Rééquilibrer le système

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rééquilibrer le système"

Transcription

1 Rééquilibrer le système financier international MMexique, Asie, Russie, Brésil : autant de crises, autant de cas particuliers. Mais il y a tout de même un fond commun : l insuffisance des règles du jeu en matière monétaire, soit dans leur formulation, soit dans leur mise en œuvre. Sur le manque de transparence, la myopie des banquiers, la dérive des fonds spéculatifs, les moyens de prévenir et de gérer les crises, un immense chantier a été ouvert. L accord étant maintenant général sur le diagnostic, reste à engager les réformes. André Icard analyse pour l état actuel des travaux. Les crises financières qui se sont succédées depuis 1995, d abord au Mexique, ensuite en Asie, puis en Russie et au Brésil, soulèvent par leur ampleur et leur fréquence des questions fondamentales au sujet du fonctionnement du système financier international. Ces questions touchent à la fois au rôle des agents économiques actifs sur les marchés internationaux, au fonctionnement de ces mêmes marchés et à l environnement institutionnel. Avant de prétendre réformer, il faut comprendre. D où l importance des instances chargées du diagnostic. LE DIAGNOSTIC ANDRÉ ICARD Directeur Général adjoint de la Banque des Règlements Internationaux Dans le prolongement de la crise asiatique, l initiative a été prise, sous la forte impulsion des autorités américaines, de constituer un groupe de travail de haut niveau visant à établir un diagnostic de la crise et à dresser les lignes d action possibles en vue de renforcer les structures (les Anglo- Saxons parlent volontiers d «Architecture» du système financier international). Ce Groupe, dénommé «Willard Group» (du nom de l Hôtel de Washington où s est tenue la première série de réunions) était constitué à l origine de représentants du G7, de 15 pays émergents et des institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE, BRI). Très rapidement, le Groupe a défini trois axes principaux de recherche : améliorer la qualité et l étendue des informations financières en provenance du secteur privé, des organismes gouvernementaux et des institutions financières internationales, renforcer les structures financières des pays débiteurs, en raison du constat de faiblesse des systèmes bancaires des pays en difficulté et des répercussions que cela a pu avoir sur la profondeur, la durée et les modes de gestion de la crise ; améliorer les procédures financières en vue de limiter les risques de crise financière et de mieux gérer ces dernières, en particulier en mettant en place des programmes préventifs et en associant de manière plus étroite le secteur privé. Les développements qui suivent regroupent autour de sept thèmes les principaux problèmes mis à jour. L instabilité des mouvements de capitaux L instabilité des mouvements internationaux de capitaux est de loin le principal problème à ré- 53

2 54 soudre. Mais il est aussi le plus délicat car la volatilité des flux transfrontières de capitaux, qui a joué un rôle déterminant dans le déclenchement et le déroulement des crises financières, est ellemême le résultat de nombre des autres faiblesses recensées ciaprès. Ainsi, la mauvaise information disponible et surtout la piètre gestion des risques par les grandes banques internationales ont-elles provoqué un afflux excessif de capitaux, souvent à court terme, dans des pays asiatiques caracté risés par une politique macro-économique discutable, des taux de change trop rigides, un taux d épargne élevé et un système financier de qualité insuffisante, ce qui a provoqué un excès de financement et une bulle spéculative dont l éclatement a précipité la crise. Une fois celle-ci apparue, un reflux massif de capitaux s est produit, d autant plus fort que les entrées antérieures étaient excessives et à courte échéance. Les faiblesses des structures financières mises en place dans les pays débiteurs ont exacerbé la crise. Ajoutons aussi que l action des fonds spéculatifs agissant souvent à partir de centres offshore peu ouverts à la transparence et à la coopération internationale, a sans doute contribué à l accentuation des mouvements excessifs de fonds à l entrée puis à la sortie. Une des questions fréquemment posées à propos de l instabilité des mouvements de capitaux est celle d une éventuelle réglementation. Ecartons d entrée l hypothèse d une réglementation internationale des marchés mondiaux de capitaux du type «TaxeTobin» ou autre : la nature même de nos marchés modernes et globalisés, les technologies mises en œuvre et les disparités de réglementation, depuis les centres offshore jusqu aux places les plus structurées, ne permettent pas une telle approche, au moins dans un avenir prévisible. Dès lors, le débat se résume au degré de contrôle des changes que chaque pays, pris individuellement, peut mettre en place pour se protéger contre des mouvements intempestifs de capitaux. De ce point de vue, une claire distinction doit être faite selon que le pays considéré a, ou non, déjà libéré ses mouvements de capitaux et, lorsque c est le cas, selon que l on veut considérer un contrôle à l entrée des capitaux ou intempestifs à la sortie. Dans les pays qui pratiquent encore un contrôle des changes, un large consensus semble s établir pour recommander de ne libéraliser que progressivement, au fur et à mesure du renforcement des structures financières du pays. Le FMI est très avancé dans la mise au point de normes en vue d une bonne séquence des mesures de libéralisation : ceci contraste avec le débat qui mobilisait les esprits en septembre 1997, lors de l assemblée générale du FMI qui s est tenue à Hong Kong, à propos du rôle que le Fonds pourrait jouer en faveur d une rapide et complète libéralisation des mouvements de capitaux. Pour ce qui est des pays qui ont déjà libéralisé leurs marchés de capitaux, l idée qu une protection contre des entrées indésirables de capitaux peut être légitime est aussi largement acceptée, surtout si les techniques mises en œuvre (par exemple, sous forme de réserves obligatoires) respectent les principes de fonctionnement du marché. Le Chili a appliqué avec succès de telles mesures. La question du rétablissement d un contrôle des changes à la sortie des capitaux par un pays déjà libéralisé pose des problèmes beaucoup plus sérieux. Empêcher le Le débat se résume ainsi : quel degré de contrôle chaque pays peut-il mettre en place pour se protéger contre les mouvements de capitaux? rapatriement des avoirs des nonrésidents librement investis précédemment ne serait pas très éloigné d une spoliation. Dans le cas de la Malaisie, même si la mise au ban des marchés de capitaux a été moins radicale que certains l avaient prédit et à l inverse, même si les effets obtenus ont été moins évidents que ce que les autorités malaises escomptaient, le rétablissement controversé d un contrôle des changes touchant à la fois les résidents et certaines opérations des non-résidents n a pas échappé aux inconvénients généralement rencontrés dans ce genre de mesure : difficulté d instauration et de mise en œuvre, lourdeur administrative, maintien durable délicat, protection imparfaite, impact négatif sur le rétablissement des flux de capitaux entrants. Autre domaine de réflexion : le partage des flux entre court terme et long terme. Du côté des emprunteurs, une attention plus grande devrait être portée aux échéances de la dette afin d éviter une trop grande concentration à court terme, sans que des mesures d ajustement de la dette et, si nécessaire, de la politique macroéconomique, soient entreprises. De même, l erreur commise par certains pays consistant à se montrer libéraux sur les flux de capitaux à court terme mais au contraire restrictifs sur les flux à long terme, et spécialement sur les investissements directs, mérite réflexion pour le futur. Du côté des prêteurs, un examen des causes de la préférence des banques internationales pour le court terme devrait être entrepris et si des éléments de nature institutionnelle ou réglementaire apparaissaient, des mesures correctives devraient être arrêtées.

3 RÉÉQUILIBRER LE SYSTÈME FINANCIER INTERNATIONAL Comment améliorer la transparence? Le Willard Group, dans un des trois rapports publiés après la crise asiatique, s est penché sur le déficit constaté en matière de transparence et d information, de la part du secteur privé, des autorités gouvernementales et des institutions internationales. Certes, une meilleure information n aurait pas permis à elle seule de prévenir la crise mais elle aurait pu permettre à tout le moins d éviter la montée des déséquilibres, d accélérer les ajustements et de limiter les effets de contagion. Du côté du secteur privé débiteur, bancaire ou non bancaire, des insuffisances manifestes sont apparues dans la fréquence et la qualité des informations fournies aux créanciers ainsi que sur les pro - cédures comptables et de surveillance des risques. Dans ces différents domaines, des standards sont en cours d élaboration, lorsqu ils n existent pas déjà. Du côté des créanciers, une meilleure information sur les engagements des banques d investissements et des Hedge funds a aussi été réclamée et a déjà donné lieu à des travaux. Après la crise mexicaine, le FMI a établi des standards de diffusion de données macro-économiques, les Special Data Dissemination Standards ou «SDDS», applicables aux pays désireux d avoir accès aux marchés internationaux de capitaux. Or, la crise asiatique a révélé un besoin de renforcement de ces standards en particulier dans les domaines des réserves jusqu ici trop exclusivement fondées sur le concept de réserves brutes de la dette extérieure et de la situation du secteur financier. Sur les deux premiers thèmes, des progrès significatifs ont été accomplis et des standards renforcés seront mis en place au plus tard en l an Enfin, s agissant des organismes internationaux, un effort est en cours pour rendre les statistiques bancaires internationales de la BRI plus complètes et plus rapidement disponibles. La myopie des banquiers L amélioration de la transparence et des systèmes d information constitue certes un axe de progrès important, elle ne saurait toutefois constituer une panacée. Surtout, les insuffisances constatées dans ce domaine ne sauraient servir d excuse à la myopie dont les banques internationales ont fait preuve dans leur politique de prêts aux pays émergents. Un des principes de base du contrôle des risques est de ne pas prêter à un débiteur que l on connaît mal ou qui refuse la transparence. Au surplus, un examen attentif des statistiques BRI ne pouvait laisser aucun doute sur le caractère excessif de l endettement de certains pays. On rappellera, au demeurant, qu au début de 1997 la majorité des investisseurs institutionnels, et spécialement des fonds de pension, se désengageaient rapidement de la zone asiatique quand les banques internationales continuaient à y pratiquer une politique très active de prêts (voir sur ce point le rapport annuel de la BRI de juin 1998). La réalité démontre en fait une faiblesse dans la gestion des risques de crédit. Les décisions de prêts ont été fondées essentiellement sur des critères financiers ou stratégiques, insuffisamment sur des analyses économiques. Parfois, les services de risques n ont pas vu la montée des périls ; parfois, ils ont été clairvoyants mais leurs arguments n ont pas été pris en considération par la Direction. Il paraît de première importance de renforcer la qualité des analyses et surtout le poids que les Les décisions de prêts sont fondées sur des critères financiers ou stratégiques, insuffisamment sur des analyses économiques avis des services de risques doivent avoir dans les processus décisionnels. Le Comité de Bâle sur la supervision bancaire a renouvelé ses recommandations en la matière. Un effort dans ce domaine paraît le mieux à même de rompre avec les comportements moutonniers trop souvent constatés jusqu ici. Réglementer les fonds spéculatifs? Al occasion des crises qui ont agité les marchés depuis une dizaine d années, les autorités monétaires concernées ont souligné le caractère déstabilisant des positions prises par les fonds spéculatifs en utilisant largement la technique de l effet de levier. Les réactions qui ont pu être enregistrées à l automne 1998, de la part des autorités monétaires de Hong Kong, d Australie ou d Afrique du Sud, ne diffèrent pas grandement de celles des autorités françaises lors des crises qui ont secoué le franc français à l intérieur du SME, quelque cinq années plus tôt. Ce qui a changé, en revanche, c est l image projetée par les fonds spéculatifs depuis la quasi-faillite du fonds LTCM.Vus jusqu ici comme des prêteurs ou des spéculateurs dangereux mais solides, ils ap - paraissent désormais également non seulement comme des e m p r u n t e u r s à risques par l ampleur des positions qu ils prennent et leur opacité, mais aussi comme des fauteurs potentiels de troubles systémiques. Cela fait sans doute trop pour que l attitude de total laisser faire jusqu ici adoptée à l égard de ces fonds soit encore de mise. Le Comité de Bâle sur la supervision bancaire a rapidement rappelé que les prêts bancaires à ces institutions ne devaient pas échapper aux principes fondamentaux de 55

4 56 protection contre le risque de crédit. D autres groupes techniques de régulateurs, en particulier IOSCO, se penchent sur les progrès à accomplir. Certes, des divergences de vues existent entre ceux qui se limitent à préconiser une plus grande transparence comptable et financière des fonds spéculatifs et ceux qui souhaiteraient les voir réglementer. Les travaux, toutefois, se poursuivent, y compris au sein du Forum de Stabilité Financière, dont le rôle et l activité sont décrits plus loin. Les centres «offshore» Des préoccupations croissantes sont apparues récemment quant au caractère peu coopératif des centres offshore pour l application des standards internationaux applicables aux banques et autres institutions financières installées sur leur sol. De même, il y a des lacunes dans les échanges d information de nature prudentielle, qui sont pourtant explicitement prévus par des accords internationaux. D autres Les centres pré occupations se font jour quant à la volonté réelle de certains de ces centres de lutter contre la fraude et le blanchiment de l argent. Ces de l argent? comportements, s ils devaient se poursuivre, ne pourraient qu affaiblir les efforts entrepris par les autres et fausser gravement les conditions de la concurrence internationale dans le domaine financier ainsi que les circuits de capitaux entre les différentes places. Ce sujet sera examiné par un groupe de travail établi par le Forum de Stabilité Financière (voir plus loin). La structure financière des pays endettés Une des principales caractéristiques des crises mexicaine et asiatique a été l apparition au grand jour des faiblesses intrinsèques des «offshore» ont-ils tous la volonté de lutter contre la fraude et le blanchiment systèmes financiers des pays concernés. Des systèmes bancaires faibles, mal gérés et souvent mal contrôlés ainsi que des marchés de capitaux souvent encore embryonnaires ont conduit à une mauvaise allocation des ressources et finalement à la crise. L effondrement consécutif d une partie du système bancaire sous le poids des impayés et de positions de change inconsidérées a été un facteur aggravant des crises. Il est donc de première importance de renforcer la structure financière des pays émergents afin de réduire les risques de crises et d en limiter les effets. La politique pour ce faire consiste à mettre en place des moyens efficaces de supervision bancaire, de bons systèmes de paiement, des règles claires de comptabilité et de transparence. Cela nécessite une étroite coopération internationale pour la définition des standards et une ferme volonté locale de les mettre en pratique. La voie a été ouverte par le Comité de Bâle sur la super - vision bancaire qui, en septembre 1997, a rendu publics les 25 principes de base core principles régissant la super vision bancaire. Depuis, d autres documents de ce type ont été établis, en particulier dans le domaine de la surveillance des compagnies d assurances et des maisons de titres et d investissements ainsi que dans celui des systèmes de paiements. Ces standards établis en concer - tation avec les pays émergents constituent une base solide de progrès ; leur mise en œuvre, surtout dans les pays les plus en retard dans ce domaine, impliquera une bonne dose de formation et d assistance technique ainsi que de fortes incitations pouvant provenir soit de la surveillance et de l influence des institutions inter - nationales, soit directement du marché, l un n excluant pas l autre. Prévenir et gérer les crises L ampleur des mouvements de capitaux influence celle des crises, qui elle-même détermine la taille et la nature des programmes à mettre en place pour les prévenir ou les gérer. Il faut noter d abord que la nature des crises a évolué avec le temps. La crise latino-américaine des années quatre-vingt mettait face à face les banques internationales et les gouvernements. La crise mexicaine de 1995 substituait le marché aux banques internationales. Celle d Asie opposait à nouveau les banques internationales mais cette fois avec des débiteurs privés. Ainsi se manifeste une tendance à la désintermédiation ; une crise d un quatrième type (que personne ne souhaite) serait celle où l on trouverait le marché du côté des créditeurs et des agents du secteur privé comme débiteurs. Plus les acteurs sont atomisés, plus les flux sont désintermédiés, moins les crises peuvent être administrées ; il faut dès lors s appuyer pour l essentiel sur des mesures macro-économiques, dont le caractère préventif est de plus en plus nécessaire. Une autre caractéristique des crises récentes a été la montée extrêmement rapide des montants que les institutions internationales ont dû mettre en œuvre pour stabiliser les marchés et calmer les anticipations. A bien des égards, le programme de soutien au Brésil marque un tournant dans les pratiques de gestion des crises. Tout d abord, le programme d ajustement macro-économique a été négocié volontairement avec le FMI, de manière semi-préventive avant le déclenchement d une crise majeure. Si celle-ci s est produite au début de, avec une chute brutale du Real, c est en raison du re-

5 RÉÉQUILIBRER LE SYSTÈME FINANCIER INTERNATIONAL tard apporté à la mise en œuvre du programme par les instances parlementaires du pays. Les montants mis en œuvre par les organismes internationaux s inscrivent en retrait relatif par rapport aux expériences précédentes : 42 milliards de dollars pour la neuvième économie mondiale. Enfin, le FMI (18 milliards), la Banque mondiale et l IADB (9 milliards à elles deux) n ont pas porté toute la charge du financement : un prêt de 13,3 milliards de dollars a été consenti par la BRI avec la garantie de 19 banques centrales ; parallèlement, un financement de 1,2 milliard a été accordé directement par la Banque du Japon ; les banques internationales, sous le contrôle des banques centrales, ont été requises de figer leurs lignes de financement. Les travaux se poursuivent en vue de la mise en forme de lignes de cré - dit qu en cas d urgence le FMI pourrait mettre en place pour éviter les effets de contagion du type de ceux qui se sont produits en Asie. QUI DOIT FAIRE QUOI? Pour commencer, soulignons clairement qu en dépit des critiques souvent injustes que certains lui ont adressées, le FMI est et doit rester l organisme central de prévention et de solution des crises financières internationales. D abord parce qu il détient la légitimité, les ressources maintenant restaurées et les compétences pour le faire ; ensuite parce qu il est le mieux à même d assurer la nécessaire «conditionnalité» préalable à tout programme d ajustement impliquant des ressources publiques internationales. La Banque mondiale, à laquelle il convient souvent d associer les banques régionales de développement, joue également par ses programmes et ses financements un rôle important dans la prévention et la gestion des crises financières. Outre les initiatives nouvelles entreprises avec le FMI et déjà évoquées, la Banque mondiale œuvre activement pour l amélioration des procédures de défaillance financière dans les pays émergents. L OCDE contribue, pour sa part, à l effort collectif par ses travaux sur les marchés financiers et sur les modes de gestion des entreprises privées. La Banque des Règlements Internationaux est également une instance importante de stabilité financière, par son rôle au centre du processus de coopération entre régulateurs et superviseurs des agents financiers et par le suivi qu elle assure, au cœur de la communauté des banques centrales, du fonctionnement des marchés internationaux de capitaux et des systèmes de règlement. De surcroît, elle abrite dans ses murs quatre des groupes de travail à vocation prudentielle décrits ci-après et assure directement le secrétariat de trois d entre eux. Les instances techniques Venons-en aux groupes de travail à vocation prudentielle. La BRI assure le secrétariat de trois Comités institués sous l égide du Comité des Gouverneurs du Groupe des Dix et de la Suisse. Chacun d entre eux couvre en fait une des composantes essentielles du système financier : le Comité de Bâle sur la supervision bancaire (en anglais BCBS) est responsable de la stabilité des institutions bancaires. Depuis sa création, en 1974, il a produit de nombreuses règles, recommandations et études, réunies récemment dans un compendium de plusieurs centaines de pages ; le Comité sur le système financier global (en anglais CGFS), autrefois dénommé «Comité Permanent des Euromonnaies», est responsable de la méthodologie des statistiques bancaires inter - nationales et suit, pour le compte des banques centrales membres, tous les développements conjoncturels ou structurels touchant aux marchés internationaux de capitaux et à leurs agents ; le Comité sur les systèmes de paiements et de règlements (en anglais CPSS) vise à éviter les risques systémiques liés à l acheminement et au règlement des transactions financières internationales, dont le volume a connu u n e c r o i s s a n c e exponentielle au cours de ces dernières années. La prévention des risques liés au «bogue» de l an 2000 figure parmi ses préoccupations les plus immédiates. Ces trois Comités sont, pour l essentiel, composés de représentants des pays développés. Au cours des dernières années, ils ont toutefois multiplié les contacts avec les représentants des pays émergents à l occasion de réunions élargies, de groupes techniques communs, de conférences régionales, etc. Si le CGFS et le CPSS couvrent l essentiel des structures financières globalisées, en revanche le Comité de Bâle sur la supervision bancaire n a compétence que sur une seule catégorie d agents financiers : les banques. Les superviseurs des deux autres composantes du monde financier, que sont les assurances et les maisons de titres et d investissements, ont leurs propres instances de coopération : respectivement l Association Internationale des Contrôleurs d Assurances (en anglais IAIS) dont le secrétariat est logé dans les locaux de la BRI à Bâle, et l Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (en anglais IOSCO), dont le siège est actuellement situé à Montréal. La compétence de ces deux Comités est similaire, vis-àvis de leurs adhérents, à celle du Comité de Bâle. Un groupe de coordi nation informel réunit ces 57

6 RESPONSABILITÉS DES GROUPES DE TRAVAIL TECHNIQUES Comités dont le Secrétariat est assuré par la BRI PRINCIPAUX PROBLÈMES ANALYSÉS GROUPES Instabilité Information, Contrôle Fonds Centres Structures Prévention des flux Transparence des risques spéculatifs offshore financières des crises Comité de Bâle sur la supervision bancaire (BCBS) Comité sur le système financier global (CGFS) Comité sur les systèmes de paiements 5 5 et de règlements (CPSS) Association Internationale des Contrôleurs d Assurances (IAIS) Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (IOSCO) trois instances sur les sujets d intérêt commun, comme par exemple la surveillance des conglomérats financiers. On trouvera dans le tableau ciaprès une indication sommaire des responsabilités de chacun des groupes de travail à l égard des sept principaux problèmes analysés dans la première partie de cet article. Des structures de concertation renforcées Au-delà de ces instances techniques, la création récente du Forum de Stabilité Financière (FSF) constitue une avancée majeure dans le renforcement des structures de concertation. Cette initiative trouve son origine dans une mission confiée au Président Tietmeyer par les ministres et gouverneurs du G-7 lors de leur réunion d octobre 1998, à Was hington. L idée principale consiste à coordonner, de manière aussi pragmatique que possible, l action des différentes parties prenantes à la stabilité financière : les autorités monétaires financières et prudentielles des principaux pays, les quatre principales institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE, BRI), les groupes de travail à vocation prudentielle décrits au paragraphe précédent. Le Forum n a pas vocation à publier de grands rapports, encore moins à dupliquer les activités de ses membres, mais à décider de mesures concrètes et à s assurer qu aucun risque important touchant aux marchés financiers ne reste sans surveillance. Bien que dans sa composante «autorités gouvernementales», le Forum regroupe exclusivement les membres du G-7, il est clairement dans sa vocation d établir un contact chaque fois que nécessaire avec les pays exerçant une influence sur la stabilité du système financier ou ayant une expérience particulière sur un des domaines couverts par le Forum. De même, un dialogue sera engagé avec le secteur privé sur les aspects techniques des travaux entrepris sans toutefois étendre le groupe hors du cercle des institutions officielles. La présidence du Forum est assurée par Andrew Crockett, Directeur Général de la BRI, nommé à titre personnel pour un mandat de trois ans. La responsabilité du secrétariat a été confiée à la BRI ; un agent du FMI et un autre de la Banque mondiale participeront à ces travaux. Le Forum a tenu sa première séance le mercredi 14 avril.trois sujets ont été jugés comme devant retenir une attention prioritaire : les fonds spéculatifs, les centres offshore et les flux de capitaux. Trois groupes de travail composés de membres du Forum mais aussi de personnalités extérieures, en particulier en provenance de pays émergents, sont en cours de constitution sur chacun de ces sujets. Les marchés internationaux de capitaux connaissent de profonds changements, les causes et la nature des crises financières évoluent avec le temps ; il est donc essentiel que le secteur officiel, qui a su s équiper au fil des ans des instances adaptées aux situations nouvelles auxquelles il était confronté, continue à répondre de manière pragmatique, dans les meilleurs délais, aux besoins qui apparaissent. De ce point de vue, le Forum de Stabilité Financière constitue une initiative importante et prometteuse, face à un monde financier en constante et rapide mutation. l 58

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international SPEECH/98/201 Yves-Thibault de SILGUY Membre de la Commission chargé des affaires économiques, monétaires et financières Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international Conférence sur

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Que reproche-t-on au SMI? Des déséquilibres importants et durables des balances de paiements Discipline

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Notes de recherche de l

Notes de recherche de l Notes de recherche de l DÉCEMBRE 2009 La situation du régime complémentaire de retraite de l industrie de la construction du Québec François L Italien, Doctorant, Département de sociologie, Université

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Origine et traitement des crises bancaires : généralités

Origine et traitement des crises bancaires : généralités bancaires : généralités Le risque individuel et le risque systémique Les crises bancaires ont deux dimensions crise individuelle La crise peut être circonscrite à la défaillance d une seule banque avec

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers»

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Discours de Christian Noyer Gouverneur de la Banque de France

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement

Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement A P P E N D I C E V I Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement Comité intérimaire du Conseil des gouverneurs du système

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

La globalisation financière. Philippe Martin CERAS-ENPC (Paris) et CEPR (Londres) Texte préparé pour l Université de Tous les Savoirs 29 Avril 2000

La globalisation financière. Philippe Martin CERAS-ENPC (Paris) et CEPR (Londres) Texte préparé pour l Université de Tous les Savoirs 29 Avril 2000 La globalisation financière Philippe Martin CERAS-ENPC (Paris) et CEPR (Londres) Texte préparé pour l Université de Tous les Savoirs 29 Avril 2000 La multiplication des crises financières en Asie et en

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Banques fictives et établissements d enregistrement

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Banques fictives et établissements d enregistrement Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Banques fictives et établissements d enregistrement Janvier 2003 Groupe de travail sur les activités bancaires transfrontières Coprésidents : M. Charles Freeland,

Plus en détail

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants :

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants : La réglementation de la microfinance : entre protection des clients et développement des IMF Evènement co-organisé par le Club Microfinance Paris, Convergences et la Fondation Grameen Crédit Agricole Présentation

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes

Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes Jean-François Perrault, département des Relations internationales Après avoir atteint, en 1996, des niveaux sans précédent dans l histoire

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Les pouvoirs publics sont actuellement poussés à agir par des scandales liés à certaines entreprises et d importantes faillites

Les pouvoirs publics sont actuellement poussés à agir par des scandales liés à certaines entreprises et d importantes faillites Les pouvoirs publics sont actuellement poussés à agir par des scandales liés à certaines entreprises et d importantes faillites Les pressions subies par les pouvoirs publics et le secteur des entreprises

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Vers une réforme du système monétaire et financier international

Vers une réforme du système monétaire et financier international Colloque de l Académie des Sciences Morales et Politiques Paris, le 20 juin 2011 Vers une réforme du système monétaire et financier international INTRODUCTION Le monde vient de subir la crise économique

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail