Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs :"

Transcription

1 D.1 Les «mardi de la dette» sont un cycle de réunions, organisé par Attac Deux-Sèvres, avec trois objectifs : 1. Décrypter le discours «moralisateur», et non économique, sur la dette publique (la dette privée n est pas stigmatisée) ; 2. Remettre en avant les propositions sur la régulation de la finance mondiale et l interdiction des paradis fiscaux ; 3. Lancer le collectif sur l audit citoyen de la dette publique. Orwell disait : «dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire». C est ce que nous allons essayer de faire, à notre modeste échelle. Merci à tous ceux qui nous aidé à monter ces réunions. D.2 Comme la dette publique cristallise aujourd hui les débats, il est important de considérer l ensemble des dettes pour mieux en comprendre l origine. 1

2 Si on additionne les dettes publiques et privées (c'est-à-dire celles des Etats et des collectivités publiques avec celles des banques, des ménages et des entreprises), les pays les plus endettés au monde sont le Royaume-Uni et l Irlande, montrés en exemple jusqu à il y a peu par nos moralisateurs, éditorialistes et autres «déclinologues» en vue (voir par exemple leurs discours sur le «tigre celtique»). Cet endettement faramineux est certes lié au sauvetage des banques, mais aussi à un fort taux d endettement des ménages. Très près de l Allemagne, figure, parmi les pays les moins endettés de la zone euro, la Grèce (!). L Italie et le Portugal ont un taux d endettement total inférieur à la moyenne des 17 pays de la zone euro. La dette publique japonaise est bien plus forte que celle de la Grèce et de l Italie, dans le collimateur des spéculateurs. La France a une dette dans la moyenne de celle de la zone euro, sauf pour les entreprises, plus forte. Les Etats-Unis ont une dette publique et une dette des ménages supérieures à celles de la zone euro. En volume, cela représente une part importante de l endettement mondial. D.3 Depuis la seconde guerre mondiale, la dette totale des Etats occidentaux s est accrue modérément jusqu au début des années 80. Aux Etats-Unis, le taux d endettement total dépasse largement celui atteint lors de la crise de Depuis le début des années 80, bien avant la crise financière donc, la croissance de l endettement s est accélérée : avec la crise, cette croissance s est encore accrue depuis Ainsi, il y a lien temporel évident entre endettement et mise en œuvre du programme néolibéral, d abord par Reagan et Thatcher, puis par la quasi-totalité des gouvernements de la planète. 2

3 Dans notre exposé, nous allons décrire les mécanismes de l endettement, qu il soit public ou privé, et montrer que ces évolutions sont étroitement liées à la prise de contrôle des économies par les marchés financiers et les grandes entreprises, avec bien évidemment les gouvernements élus à la manœuvre (toutes les évolutions économiques que nous décrivons sont le résultat de décisions politiques). D.4 Graphique gauche : aux Etats-Unis, l endettement public a presque atteint le niveau record du début des années 30. Graphique droite : la croissance de l endettement public s observe dans tous les pays occidentaux. Il a triplé ces vingt dernières années : l endettement exponentiel est une réalité récente. D.5 L accroissement de la dette publique est rendu possible par des décisions politiques, qui interdisent à la plupart des Etats d emprunter directement auprès de leur banque centrale. Le «robinet» de crédits pouvait jusqu en 1973 couler entre la Banque de France et l Etat : à partir de cette date, le gouvernement de Georges Pompidou (un banquier ) oblige l Etat à se financer auprès des banques commerciales. Le Traité de Maastricht s inspire de cette mesure et rend la BCE indépendante, ce qui est confirmé dans le Traité de Lisbonne adopté en Mais le mécanisme de la dette a bien d autres origines, à commencer par le déséquilibre entre capital et travail, à l origine des dettes publiques comme des dettes privées. 3

