2 consultations dans le mois ne peuvent être comptabilisé parmi les patients ayant bénéficié d un suivi suite à l instauration du traitement Février /6

5 Recommandation 2 : Un traitement par anti-dépresseurs doit être instauré en règle sur une durée d au moins 6 mois. Dans la prise en charge des troubles dépressifs chez l adulte, un traitement par antidépresseurs doit être instauré en règle sur une durée d au moins 6 mois. Indicateur : Pourcentage de patients ayant bénéficié d un traitement par antidépresseurs sur la période étudiée et qui sont sous traitement depuis au moins 4 mois N.B 1- Du fait de contraintes techniques sur les systèmes d information de l Assurance Maladie, la période de traitement par anti-dépresseurs analysée est d une durée de 4 mois. 2 - Les anti-dépresseurs peuvent, par ailleurs, être prescrits dans des pathologies autres que la pathologie dépressive. CONTACTS René LE JEUNE Médecin coordonnateur des groupes qualité en Bretagne Jean BATTINI Médecin conseil à la Direction Régionale du Service Médical de Bretagne Arnaud GANNE Chargé de mission à l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Bretagne Jean-Yves HASCOET Médecin généraliste, Président de l association APIMED en Bretagne et élu de l Union Régionale des Médecins Libéraux de Bretagne Février /6

6 Février /6

PRISE EN CHARGE DE L ASTHME DE L ADOLESCENT ET

PRISE EN CHARGE DE L ASTHME DE L ADOLESCENT ET PRISE EN CHARGE DE L ASTHME DE L ADOLESCENT ET DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ÉPISODE DÉPRESSIF CARACTÉRISÉ CHEZ L ADULTE

PRISE EN CHARGE DE L ÉPISODE DÉPRESSIF CARACTÉRISÉ CHEZ L ADULTE PRISE EN CHARGE DE L ÉPISODE DÉPRESSIF CARACTÉRISÉ CHEZ L ADULTE 2013 UNE APPROCHE EN 3 ÉTAPES Rappel des critères diagnostiques d un Episode Dépressif Caractérisé chez l adulte (EDC) relevant d une prise

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

LA PRESCRIPTION DES PSYCHOTROPES EN AMBULATOIRE ETUDE REALISEE PAR SIX SERVICES MEDICAUX REGIONAUX

LA PRESCRIPTION DES PSYCHOTROPES EN AMBULATOIRE ETUDE REALISEE PAR SIX SERVICES MEDICAUX REGIONAUX LA PRESCRIPTION DES PSYCHOTROPES EN AMBULATOIRE ETUDE REALISEE PAR SIX SERVICES MEDICAUX REGIONAUX DU REGIME D'ASSURANCE MALADIE DES PROFESSIONS INDEPENDANTES EN 1996 Décembre 1997 2. LA PRESCRIPTION DES

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie Education Thérapeutique du Patient Expériences en Psychiatrie Edgar TISSOT EPSM Novillars - Besançon Introduction Tour de table Présentation expérience des participants en ETP PHOTOLANGAGE : Groupes de

Plus en détail

Proposition d arbres décisionnels

Proposition d arbres décisionnels Comment mieux prescrire les psychotropes chez le sujet âgé de plus de 80 ans? Proposition d arbres décisionnels troubles du sommeil dépression - anxiété Sylvie LEGRAIN Unité Programmes Pilotes - 29 juillet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 17 octobre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 17 octobre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 17 octobre 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 14 janvier 1999 - (J.O. du 22 janvier 1999) SEROPRAM 20 mg,

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD. Dr Christophe Arbus CHU Toulouse

Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD. Dr Christophe Arbus CHU Toulouse Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD Dr Christophe Arbus CHU Toulouse Les différentes situations Antécédents dépressifs (maladie bipolaire ou unipolaire) Dépression tardive (>65-70 ans)

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

Résultats d une enquête qualitative réalisée à Marseille

Résultats d une enquête qualitative réalisée à Marseille Stratégies de prise en charge des troubles anxieux et dépressifs en médecine générale de ville Résultats d une enquête qualitative réalisée à Marseille Hélène Dumesnil, Jean-Marc Manzi Sous la direction

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées. Bilan d étape 2008

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées. Bilan d étape 2008 PROGRAMME 2007 2010 Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées Bilan d étape 2008 INTRODUCTION Un an après le lancement d un vaste programme d actions pluriannuelles visant à améliorer

Plus en détail

Dépression et Réseau Santé Mentale Yvelines Sud. Marie-Christine Hardy-Baylé

Dépression et Réseau Santé Mentale Yvelines Sud. Marie-Christine Hardy-Baylé Dépression et Réseau Santé Mentale Yvelines Sud Marie-Christine Hardy-Baylé Les questions auxquelles sont confrontées les professionnels d un réseau ne peuvent pas trouver de réponses dans des savoirs

Plus en détail

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Déclaration d intérêts 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Hôpital général Trois secteurs de psychiatrie adulte 250 000 habitants Consultations spécialisées

Plus en détail

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Juin 2015 Préambule L objectif est de réduire les prescriptions au long cours de benzodiazépines

Plus en détail

Les psychotropes chez la personne agée. propositions d actions concertées

Les psychotropes chez la personne agée. propositions d actions concertées Les psychotropes chez la personne agée propositions d actions concertées Plusieurs recommandations récentes Améliorer la prescription des psychotropes chez le sujet agé (méthodologie participative oct

Plus en détail

Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie

Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie Mardi de Gérontopsychiatrie Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie Pr V SCOLAN Présentation du service Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes Présentation

Plus en détail

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION?

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Pr Christophe ARBUS CHU de Toulouse Pôle de Psychiatrie Gérontopôle POURQUOI PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Selon les critères du DSM-IV-TR, dans la population

Plus en détail

Dépression et Territoires. Un dossier IMS Health

Dépression et Territoires. Un dossier IMS Health Dépression et Territoires Un dossier IMS Health - 2014 IMS Health Présent dans 135 pays depuis plus de 50 ans 7000 collaborateurs dont 1300 consultants en santé Plus de 200 collaborateurs en France, dont

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

La Commission de la Transparence (CT)

La Commission de la Transparence (CT) La Commission de la Transparence (CT) Évaluation des médicaments en vue de leur remboursement La HAS, un rôle central dans le circuit d évaluation du médicament Autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité F. PAILLE Nancy Risque d usage nocif et de dépendance = Interactions : Produit (P) x Individu (I) x Environnement (E) P = facteurs

Plus en détail

1. En première ligne, le diagnostic de dépression s effectue en plusieurs étapes :

1. En première ligne, le diagnostic de dépression s effectue en plusieurs étapes : Messages clés DIAGNOSTIC 1. En première ligne, le diagnostic de dépression s effectue en plusieurs étapes : 1 e étape : Soyez attentif aux signes et aux plaintes de dépression chez vos patients (GRADE

Plus en détail

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème?

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Dr Fatséas Département d addictologie RéNAPSUD, Agir 33, mardi 16 Septembre 2008 Introduction (1) Benzodiazépines Médicaments psychotropes les plus utilisés

Plus en détail

Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information

Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information www.irdes.fr Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information Magali Coldefy Mission d information sur la santé mentale et l avenir de la psychiatrie

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008

Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008 Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008 Groupe de veille documentaire Boussageon R, Mas JL, Nambotin P, Oriol JM, Senez B. Forgeni - 18 septembre 2008 Rappels AFSSAPS oct 2006 : Augmentation

Plus en détail

GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016

GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016 SUIVI A DOMICILE DES THERAPIES CIBLEES ORALES GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016 DE PLUS EN PLUS DE PATIENTS TRAITES EN VILLE Les progrès à la fois pharmacologiques

Plus en détail

Addiction aux médicaments psychotropes

Addiction aux médicaments psychotropes item 75 Addiction aux médicaments psychotropes (benzodiazépines et apparentés) 75 I. Introduction II. Épidémiologie III. Intoxication aiguë et usage à risque IV. Troubles addictologiques liés aux benzodiazépines

Plus en détail

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 mars 2013 CONTRACNE 5 Gé mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 382 601-9 9) CONTRACNE Gé 10 mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 358 120-4 9) CONTRACNE

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa

UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Compétence 4 : Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa Pré requis : UE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA CYSTITE AIGUE SIMPLE

PRISE EN CHARGE DE LA CYSTITE AIGUE SIMPLE PRISE EN CHARGE DE LA CYSTITE AIGUE SIMPLE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé LE NEEL Validation

Plus en détail

CE Geffroy Pôle Autonomie, Neurologie et Prise en charge du Vieillissement Centre Hospitalier de BLOIS

CE Geffroy Pôle Autonomie, Neurologie et Prise en charge du Vieillissement Centre Hospitalier de BLOIS 14 ème journée plénière de l OMEDIT Centre Val de Loire CE Geffroy Pôle Autonomie, Neurologie et Prise en charge du Vieillissement Centre Hospitalier de BLOIS 21 molécules en 2012 21 molécules en 2012

Plus en détail

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Les SISM qu est-ce que c est? Créée en 1990, la Semaine d Information sur la santé mentale est un événement annuel qui s adresse au grand public,

Plus en détail

ADOLESCENTS et ENFANTS. Pour vous inscrire à l un de ces 10 DPC

ADOLESCENTS et ENFANTS. Pour vous inscrire à l un de ces 10 DPC ADOLESCENTS et ENFANTS Pour vous inscrire à l un de ces 10 DPC Dans l intitulé de l action notez bien le titre (en gras sur ce programme) de l action que vous avez choisie Première consultation de contraception

Plus en détail

UE - PSYCHIATRIE. Caroline RIEUNIER - DEJEAN DE LA BATIE. VG, la référence pour le nouveau concours! Derniers tours unités d enseignement médical

UE - PSYCHIATRIE. Caroline RIEUNIER - DEJEAN DE LA BATIE. VG, la référence pour le nouveau concours! Derniers tours unités d enseignement médical VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE PSYCHIATRIE Caroline RIEUNIER - DEJEAN DE LA BATIE Editions Vernazobres-Grego 99

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 21 mai La prescription ne doit pas dépasser 4 semaines (y compris la période de réduction de la posologie)

AVIS DE LA COMMISSION. 21 mai La prescription ne doit pas dépasser 4 semaines (y compris la période de réduction de la posologie) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 21 mai 2003 IMOVANE 3,75 mg, comprimé pelliculé (Boîtes de 5, 14 et 20) Laboratoire AVENTIS zopiclone Liste I La prescription ne

Plus en détail

Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Vendée

Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Vendée MALADIE D ALZHEIMER Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire DDASS et Conseil général de Vendée 29 juin 2006 - LA ROCHE SUR YON Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne!

La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne! La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne! Denise Aubé, INSPQ Clément Beaucage, DRSP de la Capitale-Nationale Arnaud Duhoux, INSPQ JBASM, 18 mai 2007 Objectif

Plus en détail

Du bon usage des psychotropes dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées. Les antidépresseurs. Sylvie Bonin-Guillaume

Du bon usage des psychotropes dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées. Les antidépresseurs. Sylvie Bonin-Guillaume Du bon usage des psychotropes dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées Les antidépresseurs Sylvie Bonin-Guillaume Faculté de médecine Marseille, Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille,

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

Avis 2 octobre Episodes dépressifs majeurs (c'est-à-dire caractérisés). Prévention des attaques de panique avec ou sans agoraphobie.

Avis 2 octobre Episodes dépressifs majeurs (c'est-à-dire caractérisés). Prévention des attaques de panique avec ou sans agoraphobie. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 octobre 2013 SEROPRAM 20mg, comprimé pelliculé sécables B/28 (CIP : 3400933833619) SEROPRAM 40 mg/ml, solution buvable B/12 ml (CIP : 3400934653728) Laboratoire LUNDBECK

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 3 ans par arrêté du 17 août 1999 (JO du 9 février 2000)

Plus en détail

Avis 7 novembre 2012

Avis 7 novembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 7 novembre 2012 TERCIAN 25 mg, comprimé pelliculé sécable B/30 (CIP : 34009 329 638-9 8) TERCIAN 100 mg, comprimé pelliculé sécable B/25 (CIP : 34009 319 199-2 6) TERCIAN

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

Traitement des TB: entre théorie et pratique

Traitement des TB: entre théorie et pratique Traitement des TB: entre théorie et pratique Pr SEMAOUNE, Dr MAMMERI HOPITAL CENTRAL DE L ARMEE Introduction Avant l introduction du lithium, les neuroleptiques étaient l un des principaux agents disponibles

Plus en détail

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de

Plus en détail

Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville. D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain

Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville. D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain Le tableau PMSA diagnostics et ses modalités de remplissage Pour les médecins en ville D. Bonnet-Zamponi - S. Legrain PMSA diagnostics: Un tableau qui formalise le raisonnement clinique chez le sujet âgé

Plus en détail

HALDOL comprimés et solution buvable

HALDOL comprimés et solution buvable Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 ANAFRANIL 10 mg, comprimé enrobé B/60 (CIP : 34009 303 701 5-5) ANAFRANIL 25 mg, comprimé enrobé B/50 (CIP : 34009 300 435 2-3) ANAFRANIL 75 mg, comprimé

Plus en détail

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE 1 Etudes pré AMM Etudes post-amm Etudes servant de base au SMR, à l ASMR. Etudes d efficience Ventes Etudes pharmaco-épidémiologiques Pots

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

Assises du médicament- Groupe 3

Assises du médicament- Groupe 3 Assises du médicament- Groupe 3 1 La prescription hors AMM: état des lieux de la réglementation 1. Droit commun 2. Procédures dérogatoires 09 mars 2011 2 1 1. Droit commun Principes et bases réglementaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU SOMMEIL ET USAGE

PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU SOMMEIL ET USAGE PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU SOMMEIL ET USAGE DES HYPNOTIQUES 1. Préambule Les troubles du sommeil sont fréquents. Ils touchent 19% de la population de façon occasionnelle. Un tiers des patients consultants

Plus en détail

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé 4 DIMENSIONS DE LA DOULEUR SENSORIELLE : décodage du message sensitif EMOTIONNELLE : angoisse et

Plus en détail

Activité physique et dépression

Activité physique et dépression Option Psychologie du sport et de la santé CM 3 Activité physique et dépression Enseignant : Anthony Mette 2013/1014 Objectif Présenter les principaux travaux ayant étudiés les liens entre dépression et

Plus en détail

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité?

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Dr Clara MOTTEAU Médecin généraliste Clinique de Saumery Contexte d exercice

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999)

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 26 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999) ZYPREXA

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

Sources de données épidémiologiques en psychiatrie et santé mentale. Christine Chan Chee Institut de Veille Sanitaire

Sources de données épidémiologiques en psychiatrie et santé mentale. Christine Chan Chee Institut de Veille Sanitaire Sources de données épidémiologiques en psychiatrie et santé mentale Christine Chan Chee Institut de Veille Sanitaire Outils épidémiologiques Enquêtes en population Prévalence des troubles Questions sur

Plus en détail

RSI-Diabète. Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine

RSI-Diabète. Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine RSI-Diabète Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine SOMMAIRE I Contexte II Objectifs III Cible populationnelle IV Modalités pratiques 2/13 2 I Contexte (1/2) Contexte politique et juridique COG Etat-RSI 2007-2011

Plus en détail

Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale?

Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale? Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale? Yann Bourgueil IRDES Journée IPCEM 10 novembre 2006 Plan L importance des maladies chroniques et

Plus en détail

Idées reçues et réalités sur la santé mentale. Psycom décembre 2013

Idées reçues et réalités sur la santé mentale. Psycom décembre 2013 Idées reçues et réalités sur la santé mentale 1 Idée reçue Les problèmes de santé mentale ne me concernent pas. 2 Selon l OMS, les troubles mentaux concernent environ une personne sur quatre. Aucune famille

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Épidémiologie : suicide et tentatives

Plus en détail

Les troubles bipolaires : Définition, diagnostic, conséquences, prise en charge.

Les troubles bipolaires : Définition, diagnostic, conséquences, prise en charge. Les troubles bipolaires : Définition, diagnostic, conséquences, prise en charge. Les troubles bipolaires ont connu différentes appellation au cours des siècles. Pourtant, leur description clinique est

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1

Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1 Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1 PLAN I- Introduction II- Critères diagnostiques DSM5 III- Prise en charge: modèle bio-psycho-social 1- Traitements pharmacologiques a- Traitements des épisodes thymiques

Plus en détail

Dr JALLOULI KETARI IMEN MLP LA GAZELLE

Dr JALLOULI KETARI IMEN MLP LA GAZELLE PRISE EN CHARGE HOMEOPATHIQUE DES ETATS ANXIEUX ET DEPRESSIFS Dr JALLOULI KETARI IMEN MLP LA GAZELLE INTRODUCTION L objet de cette étude est la mise en évidence de l apport de l homéopathie dans la prise

Plus en détail

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Vu le code de santé publique, notamment les articles L.6113-12, D.710-1 à D710-5 ; Vu l avis des représentants des professionnels

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE

Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE Programme PRISE EN CHARGE DE L INSOMNIE EN PRATIQUE PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE 1 Contexte L insomnie, source de souffrance pour les patients, est un motif régulier de consultations. Les

Plus en détail

Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants chez l adulte

Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants chez l adulte LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants chez l adulte Février 2009 Ce document est téléchargeable

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES SUR LES MEDICAMENTS NECESSAIRES DANS UN CONTEXTE DE PANDEMIE GRIPPALE - Principes de sélection des médicaments

RECOMMANDATIONS NATIONALES SUR LES MEDICAMENTS NECESSAIRES DANS UN CONTEXTE DE PANDEMIE GRIPPALE - Principes de sélection des médicaments NOTE DE METHODOLOGIE RECOMMANDATIONS NATIONALES SUR LES MEDICAMENTS NECESSAIRES DANS UN CONTEXTE DE PANDEMIE GRIPPALE - Principes de sélection des médicaments Liste modèle, version 1 - Janvier 2008 - Direction

Plus en détail

Compétence 1 - UE 3.1 S1 - Février repris par SS IFSI DE L'EURE- MB septembre

Compétence 1 - UE 3.1 S1 - Février repris par SS IFSI DE L'EURE- MB septembre Patient âgé de 66 ans Admis pour une anémie à 5g/dl Le médecin à prescrit une transfusion de 3CG Au cours de la transfusion le patient à présenté des frissons, un malaise et une tachycardie Quel est votre

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Actualisation Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute»

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute» «Les professionnels de la périnatalité à l écoute» Dr Yves BESCOND 01/02/2013 PRÉAMBULE * Développement au cours des 15 dernières années des réseaux de périnatalité, souvent motivés par la fermeture de

Plus en détail

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours 1 La consommation des BZD par les sujets âgés : données de la littérature

Plus en détail

Quel antidépresseur?

Quel antidépresseur? Quel antidépresseur? Pour qui, pour quand, pour quoi 1/40 Seront abordés Quelques chiffres Définitions L arsenal thérapeutique Le critères de choix La stratégie L évaluation du risque suicidaire 2/40 Épidémiologie

Plus en détail

Table des matières. Abréviations 9

Table des matières. Abréviations 9 Abréviations 9 QUESTIONS Méthodologie 13 1. La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluri-professionnelle. La communication avec le patient

Plus en détail

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE :

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE : REFERENCE 46 : Traitement et Prévention des Escarres 1) Critères de choix du sujet et objectifs : Fréquence des troubles trophiques chez la personne âgée du fait de la multiplicité des facteurs de risque.

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 mars 2002 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 4 mai 1999 - (J.O. du 7 mai 1999) SOLIAN

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Actualisation octobre 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Valérie CERASE IMA (Institut de la Maladie d Alzheimer) éléments de contexte épidémiologie peu connue 8000 ALD 15 32000

Plus en détail

Mlle H. âgée de 29 ans, vient consulter après avoir hésité très longuement car elle est à bout de force. Elle se sent lasse, sans plaisir et envie,

Mlle H. âgée de 29 ans, vient consulter après avoir hésité très longuement car elle est à bout de force. Elle se sent lasse, sans plaisir et envie, QUESTION N 64. Diagnostiquer: un trouble dépressif, un trouble anxieux généralisé, un trouble panique, un trouble phobique, un trouble obsessionnel compulsif, un état de stress post-traumatique, un trouble

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament?

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Retour d expérience V2010 sur l hôpital de jour de psychiatrie aux Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 9 janvier 2000 (JO du 16 avril

Plus en détail

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Bonnes pratiques pour le diagnostic Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Les bonnes pratiques pour le diagnostic En 2012, la HAS publie une revue des bonnes pratiques

Plus en détail

Programme. Traitement par PPC de l adulte

Programme. Traitement par PPC de l adulte Programme Traitement par PPC de l adulte PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE Contexte Le traitement par Pression Positive Continue (PPC) est le traitement de référence du Syndrome d Apnée du Sommeil

Plus en détail

Mylan s engage à choisir les excipients limitant les risques d intolérance.

Mylan s engage à choisir les excipients limitant les risques d intolérance. * Voir, c est croire. Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle Le laboratoire Mylan est un acteur de santé incontournable en France et dans le monde. Notre ambition est

Plus en détail

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection

Plus en détail

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité Florence Barruel Objectifs Soutenir les patientes psychiquement dès l annonce et pendant et après les traitements Faciliter

Plus en détail

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Point mensuel du 23 janvier 2007 En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant a été instauré

Plus en détail

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN La comorbidité Consommation de drogue et troubles Psychiatriques MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN Définition La comorbidité, ou «diagnostic associé», a été définie par

Plus en détail

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Un problème de santé publique méconnu Dr. Christian Lucas Dr Francine Hirszowski Framig III. - 2010/2015 Lanteri-Minet Valade Géraud Chauttard Radat

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 Définition de la boulimie 2 Principales conceptions psychopathologiques de la boulimie 3 Présentation de l'étude du Réseau de recherche clinique sur la boulimie 4 Présentation

Plus en détail

Lesprincipauxproduits

Lesprincipauxproduits Lesprincipauxproduits 118 LES MÉDICAMENTS 119 Un médicament psychoactif, qu est-ce que c est? Effets et dangers des médicaments psychoactifs Médicaments psychoactifs et toxicomanie Les chiffres d une réalité

Plus en détail