L économie politique des services financiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie politique des services financiers"

Transcription

1 Document de travail de l IIEDH N 17 Série : «Economie et droits humains» L économie politique des services financiers P. Meyer-Bisch, D. Vetterli Avec la collaboration de Dorrit Novel Février 2010 Il ne suffit pas de «rappeler des valeurs», il convient de les tracer, comme on trace des chemins de responsabilité dans les dédales de la complexité économique, sociale, culturelle et politique. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 1

2 Ce document de travail est le résultat d une table ronde qui s est tenue le 19 mai 2009 à l Université de Fribourg dans le cadre du séminaire de l unité de master «éthique et économie politique» sur la multidimensionnalité des biens ; le fil conducteur était le traçage des valeurs relatives au bien commun, comprises dans chaque bien ou service. Ont participé à la table ronde : Dominique Biedermann, Directeur d Ethos et chargé de cours en gouvernance d entreprise et développement durable ; Paul Dembinski, professeur en éthique des affaires et Directeur de l Observatoire de la finance ; Robert de Guigné, Banque Lombard Odier ; Sergio Rossi, professeur en macroéconomie et politique monétaire ; Patrice Meyer-Bisch, maître d enseignement et de recherche en éthique économique. Le document préparatoire a été composé par Dorrit Novel, économiste, David Vetterli, assistant en éthique économique et Patrice Meyer-Bisch. Il a ensuite été corrigé et modifié grâce aux différents échanges, notamment lors d entretiens avec Robert de Guigné ainsi qu avec Anne Maillard et Michel Gauthier de la Banque Cantonale de Fribourg. Les opinions ici exprimées n engagent que leurs auteurs qui adressent leurs remerciements à tous les partenaires et recevront volontiers de nouvelles critiques. IIEDH Droits d'auteur. La reproduction totale ou partielle, sur support numérique ou sur papier, de cet ouvrage pour usage personnel ou pédagogique est autorisée par la présente, sans frais ou sans qu'il soit nécessaire d'en faire une demande officielle, à condition que ces reproductions ne soient pas faites ou distribuées pour en tirer un bénéfice ou avantage commercial et que cet avis et la citation complète apparaissent à la première page des dites reproductions. Les droits d'auteur pour les éléments de cet ouvrage qui sont la propriété de personnes physiques ou morales autres que l'iiedh doivent être respectés. Toute autre forme de reproduction, de republication, d'affichage sur serveurs électroniques et de redistribution à des listes d'abonnés doit faire l'objet d'une permission préalable expresse et/ou du paiement de certains frais. DT Les Documents de travail de l'iiedh, disponibles sur le site WEB, sont présentés pour susciter et recueillir toutes les critiques utiles, sous condition du respect du. En fonction des avis reçus et de l'avancée de la recherche, ils sont susceptibles d'être modifiés. La dernière version fait foi. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 2

3 Un objectif : cartographier les enjeux éthiques La valeur de la monnaie, véhicule de la ressource sociale A pile ou face : où est passée la face de la monnaie? Monnaie, libertés économiques et droits de l'homme Les missions / métiers du secteur bancaire Les missions Les risques et le droit à une information adéquate Méthodes Carte des parties prenantes d un acteur bancaire Cartes des parties prenantes d une chaîne de valeurs Répertorier les risques, analysés en termes de droits humains Sécurité des personnes et des systèmes Identification des risques et des responsabilités sur les cartes de PP Concilier valeurs objectives et liberté des acteurs : l hypothèse démocratique L économie politique d un service et d un produit signifie ici l analyse en éthique politique de la multidimensionnalité des biens et services qui sont en jeu dans l activité économique concernée. L économie politique des produits financiers est particulièrement importante, non seulement à cause de la crise actuelle, mais parce que la monnaie est par essence multidimensionnelle : sa valeur, indivisiblement éthique et économique écoéthique est sa fonction d intermédiation entre les hommes, leur travail et leurs ressources. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 3

4 Un objectif : cartographier les enjeux éthiques Il ne suffit pas de «rappeler des valeurs», il convient de les tracer, comme on trace des chemins de responsabilité dans les dédales de la complexité économique, sociale, culturelle et politique. Les valeurs fondamentales, au fondement des libertés et droits fondamentaux reconnus en droit international, ne sont pas que des principes moraux, ce sont aussi des principes rationnels et des normes de fonctionnement qui structurent, ou devraient structurer, l activité économique dans les sociétés démocratiques. C est pourquoi une analyse éthique d un circuit économique ici les produits financiers est à même d utiliser les droits humains pour tracer les responsabilités à travers le jeu complexe des relations entre acteurs qui participent au circuit économique considéré. La monnaie sous ses différentes formes, des plus simples aux plus sophistiquées, est le véhicule de la «ressource sociale» : l outil qui permet la valorisation mutuelle des ressources humaines et non humaines. Elle est donc au cœur du décloisonnement entre économie et éthique (1). C est pourquoi il est essentiel de définir les missions des acteurs financiers, ici des banques, au service de la société (2), puis de proposer une méthode pour cartographier les acteurs (3) et les risques (4). L enjeu est de réconcilier l analyse rationnelle fondée sur des valeurs objectives et les libertés (5). DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 4

5 1. La valeur de la monnaie, véhicule de la ressource sociale 1.1. A pile ou face : où est passée la face de la monnaie? Position éthique De façon générale, la valeur de la monnaie est indivisiblement économique et éthique, elle est écoéthique, dans la mesure où elle est le véhicule de l énergie humaine / ressource sociale : elle permet la connexion et donc la valorisation des ressources. Elle est au contraire non éthique lorsqu elle devient fin de l économie et que la logique financière domine l activité économique. 1 Une privation de monnaie (sous une forme ou une autre) est une privation de capacité sociale, vers autrui et vers soi-même, une privation de dignité, et, proportionnellement, une privation de vie. Une rémunération ou une capitalisation injustes correspondent d une part à une privation pour autrui, et d autre part à un détournement de valorisation sociale (confiance abusive dans la marque extérieure de «réussite»). Valeur d une monnaie : recto et verso du symbole Côté face : l unité commune ou référence, le bien commun de la communauté politique qui frappe et gère la monnaie, la marque de l unité politique (de responsabilité éthique), unité de sens ou globale, capital commun de confiance, ou bonté commune ; Côté pile : le multiple, ou unité de compte, celle qui a été pilée, la marque de la quantité dans un environnement de rareté 2. La monnaie ne mesure pas une simple quantité, cumulable à l infini, mais une proportion entre une quantité et une valeur admise par une communauté. Le recto et le verso de la valeur comptent, et peuvent se décliner à partir des trois fonctions classiques de la monnaie (réserve de valeur, moyen de paiement et unité de compte) 3, dans leurs dimensions écoéthiques : en principe indivisiblement économiques et éthiques. Une 1 Sur la notion de financiarisation, voir : Finance servante ou finance trompeuse? Paul H. Dembinski, Paris, 2008, notamment p. 16 et sv. 2 Les pièces étaient frappées, par le pile du marteau à Rome dans l atelier de Juno Moneta (Junon qui avertit? C est une étymologie possible). DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 5

6 division entre les deux dimensions correspond à une dévaluation éthique. Mais la monnaie a bien souvent «perdu la face», à chaque fois que, devenue abstraite pour les uns, elle est l outil d une discrimination aveugle, dont les conséquences peuvent être criminelles. fonctions économique écoéthique moyen de paiement intermédiaire dans les échanges flux connexion des ressources, fiabilité / flexibilité réserve de valeur stock sécurité / liberté unité de compte appréciation, mesure unité de référence / pour mesurer les différences transparence de communication / ajustement Tableau 1 : Les dimensions de la monnaie La monnaie est une capacité de liberté, frappée de la garantie publique. Mais qui peut assurer cette indivision, cette convertibilité des valeurs et des capitaux? A une unité de compte est-il toujours possible de faire correspondre au moins symboliquement - une unité de ressource, une unité d «énergie sociale»? Ce n est en général pas possible, car la monnaie a une valeur d intermédiation entre plusieurs ressources, synthèse d estimations des coûts et des opportunités composant un prix. D importance cruciale, cette liberté d estimation, condition de tellement de libertés, doit être publiquement garantie contre les excès. Une juste circulation des monnaies permet une valorisation juste et ajustée (justice et justesse) des ressources humaines et non humaines. La valeur multidimensionnelle de la monnaie, indivisiblement éthique et économique écoéthique exprimée par sa fonction d intermédiation entre les hommes, leur travail et leurs ressources doit être objet permanent de débat public et de soin. 3 Aristote, Ethique à Nicomaque, V,8. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 6

7 Il n est pas exagéré de dire que la monnaie a une valeur «spirituelle» : elle atteint la capacité humaine de donner et de recevoir (ce qui signifie plus qu échanger, car on ne reçoit jamais exactement ce que l on donne, la différence étant assurée par le niveau de confiance) et sa valeur permet d établir des ponts dans l espace et dans le temps : du capital. Son gaspillage peut alors être évalué avec beaucoup plus de gravité humaine Monnaie, libertés économiques et droits de l'homme En ce sens, la monnaie n est pas qu une condition nécessaire au respect des droits humains, elle est indissolublement liée à l exercice de leurs dimensions économiques, et notamment aux libertés et droits économiques. Les libertés économiques sont parties intégrantes des droits du système des droits humains, même si elles n y sont pas assez développées. Il s agit principalement des: Libertés d acheter et de vendre, de donner et de recevoir : droit à la propriété Liberté d embaucher et d entreprendre : droit au travail. Le droit à un crédit adéquat (conditions équitables), est au service des deux libertés / droits / responsabilités précédents. A cela s ajoutent les autres droits de l'homme, et en particulier le droit à une information adéquate, sans lequel aucune transaction ne peut être libre et rationnelle et le principe de non-discrimination, sans lequel l égalité de base n est pas respectée. Figure 1 : les droits de l'homme sont aussi des droits économiques La doctrine en droits de l'homme n est à l heure actuelle pas très explicite sur les droits de l'homme spécifiquement économiques. La définition de ces droits est politiquement très sensible et entachée d aprioris idéologiques. Il n est pas difficile, cependant, de considérer deux droits fondamentaux : le droit au travail et le droit à la propriété. La nature du droit au crédit est moins claire. L importance du microcrédit pour garantir un minimum de libertés économiques aux familles les plus démunies a contribué à faire émerger la compréhension du droit au crédit en tant que droit de l homme, car sans un crédit adéquat, il n est pas possible dans de nombreuses DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 7

8 situations, d exercer ses libertés économiques, elles-mêmes indispensables pour les autres libertés fondamentales. On peut aussi considérer que le droit au crédit appartient au droit à la propriété, en tant que droit d acheter, de vendre, ou de prêter du crédit. Quoiqu il en soit, il est utile ici de le distinguer en sa nature fondamentale, puisqu il définit la mission essentielle de la banque. Le droit à un crédit adéquat est considéré ici comme un droit de l homme dans la mesure où il conditionne directement l exercice des deux autres droits économiques, ainsi que, plus ou moins directement, la plupart des autres droits de l'homme : logement, santé, éducation, accès à la justice. L adjectif «adéquat» signifie que l exercice d un droit est justifié et défini (délimité) par le fait qu il permet l exercice des autres libertés fondamentales, pour soi et pour autrui. En bref, un travail adéquat est un travail qui épanouit la personne en lui permettant d être utile, de participer à la création de richesse humaine ; une propriété adéquate est la jouissance, individuelle ou en commun, des biens nécessaires à l exercice des libertés ; un crédit adéquat permet au sujet d entrer dans une relation d échange digne, libre et responsable. S il a besoin d un crédit et qu il n est pas solvable, il convient que d autres acteurs puissent lui venir en aide. Les droits fondamentaux, ou «droits à» (un travail, une propriété, un crédit adéquats) sont complétés par les «droits du» (travail, de la propriété, du crédit) qui en définissent le champ et la régulation : les droits fondamentaux (droits à) doivent être définis par la loi de manière à en assurer la compatibilité avec les autres droits de l'homme et en tenant compte des particularités de situation. Deux droits traversent le champ des droits économiques comme l ensemble du champ des droits de l'homme : le droit à une information adéquate (l information dont l acteur a besoin pour exercer un acte libre), et le droit à la non-discrimination, qui assure l accès ouvert aux relations d échange en égalité de droit. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 8

9 Droit du travail Droit au repos Liberté syndicale Salaire équitable Allocation chômage FIGURE 1 : LES DROITS DE L HOMME SONT AUSSI DES DROITS ECONOMIQUES Droit de propriété Définition des capacités d usus, fructus et abusus Définition spatiale, temporelle Rapport avec les biens d autrui Rapport avec les biens publics DROIT A UN TRAVAIL ADEQUAT participation a la création de richesse Liberté d accéder à un marché du travail équilibré Liberté d entreprendre et d employer Liberté de chercher et choisir un emploi Droit à la non-discrimination Droit à l information adéquate D DROIT A UNE PROPRIETE ADEQUATE jouissance et capacité de disposition des biens nécessaires à l exercice des libertés Liberté d achat, de vente, de location Liberté de donner, de recevoir, de prêter (libertés d échange, commerciales et non commerciales : choix des parties prenantes et respect de leur indépendance) DROITS LIES : Education Formation professionnelle Sécurité sociale Logement. DROIT A UN CREDIT ADEQUAT nécessaire à l exercice des libertés et responsabilités Droit du crédit conditions équitables Taux d intérêt soutenable Traçabilité des produits Traçabilité des partenaires DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 9

10 2. Les missions / métiers du secteur bancaire 2.1. Les missions Les responsabilités des professionnels de la finance sont essentielles dans la mesure où ces derniers interviennent directement sur la disponiblité et la circulation de la monnaie, et par conséquent sur les possibilités de valorisation des ressources, en s appuyant sur une unité de compte stable et transparente, essentiellement sur un capital de confiance. Il est nécessaire d identifier les libertés et responsabilités attachées à ces métiers. Trafic des paiements Gestion de l épargne Commerce du crédit Services financiers aux agents économiques (gestion de patrimoine, de titres ou de portefeuilles, change, ) 2.2. Les risques et le droit à une information adéquate Outre les risques financiers (risques de crédit, de marché, de liquidité) qui atteignent la banque et /ou le client, on peut définir deux types de risques éthiques, ou écoéthiques : Une atteinte directe ou indirecte à un droit de l homme d une personne ou d un groupe de personnes Un dommage à l équilibre dynamique d un système économique, écologique, culturel, social ou politique : l entretien et l amélioration de ces équilibres étant la condition du respect et de la réalisation des droits fondamentaux des personnes La première condition pour que le service et le produit financiers servent les partenaires est qu ils soient vecteurs de l information adéquate, celle qui permet à chacun d exercer son libre choix. Cela suppose que, comme pour le risque financier, une telle information soit explicite sur les risques et leur complexité. Le risque calculable doit être distingué de l incertitude présente et future. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 10

11 L information, en particulier quantitative, ne peut masquer cette incertitude ; elle doit au contraire présenter de manière qualitative et dynamique une complexité raisonnable de facteurs. Cette complexité demande à être considérée dans un débat ouvert. 3. Méthodes 3.1. Carte des parties prenantes d un acteur bancaire La méthode présentée ici est la méthode des parties prenantes (PP). Elle consiste à cartographier l environnement économique d un agent, en le plaçant au centre des autres agents qui sont parties prenantes à tous les niveaux de son activité économique, indépendamment de leur taille économique. Les PP sont listées, les métiers de l agent sont détaillés. De cette manière, l intégralité des intervenants peut être observée, ce qui représente un avantage sur la méthode shareholders. Annexe 2 : carte des PP d une banque universelle Les relations et échanges socio-économiques auxquels donnent lieu les contacts entre l agent et ses parties prenantes sont ensuite examinés sous l angle des risques éthiques. Des solutions peuvent alors être proposées. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 11

12 FIGURE 2 : CARTES DES PARTIES PRENANTES DE LA BANQUE FOURNISSEURS BAILLEURS DE FONDS Actionnaires Obligationnaires Banques centrales Institutionnels Fonds souverains Liquidités (acteurs du marché interbancaire) Savoir-faire (agences de notation, modélisations) Communication Technologies de l information Open-architecture (émetteurs de fonds, produits structurés) Communautés locales Employés Direction générale Conseil d administration COLLABORATEURS BANQUE UNIVERSELLE Métier 1 : gestion de l épargne Métier 2 : commerce du crédit Métier 3 : gestion de fortune, conseil, analyse et services financiers Métier 4 : services de paiements ACTEURS DU DEBAT PUBLIC ET PRODUCTEURS DE NORMES : INFORMATION-DEBAT- REGULATION SURVEILLANCE Institutions publiques nationales et internationales Médias Associations de professionnels, d actionnaires et de consommateurs Organes de surveillance et d audit CLIENTS Personnes physiques Personnes morales (entreprises, ONG, institutions) CONFRERES COTRAITANTS CONCURRENTS Banques Institutions financières DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 12

13 3.2. Cartes des parties prenantes d une chaîne de valeurs Parallèlement aux cartes de PP d un acteur économique, ici d une banque, des cartes de PP de la chaîne de valeur ajoutée sont établies. Ces cartes représentent un service et/ou un produit, et détaillent son cycle de vie économique, ainsi que les risques liés à cette activité. Tout au long du cycle interviennent des agents qui participent à la création ou au retranchement de valeur. Il s agit de les identifier, comme on peut le faire lorsqu on cherche à assurer la sécurité d un produit alimentaire par sa traçabilité. Il s agit, à partir de la description du processus, d identifier les risques et valeurs en jeu à chaque étape. Les risques écoéthiques sont considérés avec leurs dimensions économique et éthique, le plus souvent entremêlées. Figure 3 : chaîne de valeurs et risques du processus d élaboration d un produit financier DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 13

14 FIGURE 3 : PROCESSUS DE TITRISATION AVEC RISQUES, DROITS ET DEVOIRS LIES Risques Surendettement Conflits d intérêts Rupture du lien Non-traçabilité Mise hors-bilan Contagion Désinformation Couverture fonds propres commercial Couverture fonds propres Mésinformation Risque économique Rating biaisé Non-financement Rating biaisé Retitrisation excessive Taux excessif Rente prédatrice Rente prédatrice Mise hors bilan Droits de la Equilibre Obligation de diligence des personnes et des organisations personne systémique Crédit Evaluation et répartition des risques et des bénéfices Diversité des acteurs et taille adéquate Info adéquate Garantie de traçabilité du produit et celle des institutions confidentialité raisonnable Concurrence saine Durabilité des activités Obligation de gestion responsable, obligation pour tous les acteurs de rendre compte Règles claires Profits proportionnés DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 14

15 Dans une perspective de gouvernance, de réforme interne ou d analyse externe, la lecture combinée de la carte des PP d une banque et de la carte des PP de la chaîne de valeur ajoutée permet une analyse aussi exhaustive que possible des risques éthiques dans un circuit/secteur donné, et un repérage. Elle permet également de localiser clairement les responsabilités inhérentes à chaque étape des processus. Dans ce cas, la séquence de titrisation d une collateralized debt obligation (CDO, titre financier adossé à des portefeuilles de titres ; MBS, mortgage-backed security, titre financier adossé à une hypothèque ; CMO, collateralized mortgage obligation, obligation basée sur une hypothèque). 4. Répertorier les risques, analysés en termes de droits humains 4.1. Sécurité des personnes et des systèmes Le plus important est d identifier, par une clarification des droits de l homme en jeu, les risques de porter atteinte à la sécurité des personnes et des systèmes. Les risques sont, là aussi, à la fois éthiques et économiques : les droits humains protègent, en effet, les capacités des personnes et donc leurs ressources, pour elles-mêmes et pour la société. L inventaire des droits concernés peut se faire au niveau individuel direct et indirect, et au niveau systémique. Niveau individuel, direct et indirect o o o Les droits des collaborateurs comme dans toute entreprise, qu il s agisse de droits civils (comme le respect de la vie privée), économiques comme le droit au travail (droit à un salaire équitable, libre accès au marché du travail, liberté d entreprendre, libre choix de la formation professionnelle), culturels (information et formation), sociaux ou politiques. Les libertés économiques (voir ci-dessus). De façon indirecte, tous les droits impliqués par l activité financière concernée, potentiellement tous les droits de l'homme : droit à la propriété pour une hypothèque, droit au travail pour une entreprise, et droits concernés par l activité de DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 15

16 cette entreprise (par ex. droit à l alimentation, s il s agit d une agro-alimentaire : l entreprise a la responsabilité de fournir un produit qui respecte, garantisse et permette le renforcement du droit à l alimentation). Niveau systémique o Une atteinte aux équilibres des grands systèmes (économiques, culturels, écologiques, sociaux et politiques) diminue les capacités de prendre en compte les droits des personnes concernées. Par ex. pour l équilibre des systèmes financiers : liquidité, fluidité du marché, transparence de l information, confiance dans le fonctionnement des marchés et les systèmes de régulation 4.2. Identification des risques et des responsabilités sur les cartes de PP Il s agit d établir une continuité entre les droits fondamentaux de la personne (risques éthiques) et les obligations qui y correspondent pour les personnes au sein des organisations et pour les organisations elles-mêmes. Les risques liés à l équilibre des systèmes sont indiqués à droite du tableau. Ces différents risques pour les personnes et pour l équilibre des systèmes devraient être systématiquement répertoriés dans les bilans sociétaux de la banque et peuvent être, le cas échéant, situés sur une carte des parties prenantes. Voir le bas de la figure 3 : Processus de titrisation avec risques, droits et devoirs liés DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 16

17 5. Concilier valeurs objectives et liberté des acteurs : l hypothèse démocratique Le principe : les droits de l'homme sont des seuils de liberté et non des cadres restrictifs Les droits de l'homme étant des libertés fondées en raison, ils ne restreignent pas, mais au contraire assurent la cohérence dans l exercice des diverses libertés par tous, y compris pour les plus démunis. Ils cadrent, certes, les activités d un acteur, mais assurent les libertés pour tous et l équilibre de systèmes fondés en raison. Les atteintes aux droits humains et à l équilibre des systèmes constituent des non-valeurs qui, dans la mesure où elles peuvent être objectivement repérables, doivent être dénoncées. Le corollaire : une normativité ouverte Mais cette approche normative n est pas une morale simple définissant un bien et un mal. Si des activités économiques «néfastes», contraires au respect et au développement des droits de l'homme, peuvent être repérées et dénoncées, les activités favorables à l épanouissement des libertés fondamentales sont beaucoup plus variées. Les valeurs positives inverses aux violations des libertés ne sont pas évidentes ; elles ne sont, en général, pas réductibles à un pôle. La transparence, par exemple, doit être équilibrée avec la confidentialité, dans le respect d une information adéquate. Les désordres sont identifiables mais les réponses sont diverses et multiculturelles, car il y a de nombreuses façons de combiner les valeurs rationnelles. Notre hypothèse est que les valeurs qui paraissent nécessaires par leur rationalité se présentent par couples sur la scène publique, pour autant que celle-ci se libère des idéologies. Elles tracent alors, pour le choix et la construction des réponses, des espaces légitimes d interprétation et de créativité adaptés à la singularité des situations. Figure 4 : quatre versants de fiabilité de la relation d échange DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 17

18 La présentation sous forme de nœud met en évidence que chaque choix s inscrit en des enjeux dialectiques qui demandent à être explicités publiquement : au moins quatre permettent de définir la nature d un espace marchand, inscrit dans un espace démocratique. Il est alors possible de réconcilier l obligation de respecter des valeurs rationnelles et l'exercice des libertés et des responsabilités dans un espace réaliste et cohérent, fondé sur le débat régulièrement institutionnalisé. Le fonctionnement démocratique repose sur le principe que les valeurs rationnelles constituent des oppositions à interpréter, et ne peuvent être réduites à des principes politiquement corrects. L espace de confiance, commun à la démocratie et à l éthique économique, est ainsi sous-tendu à la fois par des valeurs fondamentales clarifiées. Figure 4 : quatre versants de fiabilité de la relation d échange DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 18

19 Valeurs en opposition dialectique Marchand / non marchand Espace / territoire Facteurs de performances écoéthiques Synergie : insertion des biens privés dans les biens communs ; propriété adéquate Cohérence d échelles territoriales (territorialités adéquates) Dommages Gaspillage de ressources dû au cloisonnement privé /public Déliaison avec les territoires Durabilité / flexibilité Cohérence d échelles temporelles (temporalités adéquates) Priorité au court terme (myopie) Sécurité / risque Concurrence, diversification / Coopération, concentration Transparence / confidentialité Définition des seuils de sécurité et répartition claire des risques pertinents Diversité des acteurs ; équilibre des libertés dans la valorisation des ressources Information adéquate Poids du risque sur le plus faible ; précarisation des PME et des emplois Destruction de la diversité ; gaspillages de ressources et d information ; destruction des marges Perte d information et désinformation Tableau 2 : Equilibre et déséquilibre des valeurs Ce tableau est une présentation des couples de valeurs en opposition, dont l équilibre assure un facteur de performance écoéthique et dont le déséquilibre au contraire est source de dommages. Par rapport à la figure précédente, les couples durabilité / flexibilité et sécurité / risques, sont dissociés et le critère de l information est mis à part à cause de sa transversalité. Le tableau suivant présente schématiquement la même logique appliquée à la sphère financière. DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 19

20 Equilibres entre valeurs opposées et nécessaires Dommages Liquidité / stabilité fluidité du marché financier Transparence / confidentialité information adéquate Bonne foi dans les relations économiques / contrôle possible des partenaires confiance dans le fonctionnement du marché Spécialisation / diversification compétence Concurrence / coopération partenariat Assèchement de l accès au crédit, surendettement, volatilité Opacité, augmentation des coûts de transaction, asymétrie de l information Mauvaise allocation des ressources (monétaires, compétences, ressources), atteinte à la propriété privé, désagrégation du tissu économique, aléa moral Cloisonnement, émiettement des responsabilités, marchés aveugles Collusion, abus de position dominante, comportements anticoncurrentiels Tableau 3 : équilibres des valeurs et dommages dans la sphère financière DT 17. Série éthique économique L économie politique des services et produits financiers 20

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier FICHE DE SYNTHÈSE Module 1 Le cadre juridique de l activité d agent immobilier - MODULE SEMAINE 1 - SOMMAIRE : I) Champ d application de la Loi HOGUET... 2 II) Une profession encadrée : les conditions

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

Belgique: Twin Peaks II MiFID applicable au secteur de l assurance

Belgique: Twin Peaks II MiFID applicable au secteur de l assurance Belgique: Twin Peaks II MiFID applicable au secteur de l assurance Table Ronde FARAD - L intermédiation en conformité - 3 avril 2014 Marc GOUDEN Pierre MOREAU Avocats associés Barreaux de et de Mises en

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Réforme monétaire: par où commencer?

Réforme monétaire: par où commencer? Réforme monétaire: par où commencer? Troisième université d automne de l économie autrichienne 4-6 Octobre 2013, Troyes Nikolay Gertchev Chargé de cours à l'ichec Brussels Management School Plan de l'exposé

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2015-1090 du 28 août 2015 fixant les règles constituant le code de déontologie applicable à certaines personnes exerçant

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

La juste rétribution. Documents de travail. de l'iiedh No 21. Patrice Meyer-Bisch Sergio Rossi Laurent Steiner. La finance et le reste du monde

La juste rétribution. Documents de travail. de l'iiedh No 21. Patrice Meyer-Bisch Sergio Rossi Laurent Steiner. La finance et le reste du monde Documents de travail de l'iiedh No 21 Série «Economie et droits humains» La juste rétribution Patrice Meyer-Bisch Sergio Rossi Laurent Steiner Janvier 2013 La pratique relativement récente de rémunérations

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Que reproche-t-on au SMI? Des déséquilibres importants et durables des balances de paiements Discipline

Plus en détail

Démarche en planification financière personnelle L éthique. Éthique. L éthique

Démarche en planification financière personnelle L éthique. Éthique. L éthique Démarche en planification financière personnelle Denis Preston, G.PA., Adm.A.Pl.fin. Chargé de cours Éthique 1. Les principes éthiques; 2. L encadrement légal; 3. La démarche à respecter; 4. Principes

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme Plateforme IRM La plateforme IRM Une vue 360 sur l activité Le management proactif La maitrise des risques La valorisation de l impact social Les caractéristiques techniques Le processus intégral de traitement

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.mutuelle-smi.com (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5 Table des matières Sommaire.................................................................. v Avant-propos et remerciements............................................. 1 Note du traducteur.....................................................

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE)

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) apperçu des Principaux risques et caractéristiques Annexe 2 Table des matières 1. Préambule 5 2. Informations générales sur les risques 6 2.1 Introduction

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE L AUREP propose des séminaires sur mesure pour les conseillers en gestion de patrimoine junior et pour les collaborateurs des conseillers. Il s agit d une sensibilisation

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille Delphine BENOIST Patrick ROUILLON Bia Consulting 2015 Sommaire Introduction sur les directives

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Fribourgissima 21 juin 2012 Prof. Paul H. Dembinski Université de Fribourg & Observatoire de la Finance(Genève) (dembinski@obsfin.ch) 1. Un monde fait de

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.fastt-mut.org (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Sylvain Géron Directeur Associé Polyconseil 22/05/2008 Polyconseil - sylvain.geron@polyconseil.fr Polyconseil Directeur associé : - ARCEP,

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail