Rééquilibrer le système

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rééquilibrer le système"

Transcription

1 Rééquilibrer le système financier international MMexique, Asie, Russie, Brésil : autant de crises, autant de cas particuliers. Mais il y a tout de même un fond commun : l insuffisance des règles du jeu en matière monétaire, soit dans leur formulation, soit dans leur mise en œuvre. Sur le manque de transparence, la myopie des banquiers, la dérive des fonds spéculatifs, les moyens de prévenir et de gérer les crises, un immense chantier a été ouvert. L accord étant maintenant général sur le diagnostic, reste à engager les réformes. André Icard analyse pour l état actuel des travaux. Les crises financières qui se sont succédées depuis 1995, d abord au Mexique, ensuite en Asie, puis en Russie et au Brésil, soulèvent par leur ampleur et leur fréquence des questions fondamentales au sujet du fonctionnement du système financier international. Ces questions touchent à la fois au rôle des agents économiques actifs sur les marchés internationaux, au fonctionnement de ces mêmes marchés et à l environnement institutionnel. Avant de prétendre réformer, il faut comprendre. D où l importance des instances chargées du diagnostic. LE DIAGNOSTIC ANDRÉ ICARD Directeur Général adjoint de la Banque des Règlements Internationaux Dans le prolongement de la crise asiatique, l initiative a été prise, sous la forte impulsion des autorités américaines, de constituer un groupe de travail de haut niveau visant à établir un diagnostic de la crise et à dresser les lignes d action possibles en vue de renforcer les structures (les Anglo- Saxons parlent volontiers d «Architecture» du système financier international). Ce Groupe, dénommé «Willard Group» (du nom de l Hôtel de Washington où s est tenue la première série de réunions) était constitué à l origine de représentants du G7, de 15 pays émergents et des institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE, BRI). Très rapidement, le Groupe a défini trois axes principaux de recherche : améliorer la qualité et l étendue des informations financières en provenance du secteur privé, des organismes gouvernementaux et des institutions financières internationales, renforcer les structures financières des pays débiteurs, en raison du constat de faiblesse des systèmes bancaires des pays en difficulté et des répercussions que cela a pu avoir sur la profondeur, la durée et les modes de gestion de la crise ; améliorer les procédures financières en vue de limiter les risques de crise financière et de mieux gérer ces dernières, en particulier en mettant en place des programmes préventifs et en associant de manière plus étroite le secteur privé. Les développements qui suivent regroupent autour de sept thèmes les principaux problèmes mis à jour. L instabilité des mouvements de capitaux L instabilité des mouvements internationaux de capitaux est de loin le principal problème à ré- 53

2 54 soudre. Mais il est aussi le plus délicat car la volatilité des flux transfrontières de capitaux, qui a joué un rôle déterminant dans le déclenchement et le déroulement des crises financières, est ellemême le résultat de nombre des autres faiblesses recensées ciaprès. Ainsi, la mauvaise information disponible et surtout la piètre gestion des risques par les grandes banques internationales ont-elles provoqué un afflux excessif de capitaux, souvent à court terme, dans des pays asiatiques caracté risés par une politique macro-économique discutable, des taux de change trop rigides, un taux d épargne élevé et un système financier de qualité insuffisante, ce qui a provoqué un excès de financement et une bulle spéculative dont l éclatement a précipité la crise. Une fois celle-ci apparue, un reflux massif de capitaux s est produit, d autant plus fort que les entrées antérieures étaient excessives et à courte échéance. Les faiblesses des structures financières mises en place dans les pays débiteurs ont exacerbé la crise. Ajoutons aussi que l action des fonds spéculatifs agissant souvent à partir de centres offshore peu ouverts à la transparence et à la coopération internationale, a sans doute contribué à l accentuation des mouvements excessifs de fonds à l entrée puis à la sortie. Une des questions fréquemment posées à propos de l instabilité des mouvements de capitaux est celle d une éventuelle réglementation. Ecartons d entrée l hypothèse d une réglementation internationale des marchés mondiaux de capitaux du type «TaxeTobin» ou autre : la nature même de nos marchés modernes et globalisés, les technologies mises en œuvre et les disparités de réglementation, depuis les centres offshore jusqu aux places les plus structurées, ne permettent pas une telle approche, au moins dans un avenir prévisible. Dès lors, le débat se résume au degré de contrôle des changes que chaque pays, pris individuellement, peut mettre en place pour se protéger contre des mouvements intempestifs de capitaux. De ce point de vue, une claire distinction doit être faite selon que le pays considéré a, ou non, déjà libéré ses mouvements de capitaux et, lorsque c est le cas, selon que l on veut considérer un contrôle à l entrée des capitaux ou intempestifs à la sortie. Dans les pays qui pratiquent encore un contrôle des changes, un large consensus semble s établir pour recommander de ne libéraliser que progressivement, au fur et à mesure du renforcement des structures financières du pays. Le FMI est très avancé dans la mise au point de normes en vue d une bonne séquence des mesures de libéralisation : ceci contraste avec le débat qui mobilisait les esprits en septembre 1997, lors de l assemblée générale du FMI qui s est tenue à Hong Kong, à propos du rôle que le Fonds pourrait jouer en faveur d une rapide et complète libéralisation des mouvements de capitaux. Pour ce qui est des pays qui ont déjà libéralisé leurs marchés de capitaux, l idée qu une protection contre des entrées indésirables de capitaux peut être légitime est aussi largement acceptée, surtout si les techniques mises en œuvre (par exemple, sous forme de réserves obligatoires) respectent les principes de fonctionnement du marché. Le Chili a appliqué avec succès de telles mesures. La question du rétablissement d un contrôle des changes à la sortie des capitaux par un pays déjà libéralisé pose des problèmes beaucoup plus sérieux. Empêcher le Le débat se résume ainsi : quel degré de contrôle chaque pays peut-il mettre en place pour se protéger contre les mouvements de capitaux? rapatriement des avoirs des nonrésidents librement investis précédemment ne serait pas très éloigné d une spoliation. Dans le cas de la Malaisie, même si la mise au ban des marchés de capitaux a été moins radicale que certains l avaient prédit et à l inverse, même si les effets obtenus ont été moins évidents que ce que les autorités malaises escomptaient, le rétablissement controversé d un contrôle des changes touchant à la fois les résidents et certaines opérations des non-résidents n a pas échappé aux inconvénients généralement rencontrés dans ce genre de mesure : difficulté d instauration et de mise en œuvre, lourdeur administrative, maintien durable délicat, protection imparfaite, impact négatif sur le rétablissement des flux de capitaux entrants. Autre domaine de réflexion : le partage des flux entre court terme et long terme. Du côté des emprunteurs, une attention plus grande devrait être portée aux échéances de la dette afin d éviter une trop grande concentration à court terme, sans que des mesures d ajustement de la dette et, si nécessaire, de la politique macroéconomique, soient entreprises. De même, l erreur commise par certains pays consistant à se montrer libéraux sur les flux de capitaux à court terme mais au contraire restrictifs sur les flux à long terme, et spécialement sur les investissements directs, mérite réflexion pour le futur. Du côté des prêteurs, un examen des causes de la préférence des banques internationales pour le court terme devrait être entrepris et si des éléments de nature institutionnelle ou réglementaire apparaissaient, des mesures correctives devraient être arrêtées.

3 RÉÉQUILIBRER LE SYSTÈME FINANCIER INTERNATIONAL Comment améliorer la transparence? Le Willard Group, dans un des trois rapports publiés après la crise asiatique, s est penché sur le déficit constaté en matière de transparence et d information, de la part du secteur privé, des autorités gouvernementales et des institutions internationales. Certes, une meilleure information n aurait pas permis à elle seule de prévenir la crise mais elle aurait pu permettre à tout le moins d éviter la montée des déséquilibres, d accélérer les ajustements et de limiter les effets de contagion. Du côté du secteur privé débiteur, bancaire ou non bancaire, des insuffisances manifestes sont apparues dans la fréquence et la qualité des informations fournies aux créanciers ainsi que sur les pro - cédures comptables et de surveillance des risques. Dans ces différents domaines, des standards sont en cours d élaboration, lorsqu ils n existent pas déjà. Du côté des créanciers, une meilleure information sur les engagements des banques d investissements et des Hedge funds a aussi été réclamée et a déjà donné lieu à des travaux. Après la crise mexicaine, le FMI a établi des standards de diffusion de données macro-économiques, les Special Data Dissemination Standards ou «SDDS», applicables aux pays désireux d avoir accès aux marchés internationaux de capitaux. Or, la crise asiatique a révélé un besoin de renforcement de ces standards en particulier dans les domaines des réserves jusqu ici trop exclusivement fondées sur le concept de réserves brutes de la dette extérieure et de la situation du secteur financier. Sur les deux premiers thèmes, des progrès significatifs ont été accomplis et des standards renforcés seront mis en place au plus tard en l an Enfin, s agissant des organismes internationaux, un effort est en cours pour rendre les statistiques bancaires internationales de la BRI plus complètes et plus rapidement disponibles. La myopie des banquiers L amélioration de la transparence et des systèmes d information constitue certes un axe de progrès important, elle ne saurait toutefois constituer une panacée. Surtout, les insuffisances constatées dans ce domaine ne sauraient servir d excuse à la myopie dont les banques internationales ont fait preuve dans leur politique de prêts aux pays émergents. Un des principes de base du contrôle des risques est de ne pas prêter à un débiteur que l on connaît mal ou qui refuse la transparence. Au surplus, un examen attentif des statistiques BRI ne pouvait laisser aucun doute sur le caractère excessif de l endettement de certains pays. On rappellera, au demeurant, qu au début de 1997 la majorité des investisseurs institutionnels, et spécialement des fonds de pension, se désengageaient rapidement de la zone asiatique quand les banques internationales continuaient à y pratiquer une politique très active de prêts (voir sur ce point le rapport annuel de la BRI de juin 1998). La réalité démontre en fait une faiblesse dans la gestion des risques de crédit. Les décisions de prêts ont été fondées essentiellement sur des critères financiers ou stratégiques, insuffisamment sur des analyses économiques. Parfois, les services de risques n ont pas vu la montée des périls ; parfois, ils ont été clairvoyants mais leurs arguments n ont pas été pris en considération par la Direction. Il paraît de première importance de renforcer la qualité des analyses et surtout le poids que les Les décisions de prêts sont fondées sur des critères financiers ou stratégiques, insuffisamment sur des analyses économiques avis des services de risques doivent avoir dans les processus décisionnels. Le Comité de Bâle sur la supervision bancaire a renouvelé ses recommandations en la matière. Un effort dans ce domaine paraît le mieux à même de rompre avec les comportements moutonniers trop souvent constatés jusqu ici. Réglementer les fonds spéculatifs? Al occasion des crises qui ont agité les marchés depuis une dizaine d années, les autorités monétaires concernées ont souligné le caractère déstabilisant des positions prises par les fonds spéculatifs en utilisant largement la technique de l effet de levier. Les réactions qui ont pu être enregistrées à l automne 1998, de la part des autorités monétaires de Hong Kong, d Australie ou d Afrique du Sud, ne diffèrent pas grandement de celles des autorités françaises lors des crises qui ont secoué le franc français à l intérieur du SME, quelque cinq années plus tôt. Ce qui a changé, en revanche, c est l image projetée par les fonds spéculatifs depuis la quasi-faillite du fonds LTCM.Vus jusqu ici comme des prêteurs ou des spéculateurs dangereux mais solides, ils ap - paraissent désormais également non seulement comme des e m p r u n t e u r s à risques par l ampleur des positions qu ils prennent et leur opacité, mais aussi comme des fauteurs potentiels de troubles systémiques. Cela fait sans doute trop pour que l attitude de total laisser faire jusqu ici adoptée à l égard de ces fonds soit encore de mise. Le Comité de Bâle sur la supervision bancaire a rapidement rappelé que les prêts bancaires à ces institutions ne devaient pas échapper aux principes fondamentaux de 55

4 56 protection contre le risque de crédit. D autres groupes techniques de régulateurs, en particulier IOSCO, se penchent sur les progrès à accomplir. Certes, des divergences de vues existent entre ceux qui se limitent à préconiser une plus grande transparence comptable et financière des fonds spéculatifs et ceux qui souhaiteraient les voir réglementer. Les travaux, toutefois, se poursuivent, y compris au sein du Forum de Stabilité Financière, dont le rôle et l activité sont décrits plus loin. Les centres «offshore» Des préoccupations croissantes sont apparues récemment quant au caractère peu coopératif des centres offshore pour l application des standards internationaux applicables aux banques et autres institutions financières installées sur leur sol. De même, il y a des lacunes dans les échanges d information de nature prudentielle, qui sont pourtant explicitement prévus par des accords internationaux. D autres Les centres pré occupations se font jour quant à la volonté réelle de certains de ces centres de lutter contre la fraude et le blanchiment de l argent. Ces de l argent? comportements, s ils devaient se poursuivre, ne pourraient qu affaiblir les efforts entrepris par les autres et fausser gravement les conditions de la concurrence internationale dans le domaine financier ainsi que les circuits de capitaux entre les différentes places. Ce sujet sera examiné par un groupe de travail établi par le Forum de Stabilité Financière (voir plus loin). La structure financière des pays endettés Une des principales caractéristiques des crises mexicaine et asiatique a été l apparition au grand jour des faiblesses intrinsèques des «offshore» ont-ils tous la volonté de lutter contre la fraude et le blanchiment systèmes financiers des pays concernés. Des systèmes bancaires faibles, mal gérés et souvent mal contrôlés ainsi que des marchés de capitaux souvent encore embryonnaires ont conduit à une mauvaise allocation des ressources et finalement à la crise. L effondrement consécutif d une partie du système bancaire sous le poids des impayés et de positions de change inconsidérées a été un facteur aggravant des crises. Il est donc de première importance de renforcer la structure financière des pays émergents afin de réduire les risques de crises et d en limiter les effets. La politique pour ce faire consiste à mettre en place des moyens efficaces de supervision bancaire, de bons systèmes de paiement, des règles claires de comptabilité et de transparence. Cela nécessite une étroite coopération internationale pour la définition des standards et une ferme volonté locale de les mettre en pratique. La voie a été ouverte par le Comité de Bâle sur la super - vision bancaire qui, en septembre 1997, a rendu publics les 25 principes de base core principles régissant la super vision bancaire. Depuis, d autres documents de ce type ont été établis, en particulier dans le domaine de la surveillance des compagnies d assurances et des maisons de titres et d investissements ainsi que dans celui des systèmes de paiements. Ces standards établis en concer - tation avec les pays émergents constituent une base solide de progrès ; leur mise en œuvre, surtout dans les pays les plus en retard dans ce domaine, impliquera une bonne dose de formation et d assistance technique ainsi que de fortes incitations pouvant provenir soit de la surveillance et de l influence des institutions inter - nationales, soit directement du marché, l un n excluant pas l autre. Prévenir et gérer les crises L ampleur des mouvements de capitaux influence celle des crises, qui elle-même détermine la taille et la nature des programmes à mettre en place pour les prévenir ou les gérer. Il faut noter d abord que la nature des crises a évolué avec le temps. La crise latino-américaine des années quatre-vingt mettait face à face les banques internationales et les gouvernements. La crise mexicaine de 1995 substituait le marché aux banques internationales. Celle d Asie opposait à nouveau les banques internationales mais cette fois avec des débiteurs privés. Ainsi se manifeste une tendance à la désintermédiation ; une crise d un quatrième type (que personne ne souhaite) serait celle où l on trouverait le marché du côté des créditeurs et des agents du secteur privé comme débiteurs. Plus les acteurs sont atomisés, plus les flux sont désintermédiés, moins les crises peuvent être administrées ; il faut dès lors s appuyer pour l essentiel sur des mesures macro-économiques, dont le caractère préventif est de plus en plus nécessaire. Une autre caractéristique des crises récentes a été la montée extrêmement rapide des montants que les institutions internationales ont dû mettre en œuvre pour stabiliser les marchés et calmer les anticipations. A bien des égards, le programme de soutien au Brésil marque un tournant dans les pratiques de gestion des crises. Tout d abord, le programme d ajustement macro-économique a été négocié volontairement avec le FMI, de manière semi-préventive avant le déclenchement d une crise majeure. Si celle-ci s est produite au début de, avec une chute brutale du Real, c est en raison du re-

5 RÉÉQUILIBRER LE SYSTÈME FINANCIER INTERNATIONAL tard apporté à la mise en œuvre du programme par les instances parlementaires du pays. Les montants mis en œuvre par les organismes internationaux s inscrivent en retrait relatif par rapport aux expériences précédentes : 42 milliards de dollars pour la neuvième économie mondiale. Enfin, le FMI (18 milliards), la Banque mondiale et l IADB (9 milliards à elles deux) n ont pas porté toute la charge du financement : un prêt de 13,3 milliards de dollars a été consenti par la BRI avec la garantie de 19 banques centrales ; parallèlement, un financement de 1,2 milliard a été accordé directement par la Banque du Japon ; les banques internationales, sous le contrôle des banques centrales, ont été requises de figer leurs lignes de financement. Les travaux se poursuivent en vue de la mise en forme de lignes de cré - dit qu en cas d urgence le FMI pourrait mettre en place pour éviter les effets de contagion du type de ceux qui se sont produits en Asie. QUI DOIT FAIRE QUOI? Pour commencer, soulignons clairement qu en dépit des critiques souvent injustes que certains lui ont adressées, le FMI est et doit rester l organisme central de prévention et de solution des crises financières internationales. D abord parce qu il détient la légitimité, les ressources maintenant restaurées et les compétences pour le faire ; ensuite parce qu il est le mieux à même d assurer la nécessaire «conditionnalité» préalable à tout programme d ajustement impliquant des ressources publiques internationales. La Banque mondiale, à laquelle il convient souvent d associer les banques régionales de développement, joue également par ses programmes et ses financements un rôle important dans la prévention et la gestion des crises financières. Outre les initiatives nouvelles entreprises avec le FMI et déjà évoquées, la Banque mondiale œuvre activement pour l amélioration des procédures de défaillance financière dans les pays émergents. L OCDE contribue, pour sa part, à l effort collectif par ses travaux sur les marchés financiers et sur les modes de gestion des entreprises privées. La Banque des Règlements Internationaux est également une instance importante de stabilité financière, par son rôle au centre du processus de coopération entre régulateurs et superviseurs des agents financiers et par le suivi qu elle assure, au cœur de la communauté des banques centrales, du fonctionnement des marchés internationaux de capitaux et des systèmes de règlement. De surcroît, elle abrite dans ses murs quatre des groupes de travail à vocation prudentielle décrits ci-après et assure directement le secrétariat de trois d entre eux. Les instances techniques Venons-en aux groupes de travail à vocation prudentielle. La BRI assure le secrétariat de trois Comités institués sous l égide du Comité des Gouverneurs du Groupe des Dix et de la Suisse. Chacun d entre eux couvre en fait une des composantes essentielles du système financier : le Comité de Bâle sur la supervision bancaire (en anglais BCBS) est responsable de la stabilité des institutions bancaires. Depuis sa création, en 1974, il a produit de nombreuses règles, recommandations et études, réunies récemment dans un compendium de plusieurs centaines de pages ; le Comité sur le système financier global (en anglais CGFS), autrefois dénommé «Comité Permanent des Euromonnaies», est responsable de la méthodologie des statistiques bancaires inter - nationales et suit, pour le compte des banques centrales membres, tous les développements conjoncturels ou structurels touchant aux marchés internationaux de capitaux et à leurs agents ; le Comité sur les systèmes de paiements et de règlements (en anglais CPSS) vise à éviter les risques systémiques liés à l acheminement et au règlement des transactions financières internationales, dont le volume a connu u n e c r o i s s a n c e exponentielle au cours de ces dernières années. La prévention des risques liés au «bogue» de l an 2000 figure parmi ses préoccupations les plus immédiates. Ces trois Comités sont, pour l essentiel, composés de représentants des pays développés. Au cours des dernières années, ils ont toutefois multiplié les contacts avec les représentants des pays émergents à l occasion de réunions élargies, de groupes techniques communs, de conférences régionales, etc. Si le CGFS et le CPSS couvrent l essentiel des structures financières globalisées, en revanche le Comité de Bâle sur la supervision bancaire n a compétence que sur une seule catégorie d agents financiers : les banques. Les superviseurs des deux autres composantes du monde financier, que sont les assurances et les maisons de titres et d investissements, ont leurs propres instances de coopération : respectivement l Association Internationale des Contrôleurs d Assurances (en anglais IAIS) dont le secrétariat est logé dans les locaux de la BRI à Bâle, et l Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (en anglais IOSCO), dont le siège est actuellement situé à Montréal. La compétence de ces deux Comités est similaire, vis-àvis de leurs adhérents, à celle du Comité de Bâle. Un groupe de coordi nation informel réunit ces 57

6 RESPONSABILITÉS DES GROUPES DE TRAVAIL TECHNIQUES Comités dont le Secrétariat est assuré par la BRI PRINCIPAUX PROBLÈMES ANALYSÉS GROUPES Instabilité Information, Contrôle Fonds Centres Structures Prévention des flux Transparence des risques spéculatifs offshore financières des crises Comité de Bâle sur la supervision bancaire (BCBS) Comité sur le système financier global (CGFS) Comité sur les systèmes de paiements 5 5 et de règlements (CPSS) Association Internationale des Contrôleurs d Assurances (IAIS) Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (IOSCO) trois instances sur les sujets d intérêt commun, comme par exemple la surveillance des conglomérats financiers. On trouvera dans le tableau ciaprès une indication sommaire des responsabilités de chacun des groupes de travail à l égard des sept principaux problèmes analysés dans la première partie de cet article. Des structures de concertation renforcées Au-delà de ces instances techniques, la création récente du Forum de Stabilité Financière (FSF) constitue une avancée majeure dans le renforcement des structures de concertation. Cette initiative trouve son origine dans une mission confiée au Président Tietmeyer par les ministres et gouverneurs du G-7 lors de leur réunion d octobre 1998, à Was hington. L idée principale consiste à coordonner, de manière aussi pragmatique que possible, l action des différentes parties prenantes à la stabilité financière : les autorités monétaires financières et prudentielles des principaux pays, les quatre principales institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE, BRI), les groupes de travail à vocation prudentielle décrits au paragraphe précédent. Le Forum n a pas vocation à publier de grands rapports, encore moins à dupliquer les activités de ses membres, mais à décider de mesures concrètes et à s assurer qu aucun risque important touchant aux marchés financiers ne reste sans surveillance. Bien que dans sa composante «autorités gouvernementales», le Forum regroupe exclusivement les membres du G-7, il est clairement dans sa vocation d établir un contact chaque fois que nécessaire avec les pays exerçant une influence sur la stabilité du système financier ou ayant une expérience particulière sur un des domaines couverts par le Forum. De même, un dialogue sera engagé avec le secteur privé sur les aspects techniques des travaux entrepris sans toutefois étendre le groupe hors du cercle des institutions officielles. La présidence du Forum est assurée par Andrew Crockett, Directeur Général de la BRI, nommé à titre personnel pour un mandat de trois ans. La responsabilité du secrétariat a été confiée à la BRI ; un agent du FMI et un autre de la Banque mondiale participeront à ces travaux. Le Forum a tenu sa première séance le mercredi 14 avril.trois sujets ont été jugés comme devant retenir une attention prioritaire : les fonds spéculatifs, les centres offshore et les flux de capitaux. Trois groupes de travail composés de membres du Forum mais aussi de personnalités extérieures, en particulier en provenance de pays émergents, sont en cours de constitution sur chacun de ces sujets. Les marchés internationaux de capitaux connaissent de profonds changements, les causes et la nature des crises financières évoluent avec le temps ; il est donc essentiel que le secteur officiel, qui a su s équiper au fil des ans des instances adaptées aux situations nouvelles auxquelles il était confronté, continue à répondre de manière pragmatique, dans les meilleurs délais, aux besoins qui apparaissent. De ce point de vue, le Forum de Stabilité Financière constitue une initiative importante et prometteuse, face à un monde financier en constante et rapide mutation. l 58

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Stabilité financière et banques centrales

Stabilité financière et banques centrales André ICARD Stabilité financière et banques centrales Préface de Jean-Claude Trichet Président de la Banque Centrale Européenne C3 ECONOMICA 49 rue Héricart, 75015 Paris TABLE DES MATIERES Préface Avant-propos

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!14"15!Octobre!2011!

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!1415!Octobre!2011! CommuniquédesministresdesfinancesetdesgouverneursdebanquecentraleduG20 Paris,France,14"15Octobre2011 1. Nous, ministres des finances et gouverneurs de banque centrale du G20, nous sommes réunis dans un

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE Organisée par l Union interparlementaire Genève, 7 et 8 mai 2009 Point 2a) 22 avril 2009 LA REFORME DE L ARCHITECTURE FINANCIERE INTERNATIONALE

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du 07 mai 2002 relative à la constitution,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

1. Qu est-ce que l IGC?

1. Qu est-ce que l IGC? Questions fréquemment posées concernant l accréditation auprès du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore

Plus en détail

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004.

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004. BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004 13 janvier 2003 1. Le présent document expose le programme de travail du BIE pour

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail