Chapitre 1 : Manigances sous canicule. «J ouvre une boite de caviar pour accompagner le champ ou préférez- vous des cacahuètes?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 : Manigances sous canicule. «J ouvre une boite de caviar pour accompagner le champ ou préférez- vous des cacahuètes?»"

Transcription

1 Chapitre 1 : Manigances sous canicule «J ouvre une boite de caviar pour accompagner le champ ou préférez- vous des cacahuètes?» «Amène les deux» cria SHADIA, sous l œil érectile du député PELLETIER devant le spectacle qu offrait la naïade tanguant dans le hamac. 18h 30 le rituel journalier de l apéro, LUCAS ouvrait la villa «BEIG» aux villageois, touristes, amis, voire quelques notables qui faisaient mine d en être, soignant au passage une éventuelle côte de notoriété. PELLETIER glissa trois doigts dans son nœud de cravate, afin d en relâcher la pression, la chaleur caniculaire se prêtant peu avec le tweed épais du costard. «Un maillot de bain, monsieur le député?» lâcha Lucas, entre deux brasses coulées du fin fond de l interminable piscine. «Non merci, j ai encore un discours d inauguration tout à l heure».pelletier venait pour la première fois. Sa longue carrière politique l avait pourtant habitué aux signes extérieurs de richesse, mais là, c en était de trop! Comment ce gamin banlieusard de Lucas en était-il arrivé à ce style de vie? Il connaissait l histoire, mais la vision de ces marbres blancs se fondant à perte de vue dans les bleus des eaux marines et piscines lui provoquait une forme d allergie. La crispation de sa mâchoire accentuait sa face de doberman boursouflée de rougeurs et de plis de gras, héritage d une passion convulsive pour les lipides. Lucas n avait aucun diplôme alors, pensez donc, l ENA, science PO ou HEC étaient certainement des symboles chimiques pour lui.

2 Il n avait, 21 ans plus tôt, pas un sou, pas l ombre d un diplôme, et aucun relationnel influant à son service. Même cette excuse, il ne l avait pas pour justifier son parcours. Il n avait rien inventé, rien crée, trop bête pensait PELLETIER, réfutant l idée d un talent quelconque. Pff si encore il était chanteur, footballeur ou acteur, mais non ce type est chef d entreprise. Lucas était de la pire espèce, au ressenti de l énarque. Pas de ceux qui se contentent d amasser des fortunes avec une succès stories d autodidacte. Ceux là, passe encore du moment qu on ne les entend pas trop. Ce gars là était devenu la coqueluche des médias et du grand public. Jeune et branché, conquistador à souhait, et leader absolu. Lucas représentait toutes les valeurs que l establishment pouvait craindre. Un peu de TAPIE, BAUDECROUX, DARMON, voire DEPARDIEU pour le rentre dedans. Un peu de LUTHER KING, GANDHI pour l idéologie humanitaire. Un peu de BANDERAS, IGLESIAS (le fils! pitié comprenez le fils) et CLOONEY pour la classe et la foule en délire. Beaucoup, mais alors beaucoup, de BLAIR pour le social et l économique (heu, si vous trouvez meilleur leadership dans la vieille Europe, je prends). Un peu de. bref vous voyez le genre de mec qui n existe que dans les romans. Lucas avait réussi à se hisser dans les 50 premières fortunes de France en moins de deux décennies. Son parcours exemplaire l avait entraîné vers les feux de la rampe, l officialisant inexorablement comme «la personnalité incontournable du moment».enchaînant les plateaux télés, son discours et ses idées devinrent des sujets de débats polémiques en tous genres. Bientôt l opinion publique l entraînerait vers la politique. Mais sans véritable camp établit, sans étiquette. Il était grand temps de briser ce lascar songeait PELLETIER et toutes cette idéologie fusionnant la gauche et la droite. Pensez donc, JAURES ET DE GAULLE main dans la main chacun faisant une concession à l autre et fusionnant les doctrines! Et puis, ce type avait des idées bizarres, des fréquentations aux antipodes. PELLETIER en bon socialiste n acceptait pas qu on

3 puisse baptiser une maison du nom d un type qui représente tout ce qu il combat. Quel exemple pour la jeunesse qu un bourgeois ancien publicitaire jet setter repenti, devenu romancier romantique fataliste sans illusion et pourtant jouisseur de tout ce qu il vomit. «Dites moi Lucas, pourquoi la villa BEIG?» Lucas sortit de l eau, cette question au demeurant simple Trouverait réponse simple, mais voilà une occasion de sensibiliser l autochtone du village gaulois et l approche doit être empathique. «Moi je l aime bien ce garçon, c est un symbole d époque en quelques sortes. Mieux, c est le produit, c est l effet, c est la quintessence, c est le résultat du meilleur et du pire que notre société ait engendré. Il incarne les mutations du héros romantique d antan, devenu golden boy des années quatre vingt, pour se transformer en dandy intellectuel torturé aujourd hui. Ce type n est pas Jean VALJEAN, il est fragile, lâche, et pourtant d un talent, d une force, d une intelligence remarquable. Il porte un regard honnête sans complaisance sur ce qu il est, et fait avec. C est un nanti, qui dénonce un système qu il déteste en profitant chaque jour, malgré la culpabilité, puis en oubliant, en plongeant dans des délices luxures d épicuriens. Et bien voyez -vous Mr PELLETIER, je trouve ce portrait, cet état de lieu bien plus honnête à expliquer aux gens que le mythe de Jean Valjean. Certes il est moins beau, moins noble, moins fédérateur, mais tellement vrai en chacun de nous. Je ne crois pas au discours de la lutte des classes chez nous, pour justifier tout ce qui se passe, mais.. «Stop! Je ne peux pas vous laisser raconter de telles inepties, Mr Matrion, allez raconter ça aux nordistes au chômage et préparez- vous à vous faire botter le cul par ces milliers de familles à qui vous osez dire qu ils ont des points communs avec l élite culturelle parisienne»

4 «Ce que je veux dire, c est que nous gueulons tous sur la redistribution généreuse des assedics mais pas question d y toucher un seul centime quand cela nous concerne. Nous sommes scandalisés devant les dépenses de frais médicaux mais réfractaires à toute forme de contrôle, limitation, encadrement, clamant que notre système de protection n est pas discutable. Nous engageons tous nos gamins dans des études longues en les conditionnant à démarrer une vie active pour un revenu minimum d envergure non négociable. Nous rejetons systématiquement les modèles anglo saxons, ou nordiques, en avançant ce qui n est pas tolérable au lieu de retenir ce qui est salutaire. Nous mentons à nos concitoyens depuis au moins trois septennats, sur l état du monde et le new deal qui avance inexorablement. Il en va ainsi, de l exception culturelle française, des acquis sociaux, des rapports de force entre patrons et salariés alors que nous sommes dans une situation de services, et peu d industries. C est encore pareil pour le temps de travail, car ce mot est toujours signification de contraintes et non de jouissance, idem dans l éducation, la fonction publique qui bat tous les records avec l aval des castes dirigeantes qui ne donnent aucun exemple et sont incapables d être prises au sérieux en se comportant souvent comme califes. C est encore pareil pour les médias et intellectuels, artistes, de tous bords qui se posent en protecteur de la veuve et de l orphelin en ayant des avoirs plein les armoires, comme c est facile de faire la morale en étant immoral. Nous crions au scandale à la pollution, à la destruction de la planète mais hors de question de prendre le bus, MOA je prends ma voiture. Vous voyez nous sommes tous un peu comme beig (Frederic Beigbeder),lâche, profiteur, franchouillard, râleur, hautain, mesquin, envieux, jaloux, désabusé Mais heureusement nous sommes tous comme lui, bourré d un potentiel unique.

5 Respect devant l ouvrière qui consacre sa vie derrière sa machine, à l artisan, l artiste, qui fait des merveilles de sa passion, au fonctionnaire, au militant de tous bords, au corps médical, au travailleur, à l entrepreneur, au chercheur, qui s engagent et agissent en vivant à chaque instant ce qui fait qu une vie ait un sens : agir, créer, innover, aimer, donner, transmettre, aider. Comme beig, nous avons tous des talents uniques, un affect fort, une sensibilité extrême, une quête de sens, un héritage romantique et des souvenirs d images d Épinal. Ce que je veux dire c est que le super héro contemporain c est l anti- héro antique, il est vrai, authentique, vivant, on s y identifie pour peu que l on soit honnête en admettant qu il y a vraisemblablement plus de chance de nous entendre si nous sommes 65 millions de beig car nous ne sommes pas 65 millions de Jean Valjean, ça c est le mensonge à abattre pour construire un avenir pour nos mômes. Arrêtons de raconter des salades, même si ça fait mal, très mal mais il y a un prix à payer pour nous reconstruire avant que les vrais problèmes n arrivent car nous n en sommes qu au tout début. Nécessité fait loi, cela devrait devenir un leitmotiv.«mais pourquoi villa beig alors, il y a tant de vraies personnalités qui sont porteuses de tels messages et là vous jouez déjà de la provocation avec un très mauvais choix» «C est par la provocation qu on nous prête une oreille, aurions- nous eu cette discussion si j avais appelé cet endroit villa Valjean? Ah c est sûr, ça en jette plus, mais comme c est pompeux. Ah oui j aurai pu me la jouer Jeanne d arc comme DE VILLIER mais si déjà il est question de clichés, d audimat, de marketing, alors je suis un homme d aujourd hui et de demain. Et puis vous savez, ce n est qu un sobriquet pour une baraque, et le pied de nez d une baraque à 12 millions d euros qui s appellerait Valjean c est gravissime, au moins avec beig je reste dans l esprit, non? Vous n avez pas idée combien de milliers de fois mon équipe a eu l occasion d argumenter cette thématique pendant ces

6 apéros grand public sans aucun prosélytisme,puisque systématiquement les gens nous interpellent en nous demandant : pourquoi la villa beig?» Tanguant dans le hamac à l ombre d un séquoia géant,shadia avait daigné bouger l index afin d enfoncer la touche «START» de la chaîne hi fi intégrée dans le tronc du chêne devenu arbre musical. GOLDMANN chantait «les choses m ont pris et j ai pris les choses» et PELLETIER prit ce hasard des ondes pour une ultime provocation «Bien, il va falloir que j y aille» grogna t-il en simulant un emploi du temps de ministre. Il salua furtivement Lucas d un signe de la main,mais s empressa de biser langoureusement la jeune femme qui tentait d esquiver la bave. Jamais il n aurait de maîtresse comme elle, mais entretenir cette idée donnait un sens à sa présence ici. Puis l animal grimpa péniblement dans sa Mercedes. «Il aimerait bien me sauter? ou est-il vraiment amoureux de moi?» «Les deux!» ricana Lucas imitant le dauphin (du moins le croyait-il). «Si tu continues à voir ta rouquine parisienne, PELETIER pourrait avoir sa chance»menaça, non sans jovialité, la belle, peu crédible au regard du candidat. «Tu sais bien, qu à part ma femme, je n aime que toi» rétorqua le dauphin (ou peut être une vieille loutre?) «Justement, je commence à ne plus avoir envie de partager!» (Éternelles conséquences des amours adultères) La vieille loutre sortit de l eau et se dirigea vers le hamac. Lucas passa sa main dans la longue chevelure noire bleutée de Shadia, et la fixa d un regard déterminé :<< Je te l ai déjà dit

7 cent fois, et je ne t ai jamais rien caché. Je ne quitterai pas Janice et les gosses. Je les aime et personne ne fera jamais de mal à ma famille. Tu sais depuis le premier jour que tu n es pas un plan cul, et que je fais tout ce que je peux pour que tu aies la vie dont tu rêvais. Mais ne m en demande pas plus, s il te plait». «Tu n es qu un sale connard d égoïste! Je vais pas rester ma vie à jouer l escorte girl avec toi!» «Tu n es pas amoureuse de Lucas chérie. Lucas c est pas un canon physiquement, et c est pas une tête. En temps normal, même en photo tu ne me regarderais pas. Tu aimes ma situation, le pouvoir et la reconnaissance que j ai, c est Hollywood que tu aimes. Si demain je me viande, et si je redeviens un anonyme lambda, tu ne resteras pas amoureuse. Tu aimes trop cette «planète rêve glamour» pour être consciente que ce n est pas moi que tu aimes. Laisse- moi te dire un truc. Moi je t aime pour ce que tu es. Toi tu es exceptionnellement belle, incroyablement classe, et effrontément intelligente. Tu es l inaccessible idéal masculin. Tu es un mythe que j effleure et il ne faut rien changer» Shadia n eut pas le temps de revenir à la charge, son portable sonna la trêve. Son associé dans le cabinet d avocat qu elle dirigeait lui annonçait une nouvelle attaque en règle à l encontre de son amant. Sautant hors du hamac, les traits de son angélique visage se durcirent. Après quelques instants ponctués de brefs «oui», «non» et «ok» elle raccrocha. L amoureuse de l instant précédent laissait place à la redoutable professionnelle du barreau qu elle était. «Bordel de merde, cette fois ils ont l intention de mettre le paquet pour te couler!y a vraiment rien à faire pour qu ils nous foutent la paix. Ces enfoirés veulent faire capoter tes entretiens avec les ministres.je retourne au bureau, je t appelle demain.»

8 Lucas la regardait partir avec toute l admiration et le respect qu il lui portait. Il l avait connue 2 ans plus tôt dans un tribunal alors qu elle remplaçait au pied levé Maître CALARE, son associé. Lucas était attaqué à l époque par un lobbying de concurrents qui ne supportaient pas son ascension. A la seconde où Maître Shadia DEL PARMON apparût, il oublia ses ennemis du jour. Il y avait du divin dans cet ange noir vêtu.sa seule présence était un cadeau pour toute l assistance qui baignait déjà dans une profonde béatitude. L amplitude de ses mouvements chaloupés, et le timbre de sa voix, subjuguaient la partie opposée. Mais plus que tout, la véhémence de ses propos et son charisme portait l estocade à chaque intervention. Et que dire de sa chute de rein à réveiller une libido gériatrique. Lucas n oubliera plus ce jour, et pria, pour avoir de nouveaux procès (ses prières furent exaucées). Le suivant justement fût mémorable et signa par une étreinte inavouable, le début de leur liaison. Shadia était de père espagnol et de mère libanaise. Elle avait reçu une éducation de haut rang sous la bienveillance d un milieu dans lequel les hauts fonctionnaires et le sang bleu se mêlaient. Elle voulait s en émanciper et réussir seule. Sa révolution à elle, Lucas en ferait partie, mais l amour allait prendre le meilleur sur la provocation. Le soleil se couchait quand Lucas entreprit de quitter son maillot de bain, pour un vieux jeans troué. Il était seul contre toute attente et s improvisa donc, une soirée en tête à tête avec une pizza qui ne lui demanderait certainement pas pourquoi la villa se nomme Beig. Après réflexion, et un coup d oeil sur sa montre, il grimpa dans la F 40 avant de finalement s asseoir au volant de sa grosse BMW. Ce choix était plus en rapport avec le parking d une roulotte à pizza, pensa t-il. Lucas n avait jamais eu de

9 problèmes avec la réussite des autres, au contraire, elle le stimulait. Cependant il savait combien les gens supportaient mal l exposition aux voitures rouges qui font du bruit. Il était certes fier de son irrésistible ascension et voulait en jouir, mais discrètement, il n était pas à une contradiction près. Non, ce n est pas le terme approprié, disons qu il appréciait de montrer ses avoirs à ceux qui en seraient stimulés pour croire en leurs propres rêves, un outil de motivation et d espérance plutôt qu un arsenal à frime. Mais, il savait combien cela pouvait aussi blesser, choquer ou révolter, le plus grand nombre, comme souvent pendant les apéros. De fait, la pudeur s imposait simplement. Quoique, la BM n était pas le métro non plus, mais bon, la pudeur a quand même les limites de son confort personnel, non? Lucas rêvait d une France dans laquelle il n y aurait qu un petit fossé social au lieu de ce gouffre qui ne cessait de s agrandir et toute la contradiction du personnage en faisait son charme. Le communisme n avait aucune légitimité à ses yeux au même titre que toute forme exacerbée d extrême. Le capitalisme lui avait permis de sortir de sa condition, mais la dure réalité de l état du monde lui était difficilement supportable. Et pourtant, la noblesse de la vision socialiste ne lui convenait pas en l état, puisque la prise en main des vies par l assistanat à outrance ne lui semblait pas permettre aux humains de s émanciper et de devenir acteur de leur vie. Sa philosophie prenait sa source dans une célèbre phrase d un sage asiatique : Apprendre aux gens à pêcher, plutôt que de leur donner à manger. Vaste programme, certes totalement libéro- démago, mais qu il voulait véhiculer au sein de la jeunesse. «Prenez votre vie enmain!» clamait-il aux gosses issus des banlieues pourries.<< Ayez de l adversité envers vous-même, mais aucun adversaire» enseignait-il en conférence dans les amphithéâtres. «Faites du social aux mérites» déclinait-il aux institutionnels. Lucas haranguait aussi les grands capitaines

10 d industries en les sommant de se mettre en danger, en quittant «les golden parachutes», les primes de fin de contrat scandaleuses, et les salaires astronomiques fixes quels que soient les résultats de leur groupe. Il chahutait les politiques en criant : «quittez vos trônes célestes, vous n êtes toujours qu assis sur vos culs, et nous avons tous le même». Cette attitude était devenue un véritable fait d arme médiatique, voire sa carte de visite. L école, serait le lieu d une bonne initiation pour peu que ce type d enseignement, puisse s inscrire au programme de l éducation nationale. La presse et les médias, en avaient eu vent, avant que la télé ne s empare du phénomène en proposant un débat spécial. Cette émission se présentait plutôt comme une confrontation orchestrée par le journaliste star de la chaîne. La tendance était plus que jamais au débat concernant la mondialisation, juste après la fantastique claque référendaire du NON massif à la constitution Européenne. Le présentateur allait réunir différents protagonistes. Des libéraux, des conservateurs, et des représentants d une gauche et droite extrême. Lucas ne souhaitait pas se laisser entraîner dans un pugilat audiovisuel, mais comptait aussi sur le dieu audimat. Il avait conscience des risques qui le menaçaient en s engageant dans la chasse gardée de la caste politique, des syndicats et des bien penseurs. Les mésaventures du VRP TAPIE et de l ajusteur BEREGOVOY lui laissaient peu d espoir quant au rouleau compresseur qui l attendait lui, l ancien animateur du club med. Il s attendait à voir s étaler ses amours politiquement incorrects. Pas uniquement ceux de la chair, qu il avait faible, mais également ses amitiés pour de sulfureuses personnalités du monde des affaires. Il se doutait bien que sa domiciliation fixe dans la presse people allait donner à manger à la meute. Il ne se faisait aucune illusion sur la pression qu il subirait de la part des intellectuels de tous bords lui reprochant son faible bagage neuronal, alors l éventualité d une quelconque fonction ou représentation d état! Lucas savait, il était prêt, il partait au front comme le naïf soldat RYAN. Sa calzone sous le bras il prit la route en direction de son bureau. Arrivé au pied de la tour de son siège social, il vit la jaguar de Janice. Stupeur!

11 Son avion devait atterrir le lendemain et de toute manière pourquoi était-elle venue ici plutôt que de rentrer directement à la villa? Lucas sauta dans l ascenseur. Arrivé au sommet, il essuya les restes de pizza des commissures de sa bouche. Il mit son horrible tee- shirt dans son jeans troué, histoire d avoir l air plus présentable. La porte de l entrée principale des bureaux était grande ouverte. Lucas entra. «Salut ô nabab galactique» murmura une Janice candide vautrée à demi- nue dans le profond cuir rouge du canapé du salon d attente. Un sourire gourmand irradia le visage du roi laissant paraître un fin filet de sauce tomate coulant sur son menton! «Mais tu devais rentrer sur le vol de demain, non?» «Oui, mais le temps pourri m a fait faire les bagages plus vite» «Et pourquoi n es-tu pas rentrée directement à la maison?» «Ben, j ai vu la bagnole de mam zele l avocate garée devant la villa, et j ai pas voulu vous déranger en plein boulot» réponditelle avec diplomatie. Janice savait bien sûr. Elle savait tout et depuis toujours. Ces deux là s aimaient pourtant toujours après 12 années de mariage. Janice était à Lucas ce qu Hilary est à Bill. Leurs alliances n étaient pas uniquement à leurs annulaires. L union était celle de gladiateurs conquérants Rome. Leurs desseins étaient trop importants pour s interdire ce que le curé avait dit le jour en blanc. La morale, l éthique ou le respect avaient un sens plus pragmatique pour eux. Cependant ils ne voulaient pas se blesser, chacun feignant de ne pas savoir ce que l autre faisait. Ne pas savoir pour ne pas souffrir, tout en se réjouissant du plaisir de l autre. L adultère comme preuve d amour en somme. Un jeu dans lequel un danger menaçait, chacun redoutant que l autre ne tombe un jour amoureux

12 «Alors raconte moi un peu ces vacances sous les tropiques» «Génial! J ai passé 15 jours d enfer. Tous les jours levée à 11 h du mat, p tit déj sous les cocotiers. Toutes les après midi bronzette et plongée avec la bande. Tous les soirs dîners pharaoniques sur le yacht d un armateur grec. Le reste ne te regarde pas mon chéri» chantonna-t-elle, ingénue, en levant la tête. «Bien, je vois que je ne t ai pas trop manqué» rétorqua Lucas se penchant sur elle. «Disons que j ai encore assez d énergie pour m occuper de toi» lui susurra-t-elle à l oreille. Elle se leva, poussa la lourde porte en balançant lentement son corps, puis la verrouilla. Ramenant du pied la chaise de bureau la plus proche afin de la présenter à Lucas, elle laissa tomber la robe qu elle portait. L uniformité de son bronzage caramel ne laissait planer aucun doute quant à son exposition solaire intégrale.lucas ne se ferait pas prier, il s assit alors que résonnait l écho des quatre boutons de son jean s. Janice l enjamba.lucas prit ce bassin qui s offrait, guidant l amorce d une descente promise. Il était 20 h, Lucas n allait pas travailler ce soir. Comme souvent, leurs brefs moment d intimité étaient à l usage du sexe. Comme souvent ces moments volés, jouets d une éternelle première fois, finiraient dans une exaltante débauche d énergie. Et comme souvent l instant d après, le corps rassasié et l esprit ouvert, ils feraient des plans. «Tu sais l armateur grec, RARBAC, Pilo RARBAC, c est un copain à CRAVEN» (le journaliste star animateur de l émission télé consacrée à Lucas) «Le Michel CRAVEN?»

13 «ouais. Figure-toi que Pilo était complètement caisse un soir, et il nous a ouvert quelques albums photos sympas. Il y a notre CRAVEN à poil, une bouteille à la main, s agitant devant deux nanas» «Et alors, c est pas un délit» «Pas sûr que sa femme apprécie» «Bof, elle en fait certainement autant» «Pas sûr que le public et la direction de la chaîne apprécient» «Où veux-tu en venir?» «Vas savoir, si d aventure il voulait te mener la vie dure pendant l émission» «Ma parole, tu deviens pire que MATA HARI. Je vais quand même pas commencer à utiliser des trucs du genre, ça craint!» «Mon chéri tu es un grand, un très grand naïf. Laisse- moi faire, je lui dirais simplement qu il est mignon tout nu, au dîner de lundi chez les PARISI» «Mais tu les as ces photos?» «Mon dieu, tu es vraiment un grand naïf. Si tu savais toutes les photos, documents, témoins, compromettants que j ai sur quelques emmerdeurs potentiels..» «Moi ce que j aimerai savoir c est comment tu fais pour obtenir tout ça.» «Et toi, mon amour comment tu fais pour obtenir tout ça de ta libanaise?»

14 «Pouce! On va encore s engueuler dans cinq minutes» «On n a pas le temps, je vais te faire travailler un peu ton entretien avec le premier ministre.» Janice s installa derrière le bureau et devint le chef du gouvernement. Une avalanche de questions déferla sur Lucas. Ils étaient partis pour un nouveau briefing, visant à faire face à toute éventualité. Elle l accula dans ses retranchements en portant toutes sortes d allusions sur sa vie, ses relations. Tantôt cynique, tantôt flatteuse, puis dominatrice. Prenant des notes des réactions, et attitudes de l examiné. Disséquant son comportement et son discours comme peu d experts en communication. Janice attendait depuis trop longtemps cet entretien pour prendre le moindre risque. Elle voulait que le ministre soit en admiration devant Lucas et les valeurs qu il véhicule, les idées qu il préconise. Trois heures plus tard, le couple s autorisa une brève pause. Ensuite Janice sortit son exposé sur la vie du ministre, ses amis, ses passions, ses talents. Sur ce plan, une fois de plus Lucas était incollable. Son intarissable curiosité et sa passion pour toutes les formes de réussite, l avaient amené à étudier, la vie de FRANCIS MARTEL. Le mois à venir serait crucial pour Lucas. La réussite de la double mission serait déterminante pour la suite des évènements. Hypnotiser le ministre, avant de placer un coup de grâce télévisuel. L aube apparut, deux ombres s agitaient toujours au dernier étage de la tour.

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LEARNING BY EAR EPISODE

LEARNING BY EAR EPISODE LEARNING BY EAR Filles 10ème épisode Beauté Texte : Zainab Aziz Rédaction : Andrea Schmidt/Christine Harjes/Guy Degen Adaptation : Aude Gensbittel Personnages : Présentateur pour Intro/Outro Bibiy : personnage

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale 2 TÉLÉSIMULATION ÉCHO A2 - LEÇON 2 «TU AS DU BOULOT?» Objectifs : Présenter ses projets, demander des conseils, demander un prêt Points de langue : Le futur simple, le conditionnel présent Thèmes culturels

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION FRENCH 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION FRENCH 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT N E W S O U T W A L E S IGER SCOOL CERTIICATE EXAMINATION 1998 RENC 2/3 UNIT (COMMON) LISTENING SKILLS TRANSCRIPT 2 ITEM 1 Oh, élix, tu es toujours en retard! Le film a sûrement commencé. J ai tourné une

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

DW Radio Learning By Ear Feuilleton radiophonique HIV Un ange en chacun de nous.

DW Radio Learning By Ear Feuilleton radiophonique HIV Un ange en chacun de nous. Learning by Ear VIH Un ange en chacun de nous Episode 05 Texte: Romie Singh Rédaction; Maja Dreyer Traduction : Anne Le Touzé PERSONNAGES Anita; Oncle Billy (au téléphone); Djamila; mère de Djamila; Oncle

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Entretien avec Nathalie Baye

Entretien avec Nathalie Baye Entretien avec Nathalie Baye Comment s est déroulée votre rencontre avec Claire Simon? La rencontre a d abord eu lieu via le travail de Claire. Il y a très longtemps, j avais vu un documentaire à la télévision

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Dorothee Daily Devotional BROADCAST SCRIPT Programme ID: RSA - 016 Original title: Fellowship with God Titre : La Communion avec Dieu

Dorothee Daily Devotional BROADCAST SCRIPT Programme ID: RSA - 016 Original title: Fellowship with God Titre : La Communion avec Dieu Dorothee Daily Devotional BROADCAST SCRIPT Programme ID: RSA - 016 Original title: Fellowship with God Titre : La Communion avec Dieu DDD French, S 276 Page 1 Salutations chaleureuses dans le Puissant

Plus en détail

Marie-Hélène Coppa SENTIMENTALE. (Recueil n 5)

Marie-Hélène Coppa SENTIMENTALE. (Recueil n 5) Marie-Hélène Coppa SENTIMENTALE (Recueil n 5) Préface Née à Waziers, petite commune du nord de la France, Marie-Hélène Coppa est l ainée d une fratrie de trois filles et a grandi dans une famille très

Plus en détail

Carnet de route (Troisième escale) En chemin, le pardon. Initiation au premier Pardon et à l Eucharistie. Cahier des parents

Carnet de route (Troisième escale) En chemin, le pardon. Initiation au premier Pardon et à l Eucharistie. Cahier des parents Carnet de route (Troisième escale) En chemin, le pardon Initiation au premier Pardon et à l Eucharistie Cahier des parents 2 Je te raconte la Bible, Itinéraire : Troisième escale (Parents/enfants à la

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. ( Section I Listening) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. ( Section I Listening) Transcript 2015 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners ( Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FE Chouette j ai anglais maintenant et après la récréation mes matières favorites. Vraiment

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

[Interview] Cali : «Je me suis approché plusieurs fois du Soleil, mais je ne l ai jamais touché»

[Interview] Cali : «Je me suis approché plusieurs fois du Soleil, mais je ne l ai jamais touché» [Interview] Cali : «Je me suis approché plusieurs fois du Soleil, mais je ne l ai jamais touché» Cali est désormais un homme serein. C est en tout cas l impression qui se dégage de l artiste et de son

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

L Amour, des fois, quand ça s y met

L Amour, des fois, quand ça s y met Rossana Campo L Amour, des fois, quand ça s y met Roman traduit de l italien par Nicolas Sels P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e 1 Introduction à ma chienne de vie : j en profite pour présenter

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

Rapport de stage [516] «Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux»

Rapport de stage [516] «Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux» Rapport de stage [516] «Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux» Marcel Proust Il y a 20 ans, j avais eu la chance de vivre pendant

Plus en détail

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois.

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois. SCÈNE UN Dans un petit village rural d Afrique, sous la chaleur écrasante de la mi-journée. Les femmes et les fillettes ramassent le bois nécessaires pour cuisiner. Sara et son amie Amina, deux écolières,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

TEST D ENTRÉE ÉVALUANT LES COMPÉTENCES EN FRANÇAIS

TEST D ENTRÉE ÉVALUANT LES COMPÉTENCES EN FRANÇAIS TEST D ENTRÉE ÉVALUANT LES COMPÉTENCES EN FRANÇAIS Ce test permet d évaluer si le niveau du candidat au programme de Master correspond au niveau B1+ du CECRL Répondez uniquement sur la feuille de réponses,

Plus en détail

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue.

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue. Exercices de langue Compétence pragmatique à évaluer : se présenter (dire son nom et son âge, son origine, en quelle classe on va, quelles langues on parle) Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net TABLE DES MATIERES RAIPONCE...1 RAIPONCE...2 i Auteur : Frères Grimm Catégorie : Jeunesse Conte des frères Grimm Traducteurs :

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

WILLIAM C est un cadeau du mariage?

WILLIAM C est un cadeau du mariage? 1 VOITURE C est un cadeau du mariage? Oui. Je l avais repéré dans une animalerie. Je suis allé le voir plusieurs fois, je l ai mis sur la liste de mariage, et et voilà. William, tu pourrais me le garder

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Petit recueil de prières solaires

Petit recueil de prières solaires Petit recueil de prières solaires Un petit mot... d introduction. Ces quelques prières ne sont rien d autre qu un «prêt»... Oui, un prêt. Elles vous sont prêtées... en attendant que vous deveniez capable

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

Indications pédagogiques E1 / 43

Indications pédagogiques E1 / 43 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E1 / 43 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 1 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés 4

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Pascal Nowacki BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin»

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Texte : Leona Frommelt Rédaktion : Maja Dreyer Traduction: Julien Méchaussie Introduction : Bonjour et bienvenue

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com 1 AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris Proposition de pilote de série de Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode : JF partage appartement. APPARTEMENT DE - SALON - INT - JOUR Sophie est

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades

Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades Etre jeune retraité( e) et devenir bénévole d accompagnement de personnes malades 1/5 Une étude de l IFOP, Le bénévolat en France, en 2013, menée en partenariat avec l Association France Bénévolat, montre

Plus en détail

DW Radio Learning By Ear Feuilleton radiophonique HIV Un ange en chacun de nous. Ep.2

DW Radio Learning By Ear Feuilleton radiophonique HIV Un ange en chacun de nous. Ep.2 Learning by Ear VIH Un ange en chacun de nous Episode 02 Texte: Romie Singh Rédaction; Maja Dreyer Traduction : Anne Le Touzé PERSONNAGES: médecin (homme, 38 ans), Anita, Angela, Tom, Djamila, Annie, Jet

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières S1 Voix OFF Moi, c'est *, née le 26 décembre 1972, à Saint-Caly- En-Saonois**, dans une famille composé d'astro physiciens, professeur de mathématiques, de physique chimie et même des boulanger ***(je

Plus en détail

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Unité 1 exercice 19 Comment tu t'appelles? Je m appelle Tu as quel âge? J'ai eu ans le mois dernier. Quelle est ton adresse? J habite Tu es dans

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30)

DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004. ÉPREUVE ORALE (0h30) DELF 1 er degré - UNITÉ A4 - CORRIGÉ Session de mai 2004 ÉPREUVE ORALE (0h30) EXERCICE 1 - IDENTIFICATION D ÉLÉMENTS SIGNIFICATIFS LIÉS À LA PRONONCIATION, À L INTONATION OU À L USAGE DES REGISTRES DE

Plus en détail

EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE

EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE Célébration pour le temps de Noël. Avent. Le Messie attendu. EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE Objectif : Ensemble, enfants et adultes, se rappellent la longue histoire de la tendresse de Dieu pour les

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

Bâle 3: le retour du Régulateur

Bâle 3: le retour du Régulateur Bâle 3: le retour du Régulateur Au siège de la banque Universelle Hey c est quoi cette tête d enterrement? T as lu les journaux sur les nouvelles règles de Bâle 3? Le régulateur veut augmenter le capital

Plus en détail