I- Handicaps à surmonter pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I- Handicaps à surmonter pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est."

Transcription

1 «L Asie du sud-est, entre Inde et Chine, entre Etats-Unis, Japon et Europe : néo-émergence, géopolitique, sécurité». Déclinaison du sujet traité par le groupe de valenciennes : «Bilan et perspectives de la présence française en Asie du Sud-Est». Une ambition française raisonnable en Asie du Sud-Est Intervention de Bernard COGET du 1 er décembre Pourquoi un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est? - Parce que les Etats-Unis certes relativement affaiblis continuent à faire «cavalier seul», - parce que les pôles émergents ne s installent pas vraiment sur toutes les dimensions de la puissance, et que le monde multipolaire perçu comme facteur d équilibre attendra, - parce que la perspective de l Union européenne reste à minima, une Europe productrice de textes, d axes de dialogue, de partenariats, notamment en termes de réflexion politique, mais sans réelle concrétisation. o parce que la France dispose sous sa souveraineté de la 2ème zone économique exclusive du monde après les Etats-Unis, o parce qu elle est présente dans l'océan Indien et dans l'océan Pacifique pour assurer la sécurité des routes maritimes qu'elle emprunte, o parce qu elle intervient dans les domaines politique, économique, culturel et de la sécurité à travers des accords bilatéraux, o parce qu elle veut jouer un rôle de nation moteur dans l'union européenne, o parce qu elle veut assumer o son statut de membre permanent du Conseil de sécurité, - sa place de vieille démocratie et son expertise dans l'etat de droit. La défense de nos intérêts et notre lisibilité internationale requiert que la France s installe dans les dynamiques asiatiques - dans une posture de puissance moyenne, voire un peu plus, - revendiquant un statut d acteur privilégié et opportun dans cette zone, - intégrant sa démarche dans l espace plus global de l Asie. Mon propos de ce soir abordera - 1- Les handicaps à surmonter pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est Les opportunités offertes pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est Quelques modalités de mise en œuvre d un «raisonnable pivot» français en Asie du Sud-est.

2 I- Handicaps à surmonter pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est. L UE n est pas perçue dans sa globalité comme un partenaire stratégique. La France n a plus une place «naturelle» en Asie du Sud-Est et ce malgré notre participation à la guerre de Corée ou l histoire coloniale française, les mentalités et les élites asiatiques ont changées. o une simple lisibilité culturelle ne garantit pas nos intérêts politiques, économiques et sécuritaires. Il existe une concurrence entre pays européens dans la région. o En Asie, comme sur les questions internes européennes, La France est essentiellement confrontée à l Allemagne, surtout tourné vers la Chine. Angela Merkel est une "visiteuse" fréquente de la Chine. - L'Allemagne a développé une stratégie économique en solo, - agissant au plus près de ses intérêts, - sans beaucoup se soucier de cohérence européenne, - ce qui fait le jeu de Pékin. Handicaps ou atouts, quelques paradoxes du Sud-Est asiatiques Le ressenti des peuples d Asie du Sud-Est est celui d une grande dangerosité de leur région, fondée sur : - Les différends territoriaux avec la Chine - L accroissement des dépenses militaires sans contrôle dans la région confortant par ailleurs leur regard intéressé vers la zone de paix que représente l Europe à leurs yeux. - c est le cas pour au sein de l ASEAN 93% des Philippins, 84% des Vietnamiens, 55% en Malaisie, 52% en Indonésie - Hors ASEAN 85% des Japonais, 83% des Coréens du Sud, 72% des Indiens, 62% des Chinois Actuellement, on voit ainsi les états membres, y compris le Vietnam, chercher un rapprochement avec l'administration américaine dans l'espoir d'éviter le face à face avec Pékin, Pourtant la majeure partie des échanges économiques de l ASEAN s'effectue avec le géant chinois dont elle redoute pourtant la montée en puissance.

3 II- Les opportunités offertes pour un «raisonnable pivot» français vers l Asie du Sud-Est. Contacts UE-ASEAN à travers l'asia-europe Meeting (ASEM), L'ASEAN Plus Trois (APT : ASEAN Plus Three) est une rencontre entre les pays de l'asean ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Elle se tient durant les sommets de l'asean. Il prend ses origines dans la préparation du premier Asia-Europe Meeting (ASEM). La première rencontre APT a lieu informellement en 1997 lors du sommet de Singapour, puis à tous les sommets de l'asean afin d'établir des positions communes en vue de l'asem. Cartes Wikipedia La démarche «ASEAN» présente un réel constat de succès - L ASEAN se constituera en Communauté économique courant 2015, - L ASEAN propose des projets de développement des infrastructures, des efforts d intégration des pays de la région similaires à ceux de la construction européenne «Avec quelques décalages dans le temps, la convergence d'évolution entre l'asie du Sudest et l'europe mérite d'être soulignée. L'instabilité, la démarche, les oppositions entre pays fondateurs et les nouveaux arrivants, le rôle des crises économiques et financières sont des éléments que l'on partage» - (groupe Arras) - Les contacts UE-ASEAN se réalisent à travers l'asia-europe Meeting (ASEM), forum créé en 1996 à l'initiative de Jacques CHIRAC et de Singapour et le dialogue UE- Association des pays d'asie du Sud-Est (ASEAN). D autres dynamiques régionales complètent les processus d intégration de l ASEAN, je retiendrai en particulier :

4 Association sud-asiatique pour la coopération régionale (ASARC) South Asian Association for Regional Co-Operation (SAARC) Pays membres de l'asacr (en vert foncé) et pays observateurs (en vert clair). L'ASACR encourage la coopération dans les domaines de l'agriculture, le développement rural, la science et les technologies, ainsi que la culture, la santé, le contrôle de la natalité, des politiques anti-narcotrafic et la lutte anti-terrorisme Cartes Wikipedia - l Association des Pays d Asie du Sud pour la Coopération régionale (SAARC), regroupe huit Etats ont signé l accord de libre échange de l'asie du Sud (SAFTA). Dans un cadre géographique plus vaste, l Australie a initié La Coopération économique pour l'asie-pacifique Asia-Pacific Economic Cooperation ou APEC) Pays de l ASEAN Cartes Wikipedia - en 1989 La Coopération économique pour l'asie-pacifique (Asia-Pacific Economic Cooperation ou APEC)

5 Accord de partenariat transpacifique Trans-Pacific Partnership Agreement Trans-Pacific Partnership (TPP) Cartes Wikipedia Membres de l ASEAN Tous les partenaires sont membres de l'apec, mais le TPP ne couvre qu'une partie des pays de la région. Cependant, il pourrait ouvrir la voie à la négociation sous l'égide de l'apec d'une zone de libre-échange enasie-pacifique. - ou à l échelle de la région du Pacifique, un «Accord de Partenariat Trans-Pacifique» mis en œuvre en 2006 (4 pays), compte aujourd hui 11pays Citons encore Traité d amitié et de coopération en Asie du Sud-Est Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia (TAC) Country Date Indonesia February 24, 1976 Malaysia February 24, 1976 Philippines February 24, 1976 Singapore February 24, 1976 Thailand February 24, 1976 Brunei January 7, 1984 [12] Papua New Guinea July 5, 1989 [11] Laos June 29, 1992 [13] Vietnam July 22, 1992 [14] Cambodia January 23, 1995 [15] Burma (Myanmar) July 27, 1995 [16] People's Republic of China October 8, 2003 [17] India October 8, 2003 [18] Japan July 2, 2004 [19] Pakistan July 2, 2004 [20] South Korea November 27, 2004 [21] Russia November 29, 2004 [22] New Zealand July 25, 2005 [23] Mongolia July 28, 2005 [24] Australia December 10, 2005 [25] France July 20, 2006 [26] East Timor January 13, 2007 [27] Bangladesh August 1, 2007 [28] Sri Lanka August 1, 2007 [29] North Korea July 24, 2008 [30] United States July 23, 2009 [31] European Union June 12, 2012 [32] Le Timor oriental devrait rejoindre l ASEAN en Le TAC, un traité de paix, a été signé en Il est un pacte fondateur de non-agression de l'asean dont l'objectif est de promouvoir la stabilité régionale. Il a été amendé le 15 décembre 1987 par un protocole pour élargir le document aux Etats situés en dehors de l'asie du Sud-est. Les pays de l ASEAN Les pays partenaires. la Turquie et le Canada. Le Brésil et le Royaume-Uni ont également signé le traité. Cartes Wikipedia - Le traité d'amitié et de coopération en Asie du Sud-Est (TAC) (pacte de non-agression et de coopération conclu entre les membres de l ASEAN et leurs partenaires (ASEAN - ANASE). En juillet 2012, les pays de l'asean ont signé l'instrument d'élargissement par lequel l'asean accepte l'adhésion de l'ue.

6 Forum régional de l'asean ASEAN Regional Forum (ARF) Pays participant au forum. Le Forum régional de l'asean, ASEAN Regional Forum (ARF) est le premier grand forum multilatéral de la région Asie-Pacifique pourdes consultations officielles sur les questions de sécurité. Initié en 1993 par l'asean, il regroupe désormais 51 états membres. La première rencontre de l'arf s'est tenue en Cartes Wikipedia - Rappelons qu en 1994 a été créé le Forum régional de l ASEAN pour discuter des questions de sécurité de l Asie du Sud-Est. Les réseaux de liens, ainsi créés, installent entre les divers Etats des rapports de dépendance mutuelle qui affaiblissent objectivement la dangerosité de la zone (hors les risques naturels) au moins dans les deux ou trois décennies à venir. Si l ASEAN s installe comme alternative économique solide aux géants nationaux que sont l Inde et la Chine, la présence des pays de l ASEAN dans ces dynamiques régionales en font aussi une voie de pénétration vers tous les autres acteurs, y compris les plus grands. La France est en tout état de cause reconnue comme un acteur de la sécurité régionale en Asie.

7 Dans les domaines de la défense et de la sécurité, nous avons été présents et nous le sommes encore en Asie du Sud-Est ASEAN Source Il convient de repérer par ailleurs le «collier de perles» des territoires sous souveraineté française ASEAN Source Les nombreuses coopération de défense et de sécurité de la France dans la zone.

8 Hors les contrats industriels et commerciaux traditionnels, la région offre l opportunité d un grand marché de l armement. - Ainsi la France cherche, comme d'autres, à profiter du phénomène régional de course aux armements (16% de nos exportations d armes en 2013), - même si les offres de fournitures militaires françaises aux Philippines (missiles, systèmes de défense) ont agacé les chinois. o livraison de sous-marins français à la Malaisie, o La livraison des avions Rafale en Inde : en mars 1914 la partie transfert de technologie est terminée la livraison reste suspendue à la livraison du BPC à la Russie. o La Birmanie redevenue "fréquentable", est un autre marché très couru désormais par les firmes occidentales d'armement. o Un accord de "partenariat stratégique" a été conclu avec le micro-etat de Singapour, S 'agissant des tensions en mer de Chine méridionale, à aucun moment le rôle de la France ne peut être de prendre position. Nous ne pouvons que souhaiter que des instruments de sécurité collective [sur lesquels travaille l'asean] soient mis en place, avec un code de conduite sur la liberté maritime. On peut ajouter d autres atouts que sont : - la mise en œuvre d une Charte des droits de l homme par l ASEAN - le potentiel d échanges scientifiques et culturels de toute nature. - Son potentiel de formation et de recherche ouvre des possibilités considérables à nos laboratoires et nos universités. - Dans de nombreux pays d Asie la connectivité forte entre universités, instituts de recherche et entreprises doit faire l objet de toute notre attention car les enjeux économiques sont considérables. - amplifié par l émergence des classes moyennes - Les pays de l ASEAN, membres de la Francophonie (Cambodge, Laos, Vietnam) ou observateur (Thaïlande) forment des points d appui supplémentaires pour la France. Quelques indicateurs d'un «pivot français» vers l Asie du Sud-est. - La France, présente au plus haut niveau de l Etat au sommet de l ASEM de novembre 2012 (Vietnam), ni David CAMERON, le premier ministre britannique, ni Angela MERKEL, la chancelière allemande, n ont fait le déplacement. - Déplacement de Laurent Fabius en Indonésie et au Vietnam (1er au 5 août 2013) - Participation du président de la République au sommet de l ASEM du 16 au 17 octobre 2014 à Milan - La volonté de reprendre pied en Asie du Sud-Est est stipulé dans un rapport d information du Sénat du 15 juillet 2014.

9 III- -Quelques modalités d un «raisonnable pivot» français en Asie du Sud-est. Une volonté de présence globale qui s accompagne lucidement du constat que la France n'a pas les moyens ni le souhait de se poser en alternative ouverte aux Etats-Unis. Toute la difficulté - est de définir ce qui est faisable par temps de budget contraint, - est d identifier ce qu attendent de nous les pays de la région, - de choisir les Etats capables de devenir des relais vers d'autres gouvernements ou communautés et présentant des garanties de bonne gouvernance. Sur les questions de sécurité, la France pourrait largement faire valoir son expertise dans tous les domaines de l'armement maritime. En cohérence, il faudrait que la France cesse de réduire les dispositifs militaires - en Polynésie française, - aux Antilles et en Nouvelle-Calédonie - et globalement sur les 11 millions de Km 2 des territoires sous sa souveraineté. Quelques précautions fondamentales : la France doit surveiller l évolution des systèmes financiers asiatiques. La crise financière a mis en évidence l intégration mondiale des économies d Asie. Cette crise n a pas épargné l Asie et les économies les plus développées de la région sont alors toutes entrées en récession. Toutefois l impact de la crise sur les économies asiatiques a été modéré : - politiques macroéconomiques et financières relativement solides, - larges réserves de devises étrangères - dettes externes à court terme limitées, - faible exposition aux actifs toxiques en raison de systèmes financiers peu sophistiqués, - cadres réglementaires qui mettent globalement en avant la stabilité et la sécurité des systèmes financiers Sur le plan financier, la montée en puissance de l Asie s est matérialisée par l introduction en bourse de nombreux groupes d envergure internationale : - place de Hong Kong, de Shenzhen et Shanghai. - La politique d internationalisation de la monnaie chinoise (RMB ou yuan) devrait renforcer la position de la Chine en encourageant notamment la formation d une «région yuan» soutenue par le commerce intra-régional en plein essor et le développement de centres financiers offshore (Hong Kong, Singapour, Taipei). Sur ces questions, des sujets d inquiétude demeurent.

10 La volatilité des mouvements de capitaux. - L afflux de capitaux étrangers, attirés par des rendements supérieurs à ceux offerts par l Europe et par les États-Unis, est vecteur d instabilité. - Ce flux de capitaux en Asie pousse à la hausse les monnaies locales, faisant craindre des tensions croissantes entre des pays tentés par des mesures protectionnistes - La Corée du Sud, l Inde ou encore l Indonésie ont pris des mesures pour freiner ces flux afin de limiter l appréciation de leurs devises en cas de changes flottants, ou l inflation, par création monétaire. - L inflation alimente les risques de «surchauffe», sur fond de hausse des prix alimentaires et énergétiques. Le développement d un système bancaire parallèle non réglementé (shadow banking) pourrait également faire peser un risque financier systémique. La France doit rester en veille sur les processus de développement social, d échanges culturels, de conflits de valeurs, les enjeux humanitaires et sécuritaires de l Asie. L Asie est une zone de diversité culturelle, ethnique et confessionnelle qu accompagnent les problèmes, sur fond de mondialisation - de conciliation entre modernité et tradition, - d ouverture au monde et respect des identités, - d identité culturelle et de cohésion L Asie reste encore confrontée à des problématiques où sont liés enjeux humanitaires et sécuritaires : - violations massives des droits de l homme, - contentieux territoriaux, - migrations forcées, - production et trafic de stupéfiants, - criminalité organisée et terrorisme. Tout comme la France doit prendre en compte que - l Asie concentre aujourd hui les défis les plus extrêmes en matière d environnement et de changement climatique - et détient une part importante de la solution aux défis globaux en matière d environnement, d énergie et de climat. - Inquiets du maintien du rythme de leur développement, - conscients de leur relative fragilité, - répondant à une diversité de situations,

11 - bien que disposant d atouts importants pour mettre en place des modèles de développement durable, - Les pays de la zone n apportent pas de réponse régionale coordonnée aux grands défis environnementaux - que constituent le changement climatique, l érosion de la biodiversité ou l avancée de la désertification, - tout en prenant un poids croissant dans les négociations internationales sur les questions d environnement Par ailleurs, le renseignement français doit se doter d ne véritable expertise sur les questions stratégiques du Sud-est asiatique afin de faire entendre au mieux sa voix dans la région. Au regard de l analyse et des propositions qui ont précédé, on pourrait suggérer que la France renforce ses relations avec plusieurs pays d Asie du Sud-Est. - la Corée du Sud (hors Asie du Sud-Est) - Singapour (2 ème port du monde après Shanghaï o 2 ème puissance financière d Asie- 1 er partenaire en Asie du Sud-Est et le 3ème en Asie (après la Chine et le Japon) o un dialogue politique régulier avec la France - coopération de défense centrale dans la relation avec la France : 2ème partenaire bilatéral de recherche technologique de défense de la France - la France est 2ème fournisseur d'équipements de défense de Singapour, après les Etats-Unis o une position stratégique à l'embouchure du détroit de Malacca o une stratégie de développement pensée sur le long terme, impulsée et planifiée par l Etat la stabilité régionale constitue le premier axe de l action extérieure de Singapour). - la Malaisie - statut de pays développé - 2ème partenaire commercial de la France au sein de l'asean, - l Indonésie, - membre du G20) - grande démocratie musulmane qui a établit une relation de confiance avec l Iran, - jouant un rôle très actif au sein de l ASEAN, - constitue pour nous un partenaire opportun dans la région. - La France a signé un accord de partenariat stratégique avec l'indonésie - et a ouvert, en 2010, une mission économique Ubifrance à Jakarta : Alstom, Schneider, Total, Lafargue, Danone, l'oréal y sont présents. - le Laos avec lesquels elle a déjà des échanges importants

12 o France-5ème investisseur étranger et premier investisseur occidental (groupes Essilor, Bouyghe, Bolloré...) ressortissants français au Laos dans une centaine de PME (hôtellerie, conseil, assurance. o Le Laos qui réalise 90% de ses échanges commerciaux avec l'asean est une porte d'entrée exceptionnelle dans les pays du Sud-est asiatique, comme Singapour. o Pays pauvre dont l évolution sereine, saluée par le FMI, rassure les investisseurs. - Le Vietnam, profitant des liens historiques importants, o la France accompagne le développement et l'ouverture de ce pays depuis plus de 20 ans (2ème pays donateur après le Japon). o La France est le 2ème investisseur européen (derrière les Pays-Bas) et le 15 ème investisseur mondial au Vietnam. o Si la part de marché française reste relativement faible, autour de 1%, les échanges commerciaux franco-vietnamiens progressent régulièrement.

13 Conclusion. Les évolutions récentes et actuelles du panorama stratégique asiatique concernent à plus d un titre de nombreux acteurs, - qu ils soient des protagonistes Sud-Est asiatiques modestes (principalement le Vietnam, l Indonésie et la Cité-Etat de Singapour), - ou de grands acteurs régionaux (ASEAN, Chine, Etats-Unis) - ou bien périphériques (UE, Russie, Australie, France). - Je rappellerai à ce niveau les initiatives intéressantes de l Australie (puissance moyenne comparable à la France) o Par ailleurs, il faut souligner la posture de la Russie qui témoigne de son ressenti de la dangerosité de la région, o qui participe à divers dispositifs régionaux pour y faire face en «supplément et non en remplacement d une politique d approfondissement du partenariat avec l Europe et l Occident»(référence à Serguei LAVROV, ministre des affaires étrangères russes, cité par Jean Pierre ARRIGNON au forum national des auditeurs). o Coopération économique pour l'asie-pacifique (APEC), o Traité d amitié et de coopération en Asie du Sud-Est, o Forum régional de l'asean - La France et l Europe ont besoin d une Russie forte soulignait JP CHEVENEMENT, représentant de la France au colloque franco russe de Yaroslav en septembre J insisterai à nouveau sur la réalité du monde multipolaire. - Il y a quelques années déjà on annonçait que dans le monde multipolaire qui se construisait, aucun acteur n avait la possibilité de dominer l ensemble des autres. - Actuellement, on constate que les pôles émergents identifiés qui se revendiquent d un monde multipolaire présupposé équilibré et harmonieux, n ont pas accéder à la puissance nécessaire pour faire triompher leur volonté dans le rapport des forces internationales : marchés émergents certes, puissances émergentes, certes pas. 3 ème partenaire commercial de l'asean après les Etats Unis et le Japon, plus gros investisseurs, l Europe reste pourtant trop en retrait. L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni pèsent 55% des exportations de l'ue vers l'asean. Donner à l ensemble de pays européens plus de lisibilité internationale en particulier sur le plan de la défense avant qu il ne soit trop tard devient essentiel : vers 2040, la majorité hispanique des USA n aura plus de liens historiques avec le vieux continent et les USA se désintéresseront probablement du vieux continent. o L OTAN qui travaille à sa transformation sera-t-elle encore un parapluie? o Alors, il est temps d abandonner le concept d intervention non létale des traités fondateurs de l UE.

14 o La France fait partie des rares pays européens dont les capacités de défense participe de fait à la protection et à la défense de l Union européenne, alors sortons les dépenses de défense des budgets européens pour le calcul du taux d endettement. o Mieux encore, L excellence opérationnelle reconnues aux armées françaises qualifierait notre pays pour assurer la protection de l ensemble des pays membres de l Union européenne ces derniers contribuant au budget dédié à la réalisation de cette mission. La France est le mieux disposé des membres de l UE à vouloir s installer dans le Sud-Est asiatique, il faut saluer et encourager cette démarche qui doit s inscrire - dans une dynamique qui réfute la thèse du déclin inéluctable de l Occident d autant que l émergence au statut de puissance de nouveaux grands acteurs régionaux subit quelques aléas. - dans un processus de co-développement avec l ASEAN - dans la posture d un acteur européen de pointe de la démocratie et de la Paix. A ce niveau de la conclusion Si notre volonté est comme il l est annoncé de conserver un statut de puissance moyenne pesant sur le monde, ne pouvant le faire dans le domaine économique (regard réaliste et non pas décliniste), comment ne pas rappeler le rôle politique essentiel et spécifique d un dispositif militaire cohérent et suffisant dans notre lisibilité internationale et ce dans le dispositif plus global de la Sécurité nationale. Ce qui signifie que nous devons être particulièrement vigilants à conserver des capacités conventionnelles complètes et suffisantes, comprenant des capacités d interventions extérieures nécessaires à la protection de nos intérêts, au respect des accords internationaux qui nous concernent. Une rupture de nos capacités conventionnelles discréditerait de fait, par ailleurs, notre dissuasion nucléaire. L enjeu est de taille Est-il pensable qu un pays puisse se faire reconnaître sur la scène internationale sans défense crédible? Est-il pensable que l affaiblissement de notre outil militaire n aurait pas un impact sur les capacités de résilience des institutions et des populations, même si nos populations se sont éloignées des préoccupations de défense? Toutes les analyses qui proposent de peser sur la dimension des armées pour ajuster les budget sont incomplètes, dangereuses et occultent la complexité d un monde qu on ne peut plus se contenter de cartographier mais qu il faut radiographier. Ainsi, la puissance militaire française - donne à la France une influence que ses autres ressources ne lui permettent pas. - est un outil d influence culturelle au travers du réseau diplomatique et de coopération militaire. Si l avenir de la France est dans l Europe, il dépend largement de sa capacité à garder une puissance militaire crédible.

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales

Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales Instructions officielles : L étude de cette question comporte une approche comparative du rôle joué en Asie et dans le monde par deux puissances

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES www.g20-g8.com 1 «Nous avons travailléàla fois sur des enjeux de court terme pour réduire la portée des crises, et de long terme pour faire retrouver

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les actions internationales pour l enseignement supérieur Un objectif de coopération internationale entre pays programmes et partenaires

Les actions internationales pour l enseignement supérieur Un objectif de coopération internationale entre pays programmes et partenaires Les actions internationales pour l enseignement supérieur Un objectif de coopération internationale entre pays programmes et partenaires Pays programmes Pays membres de l UE Autres pays programmes : Iceland,

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance Bien que les difficultés relatives à la conformité puissent souvent être résolues au niveau local, la ligne d assistance de RPM International

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Cours 3. Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales. I. Les deux pôles principaux de l Asie orientale

Cours 3. Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales. I. Les deux pôles principaux de l Asie orientale Thème 3 Dynamiques des grandes aires continentales Question 3 - L Asie du Sud et de l Est : les enjeux de la croissance Cours 3. Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales Quel pays assurera,

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

L Union européenne a-t-elle une stratégie économique extérieure?

L Union européenne a-t-elle une stratégie économique extérieure? L Union européenne a-t-elle une stratégie économique extérieure? Stefan COLLIGNON L Union européenne est la première puissance économique mondiale, mais a-t-elle une stratégie économique mondiale? Dix

Plus en détail

Sciences, guerre, et développement

Sciences, guerre, et développement Sciences, guerre, et développement E. Zaccai (partie 2) 2012-2013 PREPARATION 3 Pole Berhneim Paix et Citoyenneté de l'ulb Définitions du développement, évolution des richesses et de la santé dans le monde

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012 Hong Kong Une passerelle vers le marché chinois Présentation, petit-déjeuner conférence HKCBA, Québec International, EDC, Export Québec, HKTDC et HKETO L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Country factsheet - Juin 2014 Singapour

Country factsheet - Juin 2014 Singapour Country factsheet - Juin 2014 Singapour Sa superficie s étend sur quelques 700 km² et sa population ne dépasse que de peu les 5 millions d habitants, mais du point de vue de la compétitivité et de la modernité,

Plus en détail

Il faut un véritable Bretton Woods II

Il faut un véritable Bretton Woods II Il faut un véritable Bretton Woods II par PIERRE PASCALLON Professeur Agrégé de Faculté - 1 - Nos dirigeants politiques européens - Nicolas Sarkozy, mais aussi Gordon Brown, Premier Ministre britannique,

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

La présence française dans le monde

La présence française dans le monde Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 1 La présence française dans le monde I Le poids de la France dans le

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012 Table ronde n 1: Financement des entreprises et internationalisation, l apport du capital investissement transfrontalier Modérateur: M. Jean-Marc Vittori, journaliste économique, Les Echos Intervenants:

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

Présentation de l'auf

Présentation de l'auf Présentation de l'auf Agence universitaire de la Francophonie : opérateur de la Francophonie Créée le 13 septembre 1961 (50 ans en 2011) AUPELF puis AUPELF-UREF et enfin AUF en 1998 Présente sur les 5

Plus en détail

Corée du Sud: industrie MEM et marché ICT.

Corée du Sud: industrie MEM et marché ICT. Corée du Sud: industrie MEM et marché ICT. Opportunités pour PME suisses en Corée du Sud. Lausanne, 2 mai 2012, Chambre vaudoise du commerce et de l industrie (CVCI). Partenaire principal Corée du Sud:

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 92 10 mars 2008 Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Résumé En moins d une décennie, l euro

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail