Écoles corrompues, universités corrompues : que faire?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Écoles corrompues, universités corrompues : que faire?"

Transcription

1 Éthique et corruption dans l éducation Institut international de planification de l éducation Écoles corrompues, universités corrompues : que faire? Jacques Hallak et Muriel Poisson Éditions UNESCO

2 Écoles corrompues, universités corrompues : que faire?

3 Institut international de planification de l éducation Écoles corrompues, universités corrompues : que faire? Jacques Hallak et Muriel Poisson 2009 Institut international de planification de l éducation

4 Publié par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7 Place de Fontenoy, 75352, Paris 07 SP, France UNESCO 2009 Tous droits réservés ISBN : Titre de l original : Corrupt schools, corrupt universities: What can be done? Les appellations employées dans ce volume et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part de l UNESCO et de l IIPE aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant à leurs frontières ou limites. L auteur est responsable du choix et de la présentation du contenu de ce volume, ainsi que des opinions qui y sont exprimées. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles de l UNESCO ni de l IIPE et n engagent pas l Organisation La publication de ce document a été financée grâce à la subvention de l UNESCO et aux contributions de plusieurs de ses États membres, dont la liste figure à la fin de ce document. L Institut de la Banque mondiale (WBI) a financé la traduction française de cet ouvrage. Maquette de couverture : IIPE Composition : Linéale Production Impression : Atelier d impression de l IIPE Imprimé en France

5 Avant-propos L éducation est une ressource en péril. Les planificateurs et les chercheurs en développement de l éducation l affirment déjà depuis un certain temps. Souvent la qualité est médiocre, l efficacité faible, la pertinence douteuse et le gaspillage significatif, tandis que les buts et les objectifs sont souvent peu clairs. Dès 1968, Philip Coombs, alors directeur de l Institut international de planification de l éducation (IIPE), avait posé ce diagnostic général dans un livre au titre approprié : La crise mondiale de l éducation (The world educational crisis). Malgré plusieurs décennies d efforts nationaux et internationaux pour relever les défis auxquels l éducation est confrontée, notamment à la suite des engagements pris en faveur des objectifs d Éducation pour tous de Jomtien (Thaïlande) et de Dakar (Sénégal), dix ans plus tard, nous sommes toujours loin du but. De plus, alors qu une bonne part des ressources nationales et de l aide internationale a été consacrée à l éducation au cours des dernières décennies, les contribuables des pays industrialisés s interrogent sur la légitimité de cette aide financière et la justification de la priorité accordée à l éducation par la communauté des donateurs. En fait, les évaluations objectives des réussites et des échecs effectuées pour préparer le forum de Dakar sur l Éducation pour tous ont conclu que de nombreux problèmes subsistent entre autres, l absence de volonté politique et une gouvernance faible, y compris un manque de transparence, une redevabilité mal assumée, voire de la corruption. La gouvernance est l un des facteurs les plus importants à considérer si l on veut atteindre les objectifs définis à Dakar et les objectifs du Millénaire pour le développement. C est dans ce contexte que l IIPE a lancé en 2001 un projet de recherche, «Éthique et corruption dans l éducation», qui a donné lieu à plusieurs rapports et séminaires de formation. Cet ouvrage offre une synthèse des travaux de recherche menés. Le projet était fondé sur deux hypothèses principales. La première, que l examen des expériences effectuées dans différents pays ne ferait ressortir ni fatalisme ni désespoir, mais donnerait plutôt la conviction que des stratégies significatives et efficaces peuvent être adoptées pour réduire la corruption et améliorer la gouvernance dans l éducation. La seconde, que les défis et difficultés ne sont pas confinées à ce qu on appelle parfois à tort le 5

6 Avant-propos «monde en voie de développement». Des forces identiques ou semblables à celles qui entravent ou empêchent le développement de millions d élèves du tiers-monde compromettent aussi les qualifications futures et le développement personnel d un nombre croissant d enfants des pays industrialisés. Deux exemples évidents viennent à l esprit : (i) selon de nombreux observateurs, la fraude aux examens menace sérieusement l intégrité et la fiabilité des modes de certification de l enseignement supérieur, en induisant le scepticisme sur la validité des résultats et le soupçon sur la réalité des performances. Ce type de fraude semble plus fréquent aux États-Unis que dans les pays en développement ; (ii) des comportements malhonnêtes dans le processus d attribution des marchés y compris en ce qui concerne la construction et la maintenance des écoles ne sont pas exceptionnels en Europe (cf. en France et en Italie) et en Amérique du Nord (cf. la Ville de New York). De plus, les stratégies les plus efficaces pour améliorer la gouvernance, la transparence et la responsabilisation dans l éducation sont fondées sur les mêmes principes dans les pays riches et dans les pays pauvres : améliorer les systèmes de régulation, renforcer les capacités de gestion et mettre en place un contrôle social sur l utilisation des fonds. Un proverbe oriental traditionnel résume bien cette situation : laisser un coffre ouvert invite le voleur. Le consensus sur la nécessité du changement, si justifié et convaincant soit-il, est une chose, sa mise en œuvre en est une autre. C est pourquoi, en plus d avoir exploré, identifié et examiné des stratégies permettant de lutter efficacement contre la corruption dans l éducation, le projet de l IIPE a eu comme tâche complémentaire d étudier la mise en œuvre des changements. Comme nous le savons tous, la lutte contre la corruption va à l encontre d intérêts bien ancrés, caractérisés par une forte résistance au changement, le contournement des règles, et parfois même l entrave à leur application. Heureusement, et ce livre le démontre amplement, il reste dans la société des acteurs motivés même dans des pays aussi pauvres et vulnérables que le Bangladesh ou Madagascar prêts à s organiser pour parvenir à un démantèlement rationnel, démocratique et progressiste des pratiques de corruption existantes. Trois exemples de mesures efficaces tirés de cet ouvrage l illustrent : (i) l expérience de Bogotá, en Colombie, qui a permis d améliorer la gestion des enseignants et de réduire le gaspillage des ressources (10 % 6

7 Avant-propos sur trois ans). Cela a été possible en combinant des négociations avec les syndicats d enseignants, une réglementation transparente et une gestion plus moderne à l aide de l informatique ; (ii) l expérience ougandaise de réduction des fuites lors des transferts de fonds entre le ministère de l Éducation et les écoles de 87 % à 15 %. Cela a été le résultat d une stratégie combinant la production et la diffusion d informations détaillées aux communautés locales ainsi que la publication des pénalités infligées aux fonctionnaires coupables de comportements malhonnêtes ; (iii) l expérience azerbaïdjanaise de réduction de la fraude aux examens d entrée dans l enseignement supérieur. Là encore, des résultats ont été obtenus par la combinaison de plusieurs mesures, incluant l utilisation de l informatique pour éliminer toute interférence dans l administration, la vérification et la publication des résultats d examens. Cet ouvrage résume les conclusions d un programme international qui n aurait pu être mené à bien sans la participation et le soutien d institutions et d individus provenant d environ 25 pays du monde entier. Ces partenaires comprennent des ministères de l Éducation, des universités, des chercheurs et des membres d organisations de la société civile. Le livre fait usage de données rassemblées suivant des modalités différentes, par exemple des visites d étude, des colloques et des séminaires internationaux, des monographies sur des stratégies efficaces, ou encore des enquêtes menées par des institutions partenaires. Parmi les nombreuses institutions partenaires, je voudrais remercier la Banque mondiale, le Programme d appui à l éducation de l Open Society Institute (Fondation Soros) et le Groupe Utstein (U4) pour leur soutien. Je souhaiterais remercier en particulier l Institut de la Banque mondiale, qui a financé la traduction de cet ouvrage en français et qui coopère avec l IIPE à sa diffusion. Je voudrais encore remercier les instituts qui financent l IIPE et ont contribué à la mise en œuvre de son projet en particulier NORAD, qui a accordé un financement spécial lors de la phase initiale du projet. Je voudrais enfin exprimer ma gratitude à mon prédécesseur, Gudmund Hernes, pour son soutien sans faille et son implication dans ce projet. Un remerciement spécial est aussi adressé aux auteurs des études, qui ont rendu possible la rédaction de cette synthèse. Mark Bray Directeur, IIPE 7

8 Table des matières Avant-propos 5 Liste des abréviations 11 Liste des tableaux, graphiques et encadrés 15 Résumé analytique 21 Introduction 23 Chapitre 1. Le contexte : qu est-ce que la corruption et pourquoi est-elle nuisible? Que sont la corruption, la transparence et la redevabilité? Quelle est l ampleur de la corruption? Gouvernance, croissance, pauvreté et corruption : quels liens? Le contexte institutionnel : pourquoi maintenant? 48 Chapitre 2. Corruption dans l éducation : cadre conceptuel Cartographie des opportunités de corruption dans l éducation Un cadre conceptuel «Signaux d alerte» et analyse des risques Politique éducative et corruption 76 Chapitre 3. Diagnostiquer la corruption dans le secteur de l enseignement Principes méthodologiques de base Évaluation participative : diagnostic participatif, cartes d évaluation citoyenne et audits sociaux Audit du secteur de l éducation et de ses institutions Suivi des dépenses publiques dans le secteur de l enseignement 108 Chapitre 4. Financement et décentralisation Affectation des ressources basée sur une formule de financement dans un contexte de décentralisation Distribuer des subventions par tête dans un contexte de reconstruction 150 Chapitre 5. Gestion et comportement des enseignants Réforme de la gestion des enseignants pour améliorer la transparence et la redevabilité Élaboration et mise en œuvre de codes de conduite pour les enseignants 187 9

9 Table des matières Chapitre 6. Passation des marchés de dépenses non salariales Construction, amélioration et réparation des écoles Manuels et matériels didactiques Programmes alimentaires et de nutrition en milieu scolaire 239 Chapitre 7. Examens, diplômes et accréditation Améliorer la gestion des examens traditionnels Concevoir des examens nationaux standardisés pour un accès transparent à l université Sous-traiter la gestion des examens et de l accréditation Instituer des systèmes d information fiables et faciles à utiliser Promouvoir l éthique (normes d intégrité académique et codes d honneur) Éradiquer les principales causes structurelles de la fraude 274 Chapitre 8. Soutien scolaire privé : comment éviter la corruption de l enseignement à l école? Information et mobilisation Régulation du soutien scolaire privé Réduction du besoin de soutien scolaire 293 Chapitre 9. Note aux décideurs, planificateurs et gestionnaires Préalables nécessaires Régulation, gestion et appropriation : le «triangle vertueux» «Tous contre la corruption» Douze recommandations aux décideurs et responsables du secteur de l éducation 311 Annexe 1 Récapitulatif pour évaluer la qualité des enquêtes 315 Annexe 2 Conseils d administration des collèges et lycées en France 317 Annexe 3 Normes minimales de Transparency International en matière de passation des marchés publics 321 Annexe 4 Code de bonnes pratiques pour la prestation d un enseignement transnational (Section II. Principes) 325 Références 329 Index géographique 345 Index thématique 349 Dans la même série

10 Liste des abréviations ACDI ALE APE AUD BAD BAsD BDT BID BMD BMZ BNPP BRI CAN CADEL CEPAA CEPER CHEA CIET CIMU CMI CNP COGES CPAR CPC CQU Agence canadienne de développement international Autorités locales de l éducation Association des parents d élèves Dollar australien Banque africaine de développement Banque asiatique de développement Taka du Bangladesh Banque interaméricaine de développement Banques multilatérales de développement Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (Allemagne) Programme de partenariat Banque mondiale Pays-Bas (Indonésie) Banque Rakyat (Indonésie) Comité consultatif national (Argentine) Centre de gestion locale de l éducation (Colombie) Council on Economic Priorities Accreditation Agency Centre d édition et de production pour l enseignement et la recherche (Cameroun) Conseil pour l accréditation de l enseignement supérieur Community Information, Empowerment and Transparency Unité centrale de contrôle indépendant (Indonésie) Chr. Michelsen Institute Centre national pédagogique (Tunisie) Comité de gestion (Côte d Ivoire) Capital Project Approval Request Comité pour l éthique professionnelle dans l éducation (Hong Kong SAR, Chine) Unité de sélection des entreprises (Ville de New york, États-Unis d Amérique) 11

11 Liste des abréviations DANIDA DECS DFID DSRP e-gp ELN EPT EPU EQPS ESDP EU FMI FSM G7/G8 GTZ HOAP IAE ICAC IES IE IGAC IIPE IMOA IPC IU IVE JUNAEB ME Agence danoise pour l assistance au développement Département de l Éducation, de la Culture et des Sports (Philippines) Département pour le développement international (Royaume-Uni) Document stratégique de réduction de la pauvreté Passation électronique des marchés publics Enquêtes longitudinales nationales Éducation pour tous Enseignement primaire universel Enquête quantitative sur la prestation de services Enquête de suivi des dépenses publiques États-Unis d Amérique Fonds monétaire international Repas scolaires gratuits Groupe des sept/groupe des huit Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Allemagne) Harmonization in Overseas Audit Practices International Academy of Education Commission indépendante contre la corruption (Hong Kong SAR, Chine) Institution d enseignement supérieur Internationale de l Éducation Groupe international pour la coordination de la lutte contre la corruption Institut international de planification de l éducation Initiative de mise en œuvre accélérée de l EPT Indice de perception de la corruption Cellule d exécution (Pérou) Indice de vulnérabilité scolaire (Chili) Commission nationale d aide scolaire et de bourses (Chili) Ministère de l Éducation 12

12 Liste des abréviations MEST Ministère de l Éducation, des Sciences et de la Technologie MinBuza Ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas MKSS Mazdoor Kisan Shakti Sangathan (Inde) NCLB No Child Left Behind (États-Unis d Amérique) NCPRI National Campaign for People s Right to Information (Inde) NIK Chambre nationale de contrôle (Pologne) NORAD Agence norvégienne de développement et de coopération NST Test national pour les bourses d études (Kirghizistan) OCDE Organisation de coopération et de développement économiques OCT Ordre des enseignants de l Ontario (Canada)) OIG Bureau de l Inspecteur général (Ville de New York, États-Unis d Amérique) OIT Organisation internationale du travail OLAF Office européen de lutte anti-fraude ONG Organisation non gouvernementale ONU Organisation des Nations Unies OSC Organisation de la société civile OSCE Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe OSFL Fonds pour une société ouverte en Lituanie OSI Open Society Institute PAC Public Affairs Centre (Bangalore, Inde) PAE Programme de repas scolaires (Chili) PI Pacte d intégrité PIB Produit intérieur brut PNB Produit national brut PNUD Programme des Nations Unies pour le développement R. Roupie indonésienne RTI Right to information RU Royaume-Uni SA 8000 Social Accountability 8000 SAO Institut supérieur de contrôle des finances publiques 13

13 Liste des abréviations SCA Agence de construction des écoles (Ville de New York, États-Unis d Amérique) SCPC Service central de prévention de la corruption (France) SGP Programme de bourses et de subventions aux écoles (Indonésie) SIDA Agence suédoise de coopération au développement international SIGE Système d information pour la gestion de l éducation (Indonésie) SIGP Programme de subventions pour l amélioration des écoles (Indonésie) Sk Couronne slovaque SPA Agence de passation des marchés publics (Azerbaïdjan) SRP Stratégie de réduction de la pauvreté SSAC Commission nationale pour l admission des étudiants (Azerbaïdjan) SWAP Approche sectorielle TI Transparency International TIB Transparency International Bangladesh TIC Technologies de l information et de la communication TRACFIN Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (France) U4 Centre de ressources anti-corruption Utstein UGX Shilling ougandais UNESCO Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture USAID Agence des États-Unis pour le développement international VPE Vivres pour l éducation ZEP Zone d éducation prioritaire Livre britannique $EU Dollar des États-Unis 14

14 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Tableaux Tableau 1.1 Panorama des notions clés de la redevabilité dans l éducation 37 Tableau 1.2 Paiements occultes au Cambodge : quelle fréquence, combien, à qui? 40 Tableau 1.3 Changements significatifs dans la gouvernance au niveau mondial, Tableau 2.1 Définitions des diverses formes de corruption dans l éducation 60 Tableau 2.2 Types de corruption dans le secteur éducatif 61 Tableau 2.3 Corruption dans l éducation : niveaux d occurrence, acteurs concernés et nature des échanges 62 Tableau 2.4 Principales opportunités de corruption par domaine d activités liées à la planification/gestion du secteur éducatif 65 Tableau 2.5 Exemples de signaux d alerte par domaine de planification/gestion éducative 74 Tableau 2.6 Cartographie des risques de corruption dans le secteur éducatif 77 Tableau 3.1 Montant des sommes illicites perçues dans huit upazilas au Bangladesh 96 Tableau 3.2 Typologie d un audit 101 Tableau 3.3 Utilisation d audits éthiques dans le secteur de l enseignement 108 Tableau 3.4 Détournement des fonds non salariaux dans le secteur de l enseignement primaire : informations fournies par les ESDP

15 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Tableau 3.5 Estimation du coût des contributions en nature (Pérou) 113 Tableau 4.1 Formules d affectation des ressources et pratiques illicites correspondantes 129 Tableau 4.2 Programme de subvention des écoles en Indonésie : liste des écoles ne remplissant pas les critères 130 Tableau 4.3 Recommandations pour réduire les incitations à la falsification des données sur les écoles 142 Tableau 4.4 Formule de financement, transparence et redevabilité 150 Tableau 5.1 «Signaux d alerte» relatifs à la gestion et au comportement des enseignants 175 Tableau 5.2 Principales sources de comportements contraires à l éthique parmi les enseignants en Asie du Sud 176 Tableau 5.3 Taux d absentéisme des enseignants dans divers pays et conséquences budgétaires 177 Tableau 5.4 EQPS : facteurs corrélés à l absentéisme des enseignants (5 pays) 180 Tableau 6.1 Principales possibilités de corruption dans la passation des marchés 206 Tableau 6.2 «Signaux d alerte» concernant l achat des manuels scolaires : niveaux de responsabilité 215 Tableau 6.3 Principales stratégies de lutte contre la corruption dans le domaine de la passation des marchés 221 Tableau 6.4 Manuels scolaires dans l enseignement primaire en Afrique francophone 228 Tableau 6.5 Participation des secteurs public et privé dans l élaboration et la distribution des manuels 229 Tableau 7.1 Fonctions des examens : perspective historique 252 Tableau 7.2 Formes de fraude académique 256 Tableau 7.3 Perception étudiante de la fraude académique en Bulgarie, en Croatie, en Moldavie et en Serbie

16 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Tableau 9.1 Critères de bonne gouvernance pour les services publics 300 Tableau 9.2 Régulation, gestion et appropriation : le «triangle vertueux» 306 Graphiques Graphique 1.1 Éducation éthique/éthique dans l éducation 33 Graphique 1.2 Corruption : quatre syndromes 44 Graphique 2.1 Facteurs internes et externes contribuant à la corruption dans le secteur éducatif 68 Graphique 2.2 Interrelations entre facteurs internes et externes 73 Graphique 3.1 Différents types d enquêtes 87 Graphique 3.2 Évaluation de la corruption au niveau local ou des établissements 88 Graphique 3.3 Évaluation de la qualité des services à Ternopil (échelle de 0 à 5, où 5 correspond à «très bonne») 91 Graphique 3.4 Pourcentage de personnes interrogées devant verser des pots-de-vin pour obtenir des services publics à Ternopil 92 Graphique 3.5 Mécanismes d audit interne et externe 100 Graphique 3.6 Exemple d organigramme de flux financiers 112 Graphique 3.7 Corrélation entre taille des écoles et détournement de fonds en Ouganda 114 Graphique 3.8 Part des fonds perçus par les écoles en fonction de leur niveau de richesse (comparaison entre les fonds alloués selon une règle unique et les fonds discrétionnaires) 115 Graphique 4.1 Exemple de sources de financement de l éducation 125 Graphique 4.2 Transfert direct des fonds par le SIGP et le SGP indonésiens 155 Graphique 5.1 Réforme de la gestion des enseignants à Bogotá 187 Graphique 6.1 Passation centrale ou locale des marchés : laquelle est la meilleure?

17 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Graphique 6.2 «Signaux d alerte» et principaux risques associés à la passation des marchés publics 211 Graphique 8.1 Proportion de professeurs de l enseignement public donnant des cours particuliers : le cas de la Lituanie 287 Graphique 9.1 Indicateurs d évaluation de la redevabilité, de la participation sociale et de la transparence : les écoles de la qualité au Mexique 299 Graphique 9.2 Régulation, gestion et appropriation : le «triangle vertueux» 304 Encadrés Encadré 1 Petit glossaire 30 Encadré 2 La corruption selon la Banque asiatique de développement 31 Encadré 3 La transparence selon U4 34 Encadré 4 Redevabilité dans l éducation 35 Encadré 5 Remise en cause de la redevabilité basée sur la performance 38 Encadré 6 Pourquoi les systèmes éducatifs sont perméables à la corruption rampante 42 Encadré 7 Les problèmes de corruption, de transparence et de redevabilité dans les DSRP du Rwanda 47 Encadré 8 Extraits de la Convention de l ONU contre la corruption 50 Encadré 9 Activités développées par l IGAC et le groupe Utstein 52 Encadré 10 Le dispositif français anti-corruption 53 Encadré 11 La corruption dans l enseignement en Pologne 63 Encadré 12 La formule de Klitgaard sur la corruption 67 Encadré 13 Méthodologie d audit social du CIET 99 Encadré 14 Évaluation et audits internes en Lituanie 102 Encadré 15 Conclusions des audits externes réalisés dans trois universités slovaques 105 Encadré 16 Une expérience réussie en Ouganda

18 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Encadré 17 Financement par les ménages et la communauté : le rôle des comités d établissement 127 Encadré 18 Mainmise sur les bourses d études à Jakarta Utara 131 Encadré 19 «L argent suit les élèves» : l exemple de la Roumanie 138 Encadré 20 Exemples de règlements financiers 144 Encadré 21 Rapport du Vérificateur général des comptes (État de Victoria) : quelques conclusions 147 Encadré 22 Limites des approches réglementaires dans la lutte contre la corruption 157 Encadré 23 Recommandations à propos du SGIP et du SGP indonésiens 162 Encadré 24 Échanges d enseignants en Colombie 172 Encadré 25 Qu est-ce qu un enseignant fantôme? 173 Encadré 26 Faire plus avec moins : une réforme réussie de la gestion des enseignants à Bogotá ( ) 182 Encadré 27 Stratégies pour faire face au problème des enseignants fantômes 185 Encadré 28 Déclaration de l Internationale de l Éducation sur l éthique professionnelle (extraits) 189 Encadré 29 Codes de la profession enseignante de Hong Kong (extraits) 191 Encadré 30 Mise en œuvre de normes professionnelles en Ontario : recommandations (extraits) 193 Encadré 31 La passation électronique des marchés : quelques principes de base 204 Encadré 32 Techniques de détournement de fonds : le cas des fausses factures 209 Encadré 33 L agence nationale de passation des marchés publics (SPA) en Azerbaïdjan

19 Liste des tableaux, graphiques et encadrés Encadré 34 L utilisation d un système électronique renforce la transparence des processus de passation des marchés publics 220 Encadré 35 Présélection des soumissionnaires dans la Ville de New York 225 Encadré 36 Centre national de développement des matériels d enseignement en Norvège 232 Encadré 37 Pacte d intégrité pour les manuels en Argentine 235 Encadré 38 Élaborer une politique nationale du livre 238 Encadré 39 Dans la presse : exemples de fraude académique 255 Encadré 40 Scandale de plagiat dans une université offshore en Malaisie 260 Encadré 41 Dans la presse : les chiffres de la fraude académique 263 Encadré 42 Détection du plagiat : l expérience écossaise 267 Encadré 43 Accréditation dans l enseignement supérieur aux Pays-Bas 271 Encadré 44 Le soutien scolaire privé, système d enseignement parallèle 281 Encadré 45. Ampleur du soutien scolaire privé 285 Encadré 46 Les obstacles à la réforme du soutien scolaire privé. L exemple de l île Maurice 291 Encadré 47 Mise en application du droit à l information en Inde 302 Encadré 48 Éducation contre la corruption au Maroc 310 Encadré 49 Le projet «La jeunesse contre la corruption» en Lituanie 311 Cartes Carte 1 Indice de perception de la corruption

20 Résumé analytique Dans le contexte actuel d austérité budgétaire et de pression sur les flux monétaires internationaux, le besoin de rendre plus efficace l utilisation des fonds publics émerge clairement. Des études récentes suggèrent que, dans certains pays, l évaporation des fonds entre les ministères de l Éducation et les écoles peut atteindre 80 % de la somme totale allouée (hors salaires). Les pots-de-vin et les dessous-de-table à l occasion du recrutement et des promotions des enseignants diminuent la qualité des enseignements des établissements publics ; les paiements illicites pour obtenir une admission et d autres coûts cachés peuvent expliquer un faible taux d inscription et un décrochage important. Dans le même temps, une éducation éthique est fondamentale pour prévenir la fraude, en faisant émerger une attitude de refus de la corruption parmi les jeunes générations. Toutefois, l éducation éthique à elle seule restera sans effet si la gestion de l ensemble du secteur éducatif n est pas éthique elle-même. Cet ouvrage présente les conclusions d un projet de recherche conduit par l IIPE sur l éthique et la corruption dans le secteur de l éducation. Il s appuie sur l ensemble des actions entreprises dans le cadre de ce projet (incluant un atelier préparatoire, une visite d étude, un séminaire politique international, des monographies et des études comparatives) ainsi que sur l élaboration d outils méthodologiques permettant de repérer, de diagnostiquer et d évaluer les pratiques de corruption dans le domaine éducatif. Il s agit de sensibiliser les décideurs, planificateurs et administrateurs à l importance de la lutte contre la corruption dans le secteur de l éducation, de leur fournir les outils clés pour détecter et évaluer les problèmes de corruption, et de les guider dans la formulation de stratégies appropriées pour contrer les mauvaises pratiques. Les auteurs affirment que la création et le maintien de systèmes de régulation transparents, le renforcement des capacités de gestion pour une redevabilité mieux assumée, ainsi qu une meilleure appropriation des processus de gestion par les citoyens, contribuent à la mise en place d un triangle vertueux permettant de libérer les systèmes éducatifs de la corruption. Plus spécifiquement, ils concluent par une liste de recommandations, dont celles-ci : 21

21 Résumé analytique combattre la corruption nécessite des normes et des règles claires, des procédures transparentes et un cadre politique explicite spécifiant, étape par étape, la répartition des responsabilités entre les différentes parties prenantes en ce qui concerne l affectation, la distribution et l utilisation des ressources éducatives ; une meilleure formation en gestion, comptabilité, supervision et audit constitue un préalable nécessaire à la réduction de la corruption dans l éducation. Elle devrait concerner non seulement le personnel administratif à tous les niveaux, mais également les autres acteurs du système, comme les associations de parents et enseignants, les syndicats et autres organismes de la société civile ; l accès du grand public à l information est indispensable pour favoriser la participation, l appropriation citoyenne et le contrôle social. En conséquence, les acteurs les plus proches du lieu de prestation de service (l école) doivent être suffisamment bien informés, afin non seulement de détecter les fraudes, mais aussi de réclamer ce à quoi ils ont droit. 22

22 Introduction Dans toutes les sociétés, le secteur de l éducation est l une des composantes les plus importantes du secteur public. Il représente 20 à 30 % du budget total (national et local), emploie de loin la plus grande proportion d élites cultivées (administrateurs, inspecteurs, enseignants et professeurs), et implique 20 à 25 % de la population (élèves et étudiants, parents et autres parties concernées). Toutefois, dans la plupart des sociétés riches et pauvres le secteur éducatif se heurte à des difficultés et à des crises sévères : contraintes financières, mauvaise gestion, manque d efficacité, gaspillage de ressources, mauvaise qualité de la prestation de services et absence de pertinence, comme le démontre, entre autres, des taux de chômage élevés chez les diplômés. La grande majorité des responsables de la planification et de l élaboration des politiques éducatives reconnaissent cet état de fait. Depuis le milieu des années 1960, cette situation, qui perdure malgré des tentatives de réformes, a entraîné une remise en question de l éducation et une nouvelle manière de la considérer. Trois exemples l illustrent : premièrement, le scepticisme et la perte de confiance croissantes envers les acteurs politiques et le secteur public (comme l indiquent le déclin de la participation électorale et le sentiment partagé qu une corruption endémique règne dans le secteur public) ; deuxièmement, la demande pressante d une évaluation de grande ampleur de l éducation, pour superviser le fonctionnement du secteur et pour générer des données permettant d établir une redevabilité envers les citoyens et les usagers du système ; troisièmement, l attitude moins confiante et les sentiments moins positifs des contribuables des pays riches envers l aide financière internationale à l éducation. En d autres termes, des voix se sont élevées pour exprimer le besoin de comportements moins déviants dans la gestion des fonds, d une transparence et d une redevabilité plus grandes en matière d utilisation des ressources éducatives, et d une action urgente contre la corruption. La bonne gouvernance est devenue un objectif majeur des responsables politiques, planificateurs et autres acteurs, en particulier les agences internationales de coopération. D ailleurs, dans son évaluation des causes des mauvais résultats obtenus dans les années 1990 dans la réalisation des objectifs adoptés à Jomtien, et dans sa 23

Écoles corrompues, universités corrompues : que faire?

Écoles corrompues, universités corrompues : que faire? Éthique et corruption dans l éducation Institut international de planification de l éducation Écoles corrompues, universités corrompues : que faire? Jacques Hallak et Muriel Poisson Éditions UNESCO Écoles

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises ECD Watch Les Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales Un outil pour la conduite responsable des entreprises À propos des Principes directeurs de l OCDE à l intention

Plus en détail

Notes de L hon. Roy Cullen, P.C., député Chambre des communes, Ottawa, Canada

Notes de L hon. Roy Cullen, P.C., député Chambre des communes, Ottawa, Canada Notes de L hon. Roy Cullen, P.C., député Chambre des communes, Ottawa, Canada L Organisation mondiale de parlementaires contre la corruption (GOPAC) mène la lutte contre la corruption et le blanchiment

Plus en détail

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par Boko 1 UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Par Dr. Sylvain H. Boko Professeur Agrégé des Sciences économiques Wake Forest University Winston-Salem,

Plus en détail

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020)

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) 20 avril 2012 Washington, DC MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) I. OBJECTIFS, FONCTIONS ET MISSIONS OBJECTIFS DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott Présentation de la lutte contre la corruption Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Objet s attache à mener ses activités de façon éthique et en conformité avec la Loi et la

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES QUESTIONS POUR UN DIALOGUE ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES SUR L INVESTISSEMENT RESPONSABLE DANS DES ZONES DE GOUVERNANCE DÉFICIENTE Examen

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Note de synthèse de l OCDE sur la gestion publique Impliquer les citoyens : L information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision Retirer les bénéfices Investir

Plus en détail

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Page1 Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Étude préliminaire de la stratégie 1 Ref : 2012-44 Le 16 Mars 2012, la Banque Mondiale a soumis à concertation sa stratégie

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Tendances dans la coopération financière internationale pour les pays les moins avancés Résumé Draft 29 avril 2011 Traduction

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Éthique et corruption dans l éducation

Éthique et corruption dans l éducation Éthique et corruption dans l éducation Un programme de renforcement des capacitéscités OBJECTIF 1 Produire de nouvelles connaissances OBJECTIF 2 Renforcer les capacités nationales OBJECTIF 3 Promouvoir

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

Activités quasi-budgétaires

Activités quasi-budgétaires Manuel sur la transparence des finances publiques Au-delà du budget principal 3. Activités quasi-budgétaires www.openbudgetindex.org Introduction Depuis plus de dix ans, dans le monde entier, les organisations

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial Approuvé le 16 juillet 2012 La présente traduction du Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial (le «code») en français est fournie à titre informatif uniquement. Le document

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

I. CONTEXTE DE LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE à L UNIFEM

I. CONTEXTE DE LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE à L UNIFEM I. CONTEXTE DE LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE à L UNIFEM Le rôle de la Budgétisation Sensible au Genre (BSG) dans le respect des engagements à réaliser l égalité entre les sexes et les droits des femmes

Plus en détail

Message du Président de la Banque mondiale

Message du Président de la Banque mondiale Message du Président de la Banque mondiale Le Groupe de la Banque mondiale a pour difficile mission d éliminer la pauvreté et de promouvoir la croissance et les opportunités. C est une mission qui exige

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

d administration Principes publique

d administration Principes publique Créer le changement ensemble Principes d administration publique SIGMA est une initiative conjointe de l OCDE et de l Union européenne, principalement financée par l Union européenne. Ce document est produit

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

ASIE/PACIFIQUE AUSTRALIE 112. Affiliés de l IE. Ratifications

ASIE/PACIFIQUE AUSTRALIE 112. Affiliés de l IE. Ratifications INTERNATIONALE DE L EDUCATION ASIE/PACIFIQUE AUSTRALIE 112 Affiliés de l IE AEU Australian Education Union 190 000 membres NTEU National Tertiary Education Union 25000 membres IEU Independent Education

Plus en détail

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION TABLE DES MATIÈRES APPLICATION DE LA POLITIQUE 1 ENGAGEMENT CONTRE LES POTS-DE-VIN ET LA CORRUPTION 1 INTERDICTION

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Le modèle BACKUP de la CD Allemande

Le modèle BACKUP de la CD Allemande Publié par Le modèle BACKUP de la CD Allemande Contributions apportées par la coopération allemande au développement à l amélioration de l efficacité des financements mondiaux dans les secteurs de la santé,

Plus en détail

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE NOMADÉIS Pionnier du conseil durable 2 1 R U E G E O R G E S A N D 7 5 0 1 6 P A R I S, F R A N C E + 3 3 ( 0 ) 1 4 5 2 4

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

Par le Secrétariat de l IITA. www.aidtransparency.net

Par le Secrétariat de l IITA. www.aidtransparency.net Note préparatoire sur l Initiative internationale pour la transparence de l aide en vue de la Table ronde I de l Évènement de haut niveau sur la coopération Sud-Sud Colombie, 24 26 mars 2010 Par le Secrétariat

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec Mme. Elodie Beth, tèl : +33.1.45.24.96.29 ; courriel : elodie.beth@oecd.org.

Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec Mme. Elodie Beth, tèl : +33.1.45.24.96.29 ; courriel : elodie.beth@oecd.org. LISTE DE VÉRIFICATION POUR RENFORCER L INTÉGRITÉ DANS LES MARCHÉS PUBLICS Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec Mme. Elodie Beth, tèl : +33.1.45.24.96.29 ; courriel : elodie.beth@oecd.org.

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)] Nations Unies A/RES/60/188 Assemblée générale Distr. générale 17 février 2006 Soixantième session Point 51 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Deuxième

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport ---------------------------------- ---------------------------------- ------------------------------ Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport Dr Maam Suwadu

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA Tendances en matière de systèmes de retraite public, l Organisation internationale du Travail et Quatrain Africa CHARLES CREVIER DÉPARTEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIAL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL CREVIER@ILO.ORG

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

GESTION INSTITUTIONNELLE DES PROGRAMMES NATIONAUX DETIC DANS LE MILIEU EDUCATIF

GESTION INSTITUTIONNELLE DES PROGRAMMES NATIONAUX DETIC DANS LE MILIEU EDUCATIF GESTION INSTITUTIONNELLE DES PROGRAMMES NATIONAUX DETIC DANS LE MILIEU EDUCATIF Leçon pour les Pays en Développement par Alex Twinomugisha, GeSCI Traduit en français grâce à Annick Masson annick.m@live.fr,

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Destination 20/20. Tableau de bord 2014

Destination 20/20. Tableau de bord 2014 Destination 20/20 Tableau de bord 2014 1 OBJECTIF 1 : Une expérience étudiante riche et inspirante 1.1 Appréciation de la qualité de l apprentissage au premier cycle 90% 75% % d étudiants de 1er cycle

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail