AVRIL 2011 PAULINE GARNIER-CRUSSARD FREEDOM FROM HUNGER [0]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVRIL 2011 PAULINE GARNIER-CRUSSARD FREEDOM FROM HUNGER [0]"

Transcription

1 RAPPORT DE L ÉTUDE DE MARCHE MICROFINANCE INTEGREE POUR LES JEUNES AU SENEGAL AVRIL 2011 PAULINE GARNIER-CRUSSARD FREEDOM FROM HUNGER [0]

2 TABLE OF CONTENTS Introduction... 2 Contexte de l Etude de marché... 2 L organisation partenaire... 2 Objectif de l Etude de marché... 3 Conception et méthodologie de l étude de marché... 4 Localisation des enquêtes... 4 Profil des participants... 6 Méthodologie : discussions thématiques de groupes (DTGs)... 7 Contextualisation des sites et des populations rencontrées... 8 Le concept «Jeunes»... 8 Travail des enfants au Sénégal... 9 Résultats de l Etude de marché Résultats des discussions thématiques avec les jeunes Sources de revenu Usage de l argent Service financier : l emprunt Service financier : l épargne Opinion sur l EPC Regroupement actuel des jeunes Soutien de la part de la communauté et défis envisagés Opportunités de rassemblement des jeunes en groupes d épargne Nomination des groupes d épargne Montants suggérés de cotisations pour les groupes d épargnes de jeunes Résultats des discussions thématiques avec les parents/leaders communautaires Service financier : l emprunt Service financier : l épargne Opinion sur l EPC Regroupement actuel des jeunes Mise en place d un programme tel qu Epargner pour le Changement Recommendations pour la conception du projet de Microfinance Intégrée pour les jeunes Situation scolaire Genre Classe d âge Services additionnels Conclusion [1]

3 Introduction Contexte de l Etude de Marché L initiative de Microfinance Intégrée pour les Jeunes vise à développer, tester et documenter des innovations dans l intégration de services financiers avec éducation pour des jeunes sénégalais âgés de 13 à 24 ans. L objectif du projet est d améliorer la capacité des jeunes, vivant dans la pauvreté à accéder aux services financiers et de s en servir comme moyen d améliorer leurs opportunités économiques futures. En collaboration avec Tostan au Sénégal -ONG présentée plus en détails par la suite- Freedom from Hunger vise à proposer des services financiers intégrés à ces jeunes. Les jeunes ne constituent pas un groupe uniforme de personnes aux besoins desquels une approche standard serait adaptée. Les différences culturelles, la période de vie, la disponibilité et l accès aux ressources locales sont autant de facteurs qui déterminent les besoins financiers spécifiques de la jeunesse et les manières d y faire face. Afin d assurer une éducation financière pertinente selon le lieu et le profil des jeunes, et que son assimilation et son application soient réussies, Freedom From Hunger et son partenaire Tostan ont collaboré sur la conception et la mise en œuvre de l étude de marché au Sénégal. Cette étude porte une attention particulière sur les risques et vulnérabilités auxquels est confrontée la jeunesse dans des contextes spécifiques, assurant ainsi que ces services financiers intégrés soient fournis dans un environnement sécurisé. L organisation partenaire Tostan est une organisation non gouvernementale, qui signifie éclosion en wolof, une langue majoritairement parlée au Sénégal 1. Grâce à ses programmes mis en place depuis 1991, Tostan a directement touché plus de bénéficiaires et l a fait indirectement pour plus de deux millions d individus. En outre, Tostan a permis à des milliers de communautés d Afrique de l Ouest d accéder à un programme d éducation mis en place de façon holistique pour une durée de trente mois. Les communautés visées par Tostan sont situées au Burkina Faso, à Djibouti, en Gambie, en Guinée équatoriale et Guinée Bissau, au Mali, en Mauritanie, au Sénégal, en Somalie et au Soudan. Tostan vise une capabilisation 2 des communautés africaines fondée sur les droits humains et permise par un développement durable et une transformation sociale constructive et positive 3. Tostan mène cette mission grâce au Programme de Renforcement de Capacité Communautaire (PRCC). Le but du PRCC est de fournir aux communautés africaines des compétences et des connaissances afin d améliorer durablement leurs 1 Egalement parlée en Gambie et en Mauritanie. 2 Le terme «capabilisation» renvoie à l idée anglophone de «empowerment», c est-à-dire de responsabilisation, autonomisation et de maîtrise des connaissances. 3 Tostan a délibérément adopté l approche selon laquelle toute évolution socio-économique et culturelle passe par le respect des traditions et coutumes dont la réalité est appréhendée de manière positive au lieu d être stigmatisée et combattue abruptement. [2]

4 conditions de vie. Développé de façon méthodique depuis quinze ans à travers un processus de consultation systématique des communautés et de révisions minutieuses, le PRCC est devenu un des programmes de développement d Afrique le plus original et le plus efficient. Objectif de l Etude de marché Comme introduit précédemment, l objectif du projet Microfinance Intégrée pour les Jeunes est d améliorer la capacité des jeunes vivant dans la pauvreté, à accéder à des services financiers et à s en servir comme moyen de saisir les opportunités économiques futures qui leur sont ouvertes. Freedom from Hunger et Tostan ont collaboré pour mener cette étude de marché avec des jeunes sénégalais dans les régions de Thiès, Mbour et Kaolack dans le but d identifier les approches appropriées permettant de capabiliser 4 les jeunes en termes d accès, d usage de services financiers ainsi que leur appropriation des fondements d une éducation financière. Ainsi, l étude examine de manière qualitative les pressions financières qui se posent aux jeunes et les stratégies que ces derniers ont pour y faire face. Ce rapport envisage également le rôle des jeunes dans l'économie des ménages, les options envisageables pour qu ils se réunissent en groupes et leurs préférences pour des services financiers intégrés et de l éducation financière. Le questionnaire de recherche déterminé en concertation par Freedom From Hunger et Tostan, s articule autour des quatre objectifs suivants : 1. Identification des pressions financières auxquelles les jeunes font face ; 2. Identification et analyse leur stratégies financières actuelles ; 3. Identification de l autonomie des jeunes dans la prise de décisions et la gestion de l argent ; 4. Identification des mécanismes appropriés pour leur fournir des services financiers intégrés. Pour atteindre ces objectifs, les discussions thématiques de groupes (DTGs) soulevaient les questions ouvertes suivantes : Identification des sources d argent accessibles aux Jeunes : Quelles peuvent être les activités génératrices de revenu des jeunes? A quelle fréquence et période de l année les jeunes reçoivent-ils de l argent provenant de cette (ces) source(s)? Quel est le montant de cette (ces) source(s) d argent à chaque fois? Quel sont les défis auxquels les jeunes font face en obtenant cette source d argent? Identification de l usage de ces ressources financières : Comment est utilisé l argent? Avec quelles fréquences et périodes les jeunes dépensent-ils cet argent? Quelle est la dépense considérée par les jeunes 4 De même que le terme «capabilisation», le verbe «capabiliser» est le terme français le plus fidèle au terme anglais «empowerment». [3]

5 comme étant la plus importante et pour quelles raisons? Quelles peuvent être les dépenses inattendues que rencontrent les jeunes de la communauté? Comment ces jeunes parviennent-ils à y faire face? Cette série de questions a permis d examiner quels types de services financiers les jeunes et leurs parents considèrent comme étant accessibles et également ce qu ils savent des services financiers existants. Identification des services financiers (crédit et épargne) auxquels les jeunes ont accès : Comment est-ce que les jeunes empruntent et épargnent-ils? A quelle fréquence les jeunes ont-ils recours à ces services? Combien les jeunes empruntent-ils et épargnent-ils à la fois? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque type de service? Quelles sont les préférences des jeunes au regard du contexte socioculturels dans lequel ils vivent? A la suite de la présentation non exhaustive du Programme Epargner pour le Changement, les jeunes et les parents et/ou leaders communautaires avaient la possibilité de réagir et de poser des questions d approfondissement concernant ce programme. Suite à quoi se déroulait la dernière série de questions portant sur la possibilité de mettre en place des groupes d épargne adaptés aux besoins des jeunes. Identification des mécanismes appropriés pour fournir des services financiers intégrés. A quelle activité sociale les jeunes s'adonnent-ils? Comment les jeunes s'organisent et se regroupent-ils actuellement? Pour quelles raisons les jeunes se regroupent ils? Quelle segmentation serait la plus appropriée pour de tels groupes d épargne : des groupes mixtes ou segmentés selon le genre? Pour quelles raisons? En termes de soutien et d accompagnement, quelle pourrait être le rôle de la communauté (leaders communautaires et parents) pour la mise en place de ces groupes d épargne de jeunes? Quel sont les défis qui pourraient alors advenir lors de la mise en place d un programme tel qu Epargner pour le Changement? Ce questionnaire qualitatif fut mené grâce à l usage d outils ethnographiques de collecte des données et notamment l usage de discussions thématiques de groupes (DTGs) comme décrit dans la méthodologie. Conception et méthodologie de l étude de marché Localisation des enquêtes Les sites sélectionnés pour l Etude de marché ont été définies selon les zones où Tostan intervient d ores-etdéjà au Sénégal. Afin d assurer un échantillonnage varié des populations interrogées, les groupes se trouvaient dans des villages situés proches de la route goudronnée ou au contraire dans des zones très reculées. Bien que Tostan ait mis en place des groupes EPC pour adultes dans les zones de Thiès, Mbour et Kaolack, aucun des six villages visités lors de l étude n avaient e de promotion du programme avant cette [4]

6 étude 5. En revanche, le PRCC est en cours et dit se terminer en juillet 2011 (Mboss et Djokoul) ; où le PRCC est terminé depuis plus de dix ans (Touba Toule et Ndiarno) ou il y a quatre ans (Mboulème et Keur Balla Lô). Ainsi les trois équipes de recherche composées d agents de Tostan et de FFH se sont rendues dans les départements de Thies et Mbour situés dans la région de Thiès ainsi que dans le département de Kaolack, situé dans la région du même nom. Lors du recensement de 2005, la population de Thiès était estimée à personnes, celle de Mbour à personnes et Kaolack comptait personnes 6. Plus précisément les trois équipes ont rendu visite aux membres des communautés de six villages situées dans ces départements, à savoir : Touba Toule, Ndiarno (Thiès), Mboulème, Keur Balla Lô (Mbour), Mboss et Djokoul (Kaolack). L étude de marché s est déroulée du 31 mars au 3 avril L équipe qui s est rendue à Thiès était constituée de trois membres de Tostan : un facilitateur animant les DTGs en langue vernaculaire wolof, un preneur de notes dont le wolof est la langue maternelle mais dont les notes descriptives des DTGs étaient prises en français et enfin un leader de groupe chargé de s assurer du bon déroulement des DTGs, du matériel et du profil des participants souhaité selon la segmentation préétablie (détaillée ci-dessous). L équipe s étant rendue à Mbour était constituée de deux membres de Tostan (le facilitateur et le preneur de notes) ainsi que d un conseiller technique de Freedom from Hunger (FFH). Enfin, l équipe qui a mené l étude à Kaolack était constituée de cinq membres : le facilitateur, le preneur de notes et un traducteur travaillant pour Tostan ainsi que de la directrice du programme Microfinance et Jeunes et d une consultante employée pour cette étude, toutes deux employées par FFH. Ces dernières requéraient une traduction en français pour comprendre le contenu des DTGs systématiquement menées en Wolof. A la suite de ces quatre jours d enquêtes de terrain, les trois équipes ont mené une restitution commune et la synthétisation des données collectées sur le terrain. Cette restitution s est déroulée le 4 avril 2011 dans le Centre de Capabilisation pour le Développement Durable (CCDD) de Thiès. Tableau N0.1: Nombres de participants pour chaque groupe de discussion Département Thiès Mbour Kaolack Segment/Village Touba Toule Ndiarno Mboulème Keur Balla Lô Mboss Djokoul Jeunes filles Jeunes garçons Parents et Leaders Communautaires Si ce n est à travers certaines émissions radio diffusées hebdomadairement sur les ondes locales, les participants n avaient jamais pis connaissance de EPC. 6 Recensement Général de la Population et de l Habitat RGPH [5]

7 Profil des participants Les groupes de participants ont été sélectionnés selon deux critères : l âge et le sexe. Trois segmentations furent ainsi établies : des jeunes filles âgés de 13 à 24 ans, des jeunes garçons âgés de 13 à 24 ans et enfin les parents et/ou leaders communautaires 7. Groupe de jeunes garçons dans le village de Mboss (Kaolack) Lors de la présentation du programme EPC. Groupes de jeunes filles à Djokoul (Kaolak) Les participants de chacun des deux groupes de jeunes avaient à se présenter, spécifier leur statut matrimonial (marié ou non) ainsi que leur situation scolaire (fréquentation d une école, d un centre de formation ou aucun des deux). De plus, les jeunes devaient dessiner un membre typique de leur communauté, représentant potentiellement chacun d entre eux et qui servirait de cible pour poser les questions à tous le groupe («selon vous, comment cette jeune fille (ou ce jeune garçon) peut il gagner de l argent?») Ici une jeune fille originaire du village de Ndiarno (Thiès) en train de dessiner une jeune fille type du village, âgée entre 13 et 24 ans et auquel les membres du groupe de discussion donnèrent ensuite un nom. 7 En début de DTG et lors de leur présentation, les parents devaient confirmer l âge de leurs enfants, supposé se situer entre 13 et 24 ans compris. Par «leader communautaire», on comprend le Chef du village, ses conseillers et les personnes influentes de la communauté. Le mot «parents» recoupe cette terminologie puisque les leaders communautaires, même si souvent plus âgés, ont également des enfants de cette tranche d âge. [6]

8 Afin d assurer l aisance, l écoute et la participation de tous les membres des discussions, il était préférable de séparer les jeunes filles des jeunes garçons afin de s assurer que les filles s expriment librement en partageant leurs activités et leurs besoins en faisant fi du regard des garçons dont les priorités et besoins pouvaient différer. Cette segmentation en termes de genre a été respectée. En revanche, en ce qui concerne l âge, il était délicat pour les équipes de vérifier si les jeunes interrogés avaient effectivement l âge qu ils mentionnaient durant leur présentation 8. Concernant les groupes de parents et/ou leaders communautaires, le pré-requis était d avoir des enfants âgés de 13 à 24 ans. En raison de la présence dite «dominante» des pères et chefs villageois qui prenaient systématiquement la parole lors des entretiens, l équipe d enquêteurs de Kaolack a jugé adéquat de ne rencontrer que les mères lors d une discussion thématique de groupe sur deux afin de s assurer que les mères aient voix au chapitre. Groupe de parents et leaders communautaires dans le village de Djokoul (Kaolack) Méthodologie : discussions thématiques de groupes (DTGs) Durant l étude, trois outils ont été utilisés : deux questionnaires menées dans le cadre de discussions thématiques de groupe avec les jeunes (similaire pour les filles et les garçons) et un questionnaire mené lui aussi dans le cadre de discussions thématiques de groupes avec les parents. 1. Le premier outil utilisé pour les jeunes portait sur les sources des revenus des jeunes, la nature de l usage de ces revenus, les services financiers auxquels les jeunes ont accès, que ce soit en termes d emprunt ou d épargne de façon plus ou moins formelle. Ce questionnaire concernait douze groupes de jeunes files et garçons dans les trois départements. 2. Le deuxième outil utilisé pour les jeunes (douze autres groupes de jeunes filles et garçons des mêmes villages) avait trait aux principes du programme EPC que le facilitateur présentait avant de répondre aux possibles questions. Puis, les jeunes faisaient part de leurs désirs, leurs craintes et la manière dont ils 8 Un élève peut être déclaré plus âgé si cela lui permet de bénéficier d un programme quel qu il soit, ou au contraire déclaré comme étant plus jeune s il a été en échec scolaire afin d être inscrit en classe malgré son retard. Enfin, en milieu rural, si l enfant n a pas reçu de certificat de naissance, une mère peut donner un âge approximatif à son enfant. [7]

9 percevaient la mise en place de services financiers intégrés correspondant à leurs besoins. L équipe de recherche a trouvé plus judicieux de séparer l outil 3. Le troisième outil consacré uniquement aux parents9 reprenait presque la totalité des deux premiers à la différence que le facilitateur n évoquait les sources et usages de l argent des enfants, mais traitait des services financiers accessibles aux jeunes (emprunt et épargne). En effet, l équipe de recherche a jugé que les parents ne seraient sûrement pas en mesure de décrire précisément comment les jeunes gagnent de l argent et le dépensent. A cette différence près, les parents découvraient de la même manière les modalités du programme EPC (ou les revisitaient pour les parents vivant dans les villages où EPC est déjà mis en place), posaient des questions d éclaircissement et d approfondissement et évaluaient si un tel programme serait adéquat pour leurs enfants. C était pour eux l occasion d émettre des réserves s ils en avaient et d ajuster le type de rassemblement des jeunes en groupes d épargne qui fonctionnerait le mieux selon eux. Cet outil a été utilisé douze fois, à savoir quatre fois dans chacun des trois départements. Les DTGs sont une technique de collecte de données qualitatives menées auprès de groupes de six à dix participants discutant d un sujet très spécifique dans le cadre d une discussion menée par un facilitateur (modérateur). Une telle méthode bâtie sur des questions ouvertes et d approfondissement, permet à l équipe de recherche de recueillir une grande quantité de données dans une période de temps relativement courte, en général une à deux heures. Le facilitateur des DTGs utilisait un guide de discussion et un questionnaire préalablement étudié et dont il s était approprié le contenu afin de modérer de façon spontanée le débat entre participants. De plus, le facilitateur utilisait des supports visuels tels que des dessins (illustrant les sources de revenu, leurs usages et les services financiers auxquels accèdent les jeunes), des petits objets («patate chaude» lors de la présentation des participants) afin de susciter une participation et une réflexion approfondie dans le cadre d une discussion dynamique des groupes sur ces sujets spécifiques. Contextualisation des sites et des populations rencontrées Le concept «Jeunes» Le concept de jeunes est un concept vaste regroupant des caractéristiques variées. Le terme adolescent est peu utilisé en Wolof, le terme «enfants» l est davantage. Pourtant par exemple à partir du moment où une jeune fille devient mère, elle n est plus considérée comme une enfant mais une adulte même si elle n a que 15 ans. En revanche le fait d occuper un emploi ne fait pas d un enfant un adulte puisque le travail des enfants est très répandu au Sénégal. 9 Cet outil a été utilisé douze fois, à savoir quatre fois dans chacun des trois départements. [8]

10 Ainsi l échelle permettait de capturer des informations variées de la part de ces jeunes. Ceci étant, cette tranche d âge n est en rien immuable et a été choisi dans le cadre de cette étude de marché spécifique 10 mais ne signifie pas que des modifications (recul ou avancée de l âge des possibles bénéficiaires) ne pourraient pas advenir. On reviendra sur la segmentation des jeunes selon l âge dans la perspective de mise en place d un programme d épargne communautaire tel qu Epargner pour le Changement [Voir Section Recommendations]. Groupe de jeunes garçons/hommes dans le village de Djokoul (Kaolack) Travail des enfants au Sénégal Au Sénégal, même si le travail des enfants ressort d une longue tradition socio-éducative, car elle était conçue comme une initiation à une façon de vivre et de travailler, il faut dire que ce phénomène s est développé avec la montée de la pauvreté et dans un contexte d éclatement des unités de production traditionnelles. Dans les zones rurales, les enfants commencent très tôt à participer aux tâches ménagères et d exploitation agricole de la famille, et de vente de produits au marché local. Au Sénégal, des milliers d enfants, mendiants de l'école coranique, briquetiers, petits mécaniciens, petits cireurs et laveurs de voitures, petites bonnes, casseurs de pierres, éboueurs, occupent une activité aujourd'hui classée dans la catégorie des pires formes de travail. Ceci entraîne des échecs massifs conduisant à une déperdition scolaire inquiétante. En effet, de nombreux élèves risquent d abandonner avant la cinquième année du cycle primaire (taux de survie scolaire) et beaucoup d élèves redoublent ou abandonnent. Cependant pour l échantillon de jeunes ayant pris part aux DTGs et dans lesquelles Tostan a mis en place des projets d éducation, 70% des jeunes fréquentaient l école (64% pour le département de Thiès, 50% à Mbour et 89% à Kaolack). Ce constat n empêche pas que les jeunes puissent cumuler éducation scolaire et activités génératrices de revenu (même faible). 10 Le terme «Jeunes» autorise une certaine flexibilité dans sa dénomination. Ceci est illustré par un rapport du Réseau pour l Emploi des Jeunes Afrique de l Ouest (YEN-WA), en partenariat avec les Nations Unies, la Banque Mondiale et le Bureau International du Travail définit dans son rapport de 2008 les jeunes comme étant âgés de 15 à 30 ans. [9]

11 Résultats de l Etude de marché Les résultats de cette étude de marché sont assez concluants quant aux besoins (accès et gestion de services financiers) exprimés par les jeunes et ressentis par leurs parents. Les jeunes ont différentes sources de revenu, des besoins (illustrés par leurs dépenses), et accèdent d ores-et-déjà à une forme de crédit et d épargne, présentée ci-dessous. Ce que les jeunes appellent «problèmes financiers» concerne en fait les dépenses imprévues (problème de santé, décès, accueil impromptu un parent, que l on doit honorer et servir, mauvaise récoltes, invasion de criquets ou encore sècheresse faisant chuter l activité de vente et donc les sources de revenu). Il s agit également de dépenses fréquentes ou non (événements sociaux, fêtes religieuses, dépenses scolaires) considérées comme des problèmes à gérer, alors qu il s agit souvent de dépenses qui pourraient être anticipées. Ceci renvoie au besoin exprimé par les jeunes de faire face à l avenir en épargnant et de gérer des projets d investissement grâce au crédit. C est aussi la raison pour laquelle la présentation préliminaire du programme Epargner pour le Changement (EPC) a trouvé un écho auprès de jeunes et d adultes qui ont un sens aigu des besoins et des limites des services financiers qui disponibles. Résultats des discussions thématiques avec les jeunes SOURCES DE REVENU D après les réponses des jeunes issus des vingt-quatre groupes qui ont participé aux DTGs, les sources de revenu actuelles sont le petit commerce, les ventes de l agriculture, le travail domestique ou celui d apprenti, les contributions parentales et enfin le revenu des ventes d élevage. Ces différentes sources de revenu ne sont pas dépourvues de difficultés. Les jeunes qui gèrent un petit commerce peuvent subir des pertes, en raison du non écoulement de la marchandise ou des forts taux de taxation pour l emplacement de leur stand. De plus il arrive que les jeunes soient victimes de vol ou de refus de paiement des clients. Les défis auxquels font face les jeunes travaillant dans les champs sont les suivants : baisse de la production et/ou des rendements en raison du manque de main d œuvre, de matériel agricole et de la fertilisation des sols ; divagation des animaux détruisant ainsi les pousses ou encore invasion d insectes (souvent des criquets). Concernant les jeunes menant des travaux ménagers, les risques sont relatifs au non paiement de la part de l employeur et la pénibilité du travail (épuisement mais aussi mauvais traitements). Les jeunes qui jouissent du soutien financier de leurs parents déplorent l irrégularité de l argent reçu dû à l emploi instable occupé de ces derniers. A ceci s ajoutent les risques de dépendance et de paresse induite par cet argent «gratuit». [10]

12 Enfin les jeunes qui font de l élevage sont confrontés aux risques de vol de bestiaux ou la perte de ces derniers en raison de mauvais traitements (manque de connaissance ou de moyen pour un bon entretien). Etant donné que la fréquence et le montant de tous ces revenus sont irréguliers, les jeunes ne peuvent anticiper les aléas de la vie et donc «régler leurs problèmes» Tableau N0.2: Sources de revenu des jeunes (G=garçons ; F=Filles) Nature/origine Fréquence Montant d argent Défis rencontrés Remarques du revenu Petit commerce Quotidien hebdomadaire mensuel 500Fcfa/jour Fcfa /semaine Fcfa/mois (G) 5000Fcfa/mois (F) Non écoulement de la marchandise Impayés des clients Concurrence locale Les filles gagnent en moyenne moins que les garçons Agriculture Annuel (récoltes après l hivernage, septembreoctobre) Fcfa/an Fcfa/semaine Fcfa /mois Fcfa/trimestre Invasion de criquets, divagation animale Manque/retard des pluies Manque de matériel et de main d œuvre Prix et production à la baisse - Travail domestique ou d apprenti A tout moment de l année Fcfa /mois Fcfa/jour Impayés du patron Accusation de vols Violences et possibles abus sexuels Travail pénible Plutôt féminin Travail d apprenti A tout moment de l année 100, 200, 500Fcfa/jour Fcfa /semaine Fcfa /mois Travail instable, pas de sécurité Travail pénible Plutôt masculin Parents Jour Semaine Mois Fcfa par événement Indisponibilité et indisponibilité de l argent Ne stimule pas assez et peu t induire de la paresse Plutôt féminin Se produit pour les fêtes, les vacances, la rentrée scolaire Elevage Annuel Après la récolte Fcfa/an Vol, mauvais entretien/soin des animaux (épidémies) Cout d entretien (paille, eau) Plutôt masculin [11]

13 USAGE DE L ARGENT Grâce à l argent gagné ou reçu, les jeunes essaient de faire face à leurs dépenses sont ils ont établi la priorité comme suit : les jeunes considèrent en moyenne l habillement comme leur principale dépense. Cela inclue le minimum adéquat pour le respect de la vie en communauté et le respect de soi ainsi que l habillement moins ordinaire pour les grandes occasions (fêtes religieuses notamment, Korité, Tabaski). La deuxième plus importante dépense (pour ceux qui sont scolarisés) est celle des fournitures scolaires (comprenant les grandes dépenses lors de la rentrée scolaire en octobre ainsi que les rachats plus fréquents et moins coûteux durant l année. Ensuite viennent les dépenses en élevage (achats de bêtes, presqu aussi féminin que masculin), les effets de toilette (plus féminins), la contribution aux besoins familiaux (achat de nourriture, de médicament ou autre). Enfin le matériel agricole enfin, fut mentionné aussi bien par les filles que les garçons. Concernant les dépenses inattendues, les jeunes mentionnent la visite impromptue d un parent qu il faut recevoir avec grande générosité 11 dans la coutume africaine ; les soins en cas de maladie (accès palustres, diarrhées, fièvres) et enfin les cérémonies religieuses (baptême, mariage ou décès ; frais scolaires ou achat de matériel agricole). Pour faire face à ces dépenses inattendues, les jeunes travaillent et épargnent. Si cela ne suffit pas et que le jeune a en sa possession un animal (chèvre, mouton, poule) il le vend (généralement au marché) pour gagner de l argent. Autrement il emprunte de l argent à ses parents, ses amis, auprès du boutiquier ou du groupe de tontine si le jeune en est membre ou si c est le cas de sa mère. SERVICE FINANCIER : L EMPRUNT Les jeunes ont mentionné différentes manières d accéder au crédit, à savoir les parents, la tontine, les amis, le boutiquier et même la banque 12 même si cette dernière n a pas été citée de façon consensuelle. Cependant, lorsque les jeunes ont eu à classifier leurs préférences en termes d accès au crédit, la hiérarchie suivante a été adoptée : les parents (5/12), le boutiquier (4/12), les amis (2/12), et enfin la tontine (1/12). 11 Il est très fréquent que l animal (chèvre, mouton, poule) ayant été élevé soit tué à l occasion de la visite d un parent pour faire honneur au visiteur qui honore l hôte de sa présence. 12 Le terme «Banque» utilisé par les communautés peut faire référence à différents termes. Dans la terminologie de Tostan, les Banques villageoise sont des caisses communautaires mises en place par les Comités de Gestion Communautaire (CGCs). Ces caisses sont alimentées par des cotisations constituant un fond utilisé par les membres comme source de crédit rotatif et d épargne dont le fonctionnement et les taux d'intérêt sont fixés par les membres dans un cadre strictement informel. Le Crédit Mutuel du Sénégal qui a pu être mentionné par les participants est une Institution de Microfinance (IMFs). Les IMFs sont des institutions de proximité reconnues par l'etat Sénégalais mais dont les compétences en matière de transaction bancaire comme domiciliation de salaire entres sont limitées. [12]

14 Choix d'accès au crédit des Jeunes 2/12 1/12 4/12 5/12 Parents Boutiquier Ami(s) Tontine Alors que les deux principales sources d emprunt (les parents et la boutiquier) sont tout autant préférées par les jeunes filles que les jeunes garçons, en revanche, l ami n est cité comme préférence que par les jeunes garçons et la tontine ne l est que par les jeunes filles seulement. Les raisons de ces préférences sont les suivantes : les jeunes considèrent qu emprunter de l argent à leur parent n induit ni sanction ni ébruitement ou dénonciation s il y a retard ou non paiement. Les parents sont en fait compréhensifs et discrets et c est ce qui rassure les jeunes. L attrait du boutiquier est justifié par la relation intime et discrète instaurée entre le jeune emprunteur et le boutiquier prêteur. Les amis sont quant à eux garants d une certaine qualité de relations dans laquelle la contrainte ne prime pas et la compréhension mutuelle est assurée. Enfin l avantage de la tontine est qu il s agit d une structure sociale pouvant bénéficier à toutes et tous. Pourtant chaque service présente aussi des limites dont les jeunes ont bien notion. En effet, ces derniers ont exprimé une possible certaine gêne quant au fait de demander de l argent à leur parent et que le moindre problème ou retard de remboursement pourrait gâterait la relation filiale. Pour ce qui est du boutiquier, les jeunes ont mentionné le risque de prendre de mauvaises habitudes d emprunt trop systématique. De plus, le boutiquier pourrait ne pas être disponible au moment ou le jeune a besoin d argent, ou encore faire faillite. Pour ce qui est des amis, malgré la confiance susmentionnée, les jeunes interrogés ont clairement exprimé qu au moindre souci de remboursement, la relation amicale pourrait se détériorer. En outre, un ami à qui on emprunte peut refuser ou manquer de discrétion, ce qui peut être humiliant. Enfin, la limite d une tontine est que le jeune ne peut accéder à l argent lorsqu il le souhaite et doit par conséquent attendre son tour. A cela s ajoutent les sanctions relatives aux retards de remboursement qui sont plus strictes qu avec un système totalement informel. [13]

15 En plus d accéder au crédit, d une manière plus ou moins difficile et fréquente, les jeunes sont également habitués à épargner et ne sont pas trop pauvres pour le faire. Qu il s agisse d argent investi servant en fait d assurance, ou bien d argent mis de côté ou confié, les jeunes font preuve d imagination pour faire face aux urgences, même cela n est pas totalement satisfaisant. Voyons les méthodes d épargne des jeunes. SERVICE FINANCIER : L EPARGNE Les jeunes ont recours à l épargne pour soutenir leurs dépenses et faire face aux imprévus. Leur préférence concernant les systèmes d épargne est la suivante : la boîte cachée (6/12), chez les parents (3/12), l élevage pour l embouche (2/12) et chez le boutiquier (1/12). 2/12 3/12 1/12 6/12 Boîte Parents Elevage Boutiquier Alors que la boîte et l élevage sont mentionnés autant par les jeunes filles que par les jeunes garçons, confier son argent au boutiquier est une tendance plutôt masculine et le faire auprès des parents est plutôt féminin (étroite relation notamment entre mères et filles). Les raisons de ces préférences sont comme suit : la boîte se trouve dans un lieu sûr, discret, connu du jeune seulement qui ne place sa confiance qu en lui-même. Les Parents sont une source fiable pour déposer l épargne car elle peut rester accessible et peut même aider les parents s ils ont besoin de liquidité. L élevage est avantageux puisque il permet de ne pas être tenté de gaspiller l argent gardé sous forme liquide et d au contraire l investir et le récupérer au moment opportun grâce à la vente de l animal. Les jeunes n ont pas mentionné de difficulté particulière à vendre le bétail et ce, même dans l urgence. Le boutiquier assure par sa présence et sa marchandise la restitution de l épargne du jeune lorsque celui-ci en aura besoin. Le besoin peut être «alimentaire» (de première nécessité), familial [14]

16 (soutien d un membre de la famille ou accueil d un visiteur) ou encore social (frais induit par une cérémonie ou adhésion à un groupe 13 ). Cependant, de nouveau ces services financiers présentent leurs limites. La boîte pourtant citée comme le moyen le plus adapté qu ont les jeunes pour épargner, peut être dérobée si une tierce personne s en saisit lorsque le jeune épargnant a le dos tourné. Une boîte souvent confectionnée en bois ne peut pas non plus empêcher des rats de grignoter les billets ou le feu de tout faire disparaître. Enfin la boîte secrète est accessible et n est pas dissuasive quant à la tentation de retirer l argent et de le gaspiller. Bien que les parents se présentent comme des personnes de confiance, il peut arriver qu un parent se trouvant dans le besoin utilise l épargne de son enfant à ses fins propres et ne soit pas en mesure de restituer la somme, considérant d ailleurs que cela participe à l effort familial pour les besoins du ménage. Concernant l élevage, le risque de nouveau mentionné est celui des possibles vols nocturnes de bétail, auquel s ajoutent les risques d épidémies dues à un manque de moyen et de connaissance pour un suivi médical adéquat. Les risques que présente le dépôt d épargne auprès du boutiquier sont le détournement pur et simple du boutiquier ayant besoin de liquidité et qui n est contraint par aucune preuve écrite de restituer l argent. En outre et cela sans nécessaire malversation, le boutiquier peut faire faillite et fermer son magasin, être victime de vol ou d incendie. Enfin dans une moindre mesure le boutiquier être tout simplement absent de la boutique au moment où le jeune a besoin de ces fonds et ce, urgemment. OPINION SUR L EPC Les jeunes ont répondu favorablement et ont unanimement accueilli l idée selon laquelle un programme tel qu Epargner pour le Changement pourrait être introduit au sein de la communauté. En effet à la suite de la présentation du programme, les jeunes ont effectivement exprimé leur enthousiasme à l idée de bénéficier d un programme leur permettant de gérer leur argent de façon sécurisée et accessible tout en renforçant la solidarité et l union au sein de la communauté. Ainsi selon les jeunes, un tel programme de microfinance intégrée pourrait leur permettre d anticiper l avenir avec une gestion adéquate des ressources financières et la participation au développement de la communauté. REGROUPEMENT ACTUEL DES JEUNES Les rencontres religieuses, sportives et culturelles sont le motif principal pour lequel les jeunes se rassemblent. En outre les jeunes se regroupent régulière pour différents motifs : des discussions portant sur des problèmes attenant au village afin d en trouver de solutions. S y ajoutent les séances d alphabétisation mises en pace par Tostan. Enfin des journées d assainissement ont également lieu dans certains villages le 13 Les jeunes du village de Mboulème ont une association dont le but est de faire des jumelages avec les jeunes de Mbour, organiser des séances de luttes (cotisation de 500 Fcfa par mois, 250 Fcfa par semaine. L association est dotée de 42 membres). [15]

17 lundi, jour de congé durant l hivernage. Le mode de rassemblement des jeunes est sous forme associative et ce, par tranche d âge. L objet est de contribuer au développement du village ou de s entraider en soulevant des fonds pour mener à bien les événements religieux ou sociaux. Dans le cas de la mise en place d un programme tel qu EPC, la majorité des groupes de jeunes (8/12) mentionnaient une préférence pour des groupes d épargnes mixtes. Le tiers des groupes interrogés préféraient en revanche une segmentation par genre. La première suggestion est fondée sur l idée selon laquelle ce type de groupes mixtes existe déjà dans les villages et cela ne pose pas de problème et il faut autant de filles que de garçons dans un rassemblement de jeunes. De plus il est important de montrer l exemple d une mixité réussie afin que la ségrégation actuelle ne se reproduise pas si fortement pour les générations futures. Enfin, une telle ségrégation entre jeunes pourrait impliquer une certaine concurrence entre les groupes et disperser les efforts au lieu de les mettre en commun. Au contraire les partisans de la séparation par genre (les groupes interrogés dans le département de Thiès) ont justifié ce postulat par le fait que des filles ne se sentiraient pas aussi à l aise pour s exprimer avec des garçons que si elles n étaient qu entre elles. En effet le Sénégal obéit à des règles patriarcales dans lesquelles la femme de se dresse pas devant l homme et aura tendance à parler ensuite. La distinction entre groupes de jeunes garçons et groupes de jeunes filles permettra une stimulation afin que chacun veuille accomplir davantage. SOUTIEN DE LA PART DE LA COMMUNAUTE ET DEFIS ENVISAGES Les jeunes attendent beaucoup du soutien qu ils recevront de la part de leurs parents dans a mise en place de groupes d épargne. Cet appui se décline sous trois formes : le soutien moral par des conseils et des idées des parents ; le soutien financier par une possible assistance financière en cas de besoin (cotisations notamment) mais aussi l accord tacite selon lequel les parents ne seront pas ingérants mais donneront au contraire leur bénédiction pour la bonne marche du programme. Malgré ce soutien, des défis pourraient se présenter aux jeunes. Les principales difficultés mentionnées sont au nombre de quatre : tout d abord le non respect du règlement intérieur (cotisations régulières, assiduité et ponctualité aux réunions, remboursement des prêts dans les temps) mais aussi la possibilité de querelles entre membres, le manque de motivation qui porterait préjudice à l esprit de groupe et enfin la mauvaise gestion de l argent. OPPORTUNITES DE RASSEMBLEMENT DES JEUNES EN GROUPES D EPARGNE Selon les jeunes, des groupes d épargne pourraient avoir lieu durant l «hivernage» (il s agit de la saison des pluies qui dure de juin à septembre). En effet qu il s agisse des jeunes scolarisés qui sont en congés ou des non scolarisés, les jeunes ont tendance à être présents au village à ce moment-là pour aider leurs parents dans les champs. Les jeunes qui ne partent pas en vacances, sont par conséquent très occupés mais le lundi [16]

18 étant jour de repos, durant lequel la réunion d épargne pourrait se dérouler le lundi. Concernant le reste de l année, dit «saison sèche» certains jeunes excluent la possibilité de se retrouver en raison de la fréquentation de l école. En effet, lycéens sont absents du village durant toute la semaine (du lundi au vendredi) puisqu ils résident en ville, souvent chez un parent, et ne rentrent que le week-end. Pour ceux qui travaillent en ville, il n est pas envisageable non plus d être présent au village. Au contraire, certains jeunes précisaient le fait que les écoliers sont de retour après 14 heures tous les jours au village puisque l école est terminée. De plus, les lycéens sont de retour les samedis et dimanches en plus des jours fériés et des vacances. Ainsi, après une apparente impossibilité pour les jeunes de se réunir en dehors de la saison, ces derniers ont émis des possibilités de rencontres hebdomadaires. A savoir : le week-end pour les jeunes plus âgés (fréquentant le lycée) et tous les jours après 14h pour ceux qui sont plus jeunes (les écoliers). Tableau N0.3: Possibilité de rencontres des jeunes pour des rassemblements de groupes d épargne Segment/ Périodes Jeunes filles scolarisés Saison humide (hivernage: juin-septembre) Impossibilité de rencontres care elles aident les parents aux travaux champêtres Saison difficile en raison des pluies Saison sèche (période scolaire : septembre-juin Impossibilité de rencontres car fréquentent l école Possibilité de rencontres le weekend et tous les après-midis après 14h Vacances scolaires Impossibilité de rencontres car partis en congés en dehors du village (souvent chez un proche) Jeunes garçons scolarisés Possibilité de rencontres car tous les jeunes sont au village à ce moment-là Impossibilité de rencontres car se trouvent à l école ou ont migré (exode rural) Possibilité de rencontres de courte durée Possibilité de rencontres tous les après-midi après 14h Jeunes filles travaillant Possibilité de rencontres car sont au village à ce moment-là Impossibilité de rencontres car absentes pour travailler en ville Pas de vacance Jeunes garçons travaillant Impossibilité de rencontres car aident aux travaux champêtres des parents Impossibilité de rencontres car absents pour travailler en ville Pas de vacance Possibilité de rencontres au village tous les lundis (jour chaumé) Remarque : Une remarque mentionnée avait trait au fait que seuls ceux qui ne quittent pas le village, adhèrent aux groupes d épargne et ce, sans distinction d âge que ce soit pour les plus ou moins de 15 ans. Remarque 2 : Après réflexion et apparemment aucune solution, les jeunes (filles et garçons scolarisés) s accordaient sur le fait que tous étaient de retour au village après 14h (pour les écoliers) et au moins chaque weekend (pour les lycées). [17]

19 NOMINATION DES GROUPES D EPARGNE Les jeunes émirent des suggestions de noms à donner à leur groupe d épargne. Parmi ces suggestions en wolof retenons les suivantes : «DEGOO» (entente) ; «DIAPPO» (union) ; «DIBALANTE» (Solidarité) ; «AM DIOM» (vergogne) ; «SOTANTE KHALAT» (partage d idées) et «TOSTAN» (éclosion). Plus précisément, les jeunes de Thiès ont également suggéré : «LIGGEEY NGIR WAAJAL SUNU ËLLËG» (travailler pour préparer l avenir) ; «MBOOTAAYU AND JËF» (Association pour agir ensembles) ; et dans le même esprit, les jeunes filles en particulier ont mentionné: «MBOOTAAYU JIGEEN ÑIY LIGGEEY» (Associations de femmes qui travaillent) et enfin «MBOOTAAYU NGIR YRKKUTE XALE YU JIGEEN ÑI» (Associations pour le développement des jeunes filles). MONTANTS SUGGERES DE COTISATIONS POUR LES GROUPES D EPARGNES DE JEUNES En termes de cotisations hebdomadaires au sein des groupes d épargnes, les jeunes ont semblé avoir intégré et compris la notion d épargne régulière et obligatoire une fois qu ils décideraient de devenir membres. Ils ont ainsi majoritairement exprimé que 100Fcfa serait abordable et soutenables, même si l éventail de suggestions s étendait en fait de 25Fcfa à 500FCfa par semaine. Tableau N0.4: Montants d épargne suggérés par les groupes de jeunes selon la localisation et le genre Segment Thiès Mbour Kaolack Remarques Jeunes filles Entre 200 et 500Fcfa 100Fcfa Entre 75 et 500Fcfa mais plutôt 25 ou 100Fcfa la cotisation doit nécessairement convenir à tous Jeunes garçons Entre 50 et 500Fcfa mais plutôt 100Fcfa 100Fcfa Fcfa mais plutôt 25 ou 50Fcfa Les jeunes garçons solarisés ne pourraient pas épargner davantage sans le soutien de leurs parents Remarque : Il n était pas pertinent de distinguer dans ce tableau les jeunes scolarisés (filles et garçons) des non scolarisés travaillant déjà, puisque les réponses variaient surtout en fonction du genre et de la localisation. [18]

20 Résultats des discussions thématiques avec les parents/leaders communautaires SERVICE FINANCIER : L EMPRUNT D après les parents de jeunes âgés de 13 à 24 ans, ces derniers ont accès au crédit de quatre différentes manières : de la part des parents eux-mêmes (5/12), de la tontine (5/12), du boutiquier (1/12) et auprès de la banque (1/12). Cet ordre de préférence exprimé par les parents est fondé sur ce qu ils ressentent vis-à-vis des besoins de leurs enfants et la manière dont ces derniers gèrent leurs difficultés financières. Les parents se considèrent en grande majorité comme étant la source de crédit la plus fréquente de leurs enfants en raison de la discrétion que cela permet d avoir. De plus, prêter de l argent à son enfant est considéré pour les parents comme la possibilité d asseoir leur autorité, de conseiller et d orienter ces enfants avec une grande indulgence. La tontine est citée comme la deuxième source de crédit auxquels les enfants ont accès. En accédant au crédit grâce à la tontine, les jeunes sont dans l obligation de rembourser et par conséquent de mener des activités génératrice de revenu, quelles qu elles soient. La tontine est donc bénéfique puisqu elle oblige le jeune à travailler, être dynamique et responsable. Le dernier avantage de la tontine est la proximité. Concernant le boutiquier, un des atouts est la responsabilisation que cela induit pour les jeunes dans l obligation de rembourser, ce qui permet du reste d instaurer un climat de confiance entre créditeur et débiteur. [Les notions de «dignité» et de «responsabilisation» sont des aspects mentionnés par les jeunes et encore davantage par les parents lors des DTGs concernant l attitude que devraient adopter tout jeune]. Enfin, un boutiquier n exige aucun papier justificatif lors de la demande de prêt, ce qui facilite l accès au crédit des jeunes, notamment celui des mineurs. [19]

21 Enfin la banque est considérée comme étant plus sûre et les prêts y sont décrits comme étant abordables. [Un groupe a spécifié que les jeunes mineurs ne sont pas autorisés à emprunter auprès des mutuelles]. Pourtant ces services financiers présentent aussi des limites, ce dont les parents ont bien conscience. Pour chacune de ces services d emprunt, les parents avançaient les mêmes défis, à savoir les risque de non remboursement qui pourraient détériorer les relations filiales ou entre membres de familles différentes. L oubli, le retard ou l impossibilité de payer son crédit sont fréquents et sont préjudiciables dans un village (de la rupture des relations entre parents et enfants, en passant par l interdiction de crédit de la part du boutiquier, de honte et de haine entre plusieurs familles ou encore le risque d emprisonnement si le crédit est fourni par la banque). Il est intéressant de comparer la conception que les parents ont des préférences de leurs enfants à ce que ces derniers préfèrent effectivement. Graphe N0.1: Préférences d accès au crédit exprimées par les deux groupes 14 6 Préférences d'accès au crédit selon les Jeunes selon les Parents 1 0 Parents Tontine Boutiquier Banque Amis Remarque : Si les parents réalisent parfaitement qu ils représentent une source importante de crédit pour leurs enfants, ils majorent en revanche le recours effectif de leurs enfants aux tontines. 14 Les numéros correspondent à la fréquence selon laquelle les réponses ont été mentionnées. Le total équivaut à 12 pour chaque segmentation (jeunes filles, jeunes garçons et parents/leaders communautaires) qui ont été interrogés. Le chiffre zéro signifie que la réponse n a pas été mentionnée. [20]

22 SERVICE FINANCIER : L EPARGNE D après les parents, les jeunes ont quatre manières d épargner leur argent ; les voici dans l ordre de fréquence avec laquelle elles ont été citées. Tout d abord les enfants peuvent confier leur argent à leurs parents (10/12), le cacher dans une boîte (5/12), l investir dans l élevage (4/12), le placer à la banque (2/12) ou dans le fonds de la tontine (2/12). L avantage pour un enfant de confier son argent à ses parents est la confiance que cela inspire, l accessibilité de ce moment et la possibilité pour les parents de soutenir ou de conseiller leur enfant en cas de problème. La boîte présente l intérêt principal est l accessibilité de son argent pour un jeune afin de faire face à n importe quelle dépense prévue ou non. L enfant est autonome et gère son argent comme il l entend. L investissement dans l élevage est considéré comme stratégique puisqu il s agit de faire fructifier l argent avec du bétail qui grossit grandit et prend de la valeur mais cela permet aussi pour l enfant d avoir accès à la liquidité si besoin en n ayant qu à vendre ses bêtes. Alors que la tontine permet de stimuler l activité de l enfant, la banque (citée avec la même fréquence) est considéré comme lieu sûr et garanti et où l argent peut fructifier. De nouveau ces possibilités d épargner présentent des défis. Les parents avouent d eux-mêmes qu il arrive qu ils utilisent les fonds confiés par leur enfant pour d autres fins. Ceci risque pourtant de détériorer la relation de confiance initialement établie. Outre ce détournement, les parents peuvent également s être absenté au moment où leur enfant réclame l argent, ou encore faire un mauvais décompte en raison de l absence de trace écrite. Les inconvénients du système d épargne dans une boîte ont trait aux possibles vols et incendies. De plus l avantage de l accessibilité de la boîte est aussi un inconvénient puisque le jeune y a accès lorsqu il le souhaite, ce qui ne permet pas d accumulation (en plus du fait que l argent ne fructifie pas : «l argent dort»). [21]

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES)

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Journal d apprentissage Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Faisabilité de la mobilisation de ressources des diasporas pour développer la micro-assurance de santé dans les

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie Foresters pour l assurance vie Guide sur l assurance vie Qu est-ce que l assurance vie? L assurance vie est un contrat établi entre une personne assurée et un prestataire d assurance vie qui verse un paiement

Plus en détail

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances Table des matières 1. Introduction 2. Revenus 3. Dépenses 4. Impôts 5. Budget 6. Planification financière 7. Assurances 8. Épargne-retraite 9. Autres responsabilités 10. Remarques finales 1 1. Introduction

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4 Le taux d intérêt en question Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise. Fiche Mémento de l Agronome Version Multimédia CNEARC, CIRAD

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guides de Tangerine sur les finances personnelles Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guide pour les Canadiens Les RÉR existent depuis longtemps, mais les CÉLI sont relativement nouveaux,

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact

Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact Fiche de bonne pratique Afrique de l Ouest Avril 2013 Les voyages d échange d expériences: Conseils pour en améliorer l impact Auteurs: Frédérique Matras, Fatouma Sidi, Sophie Treinen Public cible Le public

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Foresters Viefamille Le guide du conseiller

Foresters Viefamille Le guide du conseiller Foresters Viefamille Le guide du conseiller Assurance vie entière à participation Ce guide a pour but de répondre à vos questions, de vous fournir des idées pour vous aider à vendre Viefamille de Foresters

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

- 2 - constitue une condition fondamentale du contrat de travail des membres du groupe;

- 2 - constitue une condition fondamentale du contrat de travail des membres du groupe; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E No.: 500-06- JEAN SAMOISETTE, résident et domicilié au 111 rue de la Marquise, Brigham, dans le district de

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT

ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT L enfant moyen est exposé { plus d un million de publicités avant même d atteindre l âge de 21 ans. Il subit une pression intense à consommer et à dépenser.

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant.

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant. CONTRAT DE TRAVAIL Il est conclu un contrat de travail régi par : la loi n 2005-706 du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux ; le décret n 2006-627 du 29 mai 2006 relatif

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. District Sanitaire de : Boboye Commune de : Falmey Département de : Falmey (nouveau département, se

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE Par Laura Muñoz Conception, test pilote et commercialisation à grande échelle d un produit destiné aux jeunes Cet article présente les principales réalisations et difficultés rencontrées par PEACE (partenaire

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE Vivre seul CONTEXTE Un nombre croissant de personnes âgées vivent seules. Si elles sont atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées, elles sont plus susceptibles d être diagnostiquées

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES NOTE TECHNIQUE AU DOCUMENT BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS

Plus en détail

Quand l école rentre à la maison

Quand l école rentre à la maison Quand l école rentre à la maison Parents débordés, parents démissionnaires? Cherchez l erreur! A l heure où les parents se disent souvent débordés et où l école leur renvoie l image de parents trop peu

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

ADA / Guy Wolff MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS

ADA / Guy Wolff MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS ADA / Guy Wolff LA ERASMUS MICROFINANCE LIONS CLUB 29 AVRIL 2008 : LUTTER LUXEXPO AUTREMENT CONTRE LA PAUVRETÉ MARILÈNE OBERLIN 9 JUILLET 2010 SOCIÉTÉ FRANCAISE DES TRADUCTEURS LA MICROFINANCE : LUTTER

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Projet de règlement sur l aide financière aux études : Une occasion manquée de mettre fin au détournement des pensions alimentaires pour enfants!

Projet de règlement sur l aide financière aux études : Une occasion manquée de mettre fin au détournement des pensions alimentaires pour enfants! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec 584, rue Guizot Est Montréal (Québec), H2P

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014)

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) - 1 - REGLEMENT INTERIEUR Des centres de loisirs municipaux (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) Préambule : Dispositions Générales Les centres de loisirs municipaux sont un service

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA Section 1. Lettre d invitation 1 SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité de la mutuelle de santé des artisans.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité de la mutuelle de santé des artisans. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité de la mutuelle de santé des artisans. QUESTIONNAIRE A L ENDROIT DES ARTISANS DE LA CGCI Ce questionnaire est élaboré dans le cadre d une étude de faisabilité de la

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire.

Dans les faits, Mabe a déclaré elle-même la faillite, sans qu un ou plusieurs créanciers l aient forcé à le faire. COMMUNIQUÉ Mercredi 8 octobre 2014 À tous les ex-employés de Mabe Canada Voici un résumé de l assemblée qui s est tenue le 25 septembre dernier. D abord, nous tenons à souligner la forte participation

Plus en détail