Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs :"

Transcription

1 D.1 Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs : 1. Décrypter le discours «moralisateur», et non économique, sur la dette publique (la dette privée n est pas stigmatisée) ; 2. Remettre en avant les propositions sur la régulation de la finance mondiale et l interdiction des paradis fiscaux ; 3. Lancer le collectif sur l audit citoyen de la dette publique. Orwell disait : «dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire». C est ce que nous allons essayer de faire, à notre modeste échelle. Merci à tous ceux qui nous aidé à monter ces réunions. D.2 Comme la dette publique cristallise aujourd hui les débats, il est important de considérer l ensemble des dettes pour mieux en comprendre l origine. 1

2 Si on additionne les dettes publiques et privées (c'est-à-dire celles des Etats et des collectivités publiques avec celles des banques, des ménages et des entreprises), les pays les plus endettés au monde sont le Royaume-Uni et l Irlande, montrés en exemple jusqu à il y a peu par nos moralisateurs, éditorialistes et autres «déclinologues» en vue (voir par exemple leurs discours sur le «tigre celtique»). Cet endettement faramineux est certes lié au sauvetage des banques, mais aussi à un fort taux d endettement des ménages. Très près de l Allemagne, figure, parmi les pays les moins endettés de la zone euro, la Grèce (!). L Italie et le Portugal ont un taux d endettement total inférieur à la moyenne des 17 pays de la zone euro. La dette publique japonaise est bien plus forte que celle de la Grèce et de l Italie, dans le collimateur des spéculateurs. La France a une dette dans la moyenne de celle de la zone euro, sauf pour les entreprises, plus forte. Les Etats-Unis ont une dette publique et une dette des ménages supérieures à celles de la zone euro. En volume, cela représente une part importante de l endettement mondial. D.3 Depuis la seconde guerre mondiale, la dette totale des Etats occidentaux s est accrue modérément jusqu au début des années 80. Aux Etats-Unis, le taux d endettement total dépasse largement celui atteint lors de la crise de Depuis le début des années 80, bien avant la crise financière donc, la croissance de l endettement s est accélérée : avec la crise, cette croissance s est encore accrue depuis Ainsi, il y a lien temporel évident entre endettement et mise en œuvre du programme néolibéral, d abord par Reagan et Thatcher, puis par la quasi-totalité des gouvernements de la planète. 2

3 Dans notre exposé, nous allons décrire les mécanismes de l endettement, qu il soit public ou privé, et montrer que ces évolutions sont étroitement liées à la prise de contrôle des économies par les marchés financiers et les grandes entreprises, avec bien évidemment les gouvernements élus à la manœuvre (toutes les évolutions économiques que nous décrivons sont le résultat de décisions politiques). D.4 Graphique gauche : aux Etats-Unis, l endettement public a presque atteint le niveau record du début des années 30. Graphique droite : la croissance de l endettement public s observe dans tous les pays occidentaux. Il a triplé ces vingt dernières années : l endettement exponentiel est une réalité récente. D.5 L accroissement de la dette publique est rendu possible par des décisions politiques, qui interdisent à la plupart des Etats d emprunter directement auprès de leur banque centrale. Le «robinet» de crédits pouvait jusqu en 1973 couler entre la Banque de France et l Etat : à partir de cette date, le gouvernement de Georges Pompidou (un banquier ) oblige l Etat à se financer auprès des banques commerciales. Le Traité de Maastricht s inspire de cette mesure et rend la BCE indépendante, ce qui est confirmé dans le Traité de Lisbonne adopté en Mais le mécanisme de la dette a bien d autres origines, à commencer par le déséquilibre entre capital et travail, à l origine des dettes publiques comme des dettes privées. 3

4 D.6 Entre le point haut des années 70 et aujourd hui, la part des salaires dans la richesse créée (VAN) a baissé de plus de 7 points, soit milliards. Avec la baisse ou la stagnation des salaires, le taux d endettement des ménages augmente pour maintenir ou accroître le niveau de consommation. D.7 Avec la baisse ou la stagnation des revenus d une majorité de la population, les Etats-Unis innovent pour que la machine à consommer puisse continuer à tourner. La croissance de la consommation, dans un contexte de déflation salariale, se fait par le crédit, notamment dans l immobilier, mais aussi pour les dépenses de consommation courante (cartes de crédit). Globalement, l endettement privé pallie à la stagnation des revenus pour maintenir l activité par la consommation : c est pour cela qu il augmente plus fortement depuis 30 ans, avec le déploiement des politiques néolibérales partout dans le monde. D.8 Pour les biens de consommation, les prix doivent être bas : c est pourquoi les délocalisations de la production vers les pays à bas coûts salariaux s accélèrent. La machine à consommer fait tourner la machine à produire en Asie! La vie à crédit des américains, et maintenant des européens, n a pas seulement des conséquences sur la dépendance des Etats vis-à-vis des institutions financières. Elle a aussi des implications géopolitiques majeures car les Etats sont également détenteurs de dettes souveraines. Ainsi, la Chine et le Japon détiennent près de la moitié de la dette américaine. 4

5 Pour le dire plus simplement, les Etats occidentaux vivent à crédit en drainant l épargne asiatique, qui manque alors pour le développement de leurs pays et le bien-être de leurs populations. Cette situation instable tient car les chinois vendent leur production à crédit aux américains en leur permettant de s endetter sur le dos de leurs épargnants (et au détriment de leur population). Les physiciens qualifient ceci «d équilibre instable» : tout déséquilibre de cette situation entraîne un basculement profond (par exemple, il est possible de faire tenir une bille sur une demi-sphère ; mais c est très instable ). D.9 Le transfert des richesses ne s est pas réalisé au profit des investissements (préparer l avenir, transition écologique, financement des services publics universels ), dont la part dans la valeur ajoutée baisse de 5 points sur la même période, mais au profit des dividendes versés aux propriétaires du capital, qui captent aujourd hui 200 milliards supplémentaires par rapport à la répartition observée dans les années 70, (soit 10 points de PIB), durant lesquelles ne régnait pas spécialement un régime de «communisme de guerre» (présidences de Pompidou et de Giscard d Estaing). D.10 Graphique gauche : les données macroéconomiques que nous venons de présenter se traduisent bien évidemment dans les statistiques sur l évolution des revenus des ménages. Les plus-values et les revenus du patrimoine augmentent infiniment plus vite que les revenus salariaux ou les transferts sociaux. Graphique droite : ainsi, comme les plus riches sont détenteurs du patrimoine et des actifs financiers, leurs revenus explosent alors que ceux de la majorité de la population stagnent ou régressent. 5

6 D.11 L enrichissement accru des plus riches est également lié à l évolution de la fiscalité : elle est de plus en plus favorable aux entreprises (graphique gauche) et aux plus riches (graphique droite), sous prétexte de concurrence. D.12 La fiscalité, des ménages comme des entreprises, est devenue profondément injuste, puisqu elle est dégressive en fonction de la fortune ou du chiffre d affaires. L accumulation de gigantesques fortunes ne favorise pas la consommation ni l activité. Au contraire, les modes vie qui en découlent sont profondément mauvais pour l environnement, d autant qu ils sont pris comme exemples par les classes moyennes bombardées de publicités (lire à ce sujet l excellent livre de Hervé Kempf, «comment les riches détruisent la planète»). L injustice fiscale est le fruit de décisions politiques prises depuis le début des années 80, au motif que les riches seront incités à investir, comme l a théorisé le chancelier Helmut Schmitt dans son désormais fameux théorème : «les richesses d aujourd hui sont les investissements de demain et les emplois d après-demain». On a vu le résultat D.13 La course vers le moins disant fiscal a non seulement creusé les inégalités, mais aussi appauvrit les services collectifs et creusé les déficits. 6

7 Ce graphique, issu de la statistique publique (INSEE), est extrêmement important, car il permet de tordre le cou à une légende colportée dans les discours politiques visant à culpabiliser les populations sur l origine des déficits et de la dette publics : ce ne sont pas les dépenses publiques qui augmentent, mais les recettes qui diminuent! D.14 La diminution des recettes est le résultat des cadeaux fiscaux accordés aux plus riches : ce sont eux qui sont à l origine des déficits publics, et non l augmentation des dépenses dont on nous rebat en permanence les oreilles! Chaque année, les cadeaux fiscaux creusent les déficits de près de 150 milliards : sans les mesures fiscales prises en France depuis 2000, le déficit budgétaire aurait permis de respecter les critères de Maastricht. Notons que ce graphique n est pas le fruit d une obscure manipulation gauchiste : il a été construit à partir des données du rapport d un député UMP. D.15 «Les arbres ne montent pas au ciel» : cette formule d Alan Greenspan, Président de la réserve fédérale américaine durant la dernière décennie, visait à décrire la précarité de la situation actuelle, et «l exubérance irrationnelle des marchés». Avant même la dernière crise financière, démarrée en 2007, les évolutions récentes du système capitaliste expliquent l explosion de la «crise de la dette» : Le recours des Etats aux marchés financiers (interdiction de faire appel aux Banques centrales depuis 1973 en France, depuis 1992 dans l UE, consolidé par l article 123 du Traité de Lisbonne), comme nous l a bien montré la petite vidéo de Monsieur Quelques minutes, notamment l effet à la hausse des taux d emprunt et l accroissement du service de la dette ; 7

8 La stagnation ou la baisse des salaires réels, sous l effet combiné du chômage de masse, de la «création de valeur» pour l actionnaire et de la compétition internationale organisée par les Traités de libre-échange, ont conduit les Etats et les institutions financières à endetter fortement les ménages et les entreprises pour maintenir l activité économique et financière ; La baisse des recettes de l Etat (15,4% du PIB en 2007, contre 22,5% en 1982), du fait de politiques fiscales favorables aux grandes entreprises et aux plus riches, par exemple ; En faveur des grandes entreprises (taux nominal : de 45% à 33% de 1990 à 2010) ; En faveur des privilégiés (par exemple ; l ISF amendé ; le rabotage des tranches fiscales ; la baisse du taux effectif de l impôt, inférieur à 20% pour le «Top 1%») ; En faveur du développement des niches fiscales, qui atteignent 145 milliards en France en 2010 ; Ironie de l histoire : la rémunération croissante des titres de dettes publiques et le produit des cadeaux fiscaux permettent aujourd hui aux détenteurs de capitaux de spéculer sur ces titres de dettes (cela revient à manger la main qui vous nourrit ). Dit autrement, une logique implacable s est donc mise progressivement en place. Les ménages les plus riches bénéficient d allègements fiscaux conséquents, que ce soit en matière d impôts sur le revenu, d une imposition moindre de leur patrimoine et des revenus de ce dernier. Ils dégagent ainsi des liquidités qu ils peuvent prêter à l État qui en a justement besoin à cause de ces allègements fiscaux, et qui leur verse une rétribution pour cela. Ils touchent donc un double "dividende" : moins d impôts et plus de rente. 8

9 Avec la crise, les choses s aggravent, mais toujours sur le même mode, car les conclusions politiques ne sont pas tirées : La baisse des recettes des Etats est amplifiée par la baisse de l activité, elle-même liée au resserrement du crédit, à la hausse du chômage et à la baisse de la consommation des ménages ; L injection de liquidités par les Etats ne conforte pas le financement de l économie (crédit aux entreprises et aux investissements publics) mais alimente des bulles spéculatives (QE 1 et QE2 des Etats-Unis sur les marchés des matières premières par exemple) ; L endettement s est fortement accru du fait de l injection massive de fonds aux banques depuis 2008, sans contrôle public sur l affectation des ressources allouées ; La flambée des taux d intérêt, et donc de la rémunération des détenteurs de capitaux, accroît encore plus les dettes publiques. D.16 La crise financière, hélas, ne touche pas seulement le petit monde de la finance, mais l ensemble de l économie et tous les peuples : d abord du fait de la baisse d activité, liée à la contraction du crédit aux entreprises et aux ménages ; puis à cause des dépenses pour sauver les banques, dont il faut ensuite rembourser les intérêts (!) ; enfin par l austérité, qui n est rien moins que de tendre la facture de la crise aux populations. La perte de croissance due aux marchés financiers frappe tout le monde : ainsi, le «manque à gagner» dans la zone euro et aux Etats-Unis atteint milliards entre 2008 et Cela représente 7 points de PIB de ces pays réunis! 9

10 D.17 Aux Etats-Unis, le taux de chômage réel (inscrits + découragés) dépasse 17% de la population active, le plus haut niveau depuis la grande dépression des années 30! Dans l eurozone, le chômage vient d atteindre 10% de la population active, et il dépasse 20% en Espagne, en Grèce ou au Portugal. D.18 Dans la plupart des pays occidentaux, la crise s est traduite par une croissance record de l endettement public et des déficits budgétaires. En France par exemple (source : Antoine Math, chronique internationale de l IRES n 127, novembre 2010), le taux d endettement s est accru de plus de 20 points depuis 2007, et les déficits publics ont triplé sur la même période. Ces évolutions s expliquent par un effet ciseaux : la contraction de l économie a provoqué d une part la baisse des recettes fiscales (entre 2007 et 2009, la TVA a baissé de 7,5 milliards, l IS de 30 milliards et l IR de 2,8 milliards ) ; elle a conduit d autre part à une augmentation des dépenses de 27 milliards (stabilisateurs sociaux, plan de relance, sauvetage des banques ). Combien le contribuable a-t-il payé le sauvetage des banques? C est une question complexe car les interventions sont variées : les garanties apportées par les Etats, qui n apparaissent pas comme des dépenses ; les aides directes (DEXIA) ; la reprise des actifs toxiques ; les transferts financiers (par exemple, les 22 milliards du livret A ont été mis à la disposition des banques françaises). 10

11 Selon la Commission UE, les Etats européens ont dépensé, en 2009, 230 milliards pour le secteur bancaire (environ 130 milliards pour recapitaliser les banques, sans réelles contreparties, et 100 milliards pour la reprise des actifs toxiques dans des «bad bank»). Et c est ainsi que les dettes privées des banques sont devenues des dettes publiques des Etats, à charge au contribuable de s en débrouiller. D.19 Une autre façon de soutenir le secteur bancaire est la «planche billets». En Europe, la BCE prête aux banques à taux très bas (moins de 1%) : ces sommes sont ensuite prêtées aux Etats ou aux entreprises à des taux bien supérieurs, voire usuraires pour les «mauvais élèves». Aux Etats-Unis, la planche à billets tourne à plein régime : ce sont les deux «quantitative easing» (QE 1 et QE 2). Avec les QE, la réserve fédérale reprend les actifs toxiques des banques en échange de dollars. Ces liquidités ne servent pas seulement à la recapitalisation des banques, mais aussi et surtout à spéculer sur les marchés (ainsi, la hausse du prix des matières en 2010 est essentiellement liée à une bulle spéculative alimentée par les liquidités des QE), et accessoirement à verser de confortables rétributions aux dirigeants et aux traders de ces banques. D.20 Les revenus financiers sont aussi le produit des placements sur les dettes publiques (bons du trésor) : la spéculation fait des ravages, et les Etats endettés (et/ou faisant l objet de la défiance des marchés) doivent acquitter des taux d intérêt exorbitants. Ces taux d intérêt (rémunération des créanciers) expliquent pour une part importante l accroissement de la dette publique. 11

12 Ces divergences créent des importants déséquilibres macroéconomiques au sein de la zone euro, car la monnaie n étant plus une variable d ajustement (taux de change fixe), seules les outils budgétaires et le coût du travail restent aux mains des Etats : dans un contexte de «concurrence libre et non faussée», c est vers le moins disant social, fiscal et écologique que les décisions politiques sont prises. D.21 Les fameux «plans de sauvetage», initiés pour «sauver» la Grèce (en attendant les autres «PIIGS»), visent en fait à rendre solvable ce pays vis-à-vis des banques, avec l aide publique des Etats de l UE (FESF, garanties de crédit ). La socialisation des pertes bancaires se poursuit donc. Les banques européennes détiennent pléthore de titres de dettes de pays européens provoquant l un après l autre la défiance des marchés, par un «effet dominos» sans fin. Après leur renflouement par les contribuables, le secteur financier, ainsi que les multinationales intéressées par le statu quo fiscal qui leur est favorable, se tournent vers les peuples une seconde fois afin de payer la facture par des plans d austérité (baisse des salaires et des pensions, démantèlement et privatisation des services publics, hausse des impôts à la consommation ). Début 2010, le regard des spéculateurs s est tourné vers la Grèce, jugée incapable d honorer ses créanciers par les marchés financiers. Plutôt que de constater le défaut de paiement et d aider directement ce pays via la BCE, les Etats européens ont conditionné leur aide et celle du FMI à des plans d austérité (le peuple grec en est au cinquième «mémorandum»!), qui, bien évidemment, n ont fait qu empirer la situation en provoquant une sévère récession. 12

13 Cette situation a déchaîné la spéculation à deux niveaux : une flambée des taux d intérêt sur la dette grecque, mais aussi l émission de CDS (Credit Default Swap), assurances censées couvrir le défaut de paiement, et dont la valeur s est envolée (c est la prochaine crise bancaire : en effet, les CDS émis doivent être couverts en cas de faillite des Etats, et cela plombera le bilan des banques plus sûrement que les subprimes). D.22 Pour faire passer la pilule aux peuples, on culpabilise les citoyens avec un discours qui érige en dogme le remboursement de la dette. Et pour quiconque ne se plie pas à la règle, les agences de notation sont là pour faire respecter l orthodoxie. Sur les «marchés libres», les agences de notation font la pluie et le beau temps. Les taux d intérêt dépendent étroitement des notes octroyées aux Etats par ces trois agences de notation (Fitch Ratings, Moody s et Standard & Poor s), qui détiennent 94% du marché. Ainsi, tout le financement des Etats et de l économie dépend d agences privées, hors de tout contrôle démocratique. Les critères de «bonne gestion» décernés par ces acteurs sont bien sûr loin d évaluer des notions aussi «naïves» que l intérêt général ou le bien-être des populations. Pour résumer : les banques privées sont renflouées par les contribuables. Cela creuse les déficits publics. Les Etats empruntent alors à des taux croissants aux banques renflouées de quoi les sauver, ce qui creuse encore plus les déficits. Notons que les détenteurs des titres de dettes publiques sont les institutions financières et les riches contribuables qui ont bénéficié des baisses d impôt à l origine des déficits. 13

14 L escroquerie ne s achève pas là : il faut maintenant socialiser les pertes privées devenues publiques et les faire payer ensuite aux populations, via les fameux plans d austérité et les privatisations de ce qui reste de secteur public, une affaire juteuse pour qui sait cueillir ces fruits mûrs! C est la stratégie du choc, titre d un livre remarquable de Naomie Klein : la canadienne défend la thèse que c est pendant les périodes de chaos que le système avance ses pions pour mater les peuples ; son livre fait référence à l après 11 septembre, lorsque le gouvernement Bush a voulu faire une OPA sur le pétrole du Moyen- Orient et justifier une augmentation massive des dépenses militaires, tout en renforçant le contrôle social aux Etats-Unis (Patriot Act) sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Mais une autre solution est possible! Nous allons maintenant l exposer, en nous appuyant sur l histoire récente dans d autres régions du monde qui ont eu affaire au FMI et à ses désormais fameux (et totalement inefficaces) plans d ajustement structurel, l autre mot politiquement correct pour «thérapie de choc» dans les pays émergents et «plan d austérité» en Europe. D.23 Entre les années 1970 et 2000, de nombreux pays en développement ont dû faire face à un endettement important. En échange de son «aide», le FMI et la Banque Mondiale ont imposé aux Etats des plans d ajustement structurel (PAS). Ces PAS ressemblent à s y méprendre aux plans d austérité que la «troïka» (Commission UE, BCE et FMI) veut imposer aux grecs et à tous les peuples européens. 14

15 Un document du FMI du 22 novembre 2010, «Lifting Euro Area Growth : Priorities for structural Reforms and Governance)», vend la mèche : «Les pressions des marchés pourraient réussir là où les autres approches ont échoué. Lorsqu elles font face à des conditions insoutenables, les autorités nationales saisissent souvent l occasion pour mettre en œuvre des réformes considérées comme difficiles, comme le montrent les exemples de la Grèce et de l Espagne.» D.24 Des pays s en sont néanmoins sortis, notamment en Amérique latine Après la déconnexion peso / dollar du début des années 2000 et la dévaluation du peso, pour empêcher des mouvements de panique bancaire, des retraits massifs des déposants dans les banques, le gouvernement argentin a décidé de placer les dépôts dans un «corralito» : très concrètement, les argentins ne pouvaient retirer leur argent qu en quantité limitée, un maximum 250 pesos par semaine. Face à la colère populaire et à l effondrement de l économie, trois gouvernements se succèdent en Argentine en quelques mois, sans prendre les décisions qui s imposent. Fin 2001, Nestor Kirchner décide le défaut partiel de la dette vis-à-vis de ses principaux créanciers, dont le FMI.Aujourd hui, la croissance de ce pays est l une des plus fortes du sous-continent, sans passer par la case austérité. Une autre politique que l austérité est donc possible. Une commission équatorienne, composée d experts indépendants du monde entier, a travaillé sur un audit public de la dette du pays. 15

16 Elle a identifié des tranches de dettes dont elle propose le non remboursement au gouvernement : des dettes «illégales» (lorsque le contrat signé est jugé contraire au droit, national ou international), de dettes «odieuses» (lorsque le gouvernement qui les a contractées, en son temps, n'était pas démocratique), et enfin des dettes «illégitimes» (par exemple lorsque l'on vole au secours, sans condition, de banques privées). Sur ces bases, les comités d audit citoyens de la dette publique qui se montent partout en Europe (et aux Etats-Unis) ont du pain sur la planche. En France, les premiers travaux identifient deux blocs à examiner de près : d une part les plans de sauvetage des banques en 2008, et d autre part les avantages fiscaux concédés aux ménages les plus aisés et aux entreprises, ce qui constitue en temps de crise «une fiscalité violemment anti-redistributive». NB sur le «défaut» : depuis 1975, en 35 ans, 70 États ont fait défaut (deux tous les ans en moyenne). Pour sa part, la France fait défaut environ deux fois par siècle. La dernière fois, c était en 1943 D.25 L appel pour un audit citoyen de la dette a été initié par de nombreuses associations, partis politiques et syndicats : signez, camarades citoyens! 16

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Où en sommes-nous de la crise? Quelles sont ses causes? Comment en sortir? Jean Gadrey 10 février 2014

Où en sommes-nous de la crise? Quelles sont ses causes? Comment en sortir? Jean Gadrey 10 février 2014 Où en sommes-nous de la crise? Quelles sont ses causes? Comment en sortir? Jean Gadrey 10 février 2014 THEMES TRAITES Introduction : est-ce bien une «crise»? I. Où en sommes-nous, en France, en Europe,

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

L -franc en 16 points

L -franc en 16 points L -franc en 16 points Résumé : Nous faisons deux constats : Premièrement, nous vivons une massification de la pauvreté et une précarisation du salariat : 5 millions de chômeurs (sans compter les découragés

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Comment reprendre le contrôle sur la finance?

Comment reprendre le contrôle sur la finance? Comment reprendre le contrôle sur la finance? Documents d analyse et de réflexion Février 2013 Rue Maurice Liétart, 31/4 B-1150 Bruxelles Avec le soutien de la fédération Wallonie-Bruxelles Centre AVEC

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 24 Où va la France? l ajustement (part 2)

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 24 Où va la France? l ajustement (part 2) Des Oiseaux dans la tourmente Episode 24 Où va la France? l ajustement (part 2) La France va devoir faire des sacrifices. Qui doit les supporter? Salariés? Entreprises? Retraités? Chômeurs? L épisode précédent

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

La finance et l économie réelle Michel Husson, projet de contribution à un livre d Attac

La finance et l économie réelle Michel Husson, projet de contribution à un livre d Attac La finance et l économie réelle Michel Husson, projet de contribution à un livre d Attac La crise actuelle est née dans la sphère financière et, manifestement, elle n y restera pas cantonnée. Ce constat

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Libérale ou social-démocrate, les deux improbables stratégies de sortie de crise

Libérale ou social-démocrate, les deux improbables stratégies de sortie de crise Libérale ou social-démocrate, les deux improbables stratégies de sortie de crise Henri Sterdyniak OFCE et université de Paris-Dauphine La mondialisation et la globalisation financière ont fortement impulsé

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le risque souverain en zone euro

Le risque souverain en zone euro Patrice PALSKY - FRACTALES s.a. p.palsky@fractales.com Le risque souverain en zone euro FRACTALES 0 Stress Testing Solvabilité 2 n aborde pas explicitement le risque souverain des pays membres de l Union

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE

COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE Christiane Taubira, députée de Guyane, représentante particulière auprès de François Hollande Pascal de Lima, économiste en chef, enseignant à l I.E.P Paris

Plus en détail

Crise de la zone euro : les trois voies de sortie

Crise de la zone euro : les trois voies de sortie Crise de la zone euro : les trois voies de sortie Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak version provisoire La crise des années 2007-2012 (?) est d abord une crise bancaire et financière, provoquée par

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011. autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière»

Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011. autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière» Séminaire Teritoires et Informalité en Ville 16 novembre 2011 autour de l intervention de Jean Rivelois «Corruption, crise financière et immobilière» Compte rendu de Jérôme Tadié Introduction de Jean-Fabien

Plus en détail

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique COMMENT EXPLIQUER L INSTABILITE DE LA CROISSANCE? 1. LES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : UNE DYNAMIQUE HEURTEE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE... 1 1.1 DES CHOCS ECONOMIQUES PERTURBENT REGULIEREMENT LA CROISSANCE...

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE Karl Heinz Braun, chercheur-associé à Etopia et député Ecolo au Parlement de la Communauté germanophone Décembre 2011 www.etopia.be 222222 Page 2 sur 6 La plupart

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de Introduction Le pire n est pas sûr «La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de revenir en détail

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 120

LETTRE FINANCIÈRE n 120 LETTRE FINANCIÈRE n 120 A - Septembre 2015 - Après Chypre, qui avait prélevé 10% des avoirs en banque à tout le monde + 47,5% des avoirs des clients des deux banques en faillite, la Grèce est le pays suivant

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale

L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale Par Vincent Drezet Dans la lutte contre les inégalités, l impôt est outil sous-utilisé. Vincent Drezet revient sur l évolution néolibérale récente de

Plus en détail

Crise de la zone euro :

Crise de la zone euro : Crise de la zone euro : Les jeux des marchés financiers et l aveuglement des institutions européennes conduisent à la catastrophe. Il est urgent de changer d Europe. Henri Sterdyniak sterdyniak@sciences-po.fr.

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Mise à jour risque pays

Mise à jour risque pays Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre 2012 1 Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail