n arch is u o r G ti o n d e s o i el , no U T L T

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n arch is u o r G ti o n d e s o i el , no U T L T"

Transcription

1 n arch is A s e p u o r G ti o n d e s ord i n avem bre, d écem bre o C a l e d, no i el Tri m es tr N 97 octobre tes LA M E I LLE U R E R ETR AI TE,! E U Q! A E T U T Q A ' A L T T T CC''EESST L'A

2 ÉDITO E n cette rentrée de septembre 2013 (mais c est quasiment toujours la même chose), les raisons de lutter sont nombreuses, pléthoriques même. La question qui se pose en réalité, ce n est donc pas de savoir s il va nous falloir lutter, mais pourquoi et avec qui? Commençons par le dossier des retraites. La réforme concoctée par le gouvernement de gauche se propose de rétablir, à terme, la balance entre cotisations et prestations. Avec le gouvernement précédent, de droite, la pilule avait été amère. Il semble que celle-ci aura le même goût. Celles et ceux qui devront payer la note, aujourd hui comme hier : vous, nous, les sans grade. Les forces «politiques» ne s intéressent pas au bien-être des populations, mais avant tout à maintenir à flot un système inégalitaire, un système dans lequel les richesses finissent toujours dans les mêmes poches. Quant aux directions syndicales, elles se limitent à une dénonciation de façade et à des mouvements sans perspective et refusent de poser les questions en termes d affrontement de classes Alors, droite et gauche s entendent pour spolier le plus grand nombre avec comme perspective la pérennisation d un système à plusieurs vitesses. Pour ce qui concerne la question syrienne, on voit l hypocrisie étatique et médiatique s étaler à grands coups de discours belliqueux, tout en se voulant «humanistes». Ce pseudo humanisme voudrait nous laisser penser qu une guerre peut être propre à condition de ne pas se servir d armes chimiques! Il est vrai que les tartuffes de la plupart des États se sont entendus (à Genève en 1925, à Paris en ) pour définir en commun les conditions «accep- 2 tables» de déroulement d un conflit. C est probablement ce qui fait courir les chefs d États occidentaux et la Ligue Arabe, lesquels aujourd hui dénoncent l emploi de gaz moutarde, Sarin, VX et autres saloperies qui ont fait un millier de victimes Mais que font-ils des autres victimes? Sont-elles mortes proprement? Les balles dans la nuque, les membres arrachés, les corps écrasés par les bombes, tout cela aurait une autre esthétique guerrière, acceptable cellelà? La réalité, c est que les lobbies guerriers qui fabriquent armes de destruction, personnelles et massives, et qui s autorisent à fabriquer des armes chimiques, font partie intégrante du panorama capitaliste2. La guerre, qui n'est qu'un moyen de préserver les intérêts capitalistes en faisant jouer les rivalités entre États pour le partage de leurs zones d'influence, doit être éradiquée. Les nationalismes, au même titre que les croyances religieuses, qui ont d'ailleurs des racines communes, sont les moteurs des guerres. Venons-en au chômage. Nous devions assister à un infléchissement, voire même à une inflexion de ce phénomène qui gangrène les sociétés depuis 40 années déjà. Que s est-il réellement passé depuis plus d une année? Rien. Toujours autant de contrats au rabais. Toujours autant de galères. Toujours les mêmes qui se serrent la ceinture, quand ils ont encore une ceinture. La société n a pas changé d un pouce. Le capitalisme triomphe partout, pendant que la «crise sociale» s installe elle, durablement. La pression fiscale s est amplifiée au point de rendre encore plus pauvres celles et ceux qui l étaient déjà. Et tout cela ne fait-il pas le lit du fascisme? C est ce que nous sommes enclins à penser, quand ÉDITO p. 2 CONTACTS p. 3 TRAVAIL Réforme des retraites 2013 : le capitalisme continue son offesive p. 4 FÉMINISME Féminisme et antifascisme p. 6 ÉCOLOGIE L'organisation énergivore du capitalisme et la fracturation hydraulique p. 8 BRÉSIL "Occuper la rue est devenu un moyen de faire de la politique" p. 10 SURVEILLANCE État et internet : la police politique de demain p. 13

3 CONTACTS nous prenons connaissance des sondages, ou bien quand nous voyons que les agressions à caractères raciste, fasciste, homophobe et antiféministe, se développent impunément. Les réponses à cette gangrène sociale ne se trouvent pas dans une simple dénonciation des discours, des actes et des agressions à caractère fasciste. Elles se situent avant tout dans une remise à l endroit de l ensemble de la société. L égalité économique et sociale, la solidarité, l entraide, sont non seulement des valeurs à défendre et à partager, mais elles représentent surtout les fondements nécessaires à cette nécessité révolutionnaire qui doit totalement changer les rapports sociaux et modifier en profondeur la vie en société. Le fascisme, en dépit de sa phraséologie propagandiste, a toujours trouvé ses meilleurs appuis auprès des capitalistes... Qu ils se revendiquent du libéralisme à outrance ou du social-libéralisme, ce n est pas des gouvernants ou des dirigeants de ces sociétés, que nous ver- ront venir un changement révolutionnaire, et ceci est bien normal en somme. Ce qu il faut donc, c est se débarrasser d eux en réalisant, sans aucun intermédiaire, nous-mêmes cette nécessaire révolution. Ensemble, avec tou te s les libertaires, agissons dans ce sens. Pour contacter lasite Coordination des Groupes Anarchistes internet : Secrétariat : 20, rue Terral Montpellier - Courriel : Relations Extérieures : 2, rue Théodore Guiter, Perpignan - Courriel : Relations Internationales : 19, rue Pierre Blanc, Lyon - Courriel : La CGA à Auch Liaison Auch écrire au secrétariat La CGA à Carcassone Groupe Carcassonne Courriel : La CGA à Clermont-Ferrand Groupe de Clermont-Ferrand Courriel : La CGA en Comminges Groupe Nosotros Ancien collège, ASPET Courriel : La CGA à Lille Groupe D'Anarchistes de Lille et Environs GDALE c/o CCL 4 rue de Colmar, LILLE Courriel & site web : 1 La CGA à Lons-le-Saunier Liaison Lons-le-Saunier écrire au secrétariat La CGA à Lyon Groupe de Lyon, (Relations Internationales) Librairie la Plume Noire 8, rue Diderot LYON Librairie ouverte le mercredi de 1 7h à 1 9h et le samedi de 1 5h à 1 9h. Tél Courriel : La CGA à Montpellier (Secrétariat) Groupe Un Autre Futur 20, rue Terral, MONTPELLIER permanences le samedi de 1 5h à 1 9h Courriel : La CGA à Orléans Liaison Orléans écrire au secrétariat La CGA à Paris Groupe de la région parisienne Courriels : La CGA à Perpignan Groupe Puig Antich (Relations Extérieures) 2, rue Théodore Guiter Ecrire à : c/o CES, BP PERPIGNAN CEDEX Courriel : Permanence tous les samedis de 1 5h à 1 9h La CGA à Toulouse Groupe Albert Camus 36, rue de Cugnaux, TOULOUSE Courriel : Permanences le mardi de 1 8h30 à 1 9h30 Pour connaître l'activité des groupes et des liaisons de la CGA, rendez-vous sur l'agenda en ligne accessible depuis la page d'accueil du site: La CGA en Vaucluse Groupe Lucy Parsons Courriel : 3

4 TRAVAIL RÉFORME DES RETRAITES 2013 : LE CAPITALISME CONTINUE SON OFFENSIVE L la nouvelle réforme planifie sa poursuite, amenant la durée de cotisation à 43 ans en 2035 pour avoir une retraite à taux plein. Cette mesure aura pour conséquence soit de travailler plus longtemps, et donc de reporter l âge effectif de départ à la retraite, soit de diminuer le niveau des pensions. En effet, le système de décote ampute les pensions des carrières non complètes en fonction du nombre de trimestres manquants. Or de nombreux ses salarié e s, avec l'importance du chômage et la hausse de la précarité, ont des carrières courtes et discontinues et n arrivent déjà pas à réunir le nombre d annuités demandé. En réalité, les entreprises cherchent à se débarrasser des salarié e s âgé e s, et l'on constate que plus de la moitié des personnes se trouvent hors emploi au moment où elles liquident leur retraite. Enfin, Une réforme qui réduit encore le l'entrée dans la vie active se fait de plus en plus tard. L augmentation de la durée niveau de vie des salarié e s et de cotisation se traduira ainsi par une retraité e s réduite pour le plus grand Dans le prolongement de la loi Fillon pension nombre. Cette dégradation sera de 2003 qui prévoyait l allongement particulièrement subie par les femmes, de la durée de cotisation jusqu'en 2020, étant donné qu'elles sont plus a nouvelle réforme que propose le gouvernement n'a rien de juste et d'équilibré. Dans la continuité des réformes des années 1993, 2003 et 2010, elle a pour but de favoriser les profits des capitalistes, en diminuant la part des richesses redistribuée aux salarié e s, qu'ils/elles soient à la retraite ou non. L'enjeu pour les capitalistes est de rendre la capitalisation incontournable en cassant le système par répartition jusqu'à ce qu'il ne donne plus aucune garantie de percevoir une pension décente. Ils espèrent ainsi voir grossir leur capital par les épargnes individuelles pour en tirer plus de profits, tandis que la majorité des personnes âgées seront condamnées à la pauvreté et amenées à accepter des contrats précaires et des salaires de misère pour subvenir à leurs besoins. 4 particulièrement touchées par les carrières courtes, discontinues et les temps partiels. De plus, deux mesures envisagées vont abaisser directement le montant des retraites. La première est le report de six mois de la revalorisation des pensions en fonction de l'inflation. La seconde est la fiscalisation de la majoration de 10 % des pensions des parents de trois enfants. Il est estimé que ces deux mesures feront perdre 2,7 milliards d euros aux retraité-e-s chaque an. Quant aux salarié e s, ils/elles seront touché e s par l augmentation des cotisations salariales de 0,15 point en 2014, puis de 0,05 point pendant trois ans, soit une augmentation totale de 0,3 point. Si la même hausse des cotisations patronales est prévue dans la réforme, le gouvernement a d ores et déjà rassuré le patronat en annonçant qu elle s accompagnerait dès 2014 d une baisse significative des cotisations patronales finançant la protection sociale afin de ne pas toucher au coût du travail. Le manque à gagner sera payé pour l essentiel par les salarié e s, par le biais

5 TRAVAIL d'une augmentation d'autres taxes ou impôts. Enfin, la réforme prévoit également la mise en place d'un dispositif permettant chaque année au gouvernement de prendre des «mesures de redressement», supprimant ainsi toute garantie sur les retraites. La démographie et l'allongement de l'espérance de vie comme faux prétextes au démantèlement du système des retraites Selon les prévisions, le déficit serait d'environ 20 milliards d'euros en 2020, soit un point du PIB. Si on compare cette somme à celle que représentent les exonérations ou allègements de cotisations sociales patronales, on voit que cette dernière est bien plus importante. Par exemple, la totalité du manque à gagner est estimé à plus de 27 milliards d'euros pour la seule année En 2012, les profits distribués par les entreprises se sont élevés à 230 milliards d'euros, et les dividendes sont toujours en continuelle augmentation malgré la crise. Le problème est donc loin d'être un manque de ressource disponible, mais bien une question de choix de répartition des richesses, et au-delà, de système politique et économique. La démographie et l'allongement de l'espérance de vie sont les arguments avancés pour justifier la réforme, alors que ces estimations n'ont pas évolué depuis la réforme de 2010, déjà censée équilibrer les comptes. En réalité, le manque à gagner provient des effets de la crise économique démarrée en 2007, qui a entraîné une augmentation du chômage, et par conséquent une baisse du montant des cotisations. Et cette crise est le résultat des politiques libérales qui organisent le transfert d'une part toujours plus importante des richesses produites vers une minorité au détriment de l ensemble de la population. De plus, la logique selon laquelle nous devrions travailler plus parce que nous vivons plus longtemps alors que le chômage atteint des records n'a pas de sens. Au contraire, il apparaîtrait plus cohérent une diminution du temps de travail pour un meilleur partage. Mais là encore, c'est un tout autre objectif qui est visé, celui de précariser, flexibiliser et tirer profit du plus grand nombre. Toujours plus d'exploitation et de précarité pour les profits des capitalistes Face à la crise, l'offensive capitaliste s'intensifie et les gouvernements, en France comme partout en Europe, multiplient les mesures entraînant la paupérisation de la population. En effet, rigueur budgétaire sur les dépenses sociales et retour à la croissance par le renforcement de la compétitivité des entreprises sont leurs seuls mots d'ordre. Le gouvernement Ayrault poursuit cette même logique en imposant d'un côté d'importantes restrictions budgétaires dans les dépenses publiques et en accordant de l'autre 20 milliards de crédits d'impôts aux entreprises. Au printemps dernier, l'inscription dans la loi de l'ani a marqué un pas de plus vers la flexibilité au travail, et la réduction toujours plus importante de garantie en terme de salaire et de sécurité de l'emploi. Avec ces mesures, il s'effectue à grande vitesse un transfert des richesses, dans tous les pays, des classes populaires et moyennes vers les plus riches et les détenteurs du capital et des entreprises. C'est bien là qu'il faut chercher les objectifs réels des politiques d'austérité. Ceux qui ont le pouvoir économique défendent férocement leurs intérêts, comme l'a montré le discours de Pierre Gattaz, le nouveau dirigeant du MEDEF, lors de leur université d'été. Car le but des actionnaires et des patrons reste de continuer à engranger des bénéfices, en captant à court terme la part la plus importante possible des richesses. Ils réclament ainsi toujours plus de mesures en leur faveur et en défaveur des salariées. Et c'est bien cette politique que suivent les États, en conséquence du rapport de force en faveur des dirigeants de l'économie dans la société capitaliste et des convergences d intérêts de classe. La réforme des retraites s'inscrit dans cette logique. L'objectif patronal est que le système de financement socialisé des retraites ne permette plus d'obtenir une pension décente, pour forcer les salarié-e-s à se tourner vers une épargne individuelle en achetant des actions pour compléter leurs futures pensions. C est ainsi que, suite à la réforme de 2003, furent créés dès 2004 les PERP, «Plan épargne Retraite Populaire» détenues par les banques et les assurances privées. Ce champ d accumulation est particulièrement juteux pour le capital, mais n offre en revanche aucune garantie pour les salarié e s. Ce système, inégalitaire dans son principe même puisque l on épargne en fonction de ses moyens, est de plus profondément risqué. Par exemple, au Royaume-Uni, les adhérent e s d un fonds de pension ne retrouvent que 50 % des sommes qu ils/elles ont versées. Les 50 % restants partent en frais de gestion et en dividendes pour les actionnaires. On peut également donner comme exemple les centaines de milliers de petit e s épargnant e s qui avaient confié leurs fonds de pension à Enron2 et qui ont perdu l'essentiel de leur capital-retraite lorsque l'entreprise étasunienne a fait faillite. Répartition égalitaire des richesses et gestion directe de la production des biens et des services Face aux régressions sociales imposées par le patronat et l État, il est urgent de se mobiliser et de ne pas se laisser berner par les discours politiques et médiatiques invoquant des mesures justes et nécessaires. Pour la majorité, il devient de plus en plus insupportable de se faire licencier, d'enchaîner les contrats précaires, de voir ses conditions de travail et niveau de vie se dégrader, de galérer pour se loger et se nourrir convenablement. Et qui plus est de devoir accepter sans rien dire les mesures antisociales, alors que les cadeaux aux entreprises se multiplient au nom de la compétitivité. Étant donné les divisions syndicales, les stratégies de journées isolées, et surtout la résignation due aux échec successifs des mobilisations, notamment celles de 2010, la construction d'un mouvement semble cependant difficile. Pourtant, la seule façon de faire reculer le pouvoir serait la mise en route d'un mouvement faisant converger différents secteurs de l'économie et rassemblant les retraité e s, chômeur ses, étudiant e s... Lutter dès maintenant contre le recul social et pour un système égalitaire de répartition des richesses permettrait d'ouvrir des perspectives en rupture avec le capitalisme et l'étatisme, pour en finir avec la domination économique et politique de quelques un e s et l'exploitation du plus grand nombre

6 FÉMINISME FÉMINISME ET ANTIFASCISME L consiste à lutter contre les groupes et mouvements fascistes, et leurs idéologies nationalistes, racistes et xénophobes. Là-dessus, tout le monde s'accorde. Néanmoins, il est au minimum une composante de l'idéologie fasciste pour laquelle la réponse antifasciste semble encore à construire : l'oppression des femmes. Car sans surprise, les idéologies fascistes donnent une place bien définie aux femmes et s'occupent de leur devenir. Au centre des valeurs défendues, la famille sert d'argumentaire favori pour établir les inégalités entre les hommes et les femmes. Basée sur un schéma hétérosexuel et patriarcal, la famille version fasciste assigne les femmes («la femme») aux fonctions de procréatrice, de mère, et de ménagère, assurant également le «repos du guerrier» en assouvissant ses désirs sexuels. Rien de ce qui constitue le féminisme et ses luttes n'entre dans le tableau fasciste. Il en est ainsi avec l'ensemble des a lutte antifasciste au mariage pour les couples de même sexe, avec le déferlement de la «manif pour tous» et ses dérivés), par la lutte contre les mouvements féministes (en créant des mouvements prenant le contre-pied, tel le mouvement des Hommen, qui se veut le pendant masculin du mouvement Femen1 ), ou encore par les attaques contre le Planning familial. revendications d'émancipation des femmes, dans tous les domaines : au domicile (concernant les tâches ménagères, les soins aux enfants, les viols et violences conjugales), dans le monde du travail (sur les inégalités salariales, la précarité et les conditions de travail), et jusque dans l'appropriation et la libre disposition de leurs propres corps (grâce à l'accès libre et gratuit à la contraception et à l'avortement, et l'accès à l'information sur le corps et les sexualités). Ainsi, les mouvements réactionnaires de droite et d'extrême-droite luttent contre l'égalité femmes/hommes par la revendication ouverte du retour de la femme dans le 'foyer', impliquant la tutelle financière et légale du mari, et la perte de toute autonomie et de tous choix propres. Cela se traduit, pratiquement : par la lutte active contre le droit à l'avortement, notamment par des prières de rue tenant un discours mortifère (devant l'hôpital Tenon à Paris, par exemple), par la lutte contre la reconnaissance des familles homoparentales et les droits des personnes homosexuelles (exemple récent flagrant au sujet du droit d'accès On le voit, la pensée fasciste est par essence antiféministe, et les mouvements qui la suivent ne manquent aucune occasion de lutter contre l'avancée des droits des femmes et l'évolution des représentations familiales vers plus d'égalité. Il est donc tout à fait logique et pertinent que les luttes contre le fascisme soient en lien permanent avec, entre autres, les luttes féministes. Mais qu'en est-il de ce lien entre idées féministes et groupes antifascistes? Au sein des groupes antifascistes, nous pouvons distinguer deux formations différentes. Les groupes politiques, regroupant des personnes qui se retrouvent derrière des idées politiques larges (antipatriarcat, syndicalisme, écologie, économie...) d'un côté ; de l'autre, les groupes affinitaires regroupant un noyau de copains (plus que de copines) en accord sur un point politique particulier (ici l'antifascisme) mais discutant peu ou pas d'autres éléments politiques. Dans les groupes politiques d extrême- gauche ou libertaires, le féminisme et l'antifascisme appartiennent couramment aux thématiques défendues. Le point de départ étant souvent le constat de rapports de domination, ces axes sont à la fois transversaux et s'alimentent entre eux. Néanmoins, parmi les groupes politiques de gauche ou libertaires, le thème du féminisme ne fait pas toujours recette, selon l'argument qu'une fois arrivé le grand soir, le problème du patriarcat et de toutes ses composantes disparaîtront d'eux-mêmes. Or, tout comme il n'est de fonctionnement nonhiérarchique inné ou spontané, il apparaît difficile de prétendre à une société égalitaire se créant toute seule sans pratique préalable ni réflexion sur les tenants et les aboutissants des systèmes de domination. Les groupes affinitaires sont des groupes souvent politisés (mais pas toujours) dont la durée de vie est courte. Restreints la plupart du temps à des actions au coup pour coup, cela les empêche de prendre le temps de la réflexion sur leurs pratiques d'un point de vue antisexiste ou sur le féminisme au sens plus large. De plus, comme le terme «affinitaire» l'indique, il s'agit de personnes se sentant proches les unes des autres, donc souvent supposées de même opinion. Une personne portant une opinion différente ou apportant une réflexion sur une thématique particulière non existante dans le groupe, tels le féminisme ou l'anti-sexisme, pourrait être vue comme dissidente, et ainsi être tenue à l'écart, voire exclue purement et simplement du groupe. Un fait qui pousse au consensus officieux, sans discussion réelle de fond risquant de remettre en cause l'existence même du groupe affinitaire. De fait et sans contradiction avec ça, une bonne partie des courants antifascistes se veulent plutôt antisexiste que féministe. L'antisexisme peut parfois être une composante du féminisme, mais uniquement partiellement puisque ne prenant en compte que les formes particulières de discrimination entre hommes et femmes, sans vision globale ou systémique de la domination masculine. Se revendiquer de l'antisexisme n'est pas un gage 1. En réalité, les Hommen ne reprennent que le code visuel des Femen, soient des hommes torses nus avec un slogan écrit dessus (d'une originalité inouïe : on retrouve cela dans les groupes de supporter de rugby ou de foot). Ceux-ci ont fait leur apparition sur la fin du mouvement de la «manif pour tous». 6

7 FÉMINISME d'accord avec les idées et revendications féministes. On peut ainsi trouver des hommes se revendiquant antisexistes tout en étant fondamentalement antiféministes2. L'antisexisme ne forme donc pas politiquement et pratiquement à plus d'égalité, et les groupes antifascistes politiques ou affinitaires se croyant pourtant bien intentionnés parfois dérapent. Un exemple récent flagrant dans le cadre d'une manifestation de mouvements féministes contre la fermeture d'un centre IVG : à un point donné du parcours, la manifestation fait face à une prière de rue protégée par une petite milice fasciste. On voit alors l'ensemble des hommes membres de groupes affinitaires ou de structures politiques présents hurler des slogans et faire une ligne de défense strictement masculine. L'intention et les slogans avaient beau être «féministes», la posture adoptée était à l'opposé. Il semble facile lors de moments tendus et inattendus, de faire passer le féminisme ou l'antisexisme à la trappe, d'autant plus si ce type de situations n'a jamais été anticipé, et les réactions, posées et discutées collectivement. Autre pierre d'achoppement : le nombre de femmes dans les espaces militants. Socialement, ce sont les hommes qui sont les plus poussés à prendre des responsabilités militantes, et le pourcentage de femmes dans les organisations politiques est relativement faible. Il est d'autant plus faible sur les questions d'antifascisme que cette thématique est vue comme demandant des compétences réservées aux hommes. Cette sur-représentation masculine n'aide pas à porter une parole féministe, et les rapports au sein même des organisations seront inégalement genrés : au niveau politique, une femme sera testée sur ses bases politiques, et sa parole ne sera pas ou peu prise en compte lors de réunions ou de débats. Dans sa participation, elle sera plus facilement orientée sur la réalisation des tâches considérées comme féminines : trésorerie, secrétariat, écriture de comptes-rendus, préparation de l'ordre du jour Pour certains groupes, la présence d'une femme, même une seule, en leur sein est un gage d'antisexisme. Jolie pirouette. Mais toute femme n'est pas féministe, de la même manière qu'elle n'est pas prédestinée au ménage, au secrétariat ou à l'éducation. Ce n'est en réalité que la marque d'une légère mixité. Au niveau pratique, se pose la question du rapport à la violence, de la vision genrée de la violence physique et verbale, à la fois par les femmes et par les hommes. Car dans les deux cas, l'éducation genrée pousse vers : «les garçons se battent pour dominer, les filles sont dominées». Les groupes affinitaires, notamment, sont des groupes de rue dont un des objectifs affirmés est la violence physique, laquelle est réservée par la société patriarcale au domaine masculin. Pour les quelques femmes présentes dans ces espaces, il s'agit alors d'entrer dans le moule viril de la provocation, de la bagarre et du sans-peur. C'est probablement une raison supplémentaire d'y trouver peu de femmes. Un tel constat ne revient ni à associer virilisme et violence en laissant celle-ci aux hommes, ni à se satisfaire de cette situation en la considérant comme un horizon indépassable. On voit par exemple, depuis quelques temps dans le collectif vigilance 69 contre l'extrême-droite, que des militantes féministes ont poussé à la mise en place de Services d'ordre mixtes, et les formations SO sont faites par des femmes. Si l'objectif du SO est d'éviter l'affrontement direct avec les fascistes, faire partie du SO c'est apprendre des gestes et des postures d'intimidation, de menace, c'est mettre son corps en situation de pouvoir se défendre, réagir. C'est aussi travailler sur sa peur et apprendre à être plus sûr-e de soi dans un logique féministe d'empowerment3. Ainsi, une voie reste à creuser pour briser le monopole masculin de la violence et développer une autodéfense populaire nous incluant toutes et tous sur des bases égalitaires : le développement de l'autodéfense féministe rendant accessibles aux femmes des pratiques individuelles mais surtout collectives. Féminisme et antifascisme ne sont pas intrinsèquement en opposition, au contraire, ce sont deux thématiques fondamentalement liées. Dans la pratique, il y a un large potentiel de réalisation de ce lien dans le monde militant libertaire. Néanmoins, dans les groupes politiques et/ou affinitaires se revendiquant de l'antifascisme, cette mise en pratique n'est pas encore aboutie. Outre le faible nombre de femmes dans les sphères militantes antifascistes, il manque au milieu antifasciste dans son ensemble de s'attarder plus précisément sur la thématique féministe comme piste sérieuse de lutte antifasciste, et de considérer que les pratiques (quelles qu'elles soient) nécessitent de prendre en compte les idées féministes. Car les organisations politiques et militantes ne sont pas hors le monde, et les rapports de domination qui sous-tendent la société ne disparaissent pas par magie à la porte des groupes militants. 2. Les masculinistes, par exemple, que l'on retrouve de l'extrême-gauche à l'extrême-droite, estiment que les luttes féministes ont fait basculer la société dans la domination inverse. Ils considèrent que les femmes ont maintenant l'avantage sur les hommes, en s'appuyant notamment sur les jugements qui donnent la garde des enfants aux mères plutôt qu'aux pères, dans les cas (peu fréquents) où la garde est disputée. Cette vision partielle des cas de séparations conflictuelles nécessitant l'intervention de la justice est pourtant éminemment patriarcale. En effet, ces décisions de justice sont la conséquence : soit du constat fréquent que les femmes étaient déjà majoritairement en charge des enfants avant la séparation (les conjoints ne s'en souciant qu'au moment de la séparation comme enjeu de pouvoir), soit encore, de l'influence de l'idéologie patriarcale sur les juges qui pose que «les femmes et leur instinct maternel s'occupent des enfants», soit enfin, des violences de l'ex-conjoint (conjugales et/ou sur les enfants). 3. Concept intraduisible de la théorie féministe signifiant «augmenter sa puissance, sa capacité d'action». 7

8 ÉCOLOGIE L ORGANISATION ÉNERGIVORE DU CAPITALISME ET LA FRACTURATION HYDRAULIQUE L a recherche de nouvelles sources d énergies venant remplacer le pétrole conventionnel (dont la déplétion est en cours) se développe au niveau international. La position actuelle du territoire sur lequel nous nous trouvons est remise en question par cette configuration géo-politique nouvelle. Le discours de la crise, vient de plus en plus presser les cerveaux pour les faire baigner dans les eaux glacées du calcul égoïste. Le discours de l urgence devient une arme en soi, entraînant des difficultés de communication et de repères1. La décision dans l urgence est contraignante, autoritaire et difficile. Pris par la vitesse, la ligne d horizon diminue en liberté, tout en se renouvelant rapidement. Chaque décision qui pourrait paraître pertinente est rendue caduque l instant suivant, le libre arbitre laissant place à la soumission ou a l arbitraire2. visera plutôt a une organisation plus musclée et austère de nos capacités, qu a leur autogestion et extension. C est la lutte qui a contraint le gouvernement a faire bonne figure, qui a permis d exiger des vérifications, des changements, des améliorations. Il n y a pas d autres moyens de se prémunir des assauts sur nos capacités que la lutte. Propagande Seule la lutte paie La loi qui empêche actuellement les exploitations n est pas cadenassée, elle laisse ouverte tout un ensemble de failles qui peuvent être exploitées pour l annuler, et en mettre une nouvelle, favorable a l exploitation. Une telle annulation servirait la classe politique qui pourra alors jouer la carte de l ignorance et de la légalité, pour ensuite en «bon démocrate» relancer les propositions. Des propositions3 qui avec le paravent de la «crise économique urgente» et le rapport de force actuel, ou le patrimoine. De nouveaux emplois cependant seront a prévoir : des propagandistes qui se chargent de rassurer tout le monde, celleux qui détruiront le paysage pour installer les forages, les compagnies payées pour livrer de l'eau potable aux personnes dont l'eau aura été contaminée, sans parler de ceux qui prescriront les médicaments et antidépresseurs aux survivants de ce désastre. Un travail et une production destructrice La profitabilité de ces extractions potentielles est mise en avant à travers le cas des États-Unis, un cas très particulier puisque les exploitations s y font a perte. Si des emplois spécifiques, lors de la mise en place sont créés, ils sont éphémères et diminuent largement après cette phase, tout en détruisant des emplois pérennes dans l agriculture, Ce n est pas tant l exploration, ou l exploitation, ou encore le type de ce qui est recherché (pétrole, gaz, lié au schiste ou pas4) qui pose problème, que la technique employée. Les autres techniques proposés, même si elles pourraient diminuer les intrants chimiques et la quantité d eau, ne changent pas les problèmes dus à la fracturation elle-même (et ce n est pas le renommage idéologique de cette technique par «stimulation» ou «massage», etc. qui changera la réalité). Les médias de leur côté n'hésitent pas à montrer uniquement les élu e s locaux les mobilisé e s (pas la population), ou réduisent la diversité des manifestant e s au terme «écologistes». Les groupes locaux ne sont pas dupes et restent sur leurs gardes, prêts s'il le faut à la désobéissance civile pour empêcher les explorations en repérant et arrêtant les camions censés les permettre. D'autres préfèrent le terrain juridique et relèvent les vices de procédures. 1. Sur ces questions, on lira à profit l œuvre de Paul Virilio, «Accélération. Une critique sociale du temps» (2010) et «Aliénation et accélération» (2012) de Harmut Rosa, ou encore le «Relevé provisoire de nos griefs contre le despotisme de la vitesse à l occasion de l extension des lignes du TGV» (1991) de l Encyclopédie des nuisances. 2. La recherche de l accélération est structurellement due à la production en quantité industrielle qu il faut redistribuer, transporter, ainsi qu a une monopolisation de notre énergie et de nos affects à l exploitation. C est parce que le capitalisme nous vole notre décision (à travers ces exigences) des espaces et de la durée ou nous déploierons nos affections et nos énergies que naît l ambition individuelle d un gain de vitesse, l envie d une accélération a court terme. 3. À n en pas douter le projet d une société nationale proposée par le ministre Arnaud Montebourg y trouvera une place de choix. 4. Ainsi à Jouarre, en Seine et Marne, une plate-forme est déjà installée, aucune fracturation n'y a lieu pour l instant, mais tout le matériel est sur place. Le 14 juillet 2013, François Hollande à déclaré que tant qu il était au gouvernail, il n y aurait «pas d'exploration du gaz de schiste en France». Il ne s est donc pas formellement opposé au pétrole de schiste, ni aux autres ressources qui pourraient être recherchées avec les mêmes techniques. 8

9 ÉCOLOGIE Aux États-Unis d Amérique du Nord, on n hésite pas a payer pour faire taire, et dans notre pays, le lien entre les questions d énergie et le secret d État est connu, si on y ajoute le secret industriel derrière lequel certaines entreprises peuvent cacher leurs procédés, la transparence du pouvoir avance beaucoup moins vite, que le viol de l intimité, le traçage et le fichage de la population. Expertise & «Démocratie» L expertise au service du public donne des arguments de faible portée, fragile à manier par des non scientifiques, facilement remis en question par d autres expert e s, et parfois le tri est difficile a faire5. Les arguments politiques sont par contre de notre ressort. En commençant par restaurer une conscience de classe qui a trop cédé la place au conspirationnisme6. L illusion de la «demande» auquel prétend répondre le libéralisme, est le fruit d une organisation sociale qui favorise cette demande, et du passé de l organisation socio-technique. Elle entraîne aussi l aliénation des individus qui nie l aspect social et politique du problème pour le réduire à celui d une cohérence individuelle, au détriment des faibles libertés laissées par le rapport de classe et la paupérisation, ainsi que d une critique d une durée de vie tenue cachée (obsolescence programmée) et d énergie dépensée à produire (trop) pour vendre et non pour des besoins désaliénés. Réalisant le projet libéral d un zoo géant des modes de vie, ou le questionnement des outils de productions, puis de leur gestion est un interdit. L organisation autoritaire de la gestion de l énergie (à travers l imposition entre autre du renouvelable), doit laisser place à une organisation collective autogérée, locale et fédérée, qui critique dès le début l organisation socio-technique vis-à-vis de laquelle nos besoins sont relatifs. C est cette organisation qui doit être moins énergivore. Une tendance qui peut être atteinte en rejetant le mode capitaliste de production et de régulation d accès a cette production. Contrôler, maîtriser et gérer l orientation de la production en prenant soin de sa durée de vie, des dégâts sanitaires et environnementaux, en visant des matériaux locaux, renouvelables, dont les techniques de réparation et d entretien soient libre et facile d accès, de compréhension et de reproduction. Une journée internationale de lutte contre la fracturation hydraulique est prévue le 19 Octobre Florian (Groupe de Montpellier Un Autre Futur) 5. Il faut examiner leurs qualifications, leurs formations, leurs implications dans des groupes politiques (lobbying), s ils/elles disposent juste d un titre ou s il s agit d une pratique au quotidien. Ils/elles doivent être qualifié e s pour parler de leur sujet s ils/elles prétendent apporter des arguments scientifiques. Il arrive que des expert e s soient présenté e s de manière biaisée, ou encore qu ils/elles aient des avis contradictoires, alors qu ils/elles sont de compétences et d indépendance égale. Il faut aussi savoir distinguer le savoir d un e expert e d un témoignage qu apporte un e expert e. 6. Pour résumer rapidement notre critique : elle consiste à dire (sous l inspiration de Chomsky) que les conspirations sont des pratiques sommes toutes courantes et qu elles ne constituent pas l essentiel des méthodes du pouvoir, mais qu une toute petite partie quotidienne d une part, et d autre part qu on peut distinguer l hypothèse d une conspiration, à l occasion, de l idée que tout est conspiration (qui là relève spécifiquement du conspirationnisme). 9

10 BRÉSIL «OCCUPER LA RUE EST DEVENU UN MOYEN DE FAIREENTRETIEN DE LAAVEC POLITIQUE» L'OASL L 'Organização Anarquista Socialismo Libertário (OASL - Organisation anarchiste socialisme libertaire)1 a participé aux luttes de juin 2013 contre l'augmentation des transports à São Paulo et dans ses environs - Mogi das Cruzes, Marilia et Franca qui ont entraîné un vaste mouvement social dans le pays. Les autres organisations liées à la Coordination anarchiste brésilienne (CAB) ont de même, dans d'autres États, contribué luttes. Début juillet, deux militants de l'oasl, Pablo Pamplona et Thiago Calixto, ont répondu aux questions de notre camarade sud-africain Jonathan Bane (Zabalaza Anarchist Communist Front). Jonathan Bane : Comment les mobilisations ont-elles démarré? Comment et par qui sont-elles organisées? Pablo Pamplona et Thiago Calixto : Les semaines précédentes, il y a eu plusieurs luttes significatives, comme la grève enseignante de l'état de São Paulo, qui a réuni des milliers de personnes en manifs, mais qui est restée sous le contrôle d'un syndicat proche du pouvoir. Une autre lutte importante est celle de l'université estadual paulista (UNESP) qui est en grève depuis plus de deux mois, avec des occupations et des barrages routiers à Marilia, sur des revendications larges comme le titre de séjour étudiant, l'égalité par rapport aux autres universités publiques, pour une politique de quotas sociaux et raciaux, et contre la sélection au mérite à l'entrée de l'université. Les militantes et les militants de l'oasl ont aidé à construire ces luttes. Et puis on voit d'autres luttes significatives au niveau communautaire, syndical, agricole et étudiant, qui ont aidé à faire partir la mobilisation populaire. Notamment, sur le bidonville du Moinho, l'action des gens expulsés de leurs 10 maison à cause de la spéculation immobilière et de la préparation des méga-événements2. Ces mouvements ont certainement aidé à entraîner la population dans les rues. La lutte contre l'augmentation du titre de transport est organisée, depuis 2006, par le Mouvement Pass libre (MPL). Ce mouvement, avec lequel l'oasl a une grande affinité, garde un caractère autonome et combatif. Il construit ses luttes dans l'indépendance, et privilégie une participation horizontale et généralisée. Ils n'utilisent pas de sono, les discours sont toujours prononcés sous forme de «bouffon» (quelqu'un crie les informations et les personnes autour répètent ses mots pour que le plus de gens possible puissent entendre), et ils essaient d'éviter les manifs passives. Cette forme de mobilisation, caractéristique des luttes contre l'inflation, a séduit la population, qui, à notre avis, en a marre des mobilisations de la gauche traditionnelle, sous forme de podiums et de discours usés. La désobéissance civile, l'action directe et le travail à la base ont été des pratiques caractéristiques du mouvement. En même temps, dans les manifs, le rejet des partis a été, en grande partie, instrumentalisé par les conservateurs et les nationalistes, voire par l'extrême droite, et a fini par englober la gauche dans son ensemble, donc y compris les mouvements sociaux et syndicaux. Cela ne peut que nous préoccuper. Les grands médias ont contribué à cette avancée des forces conservatrices et à l'affaiblissement de la revendication sur les transports. J. B. : Les protestations contre l'augmentation des tarifs sont assez habituelles au Brésil. Pourquoi est-ce que ce qui se passe à São Paulo est différent? P.P. et T.C. : À la fin de la dernière mobilisation contre l'augmentation du transport, en 2011, le MPL a voulu élargir en lançant la campagne Tarifa Zero. La question du transport public a été posée de manière plus politique, en lien avec la gestion des ressources publiques, du droit de la ville. Le MPL a défendu un vrai service public de transports, qui devrait être, au même titre que la santé et l'éducation, garanti et indexé sur les revenus : ceux qui ont beaucoup paient plus, ce qui ont moins paient moins, ceux qui n'ont rien ne paient pas. Cette campagne du MPL a, durant deux ans, favorisé une discussion politique interne et un travail extérieur dans les écoles et les collectivités, qui semble avoir été très positif. Pour nous, cela a contribué à former des militantes et des militants capables de construire une mobilisation à la fois plus large et plus radicale. Mais personne n'avait imaginé que la qu'elle prendrait une telle ampleur, et échapperait en grande partie, à ses initiateurs. Un autre facteur qui a pu être important, c'est que depuis huit ans et pour la première fois dans les luttes sur les transports à São Paulo, nous avons un préfet issu du parti des travailleurs (PT, le parti de gauche au pouvoir depuis 2003). Du coup, la lutte a aussi attiré les conservateurs et la droite, pour affaiblir le préfet et, par ricochet, le gouvernement fédéral. Le rôle de la presse a été fondamental. Au début, elle était contre le mouvement. Mais à mesure qu'il s'amplifiait et subissait une répression qui a également touché les journalistes, la presse a changé de position. Elle encourage néanmoins le civisme, le pacifisme, le patriotisme, et criminalise tout ce qui est plus radical. Les réseaux sociaux3, qui ont permis de diffuser largement des images et des vidéos des manifs, ont sans doute beaucoup compté aussi. 1. L'OASL est membre du réseau communiste libertaire international Anarkismo. (auquel adhère aussi la CGA) 2. La coupe du monde de football de Facebook, Twitter, Tumblr...

11 BRÉSIL J. B. : Dites m'en plus sur le rôle des réseaux sociaux. P.P. et T.C. : Rien n'aurait été possible sans les années de construction du mouvement, ou sans la révolte contre la répression d'état. Cependant, les réseaux sociaux ont joué un rôle fondamental. Facebook est un outil important pour le MPL, et sa source de diffusion principale. La convocation aux manifs a été faite grâce aux événements Internet, et les notifications ont permis de donner des informations sur la lutte et principalement pour démentir les mensonges de la presse officielle. À la première manif, il y avait déjà personnes, avec une couverture en direct du principal journal télévisé du pays. Idem pour les actions suivantes : les grands médias ont continué de parler de la lutte. Au début, les protestataires étaient traités de vandales, de jeunes voyous... Alors tout le pays s'est mis à parler des manifs. Sur les réseaux sociaux, on partageait des vidéos et infos qui contredisaient les versions officielles et la répression, plutôt que de faire peur, a incité à la révolte et. À São Paulo, le gouvernement a été dur, en envoyant des troupes de choc. Cependant, les sous l'influence des médias, de nombreux manifestants ont commencé à condamner tout acte de violence, et le «pacifisme» a pris de l'importance. Pour nous, les faits récents confirment ce que les anarchistes défendent depuis toujours : il ne suffit pas que le peuple soit dans la rue, il faut qu'il prenne le pouvoir, par la base, avec son propre rythme et sa propre organisation (autogestion), et non par les moyens institutionnels mais par la construction d'organes participatifs et populaires. Pour ça, le travail de base est essentiel. S'il n'y a pas de préparation préalable, les discussions politiques restent abstraites et noyautées par des organisations extérieures. Dans le cas présent, par les grands capitalistes et par l'état. Une grande partie des gens qui vont dans la rue n'ont pas participé aux discussions politiques. Du coup, ils ont spontanément reproduit ce qui est promu par l'idéologie dominante. La lutte s'est mis à charrier des thèmes portés par la droite, comme la «fierté d'être brésilien», la baisse des impôts et l'arrêt de l'impunité. Les réseaux sociaux ne suffisent pas, et ne remplacent en aucune façon l'organisation populaire et un travail de longue haleine à la base. La gauche devra s'en souvenir. Cependant, les réseaux sociaux ont amené beaucoup de gens qui s'informent par ce biais. J.B. : Au-delà des transports, quelles sont question sociales qui sont évoquées? P.P. et T.C. : Le MPL affirme que payer pour les transports c'est du vol, puisque c'est un service public qui devrait être gratuit. La question de la mobilité ur- baine est pour le MPL liée à d'autres droits essentiels, comme la santé, l'éducation ou la culture. Pour le MPL, le droit de circuler n'est pas que le droit de se rendre au travail. Le droit à utiliser tout ce que la ville peut offrir est une revendication centrale et profonde, ainsi que la décriminalisation des mouvements sociaux, qui devrait gagner en force avec l'arrivée de la coupe du monde de foot. Cependant, nous avons peur qu'une lutte pour tout se termine par la conquête de rien. Nous revendiquons donc en priorité la baisse des tarifs. Quand ce sera gagné, la lutte pourra avancer vers l'étape suivante, et grâce à des victoires de court et moyen terme, le mouvement pourrait se renforcer. C'est un point de vue partagé par toute la gauche. D'autres revendications peuvent toutefois se greffer sur celle de baisse des tarifs. Certaines sont portées par la gauche, comme la gratuité ou la fin de la répression des mouvements sociaux, la lutte pour les droits etc. D'autres émanent de la droite la plus conservatrice, ou d'une partie des gens qui sont dans la rue. L'immensité des manifs peut donner à croire que le Brésil est en train de changer, et il y a alors une envie d'exiger tout ce qui passe par la tête. Pour notre courant militant, qui cherche à construire des luttes populaires autonomes et combatives, il faut pousser la lutte à rester dans sa continuité. 11

12 BRÉSIL J. B. : Quel est le profil des manifestantes et des manifestants? P.P. et T.C. : Les forces se composent plus ou moins ainsi : 1) un secteur autonome et combatif, lié au MPL, qui est fort et a initié la lutte ; 2) un secteur plus traditionnel de la gauche, avec des partis et mouvements qui ont participé de manière significative dès le début des manifs ; 3) une majorité de gens qui n'avaient jamais manifesté, assez marqués par l'idéologie dominante, et dont le rejet des partis se traduit par un rejet global de toute la gauche ; 4) un secteur, sans doute minoritaire, qui réunit l'extrême droite stipendiée par les capitalistes et les grands propriétaires terriens. Ce qu'on ne discerne pas encore vraiment, c'est dans quelle mesure les nouvelles et nouveaux manifestants vont adhérer à une lutte de classe combative et autonome des partis politiques et de l'état. En termes numériques, il y a eu plus d'un million de personnes mobilisées dans tout le pays (0,5 % de la population). À São Paulo, nous sommes parvenus à des centaines de milliers en quelques jours. J.B. : De façon générale, comment la population a-t-elle réagi à la répression et aux accusations de vandalisme? de mourir dans une file d'attente à l'hôpital public ; c'est l'éducation qui est donnée dans les écoles publiques ; c'est l'exploitation au travail. Il faut que cela soit clair. Le capitalisme est un système ancré dans la violence. Nous sommes violentés tous les jours. Et quand le peuple proteste, se mobilise, il est à nouveau violenté par l'état. La violence des manifs est une réponse à cette situation. Les dernières manifs à São Paulo ont été le théâtre de violences causées par l'extrême droite, qui a poussé des inconscients contre les partis, les mouvements sociaux et la gauche organisée, avec des discours et des attitudes fascistes. Beaucoup de «partisans de la non-violence» ont approuvé cela, et les médias l'ont passé sous silence. P.P et T.C. : Les réactions n'ont pas été monolithiques. Aux premières manifs, certains taxaient les manifestantes et les manifestants de vandalisme. D'autres disaient que les manifs étaient pacifistes et dénonçaient la violence d'état. Cependant, à cause de la manipulation des médias et du manque de préparation de la gauche pour répondre aux accusations, un grand nombre assimilent aujourd'hui toute action radicale à du vandalisme. Cela a tendance J.B. : Et dans les autres villes, quelles sont à diviser les manifestants entre violents les caractéristiques des manifs? et pacifistes. P.P. et T.C. : Nous avons l'impression qu'il y a moins de conservateurs qu'ici. La ressemblance est surtout dans l'ampleur de la mobilisation. Le MPL existe au niveau fédéral, dans certaines villes et États où la mobilisation s'est développée. Il a participé à des fronts de lutte contre l'augmentation des tarifs, et cela a contribué à construire cette gauche indépendante et combative. Les victoires sur les tarifs à São Paulo, à Porto Alegre et à Rio de Janeiro - sans parler des autres régions - ont contribué à l'amplification de la mobilisation. J. B. : Le Brésil accueille actuellement la Coupe des confédérations. L'année prochaine il accueillira la coupe du monde et, en les Jeux olympiques auront lieu à Rio. Quel est l'impact social de ces mégas événements? En terme de classes sociales, on a surtout des gens passés par l'enseignement supérieur. Il y a aussi des travailleuses et des travailleurs issus des banlieues populaires, en majorité extérieurs à la gauche organisée. En périphérie des villes, il y a eu des mobilisations plus indépendantes et autonomes, populaires et portant des revendications plus à gauche qu'en ville. Peut-être qu'il faut chercher un second souffle, pour ceux qui cherchent à construire une alternative fondée sur le pouvoir populaire. 12 Dans certains cas, le gouvernement essaie de mettre la violence sur le compte des anarchistes, comme dans l'état de Rio Grande do Sul avec la perquisition du siège de la Federação Anarquista Gaúcha (FAG). On a voulu rendre la FAG responsables non seulement des actes de vandalisme, mais aussi d'avoir aidé les initiatives de la droite. C'est absurde. La violence est propagée quotidiennement par le système. Elle est quotidienne, à cause de la précarité du réseau de transports. La violence, c'est P.P. et T.C. : Dans les médias, la présidente Dilma Rousseff a affirmé à la fois que le Brésil mérite une grande coupe du monde, qu'elle soutient les manifs pacifistes, et qu'elle sera intransigeante avec les émeutes. De nouvelles lois contre le «terrorisme» surgissent. C'est évident que l'impact de ces événements est contraire aux intérêts du peuple. Politiquement, cela renforce le pouvoir et ses figures, son union avec les grandes entreprises et les spéculateurs. Après la confirmation de ces événements, le nettoyage social a gagné du terrain. Les promoteurs ont fait des bénéfices comme jamais du fait de la spéculation, et ils financent des partis libéraux. Plusieurs favelas ont subi des incendies criminels, avec l'objectif lim-

13 BRÉSIL pide de nettoyer la ville pour les touristes. À São Paulo, les toxicomanes ont subi des internements policiers. À Rio, il y a un processus que les flics et les médias appellent «pacification» : c'est l'argument pour installer la police dans les favelas et pour «nettoyer» et assassiner. Les médias, avec la bourgeoisie et les militaires, utilisent également les méga-événements pour propager le nationalisme, qui avait reculé depuis la fin de la dictature militaire. J. B. : Quel est le lien entre les mobilisations actuelles et ces méga-événements? celle de l'unesp, et, au-delà, les autres mobilisations, dans les mouvements mouvements populaires brésiliens. populaires, pour stimuler la lutte des la combativité, l'indépendance, J.B. : Vous voulez ajouter quelque chose? classes, la participation directe ; en somme, P.P. et T.C. : Nous voulons rappeler pour construire le pouvoir populaire. l'importance d'un travail de terrain Nous ne devons pas abandonner la lutte continu et organisé. L'image de cen- symbolique. taines de personnes occupant sponta- Un point crucial : ce potentiel de monément les rues rend optimiste sur la bilisation doit être converti en une force possibilité de mobilisations concrètes sociale qui contribue au projet d'une en-dehors des urnes. Dans l'imaginaire autre société ; et cela ne passe pas par social, occuper la rue est devenu un les voies institutionnelles ou par des moyen de faire de la politique. Cepen- accords avec les capitalistes. Le peuple dant, il ne faut pas tordre la réalité, et a besoin d'une alternative qui lui soit croire que c'est l'unique moyen de faire propre. S'il n'y a pas d'organisation de la politique. La droite essaie de populaire, les luttes continueront à enconstruire l'idée que toute organisation registrer des défaites. politique est intrinsèquement opportuniste et corrompue, et que le travail En tant qu'anarchistes, nous pensons à la base est inutile, puisque, comme que cette organisation sera mieux préle chantent les manifestantes et les parée si elle est construite du bas vers manifestants, «le peuple s'est réveillé le haut, avec une base forte et capable» (quand s'était-il endormi?). de luttes victorieuses. Nous vivons un historique, d'un revirement La rue est un outil fondamental pour moment dans l'état mobilisation de la popuque la lutte devienne publique, mais lation. Nousdeavons avance quantice n'est pas là que s'y font les débats et tative immense pourune la lutte, si nous la formation politique. C'est dans la voulons avancer, nous devonsetnous folutte quotidienne, dans les mouvements caliser sur le travail de terrain grâce sociaux, étudiants, syndicaux, commu- auquel nous pourrons, dans la lutte nautaires, que le peuple construit le quotidienne, apprendre de nos erreurs pouvoir nécessaire pour la conquête de et de nos victoires. son émancipation. P.P. et T.C. : Le mouvement social est parti des tarifs de transports, mais quand d'autres revendications sont sorties, la question de la coupe de foot est devenue centrale. Les gens ont mis en cause l'investissement public dans ces mégaévénements, alors qu'il faudrait investir dans l'éducation, la santé, les transports, etc. Ça a sans doute contribué aux manifs. Depuis le début, le MPL a soutenu le mouvement Copa para quem? («La Coupe pour qui?»), qui pose ces question. Il été rejoint en cela par le Mouvement des travailleurs sans toit (MTST), qui pointe les conséquences du Mondial sur l'habitat et la spéculation immobilière. Ce que nous voyons aujourd'hui c'est J.B. : La révolte en Turquie a elle une in- que si, d'un côté, la gauche a le potentiel pour mobiliser, plusieurs de ses fluence? Et le Printemps arabe? modes d'actions sont obsolètes. C'est P.P. et T.C. : Ces révoltes nous donnent nécessaire, selon nous, d'encourager le le sentiment que des choses sont pos- travail à la base et d'adopter une strasibles. Voir d'autres peuples se lever ne tégie qui permette ce projet émancipapeut qu'inviter les travailleuses et les teur. Selon nous, il faut être dans les travailleurs à descendre eux aussi dans la rue pour revendiquer des droits. Cela nous rappelle toute ce que nous avons encore à gagner. Mais, en 2011, lors du dernier mouvement contre l'augmentation des tarifs, il y avait déjà ces peuples qui se battaient et on n'avait pas mobilisé comme c'est le cas aujourd'hui. Il peut y avoir une influence inconsciente ou symbolique, surtout pour les militantes et les militants, mais sans doute moins pour les gens qui sortent dans la rue. Propos recueillis par Jonathan Bane (ZACF) Traduction française par Auréline (Alternative libertaire Toulouse) Publié initialement sur le site anarkismo.net J.B. : Qu'est-ce qu'on peut faire, de l'étranger, pour soutenir votre lutte? P.P. et T.C. : Parler de ces manifs et montrer sa solidarité, en manifestant dans son pays. Divulguer et propager est toujours utile. L'autre chose importante, c'est de soutenir la lutte contre la répression que les anarchistes subissent partout dans le pays, notamment la FAG, et les autres luttes en cours comme 13

14 SURVEILLANCE ÉTAT ET INTERNET : LA POLICE POLITIQUE DE DEMAIN D lars. Les hacker euse s, de leur côté, cultivent un mot d'ordre exactement opposé : comprendre le fonctionnement à tout prix pour le maîtriser. Internet trouve donc ses origines dans des programmes de recherche militaire. En 1962, en pleine guerre froide, l'us Air Force demande à un petit groupe de chercheur euse s de créer un réseau de communication militaire capable de résister à une attaque nucléaire. Cette première ébauche reposait sur un système totalement décentralisé, afin que le réseau puisse fonctionner malgré la destruction éventuelle d'une ou plusieurs machines. Internet était donc dès le départ destiné à garantir la circulation et la protection des données à l intérieur du réseau. Devant la naissance de cette nouvelle technologie et son accaparement par les autorités, les hacker euse s mesurent Naissance et développement d inter- le potentiel considérable qu elle rennet : les hacker euse s face à l État et ferme et développent un certain nombre de contre-principes clés tels que la l armée. décentralisation de l information pour Dès les années 1950, sous l impulsion en faciliter le libre accès, et le refus de de l armée, les premiers ordinateurs la propriété intellectuelle. font leur apparition au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de- La surveillance informatique au serviennent rapidement la proie de jeunes vice de la marchandisation du monde étudiant e s qui les «bidouillent» la et du contrôle social nuit, en dehors des créneaux horaires Comme chacun sait, depuis la moitié d'utilisation encadrée. des années 90, Internet est devenu peu Une légende naît bientôt de l'activité à peu le principal outil de communicade ces premier ère s hacker euse s qui tion mondial. Une telle révolution glone vivent que pour et par les machines bale ne pouvait être négligée par l État qu'ils et elles ont à leur disposition, ac- ni par les bourgeoisies marchandes, ni cueillant avec dévotion chaque nou- par les autorités politiques à leurs serveau modèle, corrigeant ses erreurs, vice. En effet, d un point de vue écoetc. Une éthique se forme peu à peu au nomique, maîtriser internet permet sein de cette confrérie unique en son d accélérer la concentration du capital genre : «l'accès libre à l'information». autour de quelques multinationales et Armé e s de compétences cryptologiques la mise en place de techniques marketoujours plus poussés, aucun mot de ting ultra-agressives et liberticides passe ni protection virtuelle ne résiste comme jamais vues auparavant. aux hacker euse s. Ces premières ma- Sur le plan politique, à mesure qu Interchines, d'origine militaire, sont construites net s est développé, les États ont mis par IBM qui maintient un secret total en place diverses mesures pour éviter sur leur fonctionnement, et pour cause : qu apparaisse un espace de liberté hors le matériel se chiffre en millions de dol- de leur contrôle. Ces efforts législatifs e nos jours, internet et l'ordinateur sont devenus des outils quasiment incontournables que l on soit militant e ou non. L informatique et Internet sont omniprésents dans notre vie quotidienne (mails, horodateurs, caméras ). Ces nouvelles technologies peuvent être considérées aujourd hui comme des outils de surveillance proche du célèbre roman d anticipation Georges Orwell n aurait peut-être pas imaginé lui-même que l histoire lui donnerait autant raison : l ère de la surveillance dans laquelle nous sommes entré e s est bel et bien facilitée par l informatique. Comme toute technique, le système capitaliste s est empressé de la contrôler pour la vider de son potentiel subversif. Par quels mécanismes le système capitaliste est parvenu à se réapproprier ces innovations? 14 répondent à deux logiques fondamentales : protéger les intérêts marchands, et intensifier le contrôle général de la population grâce au fort potentiel intrusif de cette nouvelle technologie. Pêle-mêle, la HADOPI et la LOPPSI 2, l ACTA, et le projet INDECT sont autant d initiatives pour museler Internet et imposer une surveillance généralisée. Cependant ces outils visent essentiellement à encadrer légalement des pratiques de surveillance déjà établies à l échelle mondiale. C est ce qu a révélé récemment le scandale «PRISM». Les révélations du programme de surveillance PRISM Le 6 juin 2013, la révélation publique de ce programme étasunien de surveillance électronique par la collecte de renseignements à partir d'internet et d'autres fournisseurs de services électroniques très divers a ébranlé le monde. Les autres États se sont immédiatement efforcés de convaincre leurs opinions publiques respectives que la surveillance généralisée du monde n était que le fait des services secrets des USA. Une belle hypocrisie lorsqu on sait que des projets semblables sont institutionnalisés en France dans les sous-sols de la DCRI par exemple. En France toujours, la DGSE collecte systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones fixes ou mobiles, tout comme les flux à destination ou en provenance de l'étranger. Bref, la totalité de nos communications sont espionnées. L'ensemble des mails, des SMS, des relevés d'appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter, etc. sont ensuite stockés pendant des années de façon «alégale» (en profitant d un vide juridique). Des moyens de surveillance d une puissance inégalée Les services de renseignements américains (NSA, FBI et compagnie) disposent d'un accès direct aux serveurs des

15 SURVEILLANCE grandes entreprises américaines telles que Microsoft, Yahoo, Google, Facebook, PalTalk, AOL, Skype, YouTube ou Apple. Ainsi, ils accèdent directement à la quasi-totalité des informations personnelles des internautes. Si la loi prévoit une demande d autorisation avant de procéder à une telle collecte auprès d un e citoyen ne étasunien ne, dans la plupart des cas elle est habilement contournée. Le gouvernement Français qui travaille en collaboration avec les États-Unis profite aussi de ces données de manière indirecte. De plus, les agences de renseignement étasuniennes disposent aussi d'accords avec les sociétés de télécommunication pour intercepter en permanence tout ce qui passe dans les câblages sous-marins qui relient les cinq continents. Les informations ainsi collectées font sans aucun doute l objet d un filtrage informatique automatisé dans un premier temps puis d un stockage dans un second temps. Nous savons également aujourd hui que la NSA est capable de décoder l'essentiel des systèmes de cryptage sur internet : des courriels aux transactions bancaires en passant par les VPN (méthode de brouillage de la localisation géographique utile par exemple pour échapper à la censure de son État). Ainsi, la NSA a réussi à obtenir les «clés» des différents systèmes de cryptage grâce à leurs supercalculateurs et à la coopération des entreprises du secteur Internet, parfois à coup d'injonctions judiciaires. La NSA joue aussi de son influence, soit pour amener les entreprises high tech à aménager des «portes dérobées» dans les logiciels (laisser un accès aux données et une possibilité de contrôle du logiciel), soit pour orienter la conception des protocoles de cryptographie pour mieux les cracker ensuite. Ainsi, Windows contiendrait des portes dérobées pour la NSA, et de nombreux appareils, notamment des routeurs, sont également commercialisés par des firmes américaines qui collaborent étroitement avec l agence. En vue d arriver à ces fins, la NSA fait du lobbying auprès des organismes de certification, et verse des «dédommagements» aux entreprises qui acceptent de collaborer avec elles. En dehors de tout cadre légal la NSA transmet également à son homologue israélienne, l'isnu, une partie des courriels et autres millions de conversations téléphoniques qu'elle intercepte. La NSA surveillerait aussi l'ensemble des données personnelles stockées sur les smartphones opérant sous ios, Android, Windows Phone et Blackberry OS. Elle s intéresserait notamment aux informations telles que l'identité des contacts, les SMS échangés ou les notes écrites que l'agence réussirait à obtenir en déchiffrant les communications cryptées. Aux Etats-Unis, le programme GENIE vise carrément à installer des logiciels malveillants dans l'ordinateur de la cible pour en prendre le contrôle. C est ainsi grâce aux révélations d Edward Snowden que l on a appris récemment que 231 attaques de ce type ont été menées en 2011 contre des machines situées en Iran, en Russie, en Chine et en Corée du Nord. La NSA peut également réaliser une attaque qui a pour but d intercepter les communications entre deux parties sans que ni l une ni l autre ne puisse se douter que le canal de communication entre elle a été compromis. Ces capacités considérables de collecte de données dans l espace numérique à l échelle mondiale, associées aux technologies biométriques qui commencent à envahir l espace physique modifient en profondeur les enjeux de la surveillance 15

16 SURVEILLANCE politique. En effet, couplées avec des systèmes de fichages de la population tels qu EDVIGE en France, elles permettraient aux États de mettre en place une surveillance totalitaire parfaitement compatible avec la démocratie représentative. Voilà bien là quelquechose que même Orwell n avait pas imaginé! Contre la surveillance : Autodéfense Numérique Les individus, et en particulier les militantes et les militants anticapitalistes doivent aujourd hui plus que jamais s interroger sur la protection de leurs données personnelles et collectives. Il convient de déterminer et de diffuser les pratiques qui permettent de limiter au maximum l intrusion des autorités politiques dans nos vies et de se protéger le plus possible de cette offensive liberticide. Cette réaction défensive doit s articuler autour des deux éléments clés que sont le chiffrage des données et l utilisation de technologies libres et open source. Ainsi, face à l arsenal dont se sont d ores et déjà dotés les États, le chiffrement reste l'un des rares obstacles que la NSA peine à surmonter pour avoir un accès "sans restriction" au cyberespace. Pour preuve, certains États interdisent purement et simplement de chiffrer ses données. Toutefois, Il faut savoir que tout ce que l on écrit sur Internet est stocké et que même un mail chiffré peut être lu. Il s agit simplement de multiplier les barrières que devront franchir les divers services de surveillance. Par ailleurs, il convient d utiliser des systèmes libres et open source car c est la seule assurance que le code ne soit pas altéré. En matière d échange et de stockage d informations, il est impératif de fuir les services commerciaux et se tourner vers des structures associatives et militantes telles Riseup pour les mails par exemple. Plus largement, il faut que la société se réapproprie Internet, qu elle impose que toute les nouvelles technologies soit modifiables et compréhensibles, que rien ne soit laissé au hasard. Le contrôle public des nouvelles technologies est devenu indispensable à la défense de nos libertés. Sources : Groupe Clermont-Ferrand scandale-prism-nsa-renseignementespionnage-snowden-informations-israel sm-a-francaise-cnil-dit-avoir-saisi-manuel-valls https://guide.boum.org/ Ce journal aborde des thèmes qui vous intéressent? Vous souhaitez soutenir la Coordination des Groupes Anarchistes? Abonnez-vous! Abonnement découverte : 1 numéro gratuit Abonnement individuel d un an : 8 euros (plus si soutien), chèque à l ordre de l AAC Abonnement de diffusion : 4 exemplaires de chaque numéro, 20 euros par an Dans tous les cas, envoyez vos coordonnées complètes à : CGA, 36, rue de Cugnaux, Toulouse Le journal est également disponible au format numérique sur notre site Internet. Infos et Analyses Libertaires Journal de la Coordination des Groupes Anarchistes Directeur de la publication : Edward Sarboni Rédaction et administration : C.E.S. BP Perpignan cedex ISSN Dépot légal 3ème trimestre 2013 N 97 Impression : I 34, Toulouse

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes.

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Le 21 mars 1804, Napoléon Ier instaure le Code civil dont l'article 1781 édicte qu'en cas de litige sur le salaire, la parole

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite.

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Un patron du CAC 40 gagne, en moyenne, 400 fois le smic. Si on imposait les plus-values des actionnaires, on pourrait financer

Plus en détail

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE RAPPEL DE LA SITUATION DES RETRAITES page 1 à 3 REFORMULATION 2008 page 4 REUNION DU 29 JANVIER 2008 page 5 EPILOGUE page 5 NAO_Sna.Unsa

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Une rentrée sous hypnose

Une rentrée sous hypnose N 549 - Semaine du 31 août 2015 BILLET DE LA SEMAINE Une rentrée sous hypnose Hasard du calendrier, la semaine dernière se sont ouverts le même jour, le congrès mondial de l'hypnose et les universités

Plus en détail

public communal? PRIORITÉS STÉPHANAISES LE CHOIX DE SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX

public communal? PRIORITÉS STÉPHANAISES LE CHOIX DE SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX Qu est-ce que le service public communal? LE SERVICE PUBLIC COMMUNAL STÉPHANAIS RASSEMBLE L ENSEMBLE DES SER- VICES ET ACTIVITÉS MIS EN PLACE PAR LA VILLE, SOUS LA CONDUITE DU MAIRE. CERTAINES FONCTIONS

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Pour combler le déficit de 20,7 milliards d euros prévu en 2020, pour l ensemble des

Plus en détail

Guide de la Mobilisation patronale pour la croissance et l emploi

Guide de la Mobilisation patronale pour la croissance et l emploi Guide de la Mobilisation patronale pour la croissance et l emploi Grands principes de la mobilisation Thème : «Libérons l entreprise pour la croissance et l emploi» Opération annoncée par un communiqué

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Page 1 sur 6 Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Le Conseil national des 1 er et 2 novembre 2014 a acté une démarche d organisation des séances et de procédure

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Union nationale des étudiant-e-s du Luxembourg 1

Union nationale des étudiant-e-s du Luxembourg 1 1 Avis de l UNEL concernant le Projet de loi 6148 : Contre la création de nouvelles inégalités et pour la mise en place d une bourse garantissant l autonomie et l équité sociale. Bien que l Union nationale

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires OBJECTIFS Les élèves découvriront comment les opinions politiques et les priorités se répercutent sur l établissement du budget fédéral. MOTS

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 14 AOÛT 2015 RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr presse@unef.fr 2 Enquête sur le coût de la vie étudiante

Plus en détail

Retraites. Quelle réforme voulons-nous?

Retraites. Quelle réforme voulons-nous? Retraites Quelle réforme voulons-nous? Les retraites, comment ça marche? Deux principes: Obligation: tout le monde cotise pour bénéficier d une retraite de base Répartition: les cotisations des actifs

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud

Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud Virus du Sida La contamination par le HIV affaiblit progressivement le système immunitaire, vous rendant plus

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting.

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Intervention de William Martinet Meeting 29 janvier C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Après une journée de travail entre syndicalistes de tous les horizons :

Plus en détail

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012 Les TPE et les mesures économiques du gouvernement Octobre 2012 METHODOLOGIE Méthodologie Étude quantitative auprès de 506 dirigeants d entreprise de 0 à 19 salariés L échantillon a été raisonné puis redressé

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Mouvement Jeunes Communistes de France

Mouvement Jeunes Communistes de France DISCOURS INITIATIVE CRISE FINANCIERE DU MJCF A BERCY LE 31/10/08 Cette initiative est une première étape. Une première étape pour commencer ensemble à donner corps à ce cri de colère et de rage que nous

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces très nombreuses réformes néolibérales ont fait la preuve en trente ans de leur inefficacité. Et tout se passe pourtant comme s il n y en avait

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Réhabiliter l intervention publique

Réhabiliter l intervention publique Réhabiliter l intervention publique Après sept années d'une politique allant à contre-sens des enseignements de la crise, les sociétés européennes craquent : partout où les réformes d'ajustements structurels

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

1 ER FORUM EUROPEEN DES ALTERNATIVES PRESENTATION

1 ER FORUM EUROPEEN DES ALTERNATIVES PRESENTATION 1 ER FORUM EUROPEEN DES ALTERNATIVES PRESENTATION Table des matières Pourquoi un forum européen des alternatives? Le Forum au concret Les lieux Le déroulement Les thématiques Pourquoi un Forum européen

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE 1 La Protection sociale, son périmètre d intervention : Santé, vieillesse, survie, famille, maternité, chômage, invalidité, logement, accidents du travail, pauvreté-exclusion sociale et réinsertion professionnelle.

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010 CENTRE DES JEUNES, DES DIRIGEANTS ET DES ACT EURS DE L'ECONOMIE SOCIALE Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil

Plus en détail

Déclaration des représentants du Secteur Privé

Déclaration des représentants du Secteur Privé Déclaration des représentants du Secteur Privé Les organisations nationales, associations, et corporations professionnelles représentant le secteur privé, réunies à l initiative de l UTICA, constatent

Plus en détail

Annexe. NOTE Schémas Nouveau Statut du Travail Salarié Janvier 2011 Comité régional CGT Pays de Loire

Annexe. NOTE Schémas Nouveau Statut du Travail Salarié Janvier 2011 Comité régional CGT Pays de Loire Annexe NOTE SUR LE NOUVEAU STATUT DU TRAVAIL SALARIE PREAMBULE La proposition du Nouveau Statut du Travail Salarié est une idée de plus en plus neuve et novatrice au regard : du démantèlement du Code du

Plus en détail