Entreprises chinoises mentionnées dans l étude

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entreprises chinoises mentionnées dans l étude"

Transcription

1

2 Entreprises chinoises mentionnées dans l étude Chapitre 2 : Nouvelles multinationales chinoises : une expansion «sui generis» Chapitre 3 : Les stratégies d acquisitions et des alliances : qui, où, pourquoi? Chapitre 4 : Les stratégies d accès aux matières premières et énergétiques : une géopolitique des ressources en évolution constante Beijing Chang Cheng Construction Bird Brilliance CBMI Contruction Chery China Overseas Engineering Citic Cosco Galanz Geely Great Wall Motor Haier Hisense Huawei Lenovo Lifan Midea Ningbo Bird BTP Equipementier télécom Automobile Cimenterie Automobile Ouvrages hydroélectriques Conglomérat Logistique Produits blancs Automobile Automobile Produits blancs Electronique grand public Télécom PC Motos Produits blancs Téléphones portables BOE Chalkis China Mobile China Netcom Dalian Machine Tool Haier Huapeng Huawei Lenovo Nanjing SAIC Shanghai Jingmin Shanghai Shanda Shenyang Machine Tool TCL Wanxiang ZTE Semiconducteurs Fournisseur de concentré Téléphonie mobile Téléphonie fixe Biens d équipement Produits blancs Biens d équipement Télécom PC Equipementier automobile Automobile Biens d équipement Fournisseur de jeux en ligne Machines-outils PC Equipementier automobile Télécom Blue Star Chalco China National Blue Star China National Chemical Corp. China National Nuclear Corporation China National Petroleum (CNPC) Citic CNOOC CNPC Minmetals PetroChina Shanghai Baosteel Sinochem Sinopec Chimie Aluminium Alimentation animale Chimie Nucléaire Pétrole/gaz Conglomérat Pétrole/gaz : exploration /production offshore Pétrole/gaz : exploration /production onshore Métaux/Mines Pétrole/gaz Acier Pétrole/gaz : trading Raffinage/ pétrochimie Shinco DVD Yanzhou Coal Charbon Skyworth Electronique grand public TCL PC Tianli Construction BTP Tsingtao Bières Transtec Engineering BTP (tunnels, chemins de fer) Wanxiang Equipementier automobile ZTE Télécom

3 TABLE DES CHAPITRES Introduction : la Chine, nouveau géant p5 Chapitre 1 : Un phénomène récent : les investissements chinois dans le monde..p Ces entreprises qui viennent du froid 1.2 Stratégies d entreprises ou stratégies d Etat? 1.3 Des flux croissants, difficiles à saisir 1.4 Où, pourquoi, comment? Chapitre 2 : Nouvelles multinationales chinoises : l expansion organique.p La nouvelle frontière des entreprises chinoises 2.2 Stratégies de développement et leviers d'action 2.3 Succès et lacunes du modèle actuel Chapitre 3 : Les stratégies d acquisitions et d alliances p Acquérir des réseaux, des marques, des parts de marché 3.2 Comment ces entreprises opèrent 3.3 Un bilan contrasté, mais une construction d expérience Chapitre 4 : Les stratégies d accès aux matières premières et énergétiques.p Etat d urgence 4.2 Une nouvelle géopolitique des ressources 4.3 Les défis d une soif dévorante Annexes : 9 champions chinois en fiches...p 65 Contributeurs.p 97

4 Introduction La Chine, nouveau géant Il y a vingt ans, l économie chinoise n était rien, ou si peu : son PIB s élevait à 330 Md.$ - celui de Taïwan aujourd hui - et ses échanges commerciaux à 50 Md.$, en quasi autarcie. Aujourd hui, la Chine joue dans le groupe des cinq premières économies mondiales, avec un PIB qui sera en 2006 de Md.$ - devant la France et juste derrière l Allemagne - et 900 Md.$ d exportations, le double de la France. Dans le même temps, une population majoritairement paysanne a muté, migré, progressé. Hier, tout le monde était pauvre, dans une grande et lancinante égalité. On recense aujourd hui une classe moyenne urbanisée de 400 millions de personnes, dont 100 millions sont déjà raisonnablement aisés. Saisis d une frénésie de consommation, les Chinois ont acheté 3 millions de voitures neuves l an dernier. Ils disposent de 400 millions de téléphones portables. L Etat a construit km d autoroutes l année dernière. Le tout à l avenant. La Chine est maintenant un pays ouvert, qui fait bon accueil aux investisseurs étrangers, comme en témoigne la ruée de nos entreprises occidentales. Les investissements directs étrangers ont battu des records : 60 Md.$ par an au cours des trois dernières années, sans doute 63 Md.$ en 2006, soit 240 Md.$ en quatre ans. Hors investissements de portefeuille, c est un record du monde. Le développement chinois est également dévoreur d énergie et de matières premières, dont la Chine est très inégalement dotée. Va pour le charbon ou le ciment, que le pays peut produire à loisir en puisant dans son sous-sol. Mais pour le cuivre, le nickel, le fer, et surtout le pétrole ou le gaz, il en va tout autrement. Déjà la Chine a dépassé le Japon en 2002 comme deuxième importateur mondial de pétrole. En 2005, elle en a consommé 7 millions de barils et importé 4 millions par jour. A ce train, elle devrait importer 10 M. b/j en Nulle surprise donc si les grandes manœuvres chinoises en Afrique, au Moyen Orient, en Australie, en Asie Centrale, en Sibérie ou en Amérique Latine ont déjà commencé avec une intensité chaque jour croissante. A mesure de son développement, sont apparues des entreprises dynamiques, publiques ou privées, qui sont en passe de devenir des multinationales. Des noms ou des marques chinoises, hier inconnues, commencent à nous devenir familières : Haïer, Huawei, Galanz, ZTE Comme des coups de tonnerre dans un club serein de multinationales établies - en grande partie occidentales - les acquisitions de la division PC d IBM par Lenovo, ou celle des téléviseurs de Thomson par TCL ont défrayé la chronique il y a quelques mois. On s est soudain aperçu que la Chine n était pas qu un marché émergent quelconque.

5 Petits joueurs, diront les blasés des grandes fusions et acquisitions lorsqu ils comparent le montant de ces transactions avec les affaires Arcelor/Mittal (28 Md.$), PhelpsDodge/Inco (56 Md.$), ou ATT/Bell South (67 Md.$)? Voire. Lorsque, à l été 2005, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) met 18,5 Md.$ sur la table pour racheter Unocal, le curseur s est déplacé d un cran - Chevron fera un tel lobbying au Congrès américain que l affaire tournera court. Lorsque la China Construction Bank lève, en novembre 2005, 9,2 Md.$ à la bourse de Hong-Kong, et que sa sœur, la Bank of China fait de même pour 11,2 Md.$ en mai 2006, on a du mal à faire la fine bouche. Derrière, en embuscade, y aura-t-il les Toyota ou les Samsung chinois de demain pour nous surprendre également? Notre traditionnel axe africain nord-sud va-t-il se siniser à vive allure? Les champions nationaux chinois sont-ils des partenaires, des concurrents ou les deux à la fois pour nos entreprises? Quelles stratégies mènent-ils, avec quels ressorts? Lancée à l automne 2005 par la Commission Asie-Pacifique des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCE), cette réflexion bénéficie du réseau unique des CCE à travers le monde, qui permet de saisir l information à la fois à la source de l action des entreprises chinoises, en Chine, et au point d application des stratégies de ces entreprises, dans les différentes zones du monde, ainsi que dans leur dimension multinationale transversale. Il s agit donc d abord d une enquête de terrain, doublée d une étude documentaire large. La Chine évolue très vite. Cette étude cristallise les données au moment de l émergence internationale des firmes chinoises, celui où le poussin sort de l œuf. Elle n est donc que la première d une série, qui est appelée à évoluer au fil du temps. Nous avons choisi de présenter les conclusions selon une typologie en quatre parties. La connaissance encore fragmentaire en Occident des grands acteurs chinois nous a également incités à établir des fiches signalétiques pour les plus importants d entre eux, qui figurent en annexe. I. Un phénomène récent : les investissements chinois dans le monde II. Nouvelles multinationales chinoises : l expansion organique III. Les stratégies d acquisitions et d alliances IV. Les stratégies d accès aux matières premières et énergétiques Annexes significatives Fiches raisonnées de neuf multinationales chinoises émergentes les plus

6 Extraits Chapitre 2 : Nouvelles multinationales chinoises : l expansion organique 2.1 La nouvelle frontière des entreprises chinoises Une concurrence sauvage sur le marché intérieur chinois Le foisonnement des initiatives entrepreneuriales sur le marché chinois va de pair avec l optimisme que génère la croissance générale de l économie de 10% par an ces dernières années, laquelle conduit à un doublement du PIB chinois tous les sept ans. De l optimisme à l euphorie, il n y a qu un pas vite franchi, souvent dans un joyeux désordre. En dépit des tentatives du gouvernement pour calmer le jeu, les investissements en capital fixe ont progressé de 26% par an en moyenne depuis Les secteurs de l immobilier, de l automobile, de l acier, du ciment n en font qu à leur tête. La création de zones de développement et de nouvelles usines est un sport national notamment dans les façades maritimes du pays. Les productions industrielles qui flirtent dangereusement avec la surchauffe dans bien des cas ne parviennent qu avec difficulté à écouler leurs marchandises auprès des consommateurs chinois même si le marché est très dynamique. Il en résulte une intense pression sur les prix des produits manufacturés, qui baissent en moyenne nationale de 2 à 3% chaque année depuis cinq ans. Dans le même temps, l'adhésion de la Chine à l'omc en 2001 a aussi facilité l accès au marché chinois pour les produits étrangers. Dans ce contexte, la grande majorité des entreprises chinoises poursuit un unique objectif : gagner, ou du moins, conserver des parts du marché intérieur. Réussir à s imposer ou survivre sur ce marché domestique hyper concurrentiel constitue déjà un défi de taille. Cette concurrence effrénée réduit considérablement leurs moyens de développement sur le marché intérieur. Quant à l international Pour la plupart des firmes chinoises, il est clair que l implantation à l étranger est très loin d être la priorité comme le montrent de multiples d enquêtes. Elles considèrent que leur développement passe d'abord par la réussite sur leur propre marché et que leurs principaux concurrents sont les autres firmes chinoises. Ceci n a rien d étonnant compte tenu du trop grand nombre d acteurs présents dans l ensemble de l industrie chinoise - résultat de l'économie planifiée qui a privilégié le développement d activités industrielles identiques dans chaque province. Cette situation les empêche pratiquement tous de réaliser des économies d'échelle car ils ne parviennent

7 pas à atteindre une taille critique suffisante et les pénalise dans leur phase de construction d'infrastructures de production, de commercialisation, de politique marketing et de R&D. La Chine possède par exemple plus de 30 fabricants de terminaux mobiles, quand le monde est désormais dominé par une demi-douzaine de fournisseurs internationaux. Le phénomène touche tous les secteurs. Dans les produits blancs, la Chine compte encore fabricants. A moyen terme, une douzaine au maximum devrait résister à l épreuve de la consolidation, étape indispensable avant même d envisager une quelconque forme d internationalisation. Seul un nombre restreint de groupes sur des segments de marché très spécifiques est parvenu à se dépêtrer de ce bouillonnement propre à l économie chinoise et à opérer une certaine consolidation. C est le cas dans l'électronique grand public, l'électroménager - Haïer ou Galanz dans les produits blancs -, les PC et les téléphones portables, et surtout dans les équipements télécoms - ZTE ou Huawei tous deux concurrents dans les infrastructures télécoms. Quelques entreprises chinoises tirent leur épingle du jeu 2003* produit part de marché en Chine réfrigérateurs 26% Haïer climatiseurs 17% congélateurs 37% machines à laver 30% TCL téléviseurs 20% Lenovo PC 30% * données 2003 sauf 2T 2004 pour Lenovo Source : données sociétés Ces sociétés qui ont réussi à véritablement s'imposer sur leur marché domestique sont confrontées à une baisse de leur taux de croissance en Chine du fait de plusieurs facteurs : part de marché stabilisée et difficile à accroître (concurrence chinoise et étrangère), inertie des prix ou, limites du marché chinois plus généralement - classe moyenne et taux de pénétration sur beaucoup de produits encore limités, passage d'une consommation de premier équipement à une consommation de renouvellement D'autres moteurs, jouant eux positivement, incitent également ces firmes à se tourner vers l'étranger, notamment les ressources financières (pour certaines), l'expérience accumulée ou un début de notoriété sur le marché intérieur Autrement dit, une certaine saturation du marché domestique pour quelques grands groupes qui y ont déjà des positions très fortes pousse ceux-ci à un début d'internationalisation, seule à même de leur permettre de continuer de «grossir» rapidement.

8 2.1.2 Premier objectif : trouver de nouveaux marchés L objectif numéro 1 des firmes chinoises qui cherchent à se développer à l international est clair : gagner des parts de marché sur les pays émergents ou les pays développés. Mais leurs motivations ne s arrêtent pas là. Elles cherchent aussi à : Accroître leur chiffre d'affaires et atteindre une taille critique Concurrencer les leaders mondiaux de chaque industrie Diversifier leurs sources de revenus en termes de zones géographiques. D un point de vue financier, elles sont bien conscientes de leurs capacités limitées face aux multinationales étrangères qui ont pénétré les marchés mondiaux depuis plusieurs décennies. Leur logique de croissance sur les marchés extérieurs répond aussi à ce constat et explique leur forte tendance à privilégier en priorité l aspect volume. Cet objectif se retrouve également dans le portefeuille de produits des firmes chinoises. En effet, par rapport aux sociétés américaines, japonaises et européennes, elles se distinguent en général par un mix produit beaucoup plus large. Multinationales «émergentes» : encore un effort! milliards $ C.A ,6 72, ,2 TCL Group Samsung Group Sony Source : données sociétés Indéniablement le «made in China» souffre d'un a priori négatif dans les pays développés quant à leur qualité jugée moyenne, voire médiocre, dont le prix bon marché serait le reflet. Aux Etats-Unis comme en Europe, force est de constater que les consommateurs seraient, aujourd'hui encore, incapables de citer plus de 2-3 marques chinoises, la plus spontanément citée restant la bière Tsingtao, consommée dans la plupart des restaurants chinois à travers le monde Secteurs et pays cibles du développement «organique» Les principaux secteurs visés par cette première vague d'internationalisation chinoise sont : Le high tech : c'est le secteur qui a vu l'émergence des sociétés chinoises les plus importantes par la taille (hors secteur énergétique) et par la notoriété. Les principaux segments concernés sont

9 l'électronique grand public (téléviseurs, lecteurs DVD ), l'électroménager (machines à laver, climatiseurs, réfrigérateurs, micro-ondes ), les équipements télécoms ainsi que les P.C. La construction et le textile : les opérations entreprises sont souvent de moindre taille, donc moins médiatisées. Dans ces deux activités intensives en main d'œuvre, les firmes chinoises bénéficient souvent d'un avantage comparatif en termes de prix qui leur permet de gagner des marchés. A moyen terme, d autres secteurs tels que la pharmacie (génériques), la construction automobile, la machine-outil, l électronique et les équipementiers verront eux aussi, sans aucun doute, émerger des leaders locaux à même de développer leur activité en dehors du territoire chinois. En termes de notoriété, seules quelques firmes chinoises ont percé jusqu'à présent : Haïer, Lenovo, TCL, ZTE ou encore Huaweï. Quelques groupes ont commencé à imposer certains de leurs produits à l'export, tandis que d'autres en ont le potentiel mais n'ont pas encore franchi le pas. On ne devrait pas manquer d assister, dans les années à venir, à l'émergence sur le plan international de firmes telles que Cosco (logistique), Hisense (électronique grand public), Chery (automobile), Midea (électroménager), Skyworth (électronique grand public), Geely (automobile), Ningbo Bird (téléphones portables), Lifan (motos), Wanxiang (équipements automobiles). Cosco par exemple, dispose déjà de plusieurs bureaux de liaison en Europe et aux Etats-Unis dans le cadre de son activité de transitaire et cherche à développer son réseau logistique intra Europe. Il faut voir ici la volonté de la part du groupe chinois de prolonger ses services logistiques (offre «end-to-end») - à l instar de ce que font les groupes étrangers en en réalisant des acquisitions lorsqu ils s implantent en Chine - et d accompagner ses clients industriels chinois qui cherchent eux-mêmes à se rapprocher le plus possible de l utilisateur final européen/américain en supprimant leurs multiples intermédiaires (importateurs, sourcing direct de grands groupes de distribution,etc ). Le secteur de l automobile (voir encadré) n est pas en reste. Le salon de Leipzig en 2005 a vu le constructeur Brilliance présenter un modèle de taille moyenne, la Zhonghua, dont il veut faire la première voiture chinoise vendue en Europe. Le groupe Chery compte lancer plusieurs modèles sur le marché américain à l'horizon De leur côté, Great Wall Motor et Geely vont commencer à produire en dehors de Chine, respectivement en Russie et en Malaisie. Pour finir, l imbroglio autour de la reprise du constructeur anglais MG Rover en faillite a mis en présence le géant shanghaien SAIC (Shanghai Automotive Industrial Corporation) et un acteur de second rang Nanjing Automobile. MG Rover s était placé en avril 2005 sous administration judiciaire après le refus de SAIC d injecter 1,5 Md. dans la joint-venture comme prévu initialement au cours des négociations. Une bonne partie de la gamme du constructeur britannique aurait alors été assemblée en Chine tandis que les Britanniques devaient fournir les droits d'exploitation sur les licences MG Rover. C est finalement Nanjing Automobile qui trois mois plus tard a racheté les actifs de l entreprise en déshérence. Il était prévu qu elle délocalise l'usine de moteurs et une partie de l'usine d'assemblage en Chine tout en développant un département de R&D en Grande-Bretagne. Mais le feuilleton continue car de son côté, SAIC a acquis les droits de fabrication de la Rover 75. Elle envisage d'exporter ce modèle au départ de son site de production chinois vers l'europe dès le deuxième semestre En attendant,

10 à la fin du premier semestre 2006, SAIC était toujours en train de négocier avec BMW pour l'utilisation du nom Rover laissant à Nanjing Automobile la marque MG moins prestigieuse. SAIC n en était pas à son premier coup d éclat puisqu il avait commencé à acquérir une dimension internationale en reprenant en 2004 le constructeur automobile sud-coréen en faillite, Sangyong. Les pays ciblés peuvent dépendre du secteur économique visé. On retrouve par exemple en Italie des PME chinoises qui se positionnent dans le textile haut de gamme. Plus généralement, leur attractivité est essentiellement fonction du degré de maturité et de compétitivité des firmes chinoises. La grande majorité des groupes chinois procède par étapes en s attaquant d abord aux marchés émergents avant d approcher des marchés davantage développés. Ils acquièrent une première expérience à l'international et peuvent jauger de leur capacité à concurrencer les autres acteurs du marché. A titre d'exemple, les équipementiers télécoms Huaweï et ZTE, qui se concentrent tous deux sur les opérations auprès des grands opérateurs, ont commencé par gagner des contrats dans des pays émergents avant de s'imposer auprès d'opérateurs de premier plan dans les pays développés. A l'inverse, Haïer qui convoite le marché grand public dans le secteur des produits blancs a choisi de viser directement les pays développés avec en arrière-pensée l idée selon laquelle sa capacité à s'imposer en Europe et aux Etats-Unis doit lui permettre de se développer ensuite dans les pays moins développés - «First difficult, then easy».

11 L internationalisation des entreprises automobiles chinoises On se souviendra de l année 2005 comme étant celle de l émergence des constructeurs chinois. Leur part de marché a atteint 26% - elle était de 2% en juste derrière les constructeurs japonais (27%) et les constructeurs allemands. La stratégie de développement de l industrie automobile chinoise pilotée avec succès par la toute puissante Commission d Etat pour le Développement et la Réforme (NDRC), comprend quatre étapes que l on peut scinder ainsi : : acquérir la connaissance et la technologie (design, ingénierie produit et production) en multipliant et favorisant la constitution de sociétés à capitaux mixtes avec des constructeurs étrangers, en évitant soigneusement, dans les premiers temps les constructeurs japonais très intelligents dans la gestion du non-transfert de technologie, et en interdisant une prise de participation majoritaire par le partenaire étranger : développer des véhicules dont la propriété intellectuelle et la propriété industrielle sont chinoises, principalement pour le marché domestique; tout en développant les sociétés à capitaux mixtes qui sont les meilleurs outils de benchmark des pratiques internationales ; amorcer les exportations vers les pays dont la réglementation technique est souple, pour apprendre et pour identifier les partenaires potentiels du développement international de l industrie automobile chinoise, : réduire la dépendance par rapport aux sociétés à capitaux mixtes dont le rôle ira décroissant au fur et à mesure que les véhicules bon marché chinois seront commercialisés sur le marché chinois, sans oublier de développer aussi les produits nécessaires pour accéder à chacun des segments ; et augmenter les exportations des véhicules bon marché, et après : assurer la domination des marques chinoises en Chine sur les segments grand volume, concentrer les marques étrangères sur les volumes niche sur lesquels les marques étrangères renommées garderont un avantage ; augmenter significativement l exportation des véhicules de marque chinoise sur un plus grand nombre de segments, grâce à leur conformité aux standards internationaux, et ce à un prix très compétitif grâce aux volumes de production générés par l énorme marché domestique chinois. Nous sommes en 2006, à mi-chemin de la 2 ème étape! Pour l heure deux stratégies distinctes d internationalisation sont développées par les sociétés «à capitaux privés» telles que Geely et Chery, et les sociétés d Etat telles que FAW, SAIC et Dongfeng. Les premières, marques chinoises déjà connues sur le marché domestique, sont à l offensive et participent à nombre de salons internationaux afin d acquérir la visibilité nécessaire à leur internationalisation. Elles acquièrent les technologies au travers de la sous-traitance d études auprès de nombreux consultants, sociétés d ingénierie et au travers des équipementiers. Par ailleurs elles exportent leurs véhicules vers certains marchés émergents, où elles développent aussi des projets de fabrication (Vietnam, Malaisie, Russie,..). Il n est pas certain qu à terme, elles seront les vecteurs de l internationalisation de l industrie automobile chinoise. Les secondes sont à la manœuvre pour répondre à la demande de leurs autorités de tutelle de développer leurs propres marques possédant tous les droits de propriété intellectuelle et industrielle indispensables pour conquérir l international. Ces constructeurs ont acquis la technologie au travers de leurs partenariats avec les constructeurs globaux mais aussi en rachetant des constructeurs en faillite (cf : la bataille entre SAIC et NAIC pour acquérir la marque Rover, toujours propriété de BMW). Leur montée en puissance en terme de développement de leurs propres marques et de l international est moins rapide que les premières mais leurs moyens considérables leur permettront de durer, peutêtre en fusionnant avec les premières, pour essayer de réaliser l objectif fixé par la NDRC, à savoir que les véhicules et pièces de marque chinoise capturent 10% du marché mondial en 2020, estimé à 120 milliards de dollars.

12 Contributeurs Cette étude est produite par la Commission Asie-Pacifique des Conseillers du Commerce Extérieur de la France. Elle repose sur trois types de contributions et de sources : - Le réseau mondial des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF), et notamment les contributions, enquêtes et interviews réalisées par les sections CCE parmi lesquelles la section Chine, animée pour cette étude par Jean-Michel Piveteau (CCE) assisté de Pierre de Vilmorin, de même que les sections Algérie, Allemagne, Angola, Belgique (Pierre Catlin, Stanislas Lievoux et Didier Mahout, Président de section), Canada, Corée du Sud (Marc Vrecko), Etats-Unis, Gabon (Didier Lespinas, Président de section), Hong Kong, Japon, Kazakhstan (Alain Langlois), Mauritanie, Mali, Maroc, Mexique, Pays-Bas, Philippines (Hervé Pourcines), République Démocratique du Congo, et Sénégal. - Une revue des articles, études et autres documents spécialisés parus au cours des dernières années, centralisés au Comité National des CCE sous la houlette d Anne Pedretti, puis Magali Bégoc, ainsi qu une série d auditions d experts extérieurs réalisée par interviews ou au Comité National des CCE ; - Une coordination des sources et une analyse stratégique réalisée par HEC Eurasia Institute. La rédaction finale a été menée par une équipe d HEC Eurasia Institute dirigée par Jacques Gravereau (CCE) (Laetitia Bougier, Chen Guo, Jean-François Schall) en liaison avec un groupe de travail ad hoc de la Commission Asie Pacifique des CCE : Patrick Bourrier, Alain Coine, Olivier Monange, Aldo Salvador, Yannick Vivarel, Edouard Weil à Paris, en liaison étroite avec Jean-Michel Piveteau à Pékin. Merci également à Nicolas Ajacques (CCE, Chine), Robert Benarosh (CCE, France), Alain Berger (CCE, Chine), Albert Bernardo, Dominique de Boisseson (CCE, Chine), Hervé Cayla (CCE, Chine), Paul Clerc-Renaud (CCE, Hong Kong), Gérard Deleens (Président de la section CCE Chine), Eric Diers (CCE), Philippe Esnaut (CCE, Chine), Jacques Glemarec (CCE, Chine), Fabrice Glorieux (CCE Chine), Nicolas Lecomte (CCE, Allemagne), Thibaud Le Séguillon (CCE Paris), Robert Sanchez (CCE, France), Lionel Sauvage (CCE, USA), Jean-Louis Thouret (CCE, Chine), Jean-Philippe Torres (CCE) et à l AFII (Caroline Gaillochet, Rémy Girardot).

LES ENTREPRISES CHINOISES A LA CONQUETE DU MONDE SOMMAIRE

LES ENTREPRISES CHINOISES A LA CONQUETE DU MONDE SOMMAIRE 1 LES ENTREPRISES CHINOISES A LA CONQUETE DU MONDE SOMMAIRE Introduction : La Chine, nouveau géant 7 Chapitres 1. L internationalisation des firmes chinoises : une affaire d Etat? 9 1.1. Ces entreprises

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation :

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation : INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT Une grande économie au cœur de l Europe, une porte d accès vers la Méditerranée et l Afrique : 5 e économie

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG Dans le cadre de notre engagement pour l environnement et de l accompagnement de nos clients dans ce sens, nous sommes fiers de pouvoir traiter dans cette nouvelle newsletter trimestrielle de la pratique

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Sciences, guerre, et développement

Sciences, guerre, et développement Sciences, guerre, et développement E. Zaccai (partie 2) 2012-2013 PREPARATION 3 Pole Berhneim Paix et Citoyenneté de l'ulb Définitions du développement, évolution des richesses et de la santé dans le monde

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE LPA UNE PRESENCE FORTE EN CHINE Shanghai Francfort PARIS Guangzhou Hong Kong AlgER CASABLANCA Créé il y a 25 ans, Lefèvre Pelletier & associés (LPA)

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2014. 9 e ÉDITION RGP. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2014. 9 e ÉDITION RGP. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Octobre 2014 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 9 e ÉDITION RGP SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET RGP 2. Date de création Société indépendante

Plus en détail

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Pourquoi la France est-elle le pays à privilégier pour s implanter en Europe? * La France est l une des grandes économies de la zone euro : Deuxième

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009

Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale. Mars 2009 Partage sur une expérience professionnelle après une formation doctorale Dr. Mars Dominique 2009 DUMAY Mars 2009 0 CURSUS Universitaire L avant Doctorat Né en 1957 près de Verdun (enfant de la région)

Plus en détail

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile TNS Automotive PRINCIPAUX RESULTATS Contacts TNS Sofres: Muriel GOFFARD 01 40 92 27 47 muriel.goffard@tns-sofres.com Définir la

Plus en détail

L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences

L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences Synthèse - Juin 2014 a bataille au sein de l écosystème numérique se L joue à l échelle mondiale au sein d une

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

ECOLE DES MINES DE NANCY

ECOLE DES MINES DE NANCY Emploi ECOLE DES MINES DE NANCY FORMATION INGÉNIEUR CIVIL DES MINES ENQUÊTE D INSERTION de la PROMOTION 2005 DIPLÔMÉE en 2008. Cette analyse est issue des résultats collectés par l Ecole des Mines de Nancy

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

En 2014, ventes mondiales de PSA Peugeot Citroën en hausse de 4,3% à 2 939 millions d unités

En 2014, ventes mondiales de PSA Peugeot Citroën en hausse de 4,3% à 2 939 millions d unités Communiqué de presse Paris, le 14 janvier 2015 En 2014, ventes mondiales de PSA Peugeot Citroën en hausse de 4,3% à 2 939 millions d unités - PSA Peugeot Citroën a vendu 2 939 millions de véhicules, en

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Recrutement financier : état des lieux et perspectives

Recrutement financier : état des lieux et perspectives AUSTRALIA BELGIUM FRANCE HONG KONG IRELAND JAPAN LUXEMBOURG NETHERLANDS NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA UK USA Recrutement financier : état des lieux et perspectives Antoine Morgaut - 17/03/2009 1 Sommaire

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012 Hong Kong Une passerelle vers le marché chinois Présentation, petit-déjeuner conférence HKCBA, Québec International, EDC, Export Québec, HKTDC et HKETO L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

LE MOCI. Offre Publicitaire multi-média. GPS BUSINESS à l international VOUS AVEZ UN DOMAINE DE COMPÉTENCE? NOUS AVONS LA SOLUTION DE COMMUNICATION.

LE MOCI. Offre Publicitaire multi-média. GPS BUSINESS à l international VOUS AVEZ UN DOMAINE DE COMPÉTENCE? NOUS AVONS LA SOLUTION DE COMMUNICATION. LE MOCI GPS BUSINESS à l international Offre Publicitaire multi-média (Print-Web-Vidéo-Evénements-Marketing Direct-Appli smartphones) VOUS AVEZ UN DOMAINE DE COMPÉTENCE? NOUS AVONS LA SOLUTION DE COMMUNICATION.

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

L équipe expansion mondiale BDC Une valeur ajoutée pour les PME canadiennes

L équipe expansion mondiale BDC Une valeur ajoutée pour les PME canadiennes L équipe expansion mondiale BDC Une valeur ajoutée pour les PME canadiennes Équipe expansion Mondiale de BDC Mission L équipe de l expansion mondiale apporte son soutien aux PME canadiennes qui étendent

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définition La filière composants électroniques inclut en France les composants et cartes à puces (29 000 emplois), la sous-traitance d assemblage

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres www.fayat.com/carrieres 137 rue du Palais-Galien - BP 90028-33029 Bordeaux Cedex - France Tél. : +33 (0)5 56 00 21 00 - Fax : +33 (0)5 56 51 60 47 Crédits photos : Bruno Levy REA ; Dominique Feintrenie

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT En 2014, 1 014 décisions d investissement en France ont créé ou maintenu 26 535 emplois. 1 er pays en Europe

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

Groupe AFNOR au service de votre performance

Groupe AFNOR au service de votre performance Groupe AFNOR au service de votre performance GROUPE AFNOR Les clés de votre différenciation et de votre développement AFNOR est un groupe de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010

Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010 Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010 Atelier 6 : Alain STORCK, Directeur de l INSA de Lyon Quels étudiants étrangers dans nos programmes de doctorat et quelle attractivité pour les chercheurs étrangers?

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation Janv. 2012 Sommaire 1. Le groupe...3 2. Histoire...4 3. Chiffres clès...6 4. Organisation et moyens...7 5. Produits et services...8 6. Ils nous font confiance...9 7. Positionnement

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2014

Chiffre d affaires du premier trimestre 2014 Chiffre d affaires du premier trimestre 2014 Evolution du chiffre d affaires en ligne Chiffre d'affaires publié: 2 064 millions d euros, à taux de change constants;-1,8% Ratio prises de commandes sur chiffre

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

ASSA ABLOY est le leader mondial des solutions d ouverture de portes destinées à répondre aux exigences de sécurité, de protection et de confort de l

ASSA ABLOY est le leader mondial des solutions d ouverture de portes destinées à répondre aux exigences de sécurité, de protection et de confort de l ASSA ABLOY est le leader mondial des solutions d ouverture de portes destinées à répondre aux exigences de sécurité, de protection et de confort de l utilisateur final 1 ASSA ABLOY en bref 2011 Implanté

Plus en détail

Présentation de Schneider Electric aux actionnaires

Présentation de Schneider Electric aux actionnaires Présentation de Schneider Electric aux actionnaires Strasbourg 2 juin 2014 1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, établies sur la base

Plus en détail

Le marché automobile mondial

Le marché automobile mondial Le Bulletin Économique N 1210 août-septembre 2014 CE DOCUMENT est un extrait de notre Bulletin économique N 1210 (août - sept. 2014). Pour recevoir ce numéro et vous abonner à nos publications, merci d

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION?

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION? Le marché chinois des fusions-acquisitions offre chaque année davantage d opportunités aux investisseurs étrangers: en 2010, le montant de transactions impliquant des entreprises étrangères s élevait à

Plus en détail