4 D.6 Entre le point haut des années 70 et aujourd hui, la part des salaires dans la richesse créée (VAN) a baissé de plus de 7 points, soit milliards. Avec la baisse ou la stagnation des salaires, le taux d endettement des ménages augmente pour maintenir ou accroître le niveau de consommation. D.7 Avec la baisse ou la stagnation des revenus d une majorité de la population, les Etats-Unis innovent pour que la machine à consommer puisse continuer à tourner. La croissance de la consommation, dans un contexte de déflation salariale, se fait par le crédit, notamment dans l immobilier, mais aussi pour les dépenses de consommation courante (cartes de crédit). Globalement, l endettement privé pallie à la stagnation des revenus pour maintenir l activité par la consommation : c est pour cela qu il augmente plus fortement depuis 30 ans, avec le déploiement des politiques néolibérales partout dans le monde. D.8 Pour les biens de consommation, les prix doivent être bas : c est pourquoi les délocalisations de la production vers les pays à bas coûts salariaux s accélèrent. La machine à consommer fait tourner la machine à produire en Asie! La vie à crédit des américains, et maintenant des européens, n a pas seulement des conséquences sur la dépendance des Etats vis-à-vis des institutions financières. Elle a aussi des implications géopolitiques majeures car les Etats sont également détenteurs de dettes souveraines. Ainsi, la Chine et le Japon détiennent près de la moitié de la dette américaine. 4

5 Pour le dire plus simplement, les Etats occidentaux vivent à crédit en drainant l épargne asiatique, qui manque alors pour le développement de leurs pays et le bien-être de leurs populations. Cette situation instable tient car les chinois vendent leur production à crédit aux américains en leur permettant de s endetter sur le dos de leurs épargnants (et au détriment de leur population). Les physiciens qualifient ceci «d équilibre instable» : tout déséquilibre de cette situation entraîne un basculement profond (par exemple, il est possible de faire tenir une bille sur une demi-sphère ; mais c est très instable ). D.9 Le transfert des richesses ne s est pas réalisé au profit des investissements (préparer l avenir, transition écologique, financement des services publics universels ), dont la part dans la valeur ajoutée baisse de 5 points sur la même période, mais au profit des dividendes versés aux propriétaires du capital, qui captent aujourd hui 200 milliards supplémentaires par rapport à la répartition observée dans les années 70, (soit 10 points de PIB), durant lesquelles ne régnait pas spécialement un régime de «communisme de guerre» (présidences de Pompidou et de Giscard d Estaing). D.10 Graphique gauche : les données macroéconomiques que nous venons de présenter se traduisent bien évidemment dans les statistiques sur l évolution des revenus des ménages. Les plus-values et les revenus du patrimoine augmentent infiniment plus vite que les revenus salariaux ou les transferts sociaux. Graphique droite : ainsi, comme les plus riches sont détenteurs du patrimoine et des actifs financiers, leurs revenus explosent alors que ceux de la majorité de la population stagnent ou régressent. 5

6 D.11 L enrichissement accru des plus riches est également lié à l évolution de la fiscalité : elle est de plus en plus favorable aux entreprises (graphique gauche) et aux plus riches (graphique droite), sous prétexte de concurrence. D.12 La fiscalité, des ménages comme des entreprises, est devenue profondément injuste, puisqu elle est dégressive en fonction de la fortune ou du chiffre d affaires. L accumulation de gigantesques fortunes ne favorise pas la consommation ni l activité. Au contraire, les modes vie qui en découlent sont profondément mauvais pour l environnement, d autant qu ils sont pris comme exemples par les classes moyennes bombardées de publicités (lire à ce sujet l excellent livre de Hervé Kempf, «comment les riches détruisent la planète»). L injustice fiscale est le fruit de décisions politiques prises depuis le début des années 80, au motif que les riches seront incités à investir, comme l a théorisé le chancelier Helmut Schmitt dans son désormais fameux théorème : «les richesses d aujourd hui sont les investissements de demain et les emplois d après-demain». On a vu le résultat D.13 La course vers le moins disant fiscal a non seulement creusé les inégalités, mais aussi appauvrit les services collectifs et creusé les déficits. 6

7 Ce graphique, issu de la statistique publique (INSEE), est extrêmement important, car il permet de tordre le cou à une légende colportée dans les discours politiques visant à culpabiliser les populations sur l origine des déficits et de la dette publics : ce ne sont pas les dépenses publiques qui augmentent, mais les recettes qui diminuent! D.14 La diminution des recettes est le résultat des cadeaux fiscaux accordés aux plus riches : ce sont eux qui sont à l origine des déficits publics, et non l augmentation des dépenses dont on nous rebat en permanence les oreilles! Chaque année, les cadeaux fiscaux creusent les déficits de près de 150 milliards : sans les mesures fiscales prises en France depuis 2000, le déficit budgétaire aurait permis de respecter les critères de Maastricht. Notons que ce graphique n est pas le fruit d une obscure manipulation gauchiste : il a été construit à partir des données du rapport d un député UMP. D.15 «Les arbres ne montent pas au ciel» : cette formule d Alan Greenspan, Président de la réserve fédérale américaine durant la dernière décennie, visait à décrire la précarité de la situation actuelle, et «l exubérance irrationnelle des marchés». Avant même la dernière crise financière, démarrée en 2007, les évolutions récentes du système capitaliste expliquent l explosion de la «crise de la dette» : Le recours des Etats aux marchés financiers (interdiction de faire appel aux Banques centrales depuis 1973 en France, depuis 1992 dans l UE, consolidé par l article 123 du Traité de Lisbonne), comme nous l a bien montré la petite vidéo de Monsieur Quelques minutes, notamment l effet à la hausse des taux d emprunt et l accroissement du service de la dette ; 7

8 La stagnation ou la baisse des salaires réels, sous l effet combiné du chômage de masse, de la «création de valeur» pour l actionnaire et de la compétition internationale organisée par les Traités de libre-échange, ont conduit les Etats et les institutions financières à endetter fortement les ménages et les entreprises pour maintenir l activité économique et financière ; La baisse des recettes de l Etat (15,4% du PIB en 2007, contre 22,5% en 1982), du fait de politiques fiscales favorables aux grandes entreprises et aux plus riches, par exemple ; En faveur des grandes entreprises (taux nominal : de 45% à 33% de 1990 à 2010) ; En faveur des privilégiés (par exemple ; l ISF amendé ; le rabotage des tranches fiscales ; la baisse du taux effectif de l impôt, inférieur à 20% pour le «Top 1%») ; En faveur du développement des niches fiscales, qui atteignent 145 milliards en France en 2010 ; Ironie de l histoire : la rémunération croissante des titres de dettes publiques et le produit des cadeaux fiscaux permettent aujourd hui aux détenteurs de capitaux de spéculer sur ces titres de dettes (cela revient à manger la main qui vous nourrit ). Dit autrement, une logique implacable s est donc mise progressivement en place. Les ménages les plus riches bénéficient d allègements fiscaux conséquents, que ce soit en matière d impôts sur le revenu, d une imposition moindre de leur patrimoine et des revenus de ce dernier. Ils dégagent ainsi des liquidités qu ils peuvent prêter à l État qui en a justement besoin à cause de ces allègements fiscaux, et qui leur verse une rétribution pour cela. Ils touchent donc un double "dividende" : moins d impôts et plus de rente. 8

9 Avec la crise, les choses s aggravent, mais toujours sur le même mode, car les conclusions politiques ne sont pas tirées : La baisse des recettes des Etats est amplifiée par la baisse de l activité, elle-même liée au resserrement du crédit, à la hausse du chômage et à la baisse de la consommation des ménages ; L injection de liquidités par les Etats ne conforte pas le financement de l économie (crédit aux entreprises et aux investissements publics) mais alimente des bulles spéculatives (QE 1 et QE2 des Etats-Unis sur les marchés des matières premières par exemple) ; L endettement s est fortement accru du fait de l injection massive de fonds aux banques depuis 2008, sans contrôle public sur l affectation des ressources allouées ; La flambée des taux d intérêt, et donc de la rémunération des détenteurs de capitaux, accroît encore plus les dettes publiques. D.16 La crise financière, hélas, ne touche pas seulement le petit monde de la finance, mais l ensemble de l économie et tous les peuples : d abord du fait de la baisse d activité, liée à la contraction du crédit aux entreprises et aux ménages ; puis à cause des dépenses pour sauver les banques, dont il faut ensuite rembourser les intérêts (!) ; enfin par l austérité, qui n est rien moins que de tendre la facture de la crise aux populations. La perte de croissance due aux marchés financiers frappe tout le monde : ainsi, le «manque à gagner» dans la zone euro et aux Etats-Unis atteint milliards entre 2008 et Cela représente 7 points de PIB de ces pays réunis! 9

10 D.17 Aux Etats-Unis, le taux de chômage réel (inscrits + découragés) dépasse 17% de la population active, le plus haut niveau depuis la grande dépression des années 30! Dans l eurozone, le chômage vient d atteindre 10% de la population active, et il dépasse 20% en Espagne, en Grèce ou au Portugal. D.18 Dans la plupart des pays occidentaux, la crise s est traduite par une croissance record de l endettement public et des déficits budgétaires. En France par exemple (source : Antoine Math, chronique internationale de l IRES n 127, novembre 2010), le taux d endettement s est accru de plus de 20 points depuis 2007, et les déficits publics ont triplé sur la même période. Ces évolutions s expliquent par un effet ciseaux : la contraction de l économie a provoqué d une part la baisse des recettes fiscales (entre 2007 et 2009, la TVA a baissé de 7,5 milliards, l IS de 30 milliards et l IR de 2,8 milliards ) ; elle a conduit d autre part à une augmentation des dépenses de 27 milliards (stabilisateurs sociaux, plan de relance, sauvetage des banques ). Combien le contribuable a-t-il payé le sauvetage des banques? C est une question complexe car les interventions sont variées : les garanties apportées par les Etats, qui n apparaissent pas comme des dépenses ; les aides directes (DEXIA) ; la reprise des actifs toxiques ; les transferts financiers (par exemple, les 22 milliards du livret A ont été mis à la disposition des banques françaises). 10

11 Selon la Commission UE, les Etats européens ont dépensé, en 2009, 230 milliards pour le secteur bancaire (environ 130 milliards pour recapitaliser les banques, sans réelles contreparties, et 100 milliards pour la reprise des actifs toxiques dans des «bad bank»). Et c est ainsi que les dettes privées des banques sont devenues des dettes publiques des Etats, à charge au contribuable de s en débrouiller. D.19 Une autre façon de soutenir le secteur bancaire est la «planche billets». En Europe, la BCE prête aux banques à taux très bas (moins de 1%) : ces sommes sont ensuite prêtées aux Etats ou aux entreprises à des taux bien supérieurs, voire usuraires pour les «mauvais élèves». Aux Etats-Unis, la planche à billets tourne à plein régime : ce sont les deux «quantitative easing» (QE 1 et QE 2). Avec les QE, la réserve fédérale reprend les actifs toxiques des banques en échange de dollars. Ces liquidités ne servent pas seulement à la recapitalisation des banques, mais aussi et surtout à spéculer sur les marchés (ainsi, la hausse du prix des matières en 2010 est essentiellement liée à une bulle spéculative alimentée par les liquidités des QE), et accessoirement à verser de confortables rétributions aux dirigeants et aux traders de ces banques. D.20 Les revenus financiers sont aussi le produit des placements sur les dettes publiques (bons du trésor) : la spéculation fait des ravages, et les Etats endettés (et/ou faisant l objet de la défiance des marchés) doivent acquitter des taux d intérêt exorbitants. Ces taux d intérêt (rémunération des créanciers) expliquent pour une part importante l accroissement de la dette publique. 11

12 Ces divergences créent des importants déséquilibres macroéconomiques au sein de la zone euro, car la monnaie n étant plus une variable d ajustement (taux de change fixe), seules les outils budgétaires et le coût du travail restent aux mains des Etats : dans un contexte de «concurrence libre et non faussée», c est vers le moins disant social, fiscal et écologique que les décisions politiques sont prises. D.21 Les fameux «plans de sauvetage», initiés pour «sauver» la Grèce (en attendant les autres «PIIGS»), visent en fait à rendre solvable ce pays vis-à-vis des banques, avec l aide publique des Etats de l UE (FESF, garanties de crédit ). La socialisation des pertes bancaires se poursuit donc. Les banques européennes détiennent pléthore de titres de dettes de pays européens provoquant l un après l autre la défiance des marchés, par un «effet dominos» sans fin. Après leur renflouement par les contribuables, le secteur financier, ainsi que les multinationales intéressées par le statu quo fiscal qui leur est favorable, se tournent vers les peuples une seconde fois afin de payer la facture par des plans d austérité (baisse des salaires et des pensions, démantèlement et privatisation des services publics, hausse des impôts à la consommation ). Début 2010, le regard des spéculateurs s est tourné vers la Grèce, jugée incapable d honorer ses créanciers par les marchés financiers. Plutôt que de constater le défaut de paiement et d aider directement ce pays via la BCE, les Etats européens ont conditionné leur aide et celle du FMI à des plans d austérité (le peuple grec en est au cinquième «mémorandum»!), qui, bien évidemment, n ont fait qu empirer la situation en provoquant une sévère récession. 12

13 Cette situation a déchaîné la spéculation à deux niveaux : une flambée des taux d intérêt sur la dette grecque, mais aussi l émission de CDS (Credit Default Swap), assurances censées couvrir le défaut de paiement, et dont la valeur s est envolée (c est la prochaine crise bancaire : en effet, les CDS émis doivent être couverts en cas de faillite des Etats, et cela plombera le bilan des banques plus sûrement que les subprimes). D.22 Pour faire passer la pilule aux peuples, on culpabilise les citoyens avec un discours qui érige en dogme le remboursement de la dette. Et pour quiconque ne se plie pas à la règle, les agences de notation sont là pour faire respecter l orthodoxie. Sur les «marchés libres», les agences de notation font la pluie et le beau temps. Les taux d intérêt dépendent étroitement des notes octroyées aux Etats par ces trois agences de notation (Fitch Ratings, Moody s et Standard & Poor s), qui détiennent 94% du marché. Ainsi, tout le financement des Etats et de l économie dépend d agences privées, hors de tout contrôle démocratique. Les critères de «bonne gestion» décernés par ces acteurs sont bien sûr loin d évaluer des notions aussi «naïves» que l intérêt général ou le bien-être des populations. Pour résumer : les banques privées sont renflouées par les contribuables. Cela creuse les déficits publics. Les Etats empruntent alors à des taux croissants aux banques renflouées de quoi les sauver, ce qui creuse encore plus les déficits. Notons que les détenteurs des titres de dettes publiques sont les institutions financières et les riches contribuables qui ont bénéficié des baisses d impôt à l origine des déficits. 13

14 L escroquerie ne s achève pas là : il faut maintenant socialiser les pertes privées devenues publiques et les faire payer ensuite aux populations, via les fameux plans d austérité et les privatisations de ce qui reste de secteur public, une affaire juteuse pour qui sait cueillir ces fruits mûrs! C est la stratégie du choc, titre d un livre remarquable de Naomie Klein : la canadienne défend la thèse que c est pendant les périodes de chaos que le système avance ses pions pour mater les peuples ; son livre fait référence à l après 11 septembre, lorsque le gouvernement Bush a voulu faire une OPA sur le pétrole du Moyen- Orient et justifier une augmentation massive des dépenses militaires, tout en renforçant le contrôle social aux Etats-Unis (Patriot Act) sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Mais une autre solution est possible! Nous allons maintenant l exposer, en nous appuyant sur l histoire récente dans d autres régions du monde qui ont eu affaire au FMI et à ses désormais fameux (et totalement inefficaces) plans d ajustement structurel, l autre mot politiquement correct pour «thérapie de choc» dans les pays émergents et «plan d austérité» en Europe. D.23 Entre les années 1970 et 2000, de nombreux pays en développement ont dû faire face à un endettement important. En échange de son «aide», le FMI et la Banque Mondiale ont imposé aux Etats des plans d ajustement structurel (PAS). Ces PAS ressemblent à s y méprendre aux plans d austérité que la «troïka» (Commission UE, BCE et FMI) veut imposer aux grecs et à tous les peuples européens. 14

15 Un document du FMI du 22 novembre 2010, «Lifting Euro Area Growth : Priorities for structural Reforms and Governance)», vend la mèche : «Les pressions des marchés pourraient réussir là où les autres approches ont échoué. Lorsqu elles font face à des conditions insoutenables, les autorités nationales saisissent souvent l occasion pour mettre en œuvre des réformes considérées comme difficiles, comme le montrent les exemples de la Grèce et de l Espagne.» D.24 Des pays s en sont néanmoins sortis, notamment en Amérique latine Après la déconnexion peso / dollar du début des années 2000 et la dévaluation du peso, pour empêcher des mouvements de panique bancaire, des retraits massifs des déposants dans les banques, le gouvernement argentin a décidé de placer les dépôts dans un «corralito» : très concrètement, les argentins ne pouvaient retirer leur argent qu en quantité limitée, un maximum 250 pesos par semaine. Face à la colère populaire et à l effondrement de l économie, trois gouvernements se succèdent en Argentine en quelques mois, sans prendre les décisions qui s imposent. Fin 2001, Nestor Kirchner décide le défaut partiel de la dette vis-à-vis de ses principaux créanciers, dont le FMI.Aujourd hui, la croissance de ce pays est l une des plus fortes du sous-continent, sans passer par la case austérité. Une autre politique que l austérité est donc possible. Une commission équatorienne, composée d experts indépendants du monde entier, a travaillé sur un audit public de la dette du pays. 15

16 Elle a identifié des tranches de dettes dont elle propose le non remboursement au gouvernement : des dettes «illégales» (lorsque le contrat signé est jugé contraire au droit, national ou international), de dettes «odieuses» (lorsque le gouvernement qui les a contractées, en son temps, n'était pas démocratique), et enfin des dettes «illégitimes» (par exemple lorsque l'on vole au secours, sans condition, de banques privées). Sur ces bases, les comités d audit citoyens de la dette publique qui se montent partout en Europe (et aux Etats-Unis) ont du pain sur la planche. En France, les premiers travaux identifient deux blocs à examiner de près : d une part les plans de sauvetage des banques en 2008, et d autre part les avantages fiscaux concédés aux ménages les plus aisés et aux entreprises, ce qui constitue en temps de crise «une fiscalité violemment anti-redistributive». NB sur le «défaut» : depuis 1975, en 35 ans, 70 États ont fait défaut (deux tous les ans en moyenne). Pour sa part, la France fait défaut environ deux fois par siècle. La dernière fois, c était en 1943 D.25 L appel pour un audit citoyen de la dette a été initié par de nombreuses associations, partis politiques et syndicats : signez, camarades citoyens! 16

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

La crise, la dette et l austérité

La crise, la dette et l austérité La crise, la dette et l austérité Jean-Marie Harribey 2011 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. Le contexte : crise du capitalisme Le taux de profit 1960-2008

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

La crise, la dette et l austérité

La crise, la dette et l austérité La crise, la dette et l austérité Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. Le contexte : crise du capitalisme Le taux de profit 1960-2008

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

La croissance des institutions financières internationales privées depuis

La croissance des institutions financières internationales privées depuis 137 Une réponse progressiste européenne à la crise dans la zone euro Trevor Evans Professeur d économie à la Berlin School of Economics & Law La croissance des institutions financières internationales

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Économie & Finances. chapitre 1

Économie & Finances. chapitre 1 chapitre 1 Économie & Finances L épreuve de «Connaissances générales» du test ARPEGE s appuie sur un grand nombre de questions économiques justifiant un suivi des faits qui auront marqué l actualité de

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

6 idées reçues sur les déficits et l austérité

6 idées reçues sur les déficits et l austérité 6 idées reçues sur les déficits et l austérité Le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique cherche à explorer, développer et expliquer les enjeux révélés par la crise actuelle. Il souhaite

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 La Vendée est un département où, nous dit-on, il fait bon vivre! Le SNUI syndicat national unifié des impôts membre de l Union

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro?

Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro? Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro? Professeur Roland GILLET 3 Mars 2015 roland.gillet@univ-paris1.fr UDA Louvain la Neuve 1/ «Business plans», financement et solidarité responsable

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Actualité de la dette publique dans les pays du Nord

Actualité de la dette publique dans les pays du Nord Actualité de la dette publique dans les pays du Nord D après un document d ONG (CADTM) qui se veut porteuse d un point de vue citoyen sur l endettement du sud et du nord présentation 1. La crise n est

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

La crise des dettes souveraines en Europe

La crise des dettes souveraines en Europe La crise des dettes souveraines en Europe Renaud Fillieule (Université Lille 1) Université d automne en économie autrichienne ESC Troyes, septembre 2012 La zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail