LE CONTROLE DES RESSOURCES FINANCIERES ALLOUEES AU SECTEUR DE LA SANTE PUBLIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CONTROLE DES RESSOURCES FINANCIERES ALLOUEES AU SECTEUR DE LA SANTE PUBLIQUE"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU NIGER COUR SUPREME CHAMBRE DES COMPTES ET DE DISCIPLINE BUDGETAIRE LE CONTROLE DES RESSOURCES FINANCIERES ALLOUEES AU SECTEUR DE LA SANTE PUBLIQUE Avant d aborder le vif du sujet, il importe de faire un bref rappel historique de la politique sanitaire du Niger depuis les indépendances à nos jours. En effet, selon le rapport de consultation sur l optimisation des crédits budgétaires relatifs aux évacuations sanitaires datant de 1999 et les informations récentes recueillies auprès du ministère de la santé publique et de la lutte contre les endémies, cette politique sanitaire s est caractérisée ainsi qu il suit : 1960 : - prédominance de la médecine curative sur la médecine préventive par : - la gratuité des soins ; - la faible participation des communautés aux financements de la santé ; - la couverture sanitaire essentiellement urbaine aux dépens de la campagne : - instauration d une médecine globale intégrée coordonnant les activités curatives et préventives : - le Niger a souscrit à la politique des soins de santé primaires (SSP) lors de la déclaration d Alma- Ata : - Politique d auto- encadrement sanitaire avec formation des agents de santé villageois dans le cadre du projet amélioration de la santé rurale ; 1987 : - initiative de Bamako dont le but est de redynamiser le système de santé en associant davantage les populations bénéficiaires à sa gestion et à son fonctionnement.

2 La succession de ces différentes stratégies de la politique sanitaire dénote le dynamisme des services de santé qui tentent de mettre à la disposition des populations un niveau acceptable de prestations de soins malgré la modicité des moyens. De tous les programmes ci-dessus cités, aucun n est réellement arrivé à son terme faute de moyens ou de suivi. L organisation du système de santé est calquée sur le découpage administratif et organisée autour des formations sanitaires publiques et privées qui constituent une pyramide sanitaire à trois (3) niveaux, à savoir : 1 er niveau : la circonscription médicale (CM) d arrondissement est elle même composée de trois (3) échelons : - la case de santé du village (CS) ; - le dispensaire rural cantonal (DR), le dispensaire de quartier (DQ) et le poste médical (PM) ; - le centre médical (CM) disposant d une maternité, d une unité d hospitalisation, d un centre de protection maternelle et infantile et d un laboratoire d analyses médicales ; Ces trois (3) échelons constituent le district sanitaire ; 2 ème niveau : il est constitué des centres hospitaliers départementaux (CHD) et des maternités de Tahoua et Zinder. 3 ème niveau : il s agit des trois (3) hôpitaux nationaux de Niamey, Lamordé et Zinder, auxquels s ajoutent la maternité centrale, la maternité poudrière, le centre national de santé familiale, le centre national antituberculeux et le centre anti- lèpre, tous à Niamey. En matière de couverture sanitaire et au regard des données de 1992, le Niger dispose d un plateau technique appréciable qu il serait long de décrire ici. L on notera également que dans le cadre d une révision du système de santé actuelle et, pour correspondre à la nouvelle politique nationale de santé qui vise «l amélioration de l état sanitaire et nutritionnel des individus, des familles et des communautés, par l application des soins de santé primaire», le paysage sanitaire nigérien présente des structures encore plus appropriées, dont l énumération n est pas à faire également. Bref, cette nouvelle organisation devrait mettre à la disposition des couches sociales des campagnes, des prestations qui nécessitaient, il n y a pas si longtemps, de longs et coûteux déplacements. En un mot, le plan de développement sanitaire prévoit «l hôpital pour tous» à l horizon à 1998 : les hôpitaux ci-dessus cités sont devenus des Etablissements publics à caractère administratif recevant une subvention annuelle incluant la rémunération du personnel.

3 Est venue se greffer par la suite, toute une multitude de programmes de santé, notamment, - le Programme Elargi de Vaccination (PEV), concernant toutes les vaccinations ; - le Programme de lutte contre le paludisme ; - le Programme national de lutte contre la tuberculose ; - les chirurgies foraines et les constructions des cases de santé, entreprises dans le cadre du Programme spécial du Président de la République - une coordination intersectorielle de lutte contre le sida (ULSS) ; - une unité de lutte sectorielle contre le sida ; - le Plan de développement sanitaire (PDS) adopté en février 2005 pour une durée de cinq (5) ans, allant de 2006 à 2010 ; ce plan qui vise globalement, la réduction de la mortalité maternelle et infanto-juvénille, a fixé huit (8) objectifs, à savoir : (1) l amélioration de la disponibilité, de la qualité et de l accessibilité financières à des services de santé et le renforcement de la lutte contre les maladies, (2) l amélioration de la santé de la reproduction, (3) le renforcement de décentralisation, (4) la participation communautaire, (5) le renforcement des capacités de gestion et les compétences institutionnelles, (6) la gestion stratégique des ressources humaines, (7) la gestion des ressources matérielles et (8) la disponibilité des médicaments et consommables. En ce qui concerne la vérification proprement dite des comptes de l Etat, la chambre des comptes et de discipline budgétaire, bien que déjà créée et fonctionnelle à partir de 1993, a, pour son premier baptême de feu dans cet exercice, examiné seulement en 2002, le compte de gestion de 1997 du Trésorier Général du Niger, transmis à la Cour suprême aux fins de contrôle, par le Ministre des Finances en juillet Depuis, elle a examiné successivement les comptes de gestion de 1998 à 2002 et a rendu des arrêts provisoires à l issue desquels les observations formulées ont été communiquées au fur et à mesure au Trésorier Général du Niger, l unique comptable principal de l Etat. Aussi, dans le cadre de cette communication, nous nous bornerons à donner un aperçu sur ce qui constitue en général les ressources du secteur de la santé, la situation des dépenses, toutes catégories confondues, effectuées durant la période couverte par la vérification sur pièces des différents comptes de gestion que la chambre des comptes et de discipline budgétaire a eu à faire et, les constatations qui en ont découlé. I.- LES RESSOURCES FIANCIERES DU SECTEUR DE LA SANTE./ En fait de ressources financières en tant que recettes budgétaires proprement dites allouées au secteur de la santé, il s agit plutôt des crédits budgétaires qui constituent la principale source de financement de toutes les dépenses publiques.

4 En plus donc du budget de l Etat, le secteur de la santé bénéfice également des ressources financières additionnelles affectées à des programmes de santé déterminés et provenant des partenaires au développement ; ces ressources extérieures sont allouées sous formes d aides non remboursables et d emprunts. II.- LES DEPENSES DE SANTE. / 1) Le cadre budgétaire./ Autant que le principe de l unité budgétaire est respecté, c est donc à travers le budget de l Etat que l on doit retrouver l ensemble des crédits votés alloués au secteur de la santé, à l instar de tous les autres secteurs d ailleurs. Ce principe de l unité budgétaire a été consacré au prime abord, par la loi organique n du 19 juillet 1961 relative aux lois de finances qui a eu cours jusqu en fin 2002 ; il a été ensuite réaffirmé par la loi n 2003 du 1 er avril 2003 qui a abrogé la première loi et est entrée en vigueur à partir du 1 er janvier Et, l une des règles fondamentales prônées par ces deux textes de loi est justement la non affectation des recettes aux dépenses, autrement dit, l ensemble des recettes assurant de ce fait, l ensemble des dépenses prévues.. Au regard de la première loi de 1961, le budget de l Etat ne comporte qu une partie des dépenses publiques. Les dépenses d investissement figurent dans le budget du même nom. Quant à la nouvelle loi en vigueur depuis janvier 2003, elle a intégré désormais cette composante pour en faire un seul budget et seuls les comptes spéciaux du trésor sont traités séparément. Cependant, la structure budgétaire telle qu elle est conçue et gérée, ne facilite pas la lisibilité et l analyse de l impact des dépenses publiques ; ce qui du reste, pour ce faire, contraint depuis un certain temps, à recourir à un exercice distinct de revue des dépenses publiques en général et, en particulier les dépenses sectorielles, comme celles de l éducation et de la santé, notamment A titre illustratif, pour l éducation comme pour la santé, en l absence de la prise en compte de critère sectoriel, il est difficile d isoler les dépenses relevant de la formation ou de la santé qui sont gérées par des ministères autres que les ministères directement concernés. De même, pour la santé, l attachement des postes budgétaires aux individus et non aux postes de travail fait que certains agents employés dans des établissements publics de santé érigés en établissements dotés de l autonomie juridique et financière, continuent à émarger sur les crédits du ministère de la santé. Enfin, il y a aussi la grande proportion que représentent les prestations en nature (dons, transferts de médicaments, vaccins, fournitures scolaires, aides alimentaires, infrastructures offertes en nature par de ONG et des personnes privées, etc. ) qui échappe à tout contrôle adéquat.

5 2) Situation de l exécution des dépenses./ Le tableau ci-dessous donne, au niveau de l Etat et par rapport aux crédits budgétaires votés, la situation de l exécution des dépenses du secteur de la santé de 1997 à 2002, période pour laquelle, les comptes de l Etat ont été examinés par la Chambre des comptes et de discipline budgétaire de la Cour suprême. En ce qui concerne les financements extérieurs, tels que les Aides Non Remboursables (A.N.R.) et les Emprunts, seuls les montants effectivement décaissés ont été considérés, compte tenu de la complexité et des impondérables qui caractérisent leur gestion et leur suivi, les partenaires à gestion directe, notamment, ne produisant pas aux services du ministre chargé des Finances l état d exécution des programmes. Par ailleurs, ne sont pas prises en compte dans les dépenses couvertes par l Etat, toutes celles qui ont trait aux évacuations sanitaires effectuées vers les formations de référence situées à l extérieur du Niger ; en effet, pour toutes les charges occasionnées par les évacuations sanitaires ( frais médicaux, frais de séjour et frais de transport), la gestion des crédits budgétaires correspondants, logés dans une rubrique de charges communes, supportant toutes autres dépenses de tous les ministères non prévues ailleurs, était assurée par le ministère des finances pendant la période sous-revue. N entrent pas également en ligne de compte, les dépenses en matière de santé effectuées par le Ministère de la Défense Nationale et la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ( CNSS). Situation de l exécution des dépenses relatives au secteur de la santé de 1997 à 2002, toutes catégories confondues./ ( en milliers de francs CFA ) Gestions B G B I Total Budget (ANR) Emp votés cons votés cons Etat par votés gestion cons cons TOTAUX Créd

6 Source : Ministère de l Economie et des Finances * Direction de la comptabilité publique ; * Direction du financement des investissements Il faut noter que les f du budget général de fonctionnement comprennent les dépenses suivantes, qui se chiffrent pour la période concernée, comme suit : - masse salariale = f ; - matériel = f ; - transport = f ; - logement = 482 f ; - interventions publiques = f, dont f au titre de l allègement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE De l analyse de ce tableau, il ressort donc que d une gestion à l autre, il y a eu véritablement une évolution progressive des crédits budgétaires d une part et, de manière générale, une évolution en dents de scie au niveau des consommations, d autre part. L un dans l autre, il est aisé de constater que la part des fonds injectés par l Etat pendant la période sous-revue, sans tenir compte des dépenses afférentes aux évacuations sanitaires et de celles effectuées par le Ministère de la Défense Nationale et la Caisse de Sécurité Sociale (C.N.S.S.), est on ne peut plus appréciable, d autant qu elle représente 64 % des dépenses qui s élèvent globalement, tous financements confondus, à f CFA. Enfin, pour compléter le décor, il convient de noter que le rapport de consultation sur l optimisation des crédits budgétaires relatifs aux évacuations sanitaires cité plus haut, a indiqué que pour la période de 1993 à 1998, le nombre des évacuations sanitaires hors du territoire national a été de 359 malades pour un coût total, tous frais compris, de F CFA ; du nombre des évacués et du montant dépensé, 121 malades ont concerné les années 1997 et 1998 pour un coût global de f CFA, répartis respectivement en 88 évacués pour un montant de f CFA et 33 évacués pour la somme de f CFA. III.- LE CONTROLE DES ALLOCATIONS BUDGETAIRES DU SECTEUR DE LA SANTE La Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire n a pas eu à examiner expressément l utilisation des fonds alloués au ministère de la santé ; elle n a pas non plus contrôlé la gestion des ressources et des dépenses des établissements publics à caractère administratif relevant de la santé. Par contre, l exécution des dépenses par le ministère de la santé sur les différentes rubriques budgétaires qui le concernent, a été vérifiée à travers l examen des pièces justificatives

7 insérées dans les comptes de gestion présentés par le Trésorier Général du Niger pour les années 1997 à 2002, période couverte par le contrôle de la chambre, comme annoncé plus haut. A l issue donc des contrôles effectués, des observations générales et particulières ont été formulées. 1) Observation générale./ Celles-ci ont porté sur toutes les dépenses exécutées par l ensemble des administrateurs de crédits budgétaires. Les irrégularités relevées tournent autour des manquements qui contrastent pour l essentiel, avec une application judicieuse de l arrêté n 409/MFP/DGB du 12 décembre 1994 portant nomenclature des pièces justificatives des dépenses de l Etat, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics à caractère administratif, avec les principes budgétaires, la réglementation sur l exécution des dépenses publiques et le code des marchés publics. Il s agit notamment de : * l absence des bons de commande, des bons de livraison, des procès verbaux de réception, ou parfois le défaut de leur authentification par l apposition de signature d une et/ ou des personnes habilitées ; * l absence des certificats administratifs de non paiement antérieur pour les règlements des arriérés de factures ; * l absence de l autorisation du Premier Ministre pour les marchés de gré à gré ; * l absence de numéros des prises en charge des fournitures et/ou l indication des numéros fantaisistes qui ne relèvent pas véritablement d une tenue effective et cohérente d une comptabilité matière digne de ce nom ; * plus graves sont notamment, les fractionnements des commandes qui constituent des manœuvres frauduleuses destinées, tout comme l attribution des commandes à plusieurs fournisseurs possédant les mêmes coordonnées commerciale et fiscale ( registre de commerce, identification fiscale et TVA), voire, la même adresse ( boite postale et téléphone, etc.,) à éviter la procédure d appel à la concurrence. Ou encore, dans bien des cas, l outrecuidance qui va même jusqu à la domiciliation des paiements au profit de nombreux fournisseurs dans des comptes bancaires ou compte courant postal communs. * la monopolisation par un groupe d individus auxquels certaines administrations s évertuent à attribuer vaille que vaille, des commandes pour tous leurs besoins de fournitures ou des prestations de quelle que nature que ce soit.

8 2) Observations particulières./ En ce qui concerne les dépenses effectuées par le ministère de la santé publique au cours de la période sous-revue, l essentiel des constatations faites sont les suivantes : * fractionnement des commandes et établissement après coup, des marchés de régularisation assortis souvent de conditions léonines au détriment de l Etat ( exonération de toutes taxes normalement dues ou la mise à la charge de l Etat des droits et taxes auxquels les marchés sont assujettis) ; * ou encore, le non établissement pure et simple de marchés de régularisation dans la plupart des cas ; * l absence des états nominatifs des rationnaires bénéficiaires des livraisons des aliments ; * des paiements au profit de différents bénéficiaires effectués dans des comptes communs ; * des cas de double paiement ont été également décelés. Conclusion./ La chambre des comptes et de Discipline Budgétaire n a pas encore rendu d arrêts définitifs pour tous les comptes de gestion examinés, faute d une balance d entrée au 31 décembre Ce qui signifie que tous les comptes vérifiés sont incomplets. Par conséquent, l on ne peut pas affirmer que les observations et les recommandations que la Chambre des Comptes et de Discipline Budgétaire a eu à faire ont véritablement eu un écho quelconque. En tout état de cause, face aux innombrables irrégularités qui ont émaillé l exécution des dépenses publiques, un nouveau code des marchés publics a vu le jour et une agence de régulation des marchés publics a été créée et dont les membres qui la composent sont même astreints à un serment confessionnel. Un arrêté du Premier Ministre en date du 4 octobre 2007, fixant les seuils de passation et les délais de publicité et de réception des offres des marchés publics, pris en application des dispositions du code des marchés publics, a prévu entre autres, notamment, des interdictions des marchés de régularisation établis à posteriori et qui sont la conséquence des saucissonnages des commandes, des interdictions des pratiques anticoncurrentielles qui ont pour objet ou pour effet, de restreindre le champ de la concurrence ou de fausser son libre jeu. Corrélativement, des sanctions ont été prévues à l encontre des agents de l Etat et à l encontre des fournisseurs qui auront été reconnus coupables des forfaitures ci-avant indiquées. En ce qui concerne les secteurs de la santé et de l éducation plus précisément, des revues des dépenses publiques les concernant sont effectuées périodiquement, par deux (2) groupes

9 sectoriels distincts, afin de pallier les insuffisances des informations émanant des conditions de gestion budgétaire anachroniques. Enfin, un manuel d exécution du Plan de Développement Sanitaire ( PDS) a été élaboré en juin 2006 pour la version finale, de concert avec les partenaires au développement ; c est dire qu une gestion cohérente et un suivi budgétaire sérieux seront de mise désormais.

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Thème INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Par M. Philippe THEUMOUBE Magistrat Conseiller Maître CC/CS INTRODUCTION Définition

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, REPUBLIQUE DU NIGER DECRET N 2001-220/PRN/MC/PSP PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DU COMMERCE ET DE du 23 novembre 2001 LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE Portant création, attributions et organisation

Plus en détail

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le budget 2013 s inscrit dans un contexte de fortes contraintes budgétaires destiné à réduire la dette de l Etat. Ce budget responsable s inscrit résolument dans le

Plus en détail

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration Politique : GESTION FINANCIÈRE Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration 14 novembre 2011 Révisée 2009-12-14 1 de 8 TABLE DES

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

TRANSPARENCE FINANCIERE DES CE* : LES DECRETS SONT PARUS

TRANSPARENCE FINANCIERE DES CE* : LES DECRETS SONT PARUS Consultez notre site TRANSPARENCE FINANCIERE DES CE* : L ANC ne devrait pas tarder La loi du 5 Mars 2014 prévoyait que tous les CE, quelles que soient leurs ressources, établissent des comptes annuels.

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

Djibouti. Loi de finances rectificative pour 2012

Djibouti. Loi de finances rectificative pour 2012 Loi de finances rectificative pour 2012 Loi n 189/AN/12/6ème L du 1 er décembre 2012 [NB - Loi n 189/AN/12/6ème L du 1 er décembre 2012 portant loi de finances rectificative de l État pour l exercice 2012]

Plus en détail

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE)

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) Décret n 97-393 du 9 juillet 1997 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénomme Agence Nationale

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs > AIDES FRANCEAGRIMER février 2014 Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs échéance au 31 décembre

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan de Rénovation équipement d accueil de jeunes enfants Décembre 2013 1/8 2/8 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI Comptabilité publique Par Mme Rokia BELALAMI Introduction: Selon l article 1du décret royal N 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement général de la comptabilité publique, celle-ci

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- N 0019/MEF/DGI-DLCD

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 2010/034 PRESENTS : 21 VOTANTS : 24 AMMAR CEAUX BEGASSAT Mesdames OTTIN DELPIAS OBJET : Reprise anticipée du résultat 2009 Monsieur PERRIMOND L instruction comptable M14 prévoit que les résultats de l

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN RAPPEL DES FONDAMENTAUX ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE Email : caecp_sarl@orange.fr FONDAMENTAUX La loi du 1 er juillet 1901 n impose

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

gestion et d organisation comptable applicables aux établissements publics à caractère administratif, Vu le décret n 61-469 du 14 août 1961 relatif à

gestion et d organisation comptable applicables aux établissements publics à caractère administratif, Vu le décret n 61-469 du 14 août 1961 relatif à DECRET N 99-335 DU définissant le statut-type des établissements publics nationaux (J.O. du 30 08.99, p.1940) Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la loi n 63-015 du 15 juillet

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

ASSEMBLEE DE DISTRICT 10 mai 2014 L ATELIER des TRESORIERS

ASSEMBLEE DE DISTRICT 10 mai 2014 L ATELIER des TRESORIERS ASSEMBLEE DE DISTRICT 10 mai 2014 L ATELIER des TRESORIERS Le Trésorier du Club 1 Les points essentiels 2 Réponses aux questions Le Trésorier du Club Le Trésorier est un rouage essentiel du Club Le Trésorier

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin Formation Commune sur un Partenariat pour la Réduction de la Pauvreté MODULE 2: DSRP, BUDGETS ET INSTRUMENTS DE FINANCEMENT Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 «l'ensemble

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts MINISTERE DE.. ------------- (DIRECTION OU SERVICE) DE. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --------- Union Discipline Travail Maître d œuvre :. MARCHE N SUR PRIX (UNITAIRES/ GLOBAL ET FORFAITAIRE) N DU MARCHE

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

INSTRUCTION. N 08-021-M9 du 23 juillet 2008 NOR : BUD R 08 00021 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 08-021-M9 du 23 juillet 2008 NOR : BUD R 08 00021 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 08-021-M9 du 23 juillet 2008 NOR : BUD R 08 00021 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE Paiement avant service fait

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN PROGRAMME GERMANO CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE ET MUTUELLES DE SANTE (MAMS) B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN / TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 / 221 91 18 / FAX ( 00237 ) 2221 91 18

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Conforme à l original

Conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée ------------- Conforme à l original DECISION N 022/2015/ANRMP/CRS DU 06 AOUT 2015 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE GROUPEMENT INFORMATIQUE

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Demande d exonération de la contribution versement transport

Demande d exonération de la contribution versement transport Demande d exonération de la contribution versement transport Vade-Mecum Au regard de ce nouveau régime du Versement transport - VT et de l instauration du Versement transport Interstitiel - VTI de nombreuses

Plus en détail

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 TITRE DE L ASSOCIATION Adresse du siège social. Numéro SIRET Code APE ou NAF : Téléphone E-mail

Plus en détail

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec Document d information Direction générale des finances municipales Février 2009 Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L.

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES, Vu le code général des collectivités territoriales, et notamment son article L. Avis n 2015-0117 Séance du 02 avril 2015 Commune d AUSSEING Département de la Haute-Garonne Trésorerie de SALIES-DU-SALAT Article L. 232-1 du code des juridictions financières Article L. 1612-15 du code

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT

CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT (Le présent document comporte six pages numérotées de 1 à 6) Entre le LYCEE VICTOR CONSIDERANT

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :...

... NOM du représentant légal :... Prénom du représentant :... Adresse :... Code postal :... Commune :... :... Téléphone portable professionnel :... 13595*01 mise à jour : le 01/04/2013 DEMANDE DE SUBVENTION ELABORATION OU ANIMATION LIÉES AU DOCOB D UN SITE NATURA 2000 (DISPOSITIF N 323 A DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cette demande

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile.

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile. JOURNAL OFFICIEL N 21 DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE Du 7 avril 2004 Décret exécutif n 04-103 Du 15 Safar 1425 Correspondant au 5 avril 2004 Portant création et fixant les statuts du Fonds de Garantie Automobile.

Plus en détail

Chapitre I : Création et attributions

Chapitre I : Création et attributions LIVRE VIII AUTORITÉ NATIONALE DE L AVIATION CIVILE TITRE I CREATION, ATTRIBUTIONS ET ORGANISATION Chapitre I : Création et attributions Article 350 Il est créé une Administration autonome de l aviation

Plus en détail

MARCHE PUBLIC. Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général. Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental

MARCHE PUBLIC. Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général. Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental MARCHE PUBLIC Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental Marché n 08 MPA.. ENTRE : Le Département de la Somme,

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

LES PROCEDURES DE PASSATION DE MARCHES A LA SONEB

LES PROCEDURES DE PASSATION DE MARCHES A LA SONEB LES PROCEDURES DE PASSATION DE MARCHES A LA SONEB Dans le cadre de l exécution de son budget, la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) est appelée à passer des s publics. La gestion de ces s est

Plus en détail

NOMENCLATURE D EXÉCUTION LOI DE FINANCES POUR FONCTION PUBLIQUE. Version du 23/05/2012 à 02:01:44

NOMENCLATURE D EXÉCUTION LOI DE FINANCES POUR FONCTION PUBLIQUE. Version du 23/05/2012 à 02:01:44 R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E NOMENCLATURE D EXÉCUTION LOI DE FINANCES POUR 2012 FONCTION PUBLIQUE Version du 23/05/2012 à 02:01:44 NOTE INTRODUCTIVE Dans le cadre de la loi organique n 2001-692

Plus en détail

21 ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D HISTOIRE

21 ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D HISTOIRE POLE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Direction Projets Economiques Centre politiques partenariales et données économiques CONVENTION 2010 21 ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D HISTOIRE Entre : - L Association

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES SANITAIRES SANITAIRES DE:

EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES SANITAIRES SANITAIRES DE: REPUBLIQUE DU BENIN SECRETARIAT GENERAL DU MINISTERE EFFICACIT MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DES RESSOURCES FINANCIERES ET DU MATERIEL EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

MARCHE PUBLICS DE FOURNITURES ET DE SERVICES FOURNITURE DE LIENS ET D ACCES A INTERNET CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P)

MARCHE PUBLICS DE FOURNITURES ET DE SERVICES FOURNITURE DE LIENS ET D ACCES A INTERNET CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P) MARCHE PUBLICS DE FOURNITURES ET DE SERVICES FOURNITURE DE LIENS ET D ACCES A INTERNET CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P) Procédure adaptée en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements du 31 mai 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 10, al. 3 bis, de la loi du 9 octobre 1992 sur la statistique fédérale 1, arrête: Section

Plus en détail